• Making sense of algorithms : Relational perception of contact tracing and risk assessment during COVID-19
    https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/2053951721995218

    Governments and citizens of nearly every nation have been compelled to respond to COVID-19. Many measures have been adopted, including contact tracing and risk assessment algorithms, whereby citizen whereabouts are monitored to trace contact with other infectious individuals in order to generate a risk status via algorithmic evaluation. Based on 38 in-depth interviews, we investigate how people make sense of Health Code (jiankangma), the Chinese contact tracing and risk assessment (...)

    #algorithme #contactTracing #consentement #COVID-19 #santé

    ##santé
    /pb-assets/Images/SJ_Twitter_Card-1557144152440.jpg

  • New project launched : Tracing the tracers. Monitoring and analyzing ADM systems used to respond to the COVID-19 pandemic.
    https://algorithmwatch.org/en/project-launch-tracing-the-tracers-adm-covid

    We are very pleased to announce our new project Tracing the tracers. Monitoring and analyzing automated decision-making systems used to respond to the COVID-19 pandemic. With this, we aim at providing a platform through which to continuously update the public on how ADM systems are being used in Europe — and, comparatively, the rest of the world — in response to the SARS-CoV-2 global outbreak. Building on our report ADM systems in the COVID-19 pandemic : a European perspective, published in (...)

    #algorithme #QRcode #biométrie #contactTracing #technologisme #COVID-19 #santé #AlgorithmWatch

    ##santé

  • Autorité de protection des données : « Ne soyons pas naïfs, notre vie privée est sous pression »
    https://plus.lesoir.be/352768/article/2021-02-03/autorite-de-protection-des-donnees-ne-soyons-pas-naifs-notre-vie-privee-

    « Il ne faudrait pas que les mesures mettant en péril notre vie privée subsistent après la crise. » Pour la première fois, les patrons de l’Autorité de protection des données (APD) défendent leur bilan, sur fond d’intenses conflits internes et de critiques.

    Traçage, collecte massive de données, contrôle de quarantaine, « Passenger location form »… La crise covid a mis la vie privée à rude épreuve. Elle a aussi mis un coup de projecteur sur la jeune Autorité de protection des données (APD) mise en place en 2019 dans la foulée du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Au four et au moulin, notamment dans un gros dossier l’opposant à Google, l’ex-Commission de la vie privée a aussi été ébranlée par de solides conflits internes comme le révélaient Le Soir et Knack le 15 octobre. Une lettre au vitriol, adressée au Parlement par deux directrices de l’APD (en écho à d’autres signaux d’alarme activés par la Ligue des droits humains et plusieurs juristes) dénonçait une « institution inopérante », « vidée de sa substance », minée par de « graves soucis d’indépendance » et « instrumentalisée » par le politique.

    Pour la première fois, David Stevens, son président, et Hielke Hijmans, directeur de la Chambre contentieuse, répondent aux accusations pour Le Soir et Knack. Et défendent fermement le bilan de cette jeune institution. « Jamais la vie privée des 11 millions de Belges n’a été aussi bien protégée », assènent-ils.

    Dites-nous, l’APD fonctionne-t-elle comme elle devrait ?

    Hielke Hijmans : Le bilan est positif. On est passé d’une autorité qui rendait surtout des avis à une véritable autorité de contrôle, qui peut donc sanctionner. Est-ce que ça va assez vite ? Non, je ne crois pas. On met en place une jurisprudence qui donne une base juridique cohérente au citoyen. Je regrette juste que, en raison des volumes énormes de dossiers, nous ne soyons pas capables de traiter les affaires dans un délai acceptable. C’est dû aux procédures légales et au budget. On doit trouver des solutions.

    Le 28 janvier, on célébrait la Journée internationale de la protection des données ? Un jour noir ?

    David Stevens : Oui, parce que le coronavirus et toujours là et que des gens meurent. Mais pas pour la protection de la vie privée. Est-ce que cela veut dire que tous les problèmes sont résolus ? Non, pas du tout. On aurait pu faire plus et mieux. Mais nous protégeons la vie privée des gens de manière plus efficace qu’avant.

    Vos sanctions sont très souvent contestées en appel (devant la Cour des marchés). C’est le cas pour les amendes de 20.000 euros à Proximus et de 600.000 à Google infligées pour non-respect du RGPD… Quel est le souci ?

    H.H. : C’est surtout pour des questions de procédure qu’elles sont annulées. Les conditions que la Cour des marchés nous impose sont assez élevées. Cela nous demande d’être vigilant. Ces entreprises ont des moyens illimités pour contester nos décisions.

    Vous dites que les procédures sont trop lourdes. Le RGPD est inapplicable ?

    H.H. : En 2020, on a eu plus ou moins 600 plaintes ici en Belgique. On doit les traiter une par une, d’une manière « diligente », comme dit la loi. L’APD a des compétences énormes. On peut imposer des sanctions de plusieurs millions. Cela justifie des procédures très formelles. Mais je crois, oui, que de temps en temps, les procédures sont trop lourdes, même pour les petits cas. On travaille sur leur allégement en Belgique.

    Selon vous, ce n’était pas un jour noir pour la protection des données. Vous niez que notre vie privée est plus que jamais sous pression ?

    DS : Ne soyons pas naïfs, je ne dis pas que notre vie privée n’est pas sous pression. Je vous donne un exemple. Au début de la crise sanitaire, Philippe De Backer et Maggie De Block (NDLR, ex-ministres de l’Agenda digital et de la Santé, Open VLD) se sont demandés si on pouvait utiliser les données télécoms pour en faire un indicateur de mobilité. A l’époque, cela paraissait comme un problème compliqué. Rétrospectivement, la question est en réalité facile (car les données sont totalement anonymes). Mais quand je lis dans la presse ce que certains veulent faire, comme envoyer les données des personnes en quarantaine aux bourgmestres (le nom, l’adresse et la période de quarantaine)…

    C’est cela, votre ligne rouge ?

    DS : La crise corona évolue de jour en jour. Nous sommes peut-être au début d’une troisième vague. Donc, même si je dis que la ligne rouge est ici, il se pourrait que d’ici deux ou trois jours nous soyons confrontés à des décisions que l’on n’imaginait pas il y a peu de temps. Entre vie privée et santé publique, ce n’est jamais noir ou blanc. Il faut trouver un équilibre. Et c’est souvent du gris. C’est dommage, peut-être, mais c’est la vie.

    Si on ne regardait cette crise que sous l’aspect vie privée, c’est simple : rien ne se serait autorisé. Pas d’application corona, pas de transmission de données aux bourgmestres, pas de registre d’infections, pas de registre à Sciensano… Mais nous devons également prendre en compte d’autres intérêts, à savoir la protection de la vie privée dans son contexte. Parce que ces traitements de données servent également un but. Et nous devons également tenir compte de cet objectif.

