company:space

  • The most expensive hyphen in history
    https://www.fastcompany.com/90365077/the-most-expensive-hyphen-in-history

    Bugs, bugs bugs

    By Charles Fishman4 minute Read

    This is the 18th in an exclusive series of 50 articles, one published each day until July 20, exploring the 50th anniversary of the first-ever Moon landing. You can check out 50 Days to the Moon here every day.

    In the dark on Sunday morning, July 22, 1962, NASA launched the first-ever U.S. interplanetary space probe: Mariner 1, headed for Venus, Earth’s neighbor closer to the Sun.

    Mariner 1 was launched atop a 103-foot-tall Atlas-Agena rocket at 5:21 a.m. EDT. For 3 minutes and 32 seconds, it rose perfectly, accelerating to the edge of space, nearly 100 miles up.

    But at that moment, Mariner 1 started to veer in odd, unplanned ways, first aiming northwest, then pointing nose down. The rocket was out of control and headed for the shipping lanes of the North Atlantic. Four minutes and 50 seconds into flight, a range safety officer at Cape Canaveral—in an effort to prevent the rocket from hitting people or land—flipped two switches, and explosives in the Atlas blew the rocket apart in a spectacular cascade of fireworks visible back in Florida.

    The Mariner 1 probe itself was blown free of the debris, and its radio transponder continued to ping flight control for another 67 seconds, until it hit the Atlantic Ocean.

    This was the third failed probe in 1962 alone; NASA had also launched two failed probes to the Moon. But the disappointment was softened by the fact that a second, identical Mariner spacecraft (along with an identical Atlas-Agena rocket) were already in hangers at the Cape, standing by. Mariner 2 was launched successfully a month later and reached Venus on December 14, 1962, where it discovered that the temperature was 797º F and that the planet rotated in the opposite direction of Earth and Mars. The Sun on Venus rises in the West.

    It was possible to launch Mariner 1’s twin just 36 days after the disaster because it took scientists at NASA’s Jet Propulsion Laboratory only five days to figure out what had gone wrong. In handwritten computer coding instructions, in dozens and dozens of lines of flight guidance equations, a single letter had been written incorrectly, probably forgetfully.

    In a critical spot, the equations contained an “R” symbol (for “radius”). The “R” was supposed to have a bar over it, indicating a “smoothing” function; the line told the guidance computer to average the data it was receiving and to ignore what was likely to be spurious data. But as written and then coded onto punch cards and into the guidance computer, the “R” didn’t have a bar over it. The “R-bar” became simply “R.”

    As it happened, on launch, Mariner 1 briefly lost guidance-lock with the ground, which was not uncommon. The rocket was supposed to follow its course until guidance-lock was re-achieved, unless it received instructions from the ground computer. But without the R-bar, the ground computer got confused about Mariner 1’s performance, thought it was off course, and started sending signals to the rocket to “correct” its course, instructions that weren’t necessary—and weren’t correct.

    Therefore “phantom erratic behavior” became “actual erratic behavior,” as one analyst wrote. In the minute or so that controllers waited, the rocket and the guidance computer on the ground were never able to get themselves sorted out, because the “averaging” function that would have kept the rocket on course wasn’t programmed into the computer. And so the range safety officer did his job.

    A single handwritten line, the length of a hyphen, doomed the most elaborate spaceship the U.S. had until then designed, along with its launch rocket. Or rather, the absence of that bar doomed it. The error cost $18.5 million ($156 million today).

    In the popular press, for simplicity, the missing bar became a hyphen. The New York Times front-page headline was “For Want of a Hyphen Venus Rocket Is Lost.” The Los Angeles Times headline: “‘Hyphen’ Blows Up Rocket.” The science fiction writer Arthur C. Clarke, in his 1968 book The Promise of Space, called it “the most expensive hyphen in history.”

    For NASA’s computer programmers, it was a lesson in care, caution, and testing that ended up steeped into their bones. During 11 Apollo missions, more than 100 days total of spaceflight, the Apollo flight computers performed without a single fault.

    But what happened to Mariner 1 was, in fact, an arresting vulnerability of the new Space Age. A single missing bolt in a B-52 nuclear bomber wasn’t going to bring down the plane, but a single inattentive moment in computer programming—of the sort anyone can imagine having—could have a cascade of consequences.

    George Mueller was NASA’s associate administrator for manned spaceflight from 1963 to 1969, the most critical period for Apollo’s development. Just before that, Mueller had been an executive at Space Technology Laboratories, which had responsibility for writing the guidance equations for Mariner 1, including the equation with the missing bar.

    During his years at NASA, Mueller kept a reminder of the importance of even the smallest elements of spaceflight on the wall behind his desk: a framed image of a hyphen.

    #Histoire_numerique #Nasa #Mariner

    • SpaceX anticipates launching thousands of satellites — creating a mega-constellation of false stars collectively called Starlink that will connect the entire planet to the internet, and introduce a new line of business for the private spaceflight company.

      (...)

      “This has the potential to change what a natural sky looks like,” said Tyler Nordgren, an astronomer

  • Panique astronomique face à la constellation de satellites d’Elon Musk
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/panique-astronomique-face-a-la-constellation-de-satellites-d-elon-musk-818

    TRAIN DE SATELLITES | Constellation Startlink de SpaceX d’Elon Musk | (Source Marco Langbroek)
    https://www.youtube.com/watch?v=3FL8OsJ2oa4

    Envahissante la constellation Starlink de satellites de SpaceX, s’inquiète la communauté des astronomes.

    Si le ciel est dégagé mercredi soir, vous verrez peut-être défiler dans le ciel une chaîne de 60 points brillants, les premiers satellites de la constellation Starlink mise en orbite jeudi dernier par SpaceX, la société d’Elon Musk. C’est justement le fait qu’ils soient aussi visibles, et que le patron ait l’intention d’en envoyer 12.000 en tout afin de fournir le globe en internet à haut débit, qui fait souffler un vent de panique dans la communauté des astronomes depuis quelques jours.
    […]
    Les satellites Starlink font environ 227 kilogrammes et étaient particulièrement brillants peu après leur lancement jeudi dernier, à environ 440 km d’altitude, car ils sont plats, et ont un grand panneau solaire reflétant la lumière. La brillance dépend de l’angle des panneaux, et de celle de l’orbite.

    Un astronome néerlandais, Marco Langbroek, avait anticipé la trajectoire et a réussi à filmer vendredi le « train » bien droit des satellites, comme une armée extraterrestre. Depuis, chaque soir, des astronomes tentent d’observer la longue traîne, qui s’allonge et met plus de dix minutes à traverser le ciel.

