company:motorola

  • #CBP terminates controversial $297 million #Accenture contract amid continued staffing struggles

    #Customs_and_Border_Protection on Thursday ended its controversial $297 million hiring contract with Accenture, according to two senior DHS officials and an Accenture representative.
    As of December, when CBP terminated part of its contract, the company had only completed processing 58 applicants and only 22 had made it onto the payroll about a year after the company was hired.
    At the time, the 3,500 applicants that remained in the Accenture hiring pipeline were transferred to CBP’s own hiring center to complete the process.

    CBP cut ties with Accenture on processing applicants a few months ago, it retained some services, including marketing, advertising and applicant support.
    This week, the entire contract was terminated for “convenience,” government speak for agreeing to part ways without placing blame on Accenture.
    While government hiring is “slow and onerous, it’s also part of being in the government” and that’s “something we have to accept and deal with as we go forward,” said one of the officials.
    For its efforts, CBP paid Accenture around $19 million in start-up costs, and around $2 million for 58 people who got job offers, according to the officials.
    Over the last couple of months, CBP explored how to modify the contract, but ultimately decided to completely stop work and return any remaining funds to taxpayers.
    But it’s unclear how much money, if any, that will be.

    In addition, to the funds already paid to Accenture, CBP has around $39 million left to “settle and close the books” with the company, an amount which has yet to be determined.
    In November 2017, CBP awarded Accenture the contract to help meet the hiring demands of an executive order on border security that President Donald Trump signed during his first week in office. The administration directed CBP to hire an additional 7,500 agents and officers on top of its current hiring goals.
    “We were in a situation where we needed to try something new” and “break the cycle of going backwards,” said a DHS official about why the agency started the contract.

    Meanwhile, hiring remains difficult for the agency amid a surge of migrants at the southern border that is stretching CBP resources thin.
    It “continues to be a very challenging environment,” said one official about hiring efforts this year.

    In fact, one of the reasons that CBP didn’t need Accenture to process applicants, is because the agency didn’t receive as many applications as it initially planned for.
    The agency has been focused on beating attrition and has been able to recently “beat it by a modest amount,” said the official. “Ultimately we would like to beat it by a heck of a lot, but we’re not there yet.”

    https://edition.cnn.com/2019/04/05/politics/cbp-terminate-hiring-contract-accenture/index.html
    #frontières #contrôles_frontaliers #USA #Ests-Unis #complexe_militaro-industriel #business

    • Border Profiteers

      On a recent sunny spring afternoon in Texas, a couple hundred Border Patrol agents, Homeland Security officials, and salespeople from a wide array of defense and security contractors gathered at the Bandera Gun Club about an hour northwest of San Antonio to eat barbecue and shoot each other’s guns. The techies wore flip-flops; the veterans wore combat boots. Everyone had a good time. They were letting loose, having spent the last forty-eight hours cooped up in suits and ties back at San Antonio’s Henry B. Gonzalez convention center, mingling and schmoozing, hawking their wares, and listening to immigration officials rail about how those serving in enforcement agencies are not, under any circumstances, Nazis.

      These profiteers and bureaucrats of the immigration-industrial complex were fresh from the 2019 #Border_Security_Expo —essentially a trade show for state violence, where law enforcement officers and weapons manufacturers gather, per the Expo’s marketing materials, to “identify and address new and emerging border challenges and opportunities through technology, partnership, and innovation.” The previous two days of panels, speeches, and presentations had been informative, a major in the Argentine Special Forces told me at the gun range, but boring. He was glad to be outside, where handguns popped and automatic rifles spat around us. I emptied a pistol into a target while a man in a Three Percenter militia baseball hat told me that I was a “natural-born killer.” A drone buzzed overhead until, in a demonstration of a company’s new anti-drone technology, a device that looked like a rocket launcher and fired a sort of exploding net took it down. “This is music to me,” the Argentine major said.

      Perhaps it’s not surprising the Border Security Expo attendees were so eager to blow off steam. This year’s event found many of them in a defensive posture, given the waves of bad press they’d endured since President Trump’s inauguration, and especially since the disastrous implementation of his family separation policy, officially announced by former Attorney General Jeff Sessions in April of 2018, before being rescinded by Trump two-and-a-half months later. Throughout the Expo, in public events and in background roundtable conversations with reporters, officials from the various component parts of the Department of Homeland Security rolled out a series of carefully rehearsed talking points: Immigrations and Customs Enforcement (ICE) and Customs and Border Patrol (CBP) need more money, personnel, and technology; taking migrants to hospitals distracts CBP officers from their real mission; and the 1997 Flores court settlement, which prohibits immigration enforcement agencies from detaining migrant families with children for more than twenty days, is undermining the very sovereignty of the United States. “We want a secure border, we want an immigration system that has integrity,” Ronald Vitiello, then–acting head of ICE, said in a keynote address to the hundreds of people gathered in San Antonio. “We have a generous immigration system in this country, but it has to have integrity in order for us to continue to be so generous.”

      More of a technocrat than his thuggish predecessor Thomas Homan, Vitiello also spoke at length about using the “dark web” to take down smugglers and the importance of having the most up-to-date data-management technology. But he spoke most adamantly about needing “a fix” for the Flores settlement. “If you prosecute crimes and you give people consequences, you get less of it,” he said. “With Flores, there’s no consequence, and everybody knows that,” a senior ICE official echoed to reporters during a background conversation immediately following Vitiello’s keynote remarks. “That’s why you’re seeing so many family units. We cannot apply a consequence to a family unit, because we have to release them.”

      Meanwhile, around 550 miles to the west, in El Paso, hundreds of migrants, including children and families, were being held by CBP under a bridge, reportedly forced to sleep on the ground, with inadequate medical attention. “They treated us like we are animals,” one Honduran man told Texas Monthly. “I felt what they were trying to do was to hurt us psychologically, so we would understand that this is a lesson we were being taught, that we shouldn’t have crossed.” Less than a week after the holding pen beneath the bridge closed, Vitiello’s nomination to run ICE would be pulled amid a spate of firings across DHS; President Trump wanted to go “in a tougher direction.”

      Family Values

      On the second day of the Border Security Expo, in a speech over catered lunch, Scott Luck, deputy chief of Customs and Border Protection and a career Border Patrol agent, lamented that the influx of children and families at the border meant that resources were being diverted from traditional enforcement practices. “Every day, about 150 agents spend their shifts at hospitals and medical facilities with illegal aliens receiving treatment,” he said. “The annual salary cost for agents on hospital watch is more than $11.5 million. Budget analysts estimate that 13 percent of our operational budget—the budget that we use to buy equipment, to buy vehicles for our men and women—is now used for transportation, medical expenses, diapers, food, and other necessities to care for illegal aliens in Border Patrol custody.”

      As far as Luck was concerned, every dollar spent on food and diapers is one not spent on drones and weapons, and every hour an agent spends guarding a migrant in a hospital is an hour they don’t spend on the border. “It’s not what they signed up for. The mission they signed up for is to protect the United States border, to protect the communities in which they live and serve,” he told reporters after his speech. “The influx, the volume, the clutter that this creates is frustrating.” Vitiello applied an Orwellian inversion: “We’re not helping them as fast as we want to,” he said of migrant families apprehended at the border.

      Even when discussing the intimate needs of detained migrant families, the language border officials used to describe their remit throughout the Expo was explicitly militaristic: achieving “operational control,” Luck said, requires “impedance and denial” and “situational awareness.” He referred to technology as a “vital force multiplier.” He at least stopped short of endorsing the president’s framing that what is happening on the border constitutes an invasion, instead describing it as a “deluge.”

      According to the Migration Policy Institute, a non-partisan think tank, the U.S. immigrant population has continued to grow—although at a slower rate than it did before the 2007 recession, and undocumented people appear to make up a smaller proportion of the overall population. Regardless, in fiscal year 2018, both ICE and CBP stepped up their enforcement activities, arresting, apprehending, and deporting people at significantly higher rates than the previous year. More than three times as many family members were apprehended at the border last year than in 2017, the Pew Research Center reports, and in the first six months of FY 2019 alone there were 189,584 apprehensions of “family units”: more than half of all apprehensions at the border during that time, and more than the full-year total of apprehended families for any other year on record. While the overall numbers have not yet begun to approach those of the 1980s and 1990s, when apprehensions regularly exceeded one million per year, the demographics of who is arriving at the United States southern border are changing: fewer single men from Mexico and more children and families from Guatemala, Honduras, and El Salvador—in other words, an ever-wider range of desperate victims of drug gangs and American policies that have long supported corrupt regimes.

      This change has presented people like Luck with problems they insist are merely logistical: aging Border Patrol stations, he told us at the Expo, “are not luxurious in any way, and they were never intended to handle families and children.” The solution, according to Vitiello, is “continued capital investment” in those facilities, as well as the cars and trucks necessary to patrol the border region and transport those apprehended from CBP custody to ICE detention centers, the IT necessary to sift through vast amounts of data accumulated through untold surveillance methods, and all of “the systems by which we do our work.”

      Neither Vitiello nor Luck would consider whether those systems—wherein thousands of children, ostensibly under the federal government’s care, have been sexually abused and five, from December through May of this year, have died—ought to be questioned. Both laughed off calls from migrant justice organizers, activists, and politicians to abolish ICE. “The concept of the Department of Homeland Security—and ICE as an agency within it—was designed for us to learn the lessons from 9/11,” Vitiello said. “Those needs still exist in this society. We’re gonna do our part.” DHS officials have even considered holding migrant children at Guantánamo Bay, Cuba, according to the New York Times, where a new $23 million “contingency mass migration complex” is being built. The complex, which is to be completed by the end of the year, will have a capacity of thirteen thousand.

      Violence is the Point

      The existence of ICE may be a consequence of 9/11, but the first sections of fencing along the U.S.-Mexico border—originally to contain livestock—went up in 1909 through 1911. In 1945, in response to a shift in border crossings from Texas to California, the U.S. Border Patrol and the Immigration and Naturalization Service recycled fencing wire and posts from internment camps in Crystal City, Texas, where more than a hundred thousand Japanese Americans had been imprisoned during World War II. “Although the INS could not erect a continuous line of fence along the border, they hoped that strategic placement of the fence would ‘compel persons seeking to enter the United States illegally to attempt to go around the ends of the fence,’” historian Kelly Lytle Hernández, quoting from government documents, writes in Migra! A History of the U.S. Border Patrol. “What lay at the end of the fences and canals were desert lands and mountains extremely dangerous to cross without guidance or sufficient water. The fences, therefore, discouraged illegal immigration by exposing undocumented border crossers to the dangers of daytime dehydration and nighttime hypothermia.”

      Apprehension and deportation tactics continued to escalate in the years following World War II—including Operation Wetback, the infamous (and heavily propagandized) mass-deportation campaign of 1954—but the modern, militarized border era was greatly boosted by Bill Clinton. It was during Clinton’s first administration that Border Patrol released its “Strategic Plan: 1994 and Beyond,” which introduced the idea of “prevention through deterrence,” a theory of border policing that built on the logic of the original wall and hinges upon increasing the “cost” of migration “to the point that many will consider it futile to continue to attempt illegal entry.” With the Strategic Plan, the agency was requesting more money, officers, and equipment in order to “enhance national security and safeguard our immigration heritage.”

      The plan also noted that “a strong interior enforcement posture works well for border control,” and in 1996, amid a flurry of legislation targeting people of color and the poor, Congress passed the Illegal Immigration Reform and Immigrant Responsibility Act, which empowered the federal government to deport more people more quickly and made it nearly impossible for undocumented immigrants to obtain legal status. “Before 1996, internal enforcement activities had not played a very significant role in immigration enforcement,” the sociologists Douglas Massey and Karen A. Pren wrote in 2012. “Afterward these activities rose to levels not seen since the deportation campaigns of the Great Depression.” With the passage of the Patriot Act in 2001 and the creation of the Department of Homeland Security and Immigration and Customs Enforcement in 2002, immigration was further securitized and criminalized, paving the way for an explosion in border policing technology that has further aligned the state with the defense and security industry. And at least one of Border Patrol’s “key assumptions,” explicitly stated in the 1994 strategy document, has borne out: “Violence will increase as effects of strategy are felt.”

      What this phrasing obscures, however, is that violence is the border strategy. In practice, what “prevention through deterrence” has meant is forcing migrants to cross the U.S.-Mexico border in the desert, putting already vulnerable people at even greater risk. Closing urban points of entry, for example, or making asylum-seekers wait indefinitely in Mexico while their claims are processed, pushes migrants into remote areas where there is a higher likelihood they will suffer injury and death, as in the case of seven-year-old Jakil Caal Maquin, who died of dehydration and shock after being taken into CBP custody in December. (A spokesperson for CBP, in an email response, deflected questions about whether the agency considers children dying in its custody a deterrent.) Maquin is one of many thousands who have died attempting to cross into the United States: the most conservative estimate comes from CBP itself, which has recovered the remains of 7,505 people from its southwest border sectors between 1998 and 2018. This figure accounts for neither those who die on the Mexican side of the border, nor those whose bodies remain lost to the desert.

