country:gabon

  • #STOP1921, club social de chanvre et thérapies psychéliques
    http://www.radiopanik.org/emissions/clip-radio/-stop1921-club-social-de-chanvre-et-therapies-psycheliques

    Au programme :

    Sébastien Alexandre, directeur de la FEDITO (fédération bruxelloise des institutions pour toxicomanes), viendra nous présenter la campagne #STOP1921 : www.stop1921.be Xavier de "Tire ton plant", club social de chanvre, reviendra notamment sur leur procès : www.trektuwplant.be Olivier, réalisateur du documentaire radio « Takiwasi, la maison qui chante », reviendra sur une cure de désintox singulière proposée au Péru. David, qui parlera de sa propre expérience avec l’iboga, une plante visionnaire issue du Gabon.

    Plus d’infos sur la soirée :

    "La loi #drogues a été écrite le 24 février 1921. Il est temps de la changer. Viens célébrer les funestes 98 ans d’une loi d’un autre temps et, par la même occasion, les 30 ans de la Liaison Antiprohibitionniste !"

    le 23 février dès (...)

    #prohibition #ayahuasca #iboga #cannabis_social_club #psychotropes #thérapie #désintoxication #drogues,prohibition,ayahuasca,iboga,cannabis_social_club,psychotropes,thérapie,désintoxication
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/clip-radio/-stop1921-club-social-de-chanvre-et-therapies-psycheliques_06347__1.mp3


  • Au #Mali, #Niger et #Sénégal, le marché de l’identité en plein essor

    De plus en plus d’États africains font appel à des entreprises étrangères, notamment françaises, pour fabriquer des #cartes_d’identité biométriques, qui servent aussi de #cartes_électorales sécurisées. Un projet soutenu par l’Europe qui y voit une occasion de mieux contrôler les flux migratoires.

    De plus en plus d’États africains font appel à des entreprises étrangères, notamment françaises, pour fabriquer des cartes d’identité biométriques, qui servent aussi de cartes électorales sécurisées. Un projet soutenu par l’Europe qui y voit une occasion de mieux contrôler les flux migratoires.

    Niger, Sénégal, Mali, de nos envoyés spéciaux.- Sur le continent africain, les États font de plus en plus souvent appel aux services d’entreprises étrangères spécialisées dans le domaine de l’état civil et leur confient la fabrication de cartes d’identité biométriques, qui sont aussi souvent utilisées comme cartes électorales.
    C’est par exemple le cas, au Mali, du groupe français #Idemia [nouveau nom, depuis 2017, de #OT-Morpho, né de la fusion des sociétés #Oberthur_Technologies (OT) et Morpho], du franco-néerlandais #Gemalto au Niger, et de la société malaisienne #Iris au Sénégal.
    Ce processus est appuyé par la Commission européenne, par le biais de son #Fonds_fiduciaire_d’urgence_pour_l’Afrique. Un partenariat dans lequel chacun trouve son intérêt : les chefs d’État ouest-africains entrevoient la tenue d’élections indiscutables, tandis que la diplomatie européenne touche du doigt le Graal du contrôle de l’immigration irrégulière en permettant l’accès direct à une base de données centralisée des citoyens subsahariens. Celle-ci permettrait aux États membres de l’Union européenne (UE) d’identifier et de renvoyer plus facilement les migrants irréguliers dans leur pays d’origine.
    Un projet « gagnant-gagnant » donc, pour lequel la Commission européenne pourra recevoir un retour sur investissement des 25 millions d’euros dépensés au Mali, et des 28 millions d’euros au Sénégal. Le projet devrait permettre de disposer d’un système d’information de l’état civil informatisé relié à une #base_de_données biométriques à même de sécuriser l’identité de la population et d’être exploitable par d’autres administrations utilisatrices.
    « Il y a une demande d’appui des autorités maliennes auprès de l’UE, qui considère qu’il y a un besoin. C’est une sorte d’interactivité : un état civil qui fonctionne bien va permettre à la population de bénéficier des services auxquels elle a droit. L’aspect contrôle des populations n’est que secondaire », assure Omar Merabet, conseiller du PDG de Civipol, agence française qui travaille, au Mali et au Sénégal, sur deux importants programmes d’état civil qui servent de base de données pour la biométrie électorale.
    Il résume : « La relation entre identité et sécurité est là : si on a un fichier sécurisé, on a une possibilité de traçabiliser la population – un idéal de politique. »
    Des militants de la société civile ouest-africaine s’interrogent néanmoins sur l’utilisation réelle des données personnelles collectées et sur le risque d’utilisation abusive par l’État ou des tiers. Cette préoccupation est également partagée par Omar Merabet : « On sait l’usage qu’en fait un pays donné aujourd’hui, mais qu’en sera-t-il demain ? C’est un problème essentiel car on va consacrer énormément de financements à centraliser ces données, pour la question de l’immigration par exemple, avoir des fichiers ultra précis, partagés avec les services… Il va y avoir de plus en plus de communication et donc de possibilités d’utiliser frauduleusement ces données. »

    « Nous pensons que nous n’avons pas assez de détails sur la question et que nous ne sommes pas bien informés par nos gouvernements, estime le juriste Djabel Magassa, porte-parole de Kouloubametre, site internet « d’initiative citoyenne d’évaluation et suivi des actions des gouvernants ». Quelles sont les garanties de la part de l’Union européenne que ces données ne seront pas utilisées à d’autres fins – par exemple, d’identifier des migrants en vue de leur expulsion par Frontex ? »

    L’hypothèse est balayée par l’État malien. « Au Mali existe une loi qui protège les données personnelles, ainsi que l’Autorité de protection des données à caractère individuel qui surveille l’utilisation des telles informations. Il n’est donc pas possible de donner ces données à un pays européen ou à une structure pour surveiller les migrants », affirme Fousseyni Diarra, directeur du Centre pour le traitement des données de l’état civil et président de la commission technique du Comité de pilotage des élections présidentielles qui ont eu lieu l’été dernier.

    En dépit des risques et des limites, la solution biométrique s’étend dans l’Afrique subsaharienne. Un nouveau front s’est ouvert au Niger, voisin du Mali.

    Au Niger, la France et l’Allemagne à la manœuvre

    « On est entourés de pays plongés dans la tourmente, comme le Mali, le Nigeria, la Libye et le Burkina Faso, explique Issaka Souna. Le Niger ne peut pas se permettre un processus électoral tendu. » Avocat et haut fonctionnaire des Nations unies, Souna a été nommé en octobre 2017 à la tête de la Commission électorale indépendante du Niger (CENI). Au cœur de son travail, la mise en place d’un fichier électoral biométrique.

    Après des années de pourparlers, le fichier biométrique a été intégré dans le nouveau code électoral. Pour Issaka Souna, la difficulté principale est l’absence d’un système d’état civil fiable : « Moins de 30 % de nos concitoyens possèdent une pièce d’identité. On a un territoire immense et une partie de la population est nomade : fournir presque dix millions de cartes électorales biométriques en moins d’un an sera une épreuve colossale. »

    Le premier test, ce seront les élections locales, reportées quatre fois depuis 2016 et prévues pour début 2020. Présidentielle et législatives sont prévues pour 2021. Mahamadou Issoufou sera alors arrivé au terme de son deuxième mandat et ne sera plus éligible.

    Ici, tout en étant le principal bailleur de fonds du Niger, l’Union européenne n’a pas financé la #biométrisation des élections. « Sans un état civil performant, cela n’a pas de sens, confie un fonctionnaire de Bruxelles, sous le couvert de l’anonymat. C’est comme acheter une Porsche là où on n’a même pas un chemin pour se promener. »

    Selon le fonctionnaire, « l’inscription d’un #fichier_biométrique dans la loi permet aux gouvernements de faire du #chantage à l’UE. Ils disent : “Si vous voulez des élections démocratiques, il faut financer la biométrie.” » Soit une dépense, pour créer le fichier, qui tournerait autour des 60 millions d’euros.

    Le fonctionnaire ajoute qu’au sein de la délégation européenne au Niger, « on a dû résister aux pressions des diplomates français et allemands qui voulaient qu’on finance cette biométrie ».
    Les pressions des groupes français

    Un document interne, obtenu par Mediapart, détaille le parcours de sélection de l’opérateur privé au Niger. En concurrence, quatre sociétés : #Gemalto, dont l’actionnaire majoritaire est la Banque publique d’investissement français, #Idemia, propriété de l’État français à 14 %, la société privée allemande #Dermalog, et #Lithotech, compagnie du géant sud-africain #Bidvest, liée à un fonds public de Johannesburg.

    Seuls les deux premiers, français, ont survécu au long processus de sélection – 17 jours de travail d’un comité technique, en octobre 2018 –, dont les résultats, pas encore proclamés après des mois, ont déjà provoqué quelques bouleversements : Dermalog, exclue de la sélection finale en raison de son mauvais score (32,5 points sur 100), aurait fait appel. Contactée, la société a refusé de commenter.

    Gemalto (déjà fortement sollicité sur le marché biométrique africain, notamment en #Algérie, #Bénin, #Burkina_Faso, #Comores, #Gabon et #Guinée-Conakry) a fini par l’emporter, avec 92 points sur 100 face aux 77 de Idemia, d’après l’évaluation technique. Le marché s’élève à 20 milliards de francs CFA (30,5 millions d’euros) sur 16 mois, d’après le président de la CENI Issaka Souna.

    Avant l’officialisation du contrat, le groupe français était à l’affût de la moindre mise en cause de ses activités : il a ainsi exigé la publication d’un droit de réponse dans le bi-hebdomadaire nigérien L’Événement. En cause : des informations « de nature à nuire à la bonne réputation du groupe », selon Gemalto. L’entreprise y conteste notamment l’existence d’une plainte pour corruption passive ou active d’agent étranger au Gabon. Plainte qui a pourtant bien été enregistrée à Paris.

    Le Sénégal, pionnier des cartes biométriques dans la région

    Contrairement au Mali et au Niger, le marché de la biométrie au Sénégal n’est pas dominé par une société française mais par le groupe malaisien #Iris_Corporation_Berhad. Premier pays de la région à avoir, en 2007, engagé le processus de biométrisation prévu par l’accord de la #CEDEAO – visant officiellement à faciliter la circulation des personnes dans l’espace régional –, le Sénégal a élu son président, le 24 février dernier, en utilisant des documents électoraux produits par le géant asiatique pour un montant de 50 milliards de francs CFA (environ 76 millions d’euros).

    Si, à quelques jours des élections du 24 février, le gouvernement a annoncé un taux de distribution des cartes biométriques de 97 %, la société traîne encore quelques casseroles.

