country:irán

  • Le mouvement Hamas doit prendre garde !
    Abdel Bari Atwan - 9 mars 2019 – Raï al-Yaoum – Traduction : Chronique de Palestine – Lotfallah
    http://www.chroniquepalestine.com/le-mouvement-hamas-doit-prendre-garde

    Il existe effectivement un projet visant à déstabiliser Gaza, mais ce n’est pas une excuse pour frapper les manifestants.

    Il ne fait aucun doute que le mouvement Hamas a commis des erreurs à Gaza. Il a dirigé la bande de Gaza de manière partisane et sectaire, en faisant appel à ses loyalistes et en s’aliénant ses opposants, voire même ceux qui étaient neutres. Il s’est ainsi donné une longue ligne d’adversaires : cela commence à l’intérieur de Gaza avec les opposants locaux qui appartiennent au mouvement Fatah et certains groupes islamistes radicaux opposés au maintien du calme ; puis cela passe par Ramallah où l’Autorité palestinienne (AP) veut reprendre la mains sur la bande de Gaza à ses propres conditions, la principale étant de désarmer la résistance ; et cela se termine à Tel-Aviv, où l’État israélien d’occupation est de plus en plus inquiet de la résistance armée de Gaza, des missiles et des manifestations de masse.

    Malgré tous ces défis, rien ne peut justifier la façon très laide, insultante et brutale avec laquelle la police du Hamas a traité les manifestants alors que ceux-ci cherchaient à exprimer leur colère face à la dégradation des conditions de vie dans le territoire sous blocus. Ces manifestants utilisaient des moyens purement pacifiques pour protester contre les impôts et les taxes qui pèsent sur eux, l’inflation qui rendre la vie impossible et, plus important encore, le taux de chômage des jeunes de 60% ou plus qui les incite à prendre la mer et à risquer leur vie pour tenter de migrer.

    Le Hamas a raison de dire qu’il est confronté à un complot aux multiples facettes visant à remettre en cause son pouvoir à Gaza en déstabilisant le territoire et en le faisant exploser de l’intérieur. Le chef de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et ses assistants ne cachent pas leur intention d’atteindre cet objectif en multipliant les pressions sur les habitants de la bande de Gaza. C’est la raison pour laquelle ils ont largement rogné sur les salaires des fonctionnaires – y compris les partisans du Fatah -, forcé des milliers de personnes à prendre une retraite anticipée et cessé de payer la facture de carburant de la seule centrale électrique de la bande côtière. Israël – confronté à des missiles de plus en plus efficaces, des ballons et des cerfs-volants incendiaires, des Marches du retour et des dommages croissants à sa réputation internationale – est naturellement le principal comploteur.

    Chaque fois que j’appelais des parents ou des amis dans la bande de Gaza, quelle que soit leur conviction politique, ils se plaignaient de moments difficiles et de la difficulté à joindre les deux bouts. Mais tous, même les partisans du Fatah, étaient d’accord sur un point : le Hamas avait instauré la sécurité et mis fin à l’anarchie qui régnait avant sa prise du pouvoir par son célèbre coup de force de 2007. (...)

    • Hamas Crushes Protests at Cost to Its Popularity

      Even if demonstrators don’t dare protest again, the Hamas government has inflicted upon itself a powerful blow

      Amira Hass | Mar 19, 2019 12:08 PM
      https://www.haaretz.com/middle-east-news/palestinians/.premium-hamas-crushes-protests-at-cost-to-its-popularity-1.7039204

      For now it seems that the intimidation has done its job. The Hamas regime in Gaza succeeded in putting down the protests. But the immediate and cruel repression has managed to shock even those people who tend to take Hamas’ side in the conflict between Hamas and the Palestinian Authority, or who see the Ramallah leadership as primarily responsible – after Israel, of course – for the Gaza residents’ enormous distress.

      Hamas proved last week the extent to which it fears popular criticism, which at first wasn’t necessarily ideological or political. There is a tendency to believe that the Hamas leadership is more attentive to the public than the Fatah leadership. The former was given a chance to confirm this belief and score some points even among those who are not their ideological supporters. That opportunity was squandered.

      In response to the suppression of the demonstrations and the detention of journalists (23 of whom were arrested, with three still detained as of Monday), journalists received a message this week to boycott the March of Return demonstrations this Friday and not to report on them. “This will be a test of the youth movement,” a Gazan woman told Haaretz. “If they don’t attend the demonstrations and leave them just to the Hamas people, it will be another way to show their strength and the strength of the protest.”

      Despite the high price they’ve exacted in lives and in the health of Gazan residents and the functioning of the Strip’s health system, the March of Return demonstrations were seen as an act that gave meaning to the residents cooped up in the Strip, and as a political achievement for Hamas, which had organized a protest that reached the ears of the entire world. Therefore the readiness – even if it’s only talk – to boycott them as an act of protest indicates that Hamas cannot count forever on its monopoly as the leading force of resistance against the occupation.

      Hamas has proven that it clings to its status as the ruling party in Gaza, just as Fatah is clinging to its status as the ruling party in the West Bank enclaves. Just as the PA organized artificial demonstrations of support for Mahmoud Abbas, so did Hamas fashion rallies for itself over the past few days in Gaza, while blocking the authentic demonstrations. On Sunday it exploited the shooting and knifing attack at the Ariel junction to bring its supporters out into the streets. What it denies its opponents, it permits its supporters.

      The youth movement that initiated the demonstrations promised on Sunday to revive them, but it didn’t happen. Nevertheless, those I spoke with gave the impression that there’s no fear of speaking openly about what’s happening and to share the reports with others. The way Hamas security personnel beat demonstrators could be seen from the few video clips that were distributed, despite the confiscation of journalists’ and others’ cell phones. They are reminiscent of the videos taken at demonstrations in Iran – with telephones that were half hidden under clothing or handbags, or from behind screens.

      The total number of people arrested and those freed is not known and it’s doubtful if anyone will manage to calculate it. Nor is it known how many people are still being detained in police stations now. The talk of torture in detention was very scary. There were reports that some regular participants in the Friday demonstrations were among those detained and tortured. These reports are yet to be verified.

      When journalists are not free and don’t dare investigate events properly, the Palestinian human rights organizations operating in Gaza become even more important, particularly the Independent Palestinian Human Rights Commission, (which acts as the ombudsman of the PA and of the de facto government in Gaza), the Palestinian Center for Human Rights and the Al-Mezan Center for Human Rights. These are organizations that criticize the PA regime when necessary, and continuously document the Israeli violations of international law and human rights.

      During the wars and Israeli military attacks, their field investigators took risks to gather testimony and document the harshest of incidents. Shortly after the violent dispersal of the demonstrations in Gaza on Thursday, these organizations issued reports and condemnations – in Arabic and English – provided their counterpart organizations in Ramallah with regular information, and repeatedly sent out their people to take testimony.

      Here too the Hamas security apparatuses revealed their fear of the facts coming out; policemen attacked two senior officials of the Independent Palestinian Commission – Jamil Sarhan, director of the Gaza branch, and attorney Baker Turkmani. On Friday, in the context of their work, both of them were in the home of a journalist in the Dir al-Balah refugee camp, where the boldest demonstrations took place. Hamas policemen confiscated their cell phones and removed them from the house. When they were outside, in police custody, although their identities were known, other policemen beat them until they bled. Sarhan still suffers from a head wound.

      It didn’t stop there. Four researchers from three human rights organizations (the Palestinian Center for Human Rights, Al-Mezan and Al-Dameer) were arrested Saturday while collecting testimony and were taken for questioning. When the lawyer of the Palestinian Center went to the police to find out the reason for the arrests, he was also arrested. But the five were released a few hours later. These organizations and their people have proven in the past that they cannot be intimidated. So from Hamas’ perspective, the attempt to frighten them was foolish.

      It seems that the suppression of the demonstrations restored, if only for a short while, the emotional and ideological barrier that in the 1980s had separated the nationalist PLO groups and the Islamic organizations in the pre-Hamas era. The National and Islamic Forces, an umbrella body, convened Friday and called on Hamas to apologize to the public and release all the detainees.

      Hamas and Fatah have long refused to sit together at these meetings, at least at most of them, so this is an organization without teeth. But its importance as an umbrella body is that during times of crisis it brings together senior officials of various parties and movements, albeit not all of them, and provides some sort of platform for exchanging views and calming the situation when necessary.

      At this meeting, all the national organizations were present except for Hamas and Islamic Jihad. The absence of the latter is interesting; during past periods of tension between Hamas and Fatah, this small organization remained neutral and was a partner to the external efforts to reconcile between them. This time one could interpret their absence from the meeting as expressing support for Hamas’ repression – or as dependence on the large religious organization.

      Those who signed the meeting’s call for Hamas to apologize included the Popular Front, which is very close to Hamas when it comes to their criticism of the Oslo Accords and the PA. Although it has shrunk and no longer has prominent leaders or activists as in the past, it still benefits from its past glory, and its clear stance has symbolic value. Even if the demonstrators fear to return to protest for a lengthy period, the Hamas government has inflicted upon itself a powerful blow.


  • Abel Prize for #maths awarded to woman for first time
    https://phys.org/news/2019-03-abel-prize-maths-awarded-woman.html

    Of the 607 Nobel prizes in physics, chemistry or medicine between 1901 and 2018, only 19 women were among the awardees, according to the Nobel Prize website. Marie Curie won twice, once for physics and another time for chemistry.

    Only one woman has won the other major international mathematics prize—the Fields Medal—Maryam Mirzakhani of Iran in 2014. She died in 2017.

