company:starbucks

  • We won’t save the Earth with a better kind of disposable coffee cup

    We must challenge the corporations that urge us to live in a throwaway society rather than seeking ‘greener’ ways of maintaining the status quo.
    Do you believe in miracles? If so, please form an orderly queue. Plenty of people imagine we can carry on as we are, as long as we substitute one material for another. Last month, a request to Starbucks and Costa to replace their plastic coffee cups with cups made from corn starch was retweeted 60,000 times, before it was deleted.

    Those who supported this call failed to ask themselves where the corn starch would come from, how much land would be needed to grow it, or how much food production it would displace. They overlooked the damage this cultivation would inflict: growing corn (maize) is notorious for causing soil erosion, and often requires heavy doses of pesticides and fertilisers.

    The problem is not just plastic: it is mass disposability. Or, to put it another way, the problem is pursuing, on the one planet known to harbour life, a four-planet lifestyle. Regardless of what we consume, the sheer volume of consumption is overwhelming the Earth’s living systems.
    Retailers likely to face backlash for failing to curb plastic use, survey finds

    Don’t get me wrong. Our greed for plastic is a major environmental blight, and the campaigns to limit its use are well motivated and sometimes effective. But we cannot address our environmental crisis by swapping one overused resource for another. When I challenged that call, some people asked me, “So what should we use instead?”

    The right question is, “How should we live?” But systemic thinking is an endangered species.

    Part of the problem is the source of the plastic campaigns: David Attenborough’s Blue Planet II series. The first six episodes had strong, coherent narratives but the seventh, which sought to explain the threats facing the wonderful creatures the series revealed, darted from one issue to another. We were told we could “do something” about the destruction of ocean life. We were not told what. There was no explanation of why the problems are happening and what forces are responsible, or how they can be engaged.

    Advertisement

    Amid the general incoherence, one contributor stated: “It comes down, I think, to us each taking responsibility for the personal choices in our everyday lives. That’s all any of us can be expected to do.” This perfectly represents the mistaken belief that a better form of consumerism will save the planet. The problems we face are structural: a political system captured by commercial interests, and an economic system that seeks endless growth. Of course we should try to minimise our own impacts, but we cannot confront these forces merely by “taking responsibility” for what we consume. Unfortunately, these are issues that the BBC in general and David Attenborough in particular avoid. I admire Attenborough in many ways, but I am no fan of his environmentalism. For many years, it was almost undetectable. When he did at last speak out, he avoided challenging power – either speaking in vague terms or focusing on problems for which powerful interests are not responsible. This tendency may explain Blue Planet’s skirting of the obvious issues.

    The most obvious is the fishing industry, which turns the astonishing life forms the rest of the series depicted into seafood. Throughout the oceans, this industry, driven by our appetites and protected by governments, is causing cascading ecological collapse. Yet the only fishery the programme featured was among the 1% that are in recovery. It was charming to see how Norwegian herring boats seek to avoid killing orcas, but we were given no idea of how unusual it is.

    Even marine plastic is in large part a fishing issue. It turns out that 46% of the Great Pacific garbage patch – which has come to symbolise our throwaway society – is composed of discarded nets, and much of the rest consists of other kinds of fishing gear. Abandoned fishing materials tend to be far more dangerous to marine life than other forms of waste. As for the bags and bottles contributing to the disaster, the great majority arise in poorer nations without good disposal systems. But because this point was not made, we look to the wrong places for solutions.

    From this misdirection arise a thousand perversities. One prominent environmentalist posted a picture of the king prawns she had bought, celebrating the fact that she had persuaded the supermarket to put them in her own container rather than a plastic bag, and linking this to the protection of the seas. But buying prawns causes many times more damage to marine life than any plastic in which they are wrapped. Prawn fishing has the highest rates of bycatch of any fishery – scooping up vast numbers of turtles and other threatened species. Prawn farming is just as bad, eliminating tracts of mangrove forests, crucial nurseries for thousands of species.

    We are kept remarkably ignorant of such issues. As consumers, we are confused, bamboozled and almost powerless – and corporate power has gone to great lengths to persuade us to see ourselves this way. The BBC’s approach to environmental issues is highly partisan, siding with a system that has sought to transfer responsibility for structural forces to individual shoppers. Yet it is only as citizens taking political action that we can promote meaningful change.

    The answer to the question “How should we live?” is: “Simply.” But living simply is highly complicated. In Aldous Huxley’s Brave New World, the government massacred the Simple Lifers. This is generally unnecessary: today they can safely be marginalised, insulted and dismissed. The ideology of consumption is so prevalent that it has become invisible: it is the plastic soup in which we swim.

    One-planet living means not only seeking to reduce our own consumption, but also mobilising against the system that promotes the great tide of junk. This means fighting corporate power, changing political outcomes and challenging the growth-based, world-consuming system we call capitalism.