      Draconian immigration policing causes migrants to resort to smugglers and traffickers, creating the conditions for their exploitation by cartels and other violent actors and increasing the likelihood that they will be kidnapped, coerced, or extorted. As a result, some migrants have sought the safety of collective action in the form of the “caravan” or “exodus,” which has then led the U.S. media and immigration enforcement agencies to justify further militarization of the border. Indeed, in his keynote address at the Expo, Luck described “the emerging prevalence of large groups of one hundred people or more” as “troubling and especially dangerous.” Later, a sales representative for the gun manufacturer Glock very confidently explained to me that this was because agents of al-Shabaab, the al-Qaeda affiliate in Somalia, were embedded with the caravans.

      Branding the Border

      Unsurprisingly, caravans came up frequently at the Border Security Expo. (An ICE spokesperson would later decline to explain what specific threat they pose to national security, instead citing general statistics about the terrorist watchlist, “special interest aliens,” and “suspicious travel patterns.”) During his own keynote speech, Vitiello described how ICE, and specifically its subcomponent Homeland Security Investigations, had deployed surveillance and intelligence-gathering techniques to monitor the progress of caravans toward the border. “When these caravans have come, we’ve had trained, vetted individuals on the ground in those countries reporting in real time what they were seeing: who the organizers were, how they were being funded,” he said, before going on an astonishing tangent:

      That’s the kind of capability that also does amazing things to protecting brands, property rights, economic security. Think about it. If you start a company, introduce a product that’s innovative, there are people in the world who can take that, deconstruct it, and create their own version of it and sell it as yours. All the sweat that went into whatever that product was, to build your brand, they’ll take it away and slap it on some substandard product. It’s not good for consumers, it’s not good for public safety, and it’s certainly an economic drain on the country. That’s part of the mission.

      That the then–acting director of ICE, the germ-cell of fascism in the bourgeois American state, would admit that an important part of his agency’s mission is the protection of private property is a testament to the Trump administration’s commitment to saying the quiet part out loud.

      In fact, brands and private industry had pride of place at the Border Security Expo. A memorial ceremony for men and women of Border Patrol who have been killed in the line of duty was sponsored by Sava Solutions, an IT firm that has been awarded at least $482 million in federal contracts since 2008. Sava, whose president spent twenty-four years with the DEA and whose director of business development spent twenty with the FBI, was just one of the scores of firms in attendance at the Expo, each hoping to persuade the bureaucrats in charge of acquiring new gear for border security agencies that their drones, their facial recognition technology, their “smart” fences were the best of the bunch. Corporate sponsors included familiar names like Verizon and Motorola, and other less well-known ones, like Elbit Systems of America, a subsidiary of Israel’s largest private defense contractor, as well as a handful of IT firms with aggressive slogans like “Ever Vigilant” (CACI), “Securing the Future” (ManTech), and “Securing Your Tomorrow” (Unisys).

      The presence of these firms—and indeed the very existence of the Expo—underscores an important truth that anyone attempting to understand immigration politics must reckon with: border security is big business. The “homeland security and emergency management market,” driven by “increasing terrorist threats and biohazard attacks and occurrence of unpredictable natural disasters,” is projected to grow to more than $742 billion by 2023 from $557 billion in 2018, one financial analysis has found. In the coming decades, as more people are displaced by climate catastrophe and economic crises—estimates vary between 150 million and 1 billion by 2050—the industry dedicated to policing the vulnerable stands to profit enormously. By 2013, the United States was already spending more on federal immigration enforcement than all other federal law enforcement agencies combined, including the FBI and DEA; ICE’s budget has doubled since its inception in 2003, while CBP’s has nearly tripled. Between 1993 and 2018, the number of Border Patrol agents grew from 4,139 to 19,555. And year after year, Democrats and Republicans alike have been happy to fuel an ever more high-tech deportation machine. “Congress has given us a lot of money in technology,” Luck told reporters after his keynote speech. “They’ve given us over what we’ve asked for in technology!”

      “As all of this rhetoric around security has increased, so has the impetus to give them more weapons and more tools and more gadgets,” Jacinta Gonzalez, a senior campaign organizer with Mijente, a national network of migrant justice activists, told me. “That’s also where the profiteering comes in.” She continued: “Industries understand what’s good for business and adapt themselves to what they see is happening. If they see an administration coming into power that is pro-militarization, anti-immigrant, pro-police, anti-communities of color, then that’s going to shape where they put their money.”

      By way of example, Gonzalez pointed to Silicon Valley billionaire Peter Thiel, who spent $1.25 million supporting Trump’s 2016 election campaign and followed that up last year by donating $1 million to the Club for Growth—a far-right libertarian organization founded by Heritage Foundation fellow and one-time Federal Reserve Board prospect Stephen Moore—as well as about $350,000 to the Republican National Committee and other GOP groups. ICE has awarded Palantir, the $20 billion surveillance firm founded by Thiel, several contracts worth tens of millions of dollars to manage its data streams—a partnership the agency considers “mission critical,” according to documents reviewed by The Intercept. Palantir, in turn, runs on Amazon Web Services, the cloud computing service provided by the world’s most valuable public company, which is itself a key contractor in managing the Department of Homeland Security’s $6.8 billion IT portfolio.

      Meanwhile, former DHS secretary John Kelly, who was Trump’s chief of staff when the administration enacted its “zero-tolerance” border policy, has joined the board of Caliburn International—parent organization of the only for-profit company operating shelters for migrant children. “Border enforcement and immigration policy,” Caliburn reported in an SEC filing last year, “is driving significant growth.” As Harsha Walia writes in Undoing Border Imperialism, “the state and capitalism are again in mutual alliance.”

      Triumph of the Techno-Nativists

      At one point during the Expo, between speeches, I stopped by a booth for Network Integrity Systems, a security firm that had set up a demonstration of its Sentinel™ Perimeter Intrusion Detection System. A sales representative stuck out his hand and introduced himself, eager to explain how his employer’s fiber optic motion sensors could be used at the border, or—he paused to correct himself—“any kind of perimeter.” He invited me to step inside the space that his coworkers had built, starting to say “cage” but then correcting himself, again, to say “small enclosure.” (It was literally a cage.) If I could get out, climbing over the fencing, without triggering the alarm, I would win a $500 Amazon gift card. I did not succeed.

      Overwhelmingly, the vendors in attendance at the Expo were there to promote this kind of technology: not concrete and steel, but motion sensors, high-powered cameras, and drones. Customs and Border Patrol’s chief operating officer John Sanders—whose biography on the CBP website describes him as a “seasoned entrepreneur and innovator” who has “served on the Board of Directors for several leading providers of contraband detection, geospatial intelligence, and data analytics solutions”—concluded his address by bestowing on CBP the highest compliment he could muster: declaring the agency comparable “to any start-up.” Rhetoric like Sanders’s, ubiquitous at the Expo, renders the border both bureaucratic and boring: a problem to be solved with some algorithmic mixture of brutality and Big Data. The future of border security, as shaped by the material interests that benefit from border securitization, is not a wall of the sort imagined by President Trump, but a “smart” wall.

      High-ranking Democrats—leaders in the second party of capital—and Republicans from the border region have championed this compromise. During the 2018-2019 government shutdown, House Homeland Security Committee Chairman Bennie Thompson told reporters that Democrats would appropriate $5.7 billion for “border security,” so long as that did not include a wall of Trump’s description. “Walls are primitive. What we need to do is have border security,” House Majority Whip Jim Clyburn said in January. He later expanded to CNN: “I’ve said that we ought to have a smart wall. I defined that as a wall using drones to make it too high to get over, using x-ray equipment to make it too wide to get around, and using scanners to go deep enough not to be able to tunnel under it. To me, that would be a smart thing to do.”

      Even the social democratic vision of Senator Bernie Sanders stops short at the border. “If you open the borders, my God, there’s a lot of poverty in this world, and you’re going to have people from all over the world,” he told Iowa voters in early April, “and I don’t think that’s something that we can do at this point.” Over a week later, during a Fox News town hall with Pennsylvania voters, he recommitted: “We need border security. Of course we do. Who argues with that? That goes without saying.”

      To the extent that Trump’s rhetoric, his administration’s immigration policies, and the enforcement agencies’ practices have made the “border crisis” more visible than ever before, they’ve done so on terms that most Democrats and liberals fundamentally agree with: immigration must be controlled and policed; the border must be enforced. One need look no further than the high priest of sensible centrism, Thomas Friedman, whose major complaint about Trump’s immigration politics is that he is “wasting” the crisis—an allusion to Rahm Emanuel’s now-clichéd remark that “you never want a serious crisis to go to waste.” (Frequently stripped of context, it is worth remembering that Emanuel made this comment in the throes of the 2008 financial meltdown, at the Wall Street Journal’s CEO Council, shortly following President Obama’s election.) “Regarding the border, the right place for Democrats to be is for a high wall with a big gate,” Friedman wrote in November of 2018. A few months later, a tour led by Border Patrol agents of the San Ysidro port of entry in San Diego left Friedman “more certain than ever that we have a real immigration crisis and that the solution is a high wall with a big gate—but a smart gate.”

      As reasonable as this might sound to anxious New York Times readers looking for what passes as humanitarian thinking in James Bennet’s opinion pages, the horror of Friedman’s logic eventually reveals itself when he considers who might pass through the big, smart gate in the high, high wall: “those who deserve asylum” and “a steady flow of legal, high-energy, and high-I.Q. immigrants.” Friedman’s tortured hypothetical shows us who he considers to be acceptable subjects of deportation and deprivation: the poor, the lazy, and the stupid. This is corporate-sponsored, state-sanctioned eugenics: the nativism of technocrats.

      The vision of a hermetically sealed border being sold, in different ways, by Trump and his allies, by Democrats, and by the Border Security Expo is in reality a selectively permeable one that strictly regulates the movement of migrant labor while allowing for the unimpeded flow of capital. Immigrants in the United States, regardless of their legal status, are caught between two factions of the capitalist class, each of which seek their immiseration: the citrus farmers, construction firms, and meat packing plants that benefit from an underclass of unorganized and impoverished workers, and the defense and security firms that keep them in a state of constant criminality and deportability.

      You could even argue that nobody in a position of power really wants a literal wall. Even before taking office, Trump himself knew he could only go so far. “We’re going to do a wall,” he said on the campaign trail in 2015. However: “We’re going to have a big, fat beautiful door on the wall.” In January 2019, speaking to the American Farm Bureau Association, Trump acknowledged the necessity of a mechanism allowing seasonal farmworkers from Mexico to cross the border, actually promising to loosen regulations on employers who rely on temporary migrant labor. “It’s going to be easier for them to get in than what they have to go through now,” he said, “I know a lot about the farming world.”

      At bottom, there is little material difference between this and what Friedman imagines to be the smarter, more humane approach. While establishment liberals would no doubt prefer that immigration enforcement be undertaken quietly, quickly, and efficiently, they have no categorical objection to the idea that noncitizens should enjoy fewer rights than citizens or be subject to different standards of due process (standards that are already applied in deeply inequitable fashion).

      As the smorgasbord of technologies and services so garishly on display at the Border Security Expo attests, maintaining the contradiction between citizens and noncitizens (or between the imperial core and the colonized periphery) requires an ever-expanding security apparatus, which itself becomes a source of ever-expanding profit. The border, shaped by centuries of bourgeois interests and the genocidal machinations of the settler-colonial nation-state, constantly generates fresh crises on which the immigration-industrial complex feeds. In other words, there is not a crisis at the border; the border is the crisis.

      CBP has recently allowed Anduril, a start-up founded by one of Peter Thiel’s mentees, Palmer Luckey, to begin testing its artificial intelligence-powered surveillance towers and drones in Texas and California. Sam Ecker, an Anduril engineer, expounded on the benefits of such technology at the Expo. “A tower doesn’t get tired. It doesn’t care about being in the middle of the desert or a river around the clock,” he told me. “We just let the computers do what they do best.”

      https://thebaffler.com/outbursts/border-profiteers-oconnor

  • Working Anywhere, Working Everywhere
    https://hackernoon.com/working-anywhere-working-everywhere-adf365fe13b5?source=rss----3a8144eab

    Finding flow at work even while always on the move.In 1971, Programmer Ray Tomlinson pinged the first email from his computer to an adjacent one in his Cambridge Massachusetts lab. Two years later, Motorola employee Martin Cooper called New Jersey from Manhattan on the first mobile phone. Work has never been the same since then.When Jerusalem became the first Wi-Fi enabled city in 2004 — the lofty idea of working from anywhere with a reliable web connection became real. We’re all mobile workers now. OK, so maybe just a portion of the planet’s 5.1 billion mobile users are. The point is that there’s lots of us. We punch words out on paper thin laptops from swanky Toronto coffee shops to meet deadlines for clients in Tokyo. We push pixels or polish code in our Medellin makerspaces for remote (...)

