company:springer nature

  • Publications scientifiques : la justice française ordonne aux FAI de bloquer Sci-Hub et LibGen, à la demande des éditeurs Elsevier et Springer Nature
    https://www.developpez.com/actu/253749/Publications-scientifiques-la-justice-francaise-ordonne-aux-FAI-de-bloqu

    En France, comme dans d’autres pays, #Elsevier et #Springer Nature ont donc saisi la justice pour obliger les fournisseurs d’accès internet à bloquer #Sci-Hub ainsi que #LibGen, un moteur de recherche d’articles et livres scientifiques qui facilite aussi l’accès aux contenus soumis à un péage. Les deux hébergeraient respectivement plus de 70 millions et plus de 25 millions d’articles scientifiques, d’après les éditeurs.

    Le verdict est tombé plus tôt ce mois de mars. Le tribunal de grande instance (TGI) de Paris a statué que les éditeurs ont suffisamment démontré que les plateformes Sci-Hub et LibGen sont entièrement dédiées ou quasi entièrement dédiées au piratage de leurs articles. Il a donc demandé à Orange, SFR, Free et Bouygues Telecom de mettre tout en oeuvre pour bloquer l’accès aux domaines de Sci-Hub et LibGen, soit une liste de 57 domaines (y compris des adresses de redirection). Le blocage devra être en vigueur pendant un an.

    Le tribunal estime que s’ils ne sont pas responsables du contenu auquel ils donnent accès, « les FAI et les hébergeurs sont tenus de contribuer à la lutte contre les contenus illicites, et plus particulièrement, contre la contrefaçon de droits d’auteur et droits voisins, dès lors qu’ils sont les mieux à même de mettre fin à ces atteintes ». Le TGI précise également qu’aucun texte ne s’oppose à ce que les mesures à mettre en oeuvre pour mettre fin à ces violations soient supportées par les intermédiaires techniques, c’est-à-dire ici les FAI, quand bien même ces mesures sont susceptibles de représenter pour eux un coût important. Donc le coût de la mise en oeuvre des mesures nécessaires restera à la charge des FAI.

    Même si les FAI décidaient de ne pas faire appel de cette décision, on pourrait se décider s’il est vraiment possible de bloquer ces différents sites. La réalité est qu’après de tels blocages, il y a toujours des sites miroirs qui réapparaissent. Conscients de cela, les deux éditeurs avaient demandé que les FAI surveillent la réapparition de sites miroirs et les bloquent systématiquement ; une demande que le tribunal ne leur a pas accordée. Cela veut dire que si, après avoir été bloqués, Sci-Hub et LibGen réapparaissent sous d’autres domaines, les éditeurs devront à nouveau se rendre au tribunal pour actualiser leur liste de domaines à bloquer. Ce qui prendra du temps et permettra aux sites ciblés de rester en ligne presque sans interruption.

    #savoirs #partage #publications #paywall


  • The Mystery of the Exiled Billionaire Whistle-Blower - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/01/10/magazine/the-mystery-of-the-exiled-billionaire-whistleblower.html

    From a penthouse on Central Park, Guo Wengui has exposed a phenomenal web of corruption in China’s ruling elite — if, that is, he’s telling the truth.

    By Lauren Hilgers, Jan. 10, 2018

    阅读简体中文版閱讀繁體中文版

    On a recent Saturday afternoon, an exiled Chinese billionaire named Guo Wengui was holding forth in his New York apartment, sipping tea while an assistant lingered quietly just outside the door, slipping in occasionally to keep Guo’s glass cup perfectly full. The tycoon’s Twitter account had been suspended again — it was the fifth or sixth time, by Guo’s count — and he blamed the Communist Party of China. “It’s not normal!” he said, about this cycle of blocking and reinstating. “But it doesn’t matter. I don’t need anyone.”

    Guo’s New York apartment is a 9,000-square-foot residence along Central Park that he bought for $67.5 million in 2015. He sat in a Victorian-style chair, his back to a pair of west-facing windows, the sunset casting craggy shadows. A black-and-white painting of an angry-looking monkey hung on the wall to Guo’s right, a hat bearing a star-and-wreath Soviet insignia on its head and a cigarette hanging from its lips. Guo had arrived dressed entirely in black, except for two silver stripes on each lapel. “I have the best houses,” he told me. Guo had picked his apartment for its location, its three sprawling balconies and the meticulously tiled floor in the entryway. He has the best apartment in London, he said; the biggest apartment in Hong Kong. His yacht is docked along the Hudson River. He is comfortable and, anyway, Guo likes to say that as a Buddhist, he wants for nothing. If it were down to his own needs alone, he would have kept his profile low. But he has a higher purpose. He is going to save China.

    Guo pitches himself as a former insider, a man who knows the secrets of a government that tightly controls the flow of information. A man who, in 2017, did the unthinkable — tearing open the veil of secrecy that has long surrounded China’s political elite, lobbing accusations about corruption, extramarital affairs and murder plots over Facebook and Twitter. His YouTube videos and tweets have drawn in farmers and shopkeepers, democracy activists, writers and businesspeople. In China, people have been arrested for chatting about Guo online and distributing T-shirts with one of his slogans printed on the front (“This is only the beginning!”). In New York, Guo has split a community of dissidents and democracy activists down the middle. Some support him. Others believe that Guo himself is a government spy.

    Nothing in Guo’s story is as straightforward as he would like it to seem. Guo is 47 years old, or 48, or 49. Although he has captured the attention of publications like The Guardian, The New York Times and The Wall Street Journal, the articles that have run about him have offered only hazy details about his life. This is because his biography varies so widely from one source to the next. Maybe his name isn’t even Guo Wengui. It could be Guo Wugui. There are reports that in Hong Kong, Guo occasionally goes by the name Guo Haoyun.

    When pressed, Guo claims a record of unblemished integrity in his business dealings, both in real estate and in finance (when it comes to his personal life, he strikes a more careful balance between virility and dedication to his family). “I never took a square of land from the government,” he said. “I didn’t take a penny of investment from the banks.” If you accept favors, he said, people will try to exploit your weaknesses. So, Guo claims, he opted to take no money and have no weaknesses.

    Yet when Guo left China in 2014, he fled in anticipation of corruption charges. A former business partner had been detained just days before, and his political patron would be detained a few days afterward. In 2015, articles about corruption in Guo’s business dealings — stories that he claims are largely fabrications — started appearing in the media. He was accused of defrauding business partners and colluding with corrupt officials. To hear Guo tell it, his political and business opponents used a national corruption campaign as a cover for a personal vendetta.

    Whatever prompted Guo to take action, his campaign came during an important year for China’s president, Xi Jinping. In October, the Communist Party of China (C.P.C.) convened its 19th National Congress, a twice-a-decade event that sets the contours of political power for the next five years. The country is in the throes of a far-reaching anti-corruption campaign, and Xi has overseen a crackdown on dissidents and human rights activists while increasing investment in censorship and surveillance. Guo has become a thorn in China’s side at the precise moment the country is working to expand its influence, and its censorship program, overseas.

    In November 2017, the Tiananmen Square activist Wang Dan warned of the growing influence of the C.P.C. on university campuses in the United States. His own attempts to hold “China salons” on college campuses had largely been blocked by the Chinese Students and Scholars Association — a group with ties to China’s government. Around the same time, the academic publisher Springer Nature agreed to block access to hundreds of articles on its Chinese site, cutting off access to articles on Tibet, Taiwan and China’s political elite. Reports emerged last year that China is spending hundreds of thousands of dollars quarterly to purchase ads on Facebook (a service that is blocked within China’s borders). In Australia, concerns about China’s growing influence led to a ban on foreign political donations.

    “That’s why I’m telling the United States they should really be careful,” Guo said. China’s influence is spreading, he says, and he believes his own efforts to change China will have global consequences. “Like in an American movie,” he told me with unflinching self-confidence. “In the last minutes, we will save the world.”

    Propaganda, censorship and rewritten histories have long been specialties of authoritarian nations. The aim, as famously explained by the political philosopher Hannah Arendt, is to confuse: to breed a combination of cynicism and gullibility. Propaganda can leave people in doubt of all news sources, suspicious of their neighbors, picking and choosing at random what pieces of information to believe. Without a political reality grounded in facts, people are left unmoored, building their world on whatever foundation — imaginary or otherwise — they might choose.

    The tight grip that the C.P.C. keeps on information may be nothing new, but China’s leadership has been working hard to update the way it censors and broadcasts. People in China distrusted print and television media long before U.S. politicians started throwing around accusations of “fake news.” In 2016, President Xi Jinping was explicit about the arrangement, informing the country’s media that it should be “surnamed Party.” Likewise, while the West has only recently begun to grapple with government-sponsored commenters on social media, China’s government has been manipulating online conversations for over a decade.

    “They create all kinds of confusion,” said Ha Jin, the National Book Award-winning American novelist born in China’s Liaoning Province, and a vocal supporter of Guo. “You don’t know what information you have and whether it’s right. You don’t know who are the informers, who are the agents.”

    Online, the C.P.C. controls information by blocking websites, monitoring content and employing an army of commenters widely known as the 50-cent party. The name was used as early as 2004, when a municipal government in Hunan Province hired a number of online commenters, offering a stipend of 600 yuan, or about $72. Since then, the 50-cent party has spread. In 2016, researchers from Harvard, Stanford and the University of California-San Diego estimated that these paid commenters generated 448 million social-media comments annually. The posts, researchers found, were conflict averse, cheerleading for the party rather than defending it. Their aim seemed not to be engaging in argument but rather distracting the public and redirecting attention from sensitive issues.

    In early 2017, Guo issued his first salvos against China’s ruling elite through more traditional channels. He contacted a handful of Chinese-language media outlets based in the United States. He gave interviews to the Long Island-based publication Mingjing News and to Voice of America — a live event that was cut short by producers, leading to speculation that V.O.A. had caved to Chinese government pressure. He called The New York Times and spoke with reporters at The Wall Street Journal. It did not take long, however, before the billionaire turned to direct appeals through social media. The accusations he made were explosive — he attacked Wang Qishan, Xi Jinping’s corruption czar, and Meng Jianzhu, the secretary of the Central Political and Legal Affairs Commission, another prominent player in Xi’s anti-corruption campaign. He talked about Wang’s mistresses, his business interests and conflicts within the party.

