company:jpmorgan chase

  • #Elite gathering reveals anxiety over ‘class war’ and ‘#revolution’
    Financial Times 2 mai 2019

    The Milken Institute’s annual gathering of the investment, business and political elites this week featured big names from US Treasury secretary Steven Mnuchin to David Solomon, chief executive of Goldman Sachs.

    [..,]

    Despite widespread optimism about the outlook for the US economy and financial markets, some of the biggest names on Wall Street and in corporate America revealed their anxiety about the health of the economic model that made them millionaires and billionaires.

    Mr Milken himself, whose conference was known as the predators’ ball when he ruled over the booming junk bond market of the 1980s, was among those fretfully revisiting a debate that has not loomed so large since before the fall of the Berlin Wall: whether capitalism’s supremacy is threatened by creeping socialism.

    Mr Milken played a video of Thatcher from two years before she became UK prime minister. “Capitalism has a moral basis,” she declared, and “to be free, you have to be capitalist”. Applause rippled through the ballroom.

    In the run-up to the conference, essays by Ray Dalio of Bridgewater Associates and Jamie Dimon of JPMorgan Chase about the case for reforming capitalism to sustain it have been widely shared. Executives are paying close attention to what one investment company CEO called “the shift left of the Democratic party”, personified by 2020 presidential candidates Bernie Sanders and Elizabeth Warren and the social media success of Alexandria Ocasio-Cortez, the democratic socialist elected to Congress last year.

    Former Alphabet chairman Eric Schmidt issued his own rallying cry as he sat beside Ivanka Trump to discuss the conference theme of “driving shared prosperity”.

    “I’m concerned with this notion that somehow socialism’s going to creep back in, because capitalism is the source of our collective wealth as a country,” Mr Schmidt said, urging his fellow capitalists to get the message out that “it’s working”.

    Mr Milken asked Ken Griffin, the billionaire founder of the hedge fund Citadel, why young Americans seemed to have lost faith in the free market, flashing up a poll on the screen behind them which showed 44 per cent of millennials saying they would prefer to live in a socialist country.

    “You and I grew up in a different era, where the cold war was waking up and there was a great debate in America about the strengths and weaknesses of socialism as compared to the economic freedom that we enjoy in our country,” Mr Griffin replied, saying that they had “seen that question answered” with the collapse of the Soviet Union.

    The younger generation that support socialism are “people who don’t know history”, he said.

    Guggenheim Partners’ Alan Schwartz put the risks of rising income inequality more starkly. “You take the average person . . . they’re just basically saying something that used to be 50:50 is now 60:40; it’s not working for me,” he told another conference session, pointing to the gap between wage growth and the growth of corporate profits.

    “If you look at the rightwing and the leftwing, what’s really coming is class warfare,” he warned. “Throughout centuries what we’ve seen when the masses think the elites have too much, one of two things happens: legislation to redistribute the wealth . . . or revolution to redistribute poverty. Those are the two choices historically and debating it back and forth, saying ‘no, it’s capitalism; no, it’s socialism’ is what creates revolution.”

    There was less discussion of the prospect of higher taxes on America’s wealthiest, which some Democrats have proposed to finance an agenda many executives support, such as investing in education, infrastructure and retraining a workforce threatened by technological disruption and globalisation.

    One top investment company executive echoed the common view among the conference’s wealthy speakers: “ Punitive #redistribution won’t work.”

    But another financial services executive, who donated to Hillary Clinton’s US presidential campaign in 2016, told the Financial Times: “ I’d pay 5 per cent more in tax to make the world a slightly less scary place .”

    #capitalisme #anxiété #capitalistes

  • 3 Reasons why JPM Coin By JPMorgan Is Awesome For Blockchain Adoption
    https://hackernoon.com/3-reasons-why-jpm-coin-by-jpmorgan-is-awesome-for-blockchain-adoption-67

    Here Are The Reasons Why JPM Coin By JPMorgan Is Awesome For Blockchain AdoptionJPMorgan Chase introducing their #cryptocurrency called JPM Coin on 14th February 2019, reported by Cointelegraph. JPM Coin works like #bitcoin. It speeds up transactions between JPMorgan customers. JPM Coin is pegged to the US Dollar unlike other highly volatile cryptocurrencies- like a stablecoin. JPMorgan Chase is the first major United States bank to introduce its own digital coin for real-world usage. The news further highlights Wall Street’s positive sentiments about blockchain technology.CEO of JPMorgan Chase, Mr. Jamie Dimon, has affirmed blockchain technology’s potential in the future global financial system despite his initial critique of Bitcoin in September 2017. JPMorgan Chase has been (...)

    #jpmorgan-chase #jpm-coin #blockchain-adoption

  • JPMorgan Chase Moves to Be First Big U.S. Bank With Its Own Cryptocurrency - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/02/14/business/dealbook/jpmorgan-cryptocurrency-bitcoin.html

    In 2017, Jamie Dimon, JPMorgan Chase’s chief executive, declared Bitcoin a “fraud” and said that any employee caught trading it would be fired for being “stupid.”

    On Thursday, JPMorgan became the first major United States bank to introduce its own digital token for real-world use, the latest step in Wall Street’s evolving approach to the blockchain technology that underpins cryptocurrencies like Bitcoin and Ether.

    Despite questioning Bitcoin’s legitimacy, Mr. Dimon has said he recognizes blockchain’s potential in the future of the global financial system. And JPMorgan has already released a blockchain platform, Quorum, that several institutions are using to keep track of financial data.