    • http://www.rfi.fr/science/20190601-space-x-pointe-doigt-cause-satellites-trop-lumineux

      Pollution radio et débris orbitaux

      Cela soulève encore un autre problème, non pas la pollution lumineuse, mais la pollution radio : ces constellations ont pour but de garantir un accès internet sur tout le globe, et les ondes qu’elles utilisent pour y parvenir risquent de gêner les radio-télescopes installés par les observatoires. Tout cela sans parler de la question des débris orbitaux. On estime aujourd’hui à 21 000 le nombre d’objets d’une taille supérieure à 10 centimètres en orbite autour de la Terre. La multiplication d’objets en orbite basse de la Terre augmente donc le risque de la collision entre un débris et l’un de ces satellites. Cela entraînerait la création de nouveaux débris, dans une réaction en chaîne. Au-delà d’un certain seuil, un tel scénario rendrait tout simplement impossibles l’exploration spatiale et l’envoi de nouveaux satellites ; il y aurait trop de risques qu’ils soient détruits par des fragments d’engins en orbite, dans ce qu’on appelle lesyndrome de Kessler.

      #astronautique #satellites

  • The Race to Develop the Moon | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/magazine/2019/05/06/the-race-to-develop-the-moon

    The guiding laws of space are defined by the Outer Space Treaty, from 1967, which has been signed by a hundred and eight countries, including all those with substantial space programs. “Laws that govern outer space are similar to the laws for the high seas,” Alain Berinstain, the vice-president of global development at the lunar-exploration company Moon Express, explained. “If you are two hundred miles away from the continental shelf, those waters don’t belong to anybody—they belong to everybody.” Moon Express describes the moon as the eighth continent. The company, which is based in Florida, is hoping to deliver its first lander to the moon in 2020; on board will be telescopes and the Celestis cremains. “If you look down at the waters from your ship and see fish, those fish belong to everybody,” Berinstain continued. “But, if you put a net down and pull those fish onto the deck of the ship, they’re yours. This could change, but right now that is how the U.S. is interpreting the Outer Space Treaty.”

    Individual countries have their own interpretations of the treaty, and set up their own regulatory frameworks. Luxembourg promotes itself as “a unique legal, regulatory and business environment” for companies devoted to space resources, and is the first European country to pass legislation similar to that of the U.S., deeming resources collected in space to be ownable by private entities.

    It’s not difficult to imagine moon development, like all development, proceeding less than peacefully, and less than equitably. (At least, unlike with colonization on Earth, there are no natives whose land we’re taking, or so we assume.) Philip Metzger, a planetary physicist at the University of Central Florida, said, “I’m really glad that all these countries, all these companies, are going to the moon. But there will be problems.” Any country can withdraw from the Outer Space Treaty by giving a year’s notice. “If any country feels it has a sufficient lead in space, that is a motivation to withdraw from the treaty,” he said.

    So there is a tacit space race already. On the one hand, every national space agency applauded the success of the Chang’e-4 lander. The mission had science partnerships with Germany, the Netherlands, Saudi Arabia, and Sweden. NASA collaborates with many countries in space, sharing data, communications networks, and expertise. Russian rockets bring American astronauts to the International Space Station. When, in response to economic sanctions, the head of the Russian space agency said that maybe the American astronauts could get to the I.S.S. by trampoline, the comment was dismissed as posturing. Still, NASA has contracted with Boeing and SpaceX, Elon Musk’s rocket company, to begin taking astronauts to the I.S.S. this year—which means the U.S. will no longer rely on Russia for that. Russia and China say they will work together on a moon base. NASA used to collaborate with the China National Space Administration; in 2011, six months after members of NASA visited the C.N.S.A., Congress passed a bill that effectively prohibited collaboration.

    It’s natural to want to leave the moon undisturbed; it’s also clear that humanity will disturb it. But do we need to live there? Jeff Bezos, the founder of Amazon, envisages zoning the moon for heavy industry, and Earth for light industry and residential purposes. Bezos’s company Blue Origin is developing reusable rockets intended to bring humans reliably back and forth from space, with the long-term goal of creating manufacturing plants there, in zero gravity. Earth would be eased of its industrial burden, and the lower-gravity conditions would be beneficial for making certain goods, such as fibre-optic cables.

    “There’s the argument that we’ve destroyed the Earth and now we’re going to destroy the moon. But I don’t see it that way,” Metzger said. “The resources in space are billions of times greater than on Earth. Space pretty much erases everything we do. If you crush an asteroid to dust, the solar wind will blow it away. We can’t really mess up the solar system.”

    #Espace #Communs #Tragédie_communs #Idéologie_californienne #Géopolitique

  • L’ONG #Sea-Eye va identifier les embarcations en détresse grâce aux #images_satellites

    L’ONG allemande Sea-Eye se lance dans un nouveau projet : le #Space-Eye. Objectif : utiliser les images satellites d’une société privée pour alerter sur la présence de migrants en détresse au large de la Libye, et documenter d’éventuelles violations des droits de l’Homme.

    Après les navires humanitaires et les avions de reconnaissance qui sillonnent les côtes libyennes à la recherche d’embarcations de migrants en détresse, Sea-Eye s’intéresse désormais aux images satellite avec un nouveau projet, Space-Eye. L’ONG allemande vient de signer un contrat avec Planet, une société privée américaine de fournisseur d’images satellites, afin de surveiller les côtes libyennes.

    Les images satellites fournies permettront à Sea-Eye d’alerter les ONG présentes au large de la Libye ou le MRCC italien et maltais, lorsqu’un navire est en difficulté.

    Mais ce n’est pas la seule mission que s’est donné Space-Eye. L’ONG cherche aussi à recenser les canots qui n’ont pas pu être secourus ; comment ? En comparant les images satellites actuelles à celles plus anciennes. En effet, #Planet peut fournir des images remontant sur plusieurs années, qu’elle garde en stock.

    « On veut ainsi vérifier si Frontex [garde-côtes européens, ndlr] vient secourir les migrants ou non lorsqu’ils reçoivent un appel de détresse. On a des doutes. Avec les images satellites et les signaux émis par Frontex, on pourra y voir plus clair », explique à InfoMigrants Hans-Peter Buschheuer, chargé de la communication de Space-Eye.

    La zone de surveillance définie englobe 4 500 kilomètres, au large des côtes libyennes. Elle s’étend sur 100 km de long et 30 km de large, au plus près de la région où les départs sont les plus importants.

