company:snapchat

  • It’s Impossible to Follow a Conversation on Twitter - The Atlantic
    https://www.theatlantic.com/technology/archive/2019/02/its-impossible-follow-conversation-twitter/582907

    Voilà pourquoi je n’utilise Twitter que pour annoncer des choses. Comme Facebook c’est un gouffre de temps.

    Without major fixes to the product, the platform will never be a place for complex discussions.
    Taylor Lorenz
    Feb 15, 2019

    Earlier this week, Twitter CEO Jack Dorsey and the tech journalist Kara Swisher conducted a full 90-minute interview entirely on Twitter. The interview was meant to be an old-school “Twitter chat,” and users were instructed to follow along using the hashtag #KaraJack.

    It was a disaster. Attempting to follow a public conversation happening on Twitter is “pretty much a mess right now,” Dorsey himself noted at a conference yesterday. The chat was so difficult to parse that Recode futilely attempted to collect Dorsey’s responses into a Twitter Moment. Meanwhile, other users begged the Thread Reader App bot to unroll the thread, to which it replied that it simply could not.

    Part of the problem is that #KaraJack didn’t follow any of the standard norms for Twitter chats (essentially long, back-and-forth conversations that unfurl in @ replies on the network). When I worked as a social-media strategist eight years ago, at the height of Twitter chats’ popularity, I conducted more than 100 of them for brands. They were almost all bad, but they were made marginally better by a couple of important protocols. One is to number the questions and replies so that it’s clear what exactly someone is replying to. Another is to space out questions and answers and not talk over each other. #KaraJack did neither. Both Swisher and Dorsey split the original thread and replied to the wrong tweets. Swisher made a typo right at the get-go. But still, following a conversation on Twitter shouldn’t be this hard.

    The theoretical benefit of being on Twitter, a broadcast-based open social network, is to talk with other people and follow their conversations, even ones that don’t include you. Somehow, in 2019, the product has degraded to the point where this has become impossible. It’s like running through a public square shouting at people, trying to start a dialogue while getting jostled by a crowd.

    The primary issue is threads. Threaded tweets were first introduced back in December 2017 as an easier way for people to make “tweetstorms” cohesive. Twitter has done almost nothing to hone the feature since then.

    The most obvious problem with threading is that it assumes Twitter users think linearly. In real life, you may post a 12-part thread only to realize that you need to expand on or clarify just the third tweet. If you reply to that third entry alone, you’ll break the thread, splitting it into two and making it harder for people to find the original. This not only makes complex thoughts difficult to communicate, but it also makes deciphering them almost impossible.

    The problems don’t stop there, though. The way Twitter shows replies is also confusing: Users have to click into each tweet in a thread to get the full scope of responses to it. There’s no simple, all-encompassing hub to view both the thread and the conversation happening around it.

    The #KaraJack chat would have been a perfect opportunity for Twitter to show off a new hashtag hub or similar feature. The company has invested resources into adding emojis to the end of special hashtags, but it still hasn’t harnessed hashtags’ real power: collecting conversation. (Twitter declined to comment.)

    When users click the #KaraJack hashtag, for instance, they should be presented with a chronological, easy-to-follow feed of Swisher and Dorsey’s conversation and the response tweets to it. Instead, Twitter offers a messy, algorithmic timeline full of random tweets, mostly from other people. Since both Swisher and Dorsey failed to include the #KaraJack tag in some of their tweets, those tweets are nowhere to be found. This is a missed opportunity: Twitter should have a way for users to hashtag an entire thread. Part of Swisher’s and Dorsey’s hashtag negligence could have been due to character-count pressures, since hashtags still inexplicably count toward the limit on each tweet. This makes users less likely to categorize their own content via hashtags; the company’s CEO just proved as much firsthand.

    Though Twitter prides itself on being an open social network, the #KaraJack interview proves its desperate need for more walled-off spaces. Currently Twitter offers users only two core privacy options: You can set your entire profile and tweets to public or private. But users who choose to remain private should have the ability to make their voices heard in public conversations. Twitter could offer privacy restrictions on individual units of content, as Instagram, TikTok, Facebook, and just about every other modern social platform do. Or it could allow users to keep a private profile while tweets with a public hashtag could be open to views, replies, and retweets from other users.

    Twitter has another, bigger problem. No one will want to engage in any sort of public discussion on the platform until it recognizes the sheer depth of harassment taking place there. One big takeaway from the #KaraJack conversation was Dorsey’s failure to admit that harassment is an issue. When asked who he admired on Twitter, Dorsey championed Elon Musk, a man who regularly uses the platform to harass critics and baselessly claimed that the man who saved Thai children trapped in a cave was a pedophile. If this denial continues, it will ultimately be the platform’s downfall. Most users don’t want to hop into a public discussion where simply tweeting with a female avatar can be enough to garner an inbox full of rape threats.

    One way for Twitter to better moderate a user’s experience would be to create closed “rooms” for Twitter chats, where only approved people could participate. Facebook offers this feature through private groups; Reddit has subreddits, and Discord has rooms. This would help protect those who are participating in a thoughtful way from harassment, and could offer a less chaotic experience for those who are trying to follow along, by segmenting the chat out from their main feeds. It doesn’t matter how many color-coded replies or pop-up profiles Twitter implements if chats are too hard to discover and follow.

    Whatever Twitter chooses to do, it must start making changes quickly. The company reported just 126 million daily active users in its most recent earnings—fewer than Snapchat, which has been written off for its slowing growth. As Casey Newton at The Verge recently said, “There are talented product managers inside Twitter who would do more, if they could. But they are often stymied by internal roadblocks that—unlike the collective behavior of hundreds of millions of users—actually are under the CEO’s control.” Dorsey’s disastrous Twitter interview is proof that he needs to spend less time talking and more time focusing on the product.

    We want to hear what you think about this article. Submit a letter to the editor or write to letters@theatlantic.com.

    #internet #réseaux_sociaux #seenthis #twitter


  • Dans cette histoire de Ligue des merdeux, il y a un aspect qui me pose problème, et j’ai un peu de mal à le formuler. D’autant qu’il ne faudrait pas minorer la souffrance des victimes, l’aspect ordurier des meutes de mecs, et la connerie intrinsèque des rédactions de journalistes.

    Mais bon, au risque de mal exprimer mon idée, je me lance…

    L’aspect qui me gêne, c’est qu’on ne formule pas, en plus de tout ce qui se dit de très bien par ailleurs, le fait qu’on est sur des réseaux sociaux utilisés par de jeunes professionnels faisant leur personal branding. Ce qui est l’aspect qui me fait le plus chier sur les réseaux sociaux, sur lequel j’ai travaillé pour limiter ce personal branding en concevant Seenthis (notamment : présentation des « réponses » au même niveau que les messages du locuteur initial, et petit triangle indiquant qu’un lien a déjà été partagé par quelqu’un d’autre), et raison pour laquelle je pense que militer ou faire de la politique sur ces réseaux est une immense perte de temps.

    Alors évidemment, les comportements de meute et de harcèlement sont dégueulasses, mais en même temps je les vois comme une conséquence assez inévitable de ces réseaux dont la raison d’être est de se représenter en avatar publicitaire de soi-même. On y souffre en permanence, on y scanne la moindre remarque négative, parce que déjà initialement on est dans l’hyper-contrôle de l’image que l’on projette de soi.

    Je peine à le formuler correctement, mais il me semble que, s’il faut effectivement dénoncer la virilité toxique, la déshumanisation des dominé·es, la sélection toute particulière des écoles de journalisme, que sais-je encore, il me semble qu’il faudrait aussi s’interroger sur ces formes de réseaux sociaux, entièrement tourné vers l’auto-promotion personnelle et professionnelle, où donc les enjeux sont devenus énormes pour chaque participant (en terme d’image de soi et aussi de carrière), alors même que ces formes ne sont pas les seules et qu’il faudrait s’interroger sur leur pertinence, à la fois en termes d’intérêt pour la collectivité, d’intérêt pour les militants politiques, mais aussi en terme de développement personnel.

    Parce que la version extrême de ces conneries, c’est de devenir une starlette du selfie sur Instagram. Pour moi, le personal branding des jeunes journalistes et militants sur Twitter et/ou Facebook, ce n’est jamais bien loin de cette logique. Où la moindre remarque négative devient une atteinte primordiale à ton image ; je doute que quiconque soit réellement préparé à cela, et je pense qu’il faudrait aussi savoir si, outre le comportement spécifique toxique des meutes de jeunes mecs, on n’est pas dans un modèle de réseau social où chacun adopte un comportement toxique, par la mise en place d’une publicité personnelle permanente, qui a accentué les effets de ces agressions.

