company:open



  • #Radio_Pogge: #Open_Mic#2
    http://www.radiopanik.org/emissions/radiografi/radio-pogge-open-mic-2

    Avec la participation de Mastah Max, Yipoon CHiem, Nsa Mpoma, Tony, Mike Laveste, Amel James Bangura, Annick du projet « fleurir Pogge », Kocalar Habby, Barry, Takei Keita, Nabil Assoufi et Oncle Kinch....

    Vous avez aussi tellement d’histoires à partager et des choses à apprendre à vos voisins ! Alors, venez prendre le micro, faire vibrer votre instrument préféré, qu’il soit votre voix, votre guitare, vos rires ou vos paroles... Mais aussi, venez découvrir les talents cachés de notre quartier ! Contact : radiopogge@gmail.com / tél. 0487170290 (Kinch) / Chausée de Haecth 366, 1030

    Schaerbeek.

    #Studio1BIS #OPEN_MIC:_Une_scène_ouverte_à_Radio_Pogge #Scène_Ouverte #Special_KID #Studio1BIS,Radio_Pogge,OPEN_MIC:_Une_scène_ouverte_à_Radio_Pogge,Open_Mic,Scène_Ouverte,Special_KID
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/radiografi/radio-pogge-open-mic-2_06026__1.mp3


  • Why Signal and not Threema ? : signal
    https://www.reddit.com/r/signal/comments/852qor/why_signal_and_not_threema

    Signal is open source, Threema is not, so that disqualifies Threema as a secure app in my opinion. You could as well continue using WhatsApp since it’s also end to end encrypted but closed source. Wire is another great alternative, and it’s German.

    Hacker erklären, welche Messenger-App am sichersten ist - Motherboard
    https://motherboard.vice.com/de/article/7xea4z/hacker-erklaren-welche-messenger-app-am-sichersten-ist


    C’est en allemand, mais c’est valable sans égard de la langue que vous utilisez pour votre communication.
    – La communication sécurisée en ligne doit obligatoirement passer par une app et un prootocole open source.
    – Il vous faut un système qui exclue ou rend très difficile la collection de métatdonnées par des tiers.
    – Votre système de communication « voice » et « chat » doit fonctionner avec des clients smartphome et desktop si vous voulez entretenir un fil de commmunication indépendamment du type d’appareil à votre disposition.

    Passons sur les exigences plus poussées, je ne vois que Signal qui satisfait tous ces besoins. Après on peut toujours utiliser plusieurs « messenger apps » afin de rester au courant des « updates » de tout le monde - à l’exception des apps de Facebook (Whatsapp), Wechat et Google parce que leur utilistion constitue une menace de votre vie privée simplement par l’installation sur votre portable.

    Roland Schilling (33) und Frieder Steinmetz (28) haben vor sechs Jahren begonnen, an der TU Hamburg unter anderem zu dieser Frage zu forschen. In einer Zeit, als noch niemand den Namen Edward Snowden auch nur gehört hatte, brüteten Schilling und Steinmetz bereits über die Vor- und Nachteile verschiedener Verschlüsselungsprotokolle und Messenger-Apps. So haben sie beispielsweise im vergangenen Jahr geschafft, die Verschlüsselung von Threema per Reverse Engineering nachzuvollziehen.

    Ihre Forschung ist mittlerweile zu einer Art Aktivismus und Hobby geworden, sagen die beiden: Sie wollen Menschen außerhalb von Fachkreisen vermitteln, wie elementar die Privatsphäre in einer Demokratie ist. Im Interview erklären sie, auf was man bei der Wahl des Messengers achten soll, welche App in punkto Sicherheit nicht unbedingt hält, was sie verspricht und warum Kreditinstitute sich über datenhungrige Messenger freuen.
    ...
    Roland Schilling: Bei mir ist es anders. Ich bringe die Leute einfach dazu, die Apps zu benutzen, die ich auch nutze. Das sind ausschließlich Threema, Signal und Wire. Wenn Leute mit mir reden wollen, dann klappt das eigentlich immer auf einer von den Dreien.
    ...
    Frieder: ... Signal und WhatsApp etwa setzen auf die gleiche technische Grundlage, das Signal-Protokoll, unterscheiden sich aber in Nuancen. Threema hat ein eigenes, nicht ganz schlechtes Protokoll, das aber beispielsweise keine ‘Perfect Forward Secrecy’ garantiert. Die Technik verhindert, dass jemand mir in der Zukunft meinen geheimen Schlüssel vom Handy klaut und damit meine gesamte verschlüsselte Kommunikation entschlüsseln kann, die ich über das Handy geführt habe. Signal und WhatsApp haben das.
    ...
    Roland: Ein gutes Messenger-Protokoll ist Open Source und ermöglicht damit Forschern und der Öffentlichkeit, eventuell bestehende Schwachstellen zu entdecken und das Protokoll zu verbessern. Leider gibt es auf dem Messenger-Markt auch viele Angebote, die ihre vorgebliche „Verschlüsselung“ diesem Prozess entziehen und geheim halten, oder das Protokoll zwar veröffentlichen, aber auf Kritik nicht eingehen.