    Lors des élections législatives de juillet 2017, de graves dysfonctionnements dans le processus de distribution des cartes ont empêché environ 800 000 personnes de voter. En 2007, le contrat de production de passeports biométriques, attribué déjà à Iris, a été suspendu et jugé, dans un rapport public de la Cour des comptes sénégalaise de 2009, « contraire à l’intérêt général » et « irrégulier » parce que trop coûteux et lent (118 milliards de francs CFA pour 10 millions de documents en vingt ans).

    L’expert informaticien et cyberactiviste sénégalais Cheick Fall, cofondateur de la Ligue africaine des web activistes pour la démocratie Africtivistes, parle d’#indépendance_numérique violée. « Le Sénégal a péché en allant confier le traitement de ces données à une entreprise étrangère. » Selon lui, il y aurait dans le pays toutes les compétences techniques et humaines pour confectionner la carte biométrique directement au Sénégal, « à un dixième du coût ».

    Pour lui, pas mal de questions se cachent dans cette petite carte. « Comment cette entreprise va-t-elle traiter nos informations ? Qui gère, qui collabore et qui a des intérêts avec elle ? Quels sont les contrats qui lient l’État avec cette société sur la confection mais aussi sur le traitement et la conservation des donnés sensibles ? » Une interrogation plus profonde sous-tend sa réflexion : « Aujourd’hui, on parle beaucoup des barrières, mais dans une société de plus en plus dématérialisée et fondée sur la citoyenneté digitale, qu’est-ce qu’une frontière ? »

    https://www.mediapart.fr/journal/international/050319/au-mali-niger-et-senegal-le-marche-de-l-identite-en-plein-essor?onglet=ful
    #externalisation #asile #migrations #réfugiés #biométrie #privatisation
    #contrôles_frontaliers #identification #business #complexe_militaro-industriel #UE #EU #big-data #surveillance_de_masse #traçabilité

    signalé par @pascaline via la mailing-list de Migreurop
    ping @karine4

    Ajouté à la métaliste externalisation :
    https://seenthis.net/messages/731749


  • For Israel’s golden intel boys, it starts with terror and ends with greed Veterans of Israel’s famed signal intelligence corps, already well versed in violence against the helpless, are now indulging in rotten meddling abroad
    Gideon Levy - Feb 16, 2019 10:53 PM
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-for-israel-s-golden-intel-boys-it-starts-with-terror-and-ends-with

    A coincidence brought together two stories in Haaretz last Wednesday. One reported on the sadistic abuse of two Palestinians by soldiers from the Netzah Yehuda Battalion, while the other told of astonishing meddling abroad by Israeli intelligence companies.

    Ostensibly the conduct of the battalion is more sickening. But actually the actions of veterans of the Mossad and the military’s signal intelligence unit, 8200, is much more disturbing.

    The abusive soldiers will be punished to some extent; usually they come from the margins of society. But the veterans of Israel’s top secret cyber-agencies are the new elite, the heroes of our time, beautiful and promising, the proud future of innovation and high-tech. Who doesn’t want their son or daughter to serve in 8200? Who isn’t proud of the Mossad’s work?

    But some of these good people do very bad things, no less infuriating than punching a blindfolded Palestinian in front of his son. At 8200 they don’t kill people or beat them up, but the damage the unit’s veterans do can be no less severe.

    The success stories are many. The name of the game is to start up a company, exit quickly and take the money. In T-shirts, sneakers and jeans they make money hand over fist. During their afternoon breaks they order sushi and play the video games “FIFA 17” and “Mortal Kombat.”

    Most of them come from 8200. Beneath their impressive successes, there is rot. The veterans of the biggest and maybe the most prestigious unit in the army, the new pilots, know everything. Sometimes too much.

    A long, disturbing article by Adam Entous and Ronan Farrow in The New Yorker tells about these companies, particularly Psy-Group, made up of Mossad and 8200 veterans. There’s no place in the world they’re not interfering – from Gabon to Romania, from the Netherlands to the U.S. elections.

    There’s also nothing they won’t do; money covers everything. Project Butterfly, the war declared by Israeli cyber-mercenaries on U.S. campuses against the boycott, divestment and sanctions movement, was particularly disgusting. Psy-Group, with members of the old boys’ club – Ram Ben-Barak, a former deputy head of the Mossad and a Yesh Atid Knesset candidate, and Yaakov Amidror, a general and a former national security adviser – spied on anti-Israel activists on U.S. campuses and collected dirt on them.

    It’s like a war, the hero Ben-Barak told The New Yorker. The private Israeli firm works on U.S. campuses against political activists for $2.5 million a year. This money was contributed by Jews (who were promised they were “investing in Israel’s future”), some of whose children are students on those same campuses.

    Imagine if a foreign company spied on right-wing students in Israel and spread slander about them. But Israel is allowed to do anything. Uzi Arad, a former national security adviser to Prime Minister Benjamin Netanyahu and a Mossad veteran, told The New Yorker that he was ashamed of these mercenaries.

    These actions are being carried out by the best of our young people. According to The New Yorker, the Israeli companies control the global disinformation and manipulation market. They have a huge advantage. As Gadi Aviran, founder of the intelligence firm Terrogence, told the magazine: “There was this huge pipeline of talent coming out of the military every year,” and “All a company like mine had to do was stand at the gate and say, ‘You look interesting.’” It always starts with terror, real or imagined, and ends with greed.

    First we have a “huge pipeline of talent” familiar with the alleyways of Jabalya and Jenin in the West Bank, well experienced in violence against the helpless. The training grounds of the Israeli arms industry, unmanned bombers and lethal joysticks have led to lots of prestige and money for the state.

    Now, in the spirit of the times, we have the meddlers from the high-ups of the Mossad and 8200. And when one day somebody asks where the temerity came from to meddle like that, we’ll quote Amidror, who said: “If people are ready to finance it, it is O.K. with me.” Before we keep encouraging young people to join 8200 and take pride in the unit, we should remember that this rot also emerged from it.


  • Préservation de l’environnement : la #Malaisie veut s’inspirer du #Gabon pour produire l’#huile_de_palme propre - GABONACTU.COM
    https://www.gabonactu.com/preservation-de-lenvironnement-malaisie-veut-sinspirer-gabon-produire-lhu

    Libreville, 25 janvier (Gabonactu.com) – Accusée par l’Union européenne (UE) de non-respect à la préservation de l’environnement, la Malaise, pays leader dans la production d’huile de palme dans le monde, s’inscrit dorénavant selon le « National Geographic », dans le développement durable en s’inspirant des mesures novatrices y relatives prises par le Gabon, pays producteur également d’huile de palme à travers le groupe agroindustrielle Olam.


  • https://www.revuepolitique.be/elections-en-rdc-tshisekedi-kabila-et-larithmetique-du-pouvoir/#comment-1235

    ou

    https://www.youscribe.com/BookReader/Index/3034915/?documentId=3421374

    Il est certain que l’Afrique est aux africains . Seulement voilà, nous sommes dans un monde où la multiplicité des alliances font en sorte que chacun intervient et s’immisce dans les affaires internes de l’autre.

    Tchisekidi a gagné ,à tort ou à raison, les élections présidentielles, est un fait accompli. Que sa présidence soit faible ou forte est un autre débat qui ne peut être débattu que sur le concret , sur un ensemble de point que le président élu entame.

    En tout cas avec ce changement de donne ,l’Afrique et certes ,une hirondelle ne fait pas le printemps ,donne un nouveau regard politique , tout au moins pour l’instant. Il ne faut pas oublier non plus pourquoi l’armée est silencieuse.

    J’aurai aimé voir aussi l’Égypte de Sissi se démocratise et passe le flambeau comme Kabila vient de le faire. Et il est incontestable ,Tshisekidi a l’appui de Kabila pour pouvoir gouverner le Congo Kinshasa, sinon Kabila a les moyens de l’empêcher.

    Reste à savoir pourquoi Kabila a donné ce feu vert. Certainement pas pour rétablir la démocratie car son règne après son père et après Moubutu n’était pas en mesure de lutter contre la corruption et les fraudes électorales... Pour la simple raison, le peuple congolais comme le peuple africain en général, n’ a pas encore appris les bases fondamentales ,de la démocratie et pour cause, les occidentaux ne laisseront jamais installé une démocratie véritable en Afrique !!et pourtant le peuple en demande mais pas les gouvernants !!!.

    Sur exemple du Maroc, un peuple rifain qui se manifeste pour des infrastructures dans la région, pour du travail, ...Zefzefi comme leader écope 20 ans de prison ferme et pourtant il était toujours pacifique dans sa lutte. L’Algérie est aussi dans cette obscurité politique ; aucun observateur ne pourrait dire qui gouverne ce beau pays ? ! l’armée est aussi silencieuse comme au Maroc ,comme en Égypte,...car seule cette institution pourrait rétablir l’ordre démocratique étant donné le chemin le plus court est une ligne droite.

    Et puis les gouvernants modélisent une philosophie qui donne naissance à une politique dite de ’’bergague’’(délateur potentiel et omniprésent et qui influe sur la société) qui dira qui pourra se balader dans les rues et qui a besoin d’une autorisation pour se faire ; les cafés, les commerces, les rues,...il y a une omniprésence de cette politique ...Finalement, Tshisekidi issue aussi de ce monde est un changement qui pourrait être radicale si Tshisekidi est entouré d’une équipe forte pour lutter contre la corruption, contre l’exploitation des mines de diamant et d’or par des étrangers (des contrats douteux avec le pouvoir en place, pas de transparence...) ,contre l’analphabétisme et l’illettrisme qui favorise l’existence de ’’bergague’’, de donner du travail qui soit rémunéré en fonction d’un pouvoir d’achat afin de contrer les périples de l’immigration, …

    Sinon Tshisekidi est aussi dans cette tanière comme Kabila ,autrefois et, donc il manque aussi d’une ’’acquaintance’’ pour aborder le dur du pouvoir . J’entends d’ici me dire comment ? Eh bien , si Tshisekidi est un politique chevronné qui a une conscience politique ; il arrivera à ’’surfer’’ sur les grandes vagues à faire survivre le Congo dans une véritable démocratie. Sinon c’est le cas de Macron, président français, issu des lobby et des grands groupes de pression où les gilets jaunes ,fleurissent de plus en plus(et ils ont raison) et où les syndicats du travail appellent à une ou des gréves générales ,où toute une société est bloquée,sclérosée ; où les groupes de pressions comme le système de Mink défendent bec et ongles Macron car ils font ce qu’ils veulent dans la société française et où les officiers militaires français commencent à bouger vers un coup d’État militaire comme cela fut le cas ,autrefois , avec le général De Gaulle.

