• Fedir Tetyanych. Canon Fripulia

    PinchukArtCentre - Research platform

    http://pinchukartcentre.org/exhibitions/doslidnitska-platforma_-kanon-fripulya

    J’ai découvert cet artiste à Kiev en juillet 2017, original et incertain avec ses approches « cosmologiques » qu’on retrouve chez certains artistes soviétiques (exposés en 2015 et 2016 au musée Garage à Moscou, j’ai ça dans mes archives, ça viendra sans doute bientôt ici). En plus j’aime bien le titre qui me fait penser à « fripouille ».


    Cliché : Ph. R, 2017


    Cliché : PinchukArtCentre © 2017. Photographed by Sergey Illin.

    The exhibition “Fedir Tetyanych. Canon Fripulia” is focused on one of the sides of the multifaceted creative work of artist Fedir Tetyanych whose artistic practice encompassed painting, drawing, sculpture, text, performance etc.

    Being part of the Union of Artists, Tetyanych was involved in carrying out official orders for monumental order, but at the same time, his personality, behaviour and artistic practice were an alternative to the official Soviet culture. Tetyanych was among the pioneers of the performance genre in the Ukrainian art: he is mostly famous for his odd-looking costumes and objects of trash and found materials. The artist used oftentimes foil or cans or other materials for his costumes that produced a certain sound when in motion. He put those costumes on in public spaces, including the premises of the Union of Artists, which gave him the reputation of a town freak who was proclaiming his own “eternity” and “infinity”: “I am Boundlessness”. These are the categories of eternity, infinity, and boundlessness served as the base for his philosophical and artistic doctrine: Fripulia.

    #art #kiev #ukraine #cosmologie #Fedir_Tetyanych

    • #merci
      j’ai déjà vu le « bonhomme cosmique », mais je ne me rappelle plus où ; dans une compil’ d’art soviétique, sans doute, mais laquelle ?

      – ton lien vers le Pintchuk Art Center ne marche pas (peut-être parce qu’il est noté en ukrainien… [ua], le même en anglais [en] fonctionne (en tous cas, chez moi)
      http://pinchukartcentre.org/en/exhibitions/doslidnitska-platforma_-kanon-fripulya

      Sur Tetianitch / Fripulia / Freepulia (au p’tit bonheur des transcriptions…) la recherche de référence tourne au comique (ce qui ne lui aurait pas forcément déplu).

      WP[en]


      la fiche est non seulement avec des infos fausses (la date de décès est 2007, pas 2017) mais elle truffée – plus d’un par ligne – de [référence nécessaire], de plus les liens en « source » ont l’air bizarre, voire dangereux,…
      https://en.wikipedia.org/wiki/Feodosiy_Tetianych

      WP[ru]
      est sobre…
      Тетянич, Феодосий Константинович — Википедия
      https://ru.wikipedia.org/wiki/%D0%A2%D0%B5%D1%82%D1%8F%D0%BD%D0%B8%D1%87,_%D0%A4%D0%B5%D0%BE%D0%B4%D

      Феодосий (Фёдор) Константинович Тетянич, также — Фрипулья (17.02.1942, Княжичи, УССР, СССР — 18.02.2007, Киев, Украина) — украинский перформер. В 1990-2000х годах проводил творческие акции на Майдане Независимости и на Андреевском спуске в городе Киев.

      Биография
      Фёдор родился в 1942 году в оккупированном Киеве, когда отец был на фронте. Выпускник Киевского государственного художественного института (1966). Работал на Киевском комбинате монументально-декоративного искусства. Член Национального союза художников Украины (1973). Умер 18 февраля 2007 года и похоронен на Лесном кладбище.

      WP[uk]
      l’ukrainien, quant à lui, est détaillé mais avec des doublons et un verbiage bigot ahurissant…

      Тетянич Феодосій Констянтинович — Вікіпедія
      https://uk.wikipedia.org/wiki/%D0%A2%D0%B5%D1%82%D1%8F%D0%BD%D0%B8%D1%87_%D0%A4%D0%B5%D0%BE%D0%B4%D0

      sur sa biographie…

      З вірою в Бога, основами православ’я і богослужіння познайомився вдома, як і більшість сільських дітей з його оточення змалку разом з батьками хоча б інколи читав вранішні і вечірні молитви, часом відвідував храми і монастирі Києва і області. З іншого боку теж змалечку зазнав впливу радянського матеріалістичного світогляду і риторики (чимало родичів були партійні, пов’язані з наукою і технікою, зокрема питаннями механізації сільського господарства, в тому числі рідний дядько і активний співбесідник Федора-Феодосія, Микола Михайлович Гончаренко), пов’язаних з питаннями суспільної справедливості, народовладдя, соціалізму і комунізму, прогресу і віри у Світле Майбутнє, що однозначно зіграло свою роль у його зацікавленні історією, філософією, технікою, екологією, питаннями перебудови/розвалу Радянського Союзу, незалежності України, глобалізації і майбутнього життя людства на планеті Земля і у Всесвіті, які він досліджував і вирішував протягом свого непростого, повного випробувань і спокус, але плідного на різні творчі звершення життя, життя гідного нащадка простих воїнів Христових Подніпров’я з діда-прадіда.

      sur son décès…

      Блаженний Феодосій відійшов у Вічність, у Небесний Єрусалим , у далекі степи вільної України і потаємні ліси святої Русі, до Бога і родини, до батьків і друзів, туди де діди-прадіди з праведниками і святими спочивають, у Життя Вічне, Безмежжя Благодатне, яке він усім проповідував своїми життям, творчістю і особистим прикладом подвижництва (во славу дідів-прадідів, усіх добрих людей і усіх богів і святих, в т.ч. Бога всіх богів, Діда всіх дідів і Творця всіх творців, Козака над козаками і Художника над усі художники, Царя царів і Владики Безмежжя Благодатного, Христа християн, Творця і Вседержителя Всесвіту, во славу Животворчої Святої Троїці - Живої Єдності Всієї Нескінченності в його термінології і на радість усім людям) у день пам’яті свого небесного заступника і покровителя, великого святого і чудотворця для людей вільної України і святої Русі - преподобного Феодосія Чернігівського, 18 лютого 2007 року, на наступний день після свого дня народження на 66 році життя, у Києві, знаходячись на лікарняному ліжку. Цьому передувала серйозна хвороба, яку переносив мужньо і з посмішкою, як і належить справжньому, красному козаку.

