company:starbucks

  • Connecticut legislators to consider minimum pay for Uber and Lyft drivers - Connecticut Post
    https://www.ctpost.com/politics/article/Connecticut-legislators-to-consider-minimum-pay-13608071.php

    By Emilie Munson, February 11, 2019 - Prompted by growing numbers of frustrated Uber and Lyft drivers, lawmakers will hold a hearing on establishing minimum pay for app-based drivers.

    After three separate legislative proposals regarding pay for drivers flooded the Labor and Public Employees Committee, the committee will raise the concept of driver earnings as a bill, said state Rep. Robyn Porter, D-New Haven, who chairs the committee, on Friday night.

    A coalition of Uber and Lyft drivers from New Haven has been pressuring lawmakers to pass a pay standard, following New York City’s landmark minimum pay ordinance for app-based drivers approved in December. The legislation, which set an earnings floor of $17.22 an hour for the independent contractors, took effect on Feb. 1.

    Connecticut drivers have no minimum pay guarantees.

    Guillermo Estrella, who drives for Uber, worked about 60 hours per week last year and received $25,422.65 in gross pay. His pay stub doesn’t reflect how much Estrella paid for insurance, gas, oil changes and wear-and-tear on his car. Factor those expenses in, and the Branford resident said his yearly take-home earnings were about $18,000 last year.

    Estrella and other New Haven drivers have suggested bill language to cap the portion of riders’ fares that Uber and Lyft can take at 25 percent, with the remaining 75 percent heading to drivers’ pockets. The idea has already received pushback from Uber, which said it was unrealistic given their current pay structure.

    Connecticut legislators have suggested two other models for regulating driver pay. State Sen. Steve Cassano, D-Manchester, filed a bill to set a minimum pay rate per mile and per minute for drivers. His bill has not assigned numbers to those minimums yet.

    “What (drivers) were making when Uber started and got its name, they are not making that anymore,” said Cassano. “The company is taking advantage of the success of the company. I understand that to a point, but it shouldn’t be at the expense of the drivers.”

    State Rep. Peter Tercyak, D-New Britain, proposed legislation that says if drivers’ earnings do not amount to hourly minimum wage payments, Uber or Lyft should have to kick in the difference. Connecticut’s minimum wage is now $10.10, although Democrats are making a strong push this year to raise it.

    As lawmakers consider these proposals, they will confront issues raised by the growing “gig economy”: a clash between companies seeking thousands of flexible, independent contractors and a workforce that wants the benefits and rights of traditional, paid employment.

    Some Democrats at the Capitol support the changes that favor drivers.

    “I thought it was important to make sure our labor laws are keeping up with the changes we are seeing in this emerging gig economy, that we have sufficient safeguards to make sure that drivers are not being exploited,” said Sen. Matt Lesser, D-Middletown.

    But the proposals also raise broad, difficult questions like what protections does a large independent contractor workforce need? And how would constraining the business model of Uber and Lyft impact service availability around the state?

    Sen. Craig Miner, a Republican of Litchfield who sits on the Labor committee, wondered why Uber and Lyft drivers should have guaranteed pay, when other independent contractors do not. How would this impact the tax benefits realized by independent contractors, he asked.

    Uber and Lyft declined to provide data on how many drivers they have in the state, and the Connecticut Department of Motor Vehicles does not keep count. In Connecticut, 82 percent of Lyft drivers drive fewer than 20 hours per week, said Kaelan Richards, a Lyft spokesperson.

    Last week, Hearst Connecticut Media spoke to 20 Uber and Lyft drivers in New Haven who are demanding lawmakers protect their pay. All drove full-time for Uber or Lyft or both.

    An immigrant from Ecuador, Estrella, the Branford driver, struggles to pay for rent and groceries for his pregnant wife and seven-year-old son using his Uber wages.

    “A cup of coffee at the local Starbucks cost $3 or $4,” said Estrella. “How can a trip can cost $3 when you have to drive to them five minutes away and drop them off after seven or eight minutes?”

    In December, 50 Uber and Lyft drivers held a strike in New Haven demanding better pay. The New Haven drivers last week said they are planning more strikes soon.

    “Why is Uber lowering the rates and why do we have to say yes to keep working?” asked Carlos Gomez, a Guilford Uber driver, last week.

    The drivers believe Uber and Lyft are decreasing driver pay and taking a larger chunk of rider fares for company profits. Many New Haven drivers said pay per mile has been decreasing. They liked Sen. Cassano’s idea of setting minimum pay per mile and per minute.

    “The payment by mile, it went down by 10 cents,” said Rosanna Olan, a driver from West Haven. “Before it was more than one dollar and now when you have a big truck SUV, working long distance especially is not worth it anymore.”

    Uber and Lyft both declined to provide pay rates per mile and per minute for drivers. Drivers are not paid for time spent driving to pick up a passenger, nor for time spent idling waiting for a ride, although the companies’ model depends on having drivers ready to pick up passengers at any moment.

    Lyft said nationally drivers earn an average of $18.83 an hour, but did not provide Connecticut specific earnings.

    “Our goal has always been to empower drivers to get the most out of Lyft, and we look forward to continBy Emilie Munson Updated 4:49 pm EST, Monday, February 11, 2019uing to do so in Connecticut, and across the country," said Rich Power, public policy manager at Lyft.

    Uber discouraged lawmakers from considering the drivers’ proposal of capping the transportation companies’ cut of rider fares. Uber spokesman Harry Hartfield said the idea wouldn’t work because Uber no longer uses the “commission model” — that stopped about two years ago.

    “In order to make sure we can provide customers with an up-front price, driver fares are not tied to what the rider pays,” said Hartfield. “In fact, on many trips drivers actually make more money than the rider pays.”

    What the rider is pays to Uber is an estimated price, calculated before the ride starts, Hartfield explained, while the driver receives from Uber a fare that is calculated based on actual drive time and distance. Changing the model could make it hard to give customers up-front pricing and “lead to reduced price transparency,” Hartfield said. New York’s changes raised rates for riders.

    James Bhandary-Alexander, a New Haven Legal Assistance attorney who is working with the drivers, said Uber’s current pay model is “irrelevant to how drivers want to be paid for the work.”

    “The reason that drivers care is it seems fundamentally unfair that the rider is willing to pay or has paid $100 for the ride and the driver has only gotten $30 or $40 of that,” he said.

    Pursuing any of the three driver-pay proposals would bring Uber and Lyft lobbyists back to the Capitol, where they negotiated legislation spearheaded by Rep. Sean Scanlon, D-Guilford, from 2015 to 2017.

    Scanlon said the companies eventually favored the bill passed in 2017, which, after some compromise, required drivers have insurance, limited “surge pricing,” mandated background checks for drivers, imposed a 25 cent tax collected by the state and stated passengers must be picked up and delivered anywhere without discrimination.

    “One of my biggest regrets about that bill, which I think is really good for consumers in Connecticut, is that we didn’t do anything to try to help the driver,” said Scanlon, who briefly drove for Uber.
    By Emilie Munson Updated 4:49 pm EST, Monday, February 11, 2019
    emunson@hearstmediact.com; Twitter: @emiliemunson

    #USA #Uber #Connecticut #Mindestlohn #Klassenkampf

  • BBC - Future - The tricks of airport design

    How they keep travelers calm, quiet and... ready to shop !

    http://www.bbc.com/future/story/20190430-psychological-tricks-of-airport-design

    From a terminal’s colours to the security queue, here’s how airports are designed to keep travellers calm, quiet – and ready to shop.

    By Addison Nugent

    1 May 2019

    In 1995, French anthropologist Marc Auge categorised the airport as a “non-place”. Found the world over, non-places are devoid of identity – uniform structures (think Starbucks or McDonalds) that remain the same no matter where they are. By his definition airports are architectural machines, designed with the express purpose of moving people efficiently from one place to another.

    #dfs #aéroport #manipulation #consommation

  • When a Town Takes Uber Instead of Public Transit - CityLab
    https://www.citylab.com/transportation/2019/04/innisfil-transit-ride-hailing-bus-public-transportation-uber/588154

    Ihr Gemeinde hat keine öffentliches Busnetz, sie brauchen aber eins? Kein Problem, Uber macht das. Sofort, unkompliziert, flexibel, alle sind froh. Dann kommt der Erfolg. Und dann wird es teuer. So geschehen in einer Gemeinde in Kanada.

    Will das jemand in Deutschland?

    Das Rechenexempel zeigt, dass es egal ist, wie der private vermittler oder Beförderer heißt. Öffenliche System werden mit zunehmendem Erfolg immer billiger, private immer teurer. Ergo sind private Anbieter gut für Zwischenlösungen bis zum Aufbau eines funktionsfähigen öffentlichen Nahverkehrssystems. Wer sie beauftragt, muss den Zeitpunkt des Wechsels zur öffentlichen Lösung von Anfang an planen, sonst schlägt die Kostenfalle zu.

    Noch dümmer ist es, wenn öffentliche Angebote privatisiert werden. Dann wird es auch bei eingeschänktem Service sofort teuer.

    LAURA BLISS APR 29, 2019 - Innisfil, Ontario, decided to partially subsidize ride-hailing trips rather than pay for a public bus system. It worked so well that now they have to raise fares and cap rides.

    In 2017, the growing Toronto exurb of Innisfil, Ontario, became one of the first towns in the world to subsidize Uber rides in lieu of a traditional bus. Riders could pay a flat fare of just $3-$5 to travel to community hubs in the backseat of a car, or get $5 off regular fares to other destinations in and around town.

    People loved it. By the end of the Uber program’s first full year of service, they were taking 8,000 trips a month. Riders like 20-year-old Holley Hudson, who works for daycare programs at YMCAs around the area, relied on it heavily, since she doesn’t drive. To get to the college course practicums she was taking when the service launched, “I used Ubers on a Wednesday, Thursday, Friday basis,” she said.

    Now “Innisfil Transit” is changing its structure. As of April 1, flat fares for the city-brokered Ubers rose by $1. Trip discounts dropped to $4, and a 30-ride monthly cap was implemented. Town leaders say this will allow Innisfil to continue to cover costs.

    But Hudson and others see the changes as harmful, and a strange way of declaring success. As cities around the world turn to Uber, Lyft, and other apps as a quick fix for mobility service gaps, what’s now happening in Innisfil may be a good example of the risks.

    Innisfil’s journey with Uber began in 2015. Thickening traffic and an expanding population of seniors, students, and carless adults all signaled the need for some sort of shared mobility option in town. Just 45 minutes north of Toronto, the once-agricultural hamlet has recently ballooned in population, growing 17 percent from 2006 to 2016 to 37,000 residents.

    But as local leaders studied options for a fixed-route bus service, the cost/benefit analysis didn’t seem to add up. One bus to serve a projected 17,000 annual riders would cost $270,000 in Canadian dollars for the first year of service, or about $16 per passenger. And designing the system would be a drawn-out process.

    So instead, Innisfil did as so many people do when they’re in a hurry and facing a cumbersome bus ride: It hailed an Uber instead.

    “Rather than place a bus on the road to serve just a few residents, we’re moving ahead with a better service that can transport people from all across our town to wherever they need to go,” Gord Wauchope, then the mayor, said at the time.

    That logic is informing ride-hailing partnerships in dozens of communities across North America, all testing the notion that companies like Uber and Lyft can supplement or substitute for traditional service in some fashion. In certain cases, ride-hailing is replacing bus routes wholesale. In others, it’s responding to 911 calls, paratransit needs, and commuters traveling the last leg of a transit trip. Innisfil’s program was unique, in that the city branded the Uber partnership not as a complement to public transit, but as transit itself in a town without existing bus lines.

    Adoption of Innisfil Transit was fast and steady: The program racked up 86,000 rides in 2018. Nearly 70 percent of respondents to a city survey said that they were satisfied or more than satisfied with the new service—figures that would be the envy of any traditional public transit agency.

    But that popularity meant costs grew for the town. So now residents will have to cover more of their own trips. “It’s the growing ridership and popularity of the service,” town planner Paul Pentikainen said. “It’s been a great success, but there are also challenges with working with a budget.”

    “I would never get on a bus in Toronto and hear the driver say, ‘Sorry, but you’ve hit your cap.’”
    Normally, though, raising transit fares when ridership is growing is backwards logic. While passenger fares almost never cover the full cost of service, more passengers riding fixed-route buses and trains should shrink the per-capita public subsidy, at least until additional routes are added. On a well-designed mass transit system, the more people using it, the “cheaper” it gets.

