company:msnbc

  • How I Found Stored XSS in Thousand’s of sites under #typepad?
    https://hackernoon.com/how-i-found-stored-xss-in-thousands-of-sites-under-typepad-ee7632e1c774?

    How I Found Stored XSS in Thousands of Sites under TypepadNote- The writer won’t be responsible of any harm caused by anyone by making this bug public. This is published for educational purposes.In this writeup, I will be sharing one of my findings, wherein I found stored xss in blogs powered by Typepad. (This bug remains unfixed in many sites! 0-day? IDK :\) )Typepad- What’s That?Typepad is a blogging service owned by Endurance International Group, previously owned by SAY Media. It comes under top blogging platforms available online like Wordpress, Blogger, Tumblr etc.According to Wikipedia,Typepad is currently used by many large organizations and media companies to host their weblogs, such as ABC, MSNBC, the CBC, the BBC and Sky News.In addition to that, it is used as an individual blogging (...)

    #security #xss-attack #hacking #stored-xss


  • Trump starts fundraising minutes after his first primetime Oval Office address – Alternet.org
    https://www.alternet.org/2019/01/trump-starts-fundraising-minutes-after-his-first-primetime-oval-office-add

    Non, mais on vit où là ?
    Ainsi donc Trump constitue un fichier des « vrais américains » qui payent pour construire son mur... que fera-t-on des autres demain ?

    The Trump presidency has been little more than an extension of his presidential campaign, starting when he filed papers for re-election the day he was sworn in to office.

    So perhaps it comes as no surprise that literally minutes after delivering his first primetime Oval Office address to the nation on what he labeled the “crisis” at the border, Trump was fundraising off his speech.

    A primetime address from the Oval Office is generally reserved for the absolute, most important events in a president’s time in office. It is literally an attempt to place the weight and magnitude of the entire presidency in view of the American people, in order to convey the extreme magnitude of the President’s speech and the issue at hand.

    President John F. Kennedy addressed the nation on the Cuban Missile Crisis from the Oval Office.

    President Ronald Reagan spoke to comfort the nation from the Oval Office after the Challenger space shuttle disaster.

    President George W. Bush addressed the nation from the Oval Office the night of the 9/11 terrorist attacks.

    President Barack Obama used the Oval Office to address the nation on the Deepwater Horizon oil spill.

    None of them fundraised off their speeches.

    On Tuesday night, about 15 minutes after President Trump finished his speech, likely thousands if not millions of supporters received a text asking them to “Donate to the Official Secure the Border Fund NOW.”

    MSNBC’s Joy Reid posted a screenshot of the text:

    If that weren’t enough, Trump sent a fearmongering fundraising email, trashing Democratic leaders and urging supporters to donate half a million dollars by 9 PM, the time of his speech. The email was sent around 5:30 PM.

    “Drugs are poisoning our loved ones,” it reads. “MS-13 gang members are threatening our safety.” “Illegal criminals are flooding our nation,” it warns.

    “I want to make one thing clear to Chuck Schumer and Nancy Pelosi: Your safety is not a political game or a negotiation tactic!”

    If these scare tactics weren’t enough, Trump used high-pressure tactics to eek every dime out of his supporters – many of whom are low income earners or retirees.

    “I want to know who stood with me when it mattered most so I’ve asked my team to send me a list of EVERY AMERICAN PATRIOT who donates to the Official Secure the Border Fund,” the email reads.

    In other words, the President of the United states is saying if you don’t send him money, you’re not a patriotic American. And he’s taking names. Literally.

    “Please make a special contribution of $5 by 9 PM EST to our Official Secure the Border Fund to have your name sent to me after my speech.”

    The Official Secure the Border Fund is not a fund that will actually secure the border. It’s just Trump’s re-election campaign fund.

    Here’s the email:

    #Trump #Fichier


  • A historian explains Fox News’s nefarious role in misinforming Trump voters – Alternet.org
    https://www.alternet.org/2019/01/a-historian-explains-fox-newss-nefarious-role-in-misinforming-trump-voters

    During the past two years in which Donald Trump has stumbled through his presidency, critics have been asking why so many Americans continue to back him despite mounting evidence of deeply flawed leadership. Often, these critics express contempt for the millions of Americans who constitute Trump’s “base.” They complain that Trump’s partisans are uniformed people who refuse to acknowledge that the president’s lying, ethical lapses, and failed policies are harming the nation. Trump remains in power, these critics argue, largely because starry-eyed followers ignore the facts.

    These critics cast blame in the wrong place. Trump’s supporters, representing 38% of the electorate according to a recent poll, do not deserve all the censure that is directed at them. They did not create the pro-Trump narrative. They are its recipients. Conservative media have been especially influential in promoting optimistic judgments about Trump’s leadership. Fox News serves as command-central for the perspective. It draws a large audience. In October 2018, according the Nielson’s research, Fox racked up its 28thconsecutive month as the No. 1 basic cable news channel. Fox drew more viewers than CNN and MSNBC combined.

    A pattern in the reporting and commentary on Fox was evident in these four prime-time programs. By focusing on old news stories that had been red meat in right-oriented media commentary for years, there was little time left for an analysis of stunning developments in the previous 24-hours. General Mattis’s resignation letter hardly got a nod. The outcry by national and international leaders regarding President Trump’s plan to withdraw from Syria and Afghanistan received little or no attention. The impact of a government shutdown on the American economy and the American people was almost completely ignored. There was hardly a word about the stock markets’ plummet that day or the huge slide of recent weeks. Instead, viewers heard about scary threats from immigrants, Democrats, university administrators, and Chinese hackers. They were reminded often that President Trump fights tenaciously for ordinary Americans.

    Much of the discussion did not reflect what used to be identified as mainstream Republican stands on economic and political affairs. Instead, viewers got an earful of analysis from individuals who spoke from the margins of political debates. Hosts and commentators seemed eager to please their most important viewer, the President of the United States. Most of them endorsed and celebrated Donald Trump’s statements and actions, despite their sharply controversial nature. Dan Bongino, substituting as host for Sean Hannity, provided an example of the slant by promoting his co-authored book, Spygate: The Attempted Sabotage of Donald J. Trump.

    #Médias #Fox_news


  • U.N. tells UK - Allow #Assange to leave Ecuador embassy freely | Reuters
    https://uk.reuters.com/article/uk-britain-assange-un-idUKKCN1OK1U1

    Les experts de l’#ONU exhortent le #Royaume-Uni à honorer ses obligations en matière de droits et à laisser M. Julian Assange quitter librement l’ambassade d’Équateur à Londres
    https://www.legrandsoir.info/les-experts-de-l-onu-exhortent-le-royaume-uni-a-honorer-ses-obligation

    GENÈVE (21 décembre 2018) - Les experts des #droits de l’homme de l’ONU ont réitéré aujourd’hui leur demande que le Royaume-Uni respecte ses obligations internationales et permette immédiatement au fondateur de #Wikileaks, Julian Assange, de quitter l’ambassade d’#Equateur à Londres où il est depuis plus de 6 ans, craignant une arrestation par les autorités britanniques et une #extradition aux #Etats-Unis.

    « Les États qui sont fondés sur la primauté du droit et qui en font la promotion n’aiment pas être confrontés à leurs propres #violations du droit, ce qui est compréhensible. Mais lorsqu’ils admettent honnêtement ces violations, ils honorent l’esprit même de la primauté du droit, gagnent un plus grand respect à cet égard et donnent des exemples louables dans le monde entier », a déclaré le Groupe de travail sur la détention #arbitraire (GTDA) des Nations Unies.