    #physique #femmes


  • Mahan Air (Iran) annule sa desserte parisienne, invoque des « sanctions » | Atlantico.fr
    https://www.atlantico.fr/node/3568569

    La compagnie aérienne iranienne Mahan Air annule ses vols de et vers la France à compter du 1er avril, a-t-on appris auprès de son service client, qui invoque des « sanctions » de Paris à son encontre.

    Les vols de Mahan Air de et vers l’aéroport parisien Charles-de-Gaulle sont annulés « à compter du 1er avril », a confirmé à l’AFP un opérateur du service client de la compagnie, joint par téléphone.

    Plus tôt, deux Français résidant en Iran avaient indiqué avoir reçu un mail de Mahan les notifiant de l’annulation d’un voyage prévu en avril.

    « C’est à cause de sanctions [françaises]. C’est ça la raison », a ajouté l’employé de Mahan.

    La France a confirmé l’interdiction de desserte de son territoire, sans plus de précisions.

    « La compagnie iranienne Mahan Air ne sera plus autorisée à desservir le territoire français à partir du 1er avril prochain », a-t-on indiqué au ministère français des Affaires étrangères.

    Mahan Air figure sur la liste noire des entités visées par les sanctions américaines contre l’Iran depuis 2011.

    Washington reproche à la compagnie d’apporter « un soutien financier matériel et technique » à la Force al-Qods, unité d’élite des Gardiens de la Révolution iraniens, l’arme idéologique de la République islamique, notamment en Syrie et en Irak, ou encore d’avoir fait transiter des armes pour le compte des Gardiens à destination du mouvement chiite libanais Hezbollah.

    Fin janvier, le gouvernement allemand avait annoncé sa décision de bannir de ses aéroports Mahan Air, allant au-delà du régime de sanctions adopté par l’Union européenne contre Téhéran pour ses activités présumées d’élimination d’opposants en Europe.

    #iran #usa


  • Les USA poussent le Liban dans les bras de l’Iran et de la Russie : les sanctions américaines nuisent à l’économie locale – Elijah J. Magnier
    https://ejmagnier.com/2019/03/18/les-usa-poussent-le-liban-dans-les-bras-de-liran-et-de-la-russie-les-sanc

    Le Liban attend la visite du secrétaire d’État des USA Mike Pompeo cette semaine, à un moment oùla carte politico-économique libanaise se redessine et oùle Liban subit sa pire crise économique de son histoire récente.

    Les raisons de la détérioration de l’économie locale s’expliquent non seulement par la corruption du leadership politique et des échelons inférieurs de l’administration du Liban, mais aussi par les sanctions des USA imposées à l’Iran. Les plus récentes sanctions sont les plus sévères de toutes. Elles toucheront durement le Liban aussi longtemps que le président Donald Trump sera au pouvoir s’il ne se plie pas à la politique et aux diktats des USA.

    Si, comme prévu, Washington déclare une guerre économique contre le Liban, les sanctions ne laisseront guère de choix au pays. Elles pourraient forcer le Liban à compter de nouveau sur l’industrie civile iranienne pour contrer la pression économique des USA et sur l’industrie militaire russe pour équiper les forces de sécurité libanaises. C’est ce qui arrivera si Pompeo continue à menacer les responsables libanais, comme ses assistants l’ont fait lors de leurs visites précédentes dans le pays. Le sempiternel message des responsables américains n’a pas changé : vous êtes avec nous ou contre nous.

    Politiquement, le Liban se divise en deux courants, l’un favorable aux USA (et à l’Arabie saoudite), l’autre en dehors de l’orbite des USA. La situation économique pourrait bien accroître la division interne jusqu’à ce que la population locale réagisse avec vigueur pour mettre fin à toute influence des USA et de ses alliés au Liban.

    Pareil scénario peut encore être évité si l’Arabie saoudite investit suffisamment de fonds pour relancer l’économie locale agonisante. Sauf que l’Arabie saoudite craint que ceux qui ne sont pas au diapason avec ses politiques et celles des USA tirent avantage de son soutien. Jusqu’à maintenant, Riyad n’a pas tellement compris la dynamique interne au Liban et ce qui est possible et impossible de réaliser dans ce pays. Le kidnapping du premier ministre Saad Hariri était l’illustration la plus éloquente de l’ignorance du jeu politique libanais par les Saoudiens. Leur manque de vision stratégique au Liban va probablement empêcher tout soutien important à son économie défaillante, ce qui pourrait causer une grande instabilité.

    (...)
    Mais après l’arrivée de Donald Trump au pouvoir et son rejet de l’accord sur le nucléaire iranien, le gouvernement des USA a imposé les sanctions les plus dures contre l’Iran et a cessé les dons aux organismes des Nations unies qui soutiennent les réfugiés palestiniens. Les sanctions contre l’Iran ont forcé le Hezbollah à adopter un nouveau budget, dans le cadre d’un plan d’austérité de cinq ans. Ses forces ont été réduites au minimum en Syrie, les mouvements de troupes ont ralenti en conséquence et toutes les rémunérations additionnelles ont été suspendues. Le Hezbollah a réduit son budget au quart de ce qu’il était, sans toutefois suspendre les salaires mensuels de ses militants ou contractuels ni les soins médicaux, sous l’ordre de Sayyed Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah.

    Cette nouvelle situation financière affectera l’économie libanaise à mesure que les flux de trésorerie et les devises se tariront. Les conséquences devraient se faire ressentir davantage au cours des prochains mois et il est plausible que la population locale réagisse sous le poids de l’économie défaillante.

    Les USA et l’Europe imposent des contrôles stricts sur tous les montants transférés en direction ou en provenance du Liban. Le pays est sur une liste noire financière et toutes les transactions sont passées au peigne fin. Les dons religieux provenant de l’étranger ne sont dorénavant plus possibles, car les donateurs risquent alors d’être accusés de soutenir le terrorisme par les pays occidentaux.

    Tant que Trump sera au pouvoir, le Hezbollah et l’Iran croient que la situation restera critique. Ils s’attendent aussi à ce que Trump obtienne un second mandat. Les cinq prochaines années seront difficiles pour l’économie libanaise, notamment si Pompeo est porteur de messages et de diktats auxquels le Liban ne peut se plier.

    Pompeo veut que le Liban abandonne son tracé de la frontière maritime avec Israël, ce qui mettrait en péril ses prétentions sur les blocs 8, 9 et 10 du gisement d’hydrocarbures au profit d’Israël. Cette demande ne sera pas accordée et les responsables libanais ont dit à plusieurs reprises qu’ils comptent sur les missiles de précision du Hezbollah pour empêcher Israël de s’accaparer d’eaux territoriales libanaises.

    Pompeo veut aussi que le Liban abandonne le Hezbollah et mette fin à son rôle au sein du gouvernement. Là encore, l’administration américaine semble ignorer que le Hezbollah représente presque le tiers de la population du Liban, en plus de bénéficier du soutien de plus de la moitié des chiites, des chrétiens, des sunnites et des druzes qui y vivent, qui comptent parmi eux des membres officiels des pouvoirs exécutifs et législatifs du pays. En outre, le président libanais fait partie de la coalition du Hezbollah et maintient fermement son lien avec le groupe, qu’il juge nécessaire à la stabilité du pays.

    Quelle est l’alternative alors ? Si l’Arabie saoudite s’engage, ce n’est pas un, deux ou même cinq milliards de dollars qu’il faut pour relever l’économie du Liban, mais des dizaines de milliards de dollars. Le Liban doit bénéficier aussi d’une politique de non-intervention de la part de l’administration américaine pour permettre au pays de se gouverner lui-même.

    Les Saoudiens souffrent déjà de l’intimidation que Trump exerce sur eux et leurs fonds commencent à se tarir. Si l’Arabie saoudite décide d’investir au Liban, elle cherchera à imposer des conditions pas très différentes de celles des USA. Elle se fait des illusions en voulant éliminer l’influence de l’Iran et des partisans du Hezbollah au Liban, un objectif impossible à remplir.

    Le Liban n’a pas tellement de choix. Il peut se rapprocher de l’Iran afin de réduire ses dépenses et le prix des biens, et demander à la Russie de soutenir l’armée libanaise si l’Occident refuse de le faire. La Chine se prépare à entrer dans le jeu et pourrait devenir une alternative intéressante pour le Liban, qui pourrait lui servir de plateforme pour parvenir en Syrie, puis en Irak et en Jordanie. Sinon, le Liban devra se préparer en vue de joindre la liste des pays les plus pauvres.

    Une ombre plane au-dessus du pays du cèdre, qui a déjà dû combattre pour assurer sa survie au 21e siècle. Le Hezbollah, dorénavant sous le coup des sanctions des USA et du R.‑U., est la même force qui a protégé le pays contre Daech et d’autres combattants takfiris qui menaçaient d’expulser les chrétiens du pays, d’où le conseil lancé par le président français Sarkozy au patriarche libanais qu’il vaudrait mieux que les chrétiens libanais abandonnent leurs foyers. C’est que les djihadistes takfiris et l’OTAN partageaient les mêmes objectifs au Liban. L’incapacité de l’administration américaine à diviser l’Irak et à créer un État en déliquescence en Syrie dans le cadre d’un « nouveau Moyen-Orient » a réveillé l’ours russe de sa longue hibernation. Aujourd’hui, la Russie rivalise avec les USA pour assurer l’hégémonie au Moyen-Orient, ce qui oblige Trump à tout mettre en œuvre pour tenter de briser le front antiaméricain.

