company:jpmorgan

  • #Elite gathering reveals anxiety over ‘class war’ and ‘#revolution’
    Financial Times 2 mai 2019

    The Milken Institute’s annual gathering of the investment, business and political elites this week featured big names from US Treasury secretary Steven Mnuchin to David Solomon, chief executive of Goldman Sachs.

    [..,]

    Despite widespread optimism about the outlook for the US economy and financial markets, some of the biggest names on Wall Street and in corporate America revealed their anxiety about the health of the economic model that made them millionaires and billionaires.

    Mr Milken himself, whose conference was known as the predators’ ball when he ruled over the booming junk bond market of the 1980s, was among those fretfully revisiting a debate that has not loomed so large since before the fall of the Berlin Wall: whether capitalism’s supremacy is threatened by creeping socialism.

    Mr Milken played a video of Thatcher from two years before she became UK prime minister. “Capitalism has a moral basis,” she declared, and “to be free, you have to be capitalist”. Applause rippled through the ballroom.

    In the run-up to the conference, essays by Ray Dalio of Bridgewater Associates and Jamie Dimon of JPMorgan Chase about the case for reforming capitalism to sustain it have been widely shared. Executives are paying close attention to what one investment company CEO called “the shift left of the Democratic party”, personified by 2020 presidential candidates Bernie Sanders and Elizabeth Warren and the social media success of Alexandria Ocasio-Cortez, the democratic socialist elected to Congress last year.

    Former Alphabet chairman Eric Schmidt issued his own rallying cry as he sat beside Ivanka Trump to discuss the conference theme of “driving shared prosperity”.

    “I’m concerned with this notion that somehow socialism’s going to creep back in, because capitalism is the source of our collective wealth as a country,” Mr Schmidt said, urging his fellow capitalists to get the message out that “it’s working”.

    Mr Milken asked Ken Griffin, the billionaire founder of the hedge fund Citadel, why young Americans seemed to have lost faith in the free market, flashing up a poll on the screen behind them which showed 44 per cent of millennials saying they would prefer to live in a socialist country.

    “You and I grew up in a different era, where the cold war was waking up and there was a great debate in America about the strengths and weaknesses of socialism as compared to the economic freedom that we enjoy in our country,” Mr Griffin replied, saying that they had “seen that question answered” with the collapse of the Soviet Union.

    The younger generation that support socialism are “people who don’t know history”, he said.

    Guggenheim Partners’ Alan Schwartz put the risks of rising income inequality more starkly. “You take the average person . . . they’re just basically saying something that used to be 50:50 is now 60:40; it’s not working for me,” he told another conference session, pointing to the gap between wage growth and the growth of corporate profits.

    “If you look at the rightwing and the leftwing, what’s really coming is class warfare,” he warned. “Throughout centuries what we’ve seen when the masses think the elites have too much, one of two things happens: legislation to redistribute the wealth . . . or revolution to redistribute poverty. Those are the two choices historically and debating it back and forth, saying ‘no, it’s capitalism; no, it’s socialism’ is what creates revolution.”

    There was less discussion of the prospect of higher taxes on America’s wealthiest, which some Democrats have proposed to finance an agenda many executives support, such as investing in education, infrastructure and retraining a workforce threatened by technological disruption and globalisation.

    One top investment company executive echoed the common view among the conference’s wealthy speakers: “ Punitive #redistribution won’t work.”

    But another financial services executive, who donated to Hillary Clinton’s US presidential campaign in 2016, told the Financial Times: “ I’d pay 5 per cent more in tax to make the world a slightly less scary place .”

    #capitalisme #anxiété #capitalistes

  • WeChat Pay and Alipay are now targeting the 3 million Chinese travelers visiting the U.S. every year
    https://bonus.usbeketrica.com/article/wechat-pay-and-alipay-are-now-targeting-the-3-million-chinese-tra

    As their domestic market is reaching maturity, the two Chinese mobile payment services are looking toward new horizons. But the ongoing trade war could dampen their hopes. In February, Alipay, a Chinese mobile payment app that belongs to the Alibaba Group, forged an alliance with Walgreens, a U.S. pharmacy store chain. Alipay is now handling transactions in 3,000 Walgreens stores in the U.S., and is eyeing to reach 7,000 locations by April. It isn’t the first push made by Alibaba to expand (...)

    #7-Eleven #Alibaba #Apple #Google #Stripe #Walgreens #Tencent #Samsung #JPMorgan_Chase #Alibaba.com #Paypal #smartphone #marketing #profiling #Alipay #payement_par_téléphone #voyageurs #WeChatPay #Citcon (...)

    ##voyageurs
    ##ApplePay

  • A (Short) Intro to Cryptoeconomic Modelling (1/2)
    https://hackernoon.com/a-short-intro-to-cryptoeconomic-modelling-1-2-a840fa55bd18?source=rss---

    Design and test protocol mechanisms with PythonOverviewIf you’ve been following the #blockchain space after the 2017 crypto hype, you’ve likely come across discussions around scalability, interoperability and governance.Today, JPMorgan announced the creation of their new stablecoin “JPM Coin” to power their novel corporate payment network. Whether you’re a startup using public chain #technology or an enterprise using permission-based ledgers, today marks the start of a race to tokenize the world.The future of #economics will be interoperable, meaning assets, agents and transaction logics, may all exist in different ledgers/platforms. So, although the race has started, there are important protocol-level challenges to solve around scalability and robustness for ledger and inter-ledger (...)

    #privacy #cryptoeconomics

  • 3 Reasons why JPM Coin By JPMorgan Is Awesome For Blockchain Adoption
    https://hackernoon.com/3-reasons-why-jpm-coin-by-jpmorgan-is-awesome-for-blockchain-adoption-67

    Here Are The Reasons Why JPM Coin By JPMorgan Is Awesome For Blockchain AdoptionJPMorgan Chase introducing their #cryptocurrency called JPM Coin on 14th February 2019, reported by Cointelegraph. JPM Coin works like #bitcoin. It speeds up transactions between JPMorgan customers. JPM Coin is pegged to the US Dollar unlike other highly volatile cryptocurrencies- like a stablecoin. JPMorgan Chase is the first major United States bank to introduce its own digital coin for real-world usage. The news further highlights Wall Street’s positive sentiments about blockchain technology.CEO of JPMorgan Chase, Mr. Jamie Dimon, has affirmed blockchain technology’s potential in the future global financial system despite his initial critique of Bitcoin in September 2017. JPMorgan Chase has been (...)

    #jpmorgan-chase #jpm-coin #blockchain-adoption

  • JPMorgan Chase Moves to Be First Big U.S. Bank With Its Own Cryptocurrency - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/02/14/business/dealbook/jpmorgan-cryptocurrency-bitcoin.html

    In 2017, Jamie Dimon, JPMorgan Chase’s chief executive, declared Bitcoin a “fraud” and said that any employee caught trading it would be fired for being “stupid.”

    On Thursday, JPMorgan became the first major United States bank to introduce its own digital token for real-world use, the latest step in Wall Street’s evolving approach to the blockchain technology that underpins cryptocurrencies like Bitcoin and Ether.

    Despite questioning Bitcoin’s legitimacy, Mr. Dimon has said he recognizes blockchain’s potential in the future of the global financial system. And JPMorgan has already released a blockchain platform, Quorum, that several institutions are using to keep track of financial data.

    The bank’s token is unlikely to shake up the financial system anytime soon. Because it will be run by JPMorgan, it lacks the fundamental qualities that have made cryptocurrencies so radical: the freedom from middlemen and from regulatory oversight.