    Si l’armée congolaise favorise Tshisekidi c’est que ce dernier a présenté pattes blanches mais reste encore à voir s’il existe un concret ou juste un phénomène de passage.

    Faut-il à Tshisekidi de redéfinir la politique extérieure du Congo, y compris les alliances et les exportations des richesses minières du Congo. Ou faut-il être comme Patrice Lumumba un anti colonialiste convaincu ou faut-il ajouter de l’eau pour avoir un certain équilibre . Le pouvoir que compte Tshisequidi est tout cela à la fois donc ’’wait and see’’.

    L’union européenne comme l’union africaine comme les américains comme les russes comme les chinois... attendent avec impatience de saboter Tshisekidi pour un retour à la case de départ à savoir l’Afrique n ’est que l’arrière cour ,une jungle, un ensemble des illettrés, des non politiques qui sont aux doigt et à l’œil des puissances de ce monde .

    Au Gabon le lieutenant Killy avait compris mais sa hiérarchie est imbibée dans la corruption et préfère donc la dictature des Bangos . Le peuple africain est victime potentielle et parfois , on entend ici est là ; un autre colonialisme pour se débarrasser de ce colonialisme des pouvoirs dictatoriaux en place qui ne chignent pas devant la volonté de tout un peuple ;où la diplomatie étrangère est faible comme celle du Maroc concernant le Sahara occidental qui est aux aboies pour faire un contre poids avec une visite d’un Netanyahou ,un ancien sniper qui n’a rien avoir avec la politique et comme preuve les palestiniens qui souffrent au quotidien,que le peuple musulman marocain n’en veut pas et personne ne peut éviter une guerre Maroc vs Algérie qui est doublement plus puissante militairement que le Maroc ou encore influencer Bolton car ce dernier à une équipe très soudée ce que Tshisequidi doit avoir pour gouverner convenablement le Congo Kinshasa...


  • Les ténors du barreau.
    J’avais pas percuté jusqu’à hier au sujet de cette expression toujours très en vogue. Il me semble n’avoir jamais entendu cette expression pour désigné une femme.
    Pourtant les femmes plaident en France depuis Maître Jeanne Chauvin en 1901
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne_Chauvin
    Deja dire maître pour une avocate ca fait bizzare mais « ténore » !
    Ici un article de causette sur les discriminations faites aux avocates
    https://www.causette.fr/le-mag/lire-article/article-2029/les-avocates-balancenta.html

    Chez les avocats, on commence souvent par être collaborateur. Un statut particulier, qui n’est pas protégé par le Code du travail, et donne tout pouvoir aux associés : « C’est très précaire, signale Arnaud. Les collaboratrices sont à la merci des patrons. On peut les remercier facilement, sans besoin de justification. » De quoi « exacerber les risques de harcèlement », juge-t-il. Sachant que 60 % des femmes avocates sont collaboratrices, elles sont plus vulnérables, plus en proie au harcèlement. « On est totalement exposées, déplore Lucie. Ce statut nous emprisonne. On se tait, si on veut manger. »
    La sociologue Isabel Boni-Le Goff, spécialiste des questions de genre en milieu professionnel à l’Université de Lausanne (Suisse), a participé à une étude européenne sur le métier d’avocat entre 2015 et 2017. À cette occasion, elle a collecté « de nombreux témoignages de diverses formes de harcèlements moral et sexuel ». Le plus fréquent : les « sanctions, reproches et mises à l’écart » à l’occasion de la grossesse. Elle a également relevé « des pratiques tout aussi violentes de brimades, humiliations, sanctions financières ». Sa conclusion : « On est dans un système de harcèlement très généralisé et sexualisé. » Difficile de le chiffrer précisément. « Les avocates victimes de harcèlement minimisent ou nient ces expériences, analyse la sociologue. C’est l’effet miroir : une professionnelle qui défend les victimes aura du mal à s’identifier comme telle. Beaucoup viennent de milieux bourgeois et tiennent un discours conservateur sur la condition féminine. Elles n’osent pas insulter l’institution.

     »

    Le harcèlement peut aussi être utilisé comme une arme professionnelle pour déstabiliser l’adversaire. Juste avant de plaider dans une affaire de viol, la pénaliste Isabelle a vu l’avocat de la partie adverse lui lancer : « Avant de plaider, j’ai besoin de me vider les couilles. Accompagne-moi aux chiottes. » Des paroles qui pétrifient. « La plaidoirie, c’est un moment stressant, on est fragile », complète-t-elle. Elle y voit « un mode de gestion ». « C’est récurrent : l’adversaire va tenter de t’humilier. Devant ton client, il dit : “Elle est conne, elle ne comprend rien au dossier…” » Blonde aux yeux bleus, elle a aussi entendu qu’elle était recrutée « pour attirer les clients. Une jolie collaboratrice sert de vitrine ». Arnaud, associé de son cabinet d’affaires, ne nie pas : « Le plus choquant, c’est sans doute la discrimination des moches ! Une femme brillante, mais pas assez belle aura du mal à trouver un poste. » Lui-même reconnaît sélectionner ses collaboratrices au physique. « Déceler l’intelligence, c’est un pari. En choisissant un physique, on est sûr de soi. On est dans un métier de représentation. Une fille belle, élégante, svelte, c’est plus avenant. »
    Humiliant ? Rabaissant ? Sans aucun doute, mais « pas le droit de craquer, tonne Lucie. Sinon, c’est la mise à mort. Dès que tu es en état de faiblesse, que tu as des galères économiques, les hommes te proposent de coucher. Si tu refuses, ils t’accablent, ils t’invitent à quitter le métier. »

    La conclusion est ultra déprimante ;

    « Ensemble, on est plus fortes face à ce milieu machiste. Les femmes représentent les deux tiers des nouveaux avocats. Le chiffre joue pour nous. À force, nous prendrons notre place. »

    Car c’est pas le nombre de femmes qui fait qu’on les prend pas pour des paillassons, quel est le pourcentage de femmes dans l’éducation nationale ?

    on compte 82% de femmes chez les professeurs des écoles. Mais elles ne sont plus que 64% chez les certifiés. A partir des agrégés on atteint la parité (52%). Au dessus les hommes dominent : on ne compte que 35% de femmes chez les professeurs de chaire supérieure.

    Le même principe s’applique aux personnels de direction et d’inspection. Si 56% des principaux adjoints sont des femmes, ce n’est plus vrai que pour 46% des principaux et 31% des proviseurs. Chez les inspecteurs il y a 47% de femmes chez les IEN, 43% chez les IPR et seulement 32% chez les inspecteurs généraux.

    http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/03/08032018Article636560903281097607.aspx

    –------

    Pour la voix de ténor des femmes j’ai trouvé l’expression « tenoriste » pour une voix de femme ici
    https://fr.audiofanzine.com/techniques-de-chant/forums/t.360429,femme-tenor-complexe.html
    Dans les classification des voix, le ténor est dans les voix masculines
    http://scenari.crdp-limousin.fr/opera/01_lucia_di_lammermor_mobile/co/4__La_voix.html


    Sur QG je trouve une liste des 30 avocats les plus puissants en fait il n’y en a que 17 sur le site et c’est couilleland comme on pourrait s’y attendre
    https://www.gqmagazine.fr/pop-culture/gq-enquete/articles/qui-sont-les-30-avocats-les-plus-puissants-de-france-/50546
    la première femme est en fait un couple, donc pas vraiment une femme et elle passe en second.
    – 6 LES INSÉPARABLES, PIERRE HAÏK ET JACQUELINE LAFFONT

    Ce couple de pénalistes, formé il y a trente-trois ans entre un juif pied-noir aux penchants anarchistes et une catholique fille d’un officier de marine gaulliste, a gravi toutes les marches, des comparutions immédiates aux chefs d’État : ils conseillent aujourd’hui Nicolas Sarkozy dans l’affaire de corruption présumée de magistrat dite « Bismuth » ainsi que des présidents africains (Gabon, Tchad). Ils défendent avec la même technique les molosses des gangs de banlieue et le magnat de l’armement Serge Dassault.

    13 L’INDIGNÉE, FRANÇOISE COTTA
    Trente-six années de barreau et Me Cotta est toujours indignée. Au palais où elle combat le « droit d’exception antiterroriste » appliqué aux suspects du djihad. À la frontière italienne, où elle prend fait et cause pour les migrants qu’on refoule. En leur nom, elle a attaqué les autorités pour « délaissement d’enfants ».

    Et c’est tout, pas d’autres femmes et est-ce qu’on dit que Françoise Cotta est une ténor du barreau ?
    Par exemple dans causette elle est une « figure du barreau »
    https://www.causette.fr/le-mag/lire-article/article-1661/frana-oise-cotta-la-vie-clandestine-da-une-avocate.html
    –—
    ici un article qui souleve le problème

    Les TénorEs du Barreau

    « Les ténors du barreau tiennent tellement le devant de la scène qu’on pourrait penser que les femmes n’existent pas dans cette profession. Pourtant elles sont bel et bien présentes au pénal. En voici neuf d’entre elles, réunies pour la première fois. »

    http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/4/15/20/82/2538_001.pdf
    –—
    une émission radio « les soprano du barreau » pas encore écouté
    https://www.franceculture.fr/emissions/sur-les-docks-14-15/territoires-interdits-14-sopranos-du-barreau

    Maître Pierre Blazy , avocat au Barreau de Bordeaux, élu « macho » de l’année 2013 parLes Chiennes de garde , a affirmé que les femmes n’avaient pas les « épaules » pour plaider au pénal.

    Le pénal, du brutal, du lourd : des trafics de drogue, des assassins, des petits et grands truands et des violeurs aussi. Autant de situations devant lesquelles une femme n’aurait pas l’étoffe ou la crédibilité nécessaire pour se démarquer : bien trop émotive, comment demeurer objective en toutes circonstances ?

    Un plafond de verre et de préjugés que certaines avocates n’osent pas franchir, craignant que leur voix peinent à percer parmi les ténors du barreau…

    Marie-Alix, Myriam, Agnès et les autres ne sont pas de celles-ci. Attachées à comprendre l’humain derrière le crime, sensibles et solides, elles plaident dans la cage aux lions et se soucient peu des rugissements.

    Après la voix de ténor, il faut donc les épaules de déménageurs. Pas fous les hommes, le pénale ils se le gardent pour se garantir une fraternelle impunité pour les viols (90 à 98% d’impunité, bravo messieurs) et féminicides (qui sont 1/3 des homicides). C’était en 2013, en 2019 c’est pire car la profession est dévalorisée, maltraité par les juges et les lois liberticides et ceci expose encore plus les femmes. A part ca Pierre Blazy plaide toujours et George Tron va très bien.