    Secure WhatsApp Alternatives – Messenger Comparison
    https://www.boxcryptor.com/en/blog/post/encryption-comparison-secure-messaging-apps

    Threema and Telegram under Control of Russia’s Government ?
    https://medium.com/@vadiman/threema-and-telegram-under-control-of-russias-government-f81f8e28714b

    WhatsApp Exploited by NSA and US Secret Services?
    Go to the profile of Vadim An
    Vadim An
    Mar 7, 2018
    This is the end of era centralized communication!

    The 2017/2018 years are hot and saturated with cybersecurity challenges. Almost every week, a major media source reported hacking incidents or backdoor exploits in popular communication and messaging services. Some of which granted government agents unauthorized access to private and confidential information from within the communications industry.

    According to mass-media reports, one of the most popular Swiss secure messaging apps Threema moved under the control of the Russian government and has been listed in the official registry with a view to controlling user communications.

    This can be seen on regulatory public website https://97-fz.rkn.gov.ru/organizer-dissemination/viewregistry/#searchform

    This knockout news was commented by Crypviser — innovative German developer of the most secure instant communication platform based on Blockchain technologies, of the point of view, what does it mean for millions of Threema users?

    To answer this question, let’s understand the requirements for getting listed in this registry as an “information-dissemination organizers” according to a new Russian federal law, beginning from 01 June 2018.

    The law requires that all companies listed in internet regulator’s registry must store all users’ metadata (“information about the arrival, transmission, delivery, and processing of voice data, written text, images, sounds, or other kinds of action”), along with content of correspondence, voice call records and make it accessible to the Russian authorities. Websites can avoid the hassle of setting aside this information by granting Russian officials unfettered, constant access to their entire data stream.

    This is very bad news for Threema users. Threema officials have reported that they are not aware of any requirements to store, collect, or provide information. Maybe not yet though since there is still some time until 01 June 2018 when the new law kicks in and Threema will be obligated to provide direct access to sensitive user’s data.

    It’s possible that Threema is fully aware of this despite claiming otherwise. They may realize that the most popular messenger in Russia, Telegram, has been under pressure since refusing to officially cooperate with Russian secret services. If Russia takes steps to block Telegram as a result, then Threema would become the next best alternative service. That is assuming they’re willing to violating the security and privacy rights of its users by giving in to the new law’s requirements.

    Based on the reports of Financial Time magazine, the Telegram founder agreed to register their app with Russian censors by the end of June 2017. This, however; is not a big loss for Telegram community because of the lack of security in Telegram to date. During the last 2 years, its security protocol has been criticized many times and many security issues were found by researchers. Although there is no direct evidence showing that Telegram has already cooperated with the Russian government or other governments, these exploitable bugs and poor security models make Telegram users vulnerable victims to hackers and secret services of different countries.

    The same security benchmark issues have been explored in the biggest communication app WhatsApp. The security model of WhatsApp has been recognized as vulnerable by the most reputed cryptographic experts and researchers worldwide. According to the Guardian, a serious “backdoor” was found in encryption. More specifically, the key exchange algorithm.

    A common security practice in encrypted messaging services involves the generation and store of a private encryption key offline on the user’s device. And only the public key gets broadcasted to other users through the company’s server. In the case of WhatsApp, we have to trust the company that it will not alter public key exchange mechanism between the sender and receiver to perform man-in-the-middle attack for snooping of users encrypted private communication.

    Tobias Boelter, security researcher from the University of California, has reported that WhatsApp’s end-to-end encryption, based on Signal protocol, has been implemented in a way that if WhatsApp or any hacker intercepts your chats, by exploiting trust-based key exchange mechanism, you will never come to know if any change in encryption key has occurred in the background.

