• A Genève, le devoir d’exemplarité des profs va trop loin selon les syndicats Julien Chiffelle - 24 Septembre 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/regions/geneve/10734363-a-geneve-le-devoir-d-exemplarite-des-profs-va-trop-loin-selon-les-syndi

    Avec sa nouvelle directive, le Département genevois de l’instruction publique entend imposer un devoir d’exemplarité continu de la part des enseignants. Les syndicats dénoncent un texte flou et liberticide.
    Cinq syndicats d’enseignants genevois se sont donné rendez-vous mardi matin. Tous avaient en ligne de mire une directive particulière du Département de l’instruction publique (DIP) : les enseignants ont un devoir d’exemplarité, ils doivent adopter en tout temps un comportement auquel les élèves puissent s’identifier, y compris dans la sphère privée. Pour les syndicats, c’est trop.

    Présidente de la Société pédagogique genevoise, Francesca Marchesini explique manquer de confiance envers le DIP. « Est-ce que j’ai le droit d’être sur une terrasse et de boire une bière ? Si des parents d’élèves nous voient et qu’ils ne trouvent pas ça admissible et qu’ils en réfèrent plus haut, est-ce que le Département va nous soutenir ? » Elle demande des précisions sur l’exemplarité demandée aux enseignants en dehors du contexte scolaire.

    Mesures nécessaires après l’affaire Ramadan
    « Un faux procès » selon la conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta. Après l’affaire Tariq Ramadan. Il fallait prendre des mesures.

    « J’ai donné des exemples ; le racisme, la xénophobie, y compris sur les réseaux sociaux, y compris en dehors de la relation professeur-élève », explique la ministre en charge du DIP. « À un moment donné, il fallait publier cette directive, pour que le cadre soit clair, mais on peut encore le clarifier avec les syndicats s’ils le souhaitent. »

    Une directive qui intéresse les autres cantons
    La directive intéresse à l’extérieur du canton. Pour les syndicats d’enseignants, cette première romande est inquiétante.

    « Dans toutes les lois scolaires, il y a des références, aux comportements, à ce que doivent faire les professionnels, mais une telle directive qui met autant de flou n’existe pas dans les autres cantons », souligne le président du Syndicat des enseignants romands, Samuel Rohrbach.

    Un début d’année scolaire peu serein à Genève, alors que sur le fond le canton et les enseignants sont d’accord : la sécurité des élèves est la priorité.

    #devoir_d_exemplarité #école #professeurs #contrôle #social #contrôle_social #surveillance #répression_/_contrôle_social #répression #exemplarité #comportement

  • New surveillance tech means you’ll never be anonymous again

    Forget facial recognition. Researchers around the world are creating new ways to monitor you. Lasers detecting your heartbeat and microbiome are already being developed

    The fight over the future of facial recognition is heating up. But it is just the beginning, as even more intrusive methods of surveillance are being developed in research labs around the world.

    In the US, San Francisco, Somerville and Oakland recently banned the use of facial recognition by law enforcement and government agencies, while Portland is talking about forbidding the use of facial recognition entirely, including by private businesses. A coalition of 30 civil society organisations, representing over 15 million members combined, is calling for a federal ban on the use of facial recognition by US law enforcement.

    Meanwhile in the UK, revelations that London’s Metropolitan Police secretly provided facial recognition data to the developers of the Kings Cross Estate for a covert facial recognition system have sparked outrage and calls for an inquiry. The Information Commissioner’s Office has launched an investigation into the legality of the program. But the scandal comes at the same time as a landmark ruling by the High Court in Cardiff that said the use of facial recognition by South Wales police is legal. (The decision is likely to be appealed).

    Facial recognition is only the tip of the creepy surveillance iceberg, however. If strict regulation is brought in to govern the use of facial recognition, it is possible we may simply see a switch to one, or several, of the other forms of surveillance technologies currently being developed. Many are equally if not more invasive than facial recognition – and potentially even harder to regulate. Here’s a look at some of what might be coming down the pipeline.

    How you walk

    The rapidly growing field of behavioural biometrics is based on recognising individuals from their patterns of movement or behaviour. One example is gait recognition, which may well be the next surveillance technology to hit the mainstream, especially if facial recognition comes under tight regulation. The technique is already being trialled by police in China, which frequently leads the field when it comes to finding new ways to monitor its people, whether they like it or not.

    There are a few different ways of recognising an individual from the way they walk. The method being trialled by Chinese police is based on technology from a company called Watrix, and relies on the use of video surveillance footage to analyse a person’s movements as they walk. In a recently granted patent, Watrix outlines a method of using a deep convolutional neural network to train an AI system capable of analysing thousands of data points about a person as they move, from the length of their stride to the angle of their arms, and use that to recognise individuals based on their ’gait record’. Watrix claims that its systems achieve up to 94 per cent accuracy, and that it holds the world’s largest database of gait records.

    The vision-based methods of gait recognition being developed by Watrix and others can be used to identify people at a distance, including in crowds or on the street, in a similar way that facial recognition can – which could make it a quick and easy substitute if regulation is brought in against facial recognition. Increasingly, many video surveillance systems are collecting multi-modal biometrics. That means they may be using facial recognition and gait recognition simultaneously, which at least in theory should both increase the accuracy and tackle issues like identifying people facing away from the cameras.

    Another method for identifying people by their walk relies on sensors embedded in the floor. Researchers from the University of Manchester used data from 20,000 footsteps belonging to 127 individuals to train a deep residual neural network to recognise 24 distinct factors, like the person’s stride cadence and the ratio of time on toe to time on heel (the people did not need to take off their shoes, as the system analyses movement rather than shape of the foot). Using this system, they were able to identify individuals with over 99 per cent accuracy in three ’real world’ scenarios: the workplace, the home environment, and airport security checkpoints.

    According to the researchers, the benefits of this kind of identification over vision-based systems are that it is less invasive, and less prone to disruption from objects or other people obscuring the camera’s view. Of course, another way of saying that it is less invasive is that it is harder for people to detect when it’s being used on them. People might notice when they’re being watched by cameras, but they’re much less likely to be aware of sensors in the floor.

    Heartbeat detection

    Your heartbeat and your breathing pattern are as unique as your fingerprint. A small but growing number of remote sensing technologies are being developed to detect vital signs from a distance, piercing through skin, clothes and in some cases even through walls.

    In June, the Pentagon went public with a new laser-based system capable of identifying people at a distance of up to 200m. The technology, dubbed Jetson, uses a technique known as laser doppler vibrometry to detect surface movement caused by your heartbeat.

    The eventual goal is to be able to identify a target within five seconds based on their cardiac signal, or ’heartprint.’ At the moment, however, the Pentagon’s system has a number of limitations: the target needs to be standing still, needs to be wearing light clothing (thick clothing, like a heavy coat, can interfere with the signal), and most importantly there needs to be a clear line of sight between the laser and the target.

    Coats, walls, even rocks and rubble are no obstacle for another nascent surveillance technology, however. Researchers are hard at work developing radar-based systems capable of tracking vital signs for a range of purposes, from non-invasive monitoring of patients and aiding in medical diagnoses to finding survivors in search and rescue operations.
    Monitoring indoor movements

    But why bother installing new radars when we’re already bathed in a different sort of radiation pretty much all the time? Wi-Fi can also be used to locate individuals, identify their position in the room and whether they’re sitting or standing, and even track vital signs.

