company:nbc

  • ’Politicians fear this like fire’ : The rise of the deepfake and the threat to democracy
    https://www.theguardian.com/technology/ng-interactive/2019/jun/22/the-rise-of-the-deepfake-and-the-threat-to-democracy

    On 4 May 2016, Jimmy Fallon, the host of NBC’s The Tonight Show, appeared in a sketch dressed as Donald Trump, then the Republican presidential nominee. Wearing a blond wig and three coats of bronzer, he pretended to phone Barack Obama – played by Dion Flynn – to brag about his latest primary win in Indiana. Both men appeared side by side in split screen, facing the camera. Flynn’s straight-man impression of Obama, particularly his soothing, expectant voice, was convincing, while Fallon played (...)

    #Facebook #Twitter #DeepFake #manipulation #élections

    https://i.guim.co.uk/img/media/b9390a8ab1453ce935983e8e499764920e50ebda/0_0_2000_1200/master/2000.jpg

  • A photo storage app used customers’ private snaps to train facial recognition AI - The Verge
    https://www.theverge.com/2019/5/10/18564043/photo-storage-app-ever-facial-recognition-secretly-trained-ai


    Vous êtes le produit…

    A photo storage app that offers users “free, unlimited private backup of all your life’s memories” has been secretly using customers’ private snaps to train and sell facial recognition software.

    As detailed in a report from NBC News, the startup Ever launched as a simple cloud storage business in 2013, but pivoted to become a facial recognition technology vendor in 2017 after realizing that a photo app “wasn’t going to be a venture-scale business.”

    Customers, though, were not informed of this change — or how their photographs and videos are now being used.

  • Spain’s Far-right Vox Received Almost $1M from ’Marxist-Islamist’ Iranian Exiles: Report | News | teleSUR English
    https://www.telesurenglish.net/news/Spains-Far-right-Vox-Received-Almost-1M-from-Marxist-Islamist-Irania

    It is unlikely that Vox’s hyper-nationalist voters know that their party scored a significant presence in Spain’s parliament mostly thanks to Zionists, Islamists and foreigners.

    With the April 28 general elections in Spain over, the far-right party Vox gained about 10 percent of parliamentary seats, marking the far-right’s rising comeback into politics four decades after Francisco Franco’s dictatorship. While a less alarmist reading would say that the far-right was always there, hidden in the conservative People’s Party (PP), the fact that they are out in the open strengthens Europe’s wave of far-right xenophobic and anti-European advance.

    The party appealed to voters in one of Spain’s most contested elections since its return to democracy, mostly basing its arguments against leftists politics, social liberals, migrants, charged mainly with an Islamophobic narrative. Emphasizing the return of a long lost Spain and pushing to fight what they refer to as an “Islamist invasion,” which is the “enemy of Europe.” One could summarize it as an Iberian version of “Make Spain Great Again.”

    Yet while this definitely appealed to almost two million voters, many are unaware of where their party’s initial funding came from. Back in January 2019, an investigation made by the newspaper El Pais revealed, through leaked documents, that almost one million euros - approximately 80 percent of its 2014 campaign funding - donated to Vox between its founding in December 2013 and the European Parliament elections in May 2014 came via the National Council of Resistance of Iran (NCRI), a self-declared “Marxist” organization and an Islamist group made up of Iranian exiles.

    However, this is where things get complicated. The NCRI is based in France and was founded in 1981 by Massoud Rajavi and Abolhassan Banisadr, nowadays its president-elect is Maryam Rajavi (Massoud’s wife). The Rajavis are also the leaders of the Mojahedin-e-Khalq (MEK). A reason for many to believe that the NCRI is just a front for the MEK, which over the past few decades has managed to create a complicated web of anti-Iranian, pro-Israel and right-wing government support from all over the world.

    To understand MEK, it’s necessary to review the 1953 U.S. and British-backed coup which ousted democratically elected prime minister of Iran Mohammad Mosaddegh and instituted a monarchical dictatorship led by Shah Mohammad Reza Pahlavi.

    The oppression carried out by the Pahlavi royal family led to the creation of many radical groups, one which was MEK, whose ideology combined Marxism and Islamism. Its original anti-west, especially anti-U.S. sentiment pushed for the killing of six U.S citizens in Iran in the 1970s. While in 1979, they enthusiastically cheered the seizure of the U.S. embassy in Tehran. After the Iranian Revolution, its young leaders, including Rajavi, pushed for endorsement from the Ayatollah Ruhollah Khomeini, but were denied.

    So Rajavi, allied with the winner of the country’s first presidential election, Abolhassan Banisadr, who was not an ally of Khomeini, either. Soon Banisadr and MEK became some of Khomeini’s main opposition figures and had fled to Iraq and later to France.

    In the neighboring country, MEK allied with Sadam Hussein to rage war against Iran. In a RAND report, allegations of the group’s complicity with Saddam are corroborated by press reports that quote Maryam Rajavi encouraging MEK members to “take the Kurds under your tanks, and save your bullets for the Iranian Revolutionary Guards."

    The organization was deemed a terrorist organization by the U.S. and European Union for the better part of the 1990s, but things changed after the U.S. invasion to Iraq in 2003. This is when the U.S. neoconservative strategist leading the Department of State and the intelligence agencies saw MEK as an asset rather than a liability. Put simply in words they applied the dictum of “the enemy of my enemy is my friend.”

    The U.S.’s dismissal of past crimes reinvigorated MEK’s intense lobbying campaign to have itself removed from terrorist lists in the U.S. and the European Union. MEK, which by the beginning of the 21 century had morphed into a cult-like group according to many testimonies from dissidents, moved from Camp Ashraf to the U.S-created Camp Liberty outside of Baghdad. And that’s when things rapidly changed.

    According to the Guardian, between 2007 and 2012, a number of Iranian nuclear scientists were attacked. In 2012, NBC News, citing two unnamed U.S. officials, reported that the attacks were planned by Israel’s Mossad and executed by MEK operatives inside Iran. By 2009 and 2012, the EU and the U.S. respectively took it out of its terrorist organizations list.

    Soon after it gained support from U.S. politicians like Rudy Giuliani and current National Security Advisor John Bolton, who now call MEK a legitimate opposition to the current Iranian government. As the U.S. neocon forefathers did before, MEK shed its “Marxism.” After the U.S.’s official withdrawal from Iraq, they built MEK a safe have in Albania, near Tirana, where the trail of money can be followed once again.

    Hassan Heyrani, a former member of MEK’s political department who defected in 2018, and handled parts of the organization’s finances in Iraq, when asked by Foreign Policy where he thought the money for MEK came from, he answered: “Saudi Arabia. Without a doubt.” For another former MEK member, Saadalah Saafi, the organization’s money definitely comes from wealthy Arab states that oppose Iran’s government.

    “Mojahedin [MEK] are the tool, not the funders. They aren’t that big. They facilitate,” Massoud Khodabandeh, who once served in the MEK’s security department told Foreign Policy. “You look at it and say, ‘Oh, Mojahedin are funding [Vox].’ No, they are not. The ones that are funding that party are funding Mojahedin as well.”

    Meanwhile, Danny Yatom, the former head of the Mossad, told the Jersulamen Post that Israel can implement some of its anti-Iran plans through MEK if a war were to break out. Saudi Arabia’s state-run television channels have given friendly coverage to the MEK, and Prince Turki al-Faisal, Saudi Arabia’s former intelligence chief, even appeared in July 2016 at a MEK rally in Paris.

    With Israel and Saudi Arabia backing MEK, the question of why a far-right movement would take money from an Islamist organization clears up a bit. Israel’s support of European far-right parties has been public. In 2010, a sizeable delegation arrived in Tel Aviv, consisting of some 30 leaders of the European Alliance for Freedom, gathering leaders such as Geert Wilders of the Netherlands, Philip Dewinter from Belgium and Jorg Haider’s successor, Heinz-Christian Strache, from Austria.

    Yet for the U.S., Israel, and Saudi Arabia, MEK represents an anti-Iranian voice that they so desperately need, and that on the surface didn’t come from them directly. It is unlikely that Vox’s hyper-nationalist voters know that their party scored a significant presence in Spain’s parliament mostly thanks to Zionists, Islamists and foreigners.

    #Espagne #extrême_droite #Israël #Iran #Arabie_Saoudite #OMPI #Albanie

  • The U.S. Targeted Journalists on the Border. Two Senators Want to Know Why.
    https://theintercept.com/2019/03/11/southern-us-border-mexico-journalists

    There were nearly a dozen categories of individuals catalogued in the government’s secret list of border troublemakers. Revealed last week in documents obtained by an NBC News investigative team in San Diego, the list included 13 “organizers,” eight “instigators,” and 10 journalists with varying descriptions. There was a “lawyer,” an “associate,” and an individual described as “suspected Antifa.” Three people were recorded as administrators of the “Caravan Support Network Facebook page,” while more (...)

    #frontières #journalisme #surveillance

  • John Bolton chaired anti-Muslim think tank
    https://www.nbcnews.com/politics/white-house/john-bolton-chaired-anti-muslim-think-tank-n868171

    John Bolton, President Donald Trump’s new national security adviser, chaired a nonprofit that has promoted misleading and false anti-Muslim news, some of which was amplified by a Russian troll factory, an NBC News review found.

    The group’s authors also appeared on Russian media, including Sputnik and RT News, criticizing mainstream European leaders like French President Emmanuel Macron.

    From 2013 until last month, Bolton was chairman of the Gatestone Institute, a New York-based advocacy group that warns of a looming “jihadist takeover” of Europe leading to a “Great White Death.”

    The group has published numerous stories and headlines on its website with similar themes. “Germany Confiscating Homes to Use for Migrants,” warned one from May 2017, about a single apartment rental property in Hamburg that had gone into temporary trusteeship. Another from February 2015 claimed the immigrants, for instance Somalis, in Sweden were turning that country into the “Rape Capital of the West.”

    #islamophobie

  • Donald Trump limoge son chef de la diplomatie, Rex Tillerson et le remplace par l’ex-chef de la CIA — RT en français
    https://francais.rt.com/international/48664-donald-trump-ecarte-son-chef-diplomatie-rex-tillerson

    En outre, le chef d’Etat américain a évoqué des désaccords avec Rex Tillerson, notamment sur l’Iran. « Nous nous entendions bien mais nous avions des désaccords », a lancé Donald Trump depuis les jardins de la Maison Blanche, en partance pour la Californie. « Quand vous regardez l’accord sur le nucléaire iranien, je pensais qu’il était horrible, il pensait qu’il était OK », a-t-il expliqué.

    L’ex-secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, quant à lui, n’aurait pas parlé à Donald Trump avant son limogeage et ignorerait les raisons pour lesquelles il a été écarté et remplacé par le patron de la CIA Mike Pompeo, selon un responsable de la Maison blanche cité par l’AFP.

    (...)

    Les relations entre Donald Trump et Rex Tillerson étaient par ailleurs réputées tendues et la perspective d’une démission de l’ex-patron du géant pétrolier ExxonMobil faisait l’objet de spéculations récurrentes depuis plusieurs mois.

    Début octobre, la chaîne NBC News attestait également que Rex Tillerson avait qualifié le président américain de « débile » à la fin d’une réunion au Pentagone.