    As last month’s Hothouse Earth paper, which warned of the danger of flipping the planet into a new, irreversible climatic state, concluded: “Incremental linear changes … are not enough to stabilise the Earth system. Widespread, rapid and fundamental transformations will likely be required to reduce the risk of crossing the threshold.”

    Disposable coffee cups made from new materials are not just a non-solution: they are a perpetuation of the problem. Defending the planet means changing the world.


    https://www.theguardian.com/commentisfree/2018/sep/06/save-earth-disposable-coffee-cup-green
    #société_de_la_consommation #consommation #consumérisme #plastique #publicité #moins_consommer


    • Starbucks sans filtre
      https://www.arte.tv/fr/videos/073442-000-A/starbucks-sans-filtre

      Starbucks a imprimé sa marque verte et blanche aux rues des principales villes du monde, de Seattle, son berceau d’origine, à la côte Est, l’Europe et aujourd’hui la Chine, où une nouvelle enseigne ouvre toutes les quinze heures en moyenne – toutes les deux semaines à New York, dont les quartiers les plus centraux semblent pourtant saturés par le logo à la sirène. Avec ses quelque 28 000 enseignes dans plus de 75 pays et ses quelque 350 000 employés, la chaîne américaine de cafés se défend pourtant d’être une multinationale comme les autres. Les produits y sont présentés comme issus à 99 % du commerce équitable, les salariés, comme des « partenaires ». Et dans l’Amérique de Trump, elle affiche comme valeurs cardinales la défense de l’environnement, la lutte contre les discriminations et la responsabilité sociale des entreprises. Comment le petit café alternatif ouvert en 1971 par trois copains amateurs d’expresso est-il devenu, en un demi-siècle, ce géant omniprésent de la mondialisation ? Arrivé comme directeur du marketing en 1981, son PDG aujourd’hui démissionnaire, Howard Schultz, qui a racheté l’affaire en 1986, a accompli un tour de force : transformer un breuvage des plus banals en potion magique. De Londres à Shanghai, de Tours à Moscou, l’"expérience" Starbucks, synonyme de sophistication et de modernité, draine des foules prêtes à la payer au prix fort – soit 5 euros en moyenne. Luc Hermann et Gilles Bovon ont enquêté une année durant sur trois continents pour comprendre les raisons de ce succès phénoménal, et en révèlent la face cachée.


  • Starbucks annonce une accélération de la fermeture de ses cafés ats/kkub - 20 Juin 2018 - RTS
    http://www.rts.ch/info/economie/9660955-starbucks-annonce-une-acceleration-de-la-fermeture-de-ses-cafes.html

    Starbucks a annoncé mardi l’accélération des fermetures de cafés avec 150 prévues dans les douze prochains mois, pour faire des économies et a promis de verser 10 milliards de dollars supplémentaires à ses actionnaires.

    Le groupe américain, qui a débuté récemment un nouveau chapitre de son histoire avec le départ de son emblématique PDG Howard Schultz, a précisé qu’il allait fermer 100 cafés supplémentaires par rapport au nombre prévu initialement.


    Il n’a pas dit si ces fermetures - dont la localisation n’est pas précisée - allaient entraîner des suppressions d’emplois, expliquant simplement qu’il comptait désormais donner un coup de fouet à l’innovation pour neutraliser la concurrence.

    En étau entre le haut de gamme et McDonald’s
    Starbucks est pris en étau dans les grandes métropoles par, d’un côté, les cafés haut de gamme et, de l’autre, par les chaînes de restauration rapide comme McDonald’s, qui ont étoffé leur offre de petit-déjeuner et vantent les mérites de leurs boissons chaudes.

    L’entreprise a également anticipé un ralentissement des ouvertures aux Etats-Unis tout en continuant à accélérer sa croissance en Chine, pays représentant 15% de son chiffre d’affaires.

     #starbucks #café #économie #crise #austérité #en_vedette #MDR #Bonne_nouvelle #actionnaires


  • Token Economics To Help The Homeless
    https://hackernoon.com/token-economics-to-help-the-homeless-65ba94907781?source=rss----3a8144ea

    Using tokens and blockchain there is a path to helping improve the lives’ of homeless people on our city streets. This is a call for ideas, feedback and a plea to work together to solve this issue.Experiencing brief homelessness during #BlockchainWeekNYCI spent a day attending a blockchain unconference in NYC recently. Being tight on budget, I didn’t book a hotel room for my very brief visit (and didn’t want to bother friends/family either), and ended up “co-habiting” a local Starbucks in the Times Square area with other homeless people who used it as a “sitting” space until it shut down for the night. Hotels were running at over $1000/night; and Airbnbs were not a viable option either. I started to feel panic around midnight!This was during Consensus 2018, at the peak of blockchain week NYC, (...)