    Until recently, it was thought a dedicated Wi-Fi network was required, in part because the technique depends on knowing the exact position of the Wi-Fi transmitters. In 2018, however, a group of researchers at the University of California built an app which allowed them to figure out the exact location of existing Wi-Fi transmitters in a building. With that information, they were able to use normal smartphones and existing ambient Wi-Fi networks to detect human presence and movement from outside the room. “With more than two Wi-Fi devices in a regular room, our attack can detect more than 99 per cent of user presence and movement in each room tested,” the researchers claim.

    Some research groups want to go further than just using Wi-Fi to identify people. Based on movement and vital signs, they claim it is possible to monitor the subject’s emotional state and analyse their behavioural patterns. These researchers have formed a company to market a ’touchless sensor and machine learning platform for health analytics’, which they claim has been deployed in over 200 homes and is being used by doctors and drug companies.

    Beyond the potential benefits for healthcare and emergency responders, however, the technology also has obvious applications for surveillance. Technology which is capable of building up a profile of a person’s heartbeat and breathing in order to watch for abnormalities in a health context is readily adaptable to being used to identify one person from another. Radar-based security surveillance systems capable of detecting people are already on the market, It’s only a matter of time, and perhaps not even very much time, before the ability to identify individual people is layered on top.
    Tracking your microbial cells

    Every person emits around 36 million microbial cells per hour, and human microbiomes are unique for a certain period of time (a 2015 study found that around 80 per cent of people could be re-identified using their microbiome up to a year later). This means that the constant trail of microbial traces we leave behind us, as well as those we pick up from our surroundings, can be used to help reconstruct a picture of a person’s activities and movements, like where they walked, what objects they touched and what environments they have been in.
    Monitoring your scent

    Identifying people by smell is actually one of the oldest police tricks in the book, but doing it with computers instead of bloodhounds is still in its infancy in comparison with facial and fingerprint recognition. The field of odor biometrics may be useful for individual authentication but is not well suited to mass surveillance – separating exactly who smells like that in a crowd can be tricky, as anyone who has been stuck in public transport on a hot day probably knows.
    Bum detection

    Then there are the identification techniques designed for very specific use cases. One pioneering suggestion from a team of Japanese researchers for an anti-theft system for cars was based on using 360 sensors to measure the unique shape of the driver’s rear end. Despite achieving a 98 per cent accuracy rate in trials, tragically this important security innovation does not seem to have gone any further than lab testing.
    The regulation problem

    Trying to regulate surveillance technologies one by one is likely to be futile. The surveillance industry is simply developing too fast, and it is too easy to switch from one kind of surveillance to another. The difference between a facial recognition system and one based on behavioural biometrics may simply be a matter of swapping the software on an existing camera network, for example.

    Increasing cooperation between government agencies and the private sector also means that regulations like San Francisco’s, which limits only government use of certain types of surveillance, are insufficient according to Katina Michael, a professor in the School for the Future of Innovation in Society and School of Computing, Informatics and Decision Systems Engineering at Arizona State University.

    Amazon is perhaps the prime example for this blurring of the lines between private and government surveillance. Amazon has previously come under criticism for selling facial and emotion-recognition systems to police. More recently, it has been revealed that Amazon is partnering with hundreds of law enforcement agencies in the US, including giving them access to surveillance data gathered through its Ring home doorbell in return for police actively marketing the devices to the community.

    “Fundamentally, we need to think about democracy-by-design principles,” Michael says. “We just can’t keep throwing technologies at problems without a clear roadmap ahead of their need and application. We need to assess the impact of these new technologies. There needs to be bidirectional communication with the public.”

    Surveillance changes the relationship between people and the spaces they live in. Sometimes, that change is for the better; there are real benefits from increased security, and the insights which can be gained into how people use public places can be used to help shape those places in the future. At the same time, however, we need to ask ourselves whether the future society we want to live in is one which constantly watches its citizens – or, more likely, one in which citizens are never totally sure when, how and by whom they’re being watched.

    https://www.wired.co.uk/article/surveillance-technology-biometrics
    #surveillance #laser #microbiome #battements_cardiaques #coeur #comportement #mouvement #marche #respiration #corps #vibrométrie #doppler_vibrometry

    ping @etraces

    • Another method for identifying people by their walk relies on sensors embedded in the floor. Researchers from the University of Manchester used data from 20,000 footsteps belonging to 127 individuals to train a deep residual neural network to recognise 24 distinct factors, like the person’s stride cadence and the ratio of time on toe to time on heel (the people did not need to take off their shoes, as the system analyses movement rather than shape of the foot). Using this system, they were able to identify individuals with over 99 per cent accuracy in three ’real world’ scenarios: the workplace, the home environment, and airport security checkpoints.

      According to the researchers, the benefits of this kind of identification over vision-based systems are that it is less invasive, and less prone to disruption from objects or other people obscuring the camera’s view. Of course, another way of saying that it is less invasive is that it is harder for people to detect when it’s being used on them. People might notice when they’re being watched by cameras, but they’re much less likely to be aware of sensors in the floor.

  • « La capacité de penser de façon autonome, voire de penser tout court, est en péril »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/08/20/la-capacite-de-penser-de-facon-autonome-voire-de-penser-tout-court-est-en-pe

    Contre l’aliénation nouvelle que représente la manipulation des données par des algorithmes mis au service des grandes entreprises et des Etats, l’économiste Pierre Dockès en appelle, dans une tribune au « Monde », à une « insurrection civique ».

    Tribune. Les grandes vagues de changement technique ont toutes suscité des réactions de rejet pouvant aller jusqu’à la révolte. Le Moyen Age rejetait les innovations estimées maléfiques. La révolution industrielle provoqua les révoltes luddistes [luddisme : mouvement opposé au machinisme au début de la révolution industrielle]. L’avènement de la grande industrie faisait de l’usine un « bagne mitigé » et de la société une « mégamachine ».

    Pourtant la technologie n’est pas, en elle-même, responsable des maux dont on l’accable. Les luddistes s’en prenaient aux machines, mais leurs conséquences négatives s’expliquaient par leur mise en œuvre sous des rapports sociaux spécifiques. Les techniques ne sont cependant pas « innocentes » puisqu’elles ont été configurées dans un certain schéma social.

    Il en va de même aujourd’hui : l’être humain est menacé d’une #expropriation majeure de ses « capabilités » (pour reprendre les termes de l’économiste indien Amartya Sen, prix Nobel d’économie 1998), ses libertés substantielles. Pour la philosophe Simone Weil (1909-1943), « la société la moins mauvaise est celle où le commun des hommes a les plus grandes possibilités de contrôle sur l’ensemble de la vie collective et possède le plus d’indépendance » (Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale, 1934, Simone Weil, Gallimard, 1999). Elle valorise ainsi la vie rude du pêcheur ou celle de l’artisan médiéval car ce sont des vies « d’homme libre ». C’est sous cet angle de l’aliénation qu’il faut juger la révolution numérique, et pas seulement comme une énième révolution industrielle.

    Manipulation des #comportements
    Aux deux processus historiques majeurs reconnus par l’économiste Max Weber (1864-1920) – la formation du capital par l’expropriation des petits producteurs autonomes de leurs moyens de production (repris de Marx), et la formation de l’Etat comme détenteur du monopole de la violence légitime (dans Politik als Beruf, 1919) – s’ajoute aujourd’hui une troisième phase appuyée sur les vagues précédentes.

    Nos données privées captées, agrégées par le croisement des dossiers et revendues, permettent la manipulation des comportements, une publicité et une propagande ciblées. Les smartphones, les objets connectés (que la 5G va permettre de centupler) sont autant d’espions. Les safe cities capables de suivre précisément les déplacements de chacun et de repérer le moindre comportement « anormal » se multiplient. La monnaie privatisée va permettre une mainmise approfondie sur nos données vitales.