    –---

    • J’écoute l’emission de france culture, il y a aussi les enfants, car pour la médiatisation il faut du temps et le temps les femmes n’en ont pas. L’avocate qui témoigne dit que tout arrive en même temps (carrière à lancé et enfants elle veut dire). Elle raconte qu’elle n’avais pas le temps de voire ses enfants qui semblent lui en vouloir pour ca. Peut etre qu’elle était mère célibataire mais ne le dit pas, je pense qu’elle l’aurais mentionné si c’étais le cas.
      Récit aussi du mépris des clients, le milieu et le crime etait une spécificité masculine et un haut lieu de démonstrations de virilité elle raconte devoir bossé 4 fois plus que les hommes pour qu’on la prenne au sérieux.

      l’avocate qui parle de l’empathie, nécessaire selon elle pour défendre des prévenus raconte que pour défendre les victimes c’est plus difficile car les victimes souffrent et ca fait trop de pression sur l’avocate... on est pas sorti des ronces...

    • pas de souci @gonzo mon message est long et plein de liens.

      @vazi Diva du prétoire ca doit pas etre un compliment ! J’avais jamais entendu, mais ca me semble à l’opposé du ténor.
      gogole me donne une seule occurence :

      Dans les couloirs du tribunal on le surnomme « la diva du prétoire ». Il assène ses coups sans relâche. Ses preuves s’empilent sur des plateaux roulants, enfermées dans de gros classeurs noirs. Quand il s’irrite de l’apparente incompréhension des juges, on le voit rajuster sa cravate, dont on devine, sous la robe noire, le style bonbon anglais. Ou bien il regarde avec suffisance le bout de ses ongles, invite sur un ton acerbe les magistrats à mieux « conduire la barque, mener le navire ». Soupçonnant l’accusé de ne pas prendre ses médicaments, il lui suggère, un brin hautain, un sevrage tabagique « pour la bonne marche du procès ». Les faiblesses de Slobodan Milosevic, qui a 64 ans et souffre d’hypertension, « sont dues à la lourdeur du procès », expliquent Steven Kay et Gillian Higgins.

      https://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2006/02/11/la-machine-milosevic-devant-ses-juges_740347_3208.html
      assène, irrite, bonbon anglais, ton acerbe, regarde avec suffisance, un brin hautain...


  • Gabon: Ali Bongo va finir sa convalescence au Maroc
    https://fr.news.yahoo.com/gabon-ali-bongo-va-finir-003305820.html

    Ali Bongo quitte ce mercredi 28 novembre l’hôpital du roi Fayçal de Riyad en Arabie saoudite où il était hospitalisé depuis plus d’un mois. La présidence gabonaise garde toujours un mystère sur la cause exacte de la maladie d’Ali Bongo.

    Après des semaines d’incertitude, le président Bongo va mieux et va poursuivre sa convalescence à Rabat, affirme sa femme dans un communiqué publié hier en fin de journée sur sa page Facebook. Selon la première dame, ce transfert vers le Maroc a été rendu possible grâce à l’amélioration très significative de l’état de santé du président.

    (...) Des mots qui remettent en cause la version initiale d’un simple malaise. Depuis l’hospitalisation d’Ali Bongo il y a mois, la communication de la présidence s’est caractérisée par une quasi absence d’informations, entretenant le doute chez de nombreux Gabonais.

    L’annonce n’a pas suffi pour rassurer les Gabonais qui réclament des images, des preuves de vie de leur président. « Peut-être que dans deux, trois, quatre jours, dans une semaine, vous verrez les images du président. Vous verrez bien le président de la République qui a retrouvé ses automatismes habituels », répond M. Mapangou.


  • Des étudiants se mobilisent pour leur camarade gabonais
    https://lemediapresse.fr/actualites/etudiants-mobilisent-pour-leur-camarade-gabonais

    Une pétition circule contre l’expulsion d’Ivan Ngouoni, jeune Montpelliérain originaire du Gabon. Interpelé à la gare de Toulouse, il doit quitter la France le 26 novembre. « Il craint personnellement » pour sa vie. Selon un militant de Solidaires Etudiant-e-s Montpellier, Ivan Ngouoni, un jeune diplômé en master de Gestion des ressources humaines qui sera expulsé le […]


  • Gabon. Le silence sur la santé du président Ali Bongo alimente les spéculations | Courrier international
    https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/gabon-le-silence-sur-la-sante-du-president-ali-bongo-alimente

    Depuis le “malaise” à Riyad d’Ali Bongo le 28 octobre, le mystère demeure sur son réel état de santé. Il n’est pas réapparu publiquement depuis. La presse locale se demande si le chef d’État gabonais reprendra un jour les commandes du pays.

    C’est étonnant comme il est difficile d’obtenir des nouvelles précises de certaines personnes en contact avec les Saoudiens... Tout de même, le sort d’un journaliste au NYT a l’air plus important que celui d’un président nègre.

    #gabon #arabie_saoudite


  • Le Gabon en plein questionnement | Le Point Afrique
    http://afrique.lepoint.fr/actualites/le-gabon-en-plein-questionnement-01-11-2018-2267748_2365.php

    Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’avec la nouvelle de l’hospitalisation du président Ali bongo Ondimba à Riyad, hospitalisation due à un «  malaise  » selon les informations délivrées par le porte-parole de la présidence, Ike Ngouoni Aïla Oyouomi, le Gabon nage dans l’incertitude. En effet, dimanche dernier, l’information a été donnée que le président âgé de 59 ans était depuis mercredi à l’hôpital King Faisal de Riyad, en Arabie saoudite. Hospitalisation mercredi, annoncée dimanche. Il n’en fallait pas plus pour que les rumeurs les plus folles circulent ici et là, tant au Gabon que dans de nombreux pays africains.
    Entre folles rumeurs...

    C’est ainsi qu’une télévision privée camerounaise a annoncé la mort du président gabonais Ali Bongo Ondimba. Mal leur en a pris puisque réunie mardi à Libreville, la Haute Autorité de la communication (HAC) a demandé le retrait pour six mois de Vision 4, télévision privée camerounaise réputée proche du pouvoir. «  Inexacte et trompeuse  », a indiqué la HAC qui a estimé que cette annonce a porté «  atteinte à l’unité nationale, la cohésion sociale et l’ordre public  ». Il faut dire qu’une autre information est mise en avant par la présidence même du Gabon qui a indiqué que «  les médecins qui l’ont consulté ont diagnostiqué une fatigue sévère due à une très forte activité ces derniers mois  ». Prescription requise : «  repos médical  », selon le porte-parole du Palais de bord de mer. Et de préciser : «  Il va mieux et se repose en ce moment même à l’hôpital à Riyad.  » Mercredi soir, le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, lui a rendu visite si l’on en croit l’agence de presse officielle saoudienne (SPA).

    #mbs #arabie_saoudite #gabon


  • Le Maroc instaure une autorisation de voyage pour trois pays africains

    En effet, une correspondance entre le Responsable régional de la compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) pour le Gabon et un directeur d’agence de RAM dans le pays. Dans ce courrier, il est annoncé que

    « les autorités marocaines ont instauré à partir du 1er novembre 2018, une #autorisation_électronique_de_Voyage (AVEM) pour les ressortissants du #Mali, de la #Guinée et du #Congo_Brazaville désireux de se rendre au Maroc ».

    Ainsi, à partir de la date mentionnée, les personnes issues de ces pays qui veulent se rendre au Maroc doivent demander leur AVEM au minimum 96 heures avant leur date de départ vers le Maroc, via le portail http://www.acces-maroc.ma. Le site ne peut être consultable à partir du Maroc.

    https://224infos.org/societe-et-people/7852/le-maroc-instaure-une-autorisation-de-voyage-pour-trois-pays-africains.htm
    #Maroc #visas (ou similaires) #fermeture_des_frontières #asile #migrations #réfugiés #autorisation_de_voyage #AVEM

    Commentaire de Elsa Tyszler via la mailing-list Migreurop :

    D’après cet article (et d’autres à peu près similaires trouvés sur le net), les ressortissant-e-s du Mali, de la Guinée (Conakry) et du Congo (Brazza) doivent désormais acquérir une « autorisation de voyage » pour entrer au Maroc.
    Pourquoi ces trois pays ? Des effets de l’externalisation des frontières européennes ? Une mesure qui intervient peu de temps avant la signature du Pacte Mondial des Migrations à Marrakech en décembre...


  • No man’s land at Paris airport: Where France keeps foreigners who’ve been refused entry

    Every day, foreigners suspected of trying to enter France illegally are taken to a special area of Paris’s Charles de Gaulle airport where they are held at a facility dubbed #ZAPI. Located just a stone’s throw away from the airport’s runways, the ultra-secure area is closed to the general public. NGOs say ZAPI is just another name for a prison, where foreigner’s rights are flouted and where expulsions are fast-tracked. InfoMigrants was granted exclusive access to it.

    Audrey is pulling funny faces at the little girl she’s holding in her arms. “She’s not mine,” she says, and points to the girl’s mother who is sitting on another bench just a few metres away. “I’m just playing with her to pass the time,” she says. Twenty-eight-year-old Audrey from Gabon currently lives inside the four walls of the Charles de Gaulle airport’s “waiting zone”, or ZAPI, where people who have been refused entry onto French territory are being held while authorities decide what to do with them.

    Audrey’s laugh is barely audible. Neither is that of the little girl. The loud noise of the aircraft that just touched down some 50 metres away from them have drowned out all the surrounding sounds. “The noise, it’s hard… It prevents us from sleeping, we hear the planes all the time…,” the young woman complains without even looking at the giant aircraft whose wings are now gracing the fence of ZAPI.

    This tiny piece of no man’s land lies just next to one of the airport’s runways. “ZAPI is a bit like a protrusion of the international zone,” Alexis Marty explains, who heads up the immigration department at the French border police (PAF). In legal terms, the zone is not deemed to be a part of French territory. “It’s a zone where people end up when they’ve been refused entry into France and the Schengen area” by not having a visa, or because there are suspicions that their travel documents have been forged… Audrey, who’s been there for nearly a week, recalls how she was intercepted just as she was getting off the plane. She says she was placed at ZAPI because she didn’t have a “hotel” and “not enough money”.

    To visit France for a period lasting up to three months, foreigners need to fulfill certain conditions before being allowed to touch French ground: They need to have a valid passport, a visa (depending on the nationality), a medical insurance covering their stay, proof of lodging (hotel reservation or with family members), enough funds to cover their stay as well as a return ticket.

    Ill-prepared tourists or illegal immigrants?