    #life-hacking #future-of-work #remote-working #future #productivity

  • Amazon needs to come clean about racial bias in its algorithms
    https://www.theverge.com/2018/5/23/17384632/amazon-rekognition-facial-recognition-racial-bias-audit-data

    We shouldn’t be using unaudited facial recognition systems on public streets Yesterday, Amazon’s quiet Rekognition program became very public, as new documents obtained by the ACLU of Northern California showed the system partnering with the city of Orlando and police camera vendors like Motorola Solutions for an aggressive new real-time facial recognition service. Amazon insists that the service is a simple object-recognition tool and will only be used for legal purposes. But even if we (...)

    #Amazon #algorithme #CCTV #Rekognition #biométrie #facial #surveillance #vidéo-surveillance (...)

    ##ACLU

  • Electronics-Recycling Innovator Going to Prison for Extending Compu...
    https://diasp.eu/p/7152379

    Electronics-Recycling Innovator Going to Prison for Extending Computers’ Lives

    [ https://returntonow.net/2018/05/10/ewaste-innovator-prison ]

    Eric Lundgren built the first “electronic hybrid recycling” facility in the United States, which turns discarded cellphones and other electronics into functional devices.

    Known for building an electric car out of “garbage” that outlasts a Tesla, his company processes more than 41 million pounds of e-waste a year.

    Lundgren has received international praise for slowing the stream of harmful chemicals and heavy metals into the environment, and counts IBM, Motorola and Sprint among clients grateful for his cheap refurbished products.

    Unfortunately, Microsoft is not such big a fan of Lundgren’s work.

    When he figured out how to recycle e-waste from China (...)

    • @aude_v MS joue la carte de l’#obsolescence_programmée_factice mais Eric Lundgren remet en circuit des disques de restauration système qui sinon grâce aux stratégies de MS étaient ignorés des utilisateurices. Ou comment un pollueur infect comme MS se retrouve à gagner en dépit de tout bon sens.

      Lundgren argues he hasn’t cost Microsoft any sales, as the company provides restore disks for free with software purchases, but many buyers lose or throw them away.

      Microsoft also provide free downloads to restore the software to licensed customers online, but many customers don’t know that’s an option, and end up throwing the computer away as a result.

      Lundgren made 28,000 of the discs and shipped them to a broker, who planned to sell them to computer refurbishing shops for about 25 cents each, so they could provide them to used-computer buyers.

      Microsoft’s lawyers valued the discs at $25 each and said they represent $700,000 in potential sales.

      Lundgren pleaded guilty but argued that the value of his discs to Microsoft was zero, as Microsoft, nor any computer manufacturers, sell them. He also explained that the discs could only be used to restore the software to computers already licensed for it. The licenses are good for the life of the computer.

      The real loss to Microsoft was in the potential sale of new computers and new software licenses.

  • Suite de ma série de dessins « Le Tartare »- Le #bitcoin

    Je rassemble les éléments qui m’ont servi pour ce montage pour pas les perdre ou les oublier.

    –---------
    A partir du billets de 1 rouble de 1937

    –—


    Un des dessins de la série qu’a composée Leonardo da Vinci (1452-1519) du Codex Vallardi acquis par le Louvre en 1856 auprès de l’antiquaire milanais Giuseppe Vallardi.
    https://entrelacs.blog/2015/09/10/etude-dentrelacs-en-cercles-de-leonard-de-vinci

    Cette partie représente une carte d’internet inspirée d’une des propositions de Louis Drulhe que m’a conseillé @fil
    http://internet-atlas.net
    –----

    Le paysage est une mine de bitcoin au tibet, près d’une centrale hydroéléctrique


    https://seenthis.net/messages/686691

    –-----
    En dessous de la ferme/mine à bitcoin il y a un steve ( avatar des joueureuses dans minecraft)
    https://minecraft.novaskin.me/skin/1404133393/Steve-Miner-Test
    –-----
    Dans les angles les symboles évoquent certains aspects des bitcoin,
    Le nucléair pour signalé que le bitcoin est de l’éléctricité convertie en argent.
    Le mot en chinois c’est le province de Shenzhen (深圳市) où sont assemblés la plus part des composantes éléctroniques dans des conditions de travail indignes.
    En bas à gauche c’est l’atome du Tantale, un metal fait à partir de Coltan, pour évoqué les terres rares
    En bas à droite, un symbole des Panama paper pour évoqué la facilité que procure le bitcoin pour échappé aux impots.

    Au Verso les QRcode sont des petites phrases qui m’ont marqués par rapport aux bitcoins :
    Money is memory (rapport aux registes des bitcoin)
    Convert electricity into money
    make money with money
    Cryprological gold - celle là faut que je l’améliore. Peut être quelquechose à propos des 21 millions d’unités - peut être : 21000000 cryptological ingots

    –—
    Le gris du verso est un texte converti en binaire :

    En aucun cas la création de ces nouveaux outils n’entend traiter des causes des problèmes politiques et sociaux. À chaque fois, il s’agit de renforcer par force protocoles un idéal de sécurité. Avec l’apparition du Bitcoin, il ne s’agit donc pas tellement de l’éclosion d’une nouvelle manière de faire du business ni d’un nouveau type de relation économique. Il s’agit bien plutôt de la diffusion généralisée d’une forme de relation sociale et politique, alimentée depuis plusieurs décennies par la jonction de l’idéologie cybernétique et du capitalisme. Aussi, si certaines applications de la Blockchain peuvent paraître constituer un progrès c’est d’abord parce que notre monde a été bureaucratisé à outrance, organisé en un vaste réseau de flux, aseptisé pour être d’autant mieux surveillé, designé pour être fonctionnaliste et individualiste. « Le désert croît », disait Nietzsche. La Blockchain sculpte et organise les dunes pour qu’il devienne davantage praticable.

    source : https://seenthis.net/messages/677623

    le texte converis donne :

    010001010110111000100000011000010111010101100011011101010110111000100000011000110110000101110011001000000110110001100001001000000110001101110010001001100110010101100001011000110111010101110100011001010011101101100001011101000110100101101111011011100010000001100100011001010010000001100011011001010111001100100000011011100110111101110101011101100110010101100001011101010111100000100000011011110111010101110100011010010110110001110011001000000110111000100110011100100111001101110001011101010110111100111011011001010110111001110100011001010110111001100100001000000111010001110010011000010110100101110100011001010111001000100000011001000110010101110011001000000110001101100001011101010111001101100101011100110010000001100100011001010111001100100000011100000111001001101111011000100110110000100110011001010110011101110010011000010111011001100101001110110110110101100101011100110010000001110000011011110110110001101001011101000110100101110001011101010110010101110011001000000110010101110100001000000111001101101111011000110110100101100001011101010111100000101110001000000010011001000001011001110111001001100001011101100110010100111011001000000110001101101000011000010111000101110101011001010010000001100110011011110110100101110011001011000010000001101001011011000010000001110011001001100111001001110011011100010111010101101111001110110110000101100111011010010111010000100000011001000110010100100000011100100110010101101110011001100110111101110010011000110110010101110010001000000111000001100001011100100010000001100110011011110111001001100011011001010010000001110000011100100110111101110100011011110110001101101111011011000110010101110011001000000111010101101110001000000110100101100100001001100110010101100001011000110111010101110100011001010011101101100001011011000010000001100100011001010010000001110011001001100110010101100001011000110111010101110100011001010011101101100011011101010111001001101001011101000010011001100101011000010110001101110101011101000110010100111011001011100010000001000001011101100110010101100011001000000110110000100110011100100111001101110001011101010110111100111011011000010111000001110000011000010111001001101001011101000110100101101111011011100010000001100100011101010010000001000010011010010111010001100011011011110110100101101110001011000010000001101001011011000010000001101110011001010010000001110011001001100111001001110011011100010111010101101111001110110110000101100111011010010111010000100000011001000110111101101110011000110010000001110000011000010111001100100000011101000110010101101100011011000110010101101101011001010110111001110100001000000110010001100101001000000110110000100110011100100111001101110001011101010110111100111011001001100110010101100001011000110111010101110100011001010011101101100011011011000110111101110011011010010110111101101110001000000110010000100110011100100111001101110001011101010110111100111011011101010110111001100101001000000110111001101111011101010111011001100101011011000110110001100101001000000110110101100001011011100110100100100110011001010110011101110010011000010111011001100101001110110111001001100101001000000110010001100101001000000110011001100001011010010111001001100101001000000110010001110101001000000110001001110101011100110110100101101110011001010111001101110011001000000110111001101001001000000110010000100110011100100111001101110001011101010110111100111011011101010110111000100000011011100110111101110101011101100110010101100001011101010010000001110100011110010111000001100101001000000110010001100101001000000111001001100101011011000110000101110100011010010110111101101110001000000010011001100101011000010110001101110101011101000110010100111011011000110110111101101110011011110110110101101001011100010111010101100101001011100010000001001001011011000010000001110011001001100111001001110011011100010111010101101111001110110110000101100111011010010111010000100000011000100110100101100101011011100010000001110000011011000111010101110100001001100110111101100011011010010111001001100011001110110111010000100000011001000110010100100000011011000110000100100000011001000110100101100110011001100111010101110011011010010110111101101110001000000110011100100110011001010110000101100011011101010111010001100101001110110110111000100110011001010110000101100011011101010111010001100101001110110111001001100001011011000110100101110011001001100110010101100001011000110111010101110100011001010011101101100101001000000110010000100110011100100111001101110001011101010110111100111011011101010110111001100101001000000110011001101111011100100110110101100101001000000110010001100101001000000111001001100101011011000110000101110100011010010110111101101110001000000111001101101111011000110110100101100001011011000110010100100000011001010111010000100000011100000110111101101100011010010111010001101001011100010111010101100101001011000010000001100001011011000110100101101101011001010110111001110100001001100110010101100001011000110111010101110100011001010011101101100101001000000110010001100101011100000111010101101001011100110010000001110000011011000111010101110011011010010110010101110101011100100111001100100000011001000010011001100101011000010110001101110101011101000110010100111011011000110110010101101110011011100110100101100101011100110010000001110000011000010111001000100000011011000110000100100000011010100110111101101110011000110111010001101001011011110110111000100000011001000110010100100000011011000010011001110010011100110111000101110101011011110011101101101001011001000010011001100101011000010110001101110101011101000110010100111011011011110110110001101111011001110110100101100101001000000110001101111001011000100110010101110010011011100010011001100101011000010110001101110101011101000110010100111011011101000110100101110001011101010110010100100000011001010111010000100000011001000111010100100000011000110110000101110000011010010111010001100001011011000110100101110011011011010110010100101110001000000100000101110101011100110111001101101001001011000010000001110011011010010010000001100011011001010111001001110100011000010110100101101110011001010111001100100000011000010111000001110000011011000110100101100011011000010111010001101001011011110110111001110011001000000110010001100101001000000110110001100001001000000100001001101100011011110110001101101011011000110110100001100001011010010110111000100000011100000110010101110101011101100110010101101110011101000010000001110000011000010111001001100001001001100110100101100011011010010111001001100011001110110111010001110010011001010010000001100011011011110110111001110011011101000110100101110100011101010110010101110010001000000111010101101110001000000111000001110010011011110110011101110010001001100110010101100111011100100110000101110110011001010011101101110011001000000110001100100110011100100111001101110001011101010110111100111011011001010111001101110100001000000110010000100110011100100111001101110001011101010110111100111011011000010110001001101111011100100110010000100000011100000110000101110010011000110110010100100000011100010111010101100101001000000110111001101111011101000111001001100101001000000110110101101111011011100110010001100101001000000110000100100000001001100110010101100001011000110111010101110100011001010011101101110100001001100110010101100001011000110111010101110100011001010011101100100000011000100111010101110010011001010110000101110101011000110111001001100001011101000110100101110011001001100110010101100001011000110111010101110100011001010011101100100000001001100110000101100111011100100110000101110110011001010011101100100000011011110111010101110100011100100110000101101110011000110110010100101100001000000110111101110010011001110110000101101110011010010111001100100110011001010110000101100011011101010111010001100101001110110010000001100101011011100010000001110101011011100010000001110110011000010111001101110100011001010010000001110010001001100110010101100001011000110111010101110100011001010011101101110011011001010110000101110101001000000110010001100101001000000110011001101100011101010111100000101100001000000110000101110011011001010111000001110100011010010111001100100110011001010110000101100011011101010111010001100101001110110010000001110000011011110111010101110010001000000010011001100101011000110110100101110010011000110011101101110100011100100110010100100000011001000010011001110010011100110111000101110101011011110011101101100001011101010111010001100001011011100111010000100000011011010110100101100101011101010111100000100000011100110111010101110010011101100110010101101001011011000110110000100110011001010110000101100011011101010111010001100101001110110010110000100000011001000110010101110011011010010110011101101110001001100110010101100001011000110111010101110100011001010011101100100000011100000110111101110101011100100010000000100110011001010110001101101001011100100110001100111011011101000111001001100101001000000110011001101111011011100110001101110100011010010110111101101110011011100110000101101100011010010111001101110100011001010010000001100101011101000010000001101001011011100110010001101001011101100110100101100100011101010110000101101100011010010111001101110100011001010010111000100000001001100110110001100001011100010111010101101111001110110010000001001100011001010010000001100100001001100110010101100001011000110111010101110100011001010011101101110011011001010111001001110100001000000110001101110010011011110010011001101001011000110110100101110010011000110011101101110100001000000010011001110010011000010111000101110101011011110011101100101100001000000110010001101001011100110110000101101001011101000010000001001110011010010110010101110100011110100111001101100011011010000110010100101110001000000100110001100001001000000100001001101100011011110110001101101011011000110110100001100001011010010110111000100000011100110110001101110101011011000111000001110100011001010010000001100101011101000010000001101111011100100110011101100001011011100110100101110011011001010010000001101100011001010111001100100000011001000111010101101110011001010111001100100000011100000110111101110101011100100010000001110001011101010010011001110010011100110111000101110101011011110011101101101001011011000010000001100100011001010111011001101001011001010110111001101110011001010010000001100100011000010111011001100001011011100111010001100001011001110110010100100000011100000111001001100001011101000110100101100011011000010110001001101100011001010010111000100000

    http://www.supportduweb.com/convertisseur-textes-binaire-code-ascii-numerique-ordinateur-secret-en
    –------------

