• Notes anthropologiques (XXII)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XXII

    Dionysos ou la déraison grecque
    Première partie : Les pouvoirs de l’esprit

    J’entends par esprit, l’esprit d’une société : la pensée dans son envergure sociale partagée par tous les membres de ladite société, formant ainsi une véritable communauté de pensée, sans qu’il y ait séparation à l’intérieur de la société entre ceux qui auraient la pensée de l’activité sociale dans son ampleur générique et ceux qui en seraient dépourvus. C’est en Grèce, vers le VIe siècle un peu avant l’époque dite classique, que la raison serait née avec la polis et la démocratie, elle y aurait connu ses premiers balbutiements avec les physiciens de Milet, puis elle aurait pris son envol avec des philosophes prestigieux à partir de l’époque classique, Socrate, Platon, Aristote… Hormis l’art de bien raisonner c’est-à-dire de tenir un discours qui ne se contredit pas, la raison repose essentiellement sur la séparation entre le monde des idées et l’univers de la non-pensée dit encore naturel — le monde réduit à son paraître. (...)

    #anthropologie #Grèce_antique #Dionysos #cosmovision #E.R._Dodds #tarentelle #transe #ménadisme #folie #hystérie #guérison #Michel_Leiris #Bertrand_Hell

  • Notes anthropologiques (XVIII)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XVIII

    L’objet de valeur
    Première partie, l’objet

    À partir de quel moment l’objet nous est-il apparu dans sa crudité ? À partir de quel moment notre environnement a-t-il été perçu comme nature ? À partir de quel moment tout ce qui n’est pas nous, le non-soi, a-t-il été conçu comme objet, comme une chose qui n’était animée par aucune intention ou volonté propre ? La constitution de l’objet tel qu’on peut le concevoir aujourd’hui ne fut pas une donnée spontanée ou immédiate de la conscience, elle a exigé un profond bouleversement et une remise en cause de l’idée que nous nous faisions de la réalité. Cette séparation que nous marquons instinctivement entre le monde de la pensée et celui de la non-pensée peut être datée, elle est issue de l’expérience, comme toutes nos conceptions de l’être et de la réalité. Elle ne s’est pas faite du jour au lendemain, elle a été progressive, elle a demandé des siècles avant de devenir une donnée de la conscience pour certains et certaines d’entre nous. Elle est loin d’être partagée par tout le genre humain. (...)

    #philosophie #science #sujet/objet #Platon #Kant #Descola #Dieu #esprit #matière #cosmovision #individu #monnaie

  • Notes anthropologiques (XVII)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XVII

    Où il est question de la pensée et de son aliénation

    Dans son essai sur Dionysos, Maria Daraki en évoquant la cosmogonie antique des Grecs écrit : « Au sein d’une culture qui, aux humains, assigne l’identité d’“homme-sexe” et de “femme-sexe”, les morts se donnent à Terre. Les femmes y trouvent un “amant”, les hommes une “amante”. Une telle mort, il faut la vouloir, c’est en cela que se résume la piété. » Et un peu plus loin : « Pour Empédocle, Terre est une sphère dont les “larges flancs” enferme le “feu” de l’union sexuelle cosmique… » Puis elle ajoute : « Et l’on reste rêveur. Alors que, pour la pensée scientifique des siècles classiques, la terre est un disque plat et immobile, pour cette pensée entièrement magique, la terre est une sphère, elle est remplie de feu et elle tourne ! »

    Ce sont sans doute les chamans des tribus indiennes ou indigènes encore existantes qui, à travers les techniques de l’extase, se rapprochent le plus de ce centre spirituel, de cette illumination visionnaire et prophétique qui accompagne l’efflorescence de la pensée. (...)

    #anthropologie #pensée #aliénation #individu #cosmovision #sacrifice

  • Parler à l’oreille des dieux

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Parler-a-l-oreille-des-dieux

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir,
    une « petite archéologie de la pensée mexicaine »,
    paraît en feuilleton, deux fois par mois,
    sur « la voie du jaguar ».

    Derrière le presque parfait conformisme des Indiens, nous avons noté quelques accrocs, des « éléments perturbateurs », qui sont autant d’indices d’une pensée différente. En Europe, l’Église catholique devait se confronter à ce qu’elle appelait des hérésies : une pensée chrétienne qui critiquait le dogme catholique ; elle devait aussi s’adapter peu à peu au monde moderne, qui émergeait et qui critiquait de plus en plus ce qu’il considérait comme des archaïsmes trop bien tolérés par la religion catholique (ce côté paganisme « chrétien » des communautés paysannes par exemple). Dans le cas de la rébellion de Cancuc, elle se trouve face à une pensée non chrétienne qui ne prend pas une position critique par rapport au culte catholique. (...)