    • Touchée par la justesse de ce que tu décris.
      J’ai volontairement flingué un compte facebook très suivi pour ça : une sensation assez malsaine de pouvoir « influencer ». Alors que je cherche juste à informer, à faire passer des des nuances, à montrer d’autres façons de voir...
      Et puis dans pouvoir influencer, il y a « pouvoir », et ça, au moment où nous tentions de questionner des choix faits par certaines personnes « influentes » quand à l’avenir de la zad et visibiliser leur prise de pouvoir, il a bien fallu que je m’y confronte. Ça fait toujours mal (puis du bien) de vérifier que si on ne résout pas en soi l’aspect « faire partie du problème », il est difficile d’envisager de faire partie de la solution...
      Pour ce qui me concerne, il me reste encore beaucoup beaucoup à apprendre sur le sujet, piégeant, de l’ego et du besoin de plaire, merci infiniment à toi de nous le rappeler par ce texte : il existe des outils et des réflexions pour éviter l’esprit de meute.
      <3

    • Sans vouloir enlevé du mérite à ton idée génial de seenthis, il y aussi d’autres outils que tweeter qui ont été utilisé. L’affaire de la ligue du lol en cache d’autres. Il y a par exemple le groupe « radio, bière, foot » du huffington post qui était un newsgroup et qui ne passait pas sur tweeter, mais par mail. Les femmes, personnes racisées et certains homos (surtout certaines, et plutot cis) y ont subit des discriminations, on leur donnait de fausses infos pour leur faire raté des réunions ou arrivé en retard sans les infos, et on se faisait tourner des montage photos racistes, sexistes, putophobes... Cette fois ci c’était pas du harcelement en meute via les réseaux, mais des humiliations entre collegues mecs qui se font des blagues à base de porno pour évincé les femmes, leur faire baisser leurs salaire, leur faire obstacle professionnelement, un peu comme ca se passe habituellement un peu partout et qui fait que les femmes sont effacées, harcelées, sous payées.... Le réseau social type tweeter, facebook ont l’inconveignant de décuplé l’effet de masse du harcelement mais ils ont l’avantage de laisser des traces pour retrouver les harceleurs comme on le voie ici.

    • Toute communication adressée non anonymement implique d’autant plus d’auto-censure qu’elle atteint des inconnus. Cette dernière rend nécessaire une analyse (« tourner 7 fois sa langue... ») propice à diverses formes de calculs (se soucier d’autopromotion, donc de complaire et de ne pas se faire d’ennemi...) menant à du groupthink. ¿’ ValK. a raison, nuancer réduit le risque. Toutefois rien ne nous y invite (peu de lecteurs peuvent/veulent « investir » de leur temps afin de lire un propos nuancé (un « pavé »), limitation de la taille d’une intervention (280 caractères de Twitter)...). D’autre part la pérennité des interventions a facilité voire permis les récentes mises en accusation de "LOL"istes, or nombre de vecteurs proposent à présent de publier une intervention éphémère (« snaps » Snapchat et autres « stories »), ce qui ouvre les vannes de ce genre de LOL en cela que constituer une preuve devient plus difficile et coûteux, et que cette évanescence même n’invite pas à investir lors de la rédaction, donc à ménager les lecteurs comme les tiers, à nuancer...

    • Je partage largement tes remarques !

      Je pense qu’il faudrait aussi les prolonger avec un regard critique sur le fonctionnement des entreprises qui valorisent cette capacité de personal branding comme une compétence, comme une capacité à être dans l’époque...

      Je me souvient d’un truc un peu caricatural de la boite qui était derrière OWNI et qui dans son profile pour recruter des gens mettait « forte présence en ligne » il suffisait d’être « présent », pas de savoir ce que tu racontais ou ce que tu faisais.


  • Violence, harcèlement, sexe : comment protéger ses enfants sur internet
    https://www.ladn.eu/media-mutants/violence-harcelement-sexe-comment-proteger-enfants-internet

    Selon l’étude Junior Connect’ 2018 menée par Ipsos, 84 % des 13-19 ans et 24 % des 7-12 possèdent un téléphone portable, et l’utilisent au moins deux heures par jour. Trois réseaux caracolent en tête : Snapchat, YouTube et Instagram. En marge, Tik Tok, Triller, Askip, Yubo et même Messenger Kids de Facebook...

    En 2018, une enquête menée par le Post a mis le doigt sur de très graves failles de sécurité dans l’application de playback Tik Tok. L’application dépasse largement Facebook avec 600 millions d’utilisateurs dans le monde (dont 2,5 en France). Elle est destinée aux ados de plus de 16 ans qui s’y filment en train de réaliser des chorégraphies, des danses de mains (ou de pieds) ou de changer de look dix fois dans la même vidéo.

    Les fonctionnalités ont été étudiées pour plaire aux millennials : les likes comme sur Insta et Facebook, les messages comme sur Messenger et les filtres pour améliorer son image comme sur Snapchat. D’où son succès.

    « Précocité mondialisée »

    Outre les accusations de pédopornographie, les reproches faits à Tik Tok concernent l’incitation pour les - très - jeunes filles, des mini-miss en quête de likes, de se mettre en scène dans des attitudes suggestives jusqu’à, parfois, simuler des actes sexuels. Une tendance synthétisée par l’expression de « précocité mondialisée » lancée par Sonia Devillers dans L’Édito M sur France Inter le 6 novembre 2018.

    Dans sa chronique, la journaliste raconte ce qu’elle a vu sur l’appli : « Glaçant. Plongée dans l’esthétique corporelle d’une jeunesse totalement clonée : toutes, les cheveux longs ; toutes, la poitrine très rehaussée ; toutes, le t-shirt coupé sous les seins ; toutes, le ventre ultra-plat, nombril dénudé ; toutes, les fesses rebondies ; toutes, quasi le même visage à la fois lisse et mutin. Elle concluait : c’est complètement flippant. »

    #Tik_Tok #Culture_numérique #Adolescents


  • Faking it: how selfie dysmorphia is driving people to seek surgery | Life and style | The Guardian
    https://www.theguardian.com/lifeandstyle/2019/jan/23/faking-it-how-selfie-dysmorphia-is-driving-people-to-seek-surgery?CMP=s

    The phenomenon of people requesting procedures to resemble their digital image has been referred to – sometimes flippantly, sometimes as a harbinger of end times – as “Snapchat dysmorphia”. The term was coined by the cosmetic doctor Tijion Esho, founder of the Esho clinics in London and Newcastle. He had noticed that where patients had once brought in pictures of celebrities with their ideal nose or jaw, they were now pointing to photos of themselves.

    @beautefatale


  • How cyber war affects #humanitarian aid
    https://hackernoon.com/how-cyber-war-affects-humanitarian-aid-e4f88b8caa6d?source=rss----3a8144

    How Cyber War Affects Humanitarian AidCyberwar tips from the @SwiftonSecurity Twitter accountImagine a dramatic, airport novel, most communications are down, electric and water service intermittent, internet services like Snapchat and messenger applications, non functional. The term cyber warfare conjures up images of computers launching attacks against each other, interrupting the modern world. Imagining how one would affect current humanitarian aid operations, or the knock on crisis digital war could create has yet to be fully explored. The International Red Cross Committee (ICRC) spotting a need, ran a symposium on this and related topics with the Digital Do No Harm Conference in London 11–12 December 2018. An esteemed colleague brought me on board the working group for cyber (...)

    #humanitarian-aid #cybersecurity #cyberwar #cryptocurrency


  • Who’s Really Behind the World’s Most Popular Free VPNs?
    https://hackernoon.com/whos-really-behind-the-world-s-most-popular-free-vpns-d74bafc82178?sourc

    After big names like Whatsapp, Snapchat, and Facebook, VPNs are the most searched-for applications in the world. “VPN” is the second-highest non-branded search term behind “games”, and free apps completely dominate the search results. The most popular applications have amassed hundreds of millions of installs between them worldwide, yet there seems to be very little attention paid to the companies behind them, and very little scrutiny done on behalf of the marketplaces hosting them.When someone opts to install a #vpn on their device, they are essentially choosing to trust their data with that company instead of their ISP or wireless carrier. The VPN provider can inspect your traffic, modify it, log it, and if their policy permits, send or sell it elsewhere. Given the potential for this data (...)

    #most-popular-vpn #privacy #china #security


  • The Chinese Social Network
    https://hackernoon.com/the-chinese-social-network-bb282204af9c?source=rss----3a8144eabfe3---4

    An origin story of Tencent and Chinese internet companiesSource: Fast CompanyTencent is among the largest technology companies in the world. According to The Verge, it is the most valuable company of any sort in Asia.Tencent owns WeChat, the “everything app” with almost 1 billion users — many of which are active for more than 4 hours a day. Bloomberg Businessweek says that’s more than the average time spent on Facebook, Instagram, Snapchat and Twitter combined.Tencent was founded by Ma Huateng (Pony Ma) with 4 of his friends in the city of Shenzhen during the late nineties. If you grew up or live in #china, the WeChat and QQ apps represent your social media, your teenage years, your wallet, your professional updates, your shopping sprees and your food-ordering experience all at once.The (...)

    #asia #startup #chinese-social-network #unicorns


  • À #Montpellier ce matin, charge de CRS et gaz lacrymogène contre nos enfants :
    https://www.midilibre.fr/2018/12/06/lycees-bloques-au-lycee-georges-clemenceau-la-cdi-charge-les-eleves,500276

    Au lycée Clemenceau, la situation est très tendue. Policiers et motards bloquent l’avenue. La compagnie départementale d’intervention a chargé. Des gaz lacrymogènes ont été répandus.

    (Je dis « nos enfants » par généralité, mes enfants à moi ne sont pas encore lycéen·nes. Mais j’aimerais bien que, quand il·les le seront, il·les ne seront pas éborgné·es pour avoir participé à une manifestation.)