    The Guardian reports, “WhatsApp has implemented a backdoor into the Signal protocol, giving itself the ability to force the generation of new encryption keys for offline users and to make the sender re-encrypt messages with new keys and send them again for any messages that have not been marked as delivered. The recipient is not made aware of this change in encryption.”

    But on the other hand, the developer of Signal messaging app Open Whisper Systems says, ”There is no WhatsApp backdoor”, “it is how cryptography works,” and the MITM attack “is endemic to public key cryptography, not just WhatsApp.”

    It’s worth noting that none of the security experts or the company itself have denied the fact that, if required by the government, WhatsApp can intercept your chats. They do say; however, WhatsApp is designed to be simple, and users should not lose access to messages sent to them when their encryption key is changed. With this statement, agrees on a cybersecurity expert and CTO of Crypviser, Vadim Andryan.

    “The Man-in-the-Middle attack threat is the biggest and historical challenge of asymmetric cryptography, which is the base of end-to-end encryption model. It’s hard to say, is this “backdoor” admitted intentionally or its became on front due lack of reliable public — key authentication model. But it definitely one of the huge disadvantages of current cryptographic models used for secure instant communication networks, and one of the main advantage of Crypviser platform.”

    Crypviser has introduced a new era of cryptography based on Blockchain technologies. It utilizes Blockchain to eliminate all threats of Man-in-the-Middle attack and solves the historical public key encryption issue by using decentralized encryption keys, exchanges, and authorization algorithms. The authentication model of Crypviser provides public key distribution and authorization in peer-to-peer or automated mode through Blockchain.

    After commercial launch of Crypviser unified app, ”messenger” for secure social communication will be available on the market in free and premium plans. The free plan in peer-to-peer authentication mode requires user interaction to check security codes for every new chat and call. The full-featured premium plan offers Blockchain based automated encryption model and powerful professional security features on all levels.

    You can see the comperisation table of Crypviser with centralized alternatives in the below table

    #internet #communication #sécurité #vie_privée


  • Open source : une alternative aux grands fournisseurs du numérique - Cigref
    https://www.cigref.fr/publication-open-source-une-alternative-aux-grands-fournisseurs-du-numerique

    A l’occasion de l’Open CIO Summit et à la veille de la 4ème édition du Paris Open Source Summit (POSS), premier événement en Europe sur l’open source, les logiciels libres et le numérique ouvert, le Cigref publie un rapport “Open source : une alternative aux grands fournisseurs“. Piloté par Stéphane Rousseau, CIO Eiffage et administrateur du Cigref, le groupe de travail “Alternatives aux grands fournisseurs” s’est ainsi penché sur un composant désormais incontournable d’une stratégie informatique : l’Open source.


  • En plein boum des arrestations preventives (#loitravail, #zad, #giletsjaunes...) la justice se prépare à l’arrivée des #algorithmes avec la #legaltech (technologie juridique) 😱
    Encore un article qui devrait être en libre accès, #Mediapart... Avec l’épée de Damocles de la #justice-predictive, c’était l’occasion de montrer du soutien à toutes les #legalteam <3

    https://www.mediapart.fr/journal/france/020119/la-justice-se-prepare-l-arrivee-des-algorithmes?onglet=full

    Cela fait plusieurs années que tout un écosystème de start-ups attend l’ouverture du marché de la justice numérique, aujourd’hui freiné par le manque de décisions en open data et de cadre juridique. Le projet de réforme de la justice en cours d’examen en pose les bases. Certains s’inquiètent de l’application d’algorithmes au monde judiciaire, promettant, à terme, de prédire l’issue des procédures.
    La numérisation de l’État était l’une des grandes promesses d’Emmanuel Macron. La « start-up nation » est censée s’accompagner d’une dématérialisation de tous les aspects des relations entre les institutions et les citoyens. Certains chantiers sont déjà bien avancés, par exemple dans le domaine fiscal avec le paiement des impôts à la source. Le projet de loi sur la justice en cours d’examen au Parlement en ouvre un nouveau : celui de la numérisation de la justice.

