country:brunei

  • Oh quel généreux sultan...
    Le sultan de #Brunei dit ne pas vouloir imposer la #peine_de_mort pour les homosexuels

    Fortement critiqué ces dernières semaines, le sultan de Brunei a affirmé dimanche qu’il étendra le #moratoire sur la peine capitale aux condamnations à mort en cas d’homosexualité et d’#adultère instaurées dans le cadre de la #charia.


    https://www.france24.com/fr/20190505-brunei-peine-mort-homosexualite-charia?ref=tw_i
    #homosexualité #homophobie #LGBT

  • Instauration de la #charia à Brunei : l’indignation de l’Occident traduit ses peurs

    Le Parlement européen a voté jeudi 18 avril en faveur de #sanctions contre Brunei où, depuis le début du mois, les relations homosexuelles ou adultères peuvent être punies de mort par #lapidation. Curieusement, cet universitaire irakien estime que ces peines sont d’ordre dissuasif et que les condamnations de l’Occident traduisent une crainte d’un “éveil des nations” musulmanes.


    https://www.courrierinternational.com/article/opinion-instauration-de-la-charia-brunei-lindignation-de-locc
    #Brunei #homosexualité #homophobie #LGBT

  • Pourquoi le sultan de Brunei qui veut lapider les homosexuels a la médaille d’or de la ville de Toulouse (et la légion d’honneur)
    https://www.ladepeche.fr/2019/04/11/pourquoi-le-sultan-du-brunei-qui-veut-lapider-les-homosexuels-a-la-medaill

    Entre la famille Bolkiah et Airbus, c’est une histoire d’amour. En 2006, le frère d’Hassanal, le prince Jefri, offrait un Airbus à sa fille pour ses 18 ans et ne cachait pas sa collection de 17 avions parmi lesquels un Boeing 747 aménagé pour transporter ses chevaux de polo et un hélicoptère. Le monarque de 63 ans est lui-même aussi fou des Airbus qu’il qualifie « d’excellents avions ». Il en possède quatre : un A 310 et trois A340. C’est d’ailleurs probablement parce que le sultanat est un client d’Airbus que lui avait été remis la médaille de la ville, à l’issue d’une commande passée chez le constructeur aéronautique.

    La légion d’honneur
    Par ailleurs, Hassanal Bolkiah est également grand-croix de la Légion d’honneur. Une distinction qui désigne la dignité la plus élevée de l’ordre de la légion d’honneur. L’article du code de la Légion d’honneur fixe le nombre maximal de grands-croix à 75. Il y en avait 71 à la fin de l’année 2015. Interrogés par Ouest-France, les services du Quay d’Orsay et de la Chancellerie de la Légion d’honneur n’ont pas souhaité communiqué sur le sujet. Le sultan aurait reçu cette grande-croix le 12 février 1996 des mains de Jacques Chirac, lors d’une réception en son honneur, la même année donc que la médaille de la ville de Toulouse. Jacques Chirac ne cachait pas son empressement de faire de lui « un partenaire majeur » à l’époque où la France renforçait ses liens avec l’Asie, dont le Brunei, pour diversifier son économie.

    #france_de_merde

  • Un Code pénal inspiré par la #charia doit entrer en vigueur le mercredi 3 avril dans le petit sultanat de Brunei. La peine de mort par lapidation fera partie du nouvel arsenal législatif.

    À partir du 3 avril, “toute personne reconnue coupable d’avoir eu des rapports homosexuels ou adultérins encourra la peine de mort par lapidation” en présence d’un groupe de musulmans.


    Dessin de Chereau pour #Urtikan.net

    http://www.urtikan.net/author/chereau

  • Le shithole country se surpasse : Pompeo nomme Elliott Abrams envoyé spécial pour le Vénézuéla
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/01/25/97001-20190125FILWWW00365-venezuela-pompeo-nomme-un-nouvel-emissaire.php

    Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a nommé aujourd’hui un émissaire, Elliott Abrams, pour contribuer à « restaurer la démocratie » au Venezuela, où les Etats-Unis ont reconnu Juan Guaido comme « président par intérim » en lieu et place de Nicolas Maduro.

    Elliott Abrams, dont les grandes œuvres humanitaires sont ‘par exemple documentées ainsi sur Kikipédia :

    https://en.wikipedia.org/wiki/Elliott_Abrams

    They accused him of covering up atrocities committed by the military forces of U.S.-backed governments, such as those in El Salvador, Honduras, and Guatemala, and the rebel Contras in Nicaragua.

    El Salvador

    In early 1982, when reports of the El Mozote massacre of hundreds of civilians by the military in El Salvador began appearing in U.S. media, Abrams told a Senate committee that the reports of hundreds of deaths at El Mozote “were not credible,” and that “it appears to be an incident that is at least being significantly misused, at the very best, by the guerrillas.”[13] The massacre had come at a time when the Reagan administration was attempting to bolster the human rights image of the Salvadoran military. Abrams implied that reports of a massacre were simply FMLN propaganda and denounced U.S. investigative reports of the massacre as misleading. In March 1993, the Salvadoran Truth Commission reported that over 500 civilians were “deliberately and systematically” executed in El Mozote in December 1981 by forces affiliated with the Salvadoran government.[14]

    Also in 1993, documentation emerged suggesting that some Reagan administration officials could have known about El Mozote and other human rights violations from the beginning.[15] However, in July 1993, an investigation commissioned by Clinton secretary of state Warren Christopher into the State department’s “activities and conduct” with regard to human rights in El Salvador during the Reagan years found that, despite U.S. funding of the Salvadoran government that committed the massacre at El Mozote, individual U.S. personnel “performed creditably and occasionally with personal bravery in advancing human rights in El Salvador.”[16] Unrepentant Reaganite Abrams claimed that Washington’s policy in El Salvador was a “fabulous achievement.”[17]

    Nicaragua

    When Congress shut down funding for the Contras’ efforts to overthrow Nicaragua’s Sandinista government with the 1982 Boland Amendment, members of the Reagan administration began looking for other avenues for funding the group.[18] Congress opened a couple of such avenues when it modified the Boland Amendment for fiscal year 1986 by approving $27 million in direct aid to the Contras and allowing the administration to legally solicit funds for the Contras from foreign governments.[19] Neither the direct aid, nor any foreign contributions, could be used to purchase weapons.[19]

    Guided by the new provisions of the modified Boland Amendment, Abrams flew to London in August 1986 and met secretly with Bruneian defense minister General Ibnu to solicit a $10-million contribution from the Sultan of Brunei.[20][21] Ultimately, the Contras never received this money because a clerical error in Oliver North’s office (a mistyped account number) sent the Bruneian money to the wrong Swiss bank account.[20]

    Iran-Contra affair and convictions

    During investigation of the Iran-Contra Affair, Lawrence Walsh, the Independent Counsel tasked with investigating the case, prepared multiple felony counts against Abrams but never indicted him.[20] Instead, Abrams cooperated with Walsh and entered into a plea agreement wherein he pleaded guilty to two misdemeanor counts of withholding information from Congress.[22] He was sentenced to a $50 fine, probation for two years, and 100 hours of community service.