    Foreigners who are stopped by customs officers because they don’t fulfill the conditions linked to their stay generally end up at ZAPI. “We don’t send everyone there,” Marty explains, however, pointing to certain nuances. “There are confused tourists who’ve just prepared their vacations really poorly, and who’ve forgotten essential documents. But there are also those who have different intentions, and who produce forged documents to try to enter European territory illegally.”

    It’s difficult to tell an ill-prepared tourist and a potential illegal immigrant apart. This is why the verification is done in several steps. “We don’t send people to ZAPI right away, we first carry out an initial check. When a suspicious person steps out of the plane, we bring them into a separate room to verify their documents, to ask them questions, listen to their replies and to verify any additional information they give us. If all goes well, we release them after a few hours,” he explains. “But if the incoherencies and the doubts persist, if the person produces fake documents or no documents at all, if a ‘migration risk’ exists for the person, we place them in ZAPI.”

    On this particular October day, the airport’s “waiting zone” houses a total of 96 people, of which one is an unaccompanied minor. The number of people changes on a daily basis. “Generally, a person spends four and a half days at ZAPI, so the rotation is pretty fast,” police commander Serge Berquier, who is the head of ZAPI, says. The maximum time a person can stay there is 20 days. Men, women and children – even minors traveling on their own – may be sent there. There is no age limit.

    After a three-week stay, a so-called “ZAPIst” is left with three options: Either they are finally granted entry into France (with a safe conduct), they are sent back to the country they traveled from, or a legal case is opened against them (for refusing to board, for forging documents, etc.). In 2016, some 7,000 people were held at the airport at some point, of which 53 percent were immediately refused entry into France.

    While “ZAPIsts” wait for their fates to be decided, they do what they can to kill time. They stroll in the outdoor space, they stay in their rooms, or they hang out in the TV room. The PAF makes a point of clarifying that the “ZAPIsts” are not “detainees” but rather “retainees”. This means that they have rights; family members can visit, they have access to catering services and can get legal and humanitarian assistance from the Red Cross which has a permanent presence at the facility.

    “It’s not a prison,” Marty says. “Here, you can keep your personal belongings, your mobile phone, you can go in and out of the rooms as much as you like. The only restriction is that you’re not allowed to exit the premises.”

    It may not be a prison, but it’s definitely a place of deprivation. Not all mobile phones are allowed, and those equipped with a camera are confiscated automatically.

    It’s 11.45am, but no one seems to be around on the ground floor. The TV is on in the communal room, but there’s no one there to watch it. No one is using the public payphones which are available to the “ZAPIsts” 24/7. On the first floor, where the rooms are located, the hallways are more or less empty. “They’re most likely downstairs, in the canteen, lunch will be served soon,” a police officer says. “Otherwise they might be outside, in the garden, talking or smoking.”

    The police presence is fairly discrete on the floor with the rooms, but every now and then the police officers can be heard calling someone through the loud-speakers that have been installed in the building. “We use it to call people who have a visit or a meeting. It helps us avoid having to run through the hallways to find them,” Berquier, the head of ZAPI, explains while showing us around the premises. “There are 67 rooms. Some are reserved for families, and others for people with reduced mobility […] There’s also an area reserved for unaccompanied minors and an area with games for them and for families.”

    La ZAPI compte au total une soixantaine de chambres Crdit InfoMigrants

    ‘Things can be improved’

    The atmosphere at ZAPI is calm, almost peaceful. Until Youssef, an Algerian who’s been held there for four days, turns up. He seems to be on his guard, and appears quite tense. “I’m still waiting for my suitcase, I don’t have any clothes to change with,” he complains and lights a cigarette. “The Red Cross is helping me out.” It can take several days for a person who’ve been placed in ZAPI to have their personal belongings returned to them. Checked-in luggage first has to be located and then controlled… During this period, the Red Cross does what it can in terms of clothing, offering T-shirts and underwear.

    Marty finds the situation with the luggage deplorable. “It’s evident that not everything is perfect, there are things that can be improved,” he admits. “To have a suitcase speedily returned to someone at ZAPI is among the things where progress can be made.”

    Returning home

    Audrey from Gabon and Youssef from Algeria, who have both found themselves blocked in this no-man’s land, have more or less the same story to tell. Both of them claim they came to France to visit family, insisting they did not intend to enter the country illegally. “But now, my situation isn’t very good,” the young woman says. Did she really come for the “tourist visit” she claims? Or did she try her chance at entering France by sneaking through the controls (customs)? It’s hard to know. The police have the same doubts when it comes to Youssef. “I came here to visit family, but I had a problem with my return ticket which didn’t match my visa,” he explains. Youssef says he wants to try to regularize his documents – “to buy a return ticket that conforms to the conditions” – in order to leave ZAPI and thereafter enter France. Audrey, on the other hand, says she has “given up”. She wants to go home now.

    The PAF sometimes comes across “people who ask to go home because they understand that their entry into France is compromised,” Marty explains. The costs of such returns are normally taken out of the pocket of the airline that flew the foreigner in question to France in the first place, and is undoubtedly a way for authorities to sanction the airlines and force them to be more vigilant when it comes to checking their passengers’ travel documents.

    The risk of failing an attempt to enter a country illegally is often higher for those who try to do so via air travel. “It’s an expensive trip, you have to pay for the ticket as well as the forged passport you need to fool the authorities, and this is before having to take the rigorous controls at the airports into account,” Marty says.

    The nationalities of migrants arriving by plane are often different from those who try to reach Europe by sea or by land. “The people at ZAPI are mainly from South America, Honduras, Brazil, and Nicaragua. Also from China and Russia. Some also come from North Africa and Sub-Saharan Africa, but they are fewer in numbers.” On this particular day, the people in ZAPI’s courtyard are from Gabon, Chad, Sri Lanka, Turkey, Morocco, Tunisia, Algeria, and South America.

    ’The aim is to deport’

    ZAPI also houses people seeking asylum. “There are people who demand protection in France as soon as they step off the plane,” Marty explains. “They tell border police […] Everything has been organized so that they know they have the right to demand asylum and that we’re ready to help them in their attempt to do so.”

    Charlene Cuartero-Saez works for Anafé, an association that helps foreigners who have been blocked between borders, and which has an office at ZAPI. She almost chokes when she hears the “model” description of the facility that Marty has given, saying it is far from the benevolent place he has been talking about.

    Cuartero-Saez has her desk in room 38 of the building, which has been converted into an Anafé office, Cuartero-Saez lists the different dysfunctions of the place: the poor ventilation, the restricted outdoor access, cameras in the communal areas, no laundry room… “It’s true that here, the material conditions are less difficult than elsewhere. Charles de Gaulle’s ZAPI is a bit like the display window for other ‘waiting zones’ in France. But that doesn’t prevent people from having their rights flouted, especially here.”

    ’Some are sent back just a few hours after their arrival in France’

    “[Police] say that people are informed of their rights in their native language, but in my opinion that is not always true. Many [officers] work on the principle that if the migrants speaks a few words of English, he or she doesn’t need an interpreter.”

    Anafé is also alarmed over the fast-speed returns of “ZAPIsts” – despite the existence of a “clear day” which normally gives a person 24 hours of respite at ZAPI. “This ‘clear day’ exists, yes, but you only get it if you ask for it! Many people don’t even know what it is,” Cuartero-Saez says. “There have been cases where people have been sent back to their countries just a few hours after arriving in France.”

    The law stipulates that asylum request can be filed at any moment – and thereby suspending an imminent deportation. In those cases, an Ofpra official comes to ZAPI to carry out a pre-assessment of the person’s request. The interview doesn’t decide on the asylum application itself, but evaluates the pertinence of the demand. A decision should be made within 20 days. If the demand is rejected, a deportation is imminent. A person filing a demand for asylum while at ZAPI can therefore receive a definite response within just a few days, whereas the average waiting time in France is between two and eight months or even more, depending on the case.

    Ces trois jeunes Sri-Lankais ont dpos une demande dasile aux frontires Crdit InfoMigrants

    “The aim of keeping [people in] this waiting area is to be able deport them, Cuartero-Saez states, and gives three asylum-seeking Sri Lankans who are currently staying at ZAPI as an example. The three men – all under the age of 30 – are in the courtyard and explain how they fear for their lives because they’re members of the separatist Tamil Tigers (LTTE) movement. All three have just been notified that their demands for asylum have been rejected.

    They show their rejection letters while seated on a bench in the sunshine. They speak neither French nor English and they don’t seem to know what to do next. They’ve been there for two weeks now. “We told them that they can appeal the decision. They didn’t know they could do that, no one had informed them of that,” Cuartero-Saez says.

    The three Tamils appear to be quite lost. They don’t seem to understand that they could face imminent deportation. In five days’ time, their retention at ZAPI will expire. “We don’t want to go back to Sri Lanka,” they say smiling. “We want to stay in France.”

    Aja, from Chad, and her two small daughters are in the same situation. They have been held at ZAPI for four days. Aja doesn’t want them to be returned to Chad, but she doesn’t want to demand asylum either. “I think I had a problem with money… That’s why they’re keeping me here. I’m here as a tourist,” she says, but adds that she “would very much like” to stay in France if it was possible. Because of this deadlock, she and her daughters also risk deportation.

    For those staying at ZAPI, the place is not synonymous with neither violence nor mistreatment but rather anxiety. At any given moment, PAF officers can try to force someone at ZAPI onboard a plane. “We have examples of people who don’t manage to register their asylum request in time,” Cuartero-Saez at Anafé says. “When the demand hasn’t been registered, the process is never launched… And so, without recourse, a person can be sent back in less than four days without even knowing his or her rights.”

    http://www.infomigrants.net/en/webdoc/146/no-man-s-land-at-paris-airport-where-france-keeps-foreigners-who-ve-be
    #Paris #aéroport #zone_de_transit #limbe #asile #migrations #réfugiés #déboutés #renvois #expulsions #détention #rétention #détention_administrative


  • Un tanker disparaît dans l’épicentre mondial de la piraterie, au large du Gabon
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/08/22/disparition-d-un-tanker-au-large-du-gabon_5344910_3212.html

    Un tanker de 121 mètres ayant à son bord 17 marins géorgiens a disparu depuis une semaine au large du Gabon, dans le golfe de Guinée, considéré comme l’épicentre de la piraterie maritime dans le monde. Le Pantelena, battant pavillon panaméen, « a disparu des écrans » depuis mardi 14 août. Il se situait à ce moment « entre les eaux du Gabon et de Sao Tomé-et-Principe », selon une source militaire régionale.

