• Amazonie détruite, violences contre les minorités : le bilan calamiteux de deux ans de Bolsonaro au Brésil - Basta !
    https://www.bastamag.net/Bresil-Bolsonaro-barometre-situation-droits-humains-amazonie-populations-a

    L’expansion de l’#agrobusiness se traduit aussi par l’intensification des #pollutions. « L’importation et l’utilisation de produits #phytosanitaires est en constante augmentation, faisant du #Brésil le premier pays consommateur de #pesticides par hectare au monde, note le baromètre. 674 nouveaux pesticides ont été approuvés sous le gouvernement #Bolsonaro, un record. Approuvés sans débat ni consultation, 88 % de ces nouveaux produits sont pourtant considérés comme dangereux pour l’environnement (...), entraînant un appauvrissement des #sols, une #contamination des cours d’eau, la disparition de la #biodiversité et des risques pour la santé des populations (empoisonnements, développement de maladies et malformations, etc.). »

  • Covid-19 en France : plusieurs cas du variant britannique détectés dans le Maine-et-Loire
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/01/12/covid-19-en-france-plusieurs-cas-du-variant-britannique-detectes-dans-la-reg

    Des cas du variant britannique dans le Maine-et-Loire. Plusieurs cas du variant britannique ont été repérés dans la région de Cholet (Maine-et-Loire), a annoncé lundi soir l’agence régionale de santé (ARS) des Pays de la Loire.« Une famille résidant en Angleterre est venue passer des vacances en famille pour les fêtes de Noël dans la région de Cholet. Plusieurs membres de la famille ont été testés positifs au Covid-19 », a précisé l’ARS dans un communiqué de presse. Des analyses complémentaires ont été envoyées au Centre national de référence, dont les résultats confirment, « pour trois membres de la famille, la présence du nouveau variant anglais », selon la même source.« La famille, compte tenu des symptômes précoces, s’est isolée à domicile et n’a participé à aucun rassemblement », mais, malgré ces précautions, « les grands-parents, chez qui la famille a été hébergée, ont été contaminés », explique l’ARS. L’un des grands-parents a même « dû être hospitalisé au centre hospitalier de Cholet, dans une chambre seule au sein d’une unité spécialement dédiée à l’accueil des patients atteints ou suspects du Covid-19 », ajoute l’Agence

    #Covid-19#migrant#migration#sante#france#grandebretagne#mutationvirus#test#frontiere#contamination

  • School closures cut Covid-19 infections, says study

    The closure of Swiss schools in the spring of 2020 was one of the most effective measures to reduce travel and so the transmission of Covid-19, says a new study.

    Researchers at the Federal Institute of Technology ETH Zurich found that the closure of schools reduced mobility by around a fifth, report Sunday newspapers Le Matin Dimanche and Sonntagszeitung.

    “The closure of the schools reduced mobility by 21.6%,” ETH professor of computer science and management Stefan Feuerriegel, who led the study, told French news agency AFP.

    The Swiss research team analysed 1.5 billion movements between February 10 and April 26, 2020, using data from Swiss mobile operators to assess the impact of measures against Covid-19 on mobility. All changes in postcode areas were taken into account.

    According to the study, the ban on gatherings of more than five people reduced mobility by 24.9%, while the closure of bars, restaurants and other non-essential shops brought a drop of 22.3%, while school closures came just behind.

    “If the schools are closed, we can hope for a big change in behaviour,” says Feuerriegel. “Not only do children stay at home, but sometimes it also means a change for the parents.”

    Le Matin Dimanche says the study is likely to rekindle controversy over whether schools should be closed to combat the spread of Covid-19. While governments in Switzerland and elsewhere closed schools during the first wave of the pandemic, they have since sought to keep them open if possible.

    Studies have suggested that school closures are harmful to the education particularly of younger children and increase inequalities between them. And while children are unlikely to develop serious forms of Covid-19, their role in spreading it remains unclear.

    https://www.swissinfo.ch/eng/school-closures-cut-covid-19-infections--says-study/46275244
    #écoles #école #contamination #fermeture #covid-19 #coronavirus #pandémie #enfants #ETHZ

    ping @simplicissimus

    • Schweizer Studie: Schulschließungen zählen zu effektivsten Maßnahmen

      Eine Studie der ETH Zürich zeigt, dass Schulschließungen wirken. Noch mehr Effekt haben allerdings Kontaktreduzierungen und Beschränkungen in der Gastronomie.

      Im Kampf gegen die Corona-Pandemie haben sich in der Schweiz Schulschließungen als eine der effektivsten Maßnahmen erwiesen. Das geht aus einer Studie hervor, die am Sonntag von der ETH Zürich veröffentlicht wurde. Demnach wurde die Mobilität um 21,6 Prozent reduziert, als die Schweizer Behörden im März 2020 die Schließung der Schulen anordneten.

      Schulschließungen verminderten die Mobilität und führten damit zu einer Verringerung der Covid-19-Erkrankungen, meinte der ETH-Forscher Stefan Feuerriegel. Für die Studie wurden mit Hilfe von Telekommunikationsdaten 1,5 Milliarden Bewegungen ausgewertet. Die Schulen waren im Frühjahr wegen der Pandemie rund zwei Monate geschlossen.

      Aus der ETH-Studie ergibt sich, dass zwei Faktoren die Mobilität noch stärker verringerten als Schulschließungen. Auf dem Spitzenplatz rangiert mit 24,9 Prozent das Verbot von Treffen mit mehr als fünf Menschen, knapp dahinter liegt mit 22,3 Prozent die Schließung von Restaurants, Bars und Geschäften, die für den täglichen Lebensunterhalt nicht notwendig sind.
      Weltweite Debatte über Schulschließungen

      Über Schulschließungen als Mittel zur Eindämmung der Covid-19-Pandemie wird weltweit heftig gestritten. Die Gefahr, dass Kinder eine Erkrankung mit dem Covid-Erreger erleiden, ist vergleichsweise gering, aber es ist nicht klar, in welchem Maße sie Covid-Viren übertragen. Zu dieser Frage nahmen die ETH-Autoren nicht Stellung. Sie zeigten jedoch auf, dass Schulschließungen dazu beitragen, das Risiko eine Übertragung des Virus deutlich zu verringern. „Unsere Analyse belegt, dass Schulschließungen ein Mittel sind, die Verbreitung zu verlangsamen, indem sie die Mobilität verringern“, sagte Feuerriegel.

      https://www.diepresse.com/5920862/schweizer-studie-schulschliessungen-zahlen-zu-effektivsten-massnahmen

    • Et voilà l’étude, enfin trouvée...
      Monitoring the COVID-19 epidemic with nationwide telecommunication data

      n response to the novel coronavirus disease (COVID-19), governments have introduced severepolicy measures with substantial effects on human behavior. Here, we perform a large-scale,spatio-temporal analysis of human mobility during the COVID-19 epidemic. We derive hu-man mobility from anonymized, aggregated telecommunication data in a nationwide setting(Switzerland; February 10–April 26, 2020), consisting of∼1.5 billion trips. In comparison tothe same time period from 2019, human movement in Switzerland dropped by 49.1 %. Thestrongest reduction is linked to bans on gatherings of more than 5 people, which is estimated tohave decreased mobility by 24.9 %, followed by venue closures (stores, restaurants, and bars)and school closures. As such, human mobility at a given day predicts reported cases 7–13 daysahead. A 1 % reduction in human mobility predicts a 0.88–1.11 % reduction in daily reportedCOVID-19 cases. When managing epidemics, monitoring human mobility via telecommuni-cation data can support public decision-makers in two ways. First, it helps in assessing policyimpact; second, it provides a scalable tool for near real-time epidemic surveillance, therebyenabling evidence-based policies.

      https://arxiv.org/pdf/2101.02521.pdf

    • Les écoles à la source de contaminations : « Nous devons repenser le rôle des enfants dans la transmission » dit Vandenbroucke

      Les écoles peuvent également devenir des sources de contamination, a averti dimanche le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, sur le plateau de l’émission « De Zevende Dag » (VRT). Un nombre croissant de cas y sont constatés.