  • Know Thyself: The Power of a Decision Journal
    https://hackernoon.com/know-thyself-the-power-of-a-decision-journal-abf00c22b05d?source=rss----

    I thought I’d share chapter one of my soon to be released book, The Decision Checklist: A Practical Guide to Avoiding Problems.“Formal education will make you a living. Self-education will make you a fortune.”  — Jim RohnWe probably make hundreds, if not thousands, of little decisions every day. We make decisions about what to wear in the morning, when to brush our teeth, what to eat for breakfast, whether we’re going to order a grande mocha or a tall soy latte at the Starbucks drive thru, where to park our car, whether or not we’re going to stop and chat with a co-worker in the office. And that’s all before we even sit down at our desk!If you’re a business leader, knowledge worker, or entrepreneur, then #decision-making is a major part of your job. As Erik Larson, founder and CEO of Cloverpop, a (...)

    #entrepreneurship #life-lessons #productivity




  • Les médias occidentaux et la mystification des masses
    Hamid Dabashi – Que nous dit la couverture médiatique des atrocités commises par Israël contre Gaza, sur la vérité des médias occidentaux ?

    La mystification des masses

    Dans leur livre révolutionnaire, La Dialectique de la Raison (1944), les figures fondatrices de la théorie Critique, Théodore Adorno et Max Horkheimer consacrent un, désormais célèbre, chapitre à ce qu’ils ont appelé « l’industrie culturelle : raison et mystification des masses. »

    Dans ce chapitre, ils étudient comment les sociétés capitalistes avancées fabriquent des sujets sociaux en tant que consommateurs de la culture de masse – consommateurs des cafés Starbucks ou des hamburgers MacDonald – autrement dit, leurs subjectivités sont les créations d’une industrie culturelle, les réceptacles d’un corps massif de désinformation qui ne se contente pas de les divertir et de les occuper, mais les dispose comme les récipients d’une domination idéologique, au-delà de leur capacité de conscience et de critique. Leur conférant un sentiment de fausse liberté de choix.

    Ce que nous appelons aujourd’hui le « Média Occidental » est le parfait exemple des idées d’Adorno et Horkheimer, la production « d’actualités » en tant qu’exemple parfait du fétichisme de la marchandise. De tels organes de presse comme la BBC, CNN, le New York Times, sont des enseignes sous lesquelles cette marchandise, qui se fait appeler « Média Occidental », fabrique une vérité à prendre en compte et par conséquent, la conscience standard de la personne qui consomme ces informations et se croit informée. Ils se pensent des médias objectifs qui parfois présentent et diffusent des publicités pour une compagnie aérienne ou un détergent. Mais ils sont eux-mêmes une marque tout autant que les autres enseignes pour qui ils font de la publicité.

    Ce « Média Occidental » s’est d’abord, historiquement positionné à l’opposé des médias du bloc soviétique, de Chine ou du « Tiers Monde » ; en général, étiquetés « contrôlés par l’État », « propagandistes » et de ce fait faux, il s’est alors défini comme « indépendant », « objectif », « juste » et « véridique. »

    Cette image politique est devenue maintenant une auto-désignation standard de la vérité. C’était, peut-être, paradoxalement – peut-être pas, une imposture de la classe d’un Donald Trump, aujourd’hui président des États-Unis, qui a d’abord mis ce « Média Occidental » sur la défensive en le baptisant « faits alternatifs ». Ses mensonges et son charlatanisme sont une marque d’actualités hostiles au « Média Occidental ».

    Ce même « Média Occidental » est maintenant dans un état de choc auto-défensif. Il se croit sous la menace d’une désinformation manipulatrice, comme en témoigne le scandale de Cambridge Analytica, qui a dévoilé l’affaire des « mine data », des données obtenues des réseaux sociaux pour manipuler les masses cruciales de votants lors des élections nationales. Le « Média Occidental » a trouvé en Cambridge Analytica, son pendant, une nouvelle marque concurrente. Cambridge Analytica est un grand miroir, étincelant, tendu au « Média Occidental », le distanciant dans ses pratiques et son image à l’ancienne.

    Laissez-moi vous expliquer.
    –-> http://www.chroniquepalestine.com/les-medias-occidentaux-et-la-mystification-des-masses


  • Notation des salariés : l’autre guerre des étoiles
    http://www.liberation.fr/france/2018/03/29/notation-des-salaries-l-autre-guerre-des-etoiles_1639923

    De plus en plus d’entreprises utilisent les questionnaires de satisfaction remplis par les clients comme un outil managérial : des notes attribuées à la va-vite qui peuvent influer sur les salaires ou aboutir à une perte d’emploi. « Nous remarquons que vos dernières notes sont très en dessous des standards de qualité qu’attendent les utilisateurs. » Trois mois après avoir pris le volant de sa berline noire, Fabien (1) reçoit ce texto comme un coup dans le ventre. Les évaluations laissées par les clients (...)