    In one YouTube video, released on Aug. 4, Guo addressed the tension between Wang and another anti-corruption official named Zhang Huawei. He recounted having dinner with Zhang when “he called Wang Qishan’s secretary and gave him orders,” Guo said. “Think about what Wang had to suffer in silence back then. They slept with the same women, and Zhang knew everything about Wang.” In addition, Guo said, Zhang knew about Wang’s corrupt business dealings. When Zhang Huawei was placed under official investigation in April, Guo claimed, it was a result of a grudge.

    “Everyone in China is a slave,” Guo said in the video. “With the exception of the nobility.”

    To those who believe Guo’s claims, they expose a depth of corruption that would surprise even the most jaded opponent of the C.P.C. “The corruption is on such a scale,” Ha Jin said. “Who could imagine that the czar of anti-corruption would himself be corrupt? It is extraordinary.”

    Retaliation came quickly. A barrage of counteraccusations began pouring out against Guo, most published in the pages of the state-run Chinese media. Warrants for his arrest were issued on charges of corruption, bribery and even rape. China asked Interpol to issue a red notice calling for Guo’s arrest and extradition. He was running out of money, it was reported. In September, Guo recorded a video during which he received what he said was a phone call from his fifth brother: Two of Guo’s former employees had been detained, and their family members were threatening suicide. “My Twitter followers are so important they are like heaven to me,” Guo said. But, he declared, he could not ignore the well-being of his family and his employees. “I cannot finish the show as I had planned,” he said. Later, Guo told his followers in a video that he was planning to divorce his wife, in order to shield her from the backlash against him.

    Guo quickly resumed posting videos and encouraging his followers. His accusations continued to accumulate throughout 2017, and he recently started his own YouTube channel (and has yet to divorce his wife). His YouTube videos are released according to no particular schedule, sometimes several days in a row, some weeks not at all. He has developed a casual, talkative style. In some, Guo is running on a treadmill or still sweating after a workout. He has demonstrated cooking techniques and played with a tiny, fluffy dog, a gift from his daughter. He invites his viewers into a world of luxury and offers them a mix of secrets, gossip and insider knowledge.

    Wang Qishan, Guo has claimed, is hiding the money he secretly earned in the Hainan-based conglomerate HNA Group, a company with an estimated $35 billion worth of investments in the United States. (HNA Group denies any ties to Wang and is suing Guo.) He accused Wang of carrying on an affair with the actress Fan Bingbing. (Fan is reportedly suing Guo for defamation.) He told stories of petty arguments among officials and claimed that Chinese officials sabotaged Malaysia Airlines Flight 370, which disappeared in 2014 en route to Beijing, in order to cover up an organ-harvesting scheme. Most of Guo’s accusations have proved nearly impossible to verify.

    “This guy is just covered in question marks,” said Minxin Pei, a professor at Claremont McKenna who specializes in Chinese governance.

    The questions that cover Guo have posed a problem for both the United States government and the Western journalists who, in trying to write about him, have found themselves buffeted by the currents of propaganda, misinformation and the tight-lipped code of the C.P.C. elite. His claims have also divided a group of exiled dissidents and democracy activists — people who might seem like Guo’s natural allies. For the most part, the democracy activists who flee China have been chased from their country for protesting the government or promoting human rights, not because of corruption charges. They tell stories of personal persecution, not insider tales of bribery, sex and money. And perhaps as a consequence, few exiled activists command as large an audience as Guo. “I will believe him,” Ha Jin said, “until one of his serious accusations is proved to be false.”

    Pei, the professor, warns not to take any of Guo’s accusations at face value. The reaction from the C.P.C. has been so extreme, however, that Pei believes Guo must know something. “He must mean something to the government,” he said. “They must be really bothered by this billionaire.” In May, Chinese officials visited Guo on visas that did not allow them to conduct official business, causing a confrontation with the F.B.I. A few weeks later, according to The Washington Times, China’s calls for Guo’s extradition led to a White House showdown, during which Jeff Sessions threatened to resign if Guo was sent back to China.

    Guo has a history of cultivating relationships with the politically influential, and the trend has continued in New York. He famously bought 5,000 copies of a book by Cherie Blair, Tony Blair’s wife. (“It was to give to my employees,” Guo told me. “I often gave my employees books to read.”) Guo has also cultivated a special relationship with Steve Bannon, whom he says he has met with a handful of times, although the two have no financial relationship. Not long after one of their meetings, Bannon appeared on Breitbart Radio and called China “an enemy of incalculable power.”

    Despite Guo’s high-powered supporters and his army of online followers, one important mark of believability has continued to elude him. Western news organizations have struggled to find evidence that would corroborate Guo’s claims. When his claims appear in print, they are carefully hedged — delivered with none of his signature charm and bombast. “Why do you need more evidence?” Guo complained in his apartment. “I can give them evidence, no problem. But while they’re out spending time investigating, I’m waiting around to get killed!”

    The details of Guo’s life may be impossible to verify, but the broad strokes confirm a picture of a man whose fortunes have risen and fallen with the political climate in China. To hear Guo tell it, he was born in Jilin Province, in a mining town where his parents were sent during the Cultural Revolution. “There were foreigners there,” Guo says in a video recorded on what he claims is his birthday. (Guo was born on Feb. 2, or May 10, or sometime in June.) “They had the most advanced machinery. People wore popular clothing.” Guo, as a result, was not ignorant of the world. He was, however, extremely poor. “Sometimes we didn’t even have firewood,” he says. “So we burned the wet twigs from the mountains — the smoke was so thick.” Guo emphasizes this history: He came from hardship. He pulled himself up.

    The story continues into Guo’s pre-teenage years, when he moved back to his hometown in Shandong Province. He met his wife and married her when he was only 15, she 14. They moved to Heilongjiang, where they started a small manufacturing operation, taking advantage of the early days of China’s economic rise, and then to Henan. Guo got his start in real estate in a city called Zhengzhou, where he founded the Zhengzhou Yuda Property Company and built the tallest building the city had seen so far, the Yuda International Trade Center. According to Guo, he was only 25 when he made this first deal.

    The string of businesses and properties that Guo developed provide some of the confirmable scaffolding of his life. No one disputes that Guo went on to start both the Beijing Morgan Investment Company and Beijing Zenith Holdings. Morgan Investment was responsible for building a cluster of office towers called the Pangu Plaza, the tallest of which has a wavy top that loosely resembles a dragon, or perhaps a precarious cone of soft-serve ice cream. Guo is in agreement with the Chinese media that in buying the property for Pangu Plaza, he clashed with the deputy mayor of Beijing. The dispute ended when Guo turned in a lengthy sex tape capturing the deputy mayor in bed with his mistress.

    There are other details in Guo’s biography, however, that vary from one source to the next. Guo says that he never took government loans; Caixin, a Beijing-based publication, quoted “sources close to the matter” in a 2015 article claiming that Guo took out 28 loans totaling 588 million yuan, or about $89 million. Guo, according to Caixin, eventually defaulted. At some point in this story — the timeline varies — Guo became friends with the vice minister of China’s Ministry of State Security, Ma Jian. The M.S.S. is China’s answer to the C.I.A. and the F.B.I. combined. It spies on civilians and foreigners alike, conducting operations domestically and internationally, amassing information on diplomats, businessmen and even the members of the C.P.C. Describing Ma, Guo leans back in his chair and mimes smoking a cigarette. “Ma Jian! He was fat and his skin was tan.” According to Guo, Ma sat like this during their first meeting, listening to Guo’s side of a dispute. Then Ma told him to trust the country. “Trust the law,” he told Guo. “We will treat you fairly.” The older master of spycraft and the young businessman struck up a friendship that would become a cornerstone in Guo’s claims of insider knowledge, and also possibly the reason for the businessman’s downfall in China.

    Following the construction of Pangu Plaza in Beijing, Guo’s life story becomes increasingly hard to parse. He started a securities business with a man named Li You. After a falling-out, Li was detained by the authorities. Guo’s company accused Li and his company of insider trading. According to the 2015 article in Caixin, Li then penned a letter to the authorities accusing Guo of “wrongdoing.”

    As this dispute was going on, China’s anti-​corruption operation was building a case against Ma Jian. In Guo’s telling, Ma had long been rumored to be collecting intelligence on China’s leaders. As the anti-corruption campaign gained speed and officials like Wang Qishan gained power, Ma’s well of intelligence started to look like a threat. It was Guo’s relationship with Ma, the tycoon maintains, that made officials nervous. Ma was detained by the authorities in January 2015, shortly after Guo fled the country. Soon after Ma’s detention, accounts began appearing in China’s state-run media claiming that Ma had six Beijing villas, six mistresses and at least two illegitimate sons. In a 2015 article that ran in the party-run newspaper The China Daily, the writer added another detail: “The investigation also found that Ma had acted as an umbrella for the business ventures of Guo Wengui, a tycoon from Henan Province.”

    In the mix of spies, corrupt business dealings, mistresses and sex scandals, Guo has one more unbelievable story to tell about his past. It is one reason, he says, that he was mentally prepared to confront the leaders of the Communist Party. It happened nearly 29 years ago, in the aftermath of the crackdown on Tiananmen Square. According to Guo, he had donated money to the students protesting in the square, and so a group of local police officers came to find him at his home. An overzealous officer fired off a shot at Guo’s wife — at which point Guo’s younger brother jumped in front of the bullet, suffering a fatal wound. “That was when I started my plan,” he said. “If your brother had been killed in front of your eyes, would you just forget it?” Never mind the fact that it would take 28 years for him to take any public stand against the party that caused his brother’s death. Never mind that the leadership had changed. “I’m not saying everyone in the Communist Party is bad,” he said. “The system is bad. So what I need to oppose is the system.”

    On an unusually warm Saturday afternoon in Flushing, Queens, a group of around 30 of Guo’s supporters gathered for a barbecue in Kissena Park. They laid out a spread of vegetables and skewers of shrimp and squid. Some children toddled through the crowd, chewing on hot dogs and rolling around an unopened can of Coke. The adults fussed with a loudspeaker and a banner that featured the name that Guo goes by in English, Miles Kwok. “Miles Kwok, NY loves U,” it said, a heart standing in for the word “loves.” “Democracy, Justice, Liberty for China.” Someone else had carried in a life-size cutout of the billionaire.