    #usa #diplomatie

  • Facebook is a ’living, breathing crime scene,’ says one former tech insider - NBC News
    https://www.nbcnews.com/tech/tech-news/facebook-living-breathing-crime-scene-says-one-former-manager-n837991

    McNamee, who is one of the co-founders of investment firm Elevation Partners, alongside U2 frontman Bono, is even credited with encouraging Zuckerberg not to sell when Facebook had buyout offers in its early days.

    All three insiders have written and spoken extensively about their concerns with the tech industry over the last year.

    “What people don’t know about or see about Facebook is that polarization is built in to the business model,” Harris told NBC News. “Polarization is profitable.”

    ““Facebook is a living, breathing crime scene for what happened in the 2016 election.””

    There’s a reason Facebook prioritizes user growth. The more data a person shares with Facebook, the more advertisements can target a user, which makes users that much more valuable to Facebook.

    It’s not just your name and age. Facebook can also track your likes, the content you write, your purchases and your location.

    McNamee said the formula simply isn’t good for democracy.

  • Disney buys much of Rupert Murdoch’s 21st Century Fox in deal that will reshape Hollywood - LA Times
    http://www.latimes.com/business/hollywood/la-fi-ct-disney-fox-sale-20171214-story.html
    http://www.trbimg.com/img-5a3283f9/turbine/la-fi-ct-disney-fox-sale-20171214

    We’re honored and grateful that Rupert Murdoch has entrusted us with the future of businesses he spent a lifetime building, and we’re excited about this extraordinary opportunity to significantly increase our portfolio of well-loved franchises and branded content to greatly enhance our growing direct-to-consumer offerings,” Iger said in a statement.

    “The deal will also substantially expand our international reach, allowing us to offer world-class storytelling and innovative distribution platforms to more consumers in key markets around the world,” Iger said.

    Disney’s determination to marshal resources is the clearest signal of heightening tensions between technology giants and legacy media. After decades of dominance, Disney, Time Warner, Fox, CBS and NBCUniversal have been scrambling to bulk up to withstand the gale forces coming from Google, Facebook, Netflix, Apple and Amazon.com, which have pushed into television production and distribution.
    Disney’s deal to buy Fox studio could bring substantial layoffs, analysts say

    Audiences for traditional television have been shrinking, in part, because viewers have so many options, including big-budget shows available through Netflix and Amazon. Movie attendance has stagnated. And Netflix is stepping up its output of films, roiling that business along with television.

    “The lingering tensions between traditional media and digital platforms has devolved into an open war,” media analyst Michael Nathanson said in a research note. “It has become increasingly difficult for [film] studios to break through the clutter of high-quality TV options in the home.”

    Buying Fox would continue the transformation of Disney, which began when Iger took the helm in 2005. He engineered a series of savvy acquisitions, starting with the 2006 purchase of Pixar Animation Studios — creator of “Toy Story,” and “Finding Nemo” — which reinvigorated Disney’s moribund animation division. The company then bought Marvel Entertainment in 2009 and Lucasfilm in 2012, betting big on marquee film brands such as “Star Wars.”

    Then came a shift. This year, Disney spent $1.6 billion to gain a majority stake in BamTech, an online streaming platform that Disney plans to use to launch two streaming services in the next two years, including an ESPN service next year. Disney decided its future was in selling its shows and sports channels directly to consumers. That meant taking on Netflix.

    “The core underlying driver for this deal … is the impending battle royale for content and streaming services vs. the Netflix machine,” Daniel Ives, head of technology research for GBH Insights, said in a recent report. The “appetite for content among media companies [is] reaching a feverish pitch.”

    A Disney-branded streaming service, set to launch in 2019, will have more firepower with Fox’s assets. Disney would gain 22 regional Fox Sports networks, which could help entice more sports fans to sign up for the proposed ESPN streaming services if the service eventually includes access to Los Angeles Kings, San Diego Padres or New York Yankees games.

    Wall Street isn’t sure whether the U.S. Justice Department would bless the combination. It would reduce Hollywood’s television and movie production capacity by eliminating one of the major studios.

    The Justice Department’s antitrust division is suing to block AT&T’s proposed $85-billion takeover of Time Warner, which includes HBO, CNN, TBS, Cartoon Network and the Warner Bros. film and TV studio.

    #Disney #Concentration #Vectorialisme

  • Cruise ships have a sexual-assault problem, especially for young victims — Quartz
    https://qz.com/1022245/why-cruise-ships-have-a-sexual-assault-problem
    https://qzprod.files.wordpress.com/2017/07/rts17efq-e1499294192593.jpg?quality=80&strip=all&w=1600

    Cruise ships are frequently referred to as “floating cities,” with their passengers having access to everything from movie theaters to comedy clubs and on-board parades. And just like cities, cruise ships have crime. Kidnappings or homicides are rare, but vacationers at sea are at risk of some serious offenses: most notably sexual assault. According to US government data, sex crimes far outweigh any other major offense on board.

    While there were no murders in all of 2016 or the first quarter of 2017 on cruise lines that embark and disembark in the US, there were 62 reported sexual assaults, out of 92 alleged crimes in total — nearly 70%. NBC News reports in a recent investigation that many of the victims are minors.

    The problem of sexual assault on cruise lines is a long-running one. The industry and the government have been reporting some data on these crimes for years. Yet the American public has only had a more complete picture since 2016, after reporting standards were changed. These numbers are still likely smaller than in reality—sex crimes are generally under-reported, and what gets classified as an assault depends on the cruise line’s security officials. Experts point out that incidents are often miscategorized as lesser crimes.

    #croisière #viols #violences_sexuelles #pédocriminalité #faux_lieu

  • Russia Considers Returning Snowden to U.S. to ’Curry Favor’ With Trump : Official - NBC News

    http://www.nbcnews.com/news/us-news/russia-eyes-sending-snowden-u-s-gift-trump-official-n718921

    Je ne sais pas si c’est vrai, mais ça mérite d’être vérifié.

    U.S. intelligence has collected information that Russia is considering turning over Edward Snowden as a “gift” to President Donald Trump — who has called the NSA leaker a “spy” and a “traitor” who deserves to be executed.

    #snowden #trump
    That’s according to a senior U.S. official who has analyzed a series of highly sensitive intelligence reports detailing Russian deliberations and who says a Snowden handover is one of various ploys to “curry favor” with Trump. A second source in the intelligence community confirms the intelligence about the Russian conversations and notes it has been gathered since the inauguration.

  • Comment parler à la « Génération No Bullshit » ? 7 conseils - RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ
    http://slisel.over-blog.com/2016/11/comment-parler-a-la-generation-no-bullshit-7-conseils.html

    Pourquoi la plupart des dirigeants de médias font-ils comme s’ils n’avaient pas d’ados à la maison ?

    Demandez-leur donc si leurs enfants regardent la télé, écoutent la radio, lisent un journal, parcourent un magazine.

    La réponse est quasi toujours la même : « Heu… non ! Ils sont sur YouTube, Facebook, Snapchat, Instagram, Netflix, Spotify … ou un jeu vidéo », via smart phone ou ordi.

    Et pourtant ces dirigeants — qui savent bien que leur monde change très vite – semblent continuer de privilégier leur audience vieillissante aux usages déclinants, en négligeant la génération montante, celle qui s’apprête à prendre les commandes, celle qui est déjà là.

    Comme si une petite voix intérieure cynique, l’emportant sur l’indispensable lucidité, leur disait : « ça tiendra bien jusqu’à ma retraite ! ».

    L’indispensable lucidité leur soufflerait pourtant que ces jeunes ne reproduiront bien sûr pas leur manière de s’informer, se divertir, se cultiver, tant profonde est la mutation actuelle de la société, tirée par la technologie. Elle leur indiquerait aussi que leurs personnels n’ont pas vocation à travailler dans l’accompagnement de fin de vie.

    Alors comment cet étrange aveuglement peut-il persister plus de 20 ans après l’arrivée du web et 10 ans après celle de l’iPhone ?

    Réflexe de repli sur le cœur de métier ? De défense personnelle liée à la fracture numérique ? Déni de réalité face au monde tel qu’il est ? Face à la rapidité des bouleversements ? Incapacité à imaginer des contenus modernes pour renouer avec ces nouvelles générations, à proposer des modèles d’affaires pertinents, à favoriser des écosystèmes générant création et innovation ? Difficulté à saisir le passage d’un monde de ressources rares et régulées à un monde d’abondance sans frontière ?

    Une absence de vista qui encourage aussi les écoles de journalisme à continuer, hélas, d’éduquer des jeunes toujours formatés au tamis des débouchés classiques : presse écrite, TV, radio (et désormais web).

    Bagarre d’anciens contre modernes ? Même pas. Ces jeunes ne se battent pas contre le vieux monde. Pas la peine ! Ils sont en train de le ringardiser. Ils ne sont pas en mode rejet, mais en mode projet.

    Tenez, en France, près de la moitié des parents s’estiment aujourd’hui incapables d’effectuer le travail de leurs enfants, selon une étude de LinkedIn montrant aussi qu’ils méconnaissent tout simplement certains des principaux métiers actuels.

    La vérité, avouent la plupart des responsables de médias dans le monde, c’est que c’est justement cette déconnexion avec les jeunes qui les réveille au milieu de la nuit.

    Contrairement à eux, les milléniaux n’ont pas à s’adapter au numérique : ils n’ont jamais connu la vie sans Internet. Or les responsables médias eux doivent avancer, de manière très inconfortable, sur deux montures à la fois : le format historique qui décline, et le numérique qui, non seulement s’impose, mais continue de muter à grande vitesse, au fil des changements d’écran.

    En 2017, la publicité digitale dépassera celle de la TV. Dores et déjà les 18-35 ans sont devenus la priorité des annonceurs alors que la moyenne d’âge des chaînes de télévisions est en train de dépasser 60 ans. Aux Etats-Unis, la moitié de l’audience de Fox News a plus de 68 ans, essentiellement des hommes blancs dans des maisons de retraite.

    Pas facile de répondre en même temps aux aspirations d’une génération qui porte le monde dans sa poche, qui a la planète au bout des doigts, qui consomme ses contenus quand elle le souhaite et où elle le souhaite. En marche depuis quelques années, la tendance mobile et sociale n’est pas prête de s’évanouir. L’an dernier la majorité des éditeurs ont déjà vu l’essentiel de leur trafic en ligne basculer pour provenir de terminaux mobiles.

    Tunnels de pubs, audiences mesurées par panel, « carpet bombing » de contenus identiques déversés à heure fixe pour tous, bouquet onéreux de chaînes payantes :comment voulez-vous que les jeunes du 21ème siècle numérique, sollicités de toutes parts, se retrouvent dans un paysage TV caduque qui a si peu bougé depuis des décennies ?

    “Les baby boomers ont étranglé le monde des médias et de la publicité pendant toute une génération (…) Leur étau est finalement brisé par une génération très éduquée, diverse ethniquement, difficile à atteindre, et qui pense mondialement. Les médias ont du mal à s’adapter à ce changement rapide », a résumé fin août le patron de Vice Media, Shane Smith, à Edimbourg.

    Comment alors rester pertinent et attrayant ? Quelles sont les clés de l’engagement et de la connexion émotionnelle ? Est-ce donc si difficile de produire des choses qui intéressent cette génération à la demande, puis de les livrer là où ils vivent ? Nous allons voir que ce n’est pas si simple, mais qu’il y a des pistes.

    QUI SONT-ILS ?

    Ils ont entre 18 et 35 ans.

    Aux Etats-Unis, les milléniaux sont devenus majoritaires. Avec 80 millions de personnes ils représentent désormais une catégorie ethniquement et racialement très diverse de la population.