    The bank’s token is unlikely to shake up the financial system anytime soon. Because it will be run by JPMorgan, it lacks the fundamental qualities that have made cryptocurrencies so radical: the freedom from middlemen and from regulatory oversight.

    JPMorgan will control the JPM Coin ledger, and each coin will be backed by a dollar in JPMorgan accounts, giving the coins a stable value. That means JPM Coin will not be subject to the wild price volatility that has drawn speculators to other cryptocurrencies.

    The bank is following in the footsteps of several smaller players that have introduced similar digital coins tied to the dollar. A consortium of European banks has been finalizing a similar product, Utility Settlement Coin, that would make it possible to move money between banks more quickly. Several cryptocurrency exchanges already have their own so-called stablecoins.

    The advantage of such a token, Mr. Farooq said, is speed. Clients that want to move huge sums of money would traditionally need to do so via wire transfer, a process that could take hours or even days. With international transfers, changes in currency exchange rates during the long lag times could end up adding to customers’ costs.

    Mr. Farooq said JPMorgan’s offering would be useful for big clients, but not for the smaller speculators who have typically taken an interest in cryptocurrencies.

    “This is designed specifically for institutional use cases on blockchain,” he said. “It’s not created to be for public investment.”

    #Cryptomonnaies #Banques #Spéculation

  • Amazon, AI and Medical Records: Do the Benefits Outweigh the Risks? - Knowledge Wharton
    http://knowledge.wharton.upenn.edu/article/amazon-medical-records

    Last month, Amazon unveiled a service based on AI and machine-learning technology that could comb through patient medical records and extract valuable insights. It was seen as a game changer that could alleviate the administrative burden of doctors, introduce new treatments, empower patients and potentially lower health care costs. But it also carries risks to patient data privacy that calls for appropriate regulation, according to Wharton and other experts.

    Branded Comprehend Medical, the Amazon Web Services offering aims “to understand and analyze the information that is often trapped in free-form, unstructured medical text, such as hospital admission notes or patient medical histories.” Essentially, it is a natural language processing service that pores through medical text for insights into disease conditions, medications and treatment outcomes from patient notes and other electronic health records.

    The new service is Amazon’s latest foray into the health care sector. In June, the company paid $1 billion to buy online pharmacy PillPack, a Boston-based startup that specializes in packing monthly supplies of medicines to chronically ill patients. In January, Amazon teamed up with Berkshire Hathaway and JPMorgan Chase to form a health care alliance that aims to lower costs and improve the quality of medical care for their employees.

    “Health care, like everything else, is becoming more of an information-based industry, and data is the gold standard — and Amazon knows as well as anyone how to handle and analyze data,” said Robert Field, Wharton lecturer in health care management who is also professor of health management and policy at Drexel University. “It’s a $3.5 trillion industry and 18% of our economy, so who wouldn’t want a piece of that?”

    AI offers “enormous” promise when it comes to bringing in new and improved treatments for patient conditions, such as in the area of radiology, added Hempstead. Machine learning also potentially enables the continual improvement of treatment models, such as identifying people who could participate in clinical trials. Moreover, Amazon’s service could “empower a consumer to be more in charge of their own health and maybe be more active consumer of medical services that might be beneficial to their health,” she said.

    On the flip side, it also could enable insurers to refuse to enroll patients that they might see as too risky, Hempstead said. Insurers are already accessing medical data and using technology in pricing their products for specific markets, and the Amazon service might make it easier for them to have access to such data, she noted.

    #Santé_publique #Données_médicales #Amazon #Intelligence_artificielle

  • Salaries for #blockchain engineers skyrockets despite plans of job cuts in the #financial markets
    https://hackernoon.com/salaries-for-blockchain-engineers-skyrockets-despite-plans-of-job-cuts-i

    The title may sound confusing, but the job market trends in the financial sector have begun to shift.In the next three months, Standard Chartered Bank plans to lay off 300 people from the Middle East and Africa division while JPMorgan Chase has already laid off 400 employees in the consumer mortgage division. Despite the negative sentiments in the broader market, Hired — San Francisco Recruitment Agency- states that the demand for blockchain engineer has increased by 400% since 2017.What is driving the demand?The demand for blockchain engineers derived from large companies such as Facebook, Amazon, IBM, and Microsoft. It would be a growing demand as more companies work on projects that utilise blockchain technology. CEO of Bank of America (BOA), Brian Moynihan told CNBC,“The adoption of (...)

    #engineering #jobs #cryptocurrency-investment

  • * USA : Facebook veut l’accès aux données des clients de banques, selon une source proche AFP - 6 Aout 2018 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/medias/detail_usa-facebook-veut-l-acces-aux-donnees-des-clients-de-banques-selon-une-s

    Facebook a approché de grandes banques américaines pour leur demander de partager des données de leurs clients dans l’objectif de proposer de nouveaux services sur Messenger, a indiqué lundi à l’AFP une source proche du dossier.

    Le célèbre réseau social a tenu il y a plusieurs mois des discussions avec Chase, la banque de détail de JPMorgan, Citi (Citigroup) et Wells Fargo, a ajouté sous couvert d’anonymat cette source, précisant que Chase avait mis fin à ces négociations.

    Des contacts ont également été pris avec la banque U.S Bancorp, selon le Wall Street Journal, qui a révélé l’affaire.


    Le groupe de Mark Zuckerberg souhaitait avoir des informations sur toutes les transactions financières effectuées par cartes bancaires et les soldes des comptes courants de leurs clients, a encore dit la source.