    #Mésoamérique #religion #rébellion #Chiapas #histoire #Église #catholicisme #nahualisme #Vierge-jaguar #cosmovision

  • L’être et ses autres

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/L-etre-et-ses-autres

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir,
    une « petite archéologie de la pensée mexicaine »,
    paraît en feuilleton, deux fois par mois,
    sur « la voie du jaguar ».

    Pour le chrétien, l’individu est séparé entre l’esprit (l’âme) et le corps (le physique), entre une entité immortelle, l’âme, ou l’être ; et une part mortelle, perçue comme naturelle, c’est-à-dire comme une réalité non spirituelle. Et l’âme, ou l’esprit, commande et domine le corps comme l’homme domine la nature. La mort libère l’âme prisonnière ou enfermée dans le corps. Pour la pensée mésoaméricaine, le corps-physique tel que nous l’entendons n’existe tout simplement pas, seul existe un corps métaphysique, un corps qui se présente comme une actualisation de l’être, comme une modalité de l’être. (...)

    #Mésoamérique #religion #animisme #Mayas #nahualisme #chamanisme #cosmovision

  • L’aigle et la pucelle

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/L-aigle-et-la-pucelle

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir,
    une « petite archéologie de la pensée mexicaine »,
    paraît en feuilleton, deux fois par mois,
    sur « la voie du jaguar ».

    Le récit que font les Indiens Quiché des batailles engagées contre les troupes espagnoles commandées par Alvarado, le fameux capitaine de Cortés chargé de la conquête du Guatemala, possède toute la puissance du mythe ; il en a aussi toutes les caractéristiques. Il transforme un événement historique en événement culturel : les conséquences de l’événement sont telles qu’elles modifient en profondeur le destin collectif. Il est la « vérité » de l’histoire dans le sens où cette histoire marque un tournant au point de transformer le destin de tout un peuple. Le récit mythique se présente comme une transposition du récit historique, son domaine n’est plus celui des événements mais celui de l’idée, le fait historique se métamorphose en fait culturel, l’événement est saisi par le feu visionnaire de la pensée. (...)

    #Mésoamérique #histoire #religion #Mayas #mythologie #cosmovision

  • Je suis celui qui vient accomplir vos propres prophéties

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/Je-suis-celui-qui-vient-accomplir

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir,
    une « petite archéologie de la pensée mexicaine »,
    paraît en feuilleton, deux fois par mois,
    sur « la voie du jaguar ».

    Le tun, pour les Mayas, est une année de 18 mois de 20 jours chacun (360 jours), le haab correspond à notre année solaire (365 jours) ; vingt tunes forment un katún ; treize retours d’un katún correspondent à 256 années. Ce calendrier solaire est complété par un calendrier rituel, le tzolkin de 260 jours, chaque jour possède un numéro de 1 à 13 et un nom d’une liste de vingt noms. Le travail de prédiction joue sur la correspondance entre ces calendriers et sur le retour cyclique des mêmes occurrences. Au calendrier lunaire et au calendrier solaire s’ajoute un troisième calendrier, qui est le calendrier vénusien, ce qui reporte les chances du retour d’une même occurrence tous les treize katunes ou 256 ans, c’est le cycle le plus long. Cette roue des temps où s’emboîtent et s’imbriquent dans un système d’une grande complexité les dents des différents cycles détermine et écrit le destin des êtres, des civilisations et des dieux. (...)

    #Mexique #histoire #religion #Mayas #Chilam_Balam #prophétie #cosmovision

  • La liturgie du sacrifice

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/La-liturgie-du-sacrifice

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir,
    une « petite archéologie de la pensée mexicaine »,
    paraît en feuilleton, deux fois par mois,
    sur « la voie du jaguar ».

    Troisième partie : La rebelle
    La Vierge de Cancuc

    La conquête du Mexique a consisté à mettre fin à une organisation sociale complexe en étroite relation avec un système de pensée tout aussi complexe pour lui substituer l’ordre du vainqueur, lui-même intimement lié à tout un système de pensée, le christianisme. Hernán Cortés s’est avéré un diplomate redoutable, sachant conclure des alliances circonstancielles tout en poursuivant une fin terrible : la soumission absolue ou l’anéantissement. Les conquistadores étaient des prédateurs, le bras armé et impitoyable de l’Empire chrétien d’Occident. Quand il ne leur était pas possible de soumettre entièrement les peuples, ce qui a pu se passer avec les tribus nomades du Nord ou les tribus caraïbes du Sud, les conquérants ne voyaient pas d’autres alternatives que l’élimination physique pure et simple (...)