    Volontiers audacieux, optimistes, pragmatiques, dotés d’une forte capacité d’étonnement, d’émerveillement, d’altruisme (réfugiés, figures du pape François et du Dalai Lama), voire de bienveillance (allocation universelle), ils sont avant tout soucieux d’authenticité et de transparence, de plus en plus difficile à simuler.

    Une attitude souvent résumée par les hashtags #nobullshit et #nofilter

    Assurant renifler le « fake » à 100 mètres, ces fans de culture urbaine aiment aussi la surprise, la découverte et sont très « orientés monde ».

    Baby-boomers sur la sellette

    Les milléniaux ne sont pas l’avenir de notre société, ils en sont déjà les principaux acteurs.

    En Amérique du Nord, ils ont élu Barack Obama et Justin Trudeau. Et n’auraient pas élu Trump.

    (La carte du collège électoral US si les milléniaux avaient voté)
    (La carte du collège électoral US si les milléniaux avaient voté)

    Ils représentent la plus vaste génération dans l’histoire de la population active américaine. Dans les grandes villes d’Asie et d’Afrique, où ils sont brutalement majoritaires et totalement connectés, leurs habitudes numériques se propagent dans le reste de la population. Sur le vieux continent, c’est une jeunesse qui se sent profondément européenne, même au Royaume Uni. En France, ils déplorent un pays « champion du déclassement de la jeune génération ».

    Pour eux, ceux qui sont nés avant 1982 appartiennent à l’histoire.

    Ils sont en opposition avec l’héritage politique laissé par les baby-boomers qui ne leur laissent pas un monde très folichon et dont les choix sont remis en cause. A commencer par l’héritage du Brexit, de l’arrivée de Trump, en passant par les terribles legs environnementaux, de la dette, du chômage, de l’injustice sociale, de l’écart des revenus, des discriminations sexuelles et raciales. Et in fine — et pour la première fois— la perspective de futures générations moins bien loties que leurs aînées.

    Ils rejettent l’ordre établi, les vieux modèles, les corps intermédiaires jugés dépassés, bidons.

    Soucieux de leur impact sur le monde, ils s’engagent volontiers, croient dans l’intelligence collective, prennent au sérieux les mouvements citoyens, n’hésitent pas à transgresser (parti Pirate en Islande) et à défier (parlement de Hong Kong).

    Leur enthousiasme n’est pas uni-générationnel : Bernie Sanders, nouvelle rock star, et Alain Juppé, ont dépassé les 70 ans !

    Co-working, co-locs, co-voiturages

    Mais même s’ils ont la fibre entrepreneur, ils croient de moins en moins dans les vieux logiciels économiques qui ont fait marcher les pays ces 40 dernières années.

    Dans un monde digitalisé et dématérialisé, les attentes des jeunes envers le monde du travail et de l’entreprise ont changé.

    Ils n’attendent pas de travailler dans des bureaux prestigieux en dur et à proximité de leurs collègues. En quête de sens pour leur activité professionnelle, aligné sur leurs valeurs et leurs aspirations, ils n’entrent plus pour faire carrière, mais pour participer à un projet et changent de jobs -tous les trois ans en moyenne- pour avoir plus d’expériences dans leurs vies. La quasi-totalité d’entre eux veut choisir son métier par passion et non par raison, quitte à conserver des boulots alimentaires à côté.

    D’ici 2020, les milléniaux représenteront un tiers de la population active. Ils changent donc déjà l‘entreprise et imposent leurs codes.

    Mais les entreprises ont du mal à faire face aux nouveaux besoins.

    L’essentiel, pour ces jeunes, n’est ni dans l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, ni dans la souplesse demandée à l’employeur, ni dans un emploi du temps flexible. Mais dans le sens qu’ils trouveront dans la mission. Ils ne comptent alors pas leurs heures. Ils souhaitent vivre où ils veulent, travailler depuis n’importe où, aller et venir comme bon leur semble.

    A la recherche d’une culture d’entreprise « fun & serious », ils privilégient l’éthique, la confiance, l’intégrité et l’honnêteté. Et ils veulent avant tout apprendre quelque chose de nouveau. Avant le salaire, et préférant l’empathie à l’autorité, ils réclament un mode de management plus engageant et respectueux, voire un leadership partagé.

    Créatifs, collaboratifs, ils ont plaisir à travailler ensemble, mais pas forcément au même endroit, à partager un open space, mais pas forcément avec ses collègues. Un casque et de la musique dans les oreilles ; le travail étant devenu aussi un style de vie.

    Ce sont de plus en plus souvent des « slashers », ceux qui ont plusieurs activités en même temps. Et celui qui n’a pas de profil LinkedIn ou un compte Github n’existe pas, ou n’est pas légitime pour postuler.

    Posséder son appartement ou son automobile n’est plus un signe de réussite. Moins propriétaires, ils louent. Et souvent partagent. Plus qu’une voiture, ils veulent un accès à un mode de transport. L’industrie vestimentaire est aussi victime de leurs nouveaux arbitrages vers le restaurant ou les voyages.

    Leur succès est mesuré désormais dans les expériences : monter sa start-up, bourlinguer, pratiquer des sports extrêmes. Ils travaillent avant tout pour s’offrir la découverte du monde. Aujourd’hui, leurs parents fument plus d’herbe qu’eux !

    La techno pilote leur culture

    Digital natifs, ces jeunes font de la technologie un mode de vie. Ils ont confiance en elle et en attendent beaucoup, notamment quand Internet et le numérique leur donnent plus de contrôle sur leur vie.

    Toujours connectés, accros à leurs smart phones, ils passent plus de 30 heures par mois sur les réseaux sociaux et ont plus d’interactions via leur mobile que physiquement.

    Les marques les plus pertinentes pour les milléniaux américains sont d’ailleurs toutes technologiques : Amazon, Apple, Android, Netflix, Google et Samsung.

    Génération d’« early adopters », ils sont sensibles « au mieux et moins cher », « au good enough is perfect » des géants du web et aspirent souvent à travailler pour eux. Ceux qui réussissent le mieux ont d’ailleurs un bagage technologique.

    Ils privilégient un enseignement en mode projet qui vient du monde des start-ups.

    Les changements liés aux usages vont parfois tellement vite que des jeunes de 25 à 30 ans avouent ne pas parler le même langage que leur jeunes frère ou sœur de 18 !

    La télé vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ...

    Cette révolution en cours dans la manière d’apprendre, de se socialiser, de travailler, s’étend bien évidemment aux nouveaux usages dans la manière de s’informer, se cultiver et se divertir. En d’autres termes, les jeunes dictent aussi - ô combien désormais - leurs nouvelles lois aux médias.

    Une consommation de médias qui segmente aussi la société en réalités parallèles, y compris pour les milléniaux : celles de Fox News vs. MSNBC, de Facebook vs. Twitter.

    Une génération aussi qui en consomme le plus : plus de 6 heures par jour ! Elle a gros appétit mais peu de patience. Et surtout, elle abandonne les médias traditionnels, dans leur forme historique, dont la télévision.

    Le temps dédié à la TV des jeunes Américains s’est effondré de 40% en 5 ans, soit une baisse de plus de 9 heures par semaine, ou près d’une heure et demi par jour, désormais consacrées à d’autres activités. Reste un peu de téléréalité, un peu de sport et de l’info.

    En un an, les 18-24 ans américains ont diminué leur consommation hebdomadaire de TV de plus de 2 heures, selon Nielsen.

    La rentrée 2016 de la TV américaine fut sombre, même pour le football US. Les chaînes de TV payante subissent une hémorragie : -620.000 abonnés pour le seul mois d’octobre pour ESPN, chaîne sportive vedette de Disney. Pour la première fois cette année, YouTube a dépassé les chaînes du câble US en temps passé.

    Les milléniaux étaient ainsi à 86% plus susceptibles de se tourner vers Internet que vers la TV pour apprendre ce que les autres pensaient du débat présidentiel américain, selon un sondage Ipsos pour Google.

    En France aussi, la fuite de la télé des adolescents s’est accélérée à la rentrée 2016. Aux Etats-Unis, les jeunes adultes boudent le câble pour privilégier les plateformes de streaming, qui répondent mieux à leurs attentes. D’après les derniers chiffres de Médiamétrie, les jeunes Français passent une heure et demi moins de temps devant la TV que la moyenne de la population. Le temps télé des jeunes britanniques se fait déjà à 20% en différé. Des audiences qui sont à 20% au moins non pas en linéaire mais en ligne comme Love Island de la chaîne ITV.

    Même le sport est touché : lors des derniers JO de Rio, l’audience TV des moins de 50 ans a plongé de 25%. Et le phénomène est mondial. Aux US, l’âge moyen des téléspectateurs de football américain et de baseball a grimpé respectivement de 4 et 7 années, durant la décennie écoulée, pour atteindre 47 et 53 ans !

    Deloitte
    C’est une génération qui a grandi avec Netflix et Youtube et non avec MTV et Canal+.

    Sans surprise, leurs goûts vont avant tout vers la musique et la comédie.

    Mais leurs passions portent aussi sur des sujets sérieux d’informations :l’environnement, les droits civiques, la justice sociale, l’inégalité des revenus, les droits des minorités, la cyber-sécurité… Ils peuvent ainsi regarder des documentaires de 10 heures sur Netflix.

    Et Netflix arrive d’ailleurs largement en tête de leur consommation vidéo :

    Piper Jaffray
    YouTube de son côté touche plus de 18-49 ans que n’importe quelle chaîne de télévision aux US. Ses budgets pour des séries originales sont désormais les mêmes que pour des chaînes du câble, et, pour les films, équivalents à ceux au cinéma indépendant. Après Los Angeles, la filiale de Google a ouvert des studios de production à Londres, Paris, Tokyo, Bombay et Sydney.

    De la programmation à la curation : pour trouver le bon contenu, les milléniaux se reposent très fortement sur les conseils émanant de leurs réseaux sociaux dans une nouvelle société de la recommandation. Le pouvoir passe ainsi des directeurs de programmes qui décidaient tout à une curation faite par des tiers, voire par des machines (algorithmes). Un tri décentralisé où des individus agrègent des communautés, où d’autres remixent des contenus. Avec le danger de rester enfermés dans ses propres goûts et intérêts, et d’être surpris quand ceux qui ne sont pas dans leur cercle d’amis votent pour l’autre côté...

    L’info reste très importante

    Sous de nombreuses formes, à tout moment, sur de multiples canaux, l’info fait bien partie du régime média des jeunes, surtout si elle est sociale et fun. Mais à l’âge de l’info distribuée (Snapchat, Instant Article de Facebook, Instagram, AMP de Google) si l’actu n’est pas dans leur « newsfeed », c’est qu’elle n’est pas importante. Si ce n’est pas important, pourquoi aller voir ?

    Ils attendent donc que l’info passe sur leur flux social et leur mobile. Les réseaux sociauxviennent ainsi de ravir la 1ère place comme source d’infos pour les 18-24 ans dans le monde. Les acteurs les plus récents dans l’informations l’ont bien compris et adoptent unmodèle de médias distribués sur d’autres plateformes : AJ+, NowThis, BuzzFeed, Melty, etc.. L’info par le jeu (newsgames) se développe aussi.