    Cela peut aller jusqu’à l’assujettissement par un Etat-parti totalitaire, comme dans la Chine de Xi Jinping. La reconnaissance faciale y est omniprésente, le système de notation généralisée par le « crédit social » y tient compte des « données de connexion » – soit les relations amicales (d’où les stratégies d’évitement d’« amis » mal notés) – et la sphère privée y a pratiquement disparu. Déjà une forme molle de ce système orwellien se développe dans les pays occidentaux.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Il semble illusoire de contrôler a priori les outils d’intelligence artificielle car leurs conséquences sont quasi imprévisibles »

    Cette aliénation rencontre et forge nos désirs, pour mieux les conformer aux intérêts dominants. Les humains influencés consommeront bientôt les produits qu’un algorithme désignera à partir de leurs données personnelles. L’algorithme choisira, commandera et payera pour eux, avec leur assentiment exprès, voire tacite. Beaucoup apprécient déjà que la captation de leurs données permette un formatage publicitaire personnalisé et la safe city satisfait leur désir de sécurité.

    Retrouver l’esprit libertaire
    L’imperceptible et progressif avènement d’une société de surveillance, la perte d’autonomie économique et politique et la disparition de la vie privée ne sont comparativement qu’une petite gêne, une légère démangeaison pour l’individu, tant les bénéfices techniques sont grands ! Mais la capacité même de penser de façon autonome, voire de penser tout court, est en péril.

    Sans même parler du transhumanisme, se façonne ainsi le « dernier homme », celui décrit par Nietzsche dans Ainsi parlait Zarathoustra, si méprisable qu’il ne se méprise même plus, celui que les foules d’antan et certains réseaux sociaux d’aujourd’hui réclament sous l’œil bienveillant des puissants. Comme nous l’expliquons dans La Nouvelle Résistance. Face à la violence technologique (Eyrolles, 2019), écrit avec Jean-Hervé Lorenzi et Mickaël Berrebi, il faut un sursaut démocratique. Ce combat pour l’être humain est à la hauteur de celui pour la planète – d’ailleurs les raisons profondes en sont les mêmes.

    La soi-disant autorégulation des #GAFA [Google Amazon, Facebook, Apple] est un faux-semblant, mais l’espoir de leur régulation par les Etats ne vaut guère mieux. Les Etats sont dépendants, complices ou même parfois responsables. Aux Etats-Unis, Donald Trump brandit des menaces de rétorsions en défense des GAFA pour empêcher une modeste tentative de leur faire payer des impôts. Et en Chine, l’Etat a la mainmise sur les entreprises comme Alibaba qui lui permettent d’exercer son contrôle social.

    On ne peut finalement compter que sur une insurrection civique, sur les résistances individuelles et collectives qui se développent déjà, non pas contre la révolution technologique en elle-même, mais en inventant de nouvelles techniques, de nouvelles configurations, de nouveaux usages plus sobres, en rejetant les pratiques aliénantes afin de retrouver l’esprit libertaire qui caractérisait les débuts d’Internet.

    Pierre Dockès est l’auteur de Le Capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Tome II : Splendeurs et misère de la croissance (Classiques Garnier, 2019) et, avec Jean-Hervé Lorenzi et Mickaël Berrebi, de La Nouvelle Résistance. Face à la violence technologique (Eyrolles, 2019).

    #algorithmes #données #data

    • non pas contre la révolution technologique en elle-même

      Tout est là : surtout ne pas s’opposer à quoi que ce soit, et moins encore à la divinité tutélaire des sociétés capitalistes et industrielles, la technologie. Il suffit de "subvertir les usages" comme on dit chez #Multitudes.

      Une forme caractéristique de #pseudo_critique (#critique_techno).

      Dans La Nouvelle Résistance , p.115 (fin du chapitre “Un monde de résistances”) on peut lire ceci :

      La vraie résistance consistera à rendre tous les hommes et toutes les femmes, quelque soit leur catégorie socio-professionnelle, quelque soit leur formation initiale, capables de s’adapter rapidement aux évolutions technologiques, et cela à plusieurs reprises dans leur vie professionnelle.

      Résister, c’est s’adapter. (apologie de la #soumission)
      La liberté, c’est l’esclavage.
      L’ignorance, c’est la force.
      La guerre, c’est la paix.

      Ce #Pierre_Dockès, c’est #Orwell !

      @colporteur @kamo

  • Would You Return This Lost Wallet? - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/06/20/science/lost-wallet-what-to-do.html

    In all but two countries, more people emailed to return wallets containing money than cashless wallets. Only Peru and Mexico bucked that pattern, but those results were too slight to be statistically significant, the researchers said. On average, 40 percent of people given cashless wallets reported them, compared with 51 percent of people given wallets with money.

    Researchers were surprised. But then they ran the experiment again in three countries (Poland, the United Kingdom and the United States), adding “big money” wallets containing $94.15. The difference was even starker. Way more people emailed to return the wallets with the larger amount: 72 percent compared with 61 percent of people given wallets containing $13.45 and 46 percent of people given cashless wallets.

    Why?

    “The evidence suggests that people tend to care about the welfare of others and they have an aversion to seeing themselves as a thief,” said Alain Cohn, a study author and assistant professor of information at the University of Michigan. People given wallets with more money have more to gain from dishonesty, but that also increases “the psychological cost of the dishonest act.”

    Christian Zünd, a doctoral student and co-author, said a survey they conducted found that “without money, not reporting a wallet doesn’t feel like stealing. With money, however, it suddenly feels like stealing and it feels even more like stealing when the money in the wallet increases.”

    Research assistants recorded the gender, age and friendliness of each recipient, how busy they were, whether they had computers handy to send email, and whether co-workers, security guards or cameras could have observed the wallet handoff (possibly making the person feel more compelled to return it). None of these factors mattered, they found.

    People reporting lost wallets received an email thanking them and saying the owner had left town and they could keep the money or donate it to charity. But, the researchers wondered, if the wallets were actually collected, would people turn them in but keep the money?

    So they tested that in Switzerland, which has relatively little corruption, and the Czech Republic, which ranks at the opposite extreme, Dr. Cohn said. In both countries, nearly all the money was returned with the wallets, except for some change, which they think accidentally fell out.

    Dr. Mazar, who’s studied people’s honesty in laboratory experiments, said that altruistic result underscores people’s concerns about self-image. “Taking the money and returning the wallet would make you equally bad, or actually even more bad,” she said. “There’s no way you can convince yourself that you are a moral person.”

    The researchers surveyed people to see if they expected bigger rewards for returning more money; they didn’t. They also tested for altruism by planting wallets containing money but no key, the one item specifically valuable for the wallet’s owner. People reported those too, although less than wallets with keys.

    #Altruisme #Comportement_moral #Pshychologie #Economie

    • Only Peru and Mexico bucked that pattern, but those results were too slight to be statistically significant, the researchers said.

      c’est pas significatif mais on cite quand même ces pays… #clickbait

  • BBC - Future - How air pollution is doing more than killing us
    http://www.bbc.com/future/story/20190415-how-air-pollution-is-doing-more-than-killing-us

    In the future, police and crime prevention units may begin to monitor the levels of pollution in their cities, and deploy resources to the areas where pollution is heaviest on a given day.
    This may sound like the plot of a science fiction movie, but recent findings suggest that this may well be a worthwhile practice.
    Why? Emerging studies show that air pollution is linked to impaired judgement, mental health problems, poorer performance in school and most worryingly perhaps, higher levels of crime.