  • 20 minutes - « Il pourrait démissionner dans les semaines à venir » - Monde
    https://www.20min.ch/ro/news/monde/story/12981956

    Selon un éminent journaliste politique de la chaîne MSNBC, le président des Etats-Unis pourrait passer un accord avec le procureur Mueller pour éviter une inculpation.

    Le procureur spécial Robert Mueller, qui enquête depuis mai 2017 sur les liens entre Donald Trump et la Russie, serait à bout touchant. Aucune preuve n’a été dévoilée jusqu’ici, mais les semaines à venir s’annoncent explosives à Washington.

    Selon Chris Matthews, journaliste politique de la chaîne MSNBC, Donald Trump pourrait conclure un accord avec Robert Mueller afin d’éviter une inculpation, relève le Huffington Post. Le présentateur pense également que Donald Trump Jr. et Ivanka Trump pourraient être « les prochains dominos à tombe_r », qu’ils risquent des poursuites et des peines de prison. Chris Matthews verrait bien le procureur spécial proposer au président des Etats-Unis d’abandonner ses fonctions « _en échange d’une tournée d’acquittements, pas seulement pour lui, mais aussi pour ses enfants ».


  • MSNBC’s Nicolle Wallace bursts out laughing as she tries to read Trump’s incoherent ramblings from his latest interview | Alternet
    https://www.alternet.org/news-amp-politics/msnbcs-nicolle-wallace-bursts-out-laughing-she-tries-read-trumps-incoheren

    En prime une vidéo totalement hilarante (enfin, un rire jaune : c’est le Président des Etats-Unis !).

    « Je crois à mon instinct plus qu’à la science et aux faits ». Terrible message de Donald Trump. Porte ouverte au fascisme : tout devient une questionde foi, de croyance. Rien ne ressort des faits et de la recherche.

    President Donald Trump’s standing as commander-in-chief has devolved into such self-parody that even as his remarks reveal darkly troubling attitudes, some observers can’t help but laugh at their sheer absurdity.

    MSNBC’s Nicolle Wallace had that problem Wednesday as she tried to read out portions of Trump’s rambling and deluded mess of an interview with the Washington Post, which was published Tuesday.

    “I’m not happy with the Fed," Trump said in the interview. "They’re making a mistake because I have a gut and my gut tells me more sometimes than anybody else’s brain can ever tell me.”

    #Post_truth #Fake_news #Croyance #Fascisme


  • Pour Julian Assange
    https://www.monde-diplomatique.fr/2018/12/HALIMI/59366

    Fier comme Artaban, souriant, entouré d’une cinquantaine de photographes et de cadreurs, Jim Acosta a opéré, le 16 novembre dernier, son retour en fanfare à la Maison Blanche. Quelques jours plus tôt, il avait perdu son accréditation de correspondant de Cable News Network (CNN), mais la justice américaine a obligé le président Donald Trump à annuler la sanction. « C’était un test, et nous l’avons passé avec succès, a fanfaronné Acosta. Les journalistes doivent savoir que, dans ce pays, la liberté de la presse est sacrée, et qu’ils sont protégés par la Constitution [pour] enquêter sur ce que font nos gouvernants et nos dirigeants. » Fondu enchaîné, musique, happy end…


    Réfugié depuis six ans à l’ambassade d’Équateur à Londres, M. Julian Assange n’a sans doute pas pu suivre en direct sur CNN un dénouement aussi émouvant. Car son existence à lui ressemble à celle d’un prisonnier. Interdiction de sortir, sous peine d’être arrêté par les autorités britanniques, puis, sans doute, extradé vers les États-Unis ; communications réduites et brimades de toutes sortes depuis que, pour complaire à Washington, le président équatorien Lenín Moreno a résolu de durcir les conditions de séjour de son « hôte » (lire « En Équateur, le néolibéralisme par surprise »).

    La détention de M. Assange ainsi que la menace de quelques dizaines d’années de prison dans un pénitencier américain (en 2010, M. Trump avait souhaité qu’il soit exécuté) doivent tout au site d’information qu’il a fondé. WikiLeaks est à l’origine des principales révélations qui ont indisposé les puissants de ce monde depuis une dizaine d’années : images des crimes de guerre américains en Afghanistan et en Irak, espionnage industriel des États-Unis, comptes secrets aux îles Caïmans. La dictature du président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali fut ébranlée par la divulgation d’une communication secrète du département d’État américain qualifiant cette kleptocratie amie de Washington de « régime sclérosé » et de « quasi-mafia ». C’est également WikiLeaks qui révéla que deux dirigeants socialistes français, MM. François Hollande et Pierre Moscovici, s’étaient rendus, le 8 juin 2006, à l’ambassade des États-Unis à Paris pour y regretter la vigueur de l’opposition du président Jacques Chirac à l’invasion de l’Irak.

    Mais ce que la « gauche » pardonne moins que tout à M. Assange, c’est la publication par son site des courriels piratés de la campagne de Mme Hillary Clinton. Estimant que cette affaire a favorisé les desseins russes et l’élection de M. Trump, elle oublie que WikiLeaks a alors dévoilé les manœuvres de la candidate démocrate pour saboter la campagne de M. Bernie Sanders durant les primaires de leur parti. À l’époque, les médias du monde entier ne s’étaient pas privés de reprendre ces informations, comme ils l’avaient fait pour les précédentes, sans pour autant que leurs directeurs de publication soient assimilés à des espions étrangers et menacés de prison.

    L’acharnement des autorités américaines contre M. Assange est encouragé par la lâcheté des journalistes qui l’abandonnent à son sort, voire se délectent de son infortune. Ainsi, sur la chaîne MSNBC, l’animateur-vedette Christopher Matthews, ancien cacique du Parti démocrate, n’a pas hésité à suggérer que les services secrets américains devraient « agir à l’israélienne et enlever Assange »…

    Serge Halimi

    #Julian_Assange


  • #Seymour_Hersh on the Future of American Journalism | JSTOR Daily
    https://daily.jstor.org/seymour-hersh-future-american-journalism

    “There is no middle ground anymore,” veteran journalist Seymour Hersh told me. “There’s no standard. If you like Trump, you watch Fox. If you don’t like Trump, you watch CNN or MSNBC, or read The Times.”

    #alternative #médias #etats-unis #journalisme


  • Aux Etats-Unis, Enrique Morones, le « Bad Hombre » au secours des migrants

    https://abonnes.lemonde.fr/m-actu/article/2018/06/29/aux-etats-unis-enrique-morones-le-bad-hombre-au-secours-des-migrants

    Fondateur de l’ONG Border Angels, le Californien d’origine mexicaine vient en aide aux Latino-Américains qui tentent de passer la frontière.

    Quand Fox News, la chaîne préférée de Donald Trump, veut inviter un Latino défenseur des immigrants, c’est à lui qu’elle fait appel. Avec son côté baroudeur et sa stature athlétique, Enrique Morones, 53 ans, n’a pas peur d’affronter ceux qui agitent des thèses xénophobes. Quand un intervenant, à l’écran, répète que les Mexicains doivent faire la queue comme tout le monde s’ils veulent entrer aux Etats-Unis, au lieu de court-circuiter les processus d’immigration légale, Enrique interrompt sèchement : « C’est un mythe. Il n’y a pas de file d’attente. » Car les visas, ajoute-t-il, sont généralement rejetés, même pour les visites familiales de courte durée. L’homme est charismatique, pressé.