      Sur Fripulia / Freepulia

      Під впливом радянської дійсності перейшов від зацікавлення соцреалізмом до історії України (історична, козацька тематика), а потім сюрреалізмом (Сікейрос) і авангардом. Відстоюючи свої погляди, змушений був вступити в конфлікт оточенням, а також з представниками партійної і державної еліти. Саме на цей час припадає його двотижневе перебування у лікарні з нервовим розладом.

      Важливе місце у його світогляді і філософському вченні відведено поняттю «Фріпулья». Поява слова пов’язана з творчою кризою і непростим життєвим періодом, повним розчарувань і випробувань у кінці 1970-х, який закінчився тим, що митцеві наснився сон, який він зашифрував у слові Фрiпулья (одна з версій, яку він сам пропонував як розшифровку: ФедіР-крИстал-ПУЛЬсар-Я), маючи на увазі Безмежжя.

      Його друг і соратник Володимир Євтушевський запропонував дещо іншу, свою власну розшифровку — як «free» (вільний, свобода) і «пульсація», тобто в деякому сенсі Free Pulsation, Вільна Пульсація, «вільне життя», «Безкінечне Буття», «Безкінечний Всесвіт», «царство Боже». Федір згодом прийняв це трактування.

  • Frédéric Pajak est éditeur et artiste. Il a ressemblé auprès de lui d’autres artistes aux sensibilités diverses, ils ont tissé ensemble les fils invisibles de leurs mondes et une exposition est née : « Grand trouble » à la Halle Saint Pierre à #Paris, dictée uniquement par l’envie de liberté...

    https://www.franceculture.fr/emissions/paso-doble-le-grand-entretien-de-lactualite-culturelle/frederic-pajak-nous-sommes-domines

    À Paris de nos jours, je trouve que les expositions sont dictées par les mécènes et les collectionneurs. Nous ne sommes plus dans une liberté de création mais dans des intérêts marchands. Nous voulions faire quelque chose libre des modes, des contingences.

    Né d’une suite de rencontres et d’échanges entre quarante-sept artistes, ‘Grand Trouble’ s’expose pour la première fois à la #Halle_Saint-Pierre et présente des œuvres aussi variées qu’étranges, aussi différentes les unes des autres que déroutantes en elles-mêmes. C’est donc le hasard et l’amitié qui ont réuni en ce lieu les dessins en noir et blanc de #Frédéric_Pajak et ceux de Joël Person, les jeux de texture d’Alain Frentzel et ceux de Jérôme Cognet, les photographies funèbres de Jean-Michel Fauquet et celles d’Edith Dufaux…

    Quelque part hors du temps, loin des objets familiers et de l’actualité, les œuvres de l’exposition questionnent le monde qui nous entoure sans le pointer du doigt. Le visiteur, inquiété, suit un parcours sinueux dans le clair-obscur de la première salle et plonge dans un spectacle métaphorique.

    http://www.hallesaintpierre.org/2017/05/03/grand-trouble-2

    Deux invités et des frontières. A déranger avec l’astrophysicien et poète Aurélien Barrau qui place les #trous_noirs, ces sphères dont rien ne peut s’échapper, sous le signe de Jean Genet et avec le dessinateur écrivain et éditeur Frédéric Pajak qui plaide pour une autre #histoire_de_l’art.
    L’artiste et écrivain Frédéric Pajak, éditeur aux
    #Cahiers_dessinés, qui plaide pour une autre histoire de l’art et l’astrophysicien Aurélien Barrau , astrophysicien spécialisé dans la #physique_des_astroparticules, des trous noirs et en #cosmologie, qui est aussi membre du comité de rédaction de la revue de poésie Hors Sol13, de la revue culturelle Diacritik 14, ainsi que président d’honneur de Formes élémentaires, association qui a pour but l’élaboration d’expositions d’art contemporain en dialogue avec les sciences .

    https://www.franceculture.fr/emissions/poesie-et-ainsi-de-suite/poesie-et-trous-noirs


    #France_culture #exposition_art_contemporain

    En mathématiques, on utilise souvent ce qu’on nomme un développement limité. Cela consiste à approximer une fonction suffisamment régulière par une série de termes dont chacun fait intervenir une dérivé d’ordre plus élevée que le précédent (la dérivé renseigne sur la vitesse de variation de la fonction).

    Si l’on considère le facteur d’échelle de l’Univers – que l’on peut intuitivement penser comme sa taille si la courbure est positive – et son évolution en fonction du temps, on peut là aussi mener un développement limité de cette fonction.
    Le terme d’ordre zéro de ce développement est connu depuis toujours : c’est l’existence de l’Univers.
    Le terme d’ordre un de ce développement est la grande découverte du début du vingtième siècle : l’Univers est en expansion.
    Le terme d’ordre deux de ce développement est la grande découverte de la fin du vingtième siècle : l’expansion de l’Univers est accélérée.

    http://blogs.futura-sciences.com/barrau/2017/05/31/probleme-immense-de-lacceleration-de-lunivers-enfin-resolu/#comments

  • Une critique de la cosmologie du big bang - La Revue des Ressources
    http://www.larevuedesressources.org/une-critique-de-la-cosmologie-du-big-bang,2912.html

    La question de la genèse de l’univers revient à se demander quelle est la procédure d’apparition de la matière, de quel néant est extrait le monde.