    • Alors que Macron « appelle à l’aide face au risque de violence » (titre de Une de L’Immonde sur le net), la mobilisation lycéenne a deux défauts, elle est une extension potententiellement incontrôlable de la #composition des luttes en cours et est en mesure de réduire drastiquement la xénophobie (latente ou explicite) d’une part de la dynamique en cours. Donc niet.

      Yvelines : 146 interpellations devant un lycée de Mantes-la-Jolie après des incidents (police) #AFP

      via @paris

      En frapper un pour en terroriser mille (et ses parents avec), telle est la politique du gouvernement avant ce samedi 8 décembre. Pas sûr que ça marche.
      #enfance #lycéens #police

    • Ce qui fait dire à @Mélusine sur l’oiseau bleu :

      Je comprends pas pourquoi les lycéens blessés ne sont pas un scandale national, pourquoi tout le monde ne fait pas sa une dessus et pourquoi ce n’est pas le sujet principal de conversation partout.

    • Le premier ministre a eu des mots ciselés au sujet de ce qu’ils attendaient de tous, en parlant à l’Assemblée : de ne pas en rajouter au risque d’être tenus comptables de ce qui arrive. En off, je pense que les menaces sont beaucoup plus franches et décomplexées. Il y a quelques articles sur la façon dont les médias traditionnels ne relaient que le strict minimum de ce qu’il se passe.
      https://www.arretsurimages.net/articles/a-la-tele-deux-regimes-pour-les-videos-de-violences

      Interviewé dans le cadre d’un sujet sur le maintien de l’ordre pour le 20H de France 2, ce mercredi 5 décembre, le journaliste David Dufresne a constaté que ses propos critiques ""sont passés à la trappe", « explique-t-il à ASI.  »""Pendant l’interview, j’ai expliqué que la tradition française du maintien de l’ordre, établie en gros après mai 68 et qui consiste à dissuader, à tenir à distance les manifestants, semblait avoir volé en éclats ces 15 derniers jours, avec les Gilets jaunes comme avec les lycéens. Il y a une militarisation de la pratique, qui débouche sur de graves blessures (voir ici ou ici). Mais ils n’ont gardé que mon propos sur les casseurs qui ne sont pas nécessairement des casseurs professionnels mais aussi des Gilets jaunes en colère. Et quand je leur ai demandé pourquoi ils ne passaient pas les vidéos de violences policières dans les JT, on m’a répondu par un silence poli ." Poli, et révélateur.

    • JM Blanquer, à tous les professeurs de collèges et lycées :

      Mesdames et messieurs les Professeurs,
      Notre pays est confronté à une situation exceptionnelle.
      Au cours des jours derniers et dans certains de nos territoires, des violences particulièrement intenses sont apparues dans des cortèges composés en partie de lycéens.
      Dans ce contexte, la protection des personnes et la sécurité des établissements doivent être notre première priorité.
      C’est pourquoi, au regard du degré de violence qui émaille certaines manifestations, il est indispensable d’appeler à la sérénité, au calme et au respect des personnes et des biens. C’est une exigence démocratique au cœur de notre école.
      Dans ces circonstances, j’en appelle à la responsabilité de chacun et à un discours de sérénité adressé aux élèves. Ce message a également vocation à être partagé avec les familles pour qu’elles soient pleinement conscientes des risques que courent leurs enfants en se joignant à des attroupements qui ne sont ni organisés ni encadrés. Appeler des élèves à se mêler aux désordres urbains revient à leur faire courir un danger grave.
      Pour faire face à cette situation, vous pouvez compter sur l’institution tout entière et en particulier sur les équipes de direction, qui sont à vos côtés pour protéger les élèves et l’ensemble des personnels.
      Nous avons confiance dans l’avenir de notre jeunesse. Je vous remercie donc de contribuer à l’apaisement dont nos lycéens ont besoin pour se construire et réussir.
      En transmettant connaissances et valeurs à tous les élèves, les professeurs sont au cœur de la République. Aussi, je tiens à vous assurer de mon profond soutien pour l’accomplissement de votre mission.
      Avec toute ma confiance,
      Jean-Michel BLANQUER

      J’espère qu’il a également envoyé un appel à la sérénité et au calme aux forces de l’ordre.

    • Violences sur lycéens : les tirs de flashball font de nombreux blessés - Rapports de Force
      https://rapportsdeforce.fr/classes-en-lutte/violences-sur-lyceens-les-tirs-de-flashball-font-de-nombreux-blesses

      Sur les ondes de France-info, le ministre Jean-Michel Blanquer a évoqué ce matin un mouvement « d’une violence jamais vue », indiquant que quatre lycéens « se sont blessés assez grièvement », dédouanant ainsi l’action des forces de police. Depuis vendredi 30 novembre, plusieurs dizaines de milliers de jeunes descendent dans la rue contre la politique du gouvernement en matière d’éducation. Le nombre de jeunes blessés par des tirs de flashball est particulièrement élevé.

    • Blanquer s’appuie sur un fait réel pour servir son mensonge, il y a au moins un (ou une) lycéen(e) qui a été brulé par un retour de flamme (info vue je ne sais plus où), mais les blessés, mutilés dus à la police sont bien plus nombreux, mais les images de l’ arrestations de 147 lycéens à Mantes-la-Jolie, à genoux mains sur la tête montrent à l’envie, sans même aller chercher celles des très nombreux actes de répression violentes et ultra violentes des lycéens qui ont été diffusées hors des mass media que les policiers ont bien compris à quel point ce régime aux abois est prêt à aller, avec la menace d’interventions de blindés de la gendarmerie à Paris ce samedi, qui fait suite à la présence de snipper(s ?) samedi dernier dans un dispositif ou même la « prestigieuse » BRI était mobilisée :
      https://twitter.com/Obs_Violences/status/1070768467907919872

    • Warning signs...

      Une chose est sûre, l’« acte IV » du mouvement des « gilets jaunes » peut être un tournant si Paris s’embrase à nouveau. « S’il y a dix morts ce week-end, il n’est pas sûr qu’on puisse garder le ministre de l’Intérieur » , glisse un proche du chef de l’État. La perspective d’un remaniement nettement plus large commence à circuler de façon insistante. Au point de changer de premier ministre ? « Dans le meilleur des cas, il faudra un nouveau gouvernement avant les élections européennes. Dans le pire, avant Noël », lâche un macroniste du premier cercle.

      http://www.lefigaro.fr/politique/2018/12/05/01002-20181205ARTFIG00383-gilets-jaunes-macron-annule-la-hausse-des-taxes-e

      La #menace a pris corps contre les lycéens, mutilables à merci, et la voilà plus explicite encore au détour d’un bla bla politique...

    • Ce matin, j’ai été insulté, poussé, frappé, gazé. J’ai dû, avec mes collègues, former une chaîne humaine pour protéger les #élèves de mon #lycée, en panique et complètement déboussolés. Contre qui ?
      La Police Nationale.

      Qui provoquait les étudiants en passant, fenêtre ouverte : « Retourne chez toi ». « Nique ta mère », « T’es le prochain » en imitant une mitraillette.
      Qui frappaient sur leurs boucliers, comme s’ils étaient les spartiates des temps modernes.

      Qui ont percuté avec leur véhicule un élève et notre proviseur-adjointe.
      Qui ont embarqué trois élèves « #pour_l'exemple ».
      Qui ont tiré au #flashball/lacrymo sans aucune sommation ni raison, et qui ont blessé un jeune au bras.

      Ce soir, je découvre les images des autres bahuts en France.
      La même chose. Partout.

      Je suis fatigué et écœuré.
      #StopViolences appellent les députés de la majorité ? Mais reprenez le contrôle de vos forces de l’ordre, qu’elles arrêtent leur violence !

      On commémore aujourd’hui les 32 ans de la mort de #MalikOussekine : n’avons-nous donc rien appris de ces tristes évènements ?

      https://twitter.com/YohOmbriel/status/1070772788640796672

    • C’est #apocalyptique, au sens premier de dévoilement, révélation.

      Révélation, au premier rang, de la #médiocrité du chef de bande ayant perdu les pédales – même les quelques macroniens qui restent encore en ont bien pris conscience – absolument pas à la hauteur de l’événement. Médiocrité des sbires, à la recherche de victimes expiatoires, prêts à tout pour ne pas être dans la fournée des sacrifiés.

      Remake néo-libéral de La Chute ?

      Le roi est nu.

      Les commanditaires s’aperçoivent que la brillante cavale sur laquelle ils ont misé n’est qu’un tocard. Faudra-t-il aussi sacrifier la marionnette pour essayer de sauver ce qui peut encore l’être ? L’absence de rechange ne laisse plus beaucoup d’autre sortie envisageable que la fuite en avant dans un renforcement de l’autoritarisme, un durcissement de la répression et la mobilisation de tout l’arsenal mis en place pour « lutter contre le terrorisme ». Mais QUI pour mener tout ça ?