    #Mexique #histoire #religion #civilisations #christianisme #sacrifice #Aztèques #revitalisation #Christ #cosmovision

  • Notes anthropologiques (II)

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-II

    Lorsqu’un serpent mord une personne, son esprit pénètre dans le corps de la victime, s’y transforme à nouveau en serpent et le chaman doit, pour guérir son patient, extraire par succion les os et les crocs du reptile réincarné. Cette explication du mal causé par la morsure d’un serpent, rapportée par Alfred Métraux dans son article sur « Le chamanisme chez les Indiens du Grand Chaco », nous plonge dans une tout autre vision du monde. Le venin n’est pas saisi comme une chose dotée de certaines propriétés, mais comme sujet, nous pourrions même avancer qu’il se transforme en sujet devant nos yeux ; c’est un sujet-esprit en quelque sorte mais qui reste tout de même bien concret, un serpent en chair et en os et en crocs. Le venin, ou l’esprit du serpent, ne se conçoit pas abstrait de son efficience c’est-à-dire de son mode d’être, de son corps. Et c’est au sein de cette vision de la réalité où l’esprit s’actualise selon un certain mode, le serpent n’étant que le corps de l’esprit ou le mode d’être du venin, qu’agit le chaman. (...)

    #anthropologie #chamanisme #science #Alfred_Métraux #Marcel_Mauss #don #échange #Lévi-Strauss #cosmovision

  • Vierge indienne et Christ noir

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/Vierge-indienne-et-Christ-noir-1412

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir,
    une « petite archéologie de la pensée mexicaine »,
    paraît en feuilleton, deux fois par mois,
    sur « la voie du jaguar ».

    Avec la Morena, la Vierge à la fois indienne et métisse, nous touchons à une subtile continuité derrière la différence plus ou moins affichée des croyances. Au XVIe, XVIIe et même au XVIIIe siècle, les pèlerins qui visitaient le sanctuaire du Tepeyac rendaient un culte à deux divinités bien différentes ; ils suivaient des chemins parallèles qui ne pouvaient pas se rencontrer. Les uns faisaient dévotion à la Vierge chrétienne, dont la figure s’est enrichie de contenus différents au cours de l’histoire de la colonie ; les autres continuaient à rendre un culte à Tonantzin, la déesse Mère des Mexica. Les métis de luxe devaient tirer leur foi du côté créole ; quant aux métis pauvres, leur penchant devait les tirer du côté indien. Peu à peu cette population métisse va prendre de plus en plus d’importance aux dépens de la population créole proprement dite et de la population indienne. (...)

    #Mexique #histoire #religion #cosmogonie #Terre_Mère #Huichol #peuples_originaires #inframonde #Christ #jaguar #chamanisme #cosmovision

  • La Morena

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/La-Morena

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir,
    une « petite archéologie de la pensée mexicaine »,
    paraît en feuilleton, deux fois par mois,
    sur « la voie du jaguar ».

    Nous avons pu avoir le sentiment que, pendant les trois siècles de la colonie, les créoles avaient gardé le contrôle de la pensée et, par là même, du contenu donné à la Vierge de Guadalupe, faisant en sorte que le contenu apporté par les peuples indiens restât confiné dans la clandestinité, dans l’intimité d’une pensée opprimée. En 1810, ce contenu leur échappe brusquement, l’initiative appartient au petit peuple des campagnes du Michoacán, ou plutôt aux Purépecha qui se soulèvent pour rejoindre, sous l’étendard de la Vierge, Miguel Hidalgo, le curé messie et le général en chef de « l’armée de la liberté ». Ce peuple en armes donne, dès le départ, un contenu messianique à l’image de la Vierge : elle est comme l’image d’une liberté recouvrée, annonciatrice d’un nouveau soleil ou Âge cosmique, et elle va les soutenir dans leur lutte contre l’oppresseur. Pour ces paysans indigènes armés, l’oppresseur n’est pas uniquement le bureaucrate espagnol (« mort aux gachupines ! »), il a un visage beaucoup plus proche d’eux : celui du riche colon, du propriétaire des mines ou du grand propriétaire terrien. (...)