  • India strengthens ties with ASEAN countries - World Socialist Web Site
    https://www.wsws.org/en/articles/2018/02/05/asea-f05.html

    Late last month Indian Prime Minister Narendra Modi hosted leaders from all 10 members of the Association of Southeast Asian Nations (ASEAN), in a clear move to strengthen Delhi’s geo-strategic and economic ties and counter China’s growing influence in the region.

    ASEAN leaders were the chief guests at the Indian Republican Day celebrations on January 26, having attended an India-ASEAN Commemorative Summit a day earlier. Modi also held bilateral talks in New Delhi with each ASEAN country leader—from Vietnam, Malaysia, Indonesia, Singapore, Myanmar, the Philippines, Thailand, Brunei, Laos and Cambodia.

    #inde #anase #asean #Integration_économique

  • Indonesia - When a tree falls in Borneo, does it make a sound?
    For a better Borneo, new map reveals how much terrain has changed | CIFOR Forests News Blog
    http://blog.cifor.org/48167/for-a-better-borneo-new-map-reveals-how-much-terrain-has-changed?fnl=

    A new interactive atlas developed by the Center for International Forestry Research (CIFOR) is making sure it does.

    Incorporating 40 years of maps of Borneo (the world’s third largest island), the tool reveals both the forest remaining and what is being reshaped due to degradation and extraction industries. With the ability to search by oil palm or pulpwood concessions, and view the locations of intact peatland, as well as determine the speed with which forest is converted to plantation, the atlas offers the first significant opportunity to distinguish companies that are avoiding deforestation to a large degree.

    In addition to providing data on deforestation and land use for individual land concessions, the tool allows users to search by company, as companies often own multiple concessions.

    One can also filter information by country, province and peat area remaining, which allows users to get the big picture of corporate land use on the island shared by Malaysia, Indonesia and Brunei.

    #Bornéo #forêt #déforestation #industrie_palmiste #industrie_papetière #catographie

  • Terrifiant
    http://otir.net/dotclear/index.php/post/2016/10/19/Terrifiant

    AP Photo/David Goldman

    Absolument terrifiant d’entendre un candidat platement décréter qu’il laissera planer le suspense à savoir s’il compte concéder une victoire électorale à son opposant ou non : sous-entendre qu’il n’y a pas de légitimité au processus démocratique de l’élection, qu’elle est piégée délibérément par cette « femme sordide » (nasty woman) en parlant d’Hillary Clinton, ces tactiques verbales d’intimidation sont véritablement insupportables à entendre, et carrément inquiétantes parce qu’elles sont diffusées à l’échelle planétaire, et incitent les plus instables et les plus fragiles mentalement à la révolte violente. C’est une première. Le climat n’est décidément pas très sain sur l’échiquier politique.

    A l’heure d’éteindre les lucarnes, je suis prête à parier que cela fera les manchettes et la (...)

    #West_Side_Stories #elections #Trump

  • LA CAUSE DU PEUPLE : USA. Une Vidéo montrant Bill Clinton violant une gamine de 13 ans plonge la course présidentielle dans le chaos
    http://numidia-liberum.blogspot.com/2016/10/usa-une-video-montrant-bill-clinton.html

    Les services secrets israéliens sont en train de faire exploser l’élection présidentielle américaine, malgré la pluie de dollars déversée par Obama et les autres sur Israël. En effet, le renseignement israélien dispose d’une vidéo montrant l’ancien président Bill Clinton en train de violer une fillette-enfant de 13 ans. Jusqu’à maintenant, Hillary Clinton a pu garder secrète cette vidéo avec l’aide de la presse de propagande des grands médias, mais Donald Trump menace maintenant d’informer le public des crimes sexuels de Bill Clinton.
    Cet enregistrement vidéo de Bill Clinton violant cette gamine de 13 ans a été enregistrée par l’Institut israélien pour les opérations de renseignement et spéciaux (MOSSAD) grâce à sa filiale " Clothing Shop Network”, dont le principal animateur est celui qu’on appelait « l’homme mystère de l’argent international », Jeffrey Epstein, et qui est maintenant appelé "Le Milliardaire Pédophile qui pourrait faire tomber Donald Trump et Hillary Clinton".

    Agent du Mossad israélien Jeffrey Epstein
     Le réseau de boutiques "Clothing Shop Network”" du MOSSAD, a pris naissance au début des années 1980 par l’un des milliardaires les plus secrets d’Amérique, nommé Leslie Wexner, et dont le père (Harry Wexner s’appelait Hagan Wexelstein avant de changer de nom) a émigré aux États-Unis à la fin 1930 venant de l’Oblast autonome juif (ex-Union soviétique).
    Le nom "Clothing Shop Network” » lui-même, a été dérivé de Leslie Wexner étant l’un des plus grands vendeurs de vêtements d’Amérique qui possède les détaillants de mode américaines L Brands and Victoria’s Secret. 
    En 1982, Wexner recruta Jeffrey Epstein dans la " Clothing Shop Network " en lui fournissant environ 1 milliard $ pour établir une société financière privée nommée J. Epstein & Company et dont Wexner est le seul client connu publiquement.
    Cependant, le véritable but de J. Epstein & Company, était de permettre à Jeffrey Epstein de pénétrer et de fonctionner au sein des élites politiques de l’Amérique élites afin de les piéger, en leur permettant d’assouvir leur " fantasmes sexuels déviants », tout en enregistrant secrètement sur vidéo leurs ébats dans le« but de chantage » .