    #Apple #Deliveroo #Microsoft #Starbucks #Uber #travail #contrôle #travailleurs (...)

    ##surveillance


  • How ISIS Broke My Questionnaire - Issue 58 : Self
    http://nautil.us/issue/58/self/the-isis-in-the-room-rp

    I walk into Starbucks in Achrafieh, Beirut and feel all eyes on me. I tug at my top self-consciously, probably making things worse, and wonder a) do I look like an easy Westerner; b) do I look like a ragamuffin (in comparison to the groomed Lebanese); c) are my shoes weird for this country (I think so); or d) have I got something on my face? This feeling says as much about my state of mind as it does about anyone’s judgement, and I know from past fieldwork that the self-consciousness lessens over time. But it’s early days, so even my order is whispered and has to be repeated, shrivelling inside. Then I find an empty seat too quickly, so that I don’t notice I’m actually boxed in and can’t easily approach anyone at all. This is all going fairly disastrously. Coffee will surely help, I (...)



  • America’s Real Digital Divide - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/02/11/opinion/america-digital-divide.html

    A group of former Facebook and Google employees last week began a campaign to change the tech companies they had a hand in creating. The initiative, called Truth About Tech, aims to push these companies to make their products less addictive for children — and it’s a good start.

    But there’s more to the problem. If you think middle-class children are being harmed by too much screen time, just consider how much greater the damage is to minority and disadvantaged kids, who spend much more time in front of screens.

    According to a 2011 study by researchers at Northwestern University, minority children watch 50 percent more TV than their white peers, and they use computers for up to one and a half hours longer each day. White children spend eight hours and 36 minutes looking at a screen every day, according to a survey by the Kaiser Family Foundation, while black and Hispanic children spend 13 hours.

    While some parents in more dangerous neighborhoods understandably think that screen time is safer than playing outside, the deleterious effects of too much screen time are abundantly clear. Screen time has a negative effect on children’s ability to understand nonverbal emotional cues; it is linked to higher rates of mental illness, including depression; and it heightens the risk for obesity.

    Make no mistake: The real digital divide in this country is not between children who have access to the internet and those who don’t. It’s between children whose parents know that they have to restrict screen time and those whose parents have been sold a bill of goods by schools and politicians that more screens are a key to success. It’s time to let everyone in on the secret.

    Un point revue partial et peu argumenté, mais qu’il faut intégrer dans une réflexion plus vaste sur les usages de l’internet en fonction des classes sociales.

    #Ecrans #Usage

    • @hlc Le même article explique que « selon un rapport publié par l’institut Pew en 2015, 87 % des Etats-Uniens entre les ages de 13 et 17 ans ont accès à un ordinateur. » Pour les familles pauvres, le chiffre équivalent est de 80 %.

      When politicians and policymakers talk about kids and technology, it is usually about “bridging the digital divide,” making sure that poor kids have as much access as wealthier ones. But there is no evidence that they don’t. According to a 2015 Pew report, 87 percent of Americans between the ages of 13 and 17 have access to a computer. For families earning less than $50,000 a year, that number is 80 percent. As for a racial divide, Pew finds that African-American teenagers are more likely to own a smartphone than any other group of teenagers in America.

      Cet article m’en rappelle un autre du NYT en septembre dernier, sur les profs techno-évangéliques qui se font sponsoriser par les entreprises hi-tech pour inonder leurs écoles de gadgets, et en même temps devenir des vedettes :

      Silicon Valley Courts Brand-Name Teachers, Raising Ethics Issues - The New York Times
      https://www.nytimes.com/2017/09/02/technology/silicon-valley-teachers-tech.html

      Her name is #Kayla_Delzer. Her third graders adore her. She teaches them to post daily on the class Twitter and Instagram accounts she set up. She remodeled her classroom based on Starbucks. And she uses apps like Seesaw, a student portfolio platform where teachers and parents may view and comment on a child’s schoolwork.

      #éducation #education #technologie #technology #pauvreté #poverty #inégalité #inequality #privatisation #privatization


  • La ruée vers l’herbe aux Etats-Unis

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/11/17/la-ruee-vers-l-herbe-aux-etats-unis_5216162_3234.html

    Avec la légalisation de la consommation de marijuana à des fins thérapeutiques dans vingt-neuf Etats, la production de cannabis est devenue une industrie florissante. Reportage dans la plus grande usine de marijuana, située au Massachusetts.

    C’est un entrepôt coincé entre l’autoroute et la forêt, dans la banlieue de Boston. Sur la façade bleue, aucune enseigne ni logo ne révèle ce qui se cache derrière les portes : l’une des plus grandes fermes de marijuana de la Nouvelle-Angleterre.