    Lorsque les nativistes, anti-immigration, assènent que les candidats à l’asile, comme les quelque 150 migrants d’Amérique centrale arrivés fin avril à Tijuana, doivent être interdits d’entrée, il s’étrangle. En vertu du droit international, les Etats-Unis « n’ont pas le choix », rappelle-t-il : c’est d’ailleurs la position qu’ont adoptée les services de l’immigration de San Diego, dans le sud de la Californie, où a été créée son ONG, Border Angels (« les anges de la frontière »).

    « J’AI HONTE. AUCUN PAYS AU MONDE NE SÉPARE LES ENFANTS DE LEURS PARENTS. DONALD TRUMP REPRÉSENTE LE PIRE DE L’ESPRIT AMÉRICAIN. » ENRIQUE MORONES, BORDER ANGELS

    Mais il arrive aussi à Enrique de rester sans voix. Comme le 19 juin, quand la chaîne MSNBC lui demande ce qu’il pense des propos de Laura Ingraham, l’égérie des ultraconservateurs qui officie sur Fox News. L’animatrice ironisait sur le tollé provoqué par la nouvelle politique de séparation des familles annoncée un peu plus tôt par l’administration Trump. Pratique qui a conduit à ce que plus de 2 300 enfants soient enlevés à leurs parents et placés dans des centres grillagés. « Des camps de vacances », selon elle. Enrique a eu l’air abattu. « J’ai honte, a-t-il confié. Aucun pays au monde ne sépare les enfants de leurs parents. Donald Trump représente le pire de l’esprit américain. » Le lendemain, le président battait en retraite et annonçait que priorité serait donnée au « maintien de l’unité des familles ».

    Mais, pour Enrique, la lutte continue. Border Angels prépare la manifestation nationale contre la politique de Trump et en soutien aux immigrants, le 30 juin. Devenu le porte-voix des sans-papiers, Enrique Morones ne compte pas que des amis. Il y a quelques semaines, il a exposé au FBI les menaces qu’il reçoit par téléphone. Dans le sud de la Californie, le climat est tendu. Les nationalistes n’apprécient pas sa manière de répéter qu’il se sent avant tout mexicain alors qu’il est né aux Etats-Unis. Ce qu’il fait par provocation, vêtu de son tee-shirt « Bad Hombre », l’insulte proférée par Donald Trump pendant la campagne électorale de 2016, comme si tous les Latinos étaient des narcos en puissance.


    L’ONG Border Angels, fondée par Enrico Morones en 1986, distribue des colis de vivres aux familles.

    Enrique Morones a grandi à San Diego, où son père était employé au service mexicain des pêches, puis directeur de l’agence locale de la compagnie aérienne Aeroméxico. Toute sa famille est retournée au Mexique, où son grand-père était un dirigeant syndical national. Après avoir étudié le commerce, le français et le karaté à l’université, Enrique Morones a officié à la tête du marketing pour le public latino chez les Padres, l’équipe de base-ball de San Diego. Emu par le sort des migrants, entassés dans les canyons une fois la frontière franchie, il a fondé Border Angels en 1986 pour distribuer des colis de vivres aux familles.

    Gardien de la mémoire des migrants

    Après l’opération « Gatekeepers », lancée par Bill Clinton en 1994, quand les premières barrières ont été érigées, et que le nombre de migrants a commencé à grimper, Enrique a étendu la mission de l’association. Les « anges » ont commencé à déposer des bidons d’eau dans le désert à destination des marcheurs pour prévenir la déshydratation. Ils le font toujours, chaque troisième samedi du mois. Avant l’arrivée de Trump à la Maison Blanche, l’association comptait une trentaine de bénévoles en moyenne pour les distributions. Depuis son élection, leur nombre a décuplé, indique-t-il, alors que les tentatives de traversée illégale de la frontière sont au plus bas depuis quarante-six ans quoi que prétende le président.


    L’ONG dépose chaque mois des bidons d’eau dans le désert pour les clandestins.

    Enrique Morones est aussi le gardien de la mémoire des migrants. Quand il arpente le désert, pour inspecter les éventuels progrès du « mur » de Donald Trump, il est muni d’un sac. Il ramasse les morceaux de tapis dont les clandestins se servent pour effacer leurs traces. Des objets exposés dans les locaux de Border Angels, à San Diego. A ses yeux, les histoires individuelles ne doivent pas être oubliées. Lui-même en connaît des dizaines, qu’il récite, de mémoire, jusqu’aux noms des victimes retrouvées sans vie, et dont il fait une liste partielle en annexe de son livre (Border Angels. The Power of One, San Diego University Press, 2015, non traduit). Il n’a jamais oublié Francisco, le migrant effondré au milieu des épineux. L’homme, pourtant à moitié mort de déshydratation, portait un autre voyageur sur son dos. « Il ne le connaissait pas, mais il l’avait pris sur ses épaules pour le sauver », admire Enrique Morones.

    Les histoires ont été collectées dans un texte, écrit par l’acteur Dave Rivas et présenté dans les écoles de San Diego : Letters from the Wall. Les « lettres du mur » commencent toutes par « Cher Enrique » : elles racontent un miracle ou, le plus souvent, un drame sous la plume d’un migrant. La pièce est jouée en anglais et en espagnol par les écoliers : enfants de la frontière en quête de justice pour leurs parents les migrants.


  • Alexandria Ocasio-Cortez’s Message to the Democratic Party | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/news/our-columnists/alexandria-ocasio-cortezs-message-to-the-democratic-party

    After winning the Democratic primary in New York’s Fourteenth Congressional District, Alexandria Ocasio-Cortez is now a national political figure. On Wednesday, she made a series of media appearances, including spots on CNN and MSNBC’s “Morning Joe.” Later in the day, Stephen Colbert hailed her win, joking that when he was twenty-eight he got his first can opener. On Thursday, she appeared on Colbert’s show, and an article in the Times described her as “an instant political rock star.”

    Ocasio-Cortez deserves all the attention she’s getting, but it’s important not to focus only on her personal traits: her age, her gender, her ethnicity, and her inspiring life story. As she pointed out in her post-victory interviews, she ran on a platform that transcended these things. “Our campaign was focussed on just a laser-focussed message of economic, social, and racial dignity for working-class Americans, especially those in Queens and the Bronx,” she told Mika Brzezinski, of “Morning Joe.”

    Listen to the speeches of Senator Sherrod Brown, of Ohio; or of Stacey Abrams, who is running for governor in Georgia; or of Beto O’Rourke, who is challenging Ted Cruz in Texas; or of Conor Lamb, who won a special election in western Pennsylvania earlier this year; or of Mikie Sherrill, a former Navy pilot who recently won the Democratic primary in New Jersey’s Republican-held Eleventh Congressional District. To be sure, these Democrats are attacking Trump and talking about immigration and the Supreme Court. But their main focus is on promoting social and economic empowerment for people living in their districts.

    That is the traditional Democratic Party message, and it is one that never grows old. Every so often, however, it needs to be renewed and adapted to new circumstances. Alexandria Ocasio-Cortez just demonstrated how to do this.

    #Politique_USA


  • «Il-n’y-aura-pas-de-programme-spécial»... par Daniel Schneidermann | Arrêt sur images
    https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/il-ny-aura-pas-de-programme-special
    https://api.arretsurimages.net/api/public/media/msbnc-enfants-new-york/action/show

    "IL-N’Y-AURA-PAS-DE-PROGRAMME-SPÉCIAL"...
    pour réunir les familles séparées.