    A Tbilissi, le ministère des affaires étrangères a précisé qu’il y avait 17 marins géorgiens et deux russes à bord. Le navire, construit en 2006 et d’une capacité de 7 000 tonnes, appartient à la société grecque Lotus Shipping, qui a lancé une opération de recherche conjointement avec « les forces maritimes régionales et du Royaume-Uni et en coordination avec les autorités géorgiennes », selon un communiqué de Tbilissi.



  • Les nouveaux délinquants environnementaux (1/4) Amazonie, Indonésie, Gabon : les ressorts de la déforestation illégale
    https://www.crashdebug.fr/international/14936-les-nouveaux-delinquants-environnementaux-1-4-amazonie-indonesie-ga

    Légale ou illégale, les effets dévastateurs de la déforestation se font sentir sur tous les continents, avec 13 à 14 millions d’hectares déboisés chaque année, malgré les diverses initiatives internationales. Alors comment combattre les conséquences de la déforestation et contrôler leurs acteurs ?

    Au Brésil c’est un peu plus de 984 000 hectares qui disparaissent chaque année - malgré un recul de 16% de

    la déforestation entre juillet 2016 et août 2017• Crédits : Ricardo Funari/Brazil Photos - Getty

    Des petits trafiquants de bois rares aux géants de l’agro-alimentaire qui parviennent à se faire représenter jusqu’au sommet des Etats, beaucoup sont ceux qui n’hésitent pas à contourner les lois et à utiliser leurs failles pour faire des profits en rasant les forêts.

    Au Brésil par exemple, c’est un peu plus (...)

    #En_vedette #Actualités_internationales #Actualités_Internationales



  • Les nouveaux délinquants environnementaux (1/4) : Amazonie, Indonésie, Gabon : les ressorts de la déforestation illégale
    https://www.franceculture.fr/emissions/cultures-monde/culturesmonde-du-lundi-04-juin-2018

    Légale ou illégale, les effets dévastateurs de la déforestation se font sentir sur tous les continents, avec 13 à 14 millions d’hectares déboisées chaque année, malgré les diverses initiatives internationales. Alors comment combattre les conséquences de la #déforestation et contrôler leurs acteurs ?

    c’est maintenant #délinquants_environnementaux #forêt #déboisement



  • Oil palm landscapes: Playing the long game with palm oil - CIFOR Forests News
    https://forestsnews.cifor.org/55174/oil-palm-landscapes-playing-the-long-game-with-palm-oil?fnl=en

    Palm oil has long been used locally in cooking and personal care products, and more recently as a biodiesel feedstock. In colonial times, the oil and kernels were among the country’s most valuable export goods.

    However, because of various supply chain issues, Cameroon is no longer self-sufficient and increasingly relies on imports from Indonesia, Malaysia and neighboring Gabon.

    #industrie_palmiste #Cameroun #importation


  • La stratégie qui sauve les gorilles des montagnes en Afrique

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/05/07/la-strategie-qui-sauve-les-gorilles-des-montagnes_5295662_1650684.html

    La population de gorilles des montagnes, en Afrique centrale et de l’Est – un millier d’individus environ –, est en augmentation. Un cas unique parmi les grands singes, menacés d’extinction.

    Le jour vient à peine de se lever, découvrant la tête encore embrumée du ­Mikeno. Fusil à l’épaule, les gardes silencieux avancent sur les versants du volcan couverts de champs de pommes de terre et de haricots, tirés au cordeau, qui mènent au parc des Virunga. Il y a longtemps que, sur ces hautes terres densément peuplées du Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), les paysans se sont installés aux marches de la plus ancienne aire protégée d’Afrique.

    A peine franchie la fine clôture de fil de fer flanquée d’une pancarte fixant le début de la ­réserve, la nature reprend ses droits, et commence le royaume unique et fragile des ­derniers gorilles de montagne. Gorilla beringei beringei – toujours classée en danger critique d’extinction par l’Union internationale de ­conservation de la nature (UICN) – est la seule sous-espèce parmi les grands singes dont le nombre (880 au dernier ­recensement) soit en augmentation. A côté des moyens militaires ­déployés pour tenir à distance les braconniers et les groupes armés ­sévissant dans cette région fracturée par les guerres et la pauvreté, le rôle joué par les scientifiques est au cœur de ce rare succès d’une campagne de ­conservation, initiée à la fin des années 1960 par la primatologue américaine Dian Fossey.

    La ronde quotidienne peut commencer. « Nous devons savoir où ils se trouvent et vérifier qu’ils sont en bonne santé », explique le chef ranger, Martin Kazereri, quinze ans de service. Partis en éclaireurs, les pisteurs tracent à la ­machette une mince voie dans un mur de branches et de lianes entrelacées et encore ruisselantes des pluies abondantes de la nuit. Les coordonnées GPS relevées la veille servent de point de départ pour retrouver le chemin ­emprunté par le groupe. Au bout de deux heures de marche, dans le silence de la forêt, perce le bruit des bois qui craquent sous le poids des juvéniles grimpant vers les cimes.

    Au sol se dévoile le spectacle d’un imposant dos argenté entouré de quatre femelles et des ­petits tranquillement installés à jouer et à manger. La présence des rangers ne provoque aucune surprise. Les regards se croisent comme entre vieux amis. On s’observe. Puis la vie ­reprend son cours. Indifférente aux intrus. ­Bageni – qui signifie « accueillant » en ­kinyarwanda, la langue ­parlée dans cette région – a toujours connu les hommes. L’impavide dos argenté, âgé de 20 ans, a grandi dans une famille d’« habitués » avant de s’éloigner pour fonder son propre clan.

    A une distance réglementaire fixée à sept mètres minimum pour limiter les risques de transmission de virus, les gardes qui ont enfilé un masque sur le bas de leur visage, contrôlent l’état de ­l’assemblée, dénombrent les absents avant de se retirer. Toutes leurs observations seront consignées dans la grande base de données gérée au quartier général du parc à Rumangabo, où chaque gorille possède sa fiche d’identité agrémentée de sa photo et de son empreinte nasale.

    « Des mois en forêt sans voir un seul gorille »

    Ces patrouilles permettent de maintenir un contact avec les huit familles apprivoisées du parc des Virunga, où se trouve la partie la plus étendue de l’habitat du grand singe. Mais, au-delà des frontières avec l’Ouganda et le Rwanda, où des zones protégées ont également été sanctuarisées par la création de parcs nationaux, le même rituel rythme le travail des rangers. « Lorsque nous décidons de mettre les gorilles au contact des hommes, nous prenons aussi l’engagement de les protéger, car nous les rendons plus vulnérables. C’est un devoir », rappelle Anna Behm-Masozera, la directrice de l’International Gorilla Conservation Programme (IGCP).

    Le décor n’est ici plus le même. Dans le centre de Kigali, la capitale rwandaise, au quatrième étage d’une tour, cette organisation, fondée en 1991 par deux ONG, le Fonds mondial pour la nature (WWF) et Fauna & Flora International, a aidé à mettre sur pied le dispositif de surveillance des gorilles dans les trois pays. Elle participe aux recensements que les scientifiques s’efforcent de mener tous les cinq à dix ans.

    En cette fin du mois de mars, Anna Behm-Masozera revient d’Ouganda. La forêt impénétrable de Bwindi, située au nord des Virunga, abrite la deuxième population de gorilles des montagnes sur un territoire de 330 kilomètres carrés. Un nouveau recensement vient d’y être lancé sous la tutelle de l’organisation transfrontalière réunissant les gestionnaires des parcs des trois pays. « Cela demande de gros efforts de temps et d’argent. Nous ne pourrions y parvenir sans une étroite collaboration. Plus de 150 personnes – pisteurs, chercheurs, porteurs, cuisiniers… – sont sur le terrain et se relaient tous les quinze jours dans la forêt », explique-t-elle.

    Les équipes ne se contentent pas de repérer les traces laissées par les primates, elles relèvent aussi tous les signes indiquant la présence d’activités ­illégales dans le parc. Le nombre de pièges est comptabilisé comme les sites de coupes illégales et de fabrication du charbon de bois qui restent une menace principale pour la forêt. « Elles vont partout où il est possible d’aller. Mille kilomètres ont été parcourus pour réaliser un premier comptage. Un deuxième sera réalisé en septembre, explique Mme Behm-Masozera. Aussi surprenant que cela puisse paraître, nous pouvons passer des mois en forêt sans voir un seul gorille. »

    Les résultats ne seront pas publiés avant fin 2019, lorsque le laboratoire de l’université de Californie, à Davis, aura livré l’analyse génétique des échantillons d’excréments qui lui ont été confiés. Cette technique fondée sur l’exploitation de l’ADN a été utilisée pour la première fois en 2010 par l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutionniste, à Leipzig. Elle permet d’affiner l’inventaire jusque-là établi en comptant les nids que les gorilles construisent chaque soir pour passer la nuit.

    Une stratégie de conservation payante

    L’annonce de nouvelles évaluations est toujours un moment attendu avec fébrilité par les chercheurs. Elles sont le seul juge de paix de leur stratégie de conservation. Les derniers chiffres, qui ­remontent à 2010-2011, ont révélé un effectif total de 880 gorilles – 480 dans les Virunga et 400 dans l’enclave de Bwindi –, traduisant une hausse de 25 % par rapport au début de la décennie. Les résultats définitifs du recensement conduit en 2015 dans les Virunga pourraient, d’ici quelques semaines, montrer que le seuil du millier a été franchi.

    Si de nombreux chercheurs ont apporté leur pierre à cette success story, ceux du Karisoke ­Research Center, au Rwanda, peuvent sans fausse modestie revendiquer d’avoir toujours été aux avant-postes de cette longue bataille. Grâce à sa fondatrice, Dian Fossey, la plupart des connaissances accumulées sur les gorilles des montagnes proviennent de l’observation des groupes contactés depuis la fin des années 1960 dans la zone rwandaise. Aujourd’hui, le centre, après avoir traversé les heures les plus sombres du pays, poursuit son travail dans un élégant ­bâtiment blanc et vert installé sur l’avenue principale de la ville de Musanze, entre le palais de justice et l’hôpital.

    Par temps clair, le volcan Karisimbi et le mont Visoke, entre lesquels la primatologue, assassinée en 1985, avait installé son premier campement, se dessinent à l’horizon. L’icône continue d’inspirer les lieux. Au rez-de-chaussée, une ­exposition permanente invite le visiteur dans l’intimité de son bureau sur lequel est présenté le gros classeur noir où ont été soigneusement rangés ses notes dactylographiées et les nombreux croquis qui lui permettaient de représenter ­l’empreinte nasale, propre à chaque animal. Au mur, des photos jaunies figent la légende de la grande dame. « Elle a été la première à montrer au monde que les gorilles sont des géants pacifiques », commente Winnie Eckardt, qui dirige les programmes de recherche du centre depuis 2015.