    C’est une lutte sans merci où tous les coups sont permis. Les USA poussent le Liban dans un goulet d’étranglement, en ne lui donnant pas d’autre choix que de resserrer son partenariat avec l’Iran et la Russie.

    #liban #hezbollah #grand_jeu


  • Paradoxales incertitudes iraniennes
    http://www.dedefensa.org/article/paradoxales-incertitudes-iraniennes

    Paradoxales incertitudes iraniennes

    En ce moment, si vous envisagez une guerre américaniste, – puisqu’enfin, l’américanisme doit être toujours gros d’au moins une guerre possible/probable, – ce serait plutôt avec l’Iran. Le casting est excellent : Trump, Bolton et Pompeo sont des Iran-haters pur sucre et certifiés, tandis que les obstacles à une telle entreprise, notamment les trois généraux (McMaster, Kelly et Mattis) en poste au gouvernement l’année dernière et qui étaient tous trois très prudents vis-à-vis de l’Iran, sont partis. L’hostilité à l’Iran permet en plus de faire de l’European-bashing et d’interférer en toute exterrorialité et en pratiquant le sport national des sanctions sur les affaires, le commerce et la finance de ces chers “alliés” aussi bien que contre l’Iran… Mais justement, au-delà ? (...)


  • CONTRE-ENQUÊTE : COMMENT LES AMERICAINS ONT MIS LA MAIN SUR AIRBUS… – Proche&Moyen-Orient.ch
    https://prochetmoyen-orient.ch/contre-enquete-comment-les-americains-ont-mis-la-main-sur-airbus

    Aucune commande pour Airbus en janvier 2019, mais des annulations concernant les huit A-380 attendus par la compagnie aérienne Quantas et les cinq A-220 commandés par la défunte PrivatAir. A quelques mois du Salon du Bourget, AIRBUS voit son carnet de livraisons à la baisse avec 313 commandes pour l’A-380 dont 79 restent à livrer – les 53 destinés à Emirates Airlines risquant d’être remis en question. A Toulouse, au siège opérationnel de l’avionneur européen, les langues commencent à se délier…

    https://seenthis.net/messages/767507

    • Hervé Juvin : « L’application extraterritoriale du droit américain a détruit des entreprises françaises (ALCATEL et ALSTOM notamment), elle a permis d’extorquer des milliards d’euros à des entreprises européennes. Elle s’apprête à attaquer SANOFI, AIRBUS, SAFRAN et bien d’autres. Elle a pour prétexte la lutte anti-corruption, le respect des embargos américains, le combat anti-terroriste, pour objectif affiché l’efficacité économique, la moralisation des affaires, l’établissement des conditions d’une concurrence libre, ouverte et équitable partout dans le monde. Tout cela à l’appui d’un impérialisme juridique grandissant, tout cela au bénéfice de l’intérêt national américain. L’extraterritorialité du droit américain se propage à la faveur de l’abandon du droit international, de la faiblesse du régalien et de la négation de la puissance de mise en Europe. Elle constitue un élément majeur de la stratégie de « Global Constraint » – « contrainte globale » – qui renouvelle la stratégie de l’empire américain ».

      (...)

      Alors que faire ? Travailler à se protéger de la « justice américaine » et à se décrocher du dollar. Les outils disponibles sont déjà là : ne plus travailler qu’avec les marchés de cotation des matières premières hors dollar, tels que la Chine en a ouvert en novembre 2015 (le premier portant sur l’or) ; refuser d’avoir affaire avec tout prestataire de services hébergé aux États-Unis, filiale d’une entreprise américaine , ou relevant d’une manière ou d’une autre de la justice américaine ; exiger que la totalité des données de l’entreprise soit traitée, hébergée et préservée dans des centres informatiques localisés en France ; imposer une autre monnaie que le dollar pour toute transaction internationale (comme l’impose l’Iran pour son pétrole et son gaz) ; éliminer de ses appels d’offre toute banque, toute institution financière américaine, ou filiale d’un établissement américain ; ne communiquer aucune information , ne diffuser aucune opinion, d’une organisation, ONG, association, Fondation ou institution internationale, sous la dépendance de financements américains (11).

      #Richard_Labévière


  • De Boeing à Airbus, et retour...
    http://www.dedefensa.org/article/de-boeing-a-airbus-et-retour

    De Boeing à Airbus, et retour...

    16 mars 2019 – Rappelez-vous... Je veux dire : “rappelle-toi, PhG !” Ce devait être en 1976 ; pendant une année, j’avais été une sorte de rédac’chef de la petite, chétive et poussiéreuse revue Aviation & Astronautique, rebaptisée Aviastro dans l’espoir de faire plus hip-hop, et nous travaillions ensemble sans beaucoup nous apprécier, le directeur et moi. Nous étions cette fois, – je ne sais quel mois de 1976, – à Paris, et nous rencontrions Bernard Lathière, alors nouveau patron d’Airbus, alors que les toutes premières et minables commandes se profilaient à peine dans cette aventure à propos de laquelle les grands esprits rationnels, européens et giscardiens en France faisaient des remarques acides sur cette “folie des grandeurs”, sur cette “France vieillie qui se croyait (...)

    • Hervé Juvin : « L’application extraterritoriale du droit américain a détruit des entreprises françaises (ALCATEL et ALSTOM notamment), elle a permis d’extorquer des milliards d’euros à des entreprises européennes. Elle s’apprête à attaquer SANOFI, AIRBUS, SAFRAN et bien d’autres. Elle a pour prétexte la lutte anti-corruption, le respect des embargos américains, le combat anti-terroriste, pour objectif affiché l’efficacité économique, la moralisation des affaires, l’établissement des conditions d’une concurrence libre, ouverte et équitable partout dans le monde. Tout cela à l’appui d’un impérialisme juridique grandissant, tout cela au bénéfice de l’intérêt national américain. L’extraterritorialité du droit américain se propage à la faveur de l’abandon du droit international, de la faiblesse du régalien et de la négation de la puissance de mise en Europe. Elle constitue un élément majeur de la stratégie de « Global Constraint » – « contrainte globale » – qui renouvelle la stratégie de l’empire américain ».

      (...)

      Alors que faire ? Travailler à se protéger de la « justice américaine » et à se décrocher du dollar. Les outils disponibles sont déjà là : ne plus travailler qu’avec les marchés de cotation des matières premières hors dollar, tels que la Chine en a ouvert en novembre 2015 (le premier portant sur l’or) ; refuser d’avoir affaire avec tout prestataire de services hébergé aux États-Unis, filiale d’une entreprise américaine , ou relevant d’une manière ou d’une autre de la justice américaine ; exiger que la totalité des données de l’entreprise soit traitée, hébergée et préservée dans des centres informatiques localisés en France ; imposer une autre monnaie que le dollar pour toute transaction internationale (comme l’impose l’Iran pour son pétrole et son gaz) ; éliminer de ses appels d’offre toute banque, toute institution financière américaine, ou filiale d’un établissement américain ; ne communiquer aucune information , ne diffuser aucune opinion, d’une organisation, ONG, association, Fondation ou institution internationale, sous la dépendance de financements américains (11).

      #Richard_Labévière


  • Could #facebook and #whatsapp Become Major Players in the Remittance Market with #crypto?
    https://hackernoon.com/could-facebook-and-whatsapp-become-major-players-in-the-remittance-marke

    It is safe to assume that anyone with a working internet connection has heard of Facebook and its subsidiary, Whatsapp. Bloomberg reported on Dec 21, 2018, that Facebook is working on a cryptocurrency that will let users transfer money on its Whatsapp messaging app. Are Cryptocurrencies at the precipice of mass adoption?Facebook boasts of the largest active user base of 1.7 billion after more than a decade of existence. That number could have been more if countries like China, Iran, North Korea, and Bangladesh had not banned Facebook. On the other hand, Whatsapp has 1.5 billion users in 109 countries. The most popular countries include India, Brazil, Mexico, Russia, and many other countries. Facebook is primed to become a major player in the remittance market due to the sheer number (...)

    #remittances #blockchain


  • Opinion | Two Women, Heroes for Our Age - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/03/13/opinion/hathloul-sotoudeh-iran-saudi-arabia.html

    They are women who bravely challenged misogyny and dictatorship, one in Iran, the other in Saudi Arabia. Those two nations may be enemies, but they find common cause in their barbaric treatment of women — and since they are trying to squelch and smother these two women, we should shout their names from the mountaintops.

    Nasrin Sotoudeh, 55, is a writer and human rights lawyer who for decades has been fighting for women and children in Iran. Her family reports that this week she was sentenced to another 33 years in prison, on top of a five-year sentence she is now serving, plus 148 lashes.

    Loujain al-Hathloul, 29, a leader of the Saudi women’s rights movement, went on trial Wednesday after months of imprisonment and torture, including floggings, sexual harassment, waterboarding and electric shocks.

    Her sister Alia al-Hathloul told me that Loujain was finally presented with the charges against her, which included communicating with human rights organizations and criticizing the Saudi “guardianship” system for women.

    I previously suggested that Hathloul should get the Nobel Peace Prize, and she has now been nominated for it. So let me revise my proposal: Hathloul and Sotoudeh should win the Nobel together for their courageous advocacy of women’s rights before rival dictators who share one thing: a cruel misogyny.

    I know I’ll get notes from people who harrumph that the problem is simply Islam. That’s too glib, but it is fair to say that Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman and Iranian Ayatollah Ali Khamenei together tarnish the global image of Islam more than any army of blasphemers could.