    Vous savez, le respect de la quarantaine pourrait être vérifié sur la base des données de télécommunications. C’est techniquement possible. Il suffirait de demander les données aux opérateurs télécoms. Mais j’espère que ce jour ne viendra pas. Le cauchemar, pour moi, serait encore pire. A long terme, on ne serait pas loin de la situation en Chine, où vous êtes surveillé pour votre contrat social. Et perdez votre emploi si vous passez le feu rouge.

    HH : Je suis d’accord avec ça. Il y a autre chose qui est essentiel, et je l’ai vu au cours de toutes ces années : quand ce genre de mesures est imposé, elles restent simplement en place.

    Vous comprenez donc que les gens s’inquiètent de l’impact de certaines mesures corona sur leur vie privée (tracing, données de vaccination, déplacements à l’étranger…) ? Mais êtes-vous entendus ? Ou même, consultés ?

    DS : Attendez… Pour la troisième vague, le variant britannique… Je ne défends pas du tout le gouvernement ou qui que ce soit. Ce à quoi nous sommes attentifs, c’est le bon équilibre. Je n’accepte pas l’insinuation selon laquelle on mettrait de côté l’APD. Ou qu’on laisserait tranquillement travailler le gouvernement. Oui, évidemment, on trouve que c’est problématique qu’après un an, il n’y ait pas encore une loi Pandémie. Nous sommes en train de rechercher si oui ou non on doit, on veut, réagir devant les instances judiciaires.

    Dans quels cas, par exemple ?

    DS : Plusieurs dossiers sont sous nos radars. Comme la possibilité (NDLR, en Flandre) de transmettre les données de quarantaine aux bourgmestres, ou l’arrêté ministériel du 12 janvier qui donne à l’ONSS des pouvoirs étendus pour partager des données personnelles avec à peu près n’importe qui. Après un avis externe d’un cabinet d’avocats spécialisé, notre comité de direction a décidé d’envoyer un avertissement clair dans une lettre à toutes les autorités de notre pays. Si certaines mesures ne sont pas corrigées, nous pouvons toujours décider de saisir les tribunaux. Si la mesure est déclarée nulle et non avenue, le transfert ne peut plus avoir lieu.

    Nous sommes également préoccupés par la situation à Bruxelles. Le bourgmestre d’Etterbeek (NDLR, Vincent De Wolf, MR) a mis en demeure l’administration bruxelloise dans le but d’obtenir les données des citoyens contraints à la quarantaine. Mais il n’existe aucune base légale pour cela. Nous avons donc ouvert un fichier de surveillance et demandé des informations complémentaires.

    La demande de Vincent De Wolf se calque sur ce qui se fait déjà en Flandre…

    DS : Oui, en Flandre, il est possible de transmettre les données de quarantaine aux bourgmestres. Nous enquêtons également actuellement sur cette affaire. Mais la Flandre a adopté un décret à ce sujet en décembre, qui renforce l’application des mesures de quarantaine. Nous pouvons également faire appel au Conseil d’Etat contre cela. A Bruxelles, il n’y a aucune base réglementaire qui permet à un bourgmestre de mettre en demeure une administration régionale pour lui fournir ces informations.

    Vous pourriez… N’avez-vous pas été consultés ?

    DS : Non, dans aucun des trois cas (NDLR, arrêté ministériel, données de quarantaine en Flandre et à Etterbeek). Alors que c’était en fait obligatoire. Et dans d’autres cas, le gouvernement a ignoré nos conseils. Par exemple, nous avons estimé qu’une base de données centrale à Sciensano contenant toutes les données corona, ce n’est pas une bonne idée.Retour ligne automatique
    Analyse : crise d’Autorité

    Ph.L.

    Nul doute que cet entretien en laissera plus d’un sur sa faim : juristes, défenseurs des droits humains, certains au sein même de l’APD, bref, tous ceux qui, depuis des mois, tirent la sonnette d’alarme sur les faiblesses de cette institution majeure de notre démocratie. Difficile de leur donner tort. David Stevens et Hielke Hijmans défendent avec force un bilan marqué sous le signe de la « proactivité », plaident les « lourdeurs du RGPD » ou la complexité du contexte sanitaire. Ce n’est pas faux. Mais ils ne rassurent pas. En particulier sur la capacité de la gardienne de la vie privée à assumer ses missions. Avec abnégation. Ils bottent en touche. Les soucis d’indépendance ? « C’est le Parlement qui nomme les membres. » Le « bypass » de l’autorité flamande ? Du pipeau. Les problèmes internes ? Des conflits interpersonnels… Concernant sa participation à la « Task Force Corona », David Stevens relève lui-même ce qu’on lui reproche : donner son avis sur un texte qu’il a lui-même contribué à rédiger. Peu rassurant, aussi, cette idée que la vie privée serait en balance avec la santé publique. Ni la loi, ni le RGPD ne prévoient de « zone grise ». En matière de protection des données, tout est possible à partir du moment où c’est justifié, expliqué et contrôlable. C’est précisément ce qu’il leur était demandé dans cet entretien.

    #Coronalert #contactTracing #géolocalisation #manipulation #données #COVID-19 #santé #[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données_(RGPD)[en]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR)[nl]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR) (...)

    ##santé ##[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_[en]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_[nl]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_ ##APD-Belgique

  • Facebook #Messenger : ce graphique montre à quel point l’app espionne votre #vie_privée
    https://www.phonandroid.com/facebook-messenger-ce-graphique-montre-a-quel-point-lapp-espionne-votre

    Apple est parvenu à mettre #Facebook et #WhatsApp face à leurs responsabilités avec cette obligation d’afficher les droits d’accès des applications sur l’App Store. Soudainement, les utilisateurs ont pu constater que WhatsApp et Messenger récupèrent vos #contacts, vos #données commerciales lorsque vous utilisez les services Facebook, votre #adresse_IP et votre #localisation, ou encore vos #enregistrements vocaux.

    Dans la foulée, WhatsApp a essayé tant bien que mal de justifier la collecte d’une si grande quantité de données : “Nous devons collecter certaines informations pour fournir un service de communication mondial fiable […] Par principe, nous prenons des mesures pour restreindre l’accès à ces informations”, assure l’entreprise.


    forbes whatsapp apple
    Crédits : Forbes

    #espionnage #RGPD

  • Assessment of Day-7 Postexposure Testing of Asymptomatic Contacts of #COVID-19 Patients to Evaluate Early Release from Quarantine — Vermont, May–November 2020 | MMWR
    https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7001a3.htm

    Seulement 3% des sujets contact ont eu un #PCR #sars-cov2 positif à J7,

    1,26% des sujets #contact #asymptomatiques étaient positifs à J7

    Aucun des négatifs à J7 ne s’est déclaré positif dans les 7 jours suivant.