    #zuckerberk #mad_meg

    • Le coltan, métal sanglant dans nos téléphones


      https://www.consoglobe.com/coltan-metal-sanglant-dans-telephones-cg/2

      Dans la mythologie, le mortel Tantale vola les Dieux lors d’un festin pour offrir les mets aux hommes. Les divinités, furieuses d’avoir été trompées par un homme auquel elles avaient accordé leur confiance, l’enfermèrent en enfer au beau milieu d’arbres fruitiers et à côté d’un lac dont les fruits ou l’eau se rétractaient dès que Tantale voulait étancher sa faim ou sa soif. Le malheureux fut condamné à vivre dans le besoin éternel au milieu de l’opulence. Mais le tantale tient aujourd’hui sa revanche. Une triste revanche !
      Le coltan, un métal source de misère

      TantaleLe tantale, (en partie) à cause de lui, les Congolais sont aujourd’hui plongés dans la misère et la violence sans pouvoir espérer profiter prochainement des fantastiques richesses qui sommeillent sous leurs pieds. Car le tantale est aussi le nom d’un minerai obtenu en raffinant le coltan, dont la République Démocratique du Congo (RDC) dispose de 80 % des réserves connues (1). Très prisé par les industries de pointe occidentales, le tantale est principalement utilisé dans les condensateurs d’ordinateur et de téléphone portable. On le retrouve aussi dans les missiles, les fusées et les avions grâce à ses propriétés physiques remarquables (résistance à la chaleur et à la corrosion). Et oui, vous avez donc du tantale partout autour de vous, probablement même dans l’appareil que vous utilisez pour lire cet article !

      Les principaux acheteurs finaux de tantale vous sont d’ailleurs bien connus : Motorola, Nokia, Sony (pour sa PS3), Samsung, Bayer, NEC, …

      La République Démocratique du Congo vit dans un état de guerre depuis 16 ans au moins (2),
      En 1996, une rébellion contre Mobutu Sese Seko, le dictateur de l’époque, amène Laurent Kabila au pouvoir,
      Depuis, les rébellions et les instabilités se succèdent, attisées par des mouvements transnationaux (comme les milices Hutu venues du Rwanda ou les troupes du général Nkuda) et par les pays voisins qui souhaitent s’accaparer le contrôle de cette riche république meurtrie.

      « Riche » car si la production mondiale est aujourd’hui assurée aux trois quarts par l’Australie, la part de la production de coltan assurée par la RDC est appelée à augmenter compte tenu :

      (a) du fait que l’exploitation australienne n’est pas durable ;
      (b) qu’on ne sait actuellement pas recycler le tantale ; et
      © que le marché de l’électronique continue de croître depuis le début des années 2000.
      La malédiction des matières premières

      L’« or gris » ne profite donc guère à la RDC, déjà accablée par la malédiction des matières premières (3) en ce qui concerne l’or et le diamant comme le confirme le Groupe d’experts de l’ONU. D’ailleurs, on constate que le Rwanda voisin exporte 13 % du coltan sur le marché mondial (4) alors qu’il ne dispose pas de réserves de coltan : toutes les ventes rwandaises se font grâce à des ressources pillées en RDC. Au Congo même, l’exploitation des « diamants de sang de l’ère digitale » profite le plus souvent aux groupes armés, soit qu’ils fassent exploiter les gisements, soit qu’ils y touchent au passage une commission. Les mines sont le plus souvent organisées en concessions accordées par le propriétaire du terrain à des « prospecteurs-creuseurs », qui sont d’anciens villageois ou paysans (5).

      Ces creuseurs ont un travail à double tranchant : ils peuvent toucher jusqu’à 75 dollars par semaine (6) en revendant leur production à des grossistes, soit l’équivalent de 6 mois de travail pour un cultivateur local. Ce salaire est d’autant plus mirobolant que les agriculteurs ont depuis une vingtaine d’année la quasi-certitude que leurs récoltes seront confisquées par des milices en quête de ravitaillement (7). Mais les conditions de sécurité des mineurs sont plus qu’incertaines et les effets à long terme sur la santé des poussières de coltan, légèrement radioactif, restent inconnus. Les grossistes, de leur côté risquent d’être volés et tués par les milices auxquelles ils vendent leur minerai.

      Le développement de cette économie principalement souterraine a été rendu possible par la corruption des politiques et par l’importance opérationnelle des milices, mais aussi par la complicité d’un certain nombre d’entreprises occidentales peu scrupuleuses. Les entreprises américaines (Motorola, AVX puis Nokia) font pour une fois figure d’exemple grâce à la loi Dodd-Frank, qui les oblige à certifier l’origine du coltan qu’elles utilisent.

      Mine de coltan au Congo - image aboutenvironment.com

      Mais les compagnies qui ne sont pas soumises à cette loi font peu de cas de l’éthique et utilisent du coltan congolais par l’intermédiaire de leurs sous-traitants chinois (encore eux !). Cette situation, déjà dénoncée en 2001 par des ONG avec le slogan « pas de sang sur mon portable » n’a pas manqué d’indigner le célèbre groupe hacktivisteAnonymous en mai dernier : il s’est attaqué aux sites webs des groupes HC Stark (filiale de Bayer), Samsung, LG et Sony (8). Anonymous affirmait à cette occasion que chaque kilo de coltan extrait a coûté la vie à deux enfants – assertion peu vérifiable mais qui a le mérite de mettre en lumière les conditions de travail choquantes dans certaines mines où des enfants extraient à main nue le minerai radioactif .

      Ainsi, le coltan et un (gros) coin d’Afrique sont les otages des stratégies de puissance aux intérêt divergents de multinationales avides, de pays à la réalpolitik sans scrupule. Comme le souligne une note de l’Ecole de guerre économique (9), l’irruption brutale de la Chine auCongo menace les intérêts stratégiques européens et américains, eux mêmes divergents. La course pour les mines de l’or gris n’est sans doute pas finie ; ça va saigner !

      Luwowo Coltan mine near Rubaya, North Kivu the 18th of March 2014. © MONUSCO/Sylvain Liechti

      Luwowo is one of several validated mining site that respect CIRGL-RDC norms and guaranties conflict free minerals.
      Date 19 March 2014, 09:05

  • Question à la communauté @seenthis sur le #bitcoin.
    Chèr·es vous, je voudrais savoir si il est possible de materialiser un bitcoin par exemple sous la forme d’un dessin. Je me documente pour mon prochain dessin qui sera sur le bitcoin. De ce que j’ai compris il y a une limite au nombre de bitcoin (il n’y en aura jamais plus que 21 millions d’unités) et chaque bitcoin est unique, identifiable ainsi que son historique. Si j’ecrit le numero d’un bitcoin dont je possede le registre sur une clé et que je détruit la clé, est-ce que ca détruit le bitcoin sous sa forme numérique ? comme de bruler un billet. Sauf que la clé sera inscrite dans le dessin probablement visible en full def avec les webapps de @fil (mais il y aura surement des fautes de recopiage, ce qui rend le truc inexploitable au final)
    Je voudrais bien les lumières de celleux qui comprennent ces bitcoins sur la faisabilité de cette idée.

    • Quand tu obtiens des bitcoins (par minage ou par transaction avec un autre portefeuille) , ils sont associés à ton portefeuille électronique identifié par une adresse bitcoin. Par le jeu de la cryptographie, ton portefeuille n’est utilisable que si tu en as une copie ainsi que le mot de passe qui permet de l’utiliser. Sans ce mot de passe, impossible d’utiliser les bitcoins qui y sont associés. Si tu détruis le fichier alors qu’il n’y en a pas de copie, les bitcoins sont irrémédiablement perdus.

      Donc à mon sens tu pourrais utiliser l’adresse de ton portefeuille dans ta représentation et détruire le fichier du portefeuille ce qui reviendrai à perdre les bitcoins qui y sont associés. Par contre, je ne pense pas qu’on puisse dire que les bitcoins sont destructibles en soit. Ce serait un peu comme de dire que l’entier 1 serait destructible.

    • J’ai une autre question sur les bitcoins. Est-ce que la ou les personnes à l’origine de cette monnaie sont toujours inconnu ? Dans une émission, l’hypothèse de Motorola ou des fabriquants de microprocesseurs seraient une origine possible. Vu que la chine semble très pro-bitcoin est ce que ca pourrait venir de Chine ? Il y a des fabriquants de processeurs en chine, ils sont meme tous plutot là bas.

    • Merci @whilelm si je comprend bien le compte associé au bitcoin serait inaccessible et le bitcoin serait figé dans un endroit inaccessible.
      Est-ce qu’on peu avoir le code d’identification d’un bitcoin en particulier ? Je pense au bitcoin que je voudrait figer. Vu que le bitcoin à l’air d’avoir une sorte de journal avec lui qui raconte son histoire de bitcoin, il doit avoir une sorte de code individuel. entre 0 et 21 million peut etre...

    • Oui, un bitcoin le cours varie énormément en permanence, et puis on n’utilise pas « un » bitcoin, suivant le cours parfois les gens payent des choses avec des millièmes de bitcoins. Donc « un » bitcoin n’a pas un code précis non ? Car le bitcoin n’est pas une unité indivisible, on peut le diviser comme on veut pour payer n’importe quoi.

    • Merci pour tes explications @rastapopoulos Je commence à me familiarisé avec la chose. Ca touche les histoires de critique de la valeur. Je voulais faire un dessin en forme de billet de banque mais avec un propos sur le bitcoin.

      Je suis en train d’écouté cette conférence qui explique assez bien les choses en partant des trucs de base. Je recommande
      https://www.franceculture.fr/conferences/les-mathematiques-et-la-cryptographie-reinventent-la-monnaie-le-bitcoi

    • <del>Tu peux lancer un appel sur reddit, tu trouveras bien un B$llionnaire que l’idée amusera. PS : j’ai posé la question sur twitter, on ne sait jamais.</del>

    • C’est gentil @fil. L’idée de dessiner un billet de la valeur d’un bitcoin me semble pas si bonne. Dans la conf plus haut le conferencier dit que ce genre d’experience a été faite. Il ne donne pas de détail mais je vais chercher là dessus. Je me disait que je devrait faire un billet de chatcoin avec mes propres règles monétaires.

  • Cash investigation - Les secrets inavouables de nos téléphones portables (Intégrale)
    https://www.youtube.com/watch?v=w2PZQ-XprQU

    Pour cette deuxième émission de la rentrée, zoom sur le marché des téléphones portables. Pendant un an, l’équipe a enquêté sur les conditions de fabrication de cet appareil du quotidien, produit de très grande consommation puisqu’un Français consulte en moyenne 150 fois par jour son portable. 1,8 milliard d’exemplaires sont vendus à travers le monde chaque année. Ce marché rapporte des sommes gigantesques aux entreprises du secteur, devenus des empires économiques. En Chine, un journaliste a filmé en caméra (...)

    #Alcatel-Lucent #Apple #Huawei #Microsoft #Motorola_Mobility #Nokia_Siemens #Samsung #smartphone #travail #minerais #travailleurs #China_Labor_Watch #LG (...)

    ##Wiko

    • Intro complète

      Pour cette deuxième émission de la rentrée, zoom sur le marché des téléphones portables. Pendant un an, l’équipe a enquêté sur les conditions de fabrication de cet appareil du quotidien, produit de très grande consommation puisqu’un Français consulte en moyenne 150 fois par jour son portable. 1,8 milliard d’exemplaires sont vendus à travers le monde chaque année. Ce marché rapporte des sommes gigantesques aux entreprises du secteur, devenus des empires économiques. En Chine, un journaliste a filmé en caméra cachée les conditions de travail des salariés d’un des plus gros sous-traitants de l’industrie du mobile, pour la plupart des enfants. En République démocratique du Congo, rencontre avec ceux qui extraient le tantal - minerai qui entre dans la composition des téléphones - parfois pour le compte des rebelles armés.

