country:chine

  • La Chine choisit les voitures à hydrogène Etienne Henri - 18 juin 2019 - opportunites-technos
    https://opportunites-technos.com/la-chine-choisit-les-voitures-a-hydrogene

    Nous avons vu hier que Pékin a porté un coup dur à l’industrie automobile, constructeurs chinois en tête, en réduisant drastiquement (jusqu’à 67 %) les subventions accordées aux particuliers pour l’achat d’un véhicule électrique à batterie.

    Le timing de cette annonce peut rendre perplexe alors que les constructeurs locaux ont fait état pour la première fois d’un recul des ventes en 2018 – une première depuis 1990. La surprise a été totale pour les analystes occidentaux habitués aux politiques de relance contracycliques.

    Pourquoi Pékin met-elle ainsi les bâtons dans les roues de sa propre industrie à un moment où la croissance de la demande intérieure marque le pas ? Tout simplement pour obliger les acteurs de la filière à rationaliser leurs pratiques et se préparer à l’après lithium.

    Vers une vraie concurrence
    Des années de subventions massives ont, certes, permis de faire de la Chine le premier marché mondial pour les véhicules électriques, mais elles ont également empêché l’émergence d’une saine concurrence.

    En coupant le robinet des subventions, Pékin force les constructeurs à se battre sur les prix et à différencier leurs offres. Il ne fait nul doute que, parmi les 486 constructeurs de voitures électriques homologués au dernier recensement en Chine, nombre d’entre eux seront rachetés ou disparaîtront à court terme.

    Avec la fin programmée des subventions dès l’année prochaine (selon le South China Morning Post), les constructeurs n’ont plus que quelques mois pour rendre la commercialisation de leurs modèles au lithium rentable.

    L’hydrogène en ligne de mire
    Ne pensez pas que la Chine abandonne pour autant son habituel dirigisme pour convertir son économie au libéralisme débridé. Les subventions existent encore, elles iront toutefois vers un mode de stockage d’énergie censé remplacer les batteries au lithium : l’hydrogène.

    Selon les autorités, ce basculement des subventions aurait été décidé l’année dernière par le premier ministre Li Keqiang lors d’une visite de Toyota au Japon, durant laquelle il aurait vu un démonstrateur de véhicule à hydrogène capable de parcourir 650 km entre deux recharges.

    Mi-avril, le journal d’Etat China Daily apportait plus d’informations sur les objectifs du gouvernement : 5 000 véhicules à hydrogène en circulation l’année prochaine, 50 000 en 2025, et un million en 2030.

    Un pari à prendre au sérieux
    Les politiques volontaristes peuvent faire sourire sur le Vieux Continent, où les objectifs industriels (que ce soit à l’échelle de l’Hexagone ou de l’Europe) sont systématiquement manqués.

    Il suffit cependant de regarder l’évolution des ventes chinoises de véhicules électriques à batterie (de 200 000 en 2015 à plus d’un million en 2018) pour constater à quel point le marché intérieur répond aux subventions étatiques.

    Aujourd’hui, les spécialistes s’accordent à dire que l’essor des véhicules à hydrogène est gêné, en Occident, par les questions de sécurité et par l’absence d’un réseau de distribution efficace. Ces deux sujets pouvant facilement être écartés dans le cadre d’une politique volontariste, il est tout à fait possible que Pékin parvienne à ses fins et fasse rouler son million de véhicules d’ici une grosse dizaine d’années.

    L’hydrogène sera-t-elle la 5G de l’automobile ?
    Un déploiement massif de véhicules à hydrogène dans l’empire du Milieu pourrait s’avérer très dangereux pour les constructeurs occidentaux. Si la démocratisation des véhicules au lithium s’est avérée relativement indolore, c’est parce que la Chine partait avec un retard technologique conséquent dans la course aux NEV. En finançant massivement la R&D sur la voiture à hydrogène alors que l’Europe et les Etats-Unis se gargarisent encore de la lente adoption des véhicules au lithium,

    Pékin donne à ses champions une longueur d’avance.
    Il est donc tout à fait possible que nous assistions dans quelques années à l’arrivée inattendue de véhicules à hydrogène estampillés BYD ou BAIC chez nos concessionnaires. Rappelons-nous à quel point la Prius de Toyota avait ridiculisé les modèles électriques français lors de sa commercialisation en France !

    Plus que l’automobile particulière, c’est toute l’industrie du transport qui pourrait être bouleversée par le développement d’une filière hydrogène rentable. Le transport par camion pourrait enfin adopter une motorisation propre sans devoir sacrifier à l’autonomie (batterie). Plus ambitieux encore : le transport aérien, aujourd’hui impossible à convertir à la propulsion électrique du fait de la trop faible densité énergétique des batteries au lithium, pourrait grâce à l’hydrogène tourner définitivement le dos au kérosène et régler ainsi enfin la question de son empreinte carbone.

    #Chine #subventions #voiture_à_hydrogène #énergie #batteries #environnement #automobiles #camions #avions #Toyota

  • Yandex : quand le « Google russe » se fait cyberespionner par les agences du « Five Eyes »
    https://cyberguerre.numerama.com/1521-yandex-quand-le-google-russe-se-fait-cyberespionner-par-l

    Le moteur de recherche et portail russe connu sous le nom de Yandex a été piraté par une ou plusieurs agences de renseignement appartenant à l’alliance Five Eyes. Confirmée par un porte-parole de l’entreprise, l’opération de cyberespionnage visait avant tout à dérober des informations techniques relatives aux processus d’authentification des utilisateurs. Google aux quatre coins du globe, Baidu en Chine et Yandex en Russie. Voilà comment se résume la répartition des moteurs de recherche sur notre (...)