    • Cette image, et les 700 gardes à vues de lycéens, c’est un cocktail molotov balancé au milieu d’une situation sociale qui est déjà un baril d’essence à très haut indice d’octane. Dans moins de 3 jours le gouvernement va se retrouver non plus avec 200 mais avec 2000 lycées bloqués


      https://twitter.com/GaspardGlanz/status/1070813554184470528

      La #vidéo ici (entre autres) :
      https://twitter.com/T_Bouhafs/status/1070775086137966592

      Un tweet de l’AFP (compte AFP factuel) qui confirme la véracité des images :

      Vous êtes nombreux à nous interroger sur la véracité de ses images. Elles ont bien été tournées aujourd’hui après des incidents près du #lycée #Saint-Exupéry à #Mantes-la-Jolie, en région parisienne

      https://twitter.com/AfpFactuel/status/1070781218734661632

      #violences_policières

    • Les images des gamins à genoux, il semble assez clair que c’est filmé par un CRS, ou au moins que les CRS ne sont absolument pas gênés d’être filmés à ce moment. L’aspect « démonstration de force » est donc évident et totalement assumé.

    • Ma fille est en seconde dans un lycée à Toulouse, où la situation s’est tendue brutalement mardi. En cause : la réaction des flics aux petits blocages du lundi.

      En gros, ce qui était prévu, c’est manif et blocage des lycées lundi puis retour à la normale : il y a beaucoup d’évaluations et d’examens en ce moment, les gamins sont quand même un peu investis dans leurs études → d’ailleurs, s’ils ne l’étaient pas, la vétusté du lycée (pas franchement rénové depuis sa construction en 1963), les classes de 35, Parcoursup et les frais d’inscription multipliés par 10 ou 15, ils s’en battraient les steaks.

      Bref, les lundi, une partie des élèves du lycée décident de bloquer l’entrée et direct, ils sont font gazés par les CRS. Il y en avait tellement que ça a envahi toute la cité scolaire (2000 élèves, quand même), incommodant tous ceux qui avaient choisi de suivre les cours qui continuaient à l’intérieur.

      C’est à cause de cela que la mouvement a été reconduit le lendemain, avec décision de durcir le blocus. Le lycée de ma fille est celui des quartiers. Le lundi, celui qui a craqué et mis la zone, c’est le lycée à côté, du bon côté de la rocade, plutôt neuf et très bien équipé où vont les gosses des classes moyennes. Les gamins ont envahis les rues autour et du coup, le préfet a demandé à la compagnie de transport de la ville de tout arrêter, partout. Le prétexte était la sécurité, mais j’ai bien vu sur les réseaux que ça a surtout servi à énerver la population contre ses propres gamins.

    • @monolecte Oui, je me dis ça aussi : à nouveau le choix du début de la chronologie est très marquant. Médiatiquement, les images de répression contre les jeunes semblent débuter avec les « débordements » et les voitures brûlées (ce qui, de fait, justifierait qu’on éborgne et qu’on gaze des enfants). Alors que pour les jeunes, il est assez évident que ça démarre au moins une ou deux journées plus tôt avec les gardes à vue scandaleuses de plus de 24 heures (j’ai vu mentionné 36 heures) de lycéens au motif qu’ils avaient graffé « Macron démission » sur le panneau d’affichage du lycée.

    • Un jour de plus dans la révolution citoyenne | Jean-Luc Mélenchon
      https://melenchon.fr/2018/12/07/un-jour-de-plus-dans-la-revolution-citoyenne

      À l’image des gilets jaunes, elle est fondamentalement populaire. Les lycées professionnels et les établissements des régions urbaines isolées sont en première ligne. Est-ce pour cela que la répression est si violente ? la caste des donneurs d’ordres n’a pas ses gosses dans ces établissements.

    • @biggrizzly Oui, c’est assez frappant, cette omniprésence des arguments à la Pandraud (« si les jeunes faisaient pas les cons, les flics ne seraient pas obligés de leur dessouder la gueule à grands coups matraques »).

      Ou : les fachos comme dernier rempart de la Macronie… :-))

    • @arno j’arrête pas de poster mes commentaires avant de les avoir rédigé en entier → pour revenir à la ligne sur FB, il faut faire maj+retour, alors qu’ici, ça poste !

      Bref, tout le monde a pu voir Toulouse qui brûle le mardi alors que personne n’a trop rapporté le crime originel qui a été la répression systématique des lycéens dès le départ, alors qu’il ne se passait rien. Autrement dit : on aurait voulu chauffer les esprits qu’on ne se s’y serait pas pris autrement !.

      Le mardi, l’ambiance était haineuse sur Toulouse. J’ai remarqué aussi que les gens de droite et/ou fachos étaient très présents sur les fils infos. Beaucoup proposaient de faire mal aux gosses, voire de les jeter dans la Garonne… vous voyez l’ambiance.
      Ma fille a eu le temps d’arriver à la Cité de l’espace où elle avait sortie pédagogique toute la journée, mais en fait personne n’en a profité, partout, tout le monde était collé sur les portables à se demander comment ça allait finir.

      Ce qui est remarquable, c’est que ce sont les lycées plutôt nantis qui sont partis violemment. Le plus remarquable étant celui de Blagnac, bien sûr, où rien ne s’était passé la veille.

      Les médias ont une sorte de syndrome de Néron : les images ont rapidement fait le tour du monde. Du coup, les gamins qui ont créé des groupes d’organisation du bordel sur Snapchat et Instagram s’énervaient partout.

      Sur les réseaux, l’incident de Blagnac a suscité les envolés de ceux qui souhaiteraient coller le problème sur les jeunes basanés de banlieue… du genre : « un lycée de banlieue brûle à Toulouse, suivez mon regard… ».

      Comme les agences de presse du monde entier venaient faire leurs courses sur les réseaux, j’ai passé pas mal de temps à répondre à ce genre d’insinuations en rappelant que ce lycée est dans le fief d’Airbus, qu’il est plutôt récent et très très bien doté, qu’il accueille les gosses des ingénieurs et autres classes moyennes sup de la région, voire même de l’étranger tant il est bien classé. C’est limite une vitrine.

      Bref, ça a été le bordel, mais en grande part parce que la préfecture voulait la fermeture totale du réseau, paralysant la ville, même pour les lignes qui n’étaient sur aucun point chaud.

      Le mardi soir, il y a eu le discours tout pourri du ministre (à la limite, s’il avait dit : « allez vous faire foutre ! », ça serait pieux passé), et sur les réseaux, les gosses, là, voulaient clairement en découdre. On a profité de l’accalmie du mercredi pour rapatrier la gosse (à sa demande). Faut savoir que depuis lundi matin, nous subissons aussi une grève SNCF qui fait qu’au lieu d’être à 3 heures de transports, notre fille est plutôt à 5. Elle savait ce qui était prévu pour son lycée le jeudi et on en a déduit qu’il allait fermer dans la journée… ce qui a été le cas. Le retour de flammes, il semble que c’était là.

      Sinon, hier, il y a eu une très belle convergence des lycéens et des étudiants à la fac du Mirail (Jean-Jaurès) : 3000 participants à l’AG, qui a été dissoute avant le vote. En effet, un groupe de lycéens qui souhaitaient quitter le quartier Saint-Cyprien où les manifs sont traditionnellement contenues, se faisait méchamment repousser au niveau du Pont neuf, c’est à dire à l’endroit qui marque l’entrée dans la ville bourgeoise et les centres du pouvoir réel de Toulouse. Là aussi, la cartographie serait très éclairante. Ils sont partis 3000, ils sont arrivés 1500 en renfort sur la zone d’affrontement.

      Là, j’ai moins d’infos, mais à priori, les CRS ont utilisé la méthode normale pour renvoyer les manifestants vers la périphérie : envoi de lacrymos, recul des manifestants, avancée des murs de boucliers sur le boulevard et les rues adjacente, visualisation, re lacrymos. Pas top, mais évite le contact, au moins.

      L’autre truc remarquable, c’est que les quartiers ne bougent pas.
      Voilà.

    • Le moment de vérité est double :
      • les macroniens sont-ils bien les héritiers des versaillais ?
      • les méthodes de maintien de l’ordre et de communication « à l’israélienne » vont-elles être appliquées par nos médias et nos forces de l’ordre, sans sourciller ?

      J’entends :
      • Vont-ils assumer les morts et les blessés, au nom de l’application à tout prix de leur programme politique minoritaire ?
      • Vont-ils assumer d’appliquer une répression et une communication « à la façon » dont les manifestations récentes à Gaza ont été réprimées et relatées ?

    • Ça marche vachement bien leur truc. Mardi ils évacuent le seul point de fixation de Montpellier (le rond-point des Prés d’Arènes), où régnait une ambiance bonne enfant, à l’écart du centre-ville ; ensuite les gaz lacrymogènes contre les lycéens qui avaient brûlé des poubelles (ouh là là…). Hier, interpellation d’une dizaine de 13-17 ans, toujours en garde à vue apparemment aujourd’hui.

      Gros succès de la répression : aujourd’hui un lycée de plus en grève. À l’instant, fermeture du Polygone (le grand centre commercial du centre-ville) par crainte de « remontées » des lycéens, et les gros bistrots de la Comédie en train de ranger leurs terrasses. La course à pied dans le centre de demain matin annulée.

      Tout ça dans une ville où, grosso modo, il n’y a pas eu aucun débordement (en dehors de quelques poubelles martyrisées).

      Grosse ambiance festive, dites-donc.