    Avec la théorie du big-bang et de l’expansion corrélative de l’univers, il n’y a pas de création mais un point de départ aux constructions mathématiques à partir duquel se déploient tout à la fois l’espace-temps et la matière universelle. Le modèle exclut la description de ce qui s’est passé avant et se refuse à décrire une quelconque genèse. Il s’attache essentiellement à élaborer un système formel cohérent avec pour ambition de faire basculer tout le savoir sur l’origine du côté de la démonstration rigoureuse et vérifiable.

    Il est tracé une frontière entre science et métaphysique qui autorise le développement autonome de chaque discipline : au savant la mathématique du cosmos, aux philosophes le discours sur les causes premières. A la limite, la cosmogenèse standard se présente comme non critiquable puisque ses concepts échappent à la sphère métaphysique.

    Or le refus des vérités ’plurielles et invérifiables’ de la métaphysique repose sur une option métaphysique dissimulée. Ainsi, la cosmologie actuelle s’initie à partir d’un point reculé où l’espace-temps et la matière étaient infiniment concentrés, ce que les équations permettent effectivement de poser. Mais ces conjectures reviennent à admettre que l’univers est né d’un rien, qu’il est issu du nihil absolu : sont absentes la cause physique et la procédure qui permettent le passage du néant au réel, du temps zéro à la première seconde. De même, s’il y a eu première seconde c’est qu’on choisit une philosophie de l’histoire, un point d’origine du temps qui autorise le calcul de l’âge de l’univers. Nous pourrions opposer une conception d’un monde incréé, anhistorique, qui n’a ni commencement ni fin.

    Cependant, bien qu’optionnel, ce modèle d’univers a fini par s’imposer, les critiques de ses adversaires ont été désarmées par des justifications aussi bien théoriques qu’observationnelles. Or cette conception comporte de graves incohérences et nous propose une vision assez extravagante de la genèse en dérogeant à certaines lois physiques et logiques élémentaires.

    #cosmologie #big_bang vs #univers_incréé

    • Daniel Colson discute souvent, dans ses écrits ou ses conférences, de cette conception anarchiste du monde : sans début ni fin, mais en perpétuelle transformation.

      Il note à juste titre que au delà de l’acception courante de l’étymologie du terme anarchie, sans hiérarchie ou sans hiérarque, il faut aussi prendre en compte un autre sens de « arch » qui est début ou commencement. Ainsi l’anarchie peut s’entendre sans principe premier, sans début, sans commencement.

      On peut écouter ses conférences à ce sujet sur ce site :

      http://raforum.info/article.php3?id_article=4257&lang=en

      Même le wikitionnaire est d’accord avec cette étymologie :

      https://fr.wiktionary.org/wiki/%E1%BC%84%CF%81%CF%87%CF%89#Verbe

      ἄρχω, árkhô \ˈaːr.kʰɔː\ (conjugaison)

      Être le premier.
      Aller en tête.
      Commander, être le chef.

      Faire le premier, ou la première fois.
      Commencer, prendre l’initiative de, faire le premier.
      Se mettre à, commencer.

  • Ondes gravitationnelles : la découverte du siècle ?
    http://www.universcience.tv/video-ondes-gravitationnelles-la-decouverte-du-siecle-o-8491.html

    La découverte d’ondes gravitationnelles par les équipes du détecteur LIGO confirme non seulement la théorie de la relativité générale émise il y a tout juste cent ans par Albert Einstein, mais elle ouvre également aux scientifiques tout un pan de l’Univers jusque-là inaccessible aux télescopes. Explications de Pierre Binétruy, physicien au laboratoire Astroparticules et cosmologie (APC) à l’université Paris Diderot.

    Interview réalisée par Olivier Boulanger, journaliste à Science Actualités.

    #ligo #gravité #ondes-gravitationnelles #Astroparticules #cosmologie

  • Le bruit et la fureur de l’univers sont à portée d’oreille
    https://www.mediapart.fr/journal/international/210216/le-bruit-et-la-fureur-de-lunivers-sont-portee-doreille

    Image de simulation de la fusion de deux trous noirs. © the Simulating eXtreme Spacetimes (SXS) project La détection des #ondes gravitationnelles par l’observatoire Ligo, annoncée le 11 février, ouvre une nouvelle fenêtre sur le cosmos. Elle va donner accès à toute une gamme de phénomènes astrophysiques encore largement inconnus, et cataclysmiques, des collisions d’étoiles à neutrons aux trous noirs et jusqu’aux traces du big bang, d’où est issu notre univers.

    #International #Culture-Idées #astronomie #cosmologie #Ondes_électromagnétiques #physique #sciences

  • « Nous avons détecté des #ondes gravitationnelles » : Einstein avait raison
    https://www.mediapart.fr/journal/international/110216/nous-avons-detecte-des-ondes-gravitationnelles-einstein-avait-raison

    Localisation dansle ciel de la collision des deux trous noirs détectés par le Ligo © DR Les physiciens de l’observatoire Ligo, aux États-Unis, réunissant des participants de quinze pays et associés au laboratoire européen Virgo, viennent d’annoncer un résultat majeur, le plus important dans la discipline depuis le boson de Higgs : la découverte des ondes gravitationnelles, dont l’existence avait été prévue par Einstein il y a un siècle.