    “This sentence is beyond barbaric,” the U.S. State Department said of Sotoudeh’s reported sentence. Quite true. But the State Department refuses to be equally blunt in denouncing Hathloul’s torture and imprisonment; that’s because it sees the Saudis as allies and the Iranians as enemies.

    What the Trump administration doesn’t seem to understand is this: If you care about human rights only in countries that you despise, you don’t actually care about human rights.

    Alia al-Hathloul said that her sister was ordered to sign a letter requesting a royal pardon, and did so, and that the torture appears to have ended. I’m hoping that the crown prince is looking for a way to climb down from his brutal mistreatment of the women’s rights activists and will eventually grant the pardon that she “requested.”

    Meanwhile, Iran seems to be cracking down harder. Amnesty International reports that Iran arrested more than 7,000 dissidents last year and that the 38-year combined sentence for Sotoudeh, if true, is the harshest imposed against a human rights defender in Iran in recent years. Iran state media suggested that she had been given a shorter sentence, but Sotoudeh and her family have much more credibility than Iran’s government.

    “The shockingly harsh sentence against her is a signal of just how unnerved the Iranian authorities have become,” Kumi Naidoo, the secretary general of Amnesty International, told me. He noted that women’s rights activists in Iran have become bolder, sometimes waving their head scarves on a stick and posting videos on social media.

    “With this cruel sentence, the Iranian authorities appear to be seeking to make an example of Nasrin Sotoudeh and to intimidate other women’s rights defenders,” he said.

    Sotoudeh’s husband, Reza Khandan, was separately sentenced in January to six years in prison, for posting updates about his wife’s case on Facebook. The couple has two children, a 12-year-old son named Nima and a 19-year-old daughter named Mehraveh. Hadi Ghaemi of the Center for Human Rights in Iran said that relatives may now have to raise Nima and Mehraveh.

    “My dearest Mehraveh,” Sotoudeh once wrote her daughter from prison, “you were my main motivation for pursuing children’s rights. … Every time I came home from court, after having defended an abused child, I would hold you and your brother in my arms, finding it hard to let go of your embrace.”

    #femmes #héros #arabie_saoudite #iran


  • Post-truth architecture | Thinkpiece | Architectural Review
    https://www.architectural-review.com/essays/post-truth-architecture/10015758.article

    Buildings may be constructed on the building site, but architecture is constructed in the discourse

    It’s official: ‘post-truth’ is the word of 2016. Oxford Dictionaries, which decides the annual accolade, defines it as ‘denoting circumstances in which objective facts are less influential in shaping public opinion than appeals to emotion and personal belief’. It adds that the term was first used in 1992 of the Iran-Contra scandal, however it is only in the context of this year’s Brexit and Trump campaigns that it has become common parlance.

    It could be argued that the media themselves are responsible for the rise of post-truth with their portrayal of fabricated, unachievable images and worlds. In 1991, Jean Baudrillard famously claimed that the Gulf War did not take place – that its media representation supplanted the horrors of the reality on the ground. And since then, increasing computer power has allowed three things to happen: first, images can be created that look not only convincingly real, but in the words of Bono, ‘even better than the real thing’ (take, for example, the incredible images of Filip Dujardin); second, near-instant manipulation and communication of those images is possible, as with the faked fireworks broadcast live during the 2008 Beijing Olympics – Instagram has replaced Archigram; third, our constant connection to screens means that we tend to actually prefer inhabiting representations of the world. What place does criticism have in an era populated by post-humans with Social Media Behaviour Disorders? Perhaps we need a new type of criticism to fit our current situation. Reliable, trustworthy, honest critique is more vital than ever, and islands – maybe even archipelagos – of authority can still be found upon which to establish a reasoned debate that is accountable and challengeable.

    #architecture #urban_matter #photographie #post-truth


  • En Iran, l’avocate Nasrin Sotoudeh condamnée à une lourde peine
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/03/13/l-avocate-iranienne-nasrin-sotoudeh-lourdement-condamnee_5435370_3210.html

    La justice iranienne a fait connaître, lundi 11 mars, une peine d’emprisonnement prononcée par un tribunal révolutionnaire de Téhéran contre l’avocate Nasrin Sotoudeh, en son absence et à une date inconnue. Déjà retenue depuis neuf mois à la prison d’Evin, dans la capitale iranienne, Mme Sotoudeh est condamnée à cinq ans de prison pour « rassemblement et collusion contre le régime » et à deux ans pour « insulte au Guide suprême », a déclaré son juge, Mohammad Moghisseh, à l’agence semi-officielle ISNA.

    Cette avocate de 55 ans est célèbre pour sa défense de manifestants emprisonnés, comme de jeunes femmes ayant défié les lois de la République islamique en se dressant, sans voile, dans l’espace public. Cette peine sévère pourrait cependant n’être qu’un acompte, alors que la justice iranienne empile les condamnations contre elle, dans une grande opacité.

    Son mari, Reza Khandan, a précisé à l’Agence France-Presse qu’elle avait été condamnée, dans un second dossier, pour sept chefs d’accusation, à une série de peines dont l’addition donne le tournis : 33 ans. M. Khandan a déclaré à l’AFP que la plus lourde de ces peines, pour « incitation à la débauche », s’imposait aux autres : Mme Sotoudeh s’est donc vue promettre au moins dix ans derrière les barreaux, et 148 coups de fouet. Selon son juge, l’avocate a refusé de se faire remettre le dernier verdict, et son dossier a été renvoyé au tribunal d’appel.

    (...) Mme Sotoudeh fait les frais de la répression qui accompagne le retrait des Etats-Unis de l’accord international sur le nucléaire.

    Aujourd’hui, l’avocate fait les frais de la répression qui accompagne le retrait des Etats-Unis de l’accord international sur le nucléaire, en mai 2018. Selon Amnesty International, plus de 7 000 personnes ont été emprisonnées l’an dernier, à la suite des manifestations contre les blocages économique et politique du pays. En janvier 2018, Mme Sotoudeh avait été parmi les premières à annoncer la mort, en prison, de manifestants. Elle a pu également gêner l’institution judiciaire, en dénonçant la publication d’une liste de vingt avocats agréés pour défendre des accusés politiques, parmi lesquels elle ne figurait pas.

    Défense des « filles de la rue Enqelab »

    Avant tout, Mme Sotoudeh a pris fait et cause pour les « filles de la rue Enqelab », souvent très jeunes, qui ont osé depuis le début de l’année 2018 se dévoiler en pleine rue, juchées sur des transformateurs électriques ou des ronds-points, pour dénoncer l’obligation de port du voile en public faite aux Iraniennes.

    Le gouvernement du modéré Hassan Rohani a cherché à circonscrire la portée de leurs actes à un débat de société, sans en faire le symbole d’une contestation radicale du « système ». La justice, instance conservatrice, a, de son côté, prononcé des peines relativement clémentes contre certaines de ces femmes.
    Lire aussi En Iran, Nasrin Sotoudeh, la voix des anti-voile

    Cependant, la presse ultraconservatrice voit en elles un instrument des partisans d’un changement de régime, basés à l’étranger, et des « faucons » de la Maison Blanche. Elle n’a pas manqué de noter que la journaliste Masih Alinejad, initiatrice d’une campagne incitant les Iraniennes à se dévoiler en public, avait rencontré le secrétaire américain aux affaires étrangères, Mike Pompeo, en février à la Maison Blanche.

    Cette presse note également qu’une jeune Iranienne, Shaparak Shadjarizadeh, condamnée en 2018 à deux ans de prison ferme et à 18 ans de sursis, a pu quitter le pays pour s’établir au Canada. Elle y était intervenue en décembre 2018 devant le Parlement, pour demander des sanctions contre l’Iran, suscitant des critiques sur les réseaux sociaux iraniens.

    Peu après, le médecin Farhad Meysami, détenu en Iran pour avoir soutenu le mouvement des filles de la rue Enghelab, avait affirmé qu’il préférait demeurer derrière les barreaux plutôt que d’accepter le soutien offert au mouvement par l’administration américaine.

    Le 9 mars, le quotidien Javan, lié aux gardiens de la révolution, la principale force armée iranienne, a dénoncé l’intégration par le président français de Mme Sotoudeh à un conseil consultatif du G7. Il y voyait un premier test, par une puissance étrangère, du nouveau chef de l’autorité judiciaire, Ebrahim Raissi. Cet ancien rival ultraconservateur de M. Rohani à la présidentielle de mai 2017 a été nommé la semaine dernière par le Guide suprême.

    Louis Imbert

    J’ai gardé le nom du journaliste pour cet article qui (d)étonne dans le parti-pris général du _Monde sur les questions en #Iran.


  • ظريف : قادة ايران والعراق اتفقوا على الغاء تأشيرة الدخول وربط سكك الحديد واقامة مدن صناعية مشتركة – موقع قناة المنار – لبنان
    http://almanar.com.lb/4983728

    قادة ايران والعراق اتفقوا على الغاء تأشيرة الدخول وربط سكك الحديد واقامة مدن صناعية مشتركة بين البلدين، ورفع حجم التبادل التجاري من ١٢ الى ٢٠ مليار دولار سنويا

    Visite de Javad Zarif en Irak : accords sur la suppression des visas entre les deux pays, l’interconnexion ferroviaire et projets industriels et commerciaux à hauteur de 20 milliards de dollars. Une grande victoire de la stratégie US.

    https://twitter.com/JZarif/status/1105216113363697664
    –Inclusive regional security -No-fee visas -Connecting railways -Dredging border river after 43 yrs -Joint industrial zones -Energy cooperation -$20B in trade -PTA

    • https://ejmagnier.com/2019/03/12/liran-double-les-etats-unis-en-irak

      En conclusion :

      L’Iran a pris le pas sur les Etats-Unis parce que les responsables irakiens ont rejeté toutes sanctions unilatérales et ont privilégié des échanges commerciaux, y compris pour l’énergie.