    Parmi "les victimes de chantage" d’Epstein, on trouve de nombreux membres des élites de l’Amérique de la Grande-Bretagne, mais sa plus grande prise reste, à ce jour, l’ancien président Bill Clinton. En effet, des journaux de bord des avions, publiés récemment, ont révélé que Bill Clinton a volé 26 fois sur le jet privé d’Epstein nommé « le Lolita express » vers une île isolée des Caraïbes appelée "terre de jouet de sexe" (sex toy land) en se débarrassant de ses agents protecteurs des services secrets. Dans l’avion d’Epstein se trouvait un lit où les invités avaient des activités sexuelles de groupe avec de jeunes filles. Les registres de vol montrent que l’ancien président s’est rendu à Brunei, en Norvège, en Russie, à Singapour, à Hong-Kong, au Japon, aux Açores, en Afrique, en Belgique, en Chine, à New York et en Belgique dans l’avion d’Epstein.

    Naturellement, Bill n’a pas remarqué que cet « antre du péché » a été câblé avec des caméras cachées enregistrant secrètement ses orgies avec des lolitas mineures.
    Une fois que Bill Clinton a eu, plusieurs fois, des relations sexuelles avec des filles-enfants, le "Clothing Shop Network" a informé Hillary Clinton qu’ils avaient les vidéos secrètement enregistrées prouvant ce qui précède, l’Hilarante a eu « l’idée géniale » d’orchestrer un complot visant à mettre en place Donald Trump comme un " homme de paille " pour être son adversaire (et comme les e-mails prouvent) dans une fausse course présidentielle. Elle a été aidée dans cette combine par les médias traditionnels de l’Amérique qui ont fourni au milliardaire constructeur New-Yorkais pour environ 3 milliards $ de publicité gratuite afin qu’il puisse devenir le candidat du Parti républicain à la présidence.
    Les emails d’Hillary Clinton prouvent ce complot, et, montrent qu’elle et ses complices ont conspiré pour mettre en place Donald Trump comme leur candidat "Joueur de flûte", avec certains d’entre eux suggérant que le sénateur Ted Cruz ou Dr. Ben Carson pourraient, de même, être mis en place comme « joueur de flûte » aussi.
    La raison du choix, par Hillary Clinton et ses complices, de Donald Trump pour être leur "homme de paille", leur "joueur de flûte ", vient du fait que Donald connaissait aussi Jeffrey Epstein. Mais, contrairement à Bill Clinton, au Prince Andrew, et d’autres qui ont eu des rapports sexuels avec des lolitas mineures sur "île des orgies", Donald n’a jamais commis ces graves crimes comme en témoigne le détective Mike Fisten, de la police de Miami. Ce policier a enquêté sur de nombreux crimes d’Epstein et a déclaré que "dans des centaines d’entretiens avec des centaines de témoins, personne n’a jamais indiqué ou identifié Trump comme étant impliqués dans aucune activité sexuelle avec des jeunes filles mineures ".
    Au contraire. Le détective Fisten se rappelle que, dans les années 2000, les membres du club privé de Trump à Palm Beach, Mar-a-Lago, se sont souvent plaints qu’Epstein y venait souvent accompagné par de très jeunes gamines, "une fille différente chaque semaine », et à chaque fois, il disait que c’était sa « sa nièce ».
    Avec Hillary Clinton et ses complices qui croyaient qu’ils avaient neutralisé Donald Trump par le simple fait qu’il connaissait Epstein. Cependant, leur conviction que l’« avalanche de scandales" entourant Trump causerait l’échec de sa campagne, ce milliardaire de la ville de New York, au contraire, a « défié toute logique normale » et il est en voie de gagner la présidence des États-Unis.
    Dans une tentative de la "dernière chance" de détruire Donald Trump, Hillary Clinton et ses complices ont payé un certain nombre de victimes de viol de Bill Clinton pour qu’elles changent leur version de l’histoire des viols clintoniens en disant que c’est Trump qui les avait violées, et dont les détails sont consignés dans un dépôt de la Cour fédérale des États-Unis faisant ces allégations absurdes.
    Avec Hillary Clinton ayant déjà fait ses preuves qu’elle est capable de tuer pour empêcher le public de connaître les crimes de son mari contre les filles-enfants, comme nous l’avons déjà indiqué dans notre article La CIA assassine l’époux de la procureure qui enquête sur les crimes sexuels de Bill Clinton, ce sera au MOSSAD de déterminer quel sera le prochain évènement dans ce jeu de massacre dangereux, déterminé par son agence de chantage "Clothing Shop Network", et si ces procédés de chantage et d’utilisation des attentats sous faux drapeau en Amérique et en Europe sont les meilleurs moyens d’assurer la survie d’Israël, malgré les milliards de dollars extorqués aux Américains et aux Européens. Il arrivera certainement un jour ou ces dindons de la farce en auront assez de raquer sous le chantage mafieux israélien.
    Article en anglais : 
    Video Showing Bill Clinton Rape Of 13-Year-Old Girl Plunges Presidential Race Into Chaos

    « L’ancien président Bill Clinton est un violeur » - affirme une de ses victimes, et Hillary le couvre !

    Lorsque Bill Cosby a été accusé de viol, sa carrière était terminée ; Lorsque Bill Clinton a été accusé de viol, il est devenu POTUS (Presidents of the United States) puis le plus grand camelot d’Hillary

    clinton-cosby
    Comme Bill Cosby, Bill Clinton a un dossier chargé de prédation sexuelle, de mauvais traitements, d’abus sexuels et de viols depuis longtemps, mais il pu s’en sortir grâce à l’Hillary du fameux et glorieux Emailgate !

    Il a suffi d’une déclaration audacieuse du comédien Hannibal Buress lors d’un concert à Londres pour renverser le géant américain Bill Cosby. Cosby est passé, en un jour et une nuit, de l’oncle préféré de l’Amérique à un violeur en série psychopathe... avec plus de 60 accusateurs à ce jour. [1]

    La vérité au sujet de Bill Clinton, c’est que sa liste de viols est probablement tout aussi longue. La raison pour laquelle tant de gens ne sont pas venus se plaindre tient au nombre de cadavres Clintoniens. Aucune femme ne veut finir morte pour avoir révélé une fornication non consensuelle d’un soir ... ou pire. Dans le cas du viol de Juanita Broaddrick, bien sûr, il a fallu à cette femme un courage herculéen pour qu’elle vienne témoigner.