    #Mexique #histoire #religion #guerre_d'indépendance #révolution #zapatistes #Terre_Mère #cristeros #peuples_originaires #cosmovision

  • Les inconstances d’une vierge

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/Les-inconstances-d-une-vierge

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir,
    une « petite archéologie de la pensée mexicaine »,
    paraît en feuilleton, deux fois par mois,
    sur « la voie du jaguar ».

    À la différence de l’original d’Estrémadure, la Guadalupana mexicaine n’est pas une vierge noire, elle a été créole, la « créole prodigieuse et sacrée » de Miguel Sánchez, aujourd’hui elle est plutôt mexicaine et métisse, elle fut indienne, elle l’est toujours et, parfois, transparaissent, derrière son visage lisse, les traits d’une déesse chtonienne, la Terre Mère ou Madre Tierra, des peuples indiens. Elle se trouve entre deux mondes et paraît hésiter à prendre le parti de l’un contre l’autre. Elle est métisse dans ses hésitations. (...)

    #Mexique #histoire #religion #dualité #Terre_Mère #entre-deux-mondes #peuples_originaires #cosmovision

  • Celle à la jupe de serpents

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/Celle-a-la-jupe-de-serpents

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir,
    une « petite archéologie de la pensée mexicaine »,
    paraît en feuilleton, deux fois par mois,
    sur « la voie du jaguar ».

    Une gravure de Posada reproduite sur la page de couverture du livre de León-Portilla Tonantzin Guadalupe nous fait entrevoir ou, plutôt, pressentir ces correspondances souterraines, ces substitutions clandestines, ces glissements vertigineux d’un univers mental à un autre univers mental. Ce fragment d’une gravure nous montre la population d’un village mexicain agenouillée devant l’apparition miraculeuse d’une image de la Vierge de Guadalupe Tepeyac au cœur d’un agave majestueux.

    Faisons maintenant une petite incursion dans l’univers religieux des Aztèques : nous pouvons voir au Musée d’anthropologie de Mexico une statue gigantesque, d’une rare et terrifiante beauté. Elle représente Coatlicue, la déesse mère primitive avec sa jupe de serpents entrelacés. (...)

    #Mexique #histoire #religion #dualité #Terre_Mère #sacrifice #peuples_originaires #cosmovision

  • Avoir quelqu’un dans la peau

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/Avoir-quelqu-un-dans-la-peau

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir,
    une « petite archéologie de la pensée mexicaine »,
    paraît en feuilleton, deux fois par mois, sur « la voie du jaguar ».

    Au sujet de la peinture de la Vierge qui se trouve dans l’église de Tepeyac, le bachelier Miguel Sánchez, qui est tout de même théologien, en vient à affirmer de manière bien catégorique : « Je ne doute pas que sur cette toile la Vierge soit avec son image. » Il rejoint ainsi, après plus d’un siècle de dictature chrétienne, et sans que l’Église y trouve à redire, la conception indienne, qui veut que les dieux soient réellement présents dans l’image ou le signe qui les représente. Dans la société mésoaméricaine, on est l’être de son apparence : « L’être se confond avec le paraître, mais le paraître est perçu comme tel, c’est-à-dire comme extériorité. » Les Aztèques utiliseront le terme de « peau », d’« écorce », de « couverture » pour expliquer ce concept d’ixiptla (...)

    #Mexique #histoire #religion #nahual #dualité #Église #peuples_originaires #cosmovision

  • La conversion des dieux

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/La-conversion-des-dieux

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir,
    une « petite archéologie de la pensée mexicaine »,
    paraît en feuilleton, deux fois par mois, sur « la voie du jaguar ».

    Le « chant » traditionnel mexicain est un genre littéraire qui obéit à un certain formalisme : langage noble et soutenu, formules révérencielles, aphorismes, figures de style, images, métaphores, que nous retrouvons d’un « chant » à l’autre. Le poème ne cherche pas, semble-t-il, à exprimer une pensée ou une sensibilité originales, il est plutôt l’art de bien dire, l’art d’énoncer des sentiments, des dispositions d’esprit, des « vérités » et des idées convenus et appropriés. Cette tradition fait partie du goût prononcé des Mexicains pour la rhétorique, quand chaque situation appelle un discours convenu ; n’oublions pas que l’empereur est appelé Tlatoani, Maître de la parole. Nous sommes peut-être d’autant plus sensibles à ce conformisme qu’il ne nous est pas familier. (...)

    #Mexique #histoire #religion #cosmogonie #dualité #Église #peuples_originaires #cosmovision

  • Nican mopohua

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/Nican-mopohua

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir,
    une « petite archéologie de la pensée mexicaine »,
    paraît en feuilleton, deux fois par mois, sur « la voie du jaguar ».

