country:iran

  • Le lancement début juin d’un blocus contre le #Qatar par l’Arabie Saoudite et ses alliés arabes conduira-t-il à un rapprochement stratégique entre la Turquie, allié inconditionnel de Doha, et l’Iran, qui partage un immense gisement gazier avec l’émirat ? Ankara et Téhéran se sont empressés d’assurer leur solidarité au Qatar et d’y envoyer par avion des biens de consommation, mais restent cependant opposés sur nombre de questions régionales, notamment en Syrie et en Irak. En janvier 2017, Le Monde diplomatique revenait sur la complexité — et le pragmatisme — des relations entre les deux pays.

    https://www.monde-diplomatique.fr/2017/01/DJALILI/56973 #st

    http://zinc.mondediplo.net/messages/72636 via Le Monde diplomatique


  • https://morgenbladet.no/sites/default/files/styles/full_width/public/39.jpg?itok=Ic9YSYad

    http://desordre.net/musique/lloyd.mp3

    Journée qui commence
    Sans heurt
    Charles Lloyd

    Pas sûr que l’on puisse construire
    Une journée sur la base
    D’un blues aussi déconstruit

    « Les homosexuels,
    Ça n’existe pas chez nous,
    En Iran »

    Conseil pour jeunes parents d’un enfant autiste
    Méfiez-vous des professionnels qui promettent
    Et soyez confiants envers les modestes

    Il n’est pas huit heures du matin
    Et tu as déjà écrit des mails
    A trois psychiatres !

    D’un mouvement rageur
    J’éteins la radio
    Pour les cinq prochaines années

    D’un mouvement rageur
    J’éteins la radio, j’en ai soupé
    D’éloges du nouveau président

    On nous démontre
    Par a + b
    La nécessité de se faire tondre

    Un café
    Avec Catherine
    Et un verre d’eau

    Éloge de l’amour
    D’Alain Badiou
    Dans l’espoir de guérir

    Les Beaux jours d’Aranjuez
    De Peter Handke, le texte,
    Pas le navet de Wim Wenders

    Une vieille dame s’écrit : « Voilà le 118 ! »
    Toi, tu mets bien plus longtemps
    Avant de voir son numéro

    Une vieille dame s’écrit : « Voilà le 118 ! »
    Son sourire qui me dit :
    « Elle a de bons yeux la vieille ! »

    Dans l’autobus
    Une toute jeune fille
    Lit Prosper Mérimée

    Tu retrouves ta maison
    Vide
    Ne pense plus à elle !

    Tu retrouves ta maison
    Vide et silencieuse
    Pas de nouveaux messages

    Tu retrouves ta maison
    Vide et silencieuse
    Et seul

    Pour aller à cette fête chez des amis
    Fais-toi beau, sens bon
    Souris

    http://desordre.net/musique/coleman.mp3

    D’Ornette Coleman, tu découvres
    Un morceau intitulé
    Rue Monsieur le Prince

    Tu as habité
    Rue Monsieur le Prince
    Où est mort Malik Oussékine

    Malik Oussékine
    Est mort
    Chirac est toujours vivant !

    Chirac est toujours vivant
    Ornette Coleman
    N’est plus

    Ornette Coleman
    Don Cherry
    Billy Higgins

    http://desordre.net/musique/haden.mp3

    Solitude,
    À la contrebasse,
    De Charlie Haden

    Gendarme,
    Jusqu’à la dernière relecture,
    Ta propension à faire le malin

    Hitler est encore vivant !
    Me confie une source sûre.
    Il aurait 128 ans aujourd’hui.

    Pour ne plus penser à elle
    C’est simple
    Tu dois travailler, écrire

    Fête chez Julien et Sabine
    Jeunes gens brillants
    Je suis assurément le plus vieux

    Arrivée de Sarah,
    Jérôme
    Et Karine, avec un K

    Oui, ils ont beaucoup souffert
    Ils ont aussi beaucoup fait souffrir aussi
    L’ex-Yougoslavie par Karine

    Karine t’apprend un nouveau mot
    Cynophobie
    Dont tu as longtemps souffert

    Tu penses trop à elle
    Hitler est vivant
    Les longs cheveux de Karine

    https://static1.squarespace.com/static/53f353f4e4b0dbe1ff73ced2/54a75e5ee4b0f4be674f527a/54a75e60e4b09569a13a65c0/1420254871533/2+Heartfield+Hitler.jpg