    Il demandait des informations sur les commerces avec lesquels ils font affaire, et proposaient en échange aux établissements bancaires d’offrir sur Messenger, qui revendique 1,3 milliard d’utilisateurs actifs, certaines de leurs offres.

    Facebook n’a en revanche pas précisé quelle utilisation il entendait faire des données demandées, selon la source.

    Contactés par l’AFP, Facebook et Citigroup n’ont pas répondu dans l’immédiat, tandis que Wells Fargo n’a pas souhaité faire de commentaire.

    Patricia Wexler, une porte-parole de JPMorgan Chase, a renvoyé l’AFP vers une déclaration faite au Wall Street Journal.

    « Nous ne partageons pas les données des transactions effectuées par nos clients (...) et avons par conséquent rejeté certaines propositions », a-t-elle dit au quotidien.

    #banque #facebook maître du monde !

  • Noël à Wall Street : l’indice Dow Jones se rapproche de 20 000
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/dec2016/pers-d22.shtml

    L’évènement clé est l’élection de Trump. Après une chute initiale suite au résultat inattendu du vote, la bourgoisie est rapidement parvenue à un consensus sur le fait qu’elle avait beaucoup à gagner d’un gouvernement Trump. Les cours se sont envolés, et malgré quelques interruptions mineures, la flambée continue depuis.
    Dire que le climat des affaires a changé relève de euphémisme. L’oligarchie américaine célèbre un Noël de rêve. Elle anticipe, à juste titre, que le gouvernement Trump sera celui de l’oligarchie financière. La cabale de milliardaires, de banquiers, de PDG, et de généraux qui constitue son cabinet ministériel et le cercle intérieur de la Maison Blanche est engagée à lever toutes les contraintes qui pèsent sur la capacité des riches de piller la société.
    Les banquiers comptent obtenir l’élimination des restrictions mineures sur la spéculation imposées par la loi bancaire Dodd-Frank de 2010 et, en plus, des taux d’intérêt plus élevés. C’est garanti par la présence de trois ex-banquiers de Goldman Sachs au gouvernement : le néo-fasciste Stephen Bannon (stratège en chef de la Maison Blanche), Steven Mnuchin (chef du département du Trésor) et le président de Goldman Sachs, Gary Cohn (président du Conseil national économique).
    Il est donc peu étonnant que les actions bancaires aient été au cœur de la flambée des cours ; les actions Goldman Sachs ont augmenté de plus de 33 pour cent, ce qui représente un quart de la hausse du Dow. JPMorgan Chase n’est pas à la traîne non plus (montée de 22 pour cent).
    Les sociétés énergétiques comptent éliminer toutes les contraintes sur l’exploitation des mines, le forage et la pollution, et obtenir une politique étrangère leur assurant le contrôle des ressources mondiales. Rex Tillerson, PDG du pétrolier Exxon-Mobil, dirigera la diplomatie américaine. Des serviteurs attitrés du patronat opposés à la réglementation écologique dirigent l’Agence pour la protection de l’environnement (le procureur général de l’Oklahoma Scott Pruitt), le Département de l’Energie (l’ex-gouverneur du Texas, Rich Perry) et le Département de l’Intérieur (le représentant républicain du Montana, Ryan Zinke).
    Les actions des sociétés industrielles montent en vue de baisses des salaires, d’augmentations des cadences et de baisses d’effectifs sanctionnées par par les secrétaires du Commerce, le milliardaire Wilbur Ross, et du Travail, le magnat du fast-food Andrew Puzder, qui critique l’existence d’un salaire minimum.
    Les actions des géants du transport et du bâtiment, dont Caterpillar, grimpent suite à l’annonce par Trump d’un plan d’infrastructure de mille milliards de dollars. Ceci prépare des privatisations et l’octroi de contrats juteux garantissant aux entreprises des réductions d’impôt allant jusqu’à 80 pour cent, liées à la construction d’infrastructures dont elles seront alors les propriétaires, leur assurant des revenus à perpétuité.
    Les entreprises de défense attendent avec impatience une flambée de leurs bénéfices, grâce à une augmentation massive des dépenses militaires sous Trump.
    Les grandes entreprises s’attendent toutes à une hausse de leurs bénéfices grâce à la réduction de 20 pour cent des impôts sur les sociétés ; à l’éviscération des règlements sur la santé et la sécurité des travailleurs ; aux coupes claires dans l’assurance maladie, les retraites publiques, les aides au logement, et l’éducation publique imposées par des réactionnaires sociaux dont le chef milliardaire du Département de l’ Education Betsy DeVos, Ben Carson à l’Aménagement urbain, et Tom Price au Département de la Santé et des Services sociaux. Ils comptent réduire sévèrement la part des bénéfices, tirés de la sueur des travailleurs, qui finance ensuite les services publics, ce qu’ils considèrent être un détournement intolérable de leurs richesses.

  • Les nouveaux disrupteurs de la Silicon Valley vont conseiller Trump
    http://www.latribune.fr/economie/international/les-nouveaux-disrupteurs-de-la-silicon-valley-vont-conseiller-trump-624882

    Travis Kalanick, PDG d’Uber, et Elon Musk de Tesla et SpaceX vont rejoindre l’instance qui réunit déjà 16 grands patrons américains et que Donald Trump consultera pour élaborer et évaluer sa politique économique. Ils sont les deux seuls dirigeants de la Silicon Valley à figurer dans ce Forum. La PDG d’IBM Ginni Rometty y est également mais « Big Blue » est basé à New York.