    Respirez. (Vous êtes filmé·e·s)

  • Quand le jeu vidéo nourrit la recherche scientifique
    https://www.franceculture.fr/numerique/quand-le-jeu-video-nourrit-la-recherche-scientifique

    La Cité des sciences inaugure un espace consacré aux jeux vidéo où le joueur devient un cobaye. Toutes ses réactions sont enregistrées à l’aide de capteurs afin d’aider la recherche scientifique. Ce dispositif permettra de collecter des milliers de données comportementales à très grande échelle. Un écran géant de 9 mètres de long accueille le visiteur à la Cité des sciences et de l’industrie dans le nouvel étage d’exposition consacré aux jeux vidéo. Le héros-aventurier de Just Cause 4 canarde ses adversaires (...)

    #algorithme #capteur #comportement #biométrie #émotions

  • Nomophobie : les chiffres de l’utilisation du smartphone dans le couple
    https://www.ladn.eu/nouveaux-usages/usages-par-generation/nomophobie-etude-utilisation-smartphone-couple

    Toujours vissé à la main, le smartphone devient une extension de nous-mêmes. Alors que le 6 février se déroule la Journée Mondiale sans téléphone portable, une étude Ipsos révèle les usages du téléphone au sein du couple chez les 18-35 ans. Et il y a de quoi prôner la digital detox.

    Alerte ! Le smartphone s’invite même dans les moments les plus intimes. Un jeune sur cinq avoue répondre à un appel ou à un message alors qu’il fait l’amour. Gênant... Moins intime mais tout aussi désagréable, 71% des millennials disent qu’il leur arrive de regarder leur téléphone pendant que l’autre parle.

    Selon l’étude réalisée par Ipsos pour Caprice des Dieux, 67% des 18-35 ans utilisent leur portable en pleine nuit. Consulter son smartphone est le premier geste du matin pour un quart des personnes interrogées. Un tiers des jeunes disent quand même bonjour à leur conjoint.e avant de se jeter sur leur feed Insta. Même constat au coucher, où près d’une personne interrogée sur 5 regarde ses notifications avant de s’endormir.

    Le smartphone est donc omniprésent dans la vie de couple. Et la vie tout court. Nomophobie – la peur d’être privé.e de son smartphone ou d’être dans l’incapacité de le consulter – a même été désigné « mot de l’année 2018 » par le Cambridge Dictionnary. De quoi prêcher pour la digital detox.

    #Culture_numérique #Comportement #Téléphone_mobile

  • Comment réguler l’exploitation de notre attention ? | InternetActu
    http://internetactu.blog.lemonde.fr/2018/12/27/comment-reguler-lexploitation-de-notre-attention

    Dans Les marchands d’attention (The Attention Merchants, 2017, Atlantic Books, non traduit), le professeur de droit, spécialiste des réseaux et de la régulation des médias, Tim Wu (@superwuster), 10 ans après avoir raconté l’histoire des télécommunications et du développement d’internet dans The Master Switch (où il expliquait la tendance de l’industrie à créer des empires et le risque des industries de la technologie à aller dans le même sens), raconte, sur 400 pages, l’histoire de l’industrialisation des médias américains et de la publicité de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui. En passant d’une innovation médiatique l’autre, des journaux à la radio, de la télé à l’internet, Wu tisse une très informée histoire du rapport de l’exploitation commerciale de l’information et du divertissement. Une histoire de l’industrialisation des médias américains qui se concentre beaucoup sur leurs innovations et leurs modèles d’affaires, c’est-à-dire qui s’attarde à montrer comment notre #attention a été convertie en revenus, comment nous avons été progressivement cédés à la logique du #commerce – sans qu’on n’y trouve beaucoup à redire d’ailleurs.

    La compétition pour notre attention n’a jamais cherché à nous élever, au contraire

    Tout le long de cette histoire, Tim Wu insiste particulièrement sur le fait que la #capture_attentionnelle produite par les médias s’est faite par-devers nous. La question attentionnelle est souvent présentée comme le résultat d’une négociation entre l’utilisateur, le spectateur, et le service ou média qu’il utilise… mais aucun d’entre nous n’a jamais consenti à la capture attentionnelle, à l’#extraction de son attention. Il souligne notamment que celle-ci est plus revendue par les médias aux annonceurs, qu’utilisée par les médias eux-mêmes. Il insiste également à montrer que cette #exploitation vise rarement à nous aider à être en contrôle, au contraire. Elle ne nous a jamais apporté rien d’autre que toujours plus de contenus insignifiants. Des premiers journaux à 1 cent au spam publicitaire, l’exploitation attentionnelle a toujours visé nos plus vils instincts. Elle n’a pas cherché à nous élever, à nous aider à grandir, à développer nos connaissances, à créer du bien commun, qu’à activer nos réactions les plus instinctives. Notre exploitation commerciale est allée de pair avec l’évolution des contenus. Les journaux qui ont adopté le modèle publicitaire, ont également inventé des rubriques qui n’existaient pas pour mieux les servir : comme les faits divers, les comptes-rendus de procès, les récits de crimes… La compétition pour notre attention dégrade toujours les contenus, rappelle Tim Wu. Elle nous tourne vers « le plus tapageur, le plus sinistre, le plus choquant, nous propose toujours l’alternative la plus scandaleuse ou extravagante ». Si la publicité a incontestablement contribué à développer l’économie américaine, Wu rappelle qu’elle n’a jamais cherché à présenter une information objective, mais plutôt à déformer nos mécanismes de choix, par tous les moyens possibles, même par le mensonge. L’exploitation attentionnelle est par nature une course contre l’éthique. Elle est et demeure avant tout une forme d’exploitation. Une #traite, comme disait le spécialiste du sujet Yves Citton, en usant volontairement de ce vocabulaire marqué au fer.

    Wu souligne que l’industrie des contenus a plus été complice de cette exploitation qu’autre chose. La presse par exemple, n’a pas tant cherché à contenir ou réguler la publicité et les revenus qu’elle générait, qu’à y répondre, qu’à évoluer avec elle, notamment en faisant évoluer ses contenus pour mieux fournir la publicité. Les fournisseurs de contenus, les publicitaires, aidés des premiers spécialistes des études comportementales, ont été les courtiers et les ingénieurs de l’#économie_de_l’attention. Ils ont transformé l’approche intuitive et improvisée des premières publicités en machines industrielles pour capturer massivement l’attention. Wu rappelle par exemple que les dentifrices, qui n’existaient pas vraiment avant les années 20, vont prendre leur essor non pas du fait de la demande, mais bien du fait de l’offensive publicitaire, qui s’est attaquée aux angoisses inconscientes des contemporains. Plus encore que des #ingénieurs de la demande, ces acteurs ont été des fabricants de #comportements, de mœurs…

    • Elle ne nous a jamais apporté rien d’autre que toujours plus de contenus insignifiants. Des premiers journaux à 1 cent au spam publicitaire, l’exploitation attentionnelle a toujours visé nos plus vils instincts. Elle n’a pas cherché à nous élever, à nous aider à grandir, à développer nos connaissances, à créer du bien commun, qu’à activer nos réactions les plus instinctives.

  • Jamais éteindre son téléphone : une nouvelle approche a la culture de la sécurité
    https://nantes.indymedia.org/articles/43869

    Dans les années 80, un/e anarchiste qui voulait, par exemple, mettre le feu à un bâtiment, élaborait son plan et en même temps elle/il regardait s’il n’y avait pas de dispositifs d’écoute chez lui/elle. A la fin des années 90, le/la même anarchiste éteignait le téléphone et utilisait des messages cryptés sur internet. Dans les années 2020, il nous est nécessaire de repenser notre stratégie : la collecte d’informations s’est améliorée et nous devons tenir compte aussi de cela.