    JPMorgan will control the JPM Coin ledger, and each coin will be backed by a dollar in JPMorgan accounts, giving the coins a stable value. That means JPM Coin will not be subject to the wild price volatility that has drawn speculators to other cryptocurrencies.

    The bank is following in the footsteps of several smaller players that have introduced similar digital coins tied to the dollar. A consortium of European banks has been finalizing a similar product, Utility Settlement Coin, that would make it possible to move money between banks more quickly. Several cryptocurrency exchanges already have their own so-called stablecoins.

    The advantage of such a token, Mr. Farooq said, is speed. Clients that want to move huge sums of money would traditionally need to do so via wire transfer, a process that could take hours or even days. With international transfers, changes in currency exchange rates during the long lag times could end up adding to customers’ costs.

    Mr. Farooq said JPMorgan’s offering would be useful for big clients, but not for the smaller speculators who have typically taken an interest in cryptocurrencies.

    “This is designed specifically for institutional use cases on blockchain,” he said. “It’s not created to be for public investment.”

    #Cryptomonnaies #Banques #Spéculation

  • Amazon, AI and Medical Records: Do the Benefits Outweigh the Risks? - Knowledge Wharton
    http://knowledge.wharton.upenn.edu/article/amazon-medical-records

    Last month, Amazon unveiled a service based on AI and machine-learning technology that could comb through patient medical records and extract valuable insights. It was seen as a game changer that could alleviate the administrative burden of doctors, introduce new treatments, empower patients and potentially lower health care costs. But it also carries risks to patient data privacy that calls for appropriate regulation, according to Wharton and other experts.

    Branded Comprehend Medical, the Amazon Web Services offering aims “to understand and analyze the information that is often trapped in free-form, unstructured medical text, such as hospital admission notes or patient medical histories.” Essentially, it is a natural language processing service that pores through medical text for insights into disease conditions, medications and treatment outcomes from patient notes and other electronic health records.

    The new service is Amazon’s latest foray into the health care sector. In June, the company paid $1 billion to buy online pharmacy PillPack, a Boston-based startup that specializes in packing monthly supplies of medicines to chronically ill patients. In January, Amazon teamed up with Berkshire Hathaway and JPMorgan Chase to form a health care alliance that aims to lower costs and improve the quality of medical care for their employees.

    “Health care, like everything else, is becoming more of an information-based industry, and data is the gold standard — and Amazon knows as well as anyone how to handle and analyze data,” said Robert Field, Wharton lecturer in health care management who is also professor of health management and policy at Drexel University. “It’s a $3.5 trillion industry and 18% of our economy, so who wouldn’t want a piece of that?”

    AI offers “enormous” promise when it comes to bringing in new and improved treatments for patient conditions, such as in the area of radiology, added Hempstead. Machine learning also potentially enables the continual improvement of treatment models, such as identifying people who could participate in clinical trials. Moreover, Amazon’s service could “empower a consumer to be more in charge of their own health and maybe be more active consumer of medical services that might be beneficial to their health,” she said.

    On the flip side, it also could enable insurers to refuse to enroll patients that they might see as too risky, Hempstead said. Insurers are already accessing medical data and using technology in pricing their products for specific markets, and the Amazon service might make it easier for them to have access to such data, she noted.

    #Santé_publique #Données_médicales #Amazon #Intelligence_artificielle

  • « Lula, le prisonnier politique le plus important au monde » | Textes à l’appui | Là-bas si j’y suis
    https://la-bas.org/la-bas-magazine/textes-a-l-appui/noam-chomsky-j-ai-rencontre-lula-le-prisonnier-politique-le-plus-important-a

    Fin septembre, accompagné de sa femme, Noam CHOMSKY (89 ans) est venu à la prison de Curitiba, capitale du Paraná, pour rendre visite à LULA, ancien président du Brésil. Alors qu’il était donné largement favori pour les élections, LULA a été condamné à une peine de 12 ans de prison pour corruption. Une peine qu’il conteste tout comme une grande partie des Brésiliens. Pour CHOMSKY, LULA est avant tout un prisonnier politique. Il dit pourquoi dans un article publié sur THE INTERCEPT. Nous vous en proposons une traduction :

    « Ma femme Valeria et moi, nous venons de rendre visite à celui qui est sans doute le prisonnier politique le plus important de notre époque, d’une importance sans équivalent dans la politique internationale contemporaine. Ce prisonnier, c’est Luiz Inácio Lula da Silva – plus connu dans le monde sous le nom de « Lula » – condamné à la prison à vie et à l’isolement, sans accès à la presse et avec des visites limitées à un jour par semaine.

    Le lendemain de notre visite, au nom de la liberté de la presse, un juge a autorisé le plus grand journal du pays, Folha de S. Paulo, à interviewer Lula. Mais un autre juge est aussitôt intervenu pour annuler cette décision, alors que les criminels les plus violents du pays – les chefs de milice et les trafiquants de drogue – sont régulièrement interviewés depuis leurs prisons. Pour le pouvoir brésilien, emprisonner Lula ne suffit pas : ils veulent s’assurer que la population, à la veille des élections, n’entende plus parler de lui. Ils semblent prêts à employer tous les moyens pour atteindre cet objectif.

    Le juge qui a annulé la permission n’innovait pas. Avant lui, il y a eu le procureur qui a condamné Antonio Gramsci pendant le gouvernement fasciste de Mussolini en 1926, et qui déclarait : « nous devons empêcher son cerveau de fonctionner pendant 20 ans. »

    Nous avons été rassurés, mais pas surpris, de constater qu’en dépit des conditions de détention éprouvantes et des erreurs judiciaires scandaleuses, Lula reste un homme très énergique, optimiste quant à l’avenir et plein d’idées pour faire dévier le Brésil de sa trajectoire désastreuse actuelle.

    Il y a toujours des prétextes pour justifier un emprisonnement – parfois valables, parfois pas – mais il est souvent utile d’en déterminer les causes réelles. C’est le cas en l’espèce. L’accusation principale portée contre Lula est basée sur les dépositions d’hommes d’affaires condamnés pour corruption dans le cadre d’un plaider-coupable. On aurait offert à Lula un appartement dans lequel il n’a jamais vécu.

    Le crime présumé est parfaitement minime au regard des standards de corruptions brésiliens – et il y a à dire sur ce sujet, sur lequel je reviendrai. La peine est tellement disproportionnée par rapport au crime supposé qu’il est légitime d’en chercher les vraies raisons. Il n’est pas difficile d’en trouver. Le Brésil fait face à des élections d’une importance cruciale pour son avenir. Lula est de loin le candidat le plus populaire et remporterait facilement une élection équitable, ce qui n’est pas pour plaire à la ploutocratie.

    Bien qu’il ait mené pendant son mandat des politiques conçues pour s’adapter aux préoccupations de la finance nationale et internationale, Lula reste méprisé par les élites, en partie sans doute à cause de ses politiques sociales et des prestations pour les défavorisés – même si d’autres facteurs semblent jouer un rôle : avant tout, la simple haine de classe. Comment un travailleur pauvre, qui n’a pas fait d’études supérieures, et qui ne parle même pas un portugais correct peut-il être autorisé à diriger notre pays ?