    « L’Amérique a les entreprises les plus innovantes et vibrionnantes du monde et les patrons pionniers rejoignant ce Forum aujourd’hui sont au sommet dans leur secteur » respectif, s’est réjoui Donald Trump dans un communiqué.

    Indra Nooyi, la PDG de Pepsico, sera le dix-neuvième membre de cet organe consultatif présidé par le patron du fonds d’investissement Blackstone, Stephen Schwarzman.

    Le Forum compte déjà parmi ses membres les patrons de la banque JPMorgan Chase (Jamie Dimon), des studios Walt Disney (Bob Iger), du constructeur automobile General Motors (Mary Barra) ou de l’avionneur Boeing (Jim McNerney). Il devra éclairer M. Trump sur la manière dont « les mesures gouvernementales affectent la croissance économique, la création d’emplois et la productivité ».

    L’arrivée de MM. Kalanick et Musk est une belle prise pour Donald Trump à qui le secteur technologique a réservé jusqu’ici un accueil plutôt froid.

  • Dimon (JPMorgan) reste en lice pour le secrétariat au Trésor
    https://www.crashdebug.fr/international/12687-dimon-jpmorgan-reste-en-lice-pour-le-secretariat-au-tresor

    Jamie Dimon

    NEW YORK/WASHINGTON, 17 novembre (Reuters) - Des informations contradictoires concernant la possibilité que le directeur général de JPMorgan Chase, Jamie Dimon, soit désigné au poste de secrétaire au Trésor de la future administration du président élu Donald Trump jettent le trouble sur l’avenir de la première banque américaine.

    Selon les dernières informations provenant de tweets de journalistes de Fox Business News mercredi, Dimon serait toujours sur les rangs bien qu’une information de la chaîne de télévision CNBC suivant laquelle il allait décrocher le poste ait été rapidement mise en doute.

    Des porte-parole de JPMorgan se sont refusé à tout commentaire depuis le 10 novembre, lorsque les premières rumeurs selon lesquelles le directeur général de la banque était candidat à ce (...)

    #En_vedette #Ça_s'est_dit_par_là... #International

  • Who Is Funding the Dakota Access Pipeline? Bank of America, HSBC, UBS, Goldman Sachs, Wells Fargo | Democracy Now!
    http://www.democracynow.org/2016/9/9/who_is_funding_the_dakota_access

    http://www.foodandwaterwatch.org/news/who%27s-banking-dakota-access-pipeline

    We continue our conversation Food & Water Watch’s Hugh MacMillan about his new investigation that reveals the dozens of financial institutions that are bankrolling the Dakota Access pipeline, including Bank of America, HSBC, UBS, Goldman Sachs, Wells Fargo and JPMorgan Chase. “They are banking on this company and banking on being able to drill and frack for the oil to send through the pipeline over the coming decades,” MacMillan says. “So they’re providing the capital for the construction of this pipeline.”

    Who’s Banking on the Dakota Access Pipeline? - LittleSis
    https://littlesis.org/maps/1634-who-s-banking-on-the-dakota-access-pipeline

    Resistance to Dakota Access Grows

    Energy Transfer Partners began construction of the Dakota Access Pipeline in May 2016, but the company’s plans have hit a snag.

    In late July, the Army Corps of Engineers granted permits for the pipeline to cross beneath the Missouri and Cannon Ball Rivers without approval from the Standing Rock Sioux.

    By late August 2016, more than 1500 people, mostly Native Americans, had responded to the tribe’s call to action and converged at the Standing Rock Sioux Reservation to protect against construction of “the black snake.” In an historic show of solidarity, 188 First Nations and American Indian tribes have united in opposition.

    Also in August, Youth from Standing Rock completed a 2000-mile relay run to Washington, D.C., to bring the message of their #RezpectOurWater campaign to the White House, in their own show of opposition.

    The Dakota Access pipeline would run through the Dakotas and Iowa to Illinois, where oil would be sent to East Coast markets by train or to the Gulf Coast via another Energy Transfer Partners pipeline being converted to carry oil.

    Overall, the “Bakken Crude Pipeline” — to extend over 1,800 miles from near the Canadian border to the Gulf Coast of Texas — is costing about $4.8 billion, and is being sold as a key element of Energy Transfer Partners plans to “capitalize on U.S. energy exports,” thanks to fracking.

    This graph, made by Food & Water Watch for the Standing Rock Sioux and for the Bakken Pipeline Resistance Coalition, first revealed the banks banking against the Standing Rock Sioux and against all those responding to the tribe’s call to action. (Food & Water Watch has since produced a second data visualization.)

    #nations_premières #dakota #pipeline #états_unis #resistance #résister

  • Et voici maintenant le « people analytics » : nos émotions sous surveillance
    https://www.letemps.ch/societe/2016/10/23/voici-people-analytics-nos-emotions-surveillance

    Après les technologies de reconnaissance faciale qui permettent d’identifier une personne, voici les technologies qui analysent les émotions pour savoir ce qu’elle ressent D’après Bloomberg, des institutions financières comme JPMorgan Chase et Bank of America envisagent d’installer des systèmes qui analysent le comportement émotionnel des traders, une voix qui s’accélère ou qui s’élève au téléphone pouvant être un indicateur de stress suivi d’une mauvaise prise de position en bourse. Déjà équipées de (...)