    Mme Broaddrick a trainé avec elle cette expérience traumatisante durant des décennies et tout ce qu’elle a reçu de l’équipe Clinton ce sont des menaces implicites qui sont faites très, très subtilement. Seul un avocat très habile comme Mme Clinton peut émettre ce type de sous-entendus qu’une femme victime sexuellement va clairement comprendre.

    L’histoire de retour extrêmement important à la prédation sexuelle de Bill Clinton appartient à la championne auto proclamée des droits des femmes, Hillary Rodham Clinton.

    Cette image soigneusement sculptée de Mme Clinton, est une fiction complète. En fait, elle n’est même pas l’avocate de la femme qu’elle est dans sa propre sphère de vie, c’est le contraire qui est vrai : Mme Clinton est là pour terroriser toute femme qui ose accuser son mari d’agression sexuelle qu’il a effectivement commise.

    Soyons réalistes : il est très facile pour une femme – n’importe quelle femme - d’accuser faussement un homme politique puissant comme Bill Clinton. Toutefois, compte tenu des nombreux détails sordides qui sont sortis au cours du procès de Monica Lewinsky, il est très facile de croire que Bill Clinton est un prédateur sexuel de premier ordre. Et, ce Bill va mentir sur ses exploits jusqu’à ce qu’il soit pris en flagrant délit, à la fois au propre et au figuré.

    Tout au long de ces décennies de séries de crimes sexuels, Mme Clinton se tenait toujours aux côtés de Bill, et a « pris en charge » les femmes victimes de violence sexuelle. Elle en a pris soin comme le mafieux prend soin de sa victime dans un chantage. Alors quHillary tenait cyniquement le haut la bannière « pour la protection indispensable des femmes victimes de violence », elle les terrorisait , dans les faits, pour sauver Bill. Vous ne pouvez vraiment pas imaginer ce genre de choses.

    Le point important est que, pour un président , ou un gouverneur, ou un procureur général, se conduire de cette manière est tout à fait scandaleux et inacceptable ... quelle que soit la norme. Le Parti démocrate le sait bien, mais a choisi de faire l’impasse sur Clinton. Apparemment, ce parti ne se soucie pas de viol ou d’agression sexuelle .

    En fait, il y a maintenant un ensemble de preuves sur l’Internet qui auraient mis un homme de moindre importance, ou une femme, derrière les barreaux pour le reste de leur vie.

    Les deux liens suivants offrent la perspective unique et inestimable à ce sujet extrêmement sensible pour les Clinton.

    The Most Radioactive ‘SCANDAL Of The MILLENNIUM’

    The Jeffrey Epstein Affair Imperils Hillary Clinton’s Presidential Prospects

    La perspective même d’un violeur vivant à la Maison Blanche, qui exerce une influence considérable sur le bureau ovale, est très problématique et dangereuse même selon les normes Banana Republic d’Obama.

    L’essentiel ici est que le projet de loi est en grande difficulté. Ses accusateurs sont devenus enhardi comme jamais auparavant, et, comme, ils ont trouvé une grande unité de Cosby dans leur force de but. Et tout comme la situation difficile de Cosby, il y a probablement beaucoup plus d’attente pour sortir du placard, ce qui serait vraiment rendre la vie de la Clinton misérable ... surtout s’il y a des enfants illégitimes impliqués.

    Est-ce que Bill Clinton a un fils engendré avec une prostituée ?

    [1] “Bill Cosby charged with felony sexual assault”

    [2] BILL COSBY Saga : A Shakespearean Tragedy of Epic Proportions

    Linda Tripp révèle que Bill Clinton a eu des aventures avec « des milliers de femmes »
    Linda Tripp révèle que Bill Clinton a eu des aventures avec « des milliers de femmes » – dont un SECOND membre du personnel de la Maison-Blanche – et que la vie de Monica Lewinsky était en danger
    Source : Daily Mail, le 18/01/2016
    L’ancienne amie de Monica Lewinsky donne une interview radio exceptionnelle où elle dit qu’Hillary Clinton savait que son mari a eu de nombreuses aventures au cours de son mandat
    Selon Linda Tripp, qui a secrètement enregistré les appels téléphoniques de Lewinsky avant de les rendre publics, Bill Clinton a, lors de sa présidence, eu des liaisons amoureuses en série avec « des milliers de femmes »
    Elle affirme également qu’Hillary Clinton a essayé de détruire les femmes avec qui son époux la trompait et dit avoir tout mis sur la place publique pour protéger Monica Lewinsky du danger qu’elle courait
    Par J. TAYLOR RUSHING, journaliste politique étatsunien, pour DAILYMAIL.COM
    Publié le 18 janvier 2016
    La femme qui a dévoilé la liaison de Bill Clinton avec Monica Lewinsky, l’ex stagiaire de la Maison-Blanche, menant à la mise en accusation de celui-ci par la Chambre en 1998, a donné dimanche une interview radio dans laquelle elle critique sévèrement la conduite du couple Clinton pendant ses huit ans de présidence.
    Linda Tripp, l’ancienne confidente de Lewinsky qui a secrètement enregistré ses conversations téléphoniques et les a remises à un procureur fédéral, a déclaré que l’ancien président avait des aventures avec des « milliers » de femmes et que l’ancienne première dame était au courant.
    Tripp a également justifié ses révélations sur l’affaire Lewinsky-Clinton, affirmant les avoir faites pour sauver sa vie, car elle s’inquiétait à l’époque du danger auquel elle se trouvait exposée.

    Monica Lewinsky
    Tripp a donné dimanche une interview au journaliste de radio Aaron Klein. Dans l’interview, elle a affirmé que le président avait une liaison permanente avec un autre membre du personnel comme avec Lewinsky.

