company:terra nova

  • Rapport Terra Nova : les #crèches, outil de lutte contre les #inégalités

    A la suite de la note « L’#enfance : un #investissement d’#avenir » publiée en octobre 2013, le rapport du groupe de travail de Terra Nova présidé par Olivier Noblecourt propose une nouvelle vision de la #petite_enfance : les crèches ne doivent plus être conçues seulement comme un mode de #garde au service des parents, mais avant tout comme des lieux d’#éducation au service du développement des enfants, notamment les plus défavorisés.

    Articulant études internationales et exemples de terrain, propositions concrètes et recul scientifique, ce rapport encourage le politique à agir dès cette période clé du développement de l’individu, où les #inégalités_sociales ont l’impact le plus lourd mais où l’#action_publique peut, justement, être la plus efficace et la plus pertinente.

    A travers 10 recommandations, des pistes d’actions concrètes se dessinent pour les communes et intercommunalités, les conseils généraux, l’Etat ou encore la CNAF.

    http://www.tnova.fr/note/la-lutte-contre-les-galit-s-commence-dans-les-cr-ches

    #visualisation #infographie


  • Mais qu’est-ce qu’on va faire du think tank Cartes sur table
    http://cqfd-journal.org/Mais-qu-est-ce-qu-on-va-faire-du

    Ha, l’impertinence de la jeunesse ! Nous en manquions cruellement, paraît-il, dans ce pays gouverné, administré et pensé par une ribambelle de sexagénaires bien coulants, moulés à la louche des grandes écoles… Hé bien, c’est terminé ! Le 13 août dernier, à l’occasion de l’ébouriffant roupillon que furent les cent premiers jours de François Hollande, le think tank Cartes sur table, fondé en 2012 par des jeunes âgés de 25 à 35 ans, a publié cent propositions pour « améliorer la vie quotidienne des Français comme la situation du pays ». « De gauche […] mais réalistes » – en bon français, suçant la roue du Parti socialiste –, ces sans-culottes courtes se veulent plus « punchy » que leurs aînés du groupe de réflexion Terra Nova, dont certains membres sont pourtant à peine plus âgés.

    « On n’est pas encore dans le confort installé avec un travail et une famille. On peut donc se permettre d’être encore impertinents », élucubre Agathe Cagé, l’une des fondatrices de Cartes sur table, dans Libération du 13 août dernier. Tiens… Dégoter un job est donc forcément synonyme de « confort ». Et avoir un contrat de travail sur sa tête et des moutards dans les pattes implique fatalement de se satisfaire du monde tel qu’il va mal…