    Pour l’ONG, ce projet est nécessaire car la politique européenne les inquiète. En effet, l’Italie n’accueille plus aucun navire sur son sol depuis l’arrivée au pouvoir de Matteo Salvini l’année dernière. Pire, les navires humanitaires sont régulièrement maintenus à quai dans les ports européens. « On pense qu’à terme il n’y aura plus aucun navire humanitaire dans la zone et que les avions comme le #Moonbird seront cloués au sol. Les images satellites seront le seul moyen de surveiller ce qu’il se passe le long des côtes libyennes », précise encore Hans-Peter Buschheuer.
    Space-Eye espère publier un rapport sur d’éventuelles violations des droits de l’Homme au large de la Libye dans les prochains mois.

    https://www.infomigrants.net/fr/post/15933/l-ong-sea-eye-va-identifier-les-embarcations-en-detresse-grace-aux-ima
    #sauvetage #Méditerranée #ONG #asile #migrations #réfugiés #nouvelle_stratégie #droits_humains #forensic_architecture

    métaliste ici :
    https://seenthis.net/messages/706177

  • #binance Launchpad: Toxic, but Smart.
    https://hackernoon.com/binance-launchpad-toxic-but-smart-add69da1bfdd?source=rss----3a8144eabfe

    Photo by SpaceX on UnsplashThe recent relaunch of Binance Launchpad was really successful. After BitTorrent and Fetch.AI, it’s now Celer which is going to run its #ico on the popular exchange. But with the hype around these ICO’s, we may ask ourselves questions like: is this healthy for the market? Is this really a viable system?Before beginning, a brief explanation of what Binance Launchpad is, should be helpful for some of you. The idea behind Launchpad is to be able to participate in ICOs on Binance in order for you to receive your tokens directly into your Binance wallet. That’s the main advantage for users. Another advantage is that you don’t have to go through all these KYC steps that most ICOs require. A last advantage that’s worth mentioning is that, as an investor, it’s a guarantee (...)

    #cryptocurrency #cryptocurrency-exchange #blockchain

  • How to build a spaceship — my wild voyage discovering the one person company.
    https://hackernoon.com/how-to-build-a-spaceship-my-wild-voyage-discovering-the-one-person-compa

    How to build a spaceship — my wild voyage discovering the one person company.I’m twenty-one. It feels like forever ago. I’m not all that different from most aspiring entrepreneurs. I want to build a spaceship. A big shiny one, like Elon Musk’s.My obsession began in college, while I was attending the University of Southern Indiana. I had just read Ashlee Vance’s masterful book, Elon Musk: Tesla, SpaceX and the Quest for a Fantastic Future.It’s a lovely tale. It’s hugely captivating like Star Trek. Yet, in some very odd way, it feels within reach.Vance’s great #writing makes the idea of building electric cars that can zip from 0 to 60 mph at the blink of an eye and spaceships that can deliver massive payloads to outer-space… achievable.It’s a dangerous combination. In fact, I’d go as far as arguing (...)

    #startup #business #entrepreneurship #marketing

  • Trump précise la structure de la future force spatiale américaine | Astronomie et espace
    https://www.lapresse.ca/sciences/astronomie-et-espace/201902/19/01-5215339-trump-precise-la-structure-de-la-future-force-spatiale-americain

    Dans un premier temps, la « Space Force » prendra la forme d’un commandement militaire au sein de l’armée de l’air. Puis, avec l’aval du Congrès, elle deviendra une force à part entière avec son propre chef d’état-major et un sous-secrétaire à l’Espace mais toujours dans le giron de l’armée de l’air, comme le corps des Marines qui opère au sein de la Navy.

    L’ensemble des personnels militaires et civils qui travaillent dans le domaine spatial au sein du Pentagone (satellites, fusées, armes, technologies...) seront regroupés sous un commandement unique.

    Le texte présidentiel évoque l’indépendance de la force spatiale par rapport à l’armée de l’air dans un avenir indéterminé.

    « Nous avons beaucoup d’#armes nouvelles défensives et offensives créées spécialement pour cela et nous allons désormais commencer à les exploiter », a dit Donald Trump.

    #Etats-unis

  • The world’s 310 unicorns are valued at over $1,000 billion
    https://hackernoon.com/the-worlds-310-unicorns-are-valued-at-over-1-000-billion-3987e8a56900?so

    According to CB Insights’ unicorn tracker, unicorns have raised a combined total of nearly $257 billion.Data by #startup and venture capital intelligence firm CB Insights show a total of 310 private companies around the world valued at more than $1 billion as of January 2019. Last year, 112 new companies joined the global unicorn club, a 58% increase from the 71 new unicorns in 2017.The collective worth of all unicorns currently identified by CB Insights — and published in a new infographic under 13 categories — is $1,052 billion. They have raised a combined total of nearly $257 billion.Credits: CB InsightsThe top 10 unicorns by market value are:Bytedance (valued at $75 billion)Uber ($72 billion)Didi Chuxing ($56 billion)WeWork ($47 billion)Airbnb ($29.3 billion)SpaceX ($21.5 billion)Palantir and (...)

    #tech-unicorns #all-tech-unicorns #all-unicorn-companie #how-many-tech-unicorn

  • Macron à Francazal : Célébration du complexe militaro-industriel et de la start-up nation à Toulouse. - IAATA
    https://iaata.info/Macron-a-Francazal-Celebration-du-complexe-militaro-industriel-et-de-la-star

    Macron à Francazal : Célébration du complexe militaro-industriel et de la start-up nation à Toulouse.
    Publié le 19 janvier 2019

    Ce jeudi 17 janvier 2019, Macron a choisi de souhaiter les vœux aux armées sur le site de la base aérienne de Francazal à Toulouse. Macron est venu défendre sa Startup Nation Army : Technologies de pointes, surveillance, arme de dernier cris, caméras, drones, robots, etc...
    (Tract distribué le jour de la venue de Macron, pendant l’action des Gilets Jaunes, boqués par des milliers de flics...)

    Ce jeudi 17 janvier 2019, Macron a choisi de souhaiter les vœux aux armées une seule fois et depuis un seul lieu (au lieu d’une traditionnelle tournée) : le site de la base aérienne de Francazal au sud de Toulouse. Si Macron visite Francazal ce n’est peut-être pas au hasard. La base et le régiment qu’il visite sont l’exemple même de l’armée de « demain » c’est-à-dire des armes de haute technologie entre les mains des corps d’élite (ici les parachutistes). Armes conçues et produites par le complexe militaro-industriel aéronautique toulousain (entre autres, Airbus Defence and Space, Thales, Safran, CNES, DGA techniques aéronautiques, etc.). Le site de Francazal est pressenti comme le futur centre européen du développement des technologies militaires et civiles de la robotique et des drones (Voir : « Un village pour drones et robots en projet dans le Sud Toulousain », la Tribune, 06/02/18). Francazal a aussi vocation à devenir le nouveau pôle européen pour les transports du futur avec l’implantation de la branche européenne de l’entreprise californienne HYPERLOOP (projet imaginé par Elon Musk chef de file du transhumanisme mondial propriétaire et fondateur de Tesla, PayPal, Space X, Neuralink, etc.). Son projet délirant : la création d’un train ultrarapide à sustentation magnétique frôlant la vitesse du son et qui se déplacera dans un tube sous vide (Voir : « A Toulouse-Francazal on croit aux transports du futur », La Dépêche, 13/10/2018).