    #International #Culture-Idées #cosmologie #physique #sciences

  • Entre Terre et Ciel

    Entre Terre et Ciel est une série documentaire sur l’astronomie, en 20 épisodes de 26 minutes, présentée par Serge Brunier et diffusée sur Arte. La série complète est diffusée sur Arte à partir du 1er septembre 2014, mais 5 épisodes ont déjà été diffusés lors de la programmation Arte sur la Nuit des étoiles (2 en 2013, 3 en 2014).

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Entre_Terre_et_Ciel

    Où trouver cette série en HD ? :

    https://www.youtube.com/user/MarieNini17

    #série #arte #astronomie #observatoire #very_large_telescope

    @fil @stephane , je pense que ça va vous plaire

  • #publication #actes_du_colloque
    RENOUVEAU DES #JARDINS : CLÉS POUR UN MONDE DURABLE ?

    Préface, par Erik ORSENNA

    Présentation, par Sylvain ALLEMAND, Edith HEURGON & Sophie de PAILLETTE

    Introduction

    Mais pourquoi un colloque sur les jardins ?, par Sylvain ALLEMAND

    Enquête impromptue, par Sophie de PAILLETTE

    Les jardins au cœur des défis contemporains. Essai de #prospective_jardinière, par Edith HEURGON

    I. Approches historico-culturelles

    Cura ou l’éthique du #jardinier : souci et soin de soi, des autres et du monde. Une lecture de Jardins de #Robert_Harrison, par Florence NAUGRETTE

    Les jardins et leurs représentations dans l’histoire, par Pierre BOUET

    Les jardins dans l’univers médiéval, par Bernard BECK

    Les jardins de la Renaissance : espace utopique de conversation, d’enseignement et de poésie, par Philiep BOSSIER

    De #cosmologie en #paysage, la naissance du jardin de lettré en #Chine, par Augustin BERQUE

    Le #jardin_persan, du paradis privé à l’espace de liberté, par Mina SAÏDI-SHAROUZ

    II. Nouvelles tendances, nouveaux marchés

    L’amour de la #nature et la sociabilité du jardin, par Jean VIARD

    Une si longue absence, par Stéphane MARIE

    L’Observatoire des Tendances du Jardin, par Dany SAUTOT

    Le marché du jardinage, par Michel CONTE

    Les nouveaux visiteurs de jardins, par Vincent DELAITRE

    Jardins contemporains : les nouvelles tendances, par Chantal COLLEU-DUMOND

    III. Nouvelles conceptions

    « Je t’aime... moi non plus ». Vision gainsbourgeoise du jardin par le design, par Marie-Haude CARAËS & Chloé HEYRAUD

    #Potagers de France. L’avenir des #jardins_nourriciers, par Antoine JACOBSOHN, avec la participation de Daniela VUERICH

    Le « jardin en mouvement ». Lecture du concept de #Gilles_Clément, au travers de la pratique de l’agence Paysages, par François‑Xavier MOUSQUET

    Du « jardin en mouvement » et de l’application du concept, par Hélène FORÊT

    Penser le #jardinier-créateur. Vers une caractérisation d’un projet de conception singulier, par Mathias BÉJEAN

    Un #jardin de sons et de #lumières au service du #développement_territorial, par Isabelle DEPRET-BIXIO

    IV. Les jardins entre #villes et #campagnes

    Le jardin, parure de la ville, par Paul CLAVAL

    « La #ville_fertile », par Michel AUDOUY

    Le jardin en ville, un nouvel acteur de l’urbanisme durable, par Éric LESUEUR

    J’ai suivi les nuages... Ou comment l’évaporation motrice conduit à l’esprit jardinier, par Jean-Luc BRISSON

    #Cités_végétales, cités du futur, par Luc SCHUITEN

    « Je jardine ma ville », par Sylvie CACHIN

    Fleurir au jardin, reflets d’une société, par Martine BERGUES

    La « #guérilla_jardinière », un récit montréalais. Autour du film documentaire #Jardiniers_clandestins, par Mélanie PITTELOUD

    Former au jardin du futur, par Renaud PAQUE

    V. Pour un nouvel art de vivre plus solidaire

    Droit au jardin !, par Michel RACINE & Béatrice SAUREL

    Bien vieillir dans le Mortainais avec la « chaîne des jardins », par Edith HEURGON, avec la participation de Francine MACÉ

    Les #jardins_familiaux et collectifs, d’hier et d’aujourd’hui, par Jérôme CLÉMENT
    Discussion animée par Sylvain ALLEMAND, avec Julie ANDRIEU, Etienne BOYER, Sylvie CACHIN, Soazig DEFAULT, Marion ERNWEIN, Max FAUCHERRE, Jean-Guy HENCKEL, Sophie de PAILLETTE et Michel RACINE

    Les #Jardins_de_Cocagne, acteurs de la réconciliation, par Jean-Guy HENCKEL
    Discussion animée par Sylvain ALLEMAND, avec Julie ANDRIEU, Isabelle AZÉMA, Marion ERNWEIN, Pierre-François GORSE, Edith HEURGON et Odile JACQUEMIN

    Des jardins en forme d’#AMAP : une mise en perspective historique, par Magali ZIMMER

    VI. Expériences buissonnières

    Genèse d’un #potager anti-crise, par Rodolphe GROSLÉZIAT
    Discussion animée par Sylvain ALLEMAND, avec Etienne BOYER, Bente CHRISTENSEN, Soazig DEFAULT, Marion ERNWEIN, Pierre-François GORSE, Rodolphe GROSLÉZIAT, Odile JACQUEMIN, Frédérique SAINCT, Béatrice SAUREL et Daniela VUERICH