    But the opposite is happening in Innisfil. Only so many passengers can fit in the backseat of an Uber, and the ride-hailing company, not the town, is pocketing most of the revenue. With per-capita costs essentially fixed, the town is forced to hike rates and cap trips as adoption grows. But this can create a perverse incentive: Fare bumps and ridership drops tend to go hand-in-hand on traditional systems.

    Cities are changing fast. Keep up with the CityLab Daily newsletter.
    The best way to follow issues you care about.
    Subscribe
    Loading...
    The trip cap in particular bothers Hudson, who continues to rely on the Uber service as her primary mode of transportation. She expects that she’ll burn through her allotted 30 trips in a couple of weeks. The city has an application for residents to qualify for an extra 20 trips per month, but Hudson doesn’t plan to file. She’s opposed to the idea on principle.

    “I would never get on a bus in Toronto and hear the driver say, ‘Sorry, but you’ve hit your cap,’” Hudson said. “Uber was supposed to be our bus.”

    Hudson emailed town officials to complain about the new trip limit. In a reply, a city councillor named Donna Orsatti wrote that the cap had been implemented because “the system was being abused by those in the youth bracket who were using Uber at $3 to go to Starbucks (as an example), purchase a drink, then go back to school or meet their friends.”

    That sounded oddly judgmental to Hudson’s ears. And it’s not how public transit is supposed to work: “We shouldn’t be criticized for where we’re going,” she said.

    In an email to CityLab, Orsatti explained her intentions. The cap was never meant to restrict residents, but rather “to ensure it is available to all residents to allow them transportation to essential service areas,” she wrote. And Pentikainen acknowledged that, while the rate structure might work differently from traditional transit, Uber still makes more sense for Innisfil. The city’s subsidy for the program grew from $150,000 in 2017 to about $640,000 in 2018, and for 2019, it has allocated another $900,000. On a per trip basis, Pentikainen said, it’s still a lot cheaper than the projected bus costs, and more equitable.

    “It’s a service that the whole town has access to, versus providing a service that only those who can walk to bus stops can,” he said.

    Pentikainen says that—despite Orsatti’s email—no city report called out Starbucks-toting teens for “abusing” the system. But he did note that the cap was partly designed to discourage short-distance trips that can be accomplished on foot or bike for most people.

    According to an Uber spokesperson, the ride-hailing company also advised the city to implement the cap as a way to control costs.

    Uber has touted the success of the Innisfil program as it invites other cities to adopt its model. Part of the attraction is that ridership is sinking on public transit systems across North America, as on-demand transportation apps has boomed. City decision-makers sometimes opt for Lyft and Uber as a way to lure travelers back, or to cut costs on low-performing routes. In other cases, the rise of ride-hailing is used as a bad-faith justification for further slashing bus service.

    Success has been mixed for transit agency/ride-hailing marriages. Many programs have seen weak ridership, and cities can find themselves hamstrung in their ability to make adjustments, since ride-hailing companies are famously guarded about sharing trip data. Some, including Pinellas County, Florida, which subsidizes certain Uber trips, have heard complaints that municipal discounts don’t go very far as the on-demand transportation giant has raised its own fares.

    Now that both Uber and Lyft have filed initial public offerings, industry analysts predict that the costs of these services—which have been heavily subsidized by their billions in venture capital backing—will creep steadily upwards as public investors expect returns. And city governments and commuters who come to rely on ride-hailing as a social service won’t have much control.

    In Innisfil, Uber fares have held steady, according to Pentikainen. And the company has shared certain data upon request. As the city grows and ride-hailing services evolve, it will continue to evaluate the best way to mobilize its residents, Pentikainen said. Eventually, Innisfil might be interested in adopting Uber’s latest transit-like offering, which is called Uber Bus. Similar to the microtransit startup Via and its failed predecessors Chariot and Bridj, riders are scooped up in larger vans at designated locations on a schedule that is determined based on demand.

    And if Uber ever raised fares to the point where riders could no longer rationalize the costs, the city would go back to the drawing board. In some parts of town, Pentikainen said, they might even consider a regular fixed-route bus. “There are a range of ways to consider efficiencies from the town’s perspective,” he said. “All along, this was a starting point. We have to react along the way.”

    Still, the idea of further changes made in reaction to the app’s contingencies worries Hudson. That doesn’t sound like very reliable service for her, nor for the older people and students she sees riding in Ubers en route to school and doctor’s appointments. If Innisfil makes further tweaks, Hudson says she might consider getting her license in order to avoid the stress. But she fears more for what could happen to those who can’t.

    “Uber was supposed to be our public transit,” she said. “Now we have to think about whether we can take an Uber or not.”

    #Kanada #ÖPNV #Bus #Taxi #Uber #disruption #Rekommunalisierung

  • Biometric #geopresence with Tarik Tali of Taliware
    https://hackernoon.com/biometric-geopresence-with-tarik-tali-of-taliware-5b5fe19343a8?source=rs

    Episode 33 of the Hacker Noon Podcast: An interview with Tarik Tali, the CEO and founder of Taliware.Listen to the interview on iTunes, or Google Podcast, or watch on YouTube.https://medium.com/media/4a4c1213ad4513fd92a7e11270a6f5c6/hrefIn this episode Trent Lapinski and Tarik Tali meetup at #startup Grind and talk about his new biometric geopresence app now available on the App Store, and the implications of this emerging technology. Disclosure: Trent is an advisor on this project.“We do #geolocation, geopresence verification, we tether the phone to the owner, and the location where they are.”“What we did, our system actually has a calendar, and it tracks every day separately and stores it in the cloud. All your checkins, if you go to Starbucks and purchase coffee, you checkin, and you use (...)

    #startup-grind #hacker-noon-podcast

  • Plastikophobia
    https://plastikophobia.com

    Plastikophobia is an immersive art installation made from 18,000 plastic cups collected from local food centers across Singapore to raise awareness for single-use plastic pollution. Artists Von Wong and Joshua Goh teamed up with Social impact strategist Laura Francois and almost a hundred volunteers over the course of ten days to bring this project to life. Source: Relevé sur le Net...

  • Une série de textes sur le mouvement des #Gilets_jaunes publiés par la revue Temps critiques

    Sur le mouvement des Gilets jaunes
    http://tempscritiques.free.fr/spip.php?article386

    Sur cette révolte en général et sur celle des Gilets jaunes en particulier
    http://tempscritiques.free.fr/spip.php?article387

    Une tenue jaune qui fait communauté
    http://tempscritiques.free.fr/spip.php?article392

    Ce qui dure dans la lutte des Gilets jaunes
    http://tempscritiques.free.fr/spip.php?article393

    L’envie de Révolution française des Gilets jaunes
    http://tempscritiques.free.fr/spip.php?article395

    Gilets jaunes : « une République du genre humain »
    http://tempscritiques.free.fr/spip.php?article398

    Gilets jaunes : Sur la ligne de crête
    http://tempscritiques.free.fr/spip.php?article399

    (...) Si le mou­ve­ment des Gilets jaunes ne se définit pas par ce qu’il n’est pas (antisémite, anti-migrant, sexiste, homo­phobe), ce qui serait se mettre dans la contre-dépen­dance des atta­ques de ses enne­mis ou des médias, il ne se définit pas non plus par ce qu’il est. Comme dans tout mou­ve­ment qui possède une vérita­ble dyna­mi­que propre, des cli­va­ges présentés comme une réalité incontour­na­ble par l’État, les socio­lo­gues et les médias, n’en sont plus pour lui. Pour « les gens d’en bas » qui se soulèvent contre l’ordre des domi­nants, les frac­tion­ne­ments entre « quar­tiers sen­si­bles » et com­mu­nes périur­bai­nes sont rela­ti­visés lors­que les lycéens de Mantes-la-Jolie mon­trent qu’en ban­lieue aussi la survie n’est plus sup­por­ta­ble ; frac­tion­ne­ment réduit entre assistés et chômeurs ciblés par la phrase assas­sine de Macron « il n’y a qu’à tra­ver­ser la rue pour trou­ver un emploi » puis­que de nom­breux chômeurs, présents sur les ronds-points, dévelop­pent soli­da­rité et convi­via­lité ; frac­tion­ne­ment effacé entre tra­vailleurs pau­vres (l’emploi n’est plus gage de vie décente) et petits salariés, arti­sans ou auto-entre­pre­neurs.
    3 Par sa dyna­mi­que propre, par l’action directe, le mou­ve­ment des Gilets jaunes a réfuté pra­ti­que­ment les repro­ches idéolo­gi­ques que lui adres­sent abs­trai­te­ment les milieux poli­tico-média­ti­ques domi­nants.
    4 Au sein d’une frange de la popu­la­tion, qui n’a pas tou­jours été la plus active dans les mou­ve­ments sociaux précédents, parce qu’elle a à la fois voulu et subi les pro­ces­sus d’indi­vi­dua­li­sa­tion, se fait jour la bonne vieille idée redécou­verte dans chaque lutte d’impor­tance, celle que le pou­voir divise pour mieux régner. Mais force est de reconnaître qu’après trois mois de lutte, ces avancées poli­ti­ques sont insuf­fi­san­tes. En effet, alors qu’il a aussi connu une cer­taine matu­ra­tion dans le dis­cer­ne­ment de ses objec­tifs (de la lutte anti­fis­cale à la lutte pour la jus­tice sociale, par exem­ple), le mou­ve­ment ne par­vient tou­jours pas à vérita­ble­ment se définir. Cela nuit non seu­le­ment à son exten­sion vers les marges de sym­pa­thi­sants hésitants, mais rend abs­traite l’idée sou­vent mal com­prise à l’extérieur du « Tous Gilets jaunes » puis­que sans défini­tion plus précise de ce qu’il est, toutes ces fran­ges pro­ches devraient l’intégrer et, à l’inverse, au nom de qui ou à partir de quel prin­cipe pour­rait-il dire : « non, vous, vous n’êtes pas Gilets jaunes » ? Ni l‘appel de l’assemblée des assemblées à Commercy ni les com­mu­niqués du groupe Gilets jaunes Lyon-centre n’ont réussi à lever cette équi­vo­que par rap­port, par exem­ple, à la présence de l’extrême droite à l’intérieur du mou­ve­ment.

    C’est que la #com­mu­nauté_de_lutte pose comme première valeur poli­ti­que la #soli­da­rité dans le désac­cord, c’est-à-dire l’inverse de l’appréhen­sion tra­di­tion­nelle de la poli­ti­que, y com­pris à l’extrême gauche qui, quant à elle, pose au contraire le désac­cord comme prin­cipe pre­mier et « ligne » de par­tage. Cette dis­po­si­tion première, en faveur de la com­mu­nauté de lutte et de la soli­da­rité qui en découle, amène le mou­ve­ment à ne pas abor­der ou à reléguer au second plan « les sujets qui fâchent ». Ne pas trop en dire pour pou­voir conti­nuer à se dire les choses. Ainsi, alors que les Gilets jaunes par­lent beau­coup de votes et les uti­li­sent pour pren­dre des décisions, alors que nom­breux sont ceux qui, parmi eux, met­tent en avant le vote par RIC, la ques­tion du droit de vote n’est abso­lu­ment pas abordée, car elle frac­tion­ne­rait la soli­da­rité des Gilets jaunes à partir du moment où il fau­drait pren­dre une posi­tion sur le qui est citoyen et sur­tout qui ne l’est pas, au risque du désac­cord.

    Dans les AG, il est ainsi sou­vent néces­saire d’inter­ve­nir déjà pour faire cor­ri­ger l’appel­la­tion « assemblée citoyenne » sou­vent utilisée dans les assemblées issues de ronds-points pour coor­don­ner action et réflexion entre com­mu­nes périur­bai­nes. Car le flou per­siste sou­vent sur les contours de la citoyen­neté d’autant que dans ces actions, les Gilets jaunes n’hésitent pas à faire appel à des salles de mairie et à y accep­ter des élus muni­ci­paux ou même des députés, ce qui fait qu’on a par­fois du mal à dis­tin­guer ces débats du « Grand débat ».

    Ce n’est peut-être qu’un pis-aller, mais en l’état actuel des choses la notion « d’assemblée popu­laire » utilisée dans les assemblées de Commercy et celles (plus urbai­nes) qui les ont rejoin­tes reste dans le vague. Malgré tout, cette dénomi­na­tion d’assemblée popu­laire prête moins à confu­sion tout en étant fort para­doxale. En effet, les « assemblées citoyen­nes » sont d’une com­po­si­tion sociale bien plus popu­laire que les « assemblées popu­lai­res » qui sont, elles plus « citoyen­nes » au sens Révolu­tion française du terme. Pourtant, à l’ori­gine, sur le ter­rain des ronds-points, la ques­tion ne s’était pas posée abs­trai­te­ment, mais de façon pra­ti­que, car il parais­sait dif­fi­cile d’être sur un bar­rage ou un rond-point avec un « étran­ger » qui se bat contre l’injus­tice fis­cale à côté de vous et de lui dire que le RIC ce n’est pas pour lui… parce qu’il n’a pas la natio­na­lité française et qu’il ne peut pas voter ! La référence à la Révolu­tion française devrait ici encore servir : est « citoyen » celui qui par­ti­cipe à la « révolu­tion », quelle que soit sa natio­na­lité.