    Alors qu’il était au pouvoir, Lula était toléré par les puissances occidentales, malgré quelques réserves. Mais son succès dans la propulsion du Brésil au centre de la scène mondiale n’a pas soulevé l’enthousiasme. Avec son ministre des Affaires étrangères Celso Amorim, ils commençaient à réaliser les prédictions d’il y a un siècle selon lesquelles le Brésil allait devenir « le colosse du Sud ». Ainsi, certaines de leurs initiatives ont été sévèrement condamnées, notamment les mesures qu’ils ont prises en 2010, en coordination avec la Turquie, pour résoudre le conflit au sujet du programme nucléaire iranien, contre la volonté affirmée des États-Unis de diriger l’événement. Plus généralement, le rôle de premier plan joué par le Brésil dans la promotion de puissances non alignées sur les Occidentaux, en Amérique latine et au-delà, n’a pas été bien reçu par ceux qui ont l’habitude de dominer le monde.

    Lula étant interdit de participer à l’élection, il y a un grand risque pour que le favori de la droite, Jair Bolsonaro, soit élu à la présidence et accentue la politique durement réactionnaire du président Michel Temer, qui a remplacé Dilma Rousseff après qu’elle a été destituée pour des motifs ridicules, au cours du précédent épisode du « coup d’État en douceur » en train de se jouer dans le plus important pays d’Amérique Latine.

    Bolsonaro se présente comme un autoritaire dur et brutal et comme un admirateur de la dictature militaire, qui va rétablir « l’ordre ». Une partie de son succès vient de ce qu’il se fait passer pour un homme nouveau qui démantèlera l’establishment politique corrompu, que de nombreux Brésiliens méprisent pour de bonnes raisons. Une situation locale comparable aux réactions vues partout dans le monde contre les dégâts provoqués par l’offensive néolibérale de la vieille génération.

    Bolsonaro affirme qu’il ne connaît rien à l’économie, laissant ce domaine à l’économiste Paulo Guedes, un ultralibéral, produit de l’École de Chicago. Guedes est clair et explicite sur sa solution aux problèmes du Brésil : « tout privatiser », soit l’ensemble de l’infrastructure nationale, afin de rembourser la dette des prédateurs qui saignent à blanc le pays. Littéralement tout privatiser, de façon à être bien certain que le pays périclite complètement et devienne le jouet des institutions financières dominantes et de la classe la plus fortunée. Guedes a travaillé pendant un certain temps au Chili sous la dictature de Pinochet, il est donc peut-être utile de rappeler les résultats de la première expérience de ce néolibéralisme de Chicago.

    L’expérience, initiée après le coup d’État militaire de 1973 qui avait préparé le terrain par la terreur et la torture, s’est déroulée dans des conditions quasi optimales. Il ne pouvait y avoir de dissidence – la Villa Grimaldi et ses équivalents s’en sont bien occupés. L’expérimentation était supervisée par les superstars de l’économie de Chicago. Elle a bénéficié d’un énorme soutien de la part des États-Unis, du monde des affaires et des institutions financières internationales. Et les planificateurs économiques ont eu la sagesse de ne pas interférer dans les affaires de l’entreprise Codelco, la plus grande société minière de cuivre au monde, une entreprise publique hautement efficace, qui a ainsi pu fournir une base solide à l’économie de Pinochet.

    Pendant quelques années, cette expérience fut largement saluée ; puis le silence s’est installé. Malgré les conditions presque parfaites, en 1982, les « Chicago boys » avaient réussi à faire s’effondrer l’économie. L’État a dû en reprendre en charge une grande partie, plus encore que pendant les années Allende. Des plaisantins ont appelé ça « la route de Chicago vers le socialisme ». L’économie, en grande partie remise aux mains des dirigeants antérieurs, a réémergé, non sans séquelles persistantes de la catastrophe dans les systèmes éducatifs, sociaux, et ailleurs.

    Pour en revenir aux préconisations de Bolsonaro-Guedes pour fragiliser le Brésil, il est important de garder à l’esprit la puissance écrasante de la finance dans l’économie politique brésilienne. L’économiste brésilien Ladislau Dowbor rapporte, dans son ouvrage A era do capital improdutivo (« Une ère de capital improductif »), que lorsque l’économie brésilienne est entrée en récession en 2014, les grandes banques ont accru leurs profits de 25 à 30 %, « une dynamique dans laquelle plus les banques font des bénéfices, plus l’économie stagne » puisque « les intermédiaires financiers n’alimentent pas la production, ils la ponctionnent ».

    En outre, poursuit M. Dowbor, « après 2014, le PIB a fortement chuté alors que les intérêts et les bénéfices des intermédiaires financiers ont augmenté de 20 à 30 % par an », une caractéristique structurelle d’un système financier qui « ne sert pas l’économie, mais est servi par elle. Il s’agit d’une productivité nette négative. La machine financière vit aux dépens de l’économie réelle. »

    Le phénomène est mondial. Joseph Stiglitz résume la situation simplement : « alors qu’auparavant la finance était un mécanisme permettant d’injecter de l’argent dans les entreprises, aujourd’hui elle fonctionne pour en retirer de l’argent ». C’est l’un des profonds renversements de la politique socio-économique dont est responsable l’assaut néolibéral ; il est également responsable de la forte concentration de la richesse entre les mains d’un petit nombre alors que la majorité stagne, de la diminution des prestations sociales, et de l’affaiblissement de la démocratie, fragilisée par les institutions financières prédatrices. Il y a là les principales sources du ressentiment, de la colère et du mépris à l’égard des institutions gouvernementales qui balayent une grande partie du monde, et souvent appelé – à tort – « populisme ».

    C’est l’avenir programmé par la ploutocratie et ses candidats. Un avenir qui serait compromis par un nouveau mandat à la présidence de Lula. Il répondait certes aux exigences des institutions financières et du monde des affaires en général, mais pas suffisamment pour notre époque de capitalisme sauvage.

    On pourrait s’attarder un instant sur ce qui s’est passé au Brésil pendant les années Lula – « la décennie d’or », selon les termes de la Banque mondiale en mai 2016 [1]. Au cours de ces années, l’étude de la banque rapporte :

    « Les progrès socio-économiques du Brésil ont été remarquables et mondialement reconnus. À partir de 2003 [début du mandat de Lula], le pays est reconnu pour son succès dans la réduction de la pauvreté et des inégalités et pour sa capacité à créer des emplois. Des politiques novatrices et efficaces visant à réduire la pauvreté et à assurer l’intégration de groupes qui auparavant étaient exclus ont sorti des millions de personnes de la pauvreté. »

    Et plus encore :

    « Le Brésil a également assumé des responsabilités mondiales. Il a réussi à poursuivre sa prospérité économique tout en protégeant son patrimoine naturel unique. Le Brésil est devenu l’un des plus importants donateurs émergents, avec des engagements importants, en particulier en Afrique subsaharienne, et un acteur majeur dans les négociations internationales sur le climat. La trajectoire de développement du Brésil au cours de la dernière décennie a montré qu’une croissance fondée sur une prospérité partagée, mais équilibrée dans le respect de l’environnement, est possible. Les Brésiliens sont fiers, à juste titre, de ces réalisations saluées sur la scène internationale. »

    Du moins certains Brésiliens, pas ceux qui détiennent le pouvoir économique.