    Témoignages de #jardiniers_amateurs : Francette VERNILLAT, Peter WOLRICH et Pierre-François GORSE
    Discussion animée par Sylvain ALLEMAND, avec Augustin BERQUE, Philiep BOSSIER, Paul CLAVAL, Bente CHRISTENSEN, Marion ERNWEIN, Edith HEURGON, Odile JACQUEMIN, Nicole MATHIEU et Mina SAÏDI-SHAROUZ

    Visites de jardins, rencontres de jardiniers, par Sylvain ALLEMAND & Edith HEURGON

    « Ceris’ sur le gâteau », par Soazig DEFAULT, Laurence GARFIELD et Etienne BOYER, avec Sophie de PAILLETTE

    VII. Le jardin utopique du XXIe siècle

    Les Jardiniers du Futur, par Sophie de PAILLETTE

    Le jardin utopique au XXIe siècle, par Rogalflocé GISAJO JULÉSUMA, avec Justine ANDRIEU, Anne-Cécile DANIEL, Marion ERNWEIN, Suzanne FÉRET, Léa HAVARD, Florian LEHMANN, Johan NEVEU, Romain RIOULT, Saphia TAOUJI, Galla VALLÉE et Gilles ZAMO

    Conclusion... Table ronde animée par Edith HEURGON, avec Jean-Baptiste de FOUCAULD, Claude HALBECQ, Bernard HUBERT, Renaud PAQUE et Vincent PIVETEAU, ainsi que Mathias BÉJEAN, Etienne BOYER, Bente CHRISTENSEN, Marion ERNWEIN, Nicole MATHIEU et Sophie de PAILLETTE

    Postface. Ré-inventer l’art des échanges, par Gilles CLÉMENT

    Bibliographie

    Crédits photographies

    #colloque #conférence


    http://www.ccic-cerisy.asso.fr/jardinsTM14.html
    cc @odilon

  • Laborieuse Nature
    http://www.laviedesidees.fr/Laborieuse-Nature.html

    Comment naissent les découvertes et les progrès scientifiques ? Contre une vision idéaliste et triomphaliste de l’histoire des sciences, toute l’œuvre de Simon Schaffer a consisté à observer la science en train de se faire, au plus près des pratiques et des acteurs. Loin de diminuer son prestige, cette approche lui restitue la place centrale qu’elle occupait dans les sociétés d’Ancien Régime.

    Essais & débats

    / #histoire_des_sciences

    #Essais_&_débats

    • Plus encore, cette méthodologie retourne l’opposition classique entre #sciences et société (selon laquelle la vérité universelle aurait pour condition d’existence son arrachement aux déterminismes et aux contextes sociaux, le laboratoire figurant comme le lieu par excellence de cette abstraction construite), pour mettre l’accent sur une #épistémologie du témoignage qui jusque-là était placée au second plan. L’épistémologie du témoignage met en évidence un déplacement de la question de l’autorité et de la certification des savoirs en insistant sur la composition sociale de l’auditoire de ces expériences. Ainsi, dans les écrits de Schaffer, la preuve scientifique cesse d’appartenir au seul vocabulaire du travail scientifique pour apparaître comme une pratique éminemment sociale. L’effondrement de l’édifice scolastique ébranle les anciennes définitions de la certitude héritée de l’Antiquité et du Moyen-Âge et les autorités textuelles. Or, pour assurer à la pratique expérimentale un statut stable et sûr, il ne suffit plus de la garantir par les institutions de savoirs liées à l’Église. La culture absolutiste rend nécessaire d’y intégrer des éléments socio-politiques nouveaux et de lui insuffler une nouvelle grammaire des pratiques. L’attention portée aux notions polysémiques de confiance, de vertu, de crédit qui appartiennent à plusieurs mondes (monde moral, monde économique, monde politique) renvoie à cette volonté de travailler sur des objets frontières de la pratique scientifique. C’est cette mobilité remarquable des concepts et leur polyvalence qui permet aux sciences de conquérir une position légitime dans les académies comme dans les ministères.

      [...]

      Si Léviathan et la pompe à air avait déjà abordé la question de l’universalisation de la culture expérimentale, Shapin et Schaffer avaient d’abord porté leur attention sur l’analyse des mécanismes précis de sortie du laboratoire et de généralisation des résultats de l’expérience. Si les connaissances circulent ce n’est pas parce qu’elles sont par nature universelles, « mais c’est parce qu’elles circulent qu’elles deviennent universelles ». Si l’irréversibilité des résultats scientifiques obéit à une procédure de détachement, c’est moins par le partage universel d’une capacité de l’entendement humain que par la routinisation des pratiques scientifiques liées à une standardisation dans l’usage des instruments et des techniques. Comme le notent T. Shinn et P. Ragouet, « c’est au cours de ces processus de décontextualisation et de recontextualisation au sein de sites différents qu’émerge une forme d’universalité que l’on peut qualifier de pratique [10] ». L’univers des instruments unifie les différents sites par la circulation de mêmes techniques de manipulation, de mêmes modes d’action, d’un même vocabulaire pour qualifier ces tâches. C’est le caractère générique de l’instrument qui permet la constitution d’une langue commune aux chercheurs : « le caractère universel du savoir-instrument tient à la pertinence qui lui est accordée de façon indépendante au sein de plusieurs champs [11] ». Comme on le voit, loin d’être un processus spontané, cette universalisation est un travail coûteux qui exige un fort investissement et qui n’est jamais acquis d’avance. L’« oubli » des conditions sociales de production des savoirs apparaissait moins comme une dénégation du particulier, qu’un effet de la routinisation introduite par les pratiques expérimentales ou la circulation des mesures et des étalons. Dans ce cadre d’analyse, l’universalisation était portée par une répétition locale des mêmes expériences, et de ce fait semblait fragile. C’est bien la standardisation négociée, la production d’un langage et de pratiques communes qui permettra au XIXe siècle le triomphe des sciences exactes comme Schaffer la documente dans son étude sur la « manufacture » de l’étalon d’ohms dans les recherches électromagnétiques (qui permettent par exemple l’invention du télégraphe) [12].