    Si, pour beau­coup de Gilets jaunes, la référence à la Révolu­tion française est réelle et pro­fonde, alors il faut que le mou­ve­ment assume sa part de sans-culot­te­rie sans qu’elle soit sans cesse rabat­tue sur celle d’un citoyen juste conçu comme sujet du pou­voir d’État en rem­plis­sant des devoirs qui don­nent lieu à des droits. Par ailleurs, cela met­trait fin pra­ti­que­ment à cette idée sau­gre­nue, partagée par cer­tains Gilets jaunes, d’un vote considéré comme obli­ga­toire et donc comme un devoir plus qu’un droit. Mais ce serait faire preuve d’opti­misme de penser que le mou­ve­ment pour­rait en quatre mois acquérir une cons­cience de la com­mu­nauté (humaine) qui efface toute frontière. La com­mu­nauté de lutte trace, cons­ciem­ment ou non, ses frontières dans la lutte. L’exem­ple frap­pant en est de la dis­tinc­tion qui apparaît dans des dis­cus­sions entre Gilets jaunes « de base » sur la ques­tion des migrants1. Si les immigrés sont bien reconnus et acceptés par les Gilets jaunes — d’autant qu’il s’en trouve un nombre non négli­gea­ble parmi eux — ils le sont sur la base de l’ancienne figure du tra­vailleur immigré. Des des­cen­dants de tra­vailleurs immigrés et qui sont Gilets jaunes par ailleurs, considèrent que leurs parents et eux sont deve­nus ou sont français parce qu’ils ont contribué à la cons­truc­tion et à la prospérité du pays, alors qu’à leurs yeux les migrants d’aujourd’hui ne cher­chent pas à se fixer et s’établir (cf. Calais et tous ceux qui veu­lent abso­lu­ment passer en Angleterre) et relèveraient d’une ges­tion inter­na­tio­nale de crise qui échappe à la com­mu­nauté de lutte. En conséquence, cela res­treint considérable­ment le champ de sa ten­sion vers la com­mu­nauté humaine. Plus concrètement, c’est aussi une situa­tion à courte vue, car si la force de tra­vail est glo­ba­le­ment surnuméraire aujourd’hui dans le procès de valo­ri­sa­tion du capi­tal, le sur­nom­bre n’est pas tou­jours là où on le croît, comme le mon­trent les efforts actuels d’entre­pri­ses comme MacDo, Starbucks et autres gros­siums de l’hôtel­le­rie-res­tau­ra­tion ou du BTP, qui vont jusqu’à pro­po­ser à des migrants fraîche­ment arrivés3, des cours accélérés de français parce qu’elles recher­chent des « peti­tes mains » à des condi­tions tel­le­ment à la marge du droit du tra­vail que per­sonne ne les accep­tent.

    Un discours plus protestataire que révolutionnaire ou réformiste

    Si l’expres­sion d’une juste colère a fait la force du mou­ve­ment à ses débuts, il cher­che aujourd’hui un second souf­fle qui le trans­for­me­rait en une lutte sociale plus glo­bale contre un ensem­ble struc­turé par l’État et le capi­tal. Ce qu’il a ten­dance à résumer par les termes de lutte contre le « système », sans cher­cher à davan­tage le définir. Faute d’y par­ve­nir, cette colère a ten­dance à se trans­for­mer en haine contre l’oli­gar­chie (le « je vous hais com­pris » écrit par­fois sur des gilets jaunes dénote en pas­sant d’une cer­taine culture poli­ti­que et d’un humour de bon aloi), elle-même réduite à quel­ques gran­des entre­pri­ses ou ban­ques et à quel­ques indi­vi­dus (poli­ti­ques, jour­na­lis­tes influents) « que l’on va aller cher­cher » comme le disent les mani­fes­tants. C’est comme s’il fal­lait leur faire payer indi­vi­duel­le­ment leur for­fai­ture, alors pour­tant que les Gilets jaunes ont pris cons­cience pro­gres­si­ve­ment qu’ils ont affaire à un « Système ». En cela Macron est vic­time de son propre « dégagisme ». Il croyait avoir fait le plus dur en se débar­ras­sant de l’ancien monde poli­ti­que et c’est l’ancien monde popu­laire qui lui tombe sur le dos ; un monde net­te­ment plus dif­fi­cile à faire dis­paraître.
    10 Cette colère anti-Système des Gilets jaunes est confortée par une vision oli­gar­chi­que du pou­voir, vouant à la vin­dicte popu­laire seu­le­ment les 1 % les plus riches qui oppri­me­raient les 99 % autres, alors que tous les rap­ports sociaux sont tra­versés par des hiérar­chies et des inégalités qui divi­sent et frag­men­tent ; le procès de domi­na­tion par­court l’ensem­ble du rap­port social. Reconnaître cela, ou au moins en tenir compte, serait reconnaître que la notion de peuple n’existe pas en soi, qu’elle se cons­truit dans le conflit et la ten­sion entre ceux qui diri­gent, à quel­que titre que ce soit (écono­mi­que, poli­ti­que, cultu­rel) et ceux qui n’ont aucun titre pour le faire. Mais il n’y a pas non plus de raison de faire porter aux Gilets jaunes le poids d’une supposée inexpérience poli­ti­que alors que c’est une opi­nion bien partagée, aussi bien par les Occupy Wall Street américains que par un parti poli­ti­que comme La France insou­mise !

    Il s’ensuit que le mou­ve­ment est sou­vent guetté par la recher­che du bouc émis­saire ou par les thèses com­plo­tis­tes d’autant que les réseaux sociaux culti­vent faci­le­ment l’entre-soi et par­ti­culièrement Facebook qui est leur relai le plus utilisé. Cela a été le cas, plu­sieurs fois, quand, dans cer­tai­nes villes, le mou­ve­ment a projeté de lancer des actions contre la banque Rothschild, une cible privilégiée parce qu’elle serait un sym­bole du capi­ta­lisme mon­dia­lisé et aussi parce que Macron y a été associé-gérant. Que ce type d’action soit repris par un groupe spon­tané comme Article 35–Insurrection est une chose, puis­que sa révolte se situe dans l’immédia­tisme et l’action directe. Mais que l’on en arrive à devoir expli­quer en AG, où des représen­tants des divers grou­pes de Gilets jaunes sont présents, qu’il faut arrêter avec les sym­bo­les et regar­der plutôt la réalité du système ban­caire dans le fonc­tion­ne­ment global du capi­ta­lisme est le signe d’une réelle fai­blesse théorique. Sur ce point comme sur le rôle des action­nai­res dans la for­ma­tion du capi­tal, la cri­ti­que du « système » est biaisée par le fan­tasme d’une finance qui représen­te­rait le mal absolu.

    Nous l’avons déjà dit, on ne peut repro­cher aux Gilets jaunes dont la matu­rité poli­ti­que est de quatre mois de com­met­tre les mêmes sim­pli­fi­ca­tions que celles pro­dui­tes par des orga­ni­sa­tions poli­ti­ques d’extrême gauche confirmées ou par des jour­naux comme Le Monde diplo­ma­ti­que. La dif­fi­culté consiste à essayer de cor­ri­ger le tir sans jouer aux experts… et en tenant compte du fait que l’ana­lyse des Gilets jaunes est limitée d’entrée de jeu par le fait qu’elle isole le procès de cir­cu­la­tion du capi­tal du procès de pro­duc­tion alors que le capi­tal jus­te­ment tente, à tra­vers les réformes libérales, de l’uni­fier.

    Pour rester concrets les Gilets jaunes ont par­fois ten­dance à se rat­ta­cher à des chif­fres censés parler par eux-mêmes, mais qui don­nent lieu à une surin­terprétation proche du contre­sens. Par exem­ple dans un tract Gilets jaunes sur la finance, dont une partie est consacrée aux action­nai­res et aux divi­den­des. La présen­ta­tion qui en est faite pour la France tend à accréditer l’idée que c’est en France que les divi­den­des attei­gnent la meilleure rémunération en pour­cen­tage pour les action­nai­res, ce qui serait abso­lu­ment scan­da­leux et ferait de celle-ci un modèle de capi­ta­lisme spo­lia­teur. Or, c’est jus­te­ment parce que jusqu’à main­te­nant la France a mieux résisté au modèle anglo-saxon de capi­ta­lisme et à ses exi­gen­ces, que la France a plus besoin d’atti­rer de capi­taux. Ainsi, elle a refusé le pas­sage aux retrai­tes par capi­ta­li­sa­tion, ce qui la prive de ses pro­pres fonds de pen­sions et l’amène à rétri­buer davan­tage les pla­ce­ments. Le problème n’est pas tant que cette appro­che est fausse, mais qu’elle empêche de com­pren­dre le fonc­tion­ne­ment d’ensem­ble du capi­ta­lisme au niveau théorique et au niveau pra­ti­que, ce qui bloque sou­vent les dis­cus­sions. Le mou­ve­ment ayant ten­dance à porter une atta­que « morale » plus que poli­ti­que cela inclut l’idée d’une mora­li­sa­tion pos­si­ble des choses et des rap­ports sociaux. Cette ten­dance ne peut être contre­carrée que par des actions qui com­men­cent juste, mais se dévelop­pent en sou­tien à des conflits sociaux, dans des sec­teurs qui sont deman­deurs parce que les syn­di­cats y sont peu présents, comme les entre­pri­ses de sous-trai­tance de la grande dis­tri­bu­tion. Elles complètent les actions premières de blo­cage de la cir­cu­la­tion en direc­tion des pla­te­for­mes en ce qu’elles met­tent l’accent sur la dénon­cia­tion de l’exploi­ta­tion et qu’elles peu­vent jouer dans un sens favo­ra­ble sur le rap­port de force.

    Un universalisme contradictoire au risque de l’isolement

    Après avoir élargi ses reven­di­ca­tions de départ et continué à refu­ser de négocier, ce point étant essen­tiel dans le main­tien d’un rap­port de force anta­go­ni­que avec les pou­voirs en place, le mou­ve­ment ren­contre des dif­fi­cultés à s’étendre sur cette base ini­tiale. Difficultés ren­contrées dans la jonc­tion du 5 février et avec l’échec de la liai­son avec le mou­ve­ment lycéen en décembre, qui condui­sent le mou­ve­ment à faire retour sur lui-même, dans des reven­di­ca­tions qui font peut-être son ori­gi­na­lité, mais qui ne sont plus que les sien­nes pro­pres. Le mou­ve­ment des Gilets jaunes a certes raison de vou­loir affir­mer à la fois sa préséance dans la lutte et son auto­no­mie par rap­port aux autres forces. Par là, il s’est placé comme une sorte d’avant-garde de masse (« Tous Gilets jaunes ») dans la mesure où le fait d’enfi­ler le gilet jaune deve­nait tout à coup un acte de résis­tance en lui-même, un signe de reconnais­sance ensuite et enfin le pre­mier pas vers autre chose. De ce fait, il n’avait rien à atten­dre de l’appel tra­di­tion­nel et le plus sou­vent « bidon », à une « conver­gence des luttes », tarte à la crème des années 2000 ayant succédé au « Tous ensem­ble » des années 1990. Le fiasco de la mani­fes­ta­tion com­mune du 16 mars entre Climat et Gilets jaunes montre que le chemin sera long avant que tout le monde devienne « Gilets jaunes » où que les Gilets jaunes se fon­dent dans la révolu­tion ou la Républi­que du genre humain ». Mais il n’est pas dit que cer­tains de ceux-là ne se retrou­vent pas plus faci­le­ment sur des actions de blo­cage de l’écono­mie (énergie) ou dans des actions de sou­tien aux salariés en lutte ; autant d’inter­ven­tions qui peu­vent pro­fi­ter de la désta­bi­li­sa­tion générale des pou­voirs en place. Le problème est alors de savoir quel rôle y jouer. Sans vou­loir tran­cher défini­ti­ve­ment, notre expérience actuelle de la chose nous montre qu’il serait dom­mage qu’on y rejoue le sou­tien aux luttes du peuple tenu par les maos dans les années 1970. Les Gilets jaunes, sous prétexte qu’ils sont mobi­lisés et déterminés ne doi­vent pas être une sorte de bras armé (même sans arme) des salariés ou de n’importe quelle autre lutte. (...)