    977 (44.9%) of these contacts had a specimen collected for testing on day 7. Among these, 34 (3%) had test results that were positive, 940 (96%) had results that were negative, and three (<1%) had results that were indeterminate (Table). Among the 34 contacts who received a positive SARS-CoV-2 PCR test result on day 7 after exposure, 12 (35%) were asymptomatic. The remaining 22 contacts with positive test results were symptomatic at the time of testing; approximately one half had developed symptoms on days 4–7 after exposure. Among the 940 contacts who received negative test results on specimens collected on day 7 after exposure, 154 (16%) had a subsequent test within the next 7 days (i.e., days 8–14); among these, 152 (99%) had tests that remained negative, and two (1%) had results that were indeterminate.

  • TousAntiCovid : vers des QR codes dans certains lieux publics à risque
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/01/19/tousanticovid-vers-des-qr-codes-dans-certains-lieux-publics-a-risque_6066804

    Le gouvernement entend accompagner la réouverture des bars et restaurants de cette fonctionnalité dans l’application de suivi des contacts, avec pour objectif d’identifier les clusters pouvant s’y former. L’application TousAntiCovid va proposer à ses utilisateurs d’enregistrer leur présence dans certains lieux publics considérés à risque par les autorités en prenant en photo des QR codes – ces codes-barres carrés qui, lorsqu’ils sont filmés par un téléphone, permettent généralement l’ouverture d’une page (...)

    #algorithme #Bluetooth #smartphone #contactTracing #géolocalisation #données #COVID-19 #santé #surveillance #CNIL #QRcode (...)

    ##santé ##TousAntiCovid

  • Singapore Police Force can obtain TraceTogether data for criminal investigations : Desmond Tan
    https://www.channelnewsasia.com/news/singapore/singapore-police-force-can-obtain-tracetogether-data-covid-19-13889

    SINGAPORE : The Singapore Police Force (SPF) can obtain TraceTogether data for criminal investigations, said Minister of State for Home Affairs Desmond Tan in Parliament on Monday (Jan 4). The SPF is empowered under the Criminal Procedure Code (CPC) to obtain any data, and that includes the TraceTogether data, said Mr Tan. “The Government is the custodian of the TT (TraceTogether) data submitted by the individuals and stringent measures are put in place to safeguard this personal data,” (...)

    #algorithme #TraceTogether #contactTracing #criminalité #police #COVID-19 #santé #données

    ##criminalité ##santé

  • Singapore police can access COVID-19 contact tracing data for criminal investigations
    https://www.zdnet.com/article/singapore-police-can-access-covid-19-contact-tracing-data-for-criminal-invest

    Under the country’s Criminal Procedure Code, the Singapore Police Force can obtain any data — including information gathered by the contact tracing TraceTogether app and wearable token — to facilitate criminal probes, confirms cabinet minister. Singapore has confirmed its law enforcers will be able to access the country’s COVID-19 contact tracing data to aid in their criminal investigations. To date, more than 4.2 million residents or 78% of the local population have adopted the TraceTogether (...)

    #algorithme #TraceTogether #contactTracing #criminalité #police #données #COVID-19 (...)

    ##criminalité ##santé

  • Covid-19 Ushered in a New Era of Government Surveillance
    https://onezero.medium.com/covid-19-ushered-in-a-new-era-of-government-surveillance-414afb7e422

    Government-mandated drone surveillance and location tracking apps could be here to stay In early December, after finding 16 people had illegally crossed the border from Myanmar to Thailand and evaded the mandatory quarantine period, the Thai government said it would start patrolling the border with new surveillance equipment like drones and ultraviolet cameras. In 2020, this kind of surveillance, justified by the coronavirus pandemic, has gone mainstream. Since March, more than 30 (...)

    #algorithme #AarogyaSetu_ #Bluetooth #CCTV #drone #smartphone #biométrie #contactTracing #géolocalisation #migration #température #facial #reconnaissance #vidéo-surveillance #COVID-19 #frontières #santé (...)

    ##santé ##surveillance

  • « Chroniques de géo’virale » : penser le monde avec le Covid-19
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/12/22/chroniques-de-geo-virale-penser-le-monde-avec-le-covid-19_6064175_3232.html

    Il a suffi d’un battement d’écailles d’un pangolin à Wuhan pour provoquer une pandémie planétaire et pour que, quelques semaines plus tard, le monde soit à l’arrêt. Fasciné par la « cinétique », la rapidité à laquelle le virus s’est propagé sur la planète, Michel Lussault s’est lancé lors du confinement printanier dans la diffusion d’une série de chroniques vidéo, dites de « géo’virale », pour essayer de comprendre cette crise inédite. Le recueil de ces chroniques, qui vient de paraître, aurait pu être sous-titré : « Penser le monde avec le virus ». Car ce SARS-coV-2 est un « extraordinaire révélateur » de la puissance de l’urbanisation planétaire… et aussi de ses faiblesses, de ses vulnérabilités.Le virus se propage par le biais de l’intense mobilité de biens et de personnes, clé de voûte du monde urbanisé. Celui-ci est tellement « interrelié » qu’un micro-événement peut provoquer la paralysie de tout le système. Trafic aérien, parcs d’attractions, zones touristiques, stades, grands centres commerciaux… qui pouvait imaginer que tous ces « emblèmes de la mondialisation triomphante » se retrouvent à l’arrêt simultanément ?
    Pour autant – et fort heureusement – ce monde urbanisé n’est pas homogène. Chaque maillon de ce réseau planétaire a ses spécificités. Sinon, comment expliquer que d’un pays à un autre, d’une région à une autre, d’une ville à une autre, voire d’un îlot à un autre, les conditions de la contagion et l’impact de l’épidémie ne soient pas les mêmes ? L’épidémie est loin d’être insensible aux inégalités sociales. La situation prépandémique du système de soin, tout comme l’état de préparation des pouvoirs publics et de la société sont aussi des facteurs décisifs.
    Michel Lussault apporte ici des nuances au rôle que peut jouer la configuration géographique. La densité urbaine est une condition favorable à la diffusion somme toute relative, observe-t-il. Priment sur la densité les « interactions de proximité physique entre personnes » : « Un espace peu peuplé et peu dense, mais où les habitants sont en contact quotidien étroit, sera un terrain de jeu idéal pour le virus tout autant sinon plus qu’un espace dense où il y a peu de contacts entre les habitants. » « Le coronavirus prospère là où l’interaction humaine est intense », insiste-t-il. Ce qui explique d’ailleurs que le confinement et les mesures de distanciations sociales « remettent en question immédiatement l’urbanité »,
    Au sortir de cette pandémie, certains seront tentés par un repli sur leur citadelle domestique. Mais Michel Lussault veut croire que beaucoup chercheront à retrouver des relations sociales. Considérant cette pandémie comme un « fait anthropocène total » – le bouleversement des écosystèmes lié à l’urbanisme n’en est-il pas à l’origine ? – le géographe interpelle : et si finalement, cette crise était une opportunité pour lancer une réflexion sur la façon dont nous pouvons organiser nos villes différemment ? Etre plus attentifs à ce qui nous protège et nous permet de mieux vivre, collectivement ?