    #Yandex #données #Five_Eyes #hacking

    //c2.lestechnophiles.com/cyberguerre.numerama.com//content/uploads/sites/2/2019/07/russia-3005269_1920.jpg

  • Samsung poursuivi pour tromperie sur l’éthique
    https://www.mediapart.fr/journal/international/030719/samsung-poursuivi-pour-tromperie-sur-l-ethique

    Le juge Renaud Van Ruymbeke a, selon nos informations, mis en examen Samsung Electronics France pour « pratiques commerciales trompeuses » à la suite de la plainte des ONG Sherpa et ActionAid visant le non-respect par la multinationale de ses engagements éthiques. Des violations des droits fondamentaux ont été constatées sur sa chaîne de production, notamment en Chine où plusieurs prestataires ont illégalement fait travailler des enfants. C’est une première.

    #Enquête #ActionAid,_Samsung_Electronics_France,_Samsung,_association_Sherpa

  • Au G20, le visage grimaçant du monde
    https://www.mediapart.fr/journal/international/010719/au-g20-le-visage-grimacant-du-monde

    Avant même la tenue du sommet à Osaka, Vladimir Poutine avait donné l’ordre du jour des discussions : « Le libéralisme est obsolète », avait-il déclaré. Et de fait, cette réunion du G20 a été marquée par l’affirmation de l’illibéralisme, la réhabilitation et la réinstallation des pouvoirs autoritaires et liberticides dans le premier cercle des responsables mondiaux. L’Europe n’a rien dit, actant sa reddition.

    #Analyse #Donald_Trump,_Mohammed_ben_Salmane,_accord_de_libre-échange,_europe,_Vladimir_Poutine,_Russie,_G20,_Etats-Unis,_autoritarisme,_Chine,_néolibéralisme

  • Défense, espace : Elżbieta Bieńkowska, celle par qui l’Europe va devenir une puissance mondiale
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/elzbieta-bienkowska-celle-par-qui-l-europe-va-devenir-par-hasard-une-puiss


    Elżbieta Bieńkowska « n’a pas peur de prendre les risques s’ils portent sur quelque chose de vital pour l’Europe et ses citoyens », explique son directeur de cabinet Tomasz Husak.
    Crédits : Commission européenne

    Qui aurait parié à l’arrivée de la commissaire européenne Elżbieta Bieńkowska que l’Union européenne se piquerait d’autonomie stratégique sur les questions spatiales et de défense. Une commissaire qui plus est de nationalité polonaise, un pays pourtant réputé très, très poche des Etats-Unis. Et pourtant, personne n’a jamais fait autant sur ces deux dossiers.

    Là où il y a une volonté, il y a un chemin (Lénine).
    […]
    Et donc l’espace tombe un peu par hasard dans le portefeuille d’Elżbieta Bieńkowska (Marché intérieur, industrie, entrepreneuriat et PME). C’est sur la route entre Bruxelles et Strasbourg que la commissaire l’apprend. Surprise dans un premier temps, la commissaire demande très vite son directeur de cabinet : « Qui s’occupe de l’espace aux Etats-Unis ? ». L’armée, lui répond Tomasz Husak. « Et en Chine et Russie ? », l’armée aussi lui explique son directeur de cabinet. « Et en Europe ? Ce sera vous Madame la commissaire ».
    […]
    Le prochain commissaire sera-t-il aussi déterminé qu’Elżbieta Bieńkowska ? Car sans la volonté d’une personne, il n’y aura plus de chemin.

  • Cobra (Chinese band) - Wikipedia
    https://en.m.wikipedia.org/wiki/Cobra_(Chinese_band)


    https://www.youtube.com/watch?v=UUn3aJ1kN-Y

    Cobra (眼镜蛇乐队 Yanjingshe yuedui) was an all-female rock band from Beijing, China. The band formed in 1989, becoming the first all-female rock band in mainland China. With only one album out, they disbanded in the late 1990s. Their style was a gloomy, bluesy type of hard rock with slight touches of new wave and alternative metal. Cobra was very popular in the beginning of their career.

    Group members include Yang Ying, Yu Jin, Wang Xiaofang, and Xiao Nan. They have played at CBGB in New York City.

    Discography
    1994 - First released as Hypocrisy (Germany 1994, USA 1996) republished as Yanjingshe (China 1996)
    2000 - Cobra - Yangjingshe II (China)

    https://web.archive.org/web/20050521082042/http://www.niubi.com/cobra
    https://www.youtube.com/watch?v=7sXOjP7zsgg

    https://www.youtube.com/watch?v=hdY2LEY7O6w&list=PL9maXLmfUbuY7GIiCFrcULKcZk1jTsufJ

    #Chine #musique #femmes

  • Les terres rares, une nouvelle géopolitique des matières premières
    https://www.mediapart.fr/journal/international/280619/les-terres-rares-une-nouvelle-geopolitique-des-matieres-premieres

    En pleine guerre commerciale avec les États-Unis, le président chinois menace de prononcer un embargo sur les exportations chinoises de terres rares. Ces matériaux et métaux sont devenus essentiels dans la transition écologique et le numérique. Et la Chine en détient le quasi-monopole. Il en sera question au G20. Décryptage avec Guillaume Pitron, auteur de « La Guerre des métaux rares. »