    Cette histoire d’enfants confisqués à leurs parents, à la frontière mexicaine des Etats-Unis. Je vous en parlais hier. Et au début de la semaine. Et ce n’est apparemment pas fini. Donald Trump, apprend-on ce matin, vient d’apposer sa signature au feutre épais en bas d’un texte qui, parait-il, stipule que les enfants ne seront plus séparés de leurs parents, mais incarcérés avec eux (comme en France), pour une durée indéterminée. Soupir de soulagement général. « Des gens vont être heureux aujourd’hui », a déclaré Trump, en montrant aux caméras sa signature au feutre épais.

    Tout finit donc par s’arranger, se dit-on machinalement. La monstrueuse parenthèse est refermée. Mauvais rêve. Allégresse générale. Quant aux quelque 2000 enfants confisqués avant la signature, ils ne vont pas tarder à retrouver leurs parents. Admis ou refoulés des Etats-Unis, les familles se retrouveront. Tout finira le moins mal possible. Voilà ce que se dit, tout seul, le cerveau.

    Sauf que non. Ce matin par exemple on lit, noir sur blanc (en moins gros titres, néanmoins, que la nouvelle de la signature de Trump), qu’il « n’y aura pas de programme spécial pour réunir les familles séparées ». Je demande votre attention. Relisez cette phrase : il-n’y-aura-pas-de-programme-spécial-pour réunir-les-familles-séparées. Vous la voulez encore une fois ? Il-n’y-aura-pas-de-programme-spécial-pour-réunir-les-familles-séparées.

    De ce que l’on comprend, lors de la séparation des familles, quand elles sont interceptées à la frontière, parents et enfants sont pris en charge par deux administrations américaines distinctes, qui ne communiquent pas entre elles. Dans le meilleur des cas, les parents se voient remettre un formulaire, avec le mail et le numéro de téléphone d’une administration à contacter. Dans un de ces cas au moins, le numéro de téléphone était erroné. Ensuite, les parents sont internés quelque part. Ou expulsés. Avec leur formulaire, s’ils ne l’ont pas perdu.

    Les policiers qui, devant les tribunaux américains, viennent résumer le dossier des illégaux poursuivis, ne savent pas si ces personnes ont été arrêtées avec leurs enfants. Cette information ne figure pas au dossier judiciaire des poursuivis. C’est un avocat d’El Paso (Texas), Erik Hanshew, qui le raconte, dans un témoignage au Washington Post, que je vous recommande de lire jusqu’au bout. Il arrive que les procureurs s’opposent à ce que la question soit posée, à l’audience, aux policiers. « Si l’on vous prend votre portefeuille, en prison, on vous donne un reçu. Là, on vous prend vos enfants, et on ne vous donne pas une feuille de papier ? » a demandé un juge, stupéfait.

    Le cabinet d’Erik Hanshew, à El Paso, a mis en place une cellule spéciale, chargée de contacter les administrations susceptibles de donner des nouvelles des enfants. On peut imaginer la tâche, de chercher sur tout le territoire des Etats-Unis une fillette de cinq ans, qui ne sait pas épeler son prénom, ni son nom. A qui aucune administration n’a seulement passé un bracelet ou un collier avec ces informations, comme en portent, dans les pays civilisés, les animaux de compagnie. Un bracelet. Ou un collier.

    Je dis « sur tout le territoire », parce qu’on apprend également ce matin que 239 (au moins) de ces enfants confisqués ont été retrouvés à New York, à quelques milliers de kilomètres d’El Paso. Le maire, Bill de Blasio, n’était pas au courant. La chaîne MSNBC a retrouvé et filmé une poignée de ces enfants, dans une rue de New York. Pour acheminer les enfants, un policier avait assuré au stewart d’une compagnie aérienne qu’il s’agissait d’une équipe de foot. Trois compagnies aériennes ont décidé de cesser d’embarquer des enfants de migrants. Je m’arrête là pour aujourd’hui ?

    Il n’y a rien à reprocher aux medias américains. Ils font magnifiquement le travail. Il n’y a rien à vous reprocher à vous, qui avez lu cette chronique jusqu’au bout. Tous ensemble, nous allons maintenant tenter d’intégrer ce que nous avons lu. Comme l’avait dit le juge Frankfurter à Jan Karski en 1943, « je ne vous crois pas. Je ne dis pas que vous mentez, mais mon cerveau se refuse à vous croire ». Il va falloir reformater nos cerveaux.

    • « Time magazine’s major mistake on the crying-girl cover »
      https://www.washingtonpost.com/news/the-fix/wp/2018/06/22/time-magazines-major-screw-up-on-the-crying-girl-cover

      There are examples of children separated from parents who immigrated illegally playing out nationwide. And well-meaning people across the political spectrum have taken a stand and forced change.

      Unfortunately, they made their most iconic image something that wasn’t a family being separated — and ultimately undermines their cause.

      The photo of a nearly 2-year-old Honduran girl crying as her mother is being patted down quickly went viral. It has also been used for a Facebook fundraiser to raise more than $18 million to help reunite families who have been separated. And the whole thing culminated in its placement in a photo illustration on the cover of Time magazine. The image features the girl against a red background, with President Trump towering over her and the words “Welcome to America.”

      The implication was clear: This was a girl who, like 2,500 other children, was being separated from her mother. Time and many others made a decision to suggest that this was an example of Trump uprooting our American ideals.

      But that’s not what it was. As The Washington Post’s Samantha Schmidt and Kristine Phillips report, the girl’s father says the child and her mother were never separated. U.S. Customs and Border Protection confirmed it, as did the Honduran deputy foreign minister.

      The image is a sad one, but it is of a rather standard occurrence at the border: A mother and her daughter attempted to immigrate illegally and were apprehended. The mother, in fact, had tried this before and was deported in 2013. The photo says virtually nothing about Trump’s now-aborted policy. In fact, it’s an example of how not all young children were separated from their parents.

      « Du document dans le symbole (ou pourquoi la photo est devenue la reine des images) »
      http://imagesociale.fr/6275

      Face à la polémique, Time annonce qu’il maintient son choix de couverture, arguant de la valeur de symbole de la photo. Mais cette position ne rencontre guère de soutien, et le message de l’image est visiblement affaibli. Comme le font remarquer plusieurs internautes, s’en tenir à une lecture strictement allégorique revient à dire qu’on aurait pu utiliser n’importe quel cliché de gamine pleurant. Une photo de stock d’une petite fille en larmes aurait-elle eu le même impact que le reportage de John Moore ?


  • Les États-Unis séparent désormais les parents migrants de leurs enfants | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/162252/etats-unis-separent-parents-migrants-enfants

    Avant l’élection de Donald Trump, les familles de migrants et demandeurs d’asiles qui étaient interpellées à la frontière mexicaine étaient détenus ensemble dans des centres de rétention, en attente de jugement. Mais les directives du gouvernement ont changé : maintenant, les parents et enfants sont détenus séparément, parfois dans des villes différentes, et même dans le cas d’enfants très jeunes.

    Depuis plusieurs mois, des centaines de cas de séparations ont été rencensés par les associations de défense des droits civiques.

    « Ce qui se passe ici est sans précédent. Ici en Arizona, nous avons vu plus de 200 cas de parents séparés de leurs enfants. Certains de ces enfants sont très jeunes, nous voyons régulièrement des enfants de deux ans, et la semaine dernière, il y avait un enfant de 53 semaines sans ses parents », expliquait Laura St. John de l’organisation The Florence Project, sur MSNBC.