    #Covid-19#migrant#migration#sante#urbain#ville#interaction#densite#circulation#distanciation#contact#confinement#michellussault#geographie

  • La santé mentale est un enjeu crucial des migrations contemporaines

    Si la migration est source d’espoirs liés à la découverte de nouveaux horizons, de nouveaux contextes sociaux et de nouvelles perspectives économiques, elle est également à des degrés divers un moment de rupture sociale et identitaire qui n’est pas sans conséquence sur la santé mentale.

    #Abdelmalek_Sayad, l’un des sociologues des migrations les plus influents de ces dernières décennies, a défini la condition du migrant comme étant suspendu entre deux mondes parallèles. #Sayad nous dit que le migrant est doublement absent, à son lieu d’origine et son lieu d’arrivée.

    Il est, en tant qu’émigrant, projeté dans une condition faite de perspectives et, très souvent, d’illusions qui l’éloignent de son lieu d’origine. Mais le migrant est tout aussi absent dans sa #condition ^_d’immigré, dans les processus d’#adaptation à un contexte nouveau et souvent hostile, source de nombreuses #souffrances.

    Quelles sont les conséquences de cette #double_absence et plus largement de cette transition de vie dans la santé mentale des migrants ?

    Migrer implique une perte de #capital_social

    Migrer, c’est quitter un #univers_social pour un autre. Les #contacts, les #échanges et les #relations_interpersonnelles qui soutiennent chacun de nous sont perturbés, fragmentés ou même rompus durant cette transition.

    Si pour certains la migration implique un renforcement du capital social (ou économique), dans la plupart des cas elle mène à une perte de capital social. Dans un entretien mené en 2015, un demandeur d’asile afghan souligne cette #rupture_sociale et la difficulté de maintenir des liens avec son pays d’origine :

    « C’est très difficile de quitter son pays parce que ce n’est pas seulement ta terre que tu quittes, mais toute ta vie, ta famille. J’ai des contacts avec ma famille de temps en temps, mais c’est difficile parce que les talibans détruisent souvent les lignes de téléphone, et donc, c’est difficile de les joindre. »

    Pour contrer ou éviter cette perte de capital social, de nombreux #réseaux_transnationaux et organisations d’immigrants dans les pays d’accueil sont créés et jouent dans la vie des migrants un rôle primordial.

    À titre d’exemple, la migration italienne d’après-guerre s’est caractérisée par une forte structuration en #communautés. Ils ont créé d’importants organisations et réseaux, notamment des organisations politiques et syndicales, des centres catholiques et culturels, dont certains sont encore actifs dans les pays de la #diaspora italienne.

    L’#environnement_social et la manière dont les sociétés d’arrivée vont accueillir et inclure les migrants, vont être donc des éléments clés dans la #résilience de ces populations face aux défis posés par leur trajectoire de vie et par leur #parcours_migratoire. Les migrants peuvent en effet rencontrer des situations qui mettent en danger leur #santé physique et mentale dans leur lieu d’origine, pendant leur transit et à leur destination finale.

    Cela est particulièrement vrai pour les migrants forcés qui sont souvent confrontés à des expériences de #détention, de #violence et d’#exploitation susceptibles de provoquer des #troubles_post-traumatiques, dépressifs et anxieux. C’est le cas des centaines de milliers de réfugiés qui fuient les #conflits_armés depuis 2015, principalement dans les régions de la Syrie et de l’Afrique subsaharienne.

    Ces migrants subissent des #violences tout au long de leur parcours, y compris la violence des lois de l’asile dans nos sociétés.

    L’environnement social est une des clés de la santé mentale

    Dans son document d’orientation « Mental health promotion and mental health care in refugees and migrants », l’Organisation mondiale de la santé (OMS) indique l’#intégration_sociale comme l’un des domaines d’intervention les plus importants pour combattre les problèmes de santé mentale dans les populations migrantes.

    Pour l’OMS, la lutte contre l’#isolement et la promotion de l’#intégration sont des facteurs clés, tout comme les interventions visant à faciliter le relations entre les migrants et les services de soins, et à améliorer les pratiques et les traitements cliniques.

    Cependant, l’appartenance à des réseaux dans un environnement social donné est une condition essentielle pour le bien-être mental de l’individu, mais elle n’est pas suffisante.

    Le philosophe allemand #Axel_Honneth souligne notamment que la #confiance_en_soi, l’#estime_de_soi et la capacité à s’ouvrir à la société trouvent leurs origines dans le concept de #reconnaissance. Chaque individu est mu par le besoin que son environnement social et la société, dans laquelle il ou elle vit, valorisent ses #identités et lui accordent une place comme #sujet_de_droit.

    Les identités des migrants doivent être reconnues par la société

    À cet égard, se construire de nouvelles identités sociales et maintenir une #continuité_identitaire entre l’avant et l’après-migration permet aux migrants de diminuer les risques de #détresse_psychologique.

    https://www.youtube.com/watch?v=oNC4C4OqomI&feature=emb_logo

    Être discriminé, exclu ou ostracisé du fait de ses appartenances et son identité affecte profondément la santé mentale. En réaction à ce sentiment d’#exclusion ou de #discrimination, maintenir une estime de soi positive et un #équilibre_psychosocial passe souvent parla prise de distance par rapport à la société discriminante et le #repli vers d’autres groupes plus soutenants.

    La #reconnaissance_juridique, un élément central

    Or ce principe de reconnaissance s’articule tant au niveau de la sphère sociale qu’au niveau juridique. Dans les sociétés d’accueil, les migrants doivent être reconnus comme porteurs de droits civils, sociaux et politiques.

    Au-delà des enjeux pragmatiques liés à l’accès à des services, à une protection ou au #marché_de_l’emploi, l’obtention de droits et d’un #statut_juridique permet de retrouver une forme de contrôle sur la poursuite de sa vie.

    Certaines catégories de migrants vivant soit en procédure pour faire reconnaître leurs droits, comme les demandeurs d’asile, soit en situation irrégulière, comme les « #sans-papiers », doivent souvent faire face à des situations psychologiquement compliquées.

    À cet égard, les sans-papiers sont presque totalement exclus, privés de leurs #droits_fondamentaux et criminalisés par la justice. Les demandeurs d’asile sont quant à eux souvent pris dans la #bureaucratie du système d’accueil durant des périodes déraisonnablement longues, vivant dans des conditions psychologiques difficiles et parfois dans un profond #isolement_social. Cela est bien exprimé par un jeune migrant kenyan que nous avions interviewé en 2018 dans une structure d’accueil belge :

    « Je suis arrivé quand ils ont ouvert le [centre d’accueil], et je suis toujours là ! Cela fait presque trois ans maintenant ! Ma première demande a été rejetée et maintenant, si c’est un “non”, je vais devoir quitter le territoire. […] Tous ces jours, les mois d’attente, pour quoi faire ? Pour rien avoir ? Pour devenir un sans-papiers ? Je vais devenir fou, je préfère me tuer. »

    Être dans l’#attente d’une décision sur son statut ou être dénié de droits plonge l’individu dans l’#insécurité et dans une situation où toute #projection est rendue compliquée, voire impossible.