    #Informatique #Répression #contrôle #social #Informatique,Répression,contrôle,social

  • China blacklists millions of people from booking flights as ’social credit’ system introduced

    Officials say aim is to make it ‘difficult to move’ for those deemed ‘untrustworthy’.

    Millions of Chinese nationals have been blocked from booking flights or trains as Beijing seeks to implement its controversial “#social_credit” system, which allows the government to closely monitor and judge each of its 1.3 billion citizens based on their behaviour and activity.

    The system, to be rolled out by 2020, aims to make it “difficult to move” for those deemed “untrustworthy”, according to a detailed plan published by the government this week.

    It will be used to reward or punish people and organisations for “trustworthiness” across a range of measures.

    A key part of the plan not only involves blacklisting people with low social credibility scores, but also “publicly disclosing the records of enterprises and individuals’ untrustworthiness on a regular basis”.

    The plan stated: “We will improve the credit blacklist system, publicly disclose the records of enterprises and individuals’ untrustworthiness on a regular basis, and form a pattern of distrust and punishment.”

    For those deemed untrustworthy, “everywhere is limited, and it is difficult to move, so that those who violate the law and lose the trust will pay a heavy price”.

    The credit system is already being rolled out in some areas and in recent months the Chinese state has blocked millions of people from booking flights and high-speed trains.

    According to the state-run news outlet Global Times, as of May this year, the government had blocked 11.14 million people from flights and 4.25 million from taking high-speed train trips.

    The state has also begun to clamp down on luxury options: 3 million people are barred from getting business class train tickets, according to Channel News Asia.

    The aim, according to Hou Yunchun, former deputy director of the development research centre of the State Council, is to make “discredited people become bankrupt”, he said earlier this year.

    The eastern state of Hangzou, southwest of Shanghai, is one area where a social credit system is already in place.

    People are awarded credit points for activities such as undertaking volunteer work and giving blood donations while those who violate traffic laws and charge “under-the-table” fees are punished.

    Other infractions reportedly include smoking in non-smoking zones, buying too many video games and posting fake news online.

    Punishments are not clearly detailed in the government plan, but beyond making travel difficult, are also believed to include slowing internet speeds, reducing access to good schools for individuals or their children, banning people from certain jobs, preventing booking at certain hotels and losing the right to own pets.

    When plans for the social credit scheme were first announced in 2014, the government said the aim was to “broadly shape a thick atmosphere in the entire society that keeping trust is glorious and breaking trust is disgraceful”.

    As well as the introduction in Beijing, the government plans a rapid national rollout. “We will implement a unified system of credit rating codes nationwide,” the country’s latest five-year plan stated.

    The move comes as Beijing also faces international scrutiny over its treatment of a Muslim minority group, who have been told to turn themselves in to authorities if they observe practices such as abstention from alcohol.

    #Hami city government in the far-western #Xinjiang region said people “poisoned by extremism, terrorism and separatism” would be treated leniently if they surrendered within the next 30 days.

    As many as a million Muslim Uighurs are believed to have been rounded up and placed in “re-education” centres, in what China claims is a clampdown on religious extremism.

    https://www.independent.co.uk/news/world/asia/china-social-credit-system-flight-booking-blacklisted-beijing-points-
    #Chine #surveillance #contrôle #liberté_de_mouvement #liberté_de_circulation #mobilité #crédit_social #comportement #liste_noire #volontariat #points #don_de_sang #alcool #extrémisme #terrorisme #séparatisme #Ouïghours

    via @isskein

  • Des nouvelles du « Black Friday » en Norvège, c’est à la Une de toutes les télés et de tous les journaux -> pour alimenter un futur billet sur la #consommation

    Ici à Arendal, certains parents ont filé l’équivalent de 50 euros à leurs enfants qui voulaient « participer à la fête »... En sortant de l’école, ils iront dans la gallerie marchande pour faire « des bonnes affaires » avec leur billet de 500 NoK.

    Alors :

    A commencer par un reportage et un débat sur la NRK qui montre des images tournées à 5:00 ce matin... J’ai rarement vu qu’elque chose d’aussi obscène.

    Basé sur les chiffres de l’année dernière, dans le pays le plus riche du monde, on devrait dépenser dans les magasins environs 400 millions d’euros rien qu’aujourd’hui (soit la même somme que plusieurs semaines voir plusieurs mois en temps normal)

    Le truc est déjà complètement gore, et on apprend que les proprio des grands magasins et des shopping centers situés en général en périphéries on loué de milliers d’autobus pour organiser des services de navettes gratuites depuis les centres villes, loués des espaces de parkings supplémentaires, proposent des aides pour transporter les produits achetés, et je ne parle pas de la bouffe gratuite, des boissons etc...

    Venter shoppingkaos: Her stormer kundene inn porten klokka 05.00 – NRK Norge – Oversikt over nyheter fra ulike deler av landet
    https://www.nrk.no/norge/venter-shoppingkaos_-her-stormer-kundene-inn-porten-klokka-05.00-1.14307195

    Venter shoppingkaos: Her stormer kundene inn porten klokka 05.00

    VESTBY (NRK): Butikkene har doblet og triplet antall ansatte på jobb. Antall vektere er firedoblet og Røde Kors sto klare da Oslo Fashion Outlet i Vestby åpnet portene på Black Friday.

    –---

    Mais il y a quand même un petit mouvement de protestation et cetaines et certains resteront fermé aujoud’hui :

    Biskopen meiner Black Friday er med på skape uro og kjøpepress – NRK Sogn og Fjordane – Lokale nyheter, TV og radio
    https://www.nrk.no/sognogfjordane/biskopen-meiner-black-friday-er-med-pa-skape-uro-og-kjopepress-1.14305896

    Stengjer butikken i protest på Black Friday

    – Black Friday øydelegg for småbutikkane, hevdar Maja Dahl Igland Vigeland og Marita Hjelmeland hos konseptbutikken Nério+Fend i Stryn. Dei stengjer like godt i protest.

    –---

    Les télés ont envoyé des équipes pour filmer le chaos, ils diffusent en direct et facilitent le captures d’écrans pour que les gens puissent copier et poster plus facilement sur les réseaux. Faire le buzz à tout prix. Le spectacle affligrant de personnes qui se battent à mains nues pour un manteau, un écran, un T-shirt... C’est décadant.

    #consommation #décadence #comportement #aliénation #domination #pouvoir

    Ce matin, ce que j’ai vu en ville m’a donné la nausée.

  • Uber Eats arrive en Suisse romande : « Nous voulons être le leader mondial » - Le Temps
    https://www.letemps.ch/economie/uber-eats-arrive-suisse-romande-voulons-leader-mondial
    https://assets.letemps.ch/sites/default/files/styles/share/public/media/2018/11/06/file72mwubeuq1d155yxn8y9.jpg.png?itok=hCSl3AUM

    Reste que vos livreurs ne semblent pas gagner grand-chose.

    Les revenus perçus par les coursiers via l’application Uber Eats sont transparents et sont disponibles en temps réel dans l’application afin que les coursiers puissent les consulter dès qu’ils le souhaitent. Lorsque les coursiers partenaires choisissent de travailler avec l’application Uber Eats, ils sont libres de choisir, quand, où et s’ils veulent se connecter à l’application. Nous n’imposons aucun créneau ni aucune zone. Ce sont des indépendants et ils font en fonction de leur emploi du temps. Dans certains pays, comme la France ou l’Angleterre, la fonctionnalité « pourboire » a également été mise en place et permet ainsi aux coursiers de percevoir plus lors de chaque livraison.