    The revelers decided to hold the event in the park partly for the available grills but also partly because the square in front of Guo’s penthouse had turned dangerous. A few weeks earlier, some older women had been out supporting Guo when a group of Chinese men holding flags and banners showed up. At one point, the men wrapped the women in a protest banner and hit them. The park was a safer option. And the protesters had learned from Guo — it wasn’t a live audience they were hoping for. The group would be filming the protest and posting it on social media. Halfway through, Guo would call in on someone’s cellphone, and the crowd would cheer.

    Despite this show of support, Guo’s claims have divided China’s exiled dissidents to such an extent that on a single day near the end of September, two dueling meetings of pro-democracy activists were held in New York, one supporting Guo, the other casting doubt on his motivations. (“They are jealous of me,” Guo said of his detractors. “They think: Why is he so handsome? Why are so many people listening to him?”) Some of Guo’s claims are verifiably untrue — he claimed in an interview with Vice that he paid $82 million for his apartment — and others seem comically aggrandized. (Guo says he never wears the same pair of underwear twice.) But the repercussions he is facing are real.

    In December, Guo’s brother was sentenced to three years and six months in prison for destroying accounting records. The lawsuits filed against Guo for defamation are piling up, and Guo has claimed to be amassing a “war chest” of $150 million to cover his legal expenses. In September, a new set of claims against Guo were made in a 49-page document circulated by a former business rival. For Ha Jin, Guo’s significance runs deeper than his soap-opera tales of scandal and corruption. “The grand propaganda scheme is to suppress and control all the voices,” Jin said. “Now everybody knows that you can create your own voice. You can have your own show. That fact alone is historical.” In the future, Jin predicts, there will be more rebels like Guo. “There is something very primitive about this, realizing that this is a man, a regular citizen who can confront state power.”

    Ho Pin, the founder of Long Island’s Mingjing News, echoed Jin. Mingjing’s reporters felt that covering Guo was imperative, no matter the haziness of the information. “In China, the political elite that Guo was attacking had platforms of their own,” Ho said. “They have the opportunity, the power and the ability to use all the government’s apparatus to refute and oppose Guo Wengui. So our most important job is to allow Guo Wengui’s insider knowledge reach the fair, open-minded people in China.” Still, people like Pei urge caution when dealing with Guo’s claims. Even Guo’s escape raises questions. Few others have slipped through the net of China’s anti-corruption drive. “How could he get so lucky?” Pei asked. “He must have been tipped off long before.”

    At the barbecue, a supporter named Ye Rong tucked one of his children under his arm and acknowledged that Guo’s past life is riddled with holes. There was always the possibility that Guo used to be a thug, but Ye didn’t think it mattered. The rules of the conflict had been set by the Communist Party. “You need all kinds of people to oppose the Chinese government,” Ye said. “We need intellectuals; we also need thugs.”

    Guo, of course, has his own opinions about his legacy. He warned of dark times for Americans and for the world, if he doesn’t succeed in his mission to change China. “I am trying to help,” he told me. “I am not joking with you.” He continued: “I will change China within the next three years. If I don’t change it, I won’t be able to survive.”
    Correction: Jan. 12, 2018

    An earlier version of this article misidentified the name of the province where the Chinese government hired online commenters in 2004. It is Hunan Province, not Henan.

    #Chine #politique #corruption #tireurs_d_alarme


  • Quand les scientifiques se révoltent contre les géants de l’édition savante Marco Fortier - 25 Janvier 2019 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/education/546298/rebellion-contre-une-revue-predatrice

    Les 27 membres du comité éditorial du magazine « Journal of Informetrics » — qui proviennent d’universités établies dans 11 pays — ont démissionné en bloc, le 10 janvier, pour protester contre les pratiques commerciales jugées abusives de leur éditeur Elsevier.

    La bataille du milieu scientifique contre les géants de l’édition savante gagne en intensité. Le comité éditorial d’un des magazines les plus prestigieux, publié par le conglomérat Elsevier, vient de démissionner en bloc pour fonder sa propre publication, qui offrira tous ses articles en libre accès, loin des tarifs exorbitants exigés par les revues dites « prédatrices ».

    Ce coup d’éclat fait grand bruit dans le monde normalement feutré de l’édition scientifique. Les 27 membres du comité éditorial du magazine Journal of Informetrics qui proviennent d’universités établies dans 11 pays ont démissionné en bloc, le 10 janvier, pour protester contre les pratiques commerciales jugées abusives de leur éditeur Elsevier. Ils ont lancé dès le lendemain leur propre revue savante, Quantitative Science Studies, https://www.mitpressjournals.org/loi/qss qui vise à devenir la nouvelle référence dans le monde pointu de la recherche en bibliométrie.

    « C’est une grande décision : on saborde la revue qui est la plus prestigieuse dans la discipline et on lance notre propre publication », dit Vincent Larivière, professeur à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal.

    M. Larivière a été nommé éditeur intérimaire (et bénévole) du nouveau magazine. Il est un des meneurs de cette rébellion contre le géant Elsevier, plus important éditeur scientifique de la planète, qui a fait des profits de 1,2 milliard $US en 2017 https://www.relx.com/~/media/Files/R/RELX-Group/documents/reports/annual-reports/relx2017-annual-report.pdf en hausse de 36 %.

    « Ça fait des années qu’on dénonce les pratiques de l’industrie de l’édition scientifique. Il faut être cohérents et reprendre le contrôle de nos publications », explique le professeur, qui est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante.

    Contre une « arnaque »
    Vincent Larivière n’hésite pas à parler d’une « arnaque » lorsqu’il décrit les pratiques commerciales des cinq plus grands éditeurs scientifiques, qui publient plus de la moitié des articles savants dans le monde. Ces cinq conglomérats — les groupes Elsevier, Springer Nature, John Wiley Sons, Taylor Francis et Sage Publications — étouffent littéralement les bibliothèques universitaires en accaparant entre 70 et 80 % des budgets d’acquisition. Le problème est si grave que plusieurs bibliothèques n’ont plus les moyens d’acheter des livres, a rapporté Le Devoir en juin dernier https://www.ledevoir.com/societe/education/531214/les-geants-de-l-edition-etouffent-les-bibliotheques .

    Le modèle d’affaires de ces géants est simple : ils obtiennent gratuitement leurs articles, qu’ils revendent à gros prix aux bibliothèques universitaires. Les chercheurs ne sont pas payés pour leur travail. Les textes sont aussi révisés gratuitement par des pairs. Les bibliothèques universitaires n’ont pas le choix de s’abonner aux périodiques savants pour que professeurs et étudiants aient accès à la littérature scientifique.

    Plus préoccupant encore, les grands éditeurs font payer des milliers de dollars aux chercheurs qui veulent publier leurs articles en libre accès. Ce modèle d’affaires est remis en question avec de plus en plus de véhémence dans les universités de partout dans le monde.

    Appui du MIT
    Le nouveau magazine fondé par les 27 professeurs de bibliométrie, le Quantitative Science Studies, sera ainsi publié en collaboration avec l’éditeur du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT). Il s’agit d’une association toute « naturelle », indique au Devoir Nick Lindsay, directeur des périodiques et des données ouvertes chez MIT Press.

    « Nous sommes déterminés à trouver des façons de publier davantage de livres et de journaux sur le modèle du libre accès », précise-t-il. MIT Press a publié à ce jour une centaine de livres et huit périodiques en données ouvertes, donc accessibles gratuitement.

    La fondation de la Bibliothèque nationale de science et technologie d’Allemagne s’est aussi engagée à verser 180 000 euros (272 772 $CAN) sur trois ans au nouveau magazine.

    Les membres du comité éditorial du Journal of Informetrics ont négocié en vain durant plus d’un an et demi avec Elsevier dans l’espoir de changer le modèle d’affaires du magazine, explique Vincent Larivière. Ils tenaient notamment à baisser les frais de 1800 $US exigés des chercheurs qui veulent publier en libre accès (le nouveau Quantitative Science Studies facturera entre 600 $ et 800 $ aux auteurs).

    Ils voulaient aussi que les références citées dans le texte soient offertes gratuitement, ce qu’Elsevier a refusé — et que la nouvelle publication offrira.

    Le comité éditorial voulait d’abord et avant tout que la société savante de la discipline — l’International Society for Scientometrics and Informetrics (ISSI) — devienne propriétaire du magazine, ce qui n’était « pas négociable », a indiqué Elsevier dans une longue déclaration publiée le 15 janvier https://www.elsevier.com/connect/about-the-resignation-of-the-journal-of-informetrics-editorial-board .

    « Il arrive parfois que les comités éditoriaux et les éditeurs aient des opinions divergentes au sujet de l’avenir et de la direction d’un journal. Dans certains cas, une entente ne peut être conclue. Le comité éditorial peut décider d’offrir ses services ailleurs, surtout s’il reçoit du soutien financier », a écrit Tom Reller, vice-président aux communications chez Elsevier.

    « Toute démission d’un comité éditorial est malheureuse », ajoute-t-il, mais l’éditeur conserve des relations fructueuses avec les membres des dizaines d’autres publications de l’entreprise. Il y a trois ans, le comité éditorial du magazine Lingua, propriété du groupe Elsevier, avait claqué la porte dans des circonstances similaires. Lingua a survécu. Son nouveau concurrent aussi.

    #elsevier #édition_scientifique #université #recherche #open_access #science #publications_scientifiques #résistance #publications #business #partage #articles_scientifiques #savoir #édition #openaccess #Informetrics #bibliométrie #édition_scientifique #rébellion #libre_accès #Springer_Nature #John_Wiley_Sons #Taylor_Francis #Sage_Publications #racket #escroqueries #MIT #universités


  • Contre les prix trop élevés d’accès aux publications, les scientifiques font le mur - Le Temps
    https://www.letemps.ch/sciences/contre-prix-eleves-dacces-aux-publications-scientifiques-mur

    Contre les prix trop élevés d’accès aux publications, les scientifiques font le mur

    En plein essor du libre accès aux publications scientifiques, de nouveaux outils émergent pour aider à trouver facilement – et sans payer – des articles placés derrière un coûteux « paywall » ou une autre forme d’abonnement

    Les sciences ont-elles perdu leur caractère ouvert et universel ? Le mouvement de l’open access ou accès libre, dans lequel les publications scientifiques sont disponibles gratuitement et non plus contre d’onéreux abonnements, semble en tout cas en témoigner.