      #téléphone_portable #téléphone_mobile #mobile #coltan #tantale #Congo #Chine

  • Asaf Ronel on Twitter : "Breaking by BarakRavid : under US & Israeli pressure, @UNHumanRights commissioner will delay publishing of « black list » of companies working in the West Bank settlements until further notice https://t.co/IDZFcoiWdv"
    https://mobile.twitter.com/AsafRonel/status/958681548219342850

    Officiellement, les reports successifs sont dus à « l’ampleur de la tâche » et le manque de « ressources »
    https://24heures.ch/monde/deux-boites-suisses-operent-illegalite/story/11111138

    Le premier rapport incluant la liste des noms des entreprises concernées par ces activités aurait dû être publié en mars 2017 mais au regard de l’ampleur de la tâche, le bureau du Haut-Commissaire avait obtenu une extension du délai jusqu’à fin 2017, en vue d’une présentation au Conseil en mars 2018.

    Le Haut-Commissariat indique par ailleurs que seules 64 des 206 entreprises ont pu être contactées pour l’instant, faute de moyens. Une fois qu’il aura pu les contacter toutes, « et sous réserve de leur (...) réponse ou non-réponse, le Haut-Commissariat prévoit de fournir les noms des sociétés », indique-t-il. Mais pour que cette base de données soit finalisée, « il faut plus de ressources ».

    #ONU #sans_vergogne #Israel #Etats-Unis #états_voyous #Palestine

  • From HP to Ahava: The UN blacklist of companies doing business in Israeli settlements - Israel News - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/1.819171

    An Israeli newspaper has revealed the names of 25 companies who could find themselves on a UN blacklist of firms doing business in Israeli settlements in the West Bank and in East Jerusalem.

    1. Ahava
    2. Dor Alon
    3. Amisragas
    4. Angel Bakeries
    5. Arison Investments
    6. Ashdar
    7. Cafe Cafe
    8. Clal Industries
    9. Cellcom
    10. Danya Cebus
    11. Electra
    12. HP
    13. HOT
    14. Israel Aerospace Industries
    15. Matrix systems
    16. Motorola
    17. Nesher
    18. Partner
    19. Paz
    20. Rami Levy
    21. Remax
    22. Shikun & Binui (Housing & Construction Holding Company)
    23. Shufersal
    24. Bank Leumi
    25. Sonol

    #BDS

  • Test du Moto Z2 Force, le smartphone modulaire de Motorola
    http://www.tomshardware.fr/articles/moto-z2-force-motorola,1-65713.html#xtor=RSS-100

    Après un Moto Z2 Play lancé au début de l’été, Lenovo a annoncé la version haut de gamme de son smartphone modulaire, le Moto Z2 Force. Celui-ci reprend les bases de la gamme Z avec une compatibilité avec les Moto Mods, mais également un écran solide, d

  • Les dessous de l’opération mains propres en cours chez Airbus

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/10/13/les-dessous-de-l-operation-mains-propres-en-cours-chez-airbus_5200278_3234.h

    Sous le coup de plusieurs enquêtes anticorruption, l’avionneur européen apparaît fragilisé comme jamais. Pour expliquer ces turbulences, les regards se tournent vers les Etats-Unis.

    Un petit dessin, juste un petit dessin, mais qui en dit tant… Une main anonyme a eu le courage de l’afficher dans un couloir des locaux d’Airbus à Suresnes (Hauts-de-Seine), le dernier bastion parisien du groupe, dont les équipes seront bientôt transférées à Toulouse. Il met en scène un chien aux vagues airs de Snoopy. Assis à son bureau, l’animal à la grosse truffe noire s’apprête à prendre un café. Il sourit béatement, inconscient du danger qui menace : des flammes dévorent la pièce et vont bientôt le consumer.

    Airbus en feu ? Qui pourrait le croire ? Comment imaginer que le joyau européen de l’aéronautique et de la défense, cité en modèle par tous les présidents de la République française depuis sa création en 2000 sous le nom d’EADS, puisse être en danger ? En janvier 2011, délaissant les salons de l’Elysée, Nicolas Sarkozy avait même choisi de présenter ses vœux aux forces économiques du pays depuis l’usine d’assemblage de l’A380, à Blagnac (Haute-Garonne), dans la banlieue toulousaine. « Vous faites les meilleurs avions du monde, je l’ai encore dit à Barack Obama il y a quelques jours », avait-il lancé, menton en l’air, défiant Boeing, donc les Etats-Unis.

    L’heure n’est plus aux rodomontades. Certes, en cet automne 2017, les chaînes du constructeur tournent à plein, fortes de huit années de commandes. Et l’action Airbus flirte avec les 80 euros, alors qu’elle n’en valait que 54 il y a un an. Ces chiffres rassurent les fonds d’investissement et les petits porteurs, qui auraient mauvais jeu de se plaindre. Mais combien de temps cela va-t-il durer ? Derrière une vitrine flatteuse, Airbus affronte une sacrée « shit storm », selon le terme choisi par l’un des propres avocats du groupe. En français : une « tempête d’emmerdements ».

    Le groupe « s’autodénonce »

    Plantons le décor : des enquêtes anticorruption, anciennes comme récentes, lancées dans plusieurs pays, qui fragilisent le géant aéronautique (67 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 134 000 salariés en 2016) ; des révélations dans la presse, notamment dans les colonnes de Mediapart et d’Intelligence Online ; des équipes commerciales démotivées et en ordre dispersé ; des pouvoirs de plus en plus concentrés entre les mains du PDG allemand, Tom Enders, qui se livre à une interminable guerre des chefs. L’homme, considéré en interne comme un autocrate, a éliminé de son état-major plusieurs figures historiques françaises, comme Marwan Lahoud, l’ancien responsable de la stratégie du groupe, et dilué les responsabilités de son numéro 2, Fabrice Brégier. Et puis, aux aguets, il y a les Etats-Unis, qui ne se contentent pas d’observer les déboires du groupe européen. Comme Le Monde a pu l’établir, ils sont l’un des protagonistes majeurs de la « shit storm ».

    « Nous sommes face à une affaire d’Etat qui touche aux questions de souveraineté nationale de plusieurs Etats européens. N’oubliez pas qu’Airbus est aussi un acteur de la défense », évalue en connaisseur, Alain Juillet, l’ancien directeur du renseignement de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Une affaire d’Etat ? Les précautions prises par nombre de nos interlocuteurs le laissent penser : rencontres dans des squares, informateurs qui s’assoient sur leur téléphone pour « être sûr [s] de ne pas être écouté [s] »… En tout cas, « la crise est durable, confie un membre du conseil d’administration. Il faut mettre un casque lourd et s’armer de patience. » Afin d’éviter une mauvaise chute en Bourse, où 74 % du capital d’Airbus est coté, l’urgence, on l’a compris à Toulouse, est de régler le dossier corruption, de loin le plus épineux. Jusqu’à maintenant, l’industriel a échappé à une condamnation, en dépit de plusieurs enquêtes ouvertes. Mais l’étau se resserre depuis un an avec le lancement de nouvelles procédures.

    Concernant ces faits, rappelons la version officielle, dont l’avionneur ne démord pas. Au printemps 2016, à l’issue d’un audit interne lancé deux ans plus tôt, Tom Enders et John Harrison, le directeur juridique du groupe, sont allés se confesser – « spontanément », insiste le groupe – à l’UK Export Finance (UKEF), l’agence britannique de crédits à l’exportation. Ils avouent ne pas avoir mentionné la présence d’intermédiaires lors de la négociation de contrats à l’étranger. Pudiquement appelés, dans le jargon des affaires, des « business partners » ou des « consultants tiers », les intermédiaires ne sont pas tous des porteurs de valises. « Certains sont traducteurs ou vendent leurs réseaux locaux », précise un ancien manageur. Avoir recours à leurs services est autorisé à condition qu’ils soient identifiés et que leur rémunération soit traçable. Ne pas les déclarer est une faute au regard du droit britannique. Pourtant, rien ne dit qu’il ne s’agit pas, en l’occurence, d’une simple négligence. Après consultation et accord du conseil d’administration, la direction d’Airbus se dénonce également auprès du Serious Fraud Office (SFO), l’agence britannique de lutte contre la corruption.

    Des pratiques commerciales passées au crible

    D’après les informations du Monde, le caractère spontané de cette opération mains propres est sujet à interrogations. Une première question tombe sous le sens : pourquoi avoir attendu près de vingt-quatre mois entre l’audit et l’autodénonciation ? Qu’est-ce qui déclenche, en 2016, cet accès de vertu ? En matière de guerre économique, comme dans tout bon roman d’espionnage, il faut toujours se demander à qui profite le crime. Qui avait intérêt à ce qu’Airbus perde ainsi de son lustre en admettant d’avoir omis de mentionner des intermédiaires ? Qui, si ce n’est Boeing, son grand rival ?

    En réalité, le tournant de l’histoire a lieu en juin 2015, quand l’aile droite du Congrès américain interrompt la mission de l’Export-Import Bank of the United States (Ex-Im), une agence fédérale qui soutient financièrement les entreprises exportatrices américaines. La majorité républicaine lui reproche d’être une entrave au libre marché et de favoriser un capitalisme de copinage. Surnommée « la banque de Boeing », Ex-Im se porte garant sur environ 15 % des ventes d’avions du constructeur. « Si les Etats-Unis n’ont pas d’agence de crédit à l’export, (…) nous ne pourrons plus concurrencer les pays qui en ont une. (…) Cela veut dire des suppressions d’emplois, de la perte de compétitivité », s’enflamme, en octobre 2015, le nouveau patron de Boeing, Dennis Muilenburg, lors de sa première apparition à la télévision, sur CBS News.

    Impensable pour Washington de voir Airbus distancer son champion de Seattle. Le gel des aides d’Ex-Im déséquilibre la compétition. Le groupe européen, l’éternel concurrent, doit être freiné. Selon une source proche de l’enquête, les services américains procèdent alors à un examen minutieux des pratiques commerciales d’Airbus afin d’y dénicher des faits litigieux, puis transmettent au ministère américain de la justice (DoJ) un dossier à charge. Le DoJ aurait ensuite averti Airbus qu’il avait en sa possession des éléments susceptibles de déclencher l’ouverture d’une enquête préliminaire.

    « Scénario catastrophe »

    De quelles affaires s’agissait-il ? « Les services américains sont bien au courant du business qui se fait avec les pays du Golfe, avance cette source. C’est là qu’ils ont dû chercher. » L’hypothèse selon laquelle Airbus s’est dénoncé aux Britanniques sous la pression des Etats-Unis – et non par brusque besoin de se « confesser » – est étayée par une note officielle des services du ministère français des finances, à laquelle Le Monde a eu accès. Daté du 2 février 2017 et intitulé « Risque de procédure judiciaire américaine à l’encontre du groupe Airbus », ce document résume les événements passés et en cours à l’attention du ministre de l’époque, Michel Sapin. Pour Bercy, l’affaire dont se serait emparé le DoJ concernerait « la cession au fonds d’investissement américain KKR de l’activité électronique de défense d’Airbus Group », en mars 2016. La justice américaine se sent donc en droit d’intervenir au titre du Foreign Corrupt Practices Act (FCPA), sa législation anticorruption.

    FCPA… Ces quatre lettres sont le pire cauchemar des multinationales. Une « bombe atomique économique », pour les spécialistes de l’éthique et des règles de conformité. Au nom de cette loi extraterritoriale, le DoJ a déjà sanctionné plusieurs groupes français : 285 millions d’euros d’amende pour Technip en 2010, 630 millions pour Alstom en 2014. « Les entreprises européennes sont victimes d’un véritable impérialisme juridique. Les Américains utilisent le droit pour détruire leurs concurrents », tempête Pierre Lellouche, ancien député (LR) de Paris et auteur d’un rapport d’information sur l’extraterritorialité de la loi américaine publié en 2016 avec la socialiste Karine Berger. Le mode opératoire est chaque fois identique. Le DoJ envoie un courrier au PDG de la société soupçonnée de corruption et lui donne le choix : soit l’entreprise plaide coupable au pénal, ce qui l’expose à l’exclusion des marchés publics, soit elle s’engage, via une transaction (baptisée « deferred prosecution agreement »), à lancer un audit interne des procédures et des contrats signés depuis dix ans. A la remise du rapport, le procureur fixe le montant de l’amende à payer pour éviter les poursuites pénales.

    « Voulant éviter ce scénario catastrophe, Airbus a pesé les risques. Quitte à faire l’objet d’une enquête, le constructeur a jugé moins dangereux de se dénoncer auprès des Britanniques que des Américains », reprend notre source. Un pari risqué, mais pas impossible. Risqué, car la règle de droit selon laquelle nul ne peut être jugé deux fois pour les mêmes faits, ne s’applique pas systématiquement à l’international. Sur ce point, les spécialistes ne sont pas d’accord. Dans leur rapport, Pierre Lellouche et Karine Berger précisent que les autorités américaines peuvent, dans le cadre d’une coopération internationale, renoncer à poursuivre quand une autre juridiction l’a fait, en l’occurrence en Grande-Bretagne. Mais c’est du cas par cas. Cette hypothèse est ici plausible puisque, selon nos informations, le DoJ dispose d’un officier de liaison au sein de l’agence britannique. Avec Londres, Washington se sent en confiance.