    Lire aussi : L’américain Uber réduit ses pertes et va continuer à investir

    Il semble aussi très difficile, pour Uber Eats, de gagner de l’argent sur ce marché.

    Nous sommes très optimistes. Le marché ne cesse de croître et la demande est extrêmement forte. Nous allons fêter notre 3e anniversaire en décembre et les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 2017, nous avons livré des plats pour une valeur totale de 6 milliards de dollars, nous avons plus de 160 000 restaurants partenaires, nous sommes présents dans plus de 350 villes, nous couvrons plus de 50% de la population américaine et visons les 70% d’ici à la fin de cette année.

    Une analyse des changements comportementaux qui manque singulièrement d’un regard de classe : qui sont ces "gens" avec un tel mode de vie ?

    Estimez-vous que les gens sont de plus en plus paresseux et préfèrent se faire livrer que de cuisiner ?

    Je ne parlerais pas de paresse, mais de changement d’habitudes. Bien sûr, il y a le cliché du couple qui aimerait se faire livrer une pizza un vendredi soir. Mais de très nombreuses familles font aussi appel à nos services pour obtenir des repas complets, variés et sains à faible coût, simplement parce que les parents préfèrent passer plus de temps en famille qu’à cuisiner. Il y a aussi d’autres utilisations de l’application comme se faire livrer un petit-déjeuner au bureau après une séance de sport, un déjeuner entre collègues au bureau, une soirée foot entre amis, etc. Nous souhaitons pouvoir faire partie du quotidien de nos utilisateurs et proposer la meilleure expérience, peu importe le besoin.

    #Uber #Uber_eats #Comportement_alimentaire #Economie_plateforme #Plateforme

  • The Unlikely Politics of a Digital Contraceptive | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/tech/annals-of-technology/the-unlikely-politics-of-a-digital-contraceptive

    In August, the F.D.A. announced that it had allowed a new form of contraception on the market: a mobile app called Natural Cycles. The app, which was designed by a Swedish particle physicist, asks its users to record their temperature with a Natural Cycles-branded thermometer each morning, and to log when they have their periods. Using a proprietary algorithm, the app informs its users which days they are infertile (green days—as in, go ahead, have fun) and which they are fertile (red days—proceed with caution), so that they can either abstain or use a backup method of birth control. In clearing the app as a medical device, the F.D.A. inaugurated “software application for contraception” as a new category of birth control under which similar products can now apply to be classified. The F.D.A.’s press release quotes Terri Cornelison, a doctor in its Center for Devices and Radiological Health, who said, “Consumers are increasingly using digital health technologies to inform their everyday health decisions and this new app can provide an effective method of contraception if it’s used carefully and correctly.”

    On touche vraiment au grand Ogin’importe quoi.

    In January, a single hospital in Stockholm alerted authorities that thirty-seven women who had sought abortions in a four-month period had all become pregnant while using Natural Cycles as their primary form of contraception. The Swedish Medical Products Agency agreed to investigate. Three weeks ago, that agency concluded that the number of unwanted pregnancies was consistent with the “typical use” failure rate of the app, which they found to be 6.9 per cent. During the six-month investigation, six hundred and seventy-six additional Natural Cycle users in Sweden reported unintended pregnancies, a number that only includes the unwanted pregnancies disclosed directly to the company.

    Berglund’s story—a perfect combination of technology, ease, and self-discovery, peppered with the frisson of good fortune and reliance on what’s natural—has helped convince more than nine hundred thousand people worldwide to register an account with Natural Cycles. But the idea of determining fertile days by tracking ovulation, known as a fertility-awareness-based method of birth control, is anything but new. Fertility awareness is also sometimes called natural family planning, in reference to the Catholic precept that prohibits direct interventions in procreation. The most familiar form of fertility awareness is known as the rhythm method. First designated in the nineteen-thirties, the rhythm or calendar method was based on research by two physicians, one Austrian and one Japanese. If a woman counted the number of days in her cycle, she could make a statistical estimate of when she was most likely to get pregnant. Those methods evolved over the years: in 1935, a German priest named Wilhelm Hillebrand observed that body temperature goes up during ovulation. He recommended that women take their temperature daily to determine their fertile period.

    Plenty of doctors remain unconvinced about Natural Cycles. “It’s as if we’re asking women to go back to the Middle Ages,” Aimee Eyvazzadeh, a fertility specialist in San Francisco, said. Technology, she warned, “is only as reliable as the human being behind it.” Forman, from Columbia, said that “one of the benefits of contraception was being able to dissociate intercourse from procreation.” By taking a pill or inserting a device into an arm or uterus, a woman could enjoy her sexuality without thinking constantly about what day of the month it was. With fertility awareness, Forman said, “it’s in the opposite direction. It’s tying it back together again. You’re having to change your life potentially based on your menstrual cycle. Whereas one of the nice benefits of contraception is that it liberated women from that.”

    #Médecine #Hubris_technologique #Contraception #Comportements

    • Il y a 5 ans, pour accompagner mon inévitable départ en « burn-out », nous avons fait le choix rationnel de l’institutionnalisation de La Quadrature du Net, afin de la faire évoluer et survivre de façon durable et pour tenter de protéger ses participants. Je crois aujourd’hui que nul d’entre nous ne pouvait réaliser à l’époque ce que cette décision recelait de changements qui allaient radicalement altérer nos façons de nous organiser, de rêver, d’agir et de vivre ensemble.

      Après une prise de distance progressive, les processus administratifs ont fini de m’éloigner définitivement de La Quadrature. Il me semble que budgets, rapports, mais surtout recrutements ("ressources humaines" !), gestion et autres processus plus ou moins déshumanisants sont la norme de toute structure institutionnalisée, son essence. Avec eux les réunions, les groupes et sous-groupes qui se forment, l’information qui circule mal, les conflits inter-personnels, etc. Certes nombres de ces contraintes et problèmes existaient probablement déjà, et sont peut-être inhérents à tout groupe qui évolue sur la durée et en nombre de participants. Je pense qu’ils s’en seront néanmoins trouvé amplifiés au fil du temps, apparaissant de plus en plus comme inévitables.

      Bref, ce que nous avons pu constater comme paramètres caractéristiques des froides institutions politiques, administratives ou industrielles que nous combattions, ont pris une importance croissante dans notre microscopique bande, avec leur lot de ressentis et de douleurs... laquelle structure apparaissant dans le même temps de l’extérieur comme plus sage, plus prévisible, plus « présentable », plus compatible avec le fait de devenir un « bon client » des médias, un « interlocuteur » pour des pouvoirs publics avides de vernis démocratique.

      Il décrit très bien en fait l’#acculturation capitaliste ou comment le #capitalisme inféode tout à travers les #structures qu’il impose #structuralisme.
      Je pense aussi que la structure impose le #comportement et tant que nous pensons combattre le capitalisme de l’intérieur et avec ses armes, nous sommes certains de perdre !

  • Ne pas téléphoner, ne pas doubler le message sur un autre canal : petit guide du bon usage des réseaux sociaux
    https://abonnes.lemonde.fr/m-actu-chroniques/article/2018/07/27/ne-pas-telephoner-ne-pas-doubler-le-message-sur-un-autre-canal-petit

    Pour s’épargner toute vexation, on évitera simplement de téléphoner. Dans la vie professionnelle, appeler les gens sans les avoir contactés d’abord par écrit est de plus en plus perçu comme grossier. Envoyer un message est moins intrusif et laisse à la personne concernée toute latitude de choisir le moment opportun pour répondre, en plus d’économiser un quart d’heure de discussion et d’offrir des preuves en cas de différend à venir…

    Puisque beaucoup de « suroccupés » ont désactivé les notifications de leurs messageries et que les lignes fixes sont désormais réservées aux gens qui veulent vous vendre des fenêtres, le SMS sera le moyen le plus efficace d’atteindre votre destinataire. Si celui-ci ne vous répond pas, ce n’est pas parce que vous n’avez pas employé le bon canal, mais parce qu’il n’en a pas envie, même si l’argument « Je ne consulte pas mes mails/ce compte/ce réseau » reste l’excuse la plus couramment employée.