    L’open access, porté par des plateformes telles que PLoS, acronyme anglais pour Bibliothèque publique des sciences, constitue une alternative aux éditeurs scientifiques classiques et privés comme Elsevier, Springer Nature ou Wiley dont les tarifs, régulièrement revus à la hausse, irritent le milieu académique qui cherche des parades.

    En 2017, le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), tout comme l’Union européenne, s’est ainsi fixé l’objectif de rendre disponible en open access, à partir de 2020, la totalité des publications scientifiques qu’il finance. Le 4 septembre, onze fonds européens de financement de la recherche ont même publié un « Plan S » qui rendra cela obligatoire. Le fonds suisse soutient ce plan mais veut l’étudier juridiquement avant de le signer.
    Abonnez-vous à cette newsletter
    Sciences

    Sans abonnement, les chercheurs et le public font face à des paywalls qui obligent à payer en moyenne une trentaine de francs par article, ou plusieurs milliers de francs pour des bouquets d’abonnements à l’année. « Pour la bibliothèque de l’Université de Genève, cela représente plus de 4,5 millions de francs par année pour l’ensemble des ressources électroniques (journaux, livres, bases de données) », estime Jean-Blaise Claivaz, coordinateur open access et données de recherche à l’Université de Genève.
    Disruption illégale

    Ce marché figé a donné des idées à certains. En 2011, Alexandra Elbakyan, une chercheuse kazakhe, a créé Sci-Hub, une plateforme qui donne accès gratuitement – et illégalement – à plus de 70 millions d’articles scientifiques. Début 2016, 164 000 articles y étaient téléchargés chaque jour.

    « Actuellement, en Suisse, il n’est pas illégal de télécharger sur Sci-Hub, le téléchargeur n’est pas punissable, explique Jean-Blaize Claivaz. A l’Université de Genève, nous pourrions arrêter tous les abonnements et utiliser Sci-Hub. Ce n’est pas une position que l’université est prête à endosser mais nous ne pourrions pas être poursuivis. »

    Une autre façon légale de contourner les paywalls des éditeurs scientifiques est de chercher l’article dans les nombreuses archives numériques ouvertes des bibliothèques. Ces dernières contournent les abonnements en permettant aux chercheurs de verser leurs propres articles et de les rendre accessibles gratuitement – quoique en une version « brouillon » dépourvue des ultimes modifications apportées par les éditeurs avant publication. Mais faire sa bibliographie sur ces plateformes reste long et fastidieux, car il faut faire ses recherches sur chaque archive.

    C’est pour pallier ce problème que sont récemment apparus de nouveaux outils capables d’automatiser le processus, des sortes de moteurs de recherche qui vont simultanément interroger un grand nombre d’archives. Certains sont à visée commerciale (Kopernio, Anywhere Access), d’autres à but non lucratif (Open Access Button, Unpaywall). Si chacun possède ses particularités, le principe est le même : face à un paywall, ces outils (qui peuvent prendre la forme d’une extension de navigateur web) se chargent de trouver une version de l’article hébergée dans une archive ouverte, quelque part dans les méandres d’internet.
    Unpaywall mis en place à Genève

    Pour Jean-Blaize Claivaz, « le côté non lucratif d’Unpaywall et la présence dans son équipe de grands noms de la scène open access attirent la sympathie et une certaine confiance de la communauté scientifique. Ça lui donne un certain avantage face à ses concurrents. »

    La bibliothèque de l’Université de Genève a d’ailleurs récemment intégré un bouton Unpaywall à son système de recherche d’article scientifique. « Nous avons comparé l’accès avec et sans Unpaywall à l’Université de Genève et nous avons constaté que cette solution augmentait l’accès à la littérature scientifique en sciences de la vie d’environ 25% », ajoute-t-il.

    Les grandes entreprises du secteur voient plutôt d’un bon œil l’arrivée de ces petits acteurs qui s’inscrivent dans une position moins radicale que Sci-Hub, qui collectent des données monétisables et qu’il est possible de racheter pour mieux contrôler.

    Kopernio a été racheté en avril par Clarivate Analytics, entreprise peu connue du grand public mais propriétaire du Web of Science, rassemblement de sept grandes bases de données bibliographiques qui est derrière le calcul du fameux facteur d’impact des journaux. Fin juillet, Elsevier et Impactstory, la société éditrice d’Unpaywall, ont conclu un accord qui permet à l’éditeur d’intégrer Unpaywall dans sa propre base de données.

    Mais ces solutions demandent toutes de faire un effort d’installation et d’intégration. Malgré ses démêlés judiciaires et pour l’heure, Sci-Hub semble rester la solution la plus simple pour accéder à l’ensemble, ou presque, de la littérature scientifique.

    #sciences


  • La science à portée de tous !

    #Jean-Claude_Marcourt poursuit la mise en place du #décret « Open Access » en Fédération #Wallonie-Bruxelles.

    Sur proposition de Jean-Claude MARCOURT, Vice-Président du Gouvernement et Ministre de l’enseignement supérieur et de la Recherche, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles adopte, en dernière lecture, le projet de décret « Open Access », un texte fondateur visant l’établissement d’une politique de libre accès aux #publications_scientifiques.

    Le projet de décret vise clairement à intégrer les institutions de recherche et d’enseignement supérieur de la Fédération dans le mouvement de la « #science_ouverte » , c’est-à-dire un ensemble de pratiques de la recherche scientifique basées sur l’utilisation des outils de l’Internet ; archivage numérique, copie déverouillée sur le web, etc. Le décret « Open Access » et, in fine, l’#accès_libre aux résultats de la recherche ayant bénéficié d’un #financement_public, en est le premier pilier.

    Le texte voté par le gouvernement de ce mercredi 28 février 2018 est le fruit d’un dialogue constructif instauré avec l’ensemble des acteurs, que ce soit le milieu scientifique et académique ou encore les éditeurs belges. Des balises ont été adoptées afin de répondre aux préoccupations principales exprimées par ces derniers comme, par exemple, la limitation du champ d’application du décret aux articles scientifiques paraissant dans les périodiques et non aux ouvrages édités.

    Le Ministre MARCOURT tient à préciser : « La Fédération adopte un texte fondateur qui place les institutions de recherche et d’enseignement supérieur dans le peloton de tête des institutions mondiales actives dans la « science ouverte ». Et d’ajouter : « La Wallonie et Bruxelles s’engagent ainsi aux côtés d’acteurs de renommée mondiale tels que l’Université d’Harvard ou encore les universités Suisse telles que Zurich, Lausanne ou encore Genève . En favorisant le partage des résultats de la recherche ayant fait l’objet d’un financement public, le décret « Open Access » permet la libre circulation du savoir, la promotion de la science et de l’innovation ».

    Concrètement, le décret prévoit que les chercheurs déposent dans une archive numérique institutionnelle leurs publications scientifiques issues de leurs recherches réalisées sur fonds publics et recommande que lors de l’évaluation des publications, de prendre exclusivement en considération, les listes générées à partir de ces archives numériques institutionnelles.

    Pour conclure, le Ministre tient à rappeler que le décret Open Access renforce la visibilité des chercheurs, de leurs travaux et des institutions d’enseignement supérieur. « Le fruit de la recherche émanant de la Fédération Wallonie Bruxelles devient accessible partout dans le monde et, plus spécifiquement, auprès des chercheurs dont les institutions ne pouvaient jusqu’ici se permettre d’acheter ces publications scientifiques. » se réjouit le Ministre. « C’est une avancée sociétale fondamentale ».

    https://marcourt.cfwb.be/la-science-a-portee-de-tous
    #open_access #savoir #université #recherche #Belgique #édition_scientifique #résistance

    • L’Open Access adopté par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

      Ce mercredi 28 février, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté en dernière lecture le projet de décret "Open Access" porté par le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Jean-Claude Marcourt.

      Le texte du décret stipule que tous les articles scientifiques subventionnés par des fonds publics devront être déposés dans un répertoire institutionnel (aussi appelé « archive ouverte »). Les insitutions devront également utiliser exclusivement les listes de publications provenant de ces répertoires pour l’évaluation des chercheurs.

      À l’Université de Liège, cette politique existe déjà depuis presque 10 ans et est mise en place via le répertoire ORBi.

      https://lib.uliege.be/en/news/l-open-access-adopte-par-le-gouvernement-de-la-federation-wallonie-bruxel

    • Attention :

      « La Wallonie et Bruxelles s’engagent ainsi aux côtés d’acteurs de renommée mondiale tels que l’Université d’Harvard ou encore les universités Suisse telles que Zurich, Lausanne ou encore Genève .

      En #Suisse, c’est le #golden_open_access qui est visé... ce qui n’est pas exactement dans la logique d’un accès gratuit aux résultats de recherche... mais c’est une manière de plus d’enrichir les éditeurs scientifiques prédateurs :
      https://seenthis.net/messages/651822
      #FNS

    • La #voie_verte

      La voie verte ou green open access est la voie de l’auto-archivage ou dépôt par l’auteur dans une #archive_ouverte.

      Une archive ouverte est un réservoir où sont déposées des publications issues de la recherche scientifique et de l’enseignement dont l’accès est libre et gratuit. Elle peut être institutionnelle (ex. OATAO de l’ Université de Toulouse), régionale (ex. OpenAIRE pour l’Europe), nationale (HAL pour la France) ou disciplinaire (ex. arXiv en Physique, RePEC en Economie).


      http://openaccess.couperin.org/la-voie-verte-2
      #green_open_access #archives_ouvertes #post-print #pre-print

    • ‘Big Deal’ Cancellations Gain Momentum

      An increasing number of universities are ending, or threatening to end, bundled journal subscriptions with major publishers.

      Florida State University recently announced plans to cancel its “big deal” with Elsevier, but it is far from the first university to do so.

      In recent years, there has been an uptick in the number of reports of libraries dropping their bundled journal deals with big publishers, which can cost upward of $1 million annually.

      Rather than subscribing to a large volume of journals in a publisher’s collection, often at a substantial discount off the individual list price, some institutions are choosing to pay only for the journals they determine they need the most.