    Mais, cinquante ans après le début de l’aventure, de nouvelles questions ont émergé. ­L’impact du changement climatique en fait partie. Les études ont montré des modifications – pour l’heure sans conséquence majeure – dans la densité et la distribution géographique des plantes dont se nourrissent les gorilles. Mais les chercheurs savent qu’un jour le sujet viendra s’ajouter aux multiples contraintes dont ils doivent tenir compte pour garantir la survie de l’espèce.

    En attendant, un autre événement intrigue ces infatigables observateurs : depuis quelques années, les familles ont tendance à se scinder en petits groupes. « Nous ne savons pas expliquer pourquoi, mais des relevés de terrain ont montré que, sur un territoire qui est restreint, cela entraîne des rencontres beaucoup plus fréquentes entre les groupes », rapporte la jeune femme en avouant la crainte de voir les conflits et les infanticides se multiplier à l’avenir.

    Elaboration d’un indicateur de stress

    Dans un article, publié en 2014, dans l’American Journal of Primatology, sur les déplacements des gorilles des montagnes, Damien Caillaud, après avoir étudié les mouvements, sur une période de douze ans, des groupes d’habitués suivis quotidiennement par le Karisoke Center, concluait par une nouvelle rassurante : « L’augmentation spectaculaire de la population des gorilles depuis les plus bas niveaux enregistrés au début des années 1980 ne s’accompagne pas d’une compétition ­accrue pour la nourriture. » Les groupes semblent avoir réglé cette possible rivalité en migrant vers des zones du parc moins densément occupées.


    Femelle gorille avec son petit, dans le parc des Virunga (République Démocratique du Congo), en février.

    En revanche, poursuit le chercheur français ­associé au centre rwandais : « Certains résultats pourraient annoncer de futurs problèmes. Nous observons qu’à partir de 2007 les groupes ont commencé à se diviser. De trois groupes de grande taille, ils ont évolué en neuf groupes de tailles ­variables [ils étaient onze en 2017]. Bien que ces ­familles ne semblent pas s’affronter pour la nourriture, leurs interactions ont été multipliées par six. Les rencontres entre les gorilles des montagnes peuvent être violentes, conduisant à des blessures ou à la mort. Les petits sont davantage en danger lorsque des dos argentés de groupes opposés cherchent à les tuer pour contraindre les femelles à les rejoindre. » Les grands mâles, qui pèsent jusqu’à 200 kilos et affichent une taille moyenne de 1,60 mètre, peuvent aussi être grièvement blessés. « Le nombre de décès survenus lors de ces contacts a été multiplié par deux. »

    « Seule cette mémoire que nous avons accumulée depuis des décennies sur le comportement des grands singes des Virunga nous permet de détecter de nouvelles menaces, de dire qu’il se passe quelque chose et au besoin d’alerter les gestionnaires des parcs », plaide Winnie Eckardt. Dans le bureau qu’elle occupe au premier étage du bâtiment, elle a troqué l’uniforme de terrain pour une jolie robe à fleurs. Ses nouvelles fonctions lui laissent moins de temps pour aller en forêt. Elle est aussi chargée d’encadrer la nouvelle génération des étudiants rwandais et congolais, qui assureront la protection des géants à l’avenir. Le centre ­accueille environ 400 étudiants chaque année et jusqu’à une vingtaine de jeunes chercheurs.

    Elle n’en a pas pour autant mis de côté ses propres travaux. Ses dernières investigations ont permis d’élaborer un indicateur de stress à partir des concentrations d’hormone glucocorticoïde détectée dans 6 000 échantillons de matières ­fécales provenant de 127 gorilles. « Les gorilles ­vivent dans un environnement en constante évolution. Nous devons savoir s’ils s’y adaptent sans difficulté ou si cela génère chez eux des troubles durables », explique-t-elle en montrant des courbes indiquant des pics de stress en fonction de différents événements. « Cette méthode permet de recueillir des informations de manière non ­intrusive pour l’animal. »

    Intervention de l’homme

    Interférer le moins possible. Continuer à les ­observer pour mieux les connaître et les protéger, sans modifier leurs comportements ni risquer de les mettre en danger. Fixer des limites à la présence des hommes qui, avec le développement du tourisme, a pris une ampleur que n’avaient pas imaginée les pionniers de la primatologie. A quelques pâtés de maison du Karisoke Research Center, les vétérinaires de l’association américaine Gorilla Doctors sont eux aussi confrontés à ce ­dilemme.

    « Nous avons une règle : n’intervenir que si leur vie est en danger du fait des hommes. Nous devons éviter de modifier la dynamique naturelle de ces populations », explique le docteur Jean Bosco Noheri, chargé du programme de surveillance. Une quarantaine d’interventions se produisent en moyenne par an. Il peut s’agir d’animaux pris au piège des braconniers ou blessés après s’être imprudemment aventurés dans les champs bordant les limites des parcs, pour y manger le maïs dont ils sont friands. Il arrive aussi qu’ils décident de sauver des gorilles qui se sont battus à mort – faisant une entorse aux principes.

    L’une des plus grandes craintes reste la transmission d’un virus humain, dont il serait difficile de maîtriser la propagation. A la fin des années 1980, des cas suspects de rougeole ont conduit à la vaccination d’une soixantaine de gorilles après plusieurs décès. L’origine du virus n’a jamais été établie avec certitude, provoquant une grande controverse parmi les scientifiques. « Notre proximité génétique rend ces primates très vulnérables. Des cas d’infection respiratoire d’origine humaine sont avérés », poursuit le vétérinaire rwandais en énumérant la checking-list en neuf points, qui doit être suivie lors des visites de contrôle régulièrement effectuées par les treize professionnels arpentant les différents parcs.

    Pertes de poids, nez qui coule, respiration difficile, présence de plaies… Lorsque cela est jugé nécessaire, de ­puissants antibiotiques sont administrés à distance grâce à des pistolets permettant d’atteindre l’animal sans que le soignant ait besoin le ­toucher. « Il est très difficile de trouver le juste ­équilibre, de savoir jusqu’où il faut aller dans la protection. Mais je crois que jusqu’à présent les ­risques que nous prenons ont été bien calculés », se rassure le docteur Noheri.

    Besoin d’espace

    Une chose est certaine. Dans les Virunga ou dans la forêt impénétrable de Bwindi, pour sauver les gorilles des montagnes de l’extinction, la conservation est sortie de ses sentiers balisés. Elle est allée bien au-delà de la gestion traditionnelle d’aires protégées pour inventer une approche que certains ont, depuis, qualifiée d’« extrême conservation ». « Il ne s’agit plus seulement de limiter l’impact négatif de l’homme sur la faune sauvage, mais de le faire intervenir positivement par des actions ciblées, en fournissant des soins vétérinaires et une surveillance rapprochée des animaux », théorisait Martha Robbins (Institut Max Planck) en 2011.

    Cela a nécessité des moyens financiers, eux aussi hors norme, assurés par des bailleurs étrangers, des grandes ONG internationales de protection de la nature et des recettes croissantes tirées du tourisme.


    Gorille mâle, dans le parc des Virunga (République Démocratique du Congo), en février.

    En se retournant sur le chemin accompli, Winnie Eckardt se dit fière d’avoir pu inscrire sa vie dans les pas de Dian Fossey. L’avenir, pourtant, n’est pas écrit. « Que va-t-il se passer ? Les gorilles survivent dans un espace si restreint. Deux toutes petites îles dans un milieu où la terre est si convoitée », s’interroge-t-elle. En janvier, l’ONG African Wildlife Foundation a offert au gouvernement rwandais les 27,8 hectares adjacents au parc qu’elle venait d’acquérir. Un confetti.

    Le geste est pourtant plus que symbolique. Pour que le peuple des gorilles des montagnes puisse continuer à croître, il a besoin d’espace. Si la superficie très circonscrite de son habitat a jusqu’à présent été un atout pour sa sauvegarde, les scientifiques savent que, dans un proche avenir, celui-ci pourrait devenir une limite qu’il sera difficile de repousser.

    Danger critique d’extinction

    Les deux espèces de gorilles ­suivies par l’Union internationale de conservation de la nature sont classées en danger critique ­d’extinction, le stade ultime avant que soit constatée leur disparition. Les gorilles de l’Ouest (Gorilla gorilla) sont les plus nombreux. La dernière estimation, publiée en avril, établit leur nombre à 361 900 pour la sous-espèce communément appelée « gorilles des plaines de l’Ouest » (Gorilla gorilla gorilla) dont l’habitat se répartit sur sept pays (Angola, Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et ­Nigeria). Le Cameroun héberge aussi le gorille de la rivière Cross (Gorilla gorilla diehli) dont il ­restait moins de 300 individus au milieu des années 2000.

    L’autre espèce dite des gorilles de l’Est (Gorilla beringei) est présente en République démocratique du Congo, au Rwanda et en Ouganda. Il en resterait environ 4 000 dits des plaines de l’Est ­(Gorilla beringei graueri), et 880 pour la sous-espèce des gorilles des montagnes (Gorilla beringei beringei), qui est la seule dont le nombre augmente. Ces populations de l’Est africain ont particulièrement souffert des guerres répétées qui ont déchiré la région.


  • Les routes de l’#esclavage (1/4)
    476-1375 : au-delà du désert

    Domination, violence, profit : le système criminel de l’esclavage a marqué l’histoire du monde et de l’humanité. Au fil de ses routes, cette série documentaire retrace pour la première fois la tragédie des traites négrières. Captivant et implacable. Premier volet : de la chute de Rome en 476 à la fin du XIVe siècle.