    #Temps_critiques
    Sur cette notion d’#avant-garde_de_masse, voir La horde d’or pages 344, 391, 416

  • Who Maps the World ?

    Too often, men. And money. But a team of OpenStreetMap users is working to draw new cartographic lines, making maps that more accurately—and equitably—reflect our space.

    “For most of human history, maps have been very exclusive,” said Marie Price, the first woman president of the American Geographical Society, appointed 165 years into its 167-year history. “Only a few people got to make maps, and they were carefully guarded, and they were not participatory.” That’s slowly changing, she said, thanks to democratizing projects like OpenStreetMap (OSM).

    OSM is the self-proclaimed Wikipedia of maps: It’s a free and open-source sketch of the globe, created by a volunteer pool that essentially crowd-sources the map, tracing parts of the world that haven’t yet been logged. Armed with satellite images, GPS coordinates, local community insights and map “tasks,” volunteer cartographers identify roads, paths, and buildings in remote areas and their own backyards. Then, experienced editors verify each element. Chances are, you use an OSM-sourced map every day without realizing it: Foursquare, Craigslist, Pinterest, Etsy, and Uber all use it in their direction services.

    When commercial companies like Google decide to map the not-yet-mapped, they use “The Starbucks Test,” as OSMers like to call it. If you’re within a certain radius of a chain coffee shop, Google will invest in maps to make it easy to find. Everywhere else, especially in the developing world, other virtual cartographers have to fill in the gaps.

    But despite OSM’s democratic aims, and despite the long (albeit mostly hidden) history of lady cartographers, the OSM volunteer community is still composed overwhelmingly of men. A comprehensive statistical breakdown of gender equity in the OSM space has not yet been conducted, but Rachel Levine, a GIS operations and training coordinator with the American Red Cross, said experts estimate that only 2 to 5 percent of OSMers are women. The professional field of cartography is also male-dominated, as is the smaller subset of GIS professionals. While it would follow that the numbers of mappers of color and LGBTQ and gender-nonconforming mappers are similarly small, those statistics have gone largely unexamined.

    There is one arena where women’s OSM involvement, specifically, is growing, however: within organizations like Humanitarian OpenStreetMap Team (HOT) and Missing Maps, which work to develop parts of the map most needed for humanitarian relief, or during natural disasters.
    When women decide what shows up on the map

    HOT has worked on high-profile projects like the “crisis mapping” of Puerto Rico in the wake of Hurricane Maria, and on humble but important ones, like helping one Zimbabwe community get on their city’s trash pickup list by highlighting piles of trash that littered the ground. Missing Maps is an umbrella group that aids it, made up of a coalition of NGOs, health organizations like the Red Cross, and data partners. It works to increase the number of volunteers contributing to humanitarian mapping projects by educating new mappers, and organizing thousands of map-a-thons a year.

    In HOT’s most recent gender equity study, it found that 28 percent of remote mappers for its projects were women. And in micro-grant-funded field projects, when organizations worked directly with people from the communities they were mapping, women participants made up 48 percent.

    That number dwarfs the percentage in the rest of the field, but parity (or majority) is still the ultimate aim. So in honor of International Women’s Day, Missing Maps organized about 20 feminist map-a-thons across the country, including one at the American Red Cross headquarters in downtown Washington, D.C., led by Levine along with a team of women volunteers. Price spoke as the guest of honor, and around 75 people attended: members of George Washington University’s Humanitarian Mapping Society, cartography enthusiasts, Red Cross volunteers and employees. There were women and men; new mappers and old.

    I turned up with my computer and not one cartographical clue.

    The project we embarked on together was commissioned by the Tanzanian Development Trust, which runs a safe house for girls in Tanzania facing the threat of genital mutilation. Its workers pick up and safely shelter girls from neighboring villages who fear they’ll be cut. When a girl calls for help, outreach workers need to know where to go pick them up, but they’re stuck in a Google Maps dead zone. Using OSM, volunteers from all over the world—including girls on the ground in Tanzania—are filling in the blanks.

    When it comes to increasing access to health services, safety, and education—things women in many developing countries disproportionately lack—equitable cartographic representation matters. It’s the people who make the map who shape what shows up. On OMS, buildings aren’t just identified as buildings; they’re “tagged” with specifics according to mappers’ and editors’ preferences. “If two to five percent of our mappers are women, that means only a subset of that get[s] to decide what tags are important, and what tags get our attention,” said Levine.

    Sports arenas? Lots of those. Strip clubs? Cities contain multitudes. Bars? More than one could possibly comprehend.

    Meanwhile, childcare centers, health clinics, abortion clinics, and specialty clinics that deal with women’s health are vastly underrepresented. In 2011, the OSM community rejected an appeal to add the “childcare” tag at all. It was finally approved in 2013, and in the time since, it’s been used more than 12,000 times.

    Doctors have been tagged more than 80,000 times, while healthcare facilities that specialize in abortion have been tagged only 10; gynecology, near 1,500; midwife, 233, fertility clinics, none. Only one building has been tagged as a domestic violence facility, and 15 as a gender-based violence facility. That’s not because these facilities don’t exist—it’s because the men mapping them don’t know they do, or don’t care enough to notice.
    In 2011, the OSM community rejected an appeal to add the “childcare” tag at all. It was finally approved in 2013, and in the time since, it’s been used more than 12,000 times.

    So much of the importance of mapping is about navigating the world safely. For women, especially women in less developed countries, that safety is harder to secure. “If we tag something as a public toilet, does that mean it has facilities for women? Does it mean the facilities are safe?” asked Levine. “When we’re tagging specifically, ‘This is a female toilet,’ that means somebody has gone in and said, ‘This is accessible to me.’ When women aren’t doing the tagging, we just get the toilet tag.”

    “Women’s geography,” Price tells her students, is made up of more than bridges and tunnels. It’s shaped by asking things like: Where on the map do you feel safe? How would you walk from A to B in the city without having to look over your shoulder? It’s hard to map these intangibles—but not impossible.

    “Women [already] share that information or intuitively pick it up watching other women,” Price said. “Those kinds of things could be mapped. Maybe not in an OSM environment, but that happens when cartography goes into many different hands and people think of different ways of how we know space, classify space, and value space.”

    That’s why Levine believes that the emphasis on recruiting women mapmakers, especially for field projects like the Tanzanian one, is above all else a practical one. “Women are the ones who know the health facilities; they know what’s safe and unsafe; they know where their kids go to play; they know where to buy groceries,” she said. “And we have found that by going to them directly, we get better data, and we get that data faster.”

    Recording more women-centric spaces doesn’t account for the many LGBTQ or non-binary spaces that go unmapped, a gap the International Women’s Day event didn’t overtly address. But elsewhere on the internet, projects like “Queering the Map” seek to identify queer spaces across the globe, preserving memories of LGBTQ awakenings, love stories, and acts of resistance. Instead of women’s health centers, the Queered Map opens a space to tag gay bars, or park benches where two women once fell in love, or the street in Oakland someone decided to change their “pronouns to they/them.” It’s a more subjective way to label space, and less institutionalized than the global OSM network. But that’s sort of the point.
    Service through cartography

    The concentration of women mappers in humanitarian projects is partly due to the framing of cartography as a service-driven skill, Levine said, rather than a technical one. That perception reflects the broader dynamics that alienate women from STEM fields—the idea that women should work as nurturers, not coders—but many women at the map-a-thon agreed that it was a drive to volunteer that first drew them to OSM.

    Maiya Kondratieff and Grace Poillucci, freshmen at George Washington University, are roommates. Both of them unexpectedly fell into digital mapping this year after seeing GW’s Humanitarian Mapping Society advertised at the university club fair. They were joined at the Missing Maps event by fellow society member Ethan Casserino, a third-year at GW.

    “It wasn’t presented as a tech-y thing; more like service work,” said Kondratieff. “And our e-board is mostly even” in terms of gender representation, she added. One of those older leaders of the group spent much of the night hurrying around, dishing out pizza and handing out stickers. Later, she stopped, leaned over Kondratieff’s shoulder, and helped her solve a bug in her map.

    Rhys, a cartography professional who asked not to be identified by last name, graduated from GW in 2016 and majored in geography. A lot of her women peers, she said, found their way into cartography based on an interest in art or graphic design. As things become more technology-heavy, she’s observed a large male influx. “It’s daunting for some people,” she said.

    Another big barrier to women’s involvement in OSM, besides the already vast disparities in the tech sphere, Levine said, is time. All OSM work is volunteer-based. “Women have less free time because the work we’re doing in our free time is not considered work,” said Levine. “Cleaning duties, childcare, are often not considered shared behaviors. When the women are putting the baby asleep, the man is mapping.”

    As a designer with DevelopmentSeed, a data technology group that is partnering with OSM to improve its maps, Ali Felski has been interviewing dozens of OSM users across the country about how they interact with the site. Most of them, she said, are older, retired men with time on their hands. “Mapping is less community-based. It’s technically detailed, and there aren’t a lot of nice instructions,” she said, factors that she thinks might be correlated with women’s hesitance to join the field. “I think it’s just a communication problem.”

    Building that communication often starts with education. According to a PayScale gender-by-major analysis conducted in 2009, 72 percent of undergraduate geography majors were men. At GW, that may be changing. While the geography major is small, it’s woman-dominated: 13 women and 10 men are in the graduate program. Price has taught generations of GW students (including Rhys, who counts her as a mentor), and leads the department with six other women, exactly matching the department’s seven men.

    Organizations like YouthMappers, which has 113 chapters spread among 35 countries, are supporting students in creating their own university OSM communities. And a lot of the students who participate are women. An estimated 40 percent of the 5,000 students who take part in YouthMappers are female, and a quarter of their chapters have more than 50 percent participation, said Marcela Zeballos, a research associate and 2009 graduate of GW. The group also champions women’s empowerment initiatives like Let Girls Map, which runs from International Women’s Day in March to International Day of the Girl in October.

    I didn’t get to map much at the event, but that night I kicked off the Let Girls Map season snuggled in bed, tagging buildings and drawing roads. I learned to curve paths and square edges, hypnotized by the seemingly endless satellite footage of Starbucks-free woods.

    The gaps in my local geographical knowledge, though, were unsurprisingly vast: I didn’t know if the buildings I was outlining were bathrooms or houses or restaurants, and couldn’t really discern a highway from a path from a driveway. And when my “unknown line” is a Tanzanian woman’s escape route, the stakes are high. That’s why HOT projects also depend on community members, some equipped with old-fashioned pens and paper, to hone in on the details.

    But map-a-thons like this get people engaged, and OSM-literate. They begin to build the sense of community that DevelopmentSeed’s Felski wished OSM didn’t lack. At an event like this, led and attended by women in the cartography field (or who may soon enter it), it’s easy to forget how few there really are.

    Down the table, the undergraduates Kondratieff and Casserino chatted, eyes trained at the rural Tanzanian landscape unfolding on their laptop screens. “You should minor in GIS,” Casserino urged.

    “Maybe I will,” she replied.

    https://www.citylab.com/equity/2018/03/who-maps-the-world/555272
    #femmes #cartographie #cartes #genre #argent #femmes_cartographes
    ping @reka @odilon

    via @isskein

  • Four Exciting Areas #ios App Development Will Evolve over the Next Five Years
    https://hackernoon.com/four-exciting-areas-ios-app-development-will-evolve-over-the-next-five-y

    A glimpse of what can be expected soon, to trigger the preparation of stakeholders for the changeA not-so-far #future. (Picture source)The world has been dazed in recent years by trends in technologies that didn’t exist 10–15 years ago. What’s more interesting is the way the future is being created through these concepts. If you think you have seen it all with the apps developed and currently available on iOS thus far, you will be absolutely stunned at how iOS app development will evolve over the next five years.Here are 4 areas you can watch out for:1. Artificial IntelligenceArtificial Intelligence (AI) is a unique paradigm shifter. Every day, forward-thinking people in the iOS app development world are creating new AI-based apps. Starbucks, for example, released an iOS app, My Starbucks (...)