      Rick Anderson, associate dean for collections and scholarly communications at the Marriott Library at the University of Utah, said that more cancellations are likely, but “how big the snowball is going to get” is an unanswered question.

      “Will big-deal cancellations continue to bubble along at a slow but steady pace? Will they peter out altogether as libraries and publishers work out new terms that allow the libraries to renew? Will more and more libraries cancel their big deals until publishers finally abandon them?” asked Anderson. “It’s impossible to say at this point; I think all three of those scenarios are possible, though I think the first two are more likely than the third.”

      Last year, Anderson published an article at The Scholarly Kitchen looking at big-deal cancellations by North American libraries. He identified 24 libraries that had canceled big deals, another four libraries that canceled but later resubscribed, and three libraries that announced cancellations but didn’t follow through.

      Also last year, #SPARC, an advocacy group for open access and open education, launched a resource tracking big-deal cancellations worldwide. Greg Tananbaum, a senior consultant at SPARC, said that there is a “growing momentum” toward cancellations.

      According to data from SPARC (which may not be comprehensive, said Tananbaum), in 2016 five U.S. and Canadian institutions announced cancellations with big publishers such as Springer Nature, Wiley, Taylor & Francis and Elsevier. In 2017, seven more North American institutions said they planned to cancel their big deals, including the University of North Carolina at Chapel Hill and Kansas State University, among others.

      Motivation for Cancellation

      Both Tananbaum and Anderson agree that one factor driving cancellations of big deals is that library budgets are not growing at the same rate as the cost of subscriptions. Given budget restrictions, “there’s just a reality that tough choices have to be made,” said Tananbaum. He added that in each of the cases documented in the SPARC tracking resource, the institutions ran “meticulous assessments” to determine the value of their current arrangements, and found that “the value was not positive.” Typically a bundled deal would allow an institution to subscribe to a couple of thousand titles for the same list price as a few hundred individual subscriptions.

      “What makes the big deal unsustainable isn’t the structure of the model, but the fact that it absorbs so much of a library’s materials budget, and the price rises steadily from year to year,” said Anderson. “That dynamic leads to an inevitable breaking point, at which the library can no longer afford to pay for it — or is forced to cancel other, equally desirable (or more desirable) subscriptions in order to keep paying for it.”

      Another factor driving cancellations is a desire among some librarians to “stick it to the publishers,” said Anderson. “There is a truly remarkable level of anger that many librarians feel towards the publishers who sell subscriptions under the big-deal model,” he said. “This makes the prospect of canceling a big deal very attractive at a political level.”

      Librarians are able to consider canceling big deals because it doesn’t mean going “cold turkey” anymore, said Tananbaum. Interlibrary loan systems can return a journal article in less than 24 hours at relatively low cost to the library, and many articles are available in open-access format for free, with tools like Unpaywall making them easy to find. If a researcher needs a paywalled paper instantly, they can still access that content, without a subscription, for around $30.

      Though it is talked about less, the ease of accessing copyrighted papers though sites such as Sci-Hub and ResearchGate have also emboldened librarians, said Joseph Esposito, senior partner at publishing consultancy Clarke & Esposito.

      Hard-Core Negotiating

      In 2015, the Université de Montréal combined usage and citations data with the results of an extensive survey of faculty and students to determine that 5,893 titles were essential to research needs at the university — accounting for 12 percent of the institution’s total subscriptions, and around a third of all titles included in big deals.

      A similar analysis has since been performed by 28 university libraries in Canada, with some “truly considering unbundling or exiting consortium negotiations to get better deals,” said Stéphanie Gagnon, director of collections at Université de Montréal.

      Gagnon and her colleague Richard Dumont, university librarian at Montréal, said that unbundling big deals was a “last resort” strategy for the institution. The institution will first offer what it considers to be a “fair price” based on the needs of the community and the publishers’ pricing, said Dumont.

      This approach “seems reasonable,” said Dumont, since four major publishers have accepted the institution’s offers — Wiley, SAGE, Elsevier and Cambridge University Press. Currently, the institution has two big deals unbundled: Springer Nature (2,116 titles canceled) and Taylor & Francis (2,231 titles canceled).

      The Taylor & Francis big deal cost Montréal around half a million U.S. dollars per year for over 2,400 titles. Per title, the average cost was around $200. But Montréal calculated that only 253 titles were being used regularly, meaning the “real” cost was closer to $2,000 per title, said Gagnon. By unbundling this deal and the Springer Nature deal, and by renegotiating all big-deal subscriptions, the institution saves over $770,000 annually, said Gagnon.

      Gagnon said she did not think teaching or research has been hindered by the cancellations, since the big deals that were unbundled did not contribute greatly to the needs of the community. Researchers can still access paywalled content they don’t have immediate access to through the interlibrary loan system. “Content is still available, with some hours’ delay,” said Gagnon.

      Value for Money

      Unlike Montréal, some institutions that have canceled big deals have not ended up saving much money, or negotiating a better deal. Brock University in Ontario, for example, canceled its big deal with Wiley in 2015, only to return a year later for the same price.

      Ian Gibson, acting head of collections services at Brock, said the Wiley cancellation was prompted by a “perfect storm” of a weak Canadian dollar and a library budget that was not increasing in line with subscription costs. “The institution had no extra funds to buffer the FX crisis, and the hole in our budget was so big that only canceling Wiley or Elsevier would fill it,” said Gibson.

      The institution looked into purchasing back just the most essential titles from Wiley, and found “there was no way to do it for less than we were paying for the big deal.” Gibson said that the university upped the library budget soon after, “and we jumped back into the Wiley deal through our consortium, and the pricing was as if we had never left.”

      “Although the overall dollar cost for a big deal is typically enormous, the package usually includes so much content that the per-journal cost is quite low and would be dramatically higher on a per-journal basis if the titles were acquired as individual subscriptions,” said Anderson. Limiting titles, of course, also means that not everyone will get immediate access to the content they want. “This is probably the primary reason so many libraries (mine included) have held on to their big deals as long as they have.”

      Getting Faculty on Board

      At Montréal, the library worked hard to get faculty and student support before making any cancellations, said Gagnon. “We put in a lot of energy to explain, convince, answer and demonstrate to our staff and to the community what we were doing,” said Gagnon. The library built a website, published press releases and organized meetings. “It was a really global community project,” she said.

      Perhaps one of the most surprising aspects of Florida State University’s pending cancellation of its big deal with Elsevier is that the Faculty Senate approved it, despite concerns that they would not be able to access journals as freely as they do now.

      “The one question I keep getting asked is, ‘How did you get your faculty to agree to it?’” said Roy Ziegler, associate dean for collections and access at Florida State University. It hasn’t been an easy process, but outreach efforts have helped faculty to understand why this route is necessary. “Our faculty are willing to roll with it for now,” he said. “We don’t think our new model will do harm, but it will force faculty to change their behavior slightly — there’s a re-education piece.”

      FSU will offer unmediated, instant access to content that is not subscribed to for faculty and graduate students at a cost of around $30 to the library, but will encourage them to access materials through the slower interlibrary loan system as much as possible. Undergraduate students will only have the option to go the slower (cheaper) route. Avoiding duplicated instant-access purchases will be a key factor in keeping costs down, said Ziegler.

      By pulling out of its statewide agreement with Elsevier, FSU will lose access to Elsevier’s Freedom Collection — a system by which institutions have access to all nonsubscribed journal content at a significantly reduced rate. Ziegler said that FSU does “have an offer on the table right now” from Elsevier, but it’s not what they wanted. “If that offer gets better, we could stay in,” he said. FSU’s current deal with Elsevier costs around $1.8 million annually — 22 percent of the library’s total materials budget.

      In an emailed statement, Elsevier said that the Freedom Collection is “still preferred by the vast majority of our customers who want the best value we can provide, but some customers want more purchasing options, and for them we’re happy to provide such flexibility.” The statement continued, “We generally see more new Freedom Collection customers than those who move to title by title, but there’s no particular trend over time.”

      Taylor & Francis, Wiley, SAGE and Springer Nature declined to comment for this article.

      A Shortsighted Decision?

      Kent Anderson, CEO of publishing data analytics company RedLink, and former president of the Society for Scholarly Publishing, said that institutions that cancel big deals are making a “selfish” and shortsighted decision, an issue he also wrote about in a recent article for The Scholarly Kitchen. He compared canceling a big deal to canceling a newspaper subscription; journalists lose their jobs, local media collapses and soon no one knows what’s happening inside government.

      Canceling big deals means that down the road, publishers won’t be able to keep up with the volume of research that is being produced, he said. He warned that if libraries and publishers continued to be “at loggerheads against each other,” they would ultimately alienate the researchers they are both trying to serve.

      A loss of diversity in the publishing ecosystem concerns Kent Anderson. The survival of journals from smaller scholarly societies depends on their inclusion in big deals, he said. As the choice of publications to publish in gets “fewer and worse,” time to publication will get longer.

      While many libraries say they are forced to cancel big deals because of budget constraints, Kent Anderson points out that library budgets are often just a tiny fraction of an institution’s total budget, suggesting that the money could be better allocated to prioritize these resources.

      But Rick Anderson, of the University of Utah, said that suggesting the root of the issue is a funding problem, rather than a pricing problem, “feels a little bit like the bully on the playground taking our lunch money and then saying, ‘Hey, I’m not the problem, your mom needs to give you more lunch money.’”

      https://www.insidehighered.com/news/2018/05/08/more-institutions-consider-ending-their-big-deals-publishers

    • Le #business des publications scientifiques
      VRS n° 412 - Printemps 2018

      « Un pays qui exporte sa matière première à bas prix, et réimporte le produit fini au prix le plus fort, est dans une logique de sous-développement. C’est cette logique qui prévaut dans l’édition scientifique internationale. (…) Jusqu’à maintenant, l’édition scientifique électronique reproduit en grande partie les schémas archaïques de production, parce qu’elle émane des éditeurs scientifiques commerciaux… », écrivait Anne Dujol en 1996. « Il y a fort à parier que, dans un très proche avenir, de nombreux auteurs s’affranchiront des contraintes actuelles de la publication d’articles scientifiques et ‘publieront’ électroniquement les résultats de leurs travaux, » poursuivait-elle.