    Ce texte introduit quelques mesures qui marquent les premiers signes de l’adaptation de l’institution judiciaire au numérique, ainsi que de son ouverture au marché de la « legaltech » (en français, technologie juridique ou technologie au service du droit). Derrière ce terme se cache tout un écosystème d’acteurs dont le but est de promouvoir la numérisation de la justice : les procédures qui pourront se faire en ligne, les jugements qui pourront être rédigés, voire rendus, par un algorithme ou encore les décisions elles-mêmes, qui formeront ainsi une gigantesque base de données, autrement dit le « big data » dont ont besoin les algorithmes pour tourner.

    Comme pour sa cousine la « civic tech », dont le but est de numériser les institutions démocratiques, la communauté de la legaltech abrite des acteurs convaincus que l’informatique a le pouvoir de transformer la société, mais également de nombreuses entreprises impatientes de « disrupter » un nouveau marché potentiellement colossal. Benjamin Jean appartient à la première catégorie. L’association qu’il préside, Open Law, milite pour un « droit ouvert » et un rapprochement entre le monde du juridique et celui du numérique.

    « Il existe plusieurs définitions possibles de la legaltech, explique-t-il à Mediapart. Au sein d’Open Law, https://openlaw.fr , nous considérons comme acteurs de la legaltech tous ceux qui s’appuient sur des solutions et des outils numériques pour favoriser l’accès au droit et à la justice. La finalité, c’est vraiment l’accès au droit et à la justice. Et c’est l’utilisation du numérique dans cette optique qui caractérise la legaltech. »

    « C’est donc une définition très large, poursuit Benjamin Jean. Les premières formes de legaltech ont été les plateformes de marché, qui permettaient de contacter facilement un avocat. Au sein des cabinets d’avocats et des études de notaires, le numérique permet déjà de faire mieux ce qu’on faisait avant. Il existe pas mal de solutions qui permettent de mieux gérer les documents et toutes les saisies. Ensuite, il y a tout ce qui permet de favoriser la collaboration. Certains nouveaux outils permettent d’aller dans le sens de la pluridisciplinarité, de faire travailler facilement des avocats avec des notaires, avec des huissiers, de favoriser les relations entre les professions réglementées. »

    « Aujourd’hui, explique Benjamin Jean, il y a toute une diversité d’acteurs venant soit du numérique, des pure players, soit des secteurs traditionnels. Les éditeurs juridiques notamment sont tous depuis quelque temps sur le numérique. Il y a également des acteurs institutionnels comme la Dila (Direction de l’information légale et administrative) ou le Parlement. »

    https://vimeo.com/304829590


  • Vision pour LILA et ZeMarmot
    https://linuxfr.org/news/vision-pour-lila-et-zemarmot

    Imaginez un studio de film, avec des artistes et techniciens qualifiés, qui travaillent sur des films ou des séries intéressantes… et qui les partagent sous une Licence Libre, pour être visibles par tous, partout (télé, cinéma, web…), partageables et réutilisables.

    Imaginez maintenant que ce studio utilise essentiellement du Logiciel Libre (et de l’Open Hardware si disponible), qu’ils le corrigent, voire modifient et l’améliorent au besoin, aussi bien pour des logiciels finaux (tels que GIMP, Blender, Inkscape…), de bureau (tel GNOME), voire jusqu’au système d’exploitation (GNU/Linux) et tout le reste !

    Voici donc mon rêve pour l’association à but non lucratif LILA, et pour le projet ZeMarmot (notre premier film, d’animation). C’est ce que je vise depuis le début, mais je me dis que ce n’était peut-être (...)


  • OpenText: Convergence of #blockchain, #iot & AI will lay out the path for supply chain autonomy
    https://hackernoon.com/opentext-convergence-of-blockchain-iot-ai-will-lay-out-the-path-for-supp

    Author: HuixianThere is a big loophole in the current state of supply chain management — the infrastructure is fragmented into offline and online components. As a result, this has led to misplacement of product and mismanagement of inventory; the supply chain management system is neither a single entity nor transparent.There are various nodes in the supply chain:Sources of the raw materialsMaterials in processFinished goodsDistribution network to deliver the finished goodsOut of these four primary nodes, the supply chain passes through millions of people along the way from harvesting the resource, distribution of the products and shelving the products for sales. When there are defects in a product, it becomes difficult for the manufacturer to trace the root of the problem. Another issue (...)