    Le parfum des fleurs, mélange de réglisse et d’herbe coupée, accueille les visiteurs dès l’entrée, et les escortera dans les moindres recoins de cette « usine ». Sur près de 3 000 mètres carrés, une succession de serres éclairées par de puissants projecteurs abrite une petite fortune : environ 1 million de dollars (849 304 euros) entre les plants et les fleurs déjà récoltées.

    Le propriétaire, Sage Naturals, a investi plus de 10 millions de dollars pour reconvertir cet ancien entrepôt. « Cela m’a pris beaucoup de temps de lever les fonds nécessaires », raconte Michaël Dundas, qui, jusqu’en 2012, exerçait comme avocat à San Francisco, conseillant des start-up dans la téléphonie mobile.

    La compagnie a planté ses premières graines à Milford à l’été 2016. Cette petite ville du Massachusetts est l’emblème du « green rush » – la ruée vers l’herbe – qui conquiert peu à peu l’Amérique. Dans cet Etat, la consommation de marijuana à des fins thérapeutiques a été légalisée en 2012. Toujours illégale au regard de la loi fédérale, la consommation de marijuana a été ainsi autorisée dans vingt-neuf Etats du pays, le premier à avoir statué étant la Californie, en 1996.

    « Flower rooms »

    Devenu une véritable industrie, le cannabis a ses entrepreneurs, ses investisseurs, et même son salon, le MJBiz, organisé du 14 au 17 novembre à Las Vegas (Nevada). Ces pionniers du green business convoitent le marché nord-américain estimé à près de 7 milliards de dollars en 2016, et plus de 22 milliards à l’horizon 2021 selon ArcView, un cabinet de conseil.

    Dans l’une des « flower rooms », la récolte bat son plein. Posés sur des grilles à 40 cm du sol, des milliers des pots s’alignent en rangs serrés. Au plafond, des rangées de spots miment l’alternance du jour et de la nuit tandis qu’un système de climatisation sophistiqué régule la température et l’humidité.

    Casquette sur la tête et lunettes sur le nez, deux salariés coupent les branches avant de les suspendre à un cintre. Un plant donne entre 500 grammes et 1 kg de fleurs, et dans cet environnement parfaitement contrôlé, il est possible de réaliser plusieurs récoltes par an. « Nous cultivons entre 4 000 et 5 000 plants et produisons entre 400 et 500 livres de cannabis par mois [soit 180 à 220 kg] », indique Marc Vlachos, le responsable des cultures, recruté par Sage fin 2014 pour préparer les demandes d’autorisation.

    Chaque plant porte une étiquette avec un code-barres permettant une traçabilité tout au long de la chaîne, et le nom de la variété : Chocolope, Tangie, Grandaddy Purple ou encore Kushberry. Sage Naturals cultive une soixantaine de variétés de cannabis. Leur teneur en principes actifs – le THC et le CBD – diffère, et leurs propriétés supposées sont mises en avant pour séduire les patients. Les plants issus de croisements « maison » sont des secrets bien gardés. Une petite équipe de jardiniers veille sur la pépinière où les jeunes pousses grandissent, avant d’être replantées et placées dans les « flower rooms ».

    Soulager l’anxiété

    Une fois récoltés, les plants sont méticuleusement effeuillés et les fleurs mises à sécher. Dans les salles et les couloirs immaculés, des piles de seaux rouges et bleus abritent la précieuse récolte. Les grappes de bourgeons sont d’abord soigneusement détaillées. « Je travaille ici à mi-temps et le reste de la journée dans un salon de coiffure de la région. Quel que soit le lieu, je coupe ! », plaisante Karen Selznik, une employée de Sage Naturals.

    Son voisin, lui, est arrivé il y a un mois du Colorado, un des Etats pionniers dans le business de la marijuana, comme la Californie. « Cela fait dix ans que je travaille dans cette industrie, j’ai déménagé pour suivre son développement ici », explique Tommy Burgett, ses bras tatoués posés sur un bac de fleurs. De nombreux passionnés sont venus comme lui travailler à Milford, ou dans les deux dispensaires que Sage Naturals a ouverts près de Boston.

    Le premier a été inauguré en mars 2017 à Cambridge, à quelques minutes de la prestigieuse université Harvard. Situé en sous-sol, on y accède par un escalier discret, après avoir montré sa carte de patient. Sésame pour acheter de la marijuana, elle est délivrée par des médecins après une consultation médicale. Un peu plus de 41 000 patients ont ainsi été certifiés.

    Jason Sparrow, est l’un d’eux : ancien militaire, il a été grièvement blessé à la jambe gauche « Je viens de subir ma troisième opération. Le cannabis m’aide à supporter la douleur et m’a permis de réduire ma consommation de médicaments à base d’opiacés », explique-t-il. Vétéran de la guerre du Golfe, il a commencé à fumer du cannabis à son retour pour soulager l’anxiété liée à ce qu’il avait vécu pendant cette période. « Je devais m’approvisionner auprès des dealers dans la rue, mais je n’avais aucune idée de ce que j’achetais », ajoute Jason Sparrow qui estime dépenser 300 dollars par mois en marijuana.