      #Simon_Schaffer

    • Les techniques de l’expérimentation. Entretien avec Simon Schaffer
      http://traces.revues.org/2743

      Cet emboîtement [homme/machine], comme on peut l’appeler, est directement lié, d’un point de vue philosophique, à la notion de fétiche. Car le fétichisme, c’est l’attribution de l’intelligence et de la vie à des entités qui en sont dépourvues. Et les historiens des techniques savent qu’il y a une relation très ancienne entre l’historiographie du capitalisme manufacturier et les processus de #réification et de #fétichisation. C’est pourquoi l’étude du célèbre chiasme marxiste de la réification et de la fétichisation m’a toujours particulièrement intéressé. Comment ces attributions arrivent-elles et comment ce double mouvement se déploie-t-il ? Quelle est son histoire et quel rôle joue-t-il dans l’histoire de la science ? C’est, en un sens, la réponse à la question biographique : il s’agit d’une longue et sans doute infructueuse tentative pour expliquer ensemble les processus de réification et de fétichisation. L’histoire de la déqualification tend à être une simple histoire de la réification, où le « savoir gestuel » se matérialise dans des dispositifs mécaniques. Quant à l’histoire du fétichisme, elle se résume à une simple histoire de la consommation où les consommateurs sont constamment cernés par le fantasme. Mais il y a évidemment une relation entre les deux, et les historiens des sciences et des techniques devraient avoir beaucoup de choses à en dire. Les automates, la déqualification, les différentes machines, le calcul mécanique, le mouvement perpétuel et les télégraphes, le laboratoire plus généralement, sont devenus des lieux où il est très intéressant d’enquêter pour qui s’intéresse non pas seulement aux deux processus, mais à la simultanéité des deux processus : c’est là que se trouve la réponse adéquate.

      [...]

      Ce qui est nouveau dans mon travail, c’est l’idée que les décisions #techniques, toutes les décisions techniques, reposent sur des #cosmologies_politiques. Et encourager un système technique pour ses qualités et sa valeur, c’est encourager en même temps la valeur et les qualités d’un système social. Et la médiation entre les deux est le mot très ennuyeux de « savoir », précisément. Qui est l’expert ? Qui doit-on croire ? La distribution de la #confiance va de pair avec des projets techniques autant qu’elle va de pair avec les systèmes de formation étatique. Cette idée n’est certainement pas neuve, mais reste intéressante : entre les techniques et l’#État, il y a une articulation très importante qui est le problème de la fiabilité.

  • Une pensée sur la crête, Paul Ariès - Entropia La Revue
    http://www.entropia-la-revue.org/spip.php?article118

    La décroissance est une pensée sur la crête, qui peut conduire au meilleur comme au pire. Le meilleur est ce qui permet aux peuples de reprendre espoir dans l’avènement d’une société plus humaine, en ayant, pour cela, tiré toutes les leçons des tragédies passées. Le pire serait de préparer l’avènement d’une société dont nous ne voudrions pas. (...)

    Il n’est certes jamais possible d’écrire l’histoire avant qu’elle ne se fasse, mais on doit se prémunir contre certains « virus » idéologiques en commençant par faire la chasse aux concepts équivoques.

    pour mes #archives ; #décroissance et #extrême-droite

    • Vu que ça n’a plus de sens sur l’autre sujet, je remets ici mon commentaire que j’avais fait après avoir lu cet article.

      Pfiou, lu l’article.

      Alors attention : tout en dégommant et mettant en garde avec raison à propos de gens d’extrême droite qui s’approchent de la décroissance, l’article est à mon avis plus vicelard que ça. Procédé récurent chez Ariès, il en profite quasiment à chaque chapitre pour faire des amalgames en incluant dans sa critique des gens qui n’ont absolument rien à voir avec la droite, ni le biorégionalisme, paganisme ou autre, mais qui ont critiqué SA manière de voir la décroissance. Notamment tous ceux qui ont critiqué son besoin de créer un parti politique. Il met volontairement dans le même sac, mais la plupart du temps sans nommer personne, des individus (Latouche, Jappe) ou des groupes (des mouvements décroissants plus portés vers l’anarchisme, les animateurs de decroissance.info, etc) avec d’autres individus et groupes de droite, organicistes, naturaliste, blablabla.

      Pour avoir suivi pendant plusieurs années ces débats au moment où ça se montait (les revues des différents courants, le parti, l’assez génial forum de decroissance.info, entre autre), c’est clair qu’il y a un rapport. (L’article en question datant bien du n°1 d’Entropia en 2006.) @bug_in pourra éventuellement témoigner de cette époque aussi. :D

      C’est intéressant bien évidemment. Mais ya pas que la critique de la droite dedans quoi.

    • J’aime beaucoup ce passage qui dit en substance que l’égalité n’est pas un postulat « physique » de départ, mais un objectif politique.
      Cela correspond vraiment à ma grille de lecture, et corrobore la lecture de Gouyon (http://seenthis.net/messages/67182) qui invite droite et gauche à accepter les éclairages des études scientifiques pour dépasser leurs dogmes fondateurs, au lieu de vouloir utiliser la science pour asseoir leurs représentations idéologiques...
      Laissons la nature là où elle est, avec ses splendeurs et ses horreurs, y compris en nous-mêmes, et occupons-nous de nous-mêmes pour la dépasser et construire un monde vivable...