    #supply-chain #supply-chain-autonomy #artificial-intelligence


  • En #Belgique, les réfugiés palestiniens ne sont pas les bienvenus | Middle East Eye
    https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/en-belgique-les-r-fugi-s-palestiniens-ne-sont-pas-les-bienvenus-12897

    En Belgique, les demandes d’asile émanant de personnes originaires de la bande de #Gaza étaient par le passé presque systématiquement acceptées, mais ce n’est plus le cas depuis le 5 décembre. En effet, le Commissariat général aux #réfugiés et aux apatrides (CGRA) a annoncé changer de politique : il examinera dorénavant les dossiers des réfugiés gazaouis au cas par cas.

    Une décision confirmée par la ministre Maggie De Block, nouvellement en charge de l’#asile et de l’#immigration. Son prédécesseur, Theo Francken, avait limité le nombre de demandes d’asile à 60 par jour pour les réfugiés palestiniens, estimant que la Belgique faisait face à « une flambée palestinienne unique en Europe ». 

    Maggie De Block propose pour sa part de réévaluer le dossier des ressortissants de la bande de Gaza. Selon le quotidien flamand Het Laatste Nieuws, si la proposition de la ministre est retenue, cela signifie que des Palestiniens reconnus en tant que réfugiés pourraient perdre leur statut et être contraints de quitter la Belgique .

    #air_du_temps


  • Pacé (Ille-et-Vilaine) : des voix s’élèvent contre le projet de centre commercial Valérie Chopin - 20 Décembre 2018 - France 3 Régions
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/pace-voix-s-elevent-contre-projet-centre-commercial-159

    Après cinq recours en justice, le Conseil d’État a levé le dernier obstacle qui s’opposait à la construction centre commercial « Open Sky » à Pacé. Mais le complexe de 40 000 mètres carrés est pointé du doigt par les écologistes qui dénoncent une perte de terres agricoles. Une pétition circule.

    C’est un projet de centre commercial qui fait beaucoup parler, depuis des années. 40 000 mètres carrés et 1 400 places de parking. La future zone commerciale de Pacé devrait sortir de terre pour 2020. 

    Après cinq recours en justice, le Conseil d’État vient de donner son feu vert. Une décision qui réjouit Rennes Métropole, propriétaire des terrains, pour qui le projet est justifié notamment parce qu’il ne date pas d’hier : "Cela fait une dizaine d’années déjà qu’on a repéré qu’il n’y avait pas d’offre à l’ouest du pays rennais, explique André Crocq, Vice-Président Rennes Métropole à la planification urbaine.

    https://www.youtube.com/watch?v=-m3YLTMDTpE

    « Un projet inutile et néfaste »
    Le centre commercial s’étendra sur dix hectares, le long de la Nationale 12. Objectif : implanter 35 magasins et 5 restaurants mais pas de boutiques de meubles ni d’alimentaire afin de ne pas concurrencer les commerces déjà sur place. 

    Les écologistes dénoncent un projet inutile et néfaste pour l’environnement. "C’est une aberration parce que l’on va consommer dix hectares de terres agricoles ! se révolte Loïc Le Hir, Porte-parole Europe-Écologie-Les Verts Rennes sud et ouest. 

    Le maire de Pacé, lui, parle d’une obligation pour accueillir la population toujours croissante de sa commune. « Il y a un certain nombre de dispositions qui ont été prises, rassure Paul Kerdraon, Maire de Pacé. Notamment celle d’économiser l’espace et de placer l’essentiel des places de parking en souterrain. » 950 places de stationnement seront donc enterrées, sous le futur centre commercial devrait créer plus de 300 emplois.

    Une pétition contre le projet
    Emballement climatique, épuisement des ressources, rupture irréversible d’équilibres biologiques vitaux... Les opposants à ce projet ne manquent pas d’arguments. S’appuyant sur les prévisions des scientifiques sont de plus en plus alarmantes, ils dénoncent les risques encourrus par « Open Sky ».

    « Mise en danger du commerce de proximité au profit de grandes enseignes et de promoteurs immobiliers, menace générée par ces grandes zones commerciales périphériques sur la vitalité des centres-villes, quartiers et bourgs environnants, les risques pour l’emploi existant... » Une pétition https://www.change.org/p/non-%C3%A0-l-extension-du-centre-commercial-de-pac%C3%A9 a déjà récolté sur internet plus de 2 500 signatures.