    Après la chute de Rome en 476, les peuples (Wisigoths, Ostrogoths, Berbères, Slaves, Byzantins, Nubiens et Arabes) se disputent les ruines de l’Empire. Tous pratiquent l’asservissement – « esclave » viendrait du mot « slave ». Mais au VIIe siècle émerge un Empire arabe. Au rythme de ses conquêtes se tisse, entre l’Afrique et le Moyen-Orient, un immense réseau de traite d’esclaves, dont la demande ne cesse de croître et qui converge vers Bagdad, nouveau centre du monde. Après la révolte des Zanj – des esclaves africains –, qui s’achève dans un bain de sang, le trafic se redéploie vers l’intérieur du continent. Deux grandes cités commerciales et marchés aux esclaves s’imposent : Le Caire au nord, et Tombouctou au sud, place forte de l’Empire du Mali d’où partent les caravanes. Au fil des siècles, les populations subsahariennes deviennent la principale « matière première » de ce trafic criminel.

    https://www.arte.tv/fr/videos/068406-001-A/les-routes-de-l-esclavage-1-4

    #film #documentaire #Afrique #Empire_romain #histoire #pratique_généralisée #traite #Fustat #économie #Nubie #guerre #violence #butins_de_guerre #Bagdad #main-d'oeuvre #Islam #Berbères #dromadaires #Sahara #Tombouctou #Empire_du_Mali #or #altérité #Touareg #essentialisme #fatalité #Basora #Le_Caire #esclaves_domestiques #paternalisme #négation_de_l'être #domination #esclavage_doux #oasis #Atlas_catalan

    #Catherine_Coquery-Vidrovitch :

    Dans l’Empire arabo-musulman, « l’#esclave n’était pas différencié par sa couleur, ça ne comptait pas. L’esclave était différencié par sa #culture. Il n’avait pas la culture du dominant »

    #géographie_culturelle #domination

    #Ibrahima_Thioub, université Cheickh Anta Diop, Sénégal :

    « Pour mettre en esclavage un individu, un des phénomènes importants c’est de le construire comme autre, de construire une #altérité. Les sociétés humaines ont des registres assez larges. On peut utiliser la différence de #couleur_de_peau, la différence de #religion. Dans la #traite_trans-saharienne, on va combiner les deux ».

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ibrahima_Thioub

    Ibrahima Thioub :

    « L’intérêt des maîtres, c’est de faire croire à l’individu qu’il est esclave non pas parce qu’un jour on lui a opposé un rapport de force qui est réversible, mais parce que, par sa nature, il est destiné à être un esclave. C’est une #idéologie extrêmement forte. Si votre sang est considéré comme un sang servile, et que cette nature vous la transmettez à votre descendance, il devient impossible de sortir du phénomène esclavagiste »

    Selon ce qui est dit dans ce reportage, 3,5 millions d’Africains ont circulé sur les routes de l’esclavage entre le 7ème et le 14ème siècle.


  • Paléontologie  : une belle découverte sans lendemain

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/04/03/paleontologie-une-belle-decouverte-sans-lendemain_5279838_1650684.html

    Il y a dix ans, le géologue Abderrazak El Albani découvrait au Gabon des fossiles multicellulaires de 2,1 milliards d’années, les plus anciens. Mais, faute de financements, ses recherches furent suspendues.

    Comment perdre quand on peut ­gagner ? Question de sportifs de haut niveau… mais aussi de scientifiques, tant la compétition côtoie la coopération dans les labos. Une équipe peut perdre en s’acharnant sur une mauvaise idée. En se trompant dans ses calculs. En se montrant incapable de piétiner le savoir acquis pour le dépasser. Mais perdre parce qu’elle manque d’argent alors qu’elle a démarré la compétition en tête, par chance mais aussi par capacité à renverser les idées antérieures, c’est rageant.

    Abderrazak El Albani, professeur à l’université de Poitiers, ne cache pas son amertume devant le refus répété – « cinq fois ! », s’exclame-t-il – de l’Agence nationale de la recherche (ANR) de ­financer la poursuite de recherches saluées par de prestigieuses publications ou par leur mise en valeur par le CNRS pour le grand public sur une fresque du métro parisien. Surtout lorsqu’il voit arriver sur le terrain Noah Planavsky, de Yale, et Andrey Bekker, de Riverside (Etats-Unis), Yuichiro Ueno, de Tokyo, le Norvégien Aivo Lepland ou l’Américain Tony Prave, tout contents de l’aubaine, certains de publier dans les meilleures revues sur un sujet aussi excitant.

    Multiplier les preuves pour convaincre

    En 2008 l’équipe d’El Albani tombe sur un sujet de classe mondiale, dans une carrière de grès au Gabon, près de Franceville. Il y déniche, dans des roches de 2,1 milliards d’années, des macro-fossiles d’organismes multicellulaires de plusieurs dizaines de centimètres. Ils obligeront à réécrire tous les manuels sur l’émergence de la vie complexe. Les paléontologues faisaient jusqu’alors remonter les premiers êtres multicellulaires de taille macroscopique à la faune d’Ediacara (620 à 542 millions d’années). Avant, seuls des unicellulaires, présents depuis 3,8 milliards d’années, peuplent la Terre, « même si de rares traces sont interprétées par certains chercheurs comme de minuscules multicellulaires il y a 1,7 milliard d’années », précise le géologue.

    Abderrazak El Albani a découvert ces plaques d’argile portant la trace d’organismes multicellulaires fossiles près de Franceville, au Gabon.
    Le jeune universitaire sait qu’il devra multiplier les preuves pour convaincre des collègues interloqués. A affirmation extraordinaire, preuves extraordinaires, réclame le conservatisme éclairé des scientifiques. Il s’entoure de pointures mondiales en paléontologie (le Suédois Stephan Bengston) et en histoire de la Terre primitive (l’Américain Donald Canfield). Il multiplie les analyses physico-chimiques à l’aide d’équipements sophistiqués. Bingo ! avec la parution saluée en « une » dans la revue Nature. Les fossiles gabonais et leur milieu de vie seront l’objet de nombreuses publications (PNAS, PloS One, Scientific Reports ou des revues plus spécialisées) et d’une dizaine de thèses dirigées par El Albani. Elles ont permis de ­préciser le contexte géochimique, environnemental et la transformation de l’atmosphère – le taux plus élevé d’oxygène durant cet épisode semble la clé de son émergence puis de sa disparition lorsqu’il baisse vers 1,9 milliard d’années.

    Pourtant, Abderrazak El Albani ne parvient pas à réunir les fonds pour continuer son action. Les élus locaux, très fiers de pouvoir dire qu’à Poitiers aussi on fait de la science de classe mondiale, financent des équipements sur les fonds européens régionaux. Le président de l’université a très peur de perdre sa vedette, rapidement promue professeur. L’université Columbia de New York lui propose un contrat de cinq ans et un million de dollars pour la recherche. Une grande université française veut le débaucher. Très attaché à sa région, soucieux de sa famille, El Albani fait le pari de rester à Poitiers. Mais le financement scientifique national va faire défaut. Une seule exception, significative, lorsqu’il peut s’expliquer « les yeux dans les yeux » avec le directeur de l’Institut national des sciences de l’Univers du CNRS, Jean-François Stephan (décédé en 2013), qui mobilise 50 000 euros rapidement afin de sauver le chantier. « Sans cette décision, le projet se serait arrêté dès 2011 », précise El Albani.

    Mais, avec les réformes et les budgets sarkoziens puis hollandais, les directions du CNRS n’ont plus grand-chose à distribuer sur la base d’une stratégie scientifique. Tout doit passer par l’ANR, censée permettre aux jeunes de s’affranchir de la tutelle de leurs aînés et des directions. El Albani va donc déposer, chaque année depuis 2013, des demandes pour un programme de ­recherche séduisant. L’idée ? « Elucider les raisons de l’apparition de ces formes de vie multicellulaires et complexes, leur règne de près de 200 millions d’années, puis leur disparition : les gènes de ces organismes ont-ils disparu ou ont-ils été réactivés lors du redémarrage de la vie multicellulaire, plus d’un milliard d’années après ? »

    Pas un centime d’euro en cinq ans

    Le programme d’El Albani exige de comparer l’écosystème gabonais avec des fossiles du « milliard d’années ennuyeux » lui succédant, s’amuse-t-il, et avec la faune d’Ediacara. Il propose donc des sites et des équipes, en France et à l’étranger, disponibles pour faire ce travail avec lui. Peine perdue. Pas un centime d’euro en cinq ans. Même les missions au Gabon, onze depuis 2010, sont financées de bric et de broc. Des centaines de fossiles rapportés à Poitiers attendent leur étude, faute de crédits. L’ANR, pour justifier ces refus, avance souvent qu’il n’y a pas assez d’argent pour financer toutes les recherches. Un euphémisme, puisque près de 90 % des projets déposés en recherche fondamentale ne sont pas financés ces dernières années. En 2016, cette ­situation avait conduit le jury de la commission maths et informatique à démissionner, jugeant que son travail ressemblait plus à une « loterie » qu’à une évaluation scientifique.

    Les difficultés d’El Albani montrent que l’ANR est moins capable que les directions scientifiques des organismes de recherche de financer des petites équipes de province lorsqu’elles sont à la pointe de la science. Cela conduit à ­arroser « là où c’est déjà mouillé ». Alain Fuchs, dans sa lettre aux personnels, lorsqu’il a quitté la direction du CNRS en octobre 2017 dénonçait « la chute vertigineuse des crédits de l’ANR » mais disait aussi son regret « de ne pas avoir pu suffisamment convaincre la puissance publique de l’importance cruciale de la recherche scientifique pour notre avenir ». Quant au budget 2018, avec zéro création de postes de chercheurs, d’ingénieurs et de techniciens et des crédits en berne, il ne rassure guère El Albani devant ­l’arrivée de concurrents beaucoup mieux dotés que lui. « Les Japonais sont arrivés à quinze au Gabon », s’alarme-t-il.

    • Y-a des fois, on aimerait trouver des mots pour désigner cette politique nihiliste qui fait que la recherche fondamentale est ignorée. Les élites sont des nains intellectuels à qui on a juste appris à partager le gâteau en leur faveur... et c’est vrai, elles sont très douées à ce jeu là. Pour tout le reste, elles sont parfaitement nulles et l’ont déjà démontrées des dizaines de fois dans l’Histoire.

    • C’est très spécifique à la France. Et sinon il en dit quoi Villani sur la question ? Parce que l’IA je veux bien mais il n’y a pas que ça dans la vie. Vu la déliquescence de la recherche fondamentale en France, c’est tout simplement scandaleux de ne pas en parler quand on est chercheur et responsable politique !

    • Je crois que les refus sont tout simplement la conséquence de la réduction des budgets pour la recherche avec la perspective de la privatisation d’une partie du travail scientifique. Chez nous on pratique le culte des « #Drittmittel » depuis des décennies déjà. Avec cette privatisation arrive dans le domaine de la recherche le fléau qui constitue depuis longtemps déjà un grave problème pour les sociétés cotées en bourse : Leurs managers ne raisonnent plus qu’en trimestres parce que c’est le rythme de publication des infos qui intéressent les spéculateurs. C’est parfaitement incompatible avec une recherche qui s’intéresse à des développements qui prennent des milliards d’années.

      Il est dommage que ces fossiles n’aient pas été découvertes en Chine. Là bas on aurait mis à disposition des fonds illimités afin de prouver que la culture chinoises existe depuis de milliards d’années ;-)

      #science #privatisation