    Macron adresse donc ses voeux à la Startup Nation Army qu’il veut construire et vient soutenir le projet de reconversion du site de Francazal en sa vitrine européenne. C’est tout un monde qui se cache derrière cette visite. Un monde protégé par une police et une armée suréquipées, augmentées technologiquement et assistées par des drones et des robots. Un monde qui creuse toujours plus les fractures entre les classes, un monde construit par et pour ceux qui pourront se payer l’hyperloop pour des aller-retours entre métropoles hyper connectées pour des réunions d’actionnaires ou des week-ends shopping de luxe, alors que la plupart ne peuvent même plus se payer l’essence nécessaire pour parcourir les kilomètres que leur travail leur oblige à faire — et ce pour une bouchée de pain en guise de salaire.

  • Macron à Francazal : Célébration du complexe militaro-industriel et de la start-up nation à Toulouse. - IAATA
    https://iaata.info/Macron-a-Francazal-Celebration-du-complexe-militaro-industriel-et-de-la-star

    Macron à Francazal : Célébration du complexe militaro-industriel et de la start-up nation à Toulouse.
    Publié le 19 janvier 2019

    Ce jeudi 17 janvier 2019, Macron a choisi de souhaiter les vœux aux armées sur le site de la base aérienne de Francazal à Toulouse. Macron est venu défendre sa Startup Nation Army : Technologies de pointes, surveillance, arme de dernier cris, caméras, drones, robots, etc...
    (Tract distribué le jour de la venue de Macron, pendant l’action des Gilets Jaunes, boqués par des milliers de flics...)

    Ce jeudi 17 janvier 2019, Macron a choisi de souhaiter les vœux aux armées une seule fois et depuis un seul lieu (au lieu d’une traditionnelle tournée) : le site de la base aérienne de Francazal au sud de Toulouse. Si Macron visite Francazal ce n’est peut-être pas au hasard. La base et le régiment qu’il visite sont l’exemple même de l’armée de « demain » c’est-à-dire des armes de haute technologie entre les mains des corps d’élite (ici les parachutistes). Armes conçues et produites par le complexe militaro-industriel aéronautique toulousain (entre autres, Airbus Defence and Space, Thales, Safran, CNES, DGA techniques aéronautiques, etc.). Le site de Francazal est pressenti comme le futur centre européen du développement des technologies militaires et civiles de la robotique et des drones (Voir : « Un village pour drones et robots en projet dans le Sud Toulousain », la Tribune, 06/02/18). Francazal a aussi vocation à devenir le nouveau pôle européen pour les transports du futur avec l’implantation de la branche européenne de l’entreprise californienne HYPERLOOP (projet imaginé par Elon Musk chef de file du transhumanisme mondial propriétaire et fondateur de Tesla, PayPal, Space X, Neuralink, etc.). Son projet délirant : la création d’un train ultrarapide à sustentation magnétique frôlant la vitesse du son et qui se déplacera dans un tube sous vide (Voir : « A Toulouse-Francazal on croit aux transports du futur », La Dépêche, 13/10/2018).

    Macron adresse donc ses voeux à la Startup Nation Army qu’il veut construire et vient soutenir le projet de reconversion du site de Francazal en sa vitrine européenne. C’est tout un monde qui se cache derrière cette visite. Un monde protégé par une police et une armée suréquipées, augmentées technologiquement et assistées par des drones et des robots. Un monde qui creuse toujours plus les fractures entre les classes, un monde construit par et pour ceux qui pourront se payer l’hyperloop pour des aller-retours entre métropoles hyper connectées pour des réunions d’actionnaires ou des week-ends shopping de luxe, alors que la plupart ne peuvent même plus se payer l’essence nécessaire pour parcourir les kilomètres que leur travail leur oblige à faire — et ce pour une bouchée de pain en guise de salaire.

  • Macron à Francazal : Célébration du complexe militaro-industriel et de la start-up nation à Toulouse. - IAATA
    https://iaata.info/Macron-a-Francazal-Celebration-du-complexe-militaro-industriel-et-de-la-star

    Macron à Francazal : Célébration du complexe militaro-industriel et de la start-up nation à Toulouse.
    Publié le 19 janvier 2019

    Ce jeudi 17 janvier 2019, Macron a choisi de souhaiter les vœux aux armées sur le site de la base aérienne de Francazal à Toulouse. Macron est venu défendre sa Startup Nation Army : Technologies de pointes, surveillance, arme de dernier cris, caméras, drones, robots, etc...
    (Tract distribué le jour de la venue de Macron, pendant l’action des Gilets Jaunes, boqués par des milliers de flics...)

    Ce jeudi 17 janvier 2019, Macron a choisi de souhaiter les vœux aux armées une seule fois et depuis un seul lieu (au lieu d’une traditionnelle tournée) : le site de la base aérienne de Francazal au sud de Toulouse. Si Macron visite Francazal ce n’est peut-être pas au hasard. La base et le régiment qu’il visite sont l’exemple même de l’armée de « demain » c’est-à-dire des armes de haute technologie entre les mains des corps d’élite (ici les parachutistes). Armes conçues et produites par le complexe militaro-industriel aéronautique toulousain (entre autres, Airbus Defence and Space, Thales, Safran, CNES, DGA techniques aéronautiques, etc.). Le site de Francazal est pressenti comme le futur centre européen du développement des technologies militaires et civiles de la robotique et des drones (Voir : « Un village pour drones et robots en projet dans le Sud Toulousain », la Tribune, 06/02/18). Francazal a aussi vocation à devenir le nouveau pôle européen pour les transports du futur avec l’implantation de la branche européenne de l’entreprise californienne HYPERLOOP (projet imaginé par Elon Musk chef de file du transhumanisme mondial propriétaire et fondateur de Tesla, PayPal, Space X, Neuralink, etc.). Son projet délirant : la création d’un train ultrarapide à sustentation magnétique frôlant la vitesse du son et qui se déplacera dans un tube sous vide (Voir : « A Toulouse-Francazal on croit aux transports du futur », La Dépêche, 13/10/2018).