    #Bank_of_America #JPMorgan_Chase #algorithme #CCTV #émotions #surveillance #vidéo-surveillance

  • Vu qu’on parle quand même de plus en plus de ce livre en particulier :

    Blockchain Revolution : How the Technology Behind Bitcoin Is Changing Money, Business, and the World (Don Tapscott, Alex Tapscott)

    http://dontapscott.com/books/blockchain-revolution

    https://www.amazon.fr/Blockchain-Revolution-Technology-Changing-Business/dp/0399564063

    The first generation of the digital revolution brought us the Internet of information. The second genera­tion—powered by blockchain technology—is bringing us the Internet of value: a new, distributed platform that can help us reshape the world of business and transform the old order of human affairs for the better.

    Blockchain is the ingeniously simple, revolution­ary protocol that allows transactions to be simul­taneously anonymous and secure by maintaining a tamperproof public ledger of value. Though it’s the technology that drives bitcoin and other digital cur­rencies, the underlying framework has the potential to go far beyond these and record virtually everything of value to humankind, from birth and death certifi­cates to insurance claims and even votes.

    Why should you care? Maybe you’re a music lover who wants artists to make a living off their art. Or a consumer who wants to know where that hamburger meat really came from. Perhaps you’re an immigrant who’s sick of paying big fees to send money home to loved ones. Or an entrepreneur looking for a new platform to build a business.

    And those examples are barely the tip of the ice­berg. This technology is public, encrypted, and readily available for anyone to use. It’s already seeing wide­spread adoption in a number of areas. For example, forty-two (and counting) of the world’s biggest finan­cial institutions, including Goldman Sachs, JPMorgan Chase, and Credit Suisse, have formed a consortium to investigate the blockchain for speedier and more secure transactions.

    As with major paradigm shifts that preceded it, the blockchain will create winners and losers. And while opportunities abound, the risks of disruption and dislocation must not be ignored.

    #book #livre
    #blockchain

  • Deux Israéliens inculpés dans la cyber-attaque contre JPMorgan pourront être extradés
    09/05/2016 à 18h26
    http://www.bfmtv.com/international/deux-israeliens-inculpes-dans-la-cyber-attaque-contre-jpmorgan-pourront-etre-

    La justice israélienne a approuvé l’extradition vers les Etats-Unis de deux Israéliens mis en examen dans une des plus importantes escroqueries informatiques de l’histoire.

    Gery Shalon, âgé de 32 ans, et Ziv Orenstein, âgé de 41 ans, qui avaient été arrêtés par la police israélienne en juillet dernier et mis en examen dans la cyber-attaque contre JPMorgan Chase, pourront être extradés, suite à la demande des autorités américaines, a indiqué ce lundi le ministère de la Justice israélien dans un communiqué.

    Ils risquent plusieurs dizaines d’années d’emprisonnement, précise le texte qui ne précise pas la date de leur extradition. Les deux hommes sont soupçonnés de fraudes multiples, s’élevant à plusieurs milliards de dollars, notamment d’intrusion informatique illégale, de vol d’identités et de conspiration de blanchiment d’argent.

  • The ruling class meets at Davos - World Socialist Web Site

    http://www.wsws.org/en/articles/2016/01/19/pers-j19.html

    The ruling class meets at Davos
    19 January 2016

    On Wednesday, some 2,500 corporate executives, celebrities and government officials will converge at the World Economic Forum in Davos, Switzerland to discuss “improving the state of the world” between skiing the alpine slopes and $1,000-a-plate gala dinners.

    The heads of Goldman Sachs, JPMorgan Chase and virtually every other major bank and hedge fund will rub shoulders with the government officials nominally in charge of regulating them, including US Treasury Secretary Jacob Lew, Commerce Secretary Penny Pritzker and European Central Bank President Mario Draghi.

    #davos #ruling_class #refondation_du_capitalisme

  • JP MORGAN A PRESCRIT LA DICTATURE EN EUROPE
    Dans un document publié à la fin du mois de mai 2013, le géant des banques d’investissement américain JPMorgan Chase réclamait l’abrogation des constitutions démocratiques bourgeoises établies après la Seconde Guerre mondiale dans une série de pays européens et la mise en place de régimes autoritaires.

    C’est aujourd’hui en bonne voie...

    --
    http://inventin.lautre.net/contributions.html#jpmorgan

  • Why aren’t the banksters in prison? - World Socialist Web Site

    http://www.wsws.org/en/articles/2015/05/22/pers-m22.html?view=mobilearticle

    Quelle bonne question !

    Why aren’t the banksters in prison?
    22 May 2015

    On Wednesday, five major international banks, including JPMorgan Chase and Citigroup, America’s largest and third-largest financial institutions, pleaded guilty to felony charges for helping to manipulate global foreign exchange markets, paying a wrist-slap fine of about $1 billion apiece.

    The financial impact on JPMorgan and the other banks for pleading guilty to a felony will be effectively zero. As part of the deal, the Securities and Exchange Commission issued waivers exempting the banks from the legal repercussions arising from their status as criminal organizations, giving them continued preferential treatment in issuing debt, as well as the continued right to operate mutual funds.

    Despite the claims by Justice Department officials of a criminal conspiracy “on a massive scale,” carried out with “breathtaking flagrancy,” there was no talk of breaking up JPMorgan or any other bank, let alone bringing criminal charges against any of their executives.

    The rigging of global foreign exchange rates is only the latest in the string of crimes, frauds and criminal conspiracies for which JPMorgan has been fined by US and international regulators.

  • Smothered by a Boom in Banking
    http://www.nytimes.com/2015/03/01/business/economy/smothered-by-a-boom-in-banking.html

    Attendees at last week’s JPMorgan Chase annual investor day once again asked the question that no big bank executive wants to hear. Wouldn’t shareholders be better off if the company were smaller or broken up?