    Avec son tempérament exalté et brut de décoffrage, Vice, qui entend être « tout à la fois MTV, CNN et ESPN », mais aussi « le Time Warner de la rue », vient de lancer son journal TV sur HBO destiné aux milléniaux et à bouleverser l’info télé. Pas de présentateur, ni de gros titres sur Vice News mais de la musique, des sujets « in your face » décalés, dans l’air du temps, en sur-jouant l’authenticité.

    Enfin les jeunes sont aussi acteurs de leur info : avec leur propre smart phone, ils parviennent à forcer la conversation sur des crimes filmés en direct lors d’incidents ou de manifestations.

    Tri algorithmique préféré au choix d’une rédaction ?

    Les jeunes s’informent avant tout sur Facebook. Et de plus en plus souvent préfèrent que des algorithmes – jugés plus démocratiques - choisissent pour eux les infos plutôt qu’un éditeur en raison de leur supposée absence d’agenda politique, de la variété de leurs sources et de leur capacité à personnaliser l’offre. Des jeunes qui se voient aussi de plus en plus comme éditeurs de leur propre flux d’actualités et qui souvent préfèrent le textepour être informés.

    Après le journalisme mobile, on commence à parler aussi de nouveaux formats : drone-journalism, le journalisme VR, journalisme snap, et même de glance journalism (pour les notifications sur wearables ou smart phone).

    Mais de grosses différences subsistent parmi ces milléniaux : les plus aisés d’entre euxont un penchant plus marqué pour des contenus plus internationaux, plus sensibles aux problèmes environnementaux et aux marques qui redonnent quelque chose à la société. Ces jeunes-là, pus diplômés, n’hésitent pas à aller directement sur les versions en anglais et veulent désormais leurs propres contenus sur la TV de l’hôtel !

    Leurs médias sont des réseaux sociaux : Snapchat, Instagram…

    Illustration by Tim Enthoven (NYT Magazine)
    Illustration by Tim Enthoven (NYT Magazine)

     Leurs médias obéissent à trois règles simples : 

    Ils proposent des contenus qui les intéressent
    Ils sont forcément mobiles (donc disponibles partout), sociaux (pour le partage) et contiennent beaucoup de vidéos.
    Leur staff est le reflet de leur audience, et leur audience est le reflet de leur staff.
    L’âge moyen des milléniaux est de 26 ans. C’est aussi l’âge moyen des employés de Facebook, Mic, Vice ou AJ+.

    Leur porte d’entrée du web, n’est plus Google mais Snapchat, Instagram ou Facebook, qui sont en train de gagner la bataille de l’attention. D’ailleurs pour de nombreux jeunes,Facebook EST l’Internet, et non plus seulement une plateforme. C’est aussi le live de tous pour tous !

    C’est toutefois une audience à durée d’attention réduite, qui regarde son smart phone de manière verticale, qui filme en mode portrait, qui pratique le « news snacking », la consommation de nombreuses vidéos d’informations courtes et partageables. Si le snacking est de mise, le temps total s’allonge : la durée moyenne d’une session sur Facebook est supérieure à 30 minutes (contre moins de 3 mn pour un journal) et sur YouTube chacune dure désormais plus de 40 minutes, soit 50% de plus que l’an dernier.

    Leurs codes incluent photos, mini-vidéos, emojis, gifs, infographies, où le sérieux et l’absurde coexistent sur le même écran.

    Les messageries instantanées dominent et sont les nouvelles plateformes de partage de photos et vidéos. A l’ère du tout visuel, cette génération consomme par l’image d’où le triomphe des « visual story tellers ». La caméra du smart phone est le point central de leur vie en ligne.

    Destination vedette de la génération mobile-first, Snapchat, appli de messagerie instantanée, de selfies, et de partage de photos et vidéos souvent remixées, entend, comme Facebook, prendre la place de la TV – et lui piquer les milliards de la pub- avec ses contenus vidéos originaux qui incluent aussi bien les breaking news que des séries de 6 à 8 minutes, des comédies, ou des shows de télé-réalité.

    L’application est aussi encore pour l’instant un refuge « pour jeunes » face à un Facebook envahi par les parents et grands-parents !

    Pour Melty, l’innovante Snapchat, « kiosque des temps modernes » est « une plateforme préfigurant la TV de demain ».

    Snapchat produit et commande aussi désormais ses propres séries aux studios et aux talents professionnels. Elle embarque des programmes courts des plus grandes chaînes de télévision. Pour ses fameux Video Music Awards annuel, la chaîne MTV a vu son audience TV plonger de plus de 30% tandis que son trafic explosait de plus de 75% sur Snapchat où son audience fut trois plus importante qu’à la télé.

    L’information y devient un domaine important avec des mini-reportages de Syrie en coopération avec des médias ou avec l’ONU, ou en reprenant des snaps venant du monde entier. Les universités britanniques ont aussi désormais recours à Snapchat pour communiquer avec leurs étudiants.

    Pour courir après les jeunes, même Facebook et ses filiales Instagram et WhatsApp en viennent à copier les meilleures fonctions de Snapchat !

    Leurs plateformes d’aujourd’hui : jeux vidéo, e-sport, live-streaming

    De nouveaux acteurs rassemblant des milliers de chaînes YouTube sont aussi apparus ces dernières années. Ainsi Machinima et ses près de 4 milliards de vidéos vues chaque mois avec des contenus jeunes et de l’e-sport, nouveau graal de l’entertainment.

    Vécus de plus en plus comme des expériences « live » pratiquées entre milliers de joueurs disséminés dans les quatre coins du monde, les jeux vidéos ne sont plus seulement ludiques, mais des espaces de fantaisie où les genres vont se multiplier, où certains se révèlent en animateurs et réalisateurs qui divertissent des millions de spectateurs sur leurs chaînes Twitch.

    Les nouvelles plateformes : VR, AR, bots….

    Cette période est aussi celle des changements technologiques à très grande vitesse. Au moins deux fois plus vite que la télé qui a volontairement fait l’autruche ! Il ne suffira pas de s’adapter au mobile et aux réseaux sociaux. Demain arrivent les nouvelles interfaces conversationnelles, les bots, l’intelligence artificielle, les équipementiers mobiles de 5ème génération, la 4K et la 8K, les réalités altérées (VR/AR)…

    La VR ne va pas seulement nous permettre d’aller n’importe où et dans n’importe quelle époque, mais aussi de partager des expériences avec n’importe qui dans le monde. Des machines à rêves forcement pertinentes dans l’éducation et les loisirs. Et déjà bien présentes dans les jeux vidéo.

    La folie mondiale Pokemon Go de l’été dernier a montré l’invraisemblable appétit mondial pour ces formats encore plus disruptifs, qui ne se jouent plus dans le salon mais partout dans la ville.

    Dans quelques années, les médias s’inscriront dans une nouvelle ère informatique où règnera la réalité augmentée, dopée à l’intelligence artificielle, activée par voix et geste, où les contenus et les œuvres seront autour de nous et viendront à nous. La course aux armements dans la Silicon Valley pour lancer des labos d’AI bat son plein.

    En attendant ces nouvelles interfaces hommes-machines, les technos immersives de l’image (4 et 8K) en 360° et bientôt en connexion ultra rapide 5 G feront partie de la nouvelle donne.

    Une chose est sûre : nos enfants vont grandir avec ces nouvelles interfaces.

    Alors quid des efforts des vieux médias ?

    Bien sûr les médias historiques adoptent les nouvelles plateformes pour être présents là où les jeunes adultes consomment et partagent l’information. Les deux tiers des téléspectateurs sur d’autres écrans que la TV ont moins de 35 ans.

    Après le web et les mobiles, les vieux médias sont aussi - pour la plupart – présents sur les grands réseaux sociaux où l’audience est plus jeune que celle du web. L’utilisation de Twitter, YouTube, Facebook et même récemment Snapchat, y est désormais quasi de rigueur.

    Les professionnels reconnaissent la nécessité d’experts et d’équipes dédiées pour se familiariser avec tous ces nouveaux outils. Ils créent des postes d’éditeurs mobiles, montent des studios d’innovations mobiles, des équipes plateformes.

    Les groupes de télévision sont en train de lancer avec succès une seconde vague de programmes natifs dédiés « Social TV », sous formats mobiles et sociaux. Notamment via encore Snapchat.

    Exemples :

    CNN se déclare ainsi éditeur social mondial 24/7 (Facebook, Twitter, Snapchat et Instagram), et a choisi le bot de Kik pour s’adresser aux 13-17 ans. La chaîne américaine a débauché une bonne partie du service politique de BuzzFeed à quelques semaines de l’élection présidentielle.

    Sur Snapchat, National Geographic a montré la rentabilité d’un modèle qui attire les annonceurs et permet beaucoup de créativité pour les producteurs. La TV publique américaine PBS y fait aussi des séries. En France, elle attire depuis peu de nombreux éditeurs, anciens et modernes.

    Pour récupérer les screenagers sur leurs mobiles, MTV, jugée aujourd’hui ringarde, lance des shows sur Snapchat avant de les diffuser à la télévision. Al Jazeera a fermé cette année ses activités TV aux Etats-Unis, mais y a renforcé ses activités multiplateformes en ligne très florissantes sous le label AJ+.

    En Suisse romande, la RTS a installé à côté de son JT du soir une émission « Nouvo » qui produit désormais des vidéos courtes uniquement pour les réseaux sociaux. HBO, aux Etats-Unis, propose désormais chaque soir un JT de 30 mn fait par Vice Media et chaque dimanche soir l’excellent programme Last Week Tonight de John Oliver.

    Les télévisions publiques allemandes ZDF et ARD se sont associées pour créer « funk » une chaîne « jeunes » en ligne. La BBC a fait passer la sienne également en numérique et a doublé sa présence sur YouTube en six mois. Elle a aussi utilisé la plateforme Yik Yak pour parler aux jeunes britanniques du Brexit et produit des séries destinées aux mobile comme « Mission Selfie ».

    L’audiovisuel public canadien vient d’ouvrir un labo jeunesse dit « Prochaine Génération », espace de création créé et géré par des milléniaux. La TV publique finlandaise Yle a aussi son espace Kioski, l’américaine PBS fait un spin-off en ligne d’un de ses plus importants formats jeunesse.

    La radio publique américaine NPR conserve aussi un socle solide de jeunes qu’elle accompagne notamment avec ses podcasts très populaires et une nouvelle appli très personnalisée NPR One.

    Même tendance pour les médias locaux. Des journalistes du quotidien Sarasota Herald Tribune passent du temps à remixer leurs articles pour les millenials locaux dans un site à part, Unravel. D’autres grandes villes américaines s’y mettent aussi, comme Philadelphieou Pittsburgh, avec Billy Penn. Le Denver Post a lancé avec succès une section dédiée à l’industrie de la marijuana, The Cannibalist.

    Le Monde en France propose Les Décodeurs. Même Le Figaro arrive à communiquer avec les jeunes via Snapchat. En France, TMC a repris Yann Barthes avec le Quotidien, une nouvelle plateforme d’infos vidéos se lance : Brut pour le journalisme de rue.L’audiovisuel public français se regroupe derrière une nouvelle offre plus moderne, Franceinfo : devenue le 4ème site d’infos.

    Le jeunisme passe aussi par les rachats ou les prises de participation.

    Pour suivre les jeunes dans leur migration, l’autre voie choisie par les médias historiques est de racheter ou d’investir dans leurs médias : Murdoch, qui s’est brûlé les doigts sur MySpace, a pris 5% de Vice, Disney près de 20%, Comcast/NBC/Universal a investi dans Vox et BuzzFeed, Time Warner dans Mashable et Refinery29, pour leur expertise « jeunes », celle qui sait comment viraliser une histoire et la calibrer pour les mobiles.