    #International #Numérique,_terres_rares,_Etats-Unis,_Chine,_matières_premières,_guerre_commerciale,_Transition_énergétique

  • Rachat de terres. La fin du rêve chinois ? - Économie - LeTelegramme.fr
    https://www.letelegramme.fr/economie/rachat-de-terres-la-fin-du-reve-chinois-26-06-2019-12322550.php


    En mars dernier, la coopérative française Sodiaal avait dû reprendre l’usine construite par le chinois Synutra, à Carhaix.
    Photo Aero Plass/DR

    C’est un coup d’arrêt aux investissements chinois dans les campagnes françaises. Le géant Reward, connu pour s’être emparé de terres céréalières dans l’Indre et dans l’Allier, vient de faire faillite. Après la déconfiture de Synutra, notamment à Carhaix, c’est un nouveau signe de la fin du rêve chinois.

    Le milliardaire Hu Keqin, PDG du conglomérat Reward se voyait déjà en roi de la baguette en Chine. Mais son groupe a fait faillite, montrant la fragilité de certains investisseurs chinois. L’affaire avait fait grand bruit quand un mystérieux chinois avait racheté 1 700 hectares dans l’Indre il y a cinq ans, puis 900 hectares dans l’Allier trois ans plus tard. Était-ce le début d’une conquête du grenier à grains français ? Les pires inquiétudes circulaient, comme souvent lorsqu’il s’agit d’investissements chinois. Mais finalement rien de tout cela ne s’est produit. Car Reward (« Luowa » en chinois), spécialisé à l’origine dans le lait maternisé et les produits d’entretien, a été mis en faillite le 13 mai.

    En janvier, l’agence de notation financière Fitch avait déjà tiré la sonnette d’alarme, expliquant que Reward avait été dans l’incapacité de s’acquitter d’une dette de 300 millions de yuans (38 millions d’euros) début décembre, alors qu’il assurait disposer fin septembre de… 4,15 milliards en numéraire (530 M€).

    Et Hu Keqin, qui annonçait il y a un an environ, vouloir ouvrir 1 500 boulangeries en Chine en cinq ans, approvisionnées en farine française, n’a finalement ouvert que trois boutiques « Chez Blandine » à Pékin. Et elles ont déjà fermé, d’après Dianping.com, principal site de référencement de commerces et services.

    « Il y a un réel attrait pour la France parce que les produits sont bons, jouissent d’une bonne image. Ils veulent les importer en Chine mais sans doute vont-ils trop vite pour se faire une part de ce marché très concurrentiel », analyse Jean-Marc Chaumet, agro-économiste et spécialiste de la Chine à l’Institut de l’élevage.
    Avant Reward, il y avait eu le fiasco du lait. Synutra, numéro trois de la nutrition infantile en Chine, avait retiré tous ses pions l’an dernier, plongeant dans les difficultés ses partenaires, le groupe coopératif normand Les Maîtres laitiers du Cotentin et la coopérative bretonne Sodiaal, qui a dû reprendre le site construit par le chinois à Carhaix (Finistère).

  • Vélos en libre-service : même la Chine les régule
    https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/velos-en-libre-service-meme-la-chine-les-regule-821701.html


    Un nombre excessif de vélos ont été mis en circulation, occupant l’espace public en étant parfois mal rangés, voire empilés les uns sur les autres, ou carrément abandonnés. Ici, à Beijing.
    Crédits : Reuters

    VU DE CHINE. En Chine, la folie du vélo en libre-service commence à ressembler à une catastrophe économique. Après avoir investi des centaines de millions de dollars pour s’assurer le marché des grandes villes, Ofo et Mobike, les pionniers chinois du secteur, cumulent les dettes.

    La Chine a longtemps été « le grand pays des vélo », notamment dans les années 1980. Depuis 2015, les vélos en libre-service sans borne d’attache sont devenus un nouveau phénomène dans le pays. De 2016 à 2017, on est passé de 2 à 23 millions de vélos partagés, et de 19 à 221 millions d’utilisateurs ! Ce nouveau business model, innovant et respectueux de l’environnement, a vite attiré de nombreux investisseurs et entreprises.

    Ofo, le pionnier de ce marché, a lancé ses premiers vélos sur le campus de l’université de Pékin en 2015, puis a levé progressivement des fonds. En mars 2018, il a bouclé un tour de table de 866 millions de dollars, mené par Alibaba. Ofo est alors très vite entré dans un mode d’expansion fulgurante. Pour tenir le rythme, l’entreprise a choisi de brûler du cash et de réduire le coût de ses vélos : pas assez performants, ils étaient équipés d’une serrure mécanique qui ne posait pas de vraies difficultés aux voleurs. De plus, au moins 20% de ses vélos tombaient en panne chaque semaine. L’expérience des utilisateurs semblait être plus satisfaisante avec Mobike, qui proposait des vélos de meilleure qualité dotés d’une serrure électronique.

  • Qu’a-t-on à apprendre des réseaux sociaux chinois ?
    https://www.zdnet.fr/blogs/social-media-club/smc-focus-qu-a-t-on-a-apprendre-des-reseaux-sociaux-chinois-39886459.htm

    En Chine, les réseaux sociaux se sont développés avec des mécanismes radicalement différents de l’occident. Les spécialistes surveillent aujourd’hui ces évolutions de très près, autant pour essayer de pénétrer le marché chinois que pour essayer d’en tirer certaines leçons. En Chine, les réseaux sociaux se sont développés avec des mécanismes parfois radicalement différents de l’occident. Les spécialistes surveillent aujourd’hui ces évolutions de très près, autant pour essayer de pénétrer le marché chinois que (...)