      L’égalité ne se mesure ni dans les gènes ni dans un musée des arts et traditions populaires. L’égal est « simplement » celui que je reconnais comme égal [16]. L’égalité est certes une fiction, mais nous devons nous y accrocher. N’oublions pas que l’un des premiers gestes de la première République, puis de la deuxième, fut de proclamer l’interdiction de l’esclavage… On ne joue pas impunément à restreindre l’égalité. On ne joue pas plus impunément à l’étendre, car il ne peut y avoir d’union sans division. Le piège est aussi terrible que l’équilibre est instable. Quelle(s) limite(s) à l’humanité au moment où l’idéologie de la croissance ne rêve que de clonage, de « cyborgisation », etc. ? Ne nous laissons pas piéger par ceux qui, sous prétexte de dénoncer « l’égalitarisme », osent comparer l’uniformisation et l’égalité. Le propre de l’égalité est de défaire des inégalités (naturelles, sociales). Il n’y a donc d’égalité que dans la séparation (d’avec notre animalité). Comme il n’y a de politique et de démocratie que dans la division, c’est-à-dire dans ce même pouvoir de défaire.

      Sinon la chasse aux concepts équivoques est indispensable, tout le monde sera d’accord avec ça je crois. Ensuite le différend porte sur ce que l’on en fait. Faut il les éradiquer avant d’avancer dans la décroissance, ou bien avancer dans la décroissance en gardant comme objectif de les combattre sur la durée ?

    • L’antifascisme est un préalable élémentaire à toute action politique. Si quelqu’un n’est pas d’accord, c’est son droit ; mais alors il est clair qu’on n’appartient pas au même « camp » et qu’il n’y a pas d’objectif commun. À bon entendeur, salut ; les autres, vous pouvez m’oublier.

    • Qu’est-ce que le #fascisme, aujourd’hui ?

      Ce n’est pas de la provoc, c’est une vraie question qui mérite plus qu’un copié-collé du dico, tant le mot a été galvaudé à force d’être jeté à la gueule de tout le monde comme un anathème.
      Le fascisme est un truc super sérieux pour moi et le fait que tout le monde l’emploie à tort et à travers, essentiellement pour faire taire ceux qui ne pensent pas exactement comme eux, est un danger mortel. D’ailleurs, ma gosse m’a déjà fait le coup de me traiter de fasciste parce que je faisais mon job de parent.... Affligeant, mais terriblement de son temps.

      Pour moi, le fascisme, ça a été la rencontre brutale avec le #nazisme à travers la #Shoah. Nous étions là face à l’aboutissement de la pensée fasciste, dans sa version la plus industrielle.
      Ce choc intellectuel m’a poussé à reconsidérer ma place dans ma propre famille, laquelle était ouvertement raciste et xénophobe. J’ai parcouru un long chemin intellectuel et personnel par rapport à la pensée fasciste, raciste, totalitaire (trois notions connexes et pourtant différentes) pour tenter de comprendre ce qui était totalement impensable de mon point de vue : la machinerie de l’#antisémitisme, jusqu’à en faire un sujet de mémoire de recherche, un peu envers et contre tous : http://ethologie.free.fr/memoires

      Bien sûr, à l’occasion de ce travail, j’ai rencontré la pensée d’Hannah #Arendt et cette rencontre intellectuelle a profondément changé mes grilles de lectures sur les questions du #totalitarisme... et de beaucoup de mots en #isme, d’ailleurs.

      Ça, c’est le premier point : on doit délimiter ce dont on parle.

      Ensuite, quelle est la place de l’#anticapitalisme dans cette grille de lecture ?

      L’#altermondialisme tel qu’il a commencé à vraiment se populariser au début du siècle, a apporté une nouvelle couche à ma manière de penser le monde et les trucs en #isme. Bien sûr, en bon petit soldat de la #sociologie contemporaine, j’ai mangé ma dose de Weber et donc développé un esprit critique de plus en plus affirmé face au dogme économique dominant.

      La chute du mur de Berlin est effectivement un moment important, parce qu’il symbolise la fin de l’alternative au capitalisme, et donc le commencement de son emprise totalitaire sur le monde. Quant au 11 septembre, il marque à mon sens le basculement de #cosmologie qui découle de l’emprise du capitalisme sans entraves, à savoir une vision manichéenne du monde où on ne peut plus être que thuriféraire du système ou son ennemi à abattre. Depuis, c’est l’injonction permanente de #TINA et la mise en scène redondante de notre incapacité, non seulement de résister à cette emprise totale du dogme, mais à seulement penser hors du cadre du dogme.

      Et nos #fachos dans tout ça ?

      C’est à peu près ici que j’atteins mon point d’achoppement (le moment où je dois creuser plus loin, plus longtemps, dépasser les contradictions et tenter d’y voir plus clair).
      J’ai l’intuition forte que ces deux totalitarismes se complètent et se répondent parfaitement bien, que l’un nourrit l’autre, qu’ils sont des symbiotes monstrueux et du coup, je tends à penser que le combat intellectuel doit lui aussi être total et doit, quelque part, résoudre la question de l’œuf et de la poule.