      « Nous devons bien réfléchir à la façon dont nous appréhendons les contaminations chez les enfants car, à un certain moment de l’épidémie, la vie à l’école peut elle-même devenir une source de contamination », a-t-il expliqué.

      Les annonces de nouvelles contaminations ne doivent pas décourager la population, demande-t-il. « Ce que nous voyons, c’est une épidémie qui progresse sous la surface en plus de l’épidémie. On voit la croissance de variants, comme le variant sud-africain, face auxquels on ne sait pas avec certitude si les vaccins sont bien efficaces. Mais nous savons ce que nous devons faire : tester, tester, tester, isoler, et vacciner, vacciner, vacciner ».

      « D’une part, grâce à la campagne de vaccination, nous pouvons entrevoir la fin mais, de l’autre côté, avec les mutations, nous voyons resurgir le danger. Nous devons être rapidement sur la balle et continuer à appliquer les mesures : masques, lavage des mains, limitation des contacts et être très, très prudent », a-t-il ajouté.

      Un important foyer a été détecté à Bekkevoort, en Brabant flamand, au départ d’une école primaire. 45 infections y ont été comptabilisées, soit un élève et un enseignant sur trois, explique le bourgmestre Benny Reviers à la VRT, et 52 au total dans la commune. Les contaminations auraient aussi d’autres écoles de l’entité, suite aux contacts que les enfants ont entre eux. C’est pourquoi Bekkevoort a décidé de fermer les trois écoles primaires de la commune et de mettre tous les élèves, enseignants et parents à la maison pendant au moins trois jours.

      Le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever, a évoqué deux foyers de contamination dans sa ville : l’un dans le quartier juif, l’autre dans deux écoles. Les mesures à prendre dans ces établissements scolaires sont actuellement en discussion.

      A Etterbeek (région de Bruxelles-Capitale), le Collège Saint-Michel, qui accueille plus de 1000 personnes, a décidé ce dimanche la suspension de tous les cours en présentiel de la première à la sixième secondaire, après la découverte d’au moins 4 contaminations au variant parmi les professeurs.

      https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_les-ecoles-a-la-source-de-contaminations-nous-devons-repenser-le-role-de

  • Comment le ministre Blanquer peut-il encore mentir sur la situation sanitaire dans les écoles ? | L’instit’humeurs | Francetv info
    https://blog.francetvinfo.fr/l-instit-humeurs/2021/01/10/comment-le-ministre-blanquer-peut-il-encore-mentir-sur-la-situatio

    C’est peu dire qu’on est nombreux à avoir été surpris, voire stupéfaits, par les chiffres donnés par le ministre : ce sont les mêmes que ceux annoncés en novembre et que plusieurs médias, notamment Libération et Le Monde, avaient « débunkés » afin de rétablir la vérité : les chiffres officiels du ministère étaient jusqu’à 20 fois inférieurs à celui de Santé Publique France dans certaines Académies ! Pire, quand les chiffres de l’EN ne montraient aucune évolution, ceux de SPF indiquaient clairement une nette augmentation à partir de la Toussaint (pour exemple, quand la région Auvergne Rhône Alpes a décidé de tester massivement dans les lycées, le taux de positivité est monté à 5%, 16 fois plus que le taux du ministre…). Le site AEF avait publié cette infographie montrant à quel point les données du ministère étaient éloignés de la réalité.


  • #SARS-CoV-2 #Transmission From People Without COVID-19 Symptoms | Infectious Diseases | JAMA Network Open | JAMA Network
    https://jamanetwork.com/journals/jamanetworkopen/fullarticle/2774707

    Results 
    The baseline assumptions for the model were that peak infectiousness occurred at the median of symptom onset and that 30% of individuals with infection never develop symptoms and are 75% as infectious as those who do develop symptoms. Combined, these baseline assumptions imply that persons with infection who never develop symptoms may account for approximately 24% of all transmission. In this base case, 59% of all transmission came from asymptomatic transmission, comprising 35% from presymptomatic individuals and 24% from individuals who never develop symptoms. Under a broad range of values for each of these assumptions, at least 50% of new SARS-CoV-2 infections was estimated to have originated from exposure to individuals with infection but without symptoms.

    Conclusions and Relevance
    In this decision analytical model of multiple scenarios of proportions of asymptomatic individuals with COVID-19 and infectious periods, transmission from asymptomatic individuals was estimated to account for more than half of all transmissions. In addition to identification and isolation of persons with symptomatic COVID-19, effective control of spread will require reducing the risk of transmission from people with infection who do not have symptoms. These findings suggest that measures such as wearing masks, hand hygiene, social distancing, and strategic testing of people who are not ill will be foundational to slowing the spread of COVID-19 until safe and effective vaccines are available and widely used.

    #asymptomatique

    • On savait que c’était majoritaire, ils se risquent à des estimations chiffrées. Ce qui peut aider à mieux faire piger ce point central à ces sceptiques qui croient ne croire que ce qu’ils voient (et regardent pas mal de vidéos déglinguantes comme on peut en trouver ici même ) : une majorité des contaminations est le fait de « porteurs sains » (au moins au moment où elles ont lieu), et avec lui l’autre aspect central : c’est le plus indiscernable, l’aérosolisation qui cause la majorité des contaminations. J’ai étoilé car je compte utiliser l’article de cette façon... (rien de glorieux, le côté pédago avec de la répétition - limite bourrage de crânes- des analogies, par exemple le VIH, et ce qu’il faut de variation pour par sombrer dans le désintérêt)

      Si il s’agit d’une lutte commune, encore faut-il que les (des) notions et contraintes de base soient connues. La compétence politique des n’importe qui en dépend. Nous en sommes loin.

      #contamination #porteurs_sains

  • Coronavirus: Chinese student found to have new variant on return from Britain | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/coronavirus/greater-china/article/3116238/coronavirus-chinese-student-found-have-new-variant-return

    A Chinese student was identified as having contracted the new strain of the coronavirus after returning home from Britain. Photo: Xinhua A Chinese student was identified as having contracted the new strain of the coronavirus after returning home from Britain.The 18-year-old male, who returned home to Guangzhou, the capital of south China’s Guangdong province, on December 4, is the second Chinese to contract the B.1.1.7 variant after studying in Britain, Guangzhou Daily reported on Sunday.
    The discovery was made after the provincial disease control and prevention centre ran gene-sequencing tests on all throat swab samples it had collected since September, the report said.