    #Comportement #Sociologie_usages #Culture_numérique

  • Des caméras de surveillance capables de détecter les comportements suspects
    https://www.clubic.com/domotique/video-surveillance/actualite-844382-cameras-surveillance-capables-detecter-comportements-suspec

    AI Guardman est une caméra de sécurité à la pointe de la technologie. Ce système de surveillance est en effet équipé d’une intelligence artificielle qui permet de repérer les comportements suspects et d’éviter les vols à l’étalage. À l’essai depuis quelques semaines dans plusieurs grandes enseignes japonaises, ce dispositif de surveillance vidéo a plus d’un tour dans son sac. Fabriqué conjointement par la start-up Earth Eyes Corp et NTT East, le leader des télécoms au Japon, AI Guardman aurait, semble-t-il, (...)

    #algorithme #CCTV #comportement #surveillance #vidéo-surveillance

    https://pic.clubic.com/v1/images/1672352/raw

  • L’intelligence artificielle, nouvel atout des sites de rencontre
    https://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/0301887366793-lintelligence-artificielle-nouvel-atout-des-sites-de-rencontr

    Et si demain la machine était capable de dénicher notre âme soeur ? La question relève encore du fantasme, mais les algorithmes investissent progressivement le champ de la rencontre amoureuse. En 2017, lorsqu’une journaliste lui demande comment il envisage l’avenir de son application sous cinq ans, Sean Rad, le président et cofondateur de Tinder , saisit son smartphone et mime un dialogue avec le terminal. A la question « Tinder, comment se présente ma soirée ? » le dirigeant imagine la réponse (...)

    #Facebook #Meetic #Netflix #Spotify #Tinder #Twitter #algorithme #GPS #biométrie #comportement #BigData #émotions #facial #données #géolocalisation #discrimination (...)

    ##profiling

  • « Nathan, dis bonjour au truc »
    https://mailchi.mp/slate/il-se-passe-un-truc-532461

    Or depuis le mois de mai, la polémique monte aux États-Unis : faut-il forcer les #enfants à dire « s’il vous plaît » aux assistants virtuels ? Des parents ont commencé à s’inquiéter du fait d’entendre leurs enfants dire : « Alexa, éteins la lumière… gros caca ». Eh oui, si vous avez six ans, comment résister à la possibilité de donner un ordre à une voix d’adulte, un adulte qui ne pourra jamais vous punir ? Du coup, foison d’interviews de pédopsys se demandant si ces enfants ne vont pas donner des ordres à de vrais adultes et insistant sur la nécessité de leur inculquer de bonnes manières, qu’importe l’interlocuteur.

    (...) Mais devant les inquiétudes des parents américains, les fabricants d’#enceintes_connectées n’ont pas exactement pris le chemin de rappeler que leur produit était plus proche du grille-pain que de la grande sœur. Ils ont ajouté des fonctions. L’enceinte d’Amazon félicite les enfants qui parlent poliment, pour « encourager les bons comportements ». Et sur celle de Google, on peut activer un mode « mot magique » pour qu’elle ne réponde pas en cas d’oubli de formule de politesse.

    Parce que les #robots, eux, en plus de t’écouter et de transmettre tes données en permanence, te coupent sans cesse la parole, t’empêchent de tenir la moindre conversation suivie et répondent à tes requêtes ce qui arrange les intérêts de leurs fabricants, mais attention ! sans jamais oublier la #politesse :
    https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-29-juin-2018

    "Média Global", "média global", "média global" : les patronnes de France Télévisions et de Radio France n’ont plus que le numérique à la bouche. Mais nous, attention, attention, il y aurait bien un truc qui permettrait au son de damer le pion à l’image. Le truc, le bidule, le machin s’appelle un assistant vocal. C’est tout nouveau, ça entre dans nos maisons. Ça ressemble à des enceintes qui parlent et qui répondent à nos questions. Notre présidente l’a dit : « les assistants vocaux sont l’avenir de la radio ». Qu’à cela ne tienne, j’en ai donc invité deux sur mon plateau. Mesdames et messieurs, #Alexa et #Siri vont ainsi donner leur première [commentaire personnel : qui doit en fait bien être leur millième] interview au micro.

    http://rf.proxycast.org/1451323796697915392/13938-29.06.2018-ITEMA_21728082-3.mp3

    Et puis, ce qui ne semble pas perturber le moins du monde ces parents, c’est, à travers cette même #assistance_vocale,

    1. d’alimenter chez les gamin·es le goût de se faire servir
    https://seenthis.net/messages/685330
    (antique #morale bourgeoise : il faut être courtois·e avec les domestiques)

    et 2. de les éduquer à coup de publicité déguisée
    https://seenthis.net/messages/673788

    On a les problèmes éthiques qu’on veut bien avoir en somme.

    #France_Inter #audio #radio #comportementalisme

    • Ah mais moi non plus je n’en vois pas l’intérêt - ou plutôt j’en vois tout le désintérêt. Mais nonobstant nos choix individuels, cette « daube », précisément, est en train de modifier la façon de faire de la radio, d’habiter, de rechercher des informations, de concevoir sa vie privée et d’autres choses plus profondes encore, difficiles à évaluer, comme le rapport aux autres, au temps, à l’intériorité...

    • #bigshit
      #soumission

      La france a déjà commencé à imposer la phase3 du programme (après l’aspect ludique devenu indispensable, voici les pompes dans le cul) depuis une dizaine d’années (avec l’aide de la FCPE) les parents ont obligation de se connecter au carnet et notes en ligne tandis que leurs enfants sont fichés également sur base élève dès 6 ans, s’habituent à la cantine à la biométrie, pointent à l’entrée du collège dans des tourniquets verrouillés avec une carte numérique nommée pudiquement carte jeune. Carte multi services flicage en sus qui sert dans les librairies ayant acheter le dispositif parents pauvres à mieux les dresser et à leur interdire de dépenser l’argent octroyé autrement que pour les livres. Carte servant aussi aux transports, à enregistrer tout déplacement et au cinéma, sports etc si des fois l’aspect pratique vous avait échappé et que vous refusiez cette dite carte, hasbeen vous serez traité.
      Parent, tu ne veux pas passer par internet, tu es puni, tu ne reçois pas les notes en temps et heure et les professeurs sont capables de te refuser un rendez-vous sous prétexte qu’il suffit de regarder les résultats sur internet. Quant au gamin, les bons parents sont censés suivre ses retards, absences, notes et devoirs sans l’en avertir. Tandis que les professeurs bien dressés (plusieurs directeurs et directrices mis à pied pour avoir refusé l’informatisation) inscrivent avec ferveur les nouveaux arrivants, les nouveaux faits et gestes des enfants.
      Et tout le monde est très occupé à remplir ces formalités administratives numériques, à soupeser, évaluer et fliquer les enfants, bref à leur apprendre le profond mépris et l’angoisse perpétuelle du contrôle dans lequel la société les maintient pour leur bien et surtout l’égalité, très importante dans l’armée. L’éducation ? hein quoi ? pourquoi ? où ça ?
      #bigshit

    • La question n’est pas d’être intéressé·e ou indifférent·e. Perso, lorsque je me plonge dans ce genre de dossier (bien documenté soit dit en passant donc merci @intempestive) c’est un sentiment d’effroi que j’éprouve. C’est quand même surprenant que l’on fasse la promotion de toutes ces assistances dotées d’intelligence « artificielle » et de « mémoire » mais qui n’ont pas de souvenirs hormis ceux des personnes aux manettes. Après, nos élites dirigeantes auront beau jeu de dénoncer la « société de l’assistanat ». Mais la dictature des algorithmes a de beaux jours devant elle du moment que ça génère du cash ...