    Macron adresse donc ses voeux à la Startup Nation Army qu’il veut construire et vient soutenir le projet de reconversion du site de Francazal en sa vitrine européenne. C’est tout un monde qui se cache derrière cette visite. Un monde protégé par une police et une armée suréquipées, augmentées technologiquement et assistées par des drones et des robots. Un monde qui creuse toujours plus les fractures entre les classes, un monde construit par et pour ceux qui pourront se payer l’hyperloop pour des aller-retours entre métropoles hyper connectées pour des réunions d’actionnaires ou des week-ends shopping de luxe, alors que la plupart ne peuvent même plus se payer l’essence nécessaire pour parcourir les kilomètres que leur travail leur oblige à faire — et ce pour une bouchée de pain en guise de salaire.

  • Macron à Francazal : Célébration du complexe militaro-industriel et de la start-up nation à Toulouse. - IAATA
    https://iaata.info/Macron-a-Francazal-Celebration-du-complexe-militaro-industriel-et-de-la-star

    Macron à Francazal : Célébration du complexe militaro-industriel et de la start-up nation à Toulouse.
    Publié le 19 janvier 2019

    Ce jeudi 17 janvier 2019, Macron a choisi de souhaiter les vœux aux armées sur le site de la base aérienne de Francazal à Toulouse. Macron est venu défendre sa Startup Nation Army : Technologies de pointes, surveillance, arme de dernier cris, caméras, drones, robots, etc...
    (Tract distribué le jour de la venue de Macron, pendant l’action des Gilets Jaunes, boqués par des milliers de flics...)

    Ce jeudi 17 janvier 2019, Macron a choisi de souhaiter les vœux aux armées une seule fois et depuis un seul lieu (au lieu d’une traditionnelle tournée) : le site de la base aérienne de Francazal au sud de Toulouse. Si Macron visite Francazal ce n’est peut-être pas au hasard. La base et le régiment qu’il visite sont l’exemple même de l’armée de « demain » c’est-à-dire des armes de haute technologie entre les mains des corps d’élite (ici les parachutistes). Armes conçues et produites par le complexe militaro-industriel aéronautique toulousain (entre autres, Airbus Defence and Space, Thales, Safran, CNES, DGA techniques aéronautiques, etc.). Le site de Francazal est pressenti comme le futur centre européen du développement des technologies militaires et civiles de la robotique et des drones (Voir : « Un village pour drones et robots en projet dans le Sud Toulousain », la Tribune, 06/02/18). Francazal a aussi vocation à devenir le nouveau pôle européen pour les transports du futur avec l’implantation de la branche européenne de l’entreprise californienne HYPERLOOP (projet imaginé par Elon Musk chef de file du transhumanisme mondial propriétaire et fondateur de Tesla, PayPal, Space X, Neuralink, etc.). Son projet délirant : la création d’un train ultrarapide à sustentation magnétique frôlant la vitesse du son et qui se déplacera dans un tube sous vide (Voir : « A Toulouse-Francazal on croit aux transports du futur », La Dépêche, 13/10/2018).

    Macron adresse donc ses voeux à la Startup Nation Army qu’il veut construire et vient soutenir le projet de reconversion du site de Francazal en sa vitrine européenne. C’est tout un monde qui se cache derrière cette visite. Un monde protégé par une police et une armée suréquipées, augmentées technologiquement et assistées par des drones et des robots. Un monde qui creuse toujours plus les fractures entre les classes, un monde construit par et pour ceux qui pourront se payer l’hyperloop pour des aller-retours entre métropoles hyper connectées pour des réunions d’actionnaires ou des week-ends shopping de luxe, alors que la plupart ne peuvent même plus se payer l’essence nécessaire pour parcourir les kilomètres que leur travail leur oblige à faire — et ce pour une bouchée de pain en guise de salaire.

  • Macron à Francazal : Célébration du complexe militaro-industriel et de la start-up nation à Toulouse.
    Ce jeudi 17 janvier 2019, Macron a choisi de souhaiter les vœux aux armées sur le site de la base aérienne de Francazal à Toulouse. Macron est venu défendre sa Startup Nation Army : Technologies de pointes, surveillance, arme de dernier cris, caméras, drones, robots, etc...
    (Tract distribué le jour de la venue de Macron, pendant l’action des Gilets Jaunes, boqués par des milliers de flics...)

    Ce jeudi 17 janvier 2019, Macron a choisi de souhaiter les vœux aux armées une seule fois et depuis un seul lieu (au lieu d’une traditionnelle tournée) : le site de la base aérienne de Francazal au sud de Toulouse. Si Macron visite Francazal ce n’est peut-être pas au hasard. La base et le régiment qu’il visite sont l’exemple même de l’armée de « demain » c’est-à-dire des armes de haute technologie entre les mains des corps d’élite (ici les parachutistes). Armes conçues et produites par le complexe militaro-industriel aéronautique toulousain (entre autres, Airbus Defence and Space, Thales, Safran, CNES, DGA techniques aéronautiques, etc.). Le site de Francazal est pressenti comme le futur centre européen du développement des technologies militaires et civiles de la robotique et des drones (Voir : « Un village pour drones et robots en projet dans le Sud Toulousain », la Tribune, 06/02/18). Francazal a aussi vocation à devenir le nouveau pôle européen pour les transports du futur avec l’implantation de la branche européenne de l’entreprise californienne HYPERLOOP (projet imaginé par Elon Musk chef de file du transhumanisme mondial propriétaire et fondateur de Tesla, PayPal, Space X, Neuralink, etc.). Son projet délirant : la création d’un train ultrarapide à sustentation magnétique frôlant la vitesse du son et qui se déplacera dans un tube sous vide (Voir : « A Toulouse-Francazal on croit aux transports du futur », La Dépêche, 13/10/2018).

    Macron adresse donc ses voeux à la Startup Nation Army qu’il veut construire et vient soutenir le projet de reconversion du site de Francazal en sa vitrine européenne. C’est tout un monde qui se cache derrière cette visite. Un monde protégé par une police et une armée suréquipées, augmentées technologiquement et assistées par des drones et des robots. Un monde qui creuse toujours plus les fractures entre les classes, un monde construit par et pour ceux qui pourront se payer l’hyperloop pour des aller-retours entre métropoles hyper connectées pour des réunions d’actionnaires ou des week-ends shopping de luxe, alors que la plupart ne peuvent même plus se payer l’essence nécessaire pour parcourir les kilomètres que leur travail leur oblige à faire — et ce pour une bouchée de pain en guise de salaire.

    La propagande des élites économiques politiques scientifiques et journalistiques nous rebat sans cesse les oreilles avec les termes « innovation », « technologie de rupture », « start up », etc. Nous sommes censés nous prosterner devant ces nouvelles paroles d’évangile 2.0, mais que ce cache-t-il vraiment derrière ces nouveaux clairons du progrès ?

