company:voodoo

  • A subtle art of developing useless software
    https://hackernoon.com/a-subtle-art-of-developing-useless-software-c0348645b49a?source=rss----3

    Have you ever wondered about all those #apps on AppStore and Google Play store, all the time people gave into making each one of them and still most of us don’t use more than 5 to 10 most important apps (okay, I’m not counting all those Voodoo studio games)?In March 2018 Google has had more than 3,6 million apps on their store alone. But why people keep creating all those apps when we usually use just top apps?First and foremost every app stands on four pillars of creation.The very first one is a pillar of birth known as an idea. It is the first point of every new product. “Hey, I have a very nice new idea”, “Hey I know how to solve that problem”.The second one is a pillar of knowledge. It is directly linked to the human behind the code. His or her knowledge and ability to efficiently overcome (...)

    #software-development #good-app-design #mobile-app-development #software-product

  • Jeu vidéo. Le français Voodoo lève 200 millions de dollars auprès de Goldman Sachs
    https://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/startup/jeu-video-le-francais-voodoo-leve-200-millions-de-dollars-aupres-de-gol

    Jouez-vous à Dune, Fight list, Paper ou Helix jump sur votre smartphone ? Certainement. Voodoo, la start-up basée à Paris, Montpellier et Strasbourg édite ces jeux vidéo grand public avec 400 studios dans le monde. Elle est classée première mondiale en nombre de téléchargements sur l’App store avec 150 millions d’utilisateurs actifs par mois. Une vraie succès Story, comme Blabacar ou Sigfox, qui a séduit la pertinente banque d’investissement Goldman Sachs. Elle vient de devenir actionnaire de référence de cette pépite française, permettant à la société spécialisée dans l’édition et la distribution de jeux sur mobile de changer de dimension pour se diversifier et se développer à l’international. La banque américaine a investi un montant de 200 millions de dollars (172 millions d’euros) via son fonds West Street Capital Partners VII, devenant l’actionnaire de référence aux côtés des deux fondateurs, qui restent majoritaires au capital.

    Alors tu vois, quand une boite française veut se développer, c’est aux US qu’elle va demander du fric. Parce qu’en France, on n’a plus rien pour aider à ce genre de développement. Désespérant. Surtout quand tu découvres qui prend le contrôle en définitive...

    Souvenir du moment où le gvt il y a une dizaine d’années décidait d’investir dans le Cloud, en déversant des millions sur Orange... et en omettant totalement l’existence d’OVH...

    • Ils ont aussi stoppé le développement de leur solution de télécopie Ecofax, et aussi leur application de gestion de leurs services...
      Ils ne sont pas développeurs d’application, et ils en conviennent en prenant cette décision... courageuse. :-)
      Franchement, se mettre en concurrence frontale avec dropbox, onedrive ou google... faut le vouloir... pour un service de stockage de fichier qui ne fait que coûter en plus. OVH, ils n’ont même pas la possibilité de partager leurs données avec la NSA... alors à quoi bon ?