    Le rapport de la Banque mondiale rejette le point de vue répandu selon lequel les progrès substantiels étaient « une illusion, créée par le boom des produits de base, mais insoutenable dans l’environnement international actuel, moins clément ». La Banque mondiale répond à cette affirmation par un « non » ferme et catégorique : « il n’y a aucune raison pour que ces gains socio-économiques récents soient effacés ; en réalité, ils pourraient bien être amplifiés avec de bonnes politiques. »

    Les bonnes politiques devraient comprendre des réformes radicales du cadre institutionnel hérité de la présidence Cardoso, qui a été maintenu pendant les années Lula-Dilma, satisfaisant ainsi les exigences de la communauté financière, notamment une faible imposition des riches et des taux d’intérêt exorbitants, ce qui a conduit à l’augmentation de grandes fortunes pour quelques-uns, tout en attirant les capitaux vers la finance au détriment des investissements productifs. La ploutocratie et le monopole médiatique accusent les politiques sociales d’assécher l’économie, mais dans les faits, les études économiques montrent que l’effet multiplicateur de l’aide financière aux pauvres a stimulé l’économie alors que ce sont les revenus financiers produits par les taux d’intérêt usuraires et autres cadeaux à la finance qui ont provoqué la véritable crise de 2013 – une crise que « les bonnes politiques » auraient permis de surmonter.

    L’éminent économiste brésilien Luiz Carlos Bresser-Pereira, ancien ministre des Finances, décrit succinctement le déterminant majeur de la crise en cours : « il n’y a pas de raison économique » pour justifier le blocage des dépenses publiques tout en maintenant les taux d’intérêt à un niveau élevé ; « la cause fondamentale des taux élevés au Brésil, c’est le fait des prêteurs et des financiers » avec ses conséquences dramatiques, appuyé par le corps législatif (élu avec le soutien financier des entreprises) et le monopole des médias qui relaient essentiellement la voix des intérêts privés.

    Dowbor montre que tout au long de l’histoire moderne du Brésil, les remises en question du cadre institutionnel ont conduit à des coups d’État, « à commencer par le renvoi et le suicide de Vargas [en 1954] et le putsch de 1964 » (fermement soutenu par Washington). Il y a de bonnes raisons de penser que la même chose s’est produite pendant le « coup d’État en douceur » en cours depuis 2013. Cette campagne des élites traditionnelles, aujourd’hui concentrées dans le secteur financier et servie par des médias qu’ils possèdent, a connu une accélération en 2013, lorsque Dilma Rousseff a cherché à ramener les taux d’intérêt extravagants à un niveau raisonnable, menaçant ainsi de tarir le torrent d’argent facile dont profitait la minorité qui pouvait se permettre de jouer sur les marchés financiers.

    La campagne actuelle visant à préserver le cadre institutionnel et à revenir sur les acquis de « la décennie glorieuse » exploite la corruption à laquelle le Parti des travailleurs de Lula, le PT, a participé. La corruption est bien réelle, et grave, même si le fait de diaboliser le PT est une pure instrumentalisation, en regard des écarts de conduite de ses accusateurs. Et comme nous l’avons déjà mentionné, les accusations portées contre Lula, même si l’on devait lui en reconnaître les torts, ne peuvent être prises au sérieux pour justifier la peine qui lui a été infligée dans le but de l’exclure du système politique. Tout cela fait de lui l’un des prisonniers politiques les plus importants de la période actuelle.

    La réaction récurrente des élites face aux menaces qui pèsent sur le cadre institutionnel de l’économie sociopolitique au Brésil trouve son équivalent dans la riposte internationale contre les remises en cause, par le monde en développement, du système néocolonial hérité de siècles de dévastations impérialistes occidentales. Dans les années 1950, dans les premiers jours de la décolonisation, le mouvement des pays non-alignés a cherché à faire son entrée dans les affaires mondiales. Il a été rapidement remis à sa place par les puissances occidentales. En témoigne dramatiquement l’assassinat du leader congolais, très prometteur, Patrice Lumumba, par les dirigeants historiques belges (devançant la CIA). Ce crime et les violences qui ont suivi ont mis fin aux espoirs de ce qui devrait être l’un des pays les plus riches du monde, mais qui reste « l’horreur ! l’horreur ! » avec la collaboration des tortionnaires historiques de l’Afrique.

    Néanmoins, les voix gênantes des victimes historiques ne cessaient de s’élever. Dans les années 1960 et 1970, la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, avec le concours important d’économistes brésiliens, a présenté des plans pour un Nouvel Ordre Économique International, dans lequel les préoccupations des « sociétés en développement » – la grande majorité de la population mondiale – auraient été examinées. Une initiative rapidement écrasée par la régression néolibérale.

    Quelques années plus tard, au sein de l’UNESCO, les pays du Sud ont appelé à un nouvel ordre international de l’information qui ouvrirait le système mondial des médias et de la communication à des acteurs extérieurs au monopole occidental. Cette initiative a déchaîné une riposte extrêmement violente qui a traversé tout le spectre politique, avec des mensonges éhontés et des accusations ridicules, et qui finalement a entraîné le retrait du président américain Ronald Reagan, sous de faux prétextes, de l’UNESCO. Tout cela a été dévoilé dans une étude accablante (donc peu lue) des spécialistes des médias William Preston, Edward S. Herman et Herbert Schiller [2].

    L’étude menée en 1993 par le South Centre, qui montrait que l’hémorragie de capitaux depuis les pays pauvres vers les pays riches s’était accompagnée d’exportations de capitaux vers le FMI et la Banque mondiale, qui sont désormais « bénéficiaires nets des ressources des pays en développement », a également été soigneusement passée sous silence. De même que la déclaration du premier sommet du Sud, qui avait rassemblé 133 États en 2000, en réponse à l’enthousiasme de l’Occident pour sa nouvelle doctrine d’« intervention humanitaire ». Aux yeux des pays du Sud, « le soi-disant droit d’intervention humanitaire » est une nouvelle forme d’impérialisme, « qui n’a aucun fondement juridique dans la Charte des Nations unies ni dans les principes généraux du droit international ».

    Sans surprise, les puissants n’apprécient guère les remises en cause, et disposent de nombreux moyens pour y répliquer ou pour les réduire au silence.

    Il y aurait beaucoup à dire sur la corruption endémique de la politique latino-américaine, souvent solennellement condamnée par l’Occident. Il est vrai, c’est un fléau, qui ne devrait pas être toléré. Mais elle n’est pas limitée aux « pays en voie de développement ». Par exemple, ce n’est pas une petite aberration que dans nos pays, les gigantesques banques reçoivent des amendes de dizaines de milliards de dollars (JPMorgan Chase, Bank of America, Goldman Sachs, Deutsche Bank, Citigroup) à l’issue d’accords négociés à l’amiable, mais que personne ne soit légalement coupable de ces activités criminelles, qui détruisent pourtant des millions de vies. Remarquant que « les multinationales américaines avaient de plus en plus de difficultés à ne pas basculer dans l’illégalité », l’hebdomadaire londonien The Economist du 30 août 2014 rapportait que 2 163 condamnations d’entreprise avaient été comptabilisées entre 2000 et 2014 – et ces multinationales sont nombreuses à Londres et sur le continent européen [3].

    La corruption couvre tout un registre, depuis les énormités qu’on vient de voir jusqu’aux plus petites mesquineries. Le vol des salaires, une épidémie aux États-Unis, en donne un exemple particulièrement ordinaire et instructif. On estime que les deux tiers des travailleurs à bas salaire sont volés sur leur rémunération chaque semaine, tandis que les trois quarts se voient voler tout ou partie de leur rémunération pour les heures supplémentaires. Les sommes ainsi volées chaque année sur les salaires des employés excèdent la somme des vols commis dans les banques, les stations-service et les commerces de proximité. Et pourtant, presque aucune action coercitive n’est engagée sur ce point. Le maintien de cette impunité revêt une importance cruciale pour le monde des affaires, à tel point qu’il est une des priorités du principal lobby entrepreneurial, le American Legislative Exchange Council (ALEC), qui bénéficie des largesses financières des entreprises.