    L’association de défense des droits civiques ACLU a engagé une procédure légale contre cette pratique du gouvernement, qu’ils considèrent comme une violation de la Constitution des États-Unis.

    Sur Twitter, le journaliste Chris Hayes a partagé des extraits de la plainte dans lesquels sont décrits plusieurs cas de séparation, comme celui de Miriam, venue du Honduras, qui dit avoir été séparée de son bébé de dix-huit mois et ne pas l’avoir vu pendant plus d’un mois. En mars, un procès de l’ACLU avait permis de réunifier une mère congolaise demandeuse d’asile avec sa fille de sept ans. Elles avaient été séparées pendant quatre mois.

    La nouvelle approche, introduite par le ministère de la Justice, consiste à condamner les personnes qui ont traversé la frontière illégalement à des crimes, et non plus à des infractions civiles, comme c’était le cas auparavant. Les adultes sont donc placés en prison, et non en centre de rétention, alors que les enfants sont gérés par une autre entité administrative, qui détient habituellement les mineurs qui traversent seuls la frontière.

    Interviewé par MSNBC, un avocat de l’ACLU a dit que c’était « la pire chose » qu’il avait vue en 25 ans de travail sur les droits des immigrés.

    « Je parle à ces mères et elles décrivent leurs enfants qui hurlent "maman, maman, ne les laisse pas m’emmener". »

    Il y a quelques jours, le chef de cabinet de la Maison Blanche John Kelly a défendu la pratique en disant qu’il s’agissait d’une dissuasion efficace et que les enfants seraient « placés dans des foyers ou autres ».

    • « The feds lost – yes, lost – 1,475 migrant children »
      https://eu.azcentral.com/story/opinion/op-ed/ej-montini/2018/05/22/immigration-children-separate-families-lost-kirstjen-nielson/631627002

      The Trump administration recently announced a new, get-tough policy that will separate parents from their children if the family is caught crossing the border illegally.

      It was a big news story. So big it overshadowed the fact that the federal government has lost – yes, lost – 1,475 migrant children in its custody.

      Cela suscite visiblement quelques réactions aux États-Unis
      https://twitter.com/hashtag/WhereAreTheChildren?src=hash

      En français, derrière un paywall dont le chapô m’a seulement permis de récupérer les deux liens ci-dessus : « Le sort des enfants migrants enflamme les Etats-Unis »
      https://www.mediapart.fr/journal/international/280518/le-sort-des-enfants-migrants-enflamme-les-etats-unis

      À sa frontière avec le Mexique, l’administration Trump commence à séparer les familles. Une façon, dit-elle, de « dissuader » l’immigration illégale. Ses services sont pourtant incapables de suivre correctement les mineurs placés en foyers.

    • New York (États-Unis), de notre correspondant.- « Les fédéraux ont perdu, oui, perdu, 1 475 enfants migrants. » L’éditorial de The Arizona Republic a révolté les réseaux sociaux. Des Américains se sont pris en photo avec cette question : « Où sont les enfants ? » (#wherearethechildren), devenue en quelques jours un mot-clé populaire. « L’inhumanité doit cesser », explique Joaquín Castro, représentant démocrate du Texas, qui appelle à une manifestation cette semaine à San Antonio.

      À l’origine de cette indignation, l’information rapportée par The Arizona Republic est, de fait, assez spectaculaire. Le 26 avril, Steven Wagner, un responsable du Département de la santé américain chargé de la gestion des réfugiés, a annoncé au cours d’une audition au Sénat que ses services, alors qu’ils tentaient de prendre contact avec 7 635 mineurs placés chez des proches ou dans des familles d’accueil, se sont révélés « incapables de localiser 1 475 » d’entre eux, soit 19 % de l’échantillon contacté.

      9 mai 2018. Cette famille vient de franchir la frontière entre le Mexique et les États-Unis près de McAllen, Texas. © Reuters 9 mai 2018. Cette famille vient de franchir la frontière entre le Mexique et les États-Unis près de McAllen, Texas. © Reuters

      Il s’agit de mineurs non accompagnés, la plupart originaires du Honduras, du Guatemala et du Salvador, des pays d’Amérique centrale ravagés par les violences. Placés quelques semaines en foyer après avoir tenté de traverser la frontière avec les États-Unis via le Mexique, ils sont ensuite confiés par les autorités à des proches, des parents ou des familles d’accueil en attendant l’examen de leur dossier par les services de l’immigration.

      Les 1 500 enfants manquant à l’appel ne sont pas forcément aux mains de trafiquants, exploités à vil prix ou livrés à eux-mêmes. « On ne sait pas combien d’entre eux n’ont pas été localisés parce que eux ou leurs proches, qui peuvent très bien être leurs parents, sont partis sans laisser d’adresse pour réduire les risques d’être renvoyés dans leur pays », explique la journaliste Dara Lind, spécialiste des questions migratoires sur Vox.com.

      Mais l’incertitude qui pèse sur leur sort a de quoi inquiéter : plusieurs médias, comme Associated Press et la chaîne PBS, ont révélé des cas de violences sexuelles, de travail forcé ou de mauvais traitement.

      « Vous êtes la plus mauvaise famille d’accueil du monde. Vous ne savez même pas où ils sont », a lancé à Steven Wagner la sénatrice Heidi Heitkamp. L’accusation de l’élue démocrate tape juste, sauf que sous l’administration Obama, qui avait dû faire face à une explosion du nombre de mineurs non accompagnés, le suivi était tout aussi défaillant.

      En 2014, les procédures de vérification des familles d’accueil avaient même été allégées pour faciliter les placements, livrant les enfants à des dangers accrus. En 2016, le Sénat avait préconisé des mesures de suivi renforcées, qui n’ont jamais été mises en place, faute de ressources et de volonté politique : le département de la santé considère en effet qu’une fois placés, les mineurs ne sont plus de sa responsabilité…

      Il y a un mois, l’« aveu » de Steven Wagner devant le Sénat n’aurait ainsi pas fait beaucoup de bruit. Mais tout a changé depuis que le président Trump, frustré de ne pas voir avancer son projet de mur avec le Mexique, en colère contre sa propre directrice du Département de la sécurité intérieure (DHS), a autorisé des mesures d’une extrême sévérité contre l’immigration irrégulière.

      Au nom de la « tolérance zéro », Jeff Sessions, “attorney general” (l’équivalent du ministre de la justice), un dur de dur connu pour sa hargne contre les clandestins, a annoncé le 7 mai la poursuite systématique des étrangers qui « traversent la frontière de façon illégale », une façon de décourager les candidats à l’immigration – au rythme de 40 000 personnes « appréhendées » chaque mois, on voit mal comment les procureurs vont suivre. Il a surtout déclaré que les enfants « clandestins » seront désormais « séparés » de leurs parents. De quoi susciter l’indignation générale. Au vu de la façon dont les mineurs non accompagnés sont traités dans les familles d’accueil, cette annonce sonne comme une provocation.