    « Même atmosphère qu’à Amsterdam »

    Une centaine de patients viennent chaque jour s’approvisionner dans le dispensaire de Sage Naturals. Un menu leur est proposé avec différentes variétés de fleurs, mais aussi des huiles, des joints prêts à l’emploi, ou encore des brownies, tous fabriqués et emballés à Milford.

    « C’est très professionnel, on retrouve la même atmosphère qu’à Amsterdam », se félicite Lucas, qui préfère ne pas donner son nom de famille afin d’éviter des ennuis avec son employeur. Venu ici pour la première fois sur les conseils d’un ami, il consomme de la marijuana pour soigner une douleur au genou.

    Une autre cliente, Kristyna Gignac, fume pour diminuer son anxiété. « Ici, c’est un peu plus cher que dans la rue, mais les variétés sont meilleures. J’ai dépensé 400 dollars en une semaine car je voulais tout essayer ! », raconte-t-elle. Selon ArcView, les patients du Massachusetts devraient consacrer cette année 100 millions de dollars à leurs achats de marijuana et plus de 1 milliard de dollars dès 2020.

    Dans son cabinet situé dans un quartier chic de Boston, le docteur Robert Dye voit défiler toute sorte de patients, « de 20 à 90 ans ». « Ceux qui souffrent d’un cancer me sont adressés par les hôpitaux. Dans ces établissements, les médecins ne sont pas autorisés à délivrer des certificats car ils reçoivent des fonds fédéraux », souligne ce médecin old school, une gravure de chasse et son diplôme d’Harvard accrochés au-dessus de la tête.

    Bonne affaire pour les finances de l’Etat

    Depuis qu’il est autorisé à prescrire du cannabis, les patients se bousculent dans son cabinet. Une consultation supplémentaire a même été ajoutée le samedi. « Nous avons des publicités sur deux sites Internet spécialisés et nous venons juste de publier une annonce dans un journal local en espagnol », se félicite Jeannette Upil, son assistante. Un peu plus de 200 médecins ont été accrédités dans l’Etat.

    La marijuana est aussi une bonne affaire pour les finances du Massachusetts. Ce « green business » lui a déjà rapporté 7 millions de dollars en taxes et droits d’entrée, et la cagnotte ainsi constituée devrait atteindre 13 millions de dollars fin 2017. La légalisation de la marijuana à usage récréatif, votée en 2016, devrait doper ces revenus.

    Dans le Nevada, où c’est le cas depuis juillet, le gouvernement a empoché près de 3,7 millions de dollars en un seul mois et table sur un revenu annuel de 120 millions. En Californie, où la vente de la marijuana sera autorisée à partir du 1er janvier 2018, le gouvernement compte percevoir jusqu’à 1 milliard par an.

    Le Massachusetts pourrait ainsi empocher un peu plus de 180 millions de dollars, calcule Jeffrey Miron, professeur d’économie à l’université Harvard et auteur d’une étude publiée en 2010 sur l’impact budgétaire de la légalisation des drogues aux Etats-Unis. Selon ses estimations actualisées pour 2015, les Etats et le gouvernement fédéral pourraient collecter 21 milliards de dollars de taxes en légalisant la marijuana et économiser 17 milliards de dépenses liées à la prohibition.

    Le bénéfice pourrait être encore plus grand

    Outre la Californie, les grands gagnants seraient le Texas (avec une cagnotte évaluée à 738 millions de dollars), la Floride (545 millions) et l’Etat de New York (531 millions). « La marijuana peut être taxée jusqu’à 20 %-30 %. Au-delà, une partie des transactions bascule vers le marché noir », souligne l’universitaire.

    Selon lui, le bénéfice pourrait être encore plus grand si le commerce de la marijuana était purement et simplement dérégulé. « Toutes ces règles et autorisations sont inutiles. Personne ne se prononce sur le nombre de Starbucks dans la ville de Boston », plaide Jeffrey Miron, selon qui les dispensaires devraient être logés à la même enseigne que les autres commerces.