      Le général de division Qassem Soleimani a atteint l’objectif iranien de développer une relation amicale avec l’Irak, où les dirigeants sont prêts à suspendre les relations avec les États-Unis si Trump insiste pour imposer des sanctions à tout pays qui traite avec Téhéran. Cela (entre autres haut-faits) a valu à Soleimani la médaille d’honneur la plus prestigieuse de l’Iran, “L’ordre de Zulfiqar” qui lui a été décerné par Sayed Ali Khamenei. Le ministre des Affaires étrangères Jawad Zarif a été le premier à féliciter Soleimani, en le décrivant comme “l’homme qui a fait du Moyen-Orient, un endroit plus sûr”. C’est la deuxième médaille de Soleimani ; la première était “l’ordre de Fath” reçu en 1989 des mains du même Khamenei.

      L’Iran vendra de l’électricité à l’Irak et utilisera le dollar et la monnaie locale dans ses échanges. La République islamique d’Iran a trouvé de nouveaux moyens de contrer les sanctions américaines en construisant des infrastructures industrielles et des lignes chemin de fer, et en développant les échanges commerciaux avec l’Irak. Cela fournira des dollars à l’Iran, qui, en même temps, diminuera sa dépendance au dollar américain en faisant des affaires en monnaie locale.


  • Arabia Saudí se convierte en el primer comprador mundial de armamento | Internacional | EL PAÍS
    https://elpais.com/internacional/2019/03/10/actualidad/1552241800_518970.html

    Los ingresos por las ingentes reservas petroleras y su pugna con Irán por la hegemonía regional han convertido a Arabia Saudí en el principal comprador mundial de armamento. El país árabe, principal cliente de EE UU y líder de la intervención en Yemen, triplicó la compra de material militar durante los últimos cinco años hasta hacer el 12% de las adquisiciones globales. Los datos, recogidos en el último informe del Instituto de Investigación para la Paz Internacional de Estocolmo (SIPRI), revelan que Oriente Próximo es la única región donde creció la importación de armas en el período 2014-2018, con una subida del 87%.

    Tout le monde s’en réjouit... #arabie_saoudite


  • Gagnez des places pour Alireza Ghorbani au festival Strass’Iran
    https://www.rue89strasbourg.com/concours-festival-strassiran-alireza-ghorbani-149834

    Le festival Strass’Iran et Rue89 Strasbourg vous proposent de gagner cinq places pour le concert d’Alireza Ghorbani, maître iranien du chant religieux, vendredi 22 mars. (lire l’article complet : Gagnez des places pour Alireza Ghorbani au festival Strass’Iran)


  • US government no longer excludes #MEK as leadership option for Iran
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2019/03/us-government-no-longer-excludes-mek-alternatives-iran.html

    Over the years, the MEK has paid tens of thousands of dollars in speaking fees to former US officials from both the Republican and Democratic parties. Its sources of funding are a mystery. In the current environment, the group clearly sees an opportunity to find favor among those hoping that sanctions will weaken and destabilize the government in Tehran.

    #lobbying #corruption #corrompus #etats-unis #iran


  • Overlooked No More: Forough Farrokhzad, Iranian Poet Who Broke Barriers of Sex and Society - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/01/30/obituaries/forough-farrokhzad-overlooked.html

    Farrokhzad was one of Iran’s pre-eminent mid-20th-century writers, both reviled and revered for her poems, which often dealt with female desire. Throughout her life she struggled with how her gender affected the reception of her work in a culture where women were often confined to traditional roles, but where there are few higher callings than the life of a poet.

    In the afterword to “Captive” (1955), her first poetry collection, Farrokhzad wrote, “Perhaps because no woman before me took steps toward breaking the shackles binding women’s hands and feet, and because I am the first to do so, they have made such a controversy out of me.”

    Her death in 1967 at 32, in a car crash, was regarded as a national tragedy, making the front pages of Tehran’s newspapers.

    #Iran #poésie #historicisation



  • Le CSA appelle une radio libre parisienne à cesser son partenariat avec Sputnik France
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/03/01/le-csa-appelle-une-radio-libre-parisienne-a-cesser-son-partenariat-avec-sput

    C’est une alliance singulière, qui était, jusqu’ici, passée inaperçue. Depuis 2015, chaque jour, à 17 heures, la radio libre parisienne Aligre FM accueille sur ses ondes la station d’Etat russe Radio Sputnik, pour deux heures de direct. La grille de la version francophone du média russe n’a pourtant rien de commun avec celle de la petite station culturelle et musicale à l’audience confidentielle.

    Sur Radio Sputnik, la déclinaison radiophonique du site Sputnik France, l’accent est mis sur les analyses géopolitiques, qui dessinent souvent en creux les fragilités des puissances américaine et européenne – du Brexit aux sanctions occidentales contre l’Iran, en passant par la discorde entre Donald Trump et ses homologues européens. Des raisons financières expliquent ce rapprochement, car Aligre FM touche, chaque année, une enveloppe d’environ 40 000 euros de Sputnik, soit autant que la subvention publique du ministère de la culture, la première source de revenus des radios associatives.

    Si le fondateur d’Aligre FM, Philippe Vannini, confie aujourd’hui que le partenariat conclu, en 2015, avec Radio Sputnik est une « offense éthique » à l’antenne née en 1981 – qui revendique sur son site avoir « toujours lutté pour préserver son indépendance face aux instances financières, politiques, religieuses ou communautaires » –, il explique qu’ils étaient arrivés « à un tel niveau d’endettement que c’était une question de survie ». Les dirigeants d’Aligre, qui se relaient chaque jour pour prêter une oreille attentive aux émissions de Radio Sputnik, assurent ne pas avoir reçu de protestations de la part de leurs auditeurs historiques.


  • Séléné entre dans le Grand jeu
    http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2019/03/selene-entre-dans-le-grand-jeu.html

    Cachemire, Iran, Venezuela, Corée, Syrie... Les points chauds du globe se multiplient dans un Grand jeu en perpétuel mouvement, encore compliqué par l’erratisme de la tête impériale suite à l’élection de Trump. L’Inde et le Pakistan sont en crise ouverte...


  • Le Régime de Macron panique après la publication du Colonel Legrier, La bataille d’Hajin : victoire tactique, défaite stratégique ? - AgoraVox le média citoyen
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-regime-de-macron-panique-apres-212734

    L’article remarquable, ci-dessous, écrit par le Colonel François-Régis Legrier - Chef de corps du 68e régiment d’artillerie d’Afrique et Commandant la Task Force Wagram au Levant d’octobre 2018 à février 2019 - est d’un intérêt capital à plusieurs titres.

    Il l’est, notamment, pour la compréhension du désastre de la "stratégie" militaire menée depuis 5 mois par la "Coalition" dans la bataille d’Hajin en Syrie, des conséquences dramatiques vécues par les populations civiles mais également du profond ressentiment engendré à l’égard des Etats responsables de ce désastre.

    Ce brûlot a été publié récemment dans la Revue de la Défense Nationale - page 65 à 71 - sous le titre :

    La bataille d’Hajin : victoire tactique, défaite stratégique ?

    Le Régime de Macron a très mal pris cette publication qui pointe la responsabilité avant tout politique de ce désastre auquel a participé activement l’Etat français, vassal des US. 

    Cet article a été retiré de la publication de la RDN et selon des médias, Le Colonel Legrier risquerait des sanctions. 

     --------------------------------------------------

    La bataille d’Hajin (septembre 2018 – janvier 2019) du nom d’une petite localité située sur la rive Est de l’Euphrate aux confins de la Syrie et de l’Irak mérite de laisser son nom dans l’histoire militaire à plus d’un titre. Elle est d’abord la dernière « bataille rangée » contre le pseudo État islamique et semble mettre un point final à sa volonté de contrôler un territoire. Elle est ensuite, pour nous Occidentaux, riche d’enseignements sur la guerre, et tout spécialement les limites de la guerre par procuration et de notre approche tournée vers la suprématie technologique.

    Au XIXe siècle, le sort d’une bataille mettant en jeu quelques milliers d’hommes était réglé en une journée – Austerlitz par exemple ; au XXesiècle, il faut compter en semaines – que l’on pense à la poche de Dunkerque en 1940 ; au XXIe siècle, il faut près de cinq mois et une accumulation de destructions pour venir à bout de 2 000 combattants ne disposant ni d’appui aérien, ni de moyens de guerre électronique, ni de forces spéciales, ni de satellites. Telle est la réalité de la guerre aujourd’hui qui doit nous conduire, décideurs politiques et chefs militaires à un examen critique salutaire sur notre façon de concevoir et faire la guerre.

    Certes, la bataille d’Hajin a été gagnée mais de façon très poussive, à un coût exorbitant et au prix de nombreuses destructions. Certes, les Occidentaux, en refusant d’engager des troupes au sol, ont limité les risques et notamment celui d’avoir à s’expliquer devant l’opinion. Mais ce refus interroge : pourquoi entretenir une armée que l’on n’ose pas engager ? Si la réduction du dernier bastion de l’État islamique ne vaut pas la peine d’engager des troupes conventionnelles, quelle cause sera assez importante pour le faire ? Extrêmement à l’aise pour remplir les grands états-majors multinationaux d’une ribambelle d’officiers, les nations occidentales n’ont pas eu la volonté politique d’envoyer 1 000 combattants aguerris régler en quelques semaines le sort de la poche d’Hajin et épargner à la population plusieurs mois de guerre.