    Pour séduire les jeunes, le groupe américain de presse et de TV locales Scripps a racheté le site de vidéos Newsy. Turner Broadcasting s’est emparé du site sportif Bleacher Report. Le groupe de TV hispanique Univision a racheté Gawker après The Onion.

    Les médias s’associent aux influenceurs

    Quelques médias commencent également à comprendre l’influence des stars de YouTube ou Snapchat et les font travailler pour eux. Ces joint ventures sont tout profit pour les "anciens" : ils profitent des millions de fans des influenceurs et rajeunissent leur marque. Les médias anciens, avec leur capacité d’analyser et d’expliquer le monde, peuvent, de leur côté, apporter du contenu avec des points de vues complets et objectifs aux YouTubers, qui sera diffusé sous un nouveau format, adapté aux jeunes.

    Nouvel eldorado : l’e-sport

    La génération des milléniaux a aussi grandi avec les jeux vidéo, désormais deuxième pratique culturelle en France derrière la lecture et longtemps délaissée, voire méprisée, par les grands médias. Après plusieurs années de déni, les télévisions se mettent progressivement à diffuser l’e-sport dont les compétitions n’ont rien à envier aux plus grandes rencontres sportives en termes d’audience ou d’émotions.

    QUE FAIRE DE PLUS ? 7 CONSEILS

    1D’abord comprendre ce qu’ils veulent
    La génération « No Bullshit » rejette « la voix de Dieu », celle du présentateur en surplomb qui dit en substance : je parle, vous écoutez. Ils sont déjà au courant ! Ils ont suivi de près ou de loin l’actu toute la journée. Ils veulent juste qu’on leur montre que le monde change et ce que cela signifie.Leur journalisme est sans maquillage, sans pseudo-experts cyniques, sans blabla. Il s’en tient aux faits, aux images, et au décryptage rapide et smart, qui ne cherche pas la petite phrase.

    Ils ont probablement l’un des meilleurs détecteurs de « b/s » de l’histoire. Même si, comme tout le monde, ils se font piéger par des arnaques.

    Mais ce qui compte, à leurs yeux, c’est, une fois encore, l’authenticité, la mise à nu, l’autodérision, la vulnérabilité. Pas les paillettes. Ils veulent souvent une info désintermédiée, entendre l’info de la bouche de ceux qui la vivent, pas du contenu racoleur qui cherche à faire du clic. Les filtres sont bienvenus s’ils sont pertinents.

    Ils ne supportent plus l’intrusion publicitaire, voire le gavage qui fonctionne avec des concepts de matraquage qui n’ont pas évolué depuis l’après-guerre.

    C’est une génération mobile first qui prend le numérique comme un mode de vie culturel.

    2"Place aux jeunes !" Les impliquer, leur donner les clés
    Cette génération nous dit en gros : faites-moi réfléchir, faites-moi rire et donnez-moi la parole !

    Elle entend faire partie de la solution, être un partenaire et non juste une cible marketing.

    Ces jeunes veulent autant créer que consommer. Ils sont d’accord pour faire confiance, mais souhaitent aussi s’exprimer, avoir voix au chapitre.
    Il faut les intégrer dans la fabrique, leur ouvrir un espace de co-création et de co-production. L’intégration de leurs contenus se fait d’autant plus facilement désormais que s’améliore la qualité générale des vidéos, de la bande passante et des technos mobiles ainsi que des logiciels de traitement de l’image.

    Mais ce n’est pas suffisant. Les médias doivent aussi rafraîchir la culture de l’organisation et la rendre plus diverse. En modifier l’ADN.

    Trop souvent ce sont les fils et filles de riches qui travaillent dans les médias.

    Il faut renouveler le recrutement. Leur staff doit mieux refléter la communauté qu’elle sert. Après les vidéos de chatons, BuzzFeed France a décollé avec des sujets plus fouillés et en recrutant des journalistes jeunes et plus représentatifs de la diversité ethnique de la société que les médias traditionnels.

    Mais aussi du côté de la technique. Il faut que ça marche ! Le média ne peut être en retard sur le reste de la société, qui jongle avec le numérique.

    Le média doit donc surtout refléter son audience, ultra connectée, tournée vers les réseaux sociaux. Et savoir garder ses talents.

    Certaines entreprises n’hésitent pas à créer des « shadow comex », comités de direction parallèle composés uniquement de milléniaux qui ont au moins un pouvoir consultatif. Des médias faits par les jeunes pour les jeunes.

    3Apprendre d’eux et de leurs médias
    Il ne sert plus à grand-chose d’opposer médias et pure players. Qu’on le veuille ou non, les médias sont aujourd’hui désintermédiés par ceux qui les distribuent. Il est évidemment sidérant de voir les nouvelles plateformes des jeunes, Facebook, Snapchat, YouTube et autres ne pas hésiter à démarcher les vieux acteurs, TV en premier, pour leur demander leurs contenus, avant de les engloutir ! Mais ont-ils le choix ?

    Au moins peuvent-ils apprendre de leur agilité, rapidité, flexibilité.

    La techno va vite : il faut soigner l’emballage, l’ergonomie, la forme. Optimiser les versions mobiles. Ceux qui ont fait les sites de la dernière décennie ne sont pas forcément les mêmes qui vont faire les applis de demain dont les fonctionnalités changeront toutes les trois semaines.

    Apprendre à prendre des risques avec les idées, les talents, les technologies. Se donner le droit à l’erreur ou à l’essai, si on préfère. Expérimenter et réagir très vite, et être à l’aise à lâcher des versions non finies.

    Etre à l’écoute intime de son audience, apprendre à attraper son attention dès les toutes premières secondes.

    Apprendre aussi des jeunes et de leur culture.

    Une culture du remix où ce qui est viral touche à l’émotion, l’injustice sociale, la simplicité, et l’humour.

    Ne pas avoir peur de l’engagement, le favoriser en rendant les contenus partageable, répondre à toutes les conversations : permettre aux créateurs de se connecter facilement et rapidement avec leurs fans.

    Enrichir les liens dans la société qui n’existeraient pas sans la télé, bâtir ensemble de la culture et de la compréhension face au monde qui vient. Mettre un peu d’ordre dans la confusion et la complexité nées des nouveaux changements permanents de contextes et de l’effacement des frontières entre les genres (vie réelle, vie numérique, réseaux sociaux, messageries, demain réalités altérées).

    Pourquoi les jeunes, et les médias, sont-ils tellement surpris par le résultat du vote Trump, pourtant obtenu dans un processus démocratique ? A force de vivre dans leur bulle ils ont peut être oublié qu’il existe des populations qui ne pensent pas comme eux. Bercés par les algorithmes rassurants et communautaires de Facebook, ils négligent les différences et la multitude de points de vues. Le rôle des médias devrait justement être de remettre l’information dans un contexte, de rester objectif et de prendre en compte tous les opinions, sans filtre gauche ou droite. L’enjeu est de réconcilier deux générations, de faire comprendre la vision du monde des uns aux autres, mais dans les deux sens.A être toujours connectés, ils se sont déconnectés.

    Permettre aussi aux jeunes de former les anciens et contribuer à accorder les générations dans l’entreprise et dans la société. La nouvelle fracture numérique n’est pas dans l’accès ou le prix, entre ceux qui ont ou pas les moyens d’accéder à Internet, mais entre ceux qui veulent y accéder ou pas ! Et le plus souvent ceux qui ne veulent pas sont les seniors ! Et, dans une moindre mesure, les ruraux et les non diplômés.

    A noter aussi que souvent, dans le cocon familial, la manière de consommer les médias des enfants influence les parents, en particulier pour la télé, alors moins regardée. L’influence parentale restant claire quand il s’agit d’autres « vieux » médias : radio, journaux papier, cinéma, livres, CD.

    4Renforcer la valeur ajoutée et la liberté dans les formats d’écriture
    Le copier-coller de contenus ne marche pas dans le numérique. Ni dans un sens, ni dans l’autre. Même Vice, qui vise pourtant les jeunes, ne décolle pas quand il est diffusé sur le téléviseur.

    Chaque plateforme a ses usages, et donc sa grammaire, ses codes, son ton.

    Ici des vidéos partageables qui expliquent des choses complexes de manière brèves et convaincantes, là des formats plus longs, plus fouillés seront appréciés. Il faut offrir non seulement la consommation sur plusieurs écrans, mais aussi de nouveaux contenus exclusifs à l’acte, des capacités d’enregistrement et de remix sans difficulté, des abonnements ponctuels.

    Contrairement aux idées reçues, les jeunes sont aussi prêts à ne pas considérer le web comme l’eldorado de la gratuité : 55% des milléniaux US paient déjà pour du divertissement en ligne, et ils sont déjà 40% à payer pour des services d’infos.

    Mais attention le modèle de Netflix ou Hulu, appliqué à tout, n’est pas sûr de fonctionner pour des milléniaux dont l’engagement passe uniquement par le social.

    5Améliorer leur expérience
    Soigner l’accès aux contenus, et sa fluidité, est devenu déterminant dans l’expérience de jeunes à l’attention fragmentée et de courte durée.

    Apprendre à mettre en scène des contenus fragmentés, aussi.

    Par leur utilisation massive et leur efficacité, les services comme Spotify, Google, Facebook mettent la pression sur les médias historiques, incompétents en design interactif, en expérience utilisateur (UX), en ergonomie.

    Les jeunes réclament une expérience totale. Un contenu contextualisé mais sans effort : que tout soit à leur portée, tout de suite, au moment même où ils visionnent.

    Avec les formats 360°, de réalité virtuelle et augmentée, qui arrivent, les médias vont aussi devoir se mettre rapidement à apprendre à immerger l’utilisateur dans les contenus.

    Les données et nouveaux outils de mesure deviennent clés dans la gestion des contenus, leur marketing et de plus en plus leur « découvrabilité ».

    Ce sont d’ailleurs désormais les « analytics » qui donnent les indications du succès, de la « fan base ».

    6Personnaliser leur expérience
    Comment faire face aux géants du web si les médias historiques ne sont pas capables de personnaliser et de recommander leurs contenus ? Mais ils ont peur de la personnalisation car ils craignent une dissolution de leur personnalité dans le sur-mesure de masse.

    Pourtant, segmenter son audience et adapter son offre à chaque plateforme est devenu clé. L’expertise va être de savoir quoi proposer à qui et où. Grâce aux data et à la segmentation, il sera possible d’offrir le bon format à la bonne personne au bon moment.

    Les playlists de contenus à découvrir, de conseils de films et d’œuvres seront faits par des éditeurs, des professionnels des programmes, des experts reconnus, des amis et des machines.

    Même la télévision est de moins en moins une activité familiale. Elle se consomme de plus en plus à la demande et de manière personnalisée sur tout écran et de nombreuses plateformes où il est crucial d’apparaître en haut du fil d’un réseau social, ou d’un mur de posts.

    Plutôt que vers des chaînes, les jeunes risquent de se tourner à l’avenir vers des plateformes intégrées verticalement qui offriront un catalogue profond et personnalisé de contenus et d’œuvres à la demande, sur le terminal de leur choix. D’autant que le vieux modèle de la TV payante s’effondre.