    De quoi faire s’étrangler Jeff Sessions, le ministre américain de la justice, qui déclarait en septembre : « Je n’ai jamais pensé qu’il était opportun de légaliser la marijuana. Il ne me paraît pas évident que le pays se porterait mieux, si on pouvait en acheter à tous les coins de rue. »




  • Berlin Berlin on Vimeo
    https://vimeo.com/55454512


    https://i.vimeocdn.com/video/383918830_1280x720.webp

    Directors:
    Diego Agullo and Dmitry Paranyushkin
    paragullo.com

    Cast:
    Dmitry Paranyushkin, Adam, Enya Mommsen, Diego Agullo, David Guenther, Baby G, Jessica Cooke, Felix Mathias Ott and others

    Camera:
    Diego Agullo

    Places: Alexanderplatz, Bradenburger Tor, Reichstag, Hauptbahnhof, Kufustendam, Holocaust Memorial, Warschauer Bruecke, Construction Site, Empty Site, Graffiti Courtyard, Zoo S-Bahn, Lichtenberg, Rosenthaler Platz U-Bahn, Hauptbahnhof S-Bahn, Sankt Oberholz, betahaus, Mitte, Made in Berlin, Humana, Acne, Voo, American Apparel, LIDL, ALDI, Netto Ghetto, a Kreuzberg bio shop, a Turkish shop, Bauhaus, Spaeti, Skalitzer Strasse, Felix Restaurant, Le Bateau Ivre, Nest, Risani Kebab, King of Falafel, Felix, Max Und Moritz, Ice Cream Shop, Starbucks, Goerlitzer Park, Tempelhof Airport, Boxhagener Platz Market, Kreuzbuerg Market, Paul-Linke Ufer, West Berlin, Goerlitzer Park U Bahn, BMW 3er 1997, Teuffelsberg, Prenzlauer Berg, Hackescher Markt, Scientology Church stall on Potsdamer Platz, Kurfustendamm, Flutgraben, Berghain, Berghain toilets, West Germany, Club der Visionaere, Agora, Kater Holzig, Kneipe, Wilde Renate, Loftus Hall, Warschauer Strasse Hof, LEAP Gallery, White Trash, Toilets, Unknown, Maybachufer in Neukoelln

    Shot on location in Berlin in 2012

    #Berlin #Video


  • [Nantes - 18 oct] Y’en a Marc du café Starbucks
    https://nantes.indymedia.org/articles/38883

    // Y EN A MARC DU CAFÉ STARBUCKS // Action d’ Attac 44 et du GIGNV mercredi après-midi dans les rues commerçantes de #Nantes, pour dénoncer l’opacité fiscale d’une multinationale comme Starbucks. Les milliards qui disparaissent chaque année doivent être repris pour financer la transition sociale et écologique ! #RendezLargent !

    #Resistances #bouffe #/ #mal #actions #directes #Resistances,bouffe,/,mal,actions,directes


  • Branded in #Memory
    https://www.signs.com/branded-in-memory


    #design #branding

    The logos of global corporations like Apple, Starbucks, and Foot Locker are designed to create instant brand associations in the minds of billions who see them every day. But how accurately can we remember the features and colors of these famous symbols?

    To find out, we asked over 150 Americans to draw 10 famous logos from memory as accurately as they could. Based on more than 1,500 drawings created over a period of 80 hours, the results reveal that, far from being stamped perfectly in our collective memory, these ubiquitous emblems largely exist as fuzzy visions in our mind’s eye. One in 5 people thinks the Foot Locker referee wears a hat (he doesn’t), and nearly half of people believe the Starbucks mermaid does not wear a crown (she does). That only scratches the surface of what our study found out.

    Choose from the logos below to jump to individual results, or read a summary of all findings here.


  • De la marche des fiertés au défilé des entreprises : quand la Gay Pride succombe à la marchandisation - VICE
    https://www.vice.com/fr/article/gyb3zm/fierte-laisse-place-a-la-honte

    À mesure que les années passent, de plus en plus de membres de la communauté LGBTQ révèlent être frustrés par ce que représente désormais la Gay Pride de Londres. En 2015, de grandes compagnies comme Citibank, Barclays et Starbucks ont été poussées au premier plan de la parade, tandis que les syndicats ont été relégués au second. La même année, l’UKIP a été convié à participer, malgré une homophobie profondément enracinée au sein du parti.

    Énervés par la présence d’un parti politique qui a voulu interdire l’entrée sur le territoire britannique aux migrants séropositifs, le militant de gauche Dan Glass et d’autres membres de la communauté LGBTQ se sont révoltés. Vêtus de vestes noires et de boas à plumes multicolores, ils ont organisé un faux cortège funèbre symbolisant la mort de la Gay Pride, et ont transporté un cercueil à travers la parade.

    Parallèlement, depuis 2016, la Gay Pride s’est militarisée en invitant la société de défense BAE Systems, qui sponsorisait l’événement, tandis que la Royal Air Force effectuait une démonstration dans les airs – ce qui, compte tenu des antécédents entre l’armée et les droits des homosexuels, n’allait pas de soi. Afin de s’opposer à cette militarisation, Dan et quelques amis ont formé le collectif No Pride in War.

    Dan m’a expliqué à quel moment, selon lui, la Gay Pride avait tourné au désastre.