    #Alibaba #Google #Sina_Corp #Instagram #WhatsApp #WeChat #Alibaba.com #Amazon #Facebook #Paypal #Skype #Uber #algorithme #smartphone #SocialNetwork #domination #marketing #web #publicité (...)

    ##publicité ##TikTok

  • En quête de reconnaissance faciale
    https://linc.cnil.fr/en-quete-de-reconnaissance-faciale

    Alors que les usages de la reconnaissance faciale à des fins sécuritaires se multiplient, de plus en plus de voix s’élèvent pour que ces nouvelles technologies soient mieux maîtrisées, encadrées et régulées. En Chine, des systèmes de reconnaissance faciale sont utilisés pour cibler une minorité ethnique ; outre-manche, un britannique se retrouve à payer une amende pour n’avoir pas voulu dévoiler son visage à la caméra ; à San Francisco, la municipalité décide de bannir ces dispositifs : l’actualité récente (...)

    #algorithme #CCTV #biométrie #facial #vidéo-surveillance #surveillance #discrimination

  • Tibet La Chine au Groenland : mines, science et tentation d’indépendance (1/2) - Dossier de France-Tibet (15/03/2018)
    http://www.tibet.fr/actualites/chine-groenland-mines-science-tentation-dindependance

    Bien que le récent rapport « Arctique » de la Chine (Janvier 2017), un document d’orientation à l’intention de l’étranger, ne fait pas directement mention du Groenland, l’île européenne joue un rôle important dans la stratégie arctique de la République Populaire de Chine du fait des abondantes ressources naturelles, de l’importance des bases de recherches scientifiques et de la possible émergence d’un état indépendant qui pourrait donner plus d’influence à la Chine dans la région.

    A ce jour, la Chine a peu investit au Groenland, mais les entreprises chinoises espèrent des parts dans deux des plus grands projets miniers de l’île (dont l’un des plus gros gisements de terres-rares au monde) et une annonce de construction des infrastructures de recherche, parmi lesquelles une base de recherche et une base satellitaire. Pendant ce temps, tandis que les diplomates chinois évitent toute action qui pourrait être interprétée comme un soutien à l’indépendance groenlandaise, la possibilité est désormais librement discutée parmi les académiques chinois spécialisés dans l’Arctique.

  • Un Chinois à la FAO et le sens des priorités
    https://tagrawlaineqqiqi.wordpress.com/2019/06/24/un-chinois-a-la-fao-et-le-sens-des-priorites

    Je n’arrive pas à m’en remettre, d’autant que par ailleurs quasiment tout le monde s’en fout : c’est Qu Dongyu, le vice-ministre de l’agriculture chinois qui a été nommé à la tête de la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture. La Chine est un pays dont l’agriculture et l’élevage ne cessent de […]

    https://0.gravatar.com/avatar/fae7880a13ff373ef7ab14b76ec88027?s=96&d=identicon&r=G

  • I’m a Journalist but I Didn’t Fully Realize the Terrible Power of U.S. Border Officials Until They Violated My Rights and Privacy
    https://theintercept.com/2019/06/22/cbp-border-searches-journalists

    I should have kept my mouth shut about the guacamole ; that made things worse for me. Otherwise, what I’m about to describe could happen to any American who travels internationally. It happened 33,295 times last year. My work as a journalist has taken me to many foreign countries, including frequent trips to Mexico. On May 13, I was returning to the U.S. from Mexico City when, passing through immigration at the Austin airport, I was pulled out of line for “secondary screening,” a (...)

    #US_Customs_and_Border_Protection_(CBP) #migration #surveillance #journalisme #EFF #smartphone #iPhone (...)

    ##US_Customs_and_Border_Protection__CBP_ ##écoutes

  • Intelligence artificielle : des consommateurs sous surveillance
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/06/21/intelligence-artificielle-des-consommateurs-sous-surveillance_5479383_3234.h

    Paiement par reconnaissance faciale, essor des magasins sans caisse, publicités ultraciblées... Le développement de l’informatique « intelligente » ouvre la voie à de nombreuses innovations, parfois passionnantes, souvent effrayantes. Payer ses courses, simple comme un regard ? Le paiement par reconnaissance faciale qui se développe rapidement en Chine pourrait débarquer prochainement en France. Au Lab Carrefour-Google, sis dans le 13e arrondissement de Paris, on y travaille d’arrache-pied. Les (...)

    #Auchan #Carrefour #Google #Microsoft #Sodexo #WeChat #Amazon #algorithme #CCTV #smartphone #biométrie #facial #vidéo-surveillance #surveillance (...)

    ##consommation

  • A Hong Kong, les mobilisations attisent le sentiment régional
    https://www.mediapart.fr/journal/international/210619/hong-kong-les-mobilisations-attisent-le-sentiment-regional

    Les mobilisations massives qui agitent Hong Kong, pour demander l’annulation d’un projet de loi autorisant l’extradition vers la Chine, réveillent parfois un sentiment anti-chinois très vif, et risquent de renforcer les mouvements indépendantistes. Ceux-ci se font discrets pour éviter la répression. Pour l’instant, du moins.