    #Covid-19#migrant#migration#chine#grandebretagne#sante#virusmutant#etudiant#retour#contamination#test

  • Coronavirus live: Vietnam reports first case of new Covid variant; Irish health officials warn virus is ’absolutely rampant’ - latest updates | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/live/2021/jan/02/coronavirus-live-vietnam-reports-first-case-of-new-covid-variant-latest
    https://i.guim.co.uk/img/media/915f5f9988ca05661de92f91151e43c3cb42bcee/0_47_3600_2159/master/3600.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Vietnam reports first case of new Covid variant spreading around Britain
    Vietnam has detected its first imported case of the new Covid-19 variant that is spreading rapidly around Britain, the health ministry said on Saturday. The variant was identified in a 44-year-old woman returning to Vietnam from Britain, who was quarantined upon arrival and tested positive for the virus on 24 December. “Researchers ran gene-sequencing on the patient’s sample and found the strain is a variant known as “VOC 202012/01”, the ministry said in a statement. Vietnam, which has recorded 35 Covid linked deaths, is still operating repatriation flights to bring its citizens stuck in the UK home amid the pandemic.

    #Covid-19#migrant#migration#vietnam#grandebretagne#sante#virusmutant#circulation#pandemie#contamination

  • 32 More Countries Have Found the New Covid-19 Variant First Seen in Britain - The New York Times
    https://www.nytimes.com/live/2021/01/01/world/covid-19-coronavirus-updates

    Turkey slammed its doors to travelers from Britain on Friday, saying that it had found 15 infections with the new, more transmissible variant of the virus that first emerged in England. All were among recent arrivals from the United Kingdom. Turkey’s health minister, Fahrettin Koca, issued a statement saying that the 15 people infected with the variant were in isolation and that their contacts were being traced and placed under quarantine. In countrywide checks, the statement said, the virus had not been detected in anyone other than travelers who arrived from Britain.
    The finding brings the number of countries that have detected the variant to at least 33 since Britain announced finding it on Dec. 8, and the number of countries barring travelers arriving from Britain to more than 40. Some countries are also imposing restrictions on travelers, including U.S. citizens, who in recent weeks visited the countries where the variant has been detected.The Philippines expanded restrictions on travelers from Britain and 18 other countries, adding the United States after a third state, Florida, reported an infection involving the variant. Many countries have already restricted travel from the United States because of its staggering number of infections — the most in the world. California and Colorado have also found cases involving the variant. None of those infected in the United States had traveled recently, so the new strain is clearly circulating, though at unknown levels

    #Covid-19#migrant#migration#grandebretagne#turquie#philippines#etatsunis#virusmutant#sante#circulation#contamination

  • Covid-19 dans le monde : le variant britannique du SARS-CoV-2 a été repéré en Turquie et en Floride
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/01/02/covid-19-dans-le-monde-le-variant-britannique-du-sars-cov-2-a-ete-repere-en-

    De nombreux pays craignent un nouvel embrasement passé le réveillon du Nouvel An. L’inquiétude est d’autant plus grande que le variant du SARS-CoV-2 observé au Royaume-Uni, considéré comme plus contagieux, continue de se propager sur la planète. Ce variant a été repéré en Turquie, a annoncé vendredi le ministre de la santé turc, Fahrettin Koca, chez quinze personnes ayant récemment voyagé au Royaume-Uni. Les vols en provenance du Royaume-Uni ont été suspendus jusqu’à nouvel ordre

    #Covid-19#migration#migrant#turquie#grandebretagne#sante#virusmutant#contamination#propagation#circulation

  • #Italie : la #justice retient le « #risque_Covid » pour offrir une #protection_humanitaire

    Le tribunal de Milan a estimé que les #risques_sanitaires liés à l’#épidémie de Covid auxquels est exposé un migrant dans son pays d’origine peuvent constituer un motif valable pour lui accorder une protection humanitaire.

    Dans une série d’#ordonnances rendues la semaine dernière, le #tribunal de Milan a stipulé que le risque de #contamination au Covid-19 peut permettre à un migrant de bénéficier d’une protection humanitaire. Une décision qui ne concerne que des migrants ne remplissant pas les conditions d’octroi du droit d’asile ou d’autres types de statuts.

    Le quotidien italien « Corriere della Serra » s’est fait écho, dimanche 27 décembre, de cette décision juridique dont l’application n’a rien d’automatique. Elle ne peut être prise qu’au cas par cas, après un examen visant à déterminer si le Covid-19 représente un facteur de risques supplémentaires dans le pays d’origine, en raison notamment de la fragilité du système de soin ou du manque de ressources alimentaires. En fonction du pays d’origine du demandeur, la justice doit donc évaluer les conséquences sociales et économiques de la pandémie.

    Le journal précise que ces ordonnances résultent de l’examen d’appels déposés contre la loi Salvini de 2018 – qui a été modifiée depuis – par des migrants provenant d’Afrique ou d’Asie qui se sont vus refuser l’asile. Prenant en considération l’épidémie actuelle, les juges ont estimé que ces migrants devaient tout de même pouvoir bénéficier d’une protection humanitaire au vu des difficultés provoquées dans leurs pays d’origine dépourvus, par exemple, d’équipements de réanimation.

    Selon le ministère italien de l’Intérieur, 34 001 migrants sont arrivés en Italie entre le 1er janvier 2020 et le 24 décembre 2020, soit pratiquement le triple du total d’arrivées enregistrées en 2019 (11 439 personnes). Les principaux pays d’origine des migrants sont la Tunisie (12 847), le Bangladesh (4 132), la Cote d’Ivoire (1 950), l’Algérie (1 458) et le Pakistan (1 358).

    #asile #migrations #réfugiés #coronavirus #covid-19 #protection

    ping @isskein
    via @karine4

  • US to require negative Covid test from UK travellers | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2020/dec/25/us-to-require-negative-covid-test-from-uk-travellers-amid-new-variant-f
    https://i.guim.co.uk/img/media/ef054a2f57f91289a806e8b305afb7725840496c/0_53_3500_2100/master/3500.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    The US government will require all airline passengers arriving from the United Kingdom to test negative for Covid-19 72 hours or less before their departure from Monday, amid concerns about a new coronavirus variant that may be more transmissible. The Centers for Disease Control and Prevention (CDC) said in a statement that all airline passengers arriving from the UK must test negative in order to fly to the US. The decision was a U-turn after the Trump administration told US airlines on Tuesday it was not planning to require any testing for arriving UK passengers.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#angleterre#sante#test#contamination#voyageur#mutation