    • À Montreuil, ma cousine vient de se faire incendier sa voiture par les lycéens voisins. (ping @philippe_de_jonckheere …)

      Près de chez moi, XIVè près de Denfert-Rochereau, on se prépare à l’état de siège : la bibliothèque vient d’annoncer une fermeture exceptionnelle (ainsi que 16 autres bibliothèques municipales), les commerçants voient comment sécuriser leurs vitrines (je ne suis pas dans un des grands axes) le plus simple étant de rester fermés.

    • On m’indique qu’à Nantes, toutes les poubelles à proximité d’un lycée ont été prises pour faire un feu...
      Les bourgeois prennent la version des autorités à la lettre : il y a des casseurs, et les casseurs dilapident nos impôts, et la Police nous défend. Et ceux qui se font défigurer l’ont mérité, la preuve y-a nos poubelles qui sont volées.


  • Interview With A 13-Year Old Developer #entrepreneur
    https://hackernoon.com/interview-with-a-13-year-old-developer-entrepreneur-82c1372879d?source=r

    When we hear of stories about young entrepreneurs, it is probably common to think of young people around 25 to 30 years old. After all, the founders of Google, Amazon, Facebook, Twitter, LinkedIn, Pinterest, Instagram, Snapchat, among many other organizations, were all in their 20s when they founded their organizations. With the human connection to technology and the mind being exposed early, the platforms to which we become accustomed as part of our daily lives cannot quite be re-created, but young minds can advance past what they are given to create their own world.These young minds are thinking beyond to a world for themselves, not dwelling on the world that we are leaving for them. The older generations never once thought about the consequences and impact of producing nearly 300 (...)

    #entrepreneurship #web-development #programming #teenagers


  • affordance.info : Pricey Birthday : Facebook a (encore) tué les anniversaires.
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2018/11/facebook-a-encore-tue-les-anniversaires.html

    par Olivier Ertzscheid

    Depuis que je suis sur Facebook, c’est à dire quasiment depuis la création de la plateforme, je l’ai vu faire évoluer notre perception (et notre célébration) des anniversaires.
    Birthday killing.

    J’ai vu Facebook tuer les anniversaires et ce dès 2010, six ans à peine après sa création.

    « But now everyone knows it’s your birthday. I used to be right up there with cake, but Facebook has commoditized my one and only social skill. I’ve been replaced by the computer. And it’s not just Facebook. I was the second person to wish my son a happy fourth birthday. The first was his dentist’s customer relations management software. »

    Tout comme vous j’ai, dans le même temps, vu également apparaître ces formes à peine dissimulées de hameçonnage attentionnel consistant à nous inviter, par notifications le plus souvent aussi intempestives que bullshitesques, à féliciter nos « relations » pour célébrer leurs « anniversaires de travail » sur LinkedIn.

    J’ai vu donc la petite mort d’un rituel social en même temps que sur les mêmes plateformes assassines naissaient d’autres rituels de célébration : ainsi les adolescents et jeunes adultes se mirent à l’occasion de chacun des anniversaires de leurs camarades à publier sur Facebook différents « dossiers » de photos les représentant dans des postures assez peu valorisantes et assez drôles (j’en sais quelque chose puisque je suis encore ami avec mes étudiant(e)s).

    J’ai vu aussi ce dernier rituel se tarir à mesure que lesdits jeunes adultes et adolescents délaissaient la plateforme pour migrer vers d’autres espaces de socialisation en ligne comme WhatsApp, Snapchat ou Instagram, laissant Facebook à leurs (vieux) parents.

    Et j’ai vu. Et j’ai vu, récemment, apparaître sur Facebook un nouveau rituel d’anniversaire. Consistant à collecter directement de l’argent pour financer telle ou telle cause / association (il est également possible de lancer une collecte de fonds pour soi-même). J’ai ainsi vu naître le « Mercy Market », le marché de la pitié.

    Avec le Charity Birthday façon Facebook, c’est toute la relation « donateur-donataire » qui est reconfigurée, tant sur le plan monétaire que sur le plan symbolique. Celui qui reçoit (le donataire) n’est plus qu’un intermédiaire entre le donateur et le donataire réel (l’association caritative) et cet intermédiaire a pour fonction de solliciter directement le donateur sur le plan social en le désignant nommément et, comme je l’indiquais plus haut, en lui faisant porter la charge symbolique d’un éventuel refus. Une charge symbolique d’autant plus importante et signifiante qu’elle mobilise des problématiques en lien avec le domaine caritatif.

    Dans ces Charity Birthday, Facebook efface également le lien entre "personnalisation du cadeau" et "niveau de proximité et d’intimité" avec l’impétrant(e). Comme il avait effacé le marqueur affectif consistant à mémoriser uniquement les dates d’anniversaires de ses amis les plus importants en systématisant la procédure de rappel calendaire.
    C’est peut-être l’anniversaire du don caritatif mais c’est toujours pas la fête des politiques publiques de lutte contre la misère et les inégalités.

    Les logiques de dons caritatifs via des plateformes généralistes (comme Facebook) ou dédiées (l’ensemble des solutions de crowdfunding) occupent une place chaque jour plus importante et déterminante à l’échelle de ce que les acteurs économiques identifient désormais clairement comme un "Mercy Market" qui est le nouvel avatar du "Charity Business".

    #Anniversaire #Facebook #Charity_business #Rituels_numériques


  • Tik Tok : royaume de la petite fille hyper-sexuée (France Inter)
    https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-m/l-edito-m-06-novembre-2018

    C’est l’appli la plus téléchargée au monde, devant Facebook, Instagram, Snapchat en septembre. Presque 600 millions d’utilisateurs mensuels, 150 millions actifs au quotidien, 2 millions en France.
    […]
    Je vous parle ici d’une déferlante dans les collèges et lycées. Particulièrement chez les gamines. J’en ai visionné hier une palanquée. Glaçant. Plongée dans l’esthétique corporelle d’une jeunesse totalement clonée : toutes, les cheveux longs ; toutes, la poitrine très rehaussée ; toutes, le t-shirt coupé sous les seins ; toutes, le ventre ultra plat, nombril dénudé ; toutes, les fesses rebondies ; toutes, quasi le même visage à la fois lisse et mutin. C’est complètement flippant.
    […]
    Une gestuelle hyper-sexualisée reproduite à l’infinie par des très jeunes filles qui se copient dans le monde entier en quête de « like » et de commentaires

    #enfants #filles #hyper-sexualisation #genre #réseaux_sociaux


  • Grosse opération anti Snapchat cette semaine à l’école de mes enfants :

    Les enseignant·es sont de plus en plus inquiet·es par la "sur-utilisation" des smartphones et de certains réseaux sociaux (quelques dérapages en début d’année et de plus en plus de problèmes de violence, de harcèlement, etc.). Mais aussi et surtout, les enseignant·es remarquent que beaucoup de ces élèves s’enferment dans le "monde smartphone" et perdent le contact avec le réel immédiat, montre des signes d’addictions, de désocialisation, des résultats scolaires anormalement excécrables, etc...

    Ce matin, en discutant avec certain·es enseignant·es, ça ressemblait à un début de panique.

    « Es-tu dépendant·e de Snapchat ?

    Participe à la semaine sans Snapchat. Informations et inscription dans ta classe.

    Les avantages :

    – Tu peux être plus heureux·ses
    – Tu seras moins égocentrique
    – Tu pourras t’intéresser à beaucoup d’autres choses
    – Tu seras moins stressé·e
    – Tu dormiras mieux et tu seras plus créatif·ve
    – Tu pourras plus profiter [en live] de tes ami·es »

    #réseaux_sociaux #snapchat #addiction #écrans #tablettes #smatphones #enfants #enfances #marketing #consommation #manipulation


  • Les dessous d’Anaca3, la pilule minceur star des réseaux sociaux
    https://abonnes.lemonde.fr/sante/article/2018/10/26/les-dessous-d-anaca3-la-pilule-minceur-star-des-reseaux-sociaux_5375

    Vendredi 19 octobre, Carline, une blogueuse beauté suivie par 53 000 personnes sur Instagram, a eu une désagréable surprise en ouvrant sa porte : un huissier la met en demeure de supprimer un article de blog publié sept mois plus tôt, « Anaca3 : ce qu’on ne vous dit pas ! Avis & test », consacré à une gélule amincissante, sous peine d’être convoquée au tribunal. L’huissier est missionné par Nutravalia, l’entreprise qui fabrique le complément alimentaire Anaca3.

    Dès le lendemain, l’influenceuse relate sa mésaventure sur Twitter. « L’intervention de l’huissier m’a effrayée. Je n’ai pas su comment réagir tout de suite, mais, en reprenant mes esprits, j’ai su qu’il fallait que je partage cela avec ma communauté », raconte-t-elle au Monde. Refusant de « céder à leur menace », elle n’a pas supprimé son article. Dans sa mise en demeure, que Le Monde a consultée, Nutravalia reprochait à la blogueuse des « propos diffamatoires et injurieux ».

    La recette de cette réussite entrepreneuriale, qui doit beaucoup à des techniques de marketing très agressives, s’est construite en deux temps. Par le biais de sites Internet vitrines d’abord, puis grâce à de nouveaux alliés qui ont fleuri sur les réseaux sociaux ces dernières années : la télé-réalité et les influenceurs.