    La face cachée de l’innovation

    La sacro-sainte « innovation » vise surtout à garder les choses en l’état, c’est-à-dire favoriser l’accumulation du capital, maintenir l’ordre économique dominant et favoriser le contrôle des populations (surveillance électronique, camera, fichage, relevé ADN, puçage, etc.). L’innovation en tant que moteur essentiel du capitalisme industriel perpétue et prolonge les spécificités à l’origine de ce système créé à la fin du 18e siècle : augmentation de l’exploitation des travailleurs par l’augmentation infernale de la productivité des machines, mise en concurrence directe avec les machines, destruction des cycles naturels par surexploitation des ressources naturelles et pollutions diverses, division du travail poussée à l’extrême, cadence infernale, chômage de masse, exploitation du reste du monde par les pays capitalistes possédant les technologies, privatisation des savoirs et des différents aspects de la vie, etc. Tout cela fièrement défendu au nom du progrès, de la croissance et du développement. En réalité, ce n’est pas un progrès qui se cache derrière ces « innovations » mais une réelle dépossession, une énorme machine à broyer tout ce qui résiste à être intégré à la grande marche technologique vers le transhumanisme mondial et l’hyper contrôle de l’ensemble de nos existences. Pour changer le monde, il est donc temps de mettre un frein à l’innovation (technologique).

    Toulouse et sa région sont le lieu où cela se construit. C’est donc par là qu’il nous faut commencer. La région toulousaine permet une grande proximité entre donneurs d’ordre (comme le site de Francazal qui répond au doux nom de « Pôle national des opérations aéroportées ») et des poids-lourds de l’industrie de la défense. Le complexe militaro-industriel local est particulièrement actif et rentable, il dynamise la recherche et l’industrie, génère des grands travaux et des opérations financières spéculatives d’envergure. L’économie locale est clairement techno-guerrière. Le site de Francazal est en voie d’en devenir la pointe, avec tous les vœux de Macron. Mais pas les nôtres !

    Le mouvement des Gilets Jaunes est en train de faire vaciller le pouvoir politique ! Les nouvelles machines qui sont conçues et produites dans la métropole toulousaine participent largement du pouvoir de ces élites. Il faut que notre colère se dirige aussi contre ces innovations technologiques mortifères (militaires, aéronautiques, agricoles, etc.) et les entreprises et les laboratoires qui les produisent, si nous voulons vraiment ébranler le pouvoir réel. Les pantins qui gouvernent doivent dégager, mais si nous voulons réellement abattre le pouvoir, il ne faut pas seulement attaquer les figures interchangeables qui l’incarnent (que ce soit Macron ou un autre), il nous faut détruire ses bases matérielles, ce qui veut dire arrêter la folle course à « l’innovation » qui poursuit toujours plus loin la dépossession de nos existences. Si nous voulons rompre avec les contraintes économiques insupportables qui nous sont imposées, nous devons rejeter l’ersatz de vie artificielle que l’on nous somme d’accepter.

    Voulons-nous vivre dans une start up nation ? Souhaitons-nous encore de cette vie abandonnée à l’économie, aux gains de productivité, au management par ordinateur et réseaux sociaux ? Souhaitons-nous un monde peuplé de robots, qui nous pousserait à fusionner avec les machines ou à devenir obsolètes ? Voulons-nous encore céder sur nos existences ?

    POUR NOUS, C’EST NON !

    https://iaata.info/Macron-a-Francazal-Celebration-du-complexe-militaro-industriel-et-de-la-star

  • « La France doit avoir des armes dans l’espace » (Olivier Becht, député AGIR)
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/la-france-doit-avoir-des-armes-dans-l-espace-olivier-becht-depute-udi-8041

    Auteurs d’un rapport sur le secteur spatial de défense, Olivier Becht (AGIR) et Stéphane Trompille (LREM) plaident pour une stratégie spatiale de défense à la fois défensive et offensive. Olivier Becht évalue le coût d’un renforcement des moyens spatiaux militaires entre 2 et 3 milliards d’euros supplémentaires sur deux lois de programmation militaire (LPM).

    La Tribune : Dans votre rapport, vous préconisez un changement de doctrine de la politique spatiale militaire française. Vous plaidez pour une politique offensive. Pourquoi ?
    Olivier Becht (député AGIR, Haut-Rhin) : Nous considérons que l’espace est un champ de conflictualités. Partout où l’homme est allé, il a amené la guerre. Dernièrement, il l’a amené dans le cyber, qui est le dernier espace dans lequel il s’est investi. Il n’y donc pas de raison que l’espace soit exclu de ce champ de confrontations. Nous partons d’ailleurs du principe que la guerre dans l’espace a déjà commencé sous des formes d’espionnage, de hacking de satellites, et plus généralement sous une forme d’arsenalisation de l’espace. Les Américains ne se cachent pas du tout. Nous allons vers une arsenalisation de l’espace parce que les Chinois, les Russes poursuivent également cette stratégie.

    Mais enfin, il y a un Traité international sur la démilitarisation de l’espace... Pourquoi choisir de l’abandonner ? Car c’est bien un CHOIX fait par ce rapport.

    Si nos satellites devaient être shootés dans l’espace, il y aurait beaucoup de choses qui vont s’arrêter sur terre et le chaos ne serait pas loin. De la même manière, la France ne peut pas bâtir demain des systèmes globaux de données comme elle l’a fait avec le programme Scorpion ou comme elle le fera avec SCAF, sans se protéger dans l’espace. Car ces système de systèmes dépendent des satellites pour les échanges de données en vue notamment d’un emploi et d’un usage des armes. Si ces satellites sont attaqués, la France doit évidemment pouvoir riposter sur terre ou dans l’espace. Le meilleur moyen pour neutraliser la menace est que la France se donne les moyens d’avoir des armes dans l’espace.

    Le chaos... raison de plus pour acter la démilitarisation de l’espace. Et pas d’ajouter des risques majeurs en participant/validant la course aux Armées spatiales.

    Et pour les armes offensives ?
    Différents types de lasers peuvent équiper à l’avenir des satellites ou des centres terrestres. Les lasers de type ioniques sont capables d’affecter les capteurs, et donc de neutraliser momentanément un satellite. La France pourrait utiliser des lasers classiques qui peuvent détruire grâce à une frappe chirurgicale un équipement sur un satellite.

    Des armes à bord des satellites : on enterre complètement le Traité de l’Espace. Sans débat multilatéral, évidemment.