    Deuxième partie : La mexicana
    Tonantzin-Guadalupe

    Ce n’est pas le moindre paradoxe de toute cette histoire de trouver à son origine deux œuvres sublimes dues à deux artistes indigènes, comme si le christianisme, en se chargeant et en s’enrichissant d’une sensibilité nouvelle et d’une pensée étrangère, trouvait là un nouvel élan, dont allait profiter la société née de la conquête. Ces deux artistes ne sont pas tout à fait anonymes. Le peintre, à qui nous devons la fameuse toile représentant la Vierge, se nomme Marcos Cipac, du moins si nous nous référons à la réponse du Provincial des franciscains, Bustamante, à l’archevêque Montúfar : una imagen pintada ayer por un indio llamado Marcos (« une image peinte hier par un Indien appelé Marcos ») ; et l’écrivain, à qui nous devons la légende, s’appellerait Antonio Valeriano. (...)

    #Mexique #histoire #religion #mythologie #Église #peuples_originaires #cosmovision

  • Le chamane et le serpent à sonnette

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/Le-chamane-et-le-serpent-a

    Le chamane est tout à la fois un homme, un serpent à sonnette, un ours, un bouleau et un caribou ; le point de rencontre est l’humain partagé, le chamane et ses doubles. Seulement un événement a eu lieu en ces temps-là d’une vie sociale élargie à tous les vivants. Ce n’était pas non plus un monde indifférencié, comme le suggèrent certains anthropologues, le lynx était bien Lynx avec ses penchants incestueux et le corbeau, Corbeau avec son goût prononcé pour la moquerie, seulement tous communiquaient avec tous dans une sorte de Comédie humaine universelle. Un événement eut lieu, qui a apporté la division et chacun s’est retrouvé enfermé dans son espèce, dans sa particularité. L’espèce a limité l’horizon de l’humanité de chacun. Chaque espèce est devenue humaine pour son propre compte. Les sangliers sont restés humains, mais entre eux ; les acacias sont restés humains, mais entre eux ; les jaguars aussi, les ours aussi, les hommes aussi (et c’est beaucoup dire pour les hommes !). (...)

    #anthropologie #peuples_amérindiens #Aborigènes #cosmovision #nature #culture #Eduardo_Viveiros_de_Castro #Nastassja_Martin #Émile_Durkheim #

  • Le mélange des genres

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/Le-melange-des-genres

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir, une « petite archéologie de la pensée mexicaine », paraît en feuilleton, deux fois par mois, sur « la voie du jaguar ».

    Le Mexique se trouve au point de confluence de deux grandes civilisations : la civilisation mésoaméricaine et la civilisation occidentale, qui, comme deux fleuves puissants, vont suivre des chemins parallèles pendant un certain temps avant de mélanger leurs eaux peu à peu pour former le monde métis que nous connaissons. Mais ce monde métis, pris entre les deux extrêmes représentés par le monde indien accroché à ses traditions et le monde que nous appelons par commodité occidental, est loin d’être homogène. Avons-nous affaire concernant ce « métissage » à une forme de syncrétisme religieux entre une cosmogonie d’origine mésoaméricaine et une cosmogonie chrétienne ? (...)

    #Mexique #archéologie #religion #cosmovision #civilisations #Octavio_Paz

  • L’odyssée mexicaine

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/L-odyssee-mexicaine

    L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir, une « petite archéologie de la pensée mexicaine », paraît en feuilleton, deux fois par mois, sur « la voie du jaguar ».

    Quand les premiers franciscains ont débarqué au Mexique en 1524 pour entreprendre la conquête spirituelle du monde mésoaméricain, ils se sont confrontés à un système de pensée élaboré. Ils durent marquer leur différence, c’est-à-dire présenter la religion chrétienne dans ce qui la différencie des autres religions : le mystère de la Trinité. Au départ, les premiers missionnaires n’ont pas cherché à composer avec les croyances et les dieux des peuples du Mexique, ils étaient porteurs d’une religion chrétienne qu’ils voulaient pure de tout compromis. Ils devaient forcer le trait afin d’éviter toute confusion, s’arc-bouter sur le principe de base du christianisme : la transcendance de la pensée. Ils ont vite compris aussi qu’ils devaient changer la manière de vivre des peuples indiens s’ils voulaient changer leur croyance. (...)

    #Mexique #archéologie #religion #cosmovision #métamorphose #soulèvements #feuilleton