    L’ancienne stagiaire de la Maison-Blanche Monica Lewinsky, ici à New York en Octobre, a eu une brève liaison avec le président Bill Clinton dans les années 1990 qui a finalement conduit à la destitution de Clinton par la Chambre
    Voir la vidéo

    Linda Tripp, montrée ici à droite dans une photo non datée, a accablé la famille Clinton dans une interview à la radio dimanche

    Linda Tripp
    L’ancienne première dame non seulement connaissait la mauvaise conduite de son mari, mais « elle s’est donné comme mission personnelle de divulguer l’information et de détruire les femmes avec lesquelles il badinait, » dit Tripp.
    Clinton se prétend défenseuse universelle des droits des femmes dans le monde, pourtant quand je vois toutes les femmes qu’elle a détruites pendant toutes ces années pour assurer sa survie politique, je suis écœurée, dit-elle.
    Interrogée par Klein, Tripp a dit qu’elle a donné des cassettes de ses conversations avec Lewinsky à l’avocat indépendant Kenneth Starr parce que Lewinsky menaçait Clinton de dévoiler l’affaire, mettant ainsi sa vie et celle de Tripp en danger.
    « Je dis aujourd’hui et je continuerai à dire que je pense que Monica Lewinsky est encore vivante aujourd’hui grâce à mes choix et à ce que j’ai fait, » a affirmé Tripp à Klein.
    « Cela peut paraître mélodramatique à vos auditeurs, mais j’affirme que, d’après moi, je crois qu’elle et moi à l’époque étions en danger, parce que rien ne doit se mettre en travers de ces gens qui pourrait les empêcher d’atteindre leurs objectifs politiques. »
    « Si cela n’avait pas été rendu public tout de suite… Nous aurions très bien pu être victimes d’un accident. C’est une situation qu’on ne peut comprendre que si on a vécu ce que j’ai vécu. »
    Tripp avait un emploi non sensible dans l’administration Clinton pendant environ un an et demi. Son bureau se trouvait au début à l’extérieur du bureau ovale, puis plus tard près du bureau de la première dame au second étage.
    Outre Lewinsky, Tripp a dit que Clinton avait une autre affaire pendant sa présidence – une affirmation qu’elle avait déjà faite durant ses dépositions dans le cadre de l’affaire Lewinsky, mais qui n’a pas été rendue publique. Elle n’a pas voulu révéler l’identité de la femme.
    Tripp n’hésitait pas à critiquer Clinton pour son inconduite sexuelle – elle a continué de le faire, autant pour le président que pour la première dame, pour différents scandales pendant la durée du mandat.
    Elle a affirmé à Klein qu’elle a vécu « des années de crainte avec ce qu’elle a vu à la Maison-Blanche des Clinton, particulièrement Hillary, avec des scandales divers, qu’il s’agisse du Filegate, Travelgate, Whitewater, Vince Foster. »
    Voir la vidéo
     « Tous les scandales précédents ont été totalement oubliés par les Américains du fait de la manière dont ils ont tous été présentés au public. »

    • “Je préfèrerais ne pas avoir à voter pour elle, bien qu’elle soit une amie que je respecte. Une personne de 70 ans, avec plein de casseroles, une ambition débridée, cupide, qui ne changera pas, avec un mari qui baise toujours des bimbos à la maison (selon le New York Post)” [Colin Powell, 26/07/2014].Voilà qui résume tout !

  • WATCH Trump Explain How To Buy A SuperYacht From An Arms Dealer - gCaptain
    https://gcaptain.com/watch-trump-explains-how-to-buy-a-superyacht-from-an-arms-dealer


    The Superyacht Trump Princess docked in Antibes, France.
    Image Via WikiCommons

    In his first appearance on “Late Night with David Letterman,” presidential candidate Donald Trump talks about his purchase of a superyacht from the Saudi Arabian arms dealer Adnan Khashoggi, one of the Middle East’s most notorious men at the time.

    The yacht in questions is the Trump Princess. Built in 1980 and christened the The Nabila , the 282-foot megayacht, was worth the equivalent of more than $250 million today. She was originally built for Saudi billionaire Adnan Khashoggi and was featured in the James Bond movie “Never Say Never Again” as the ship of super-villain Maximillian Largo. Khashoggi needed to liquidate his assets and sold the yacht to the sultan of Brunei, who sold it to Trump in 1987 for just $29 million.

    During Khashoggi’s ownership, it was one of the largest yachts in the world but is now ranked down at 65th and continues to fall down the rankings, due to the trend of larger and larger personal yachts being built. In fact the largest yacht as of 2016 is 180 metres so Trump Princess falls short of even half that size.

    Trump sold it when he ran into financial problems in 1991 to Prince Al-Waleed bin Talal for $20 million.

  • Say hello to Southeast Asia’s New Silk Roads — Pepe Escobar
    https://www.rt.com/op-edge/354485-hello-southeast-asias-silk-road

    One thing is the real high-stakes game being played in the South China Sea. Another thing entirely is Southeast Asian economic integration, via the ASEAN Economic Community – which implies a central strategic role for ASEAN.

    The key problem is a real disconnect between mainland and maritime ASEAN. The Philippines and Indonesia are very much focused on South China Sea issues. Cambodia, Laos, Thailand – but also Brunei - lean towards accommodation with China. The others tend to sit on the fence. And then there’s Vietnam as a pivot; with an interest in the South China Sea but not keen on antagonizing China - a next-door neighbor and major trade partner.

    It’s mainland Southeast Asia, not maritime Southeast Asia that should be the key driver for regional development in the near future. Some figures tell the story. The Greater Mekong sub-region – which includes the southern Chinese provinces of Yunnan and Guangxi – has more than 400 million people with half of ASEAN’s GDP of $2.5 trillion. Cambodia, Laos, Myanmar, Thailand and Vietnam bear a market of 250 million people and a GDP of $700 billion; even without Vietnam, that’s a GDP of around $500 billion and a market of 150 million people.

    They are all expanding like crazy; the Mekong mainland is growing as much as six percent a year.

    […]

    So watch Southeast Asia. The whole show is not only about maritime Southeast Asia – which is a hostage of the complex, conflicting big power China-US relationship; quite a few key geopolitical implications will derive from the development push of the Greater Mekong sub-region - and the progressive integration of mainland Southeast Asia.

  • TPP : Trans Pacific Partnership ceremony a farce – tough national battles await bad trade deal

    Friends of the Earth International
    Media Advisory
    February 4 2016

    Auckland, New Zealand 4th February 2016, Today trade ministers from 12 countries party to the giant ’Trans Pacific Partnership’ (TPP) held a symbolic signing of a trade deal, which sets economic and pro-corporate rules for 40 percent of the world economy.