    Mais les ingrédients du succès fulgurant de Nutravalia sont le fruit d’une décision plus tardive. Adieu les sites d’avis créés par l’entreprise, bienvenue sur les réseaux sociaux. A partir de 2016, Anaca3, son produit phare, s’affiche partout sur YouTube, Instagram et Snapchat, à côté des stars de la télé-réalité. Un choix iconoclaste, dans un marché où les concurrents se bousculent plutôt pour figurer dans les rayons des pharmacies et des supermarchés, mais qui s’avérera payant.

    Le dispositif est simple : un candidat de télé-réalité se met en scène sur Instagram ou Snapchat avec un produit et l’accompagne d’une description flatteuse. Pour une seule publication, il touche « entre 700 et 3 000 euros, selon le nombre de ses abonnés », explique au Monde Bastien Grimal, ancien candidat de « Secret Story ». « C’était extrêmement profitable. On calculait le taux de rendement à partir des codes promotionnels uniques qu’ils filaient à leurs abonnés. Pour 100 euros investis, on avait parfois jusqu’à 350 euros de commandes », précise un ancien salarié de Nutravalia.

    Peu de chance qu’un dérapage n’arrive et ne ternisse l’image de la marque : les agents qui gèrent ces contrats publicitaires donnent à leurs protégés « des éléments de langage » à insérer dans les descriptions, reconnaît Magali Berdah, la fondatrice de Shauna Events, la principale agence en affaires avec Nutravalia, interrogée par Le Monde. « A eux de s’en inspirer ou non », ajoute-t-elle, préférant insister sur la liberté de ses protégés et le fait qu’ils ne promeuvent les produits Anaca3 que lorsqu’ils les apprécient.

    L’ancien candidat de télé-réalité Bastien Grimal, lui, rit franchement lorsqu’on lui demande si les influenceurs s’impliquent personnellement dans ces placements de produits : « Ils ne testent pas toujours le produit et, surtout, ils veulent passer le moins de temps possible sur les posts sponsorisés. Du coup, ils se contentent souvent de copier-coller la “caption” [texte promotionnel] envoyée par l’agence. »

    #Publicité #Influenceurs #Marketing_internet



  • « Sur les réseaux sociaux, le contenu n’existe que pour maximiser des chiffres : likes, coeurs, retweets »
    https://usbeketrica.com/article/reseaux-sociaux-contenu-existe-maximiser-chiffres-nathan-jurgenson

    Embauché par Snapchat mais indépendant éditorialement, critique mais de son propre aveu « partial », Nathan Jurgenson est un théoricien des réseaux sociaux au statut intriguant. Rédacteur en chef du magazine « Real Life », lancé par Snapchat en 2016, ex-rédacteur du magazine The New Inquiry, Nathan Jurgenson est aussi connu pour sa critique du digital dualism, terme qu’il propose en 2011, et qui décrit la façon dont sont généralement scindés l’univers d’Internet, considéré comme « virtuel », et la « vraie (...)

    #Facebook #Instagram #Like #Snapchat #Twitter #algorithme #manipulation #marketing


  • Can Mark Zuckerberg Fix Facebook Before It Breaks Democracy? | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/magazine/2018/09/17/can-mark-zuckerberg-fix-facebook-before-it-breaks-democracy

    Since 2011, Zuckerberg has lived in a century-old white clapboard Craftsman in the Crescent Park neighborhood, an enclave of giant oaks and historic homes not far from Stanford University. The house, which cost seven million dollars, affords him a sense of sanctuary. It’s set back from the road, shielded by hedges, a wall, and mature trees. Guests enter through an arched wooden gate and follow a long gravel path to a front lawn with a saltwater pool in the center. The year after Zuckerberg bought the house, he and his longtime girlfriend, Priscilla Chan, held their wedding in the back yard, which encompasses gardens, a pond, and a shaded pavilion. Since then, they have had two children, and acquired a seven-hundred-acre estate in Hawaii, a ski retreat in Montana, and a four-story town house on Liberty Hill, in San Francisco. But the family’s full-time residence is here, a ten-minute drive from Facebook’s headquarters.

    Occasionally, Zuckerberg records a Facebook video from the back yard or the dinner table, as is expected of a man who built his fortune exhorting employees to keep “pushing the world in the direction of making it a more open and transparent place.” But his appetite for personal openness is limited. Although Zuckerberg is the most famous entrepreneur of his generation, he remains elusive to everyone but a small circle of family and friends, and his efforts to protect his privacy inevitably attract attention. The local press has chronicled his feud with a developer who announced plans to build a mansion that would look into Zuckerberg’s master bedroom. After a legal fight, the developer gave up, and Zuckerberg spent forty-four million dollars to buy the houses surrounding his. Over the years, he has come to believe that he will always be the subject of criticism. “We’re not—pick your noncontroversial business—selling dog food, although I think that people who do that probably say there is controversy in that, too, but this is an inherently cultural thing,” he told me, of his business. “It’s at the intersection of technology and psychology, and it’s very personal.”

    At the same time, former Facebook executives, echoing a growing body of research, began to voice misgivings about the company’s role in exacerbating isolation, outrage, and addictive behaviors. One of the largest studies, published last year in the American Journal of Epidemiology, followed the Facebook use of more than five thousand people over three years and found that higher use correlated with self-reported declines in physical health, mental health, and life satisfaction. At an event in November, 2017, Sean Parker, Facebook’s first president, called himself a “conscientious objector” to social media, saying, “God only knows what it’s doing to our children’s brains.” A few days later, Chamath Palihapitiya, the former vice-president of user growth, told an audience at Stanford, “The short-term, dopamine-driven feedback loops that we have created are destroying how society works—no civil discourse, no coöperation, misinformation, mistruth.” Palihapitiya, a prominent Silicon Valley figure who worked at Facebook from 2007 to 2011, said, “I feel tremendous guilt. I think we all knew in the back of our minds.” Of his children, he added, “They’re not allowed to use this shit.” (Facebook replied to the remarks in a statement, noting that Palihapitiya had left six years earlier, and adding, “Facebook was a very different company back then.”)

    In March, Facebook was confronted with an even larger scandal: the Times and the British newspaper the Observer reported that a researcher had gained access to the personal information of Facebook users and sold it to Cambridge Analytica, a consultancy hired by Trump and other Republicans which advertised using “psychographic” techniques to manipulate voter behavior. In all, the personal data of eighty-seven million people had been harvested. Moreover, Facebook had known of the problem since December of 2015 but had said nothing to users or regulators. The company acknowledged the breach only after the press discovered it.

    We spoke at his home, at his office, and by phone. I also interviewed four dozen people inside and outside the company about its culture, his performance, and his decision-making. I found Zuckerberg straining, not always coherently, to grasp problems for which he was plainly unprepared. These are not technical puzzles to be cracked in the middle of the night but some of the subtlest aspects of human affairs, including the meaning of truth, the limits of free speech, and the origins of violence.

    Zuckerberg is now at the center of a full-fledged debate about the moral character of Silicon Valley and the conscience of its leaders. Leslie Berlin, a historian of technology at Stanford, told me, “For a long time, Silicon Valley enjoyed an unencumbered embrace in America. And now everyone says, Is this a trick? And the question Mark Zuckerberg is dealing with is: Should my company be the arbiter of truth and decency for two billion people? Nobody in the history of technology has dealt with that.”

    In 2002, Zuckerberg went to Harvard, where he embraced the hacker mystique, which celebrates brilliance in pursuit of disruption. “The ‘fuck you’ to those in power was very strong,” the longtime friend said. In 2004, as a sophomore, he embarked on the project whose origin story is now well known: the founding of Thefacebook.com with four fellow-students (“the” was dropped the following year); the legal battles over ownership, including a suit filed by twin brothers, Cameron and Tyler Winklevoss, accusing Zuckerberg of stealing their idea; the disclosure of embarrassing messages in which Zuckerberg mocked users for giving him so much data (“they ‘trust me.’ dumb fucks,” he wrote); his regrets about those remarks, and his efforts, in the years afterward, to convince the world that he has left that mind-set behind.

    New hires learned that a crucial measure of the company’s performance was how many people had logged in to Facebook on six of the previous seven days, a measurement known as L6/7. “You could say it’s how many people love this service so much they use it six out of seven days,” Parakilas, who left the company in 2012, said. “But, if your job is to get that number up, at some point you run out of good, purely positive ways. You start thinking about ‘Well, what are the dark patterns that I can use to get people to log back in?’ ”

    Facebook engineers became a new breed of behaviorists, tweaking levers of vanity and passion and susceptibility. The real-world effects were striking. In 2012, when Chan was in medical school, she and Zuckerberg discussed a critical shortage of organs for transplant, inspiring Zuckerberg to add a small, powerful nudge on Facebook: if people indicated that they were organ donors, it triggered a notification to friends, and, in turn, a cascade of social pressure. Researchers later found that, on the first day the feature appeared, it increased official organ-donor enrollment more than twentyfold nationwide.