    No, no and no, JPMorgan replied. “Scale has always defined the winner in banking,” said Marianne Lake, the company’s chief financial officer.

    It is to be expected that all big bank executives believe in big #finance. They benefit from being giant, after all.

    For the rest of us, though, it’s worth noting that the effects of a dominant financial industry are far less beneficial.

    Certainly, as we learned in 2008, when megabanks get into trouble, they line up for bailouts. This imperils taxpayers.

    But even during good times the impact of big finance can be negative for the world at large. According to a compelling new paper published two weeks ago by the Bank for International Settlements, high-growth financial sectors actually hurt the broader economy by dragging down overall growth and curbing productivity.

    The paper’s co-authors are Stephen G. Cecchetti, economics professor at Brandeis International Business School, and Enisse Kharroubi, senior economist at the B.I.S. Their findings are a great addition to the debate about how much is too much when it comes to the role finance should play in our economy.

    (...)

    I spoke with Professor Cecchetti last week about the paper. “When I was in college long ago, all my friends wanted to figure out how to cure cancer,” he said. “But by the 1990s, everyone wanted to become hedge fund managers. Do we want to have more hedge fund managers or more people trying to figure out how to solve our energy and environmental problems or otherwise improving our lives? That’s the way I think about the problem.”

    #Interêt_général #économie #banksters

  • La maladie de Blair, ou comment d’anciens chefs de l’Etat font fortune...
    http://www.express.be/joker/fr/platdujour/la-maladie-de-blair-ou-comment-danciens-chefs-de-letat-font-fortune-en-monet

    De plus en plus d’anciens chefs de l’Etat rejoignent l’entourage de super-riches, monnayant à des tarifs élevés leurs compétences, les connaissances et les réseaux qu’ils ont acquis, alors même qu’ils sont encore en charge, observe Simon Kuper dans le Financial Times. Kuper appelle ce phénomène « la maladie de Blair », et il affirme que même si elle peut faire des dégâts, elle se soigne très bien. Ces anciens dirigeants peuvent s’enrichir grâce à cette maladie, mais ils perdent toute crédibilité et ne font que favoriser le populisme.

    Les missions qu’ils se voient proposer peuvent relever du conseil, mais aussi la participation à des conférences et des allocutions « pour les riches » . Kuper cite en particulier 4 politiciens :

    ✔ Blair est entré au service de JPMorgan Chase et des régimes du Qatar et du Kazakhstan. Il a également donné des discours.

    ✔ L’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder travaille pour Gaprom. Un an avant son départ de la chancellerie, il avait qualifié Poutine de « démocrate irréprochable ». Le mois dernier, il s’est élevé contre les critiques des médias allemands à propos des Jeux Olympiques de Sotchi, affirmant qu’il avait lui-même constaté qu’il y régnait une « atmosphère merveilleuse » .

    ✔L’ancien président français Nicolas Sarkozy s’est exprimé dans des conférences organisées par des banques. Lors de l’une d’entre elles, organisée par Goldman Sachs en novembre, il a déclaré « Je suis prêt à gérer une entreprise ». Il a notamment aidé le Qatar à obtenir l’organisation de la Coupe du Monde de football. Après la fin de son mandat, le Qatar lui a proposé de gérer un fonds d’investissement, mais il a refusé, parce qu’il ambitionne probablement de se présenter aux élections présidentielles de 2017, spécule Kuper.

    ✔Aux États-Unis, cette tradition existe depuis plus longtemps, mais Bill Clinton lui a fait franchir une nouvelle étape, en se faisant rétribuer pas moins de 89 millions de dollars en dix ans, rien qu’en donnant des discours. « Je n’ai jamais eu d’argent avant de quitter la Maison Blanche. Mais je me suis plutôt bien débrouillé depuis » a-t-il commenté modestement.

    La plupart des politiciens se lient à la ploutocratie alors qu’ils exercent encore des responsabltés politiques. Souvent, ce sont de fins stratèges, qui ont été habitués à penser à leur carrière dès la maternelle. Pour eux, la moindre conversation avec une personne très fortunée s’assimile à un entretien de recrutement implicite. Au fil de ces contacts avec ces super-riches, ils finissent par se considérer comme étant pauvres, un ressenti dont témoignait bien le membre du congrès américain Phil Gingrey, lorsqu’il se lamentait : « Et je suis coincé là, à gagner 172.000 dollars par an ». Ainsi, les dirigeants politiques ambitieux en viennent à se comporter comme d’éventuels employés pour les élites.

    Le rapprochement de ces anciens dirigeants politiques avec les super-riches est du pain béni pour les partis populistes qui peuvent le dénoncer dans leurs diatribes contre la classe politique traditionnelle. Bien que Travailliste, et donc politiquement situé à gauche, Blair est devenu le symbole de l’enrichissement des élites.

    Leurs nouvelles carrières professionnelles peuvent ruiner leur image et leur réputation. « Je pense que Blair est maintenant un homme très triste, riche, mais il a trahi tout ce qui faisait l’essence du parti Travailliste », a jugé l’ex-président de la BBC, Greg Dyke, qui avait été écarté par Blair lui-même.

    Les anciens politiciens pourraient faire le choix de continuer à servir leur pays après la fin de leur mandat. Leur expérience des affaires du pays et la position qu’ils ont tenue au plan international les dote d’une capacité d’analyse inestimable qui pourrait être utile pour la nation. Lorsque John Major, le prédécesseur de Blair, a évoqué son sujet favori au Parlement britannique, l’Irlande du Nord, il a recueilli l’écoute concentrée des députés. En Allemagne, le concept d’Altzkanzler (ex-chancelier) a longtemps été connoté comme une institution morale, dont Schröder ne peut plus se revendiquer.