    La tâche principale de l’ALEC est d’élaborer un cadre législatif pour les États. Un but facile puisque, d’une part, les législateurs sont financés par les entreprises et, d’autre part, les médias s’intéressent peu au sujet. Des programmes méthodiques et intenses soutenus par l’ALEC sont donc capables de faire évoluer les contours de la politique d’un pays, sans préavis, ce qui constitue une attaque souterraine contre la démocratie mais avec des effets importants. Et l’une de leurs initiatives législatives consiste à faire en sorte que les vols de salaires ne soient pas soumis à des contrôles ni à l’application de la loi.

    Mais la corruption, qui est un crime, qu’elle soit massive ou minime, n’est que la partie émergée de l’iceberg. La corruption la plus grave est légale. Par exemple, le recours aux paradis fiscaux draine environ un quart, voire davantage, des 80 000 milliards de dollars de l’économie mondiale, créant un système économique indépendant exempt de surveillance et de réglementation, un refuge pour toutes sortes d’activités criminelles, ainsi que pour les impôts qu’on ne veut pas payer. Il n’est pas non plus techniquement illégal pour Amazon, qui vient de devenir la deuxième société à dépasser les 1 000 milliards de dollars de valeur, de bénéficier d’allègements fiscaux sur les ventes. Ou que l’entreprise utilise environ 2 % de l’électricité américaine à des tarifs très préférentiels, conformément à « une longue tradition américaine de transfert des coûts depuis les entreprises vers les plus démunis, qui consacrent déjà aux factures des services publics, en proportion de leurs revenus, environ trois fois plus que ne le font les ménages aisés », comme le rapporte la presse économique [4].

    Il y a une liste infinie d’autres exemples.

    Un autre exemple important, c’est l’achat des voix lors des élections, un sujet qui a été étudié en profondeur, en particulier par le politologue Thomas Ferguson. Ses recherches, ainsi que celles de ses collègues, ont montré que l’éligibilité du Congrès et de l’exécutif est prévisible avec une précision remarquable à partir de la variable unique des dépenses électorales, une tendance très forte qui remonte loin dans l’histoire politique américaine et qui s’étend jusqu’aux élections de 2016 [5]. La corruption latino-américaine est considérée comme un fléau, alors que la transformation de la démocratie formelle en un instrument entre les mains de la fortune privée est parfaitement légale.

    Bien sûr, ce n’est pas que l’interférence dans les élections ne soit plus à l’ordre du jour. Au contraire, l’ingérence présumée de la Russie dans les élections de 2016 est un sujet majeur de l’époque, un sujet d’enquêtes acharnées et de commentaires endiablés. En revanche, le rôle écrasant du monde de l’entreprise et des fortunes privées dans la corruption des élections de 2016, selon une tradition qui remonte à plus d’un siècle, est à peine reconnu. Après tout, il est parfaitement légal, il est même approuvé et renforcé par les décisions de la Cour suprême la plus réactionnaire de mémoire d’homme.

    L’achat d’élections n’est pas la pire des interventions des entreprises dans la démocratie américaine immaculée, souillée par les hackers russes (avec des résultats indétectables). Les dépenses de campagne atteignent des sommets, mais elles sont éclipsées par le lobbying, qui représenterait environ 10 fois ces dépenses – un fléau qui s’est rapidement aggravé dès les premiers jours de la régression néolibérale. Ses effets sur la législation sont considérables, le lobbyiste allant jusqu’à la rédaction littérale des lois, alors que le parlementaire – qui signe le projet de loi – est quelque part ailleurs, occupé à collecter des fonds pour la prochaine campagne électorale.

    La corruption est effectivement un fléau au Brésil et en Amérique latine en général, mais ils restent des petits joueurs.

    Tout cela nous ramène à la prison, où l’un des prisonniers politiques les plus importants de la période est maintenu en isolement pour que le « coup d’État en douceur » au Brésil puisse se poursuivre, avec des conséquences certaines qui seront sévères pour la société brésilienne, et pour le monde entier, étant donné le rôle potentiel du Brésil.

    Tout cela peut continuer, à une condition, que ce qui se passe continue d’être toléré. »

    Noam Chomsky

  • Salaries for #blockchain engineers skyrockets despite plans of job cuts in the #financial markets
    https://hackernoon.com/salaries-for-blockchain-engineers-skyrockets-despite-plans-of-job-cuts-i

    The title may sound confusing, but the job market trends in the financial sector have begun to shift.In the next three months, Standard Chartered Bank plans to lay off 300 people from the Middle East and Africa division while JPMorgan Chase has already laid off 400 employees in the consumer mortgage division. Despite the negative sentiments in the broader market, Hired — San Francisco Recruitment Agency- states that the demand for blockchain engineer has increased by 400% since 2017.What is driving the demand?The demand for blockchain engineers derived from large companies such as Facebook, Amazon, IBM, and Microsoft. It would be a growing demand as more companies work on projects that utilise blockchain technology. CEO of Bank of America (BOA), Brian Moynihan told CNBC,“The adoption of (...)

    #engineering #jobs #cryptocurrency-investment

  • Facebook lorgne sur les données bancaires de ses membres
    https://www.numerama.com/business/405230-facebook-lorgne-sur-les-donnees-bancaires-de-ses-membres.html

    Facebook a approché des banques américaines pour leur demander de partager des données de leurs clients, en échange de la possibilité de faire de la publicité sur son service. Selon le réseau social, sa proposition vise à développer des services sur Messenger et les chatbots, pas d’exploiter ces informations. Si vous en aviez la possibilité, accepteriez-vous de passer par Facebook Messenger pour consulter le solde de votre compte courant, vérifier les transactions financières récentes et interagir (...)

    #Citigroup #JPMorgan_Chase #Facebook #Messenger #algorithme #bot #banque #BigData (...)

    ##data-mining

  • Facebook taps banks, but for chatbots not purchase data like Google
    https://techcrunch.com/2018/08/06/facebook-banking

    Backlash swelled this morning after Facebook’s aspirations in financial services were blown out of proportion by a Wall Street Journal report that neglected how the social network already works with banks. Facebook spokesperson Elisabeth Diana tells TechCrunch it’s not asking for credit card transaction data from banks and it’s not interested in building a dedicated banking feature where you could interact with your accounts. It also says its work with banks isn’t to gather data to power ad (...)

    #JPMorgan_Chase #Facebook #Messenger #WeChat #algorithme #bot #banque #BigData #data-mining

  • * USA : Facebook veut l’accès aux données des clients de banques, selon une source proche AFP - 6 Aout 2018 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/medias/detail_usa-facebook-veut-l-acces-aux-donnees-des-clients-de-banques-selon-une-s

    Facebook a approché de grandes banques américaines pour leur demander de partager des données de leurs clients dans l’objectif de proposer de nouveaux services sur Messenger, a indiqué lundi à l’AFP une source proche du dossier.

    Le célèbre réseau social a tenu il y a plusieurs mois des discussions avec Chase, la banque de détail de JPMorgan, Citi (Citigroup) et Wells Fargo, a ajouté sous couvert d’anonymat cette source, précisant que Chase avait mis fin à ces négociations.

    Des contacts ont également été pris avec la banque U.S Bancorp, selon le Wall Street Journal, qui a révélé l’affaire.


    Le groupe de Mark Zuckerberg souhaitait avoir des informations sur toutes les transactions financières effectuées par cartes bancaires et les soldes des comptes courants de leurs clients, a encore dit la source.