    Sean Parker later described the company’s expertise as “exploiting a vulnerability in human psychology.” The goal: “How do we consume as much of your time and conscious attention as possible?” Facebook engineers discovered that people find it nearly impossible not to log in after receiving an e-mail saying that someone has uploaded a picture of them. Facebook also discovered its power to affect people’s political behavior. Researchers found that, during the 2010 midterm elections, Facebook was able to prod users to vote simply by feeding them pictures of friends who had already voted, and by giving them the option to click on an “I Voted” button. The technique boosted turnout by three hundred and forty thousand people—more than four times the number of votes separating Trump and Clinton in key states in the 2016 race. It became a running joke among employees that Facebook could tilt an election just by choosing where to deploy its “I Voted” button.

    These powers of social engineering could be put to dubious purposes. In 2012, Facebook data scientists used nearly seven hundred thousand people as guinea pigs, feeding them happy or sad posts to test whether emotion is contagious on social media. (They concluded that it is.) When the findings were published, in the Proceedings of the National Academy of Sciences, they caused an uproar among users, many of whom were horrified that their emotions may have been surreptitiously manipulated. In an apology, one of the scientists wrote, “In hindsight, the research benefits of the paper may not have justified all of this anxiety.”

    Facebook was, in the words of Tristan Harris, a former design ethicist at Google, becoming a pioneer in “ persuasive technology.

    Facebook had adopted a buccaneering motto, “Move fast and break things,” which celebrated the idea that it was better to be flawed and first than careful and perfect. Andrew Bosworth, a former Harvard teaching assistant who is now one of Zuckerberg’s longest-serving lieutenants and a member of his inner circle, explained, “A failure can be a form of success. It’s not the form you want, but it can be a useful thing to how you learn.” In Zuckerberg’s view, skeptics were often just fogies and scolds. “There’s always someone who wants to slow you down,” he said in a commencement address at Harvard last year. “In our society, we often don’t do big things because we’re so afraid of making mistakes that we ignore all the things wrong today if we do nothing. The reality is, anything we do will have issues in the future. But that can’t keep us from starting.”

    In contrast to a traditional foundation, an L.L.C. can lobby and give money to politicians, without as strict a legal requirement to disclose activities. In other words, rather than trying to win over politicians and citizens in places like Newark, Zuckerberg and Chan could help elect politicians who agree with them, and rally the public directly by running ads and supporting advocacy groups. (A spokesperson for C.Z.I. said that it has given no money to candidates; it has supported ballot initiatives through a 501(c)(4) social-welfare organization.) “The whole point of the L.L.C. structure is to allow a coördinated attack,” Rob Reich, a co-director of Stanford’s Center on Philanthropy and Civil Society, told me. The structure has gained popularity in Silicon Valley but has been criticized for allowing wealthy individuals to orchestrate large-scale social agendas behind closed doors. Reich said, “There should be much greater transparency, so that it’s not dark. That’s not a criticism of Mark Zuckerberg. It’s a criticism of the law.”

    La question des langues est fondamentale quand il s’agit de réseaux sociaux

    Beginning in 2013, a series of experts on Myanmar met with Facebook officials to warn them that it was fuelling attacks on the Rohingya. David Madden, an entrepreneur based in Myanmar, delivered a presentation to officials at the Menlo Park headquarters, pointing out that the company was playing a role akin to that of the radio broadcasts that spread hatred during the Rwandan genocide. In 2016, C4ADS, a Washington-based nonprofit, published a detailed analysis of Facebook usage in Myanmar, and described a “campaign of hate speech that actively dehumanizes Muslims.” Facebook officials said that they were hiring more Burmese-language reviewers to take down dangerous content, but the company repeatedly declined to say how many had actually been hired. By last March, the situation had become dire: almost a million Rohingya had fled the country, and more than a hundred thousand were confined to internal camps. The United Nations investigator in charge of examining the crisis, which the U.N. has deemed a genocide, said, “I’m afraid that Facebook has now turned into a beast, and not what it was originally intended.” Afterward, when pressed, Zuckerberg repeated the claim that Facebook was “hiring dozens” of additional Burmese-language content reviewers.

    More than three months later, I asked Jes Kaliebe Petersen, the C.E.O. of Phandeeyar, a tech hub in Myanmar, if there had been any progress. “We haven’t seen any tangible change from Facebook,” he told me. “We don’t know how much content is being reported. We don’t know how many people at Facebook speak Burmese. The situation is getting worse and worse here.”

    I saw Zuckerberg the following morning, and asked him what was taking so long. He replied, “I think, fundamentally, we’ve been slow at the same thing in a number of areas, because it’s actually the same problem. But, yeah, I think the situation in Myanmar is terrible.” It was a frustrating and evasive reply. I asked him to specify the problem. He said, “Across the board, the solution to this is we need to move from what is fundamentally a reactive model to a model where we are using technical systems to flag things to a much larger number of people who speak all the native languages around the world and who can just capture much more of the content.”

    Lecture des journaux ou des aggrégateurs ?

    once asked Zuckerberg what he reads to get the news. “I probably mostly read aggregators,” he said. “I definitely follow Techmeme”—a roundup of headlines about his industry—“and the media and political equivalents of that, just for awareness.” He went on, “There’s really no newspaper that I pick up and read front to back. Well, that might be true of most people these days—most people don’t read the physical paper—but there aren’t many news Web sites where I go to browse.”

    A couple of days later, he called me and asked to revisit the subject. “I felt like my answers were kind of vague, because I didn’t necessarily feel like it was appropriate for me to get into which specific organizations or reporters I read and follow,” he said. “I guess what I tried to convey, although I’m not sure if this came across clearly, is that the job of uncovering new facts and doing it in a trusted way is just an absolutely critical function for society.”

    Zuckerberg and Sandberg have attributed their mistakes to excessive optimism, a blindness to the darker applications of their service. But that explanation ignores their fixation on growth, and their unwillingness to heed warnings. Zuckerberg resisted calls to reorganize the company around a new understanding of privacy, or to reconsider the depth of data it collects for advertisers.

    Antitrust

    In barely two years, the mood in Washington had shifted. Internet companies and entrepreneurs, formerly valorized as the vanguard of American ingenuity and the astronauts of our time, were being compared to Standard Oil and other monopolists of the Gilded Age. This spring, the Wall Street Journal published an article that began, “Imagine a not-too-distant future in which trustbusters force Facebook to sell off Instagram and WhatsApp.” It was accompanied by a sepia-toned illustration in which portraits of Zuckerberg, Tim Cook, and other tech C.E.O.s had been grafted onto overstuffed torsos meant to evoke the robber barons. In 1915, Louis Brandeis, the reformer and future Supreme Court Justice, testified before a congressional committee about the dangers of corporations large enough that they could achieve a level of near-sovereignty “so powerful that the ordinary social and industrial forces existing are insufficient to cope with it.” He called this the “curse of bigness.” Tim Wu, a Columbia law-school professor and the author of a forthcoming book inspired by Brandeis’s phrase, told me, “Today, no sector exemplifies more clearly the threat of bigness to democracy than Big Tech.” He added, “When a concentrated private power has such control over what we see and hear, it has a power that rivals or exceeds that of elected government.”

    When I asked Zuckerberg whether policymakers might try to break up Facebook, he replied, adamantly, that such a move would be a mistake. The field is “extremely competitive,” he told me. “I think sometimes people get into this mode of ‘Well, there’s not, like, an exact replacement for Facebook.’ Well, actually, that makes it more competitive, because what we really are is a system of different things: we compete with Twitter as a broadcast medium; we compete with Snapchat as a broadcast medium; we do messaging, and iMessage is default-installed on every iPhone.” He acknowledged the deeper concern. “There’s this other question, which is just, laws aside, how do we feel about these tech companies being big?” he said. But he argued that efforts to “curtail” the growth of Facebook or other Silicon Valley heavyweights would cede the field to China. “I think that anything that we’re doing to constrain them will, first, have an impact on how successful we can be in other places,” he said. “I wouldn’t worry in the near term about Chinese companies or anyone else winning in the U.S., for the most part. But there are all these places where there are day-to-day more competitive situations—in Southeast Asia, across Europe, Latin America, lots of different places.”

    The rough consensus in Washington is that regulators are unlikely to try to break up Facebook. The F.T.C. will almost certainly fine the company for violations, and may consider blocking it from buying big potential competitors, but, as a former F.T.C. commissioner told me, “in the United States you’re allowed to have a monopoly position, as long as you achieve it and maintain it without doing illegal things.”

    Facebook is encountering tougher treatment in Europe, where antitrust laws are stronger and the history of fascism makes people especially wary of intrusions on privacy. One of the most formidable critics of Silicon Valley is the European Union’s top antitrust regulator, Margrethe Vestager.

    In Vestager’s view, a healthy market should produce competitors to Facebook that position themselves as ethical alternatives, collecting less data and seeking a smaller share of user attention. “We need social media that will allow us to have a nonaddictive, advertising-free space,” she said. “You’re more than welcome to be successful and to dramatically outgrow your competitors if customers like your product. But, if you grow to be dominant, you have a special responsibility not to misuse your dominant position to make it very difficult for others to compete against you and to attract potential customers. Of course, we keep an eye on it. If we get worried, we will start looking.”