    Friends of the Earth International warned that the ’Trans Pacific Partnership’, or TPP, will threaten people and planet, if ratified.

    Sam Cossar-Gilbert, Friends of the Earth International Economic Justice Resisting Neo-Liberalism Coordinator, said:

    “The TPP signing ceremony is nothing more than a photo opportunity to try and prop up this deeply unpopular and environmentally destructive deal. Trade ministers know that it will be very difficult to ratify the TPP in national parliaments, particularly in the US where all leading presidential candidates oppose it.”

    “The people protesting on the streets of New Zealand today represent the widespread opposition to this corporate trade deal across the pacific. The fight against TPP is growing and we must make sure this 6000-page injustice never sees the light of day.”

    “The TPP would undermine environmental regulations on a vast range of issues including food safety, access to medicine, genetic modification, chemical use and climate change. For example it would protect “free trade” in dirty energy products and lead to an increase in coal, oil and gas exports, fueling global warming.”

    ”TPP includes the controversial Investor State Dispute Settlement (ISDS) mechanism that enables foreign corporations to sue governments for adopting policies that could harm their expected profits. Just this month, TransCanada announced that it would use ISDS to sue the United States for $15 billion for disallowing a dirty tarsands oil pipeline. TPP will further undermine government’s ‘right to regulate’, which is why legislators should reject this bad deal.”

    Friends of the Earth International Economic Justice, Resisting

    Neoliberalism Coordinator:
    Sam Cossar-Gilbert, +33 7 50 91 89 83, sam.cossargilbert@foe.org.au

    Friends of the Earth US, Senior trade analyst, Bill Waren, +1 202 222 0746, wwaren@foe.org

    #tpp #commerce #libéralisation #environnement #écologie

  • Les domestiques asiatiques moins bien traitées en Scandinavie que dans le Golfe ?
    http://orientxxi.info/magazine/les-domestiques-asiatiques-moins-bien-traitees-en-scandinavie-que-dans-l

    Signalé par un pote qui se reconnaîtra, une grosse tâche sur la serviette déjà pas très propre d’Orient XXI. Cet article nous explique que, en définitive, le petit personnel asiatique n’est pas tellement mieux traité, voire plutôt moins bien, « en Scandinavie que dans le Golfe ». « Sacrilège » comme il est dit dans le titre...

    Déjà, on pensait qu’Orient XXI s’intéressait à l’actualité du monde arabe. Or, là, il s’avère qu’il s’agit surtout de dénoncer les conditions d’exploitation des domestiques asiatiques en Europe du nord. Drôle de choix éditorial !

    Et puis, on a tout de même un peu l’impression que l’opération sert à nous expliquer que, finalement, ces pauvres Golfites ne sont pas si épouvantables que cela puisque les autres, les prétendus civilisés des démocraties représentatives exemplaires, font aussi mal.

    Enfin, pour couronner le tout, comparer des rétributions et des niveaux de vie pour expliquer que les choses ne sont pas comme on le pense généralement, c’est bien gentil, mais c’est un peu court : quid des situations et des recours juridiques par exemple ? quelle est la proportion des personnes concernées par rapport à la population totale ?

    L’article est signé par deux universitaires, importés comme de vulgaires « nannies » au Qatar. Le premier est plutôt un climatologue, et le second se présente ainsi : « geographer who examines the human capital dimensions of international economic development. More specifically, I study how places attract and utilize global human capital and foreign knowledge through migration, trade, and investment as means to generate local development capacity. » La troisième est plus sur le sujet ; elle a visiblement fourni les données locales en Scandinavie...

    Pas terrible Orient XXI !...

    • C’est vraiment un article indigne.

      Voir Amnesty par exemple sur ce sujet (l’année dernière) :
      https://www.amnesty.org/en/documents/MDE22/004/2014/en

      Le fait de comparer uniquement les salaires en occultant tout le cadre juridique autour est vraiment grave. Avec ce raisonnement, on peut très bien affirmer que les « nannies » sont tout aussi bien traitées au Liban qu’en Suède, puisque les salaires sont sans doute équivalents. C’est évidemment passer à côté de faits parfaitement connus au Liban (et dont on trouve en gros l’équivalent dans le rapport d’Amnesty sur le Qatar) : système de parrainage (kafala) imposant la dépendance totale des employées, confiscation du passeport, conditions de logement possiblement infectes, quasiment aucun recourt en cas de salaire impayé, très peu de recours contre les violences et l’exploitation abusive, faible protection en cas de viol, expulsions systématiques en cas de fuite de chez son patron, et une bonne moyenne d’un suicide par semaine et jamais d’enquête sérieuse suite à cette curieuse épidémie de bonnes qui enjambent le balcon. Au point qu’il y a quelques années, les Philippines ont interdit à leurs ressortissantes d’aller travailler au Liban.

      Il y a tout juste deux semaines, d’ailleurs, Amnesty rappelait que le système de parrainage (kafala) n’était pas encore aboli au Qatar, et que le nouveau système maintiendra le contrôle des employés sur les travailleurs immigrés :
      http://www.amnesty.fr/Presse/Communiques-de-presse/Cinq-annees-echec-sur-le-terrain-des-droits-humains-deshonorent-la-FIFA-et-l

      La réforme de la kafala, un système restrictif de parrainage, au cœur des problèmes rencontrés par les travailleurs migrants : des modifications restreintes promises en mai 2014 n’ont été introduites qu’en octobre 2015, et n’entreront en vigueur qu’à la fin 2016. Le nouveau système continuera à exiger que les migrants obtiennent l’aval de leur employeur pour changer de travail ou quitter le pays.

      […]

      « Dans le système de la kafala, il est bien trop facile pour un employeur peu scrupuleux de bénéficier de l’impunité lorsqu’il paie les salaires en retard, place les travailleurs dans des logements sordides et exigus, ou menace les travailleurs qui se plaignent des conditions. C’est pourquoi la kafala doit faire l’objet d’une refonte complète, et pas de réformettes », a déclaré Mustafa Qadri.