    Il demandait des informations sur les commerces avec lesquels ils font affaire, et proposaient en échange aux établissements bancaires d’offrir sur Messenger, qui revendique 1,3 milliard d’utilisateurs actifs, certaines de leurs offres.

    Facebook n’a en revanche pas précisé quelle utilisation il entendait faire des données demandées, selon la source.

    Contactés par l’AFP, Facebook et Citigroup n’ont pas répondu dans l’immédiat, tandis que Wells Fargo n’a pas souhaité faire de commentaire.

    Patricia Wexler, une porte-parole de JPMorgan Chase, a renvoyé l’AFP vers une déclaration faite au Wall Street Journal.

    « Nous ne partageons pas les données des transactions effectuées par nos clients (...) et avons par conséquent rejeté certaines propositions », a-t-elle dit au quotidien.

    #banque #facebook maître du monde !

  • CAC 40 : les profits des entreprises ont grimpé quatre fois plus vite que leur chiffre d’affaires
    http://www.latribune.fr/bourse/cac-40-les-profits-des-entreprises-ont-grimpe-quatre-fois-plus-vite-que-le


    "En l’absence de risque géopolitique majeur ou d’erreur de politique monétaire, on est parti pour une très bonne période", a commenté pour l’AFP Vincent Juvyns, stratégiste chez JPMorgan AM.
    Crédits : CC0 Creative Commons/Pixabay.

    Les entreprises du CAC 40 ont engrangé plus de 52 milliards d’euros de profit pour 650 milliards d’euros de chiffre d’affaires au cours des six premiers mois de l’année. La tendance observée en 2016 (+32%) s’est confirmée. Les bénéfices déjà engrangés représentent plus des deux tiers des 75,4 milliards d’euros glanés l’an dernier.

    Les bénéfices des entreprises du CAC 40 ont augmenté de 26,3% au premier semestre, portés par l’automobile, le luxe et plusieurs cessions, pour atteindre 52,3 milliards, contre 41,3 milliards l’an dernier à la même période d’euros, selon un décompte réalisé par l’AFP. Le chiffre d’affaires de ces entreprises n’a pourtant progressé que de 6,6% dans le même temps, à 650 milliards d’euros.

    La tendance observée en 2016 (+32%) s’est donc confirmée sur les six premiers mois de 2017. Les bénéfices déjà engrangés représentent plus des deux tiers des 75,4 milliards d’euros glanés l’an dernier.

  • Digital Ad Fraud Hitting All Time Highs 2017 | Augustine Fou
    https://www.slideshare.net/augustinefou/digital-ad-fraud-hitting-all-time-highs-2017-augustine-fou

    #industrie #publicité #bulle

    via @antoniocasilli qui en veut pour nouvelle preuve ceci :

    Chase Had Ads on 400,000 Sites. Then on Just 5,000. Same Results
    https://mobile.nytimes.com/2017/03/29/business/chase-ads-youtube-fake-news-offensive-videos.html

    Much of the promise of online advertising hinges on the vast reach of the web, and the ability to reach people on niche sites at low prices. Index Exchange, an ad exchange, has estimated that the titles owned by the top 50 traditional media companies account for 5 percent or fewer of the trillions of ad impressions available for sale each day. Google’s display network alone includes more than two million websites. YouTube has more than three million ad-supported channels, according to the analytics company OpenSlate, which says the average $100,000 campaign on the platform runs on more than 7,000 channels.

    If more advertisers follow JPMorgan’s lead and see similar results, it could hurt the operators of smaller sites that make up the so-called long tail of the internet, as well as the advertising technology companies that profit from funneling trillions of ad impressions from brands to consumers through systems that mimic a stock exchange, according to Eric Franchi, co-founder of the ad technology firm Undertone.

  • JPMorgan Software Does in Seconds What Took Lawyers 360,000 Hours

    The program, called COIN, for Contract Intelligence, does in seconds and without errors the mind-numbing job of interpreting commercial-loan agreements, something that consumed 360,000 hours of work each year by lawyers and loan officers.

    https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-02-28/jpmorgan-marshals-an-army-of-developers-to-automate-high-finance

    Another program called X-Connect, which went into use in January, examines e-mails to help employees find colleagues who have the closest relationships with potential prospects and can arrange introductions.

    [...]

    While growing numbers of people in the industry worry such advancements might someday take their jobs, many Wall Street personnel are more focused on benefits. A survey of more than 3,200 financial professionals by recruiting firm Options Group last year found a majority expect new technology will improve their careers, for example by improving workplace performance.

    [...]

    the company keeps tabs on 2,000 technology ventures, using about 100 in pilot programs that will eventually join the firm’s growing ecosystem of partners. For instance, the bank’s machine-learning software was built with Cloudier Inc., a software firm that JPMorgan first encountered in 2009.

    #artificial_intelligence #intelligence_artificielle #AI #IA
    #finance

  • Noël à Wall Street : l’indice Dow Jones se rapproche de 20 000
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/dec2016/pers-d22.shtml

    L’évènement clé est l’élection de Trump. Après une chute initiale suite au résultat inattendu du vote, la bourgoisie est rapidement parvenue à un consensus sur le fait qu’elle avait beaucoup à gagner d’un gouvernement Trump. Les cours se sont envolés, et malgré quelques interruptions mineures, la flambée continue depuis.
    Dire que le climat des affaires a changé relève de euphémisme. L’oligarchie américaine célèbre un Noël de rêve. Elle anticipe, à juste titre, que le gouvernement Trump sera celui de l’oligarchie financière. La cabale de milliardaires, de banquiers, de PDG, et de généraux qui constitue son cabinet ministériel et le cercle intérieur de la Maison Blanche est engagée à lever toutes les contraintes qui pèsent sur la capacité des riches de piller la société.
    Les banquiers comptent obtenir l’élimination des restrictions mineures sur la spéculation imposées par la loi bancaire Dodd-Frank de 2010 et, en plus, des taux d’intérêt plus élevés. C’est garanti par la présence de trois ex-banquiers de Goldman Sachs au gouvernement : le néo-fasciste Stephen Bannon (stratège en chef de la Maison Blanche), Steven Mnuchin (chef du département du Trésor) et le président de Goldman Sachs, Gary Cohn (président du Conseil national économique).
    Il est donc peu étonnant que les actions bancaires aient été au cœur de la flambée des cours ; les actions Goldman Sachs ont augmenté de plus de 33 pour cent, ce qui représente un quart de la hausse du Dow. JPMorgan Chase n’est pas à la traîne non plus (montée de 22 pour cent).
    Les sociétés énergétiques comptent éliminer toutes les contraintes sur l’exploitation des mines, le forage et la pollution, et obtenir une politique étrangère leur assurant le contrôle des ressources mondiales. Rex Tillerson, PDG du pétrolier Exxon-Mobil, dirigera la diplomatie américaine. Des serviteurs attitrés du patronat opposés à la réglementation écologique dirigent l’Agence pour la protection de l’environnement (le procureur général de l’Oklahoma Scott Pruitt), le Département de l’Energie (l’ex-gouverneur du Texas, Rich Perry) et le Département de l’Intérieur (le représentant républicain du Montana, Ryan Zinke).
    Les actions des sociétés industrielles montent en vue de baisses des salaires, d’augmentations des cadences et de baisses d’effectifs sanctionnées par par les secrétaires du Commerce, le milliardaire Wilbur Ross, et du Travail, le magnat du fast-food Andrew Puzder, qui critique l’existence d’un salaire minimum.
    Les actions des géants du transport et du bâtiment, dont Caterpillar, grimpent suite à l’annonce par Trump d’un plan d’infrastructure de mille milliards de dollars. Ceci prépare des privatisations et l’octroi de contrats juteux garantissant aux entreprises des réductions d’impôt allant jusqu’à 80 pour cent, liées à la construction d’infrastructures dont elles seront alors les propriétaires, leur assurant des revenus à perpétuité.
    Les entreprises de défense attendent avec impatience une flambée de leurs bénéfices, grâce à une augmentation massive des dépenses militaires sous Trump.
    Les grandes entreprises s’attendent toutes à une hausse de leurs bénéfices grâce à la réduction de 20 pour cent des impôts sur les sociétés ; à l’éviscération des règlements sur la santé et la sécurité des travailleurs ; aux coupes claires dans l’assurance maladie, les retraites publiques, les aides au logement, et l’éducation publique imposées par des réactionnaires sociaux dont le chef milliardaire du Département de l’ Education Betsy DeVos, Ben Carson à l’Aménagement urbain, et Tom Price au Département de la Santé et des Services sociaux. Ils comptent réduire sévèrement la part des bénéfices, tirés de la sueur des travailleurs, qui finance ensuite les services publics, ce qu’ils considèrent être un détournement intolérable de leurs richesses.