  • Spain and Sweden report cases of UK Covid variant | Coronavirus | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2020/dec/26/spain-and-sweden-report-cases-of-uk-covid-variant
    https://i.guim.co.uk/img/media/ec9b0145414e72def9ca1687e789cc5dc9b5c8c8/0_346_5184_3110/master/5184.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Spain and Sweden have joined the growing list of countries to have reported cases of the more contagious coronavirus variant first identified in Britain.Four cases of the variant have been confirmed in Madrid. All involve people who recently arrived from the UK, the Madrid regional government’s deputy health chief, Antonio Zapatero, told a news conference on Saturday.
    “The patients are not seriously ill, we know that this strain is more transmissible but it does not cause more serious illness,” he said. “There is no need for alarm.”A further three suspected cases of the new variant have been tested, but the results will only be available on Tuesday or Wednesday, Zapatero said.Madrid has banned all entries from the UK since Tuesday except for Spanish nationals and residents.Swedish authorities detected the new strain after a traveller from Britain fell ill on arrival and tested positive, Sweden’s health agency said on Saturday.Sara Byfors, a health agency official, told a news conference that the traveller, who was not identified, had kept isolated after arrival in Sweden and that no further positive cases had yet been detected.Sweden imposed travel restrictions earlier this month on passengers from Britain amid concerns over the variant.Similar measures have been taken by several other countries in the EU and around the world. On Saturday the Philippines extended a ban on flights from the UK by two weeks until mid-January in an effort to prevent the spread of the new variant.The Philippine president, Rodrigo Duterte, also ordered a 14-day quarantine for passengers who come from or travel through the UK or from countries where the more infectious Covid-19 variant has been detected, including Hong Kong, Singapore, Australia and Japan.On Friday, authorities in France and Lebanon also confirmed cases of the new variant.

    #Covid-19#migrant#migration#angleterre#france#suede#espagne#sante#mutation#test#contamination

  • UK ferry passengers disembark in Calais after France eases travel ban | Coronavirus | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2020/dec/23/uk-ferry-passengers-disembark-in-calais-after-france-eases-travel-ban
    https://i.guim.co.uk/img/media/ce7620e3804b518e0dbca1c0f9bb845b6b358dfe/0_284_4448_2670/master/4448.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    The BBC reported that soldiers had joined NHS Test and Trace staff in Kent to carry out rapid tests on stranded lorry drivers. Only those with a negative test are allowed to travel under the new rules.The resumption of travel services to France came as the key transit country of Singapore barred UK arrivals, including if they were in transit, from Wednesday night, following a similar move by Hong Kong. Singapore’s ministry of health said passengers who had been in the UK in the last 14 days would not be allowed entry from 11.59pm until further notice, a move that will affect travellers using it as a stopping off point on the way to countries such as Australia.
    Returning citizens and permanent residents would need to take a Covid test, it said.With regard to the resumption of UK-French travel, the British Department for Transport said on Tuesday night that rail, air and sea services would resume from Wednesday, with all people required to show proof of a negative Covid test taken within the previous 72 hours. The UK transport Secretary Grant Shapps said the deal “will see the French border reopen to those travelling for urgent reasons, provided they have a certified negative Covid test”. However, he urged lorry drivers not to head towards Channel ports hoping to be able to board ferries or trains. The French transport minister Jean-Baptiste Djebarri also confirmed that air travel, ferries and Eurostar trains would “resume service as of tomorrow morning”.
    “French nationals, people living in France and those with a legitimate reason will have to be carrying a negative test,” he said.Thousands of lorries have been stranded in southern England, unable to make the crossing to France. As night fell on Tuesday, drivers of some 800 trucks parked at a nearby disused airport sounded their horns for more than half an hour in protest.
    The measures imposed on hauliers have caused concern over shortages of some fresh food products over a Christmas period already marred by strict coronavirus restrictions.The ban on freight and passengers was imposed by Paris on Sunday evening in an attempt to contain a newly discovered Covid-19 variant thought to have a growth rate up to 70% higher than previous types. France and more than 40 other countries had closed their borders to travellers from the UK since.On Tuesday scientists said thousands of cases of the more infectious variant had been detected across the UK, who said it had clearly spread beyond areas under the most severe tier 4 restrictions.Reports suggested ministers would meet on Wednesday to decide whether more parts of the country would be put under the toughest restrictions amid fears over the spread of a new mutant strain of coronavirus.

    #Covid-19#migrant#migration#france#angleterre#sante#test#contamination#frontiere#UE#australie#singapour

  • France Reopens Border to Truckers, With Proof of Covid Tests - The New York Times
    https://www.nytimes.com/live/2020/12/22/business/us-economy-coronavirus

    France will reopen its border with Britain, allowing truck drivers and their freight to cross the English Channel on Wednesday for the first time since Sunday night. But the deal announced late Tuesday won’t immediately alleviate the lines of trucks parked in the southeast of England and delays to the transport of perishable food on board.All drivers will have to take a rapid coronavirus test and show evidence of a negative result before traveling into France, according to the announcement by the British Department for Transport of an agreement between the British and French governments. The British army will reportedly be used to oversee the thousands of tests that will be needed in the massive logistical effort. Testing the drivers currently waiting near the ports could take several days to complete, and Britain’s transport minister on Tuesday told drivers waiting elsewhere in the country to delay travel to the border. On Sunday night, France closed its border for 48 hours to all travelers, including truck drivers, in response to a new strain of the coronavirus that has been spreading rapidly in England. The decision left more than 2,800 trucks stranded near the Port of Dover and the Eurotunnel in Folkestone, which were shut to outbound traffic.

    #Covid-19#migrant#migration#france#angleterre#sante#test#contamination#frontiere#UE#circulation

  • Chilean Base Reports Antarctica’s First Coronavirus Cases - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/12/22/world/coronavirus-antarctica-chile.html

    Antarctica is no longer the last continent free from the coronavirus after 36 people stationed at a Chilean research base tested positive, local media reported.The virus was detected in 26 members of the Chilean military and 10 maintenance workers stationed at the Base General Bernardo O’Higgins Riquelme in the Antarctic Peninsula, the authorities said in a statement to 24 Horas, adding that they were tested after reports that some had developed symptoms.They were among a group of 60 people who were evacuated from the base to the Chilean city of Punta Arenas over the weekend and have since been isolated, the program reported, and contact tracing was underway. Three cases have also been found in crew members of a Chilean Navy ship returning from the continent, La Prensa Austral reported.The Chilean army and the Chilean Antarctic Institute did not immediately respond to requests for comment.The U.S. National Science Foundation said it was aware of reports of virus cases among passengers who would have disembarked in the ports of Punta Arenas and Talcahuano from the Chilean Navy vessel Sargento Aldea, which had been traveling near the O’Higgins station.