      Hélas, elle sous-estimait la puissance et l’« agilité » des éditeurs mondialisés qui tiennent ce qui est devenu un des business les plus lucratifs au monde. Et elle surestimait la compréhension des enjeux de la part des scientifiques et de leur bureaucratie, dans un monde où, comme à la chasse, la publication est devenue une performance où le/la scientifique exhibe ses trophées.

      L’inflation des publications est telle que les bibliographies, bien souvent stéréotypées, résultent davantage de la collecte de résumés que de discussions scientifiques. On écrit mais on ne lit pas ; et la critique des résultats, les vérifications, le dialogue s’en ressentent.

      Peut-être plus grave encore, les scientifiques leur ayant délégué l’évaluation de leurs travaux en leur décernant le label « d’excellence » (« où publies-tu » plutôt que « que publies-tu »), les revues – et donc les éditeurs qui les possèdent – ont acquis un pouvoir exorbitant sur la politique scientifique des institutions, voire des Etats.

      Mais le vent tourne. Les institutions de recherche et d’enseignement supérieur et leurs bibliothèques croisent le fer avec les éditeurs commerciaux. Et les chercheur·e·s commencent à reprendre en main l’édition de leur travail.


      http://www.snesup.fr/article/le-business-des-publications-scientifiques-vrs-ndeg-412-printemps-2018

    • Offensive contre les géants de l’édition scientifique en Europe

      Les conseils de recherche de onze pays européens, dont la France et le Royaume-Uni, prennent les grands moyens pour endiguer la soif de profits des géants de l’édition scientifique, qui siphonnent les budgets des bibliothèques universitaires.

      Ces onze États viennent de dévoiler un plan qui obligera d’ici deux ans leurs chercheurs subventionnés à publier le fruit de leurs travaux sur des plateformes en libre accès. Le but : mettre fin à la domination commerciale des cinq plus grands éditeurs scientifiques, qui font des profits considérables en publiant des articles fournis par les universitaires.

      « Il ne faut pas enfermer la science derrière des murs payants », indique le manifeste du nom de « Plan S » dévoilé la semaine dernière par Science Europe, un regroupement d’organisations européennes vouées à la promotion et au financement de la recherche.

      « Aucune raison ne justifie un modèle d’affaires établi sur des abonnements à des publications scientifiques. À l’ère numérique, le libre accès augmente la portée et la visibilité de la recherche universitaire », précise le document signé par Marc Schiltz, président de Science Europe.

      Outre Paris et Londres, cette offensive est appuyée par les organismes subventionnaires des pays suivants : Suède, Norvège, Pays-Bas, Autriche, Irlande, Luxembourg, Italie, Pologne et Slovénie. Ces États, comme bien d’autres (dont le Québec et le Canada), en ont assez des coûts astronomiques des abonnements aux publications scientifiques comme Nature ou Science.

      Comme Le Devoir l’a rapporté au cours de l’été, les frais d’abonnement aux magazines scientifiques accaparent désormais 73 % des budgets d’acquisition des bibliothèques universitaires. Les cinq grands éditeurs publient à eux seuls plus de la moitié des articles savants dans le monde. Les abonnements à ces magazines coûtent tellement cher que certaines bibliothèques n’ont plus les moyens d’acheter des livres.

      L’offensive des pays européens contre ces tarifs jugés déraisonnables risque de faire mal aux géants de l’édition — notamment les groupes Elsevier, Springer Nature, John Wiley Sons, Taylor Francis et SAGE Publications — qui dominent le marché mondial.

      « Ce ne sera pas la mort demain de ces grands ensembles-là, mais cette campagne s’ajoute aux désabonnements [aux périodiques scientifiques] de beaucoup d’universités en réaction à la hausse des coûts d’abonnement », dit Vincent Larivière, professeur à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal (UdeM). Il dirige la Chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante.

      Crise mondiale

      Les grandes revues comme Nature sont attrayantes pour les chercheurs. Ces magazines sont prestigieux. Ils sont lus, donc beaucoup cités. Et pour réussir en tant que professeur — être embauché, obtenir une promotion —, il faut être cité par ses pairs. C’est pour ça que les magazines scientifiques peuvent se permettre de facturer une fortune en abonnements aux bibliothèques universitaires.

      Les éditeurs scientifiques obtiennent pourtant leurs articles tout à fait gratuitement : les chercheurs ne sont pas payés par les magazines pour publier leurs travaux. Ça fait partie de leur tâche de professeur. Et les articles sont révisés bénévolement par des pairs. Plus troublant encore, un nombre croissant de revues scientifiques imposent des frais de 3000 $ ou 5000 $, par exemple, aux professeurs qui veulent que leurs articles soient en libre accès.

      Ce modèle d’affaires des revues savantes soulève un tollé partout dans le monde, rappelle Vincent Larivière. Le biologiste Randy Schekman, de l’Université de Californie, a même appelé au boycottage des magazines ayant publié ses travaux qui lui ont valu le prix Nobel. Il a fondé en 2012 son propre journal, eLife, qui publie ses articles en libre accès.

      Aux États-Unis, de puissants organismes comme la Fondation Bill Melinda Gates et les Instituts nationaux de santé (National Institutes of Health) exigent aussi que les recherches scientifiques qu’ils financent soient publiées en libre accès.

      https://www.ledevoir.com/societe/education/536595/offensive-europeenne-contre-les-geants-de-l-edition-scientifique

    • Négociations #SPRINGER : Arrêt de notre abonnement

      La bibliothèque vous avait informé au mois d’avril des négociations difficiles du #consortium_Couperin avec l’éditeur #SpringerNature au sujet des revues #Springer.

      Les #négociations se sont achevées la semaine dernière, et l’ENS de Lyon n’est pas satisfaite des dernières conditions proposées par l’éditeur. La #bibliothèque_Diderot de #Lyon ne renouvèlera donc pas son #abonnement aux revues Springer pour 2018-2020.

      Nous sommes conscients de la difficulté qu’occasionnerait la perte des abonnements aux revues Springer pour 2018.

      Néanmoins, nous conservons sur la plateforme Springer :

      • L’accès jusqu’en 2017 inclus aux 39 titres de notre abonnement historique, selon les termes du contrat précédent, pendant au moins deux ans et sans frais supplémentaires.
      • L’accès aux ressources acquises de manière définitive en Licences Nationales dans le cadre du projet istex : origine à 2014 pour les revues Springer.


      http://www.bibliotheque-diderot.fr/negociations-springer-arret-de-notre-abonnement-365193.kjsp?RH=
      #France


  • Reçu aujourd’hui, le 13 décembre 2017, par mailing-list du #FNS (#Fonds_national_suisse_de_la_recherche_scientifique)

    Chères requérantes, chers requérants,

    L’Open Access (OA ou libre accès) vous apporte de nombreux avantages dans la recherche : vos publications sont plus visibles et produisent davantage d’impact. Vous obtenez de plus un accès rapide et illimité aux publications de vos collègues. Grâce à l’OA, toutes les personnes intéressées peuvent en outre utiliser les résultats de la recherche, indépendamment de leur revenu et de leur lieu de résidence. L’OA démocratise l’accès à la connaissance, encourage le transfert de la connaissance dans la société et l’économie et constitue l’une des bases de la science ouverte (Open Science).

    Pour le FNS, il est clair que les résultats de la recherche financée par des fonds publics représentent un bien public. Cette conception s’impose de façon accrue dans la recherche scientifique. L’OA devient la nouvelle norme d’excellence.

    Un objectif à 100 %

    En janvier 2017, les hautes écoles suisses ont établi une stratégie OA avec le soutien du FNS. A partir de 2024, elles s’engagent à rendre librement accessible toutes les publications financées à l’aide de fonds publics. Dans ce contexte, le FNS a décidé que 100 % des publications issues de projets financés par le FNS seront en libre accès à partir de 2020, c’est-à-dire disponibles de façon illimitée, gratuites et en format numérique. Jusqu’à présent, moins de 50 % des publications financées par le FNS sont en OA.

    Comment pouvez-vous satisfaire à cette obligation de libre accès ? Vous pouvez publier votre article directement dans une revue OA ou votre livre dans le cadre d’une offre éditoriale OA. Il s’agit de l’approche « golden road ». Vous pouvez également archiver l’article ou le livre dans une base de données institutionnelle ou spécifique à une discipline. Il s’agit de la méthode « green road ».

    Le FNS finance les frais de publication pour la « #golden_road »

    Le FNS adapte sa politique d’encouragement au 1er avril 2018 (« Politique OA 2020 ») afin que nous atteignions cet objectif ensemble :

    Articles : le FNS continue de financer les frais de publications d’un article (« #Article_Processing_Charges », #APC) pour les publications sans embargo dans des revues OA. Il supprime jusqu’à nouvel ordre la limite supérieure actuelle de CHF 3000.–. Cependant, les montants APC disproportionnés peuvent être réduits.
    Livres : à partir du 1er avril 2018, le FNS finance les frais de publication d’un livre (« Book Processing Charges » BPC) pour les publications sans embargo de livres OA résultant autant des projets soutenus par le FNS que des projets sans financement du FNS.
    Chapitre de livres : le FNS finance à partir du 1er octobre 2018 les frais de « Book Chapter Processing Charge » (BCPC) lors de la publication immédiate de chapitres de livres.
    Demande de montants pour publication : à partir du 1er avril 2018, vous ne devez plus spécifier les subsides de publication comme frais imputables dans une requête. Une fois l’octroi accordé, vous pouvez déposer une demande via une plateforme OA faisant partie intégrante de mySNF. Celle-ci peut se faire à partir du 1er avril 2018 pour les BPC, et à partir du 1er octobre 2018 pour les APC et les BCPC. Cette demande est également possible au-delà du terme du projet.
    « #Green_road » : comme jusqu’à présent, vous devriez avoir déposé les articles au plus tard après six mois dans une banque de données publiquement accessible. Désormais, un délai de 12 mois au lieu de 24 s’applique aux livres. D’un point de vue du contenu, les œuvres déposées dans la base de données doivent correspondre à la version éditoriale.

    Je vous remercie de bien vouloir prendre en compte à l’avenir uniquement les maisons d’édition qui acceptent les normes pour vos publications. En outre, vous devriez veiller à ne publier aucun travail dans une revue #OA_frauduleuse (« #Predatory_journal »). En cas de doute quant à la faculté d’une revue à satisfaire les critères du libre accès, veuillez consulter la liste disponible sous thinkchecksubmit.org/check.