  • Secourisme.net - Où mettre un défibrillateur pour qu’il soit le plus utile ? Les résultats surprenants d’une étude à Toronto
    http://www.secourisme.net/spip.php?breve457

    Est-ce qu’un jour il sera naturel d’aller chercher un défibrillateur à la banque la plus proche ? Une étude réalisée à Toronto (Canada) suggère que ce n’est pas une idée aussi farfelue qu’il y paraît ! Les chercheurs ont voulu savoir quelles étaient les marques commerciales à moins de 100 m des cas d’arrêts cardiaques survenus pendant 9 ans en ville, pendant leurs heures d’ouverture. Si ces enseignes avaient eu un défibrillateur, il aurait servi plusieurs fois ! Résultat : les agences des principales banques du pays et des cafés comme les Starbucks ! Alors, pourquoi ne pas inciter nos (chers) banquiers à s’équiper ?



  • For Apple and others, tin supply chain has ties to rebel-held Myanmar mine | Reuters
    http://www.reuters.com/article/us-myanmar-tin-insight-idUSKBN13N1VV

    From a remote corner of northeastern Myanmar, an insurgent army sells tin ore to suppliers of some of the world’s largest consumer companies.

    More than 500 companies, including leading brands such as smartphone maker Apple, coffee giant Starbucks and luxury jeweler Tiffany & Co, list among their suppliers Chinese-controlled firms that indirectly buy ore from the Man Maw mine near Myanmar’s border with China, a Reuters examination of the supply chain found.

    The mine is controlled by the United Wa State Army (UWSA), which the United States placed under sanctions for alleged narcotics trafficking in 2003. The seven companies extracting tin from the mine are all owned or controlled by Wa military and government leaders, Wa officials and people with close ties to UWSA leadership told Reuters.

    This potentially puts companies, which also include industrial conglomerate General Electric, at risk of violating sanctions that forbid “direct or indirect” dealings with blacklisted groups, according to a former and a serving U.S. official and lawyers with expertise in sanctions enforcement.

    Several sanctions experts said the U.S. government was unlikely to fine companies who unwittingly used the Myanmar tin. Still, it may force them to shift to new suppliers, they said.

    #Birmanie #extraction_minière #multinationales


  • #Chronique libanaise 1.
    http://www.larevuedesressources.org/chronique-libanaise-1,2941.html

    Novembre #2016 Mohamed Kacimi à #Beyrouth retrouve l’éminent poète, écrivain et journaliste #Abbas_Beydoun. Starbucks de Hamra. Il fait une chaleur d’enfer mais la climatisation est réglée sur 10 degrés. Je grelotte en attendant Abbas Beydoun. Poète et chroniqueur de grand talent dans le quotidien al Safir, il est l’un des esprits les plus fins de la scène littéraire libanaise, sur laquelle il pose un regard à la fois sans concession et toujours plein d’humour. Abbas est en retard comme d’habitude, je (...)

    Chroniques et contes de l’Agora

    / #France, Beyrouth, #Guerre_civile, Chronique, #Religions, #Actes_Sud, #Littérature, #Guerre, #Liban, Mohamed Kacimi, 2016, Abbas Beydoun, #Kahlil_Gibran, #éditions_Verticales, Centre Natonal du Livre (CNL), #Rachid_Daïf, #Elias_Khoury, Youssef Habchi (...)

    #Chroniques_et_contes_de_l'Agora_ #_Mohamed_Kacimi #Centre_Natonal_du_Livre_CNL_ #Youssef_Habchi_el-Achkar #As-Safïr


  • Evasion fiscale : Londres prêt à sanctionner les conseillers
    https://www.mediapart.fr/journal/international/210816/evasion-fiscale-londres-pret-sanctionner-les-conseillers

    Manifestation contre Starbucks en 2014 à Londres © Reuters Décidé à lutter contre la #Fraude, le gouvernement de #Theresa_May veut adopter de nouvelles lois permettant de sanctionner les grands cabinets d’audit, les avocats et autres pour leurs conseils d’évasion. Jusqu’alors, ceux-ci avaient toujours su éviter toute poursuite. L’initiative porte un coup à l’industrie de l’évasion fiscale.

    #International #Economie #cabinets_d'audit #évasion_fiscale #Lukleaks #Panama_papers


  • Evasion fiscale : Londres prêt à sanctionner cabinets et conseillers
    https://www.mediapart.fr/journal/international/210816/evasion-fiscale-londres-pret-sanctionner-cabinets-et-conseillers

    Manifestation contre Starbucks en 2014 à Londres © Reuters Décidé à lutter contre la #Fraude fiscale, le gouvernement de #Theresa_May se propose d’adopter de nouvelles lois permettant de sanctionner les grands cabinets d’audit, les avocats et autres pour leurs conseils d’évasion. Jusqu’alors, ceux-ci avaient toujours su éviter toute poursuite. L’initiative gouvernementale porte un coup au cœur de l’industrie de l’évasion fiscale.

    #International #Economie #cabinets_d'audit #évasion_fiscale #Lukleaks #Panama_papers