    #Covid-19#migration#migrant#antartique#chili#sante#armee#contamination#scientifique#test

  • Migrant cluster breaks Thai Covid winning streak - Asia Times
    https://asiatimes.com/2020/12/migrant-cluster-breaks-thai-covid-winning-streak

    Is the recent revelation of the largest daily number of Covid-19 infections in Thailand a full-blown outbreak, or a chance discovery of a malady that has been there for quite some time? That is the key question after more than 700 people living and working around a shrimp market in Mahachai in Samut Sakhon, a province southwest of the capital Bangkok, were found over the weekend to be Covid-19 positive.Either way, migrant workers, most of them from Myanmar, are at the center of the ruckus with cases being discovered even in Bangkok, from where people travel to Mahachai to buy shrimps and other seafood. That will only make their already precarious and marginalized situation in Thailand even more treacherous. Contrary to what some Thai newspapers have reported, this is not likely something they brought with them from Myanmar, where authorities have struggled to contain a spreading outbreak. There are rising concerns that Thai authorities may lurch to impose a new national lockdown, including over Bangkok, if numbers continue to climb in the days ahead.Thailand’s land borders with all its neighbors have been closed since March and the migrant workers in Mahachai went there long before any Covid-19 cases were discovered first in Wuhan, China and then in the rest of the region and the wider world.Since the first cases were discovered in Samut Sakhon in mid-December, Thailand’s highly efficient health authorities have carried out massive testing in the affected area and placed it under at least a partial lockdown.Since nearly all of those who have tested positive for the virus are asymptomatic or have very mild signs of the disease, it would have been hard to discover it earlier. Thai medical officials collect a nose swab sample to test for the Covid-19 at a seafood market in Samut Sakhon after some cases of local infections were detected and linked to a vendor at the market,
    But the discovery of cases fits a pattern that has also been seen in many European capitals: migrants, newly arrived refugees and otherwise dispossessed people who live closely-packed together in ghetto-like conditions are among those hardest-hit by the pandemic. In those communities, where health services are likewise inadequate, it doesn’t take more than the arrival of a few infected people for any disease to spread like wildfire and then be out of control. While many Thais have gone to work in Europe, Taiwan, Israel, South Korea and other foreign countries, even larger numbers of workers from Thailand’s impoverished neighbors have come to the kingdom to look for jobs.

    #Covid-19#migrant#migration#thailande#taiwan#israel#coreedusud#contamination#test

  • Covid cases recorded in Antarctica for first time – reports | Antarctica | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2020/dec/22/covid-cases-recorded-in-antarctica-for-first-time
    https://i.guim.co.uk/img/media/540a045d3deaf573826a0cc80c11d75f706c7d8a/82_0_2301_1382/master/2301.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Antarctica, once the only continent not to be affected by the coronavirus pandemic, has reportedly recorded its first cases. The 36 new infections are among people stationed at a Chilean research base and include 26 members of the Chilean army and 10 maintenance workers.Spanish-language media reported the outbreak at the General Bernardo O’Higgins Riquelme research base on Monday.In a statement, the Chilean army said: “Thanks to the timely preventive action … it was possible to relieve said personnel, who, after being subjected to a medical control and the administration of a PCR test ... turned out to be positive for Covid-19,” according to Newsweek. It reported that three crew members on a ship providing support to the base have also tested positive since returning from their mission to Antarctica.The 36 individuals who tested positive have since been evacuated to the city of Punta Arenas in Chile, where they are reported to be under isolation and in good condition.General Bernardo O’Higgins Riquelme is one of 13 Chilean bases on the island, the ABC reports.Trying to keep the virus at bay in Antarctica has come at a cost. All major research projects in the Antarctic have been halted. As a result, research by scientists around the world has been interrupted. While the continent has no permanent residents, it 1,000 researchers and other visitors stayed on the island over winter, according to the Associated Press.
    In March, as the world locked down in response to Covid’s rapid spread, the Antarctic programs agreed the pandemic could become a major disaster. With the world’s strongest winds and coldest temperatures, the continent roughly the size of the United States and Mexico is already dangerous for workers at its 40 year-round bases. According to a document by the Council of Managers of National Antarctic Programs seen by the Associated Press: “A highly infectious novel virus with significant mortality and morbidity in the extreme and austere environment of Antarctica with limited sophistication of medical care and public health responses is high risk with potential catastrophic consequences.”

    #Covid-19#migrant#migration#antartique#chili#sante#armee#contamination#test

  • The Virus Trains : How Lockdown Chaos Spread Covid-19 Across India - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/12/15/world/asia/india-coronavirus-shramik-specials.html

    India has now reported more coronavirus cases than any country besides the United States. And it has become clear that the special trains operated by the government to ease suffering — and to counteract a disastrous lack of lockdown planning — instead played a significant role in spreading the coronavirus into almost every corner of the country.The trains became contagion zones: Every passenger was supposed to be screened for Covid-19 before boarding but few if any were tested. Social distancing, if promised, was nonexistent, as men pressed into passenger cars for journeys that could last days. Then the trains disgorged passengers into distant villages, in regions that before had few if any coronavirus cases.
    One of those places was Ganjam, a lush, rural district on the Bay of Bengal, where the Behera brothers disembarked after their crowded trip from Surat. Untouched by the virus, Ganjam soon became one of India’s most heavily infected rural districts after the migrants started returning.
    ImageFarmers in Ganjam, a rural district that was untouched by the virus until workers began to return.Many people in Ganjam’s villages had no idea what coronavirus symptoms were — until people around them started dying.
    “There was a very direct correlation between the active Covid cases and the trains,” said Keerthi Vasan V., a district-level civil servant in Ganjam. “It was obvious that the returnees brought the virus.”
    The tragic irony is that Mr. Modi’s lockdown inadvertently unlocked an exodus of tens of millions. His government and especially his Covid-19 task force, dominated by upper-caste Hindus, never adequately contemplated how shutting down the economy and quarantining 1.3 billion people would introduce desperation, then panic and then chaos for millions of migrant workers at the heart of Indian industry.A top economic adviser to Mr. Modi, Sanjeev Sanyal, confirmed that the administration had been aware of the risks posed by moving people from urban hot spots to rural areas but said that the situation had been managed “quite well.”Railroad officials also insist that the trains were the safest way to get migrant workers home.
    “India has done extraordinarily well in managing the spread of disease compared to some of the materially most advanced countries of the world,” said D.J. Narain, a Ministry of Railways spokesman. In all, the government organized 4,621 Shramik Specials, moving more than 6 million people. As they poured out of India’s cities, which were becoming hot spots, many returnees dragged the virus with them, yet they kept coming. Surat, an industrial hub, saw more than half a million workers leave on the trains.
    “It felt like doomsday,” said Ram Singhasan, a ticket collector. “When you saw how many people were thronged outside, it looked like the end of the world was coming.”

    #Covid-19#migrant#migration#inde#sante#confinement#contamination#travailleurmigrant#retour#migrationinterne

  • [Pour] ACCOMPAGNER UNE FIN D’ANNEE PAS COMME LES AUTRES [ne parlons pas des cantines, il sera toujours temps fin janvier ou plus tard], Note d’éclairage du #Conseil_scientifique #COVID-19, 12 décembre 2020
    https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/note_d_eclairage_conseil_scientifique_modifiee_14_decembre_20

    L’étude ComCor menée en France en octobre-novembre dernier sur les lieux et les circonstances des nouvelles contaminations montre le risque élevé de transmission du virus lors des repas, qu’ils aient lieu en milieu privé (familial, amical) ou public (cafés, restaurants...).

    [...]
    En ce qui concerne les écoles et les lycées, deux propositions peuvent être envisagées pour permettre de limiter au maximum la diffusion virale dans la semaine qui précède les repas de réveillon :

    – Renforcer les mesures barrières à l’école et dans les lycées la semaine du 14 décembre notamment dans les périodes à risque des #repas où les enfants ne portent pas leur masque. Il est à ce titre recommandé aux établissements scolaires d’éviter les rassemblements liés aux fêtes de fin d’année dans les écoles.