    #urbanisme #maires #élus_locaux #corruption #centres_commerciaux #france #accaparement_des_terres #terres_agricoles #commerce #centre_commercial #grande_distribution #villes #immobilier #immobilier_commercial #destruction


  • Open Data et protection des données personnelles : vers une conciliation raisonnable (ou pas) | Calimaq
    https://scinfolex.com/2018/12/18/open-data-et-protection-des-donnees-personnelles-vers-une-conciliation-ra

    « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée. » C’est le titre d’une pièce d’Alfred de Musset, mais aussi une bonne manière d’introduire aux tiraillements juridiques qui peuvent résulter des injonctions contradictoires, d’une part, à l’ouverture des données publiques et, d’autre part, à la protection des données personnelles. Depuis 2016 et la loi République numérique, les… Source : : : S.I.Lex : :


  • Revue de presse de l’April pour la semaine 49 de l’année 2018
    https://linuxfr.org/news/revue-de-presse-de-l-april-pour-la-semaine-49-de-l-annee-2018

    La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’association de promotion et de défense du logiciel libre. Sommaire

    [acteurspublics.com] Bastien Guerry : “Le logiciel libre a besoin d’une vraie stratégie de mutualisation au sein de l’État” [ITforBusiness] Officiel : Microsoft Edge adopte Chromium et l’open source [The Conversation] Débat : L’« open science », une expression floue et ambiguë [Echo Sciences] Le FabLab, un lieu d’émancipation sociale : discours ou réalité ? [Journal du Net] A l’Open CIO Summit, la tentation open source des groupes toujours plus forte [ZDNet France] La Commission européenne privilégie le (...)


  • Apprendre l’Open Source | Open Source School
    https://formations.opensourceschool.fr/actualites/mooc-1-apprendre-lopen-source-pr%C3%A9sentation-de-laute

    Le mouvement Open Source est aujourd’hui omniprésent. Il s’invite progressivement dans les produits que nous utilisons et change peu à peu notre quotidien, que ce soit comme organisation ou comme particulier. S’il pouvait auparavant déranger, l’Open Source suscite aujourd’hui un intérêt certain de la part des acteurs du marché qui y voient une nouvelle voie favorable à la création et à l’innovation.

    Apprendre l’Open source, en partenariat avec l’Open Source School et la Société Générale.


  • Open source : une alternative aux grands fournisseurs du numérique - Cigref
    https://www.cigref.fr/publication-open-source-une-alternative-aux-grands-fournisseurs-du-numerique

    A l’occasion de l’Open CIO Summit et à la veille de la 4ème édition du Paris Open Source Summit (POSS), premier événement en Europe sur l’open source, les logiciels libres et le numérique ouvert, le Cigref publie un rapport “Open source : une alternative aux grands fournisseurs“. Piloté par Stéphane Rousseau, CIO Eiffage et administrateur du Cigref, le groupe de travail “Alternatives aux grands fournisseurs” s’est ainsi penché sur un composant désormais incontournable d’une stratégie informatique : l’Open source.


  • Open Screen
    https://www.nova-cinema.org/prog/2018/169-edouard-luntz/varia/article/open-screen

    C’est l’Open Screen. Le dernier de l’année. Celui où l’on se décide enfin à montrer ses productions estivales, ses films de vacances automnales, son journal filmé, sa comédie d’horreur ou un drame ultime et définitif. En fait, montrer tout ce qu’on veut, puisque c’est justement ça le principe, et que l’on passe absolument tout, du moment que c’est bien votre travail et que ça dure 15 minutes maximum (et encore, on est souple...). Déjà quelques films d’inscrits, donc envoyez vos propositions au plus vite à openscreen@nova-cinema.org, ou au 14 rue Arenberg 1000 Bruxelles.

    jeudi 13 décembre 2018 à 20h


  • Quidli et l’avenir du travail - Open Organization
    https://open-organization.com/fr/2018/12/03/quidli-and-the-future-of-work

    Quidli fonde sa raison d’être l’idée que l’avenir du travail se caractérisera par un accès beaucoup plus large aux programmes de rémunération qui combinent actions et salaire.
    L’industrie du talent à la demande risque d’être révolutionnée par un tel élargissement de l’accès aux capitaux propres. Cette industrie peut se décomposer en trois segments : celui des talents interchangeables et peu qualifiés, celui des talents standardisés hautement qualifiés, et enfin celui des talents peu ou pas standardisés et hautement qualifiés. Les deuxième et troisième segments ont le plus à profiter d’un accès facile aux actions.