    #iot #ios-app-development #artificial-intelligence

  • Ce soir, rencontrez le roi de la pizza et du café latte et posez lui vos questions
    https://www.rue89strasbourg.com/invite-apero-roi-de-la-pizza-posez-lui-vos-questions-148248

    Ce jeudi 31 janvier à partir de 18h30 au Graffalgar, Rue89 Strasbourg reçoit Kamel Boulhadid pour l’apéro. Vous ne connaissez pas Kamel Boulhadid ? C’est normal, l’homme est plutôt discret. Mais ce Mulhousien est le dirigeant d’un groupe qui gère une cinquantaine d’établissements de restauration sous franchises : Domino’s Pizza, Starbucks Coffee, Au Bureau et [...] (lire l’article complet : Ce soir, rencontrez le roi de la pizza et du café latte et posez lui vos questions)

  • #Gilets_jaunes : qui sont les casseurs ?

    http://www.cntaittoulouse.lautre.net/spip.php?article950

    Critique de la violence et des formes de luttes

    On entend, depuis le début de la mobilisation des gilets jaunes que des casseurs infiltrent le mouvement. Certains accusent l’extrême droite, d’autres l’extrême gauche et d’autre encore les jeunes de banlieue. Ce terme n’est pas nouveau et puisqu’il possède une définition floue, il peut être utilisé pour un peu tout et n’importe quoi.


    On n’arrive pas vraiment à s’y retrouver, mais une chose est sûre : les casseurs ont pour objectif de tout démolir, de faire triompher la violence et nous faire vivre dans la peur et le chaos. C’est en tout cas ce que disent l’Etat et les grands médias...

    Nous allons aborder par la suite les différentes formes de luttes en exposant certaines de leurs limites puis nous nous pencherons sur un texte exposant différentes formes de violence.

    Nous partirons d’un constat : les injustices présentes dans le système capitaliste ne sont pas nouvelles et certaines existent depuis plusieurs dizaines d’années. Prenons par exemple la répartition des richesses ; nous vivons dans

    « Un monde où 82 % des richesses créées l’an passé ont bénéficié aux 1 % les plus riches de la population. [...] Dans le même temps, les 3,7 milliards de personnes constituant la moitié la plus pauvre de la population mondiale n’ont vu aucune augmentation de leur richesse en 2017. Rien. Zéro. Le monde appartient aux plus fortunés, et il n’y a nulle part où cette injustice est plus criante qu’au travail »,

    selon Winnie Byanyima, directrice générale de l’ONG Oxfam invitée à s’exprimer au World Economic Forum de Davos.

    Les réponses légalement possibles en France pour essayer de réduire les injustices sont les suivantes :

    – Manifester pacifiquement avec parcours, date et heure décidés par des représentants politiques du système : les préfets. Le tout encadré par les forces de l’ordre.
    – Faire du jeu politique. C’est-à-dire participer aux élections ou créer son parti. Cela amène à faire des alliances et des promesses dont le seul but est d’obtenir le pouvoir et non d’agir pour l’intérêt commun. Nous tenons à préciser qu’il est courant que ces alliances ou engagements soient remis en question dès l’objectif atteint, lequel est de remporter les élections. En effet, nous constatons que nous utilisons souvent le pouvoir afin de préserver nos privilèges ou de les augmenter.
    – S’exprimer, dénoncer. Cela passe par signer des pétitions, écrire des livres ou des journaux, passer à la tv ou à la radio, écrire des commentaires sur les réseaux sociaux...
    – Agir en donnant de l’argent ou du temps à des œuvres caritatives.

    La désobéissance civile

    Certains individus estiment que ces solutions légales sont peu efficaces ou trop lentes, et préconisent d’autres formes d’actions pacifiques mais illégales. Cinq éléments sont caractéristiques d’un acte de désobéissance civile : une infraction consciente et intentionnelle, un acte public, un mouvement à vocation collective, une action pacifique et un but, la modification de la règle. Par exemple un blocage de lycéens sur leur lieu de travail pour demander de meilleures conditions d’études.

    Les points critiquables dans la désobéissance civile :

    – Ce n’est que de la communication. La portée peut donc être modifiée par :
    • les médias qui choisiront ou non de relayer l’événement, avec un message qui n’ira pas nécessairement dans le sens que le voudraient les activistes.
    • Les médias qui détruiront ou non l’image que l’on voudrait transmettre ou, au moins, qui amoindriront ou en ridiculiseront l’impact.
    • La société et les idées déjà présentes chez la population (aliénation mentale, sociale, économique) insérées par le tissu social, et surtout par l’influence notable des médias au profit des idéologies (économique et politique, non démocratique) qui les dépassent.

    – Sous couvert de vocation pacifiste, il y aurait une tendance à oublier d’autres actions plus simples pour atteindre l’objectif fixé, en excluant de facto ceux qui ne partagent pas les idées de désobéissance civile.

    – Ce qu’il faut dénoncer dans la vision de Gandhi ou du pacifisme absolu ; c’est qu’il y a pourtant des cas où la désobéissance civile ne fonctionnerait pas. Des cas où les tyrans ou des classes supérieures ne remettront pas en cause leur politique, car ce n’est pas leur intérêt, puisque leur intérêt est tout autre et c’est le leur. Il y a des cas où le système lui-même ne se laisserait pas démettre par des coups de bluff dans la communication pourtant tellement démocratique.

    – Peut-être que la désobéissance civile fonctionnerait dans le meilleur des mondes ou dans une véritable société démocratique, une société sans classe sociale, cependant nous n’en sommes pas encore là. Tant qu’il y a des classes, il y a lutte des classes. Interdire aux classes inférieures de réagir aux violences structurelles, mentales et aux injustices matérielles qu’elles subissent, ce qui est parfois leur seul recours, peut être considéré comme un crime.

    L’action directe violente

    (NDR l’action directe n’est pas nécessairement violente, même si un célèbre groupe à repris cette expression à son compte mais son action de guérilla urbaine n’était pas de l’action directe dans le sens que nous l’entendons)

    Par ailleurs, il existe des individus qui, conscients des limites des autres solutions ou par nécessité d’une réponse rapide, préfèrent s’attaquer directement au problème par l’action violente. Quatre éléments sont identiques à la désobéissance civile, l’élément pacifique étant remplacé par la violence. Aujourd’hui, certains militants s’attaquent aux symboles d’un système capitaliste qu’ils rejettent. Par exemple une banque, un cabinet d’assurance, une agence immobilière, un magasin d’une société du CAC40 (Vinci, Total, Renault, Orange, Chanel...) ou un autre magasin d’une grande société étrangère (MacDo, Starbucks, Nike, Porsche...). Puis il y a ceux qui décident de se protéger en renvoyant les lacrymos, en montant les barricades et en se défendant des forces de répression. D’autres les soutiennent en se masquant également.

    Les points critiquables dans l’action directe violente :

    – Il peut exister d’autres actions plus simples pour atteindre l’objectif fixé, incluant peut-être les adeptes de la non-violence. En effet, certains gilets jaunes se désolidarisent de tout type d’actions violentes.

    – Comme lorsqu’il s’agit de la désobéissance civile, elle peut servir, notamment par son utilisation dans les médias, à stigmatiser des populations, à décrédibiliser la violence et ainsi à cacher les révoltes. C’est pour cela que l’État et des grandes chaînes d’information s’empressent de traiter les militants de casseurs dès la moindre égratignure afin de déformer le message. En effet, l’utilisation du mot casseur et des vidéos de violences en boucle peut faire monter le sentiment d’insécurité.

    – Être mêlé à la foule, ainsi que l’assurance d’une protection de l’anonymat, libère du jugement habituel et peut parfois mener à des actions moins légitimes ou moralement acceptables. C’est le cas d’une personne alcoolisée qui décide de se mêler à la foule et de casser la vitrine de la coiffeuse indépendante.

    – Il peut paraître absurde de vouloir s’attaquer à l’ennemi sur son point fort. En effet, les forces de l’ordre sont nombreuses, bien équipées, entraînées, et défendues par le système qu’ils protègent ; le rapport de force n’est donc pas souvent présent. Notre force est dans le nombre, rappelons que 82 % des richesses créées l’an passé ont bénéficié aux 1 % les plus riches de la population.

    – Enfin, l’action violente permet notamment de justifier plus de répression et de diviser le mouvement.

    Points de vues sur la violence

    Je nous invite à présent à nous pencher sur le texte de Hélder Câmara [1] sur la violence, qui commence ainsi :

    « Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés. »

    Il est ici décrit un système injuste qui répartit mal les richesses et qui ne se soucie guère de « ceux qui ne sont rien ».

    Cette violence est visible aujourd’hui, sous le quinquennat de Macron à cause de son aggravation continue : augmentation des privilèges pour les riches (retrait de l’ISF, cadeaux fiscaux, suppression de l’exit tax...), mépris de la classe politique envers les travailleurs (monopolisation des décisions affectant la collectivité, insultes du président...), loi asile immigration, etc. Mais cette violence n’est pas nouvelle et les injustices peinent à disparaître.

    Selon Câmara :

    « La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première. »

    Casser s’agirait alors d’une résistance à l’oppression d’un système violent trop injuste.

    Il continue ainsi :

    « La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres. »

    La quantité de vidéos circulant sur Internet montrant la disproportion de la violence policière en témoigne. Rien ne peut justifier d’enlever un oeil à l’aide d’un projectile de flash-ball, de mutiler à l’aide de grenades, d’utiliser des armes chimiques sur la population, de frapper avec des bâtons...

    Ou encore d’humilier et terroriser 150 lycéens à Mantes-la-Jolie ce 6 décembre 2018.

    Il termine enfin :

    « Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

    En effet, c’est de cette hypocrisie dont se dotent l’État et les grands médias pour pointer du doigt les casseurs comme seuls responsables de la violence.
    Nous tenons à préciser qu’il existe évidement d’autres formes de violences qui ne sont pas abordées ici comme la violence pathologique, la violence naturelle, la cyber-violence, etc.

    Rappelons cependant que nos systèmes politiques actuels se sont construits sur la violence (révolutions de 1789, de 1848, de 1870, résistance de 1945, mai 1968, etc.). De même, certaines formes de réponses violentes mais proportionnées sont couramment admises, par la morale, le droit et selon la doctrine des droits de l’Homme : en cas de légitime défense par exemple, ou d’état de nécessité face à l’oppression d’une tyrannie.

    Il est donc important de ne pas oublier que tous les modes d’action peuvent être efficaces et de ne pas se désolidariser d’une partie du mouvement pour ainsi lutter contre la division, bien que ces différentes réponses au système injuste présentent des failles. Nous invitons également à réévaluer la violence des casseurs sans en faire l’apologie. Nous estimons cependant que dans une vraie démocratie sans représentants ni intermédiaires, l’utilisation de la violence ne sera pas nécessaire.

    Notes
    [1] Hélder Câmara fut un évêque catholique brésilien, qui est connu pour sa lutte contre la pauvreté. Nous tenons à préciser que nous nous opposons à toutes les religions car nous estimons que les religions permettent de justifier l’oppression. Cependant nous ne considérons pas les croyants comme responsables pour la politique de leur Église.

    Article d’@anarchosyndicalisme ! n°162 Spécial #gilets_jaunes
    http://www.cntaittoulouse.lautre.net/spip.php?article943

  • A Progressive Web App in Vue #tutorial , Part 1 — The Vue App
    https://hackernoon.com/a-progressive-web-app-in-vue-tutorial-part-1-the-vue-app-f9231b032a0b?so

    The BasicsBuild a Progressive Web App In #vuejs, from Zero to Hero!The concept of Progressive Web Apps (PWAs) is a framework agnostic approach which seeks to combine discoverability and accessibility of a website with the functionality of a native app.Since couple of years I see an increasing interest technologies which bridge the gap between web- and native-apps.In 2018 PWAs have made a great step towards mainstream adoption. By now, plenty of companies like Pinterest, Uber, Twitter, Trivago, The Washington Post, Starbucks, have already created PWAs to run parallel to their native apps.The reason is obvious, plenty of these companies report very promising numbers, mostly as astonishing as the 97 percent of increase in conversions Trivago has seen.Why should we start developing PWAs now?In (...)

    #web-development #pwa #javascript

  • C’est l’Eure.

    Dans l’Eure, « le réservoir de la colère explose » 23 NOVEMBRE 2018 PAR FRANÇOIS BONNET

    Dans l’Eure, péages d’autoroute et gros ronds-points demeurent bloqués tout ou partie de la journée. Le prix des carburants est oublié. Ouvriers, retraités, intérimaires, artisans, jeunes et vieux disent tous la même chose : une vie de galère avec des revenus de misère et des injustices qu’ils ne veulent plus supporter.

    « Le prix du carburant, pardon, mais je m’en contrefous », assure Line – « Appelez-moi Madame Line », insiste-t-elle. Madame Line est donc arrivée à pied, ce mercredi matin, au rond-point de Gaillon, dans l’Eure, avec son panier à roulettes. Des cakes faits maison et du café. Deux kilomètres de trajet. Une soixantaine de gilets jaunes sont là, sur le rond-point, pour un barrage filtrant. Ça dure depuis samedi. C’est juste à côté de Kiabi, de McDo et d’Auchan. C’est un rond-point dans une zone commerciale comme partout.