      « Les travailleurs migrants continuent à être confrontés à des obstacles et des retards lorsqu’ils se tournent vers la justice, et ils ne sont pas autorisés à fonder ou rejoindre des syndicats. Des milliers d’entre eux continuent à connaître des difficultés pour bénéficier de services de base, de santé notamment, à subir des retards dans l’obtention du permis de résident, ou à vivre et travailler dans conditions intolérables. »

      Je crois que je peux ressortir mon petit gif :

      Pour ceux qui découvrent la notion de #qatar_bashing, c’est expliqué là :
      http://seenthis.net/messages/301911

    • Et ça ne rate jamais :
      https://twitter.com/romaincaillet/status/677245820270460928

      Les domestiques asiatiques seraient-elles moins bien traitées en Scandinavie que dans les pays du Golfe ?
      http://orientxxi.info/magazine/les-domestiques-asiatiques-moins-bien-traitees-en-scandinavie-que-dans-l

      […]

      J’imagine déjà les complotistes en train de classer @OrientXXI dans la catégorie « mercenaires takfiris » à la solde de l’Otan et du Qatar

    • @gonzo : je pense que ton sentiment (« on a tout de même un peu l’impression que l’opération… ») qu’il s’agit de dédouaner les pauvres pétromonarchies injustement montrées du doigt vient de cette façon dans l’article de vouloir absolument rattacher la question de la domesticité aux « pays exportateurs de pétrole et de gaz faiblement peuplés », ce qui permet de mettre dans un même sac (ici explicitement dans une même liste très bizarre) les pays du Golfe, la Norvège, le Danemark, la Malaisie, Brunei, les Pays-Bas et le Canada :

      À l’inverse, les gouvernements des pays exportateurs de pétrole et de gaz faiblement peuplés proposent des cadres juridiques particuliers pour que des travailleurs étrangers temporaires (généralement asiatiques pour des raisons économiques), travaillent pour des salaires parfois dérisoires en toute légalité. C’est ce que l’on peut aujourd’hui observer dans les pays du Golfe, mais aussi en Norvège, au Danemark, en Malaisie, à Brunei, aux Pays-Bas ou encore dans certaines provinces faiblement peuplées du Canada : les effets locaux des pétrodollars se manifestent souvent par des flux de milliers de travailleurs temporaires et bon marché, le plus souvent asiatiques.

      […]

      Derrière ces statistiques, il y a une grande dynamique économique et sociale internationale longtemps ignorée qui révèle, au sein des pays exportateurs d’hydrocarbures, une division du travail et de la société assez radicale : d’un côté, les populations nationales, bénéficiant de divers avantages et prestations sociales, et de l’autre, les travailleurs temporaires étrangers, qui n’y ont pas droit.

      On pourrait déjà remarquer que certains de ces pays ne sont pas « faiblement peuplés » (Malaisie et Arabie séoudite ont chacun 30 millions d’habitants). Mais surtout que les problèmes de la domesticité ne semblent pas se limiter du tout aux pays producteurs de pétrole. Par exemple (message précédent) : le Liban. La question de la domesticité se pose également en Afrique, peut-être avec des conditions différentes – souvent, semble-t-il, des ressortissants du même pays –, mais où la racialisation des rapports de domination n’est pas forcément absente. Par exemple, en Afrique du Sud, un million de femmes employées domestiques :
      http://www.equaltimes.org/les-travailleurs-domestiques-en

      Les Sud-africains blancs travaillent rarement en tant que domestiques, et encore moins les hommes de peau blanche. Mais depuis des générations, des femmes noires et de couleur (métisses) se sont occupées des enfants et des maisons des autres – souvent aux dépens de leurs propres ménages.

      Approximativement un million de femmes sont employées en tant que main-d’œuvre domestique en Afrique du Sud.

      Il y aussi l’Asie, par exemple ici 300.000 employées domestiques étrangères à Honk Kong (qui n’est pas non plus exportateur d’hydrocarbures) :
      https://www.amnesty.org/fr/countries/asia-and-the-pacific/china/report-china

      Plusieurs milliers des quelque 300 000 employés domestiques étrangers de Hong Kong – des femmes en quasi-totalité – étaient victimes de traite à des fins d’exploitation et de travail forcé, et se retrouvaient lourdement endettés du fait de frais d’agence excessifs ou illégaux. La « règle des deux semaines » (selon laquelle les employés de maison étrangers dont le contrat de travail est terminé doivent trouver un nouvel emploi ou quitter Hong Kong dans les 15 jours qui suivent) et celle selon laquelle ces employés étaient logés au domicile de leur employeur les rendaient d’autant plus vulnérables à de possibles atteintes aux droits humains et aux droits en matière de travail. Violences physiques et verbales, restriction du droit de circuler librement, interdiction de pratiquer sa foi, salaires inférieurs au minimum légal, privation de périodes de repos suffisantes, cessations arbitraires de contrat, souvent en collusion avec les agences de recrutement, étaient autant de pratiques courantes chez les employeurs. Les autorités de Hong Kong ne contrôlaient pas correctement les agences de recrutement et ne sanctionnaient pas de manière appropriée celles qui se mettaient en infraction avec la loi.

      Et dans les pays où le choix des employées de maison n’est pas immédiatement racialisé, une bonne dose de mépris de classe ou d’autre structure d’aliénation/domination fera certainement parfaitement l’affaire. Ainsi en Inde (pas vraiment un pays « faiblement peuplé ») :
      https://fr.globalvoices.org/2013/12/26/159017

      L’Inde compte plus de quatre vingt dix millions d’employés domestiques, soit 20% de la population active, qui constituent une main d’oeuvre vitale pour le développement du pays mais qui disposent de très peu de droits. Les avantages tels que le salaire minimum fixe, le paiement des heures supplémentaires, le congé maternité, les soins médicaux et d’autres droits de base demeurent illusoires pour eux, en l’absence d’une législation nationale. Ils sont vulnérables face aux abus et à la pauvreté. La nature de leur travail, la relation informelle employé-employeur et leur lieu de travail demeurant un foyer privé, tous ces éléments font qu’ils ne sont concernés par aucune des lois du droit du travail indien.

      On pourrait continuer ainsi longtemps… l’idée de lier la domesticité aux pays exportateurs d’hydrocarbures apparaît donc totalement artificielle, d’où le doute sur l’intention derrière ce choix qui permet de mettre la Suède dans la même liste que le Qatar et l’Arabie séoudite.