    #Asie #Chine,_manifestation,_extradition,_Hong_Kong,_Carrie_Lam

  • En quatre articles, comment simplifier ta compréhension du monde (tldr : à la fin ça s’explique « en un tweet »).

    18 juin : les prix du baril de pétrole s’envolent, et c’est à cause de la BCE :
    Pétrole : la BCE fait décoller les prix du baril !
    https://www.capital.fr/entreprises-marches/le-petrole-beneficie-du-retour-de-lappetit-pour-le-risque-1342303

    Le pétrole relève la tête. Les cours du baril rebondissent nettement ce mardi, le prix du baril de WTI progressant de 4,28% à 54,10 dollars tandis que son homologue européen, le Brent de la mer du Nord, s’adjuge 2,77% à 62,62 dollars. L’or noir, comme la plupart des actifs jugés à risque (tels les actions), bénéficie de la perspective d’une possible baisse des taux de la BCE. Ce matin, le président de la banque centrale, Mario Draghi, a indiqué qu’il n’excluait aucune option pour soutenir une économie européenne vacillante. Cette annonce fait d’autant plus d’effet qu’elle intervient à la veille des conclusions de la réunion de la Fed.

    20 juin : ah non, en fait c’est à cause de l’accord de l’OPEP, de la baisse de stocks américains et de la détente commerciale entre la Chine et les États-Unis :
    Pétrole brent : L’Opep et ses partenaires ont fixé leur prochaine réunion, le prix du pétrole décolle
    https://www.tradingsat.com/petrole-brent-MP0000000BRN/actualites/petrole-brent-l-opep-et-ses-partenaires-ont-fixe-leur-prochaine-reunion-

    Le net rebond du jour est porté par plusieurs actualités concomitantes. Premièrement, les investisseurs ont appris mercredi après-midi que les pays membres de l’Opep et leurs partenaires parmi lesquels la Russie se sont accordés sur la date de leur prochaine réunion. Initialement prévue les 25 et 26 juin à Vienne, celle-ci a été décalée aux 1er et 2 juillet après plusieurs semaines de tractations, notamment entre la Russie, l’Arabie saoudite et l’Iran.

    L’indécision de Téhéran avait auparavant provoqué quelques remous sur les marchés pétroliers, les opérateurs craignant que l’Opep+ ne parvienne à se mettre d’accord sur une prolongation de leur accord de limitation de la production. Depuis fin 2016, en effet, l’Opep+ s’accorde tous les six mois pour renouveler cet accord afin de compenser la hausse continue de la production américaine et de peser à la hausse sur les cours. De nombreux observateurs considèrent cet accord comme le principal facteur de stabilisation du marché de l’or noir.

    Autre facteur haussier, la publication hebdomadaire des stocks US a de nouveau réservé une surprise, mercredi, avec une baisse plus forte que prévu des réserves commerciales de brut. Au cours de la semaine achevée vendredi 14 juin, celle-ci ont en effet diminué de 3,1 millions de barils pour s’établir à 482,4 millions, là où les analystes interrogés par Bloomberg tablaient sur une baisse plus modeste, de l’ordre de 1,2 million de barils.

    Dernier élément mais pas des moindres, les cours de l’or noir profitent également des derniers propos du président américain, qui a annoncé mardi avoir eu « une très bonne conversation téléphonique » avec son homologue chinois Xi Jinping. Donald Trump a par ailleurs confirmé qu’il s’entretiendrait longuement avec le dirigeant chinois, en marge du G20 qui se tiendra à Osaka les 28 et 29 juin prochain. De fait, la guerre commerciale fait peser des craintes sur l’économie mondiale et conduit les économistes à réviser à la baisse leurs perspectives de croissance mondiale, donc de demande de pétrole. Une détente commerciale et des espoirs de règlement du différend commercial est donc porteur d’espoirs, à la fois sur la bonne tenue de l’économie mondiale, et sur la demande en hydrocarbures, ce qui pèse à la hausse sur les prix.

    Le 20 juin toujours : en fait c’est à cause de la possible baisse des taux d’intérêt par la FED :
    L’or au plus haut depuis 2014, le pétrole s’envole !
    https://www.capital.fr/entreprises-marches/le-petrole-en-forte-hausse-1342480

    Or, pétrole... Ces deux matières premières phares sont à la fête. Les cours du baril ont bondi ce matin, soutenus par l’appétit pour le risque. Hier soir, la Fed (Réserve fédérale, banque centrale des Etats-Unis) a laissé grande ouverte la porte à une baisse des taux dès le mois prochain, ce qui est positif pour la croissance économique et les actifs risqués. L’or noir est également soutenu par le regain de tensions au Moyen-Orient et l’évolution des stocks. […]

    Par ailleurs, le prix de l’or flambe de près de 3%, à 1.380 dollars, soit un plus haut de 5 ans. Une dynamique attribuable, ici aussi, aux espoirs d’une baisse des taux de la Fed. En effet, l’or est un placement qui ne génère pas de revenu et bénéficie ainsi d’arbitrages favorables quand les taux d’intérêt réels - c’est-à-dire nets d’inflation - chutent...

    Le 20 au soir, c’est plus simple : c’est « en un tweet » :
    Iran : en un tweet, Donald Trump fait bondir le cours du pétrole
    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/iran-en-un-tweet-donald-trump-fait-bondir-le-cours-du-petrole-20190620

    Alors que les tensions entre Washington et Téhéran ne cessent de s’accroître et inquiètent les marchés, un message menaçant du président américain a suffi pour que le cours du baril prenne plus de 6%.