    Réactions en chaîne

    La démarche « vertueuse » d’Airbus censée circonscrire les dégâts a provoqué une série de réactions en chaîne que le fabricant n’avait certainement pas anticipée. Début mai 2016, une conférence téléphonique est organisée par l’UKEF pour informer les deux partenaires européens qui assurent avec lui – et solidairement– les contrats à l’exportation du groupe aéronautique, la Coface pour la France et Euler Hermes pour l’Allemagne. Lors de cette réunion-clé, UKEF mentionne les deux contrats litigieux présentés par Airbus, dont l’un implique Turkish Airlines. Les organismes d’assurance-crédit évoquent la possibilité de suspendre les aides accordées au constructeur, une décision lourde qui sera annoncée quatre mois plus tard, en septembre. Airbus, le joyau Airbus, est ainsi placé pour la première fois de son histoire « en vigilance renforcée », donc en situation de faiblesse. Boeing commence à respirer.

    Au cours de la même conférence téléphonique, les échanges portent aussi sur les éventuelles suites judiciaires à donner à l’affaire. Aux yeux de l’UKEF, c’est réglé : le Serious Fraud Office est sur le dossier. De leur côté, la Coface et Euler Hermes débattent avec leurs tutelles – la direction générale du Trésor (DGT) pour la première et le BMWI, le ministère allemand de l’économie, pour le second – qui participent aux entretiens. Faut-il aller en justice ? Il y a un hic : contrairement à l’UKEF, ni la Coface ni Euler Hermes ne demandent à Airbus de déclarer leurs intermédiaires. Difficile, dans ces conditions, de poursuivre le groupe pour avoir omis de le faire.

    Les Allemands tranchent. Selon nos informations, un procureur fédéral a été saisi du dossier outre-Rhin. A Paris, on s’interroge : faut-il ou non faire jouer l’article 40 du code de procédure pénal, qui impose à un fonctionnaire d’avertir le procureur de la République de tout crime ou délit dont il a connaissance ? Certains plaident pour l’inaction, de peur de gêner davantage le champion aéronautique. D’autres, fidèles à l’adage selon lequel « Le bruit sec d’un parapluie qui s’ouvre est préférable au bruit sourd d’une carrière qui se brise », incitent à agir.

    « On se croirait dans “La Firme” »

    Le calendrier va jouer en faveur de ces derniers. Nous sommes alors début juin 2016, et la loi Sapin 2, qui renforce les mesures anticorruption en France, arrive en débat à l’Assemblée nationale : « Il était hors de question, en ce qui me concerne, de ne pas donner suite au dossier Airbus. J’ai donc demandé la plus grande fermeté », assure aujourd’hui l’ancien ministre de l’économie, Michel Sapin. Des instructions sont données. En juin 2016, le parquet national financier (PNF) est saisi. Signe de la gravité de l’affaire : pour la première fois depuis la création du PNF, en 2013, la lettre qu’il reçoit est signée par la directrice générale du Trésor, Odile Renaud-Basso elle-même, et non, comme c’est d’ordinaire le cas, par un membre de son équipe. Dans la foulée, le PNF ouvre une enquête préliminaire pour « corruption d’agents publics à l’étranger, blanchiment, abus de biens sociaux, faux et usage de faux ».

    Les investigations remontent jusqu’en 2005 et s’intéressent aux montages financiers de dizaines de contrats. Elles sont menées conjointement avec le SFO britannique, qui dispose d’une quinzaine d’enquêteurs contre un seul au PNF – et encore, pas à plein temps. Les échanges de documents passent par une plate-forme cryptée. Ultime précaution : l’enquête est inscrite sous un nom de code dans Cassiopée, le fichier interne des magistrats du PNF qui répertorie les procédures en cours.

    Chez Airbus, les avocats et les auditeurs associés aux investigations ont pris leurs quartiers. « Ils sont la boîte », soupire un cadre. A Toulouse comme à Suresnes, ils ont leurs propres bureaux, stores fermés, quand ils n’occupent pas un plateau entier. « On a l’impression de ne plus être chez nous. Tous ces costumes-cravates qui épluchent nos contrats et dressent les profils de nos intermédiaires… On se croirait dans La Firme [le film de Sydney Pollack]. » Les rôles sont répartis : les cabinets Clifford Chance et Dechert œuvrent pour le SFO et le PNF. Hughes Hubbard & Reed et Forensic Risk Alliance travaillent pour Airbus. Les consultants de PriceWaterHouseCoopers (PWC), eux, finalisent leur rapport destiné aux trois agences d’assurance-crédit, afin d’évaluer si les nouvelles procédures mises en place respectent les règles du jeu. Il en va du rétablissement des garanties à l’exportation.

    Risques d’ingérence

    Pour faciliter la collecte des données, les salariés doivent remettre leurs ordinateurs, leurs téléphones, leurs clés USB et certains de leurs dossiers. Plus d’un milliard de pages seraient ainsi en cours d’analyse. « Un jour, témoigne un employé, ils sont venus dans mon bureau en mon absence, et ont pris mon PC. D’habitude, ils préviennent avant. Ils me soupçonnaient de vouloir faire disparaître des documents. Il y a une menace diffuse. On est à la limite du harcèlement moral. » Quelques-uns arrivent à en plaisanter, se moquent de « Babel et Bobard », surnom donné en interne à Hughes Hubbard & Reed. Mais la plupart vivent dans la peur. Du blâme, du licenciement, de l’entretien à venir. « Certains collègues ont été entendus dix fois. Ces interrogatoires sont flippants. Sans parler des problèmes de sécurité : des cabinets anglo-saxons ont accès à nos secrets commerciaux, à notre réseau international et à notre stratégie », s’alarme un cadre.

    Les services du ministère français de l’économie partagent ces inquiétudes. La note que Le Monde s’est procurée indique qu’une partie des informations collectées par les avocats et les consultants a été transmise aux agences de crédit à l’export et à PWC « sans système de cryptage ou de protection ». Les risques d’ingérence sont en tout cas assez sérieux pour que la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) se soit emparée du sujet.

    Outre les failles de sécurité, c’est le statut même des avocats dans le droit américain qui pose problème. « Aux Etats-Unis, ce sont des officers of the court. Ils ne peuvent pas mentir à un juge ni à un procureur. Dans le cadre d’un audit en entreprise, ils sont tenus, s’ils sont interrogés, de révéler les infractions mises au jour, explique le bâtonnier Paul-Albert Iweins, avocat associé au cabinet Taylor Wessing. L’avocat français ou allemand, lui, est tenu au secret professionnel. »

    Interrogé sur de possibles fuites outre-Atlantique dont Boeing pourrait profiter, Airbus brandit la loi de blocage de 1968, qui interdit aux entreprises basées en France de communiquer des renseignements économiques stratégiques à des autorités étrangères. « C’est la défense classique des cabinets américains, sourit Me Iweins. La loi de blocage, je ne l’ai jamais vue fonctionner efficacement sur ce type de dossiers. Elle n’a pas empêché les investigations chez Alstom ou dans l’affaire BNP Paribas. » Cette thèse d’une possible emprise américaine alimente d’autant plus la paranoïa que Tom Enders a placé, en 2016, à la tête de la recherche d’Airbus Paul Eremenko, un ancien de Google et de Motorola, mais aussi de la Darpa, l’agence de recherche du Pentagone.

    Une addition en milliards d’euros

    Une chose est sûre : le coût de l’opération mains propres va se chiffrer en milliards. Faisons l’addition : l’amende à venir (entre 1 et 3 milliards d’euros, selon un connaisseur du dossier), les honoraires des avocats (au moins 60 millions rien qu’en 2016) et des consultants (1 million par mois pour PWC), les « golden parachutes » des managers écartés, sans oublier la suppression temporaire des garanties publiques à l’exportation, qui oblige Airbus à piocher dans sa trésorerie.

    Surtout, l’avionneur a mis à mal l’un de ses actifs les plus stratégiques : son réseau d’intermédiaires. Chez Airbus, les intermédiaires étaient la chasse gardée de Jean-Paul Gut, puis de Marwan Lahoud, au sein du Strategy and Marketing Organisation (SMO). Il était fréquent, témoigne un ancien, d’y entendre ce proverbe libanais : « Le vrai commerce, c’est vendre quelque chose que vous n’avez pas à quelqu’un qui n’en veut pas ». Surnommé le « bullshit castle » (le « château des conneries ») par Tom Enders, qui le rend responsable des turbulences actuelles, le SMO a été démantelé en 2016. L’ensemble des « business partners » – les intermédiaires, une centaine environ – ne sont plus payés depuis le lancement de l’audit interne, il y a trois ans. Remerciés sans ménagement, plusieurs ont saisi la justice.

    La tension monte. Dans un mail daté du 1er juillet 2017, que Le Monde a pu consulter, John Harrison, le directeur juridique, demande aux salariés d’Airbus en poste à l’étranger d’être prudents, car certains intermédiaires, furieux d’avoir été lésés, représentent désormais pour eux « une menace directe ». « Tout ce bordel pénalise la recherche de nouveaux contrats. Aujourd’hui, le carnet de commandes est plein, mais dans cinq ans ? », fulmine un commercial. La DGSE non plus n’y trouve pas son compte, car parmi les intermédiaires malmenés figurent plusieurs de ses agents.

    A Paris et à Berlin, les Etats brillent par leur silence. Depuis que Tom Enders a réorganisé le groupe, en 2013, pour renforcer son pouvoir, l’Allemagne et la France, pourtant actionnaires à hauteur de 11 % chacune du capital du constructeur, n’ont plus de représentant au conseil d’administration. « Demander des informations ? Convoquer Tom Enders ? Vous plaisantez ! Ce monsieur répond quand il le souhaite », témoigne un ancien membre d’un cabinet ministériel. Sollicité, l’Elysée n’a pas souhaité répondre à nos questions. Pour le moment, le PDG allemand, qui a le soutien de son conseil d’administration, tient bon. Dans une lettre du 6 octobre, adressée aux 134 000 salariés du groupe, il prévient que « le processus en cours sera long » et que « de sérieuses conséquences ne sont pas à exclure », avant de conclure par un royal « Keep calm and carry on » (« Restez calmes et continuez »).

    Les Américains peuvent sourire. Airbus est affaibli. Et Boeing bientôt réconforté : la banque Ex-Im devrait de nouveau l’épauler d’ici à la fin octobre.

  • La science fiction est-elle une science prospective ? | Meta-media | La révolution de l’information
    http://www.meta-media.fr/2016/12/06/la-science-fiction-est-elle-une-science-prospective.html

    Par rapport à l’interview de Philip K. Dick (1977), la place de la SF a changé. Merci à Gilles Castagnac de me le rappeler et de m’indiquer cet article.

    « Le nombre d’anecdotes, d’intrusions de l’univers science fictionnel dans le monde concret du capital-risque est impressionnant. » En clair : la science fiction est une valeur refuge, parce qu’elle préparerait les succès capitalistiques de demain. « Il y a un véritable lien entre l’imaginaire science-fictionnel et les entrepreneurs aux États-Unis, poursuit Aurélien Fache, la science fiction imagine, les ingénieurs rendent disponible pour le plus grand nombre ». Martin Cooper ingénieur chez Motorola, à l’origine des premiers téléphones cellulaires, assume à ce titre avoir été marqué dans sa jeunesse par le communicator de Star Trek en 1966. Jusqu’à que ses équipes le fassent devenir réalité dans les années 80.

    Pour Thierry Keller, ça ne fait aucun doute : « nous sommes dans une phase d’accélération technologique sans précédent. L’IA, le maniement de la data, ce sont des choses qui surviennent, alors qu’elles n’étaient que pensées. » La science fiction a donc un rôle : celui d’aiguillon. « La SF est, à mon sens, à dominante dystopique. Son rôle, c’est de mettre en garde sur la direction que l’on prend. Regardez 2001, l’Odyssée de l’espace. Il s’agit de nous mettre en garde sur le potentiel ravageur de l’IA. Même si, d’un autre côté, l’IA devient indispensable. »

    Les auteurs de science fiction seraient nos vigies du futur. En déployant le champ des possibles à partir d’une évolution possible de nos sociétés autour d’une technologie, ils nous mettent en garde vers son évolution dystopique.

    C’est là tout le rôle du genre littéraire de l’anti-utopie, selon Gérard Klein, c’est-à-dire une « démonstration littéraire d’une thèse selon laquelle la réalisation d’une utopie amputerait l’espèce humaine de son humanité. »

    La science fiction d’aujourd’hui ne reflète pas seulement les craintes de nos sociétés contemporaines, mais inspire très fortement notre futur. Selon lui, les auteurs de science fiction travaillent maintenant main dans la main avec les entreprises privées pour élaborer le futur. Notre futur.