      Capitalisme et fascisme partagent absolument les mêmes #présupposés, à savoir la « nature » intrinsèquement #inégalitaire et #hiérarchisée de l’humanité. Seule cette cosmologie permet la domination de ces deux idéologies sur nos sociétés, les justifie, chacune à sa manière.
      C’est parce que les êtres humains sont considérés dès le départ comme inégaux que peut être justifiée leur hiérarchisation et donc le fait que certains humains, considérés comme supérieurs aux autres, méritent plus et mieux que les autres, jusqu’à la confiscation des ressources vitales, jusqu’à la destruction directe ou incidente de tous ceux qui seront forcément considérés comme #surnuméraires.

      Inégalités et hiérarchisations permettent donc de justifier la #domination de certains sur tous les autres, que ce soit par leur phénotype, leur naissance, leur classe sociale, leur sexe, leur domicile, leurs préférences sexuelles ou leur fortune personnelle.

      Voilà où j’en suis, aujourd’hui.

    • @monolecte : merci pour cette réflexion que je partage dans les grandes lignes, mais j’ai un point à éclaircir.

      Capitalisme et fascisme partagent absolument les mêmes #présupposés, à savoir la « nature » intrinsèquement #inégalitaire et #hiérarchisée de l’humanité.

      La nature n’est pas intrinsèquement inégalitaire. Elle est juste diverse. Elle ne hiérarchise rien. C’est le système de valeur de l’esprit humain qui hiérarchise. Factuellement, comme disait Coluche, y a les grands, les petits, les blancs, les noirs, etc... on est tous égaux, mais le petit noir il sera moins égaux que les autres, ça c’est le système de valeurs idéologique qui l’établit.

      La nature n’est pas intrinsèquement égalitaire non plus. Elle est barbare. Elle tolère les dominations. Elle ne sanctionne pas le loup qui bouffe l’agneau, elle offre la survie à l’un, la mort à l’autre. La foudre ne s’abat pas sur l’être vivant qui massacre son frère.
      Si les humains en temps normal ne massacrent pas leurs frères, c’est grâce à leur construction idéologique.

      Pourquoi je dis ça ? Parce que je déplore à gauche qu’on mette le couvercle sur notre animalité de départ, sur la diversité de nos corps physiques dont on hérite de la nature, au motif que cela légitimerait les hiérarchisations et donc les dominations, le racisme, le sexisme et donc le capitalisme et le fascisme... Non non et non.
      Je souffre quand j’entends des gens de gauche recourir à la science pour se défendre face aux réacs/fachos que ceci ou cela n’est pas « contre-nature » pour combattre une inégalité ou une domination. Pour moi il n’y a qu’une réponse à avoir, c’est « oui, c’est peut être contre-nature. Et ben tant mieux ! »
      Car le problème n’est pas un problème de vérité scientifique. Le problème est une question de principe moral, de ce que l’humain peut et doit considérer comme règle, sous peine de rester animal..

      Donc pour revenir au sujet initial, et même si je ne suis pas sûr de comprendre la contrariété de @fil , garder à l’esprit cet enjeu fondamental de civilisation (se libérer de notre « animalité ») peut permettre de remplir localement des objetifs transitoires avec ceux qui n’ont pas (encore) cette vision là, mais qu’il faudra convaincre tôt ou tard, vu qu’on ne peut cohabiter paisiblement avec des barbares..

    • @monolecte à en croire mes lointains souvenirs de jeunesse, l’antifachisme se définit positivement comme l’ensemble des valeurs auxquelles le fachisme (mussolinien) s’opposait explicitement, dont la liste est donnée par la Wikipedia-fr pour ceux que la chose intéresse.

      Plus fondamentalement, ce qu’apporte au Capital les divisions du prolétariat est tellement évident que je ne peux à titre personnel cautionner quelque ostracisme que ce soit d’un camarade travailleur (mais pour les intellectuels, c’est bien entendu tout autre chose...)

    • Si tu n’as pas compris, prends ton temps ; relis par exemple les réponses de @supergeante et de @moderne

      @fil, je ne cherche pas la polémique, je pense avoir compris vos positions, j’ai donné en retour la mienne, y a des écarts, ok. Sincèrement ce qui m’échappe, c’est pourquoi ce débat est-il si sensible, pourquoi on en ferait une affaire personnelle, à parler de « camps » et de boycott de discussion. Je n’ai lu aucun propos louant ou même cautionnant les idées de De Benoist dans cette discussion.
      Donc soit nos pensées sont contaminées par ce mec et on s’en rend pas compte, et dans ce cas il serait utile d’identifier où et comment, soit on se fait un peu plus confiance dans le fait qu’on va pas devenir facho du jour au lendemain parce qu’on a lu son bouquin, ou qu’on a lu l’analyse de quelqu’un qui a lu son bouquin (JL Prat).

      JL Prat n’est pas dupe, nous non plus. Elle est où la complaisance ? Il s’agit juste de comprendre ce qu’un réac vient chercher dans le concept de décroissance, comment il va s’en servir. Pas de réhabiliter le réac, ni adhérer à ses idées... Je n’invente pas, quand JL Prat écrit ceci (c’est dans le texte), est-ce encore trop ambigu ?

      “Un intellectuel qui conçoit son œuvre sous l’angle de la stratégie est tout simplement nul”, comme Alain de Benoist l’a fort bien dit en d’autres temps, mais cela n’exclut pas qu’un grand intellectuel soit aussi un stratège. Le fondateur du GRECE s’est intéressé à la mouvance écologique à partir du moment où elle lui est apparue comme un milieu perméable aux idées qu’il défend et s’efforce de propager, ces idées qui devraient rendre obsolète le vieux clivage droite/gauche, puisqu’elles associent l’intention révolutionnaire à la préservation du milieu naturel, définissant ainsi l’objet d’une révolution conservatrice, ordonnée, comme il dit, au “conservatisme des valeurs”.

      (texte intégral ici http://seenthis.net/messages/157025)