    Nous avons souligné ailleurs que la lourdeur des procédures et le sentiment de #déshumanisation dans l’examen des demandes d’asile causent d’importantes #frustrations chez les migrants, et peuvent avoir un impact sur leur #bien-être et leur santé mentale.

    La migration est un moment de nombreuses #ruptures sociales et identitaires face auxquelles les individus vont (ré)agir et mobiliser les ressources disponibles dans leur environnement. Donner, alimenter et construire ces ressources autour et avec les migrants les plus vulnérables constitue dès lors un enjeu de #santé_publique.

    https://theconversation.com/la-sante-mentale-est-un-enjeu-crucial-des-migrations-contemporaines

    #santé_mentale #asile #migrations #réfugiés

    ping @_kg_ @isskein @karine4

  • Pochi rifugiati nei centri e il voto anti-immigrazione cala

    La presenza di centri di accoglienza piccoli e diffusi riduce il voto per i partiti anti-immigrazione. Mentre se i centri sono di grandi dimensioni i consensi verso queste formazioni aumentano. Lo mostrano i risultati di due studi per Italia e Francia.

    Accoglienza e voto anti-immigrazione

    È opinione diffusa che la crisi europea dei migranti, iniziata tra il 2014 e il 2015, sia stata uno dei principali fattori alla base del recente successo dei partiti anti-immigrazione in molti paesi europei. Ma davvero accogliere rifugiati e richiedenti asilo fa aumentare sempre e comunque il voto per quei partiti? La letteratura economica sul tema ha prodotto risultati contrastanti: alcuni studi hanno trovato una relazione positiva (https://academic.oup.com/restud/article/86/5/2035/5112970) tra l’arrivo dei rifugiati e il voto anti-immigrazione (https://www.mitpressjournals.org/doi/abs/10.1162/rest_a_00922?mobileUi=0), e altri una relazione negativa.

    Due nostri recenti studi con dati sui comuni italiani (https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=3277550) e francesi (https://immigrationlab.org/working-paper-series/dismantling-jungle-migrant-relocation-extreme-voting-france) suggeriscono che la risposta alla domanda è “dipende”. Un’accoglienza sviluppata attraverso centri piccoli e diffusi riduce il consenso per i partiti ostili all’arrivo dei migranti. Al contrario, centri di accoglienza eccessivamente grandi portano a un incremento del voto anti-immigrazione.

    In sostanza, se interpretiamo il voto anti-immigrazione come una misura del pregiudizio dei nativi verso i migranti, i nostri studi indicano che, per costruire un sistema di accoglienza che non generi diffidenza nella popolazione nativa, i governi dovrebbero cercare di ridistribuire i rifugiati e i richiedenti asilo in modo più omogeneo e attraverso l’apertura di piccoli centri di accoglienza.

    Cosa succede in Italia

    Il nostro primo studio si concentra sull’Italia. Negli anni della crisi dei rifugiati, il paese ha vissuto un aumento significativo nel numero di sbarchi e di richieste di asilo e allo stesso tempo un aumento del sostegno politico ai partiti anti-immigrazione, come per esempio la Lega guidata da Matteo Salvini.

    La nostra ricerca prende in esame l’apertura di centri di accoglienza per rifugiati e richiedenti asilo attraverso il Sistema di protezione per richiedenti asilo e rifugiati (Sprar, rinominato Siproimi a partire dalla fine del 2018), uno dei più importanti programmi di accoglienza in Italia (l’altro rilevante canale di accoglienza sono i “centri di accoglienza straordinaria”, Cas, oggi la tipologia più utilizzata).

    Nel programma Sprar, sono i comuni a gestire direttamente i centri di accoglienza, che mirano a integrare i rifugiati nella comunità locale, per esempio attraverso corsi di lingua e formazione professionale. Spesso poi i comuni impiegano i migranti in lavori di pubblica utilità. Quindi, i centri Sprar offrono la possibilità di una interazione e di un contatto diretto tra i rifugiati e la popolazione locale.

    Per tenere conto delle possibili differenze esistenti tra comuni che decidono di aprire un centro Sprar e comuni che non lo fanno – e così ottenere una stima causale dell’effetto dei centri accoglienza sul voto anti-immigrazione – utilizziamo la tecnica delle variabili strumentali (instrumental variables, IV). Abbiamo codificato come partiti anti-immigrazione Lega, Fratelli d’Italia, Casa Pound, La Destra, Forza Nuova, Fiamma Tricolore, Rifondazione Missina. Seguendo l’esempio di un altro studio sviluppato con dati sui comuni austriaci (https://www.mitpressjournals.org/doi/abs/10.1162/rest_a_00922?mobileUi=0), utilizziamo la presenza nel territorio comunale di edifici adatti a ospitare gruppi di persone e centri collettivi per predire l’apertura di un centro Sprar in un determinato comune. Infatti, come suggerito dalla figura 1, dai dati emerge una forte correlazione positiva tra la presenza di edifici di questo tipo e la presenza di uno Sprar a livello comunale.

    L’utilizzo di questa tecnica ci permette di interpretare i risultati della nostra analisi in termini causali.

    I nostri risultati mostrano come ospitare i rifugiati influisca negativamente sul voto per i partiti anti-immigrazione. Più nel dettaglio, i comuni che hanno aperto un centro Sprar tra le elezioni politiche del 2013 e quelle del 2018 hanno registrato un incremento nelle percentuali di voto per i partiti ostili ai migranti di circa 7 punti percentuali inferiore rispetto ai comuni che non ne hanno aperti. Allo stesso tempo, l’apertura dei centri Sprar ha portato benefici elettorali principalmente a partiti politici che si trovano più al centro dello spettro politico italiano, come il Partito democratico.

    Il ruolo della dimensione dei centri accoglienza

    Uno degli aspetti fondamentali del nostro studio è mostrare come la dimensione dei centri di accoglienza giochi un ruolo cruciale. Come si vede nella figura 2, l’effetto negativo sul voto anti-immigrazione è maggiore per centri Sprar con un basso numero di posti a disposizione per rifugiati e richiedenti asilo. In particolare, la nostra analisi indica che l’effetto negativo si verifica con centri di accoglienza che hanno in media meno di 28 posti ogni mille abitanti. Al contrario, nei comuni con centri Sprar con un numero di posti mediamente superiore a questa soglia si è registrato un incremento nel sostegno elettorale ai partiti anti-immigrazione.