    – Laisser une tolérance aux familles qui le peuvent et qui le souhaitent d’élargir de 2 jours la période des vacances scolaires afin que l’auto-confinement de 1 semaine soit également possible pour les enfants. Il est donc recommandé de ne pas pénaliser les absences scolaires des 17 et 18 décembre.

    Covid-19 : ce que l’on sait de l’étude de l’Institut Pasteur sur les lieux de contamination
    https://www.leparisien.fr/societe/covid-19-ce-que-l-on-sait-de-l-etude-de-l-institut-pasteur-sur-les-lieux-

    Le Conseil scientifique puis le Premier ministre viennent d’avancer de premiers résultats de cette étude baptisée « ComCor ». Elle pourrait être rendue publique cette semaine.

    (...)« Il peut arriver que la science rejoigne le bon sens » (Jean Castex)

    Cette « étude des facteurs sociodémographiques, comportementaux et pratiques associés à un risque d’infection », dont nous avions déjà parlé en novembre, est baptisée « #ComCor » et elle a été menée cet automne sous la coordination du Pr Arnaud Fontanet. Son objectif est de « comprendre comment et dans quelles situations les personnes ont été infectées par le Covid-19 », lit-on dans la notice d’information destinée aux volontaires. https://www.pasteur.fr/fr/file/37281/download

    [...]

    C’est en comparant les réponses apportées par les deux groupes (contaminés ou pas) que les chercheurs ont ensuite établi les lieux et les circonstances les plus à risque de #contamination. « Les résultats issus de cette recherche sont susceptibles d’apporter un bénéfice collectif et de santé publique grâce à une meilleure compréhension de l’épidémie et permettront d’adapter les stratégies de prévention de santé publique », indique l’Institut Pasteur dans sa notice.

    Publication cette semaine ?

    D’après Jean Castex, l’étude ComCor « confirme des éléments des études scientifiques internationales » [génie français, ndc] déjà parues. Deux d’entre elles, qui sont régulièrement mises en avant, font bien apparaître les restaurants parmi les lieux les plus « dangereux ». Mais elles ont été menées aux Etats-Unis au printemps dernier. Soit dans un autre pays à et une période durant laquelle les règles sanitaires n’étaient pas aussi strictes qu’aujourd’hui, ce qui peut rendre compliqué d’en tirer des enseignements.

    Si de premiers éléments de ComCor commencent à être dévoilés, l’étude n’a pas encore été rendue publique. Elle le sera « je crois, cette semaine », a avancé le Premier ministre. Contactés, ni son entourage ni l’Institut Pasteur n’étaient en mesure d’apporter des précisions supplémentaires à l’heure de publication de cet article.

    On les choix entre !€<# !.+ ! du gouvernement et prose des média des milliardaires et marchands d’armes, soit. Les recommandations HAS pour les fêtes sont... pas encore publiées, mais, pour ce qui ne dépend que des premiers concernés, Le Monde a bien récapitulé les soucis et possibilités. Covid-19, Noël et fêtes en famille : ce que l’on sait sur les précautions pour réduire les risques de transmission
    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/12/11/covid-19-noel-et-fetes-en-famille-ce-que-l-on-sait-et-ce-que-l-on-ignore-sur

    #enquête #Blanquer #école #profs #cantine (mot manquant...) et donc #travail #entreprises

  • Crise sanitaire : situation alarmante dans les centres de rétention administrative
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/12/15/crise-sanitaire-situation-alarmante-dans-les-centres-de-retention-administra

    Dès la mi-novembre, la contrôleuse des prisons, Dominique Simonnot, a alerté le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, dans un courrier, sur la situation sanitaire dans les CRA : « Malgré une deuxième vague que le ministre de la santé qualifie sans cesse de “plus forte que la première”, la capacité d’accueil des centres de rétention administrative, limitée à 50 % dans les derniers mois afin de freiner la propagation du virus, est, dans certains centres, progressivement passée à 60 %, 70 % voire 90 %. » Mme Simonnot appelle à leur fermeture temporaire ou, au minimum, à une baisse drastique de leur activité. Au sein des établissements, les cas de Covid-19 se sont multipliés ces dernières semaines. Un cluster a été identifié au CRA de Coquelles (Pas-de-Calais), avec vingt personnes diagnostiquées positives dans le courant du mois de novembre. A Lyon, 17 cas positifs ont été recensés fin octobre ; on en comptait encore 9 fin novembre. « Il y a trop de monde dans ce centre, les policiers font le maximum mais il est impossible de faire respecter les mesures sanitaires », a estimé Thomas Dossus, sénateur (EELV) du Rhône, au cours d’une visite surprise, le 21 novembre, où deux journalistes – dont un du Monde – l’ont l’accompagné en vertu de la possibilité donnée à tout parlementaire de s’inviter dans les lieux de privation de liberté.
    Côté ministère de l’intérieur, on insiste sur les efforts fournis pour assurer des conditions sanitaires satisfaisantes, avec la mise en place d’un protocole strict dès le mois de mars ; en outre, le CRA de Plaisir (Yvelines) a été réservé aux retenus positifs ne nécessitant pas de prise en charge hospitalière.Sur le terrain, néanmoins, les remontées relatant l’application impossible du protocole sont légion. A Lyon, Seny, un Sénégalais de 39 ans enfermé depuis cinquante jours, témoigne : « C’est vraiment très compliqué ici. On fait comme on peut, mais ce n’est pas possible quand on est trois ou quatre dans une chambre. » La contrôleuse des prisons déplore un « niveau d’hygiène chroniquement insuffisant ».
    Au début de la cise sanitaire, un vaste mouvement de désengorgement des CRA avait eu lieu. Le 26 mars, on comptait sur l’ensemble du territoire 152 retenus pour quelque 1 800 places disponibles. Comme à Rennes, neuf centres étaient totalement vides ; les autres n’accueillaient qu’un nombre très restreint de personnes. Le Conseil d’Etat avait rejeté, dans une ordonnance du 27 mars, la demande de fermeture temporaire des CRA formulée par plusieurs associations.
    « La position des juges des libertés et de la détention a complètement changé entre les deux confinements. Ils n’accordent plus de libération, estimant que la baisse des effectifs par rapport aux capacités du centre suffit à préserver les conditions sanitaires », analyse Elodie Jallais de Forum réfugiés, une association présente en permanence au CRA de Lyon.
    Romain, un Béninois de 47 ans enfermé depuis un mois et demi au CRA de Rennes, le 14 décembre. Si le taux d’occupation des centres de rétention repart à la hausse, l’exécution des mesures d’éloignement, néanmoins, s’avère toujours délicate. Du fait de la crise sanitaire, les expulsions vers certains pays sont bloquées. « Les frontières de l’Algérie sont fermées, pourtant il y a toujours des Algériens dans les CRA alors qu’on sait qu’on ne va pas pouvoir les renvoyer », dénonce Paul Chiron, chargé des actions juridiques à la Cimade. « L’absence de perspective d’éloignement prive la rétention de fondement juridique », souligne Mme Simonnot dans sa lettre au ministre.
    Bilan : le passage en rétention – douze jours en moyenne en 2019 – s’allonge sans toujours déboucher sur une expulsion. Au CRA de Rennes, Romain, un Béninois de 47 ans, affirme avec précision : « Je suis là depuis un mois et treize jours. » Il a perdu son titre de séjour après s’être séparé de sa femme. Sans information sur son avenir proche, il ressasse, attendant qu’on lui annonce le jour de son retour : « Mes rêves sont devenus un cauchemar au niveau des papiers, ça m’a dépassé, j’ai tout perdu. »
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Stress, angoisse et tensions » au centre de rétention du Mesnil-Amelot depuis le départ de la Cimade Depuis la succession d’attentats sur le sol français, Gérald Darmanin multiplie les annonces et les déplacements. Fin septembre, il a notamment encouragé les préfets à rendre plus effectives les mesures d’éloignement, leur demandant « d’appliquer strictement la loi et de reconduire systématiquement dans leur pays les étrangers qui, par leurs agissements, constituent une menace grave pour l’ordre public ». Et d’ajouter : « Vous me rendrez compte trimestriellement et personnellement des éloignements (…) auxquels vous avez procédé. »
    Si le ministère de l’intérieur indique que le rythme des reconduites d’étrangers en situation irrégulière « reprend progressivement », les renvois effectifs concernent surtout les personnes « dublinées » – qui relèvent d’un autre Etat membre de l’Union européenne pour leur demande d’asile – et les ressortissants albanais et géorgiens. Pour certains pays – comme ceux du Maghreb – où un test Covid-19 négatif est exigé, les renvois sont plus difficiles : un certain nombre de retenus s’opposent aux tests, de crainte d’être expulsés plus rapidement. D’après plusieurs associations ainsi que la contrôleuse des prisons, certains d’entre eux seraient poursuivis pour obstruction à l’exécution d’une mesure d’éloignement. Au CRA de Rennes, la Cimade indique qu’au moins huit personnes ont été condamnées pour ce motif.