    Vous trouverez des informations détaillées relatives à la nouvelle « Politique OA 2020 » du FNS et aux dispositions transitoires sur notre site Internet.

    En tant que membre de la communauté scientifique, je vous encourage à apporter votre contribution à l’ouverture et à la compétitivité de la recherche suisse. Ce n’est qu’en travaillant ensemble que nous pourrons ancrer plus solidement l’Open Access dans la science et dans la population.

    Je vous remercie de votre précieuse collaboration et vous prie d’agréer, chères requérantes, chers requérants, mes salutations les meilleures.


    Prof. Matthias Egger
    Président du Conseil national de la recherche FNS

    #hypocrisie #édition_scientifique #savoir #open_access (faux) #golden_open_access #publications_scientifiques

    –-> le diable est dans le détail... et dans ce cas dans la promotion du #gold_open_access :

    La « Gold Road » : les chercheuses et chercheurs publient directement dans une revue scientifique Open Access permettant un accès électronique, libre, gratuit et immédiat à tous ses articles. Les coûts de publications, connus sous le nom de « Article Processing Charges » (APCs), sont généralement payés par l’auteur, son institution ou un autre bailleur de fonds .

    –-> je copie-colle pour que ça soit clair :

    Les coûts de publications, connus sous le nom de « Article Processing Charges » (APCs), sont généralement payés par l’auteur, son institution ou un autre bailleur de fonds

    http://www.snf.ch/fr/leFNS/points-de-vue-politique-de-recherche/open-access/Pages/default.aspx#Variantes%20de%20l%27Open%20Access

    • Voici mon message que j’ai posté sur FB (je ne sais pas si tout le monde y a accès, mais voilà, pour archivage) :

      Je viens de recevoir un message (via newsletter) du SNF FNS SNSF. Titre : "Open Access pour toutes les publications financées par le FNS : nouvelle politique"

      Et je lis :
      "Comment pouvez-vous satisfaire à cette obligation de libre accès ? Vous pouvez publier votre article directement dans une revue OA ou votre livre dans le cadre d’une offre éditoriale OA. Il s’agit de l’approche « golden road ». Vous pouvez également archiver l’article ou le livre dans une base de données institutionnelle ou spécifique à une discipline. Il s’agit de la méthode « green road »."

      Juste pour être claire, voici ce qu’est la "golden road" :
      La "Gold Road" : les chercheuses et chercheurs publient directement dans une revue scientifique Open Access permettant un accès électronique, libre, gratuit et immédiat à tous ses articles. Les coûts de publications, connus sous le nom de "Article Processing Charges" (APCs), sont généralement payés par l’auteur, son institution ou un autre bailleur de fonds.
      (http://www.snf.ch…/points-…/open-access/Pages/default.aspx…)

      Si il y a des "coûts de de publications qui sont payés par l’auteur, son institution ou un autre bailleur de fonds" à des entreprises privées (Elsevier ou Springer Shop pour ne pas les nommées) qui sont en réalité des entreprises prédatrices et qui se font des bénéfices faramineux sur les épaules des chercheurs·ses et des universités publiques, bhein, désolée, mais c’est pour moi une autre manière de piller le savoir aux universités, sous couvert de accès libre. C’est se plier aux règles du marché, contre la science, contre la connaissance, contre le savoir.

      #hypocrisie totale.

      https://www.facebook.com/cristina.delbiaggio/posts/10154830117555938

    • Contre les prix trop élevés d’accès aux publications, les scientifiques font le mur

      En plein essor du libre accès aux publications scientifiques, de nouveaux outils émergent pour aider à trouver facilement – et sans payer – des articles placés derrière un coûteux « paywall » ou une autre forme d’abonnement.

      Les sciences ont-elles perdu leur caractère ouvert et universel ? Le mouvement de l’open access ou accès libre, dans lequel les publications scientifiques sont disponibles gratuitement et non plus contre d’onéreux abonnements, semble en tout cas en témoigner.

      L’open access, porté par des plateformes telles que PLoS, acronyme anglais pour Bibliothèque publique des sciences, constitue une alternative aux éditeurs scientifiques classiques et privés comme Elsevier, Springer Nature ou Wiley dont les tarifs, régulièrement revus à la hausse, irritent le milieu académique qui cherche des parades.
      En 2017, le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), tout comme l’Union européenne, s’est ainsi fixé l’objectif de rendre disponible en open access, à partir de 2020, la totalité des publications scientifiques qu’il finance. Le 4 septembre, onze fonds européens de financement de la recherche ont même publié un « Plan S » qui rendra cela obligatoire. Le fonds suisse soutient ce plan mais veut l’étudier juridiquement avant de le signer.

      Sans abonnement, les chercheurs et le public font face à des paywalls qui obligent à payer en moyenne une trentaine de francs par article, ou plusieurs milliers de francs pour des bouquets d’abonnements à l’année. « Pour la bibliothèque de l’Université de Genève, cela représente plus de 4,5 millions de francs par année pour l’ensemble des ressources électroniques (journaux, livres, bases de données) », estime Jean-Blaise Claivaz, coordinateur open access et données de recherche à l’Université de Genève.
      Disruption illégale

      Ce marché figé a donné des idées à certains. En 2011, Alexandra Elbakyan, une chercheuse kazakhe, a créé Sci-Hub, une plateforme qui donne accès gratuitement – et illégalement – à plus de 70 millions d’articles scientifiques. Début 2016, 164 000 articles y étaient téléchargés chaque jour.

      « Actuellement, en Suisse, il n’est pas illégal de télécharger sur Sci-Hub, le téléchargeur n’est pas punissable, explique Jean-Blaize Claivaz. A l’Université de Genève, nous pourrions arrêter tous les abonnements et utiliser Sci-Hub. Ce n’est pas une position que l’université est prête à endosser mais nous ne pourrions pas être poursuivis. »

      Une autre façon légale de contourner les paywalls des éditeurs scientifiques est de chercher l’article dans les nombreuses archives numériques ouvertes des bibliothèques. Ces dernières contournent les abonnements en permettant aux chercheurs de verser leurs propres articles et de les rendre accessibles gratuitement – quoique en une version « brouillon » dépourvue des ultimes modifications apportées par les éditeurs avant publication. Mais faire sa bibliographie sur ces plateformes reste long et fastidieux, car il faut faire ses recherches sur chaque archive.

      C’est pour pallier ce problème que sont récemment apparus de nouveaux outils capables d’automatiser le processus, des sortes de moteurs de recherche qui vont simultanément interroger un grand nombre d’archives. Certains sont à visée commerciale (Kopernio, Anywhere Access), d’autres à but non lucratif (Open Access Button, Unpaywall). Si chacun possède ses particularités, le principe est le même : face à un paywall, ces outils (qui peuvent prendre la forme d’une extension de navigateur web) se chargent de trouver une version de l’article hébergée dans une archive ouverte, quelque part dans les méandres d’internet.
      Unpaywall mis en place à Genève

      Pour Jean-Blaize Claivaz, « le côté non lucratif d’Unpaywall et la présence dans son équipe de grands noms de la scène open access attirent la sympathie et une certaine confiance de la communauté scientifique. Ça lui donne un certain avantage face à ses concurrents. »

      La bibliothèque de l’Université de Genève a d’ailleurs récemment intégré un bouton Unpaywall à son système de recherche d’article scientifique. « Nous avons comparé l’accès avec et sans Unpaywall à l’Université de Genève et nous avons constaté que cette solution augmentait l’accès à la littérature scientifique en sciences de la vie d’environ 25% », ajoute-t-il.

      Les grandes entreprises du secteur voient plutôt d’un bon œil l’arrivée de ces petits acteurs qui s’inscrivent dans une position moins radicale que Sci-Hub, qui collectent des données monétisables et qu’il est possible de racheter pour mieux contrôler.

      Kopernio a été racheté en avril par Clarivate Analytics, entreprise peu connue du grand public mais propriétaire du Web of Science, rassemblement de sept grandes bases de données bibliographiques qui est derrière le calcul du fameux facteur d’impact des journaux. Fin juillet, Elsevier et Impactstory, la société éditrice d’Unpaywall, ont conclu un accord qui permet à l’éditeur d’intégrer Unpaywall dans sa propre base de données.

      Mais ces solutions demandent toutes de faire un effort d’installation et d’intégration. Malgré ses démêlés judiciaires et pour l’heure, Sci-Hub semble rester la solution la plus simple pour accéder à l’ensemble, ou presque, de la littérature scientifique.

      https://www.letemps.ch/sciences/contre-prix-eleves-dacces-aux-publications-scientifiques-mur

    • Stratégie nationale suisse Open Access

      Depuis une dizaine d’années, le mouvement Open Access est en fort développement international. Les hautes écoles et les institutions de recherche suisses s’engagent activement dans ce processus. Elles ont ainsi développé durant ces deux dernières années une stratégie nationale Open Access ainsi qu’un plan d’action pour sa mise en œuvre.

      A la demande du Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) et avec le soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), swissuniversities a développé dans le courant de l’année 2016 une stratégie nationale en faveur de l’Open Access. L’Assemblée plénière de swissuniversities, la Conférence des recteurs des hautes écoles suisses, a adopté cette stratégie le 31 janvier 2017.

      La stratégie Open Access pose les principes d’une vision commune pour les hautes écoles suisses, selon laquelle toutes les publications financées par les pouvoirs publics seront en accès libre en 2024. De manière générale, toutes les publications scientifiques en Suisse devraient être en Open Access en 2024. Cette vision s’aligne sur les modèles européens actuels. Afin de mettre en œuvre cette vision, différents champs d’action ont été identifiés, visant notamment à aligner les pratiques Open Access en Suisse, renforcer les négociations avec les éditeurs, renforcer la communication et les incitatifs auprès des chercheurs ainsi qu’envisager de nouveaux modes de publication. L’analyse des flux financiers en matière de publications scientifiques réalisée par un groupe d’expert anglais sous mandat du FNS et du programme « Information scientifique » de swissuniversities recommande un modèle basé sur une approche pragmatique et flexible.
      Plan d’action Open Access

      Afin de concrétiser la stratégie nationale suisse, une deuxième étape a consisté à développer durant l’année 2017 un plan d’action qui détermine les mesures à entreprendre pour la mise en œuvre de la stratégie nationale. Le plan d’action a été élaboré en collaboration avec les différents partenaires (FNS, SEFRI, bibliothèques des hautes écoles, représentés dans un groupe de travail) au terme d’une démarche d’analyse et de consultation auprès des hautes écoles et des autres partenaires clés. Ce plan d’action a pour but de proposer aux hautes écoles suisses des pistes et solutions pour atteindre les objectifs qu’elles se sont fixés en adoptant la stratégie nationale suisse sur l’Open Access. Les mesures proposées ont pour mission de soutenir dans leur démarche en respectant leur autonomie, leurs spécificités et la diversité des disciplines et des modes de recherche.