    #futur_du_travail #rémunération #talents_à_la_demande #plateforme


  • Ata Ndele + Muttererde
    https://www.nova-cinema.org/prog/2018/169-edouard-luntz/varia/article/ata-ndele-muttererde

    Malkia Mutiri, 2018, HD, 19’

    Séance avant-première en présence du réalisateur, le Prima Nova de ce mois proposera exceptionnellement un court-métrage d’une réalisatrice bruxelloise, avec en complément et en guise d’écho à son film, un documentaire témoignage d’une réalisatrice américaine. Pour rappel, au contraire de l’Open Screen, les films de formats hybrides proposés pour les séances Prima Nova, sont en général des moyens ou long métrages, et doivent être soumis au préalable à l’approbation du Nova. Contact : nova@nova-cinema.org •+ Ata Ndele Malkia Mutiri, 2018, BE, HD, vo ln st ang, 19’ Avec « Ata Ndele » (littéralement « quoi qu’il arrive »), Malkia Mutiri, présente son second court-métrage, dont elle assure à côté de la réalisation, la photographie, la production et (...)


  • Revue de presse de l’April pour la semaine 47 de l’année 2018
    https://linuxfr.org/news/revue-de-presse-de-l-april-pour-la-semaine-47-de-l-annee-2018

    La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’association de promotion et de défense du logiciel libre. Sommaire

    [FIGARO] Un développeur du logiciel VLC et un hacker français nommés chevaliers de l’Ordre du Mérite [InformatiqueNews.fr] L’Open Source : du SI à la transformation numérique [Next INpact] Quand le droit d’auteur devient plus vigoureux que la lutte contre les contenus terroristes [Le Drenche] Faut-il boycotter Facebook ?

    lien n°1 : Aprillien n°2 : Revue de presse de l’Aprillien n°3 : Revue de presse de la semaine précédente[FIGARO] Un développeur du logiciel VLC et un hacker français nommés (...)


  • openSUSE développe un système de révision juridique.
    https://www.alionet.org/content.php?828-openSUSE-d%E9veloppe-un-syst%E8me-de-r%E9vision-juridique

    La communauté open-source a un nouveau projet conçu pour aider les distributions Linux / GNU avec le processus de révision légale des licences.

    Le nouveau projet appelé Cavil est un système de révision juridique qui profite à la fois non seulement au projet openSUSE , mais également aux distributions et aux projets qui souhaitent l’utiliser.

    Le projet fournit un service complémentaire pour le service Open Build .


  • Blog Stéphane Bortzmeyer : « Logiciel libre » et « Open Source », c’est pareil ou pas ?
    https://www.bortzmeyer.org/free-software-open-source.html

    On entend parfois, dans les discussions autour des licences logicielles, des affirmations du genre « tel logiciel n’est pas libre mais il est open source ». Quelle est la différence ? Y en a-t-il une, d’ailleurs ?

    Commençons par les textes originaux. Le concept de logiciel libre a été popularisé par Richard Stallman et la Free Software Foundation. Le logiciel libre se définit par quatre libertés :

    – Liberté de faire tourner le logiciel, c’est-à-dire de l’utiliser à des fins quelconques.
    – Liberté d’étudier le programme, ce qui implique notamment l’accès à son code source.
    – Liberté de distribuer des copies du logiciel,
    y compris des copies modifiées.
    – On notera que la gratuité n’est pas mentionnée. En anglais, le terme de free software a parfois engendré des malentendus, free pouvant vouloir dire « libre » mais aussi « gratuit ». Comme souvent en politique, ces malentendus étaient parfois de bonne foi, et malhonnêtes dans d’autres, certains faisant semblant de ne pas comprendre que la liberté n’a rien à voir avec la gratuité.


  • Un livre sur la vision du monde de Soros
    http://www.dedefensa.org/article/un-livre-sur-la-vision-du-monde-de-soros

    Un livre sur la vision du monde de Soros

    Le journaliste Pierre-Antoine Plaquevent signe un ouvrage qui nous aide à comprendre les motivations du célèbre financier.

    Le multimilliardaire George Soros et son Open Society attirent l’attention d’un nombre grandissant d’observateurs provenant de toutes les tendances politiques. On reproche à ce spéculateur d’utiliser sa fortune considérable, que certains évaluent à plus de 30 milliards de dollars US, afin de financer une pléthore d’organisations non gouvernementales (ONG) qui font la promotion de l’immigration de masse ou de l’abolition des frontières.