    Modération

    As hard as it is to curb election propaganda, Zuckerberg’s most intractable problem may lie elsewhere—in the struggle over which opinions can appear on Facebook, which cannot, and who gets to decide. As an engineer, Zuckerberg never wanted to wade into the realm of content. Initially, Facebook tried blocking certain kinds of material, such as posts featuring nudity, but it was forced to create long lists of exceptions, including images of breast-feeding, “acts of protest,” and works of art. Once Facebook became a venue for political debate, the problem exploded. In April, in a call with investment analysts, Zuckerberg said glumly that it was proving “easier to build an A.I. system to detect a nipple than what is hate speech.”

    The cult of growth leads to the curse of bigness: every day, a billion things were being posted to Facebook. At any given moment, a Facebook “content moderator” was deciding whether a post in, say, Sri Lanka met the standard of hate speech or whether a dispute over Korean politics had crossed the line into bullying. Zuckerberg sought to avoid banning users, preferring to be a “platform for all ideas.” But he needed to prevent Facebook from becoming a swamp of hoaxes and abuse. His solution was to ban “hate speech” and impose lesser punishments for “misinformation,” a broad category that ranged from crude deceptions to simple mistakes. Facebook tried to develop rules about how the punishments would be applied, but each idiosyncratic scenario prompted more rules, and over time they became byzantine. According to Facebook training slides published by the Guardian last year, moderators were told that it was permissible to say “You are such a Jew” but not permissible to say “Irish are the best, but really French sucks,” because the latter was defining another people as “inferiors.” Users could not write “Migrants are scum,” because it is dehumanizing, but they could write “Keep the horny migrant teen-agers away from our daughters.” The distinctions were explained to trainees in arcane formulas such as “Not Protected + Quasi protected = not protected.”

    It will hardly be the last quandary of this sort. Facebook’s free-speech dilemmas have no simple answers—you don’t have to be a fan of Alex Jones to be unnerved by the company’s extraordinary power to silence a voice when it chooses, or, for that matter, to amplify others, to pull the levers of what we see, hear, and experience. Zuckerberg is hoping to erect a scalable system, an orderly decision tree that accounts for every eventuality and exception, but the boundaries of speech are a bedevilling problem that defies mechanistic fixes. The Supreme Court, defining obscenity, landed on “I know it when I see it.” For now, Facebook is making do with a Rube Goldberg machine of policies and improvisations, and opportunists are relishing it. Senator Ted Cruz, Republican of Texas, seized on the ban of Jones as a fascist assault on conservatives. In a moment that was rich even by Cruz’s standards, he quoted Martin Niemöller’s famous lines about the Holocaust, saying, “As the poem goes, you know, ‘First they came for Alex Jones.’ ”

    #Facebook #Histoire_numérique


  • Quand des vandales transforment New York City en Jewtropolis sur les cartes de plusieurs applications mobiles

    http://www.fredzone.org/quand-des-vandales-transforment-new-york-city-en-jewtropolis-sur-les-carte

    a Snap Map du site de médias sociaux Snapchat permet aux utilisateurs de découvrir du contenu dans des endroits spécifiques, comme l’actualité ou les évènements sportifs. Grande fut donc la surprise des utilisateurs lorsqu’ils ont découvert que New York City avait disparu subitement de la carte. En fait elle n’avait pas vraiment disparu, elle avait simplement été remplacée par « Jewtropolis », qu’on pourrait traduire par « la patrie des Juifs ».

    #cartographie #manipulation #détournement #perversion_de_la_carte #antisémitisme #racisme #débilité


  • Which is better Instagram marketing or Snapchat marketing?
    https://technologypoints.com/which-is-better-instagram-marketing-or-snapchat-marketing

    Instagram and Snapchat are two giants in the field of digital marketing. Both of these platforms are the favorite of a large number of people and are best for online marketing. For a digital marketer, selecting one of them is somehow a difficult task as both of them are the winners and losers in different […]


  • How Augmented Reality Has Changed Selfies Forever
    https://hackernoon.com/how-augmented-reality-has-changed-selfies-forever-2945a2f19270?source=rs

    In 2015, Snapchat blew the top off selfies when they introduced the first interactive filter. Known to many of us simply as “barfing rainbows,” this iconic filter started a trend of real-time filtered selfies. Computer tracking technology maps the face for certain focal points, like the eyes and nose, to match up the user’s face with the filter. The result is a customized, and sometimes goofy, #selfie that’s just begging to be shared with friends. There’s a reason Snapchat remains the top social media platform for sharing selfies, even over Instagram.This facial mapping technology goes even further. Apple stepped up to the plate with the release of the iPhone X boasting a facial recognition phone unlock feature that replaces the typical password and PIN. In Europe, more than one in three (...)

    #augmented-reality #infographics #social-media #ar


  • This is How Augmented Reality Will Reshape Our #future
    https://hackernoon.com/this-is-how-augmented-reality-will-reshape-our-future-53214985b6d?source

    Pricekart.comWe see new technologies and trends emerge almost every day. Last year, we saw Virtual Reality making its way into various sectors. Among these latest developments, Augmented Reality is one such technology that is here to stay and become an indispensable part of our lives. Augmented Reality uses the existing environment and overlays additional information on top of that.If you are still unclear about what AR is, then all you have to do is go back and remember the time Pokémon Go took over the internet by storm. The game revolves around players catching digital monsters. Similarly, apps such as Snapchat, Facebook and Instagram offer users with filters which overlay animated images onto users’ faces.You will now be wondering how this technology can reshape or transform our (...)

    #ar-future #augmented-reality #future-augmented #reshape-our-future


  • What #bitcoin and #snapchat Reveal About The #future of #tech
    https://hackernoon.com/what-bitcoin-and-snapchat-reveal-about-the-future-of-tech-f6b62b35c8ce?s

    Bitcoin and Snapchat are two massively popular products. While they’re both very different, at the core of their successes is the same counter-intuitive principle. Understanding it helps us see what the next billion dollar idea might be.BitcoinOne of the most important features of computers is that they can effortlessly duplicate information.It’s hard to appreciate how convenient this is. Before computers, if I sent you a hand-written letter, the letter was gone. There could only be one version of that letter in the world. Today, I can send the same email to a near-infinite amount of people.A big part of the 90s and the 2000s was about getting used to this new world where information, music, movies, etc, could be infinitely duplicated and shared. Today we’re used to it. We take it for  (...)

    #blockchain


  • Snapchat has a hidden visual search function

    The popular photo sharing app has unreleased sections of code that will enable online searches through photos.
    What it says: According to TechCrunch (https://technologyreview.us11.list-manage.com/track/click?u=47c1a9cec9749a8f8cbc83e78&id=4c6f58ec3a&e) , text buried in Snapchat’s building blocks reads, “Press and hold to identify an object, song, barcode, and more! This works by sending data to Amazon, Shazam, and other partners.” After the scan is complete, you can “See all results at Amazon.”
    Code detective: The feature, codenamed “Eagle” was discovered by 15-year-old app researcher Ishan Agarwal.
    Why it matters: It reveals a possible partnership with Amazon, and indicates Snapchat is looking for new ways to bring in revenue. This gave Snap stocks a three percent bump yesterday. According to the Information (https://technologyreview.us11.list-manage.com/track/click?u=47c1a9cec9749a8f8cbc83e78&id=570bceb893&e), it will also be launching a gaming platform this fall. A visual search feature could set Snapchat apart from platforms like Instagram, and give users a reason to stay—or come back—to the app.



  • On #spotify Ads Studio
    https://hackernoon.com/on-spotify-ads-studio-f689e2ab0d87?source=rss----3a8144eabfe3---4

    I shared some thoughts on Spotify Ads on Twitter & LinkedIn so wanted to expand on it.When I first came across a Facebook Ad for the Spotify Ads Studio beta. I jumped on the train to sign up. Much like Snapchat, Spotify didn’t start as a programmatic ad platform. You had to talk to sales, have huge brand budgets to create ads on Spotify. My guess is, post IPO, Spotify needs to show revenue #growth and aggressive run rates so it made sense to tap into to the SMB advertisers market who represent a massive volume.This is not a business essay so Spotify business & financials are irrelevant. On to the Ad Studio.MechanicsTo kick things off, I created a very basic ad for my consulting business 42+ Agency. The campaign creation is a great experience. You can write a script (text) and (...)

    #spotify-ads #demand-generation #advertising


  • How to Build a Killer App Similar to #snapchat
    https://hackernoon.com/how-to-build-a-killer-app-similar-to-snapchat-b6d36cd383a9?source=rss---

    Snapchat MonetizationSo, You are here to build an app just like Snapchat clone! Sounds like a Pretty Canny Idea! Isn’t it? Righto,“Snapchat is Awesome!”Nay! So you haven’t seen the incredible statistics of Snapchat. Some of its noteworthy facts:Around 3.5 billions snaps are sent everyday.Roughly it would take around 10 years to view all the photos shared in Snapchat. (wow)Snapchat have around 187 million daily active users.The Content views on Snapchat are compared with Facebook.No wonder why Zuckerberg was keen on Snapchat to avail it on its own for $ 3 billion and later offer around $ 6 billion. Could you swallow the factor that Snapchat’s current estimation worth is reaching $ 22 billion?So, finally, now you wonder building an Snapchat clone sounds a great idea! Now it’s time to be (...)

    #mobile #mobile-app-development