    Par ailleurs, en sous-traitant aux Forces démocratiques syriennes (FDS), c’est à-dire à des proxys – des troupes soutenues par les Américains qui leur ont délégué le droit de se battre à leur place – la conduite des opérations au sol, la Coalition (1) a renoncé à sa liberté d’action et perdu la maîtrise du tempo stratégique. Prise en étau entre la décision de Donald Trump de se retirer du Nord-Est syrien et le bon vouloir des FDS, elle n’a pas trouvé de meilleure solution que d’intensifier les bombardements pour en finir au plus vite, compromettant ainsi durablement l’avenir de cette province.

    In fine, la question qui se pose est de savoir si la libération d’une région ne peut se faire qu’au prix de la destruction de ses infrastructures (hôpitaux, lieux de culte, routes, ponts, habitations, etc.). C’est là, l’approche assumée sans complexe, hier et aujourd’hui, par les Américains ; ce n’est pas la nôtre et nous souhaitons ici indiquer ce qui aurait pu être fait pour mettre l’ennemi hors de combat sans transformer la poche d’Hajin en champs de ruines.

    Caractéristiques de la bataille d’Hajin : un concentré de tous les types de guerre

    Située au cœur du « Grand Jeu » entre puissances régionales et grandes puissances, la poche d’Hajin regroupe en septembre 2018 environ 2 000 combattants islamistes dont une majorité d’étrangers. S’étirant sur une trentaine de kilomètres le long de l’Euphrate en territoire arabo-kurde syrien et large d’une dizaine de kilomètres, elle est le dernier bastion du soi-disant Califat « État islamique », autant dire pas grand-chose. En réalité, nous allons voir que la bataille déborde largement de son cadre géographique pour se répandre dans le champ des perceptions, autre enjeu essentiel du combat.

    La zone d’action est une bande de terrain en V coincée entre l’Euphrate à l’Ouest et la frontière irako-syrienne à l’Est avec une zone rurale (champs et villages) le long du fleuve et une zone désertique. Soulignons que la rive Ouest de l’Euphrate est plus ou moins sous contrôle du régime syrien et des milices irakiennes qui contrôlent également une partie de la frontière. La population est estimée à quelques milliers de personnes, surtout présente dans la partie Nord de la poche (localité d’Hajin).

    Au Sud de la poche (pointe du V) et au bord de l’Euphrate, en territoire irakien, la ville d’Al-Qaïm. Au Nord de cette ville, la frontière est tenue par l’armée irakienne et légèrement en retrait se trouve la position de tir des moyens feux sol-sol de la coalition. Au Sud, la frontière est tenue par une milice affiliée à l’Iran (Katiba Hesbollah), véritable petite armée avec ses chars et ses canons. Si la frontière est globalement étanche au Nord, elle est très poreuse au Sud, la milice se livrant à la contrebande.

    Le combat au sol a été confié à des proxys, les FDS, alliance arabo-kurde conseillée par les forces spéciales américaines et bénéficiant du soutien des moyens feux sol-sol et sol-air de la Coalition. D’un volume sensiblement équivalent à celui de Daech, leur valeur combative est toute relative sachant que les combattants kurdes viennent du Nord-Est syrien où ils sont régulièrement pris à partie par les Turcs, alliés des Américains au sein de l’Otan. Ainsi, fin octobre 2018, les FDS ont annoncé la suspension des opérations suite à des frappes turques et il a fallu plusieurs semaines de négociation pour qu’ils reprennent le combat. Le même scénario a failli se répéter mi-décembre et compromettre à nouveau la prise d’Hajin pourtant bien engagée.

    Au sol, les traits distinctifs de cette bataille sont assez proches de ceux des batailles de la Première Guerre mondiale : une ligne de front entre combattants où chaque gain de 500 mètres ou 1 kilomètre de territoire représente un succès ; des contre-attaques violentes et répétées de la part d’un ennemi cerné de toute part et qui cherche à desserrer l’étau des FDS ; un emploi massif de l’artillerie, seule capable de délivrer des feux par mauvaises conditions météorologiques et qui, à plusieurs reprises, a sauvé la mise aux FDS violemment prises à partie ; des pertes importantes au regard du volume de combattants (plusieurs centaines au total de part et d’autre).

    Sur un plan purement tactique, cette bataille a fait redécouvrir toutes les vertus d’un appui-feu sol-sol (2) alliant effets de saturation par obus explosif et effets de destruction par munition de précision et surtout opérationnel par tout temps. Ainsi, c’est le 3 décembre 2018 qu’ont été tirés avec succès pour la première fois en opération, les obus antichars à effet dirigé Bonus détruisant une colonne de pickup lancée à l’assaut des lignes de défense FDS.

    Dans les airs, la suprématie occidentale est évidemment totale. Comme dans le film de Gavin Hood, Eye in the Sky (3), c’est la quintessence de la haute technologie qui se déploie quasiment sans limite avec l’emploi massif de moyens de surveillance et de renseignement, et d’avions pour observer et frapper. En l’espace de six mois, plusieurs milliers de bombes ont été déversées sur quelques dizaines de kilomètres carrés avec comme résultat principal la destruction des infrastructures.

    L’ennemi a-t-il été détruit par ces frappes ? Oui, mais pas autant qu’on a bien voulu le faire croire dans les comptes rendus alignant un BDA (4) impressionnant calculé de façon statistique et non pas par observation visuelle.

    L’ennemi a-t-il été atteint dans son moral et sa volonté de combattre ? À l’évidence, non. Il a déployé jusqu’au bout une combativité inébranlable mettant à profit les périodes de mauvaise météo, le préservant de la menace aérienne, pour contre-attaquer violemment et infliger à plusieurs reprises de sérieux revers tactiques aux FDS. La défaite devenue inéluctable, il s’est exfiltré vers des zones refuges pour poursuivre la lutte en mode insurrectionnel ne laissant sur place qu’une poignée de combattants étrangers.

    Ainsi, cette bataille illustre à merveille les propos du général Desportes : « Des systèmes d’armes toujours plus performants produisent des résultats toujours plus décevants » (5). Entendons-nous bien. Ils ne sont pas décevants parce que performants mais parce que mal employés ; nous y reviendrons.

    Enfin, la bataille d’Hajin dépasse largement le cadre géographique pour s’inscrire plus largement dans le champ infini des perceptions.

    Force est de constater que dans ce domaine, Daech a su exploiter le moindre succès tactique pour le valoriser et en faire un succès stratégique. De même, les frappes occidentales et leurs dommages collatéraux réels ou fictifs ont aussi été largement médiatisés avec succès. En effet, à plusieurs reprises, la Coalition trop souvent en réaction sur le champ des perceptions, a dû renoncer à ses frappes face à la pression médiatique. Il y a ici tout un champ de réflexion à explorer et notamment le décalage des perspectives : là où Daech, dans une vision stratégique, s’adresse aux opinions publiques occidentales, la Coalition, outil militaire sans réelle pensée politique, est contrainte de rester au niveau tactique et ne peut exploiter ses succès dans le champ informationnel avec la même réactivité que l’ennemi.

    Les limites de la guerre par procuration et de notre approche techno-centrée

    La guerre par procuration ou comment perdre la main sur le plan stratégique

    En s’en remettant à des proxys pour conduire la bataille au sol, les Occidentaux en ont certes retiré un avantage politique à court terme : celui d’éviter des pertes et un mouvement d’opinion contre leur politique. En revanche, sur le moyen-long terme, ce choix s’est avéré désastreux.

    En affirmant que la poche était la Main Battle Area (6) tout en refusant d’y engager des moyens terrestres ou même des hélicoptères d’attaque, les Américains ont laissé planer un doute sur leurs intentions réelles d’en finir rapidement. Il est donc permis de penser que la poche d’Hajin constituait un excellent alibi pour maintenir une présence dans le Nord-Est syrien et surtout prévenir un éventuel délitement trop rapide de la Coalition. Ainsi, au fur et à mesure de la bataille, le discours s’est articulé de la façon suivante : « il faut détruire Daech » vers « oui, Daech est bientôt éliminé en Syrie mais il se reconstitue en Irak et reste tout aussi dangereux », ce qui pose la question de la pertinence de la stratégie suivie depuis des années. Où est le véritable enjeu ? Détruire Daech ou contenir l’Iran ?

    Par ailleurs, la conséquence la plus immédiate d’une telle approche est la perte de la maîtrise du temps : l’opération avance au gré de la volonté des proxys et selon leur propre agenda et elle traîne en longueur quelle que soit l’ampleur des moyens consentis. Cela s’appelle un enlisement.

    Pour compliquer les choses, est apparue au grand jour la divergence de vues entre Donald Trump et son état-major. Fidèle en cela à une promesse de campagne, le Président des États-Unis a saisi l’occasion de la reprise d’Hajin mi-décembre pour annoncer la victoire sur Daech et le retrait des forces américaines de Syrie montrant ainsi, certes de façon brutale, que c’est bien le tempo politique qui détermine la stratégie et non pas l’inverse.

    En refusant d’inscrire dans leur stratégie du Moyen-Orient cette volonté de retrait pourtant annoncée depuis deux ans, l’Administration américaine et les étatsmajors se sont mis d’eux-mêmes en porte à faux. Bousculés par le décideur politique d’un côté, ayant perdu la main sur le tempo des opérations au sol de l’autre, c’est-à-dire privés de toute marge de manœuvres, la seule réaction a été d’intensifier les frappes aériennes et donc d’augmenter encore le nombre de destructions. Hajin a subi le même sort que Mossoul et Raqqa : une destruction quasi complète.