    Cosa succede in Francia

    I risultati sono confermati anche dal nostro secondo studio, che analizza l’effetto sul voto al Front National di Marine Le Pen della ridistribuzione dei migranti, avvenuta in Francia dopo lo smantellamento dell’accampamento di rifugiati e migranti situato nelle vicinanze di Calais (la cosiddetta “Giungla”). Sfruttando il fatto che la ridistribuzione in diversi comuni francesi è avvenuta negli anni tra le due elezioni presidenziali del 2012 e del 2017, il nostro lavoro mostra come l’apertura di centri di accoglienza e orientamento (Centres d’accueil et d’orientation, Cao) di dimensioni contenute abbia avuto un impatto negativo sulla crescita dei voti ottenuti dal Front National. Coerentemente con quanto mostrato nella figura 2, l’effetto sul voto anti-immigrazione diventa positivo quando le dimensioni dei Cao oltrepassano in media la soglia di 32 migranti ospitati ogni mille abitanti.

    Centri di accoglienza piccoli potrebbero dunque aver incoraggiato il contatto diretto tra nativi e rifugiati, causando una riduzione del pregiudizio verso i migranti, in linea con la “#Contact_hypothesis” (https://en.wikipedia.org/wiki/Contact_hypothesis). Al contrario, i risultati relativi ai centri grandi sono coerenti con la “#Realistic_conflict theory” (https://en.wikipedia.org/wiki/Realistic_conflict_theory), che_suggerisce come i nativi possano percepire un gruppo grande di migranti come una minaccia per il loro predominio culturale e socio-economico.

    https://www.lavoce.info/archives/71137/pochi-rifugiati-nei-centri-e-il-voto-anti-immigrazione-cala

    #accueil_diffus #asile #migrations #réfugiés #centres #dimensions #consensus #sprar #italie #France #accueil #anti-migrants #vote #préjugés #menace #rencontre #extrême_droite

  • #Covid-19 : la chasse aux #super-propagateurs pour réussir le #déconfinement - Science & Vie
    https://www.science-et-vie.com/corps-et-sante/deconfinement-la-chasse-aux-super-propagateurs-du-covid-19-60268

    « Les pays occidentaux ont été obnubilés par le modèle de la grippe pandémique, alors que les démocraties asiatiques se sont appuyées dès le début de la #pandémie sur leur expérience du Sras, une analogie beaucoup plus pertinente », relève Antoine Flahault, directeur de l’institut de santé globale (université de Genève). Cette grande hétérogénéité de contagion du Covid-19 ne peut plus être ignorée. Tout comme il n’est plus possible de se fier aveuglément au fameux facteur R, ce taux moyen de reproduction du virus scruté par tous les décideurs, qui ne dit rien du rôle démesuré des super-infecteurs ; Même avec un R inférieur à 1, « un évènement de super-propagation peut à tout moment relancer brutalement la contagion », prévient Akira Endo, chercheur à l’école d’hygiène et médecine tropicale de Londres.

    [...]

    Aucun besoin de tousser, éternuer ou cracher pour infecter un grand nombre de personnes. Ni même de produire de gros postillons, qui retombent presque immédiatement au sol et ne franchissent pas plus de deux mètres de distance. L’étude détaillée de plusieurs #clusters montre que le « patient zéro » n’avait eu bien souvent aucun contact direct ou rapproché avec les nouveaux contaminés. « Tout indique que les #aérosols émis par les malades, lorsqu’ils respirent, parlent ou chantent, sont responsables de l’ensemble des superpropagations de Covid-19… », estime José-Luis Jimenez, biochimiste à l’université du Colorado.

    [...]

    « D’après nos calculs, une bonne #ventilation permettrait de diviser le taux d’infection par 5, contre un facteur 3 pour l’usage des #masques, lance Bruno Andreotti, physicien à l’université Paris-Diderot. Et pourtant, le gouvernement français a jusqu’ici très peu insisté sur ce point, contrairement à l’#Allemagne ». Ventilation mécanique poussée et systèmes d’épuration de l’air (filtres HEPA, UV…) pourraient avoir un grand impact. Mais, faute d’investissements et de directives claires, c’est la débrouille qui règne ; des scientifiques préconisent, par exemple, d’ouvrir les fenêtres des classes 3 minutes toutes les 30 minutes.

    [...]

    Et la situation redevenir vite incontrôlable, au vu des techniques de #traçage mises en place jusqu’à présent en Europe et aux Etats-Unis. Techniques qui consistent à retrouver les personnes ayant été en contact avec un malade… sachant que 70 % des gens ne contaminent personne, et que 10 ou 20 % en infectent un seul. « L’immense majorité des cas #contacts recherchés ne participe pas à la croissance exponentielle de l’#épidémie ! », cingle Antoine Flahault.

    Pour retrouver et étouffer les superpropagations, il faudrait entreprendre un « #traçage_inversé » visant à retrouver la personne – ou plus largement l’évènement- qui a contaminé notre malade quelques jours plus tôt. « Si une personne a réussi à me contaminer, la probabilité qu’elle ait contaminé d’autres personnes est élevée, continue le professeur de santé publique.

    [...]

    Une autre stratégie s’impose

    Cibler certains lieux stratégiques

    Miser sur un traçage inversé

    Former des bulles sociales

  • Largest COVID-19 contact tracing study to date finds children key to spread, evidence of superspreaders
    https://www.princeton.edu/news/2020/09/30/largest-covid-19-contact-tracing-study-date-finds-children-key-spread-evi

    A study of more than a half-million people in India who were exposed to the novel coronavirus SARS-CoV-2 suggests that the virus’ continued spread is driven by only a small percentage of those who become infected.

    Furthermore, children and young adults were found to be potentially much more important to transmitting the virus — especially within households — than previous studies have identified, according to a paper by researchers from the United States and India published Sept. 30 in the journal Science.

    Researchers from the Princeton Environmental Institute (PEI), Johns Hopkins University and the University of California, Berkeley, worked with public health officials in the southeast Indian states of Tamil Nadu and Andhra Pradesh to track the infection pathways and mortality rate of 575,071 individuals who were exposed to 84,965 confirmed cases of COVID-19, the disease caused by SARS-CoV-2. It is the largest contact tracing study — which is the process of identifying people who came into contact with an infected person — conducted in the world for any disease.

    Lead researcher Ramanan Laxminarayan, a senior research scholar in PEI, said that the paper is the first large study to capture the extraordinary extent to which SARS-CoV-2 hinges on “superspreading,” in which a small percentage of the infected population passes the virus on to more people. The researchers found that 71% of infected individuals did not infect any of their contacts, while a mere 8% of infected individuals accounted for 60% of new infections.

    “Our study presents the largest empirical demonstration of superspreading that we are aware of in any infectious disease,” Laxminarayan said. “Superspreading events are the rule rather than the exception when one is looking at the spread of COVID-19, both in India and likely in all affected places.”

    The findings provide extensive insight into the spread and deadliness of COVID-19 in countries such as India — which has experienced more than 96,000 deaths from the disease — that have a high incidence of resource-limited populations, the researchers reported. They found that coronavirus-related deaths in India occurred, on average, six days after hospitalization compared to an average of 13 days in the United States. Also, deaths from coronavirus in India have been concentrated among people aged 50-64, which is slightly younger than the 60-plus at-risk population in the United States.

