company:radiall

  • Le deux poids, deux mesures de Gattaz
    http://www.leparisien.fr/economie/le-deux-poids-deux-mesures-de-gattaz-08-05-2015-4755487.php

    …le patron du #Medef. Au détour de la page 87 du rapport financier 2014 de #Radiall — que nous sous sommes procuré —, une information nichée dans un tableau risque d’être explosive. Selon ce document, celui qui préside depuis le 3 juillet 2013 aux destinées du Medef porte une double casquette des plus gênantes. Tout d’abord, celle de président non exécutif du directoire de Radiall, soit un statut de mandataire social* ayant des parts dans la holding qui lui ouvre droit à des dividendes. Et, surprise, Pierre Gattaz dispose également d’un contrat de travail comme salarié de son entreprise et de tous les avantages qui vont avec. Un détail qui n’apparaissait pas dans les précédents rapports financiers...

    Or, que dit le code Afep-Medef, sorte de table de la loi des dirigeants d’entreprises cotées ? Qu’un mandataire social ne doit pas cumuler un contrat de travail. Au chapitre 22, il est « recommandé, lorsqu’un salarié devient un dirigeant mandataire social, de mettre fin au contrat de travail qui le lie à la société, soit par rupture conventionnelle, soit par démission [...] Cela s’applique aux président, PDG dans les sociétés à conseil d’administration [...], au président du directoire ». Selon un communiqué du 19 juillet 2013 de la société Radiall, « le nouveau patron du Medef » a bien « cédé la direction opérationnelle de son groupe Radiall à Dominique Buttin, afin de se concentrer sur ses nouvelles fonctions ». Et de préciser : « Compte tenu du nouveau mandat de Pierre Gattaz, une fonction de directeur général est créée. »

    #passager_clandestin

  • Gattaz répond à côté de la plaque, l’Humanité maintient | L’Humanité
    http://www.humanite.fr/gattaz-repond-cote-de-la-plaque-lhumanite-maintient-546479

    Après nos révélations, le patron des patrons fait une présentation tronquée des résultats de son groupe. L’objectif ? Minorer les profits pour justifier la dégringolade, de 25 % à 3 %, des impôts payés en France…

    « C’est un monument de rigolade, cet article de l’Humanité. J’adore.  » Président du directoire de l’entreprise familiale Radiall et numéro un du patronat français, Pierre Gattaz a donc «  adoré  » – c’est sur l’antenne de France Info qu’il l’a dit mardi soir – nos révélations sur les procédés d’optimisation qui permettent à son groupe de réduire à néant, ou presque, sa contribution fiscale en France, tout en bénéficiant de crédits d’impôt et en multipliant les dividendes (lire notre édition du 1er juillet).

    Après n’avoir pas donné suite, lundi, à nos sollicitations avant parution, après avoir fait le dos rond, mardi, pendant une partie de la journée – au Nouvel Obs, son entourage s’est juste dit «  surpris par l’interprétation des chiffres  » –, Pierre Gattaz a fini, devant le buzz, par retrouver sa langue. En guise de «  réponse  » à nos informations, il a posté sur son blog (1) un billet narquois en forme de «  petit cours d’économie pour débutants  ». Au-delà de sa «  fascinante affirmation  » selon laquelle un impôt, ou un crédit d’impôt comme le Cice (crédit d’impôt compétitivité emploi) ne serait pas de l’argent public (lire ci-contre), le président du Medef ricane un peu et raille beaucoup en mettant en avant une série de données comptables différentes des nôtres, aussitôt reprises par nos confrères mais passablement tronquées. De quoi permettre à l’AFP qui, plus tôt dans la journée, avait diffusé l’essentiel de notre enquête, de faire machine arrière en titrant une dépêche : «  Gattaz répond point par point aux accusations de l’Humanité sur son entreprise  »

    ....... Un tour de passe-passe 
sur le chiffre d’affaires

    Dans son billet de blog, Pierre Gattaz, déjà piqué au vif en mai dernier lors des révélations sur son augmentation salariale, livre, au-delà de son argumentation sur le montant des dividendes, très raisonnable à ses yeux par comparaison à d’autres, une information sur le montant de ce qu’il a touché «  à titre personnel  ». En plus de ses 450 000 euros de salaire, celui qui détient en son nom propre 2,7 % du capital de Radiall a encaissé, affirme-t-il, 247 000 euros en net. Ce qui est une manière là aussi d’éluder la question des dividendes globaux qui finissent indirectement, comme nous l’indiquions dans notre enquête, dans les poches de la famille : ­détenant 86,7 % du capital de Radiall à travers deux holdings, les Gattaz peuvent globalement prétendre à 2,4 millions d’euros de dividendes. Mais là n’est pas l’essentiel, au fond…
    – See more at : http://www.humanite.fr/gattaz-repond-cote-de-la-plaque-lhumanite-maintient-546479#sthash.2jHIs3FJ...."