      L’Assemblée plénière de swissuniversities a adopté le plan d’action et le Conseil des hautes écoles de la Conférence suisse des hautes écoles en a pris favorablement connaissance en février 2018, permettant ainsi de lancer les activités de mise en œuvre pour les hautes écoles suisses.

      Le travail de mise en œuvre débute maintenant, sous la coordination de swissuniversities et dans le respect de l’autonomie des hautes écoles. La stratégie nationale Open Access apparaît comme un instrument essentiel pour maîtriser le processus de transformation et optimiser l’utilisation de ces ressources.
      Publications scientifiques – Négociations avec les éditeurs internationaux

      Afin d’atteindre l’objectif selon lequel les publications financées par les pouvoirs publics doivent être en accès libre en 2024, il est indispensable de disposer d’accords avec les éditeurs scientifiques permettant une publication ouverte des articles et monographies sans que cela ne crée de surcoûts pour les hautes écoles suisses. En ce sens, le comité de swissuniversities a adopté une nouvelle stratégie en matière de négociation avec les éditeurs qui privilégie le modèle « Read & Publish ». Ce modèle prévoit que les hautes écoles financent les coûts de publication et paient un tarif fixe à la lecture/téléchargements des articles et ouvrages publiés, en remplacement des abonnements classiques dont les tarifs fluctuaient selon les revues. Cette approche sera appliquée pour les négociations avec l’éditeur Springer Nature, et il est prévu d’en faire de même avec les éditeurs Elsevier et Wiley. Dans l’intérêt de réussir le processus de transition vers l’Open Access, swissuniversities a adapté l’agenda communiqué en mars 2018 à la demande de Springer Nature et négocie une #solution_transitoire.

      https://www.swissuniversities.ch/fr/themes/politique-des-hautes-ecoles/open-access

      v. aussi le factsheet :
      https://www.swissuniversities.ch/fileadmin/swissuniversities/Dokumente/Hochschulpolitik/Open_Access/180315_Factsheets_Verhandlungsstrategie_F.pdf


  • L’éditeur scientifique Springer Nature entrerait en Bourse en 2018
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/l-editeur-scientifique-springer-nature-entrerait-en-bourse-en-2018/86068

    Éditeur des revues scientifiques Nature ou Scientific American, entre autres, Springer Nature envisage une introduction en Bourse en 2018, à Francfort, pour une opération de valorisation de 4 à 5 milliards €, annonce l’agence Reuters. Cette IPO aurait lieu au cours de l’été 2018, et le capital de la société serait augmenté de 700 à 800 millions €.

    Né de la fusion de Macmillan Science and Education de Holtzbrinck et de l’activité Springer de BC Partners, Springer Nature a accumulé une dette de 3 milliards €, et l’objectif de cette introduction en Bourse n’est rien de moins que la réduction de cette dette qui plombe les résultats du groupe.

    #Edition_scientifique #Conflits_intérêt #Publications_scientifiques #Springer #Nature_revue


  • Le savoir en voie de confiscation par les éditeurs

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2017/09/26/le-savoir-en-voie-de-confiscation-par-les-editeurs_5191764_1650684.html

    Les revues scientifiques monnaient très cher l’accès à leurs contenus. Ce modèle est très critiqué. Troisième volet de notre dossier « Publier ou périr », en collaboration avec « Le Temps ».

    A qui la connaissance scientifique appartient-elle ? Aux chercheurs qui la produisent ? Au public qui la finance par ses impôts ? Ni à l’un ni à l’autre : elle est avant tout la propriété d’éditeurs, qui publient les résultats issus de la recherche dans des revues spécialisées… et veillent jalousement sur leur diffusion. Malgré les critiques dont ce système fait l’objet, des modèles alternatifs peinent encore à s’imposer.

    Traditionnellement, les revues spécialisées qui publient les études scientifiques financent leur travail d’édition par la vente d’abonnements. Problème : ce modèle restreint beaucoup l’accès aux connaissances. « Il m’arrive de ne pas pouvoir lire un article intéressant, parce qu’il a été publié dans une revue à laquelle mon université n’est pas abonnée. Et la situation est encore bien pire pour les chercheurs des pays moins riches. Sans parler de tous les autres membres de la société que ces résultats pourraient intéresser, mais qui en sont privés : enseignants, créateurs de start-up, membres d’ONG… », s’agace Marc Robinson-Rechavi, chercheur en bio-informatique à l’université de Lausanne.

    Le système actuel est par ailleurs très coûteux. « Les contribuables paient trois fois pour chaque article scientifique. D’abord, en rémunérant le chercheur qui fait les expériences. Ensuite, en s’acquittant des frais d’abonnement aux revues. Et parfois encore une fois, pour offrir un libre accès au ­contenu de l’article », s’insurge le président de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), Martin Vetterli. Les frais pour les bibliothèques augmentent de 8 % en moyenne par année, d’après la Ligue européenne des bibliothèques de recherche.

    De fait, la publication scientifique est un business extrêmement rentable pour les géants du domaine, Elsevier, Springer Nature et Wiley, dont les marges dépassent souvent les 30 %, dans un marché estimé à près de 30 milliards de dollars (25 milliards d’euros).

    Un modèle d’édition alternatif a émergé voilà une vingtaine d’années : celui de l’accès ouvert (ou « open access »). Le plus souvent, les frais d’édition et de diffusion de chaque article sont payés en une seule fois à l’éditeur, par l’institution scientifique du chercheur. Les articles sont alors accessibles gratuitement.

    Des articles en accès ouvert

    De nombreux journaux en accès ouvert existent désormais. Certains sont largement reconnus pour la qualité de leur travail, à l’image du pionnier américain PLOS (ou Public Library of Science), à but non lucratif. Assez variables, les coûts de publication par article sont compris entre 1 000 et 5 000 euros en moyenne. Ce mode d’édition n’interdit donc pas les ­bénéfices pour l’éditeur. Pourtant, seuls 30 % environ des articles sont actuellement publiés en accès ouvert. Un semi-échec qui s’expliquerait par le conservatisme du milieu, estime Marc Robinson-Rechavi : « Les journaux anciens sont davantage pris en compte dans la promotion des carrières. Il faudrait que les chercheurs soient incités à changer d’état d’esprit. »

    Justement, la Commission européenne a décidé que, d’ici à 2020, toutes les études publiées par des scientifiques qui reçoivent de l’argent européen devront être diffusées en libre accès. « En France, on va aussi vers un renforcement de la publication en accès libre », affirme Marin Dacos, fondateur du portail français de diffusion de sciences humaines et sociales OpenEdition, chargé d’un plan sur la science ouverte auprès du ministère français de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

    Certaines institutions scientifiques sont entrées en résistance. En Allemagne, plusieurs dizaines d’universités et bibliothèques sont en plein bras de fer avec le géant néerlandais Elsevier, pour obtenir de meilleures conditions d’accès aux articles publiés par leurs propres chercheurs. Elles menacent de ne pas renouveler leurs abonnements à la fin de l’année. Une telle stratégie avait déjà permis à l’association des universités néerlandaises d’obtenir des concessions de la part d’Elsevier il y a deux ans. Des mouvements analogues se retrouvent aussi en Finlande et à Taïwan, notamment.

    Ce n’est sans doute pas un hasard si ce vent de rébellion souffle aujourd’hui : outre le ras-le-bol lié à une situation qui perdure, l’apparition en 2011 du site pirate Sci-Hub pèse dans la balance. Opérant depuis la Russie, il offre l’accès gratuitement à plusieurs dizaines de millions d’études et de livres scientifiques. Une pratique certes illégale, et déjà condamnée aux Etats-Unis après une plainte d’Elsevier en juin, mais qui garantit que les chercheurs continueront d’avoir accès à une bonne part de la littérature scientifique, quel que soit le résultat des négociations avec les maisons d’édition.

    De petits malins ont également profité du mouvement de l’open access pour s’enrichir en créant des revues présentant toutes les apparences du sérieux. Les honoraires sont raisonnables. Le chercheur se laisse convaincre. Sauf qu’en fait, le journal n’existe pas. Ou alors, il est beaucoup moins coté que ce qu’il prétend. Ou encore, il est de piètre qualité. Ces journaux dits « prédateurs » seraient au nombre de 8 000, publiant environ 400 000 articles chaque année, selon une étude parue en 2015 dans BMC Medicine.

    Est-on arrivé à un point de bascule ? Martin Vetterli veut y croire : « Le monopole des éditeurs traditionnels va finir par tomber, à part peut-être pour certains titres très prestigieux comme Science et ­Nature, qui valent aussi pour leur travail de sélection. » Marin Dacos est également optimiste et explore de nouveaux modèles, dans lesquels les auteurs ou leurs institutions n’auront plus besoin de payer les frais d’édition de leurs articles, pourquoi pas grâce à une forme de financement participatif mobilisant les bibliothèques.

    C’est ce que, depuis 2015, l’Open Library of Humanities propose en publiant de la sorte dix-neuf journaux en sciences humaines et sociales. Et c’est la voie choisie par un groupe de mathématiciens qui viennent de lancer Algebraic combinatorics, en démissionnant avec fracas d’un titre de la galaxie Springer cet été. Le nouveau venu suit les principes de la Fair Open Access Alliance. « Ces principes sont notamment un accès ouvert aux articles, l’absence de frais de publication pour les auteurs, la non-cession des droits d’auteur à l’éditeur… », indique Benoit Kloeckner, professeur de mathématiques à l’université Paris-Est et coauteur de cette charte avec une poignée de collègues. « Pour l’instant, il s’agit du seul journal à les suivre, mais nous allons montrer que cela peut marcher. »