  • Les nouveaux disrupteurs de la Silicon Valley vont conseiller Trump
    http://www.latribune.fr/economie/international/les-nouveaux-disrupteurs-de-la-silicon-valley-vont-conseiller-trump-624882

    Travis Kalanick, PDG d’Uber, et Elon Musk de Tesla et SpaceX vont rejoindre l’instance qui réunit déjà 16 grands patrons américains et que Donald Trump consultera pour élaborer et évaluer sa politique économique. Ils sont les deux seuls dirigeants de la Silicon Valley à figurer dans ce Forum. La PDG d’IBM Ginni Rometty y est également mais « Big Blue » est basé à New York.

    « L’Amérique a les entreprises les plus innovantes et vibrionnantes du monde et les patrons pionniers rejoignant ce Forum aujourd’hui sont au sommet dans leur secteur » respectif, s’est réjoui Donald Trump dans un communiqué.

    Indra Nooyi, la PDG de Pepsico, sera le dix-neuvième membre de cet organe consultatif présidé par le patron du fonds d’investissement Blackstone, Stephen Schwarzman.

    Le Forum compte déjà parmi ses membres les patrons de la banque JPMorgan Chase (Jamie Dimon), des studios Walt Disney (Bob Iger), du constructeur automobile General Motors (Mary Barra) ou de l’avionneur Boeing (Jim McNerney). Il devra éclairer M. Trump sur la manière dont « les mesures gouvernementales affectent la croissance économique, la création d’emplois et la productivité ».

    L’arrivée de MM. Kalanick et Musk est une belle prise pour Donald Trump à qui le secteur technologique a réservé jusqu’ici un accueil plutôt froid.

  • Dimon (JPMorgan) reste en lice pour le secrétariat au Trésor
    https://www.crashdebug.fr/international/12687-dimon-jpmorgan-reste-en-lice-pour-le-secretariat-au-tresor

    Jamie Dimon

    NEW YORK/WASHINGTON, 17 novembre (Reuters) - Des informations contradictoires concernant la possibilité que le directeur général de JPMorgan Chase, Jamie Dimon, soit désigné au poste de secrétaire au Trésor de la future administration du président élu Donald Trump jettent le trouble sur l’avenir de la première banque américaine.

    Selon les dernières informations provenant de tweets de journalistes de Fox Business News mercredi, Dimon serait toujours sur les rangs bien qu’une information de la chaîne de télévision CNBC suivant laquelle il allait décrocher le poste ait été rapidement mise en doute.

    Des porte-parole de JPMorgan se sont refusé à tout commentaire depuis le 10 novembre, lorsque les premières rumeurs selon lesquelles le directeur général de la banque était candidat à ce (...)

    #En_vedette #Ça_s'est_dit_par_là... #International

  • Who Is Funding the Dakota Access Pipeline? Bank of America, HSBC, UBS, Goldman Sachs, Wells Fargo | Democracy Now!
    http://www.democracynow.org/2016/9/9/who_is_funding_the_dakota_access

    http://www.foodandwaterwatch.org/news/who%27s-banking-dakota-access-pipeline

    We continue our conversation Food & Water Watch’s Hugh MacMillan about his new investigation that reveals the dozens of financial institutions that are bankrolling the Dakota Access pipeline, including Bank of America, HSBC, UBS, Goldman Sachs, Wells Fargo and JPMorgan Chase. “They are banking on this company and banking on being able to drill and frack for the oil to send through the pipeline over the coming decades,” MacMillan says. “So they’re providing the capital for the construction of this pipeline.”

    Who’s Banking on the Dakota Access Pipeline? - LittleSis
    https://littlesis.org/maps/1634-who-s-banking-on-the-dakota-access-pipeline

    Resistance to Dakota Access Grows

    Energy Transfer Partners began construction of the Dakota Access Pipeline in May 2016, but the company’s plans have hit a snag.

    In late July, the Army Corps of Engineers granted permits for the pipeline to cross beneath the Missouri and Cannon Ball Rivers without approval from the Standing Rock Sioux.

    By late August 2016, more than 1500 people, mostly Native Americans, had responded to the tribe’s call to action and converged at the Standing Rock Sioux Reservation to protect against construction of “the black snake.” In an historic show of solidarity, 188 First Nations and American Indian tribes have united in opposition.

    Also in August, Youth from Standing Rock completed a 2000-mile relay run to Washington, D.C., to bring the message of their #RezpectOurWater campaign to the White House, in their own show of opposition.

    The Dakota Access pipeline would run through the Dakotas and Iowa to Illinois, where oil would be sent to East Coast markets by train or to the Gulf Coast via another Energy Transfer Partners pipeline being converted to carry oil.

    Overall, the “Bakken Crude Pipeline” — to extend over 1,800 miles from near the Canadian border to the Gulf Coast of Texas — is costing about $4.8 billion, and is being sold as a key element of Energy Transfer Partners plans to “capitalize on U.S. energy exports,” thanks to fracking.

    This graph, made by Food & Water Watch for the Standing Rock Sioux and for the Bakken Pipeline Resistance Coalition, first revealed the banks banking against the Standing Rock Sioux and against all those responding to the tribe’s call to action. (Food & Water Watch has since produced a second data visualization.)

    #nations_premières #dakota #pipeline #états_unis #resistance #résister

  • Wall Street’s Next Frontier Is Hacking Into Emotions of Traders
    http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-09-01/wall-street-s-next-frontier-is-hacking-into-emotions-of-traders

    Startups wielding sensors and algorithms promise a new era of surveillance. The trader was in deep trouble. A millennial who had only recently been allowed to set foot on a Wall Street floor, he made bad bets, and in a panic to recoup his losses, he’d blown through risk limits, losing $4.9 million in a single afternoon. It wasn’t a career-ending day. The trader was taking part in a simulation run by Andrew Lo, an MIT finance professor. The goal : find out if top performers can be identified (...)