    >>>

    Pierre Gattaz invoque le mécanisme des «  reports déficitaires  » qui permettrait à son entreprise de diminuer fortement son impôt en France

    <<<

    >>>

    Comment Pierre Gattaz se sucre sur l’argent public

    <<<

    #fiscalité
    #Gattaz

  • Comment Gattaz a fait passer les impôts de sa société de 25 à 3% - Le Nouvel Observateur
    http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20140701.OBS2295/comment-gattaz-a-fait-passer-les-impots-de-sa-societe-de-25-a-3

    Habitué à donner des leçons et des mises en gardes au gouvernement - bien souvent pour dénoncer le coût du travail -, Pierre Gattaz, président du Medef, se fait à son tour épingler. Le quotidien « L’Humanité » publie mardi 1er juillet une enquête sur Radiall, l’entreprise dirigée par « le patron des patrons ». Principal enseignement tiré de la lecture des rapports annuels de son groupe : Pierre Gattaz est parvenu a fortement diminuer la contribution fiscale en France de sa société d’équipements électronique alors qu’il continue de bénéficier de crédits d’impôts à travers le CICE (Crédit impôt compétitivité emploi) et augmente les dividendes.

    Pour le moment, Pierre Gattaz n’a pas souhaité réagir à l’article de « L’Humanité » mais, dans son entourage, on se dit d’ores et déjà pour le moins « surpris par l’interprétation des chiffres qui en est tirée ».

    L’analyse des données indique que la part des impôts payés France par le groupe de Pierre Gattaz est passée en quelques années de 25% à 3%.

    Selon le quotidien, la société française Radiall transfère la plus grande partie de sa plus-value à ses filiales à l’étranger : elle parvient ainsi à nettement réduire son taux d’imposition, technique dite de l’optimisation fiscale.........

    #MEDEF
    #Pierre_Gattaz
    #Radiall
    #impôts
    #optimisation_fiscale
    #coût_du_travail ?

    ..alors qu’il continue de bénéficier de #crédits_d'impôts à travers le #CICE (Crédit impôt compétitivité emploi) et #augmente les #dividendes.

  • Chiche ! Et si Gattaz vivait avec moins de 1130 euros net par mois ? ~ A Perdre La Raison
    http://www.perdre-la-raison.com/2014/04/gattaz-smic.html

    Chacun sait que Pierre Gattaz est l’ami des salariés en Chine, au Mexique, en Inde notamment où son entreprise, Radiall, a installé des sites de production.

    A l’exception notable des Etats-Unis, Radiall est installé dans des pays où la main d’oeuvre à l’absence de norme sociale et de droits élémentaires ainsi que les bas coûts salariaux sont la règle.

    Alors évidemment quand hier le big boss des patrons fait une sortie sur le SMIC « qui serait un problème » nul besoin d’être étonné ou surpris et encore moins de pousser la réflexion bien loin.

    Il s’agit simplement de constater que Gattaz père et fils ont délocalisé leur production en Chine, au Mexique et en Inde parce que les coûts de production locaux sont infiniment inférieurs à ceux en vigueur en France et que les droits sociaux y sont inexistants, et forcément, cela donne des idées au fiston patron du Medef depuis l’été dernier.

    Rappelez vous aussi que le patron du Medef est le monsieur toujours plus du patronat.

    Le gouvernement donne 20 milliards de CICE et il dit que ce n’est pas assez.
    Valls ajoute 10 milliards d’exonération de charges et ça ne lui suffit toujours pas.

    Donc hier il suggère tout simplement d’avoir « temporairement un système permettant la première année, pour un jeune ou quelqu’un qui ne trouve pas de travail, de rentrer dans l’entreprise de façon transitoire avec un salaire adapté qui ne serait pas forcément le salaire du SMIC  »....... « Il faut juste étudier ce sujet sans aucun dogme et sans revenir à toutes les péripéties précédentes et ont peut revenir à 1914 en 1939, je crois qu’il faut du courage pour voir comment le monde bouge aujourd’hui. ».......

    #SMIC
    #Gattaz