    Et là, les Klaxon des poids lourds et des voitures font connaître leur soutien. Les gilets jaunes sont en évidence derrière les pare-brise. On rigole bien. Ça blague autour des braseros, des barbecues et en tapant la converse avec les automobilistes qui attendent. Sans compter ce camionneur qui fait trois fois le tour du rond-point, Klaxon à fond. Lui, il réchauffe les cœurs. Il fait très froid. Depuis samedi, la fatigue s’accumule.

    C’est aussi pour ça que vient Madame Line. La voiture, elle a fait une croix dessus. « Je l’ai depuis deux ans au parking. Faudrait le contrôle technique, j’ai pas les sous, ma voiture réussira pas l’examen et il faudrait que je remette l’assurance, pas possible », précise-t-elle. Adieu la voiture, mais là, sur le rond-point, surgissent plein de nouveaux amis.

    Madame Line est retraitée. 720 euros par mois. Et une vie dont l’horizon au-delà de son logement HLM se résume au Auchan du rond-point de Gaillon et aux quelques sorties organisées quand ses enfants le peuvent. « Charges fixes enlevées, j’ai quoi ? 150, parfois 200 euros par mois », dit-elle.

    « Ben, il y a dix jours, on se connaissait pas », dit Alain. Lui a la quarantaine, c’est un grand costaud qui travaille à quelques kilomètres, au centre technique de Renault. Ça tombe bien, il y a quinze jours, il a loué un vélo électrique pour voir « si ça pouvait le faire pour aller au boulot ». Quinze kilomètres par jour, avec une grande côte. C’est pas évident, conclut-il.

    Une révolte, dit-il, c’est aussi plein de plaisir. Des découvertes, des gens, des horaires qui volent en éclats, une liberté. « Sur le groupe Facebook, on est des centaines. Là, on se relaie, moi je repars au boulot et je reviens ce soir. On se croisait dans la rue et on se disait pas bonjour, là on discute et il y a ce mot : solidarité. On pense pas pareil ? On s’en fout. Il y a des cons, des racistes ? On leur demande de se taire. La solidarité, c’est quand même ce gouvernement qui devrait montrer que cela existe au lieu de nous piétiner. »

    Ce que disent Line et Alain ? C’est ce qu’on pouvait entendre cette semaine sur la dizaine de gros points de blocage visités dans cette partie du département de l’Eure qui va de Vernon à Val-de-Reuil. La hausse des carburants est oubliée depuis longtemps. D’autant que les prix, constatés à l’Intermarché de Gasny vendredi matin, sont dans la fourchette basse. « Les carburants, c’est la goutte qui a fait exploser le réservoir de la colère », assure Smaïn, un « bloqueur » du péage de l’autoroute A13 à Heudebouville.

    Non, sur les ronds-points, on ne parle plus carburant mais des vraies choses qui fâchent : la pauvreté, les jeunes sans horizon ou précaires à l’éternité, les retraités à la ramasse, et soi-même ou bien dans la galère ou pas vraiment assuré des deux ou trois ans qui viennent. La peur de plonger à son tour. Et surtout, les salaires qui ne permettent pas de finir les mois.

    Il y a ce plaisir de se retrouver ensemble. Des gens que rien n’aurait réunis. Des petits gestes. À l’entrée des Andelys, c’est Anaïs qui raconte : « Un vieux dans une caisse pourrie me donne un billet de 5 euros, en fait c’est lui qu’il faudrait aider. » Le gars qui laisse un plateau de charcuterie d’au moins 50 euros à Gaillon. Ce voyageur dans une belle voiture qui, à Fleury-sur-Andelle, tend un billet de 20 euros. Ce boulanger qui a fait une fournée spéciale d’éclairs au chocolat « Soutien au blocage 27 » (le 27, c’est l’Eure).

    « On se bat pour nos jeunes, pour les retraités, pour nos salaires. »

    Partout, sur tous les ronds-points bloqués, les tables sont remplies de victuailles et de matériel avec parfois le groupe électrogène qui tourne. À Vernon, à la sortie de l’A13, une R5 traîne une carriole remplie de bois de chauffage. Aux Andelys, un routier passe un sac de gâteaux. Sur la barrière de péage de Heudebouville, c’est l’entassement de casse-croûte. Et là, ce jeune gendarme qui discute avec les gilets jaunes :
    « Bon, vers quelle heure vous arrêtez le blocage ?
    -- Pourquoi ?
    -- Euh, ça va devenir dangereux après 17 heures. Et puis faut que je rentre nourrir mon chien, soyez sympas.
    -- Votre chien peut attendre.
    -- Non, c’est un gros, il fait trente kilos, faut qu’il ait sa ration à l’heure. Et puis j’ai pas envie d’être rappelé pour ramasser un corps démembré.
    -- Sympa, vous nous portez chance…
    -- Non mais attention, c’est très dangereux les entrées de péage. »

    Et aux Andelys, où le centre des impôts a été bloqué puis fermé, voilà deux femmes gendarmes qui s’avancent sur le rond-point :
    « Alors, on se respecte, pas vrai ? Donc ne mettez pas des photos de nous sur Facebook.
    -- Y’en a déjà de parties, je crois.
    -- Justement, faut arrêter. Regardez, on n’a pas notre calot, on va se faire engueuler par la hiérarchie.
    -- Mettez votre calot, c’est pas mal.
    -- Ben non, regardez la gueule qu’on a avec ça.
    -- OK, on supprime les photos. »

    C’est bien joli de faire la fête et les barbecues merguez-chipo avec de nouveaux amis, mais « ici c’est pas la kermesse de l’école », corrige David. Il est là depuis cinq jours, à Gaillon. Les yeux rougis et creusés par le froid, la fumée, le manque de sommeil, les discussions sans fin. Comme les autres. David résume : « On se bat pour nos jeunes, pour les retraités, pour nos salaires. On nous traite de beaufs, d’illettrés, de sans-dents, on veut du respect, de la moralité et de l’écoute. Et on veut surtout la fin des injustices : Macron supprime l’ISF, les grandes boîtes ne paient pas les impôts, regardez Carlos Ghosn et les paradis fiscaux. »

    À Vernon, Éric, 41 ans, préfère faire dans l’imagé : « C’est quoi l’histoire ? On nous demande de se serrer la ceinture et en plus de baisser notre froc. Ça, c’est un truc pas possible. Donc stop ! » Ouvrier dans une entreprise de traitement des métaux près de Mantes-la-Jolie, il dit y avoir perdu une épaule. En arrêt de travail depuis avril, un accident professionnel et un patron qui ne respecte aucune consigne de sécurité. « On travaille avec des bains de cyanure, d’acides différents, de chrome. Pas de bleus de travail sécurisés, des petits masques de peinture qui ne servent à rien. L’inspection du travail est passée. Et qu’est-ce qu’a fait le patron ? Acheter des hottes de cuisine ! Et là-dessus, en équipe de nuit, j’ai fait une chute. Comment je fais maintenant avec une épaule foutue… »

    Traditionnellement ouvrière, cette partie de la vallée de la Seine a un temps bien vécu : automobile, métallurgie, industries chimiques, des entreprises de sous-traitance de partout pour les grands groupes et des logements pas trop chers. Depuis vingt ans, l’histoire n’est plus la même avec les crises, les délocalisations et les plans de licenciements qui se sont empilés. « Du boulot, il y en a encore, dit Kevin, 32 ans, mais faut voir les conditions. Moi, je suis cariste en intérim. En ce moment, c’est chômage : 806 euros par mois. J’ai un loyer de 450 euros, une fille à charge. Eh bien, je marche avec un compte dans le rouge et mes découverts enrichissent la banque ! J’ai calculé l’an dernier : 700 euros de frais bancaires dans l’année. »

    Chantal et Rose viennent prendre le relais sur le rond-point. La première est retraitée, 800 euros par mois, une sortie en voiture tous les quinze jours pour faire le « plein de courses », les habits achetés dans les vide-greniers et des jongleries comptables pour, parfois, se payer un billet de train. « On peut vivre comme cela quelques années mais tout le temps, non, c’est trop dur », commente-t-elle.
    Rose approuve en riant. Son mari est au chômage depuis deux ans. Elle est en intérim – « je prends tout, ménage, caissière, etc. » – au Smic et en ce moment en arrêt maladie avec le dos cassé. « 740 euros d’indemnités, on va pas loin avec ça. Donc pour deux de mes trois gosses, c’est plus d’activités et pas de vacances. »

    Le cahier de doléances de René, soudeur à la retraite
    « Ici, c’est la révolte de la France qui a 1 000 euros par mois, voire moins, pour vivre », dénonce Laurence, auto-entrepreneuse dans le service à la personne. Elle ne se plaint pas, son mari a « un bon travail », mais elle dit connaître des « gens qui bossent et qui vivent au camping ou dans leur voiture ». Alain abonde dans son sens. « Il y avait un espoir avec Macron et il ne se passe rien ou le pire. Il n’écoute personne, il a écrasé tout le monde avec ses ordonnances. “Licencier pour mieux embaucher”, c’était ça son truc. Les embauches, je les vois pas. Je suis depuis vingt-huit ans chez Renault et c’est le contraire qui se passe. »

    À Écouis, sur la grande départementale qui mène vers Rouen, ils sont une dizaine à taper des pieds pour se réchauffer devant le feu rouge. Et voici un petit tract : « Les gilets jaunes ne sortent pas que pour l’essence. » Suit une longue énumération de 27 mesures, impôts, taxes : de l’augmentation du gaz au projet de vignette pour les véhicules polluants ; de la suppression de l’ISF à la fermeture des services dans les hôpitaux ; de l’augmentation de l’âge de la retraite aux suppressions de poste dans l’éducation… Tout y passe. C’est un paysage social apocalyptique qui est dressé avec cette conclusion : « Une fois mort, ça ne s’arrête pas : il faut payer l’enterrement et tout le tralala, soit environ 4 000 euros et plus. »

    René, lui, est bien content. Ça lui rappelle Mai-68, quand il commençait sa carrière d’ouvrier chez Bata, à Vernon, avant de se reconvertir en soudeur spécialisé. Le voilà qui émerge de l’épais brouillard qui noie le rond-point un grand cahier à la main. « Je fais tous les blocages et je demande à chacun d’écrire une mesure qu’il faudrait prendre, vous voulez mettre quoi vous ? »

    Le cahier est feuilleté. Rembourser tous les médicaments. Baisser le prix des mutuelles. Mettre les banques à genoux. Augmenter le Smic. Aider les jeunes pour louer des logements – « C’est vrai qu’à 30 piges, être toujours chez Papa-Maman, c’est la honte », commente René. Que les patrons paient leurs impôts. Ouvrir la gare de Gaillon qui est fermée tous les après-midi et où les distributeurs de billets sont cassés. Annuler les 80 km/h sur les nationales.