      « Cette horreur est insupportable, a twitté Walter Schaub, ancien directeur sous Obama et Trump du Bureau pour l’éthique gouvernementale, une agence fédérale anticorruption. Décider d’arrêter encore plus d’enfants alors même qu’on sait déjà que ce qui leur arrive est une violation immorale des droits humains. »

      « C’est de la torture », commente l’ACLU, une grande organisation de défense des libertés publiques, qui a engagé une action en justice collective contre le gouvernement. « La pire chose que j’ai vue en vingt-cinq ans, dit Lee Gelernt, l’avocat de l’ACLU, interrogé sur la chaîne MSNBC. Ces mères vous racontent leurs enfants qui crient “maman ! maman !”, “ne les laisse pas m’emmener !”, des enfants de cinq ans, de six ans. On va traumatiser ces enfants pour toujours. »

      « Cette pratique viole les droits des demandeurs d’asile inscrits dans la Constitution », ajoute Eunice Lee, codirectrice du centre de recherche sur le genre et les réfugiés Hastings College of the Law à San Francisco (Californie).

      Reuters Reuters

      Fin avril, le New York Times, citant des données officielles, a révélé que cette pratique est en réalité d’ores et déjà en place. Entre octobre et avril, écrit le quotidien, 700 enfants, dont 100 tout-petits de moins de quatre ans, ont été privés de leurs parents. Le département de la santé refuse de dire combien de ces familles restent aujourd’hui éclatées.

      Au vu des positions de l’administration Trump, qui cherche à lutter contre l’immigration mais aussi à décourager par tous les moyens l’exercice du droit d’asile, cette politique n’est guère surprenante. Elle avait été évoquée quelques semaines après l’investiture de Donald Trump par John Kelly, alors directeur de la sécurité nationale. Aujourd’hui chef de cabinet de Donald Trump, Kelly a affirmé à la radio publique NPR que non seulement la séparation des familles n’est « pas cruelle », mais qu’elle est aussi un « puissant moyen de dissuasion » contre l’immigration.

      Pendant sa campagne, et depuis son entrée à la Maison Blanche, Donald Trump a promis de « stopper » l’immigration illégale. Il s’en est pris aux Mexicains « violeurs » et « criminels », aux « pays de merde », a taxé publiquement des immigrés d’« animaux ». Il a annoncé l’envoi de la garde nationale à la frontière et a attisé sa base en s’en prenant à une « caravane » de réfugiés d’Amérique centrale qui cherchaient à obtenir l’asile aux États-Unis.

      Depuis son arrivée à la Maison Blanche, son administration s’est employée à détricoter les dispositifs protégeant les jeunes migrants. Trump lui-même a estimé que les mineurs qui passent la frontière « ne sont pas tous innocents » et nourrissent la violence des gangs.

      « Les enfants seront pris en charge, placés dans des foyers ou autre », a promis John Kelly. En l’occurrence, le « ou autre » pourrait désigner des bases militaires. Selon le Washington Post, des enfants séparés de leurs familles pourraient être bientôt placés dans des centres de l’armée, au Texas ou dans l’Arkansas.


  • Announcing IoT Inspector: Studying Smart Home IoT Device Behavior
    https://freedom-to-tinker.com/2018/04/23/announcing-iot-inspector-a-tool-to-study-smart-home-iot-device-be

    Finding #3: Many IoT Devices Contact a Large and Diverse Set of Third Parties
    (...)We have found that many IoT devices communicate with third-party services, of which consumers are typically unaware. (...)
    Samsung Smart TV. During the first minute after power-on, the TV talks to Google Play, Double Click, #Netflix, #FandangoNOW, #Spotify, #CBS, #MSNBC, #NFL, #Deezer, and #Facebook — even though we did not sign in or create accounts with any of them.



  • En direct de Langley
    http://www.dedefensa.org/article/en-direct-de-langley

    En direct de Langley

    Cela nous apparaît comme une surprise moyenne dans l’atmosphère qui prévaut à “D.C.-la-folle“, mais une surprise tout de même, et surtout un extraordinaire symbole de la confusion des genres, de l’âpreté extraordinaire de l’antagonisme, de la haine et de l’invective régnant en maître extraordinaire à Washington D.C... Il s’agit de l’engagement, certainement pour un salaire plantureux, de John Brennan, directeur de la CIA jusqu’en janvier 2017 et l’un des principaux “comploteurs“ (à ciel ouvert) anti-Trump, comme “commentateur politique„ des chaînes NBC et MSNBC.

    Mais d’abord, présentation succincte de l’événement par RT, réseau particulièrement bien placé pour le faire puisque sans cesse accusé par Brennan & Cie (& MSNBC, sans nul doute) d’être une “officine de propagande“ agissant aux (...)


  • MSNBC Ignores Catastrophic US-Backed War in Yemen
    https://fair.org/home/msnbc-yemen-russia-coverage-2017

    In 2017, MSNBC ran 1,385 broadcasts that mentioned “Russia,” “Russian” or “Russians.” Yet only 82 broadcasts used the words “Yemen,” “Yemeni” or “Yemenis” in the entire year.

    Moreover, the majority of the 82 MSNBC broadcasts that mentioned Yemen did so only once and in passing, often simply as one nation in a longer list of nations targeted by President Trump’s travel ban.

    Moreover, in all of 2017, MSNBC only aired one broadcast on the US-backed Saudi airstrikes that have killed thousands of Yemeni civilians. And it never mentioned the impoverished nation’s colossal cholera epidemic, which infected more than 1 million Yemenis in the largest outbreak in recorded history.


  • Qui est Ronan Farrow, le « tombeur » d’Harvey Weinstein ?

    http://www.lemonde.fr/cinema/article/2017/10/13/ronan-farrow-le-tombeur-d-harvey-weinstein_5200274_3476.html

    Fils de Woody Allen et Mia Farrow, le journaliste et juriste a recueilli des témoignages de victimes du producteur hollywoodien.

    Ronan Farrow, qui a publié dans le New Yorker les ­révélations qui ont fait un paria du producteur Harvey Weinstein, l’un des hommes les plus puissants d’Hollywood, n’est pas tout à fait un journaliste ordinaire. A 29 ans, il a déjà eu plusieurs carrières : diplomate, militant, avocat. Il est aussi fils de stars. Son père est Woody Allen. Sa mère Mia Farrow. Un couple orageux, dont la rupture, en 1992, lorsque le cinéaste est tombé amoureux de Soon-Yi, la fille adoptive de l’actrice, a fait les délices de la presse new-yorkaise à scandales.

    Ronan Farrow n’a jamais pardonné à son père ce qu’il a qualifié de « transgression morale », au point d’abandonner le prénom que le réalisateur lui avait choisi à la naissance – Satchel, comme son joueur de base-ball favori Satchel Paige. Depuis des années, le jeune homme n’a cessé de défendre ­Dylan, une autre de ses sœurs adoptives, qui a accusé Woody ­Allen de l’avoir agressée sexuel­lement alors qu’elle avait 7 ans. Avec leur mère Mia Farrow, la tribu fait corps à chaque fois que le réalisateur d’Annie Hall est invité pour un hommage. En 2015, lorsque son père a présenté son film L’Homme irrationnel à Cannes, Ronan Farrow a signé un texte dans le Hollywood Reporter qui expose son analyse de la couverture – ou la non-couverture – par la presse des accusations d’agressions sexuelles contre les puissants.