    Les opérateurs télécoms, assis sur des montagnes de données, largement encore inexploitées, l’ont bien compris et ont repris leur marche vers la convergence pour combiner contenus, bande passante, accès, spectre,... Les grandes manœuvres battent leur plein, la consolidation est puissante : AT&T avale Time Warner (CNN, HBO, Warner Bro.) après Direct TV, Verizon a racheté NBC Universal, et leurs contenus pour les distribuer sur toutes les plateformes… Le prix des offres en bouquet chute, … En France Altice Media donne l’exemple. Même si ce mouvement ressemble plus à une tentative de regroupement défensif pour intermédiaires menacés.

    Les grands acteurs traditionnels sont en train d’alléger leurs bouquets (le menu), d’offrir des choix (la carte) et baissent les prix. Car en ce moment ce ne sont plus eux les vrais distributeurs de la culture des jeunes, mais Netflix, YouTube, Facebook et consors. Essentiellement sur mobiles, d’ailleurs !

    Le nouveau modèle est désormais bien évidemment une consommation à la demande, à la carte, en différé. A leurs conditions donc et sur leur plateformes.

    7Refonder le contrat de la publicité et du gratuit
    Refusant de plus en plus l’intrusion des messages à caractère commercial, les jeunes, utilisateurs massifs d’ad-blockers, haïssent la pub. L’éviter leur est aussi important que de pouvoir regarder les programmes à la demande.

    Ils entendent être acteurs de leur expérience publicitaire. Ils s’attendent aussi à ce que les marques sachent qui ils sont.

    Face à une génération consciente de son pouvoir de négociation sur l’utilisation de ses données, et exigeant des services de plus en plus personnalisés, les marques feraient bien de tout faire pour utiliser au mieux les outils de mesure permettant d’affiner leurs propositions. Ces jeunes ne sont d’ailleurs pas hostiles au brand content, à la pub native, si le message porte leurs valeurs, ou si le format est innovant, comme sur Snapchat.

    Mais la pub display a disparu, le spot de 30 secondes va mal et le programmatique a fait chuter les prix. Le financement de la TV des milléniaux n’est pas simple.

    Pour capter leur attention, les marques doivent être pourtant au moins aussi intéressantes que les YouTubeurs et les influenceurs qui sont aujourd’hui leurs plus grands concurrents face à des milléniaux devenus des cibles privilégiées pour leur pouvoir d’achat présent et futur.

    Vivement « les perennials » !

    Nous savons tous que nous allons avoir de plus en plus d’informatique dans nos vies. Via différents terminaux. Et peut-être après-demain sans écran. Nous connaissons aussi la difficulté des médias historiques à reprendre de l’attention aux nouveaux médias, bien meilleurs aux yeux des jeunes et qui bougent très vite !

    Mais le nombre de sociétés et de marques média qui obtiennent des succès considérables auprès des 18-35 ans montre qu’il n’y a pas d’obstacle majeur pour atteindre cette cible. 

    Alors, sans céder au fétichisme de la jeunesse, au jeunisme, nous ne pouvons prendre le parti de l’insécurité et de l’ignorance de responsables débordés face au monde numérique. De responsables de l’audiovisuel, du cinéma et de la culture qui n’ont pas une, mais deux générations de retard ! Non seulement sur les Jobs et Gates, hier, mais aussi sur les Zuckerberg, Bezos, Musk, Brin et Page, aujourd’hui. Avec la complicité du secteur publicitaire, ils ont préféré vivre de la rente et livrer des résultats à leurs actionnaires plutôt que d’assurer l’indispensable transformation numérique de leur entreprise. Et parfois encore plus cyniques, soutenir un vieux monde politique et des intérêts où les jeunes n’ont pas encore assez de pouvoir.

    Mais désormais c’est le public qui dicte sa loi. Et ses usages.

    Avant les gens allaient aux médias, aujourd’hui c’est aux médias d’aller à eux ! D’adopter vite le contexte de milléniaux hyper-connectés qui incarnent l’avenir, pas de résister. L’incapacité des médias traditionnels à se réinventer provoque déjà un arrêt de la croissance des emplois numériques dans leur secteur. Demain, le risque est de devenir hors sujet !

    Mais ce n’est pas suffisant. Face à une génération qui évolue dans un monde de choix infinis, de jeunes qui vivent à l’intérieur même de leurs médias, où authenticité et proximité sont des valeurs cardinales, leur faire confiance, lâcher prise, ne paraît pas hors de portée.

    Allons plus loin. Donnons-leur du pouvoir à tous les niveaux : dans la confection d’un JT, d’un magazine, d’un talk show, d’une maquette, d’une fiction, d’une application. Accueillons-les aux comités de direction et au conseil d’administration.

    Laissons aussi plus de place à l’expérimentation, à l’erreur, au tâtonnement que permettent les outils numériques. Avant de se lancer une chaîne demandait une fréquence, des mois de préparation et des millions d’euros. Désormais lancer une chaine sur Facebook ou YouTube se fait en quelques secondes avec un smart phone – profitons-en pour explorer.

    La solidarité intergénérationnelle, le bon sens, et la tension actuelle plaident pour rapidement donner la place qu’ils prendront de toute façon. Ces jeunes sont les hackers de notre vieux monde, les entrepreneurs du changement.

    Aujourd’hui les vieux médias ont aussi besoin des nouveaux médias, et inversement. Car ceux qui vont « bouffer ces derniers sont aujourd’hui en maternelle », prévient le patron de Vice Media. Gare donc à la génération Z, celle qui a grandi dans les années 90, la plus influente et qui constitue la vraie bascule. Une génération qui paiera peut être demain par selfie !

    Déjà se profile encore une nouvelle catégorie, celle des perennials, vieux et jeunes enfin réunis, vivaces de tous âges, qui enjambent les générations, vivent au présent, sont passionnés, créatifs, curieux surtout de têtes et d’idées nouvelles. Il semble d’ailleurs être prouvé que la neuro-plasticité n’est plus une question d’âge. Et qu’après 25 ans, nous pouvons encore recréer des circuits neuronaux.

    Comme toujours, le plus grand défi est donc celui du changement culturel. En d’autres termes, le changement en profondeur de l’état d’esprit de l’entreprise.

    Les médias auront-ils le temps de changer aussi rapidement et en profondeur que nécessaire ? Il y a encore un an, personne de plus de 40 ans n’était sur Snapchat !

    Aujourd’hui les seniors y débarquent, ce qui pourrait faire fuir les jeunes vers un nouvel havre numérique. Où seront les jeunes demain ?

    Eric Scherer

     

    –------------

    PS : nous développerons ces sujets dans notre Cahier de Tendances Méta-Media N°12, Automne Hiver 2016-2017, avec de nombreux témoignages et contributions de créateurs de médias dédiés aux jeunes audiences, en Europe, en Amérique du Nord et en Afrique. Mais aussi des initiatives de vieux médias vers ces nouveaux publics.

    Le cahier sera disponible ici, sur Méta-Media en pdf gratuitement fin novembre, début décembre.

     (Illustration de couverture : Jean-Christophe Defline)

    Par Eric Scherer,Directeur de la Prospective, France-Televisions                                                                            http://www.meta-media.fr

  • Breaking: Arrest Warrant Issued for Amy Goodman in North Dakota After Covering Pipeline Protest | Democracy Now!
    http://www.democracynow.org/2016/9/10/breaking_arrest_warrant_issued_for_amy

    An arrest warrant has been issued in North Dakota for Democracy Now! host and executive producer Amy Goodman. Goodman was charged with criminal trespassing, a misdemeanor offense. A team from Democracy Now! was in North Dakota last week to cover the Native American-led protests against the Dakota Access pipeline.

    On Sept. 3, Democracy Now! filmed security guards working for the Dakota Access pipeline company using dogs and pepper spray to attack protesters. Democracy Now!’s report went viral online and was rebroadcast on many outlets, including CBS, NBC, NPR, CNN, MSNBC and Huffington Post.

  • TGV évacué à Massy : « Ils m’ont pris pour un terroriste »
    http://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/tgv-evacue-ils-mont-pris-pour-un-terroriste-3857900

    "Franchement je n’ai pas compris ce qui se passait. Un policier m’a plaqué à terre, son genou sur mon dos. Il hurlait : « mets tes mains sur la tête ». Il m’a passé les menottes. J’ai eu très peur, et j’ai pleuré", confie le jeune homme.

    #parano #délit_de_faciès

    • USA : privés d’avion parce qu’ils parlaient arabe
      Par lefigaro.fr 21/11/2015
      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/11/21/97001-20151121FILWWW00030-usa-prives-d-avion-parce-qu-ils-parlaient-arabe.p

      Deux passagers ont été empêchés d’embarquer mercredi à bord d’un vol Chicago-Philadelphie parce qu’ils discutaient en arabe, un incident qui témoigne de la nervosité ambiante liée aux attentats de Paris, à l’origine de faits similaires sur d’autres vols aux Etats-Unis.

      Maher Khalil et Anas Ayyad, citoyens américains d’origine palestinienne, allaient monter à bord d’un vol Southwest Airlines lorsqu’un agent de la compagnie américaine leur a indiqué, en s’excusant, qu’ils ne pourraient pas embarquer parce qu’un autre passager, les ayant entendu parler arabe, avait peur de voyager avec eux.

      Les deux amis ont été interrogés par le service de sécurité de l’aéroport de Chicago Midway ainsi que par la police, avant d’être finalement autorisés à embarquer. Une fois à bord, plusieurs passagers inquiets ont demandé à Maher Khalil d’ouvrir la petite boîte blanche qu’il avait en main, a-t-il raconté à la chaîne locale NBC 5 Chicago. « Du coup, j’ai partagé mon baklava (gâteau oriental) avec eux », a-t-il expliqué, avec une pointe d’ironie.

    • Selon cette version-là, c’est plutôt de la très mauvaise blague de potache qui finit par une très lourde condamnation
      http://www.leparisien.fr/mantes-la-jolie-78200/mantes-la-jolie-deux-ans-de-prison-ferme-pour-avoir-terrorise-les-passage

      La cour d’appel de Versailles s’est prononcée, jeudi dernier sur le sort de ces deux hommes de 23 ans. Elle a décidé de ramener la condamnation de Taoufik à deux ans de prison ferme et a relaxé Frédéric, qui était avec lui dans le train mais n’a, semble-t-il, pas participé aux faits qui lui étaient reprochés. L’avocat général, évoquant « un comportement inadmissible dans ce contexte de peur après l’attentat », avait requis la confirmation des peines de 18 mois et 3 ans de prison ferme prononcées par le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine).

      Ce matin du 23 août, il est 7 h 01 lorsque les deux hommes montent dans le train. Frédéric engage la conversation avec une jeune femme qui l’éconduit rapidement. Puis il va s’asseoir un peu plus loin et avale un sandwich. Taoufik déambule dans le train, s’adressant aux voyageurs pour leur demander s’ils sont musulmans. Il leur conseille de faire leurs prières et menace de tout faire péter dans le train évoquant un « Charlie Hebdo 2 ».

      Au total cinq témoins s’accordent sur cette version. Un autre se souvient l’avoir vu ouvrir son blouson comme mimant le geste de déclenchement d’une ceinture d’explosifs. Une femme, à qui il avait conseillé de descendre du train parce qu’elle était musulmane, appelle la police de la gare de Clamart (Hauts-de-Seine).