    Ainsi, cette victoire tactique, par la façon dont elle a été acquise, a compromis l’avenir de cette province sans ouvrir de perspectives stratégiques intéressantes pour la Coalition. L’avenir du Nord-Est syrien est plus que jamais incertain et Daech, s’il a perdu son territoire, ne semble pas atteint dans sa volonté de continuer la lutte.

    La leçon est la suivante : il n’y a pas de stratégie et donc de victoire durable sans liberté de manœuvre. Celle-ci est au croisement du politique et du militaire. Le stratège doit impérativement inscrire son action dans une politique et doit garder la main sur les opérations dans tous les domaines, y compris les opérations terrestres s’il veut être en mesure de présenter plusieurs options stratégiques au décideur politique. Il n’y a pas d’autres solutions possibles.

    L’approche techno-centrée ou l’illusion de la puissance

    En s’en remettant principalement à des moyens air inopérants sur un plan tactique lorsque les conditions météo se dégradent et aux forces spéciales, la Coalition a perdu beaucoup de temps, d’énergie et de crédibilité, Daech ayant beau jeu de se vanter d’avoir tenu en échec la première puissance mondiale pendant des mois.

    Il faut être rentré dans une Strike Cell (7) par temps couvert pour comprendre toutes les limites de notre approche techno-centrée. En effet, en cas de pluie, de brouillard, de nuages, les écrans deviennent noirs, les gens jouent aux cartes ou regardent un film : la guerre s’arrête pour eux en attendant la prochaine fenêtre météo. Lors des violentes contre-attaques de Daech en octobre 2018 et le repli des FDS, le premier constat d’un officier général a été de dire : « C’est à cause de la météo, nous n’avions plus l’appui aérien. » Sous-entendu, Daech ne respecte pas les règles du jeu, il attaque par mauvais temps !

    Non, nous n’avons pas été tenus en échec par la météo mais par notre refus de nous adapter à notre ennemi et au réel. La guerre par procuration, c’est-à-dire ce refus d’engager des troupes au sol aptes au combat pour s’en remettre uniquement aux forces spéciales et à l’arme aérienne est l’un des facteurs principaux de nos échecs actuels. Les forces spéciales sont faites… pour les opérations spéciales et non le combat conventionnel en zone urbaine ou désertique.

    Encore une fois, ne nous y trompons pas, il ne s’agit nullement ici de critiquer l’apport indispensable aux opérations que constitue l’arme aérienne ou les forces spéciales mais de rappeler que c’est une erreur que de s’en remettre uniquement à elles pour gagner une bataille. Ce concept ultra-technologique conçu pour réduire le format des troupes conventionnelles et séduire le politique en lui faisant croire qu’on peut faire mieux avec moins est un leurre séduisant mais un leurre quand même.

    Alors que fallait-il faire ?

    La réponse est simple : comprendre que si la bataille se gagne au niveau tactique – adaptation au terrain et à l’ennemi – la guerre se gagne au niveau stratégique et politique, et qu’elle est une dialectique des volontés et non une éradication « des méchants » impossible à réaliser.

    En l’occurrence, il fallait resituer la bataille d’Hajin dans un cadre plus global : celui d’empêcher Daech de se reconstituer d’une part et de préserver l’avenir de la moyenne vallée de l’Euphrate en évitant des destructions inutiles d’autre part.

    Au niveau tactique, une bataille se gagne en disposant les moyens adéquats au bon endroit et au bon moment (principe d’économie des forces et de concentration des efforts) pour créer un rapport de force favorable. Ainsi, tout en s’appuyant sur les FDS, il fallait, en sus des moyens d’appui-feux, engager a minima un groupement tactique interarmes motorisé capable de s’emparer rapidement de la poche d’Hajin en limitant autant que faire se peut la destruction des infrastructures.

    En effet, une bataille ne se résume pas à détruire des cibles comme au champ de foire. C’est la combinaison de la manœuvre et du feu qui permet de disloquer le dispositif ennemi et de le mettre dans l’impossibilité de poursuivre la bataille par la conquête des points clés du terrain, et de ses moyens de commandement et logistique. La prise d’Hajin, en décembre, en est l’illustration tardive : l’ennemi, ayant perdu son centre de commandement, n’a plus été en mesure d’opposer une résistance coordonnée par la suite.

    Enfin, la bataille doit être menée en temps imminent dans le champ informationnel, c’est-à-dire avec un temps d’avance. Est cru par le plus grand nombre ce qui est affirmé en premier : c’est une loi immuable dont il faut tenir compte. Une plus grande réactivité aurait été nécessaire pour valoriser nos succès et disqualifier le comportement de l’adversaire quitte à assumer, et non pas justifier après coup, les dommages collatéraux.

    L’évocation de la bataille dans le champ des influences nous permet de faire la transition avec les parties hautes de la guerre, la stratégie et la politique.

    Au lieu de se focaliser de façon excessive sur la poche d’Hajin, la Coalition aurait dû l’intégrer dans une approche stratégique et ainsi découper son espace de bataille non pas en fonction de ses structures internes (répartition entre commandement des forces spéciales en Syrie et commandement conventionnel en Irak) mais en fonction de l’espace de bataille ennemi allant de Kirkuk au Nord-Est de l’Irak au désert d’Al-Anbar à l’Ouest, en passant par Hajin et Al-Qaïm.

    Seule une vue globale du problème aurait permis d’ébaucher une stratégie globale et d’éviter le constat amer de voir Daech resurgir là où on l’a chassé il y a deux ans. Seule une stratégie globale laissant entrevoir une résolution politique durable aurait permis au politique de comprendre la nécessité du temps long au lieu de brusquer les choses pour sortir de ce qui s’apparente à une impasse et un échec.

    Il faut donc rappeler avec le général Desportes que la victoire militaire doit toujours être pensée au prisme de son objectif politique et qu’elle ne peut se passer d’un engagement au contact : « La guerre à distance est un leurre : elle produit un effet militaire mais pas d’effet politique. La “projection de puissance”, c’est-à-dire la projection de destruction, sans “projection de forces”, de soldats sur le terrain ne fonctionne pas ; elle détruit sans maîtriser la reconstruction et crée le chaos. Il y a une vraie illusion de l’efficience aérienne : certes, elle permet quelques économies initiales mais elle ne conduit jamais au résultat espéré. À la fin des fins, il est toujours nécessaire, d’une manière ou d’une autre, de contrôler l’espace. » (8)

    Conclusion

    Oui, la bataille d’Hajin a été gagnée, au moins sur le terrain mais en refusant l’engagement au sol, nous avons prolongé inutilement le conflit et donc contribué à augmenter le nombre de victimes au sein de la population. Nous avons détruit massivement les infrastructures et donné à la population une détestable image de ce que peut être une libération à l’occidentale laissant derrière nous les germes d’une résurgence prochaine d’un nouvel adversaire. Nous n’avons en aucune façon gagné la Combien d’Hajin faudra-t-il pour comprendre que nous faisons fausse route ? w guerre faute d’une politique réaliste et persévérante et d’une stratégie adéquate.

    François-Régis Legrier

    Colonel. Chef de corps du 68e régiment d’artillerie d’Afrique. Commandant la Task Force Wagram au Levant d’octobre 2018 à février 2019. Auteur de Si tu veux la paix prépare la guerre aux Éditions Via Romana

    Courriel de l’auteur : frlegrier@gmail.com

    (1) Operation Inherent Resolve (OIR) : coalition dirigée par les Américains.

    (2) Il faut également souligner l’emploi massif par Daech de roquettes et de mortiers allant parfois à des consommations de 100 munitions par jour.

    (3) Sorti en 2016 : montre les ambiguïtés politico-juridiques d’une prise de décision d’une frappe aérienne.

    (4) Battle Damage Assessment : estimation des pertes ennemies.

    (5) Vincent Desportes : « Leçons d’aujourd’hui pour les guerres de demain », Le Casoar n° 231, p 19.

    (6) L’espace de bataille prioritaire.

    (7) Centre d’opérations couvert d’écrans permettant une recopie des images fournies par les drones ou les avions. C’est à partir de là que s’effectuent les frappes aériennes et les tirs d’artillerie d’où son nom de Strike Cell.

    (8) Vincent Desportes : « Leçons d’aujourd’hui pour les guerres de demain », op. cit.


  • La Grande-Bretagne a-t-elle un problème avec le Hezbollah ?
    Abdel Bari Atwan - 27 février 2019 – Raï al-Yaoum – Traduction : Chronique de Palestine – Lotfallah
    http://www.chroniquepalestine.com/grande-bretagne-probleme-avec-hezbollah

    La décision de la Grande-Bretagne de s’attaquer au Hezbollah est non seulement cynique mais aussi stupide.

    Le projet du gouvernement britannique d’interdire le mouvement Hezbollah dans son intégralité – qu’il s’agisse de la branche politique ou militaire – et de le qualifier d’organisation terroriste ne peut être considéré isolément des tentatives américaines et israéliennes de mobiliser pour la guerre contre l’Iran. Cette mobilisation a été implacable au cours des dernières semaines aux niveaux régional et international.

    Le gouvernement conservateur britannique de droite a rompu avec la politique européenne de longue date en déclarant qu’il traiterait désormais les ailes militaire et politique du Hezbollah comme une seule et même entité. Le ministre de l’Intérieur, Sajid Javid, a annoncé que l’interdiction déjà actée de l’aile militaire serait désormais appliquée à l’aile politique, et que toute l’organisation serait interdite.