  • Bons et mauvais Chinois | René Raphaël & Ling Xi
    https://www.monde-diplomatique.fr/2019/01/RAPHAEL/59403

    Public ou privé, local ou national, individuel ou sectoriel, un système de notation appelé « crédit social » se déploie en Chine. À l’origine, il imitait le système américain, qui attribue une bonne note aux emprunteurs payant régulièrement leurs échéances. Puis il s’est étendu à d’autres types de comportements. Reportage à Hangzhou, siège de l’entreprise Alibaba, et dans les campagnes du Shandong. Source : Le Monde diplomatique

  • Entretien avec François Asselineau – Questions d’actualité n° 76 du 19 juin 2019 : USA-Iran - Brexit - Mini-Bots - Chine - Privatisations ADP et routes (UPR)
    https://www.crashdebug.fr/diversifion/16159-entretien-avec-francois-asselineau-questions-d-actualite-n-76-du-19

    On aurait dû vous le passer demain matin, mais comme l’actualité se bouscule....

    Amitiés,

    f.

    Source : Youtube.com

    Informations complémentaires :

    Crashdebug.fr : Fin de la plaisanterie médiatique du barrage à Macron lors des élections européennes : la politique économique et sociale de la France pour 2019-2020 est sortie ! (UPR)

    Crashdebug.fr : L’Iran abat un drone américain, et se dit « Prête pour la guerre ».

    Crashdebug.fr : Israël dispose de 80-90 ogives nucléaires, selon un institut international indépendant (RT) Crashdebug.fr : « Le compte à rebours a commencé. » L’Iran prévient qu’il dépassera les limites de ses stocks d’uranium dans 10 jours (Zerohedge)

    Crashdebug.fr : Les États-Unis accusent l’Iran d’attaques de pétroliers, disant que Téhéran « essaye (...)

    #En_vedette #Divers

  • Avec les objecteurs de conscience de la « tech »
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/06/19/avec-les-objecteurs-de-conscience-de-la-tech_5478193_3234.html

    Avec 20 000 des 100 000 salariés du groupe, Irene Knapp avait participé, le 1er novembre 2018, à la grande marche devant plusieurs bureaux de l’entreprise dans le monde, pour dénoncer le traitement des cas de harcèlement sexuel et les inégalités au sein de la firme de Mountain View (Californie). Elle est aussi un pilier des autres protestations qui agitent Google depuis plus d’un an. Ainsi, elle a fait partie des 4 000 employés signataires de la pétition pour l’arrêt du contrat Maven de collaboration avec l’armée américaine ou encore des 700 salariés réclamant l’arrêt du projet « Dragonfly », un moteur de recherche adapté à la Chine.
    Lire aussi Google : des employées et activistes anti-harcèlement sexuel dénoncent des représailles en interne

    De surcroît, elle a corédigé la lettre ouverte, signée par 2 000 de ses collègues, contre la nomination, au comité d’éthique de Google sur l’intelligence artificielle, d’une personnalité conservatrice jugée antitrans, anti-LGBTQ et antimigrants. Des employés de ces différents mouvements étaient appelés à se rassembler, mercredi, devant l’assemblée générale et les bureaux de Google dans douze villes.
    Croisade écologique

    La résolution 14 défendue par Irene Knapp demande que les dirigeants soient payés en fonction de leur capacité à respecter des « critères de diversité et d’inclusion », afin d’éviter les discriminations selon des critères ethniques, de genre ou d’orientation sexuelle. Elle-même se définit comme « transgenre » et souhaite, en anglais, être désignée par le pronom pluriel neutre « they » ou « them ».

    Cette « autodidacte » de 38 ans explique avoir « toujours voulu travailler dans la tech », mais ne s’être fait embaucher chez Google qu’à la trentaine, en 2014, après avoir connu des périodes « de pauvreté ». « Je voyais les entreprises de la tech comme un repaire d’idéalistes où l’on cherche à régler les problèmes des gens. Mais j’ai été déçue de voir qu’on n’y était pas assez conscients des effets réels de la technologie sur la société », explique-t-elle.

    « A Google, la culture a changé »

    Que des salariés aient des choses à redire sur les choix de leurs dirigeants n’est pas étonnant. Ce qui surprend, dans le mouvement qui touche actuellement la Silicon Valley, c’est sa dimension publique. Les entreprises américaines de la « tech », fort généreuses mais dépourvues de syndicats, sont réputées pour être assez secrètes. « A Google, la culture a changé. Au début, ça ressemblait à un département de fac hors de contrôle. Au niveau interne, les gens débattaient ouvertement de leurs projets », note Colin McMillen.

    Au cours de ses neuf années passées chez Google, il était très actif sur les nombreuses listes e-mail internes et sur le réseau social Google+, avant de démissionner, en février 2019. « Google disait : “Nous vous donnons de l’info, mais ne la faites pas fuiter”. Les gens tenaient leur langue, parce qu’ils avaient le sentiment d’être écoutés par la direction. » Cet « équilibre » a été rompu, selon l’ingénieur, conscient qu’une « spirale » a été enclenchée : plus de fuites, moins d’informations partagées.