    The researchers also reported, however, the first large-scale evidence that the implementation of a countrywide shutdown in India led to substantial reductions in coronavirus transmission.

    The researchers found that the chances of a person with coronavirus, regardless of their age, passing it on to a close contact ranged from 2.6% in the community to 9% in the household. The researchers found that children and young adults — who made up one-third of COVID cases — were especially key to transmitting the virus in the studied populations.

    “Kids are very efficient transmitters in this setting, which is something that hasn’t been firmly established in previous studies,” Laxminarayan said. “We found that reported cases and deaths have been more concentrated in younger cohorts than we expected based on observations in higher-income countries.”

    Children and young adults were much more likely to contract coronavirus from people their own age, the study found. Across all age groups, people had a greater chance of catching the coronavirus from someone their own age. The overall probability of catching coronavirus ranged from 4.7% for low-risk contacts up to 10.7% for high-risk contacts.

    #COVID-19 #contamination #contact_tracing #enquête_épidémiologique #superspreaders #Superspreading_events #enfants #jeunes

  • Les données de l’application de traçage australienne accidentellement collectées par une agence de renseignement
    https://www.bfmtv.com/tech/les-donnees-de-l-application-de-tracage-australienne-accidentellement-collect

    Un rapport rédigé au sujet de COVIDSafe, l’application de traçage numérique australienne, révèle une collecte indue des données de l’application. Sans preuve à ce jour d’une quelconque utilisation de ces informations. Une ou plusieurs des principales agences australiennes de renseignement et de sécurité ont collecté « accidentellement » des données liées à l’application de traçage numérique australienne COVIDSafe, au cours de ses six premiers mois de fonctionnement. L’application, à la manière de TousAntiCovid (...)

    #algorithme #Bluetooth #COVIDSafe_ #smartphone #contactTracing #consentement #données #santé (...)

    ##santé ##COVID-19

  • #Police attitude, 60 ans de #maintien_de_l'ordre - Documentaire

    Ce film part d´un moment historique : en 2018-2019, après des affrontements violents entre forces de l´ordre et manifestants, pour la première fois la conception du maintien de l´ordre a fait l´objet de très fortes critiques et d´interrogations insistantes : quelle conception du maintien de l´ordre entraîne des blessures aussi mutilante ? N´y a t-il pas d´autres manières de faire ? Est-ce digne d´un État démocratique ? Et comment font les autres ? Pour répondre à ces questions, nous sommes revenus en arrière, traversant la question du maintien de l´ordre en contexte de manifestation depuis les années 60. Pas seulement en France, mais aussi chez nos voisins allemands et britanniques, qui depuis les années 2000 ont sérieusement repensé leur doctrine du maintien de l´ordre. Pendant ce temps, dans notre pays les autorités politiques et les forces de l´ordre, partageant la même confiance dans l´excellence d´un maintien de l´ordre « à la française » et dans le bien-fondé de l´armement qui lui est lié, ne jugeaient pas nécessaire de repenser la doctrine. Pire, ce faisant c´est la prétendue « doctrine » elle-même qui se voyait de plus en plus contredite par la réalité d´un maintien de l´ordre musclé qui devenait la seule réponse française aux nouveaux contestataires - lesquels certes ne rechignent pas devant la violence, et c´est le défi nouveau qui se pose au maintien de l´ordre. Que nous apprend in fine cette traversée de l´Histoire ? Les approches alternatives du maintien de l´ordre préférées chez nos voisins anglo-saxons ne sont sans doute pas infaillibles, mais elles ont le mérite de dessiner un horizon du maintien de l´ordre centré sur un rapport pacifié aux citoyens quand nous continuons, nous, à privilégier l´ordre et la Loi, quitte à admettre une quantité non négligeable de #violence.

    https://www.dailymotion.com/video/x7xhmcw


    #France #violences_policières
    #film #film_documentaire #Stéphane_Roché #histoire #morts_de_Charonne #Charonne #répression #mai_68 #matraque #contact #blessures #fractures #armes #CRS #haie_d'honneur #sang #fonction_républicaine #Maurice_Grimaud #déontologie #équilibre #fermeté #affrontements #surenchère #désescalade_de_la_violence #retenue #force #ajustement_de_la_force #guerilla_urbaine #CNEFG #Saint-Astier #professionnalisation #contact_direct #doctrine #maintien_de_l'ordre_à_la_française #unités_spécialisées #gendarmes_mobiles #proportionnalité #maintien_à_distance #distance #Allemagne #Royaume-Uni #policing_by_consent #UK #Angleterre #Allemagne #police_militarisée #Irlande_du_Nord #Baton_rounds #armes #armes_à_feu #brigades_anti-émeutes #morts #décès #manifestations #contestation #voltigeurs_motoportés #rapidité #23_mars_1979 #escalade #usage_proportionné_de_la_force #Brokdorf #liberté_de_manifester #innovations_techniques #voltigeurs #soulèvement_de_la_jeunesse #Malik_Oussekine #acharnement #communication #premier_mai_révolutionnaire #Berlin #1er_mai_révolutionnaire #confrontation_violente #doctrine_de_la_désescalade #émeutes #G8 #Gênes #Good_practice_for_dialogue_and_communication (#godiac) #projet_Godiac #renseignement #état_d'urgence #BAC #brigades_anti-criminalité #2005 #émeutes_urbaines #régime_de_l'émeute #banlieue #LBD #flashball #lanceur_de_balles_à_distance #LBD_40 #neutralisation #mutilations #grenades #grenade_offensive #barrage_de_Sivens #Sivens #Rémi_Fraisse #grenade_lacrymogène_instantanée #cortège_de_tête #black_bloc #black_blocs #gilets_jaunes #insurrection #détachement_d'action_rapide (#DAR) #réactivité #mobilité #gestion_de_foule #glissement #Brigades_de_répression_des_actions_violentes_motorisées (#BRAV-M) #foule #contrôle_de_la_foule #respect_de_la_loi #hantise_de_l'insurrection #adaptation #doctrine #guerre_civile #défiance #démocratie #forces_de_l'ordre #crise_politique

  • Palantir is not our friend
    https://aboutintel.eu/palantir-eu-independence

    In recent years, controversial US big data analytics company Palantir has gained ground in European agencies and their data infrastructure. This reflects a larger naiveté within European politics towards foreign tech companies and an imbalance in EU-US relations. Not only should Palantir be kept out of our institutions and security fabric, it is high time for the EU to gain more strategic technological independence, so that it may defend and assert its status as the last bastion of privacy. (...)

    #contactTracing #CapGemini #Europol #anti-terrorisme #In-Q-Tel #Paypal #Palantir #BigData #lobbying #COVID-19 #santé (...)