  • TV vs. the Internet : Who Will Win ? by Jacob Weisberg
    http://www.davduf.net/tv-vs-the-internet-who-will-win-by-jacob-weisberg

    According to the research firm SNL Kagan, cable TV revenues rose from $36 billion in 2000 to $93 billion in 2010. Profits of the giant conglomerates—ABC/Disney, NBC Universal, Fox, Viacom, and CBS—have continued to climb in the years since. Cable operators thrive despite antiquated technology, extreme customer dissatisfaction, and the challenge of Internet streaming services like Netflix and Amazon, which now create their own original content as well. Even local broadcast stations remain (...)

    #Veille_techno

    / #TV_du_futur

  • Seymour M. Hersh : The Killing of Osama bin Laden · LRB 21 May 2015
    http://www.lrb.co.uk/v37/n10/seymour-m-hersh/the-killing-of-osama-bin-laden

    It’s been four years since a group of US Navy Seals assassinated Osama bin Laden in a night raid on a high-walled compound in Abbottabad, Pakistan. The killing was the high point of Obama’s first term, and a major factor in his re-election. The White House still maintains that the mission was an all-American affair, and that the senior generals of Pakistan’s army and Inter-Services Intelligence agency (ISI) were not told of the raid in advance. This is false, as are many other elements of the Obama administration’s account. The White House’s story might have been written by Lewis Carroll: would bin Laden, target of a massive international manhunt, really decide that a resort town forty miles from Islamabad would be the safest place to live and command al-Qaida’s operations? He was hiding in the open. So America said.

    The most blatant lie was that Pakistan’s two most senior military leaders – General Ashfaq Parvez Kayani, chief of the army staff, and General Ahmed Shuja Pasha, director general of the ISI – were never informed of the US mission. This remains the White House position despite an array of reports that have raised questions, including one by Carlotta Gall in the New York Times Magazine of 19 March 2014. Gall, who spent 12 years as the Times correspondent in Afghanistan, wrote that she’d been told by a ‘Pakistani official’ that Pasha had known before the raid that bin Laden was in Abbottabad. The story was denied by US and Pakistani officials, and went no further. In his book Pakistan: Before and after Osama (2012), Imtiaz Gul, executive director of the Centre for Research and Security Studies, a think tank in Islamabad, wrote that he’d spoken to four undercover intelligence officers who – reflecting a widely held local view – asserted that the Pakistani military must have had knowledge of the operation. The issue was raised again in February, when a retired general, Asad Durrani, who was head of the ISI in the early 1990s, told an al-Jazeera interviewer that it was ‘quite possible’ that the senior officers of the ISI did not know where bin Laden had been hiding, ‘but it was more probable that they did [know]. And the idea was that, at the right time, his location would be revealed. And the right time would have been when you can get the necessary quid pro quo – if you have someone like Osama bin Laden, you are not going to simply hand him over to the United States.’

    This spring I contacted Durrani and told him in detail what I had learned about the bin Laden assault from American sources: that bin Laden had been a prisoner of the ISI at the Abbottabad compound since 2006; that Kayani and Pasha knew of the raid in advance and had made sure that the two helicopters delivering the Seals to Abbottabad could cross Pakistani airspace without triggering any alarms; that the CIA did not learn of bin Laden’s whereabouts by tracking his couriers, as the White House has claimed since May 2011, but from a former senior Pakistani intelligence officer who betrayed the secret in return for much of the $25 million reward offered by the US, and that, while Obama did order the raid and the Seal team did carry it out, many other aspects of the administration’s account were false.

    ‘When your version comes out – if you do it – people in Pakistan will be tremendously grateful,’ Durrani told me. ‘For a long time people have stopped trusting what comes out about bin Laden from the official mouths. There will be some negative political comment and some anger, but people like to be told the truth, and what you’ve told me is essentially what I have heard from former colleagues who have been on a fact-finding mission since this episode.’ As a former ISI head, he said, he had been told shortly after the raid by ‘people in the “strategic community” who would know’ that there had been an informant who had alerted the US to bin Laden’s presence in Abbottabad, and that after his killing the US’s betrayed promises left Kayani and Pasha exposed.

    (pas encore lu)

    • Pakistanis Knew Where Bin Laden Was, Say U.S. Sources
      http://www.nbcnews.com/news/world/pakistanis-knew-where-bin-laden-was-say-us-sources-n357306

      Two intelligence sources tell NBC News that the year before the U.S. raid that killed Osama bin Laden, a “walk in” asset from Pakistani intelligence told the CIA where the most wanted man in the world was hiding - and these two sources plus a third say that the Pakistani government knew where bin Laden was hiding all along.

      The U.S. government has always characterized the heroic raid by Seal Team Six that killed bin Laden as a unilateral U.S. operation, and has maintained that the CIA found him by tracking couriers to his walled complex in Abbottabad, Pakistan.

      The new revelations do not necessarily cast doubt on the overall narrative that the White House began circulating within hours of the May 2011 operation. The official story about how bin Laden was found was constructed in a way that protected the identity and existence of the asset, who also knew who inside the Pakistani government was aware of the Pakistani intelligence agency’s operation to hide bin Laden, according to a special operations officer with prior knowledge of the bin Laden mission. The official story focused on a long hunt for bin Laden’s presumed courier, Ahmed al-Kuwaiti.

      While NBC News has long been pursuing leads about a “walk in” and about what Pakistani intelligence knew, both assertions were made public in a London Review of Books article by investigative reporter Seymour Hersh.

    • Author Reported Essentials of Hersh’s bin Laden Story in 2011 — With Seemingly Different Sources
      https://firstlook.org/theintercept/2015/05/11/former-professor-reported-basics-hershs-bin-laden-story-2011-seemingly-di

      R.J. Hillhouse, a former professor, Fulbright fellow and novelist whose writing on intelligence and military outsourcing has appeared in the Washington Post and New York Times, made the same main assertions in 2011 about the death of Osama bin Laden as Seymour Hersh’s new story in the London Review of Books — apparently based on different sources than those used by Hersh.

      Bin Laden was killed by Navy SEALs on May 2, 2011. Three months later, on August 7, Hillhouse posted a story on her blog “The Spy Who Billed Me” stating that (1) the U.S. did not learn about bin Laden’s location from tracking an al Qaeda courier, but from a member of the Pakistani intelligence service who wanted to collect the $25 million reward the U.S. had offered for bin Laden; (2) Saudi Arabia was paying Pakistan to keep bin Laden under the equivalent of house arrest; (3) Pakistan was pressured by the U.S. to stand down its military to allow the U.S. raid to proceed unhindered; and (4) the U.S. had planned to claim that bin Laden had been killed in a drone strike in the border regions of Afghanistan and Pakistan, but was forced to abandon this when one of the Navy SEAL helicopters crashed.

      The Spy Who Billed Me: Hersh Did Not Break Bin Laden Cover Up Story
      http://www.thespywhobilledme.com/the_spy_who_billed_me/2015/05/hersh-did-not-break-bin-laden-cover-up-story.html

      Seymour Hersh’s story, “The Killing of Bin Laden,” in the London Review of Books has a fundamental problem: it’s either plagiarism or unoriginal.

      If it’s fiction—as some have implied, it’s plagiarism. If it’s true, it’s not original. The story was broken here on The Spy Who Billed Me four years ago, in August 2011

      […]

      I have had great respect for Seymour Hersh, arguably one of the greatest investigative journalists of our time. I do not believe his story is fiction. I trust my sources—which were clearly different than his. I am, however, profoundly disappointed that he has not given credit to the one who originally broke the story.

    • La presse semble vouloir régler son compte à ce grand journaliste.

      Etats-Unis. Mort de Ben Laden : une enquête très polémique
      Publié le 12/05/2015

      (...) D’aucuns, à l’instar du site internet Vox [ http://www.vox.com/2015/5/11/8584473/seymour-hersh-osama-bin-laden ] , n’hésitent cependant pas à parler du penchant du journaliste pour la théorie du complot. Pour le journaliste Max Fisher, “l’enquête de Seymour Hersh est certes impressionnante à lire, mais elle ne résiste pas à un examen minutieux des faits et est bourrée de contradictions et d’incohérences”. Elle serait une bonne illustration de la dérive de Seymour Hersh “qui s’est éloigné, ces dernières années, du journalisme d’investigation pour s’engager sur le terrain glissant des conspirations.” (...)

      cet article a été repris et cité ce matin sur France-Culture Par Thomas CLUZEL

      Que s’est-il passé la nuit où Ben Laden a été tué ? x
      12.05.2015
      http://www.franceculture.fr/emission-revue-de-presse-internationale-que-s-est-il-passe-la-nuit-ou-

    • Oui, l’article de Vox a beaucoup circulé. Cet article de The Nation (assez marrant) répond à l’article de Vox : It’s a Conspiracy ! How to Discredit Seymour Hersh | The Nation
      http://www.thenation.com/blog/207001/its-conspiracy-how-discredit-seymour-hersh

      Max Fisher, now at Vox, learned well during his apprenticeship under Marty Peretz at The New Republic. This week, he was among the first to try to smear Seymour Hersh’s piece in the London Review of Books, which argued that pretty much everything we were told about the killing of Osama bin Laden was a lie. Most importantly, Hersh’s report questions the claim that Washington learned of OBL’s whereabouts thanks to torture—a claim popularized in the film Zero Dark Thirty.

      There’s a standard boiler plate now when it comes to going after Hersh, and all Fisher, in “The Many Problems with Seymour Hersh’s Osama bin Laden Conspiracy Theory,” did was fill out the form: establish Hersh’s “legendary” status (which Fisher does in the first sentence); invoke his reporting in My Lai and Abu Ghraib; then say that a number of Hersh’s recent stories—such as his 2012 New Yorker piece that the United States was training Iranian terrorists in Nevada—have been “unsubstantiated” (of course, other reporters never “substantiated” Hersh’s claim that Henry Kissinger was directly involved in organizing the cover-up of the fire-bombing of Cambodia for years—but that claim was true); question Hersh’s sources; and then, finally, suggest that Hersh has gone “off the rails” to embrace “conspiracy theories.”

      […]

      To accuse Hersh of falling under the thrall of “conspiracy theory” is to repudiate the whole enterprise of investigative journalism that Hersh helped pioneer. What has he written that wasn’t a conspiracy? But Fisher, and others, believe Hersh went too far when in a 2011 speech he made mention of the Knights of Malta and Opus Dei, tagging him as a Dan Brown fantasist. Here’s Fisher, in his debunking of Hersh’s recent essay: “The moment when a lot of journalists started to question whether Hersh had veered from investigative reporting into something else came in January 2011. That month, he spoke at Georgetown University’s branch campus in Qatar, where he gave a bizarre and rambling address alleging that top military and special forces leaders ‘are all members of, or at least supporters of, Knights of Malta.… many of them are members of Opus Dei.’”

      But here’s Steve Coll, a reporter who remains within the acceptable margins, writing in Ghost Wars about Reagan’s CIA director, William Casey: “He was a Catholic Knight of Malta educated by Jesuits. Statues of the Virgin Mary filled his mansion.… He attended Mass daily and urged Christian faith upon anyone who asked his advice…. He believed fervently that by spreading the Catholic church’s reach and power he could contain communism’s advance, or reverse it.” Oliver North, Casey’s Iran/Contra co-conspirator, worshiped at a “’charismatic’ Episcopalian church in Virginia called Church of the Apostles, which is organized into cell groups.”