    Et ça continue. Sur le rond-point, une jeune femme fait elle aussi l’inventaire. « J’en ai marre de tout, j’en ai marre de rien pouvoir faire avec mes gosses, j’en ai marre de compter en permanence pour finir le mois, j’en ai marre de pas être respectée par le patron, j’en ai marre des conneries des journalistes à la télé. » Et elle fond en larmes. « Excusez, je suis fatiguée. »

    Emmitouflé dans sa grosse veste camouflage, Daniel s’offre un petit moment de politique en filtrant les poids lourds. « Moi, c’est pas le pire, je suis à la retraite depuis quatre ans, 1 300 euros par mois. » Daniel a été délégué syndical et il regrette bien que les syndicats ne soient pas dans le coup. « Pourquoi la CGT n’est pas là ?, demande-t-il. Si les gars à l’usine Renault-Flins arrêtaient le travail, ne serait-ce qu’une journée, ce serait plié. »

    L’ancien syndicaliste expose à qui veut l’entendre son choix d’un « capitalisme régulé et juste ». Les multinationales ont trop de pouvoir, le CAC 40 ne paie pas ses impôts, les jeunes galèrent et doivent compléter leur salaire par le travail au noir. Il se souvient de ce reportage sur Starbucks – « c’est à la mode ça » – qui ne paie pas un sou d’impôt en France. Il est pour l’Europe mais pas celle-là, qui ne « fait rien pour le salarié ». Et il en a assez de se faire marcher dessus : « En 2005, on vote non à la Constitution européenne et, trois ans après, on nous l’impose, c’est la démocratie, ça ? »

    À une quarantaine de kilomètres de là, à Fleury-sur-Andelle, en bordure du plateau agricole du Vexin, c’est une autre syndicaliste qui tient avec une cinquantaine de personnes le rond-point. Leïla travaille dans une usine de sous-traitance automobile qui produit des joints de portière et carrosserie. « Attention, je suis là en tant que citoyenne, prévient-elle. Vient ici qui veut, avec ses idées et ses envies, c’est pas un bataillon syndical et justement ça nous change. »

    « Faut discuter, ouvrir une grande négociation »

    Un de ses collègues de l’usine est à ses côtés, trente ans dans cette boîte, la retraite dans trois ans et il s’inquiète. « Quand je suis rentré, on était 1 800 employés, maintenant on est 400 dont 200 intérimaires. Et la moitié ont été virés », résume Marc. L’usine vient de perdre la fabrication de deux joints, assure-t-il, produits désormais chez des sous-traitants à l’étranger. « Regardez l’usine Renault au Maroc, tout va partir et tous ces jeunes, ils vont devenir quoi ? Moi, je dois aider mon fils et puis aider aussi ma mère qui s’en sort pas, c’est humiliant pour tout le monde. »

    Serge a 20 ans, une grande mèche orange dans les cheveux et un scooter poussif fait de récupérations diverses. « J’ai pas le permis et ici, sans bagnole, ça aide pas. » Jardins, espaces verts : il met des C.V. partout et ne trouve nulle part. « Là, je me dépanne dans un centre équestre, 30 euros la journée, je vais faire quatre, cinq jours ce mois. Mais les retraités n’ont plus de thune, on ne peut plus faire leur jardin, les haies, les arbres. »

    Les retraités, voilà un chef d’entreprise qui veut en parler. À Gaillon, Raphaël a une menuiserie, six salariés et est habitué à tourner avec deux mois de travail d’avance. « J’ai quelques marchés d’entreprise, dit-il, mais l’essentiel de mes clients sont des particuliers et à 80 % des retraités. » Il l’assure et enrage : la CSG, le projet de désindexation des retraites, la hausse du fuel de chauffage, les frais de santé… Voilà que les retraités ont gelé ou différé leurs commandes. « Je vois mon chiffre d’affaires fondre comme neige au soleil. Ça, c’est un truc que le gouvernement n’avait pas prévu mais demandez à tous les artisans, les retraités sont à l’arrêt et on se prend cela en pleine tête. »
    Raphaël a donné la semaine à ses salariés. Tous sur les ronds-points ! « J’ai mis dix-huit ans à construire cette boîte, je les laisserai pas la détruire. C’est une folie, il n’y a plus de pouvoir d’achat et c’est nous, en bout de chaîne, qui tombons. »

    Et après ? Ça discute sur les ronds-points et les péages de l’A13. Bien peu des gilets jaunes disaient vouloir manifester à Paris, samedi. « Ça sent le traquenard, s’il y a des affrontements, on va tout perdre et le gouvernement fera tout pour que ça se passe mal », assure un « bloqueur » du péage d’Heudebouville. À Écouis, le groupe qui tient le feu rouge est bien décidé à y aller : « On va faire opération train gratuit, on va quand même pas polluer pour aller à la capitale ! » Et puis Paris n’est qu’un moment. Sans mesures fermes du gouvernement, les blocages vont continuer, assurent les manifestants.

    « Faut discuter, ouvrir une grande négociation avec les syndicats et annoncer vite l’annulation de certaines taxes. Il faut que les petits Mickeys au pouvoir acceptent de reculer, il n’y a que les idiots qui ne changent pas. D’autant que dans six mois, on vote et là, Macron va comprendre sa douleur », dit l’ancien syndicaliste de Vernon. À Fleury-sur-Andelle, Marc attend une « solution correcte pour tout le monde ». « On veut bien payer si nos impôts servent à quelque chose mais on sait aussi que le petit ne peut pas tout payer. Il faut remettre de l’équilibre, de l’égalité. »

    Sans représentant, sans structure et organisation, les occupants de ronds-points n’en démordent pas. C’est justement l’absence de chefs, de délégués, de revendications précises qui « fout le bazar », assurent-ils. Au pouvoir de se débrouiller avec ça et de trouver la porte de sortie. Voilà un exercice qui sonne déjà comme une revanche pour cette France des mille euros et moins par mois.

    https://www.mediapart.fr/journal/france/231118/dans-l-eure-le-reservoir-de-la-colere-explose?onglet=full

    #giletsjaunes #eure #blocage

  • Les données que récolte #Google – Ch. 2
    https://framablog.org/2018/11/20/les-donnees-que-recolte-google-ch-2

    Voici déjà la traduction du deuxième chapitre de Google Data Collection, l’étude élaborée par l’équipe du professeur Douglas C. Schmidt, spécialiste des systèmes logiciels, chercheur et enseignant à l’Université Vanderbilt. Il s’agit aujourd’hui d’une expérience d’usage quotidien ordinaire du numérique … Lire la suite­­

    #Dégooglisons_Internet #G.A.F.A.M. #Internet_et_société #Non_classé #Agenda #collecte #expedia #Goofle_Pay #Google_Music #Starbucks #YouTube

  • McDonald’s épargné par l’Union Européenne malgré ses astuces fiscales au Luxembourg AFP - 19 Septembre 2018 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/economie/detail_mcdonald-s-epargne-par-l-union-europeenne-malgre-ses-astuces-fiscales-au

    L’UE a jugé légal mercredi le traitement fiscal avantageux accordé par le Luxembourg à McDonald’s, épargnant ainsi le roi du Big Mac, contrairement à d’autres géants américains, comme Apple, condamnés à rembourser des impôts non payés.

    La Commission européenne, gardienne de la concurrence dans l’UE, a ainsi mis fin, sans prendre de sanction, à une enquête ouverte en décembre 2015.

    Elle a « conclu que l’absence d’imposition de certains bénéfices de McDonald’s au Luxembourg n’a pas entraîné d’aide d’Etat illégale, étant donné qu’elle était conforme à la législation fiscale nationale et à la convention sur les doubles impositions entre le Luxembourg et les États-Unis ».

    « Le Luxembourg n’a pas enfreint les règles », a-t-elle conclu.

    « La Commission a raté une occasion de s’attaquer à McDonald’s », a regretté l’ONG anti-pauvreté britannique War on Want, à l’origine de la plainte, début 2015, avec trois fédérations syndicales internationales, qui avait débouché sur cette enquête.


    L’ONG et les syndicats avaient accusé le géant de la restauration rapide d’avoir mis au point une stratégie d’optimisation fiscale qui lui aurait permis d’éviter de payer environ un milliard d’euros d’impôts entre 2009 et 2013 en Europe.

    Selon l’enquête de la Commission, McDonald’s a transféré au Luxembourg certains bénéfices réalisés en Europe, avant d’expliquer au Grand-Duché que ces revenus ne pouvaient pas être soumis à l’impôt car ils seraient taxés aux Etats-Unis.

    Mais cela n’a pas été le cas, permettant au groupe de bénéficier au final d’une double non-imposition.

    En rendant sa décision mercredi, la Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, a convenu que « McDonald’s n’avait payé aucun impôt sur les bénéfices en cause, ce qui n’était pas conforme au principe d’équité fiscale ».

    « C’est pourquoi, nous accueillons avec une grande satisfaction le fait que le Luxembourg prend des mesures législatives pour remédier au problème qui s’est posé dans cette affaire et éviter que de tels cas ne se reproduisent à l’avenir », a poursuivi Mme Vestager, surnommée « Tax Lady » par le président américain Donald Trump, justement pour avoir sanctionné de nombreux groupes américains pour leurs combines fiscales illégales.

    ’ Territoires offshore’
    Le ministre luxembourgeois des Finances, Pierre Gramegna, a salué la décision de mercredi, affirmant « avoir collaboré pleinement avec la Commission tout au long de son enquête ».

    Tout comme McDonald’s : « Nous payons les impôts que nous devons », a-t-il écrit dans un courrier électronique à l’AFP.

    « De 2013 à 2017, les sociétés McDonald’s ont payé plus de 3 milliards de dollars d’impôt sur le revenu des sociétés dans l’UE, avec un taux d’imposition moyen proche de 29% », a-t-il ajouté.

    Des affirmations contestées par Eva Joly, eurodéputée verte française : « Depuis l’ouverture de l’enquête, McDonald’s a complexifié ses structures dans le but de trouver de nouveaux échappatoires à l’impôt, en déplaçant notamment ses structures du Luxembourg vers le Royaume-Uni ».

    « C’est pourquoi il est aussi essentiel que, dans le cadre des négociations sur le Brexit, l’UE obtienne du Royaume-Uni qu’il règle le problème de ses territoires offshore », a-t-elle asséné.

    La décision sur McDonald’s survient le lendemain de celle faite mardi par le gouvernement irlandais, qui a récolté auprès d’Apple 14,3 milliards d’euros pour des avantages fiscaux jugés indus par la Commissaire Vestager.

    Apple et Dublin font toujours front commun pour contester ces accusations, jugeant tout à fait légales les conditions fiscales entourant l’activité de la marque à la pomme en Irlande.

    Apple et McDonald’s font partie d’une longue liste d’entreprises dans le collimateur de la Commission européenne pour leurs combines fiscales.

    Après le scandale de LuxLeaks fin 2014, mettant à jour les avantages fiscaux dont avaient bénéficié de nombreuses multinationales au Luxembourg, l’exécutif européen avait en effet promis de faire le ménage. Une promesse qui semblait d’autant plus nécessaire que le président de la Commission entrant alors en fonction, Jean-Claude Juncker, avait été ancien Premier ministre et ministre des Finances du Luxembourg.

    Parmi les autres sociétés punies après des accords fiscaux avantageux passés au Luxembourg, on compte Fiat en octobre 2015, Amazon en octobre 2017, le français Engie en juin 2018. L’américain Starbucks a lui été sanctionné en octobre 2015 pour avoir bénéficié d’avantages sur ses impôts payés aux Pays-Bas.

    #UE #Union_européenne est ses bons #amis #Luxembourg #mcdonald’s #mcdonald's #multinationale #paradis_fiscaux #économie #évasion_fiscale #fiscalité #finance #impôts #capitalisme
     

  • We won’t save the Earth with a better kind of disposable coffee cup

    We must challenge the corporations that urge us to live in a throwaway society rather than seeking ‘greener’ ways of maintaining the status quo.
    Do you believe in miracles? If so, please form an orderly queue. Plenty of people imagine we can carry on as we are, as long as we substitute one material for another. Last month, a request to Starbucks and Costa to replace their plastic coffee cups with cups made from corn starch was retweeted 60,000 times, before it was deleted.

    Those who supported this call failed to ask themselves where the corn starch would come from, how much land would be needed to grow it, or how much food production it would displace. They overlooked the damage this cultivation would inflict: growing corn (maize) is notorious for causing soil erosion, and often requires heavy doses of pesticides and fertilisers.

    The problem is not just plastic: it is mass disposability. Or, to put it another way, the problem is pursuing, on the one planet known to harbour life, a four-planet lifestyle. Regardless of what we consume, the sheer volume of consumption is overwhelming the Earth’s living systems.
    Retailers likely to face backlash for failing to curb plastic use, survey finds

    Don’t get me wrong. Our greed for plastic is a major environmental blight, and the campaigns to limit its use are well motivated and sometimes effective. But we cannot address our environmental crisis by swapping one overused resource for another. When I challenged that call, some people asked me, “So what should we use instead?”

    The right question is, “How should we live?” But systemic thinking is an endangered species.

    Part of the problem is the source of the plastic campaigns: David Attenborough’s Blue Planet II series. The first six episodes had strong, coherent narratives but the seventh, which sought to explain the threats facing the wonderful creatures the series revealed, darted from one issue to another. We were told we could “do something” about the destruction of ocean life. We were not told what. There was no explanation of why the problems are happening and what forces are responsible, or how they can be engaged.

    Advertisement

    Amid the general incoherence, one contributor stated: “It comes down, I think, to us each taking responsibility for the personal choices in our everyday lives. That’s all any of us can be expected to do.” This perfectly represents the mistaken belief that a better form of consumerism will save the planet. The problems we face are structural: a political system captured by commercial interests, and an economic system that seeks endless growth. Of course we should try to minimise our own impacts, but we cannot confront these forces merely by “taking responsibility” for what we consume. Unfortunately, these are issues that the BBC in general and David Attenborough in particular avoid. I admire Attenborough in many ways, but I am no fan of his environmentalism. For many years, it was almost undetectable. When he did at last speak out, he avoided challenging power – either speaking in vague terms or focusing on problems for which powerful interests are not responsible. This tendency may explain Blue Planet’s skirting of the obvious issues.