    Mais on peut facilement guérir de la maladie de Blair, affirme Kuper. Il suffit d’interdire aux anciens chefs de l’Etat de travailler pour des intérêts privés. "Cette mesure gratuite permettrait d’éviter de donner du grain à moudre aux populistes, de continuer à faire bénéficier le gouvernement de l’expérience de ces personnalités et d’attirer une meilleure classe de personnes pour ces emplois », concut-il.

    #Blair
    #Sarkozy
    #Schröder
    #Bill-Clinton
    #discours
    #conseil
    #Qatar
    #Russie
    #dirigeant
    #chef-d'Etat

  • MAJ : Wall Street: Blythe Masters quitte JPMorgan = LE TRIOMPHE DE GOLDMAN SACHS
    http://www.brujitafr.fr/article-wall-street-blythe-masters-quitte-jpmorgan-123203009.html

    Blythe Masters, l’une des femmes les plus puissantes de Wall Street, va quitter la banque JPMorgan Chase, où elle dirigeait la division chargée du négoce de matières premières, selon la presse américaine. Le départ de cette Britannique de 45 ans faisait l’objet de spéculations depuis des semaines, vu la volonté de la première banque américaine par les actifs de sortir de ce secteur, devenu moins rentable. Mme Masters est entrée chez JPMorgan Chase en 1991 et a rapidement gravi les échelons, exerçant différents postes de direction avant de prendre la tête en 2007 de la division matières premières de l’établissement. C’était alors la plus jeune femme à jouer un rôle aussi proéminent dans la banque new-yorkaise. Cette figure de Wall Street a (...)

    #ECONOMIE_/_FINANCE

  • Une banque US bloque un virement de l’ambassade russe au Kazakhstan | International | RIA Novosti
    http://fr.ria.ru/world/20140401/200886195.html

    Moscou qualifie d’illégitime la décision de la banque JPMorgan Chase de bloquer un virement de l’ambassade russe à Astana (Kazakhstan) sous prétexte de sanctions américaines, a annoncé mardi le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

    « Nous qualifions d’absolument inacceptable, illégitime et absurde la décision de la banque JPMorgan Chase de bloquer un virement de l’ambassade russe à Astana à la compagnie d’assurances russe SOGAZ, sous prétexte de sanctions antirusses prises par les Etats-Unis suite à la réunification de la Crimée avec la Russie », a indiqué le porte-parole dans un communiqué mis en ligne sur le site du ministère.

    « Washington doit comprendre que toute mesure inamicale prise à l’égard d’une mission diplomatie russe constitue une violation flagrante des normes internationales et peut provoquer des mesures de rétorsion qui entraveront le fonctionnement de l’ambassade et des consulats des Etats-Unis en Russie », a ajouté M.Loukachevitch....

    Une #banque #US bloque un #virement de l’ #ambassade #russe au #Kazakhstan
    #JPMorgan-Chase
    #International
    #WhatElse !

    • « ...suite à la réunification de la Crimée avec la Russie ... »

      Ce qui explique assez bien le point de vue [historique] de la Russie. Ls mots sont importants, réunification, occupation, annexion, administration, on a le choix.

      Pour le Haut Karabakh, les uns disent « territoires libérés » les autres disent « territoires occupés ».

  • Des fortunes de l’ #élite #chinoise transférées dans des #paradis-fiscaux | ICI.Radio-Canada.ca
    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2014/01/21/009-paradis-fiscaux-chine.shtml

    Les noms de près de 22 000 Chinois se retrouvent dans des données confidentielles obtenues par un regroupement international de journalistes d’enquête dont fait partie Radio-Canada. Les autorités chinoises tentent d’étouffer ces révélations qui pourraient déstabiliser le régime.

    L’International Consortium of Investigative Reporters (ICIJ), un regroupement de journalistes d’enquête basé à Washington, a obtenu des millions de documents secrets qui risquent de causer bien des soucis au régime chinois......

    #finance
    #Chine
    #élites
    #fortunes
    #paradis-fiscaux

  • JP Morgan Chase souhaite déclencher une épidémie de peste brune en Europe.

    JPMorgan réclame des régimes autoritaires en Europe
    http://www.wsws.org/fr/articles/2013/jui2013/morg-j19.shtml

    Dans un document publié à la fin du mois de mai, le géant des banques d’investissement américain JPMorgan Chase réclame l’abrogation des constitutions démocratiques bourgeoises établies après la Seconde Guerre mondiale dans une série de pays européens et la mise en place de régimes autoritaires.

    Le document de 16 pages a été réalisé par le groupe Europe Economic Research de JPMorgan et est intitulé « L’ajustement de la zone euro – bilan à mi-parcours. » Le document commence par faire remarquer que la crise de la zone euro a deux dimensions.

    • Sans commentaire...