    #Covid-19#migrant#migration#france#CRA#sante#rapatriment#expulsion#asile#hygiene#contamination#reconduite#cluster

  • Covid-19 : Quand le ministre de l’Intérieur Espagnol défend les émigrés irréguliers accusés d’être des facteurs de propagation.
    https://www.dakaractu.com/Covid-19-Quand-le-ministre-de-l-Interieur-Espagnol-defend-les-emigres-irr

    La récente ruée de candidats à l’émigration clandestine vers l’Espagne coïncidant avec l’arrivée de la seconde vague de contamination en Europe, a poussé certains citoyens à soupçonner ceux-ci d’être des vecteurs de la maladie à coronavirus. Le ministre de l’Intérieur Espagnol, Fernando Grande-Marlaska a défendu les immigrés qui arrivent en Espagne par voie maritime, pour dire qu’ils sont ‘’le groupe le plus sûr’’ en termes de coronavirus. Une situation qu’il explique par le fait que ‘’tous ces immigrés subissent le test de diagnostic moléculaire mettant en évidence la contraction d’un virus par une personne appelé Pcr. Et que tous ceux dont le test est positif sont mis en quarantaine, a révélé le site ‘’Abc Espagne’’.
    Lequel a indiqué que ledit ministre a insisté sur le fait que les transferts vers d’autres zones de la péninsule pour lesquelles une autorisation a été donnée sont des cas « très sporadiques » qui affectent des personnes « susceptibles de bénéficier d’une protection internationale ».
    M. Marlaska, selon ledit site d’information a été ce vendredi à Saint-Sébastien (une ville du Nord de l’Espagne), pour rendre compte du projet de la nouvelle prison de Guipúzcoa, a évoqué ainsi les récents mouvements d’immigrants des îles Canaries vers la péninsule. Une "urgence qui, selon lui, trouve son origine dans les problèmes socio-économiques causés par le coronavirus dans leurs pays d’origine. « Cela a été un élément déterminant, toutes les personnes » qui entrent en Espagne par voie maritime, que ce soit par les îles Canaries ou le détroit, « sont soumises à un RAP ». Ceux dont le test est positif et leurs contacts sont mis en quarantaine."Tout, pour garantir la santé de ceux qui viennent et de ceux d’entre nous qui sont ici", a-t-il souligné. En ce sens, il a veillé à ce que ce soit le groupe d’immigrants en situation irrégulière ‘’qui donne plus de sécurité, aujourd’hui’’ en termes épidémiologiques.
    Le ministre de l’Intérieur a dénoncé, à son tour, que ‘’de certaines régions’’, il est prévu de lier l’immigré ‘’à la pandémie (…). J’appelle cela de la xénophobie’’, a dit Marlaska. Concernant les transferts vers la péninsule, ce dernier a souligné qu’ils sont ‘’sporadiques’’ et qu’ils ne concernent que des personnes ‘’vulnérables’’ et ‘’susceptibles de bénéficier d’une protection internationale. (…). Il n’y a pas de transfert vers la péninsule dans les conditions qui sont indiquées. Le nombre est très limité’’, a-t-il déclaré...

    #Covid-19#migrant#migration#espagne#afrique#sante#contamination#xenophobie#stigmatisation#vulnerabilite#test#quarantaine

  • L’Afrique du Sud se prépare aux effets dévastateurs des « coronavacances »
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/14/l-afrique-du-sud-se-prepare-aux-effets-devastateurs-des-coronavacances_60632