    Surdoué

    Quand Ronan-Satchel est né, en décembre 1987, à New York, la famille baignait dans un mélange de bohème multiethnique et de snobisme de l’Upper East Side. A la maternelle, l’enfant avait déjà un psychiatre. Très jeune, il était familier des gros titres et des paparazzis. Ses grands-parents étaient l’actrice irlandaise Maureen O’Sullivan, la Jane du Tarzan Johnny Weissmuller, et le réalisateur australien John Farrow, autre couple en dysfonctionnement chronique. Le fils de stars a toujours été surdoué. A 15 ans, il sortait de l’université Barnard, à New York, le plus jeune diplômé (en biologie et philosophie) de l’histoire de l’institution. A 16 ans, il était admis à la faculté de droit de Yale. A 21 ans, il passait le barreau de New York, tout en travaillant comme chargé du droit humanitaire à la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants. « Je brûlais de faire mes preuves », a-t-il dit au magazine Esquire. Loin de « l’ombre imposante de parents célèbres ». A 23 ans, il rédigeait les discours de Richard Holbrooke, l’envoyé spécial de Barack Obama pour l’Afghanistan. Après la mort du diplomate, il est devenu le conseiller à la jeunesse de la secrétaire d’Etat Hillary Clinton.

    Ronan Farrow n’avait que 5 ans quand il a été pris dans le tumulte du divorce de ses parents. Mia Farrow, l’héroïne du Rosemary’s Baby de Polanski, a toujours mené une vie hors du commun. A 21 ans, elle a épousé Frank Sinatra, qui en avait trente de plus. En deuxième mariage, le compositeur et chef d’orchestre André Previn. Woody Allen l’a fait tourner dans treize de ses films, de Zelig à La Rose pourpre du Caire. Ils sont restés douze ans ensemble, mais ils ne se sont jamais mariés. Militante passionnée, courant d’expéditions humanitaires en séjours au Darfour, Mia Farrow a adopté 11 enfants, parmi les plus déshérités de la terre. En 1992, la tribu – et l’industrie cinématographique – a été secouée par un tremblement de terre lorsque Mia Farrow a découvert chez Woody Allen des photos d’une de ses filles adoptives, nue. Soon-Yi Previn, 21 ans, avait été adoptée en ­Corée à l’âge de 8 ans par Mia et André Previn. Elle a trente-cinq ans de moins que le cinéaste. La liaison a fait scandale.

    Une enquête de dix mois

    Dylan, 7 ans, n’a plus voulu voir son père adoptif. Le traumatisme n’a jamais disparu. Pour la Fête des pères, en 2012, Ronan a publié un Tweet sardonique. « Bonne Fête des pères. Ou, comme on dit dans ma famille, bonne fête des beaux-frères. »

    En 2013, après le département d’Etat, Ronan Farrow a été recruté par MSNBC, la chaîne câblée, pour une émission de l’après-midi censée s’adresser aux « millenials ». Il était trop sérieux. L’émission n’a duré qu’un an. Depuis 2015, il reste sous contrat avec NBC pour des grands sujets d’investigation. L’enquête sur les agressions sexuelles dont est accusé Harvey Weinstein lui a pris dix mois. Il y dénonce un système de couverture des agressions sexuelles à Hollywood, par la presse, les agents, les intermédiaires chargés des relations publiques, aboutissant à une « culture d’acquiescement ». Pourquoi a-t-il choisi de publier son scoop dans le New Yorker plutôt que sur la chaîne qui l’emploie ? Mercredi 11 octobre, les responsables de NBC ont nié avoir refusé son enquête par crainte de nuire à un homme aussi influent qu’Harvey Weinstein. L’enquête n’était « pas publiable en l’état », ont-ils affirmé. Interrogé – sur la même chaîne MSNBC –, Ronan Farrow a réfuté cette explication, soulignant que le New Yorker avait immédiatement accepté le dossier. Il s’est néanmoins gardé d’accuser directement la chaîne d’avoir cédé à des pressions.

    Dans son texte de 2015 au Hollywood Reporter, Ronan Farrow estime que la presse ne saurait s’exonérer de l’écoute des victimes au motif qu’il n’y a pas de plainte. « Notre rôle est encore plus important quand le système légal ne remplit pas sa mission auprès des vulnérables confrontés aux puissants, écrit-il. Souvent les femmes ne peuvent pas ou ne veulent pas porter plainte. Le rôle d’un reporter est celui de porteur d’eau pour elles. » Selon lui, une nouvelle génération de médias, « libérés des années de journalisme d’accès », commence à enquêter sur les agressions sexuelles commises par les « moguls » d’Hollywood ou d’ailleurs. « Les choses changent », assure-t-il.


  • Qui est Ronan Farrow, le tombeur d’Harvey Weinstein - L’Express
    http://www.lexpress.fr/actualite/medias/qui-est-ronan-farrow-le-tombeur-d-harvey-weinstein_1951787.html

    Le journaliste de MSNBC et du New Yorker n’est pas le premier à raconter l’envers fétide du rêve hollywoodien. Mais pour lui, c’est une affaire de famille. Celle d’un père prestigieux, Woody Allen, dont il ne cesse de dénoncer, de tweets en tribunes ou en plateaux télé, les dérapages sexuels, notamment commis selon lui aux dépens de sa soeur, Dylan Farrow. Et s’il voue une rancune particulière au milieu du cinéma, s’il l’observe avec une telle défiance et y a plongé ses antennes, c’est parce que le tout Hollywood a pris fait et cause pour son père au moment de son divorce d’avec sa mère, la non moins prestigieuse Mia Farrow.

    https://www.newyorker.com/news/news-desk/from-aggressive-overtures-to-sexual-assault-harvey-weinsteins-accusers-te

    Bien ouèj quand même, comme au bowling, #strike.




  • Alex Shams (FB):

    Trump banned Syrian refugees from coming to the US but now he claims to be bombing Syria to help the Syrian people.

    Syrian refugees: “Somebody should help those poor souls.”

    https://twitter.com/ianbremmer/status/850440782712537089

    Sams Sacks (Twitter):

    Guest after guest is gushing. From MSNBC to CNN, Trump is receiving his best night of press so far. And all he had to do was start a war.

    https://twitter.com/SamSacks/status/850166028738973696

    Glenn Greenwald:

    Given everything that has been claimed about Trump by his critics, how can any of them justify cheering for a bombing campaign led by him? Do they experience no cognitive dissonance at all in having spent months depicting Trump as a lying, deceitful fascist, only to now turn around and trust him to bomb other countries with care, humanitarianism and efficacy?

    https://theintercept.com/2017/04/07/the-spoils-of-war-trump-lavished-with-media-and-bipartisan-praise-for-

    #Syrie #Assad #Trump #US #USA #bombardement #bombing #bombs #bombes #armée #guerre #war


  • Official Washington’s ‘Info-Wars’
    https://consortiumnews.com/2016/12/01/official-washingtons-info-wars

    Le porte-parole du Département d’Etat étasunien ne veut pas donner d’explications à une journaliste de « Russia Times » (quelle que soit la pertinence de ses questions) sous prétexte que RT appartient à l’Etat russe, mais n’est nullement dérangé que la BBC ou l’Australian Broadcasting Corporation soient également étatiques et ce même porte-parole crierait très certainement au scandale si quelqu’un s’avisait à traiter de la même façon les radios-propagande étasuniens comme Radio Free Europe, Radio Free Asia, Radio Liberty (Central/Eastern Europe), et Radio Marti (Cuba), sans compter localement le NPR (National Public Radio), alias « National Pentagon Radio ».

    De plus,

    As to the non-state American media … There are about 1,400 daily newspapers in the United States. Can you name a single paper, or a single TV network, that was unequivocally opposed to the American wars carried out against Libya, Iraq, Afghanistan, Yugoslavia, Panama, Grenada, and Vietnam while they were happening, or shortly thereafter? Or even opposed to any two of these seven wars? How about one?