      Parent, tu ne veux pas passer par internet, tu es puni, tu ne reçois pas les notes en temps et heure et les professeurs sont capables de te refuser un rendez-vous sous prétexte qu’il suffit de regarder les résultats sur internet.

      et de surcroît lorsque tu dénonces cette contrainte imposée aux familles, certains croient bon d’ajouter que ces « mauvais » parents pénalisent leurs enfants en ne leur offrant pas les meilleures chances de réussite.

      Et tout le monde est très occupé à remplir ces formalités administratives numériques, à soupeser, évaluer et fliquer les enfants, bref à leur apprendre le profond mépris et l’angoisse perpétuelle du contrôle dans lequel la société les maintient pour leur bien et surtout l’égalité, très importante dans l’armée. L’éducation ? hein quoi ? pourquoi ? où ça ?

      Dès les premières évaluations en CE2, au vu du temps que ça prend en passage d’épreuves, (surtout lorsque tu as une classe à tous les cours : j’ai testé, prise de tête garantie pour gérer ta classe pendant une bonne semaine), plus le travail de « codage des items » et leurs saisies-transmissions sur le serveur dédié, j’ai senti la dérive : passer plus de temps à renseigner des livrets d’évaluations qu’à préparer sa classe pour au final ne plus voir ses élèves que sous l’aspect de graphes statistiques.

    • merci @aude_v

      Le LSUN impose parallèlement l’évaluation par compétences. Pour Nancy, « ce changement est considérable. Ce qui compte avec les compétences, c’est d’évaluer la capacité des enfants à se conformer à un protocole, et non plus ce qu’ils ont appris en termes de connaissances. » L’appel de Beauchastel, dont elle est signataire, annonce bien la dérive : « Ce que nous voulons [...], c’est enseigner, et non exécuter des procédures. L’enseignement numérique n’est pas une "révolution pédagogique" mais la fin du métier d’enseignant. Les matières, c’est-à-dire les savoirs et savoir-faire qui les constituent, se trouvent morcelées en une liste de tâches exécutables, puis regroupées artificiellement en aptitudes générales. On appelle cela le socle de compétences. Dans ce cadre, une leçon, un exercice, peuvent être réduits à un protocole creux, qui peut bien effectivement être "partagé" en ligne, puisqu’il ne nécessite ni connaissances précises ni réflexion pédagogique personnelle pour être reproduit. Un cours construit de cette façon n’apprend pas à penser mais à se comporter de la façon attendue6. »

      se comporter de façon attendue

      c’est la définition des soldats.
      Et je le souligne, parce que tous ceux plus nombreux à ne pas fonctionner de façon attendue sont mis au banc. Alors que la richesse est justement dans leur capacité d’inventivité, de créativité, de mise en relation de connaissances parfois éloignées.
      La norme ne serait pas si gênante si elle ne générait pas des a-typiques, a-normaux, a-signifiant, bref des « n’existant pas ».
      Et l’étude de l’anormalité ou hyper ou dys ou fous supposés de ses personnes recoupe curieusement certains travaux sur ce que la société veut distinguer en « surdoué ». cf Cécile Bost
      https://seenthis.net/messages/706494

      #fabrique_du_conformisme

  • This Japanese AI security camera shows the future of surveillance will be automated
    https://www.theverge.com/2018/6/26/17479068/ai-guardman-security-camera-shoplifter-japan-automated-surveillance

    The world of automated surveillance is booming, with new machine learning techniques giving CCTV cameras the ability to spot troubling behavior without human supervision. And sooner or later, this tech will be coming to a store near you — as illustrated by a new AI security cam built by Japanese telecom giant NTT East and startup Earth Eyes Corp. The security camera is called the “AI Guardman” and is designed to help shop owners in Japan spot potential shoplifters. It uses open source (...)

    #Nest #algorithme #CCTV #sécuritaire #surveillance #vidéo-surveillance #comportement

  • Affective computing : des casques qui analysent le cerveau
    https://linc.cnil.fr/fr/affective-computing-des-casques-qui-analysent-le-cerveau

    En Chine, l’usage de casques capteurs des réactions du cerveau se répand dans les entreprises. Si l’objectif affiché est celui de la sécurité et de l’amélioration de la productivité, les risques d’atteintes à la vie privée sont évidents. Dans un article du South China Morning Post, repéré par MIT Technology Review, on découvre la dernière nouveauté en termes de surveillance des travailleurs. En Chine, des ouvriers, des militaires et des conducteurs de trains sont désormais équipés de casques ou casquettes (...)

    #algorithme #capteur #casque #comportement #travailleurs #surveillance #travail #émotions (...)

    ##CNIL

  • L’intelligence artificielle s’invite aux côtés de la Police et du renseignement
    https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/intelligence-artificielle/l-intelligence-artificielle-s-invite-aux-cotes-de-la-police-et-du-r

    Lors de son discours début juin 2018, le ministre de l’Intérieur a évoqué l’usage de l’intelligence artificielle « pour repérer dans la foule des individus au comportement bizarre ». En fait, des technologies de ce type sont déjà en expérimentation. Mais se pose la question des données personnelles. Qui a oublié le Minority report de Philip K. Dick ? En 1956, la nouvelle du romancier américain y décrit une société dystopique, où les futurs criminels sont arrêtés avant de passer à l’acte. Une fiction qui (...)

    #Facebook #Twitter #algorithme #CCTV #comportement #biométrie #données #web #surveillance #vidéo-surveillance #BigData #facial #MinorityReport #TES (...)

    ##CNIL

  • Un drone de surveillance autonome identifie les actions « violentes » des citoyens
    https://usbeketrica.com/article/un-drone-de-surveillance-autonome-identifie-les-actions-violentes-des-c

    Des drones autonomes sont capables de reconnaître les « actions violentes » des individus avec une précision croissante. « Eye in the Sky », nouveau drone de surveillance dévoilé par des chercheurs, augmente encore la précision de ces algorithmes, et permet aux drones de renforcer le maillage des caméras scrutant nos faits et gestes dans l’espace public. D’autant qu’est laissé à l’appréciation du concepteur du système ce qui est constitue ou non un acte « violent ». Les caméras de surveillance sont (...)

    #algorithme #drone #comportement #aérien #vidéo-surveillance #surveillance

  • Les caméras de surveillance à reconnaissance faciale arrivent en France
    https://mrmondialisation.org/les-cameras-de-surveillance-a-reconnaissance-faciale-arrivent-en-f

    La mise en place d’un système d’un système de reconnaissance faciale « intelligent » en Chine avait fait l’objet de nombreuses critiques et inquiétudes l’année passée partout dans le monde. Selon « TV5 Monde », l’État français envisage de déployer à son tour des caméras de surveillance dotées d’une technologie similaire. Les intelligences artificielles (IA) qui disposent d’un système de reconnaissance faciale automatisé peuvent repérer, localiser et suivre bien plus rapidement des individus dans la rue que si la (...)

    #algorithme #CCTV #comportement #biométrie #reconnaissance #facial #vidéo-surveillance (...)

    ##surveillance