    A mi-chemin entre « rage » et « rave », proche des « spring breaks » dionysiaques sur les plages de Floride aux Etats-Unis, c’est à la base une série de concerts et de fêtes multiples dans des endroits fermés aux personnes non inscrites, tout cela au bord de l’océan Indien. Il y a désormais plusieurs Rage, en divers points d’Afrique du Sud, qui font un peu la tournée des plages et comptaient même investir Johannesburg cette année, s’étalant entre novembre et février, ce qui correspond au sens le plus large à la période des fêtes de fin d’année dans le pays.Le premier Rage de l’année 2020, organisé dans la station balnéaire de Ballito, près de Durban, dans le Kwazulu-Natal, avait à peine commencé, le 27 novembre, que les images en circulaient et suscitaient quelques interrogations. En ce mois de novembre, l’Afrique du Sud regardait déjà anxieusement remonter les courbes du nombre de personnes infectées à travers le pays (on approche du million de cas), et ce qui se découvrait sur les comptes Instagram, TikTok, Twitter ou encore Snapchat ne ressemblait pas à des mesures de précautions élémentaires.
    Or, cet événement a une puissance évocatrice considérable. Se rendre à un Rage n’est pas donné. C’est un sacrifice, parfois. Il est cependant possible de payer les frais d’entrée et les logements en plusieurs fois (les prix varient selon le mode de déplacement, la catégorie de logement, etc., mais peut atteindre facilement plusieurs centaines d’euros), premier endettement notable de la vie d’adulte dans un pays enclin au surendettement.
    L’Afrique du Sud, confrontée à un rebond du nombre de cas d’infection au coronavirus, se trouve toujours placée dans une série de règles limitant les contacts dans les lieux publics ou les réunions, ainsi qu’à un couvre-feu. Une série de semi-orgies, qui ne sont pas toutes musicales sur les plages, a inévitablement fait sourciller. Puis il a fallu se rendre à l’évidence : la contagion y avait battu, elle aussi, son plein. Officiellement, l’événement du Ballito Rage a été déclaré, dimanche 6 décembre, par le ministre de la santé « super-diffuseur » du Covid-19, et ce dernier a demandé que les participants se mettent en quarantaine.Même si le nombre de personnes officiellement infectées au cours des quelques jours d’excès est réduit, il semble acquis que la jeunesse exposée est repartie chez elle avec un risque de transmission du SARS-CoV-2 susceptible de contribuer à l’envolée du nombre de cas à l’échelle nationale.
    Alors que le pays avait passé le pic de la première vague de pandémie pendant son hiver, au cours du mois d’août, les chiffres inquiètent de nouveau, alors que c’est cette fois l’été, en raison du début des vacances. Que de fois, dans des magasins, des restaurants, les propriétaires annonçaient ne pas juger utile que leurs clients, comme eux, portent des masques. A Swellendam, George et Oudtshoorn, on entendait le même refrain : « Ici, on n’a pas besoin de cette chose », « cette chose », en l’occurrence, étant un masque. A Knysna, sur la côte, la pandémie semblait ne plus être qu’un vague souvenir lointain. En dehors de son côté agréable, coincé entre l’océan Indien et les montagnes couvertes de forêts magnifiques, Knysna est aussi un lieu où des individus aisés vont prendre leur retraite, pour profiter de la douceur du climat.Quelques semaines plus tard, George, Knysna et une grande partie de la « Garden Route » devenaient des points où se multipliaient les cas. Sans doute en raison de voyageurs faisant la navette entre ces zones de villégiature et le reste du pays. Dans ce petit paradis en bord de mer, l’explosion des cas préfigurait ce qui attendait le reste du pays dès le début de la saison des fêtes, dont le signal de départ est donné, symboliquement, par la série des Rage. Les organisateurs de l’événement ont dû suspendre ces derniers, en attendant de voir si l’Afrique du Sud se dirige vers un nouveau pic de « coronavirus vacancier », au risque de se trouver, comme en Europe, confinés de nouveau. Est-ce inéluctable ? Faute d’une réponse, le phénomène a au moins un nom : les « vacarona » (« coronavacances »), contraction de « vacation » (« vacances ») et de « coronavirus »

    #Covid-19#migration#migrant#afriquedusud#deplacement#vacance#sante#supercontaminateur#contamination#deuxiemevague

  • Le président algérien Abdelmadjid Tebboune, convalescent du Covid-19, fait une apparition après deux mois d’absence
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/13/le-president-algerien-abdelmadjid-tebboune-convalescent-du-covid-19-fait-une

    Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, est apparu à la télévision publique dimanche 13 décembre dans l’après-midi pour la première fois depuis le 15 octobre et son confinement en Algérie, puis son hospitalisation en Allemagne pour être soigné du Covid-19.« Je suis en convalescence. Cela va prendre encore deux ou trois semaines pour que je reprenne mes forces physiques », a déclaré le responsable politique âgé de 75 ans, visiblement amaigri, dans un « discours au peuple » prononcé au lendemain du premier anniversaire de sa victoire électorale. « Je suis quotidiennement, et parfois heure par heure quand cela est nécessaire, ce qui se passe au pays. Et je donne, quand il le faut, des instructions à la présidence », précise-t-il. S’agissant de la situation régionale et des récentes tensions au Sahara occidental, le président algérien assure que « l’Algérie est forte et ne sera pas déstabilisée ». Alors que son absence prolongée avait alimenté rumeurs et désinformation, le chef de l’Etat a promis d’être de retour parmi les Algériens « dans les plus brefs délais », dans ce discours sur son compte Twitter relayé par la télévision publique. Sa dernière apparition publique remontait au 15 octobre lorsqu’il avait rencontré le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Plusieurs fois, les autorités algériennes avaient annoncé le retour « prochain » du président au pays depuis son hospitalisation en Allemagne. Dès le 24 octobre, Abdelmadjid Tebboune, grand fumeur, s’était mis volontairement à l’isolement après avoir été en contact avec des responsables contaminés par le coronavirus. Il a ensuite été admis le 28 octobre dans « l’un des plus grands établissements spécialisés » d’Allemagne « après avoir contracté le virus ».

    #Covid-19#migration#migrant#algerie#allemagne#sante#elite#politique#circulationtherapeutique#contamination

  • Comment sécuriser les #universités vis-à-vis de l’épidémie ?

    Comment éviter de nouvelles vagues épidémiques sans restreindre ni les libertés publiques ni l’activité sociale ? Comment faire en sorte que les universités, ainsi que les autres lieux publics, ne participent pas à la circulation du virus ? Nous examinons ici l’état des connaissances sur les voies de contamination pour formuler des préconisations à mettre en œuvre de toute urgence .

    Le coronavirus se transmet principalement par voie respiratoire. Une personne atteinte du Covid et symptomatique, émet en toussant des gouttelettes de salives entre 50 microns et 1 mm, chargées en virus . Les porteurs symptomatiques ou asymptomatiques, en parlant ou simplement en respirant, émettent de plus petites gouttes porteuse de particules virales, entre la centaine de nanomètre, ce qui correspond à la taille du virus, et 5 microns. Ces deux types de gouttelettes ont des comportements hydrodynamiques différents . Les grosses gouttelettes produites par la toux retombent sur le sol après un vol de l’ordre du mètre. Lorsqu’on les respire, elles se déposent, du fait de leur inertie, sur les parois des voies respiratoires. Les petites gouttelettes produites par la toux, par la parole, par le chant ou par la respiration ont une faible inertie et suivent l’écoulement de l’air. En conséquence, elles peuvent rester suspendues en aérosol dans l’air, entraînées par ses mouvements turbulents. Lorsqu’on les respire, elles pénètrent profondément dans les voies respiratoires. Seules des gouttelettes de petites tailles peuvent ainsi aller jusqu’aux alvéoles pulmonaires . Une dizaine d’études de cas ont montré des contaminations par voies aérosol. Cela a été confirmé par des études sur des modèles animaux. On estime maintenant que 50% au moins des contaminations sont dues aux porteurs asymptomatiques, ce qui implique des gouttes transportées en aérosol. Du reste, 4 personnes sur 5 se montrent incapables de savoir précisément dans quelles circonstances elles ont été contaminées.

    https://www.youtube.com/watch?v=x_HcZyz1pFQ

    #ESR #université #sécurisation #contamination #facs #vidéo #voie_aérosol #modélisation #goutelettes #épidémie #repas #coronavirus #covid-19 #toilettes #aérosolisation_fécale #masques #salles_de_cours #chaînes_épidémiques #tests #transmission #lieux_collectifs #ventilation #niveau_de_ventilation #respiration #tutoriel #CO2 #VMC #fenêtres #transmission_aéroportée #purificateurs_d'air #filtres_HEPA

    ping @simplicissimus