    #algorithme #biométrie #surveillance #surveillance #Bank_of_America #JPMorgan_Chase

  • Et voici maintenant le « people analytics » : nos émotions sous surveillance
    https://www.letemps.ch/societe/2016/10/23/voici-people-analytics-nos-emotions-surveillance

    Après les technologies de reconnaissance faciale qui permettent d’identifier une personne, voici les technologies qui analysent les émotions pour savoir ce qu’elle ressent D’après Bloomberg, des institutions financières comme JPMorgan Chase et Bank of America envisagent d’installer des systèmes qui analysent le comportement émotionnel des traders, une voix qui s’accélère ou qui s’élève au téléphone pouvant être un indicateur de stress suivi d’une mauvaise prise de position en bourse. Déjà équipées de (...)

    #Bank_of_America #JPMorgan_Chase #algorithme #CCTV #émotions #surveillance #vidéo-surveillance

  • Uber wants to disrupt the car loan and leasing industry
    http://www.cnbc.com/2016/06/07/uber-wants-to-disrupt-the-auto-leasing-industry.html

    To many observers, the endgame of Uber’s auto market disruption is a world where you never own a car again.

    But there’s an irony in how Uber, (2016 CNBC Disruptor No.1), plans to get there: It’s making a big push into the hundred-plus billion-dollar auto financing market.

    Think about all the money that goes into leases and loans from captive financing units at Toyota, Honda and Ford, luring consumers into shiny new vehicles.

    Automobile financing amounts to $116 billion a year just in the United States, according to IBISWorld, all for the sake of car ownership — or something resembling it.

    Uber’s mission is very different than that of a car company. It wants more Ubers on the road by any means necessary, and the newer the car, the better. After all, it’s setting out to create the anti-taxi experience.
    The company created Xchange Leasing last year as a wholly-owned Uber subsidiary. For a $250 deposit, an Uber driver can lease a new midsize or economy car, be it a Chevrolet Malibu, Honda Accord or Toyota Prius.
    […]
    At a Chicago-area Nissan dealership, Xchange accounted for 41 percent of sales in May. In each of the first three months of the year, sales more than doubled from the same time in 2015, mostly because of Xchange deals, said a store executive, who asked that we not use his or her company’s name.
    […]
    Financing cars by the thousands is hugely expensive. Xchange secured a $1 billion credit facility led by Goldman Sachs, according to a person familiar with the matter. The facility was put in place last week and includes capital from Citigroup, Deutsche Bank AG (New York Branch), JPMorgan, Morgan Stanley and SunTrust, the person said.

    The credit facility was previously reported by Bloomberg News.

    By the end of 2016, Uber expects that 100,000 cars will have been provided globally through the vehicle solutions programs, with $2 billion going toward car sales.

  • Découverte d’une bogue dans le code de #The_DAO et exploitation de cette bogue ce matin pour virer des ethers.

    https://www.reddit.com/r/ethereum/comments/4oi2ta/i_think_thedao_is_getting_drained_right_now “I think TheDAO is getting drained right now”
    https://www.reddit.com/r/ethereum/comments/4oif2x/dao_attack_exchanges_please_pause_eth_and_dao

    https://news.ycombinator.com/item?id=11921216 “The DAO is currently being attacked, over 2M Ethereum [sic] missing so far”

    https://blog.slock.it/dao-security-advisory-live-updates-2a0a42a2d07b “The DAO is currently sustaining a sophisticated attack.

    The entire Ethereum community, including the Ethereum Foundation and experts from various companies in the field are working together to analyse and attempt to stop the attacker.

    If anyone knows who has the split proposals Congo Split, Beer Split and FUN-SPLT-42, please make yourself known on The DAO’s Slack or forums.”

    http://www.davidroon.com/blog/2016/6/17/the-dao-is-being-attacked

    https://www.cryptocoinsnews.com/ether-price-plumets-ethereum-dao-may-be-hacked “Ethereum took a drastic dive this morning as news came in that the DAO smart contract address is being drained of ether in an ongoing and developing news story.”

    Les leçons que j’en tire : 1) les logiciels ont des bogues 2) l’innovation, c’est risqué. Oui, j’enfonce des portes ouvertes mais je prévois les conneries que raconteront bientôt les médias.

    #Ethereum

  • Vu qu’on parle quand même de plus en plus de ce livre en particulier :

    Blockchain Revolution : How the Technology Behind Bitcoin Is Changing Money, Business, and the World (Don Tapscott, Alex Tapscott)

    http://dontapscott.com/books/blockchain-revolution

    https://www.amazon.fr/Blockchain-Revolution-Technology-Changing-Business/dp/0399564063

    The first generation of the digital revolution brought us the Internet of information. The second genera­tion—powered by blockchain technology—is bringing us the Internet of value: a new, distributed platform that can help us reshape the world of business and transform the old order of human affairs for the better.

    Blockchain is the ingeniously simple, revolution­ary protocol that allows transactions to be simul­taneously anonymous and secure by maintaining a tamperproof public ledger of value. Though it’s the technology that drives bitcoin and other digital cur­rencies, the underlying framework has the potential to go far beyond these and record virtually everything of value to humankind, from birth and death certifi­cates to insurance claims and even votes.

    Why should you care? Maybe you’re a music lover who wants artists to make a living off their art. Or a consumer who wants to know where that hamburger meat really came from. Perhaps you’re an immigrant who’s sick of paying big fees to send money home to loved ones. Or an entrepreneur looking for a new platform to build a business.

    And those examples are barely the tip of the ice­berg. This technology is public, encrypted, and readily available for anyone to use. It’s already seeing wide­spread adoption in a number of areas. For example, forty-two (and counting) of the world’s biggest finan­cial institutions, including Goldman Sachs, JPMorgan Chase, and Credit Suisse, have formed a consortium to investigate the blockchain for speedier and more secure transactions.

    As with major paradigm shifts that preceded it, the blockchain will create winners and losers. And while opportunities abound, the risks of disruption and dislocation must not be ignored.

    #book #livre
    #blockchain

  • Deux Israéliens inculpés dans la cyber-attaque contre JPMorgan pourront être extradés
    09/05/2016 à 18h26
    http://www.bfmtv.com/international/deux-israeliens-inculpes-dans-la-cyber-attaque-contre-jpmorgan-pourront-etre-

    La justice israélienne a approuvé l’extradition vers les Etats-Unis de deux Israéliens mis en examen dans une des plus importantes escroqueries informatiques de l’histoire.

    Gery Shalon, âgé de 32 ans, et Ziv Orenstein, âgé de 41 ans, qui avaient été arrêtés par la police israélienne en juillet dernier et mis en examen dans la cyber-attaque contre JPMorgan Chase, pourront être extradés, suite à la demande des autorités américaines, a indiqué ce lundi le ministère de la Justice israélien dans un communiqué.

    Ils risquent plusieurs dizaines d’années d’emprisonnement, précise le texte qui ne précise pas la date de leur extradition. Les deux hommes sont soupçonnés de fraudes multiples, s’élevant à plusieurs milliards de dollars, notamment d’intrusion informatique illégale, de vol d’identités et de conspiration de blanchiment d’argent.

  • The ruling class meets at Davos - World Socialist Web Site

    http://www.wsws.org/en/articles/2016/01/19/pers-j19.html

    The ruling class meets at Davos
    19 January 2016

    On Wednesday, some 2,500 corporate executives, celebrities and government officials will converge at the World Economic Forum in Davos, Switzerland to discuss “improving the state of the world” between skiing the alpine slopes and $1,000-a-plate gala dinners.

    The heads of Goldman Sachs, JPMorgan Chase and virtually every other major bank and hedge fund will rub shoulders with the government officials nominally in charge of regulating them, including US Treasury Secretary Jacob Lew, Commerce Secretary Penny Pritzker and European Central Bank President Mario Draghi.

    #davos #ruling_class #refondation_du_capitalisme