    #Espace #Armées_spatiales #Militarisme

  • Sci-Fi Movie Brainstorm | Natalie Wood Death
    https://www.popularmechanics.com/culture/movies/a25654064/sci-fi-movie-brainstorm-natalie-wood-final-film

    The True Story of the Lost Sci-Fi Movie ’Brainstorm,’ Natalie Wood’s Last Film

    It had big stars, it foretold virtual reality, and the director was the special-effects wizard behind 2001: A Space Odyssey. So why have you never heard of this movie?

    #film #science-fiction

  • La musique de 2018
    http://www.radiopanik.org/emissions/les-promesses-de-l-aube/la-musique-de-2018

    ft. Ben LaMar gay, Cat Power, Céline Gillain, Field Music, Gruff Rhys, Jeunesse sombre et dorée, Khalab, Lucio Battisti, Mormor, Moses Boyd, Neko Case, Ravyn Lenae, Young Fathers

    + special xmas : Pocket Gods : Exit brexit for Xmas + Shonen Knife : Space Christmas

    http://www.radiopanik.org/media/sounds/les-promesses-de-l-aube/la-musique-de-2018_05885__1.mp3

  • Vega, ce lanceur italien qui fait un sans-faute et qui concurrence... Ariane 6
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/vega-ce-lanceur-italien-qui-fait-un-sans-faute-et-qui-concurrence-ariane-6

    Le lanceur italien Vega a mis sur orbite le satellite militaire Mohammed VI-B pour le compte du Maroc. Vega signe son treizième succès consécutif depuis le début de son exploitation en 2012.

    Treize lancements, treize succès. Développé et fabriqué par l’industriel italien Avio, le lanceur italien Vega est véritablement né sous une très bonne étoile. Dans la nuit de mardi à mercredi, Vega a parfaitement réussi sa mission depuis le Centre Spatial Guyanais en mettant en orbite le satellite militaire Mohammed VI-B (1,1 tonne au décollage) pour le compte du Maroc. Le satellite a été développé par le consortium constitué de Thales Alenia Space en tant que mandataire et Airbus Defence and Space en co-maîtrise d’œuvre.

    En 2018, le lanceur italien a réussi son second vol et signe ainsi son 13e succès consécutif, dont 11 missions d’observation de la Terre depuis le début de son exploitation en 2012. Soit déjà 28 satellites mis en orbite par le lanceur italien, qui peut placer en orbite des satellites jusqu’à 1,5 tonne de masse. Vega et son petit frère Vega C ont engrangé dans leur carnet de commandes onze missions à lancer. Dernièrement Vega a été sélectionné par GHGSat pour la mise en orbite de son satellite GHGSat-C1. Le vol aura lieu en 2019 dans le cadre du vol de démonstration du service de lancement de petits satellites (Small Spacecraft Mission Service ou SSMS).

  • To Become a #space Faring Civilization, We need to Move Beyond Rockets, including #spacex and Blue…
    https://hackernoon.com/to-become-a-space-faring-civilization-we-need-to-move-beyond-rockets-inc

    To Become a Space Faring Civilization, We need to Move Beyond Rockets, including SpaceX and Blue Origin“It’s not rocket science. Or at least It shouldn’t be!”Recently, the idea of humanity becoming a space faring civilization has gotten lots of attention, particularly from billionaires like Elon Musk, founder of SpaceX, Amazon’s Jeff Bezos’ with his Blue Origin, and Sir Richard Branson’s Virgin Galactic. Along with this increased interest has been the mega-trend of the privatization of space, showing that our space-based future may not rely on governments at all but private companies.The short term goals that are most talked about are launching smaller satellites more cheaply, space tourism, ferrying to space stations, missions to and around the moon, and eventually, settling on Mars.Since (...)

    #space-exploration #nasa #science-fiction

  • Et l’américain #Palantir a désormais un rival « Made in France »
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/si-si-l-americain-palantir-a-desormais-un-rival-made-in-france-793900.html

    Un groupe de 22 entreprises françaises propose dès à présent une offre commerciale, qui permet de répondre aux enjeux du renseignement et du traitement massif des données.

    Le vœu du directeur général de l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) a été enfin exaucé. «  Pour ce qui est de l’exploitation de données massives non structurées, j’avoue ne pas comprendre pourquoi l’on n’est pas capable de faire un Palantir européen. Cela ne me paraît pas hors de portée. (...) Le temps presse  », a estimé début octobre Guillaume Poupard au Sénat. C’est fait. Un groupe de 22 sociétés françaises (grands groupes, ETI-PME et start-ups), réunies au sein d’un cluster « #Data_intelligence », propose une alternative technologique et commerciale à l’américain Palantir. Une société qui sent le soufre en raison d’un financement initial par un fond d’investissement de la CIA.

    «  Ceux qui dirigeront le monde demain sont ceux qui seront capables de posséder les données et de savoir comment les traiter, a souligné Guillaume Poupard. Renoncer au traitement des données nous condamne à être des vassaux  ».

    Cette alternative française présente une offre commerciale, qui permet de répondre aux enjeux du renseignement et du traitement massif des données. Ce groupe d’entreprises propose, assure-t-on à La Tribune, " une offre plus élargie que celle de Palantir ", qui vient de recruter l’ex-numéro deux d’Airbus, Fabrice Brégier. Le cluster a d’ailleurs répondu à, au moins, un appel d’offres à l’étranger. Et selon les appels d’offres, il soumet après consultation des membres du cluster, des propositions à tiroir, qui permettent d’impliquer un maximum de sociétés du groupe. Le cluster «  Data intelligence  » est tiré par quelques poids lourds comme Airbus Defence & Space, Atos et le missilier MBDA, entourés de jeunes start-ups prometteuses à l’image d’Aleph-Networks, qui explore le deep et le dark web, Othello, qui a développé une approche scientifique du comportement humain ou encore l’éditeur de logiciels Linkurious, qui fournit des analyses de réseaux sociaux.

  • Gérard Collomb prévoit de quitter le sommet intercoréen de Pyongyang
    Coopération et dénucléarisation au gouvernement dès juin 2019

    En amphi, l’ordinateur au risque de l’EPR
    Nucléaire : EDF face à une arme de distraction massive

    Classe prépas : « je traverse la rue, je vous en trouve »
    "Il faut fluidifier Parcoursup", quand Macron expose sa vision du travail

    Mairie de Paris : comment le milliardaire Yusaku Maezawa a vu la machine s’enrayer
    Anne Hidalgo sera la première touriste autour de la Lune

    Terrains de foot synthétiques, sous l’égide de la Russie et de la Turquie
    Vers une zone démilitarisée à Idlib : risque peu préoccupant pour la santé.