      Les auteurs écrivent : « Les systèmes politiques de la périphérie ont été établis après une dictature et ont été définis par cette expérience-là. Les constitutions ont tendance à montrer une forte influence socialiste, reflétant la force politique que les partis de gauche ont acquise après la défaite du fascisme. »
      « Les systèmes politiques autour de la périphérie affichent de manière typique les caractéristiques suivantes : des dirigeants faibles ; des Etats centraux faibles par rapport aux régions ; une protection constitutionnelle des droits des travailleurs ; des systèmes recherchant le consensus et qui encouragent le clientélisme politique ; et le droit de protester si des modifications peu appréciées sont apportées au statu quo politique. Les lacunes de cet héritage politique ont été révélées par la crise. » Quelles que soient les inexactitudes historiques contenues dans leur analyse, il ne peut y avoir l’ombre d’un doute que les auteurs du rapport de JPMorgan plaident pour que les gouvernements adoptent des pouvoirs de type dictatorial afin de mener à bien le processus de contre-révolution sociale qui est déjà bien avancé à travers toute l’Europe.

      (..)

      A la fin du document, les auteurs avancent une série de scénarios qui, selon eux, pourraient découler de l’échec des gouvernements européens à ériger des systèmes autoritaires. Ces variantes comprennent : « 1) l’effondrement de plusieurs gouvernements favorables aux réformes en Europe méridionale, 2) un effondrement du soutien à l’euro ou à l’UE, 3) une victoire électorale incontestée de partis anti-européens radicaux quelque part dans la région, ou 4) l’ingouvernabilité de fait de certains Etats membres une fois que les coûts sociaux (notamment le chômage) dépasseront un certain seuil. »
      C’est la voix authentique du capital financier qui parle. Il faut rappeler que JPMorgan est profondément impliqué dans les opérations spéculatives qui ont dévasté la vie de centaines de millions de travailleurs partout dans le monde. En mars de cette année, une commission du sénat américain a rendu public un rapport de 300 pages documentant les pratiques criminelles et la fraude réalisées par JPMorgan, la plus grande banque des Etats-Unis et le plus grand agent de produits dérivés du monde. En dépit des révélations détaillées dans le rapport, aucune action ne sera prise à l’encontre du PDG de la banque, Jamie Dimon, qui jouit de la confiance personnelle du président américain.
      Cette même banque se permet à présent de faire la leçon aux gouvernements. Soixante-dix ans après la prise de pouvoir par Hitler et les nazis en Allemagne, dont les conséquences furent catastrophiques pour l’Europe et le monde, JPMorgan est le premier à réclamer des mesures autoritaires pour réprimer la classe ouvrière et éradiquer ses acquis sociaux.

    • Vous voyez Hermano & Petit écran de fumée, j’aurais préféré lire les 16 pages de la Morgan plutôt que les seuls extraits rapportés par le WSWS, histoire de juger directement à la source...

    • Merci @Simplicissimus. Reste qu’effectivement je n’ai pas relayé cet article ailleurs parce qu’il manque le contexte et la portée de sa publication. Si c’est juste une étude interne d’un consultant de la banque, ça n’a pas grand intérêt.

      Si c’est un document transmis à Bruxelles ou ailleurs, en tant que créanciers d’états européens, là oui c’est une bombe (toute proportion gardée, ce n’est pas un scoop, mais au moins sous cette forme c’est pédagogique pour le grand public).. Dans ce dernier cas, ça illustre ce que j’aime souvent à répéter, à savoir que le secteur financier privé se comporte comme des actionnaires vis à vis des Etats, qu’ils considèrent désormais comme des institutions lucratives, à leur botte..

    • @petit_ecran_de_fumee c’est une publication d’analyse destinée aux clients investisseurs de JP Morgan. À diffusion en principe restreinte auxdits clients (cf. les mentions en petits caractères en fin de document — p. 16 et non pas p. 9…)

      Elle est plutôt mensuelle, mais pas complètement régulière (cf. toujours en dernière page, la liste des publications précédentes).

      J’ai souvenir d’avoir vu passer au moins une autre note similaire, il y a quelque temps. Je ne sais plus laquelle…

  • « La France devrait réduire sa moyenne salariale d’environ un tiers », par Sophie Hancart
    http://www.actuchomage.org/2013012524042/Social-economie-et-politique/lla-france-devrait-reduire-sa-moyenne-salariale-denviron-un-tiersr.html

    Goldman Sachs est, derrière JPMorgan Chase, la banque d’investissement la plus détestée de Wall Street. Mais elle n’en a cure. Le personnage interprété par Jeremy Irons dans le film génial de JC Chandor “Margin Call” incarne sa mentalité : « On peut s’enrichir grâce à ce merdier ! », dit-il, évoquant, presque amusé, toutes les crises auxquelles il a été confronté — 1974, 1987, 1992, 1997, 2000... « On s’en sortira », ajoute-t-il et, incroyable mais vrai : ils s’en sont sortis, puisqu’aucun d’entre eux n’est en prison et qu’ils continuent de toucher leurs bonus qui se chiffrent en millions de dollars. « Et les gens, les gens ordinaires ? » « Les gens ordinaires, ils sont foutus ! » et c’est toujours eux qui, d’une manière ou d’une autre, payent pour les frasques de ces délinquants en col blanc.

  • Counter-terrorism tools used to spot fraud - FT.com
    http://www.ft.com/cms/s/0/796b412a-4513-11e2-838f-00144feabdc0.html#axzz2F8dKpwXu

    JPMorgan Chase has turned to technology used for countering terrorism to spot fraud risk among its own employees and to tackle problems such as deciding how much to charge when selling property behind troubled mortgages.

    The technology involves crunching vast amounts of data to identify hard-to-detect patterns in markets or individual behaviour that could reveal risks or openings to make money. Other banks are also turning to “big data”, the name given to using large bodies of information, to identify potential rogue traders who might land them with massive losses, according to experts in the field.

    #big_data #contre_terrorisme #lutte_contre_la_fraude