  • It took just one little map to create a regional diplomatic dispute

    Chinese passport map causes diplomatic dispute | World news | theguardian.com

    Experts warn that China’s apparent claims to other territories could have a long-term impact on relations with its neighbours

    http://www.theguardian.com/world/2012/nov/27/chinese-passport-row-diplomatic-dispute?INTCMP=SRCH

    The map, in China’s newly designed passport, claims ownership of the entire South China Sea – parts of which are also claimed by Taiwan, the Philippines, Vietnam, Brunei and Malaysia – as well as disputed areas on the China-India border and two Taiwanese tourist destinations.


    Indian troops patrol the Bumla Pass on the India-China border. India is stamping its map on visas given to Chinese visitors. Photograph: Biju Boro/AFP/Getty Images

    The Philippines, Vietnam, India and Taiwan have all vehemently protested against the new microchip-equipped passport, which essentially forces neighbouring countries to validate China’s position on contested regions.

    #chine #frontières #différend_territorial #cartographie #représentation #manipulation #propagande

  • Brunei Begins Phasing In Sharia Law
    http://www.voanews.com/content/brunei-begins-phasing-in-strict-version-of-islamic-law/1905061.html

    Brunei has begun phasing in a strict form of Islamic law that calls for harsh punishments including flogging, severing of limbs and stoning.

    ​Sultan Hassanal Bolkiah has hailed the new criminal code as a “great achievement” for the Southeast Asian nation of just over 400,000 people.

    Under the first phase introduced Thursday, citizens can be fined or jailed for offenses such as indecent behavior or failing to perform Friday prayers.

    More severe punishments will be introduced soon. This includes severing of limbs or beatings for theft. It also includes death by stoning for sodomy and adultery.

  • Bercy retire Jersey et les Bermudes de sa liste des paradis fiscaux
    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20140120trib000810467/bercy-retire-jersey-et-les-bermudes-de-sa-liste-des-paradis-fiscaux.html

    Cette décision passe mal à gauche où la présidente PS de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée, Elisabeth Guigou, et le rapporteur général PS du budget à l’Assemblée, Christian Eckert, ont dénoncé ce retrait.

    La liste française des paradis fiscaux vient de s’alléger de deux de ses membres. Bercy a en effet retiré les îles des Bermudes et les dépendances britanniques de Jersey de la liste des Etats et territoires non coopératifs en matière fiscale, dans un arrêté publié ce dimanche au Journal officiel.
    (…)
    Restent sur la liste de la France, qui est actualisée tous les ans, les Iles Vierges britanniques, Brunei, Montserrat, le Bostwana, le Guatemala, Nauru, les Iles Marshall et Niue.

    • Jersey-Bermudes : « Je ne dis pas que ce ne sont pas des paradis fiscaux... » (Moscovici)
      http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20140122trib000811221/jersey-bermudes-je-ne-dis-pas-que-ce-ne-sont-pas-des-paradis-fiscaux-mosco

      « Je ne dis pas que ce ne sont pas des paradis fiscaux, je dis que ce sont des pays qui coopèrent ». Pierre Moscovici réfute toute incohérence dans la décision de Bercy de retirer Jersey et les Bermudes de la liste des paradis fiscaux.
      (…)
      Il explique que le but de la liste " n’est pas de dire « vous avez une sale tête »" , mais de « faire progresser la coopération » :

      Jersey et les Bermudes ont été retirées d’une liste qu’on appelle la liste des territoires non coopératifs. C’est très important : c’est un territoire qui ne coopère pas avec l’administration fiscale.

      Or, poursuit Pierre Moscovici, les deux pays ont démontré leur bonne volonté en 2013 :
      Nous avons adressé à Jersey et aux Bermudes respectivement 27 et 21 demandes en 2013. Toutes ont été satisfaites. Ça nous a permis de faire progresser la lutte contre l’évasion fiscale. Quand un territoire coopère, il est retiré de la liste, et si demain ils ne coopèrent plus, ils seront retirées de la liste.

      Début janvier, le journal Le Monde pointait un lobbying actif auprès de Bercy comme autre explication à ce retrait. Le quotidien expliquait en effet que le fichage sur liste noire, s’il excède douze mois, impliquait « des mesures de rétorsion financières très sévères pour les entreprises présentes dans les territoires fichés », via notamment une taxation très élevée des flux financiers transitant par ces territoires.

    • Ceci dit, l’arrêté du 17 janvier 2014 qui modifie la liste des pays non coopératifs (arrêté du 12 février 2010)…

      Arrêté du 17 janvier 2014 modifiant l’arrêté du 12 février 2010 pris en application du deuxième alinéa du 1 de l’article 238-0 A du code général des impôts
      Le ministre de l’économie et des finances et le ministre délégué auprès du ministre de l’économie et des finances, chargé du budget,
      Vu le code général des impôts, notamment son article 238-0 A ;
      Vu l’arrêté du 12 février 2010 pris en application du deuxième alinéa du 1 de l’article 238-0 A du code général des impôts ;
      Vu l’avis du ministre des affaires étrangères du 16 janvier 2014,
      Arrêtent :
      Article 1
      A modifié les dispositions suivantes :
      Modifie Arrêté du 12 février 2010 - art. 1 (V)

      … n’a pas vraiment l’air de respecter la loi (Code Général des Impôts) …

      Article 238-0 A alinéa 2
      (…)
      L’arrêté des ministres chargés de l’économie et du budget modifiant la liste, pris après avis du ministre des affaires étrangères, indique le motif qui, en application des a, b et c, justifie l’ajout ou le retrait d’un Etat ou territoire.

      Tout ça sur legifrance.gouv.fr

  • Les #mers de #Chine, nouveau théâtre d’affrontement des #nationalismes #asiatiques

    L’absence de Barack Obama à la série de sommets qui se tiennent depuis ce week-end en Asie du Sud-Est (ceux de l’APEC – Coopération économique pour l’Asie-Pacifique –, à Bali, lundi 7 et mardi 8 octobre, et ceux de l’ #Asean – Association des nations de l’Asie du Sud-Est – à Brunei à partir de mercredi 9 octobre) fait le jeu de la Chine, qui a pour l’occasion mis en sourdine ses #revendications #territoriales en #mer de Chine du Sud.

    Excellent article de Brice Pedroletti du Monde

    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/10/10/les-mers-de-chine-nouveau-theatre-d-affrontement-des-nationalismes-asiatique

    Revue de Presse Hebdomadaire sur la Chine du 7/10/2013