    ##santé ##[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_[en]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_[nl]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_

  • Saudi Arabia ramps up surveillance at holiest sites
    https://www.codastory.com/authoritarian-tech/mecca-holy-sites-surveillance

    A new government app threatens Mecca’s undocumented residents Aziz Ali Naeem first came to Mecca in 1948 to perform Hajj, a pilgrimage that is compulsory for all able Muslims once in their lives. Within days of his arrival, he decided he was not going back home to Hyderabad in newly independent India. Although Naeem, who died in the early 1980s, wasn’t fluent in Arabic, he managed to find work at a small company that catered to pilgrims journeying by sea from South Asia. Three years later, (...)

    #algorithme #bracelet #smartphone #SmartCity #biométrie #contactTracing #géolocalisation #migration #technologisme #religion #COVID-19 #Islam #santé #surveillance (...)

    ##santé ##HumanRightsWatch

    • This is a Chrome based tool that intercepts all broadcasted, Covid-related random Bluetooth codes.

      Once the point that this project has sparked enough awareness about the current over-simplified narratives around contact tracing technology, it will be taken offline. In any case, from the 1st of januari 2021 the tool will no longer work.

      the complete T&C:

      This is an art project by Tijmen Schep. It was built to make a point: the system that Google and Apple have created is useful, but we should refrain from saying it’s 100% anonymous. It’s not.

      The goal is not to spread fear. Please keep using the contact tracing apps if you already are. I just wanted you to make an informed decision, and fight the simplistic narratives that this tech is 100% anonymous.

      Use of this tool in the Netherlands is not allowed! This is because of our temporary corona laws. I don’t know the specifics about other European countries. In any case, make sure you have someone’s permission before storing their codes.

      You are only allowed to use this tool for testing, and to inform yourself that this really is a valid risk to privacy. Don’t use it to actually surveil those around you. Someone’s health status is sensitive personal data, so collecting it without a valid legal ground (e.g. their permission) is illegal.

      By using this tool you absolve me, the artist, from any legal or other ramifications. Use it at your own risk.

      Once the point that this project has sparked enough awareness about the current over-simplified narratives around contact tracing technology, it will be taken offline. In any case, from the 1st of januari 2021 the tool will no longer work.

  • Covid-19 et notification de contact par SMS, l’assurance maladie utilisait… bit.ly
    https://www.nextinpact.com/lebrief/44452/covid-19-et-notification-contact-par-sms-assurance-maladie-utilisait-bit

    Sur Twitter, plusieurs personnes notifiées font état d’un SMS comprenant un lien raccourci exploitant le service américain, qui peut ainsi avoir connaissance des personnes ayant cliqué. Il renvoie vers un document PDF du site Ameli.fr. Un membre de l’équipe en charge de la sécurité au sein de l’assurance maladie répond que le problème a été identifié et remonté aux personnes en charge du projet, le raccourcisseur ayant été utilisé pour réduire la longueur du SMS. Un outil interne devrait bientôt être mis (...)

    #contactTracing #COVID-19 #santé

    ##santé

  • Legal backlash and user hacks compromise India’s Covid-19 app
    https://www.codastory.com/authoritarian-tech/india-covid19-app-backlash

    A high court has ruled that individuals do not have to download the contact tracing platform to access public services, while some who have just turn it off When India’s government launched its Covid-19 app in April, the stated aim was to inform people about the virus, help them to report symptoms and issue alerts about possible contact with infected individuals. Downloading the Aarogya Setu app was not a legal requirement, but without the latest version, people found themselves prevented (...)

    #AarogyaSetu_ #smartphone #contactTracing #consentement #COVID-19 #santé

    ##santé

  • Israel seeks to give police unrestricted access to COVID contact tracing data
    https://www.haaretz.com/amp/israel-news/.premium-israel-seeks-to-give-police-unrestricted-access-to-covid-contact-t

    Proposed legislation would allow information on patients’ movement and contacts, as collected by the Health Ministry and army, and possibly the Shin Bet security service, to be used for criminal investigations The cabinet wants to give the police unrestricted access to the information it collects from the contact tracing of coronavirus patients, for use in criminal investigations. This information may include details given to the Health Ministry as a result of tracking by the Shin Bet (...)

    #ShinBet #smartphone #contactTracing #géolocalisation #police #criminalité #données

    ##criminalité

  • « This Overlooked Variable Is the Key to the Pandemic — It’s not R. » by Zeynep Tufekci, 30.09.2020
    https://www.theatlantic.com/health/archive/2020/09/k-overlooked-variable-driving-pandemic/616548

    « In an overdispersed regime, identifying transmission events (someone infected someone else) is more important than identifying infected individuals.

    » […] If we can use retrospective contact tracing to find the person who infected our patient, and then trace the forward contacts of the infecting person, we are generally going to find a lot more cases compared with forward-tracing contacts of the infected patient, which will merely identify potential exposures, many of which will not happen anyway, because most transmission chains die out on their own. »

    » […] Indeed, as Kucharski and his co-authors show mathematically, overdispersion means that “forward tracing alone can, on average, identify at most the mean number of secondary infections (i.e. R)”; in contrast, “backward tracing increases this maximum number of traceable individuals by a factor of 2-3, as index cases are more likely to come from clusters than a case is to generate a cluster.” »

    » […] Even in an overdispersed pandemic, it’s not pointless to do forward tracing to be able to warn and test people, if there are extra resources and testing capacity. But it doesn’t make sense to do forward tracing while not devoting enough resources to backward tracing and finding clusters, which cause so much damage. »

    » […] Oshitani said he believes that “the chain of transmission cannot be sustained without a chain of clusters or a megacluster.” Japan thus carried out a cluster-busting approach, including undertaking aggressive backward tracing to uncover clusters. Japan also focused on ventilation, counseling its population to avoid places where the three C’s come together—crowds in closed spaces in close contact, especially if there’s talking or singing—bringing together the science of overdispersion with the recognition of airborne aerosol transmission, as well as presymptomatic and asymptomatic transmission. »

    #covid19 #contactTracing #graphs

  • Contact-tracing data harvested from pubs and restaurants being sold on
    https://www.thetimes.co.uk/article/contact-tracing-data-harvested-from-pubs-and-restaurants-being-sold-on-s

    Companies collecting data for pubs and restaurants to help them fulfil their contact-tracing duties are harvesting confidential customer information to sell. Legal experts have warned of a “privacy crisis” caused by a rise in companies exploiting QR barcodes to take names, addresses, telephone numbers and email details, before passing them on to marketers, credit companies and insurance brokers. The “quick response” mobile codes have been widely adopted by the hospitality, leisure and beauty (...)

    #NHS #QRcode #contactTracing #données #COVID-19 #DataBrokers #santé #scam #publicité

    ##santé ##publicité
    https://www.thetimes.co.uk/imageserver/image/%2Fmethode%2Fsundaytimes%2Fprod%2Fweb%2Fbin%2Fc6c91d82-0ba5-11eb-ba08-77