    Une société-écran tentaculaire

    Gérant le Soros Fund Management, basé à New York, ce financier d’origine hongroise a fondé l’Open Society Institute qui a été transformé, (...)


  • Illegaal Moskou, Jeudi 11/10
    http://www.radiopanik.org/emissions/radio-moskou/illegaal-moskou-jeudi-11-10

    >> JEUDI 18h : Introduction du Illegaal Festivaal par Axel et Jonathan (ILLegaaL) ITW Sacha et Sara du Cocobango Club ITW Murman Archive sonore illégale de www.archives 19h : Débat - Le bâtiment, le quartier : contextualisation. Avec Lab North, 51N4E et le 123 20h : Librairie Par Chemins (Présentation, Capsules, Lectures) 20h45 : Tuto - Comment tenir un squat ? + Direct d’un squat à Bruxelles 21h : ITW ’Uniforme’, Sabina Scarlat & Chloé Beillevaire / Théâtre La Balsamine 21h15 : Horoscope de Meredith 22h : Morning Call Eward 23h : Radio Libre - Open Vinyle - Reporter Ambulant

    http://www.radiopanik.org/media/sounds/radio-moskou/illegaal-moskou-jeudi-11-10_05688__1.mp3


  • Revue de presse de l’April pour la semaine 45 de l’année 2018
    https://linuxfr.org/news/revue-de-presse-de-l-april-pour-la-semaine-45-de-l-annee-2018

    La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’association de promotion et de défense du logiciel libre. Sommaire

    [RTBF Info] Les logiciels libres dans les administrations belges : ”Je t’aime, moi non plus” [Romandie] Roumanie : le président du Sénat visé par une enquête de corruption dans le dossier Microsoft [We Demain] Voici le premier smartphone durable et 100 % libéré des GAFAM [France Culture] Open Source : liberté, égalité ? [Next INpact] Sur les Mac récents, la puce T2 bloque l’installation de Linux [Developpez.com] Taxation des GAFA : trois pays européens refusent d’apporter leur accord à la forme (...)


  • Financement participatif de la tablette tactile libre Diskio Pi
    https://linuxfr.org/news/financement-participatif-de-la-tablette-tactile-libre-diskio-pi

    Diskio Pi, un écran tactile HD (en kit) compatible Raspberry Pi/Odroid en financement participatif.

    Le projet suscite beaucoup d’intérêt et d’articles de presse spécialisée depuis 2017. Un prototype a déjà été financé l’an dernier sur Ulule. Cet article raconte comment l’idée a germé et a grandi, pour arriver au financement participatif d’aujourd’hui.

    lien n°1 : Participez au financement de Diskio Pi sur Kickstarterlien n°2 : Le site de Diskio Pilien n°3 : Le financement passé du prototype sur UluleSommaire

    L’idée

    Le prototypage Le prototype 0.1 Le prototype 0.2 Le prototype 0.3

    Le produit proposé en prévente Pourquoi un kit ? Le montage Ce qui est Open Source, ce qui ne l’est pas Mettre à niveau sa machine

    La partie logicielle Les distributions Liaisons hardware-OS

    Les améliorations plastiques qui seront (...)


  • BNF API
    http://api.bnf.fr/api-gallica-de-recherche

    Prospection pour un outil de récupération des données d’un ouvrage à partir de son ISBN :
    – l’API de la BNF : http://api.bnf.fr/api-gallica-de-recherche
    API SRU catalogue général BNF : http://api.bnf.fr/api-sru-catalogue-general
    Page de test (+ exemples) : http://catalogue.bnf.fr/api/test.do
    Exemple d’URL pour interrogation à partir d’un ISBN : http://catalogue.bnf.fr/api/SRU?version=1.2&operation=searchRetrieve&query=bib.isbn%20all%20%22978
    Les requêtes sont faites en langage CQL : https://www.loc.gov/standards/sru/cql/spec.html
    NB : format de retour en XML uniquement (pas d’option pour Json ?)
    – l’API de Open Library : https://openlibrary.org/developers/api
    – ISBN Agency : https://www.isbn-international.org/fr
    – un exemple de recherche multi-sources : http://agregationchimie.free.fr/book_isbn.php
    – le plugin SPIP bouquinerie : https://contrib.spip.net/Bouquinerie-V2

    #ISBN #open-data #outil