    Cette mesure a été prise en réponse aux pressions des États-Unis et d’Israël et il n’est pas surprenant que le ministre israélien de la Sécurité publique, Gilad Erdan, ait été parmi les premiers à s’en féliciter. Il a exhorté les autres pays européens à faire de même, et nous ne devrions pas être surpris si Donald Trump vomisse bientôt un tweet disant la même chose.

    C’est le gouvernement britannique qui a eu pour la première fois l’idée de faire la distinction entre les ailes politique et militaire des mouvements de résistance. Il avait uniquement interdit l’aile militaire de l’armée républicaine irlandaise (IRA) lorsqu’elle luttait pour l’unification de l’Irlande.

    Mais sa dernière initiative rompt avec ce concept, illustrant la manière dont de doubles normes sont appliquées aux Arabes et aux Musulmans, et en particulier dans le cadre du conflit israélo-arabe.

    Le Hezbollah s’est habitué à de telles initiatives et nous doutons que l’organisation soit très affectée par la décision du Royaume-Uni. Depuis des décennies, il est sans cesse attaqué par les États-Unis, Israël et divers régimes arabes, et il s’est adapté à toutes les difficultés qui en résultent pour effectuer des transferts financiers et recevoir des dons de ses soutiens à l’étranger. De plus, le Hezbollah ne possède pas en son nom propre des dépôts dans les banques occidentales ni aux noms de ses dirigeants. (...)


  • L’#Arabie_Saoudite aurait transféré des armes américaines à des groupes rebelles au #Yémen - Libération
    https://www.liberation.fr/direct/element/larabie-saoudite-aurait-transfere-des-armes-americaines-a-des-groupes-reb

    (05/02/2019)

    Les #Etats-Unis ont vendu des #armes à l’Arabie Saoudite et à son allié les #Emirats_arabes_unis. Une enquête de CNN révèle aujourd’hui que certaines armes auraient été transférées à des groupes combattant au Yémen, dont certains liés à #Al-Qaeda. Ceci constitue une violation des accords de vente d’armes entre l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis, explique la chaîne américaine, qui ajoute que ces armes auraient ensuite été abandonnées, volées ou vendues lors des combats. Désormais, certaines seraient entre les mains de rebelles soutenus par l’Iran

    #al_qaida


  • #femmes* en #grève/ Vrouwen* Staking (2/3)
    http://www.radiopanik.org/emissions/les-promesses-de-l-aube/-femmes-en-greve-vrouwen-staking-2-3-

    Une Grève des Femmes*/ Grève Féministe se prépare pour le 8 mars prochain, à l’initiative du Collecti.e.f 8 maars.

    Le Collecti.e.f 8 maars, indépendant des partis et syndicats, rassemble des femmes de tous horizons dans la volonté commune d’organiser une grève des femmes* en Belgique le 8 mars 2019, journée internationale de lutte pour les droits des femmes.

    Depuis septembre 2018, des assemblées nationales réunissent tous les mois plus d’une centaine de femmes pour organiser cette journée d’action conçue comme une première étape pour obtenir des avancées concrètes.

    Toutes les femmes du pays sont invitées à – rendre visibles leurs réalités et les différentes oppressions qui s’y mêlent, leurs colères et leurs envies et en parler autour d’elles (télécharger matériel de #mobilisation ici) – se rencontrer pour (...)

    #féminisme #avortement #campagne #Espagne #FMinistes #international #FMinistesnistes #Iran #Argentine #grève,féminisme,avortement,campagne,femmes,mobilisation,Espagne,FMinistes,international,FMinistesnistes,Iran,Argentine
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/les-promesses-de-l-aube/-femmes-en-greve-vrouwen-staking-2-3-_06268__1.mp3


  • Ce soir à Bruxelles : « Moyen-Orient et Afrique du Nord : l’automne de la révolution ? »
    https://www.cetri.be/Ce-soir-a-Bruxelles-Moyen-Orient

    Luttes sociales et environnementales : entre instrumentalisation et reconfiguration Présentation - Débat Sarah Ben Néfissa, directrice de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et chercheuse associée au CETRI. Jonathan Piron, historien et politologue, chercheur au sein d’Etopia et spécialiste de l’Iran. Modération : Frédéric Thomas , chercheur au CETRI, coordinateur de l’ouvrage. Le « printemps arabe » est-il définitivement enterré ? Ne resteraient que les espoirs trahis, les guerres (...)

    #Le_Sud_en_mouvement

    / #Le_regard_du_CETRI, #Homepage_-_Actualités_à_la_une


  • Javad Zarif, le ministre iranien derrière l’accord sur le nucléaire démissionne
    Publié le 26/02/2019
    https://www.courrierinternational.com/article/diplomatie-javad-zarif-le-ministre-iranien-derriere-laccord-s

    Fait rare, Javad Zarif a annoncé sa décision sur Instagram, sans donner d’explication. Ministre des Affaires étrangères du président Rohani, il est dans le collimateur des conservateurs depuis que les États-Unis se sont retirés de l’accord sur le nucléaire.

    #Iran #Javad_Zarif

    • En Iran, le président Hassan Rohani refuse la démission de Mohammad Javad Zarif
      Première publication : 26/02/2019
      https://www.france24.com/fr/20190226-iran-hassan-rohani-refus-demission-mohammad-javad-zarif

      Démission refusée pour le chef de la diplomatie iranienne. Mardi 26 février, le président Hassan Rohani a rejeté la démission de son ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a révélé l’agence de presse iranienne Fars.

      « Toutes les interprétations, toutes les analyses sur les raisons qui seraient derrière la démission du ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, au-delà de ce qu’il a écrit sur son compte Instagram, ne sont pas pertinentes et, comme l’a dit aujourd’hui le directeur de cabinet du président (Rohani), cette démission n’a pas été acceptée », a indiqué le porte-parole du ministère Bahram Qasemi, dont les propos sont rapportés par Fars.

      Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif, cheville ouvrière de l’accord international sur le nucléaire iranien de 2015, avait annoncé lundi 25 février par un message sur Instagram qu’il démissionnait de son poste.

    • Rohani rejette la démission de Zarif
      OLJ/AFP - 27/02/2019
      https://www.lorientlejour.com/article/1159261/rohani-rejette-la-demission-de-zarif.html

      (...) « Manque de coordination »

      M. Zarif n’était présent à aucune des rencontres qu’a eues M. Assad avec M. Khamenei et M. Rohani, et Entekhab laisse entendre qu’il n’aurait pas apprécié d’être mis sur la touche.

      Présent lors de ces deux rencontres, le général de division, Ghassem Soleimani, chef de la Force Qods, branche extérieure des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique, a assuré que M. Zarif était « bien chargé de la politique étrangère » du pays, selon Sepah News, l’agence de presse des Gardiens.

      Pour le général Soleimani, symbole du soutien apporté par Téhéran aux autorités de Damas dans la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011, M. Zarif « a toujours été soutenu et apprécié par les plus hautes autorités du système, tout particulièrement par le guide suprême », écrit Sepah News.

      « Un manque de coordination au niveau du cabinet du président est à l’origine de l’absence du ministre des Affaires étrangères [lors des rencontres avec M. Assad] et par conséquent de ses récriminations », ajoute Sepah News en citant l’officier, pour qui « il n’y a eu aucune volonté délibérée d’écarter M. Zarif de ces rencontres ».

      Dans un message publié sur son compte Instagram quelques minutes après l’annonce présidentielle, M. Zarif remercie le « peuple iranien », « les élites et les responsables » pour « la généreuse affection » dont ils ont fait part à son égard depuis qu’il est en fonction, et « en particulier au cours des trois dernières heures » .

      « J’espère, ajoute-t-il, que le ministère des Affaires étrangères, avec l’aide [...] du guide suprême et du président, et sous leur supervision, pourra exercer toutes ses responsabilités dans le cadre de la Constitution et des lois du pays ».

      Selon des images de la télévision d’Etat, M. Zarif était présent mercredi matin à la cérémonie d’accueil, par M. Rohani, du Premier ministre arménien Nikol Pachinian, en visite officielle à Téhéran.

    • Le soutien de Soleimani renforce Zarif et isole les partisans de la ligne dure en Iran
      mars 3, 2019 Alexandra Allio De Corato
      http://actuarabe.com/le-soutien-de-soleimani-renforce-zarif-et-isole-les-partisans-de-la-ligne

      Il s’est avéré que la confiance dans le départ du ministre des Affaires étrangères était prématurée. Il retourne à son poste avec une légitimité et un pouvoir de décision renouvelés après avoir reçu l’appui d’un éventail d’élites dirigeantes de l’Iran.

      Surtout, l’éloge d’une personnalité publique qui a « refroidi » l’esprit des tenants de la ligne dure et qui a le plus contribué à renforcer la position de Zarif : Qasem Soleimani, commandant de la Force de Quds du Corps des Gardiens de la révolution islamique.

      Soleimani a soutenu Zarif en tant que « principal responsable de la politique étrangère » et a souligné qu’il a toujours eu le soutien de hauts responsables, notamment l’Ayatollah Ali Khamenei, le Guide suprême. Ses commentaires font écho à la lettre du président Hassan Rouhani rejetant la démission de M. Zarif, dans laquelle il déclare être d’accord avec son diplomate en chef sur le fait que le ministre des Affaires étrangères est « le plus haut responsable de la mise en œuvre de la politique étrangère du pays ».