    Etats-Unis : un policier a fait trente et un morts en Caroline du Nord et du Sud
    A Chicago, procès de l’ouragan Florence qui a tiré seize fois sur un jeune noir.

    Emmy Awards 2017 : le triomphe des femmes ... et des champignons
    Les dragons, menace sur la santé et l’alimentation

    Coquilles Saint-Jacques : « quand la crise sera dans les livres d’histoire on en aura honte »
    A Bord de l’Aquarius, accord entre les pêcheurs français et britanniques.

    Jean-Claude Romand annonce de nouvelles taxes douanières sur 200 milliards de biens chinois
    Trump, faux docteur et vrai meurtrier, demande à sortir de prison

    #de_la_dyslexie_creative

  • Mysterious X-37B Military Space Plane Nears 1 Year in Orbit
    http://www.leonarddavid.com/military-space-plane-wings-toward-year-in-earth-orbit
    https://www.youtube.com/watch?v=u-7VNf7DCY8


    (pub de Boeing)

    The U.S. Air Force’s X-37B miniature space plane has winged past 340 days in orbit performing secretive duties during the program’s fifth flight.

    The robotic craft’s latest mission, known as Orbital Test Vehicle-5 (OTV-5), kicked off on Sept. 7, 2017, with a launch atop a SpaceX Falcon 9 rocket from NASA’s Kennedy Space Center (KSC) in Florida.

    As usual, Air Force officials have revealed few details about OTV-5. But we do know that one payload flying aboard the X-37B this time around is the Advanced Structurally Embedded Thermal Spreader, or ASETS-11. Developed by the U.S. Air Force Research Laboratory, this cargo is testing experimental electronics and oscillating heat pipes for long durations in the space environment.
    […]
    Ground tracks
    Ted Molczan, a Toronto-based satellite analyst, told Inside Outer Space that OTV-5’s initial orbit was about 220 miles (355 kilometers) high, inclined 54.5 degrees to the equator. “Its ground track nearly repeated every two days, after 31 revolutions,” he said.

    On April 19, the space drone lowered its orbit by 24 miles (39 km), which caused its ground track to exactly repeat every five days, after 78 revolutions, Molczan said — a first for an OTV mission.

    Repeating ground tracks are very common,” Molczan added, “especially for spacecraft that observe the Earth. That said, I do not know why OTV has repeating ground tracks.

    Space Force ties?
    Does the X-37B program fit into the Trump administration’s call for a Space Force?

    Ironically, the X-37B is exactly the type of program — toward giving the U.S. flexibility of operations in space — that seems to be prompting the current push for a Space Force, yet are already underway,” said Joan Johnson-Freese, a professor in the National Security Affairs Department at the Naval War College in Newport, Rhode Island.

  • Elon Musk, le Pdg de Tesla et SpaceX, veut noter les journalistes et les médias
    https://www.latribune.fr/technos-medias/medias/la-derniere-idee-d-elon-musk-et-si-on-notait-les-journalistes-et-les-media

    Pas très content des critiques qui fusent sur ses entreprises et sa personnalité, le milliardaire inventeur tous azimuts prend la mouche. Le fondateur de multiples sociétés innovantes fustige la course au clic des journalistes et leur « hypocrisie ». Les internautes qu’il a sollicités via son compte Twitter ont massivement approuvé son initiative.

    «  Je vais créer un site où le public pourra noter la vérité fondamentale de n’importe quel article, suivre la note de crédibilité de chaque journaliste, rédacteur en chef ou publication. Je songe à l’appeler #Pravda (ndlr, le mot russe pour vérité qui renvoie aussi au titre du journal soviétique)  », a-t-il annoncé sur Twitter.
    Apparemment irrité par de récents articles de presse sur Tesla, Elon Musk, le Pdg de la firme spécialisée dans la construction de voitures électriques, a proposé de créer un site d’évaluation de la crédibilité des journalistes et des médias.

    Le milliardaire, qui préside également la société spatiale SpaceX, a soumis son idée aux 21,8 millions d’abonnés à son compte Twitter. Plus de 680.000 d’entre eux ont donné leur avis, 88% d’entre eux jugeant que « créer un site de notation de la crédibilité des médias (qui signale aussi les réseaux automatiques de propagande) » serait une bonne chose contre 12% qui pensent que « non, les médias sont formidables ».

  • Researchers Map Seven Years of Arctic Shipping – gCaptain
    http://gcaptain.com/researchers-map-seven-years-of-arctic-shipping


    This map shows unique ship visits to Arctic waters between September 1, 2009, and December 31, 2016.
    Credit: NASA Earth Observatory

    To illustrate this increase in ship activity in the Arctic, a team of scientists has banded together to analyze and map more than 120 million data points in order to track where ships are most using the region.

    To make the map, the team, led by Paul Arthur Berkman, director of the science diplomacy center at Tufts University, and Greg Fiske, a geospatial analyst at the Woods Hole Research Center, used data compiled by SpaceQuest, a company designs microsatellites that can monitor the track Automatic Identification System (AIS) signals from ships.

    Once the data was plotted, there were some interesting observations to be made.

    Looking at the data, Berkman, Fiske, and their colleagues found that the mean center of shipping activity moved 300 kilometers north and east—closer to the North Pole—over the 7-year span.

    Notably, they were particularly surprised to find more small ships, such as fishing boats, wading farther into Arctic waters. The team also plotted the AIS ship tracks against sea ice data from NSIDC and found that ships are encountering ice more often and doing so farther north each year.

    Despite the seemingly growing opportunities for shipping, the increasing number of ships in the region has given rise to serious concerns about pollution, oil spills, and disturbances to marine life, among other possible impacts.

  • ISS is getting a new zero gravity HP OfficeJet 5740 printer to replace their two 17 year old Epson 800 printers

    https://techcrunch.com/2018/04/02/the-international-space-station-is-getting-a-new-printer

    More detailed information about the whole printer story, what why they took what printer and what they modified and why:

    http://www.collectspace.com/news/news-040218a-hp-envy-iss-printer-space-station.html

    “We wanted to stay with using a commercial off-the-shelf printer and then modify it for our needs,” said Hunter. “But as you can no longer find a printer that just prints, we had to take an all-in-one style printer and disable some of its functions.”

    [...]

    Taking all of the changes into account, the modified-for-orbit OfficeJet 5740 differs from an off-the-shelf printer by only about 10 percent. But, as it turns out, that was enough to warrant a new name.

    Borrowing from another of its product lines, HP named its space station printer the “HP ENVY ISS” printer.

    http://www8.hp.com/us/en/hp-news/media-kits/2017/hp-envy-zero-gravity-printer.html

    #SpaceX
    #ISS