    The most obvious is the fishing industry, which turns the astonishing life forms the rest of the series depicted into seafood. Throughout the oceans, this industry, driven by our appetites and protected by governments, is causing cascading ecological collapse. Yet the only fishery the programme featured was among the 1% that are in recovery. It was charming to see how Norwegian herring boats seek to avoid killing orcas, but we were given no idea of how unusual it is.

    Even marine plastic is in large part a fishing issue. It turns out that 46% of the Great Pacific garbage patch – which has come to symbolise our throwaway society – is composed of discarded nets, and much of the rest consists of other kinds of fishing gear. Abandoned fishing materials tend to be far more dangerous to marine life than other forms of waste. As for the bags and bottles contributing to the disaster, the great majority arise in poorer nations without good disposal systems. But because this point was not made, we look to the wrong places for solutions.

    From this misdirection arise a thousand perversities. One prominent environmentalist posted a picture of the king prawns she had bought, celebrating the fact that she had persuaded the supermarket to put them in her own container rather than a plastic bag, and linking this to the protection of the seas. But buying prawns causes many times more damage to marine life than any plastic in which they are wrapped. Prawn fishing has the highest rates of bycatch of any fishery – scooping up vast numbers of turtles and other threatened species. Prawn farming is just as bad, eliminating tracts of mangrove forests, crucial nurseries for thousands of species.

    We are kept remarkably ignorant of such issues. As consumers, we are confused, bamboozled and almost powerless – and corporate power has gone to great lengths to persuade us to see ourselves this way. The BBC’s approach to environmental issues is highly partisan, siding with a system that has sought to transfer responsibility for structural forces to individual shoppers. Yet it is only as citizens taking political action that we can promote meaningful change.

    The answer to the question “How should we live?” is: “Simply.” But living simply is highly complicated. In Aldous Huxley’s Brave New World, the government massacred the Simple Lifers. This is generally unnecessary: today they can safely be marginalised, insulted and dismissed. The ideology of consumption is so prevalent that it has become invisible: it is the plastic soup in which we swim.

    One-planet living means not only seeking to reduce our own consumption, but also mobilising against the system that promotes the great tide of junk. This means fighting corporate power, changing political outcomes and challenging the growth-based, world-consuming system we call capitalism.

    As last month’s Hothouse Earth paper, which warned of the danger of flipping the planet into a new, irreversible climatic state, concluded: “Incremental linear changes … are not enough to stabilise the Earth system. Widespread, rapid and fundamental transformations will likely be required to reduce the risk of crossing the threshold.”

    Disposable coffee cups made from new materials are not just a non-solution: they are a perpetuation of the problem. Defending the planet means changing the world.


    https://www.theguardian.com/commentisfree/2018/sep/06/save-earth-disposable-coffee-cup-green
    #société_de_la_consommation #consommation #consumérisme #plastique #publicité #moins_consommer

    • Starbucks sans filtre
      https://www.arte.tv/fr/videos/073442-000-A/starbucks-sans-filtre

      Starbucks a imprimé sa marque verte et blanche aux rues des principales villes du monde, de Seattle, son berceau d’origine, à la côte Est, l’Europe et aujourd’hui la Chine, où une nouvelle enseigne ouvre toutes les quinze heures en moyenne – toutes les deux semaines à New York, dont les quartiers les plus centraux semblent pourtant saturés par le logo à la sirène. Avec ses quelque 28 000 enseignes dans plus de 75 pays et ses quelque 350 000 employés, la chaîne américaine de cafés se défend pourtant d’être une multinationale comme les autres. Les produits y sont présentés comme issus à 99 % du commerce équitable, les salariés, comme des « partenaires ». Et dans l’Amérique de Trump, elle affiche comme valeurs cardinales la défense de l’environnement, la lutte contre les discriminations et la responsabilité sociale des entreprises. Comment le petit café alternatif ouvert en 1971 par trois copains amateurs d’expresso est-il devenu, en un demi-siècle, ce géant omniprésent de la mondialisation ? Arrivé comme directeur du marketing en 1981, son PDG aujourd’hui démissionnaire, Howard Schultz, qui a racheté l’affaire en 1986, a accompli un tour de force : transformer un breuvage des plus banals en potion magique. De Londres à Shanghai, de Tours à Moscou, l’"expérience" Starbucks, synonyme de sophistication et de modernité, draine des foules prêtes à la payer au prix fort – soit 5 euros en moyenne. Luc Hermann et Gilles Bovon ont enquêté une année durant sur trois continents pour comprendre les raisons de ce succès phénoménal, et en révèlent la face cachée.

  • Starbucks annonce une accélération de la fermeture de ses cafés ats/kkub - 20 Juin 2018 - RTS
    http://www.rts.ch/info/economie/9660955-starbucks-annonce-une-acceleration-de-la-fermeture-de-ses-cafes.html

    Starbucks a annoncé mardi l’accélération des fermetures de cafés avec 150 prévues dans les douze prochains mois, pour faire des économies et a promis de verser 10 milliards de dollars supplémentaires à ses actionnaires.

    Le groupe américain, qui a débuté récemment un nouveau chapitre de son histoire avec le départ de son emblématique PDG Howard Schultz, a précisé qu’il allait fermer 100 cafés supplémentaires par rapport au nombre prévu initialement.


    Il n’a pas dit si ces fermetures - dont la localisation n’est pas précisée - allaient entraîner des suppressions d’emplois, expliquant simplement qu’il comptait désormais donner un coup de fouet à l’innovation pour neutraliser la concurrence.

    En étau entre le haut de gamme et McDonald’s
    Starbucks est pris en étau dans les grandes métropoles par, d’un côté, les cafés haut de gamme et, de l’autre, par les chaînes de restauration rapide comme McDonald’s, qui ont étoffé leur offre de petit-déjeuner et vantent les mérites de leurs boissons chaudes.

    L’entreprise a également anticipé un ralentissement des ouvertures aux Etats-Unis tout en continuant à accélérer sa croissance en Chine, pays représentant 15% de son chiffre d’affaires.

     #starbucks #café #économie #crise #austérité #en_vedette #MDR #Bonne_nouvelle #actionnaires

  • Token Economics To Help The Homeless
    https://hackernoon.com/token-economics-to-help-the-homeless-65ba94907781?source=rss----3a8144ea

    Using tokens and blockchain there is a path to helping improve the lives’ of homeless people on our city streets. This is a call for ideas, feedback and a plea to work together to solve this issue.Experiencing brief homelessness during #BlockchainWeekNYCI spent a day attending a blockchain unconference in NYC recently. Being tight on budget, I didn’t book a hotel room for my very brief visit (and didn’t want to bother friends/family either), and ended up “co-habiting” a local Starbucks in the Times Square area with other homeless people who used it as a “sitting” space until it shut down for the night. Hotels were running at over $1000/night; and Airbnbs were not a viable option either. I started to feel panic around midnight!This was during Consensus 2018, at the peak of blockchain week NYC, (...)

  • Know Thyself: The Power of a Decision Journal
    https://hackernoon.com/know-thyself-the-power-of-a-decision-journal-abf00c22b05d?source=rss----

    I thought I’d share chapter one of my soon to be released book, The Decision Checklist: A Practical Guide to Avoiding Problems.“Formal education will make you a living. Self-education will make you a fortune.”  — Jim RohnWe probably make hundreds, if not thousands, of little decisions every day. We make decisions about what to wear in the morning, when to brush our teeth, what to eat for breakfast, whether we’re going to order a grande mocha or a tall soy latte at the Starbucks drive thru, where to park our car, whether or not we’re going to stop and chat with a co-worker in the office. And that’s all before we even sit down at our desk!If you’re a business leader, knowledge worker, or entrepreneur, then #decision-making is a major part of your job. As Erik Larson, founder and CEO of Cloverpop, a (...)

    #entrepreneurship #life-lessons #productivity

  • Les médias occidentaux et la mystification des masses
    Hamid Dabashi – Que nous dit la couverture médiatique des atrocités commises par Israël contre Gaza, sur la vérité des médias occidentaux ?

    La mystification des masses

    Dans leur livre révolutionnaire, La Dialectique de la Raison (1944), les figures fondatrices de la théorie Critique, Théodore Adorno et Max Horkheimer consacrent un, désormais célèbre, chapitre à ce qu’ils ont appelé « l’industrie culturelle : raison et mystification des masses. »

    Dans ce chapitre, ils étudient comment les sociétés capitalistes avancées fabriquent des sujets sociaux en tant que consommateurs de la culture de masse – consommateurs des cafés Starbucks ou des hamburgers MacDonald – autrement dit, leurs subjectivités sont les créations d’une industrie culturelle, les réceptacles d’un corps massif de désinformation qui ne se contente pas de les divertir et de les occuper, mais les dispose comme les récipients d’une domination idéologique, au-delà de leur capacité de conscience et de critique. Leur conférant un sentiment de fausse liberté de choix.

    Ce que nous appelons aujourd’hui le « Média Occidental » est le parfait exemple des idées d’Adorno et Horkheimer, la production « d’actualités » en tant qu’exemple parfait du fétichisme de la marchandise. De tels organes de presse comme la BBC, CNN, le New York Times, sont des enseignes sous lesquelles cette marchandise, qui se fait appeler « Média Occidental », fabrique une vérité à prendre en compte et par conséquent, la conscience standard de la personne qui consomme ces informations et se croit informée. Ils se pensent des médias objectifs qui parfois présentent et diffusent des publicités pour une compagnie aérienne ou un détergent. Mais ils sont eux-mêmes une marque tout autant que les autres enseignes pour qui ils font de la publicité.

    Ce « Média Occidental » s’est d’abord, historiquement positionné à l’opposé des médias du bloc soviétique, de Chine ou du « Tiers Monde » ; en général, étiquetés « contrôlés par l’État », « propagandistes » et de ce fait faux, il s’est alors défini comme « indépendant », « objectif », « juste » et « véridique. »

    Cette image politique est devenue maintenant une auto-désignation standard de la vérité. C’était, peut-être, paradoxalement – peut-être pas, une imposture de la classe d’un Donald Trump, aujourd’hui président des États-Unis, qui a d’abord mis ce « Média Occidental » sur la défensive en le baptisant « faits alternatifs ». Ses mensonges et son charlatanisme sont une marque d’actualités hostiles au « Média Occidental ».

    Ce même « Média Occidental » est maintenant dans un état de choc auto-défensif. Il se croit sous la menace d’une désinformation manipulatrice, comme en témoigne le scandale de Cambridge Analytica, qui a dévoilé l’affaire des « mine data », des données obtenues des réseaux sociaux pour manipuler les masses cruciales de votants lors des élections nationales. Le « Média Occidental » a trouvé en Cambridge Analytica, son pendant, une nouvelle marque concurrente. Cambridge Analytica est un grand miroir, étincelant, tendu au « Média Occidental », le distanciant dans ses pratiques et son image à l’ancienne.

    Laissez-moi vous expliquer.
    –-> http://www.chroniquepalestine.com/les-medias-occidentaux-et-la-mystification-des-masses

  • Notation des salariés : l’autre guerre des étoiles
    http://www.liberation.fr/france/2018/03/29/notation-des-salaries-l-autre-guerre-des-etoiles_1639923

    De plus en plus d’entreprises utilisent les questionnaires de satisfaction remplis par les clients comme un outil managérial : des notes attribuées à la va-vite qui peuvent influer sur les salaires ou aboutir à une perte d’emploi. « Nous remarquons que vos dernières notes sont très en dessous des standards de qualité qu’attendent les utilisateurs. » Trois mois après avoir pris le volant de sa berline noire, Fabien (1) reçoit ce texto comme un coup dans le ventre. Les évaluations laissées par les clients (...)

    #Apple #Deliveroo #Microsoft #Starbucks #Uber #travail #contrôle #travailleurs (...)

    ##surveillance

  • How ISIS Broke My Questionnaire - Issue 58 : Self
    http://nautil.us/issue/58/self/the-isis-in-the-room-rp

    I walk into Starbucks in Achrafieh, Beirut and feel all eyes on me. I tug at my top self-consciously, probably making things worse, and wonder a) do I look like an easy Westerner; b) do I look like a ragamuffin (in comparison to the groomed Lebanese); c) are my shoes weird for this country (I think so); or d) have I got something on my face? This feeling says as much about my state of mind as it does about anyone’s judgement, and I know from past fieldwork that the self-consciousness lessens over time. But it’s early days, so even my order is whispered and has to be repeated, shrivelling inside. Then I find an empty seat too quickly, so that I don’t notice I’m actually boxed in and can’t easily approach anyone at all. This is all going fairly disastrously. Coffee will surely help, I (...)