    Cet ancien employé, qui se sentait « en famille » au bureau de Boston, prend pour exemple un symbole de la culture d’ouverture interne revendiquée par Google : les réunions du jeudi soir, « Thank God it’s Friday », lors desquelles les employés pouvaient écouter les fondateurs, Larry Page ou Sergei Brin, dans la salle en sirotant une bière ou en visioconférence. « Leur fréquence a diminué, ainsi que la possibilité de poser des questions en direct au micro. Il y a moins d’annonces ; les réponses ressemblent plus à de la communication », estime M. McMillen. Il a ainsi trouvé « faiblardes » les explications données en août 2018 par le PDG Sundar Pichai sur le projet de moteur de recherche chinois, décrit comme « exploratoire ».

    Colin McMillen fait partie des quinze employés qui, en janvier 2018, ont décidé de parler à la presse. Sur le site Wired, ils ont fustigé le « harcèlement » dont ils faisaient l’objet de la part d’internautes d’extrême droite venus de forums comme 4chan. Ces derniers réagissaient à des propos que lui et des collègues avaient tenus dans des forums internes à propos du mémo publié par James Damore.

    #Google #Mouvement_sociaux #Syndicalisme #Tech

  • Plus de 715.000 crabes chinois capturés dans un seul piège en Flandre Anne François - 17 Juin 2019 - VRT
    https://www.vrt.be/vrtnws/fr/2019/06/17/plus-de-715-000-crabes-chinois-captures-dans-un-piege-en-flandre

    La Société flamande pour l’environnement entame la construction d’un second piège à crabes chinois sur le cours d’eau à Wichelen, en Flandre orientale. Le premier piège, installé à Grobbendonk sur la Petite Nèthe, a en effet déjà permis de capturer 715.000 crabes poilus cette année. Il s’agit d’une espèce de crabes fouisseurs importée qui cause de gros dégâts aux plantes et animaux dans nos eaux, parce qu’elle mange tout ce qui se trouve sur le fond.

    L’entrepreneur commence ce lundi les travaux de béton au canal Kalkenvaart à Wichelen, afin de construire un second piège à crabes chinois", indique Katrien Smet de la Société flamande pour l’environnement. « Pourquoi à Wichelen ? Parce qu’on y trouve énormément de crabes poilus. En fait ces crabes sont signalés dans toute la Flandre, mais il n’est malheureusement pas possible de placer des pièges partout ».

    Ce piège a la forme d’une boite-aux-lettres, avec une fente étroite sur le dessus, et s’étend sur toute la largeur du lit du canal (photo). Les crabes peuvent ainsi entrer dans le piège par la fente, mais ne parviennent plus à en ressortir. Ils cherchent alors une sortie. Elle a la forme d’un tuyau le long duquel ils grimpent pour tomber dans un bac collecteur sur la rive.

    Détruire ou donner à manger aux poissons ?
    « Dans notre piège à Grobbendonk, en province anversoise, nous avons déjà capturé 715.000 crabes chinois depuis le début de cette année. Ce qui prouve que ce piège fonctionne bien », précise Katrien Smet de la Société flamande pour l’environnement. « Les crabes sont d’abord étourdis. Ensuite pour les broyons et nous les amenons à Rendac, parce qu’ils ne nous sont plus d’aucune utilité ici ».

    Rendac est l’entreprise qui réalise, à la demande des autorités, la collecte et transformation ou la destruction de déchets et cadavres animaux. « Entretemps, il s’agit d’une très grosse quantité de crabes et nous sommes en train de voir si nous ne pourrions trouver une autre façon de nous en débarrasser. Nous pensons à faire de ces crabes de la nourriture pour poissons », précise Katrien Smet.

    « Nous avons aussi été contactés par une firme qui voudrait les exporter à nouveau vers la Chine. En tant que gouvernement flamand, nous ne pouvons envisager cette piste pour l’instant. Mais nous allons la reconsidérer ».


    #Anvers #Flandres #Belgique #Chine #crabes #mondialisation #pollution #saloperie

  • Quand les femmes se déguisaient pour faire des métiers d’hommes
    https://www.francebleu.fr/emissions/ils-ont-fait-l-histoire/quand-les-femmes-se-deguisaient-pour-faire-des-metiers-d-hommes

    Parce que les hommes étaient idiots et qu’ils étaient persuadés que certaines professions n’étaient réservées qu’à eux, quelques femmes culottées, enfin si j’ose dire, leur ont damé le pion en se déguisant en homme. Dans le registre militaire, la Française Marie Marvingt s’engage dans la Première Guerre Mondiale en revêtant des vêtements d’hommes. Elle est grillée assez vite. On décide finalement de la muter dans l’aviation.

    Dans le même genre il y a Hannah Snell, en Grande Bretagne. Vers 1723, amoureuse, elle emprunte le costume de marin de son beau-frère pour aller chercher son mari disparu. Découvrant qu’il a été pendu, elle décide de garder l’uniforme de marine et révèle son secret en pleine mer après plusieurs campagnes militaires, avant de se remarier.

    Ah il y a aussi Hua Mulan, en Chine, qui d’après la légende se serait habillée en homme pour prendre la suite de son père un grand maître de l’Art du Kung-Fu. Elle aussi a été grillée. Dans le domaine sportif il y a aussi Rena Rusty Kanokogi, une Américaine, dans les années 60. Son truc c’est le judo. Elle est super-douée et il n’y a pas de compétition féminine. Elle se fait passer pour un homme et remporte même un championnat aux États Unis avant qu’on ne capte qu’elle est une femme. Elle doit rendre sa médaille.