    Et ce n’est même pas dans la Silicon Valley que ça se passe, mais dans une banlieue sans histoire, à Fort Lauderdale, en Floride. C’est là que s’est installée Magic Leap, une entreprise qui travaille sur des dispositifs de réalité augmentée. Après avoir levé près de d’un milliard de dollars, auprès, entre autres, de Google, Magic Leap a embauché un auteur de science fiction, Neal Stephenson, au poste de “futuriste en chef”.

    Une nomination loin d’être anodine pour Aurélien Fache : « Aujourd’hui, les porteurs de projets vont pitcher avec des bouquins de science fiction sous le bras ! ».

    #SF #prospective #startups

  • Menaces sur l’informatique mondiale

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/11/20/menaces-sur-l-informatique-mondiale_5034720_3234.html

    La stratégie de survie des anciennes gloires du secteur passe par des diversifications et des acquisitions qui mettront du temps à porter leurs fruits. Et toutes ne survivront pas.

    Le numérique a-t-il tué l’infor­matique ? Alors que les Apple, ­Google, Amazon ou Facebook caracolent dans les classements boursiers mondiaux et qu’ils engrangent des dizaines de milliards de dollars de bénéfices chaque trimestre, les entreprises qui ont donné à l’informatique ses lettres de noblesse ne cessent de se « recentrer », de se « redimensionner », cherchant la formule qui leur redonnera croissance et promesses d’avenir.
    Certes, elles gagnent encore de l’argent et possèdent même pour certaines de beaux trésors de guerre, mais la créativité, l’inventivité et ­l’attractivité ne sont plus dans leur camp. Ni la croissance ni, donc, l’avenir.

    Il y a un an, Hewlett-Packard se scindait en deux sociétés : HP Inc pour les imprimantes et les PC, et HP Enterprise (HPE) pour l’infrastructure, les services et les logiciels. Meg Whitman, PDG de HP, avait pris cette décision pour redonner plus d’« agilité » au doyen de la Silicon Valley, malmené sur ses marchés. Après avoir fusionné ses activités dans les services avec celles de l’américain CSC, puis revendu ses logiciels à l’anglais Micro Focus, HPE a vu son chiffre d’affaires fondre de 52,7 milliards de dollars (49,2 milliards d’euros) à quelque 28 milliards de dollars.

    Le marché porteur du cloud

    La plus que centenaire IBM vient, pour sa part, d’enregistrer un dix-huitième trimestre consécutif de baisse de son chiffre d’affaires. En cinq ans, son revenu global a diminué de plus de 23 %, passant de 107 milliards de dollars en 2011 à 81,7 milliards de dollars en 2015.
    Le géant américain de l’électronique, Intel, a, lui, affiché en 2015 un chiffre d’affaires en baisse de 1 % par rapport à 2014. Le spécialiste des réseaux Cisco a clos son exercice 2016 fin juillet sur un chiffre d’affaires de 49,2 milliards de dollars, stable par rapport à 2015.
    Pas mieux du côté des grands éditeurs de logiciels. Le chiffre d’affaires d’Oracle a baissé de 3 % entre les exercices 2015 (38,2 milliards de dollars) et 2016 (37 milliards). L’allemand SAP parvient à maintenir plusieurs points de croissance, en partie grâce aux acquisitions qu’il a réalisées au cours des dernières années sur le marché plus porteur du cloud.


    La fin des beaux jours

    De même, Microsoft retrouve les faveurs de la croissance – et, donc, de la Bourse – à la suite d’un virage sérieux et de lourds investissements vers le cloud, mais son bénéfice a été quasiment réduit de moitié entre 2011 et 2015.

    En l’espace de quelques années à peine, les stars de l’informatique des années 1990 et 2000, qui affichaient des taux de croissance à deux chiffres et faisaient les beaux jours des actionnaires, se retrouvent à la peine, voire menacées d’être rachetées ou même de disparaître. L’informatique serait-elle passée de mode ? Non, bien au contraire.
    Nos activités reposent plus que jamais sur le numérique, mais c’est justement cette numérisation massive dans tous les domaines qui a changé la donne. L’offre matérielle et logicielle sur laquelle ces géants se sont construits est soudain devenue trop lente, trop lourde, trop rigide et trop chère.

    Une nouvelle ère

    Jusqu’au milieu des années 1990, l’infor­matique servait à l’activité économique des entreprises et des administrations, qui achetaient ou louaient chacune leurs ordinateurs. Les logiciels étaient vendus sous forme de licences, immanquablement accompagnées d’un contrat annuel de maintenance qui représentait environ 20 % du coût de la licence. Le tout nécessitait force développements de logiciels et services d’accompagnement qui faisaient vivre un grand nombre de prestataires de conseil et de services. Jusqu’à ce que des technologies nouvelles viennent bousculer ce monde de l’informatique en imposant des règles elles aussi nouvelles.

    Première cause de cette rupture, le réseau Internet. Sa capacité à donner accès à tous les détenteurs d’un terminal connecté à toutes sortes d’informations et de données a profondément bouleversé l’usage du numérique et l’a mis à portée du grand public.
    La mobilité ensuite. Les téléphones mobiles, rebaptisés smartphones, offrent aujour­d’hui, dans un format compact, plus de fonctionnalités et de puissance qu’un micro-ordinateur. Et aucune de ces « vieilles » entreprises, hormis Apple, n’en produit. En 2007, année du lancement de l’iPhone, le chiffre d’affaires de la firme à la pomme était trois fois plus petit que celui d’IBM. Moins de dix ans après, il est de plus du double.



    Redistribution totale des cartes

    Le cloud enfin. En mettant à disposition de toutes les entreprises, mais aussi de tous les particuliers, de la puissance de traitement informatique à la demande et des espaces de stockage payés à l’usage, le cloud a fait basculer l’informatique dans une nouvelle ère. « On est passé du logiciel de comptabilité dans un bureau au numérique présent ­partout dans nos vies, dans tous les objets et dans toutes nos activités », résume Michael Dell, PDG fondateur de l’entreprise du même nom. Et les grands bénéficiaires de ces mutations s’appellent Google, Apple, Amazon et Facebook.

    Ces nouvelles technologies, auxquelles on peut ajouter les objets connectés, le big data, les nouveaux modes de développement de logiciels dits « agiles », l’intelligence artificielle, l’impression 3D, etc., ont fait entrer le numérique dans nos maisons, dans nos poches, à nos poignets, dans nos voitures… ­Elles ont relégué l’ordinateur au rang d’accessoire avec lequel il faut composer en attendant que le nouveau remplace progressivement l’ancien. Et elles ont totalement redistribué les cartes.

    C’est le schéma classique de la destruction créatrice, chère à Schum­peter. Le grand public a pris le pas sur les ­entreprises et est devenu le moteur de l’industrie. « Le cloud permet à de nouveaux acteurs comme Uber ou Airbnb d’aller très vite, de créer leur marque et d’atteindre le vaste marché du grand public rapidement en ­contournant les acteurs traditionnels de ­l’informatique », remarque Benoît Flamant, directeur de la gestion numérique chez Fourpoints ­Investment Managers.



    « Une guerre à mort »
    De nouveaux venus peuvent en quelques jours mettre au point une application très innovante ou un nouveau service en louant, sur Amazon, la puissance informatique dont ils ont besoin. Jamais ils ne s’équiperont d’un système d’information comme le faisait la génération précédente. Les maîtres mots de ce nouveau monde numérique sont la rapidité, la souplesse, l’expérience client, le grand public et la désintermédiation.

    « C’est une guerre à mort qui se joue là, une guerre à la fois de vitesse, des prix et des ­talents. Il faut innover et générer de la croissance toujours plus et toujours plus vite. Des acteurs comme Yahoo !, Nokia ou BlackBerry n’ont pas survécu à cette course effrénée », ­affirme Patrick Rouvillois, directeur au ­Boston Consulting Group (BCG), expert des ruptures numériques.

    S’ils veulent survivre, les acteurs historiques de l’informatique n’ont d’autre choix que de se réinventer et de trouver de nouveaux terrains fertiles à la croissance. Le matériel, serveurs, PC et portables, est devenu une « commodité », un support aux applications et aux services proposés. Sur le marché des PC, les marges faiblissent de jour en jour. La consolidation permet de réaliser des économies d’échelle.
    C’est l’option prise par le chinois Lenovo, qui a successivement repris les PC puis les serveurs d’IBM, l’activité PC de NEC, la branche téléphonie mobile de Motorola et, tout récemment, a signé un « accord de coopération » avec l’un des derniers japonais du domaine, Fujitsu. Seuls HP, Dell et les taïwanais Asus et Acer parviennent à se maintenir sur ce marché. Du côté des serveurs, la menace vient des géants de l’Internet.

    Plutôt que d’acheter les matériels du marché, les Google, Facebook et autres Amazon développent eux-mêmes leurs équipements selon leurs propres spécifi­cations. Là encore, les acteurs traditionnels seront de plus en plus souvent contournés.
    Certes, le matériel informatique ne disparaîtra pas. Les objets connectés, les smartphones, l’analyse des données, l’utilisation croissante de la vidéo nécessitent des équipements toujours plus nombreux dans les centres de données (datacenters).

    Le logiciel, un objet vivant

    Ainsi, chaque smartphone vendu nécessite un nouveau serveur dans un centre de données. « Mais le matériel n’existe pas tout seul, il est forcément lié à une intelligence. On n’achète pas un téléphone ou une montre connectée pour l’objet lui-même mais pour les fonctions qu’il offre », remarque Philippe Herbert, ­general partner chez Banexi Ventures. Et, là aussi, les acteurs historiques sont menacés.

    Le logiciel devient à son tour une commodité. On ne développe plus de logiciels de gestion des ressources humaines, de la ­production ou de la finance, écrits une fois pour toutes. Depuis l’émergence des ­DevOps, ces méthodes de développement agile, le logiciel est devenu un objet vivant, dynamique, composé de modules du ­marché, souvent en accès libre (open source), que des développeurs assemblent pour l’adapter aux besoins d’une application ou d’une entreprise et qu’ils font ­évoluer au fur et à mesure des besoins. C’est l’avènement du code et des codeurs.

    Le software as a service (SAAS) simplifie l’usage en donnant accès à un logiciel qui est actualisé en permanence. L’utilisateur paie à la consommation, il n’a plus besoin d’investir dans du matériel et dans des équipes ­d’informaticiens. Pour les éditeurs historiques, le SAAS impose la refonte des logiciels, afin de les rendre utilisables dans le cloud en toute sécurité. Il entraîne surtout une baisse de leurs revenus à court terme. Là où il encaissait 100 en une fois puis 20 chaque année pour la maintenance, l’éditeur doit maintenant patienter cinq ou six ans au moins pour encaisser une somme équivalente. Ce changement de modèle n’a pas fini de faire des dégâts.

    « Nous sommes mortels »

    Pour survivre, les acteurs historiques rachètent des sociétés nées dans le cloud et l’Internet. En juin 2013, IBM a acquis l’hébergeur SoftLayer et ses 13 centres de données pour 2 milliards de dollars. Depuis 2011, l’allemand SAP a racheté des éditeurs spécialisés dans le SAAS, SuccessFactors (RH), Ariba (achats), Fieldglass (RH), Concur (frais de déplacements) pour un total de près de 17 milliards de dollars. HPE est en négociation pour le rachat de SimpliVity, un acteur de l’hyperconvergence, une technologie-clé pour les datacenters, pour près de 4 milliards de dollars. Oracle vient de boucler l’acquisition de NetSuite (logiciels de gestion dans le cloud) pour 9,3 milliards de dollars.

    Toutes ces acquisitions vont doter les acheteurs des compétences qui leur faisaient défaut, mais il faudra des années avant que leur apport ne soit visible dans le chiffre d’affaires. « Notre avantage est que nous savons que nous sommes mortels et que la transformation est nécessaire », affirme sereinement ­Nicolas Sekkaki, le président d’IBM France. IBM mise désormais sur le cloud et l’intelligence artificielle (programme Watson), qui devraient représenter la moitié de son ­chiffre d’affaires d’ici à cinq ans.

    « Il y a vingt ans, IBM était numéro un, et HP numéro dix. Aujourd’hui, les 8 autres du top 10 ont disparu ou ont été rachetés », précise Gérald Karsenti, le président de HPE France. « Tous les acteurs peuvent disparaître ­demain. Le secteur bouge, se réinvente en permanence. Le tout est de ne pas se laisser distancer. » Alors, ils tentent de retrouver plus de souplesse et de créativité en collaborant avec des start-up et en multipliant les projets d’innovation ouverte. Mais, s’ils espèrent tous avoir trouvé la martingale qui leur assurera des lendemains radieux, aucun ne peut affirmer que sa stratégie est la bonne.

  • La victoire de l’université d’État de Portland pour le désinvestissement montre que « le récit est en train de changer »
    29 octobre | Nora Barrows-Friedman pour The Electronic Intifada |Traduction JPP pour l’AURDIP
    http://www.aurdip.fr/la-victoire-de-l-universite-d-etat.html

    Le gouvernement étudiant de l’université d’État de Portland (Orégon) a voté en faveur du désinvestissement des entreprises qui tirent profit de l’occupation israélienne.