      Not too long ago, no less an establishment figure than Ben Bradlee, the editor of The Washington Post, could draw the connections between the shadowy national security state and right-wing Christianity: Iran/Contra was about many things, among them a right-wing Christian reaction against the growing influence of left-wing Liberation Theology in Latin America. Likewise, the US’s post-9/11 militarism was about many things, among them the reorganization of those right-wing Christians against what they identified as a greater existential threat than Liberation Theology: political Islam. Fisher should know this, as it was reported here, here, and here, among many other places.

      Eager to debunk Hersh, it’s Fisher who has fallen down the rabbit hole of imperial amnesia.

    • Seymour Hersh Article Alleges Cover-Up in Bin Laden Hunt - NYTimes.com
      http://www.nytimes.com/2015/05/12/us/seymour-hersh-article-alleges-cover-up-in-bin-laden-hunt.html?ref=todayspap

      In one conceivable episode, Mr. Hersh writes that American intelligence officials were alerted to Bin Laden’s whereabouts by a Pakistani military officer who walked into the United States Embassy in Islamabad and was subsequently paid a reward and moved by the C.I.A. to the United States. The account told by the Obama administration after the raid — that the C.I.A. tracked down Bin Laden through the work of dogged analysts — was a ruse intended to protect the real informant, according to Mr. Hersh.

      It is a deception that the C.I.A. has employed before, claiming for years that it discovered that one of its own, Aldrich H. Ames, was passing intelligence to the Soviet Union through the work of a team of analysts. The truth that eventually emerged was that crucial evidence against Mr. Ames came from a Soviet spy working for the C.I.A.

      Yet other claims by Mr. Hersh would have required a cover-up extending from top American, Pakistani and Saudi officials down to midlevel bureaucrats.

      [...]

      Mr. Hersh is standing by his article. In a brief telephone interview on Monday, he said, “You can have your skepticism.”

      His manner was cheerful and breezy, and he seemed unfazed about the controversy his reporting has stirred up. It is not the first time that Mr. Hersh’s work has been met with hostility from the authorities, and he laughed loudly at the mention of the denials from the White House and others.

      “Those are classic nondenial denials,” he said, before rushing off to take a call from another reporter.

      [...]

      [...] Mr. Hersh’s story would probably have gained much less traction had it not been for the often contradictory details presented by the Obama administration after the raid, and the questions about it that remain unanswered.

    • Les révélations de Seymour Hersh sur l’assassinat de Ben Laden sont à prendre au sérieux
      12 mai 2015 | Par Thomas Cantaloube
      http://www.mediapart.fr/journal/international/120515/les-revelations-de-seymour-hersh-sur-lassassinat-de-ben-laden-sont-prendre

      Le vétéran américain du journalisme d’investigation livre dans un long article une version différente de ce qui s’est passé en mai 2011 à Abbottabad, quand le leader d’Al-Qaïda a été tué par un commando américain. Son récit est crédible et informé, autant en tout cas que celui fourni jusqu’ici par la Maison Blanche.

    • « L’Assassinat d’Oussama ben Laden » par Seymour Hersh (3/4)
      Par Seymour Hersh pour la London Review of Books, le 10 mai 2015
      http://www.reopen911.info/News/2015/05/14/lassassinat-doussama-ben-laden-par-seymour-hersh-34
      Suite de la deuxième partie de l’article.

      ““““““““““““““““““““““““““““““““
      L’Assassinat d’Oussama ben Laden (London Review of Books) - (4/4)
      http://www.legrandsoir.info/l-assassinat-d-oussama-ben-laden-london-review-of-books-4-4.html
      ou
      http://www.reopen911.info/News/2015/05/15/lassassinat-doussama-ben-laden-par-seymour-hersh-44

    • The Detail in Seymour Hersh’s Bin Laden Story That Rings True - Carlotta Gall
      http://www.nytimes.com/2015/05/12/magazine/the-detail-in-seymour-hershs-bin-laden-story-that-rings-true.html

      On this count, my own reporting tracks with Hersh’s. Beginning in 2001, I spent nearly 12 years covering Pakistan and Afghanistan for The Times. (In his article, Hersh cites an article I wrote for The Times Magazine last year, an excerpt from a book drawn from this reporting.) The story of the Pakistani informer was circulating in the rumor mill within days of the Abbottabad raid, but at the time, no one could or would corroborate the claim. Such is the difficulty of reporting on covert operations and intelligence matters; there are no official documents to draw on, few officials who will talk and few ways to check the details they give you when they do.

      Two years later, when I was researching my book, I learned from a high-level member of the Pakistani intelligence service that the ISI had been hiding Bin Laden and ran a desk specifically to handle him as an intelligence asset. After the book came out, I learned more: that it was indeed a Pakistani Army brigadier — all the senior officers of the ISI are in the military — who told the C.I.A. where Bin Laden was hiding, and that Bin Laden was living there with the knowledge and protection of the ISI.

      […]

      I do not recall ever corresponding with Hersh, but he is following up on a story that many of us assembled parts of. The former C.I.A. officer Larry Johnson aired the theory of the informant — credited to “friends who are still active” — on his blog within days of the raid. And Hersh appears to have succeeded in getting both American and Pakistani sources to corroborate it. His sources remain anonymous, but other outlets such as NBC News have since come forward with similar accounts. Finally, the Pakistani daily newspaper The News reported Tuesday that Pakistani intelligence officials have conceded that it was indeed a walk-in who provided the information on Bin Laden. The newspaper names the officer as Brigadier Usman Khalid; the reporter is sufficiently well connected that he should be taken seriously.

  • White Men Will Now Host CNN And All Broadcast Sunday Morning Political Talk Shows
    http://mediamatters.org/blog/2015/04/24/white-men-will-now-host-cnn-and-all-broadcast-s/203407

    The appointment of CNN’s Jake Tapper as the new host of State of the Union means that the program will join Sunday political talk shows on ABC, NBC, CBS, and Fox as being anchored by white men, highlighting the long-standing lack of diversity in Sunday morning political talk shows.


  • NBC’s Conduct in Engel Kidnapping Story is More Troubling than the Brian Williams Scandal - Glenn Greenwald
    https://firstlook.org/theintercept/2015/04/16/nbcs-conduct-richard-engel-kidnapping-serious-brian-williams-scandal

    The Brian Williams scandal is basically about an insecure, ego-driven TV star who puffed up his own war credentials by fabricating war stories: it’s about personal foibles. But this Engel story is about what appears to be a reckless eagerness, if not deliberate deception, on the part of NBC officials to disseminate a dubious storyline which, at the time, was very much in line with the story that official Washington was selling (by then, Obama was secretly aiding anti-Assad rebels, and had just announced – literally a week before the Engel kidnapping — “that the United States would formally recognize a coalition of Syrian opposition groups as that country’s legitimate representative”). Much worse, the NBC story was quite likely to fuel the simmering war cries in the West to attack (or at least aggressively intervene against) Assad.

    That’s a far more serious and far more consequential journalistic sin than a news reader puffing out his chest and pretending he’s Rambo. Falsely and recklessly blaming the Assad regime for a heinous kidnapping of Western journalists and directly linking it to Iran and Hezbollah, while heralding the rebels as heroic and compassionate — during a brewing “regime change” and intervention debate — is on the level of Iraqi aluminum tubes.

  • L’enlèvement de Richard Engel en décembre 2012 par des « miliciens chiites » était bien un bidonnage organisé par des rebelles. Ici l’intéressé s’explique (et se dédouanant de toute responsabilité) : New Details on 2012 Kidnapping of NBC News Team in Syria
    http://www.nbcnews.com/news/world/new-details-2012-kidnapping-nbc-news-team-syria-n342356

    Here is what we found based on facts gathered from dozens of sources inside and outside of Syria, including two sources with first-hand knowledge of events:

    – The group that kidnapped us was Sunni, not Shia.
    – The group that kidnapped us put on an elaborate ruse to convince us they were Shiite Shabiha militiamen.
    – The group that kidnapped us was a criminal gang with shifting allegiances.
    – The group that freed us also had ties to the kidnappers.

    À l’époque (décembre 2012 donc), As‘ad Abukhalil avait pourtant indiqué que la vidéo était visiblement une fabrication :
    http://angryarab.blogspot.fr/2015/04/my-early-skeptical-reaction-to-richard.html

    J’avais aussi signalé à ce moment que l’« enlèvement de Richard Engel sent mauvais » :
    http://seenthis.net/messages/104482

    • How NBC Knowingly Let Syria Rebels’ False War Propaganda Stand For Years
      http://m.thenation.com/blog/204625-how-nbc-knowingly-let-syria-rebels-false-war-propaganda-stand-ye

      The prevailing narrative held that, as Engel reported immediately after he was freed, a group of Shia militiamen loyal to Basher Assad’s embattled government had kidnapped and mistreated the star reporter and his colleagues. Engel pointed to the language his captors used and other pronounced signs of their allegiances, ranging from graffiti scrawled on the wall of their prison to the coffee cups they drank from.

      But the narrative was false, a set-up by a Sunni rebel group opposing Assad. That much became clear on Wednesday night, when NBC quietly posted a piece to its website where Engel corrected the record. “The group that kidnapped us was Sunni, not Shia,” Engel wrote. Curiously, the piece is posited as producing “new details” about the attack, not as a correction; there was no retraction of or apology for earlier errors in reporting, as is customary.

  • Saudi ambassador: Conflict in Yemen is not a proxy war with Iran - The Washington Post
    http://www.washingtonpost.com/blogs/post-politics/wp/2015/03/29/saudi-ambassador-conflict-in-yemen-is-not-a-proxy-war-with-iran

    Adel al-Jubeir, the Saudi ambassador to the United States, on Sunday denied that the growing sectarian conflict in Yemen represents a proxy war between Saudi Arabia and Iran.

    “This is a war to protect the people of Yemen and defend its legitimate government from a group that is allied and supported by Hezbollah, but I wouldn’t call it a proxy war,” the ambassador said on NBC’s “Meet the Press,” referring to the Lebanese Shiite militia.

    Asked whether Saudi Arabia and Iran can coexist simultaneously as regional powers, Jubeir said the Iranian government has stood in the way of peace.

    “It’s really up to the Iranians,” he said. “We have encountered many problems — aggression by Iran against the kingdom of Saudi Arabia. There has not been one incident of Saudi aggression against Iran. We have extended our hand in friendship to the Iranians, and it’s been rejected for the past 35 years.”

  • On Video: Israeli Soldiers Raid Homes, Question Kids as Young as 9 - NBC News.com
    http://www.nbcnews.com/news/world/israeli-soldiers-raid-homes-question-kids-young-9-n322706

    https://www.youtube.com/watch?v=4S-sER3dxy0

    “We are getting reports of nightly searches by soldiers demanding that Palestinian kids be woken up,” Sarit Michaeli, an activist working for B’Tselem human rights group, told NBC News. “The Palestinians in the West Bank live under Israeli military law so currently the army doesn’t need a warrant or permit to enter Palestinian homes.”

    #Palestine #Palestiniens #enfants #Israël #Israel

  • Father Finds Five-Month-Old Son Frozen to Death in Gaza - NBC News.com

    http://www.nbcnews.com/storyline/middle-east-unrest/father-finds-five-month-old-son-frozen-death-gaza-n289371

    Sans commentaire.

    GAZA CITY, Gaza Strip — A grieving father has recounted to NBC News how his five-month-old son froze to death after the family’s Gaza home was bombed by Israel. Sami Abu Khesi is among the Palestinians who have yet to rebuild in the wake of last summer’s conflict which left more than 2,100 people dead.

    #gaza #massacre