    In 1968, six years into the Vietnam War, the Boston Globe (Feb. 18, 1968) surveyed the editorial positions of 39 leading U.S. papers concerning the war and found that “none advocated a pull-out.” Has the phrase “invasion of Vietnam” ever appeared in the U.S. mainstream media?

    In 2003, leading cable station MSNBC took the much-admired Phil Donahue off the air because of his opposition to the calls for war in Iraq. Mr. Kirby would undoubtedly call MSNBC “independent.”

    If the American mainstream media were officially state-controlled, would they look or sound significantly different when it comes to U.S. foreign policy?

    #propagande #Etats-Unis


  • Dernier chapitre du sujet “Geography of poverty” du photographe Matt Black (http://www.geographyofpoverty.com, http://www.mattblack.com)

    The City: Prison’s Grip on the Black Family - MSNBC
    http://www.nbcnews.com/specials/geographyofpoverty-big-city

    “The most vulnerable Americans are being crushed by the grip of poverty, from the deserts of the Southwest through the black belt in the South, to the post-industrial, rusting factory towns that dot the Midwest and Northeast.

    From border to border, high-poverty rates have crippled entire communities, leaving bellies burning with hunger and hope of better days dwindling. Income inequality has widened in recent decades while upward mobility has declined. A tiny percentage of high income Americans hold the majority of the wealth in this country.

    Quite plainly, the rich have grown richer and if you’re born poor here you’re likely to die poor. The slight declines in the national poverty rate have done little to allay the day-to-day plight of so many who are just scraping by, largely invisibly and along the margins.

    The poverty rate for African Americans and Hispanics is particularly stark, with 27% and 23.5% respectively falling below the poverty line.”

    https://seenthis.net/messages/390558


  • Breaking: Arrest Warrant Issued for Amy Goodman in North Dakota After Covering Pipeline Protest | Democracy Now!
    http://www.democracynow.org/2016/9/10/breaking_arrest_warrant_issued_for_amy

    An arrest warrant has been issued in North Dakota for Democracy Now! host and executive producer Amy Goodman. Goodman was charged with criminal trespassing, a misdemeanor offense. A team from Democracy Now! was in North Dakota last week to cover the Native American-led protests against the Dakota Access pipeline.

    On Sept. 3, Democracy Now! filmed security guards working for the Dakota Access pipeline company using dogs and pepper spray to attack protesters. Democracy Now!’s report went viral online and was rebroadcast on many outlets, including CBS, NBC, NPR, CNN, MSNBC and Huffington Post.


  • L’Inde a vécu la plus grande grève de l’histoire humaine
    http://www.directmatin.fr/monde/2016-09-03/linde-vecu-la-plus-grande-greve-de-lhistoire-humaine-737701

    Selon les syndicats, ce seraient ainsi près de 180 millions de travailleurs, hommes et femmes, qui ont manifesté pour s’opposer à la politique économique du gouvernement. L’Inde comptant environ 1,250 milliards d’individus, ce serait donc un septième de la population qui a arrêté le travail pour une journée. Mais ces chiffres n’ont toutefois pas pu être vérifiés de façon indépendante.

    The Biggest Strike in World History ? No Thanks, We’re Focusing on the New iPhone
    http://fair.org/home/the-biggest-strike-in-world-history-no-thanks-were-focusing-on-the-new-iphone

    And yet there was virtually no coverage of the strike in commercial US media, according to searches of the Nexis news database. Not a word on ABC, CBS or NBC. No mention on the main cable news networks—CNN, Fox and MSNBC—either. (The Intercept‘s Zaid Jilani—9/6/16—noted that there was one mention on CNN International, when “the CEO of the human resources consulting firm ManpowerGroup cited the Indian strike as part of global concerns about technology suppressing wages.”) Neither the PBS NewsHour nor NPR touched the story.

    Not a single US newspaper found in the Nexis database—which includes most of the major papers, like the New York Times, Washington Post and USA Today—reported an original story on the strike. (Associated Press had a brief, 289-word report, which ran on the New York Times‘ website and was doubtless picked up by other papers.) The Wall Street Journal, whose full text isn’t on Nexis, also skipped the Indian strike story.

    That’s an example of the kind of story US corporate media don’t care about. What do they care about? Well, Apple is planning to release a new version of the iPhone next week. That’s already making news: CBS did a segment on its Money Watch program (9/7/16) previewing the phone, as did NPR‘s Morning Edition and All Things Considered (9/7/16); the product was front-page news in USA Today (9/8/16) and the Wall Street Journal (9/8/16), while you had to turn to page A12 in the Washington Post (9/7/16) or the first page of the business section in the New York Times (9/8/16) to get your future cellphone news.

    A hundred million or more workers striking for their rights hold no interest for the news managers in US corporate media. But a new gadget from a prominent advertiser? Now, that’s the news that’s fit to print.

    La « #réalité » telle que façonnée par les #MSM

    • citons la source des autres articles:

      India Is Making Labor History With the World’s Largest General Strike | Alternet
      http://www.alternet.org/world/india-worlds-largest-strike

      Trade unions leaders are reticent to say how many people struck work on September 2, 2016. They simply cannot offer a firm number. But they do say that the strike – the seventeenth general strike since India adopted its new economic policy in 1991 – has been the largest ever. The corporate news media – no fan of strikes – reported that the number of strikers exceeded the estimated 150 million workers. A number of newspapers suggested that 180 million Indian workers walked off the job. If that is the case, then this is the largest reported general strike in history.
      ...
      A leading international business consultancy firm reported – a few years ago – that 680 million Indians live in deprivation. These people – half the Indian population – are deprived of the basics of life such as food, energy, housing, drinking water, sanitation, health care, education and social security.
      ...
      Prime Minister Narendra Modi, ..., did not pay heed to these workers. His goal is to increase India’s growth rate, which – as judged by the example of when he was Chief Minister of the State of Gujarat – can be accomplished by a cannibal like attitude towards workers’ rights and the livelihood of the poor. Selling off state assets, giving hugely lucrative deals to private business and opening the doors of India’s economy to Foreign Direct Investment are the mechanisms to increase the growth rate. None of these strategies, as even the International Monetary Fund acknowledges, will lead to social equality. This growth trajectory leads to greater inequality, to less power for workers and more deprivation.

      La conclusion de l’auteur d’Alternet

      Class Struggle.

      Only four per cent of the Indian workforce is in unions. If these unions merely fought to defend their tenuous rights, their power would erode even further. Union power has suffered greatly since the Indian economy liberalised in 1991, with Supreme Court judgments against union democracy and with the global commodity chain pitting Indian workers against workers elsewhere. It is to the great credit of the Indian trade unions that they have embraced – in different tempos – the labour conditions and living conditions of workers and peasants in the informal sector. What power remains with unions can only grow if they do what they have been doing – namely, to turn towards the immense mass of the informal workers and peasants and draw them into the culture of unions and class struggle.

      L’auteur

      Vijay Prashad is professor of international studies at Trinity College in Hartford, Connecticut. He is the author of 18 books, including Arab Spring, Libyan Winter (AK Press, 2012), The Poorer Nations: A Possible History of the Global South (Verso, 2013) and The Death of a Nation and the Future of the Arab Revolution (University of California Press, 2016). His columns appear at AlterNet every Wednesday.

      #lutte_des_classes #syndicalisme #privatisation