    Cette décision innovante a été prise en dépit d’une vive opposition venant du président de l’institution.

    Votée lundi soir par 22 voix contre deux, la résolution demande que l’université se désinvestisse de Caterpillar, G4S, Hewlet-Packard et Motorola Solutions.

    Les étudiants demandent également à l’université de mettre en application un filtre en matière d’investissements contre les entreprises qui fournissent des armes ou des équipements utilisés pour la violence contre des civils et le déplacement de Palestiniens, ou qui participent au financement des colonies et du mur d’Israël en Cisjordanie occupée.

    « Nous avons sélectionné (ces quatre entreprises) non seulement parce qu’elles violent les droits humains des Palestiniens, mais encore parce qu’elles violent des droits humains dans le monde entier », dit Sarah Abuelkhair, récente diplômée de l’université d’État de Portland, et membre depuis des années du groupe SUPER (Students United for Palestinian Equal Rights – les Étudiants unis pour l’égalité des droits palestiniens), un groupe du campus organisé sous l’égide des Étudiants pour la justice en Palestine-National.

    #BDS

  • Un iPhone "Made in America", coûterait 4 $ de plus... Par Frédéric Bianchi sur BFM Buziness, 21/12/2015
    Selon le cabinet IHS, le coût de la main d’oeuvre représenterait aux alentours de 8 dollars dans le prix de l’iPhone. Or toujours selon le cabinet, Motorola aurait accepté un surcoût de 4 dollars par appareil en rapatriant une partie de sa production aux États-Unis en 2013. Cela porterait à 12 dollars par exemplaire le fait de produire les iPhone outre-Atlantique. Un coût a priori supportable (à condition d’avoir les infrastructures et la main d’œuvre suffisantes pour produire les 230 millions d’appareils annuels). 

    … mais générerait 26 $ d’impôts supplémentaires
    Mais ce qui gonflerait bien davantage la note, c’est la fiscalité. Apple n’est taxé par l’administration américaine qu’à hauteur de 2% de ses profits réalisés à l’étranger.
    http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/combien-couterait-l-iphone-s-il-n-etait-pas-fabrique-en-chine-938

    Le taux de marge d’apple a augmenté de 20% entre le premier modèle du IPhone et le dernier modèle (de 50 à 70%). Autrement dit le « surcoût « de la main d’œuvre rapatriée aux USA ne représenterait qu’une perte de quelques points de marge, qui serait largement compensée par la valeur ajoutée que représente un produit « made in USA » dans un pays ou de plus en plus de consommateurs sont sensibles à ce type d’initiative.

    Cela ramènerait la marge de la firme à un niveau proche de celui en vigueur à l’époque du premier iPhone où Apple n’était pas à plaindre !


    Dans la plupart des débats, « les experts » nous indiquent à longueur d’éditoriaux que c’est avant tout le coût du travail ou celui de l’impôt qui inciterait les entreprises à délocaliser. Or comme on l’a vu, le taux de marge net d’Apple même soumis aux conditions normales du marché, ferait pâlir d’envie beaucoup d’entrepreneurs. Apple dispose d’ailleurs d’une trésorerie nette de 300 milliards de dollars, soit plus que la totalité des recettes fiscales de l’Etat français en 2014.

    Aussi, avec de tels taux de marge et de profits, il n’est nullement besoin que l’on exploite des enfants pour extraire les « minerais de sang » à vil prix. Ou encore réduire les populations des pays producteurs à l’indigence tout en contribuant au maintien du chômage dans l’Etat qui est à l’origine des infrastructures qui font la réussite de l’entreprise.
    Bref, changer de modèle de consommation devient une nécessité et nos actes d’achats ont malheureusement plus de portée que nos bulletins de vote.
    https://2ccr.wordpress.com/2016/01/11/un-iphone-made-in-usa-couterait-4-de-plus-par-telephone

  • À propos de Village Wireless / OMA IMPS (Presence et XDC sur les téléphones Nokia, Sony Ericsson et Motorola)
    http://bohwaz.net/p/À-propos-de-Village-Wireless-OMA-IMPS-(Presence-et-XDC-sur-les-téléphones-No

    Si vous vous demandez ce que sont ces étranges "paramètres XDM" et paramètres de présence dans la configuration d’un téléphone Nokia (ou Sony Ericsson, Ericsson ou Motorola), et bien ça permet de se connecter aux serveurs de messagerie instantanée qui suivent le protocole IMPS de Open Mobile Alliance (ex-Wireless Village).

    Ce protocole qui a bien 15 ans maintenant (!) fait exactement la même chose que Facebook Messenger, Whatsapp et autres Viber, avec en plus une interopérabilité avec XMPP/Jabber, AIM, ICQ, etc etc.

    Ça permet de chatter avec ses contacts, de leur envoyer des images, sons, etc. et de voir quand ils sont en ligne. Le tout de manière unifiée avec le carnet d’adresses classique. Ça marche pas mal techniquement, et c’est présent sur des milliards (et oui !) de (...)

  • ’Worrying’ 9 Per Cent Of Encrypted Web Vulnerable To Private Key Attacks

    http://www.forbes.com/sites/thomasbrewster/2015/11/25/encrypted-routers-cameras-vulnerabilties-cisco-huawei-motorola

    The researchers, from SEC Consult, analyzed the cryptographic keys in the firmware of more than 4,000 connected devices from more than 70 vendors, detailing their efforts in a blog post today[1]. The affected “embedded systems” included internet gateways, routers, modems, IP cameras, network storage devices, mobile and Internet-connected phones, and more.

    They were able to extract more than 580 unique private keys embedded in firmware across devices, a significant number of which were shared across systems.

    [...]

    SEC Consult discovered more than 900 devices from 50 vendors to be vulnerable. Some of the bigger names included Cisco, General Electric, Huawei, Motorola and Seagate. “Particularly bad was Ubiquiti Networks,” said Johannes Greil, head of SEC Consult Vulnerability Lab, pointing to a previous disclosure on issues with the networking equipment vendor earlier this month. A large number of routers from the likes of NETGEAR, ZyXEL, Linksys, D-Link and TrendNET were shown to be vulnerable too.

    _

    [1] http://blog.sec-consult.com/2015/11/house-of-keys-industry-wide-https.html

  • Montres connectées : Apple met à genoux la stratégie Google | France info
    http://www.franceinfo.fr/emission/le-17-20-numerique/2014-2015/montres-connectees-apple-met-genoux-la-strategie-google-14-04-2015-13-36

    Motorola, LG, Samsung, etc. En 2014, tous les fabricants utilisant Android, le système d’exploitation mobile de Google, pour leurs montres connectées ont vendu 720.000 unités. Selon le cabinet d’analyse américain Slice Intelligence, Apple aurait vendu 957.000 Apple Watch sur le seul premier jour de précommande et rien qu’aux États-Unis. Près de 62% d’acheteurs auraient opté pour le modèle Sport, le moins cher de la gamme. En 2010, le constructeur avait écoulé 300.000 iPad, le jour du lancement de sa toute première génération de sa tablette.
    En 24 heures, le marché Android des smartwatches est devenu le secteur avec la part de marché plus faible de Google, et sans la base d’utilisateurs très lucrative de la marque à la pomme. En clair, Google vient de perdre un joli avantage. Si ce démarrage se confirme, Apple aura submergé ce segment du marché des objets connectés à la fin de l’année avec 15 à 16 millions d’objets vendues et 60% du marché.

    ça me dépasse !

  • Russian fighter’s confession of killing prisoners might become evidence of war crimes (AUDIO)
    http://www.kyivpost.com/content/kyiv-post-plus/kremlin-backed-fighters-confession-of-killing-prisoners-might-become-evide

    A Russian fighter’s confession that he killed 15 Ukrainian prisoners of war may be considered evidence of war crimes in court if the authenticity of the recording is confirmed, human rights and legal experts say.

    But these alleged crimes are unlikely to be considered crimes against humanity, and it would also be difficult to send them to the International Criminal Court.

    The statement was made by Arseniy Pavlov, better known by his nom-de-guerre Motorola, in a telephone conversation with the Kyiv Post on April 3. Motorola, head of the Kremlin-backed Sparta Battalion, said that he would not comment on presumed eyewitnesses’ testimony that he had murdered Ukrainian prisoner of war Ihor Branovytsky on Jan. 21.

    I don’t give a f**** about what I am accused of, believe it or not,” Motorola said. “I shot 15 prisoners dead. I don’t give a f****. No comment. I kill if I want to. I don’t if I don’t.
    (…)
    [Vasil] Vovk [head of the State Security Service’s main investigative department] said that the Branovytsky case could be sent to the Hague-based International Criminal Court.

    However, there are obstacles to transferring any cases against Motorola to the Hague. So far, Ukraine has not ratified the Rome Statute of the International Criminal Court, which recognizes the court’s jurisdiction in specific countries.

    On Feb. 4, the Verkhovna Rada passed a resolution recognizing the jurisdiction of the Hague court for war crimes committed by Russia and Kremlin-backed separatists in eastern Ukraine from Feb. 20, 2014 until Feb. 4, 2015.

    However, the president has not yet formally sent the resolution to the Hague, Mazur said. Some analysts have also argued that Ukrainian authorities had no right to partially recognize the Hague court’s jurisdiction and must do it completely by ratifying the Rome Statute.

  • Kremlin’s Warriors Ready To Kill
    http://www.kyivpost.com/content/ukraine/kremlins-warriors-ready-to-kill-383960.html


    Margarita Maimur, Irina Zarubina and Dasha Savich (from left to right [20, 17 and 19 years old]), fighters of the Sparta battalion of Russian-backed militants, patrolling Donetsk.
    © Cosimo Attanasio

    Ryzhik, Gaika and Dasha are three friends who, until recently, dressed like other young women. Now they no longer choose their clothes: They just don military uniforms, pick up their Kalashnikovs and put in another day of work with the Russian-backed Sparta Battalion in Donetsk.

    The battalion is headed by Russian citizen Arseniy Pavlov, a famous separatist leader better known as Motorola.

    Sparta’s female soldiers and their friends have outlandish plans to march on Lviv and they even joke about conquering European countries. They claim to be defenders of their homeland, although their pro-Ukrainian acquaintances say they are merely helping the Russian aggressors. A feeling of sadness is evident when they speak about their friends who chose to be on Ukraine’s side in the war.

    Toutes les trois sont originaires du Donbas.

  • Dictature nazie de Kiev : premier camp de concentration, près de Kramatorsk...
    http://www.brujitafr.fr/2014/11/dictature-nazie-de-kiev-premier-camp-de-concentration-pres-de-kramatorsk.h

    Après la libération, les miliciens de la RPD et de la RPL confient des choses qui peuvent provoquer un réel choc. Les prisonniers qui ont pu être échangés contres les combattants des forces du régime ukrainienne évoquent des tortures sophistiquées qu’on leur a fait subir. Dans son interview à la chaine internet "Novorussie. Unité de Motorola", le chef du peloton des FAN "Chakhtersk" Stanislav Stankevitsh revenu récemment d’une captivité a fait part de ce qu’il a vécu en détention chez les Nazgardistes.

    Le milicien raconte avoir été détenu avec des dizaines d’autres personnes (dont des civiles) dans un trou creusé à même le sol. D’autres trous se trouvaient à côté dans lesquels on détenait avec plusieurs personnes dedans accrochées avec une chaine.

    D’après son (...)

  • Android rapporte plus de 3 milliards de dollars par an à Microsoft
    http://www.comptoir-hardware.com/actus/business/26512-android-rapporte-plus-dun-milliard-de-dollars-par-an-a-micr

    Depuis quelques années, Microsoft reçoit régulièrement un pécule intéressant de la part des constructeurs qui livrent des produits sous Android. La raison : Microsoft a conclu des accords avec tous les constructeurs (sauf Motorola) puisque la Raymonde trouve qu’Android utilise des technologies brevetées par ses soins... [Tout lire]

    #Business_&_internet

  • 50 dollars ? Mozilla officialise un mobile Firefox OS à 25 dollars !
    http://www.frandroid.com/events/mwc/196964_mozilla-mobile-firefox-os-25-dollars

    À l’heure où la rumeur veut que des constructeurs tels que Xiaomi et Motorola songent à la conception de smartphones à 50 dollars, Mozilla fait un pied de nez de grands constructeurs et va encore plus loin en officialisant un smartphone sur lequel est installé le système d’exploitation Firefox OS, et qui sera commercialisé à seulement 25 dollars. Vous avez bien lu !

  • Lenovo s’offre Motorola Mobility
    http://www.comptoir-hardware.com/actus/business/23975-lenovo-soffre-motorola-mobility.html

    Motorola est un acteur de smartphone très connu, et qui a eu son heure de gloire. En 2011, la branche Mobility est cédée à Google, elle concerne tout ce qui touche la production de téléphones mobiles... [Tout lire]

    #Business_&_internet