    Enfin il y a ces femmes à qui on interdisait de devenir médecin. Par exemple le célèbre médecin Jame Barry, qui n’était pas James mais Margarett Ann Bukley ce qu’on a découvert en préparant son corps pour l’enterrement. Bien plus tôt, en Grèce Antique, il y a Agnodice. À Athènes, un homme a beaucoup de patientes. Il est dénoncé par ses confrères qui affirment qu’il profite des consultations pour s’envoyer en l’air. Et là, le tribunal sidéré voit l’accusé remonter sa tunique et montrer qu’elle est une femme. Agnodice est condamnée à mort, non pas pour séduction mais pour exercice illégal de la médecine puisque la médecine est interdite aux femmes. Les femmes menacent de se laisser mourir si Agnodice est tuée. Du coup, leurs maris se le tiennent pour dit et Agnodice est sauvée, avec en plus le droit de soigner les femmes. Si ce que dit la légende est vrai, c’est la première femme médecin connue de l’Histoire de l’Humanité. Heureusement on est un peu moins bêtes aujourd’hui les mecs.

    #femmes #transgenre #travail #médecine

  • A Hong Kong, « c’est le combat de la dernière chance »
    https://www.mediapart.fr/journal/international/180619/hong-kong-c-est-le-combat-de-la-derniere-chance

    La cheffe du gouvernement de Hong Kong, Carrie Lam, a de nouveau présenté mardi ses excuses, mais n’a toujours pas annoncé l’abandon officiel du projet d’extradition vers la Chine. Cette réforme a servi de catalyseur aux colères d’une population qui est massivement descendue dans les rues.

    #Reportage #extradition,_Carrie_Lam,_Chine,_Hong_Kong

  • Au sujet de la « guerre contre les pétroliers » dans le Golfe, il est intéressant de noter que deux commentateurs peu suspects d’alignement sur les États-Unis voient considèrent comme très crédible la responsabilité de l’Iran, acculée par les sanctions contre ses exportations de pétrole.

    Le Golfe est confronté à un scénario de guerre à petite échelle : pas de solution évidente – Elijah J. Magnier
    https://ejmagnier.com/2019/06/16/le-golfe-est-confronte-a-un-scenario-de-guerre-a-petite-echelle-pas-de-so

    Mais la “guerre contre les pétroliers” n’a certainement pas pris fin avec cette dernière attaque dans le Golfe d’Oman.

    L’Iran est bien sûr le principal suspect derrière ces attentats, mais aucune preuve tangible n’en a été apportée à ce jour. Enlever si rapidement et si facilement une mine ventouse inconnue, comme le montre la vidéo étatsunienne – est tout à fait extraordinaire, même pour des experts en explosifs. Aucun expert – même s’il connaît très bien ces mines – ne toucherait à des munitions non explosées sans prendre la précaution de déjouer lentement et attentivement tous les éventuels pièges et de se prémunir contre un éventuel déclenchement à distance. On a besoin de preuves solides, et non pas d’une analyse simpliste, car les implications de cette attaque sont très graves. 

    Alors, y a-t-il un moyen de sortir de ce cycle d’escalade ? L’Iran ne fait pas confiance aux Nations Unies parce que l’administration américaine a réduit le rôle et l’efficacité de cette organisation. Il ne fait pas confiance à l’Europe, qui a choisi de rester les bras croisés, divisée et soumise aux sanctions et aux brimades américaines. L’Iran ne fait pas confiance à Trump qui a révoqué l’accord nucléaire et est accusé dans son pays de ne pas “respecter le droit ou les institutions démocratiques “.

    Trump ne peut pas se coordonner avec la Russie parce que cela serait utilisé contre lui pendant sa campagne électorale. Il ne peut pas non plus laisser la main à la Chine, c’est le plus important concurrent économique, l’un des plus grands pays du monde et le cauchemar des Etatsuniens. La seule porte de sortie pourrait se trouver dans le Golfe. Tous les pays Arabes ne sont pas des ennemis et certains entretiennent de bonnes relations avec l’Iran et les États-Unis : L’Irak, le Qatar, le Koweït et Oman, par exemple. Si les États-Unis refusent de s’appuyer l’un de ces pays pour entamer des négociations sérieuses en vue d’alléger les sanctions contre l’Iran, la petite guerre actuelle pourrait bien prendre des dimensions plus importantes dans les semaines à venir.

    How Trump’s "Maximum Pressure" Campaign Against Iran Now Works Against Him
    https://www.moonofalabama.org/2019/06/how-trumps-maximum-pressure-campaign-now-works-against-him.html

    Iran calculates that Trump will see the danger and recognize that such a conflict would ruin his presidency. That he will accept that he has to revoke the sanctions and rejoin the nuclear deal to avoid to be blamed for unprecedented oil prices and catastrophic consequences for the global economy.

    We can expect that the cat and mouse game will continue throughout the next twelve month. Trump will be under pressure from both sides. Next spring or summer is the latest point for him to decide either way. Until then we will see more casualties of this new tanker war.

    Iran’s enemies as well as Iran itself now have an interest that more attacks on tankers happen. But unless there is very convincing independent evidence we will never know who will have committed these. There are simply too many players who have motives and the capabilities to make such attacks happen. All of them have plausible reasons to damage more ships. All of them have plausible deniability. It is this what makes the current situation so dangerous. Luckily the problem can be easily solved.

    The one who caused this conflict is Donald Trump. He is also the one who can immediately end it.