    #mon_oiseau_bleu


  • Suite de l’édito d’Ibrahim El-Amine d’hier sur la #nuit_torride, i.e. la crise dans le Golfe (interprétation personnelle) :
    On est parti pour un long conflit dont l’objectif est, clairement, la soumission totale du Qatar (comme une sorte de Bahreïn bis). Les 2 Mohammed croient en un soutien total des USA, qui se paieront sur la bête. Les grosses boîtes qui bossent dans le Golfe vont bientôt devoir choisir entre un camp ou un autre. ¨Pour les 2M, le soutien de la Turquie et de l’Iran c’est également tout bénéf car cela conforte leurs attaques contre le « vilain petit Qatar ». Du côté du petit émirat, des craintes se font sentir chez ceux qui pensent que la situation ne pourra pas être supportée ainsi longtemps. Au Qatar, on sait que le salut viendra des USA. En tout état de cause, cette crise dépasse le niveau habituel dans le Golfe, il s’agit bien pour certains de sauver leur trône...
    الغليان ــ 2 أمراء الفوضى | الأخبار
    http://al-akhbar.com/node/279353


  • Au moins c’est franc. L’ambassadeur des Emirats en Russie affirme que la liberté de la presse ne fait pas partie des objectifs de son pays.

    UAE ambassador threatens further sanctions against Qatar | World news | The Guardian

    https://www.theguardian.com/world/2017/jun/28/uae-ambassador-threatens-further-sanctions-against-qatar

    Ghobash said he understood there was a risk that Qatar was being forced into a closer relationship with Iran. “We are asking Qatar to make a choice and we realise they may choose to take the route to Iran, and we are willing to accept the consequences of that.”

    Asked whether the closure of al-Jazeera was a reasonable demand, he said: “We do not claim to have press freedom. We do not promote the idea of press freedom. What we talk about is responsibility in speech.

    “Freedom of speech has different constraints in different places. Speech in our part of the world has a particular context, and that context can go from peaceful to violent in no time simply because of words that are spoken.”


  • Cherry Picking Intelligence For War in the Middle East? Here We Go Again - Defense One
    http://www.defenseone.com/ideas/2017/06/cherry-picking-intelligence-war-middle-east-here-we-go-again/139030

    Will Trump follow the Bush playbook and start a war with #Iran?

    The ingredients are in place for the United States to repeat a scenario that has cost us dearly in the past: the misuse of intelligence to muster public support for an unwise war. Fifteen years ago, Bush administration officials led the nation to invade Iraq based on their own political agenda more than facts. This time the adversary would be Iran,  the target of unrelenting hostility from the Trump administration.

    #Etats-Unis #guerre #mensonges


  • Bruits de bottes en Syrie après que les USA ont cru deviner de posibles menaces de risques potientiels d’éventuelles attaques chimiques. Al-Mayadeen (et d’autres sources) signalent un fort traffic aérien d’avions espion, ce qui pourrait être le prélude à quelque chose. L’Iran est presque menaçant vis-à-vis d’une « initiative unilatérale », les Russes grincent des dents en rappelant les précédents de Bush... Dans les Izvestia, Erdogän laisse entendre que les Turcs pourraient bien intervenir dans le nord de la Syrie.

    الميادين | الأخبار - ترتيبات لحدث ما؟ مصادر للميادين : تسجيل حركة جوية أميركية غير اعتيادية فوق سوريا
    http://www.almayadeen.net/news/politics/59663/ترتيبات-لحدث-ما--مصادر-للميادين--تسجيل-حركة-جوية-أميركية-غير

    #syrie #catastrophe_arabe


  • Edito d’Ibrahim al-Amine
    « Bouillements. Peur d’Israël et des USA des développements en Syrie »

    الغليان ــ1 ذعر أميركي وإسرائيلي من تطورات سوريا | الأخبار
    http://al-akhbar.com/node/279312

    Après avoir décliné les différents éléments qui ajoutent aux tensions sur le terrain avec une plus grande participation armée des puissances exétérieures (Russie, Turquie, Iran, USA, Israël), l’auteur évoqu en 4 points la possibilité d’un « action quelconque » israélo-US, à savoir que
    1 - les USA ont fait savoir qu’ils étaient prêts à intervenir directement en cas d’attaque contre leurs alliés à la frontière jordano-syrienne
    2 - des diplomates occidentaux ont fait savoir aux dirigeants libanais qu’Israël était très inquiet du renforcement militaire du Hezbollah [on parle ailleurs ce jour de fabriques - secrètes naturellement - d’armes perfectionnées au Liban]
    3 - les USA cherchent à augmenter les sanctions contre toute personne ou institution collaborant avec le Hezbollah
    4 - on s’inquiète aux USA et dans le Golfe de savoir où vont aller les cadres du Hamas après Qatar (Syrie ? Liban ?), sachant que le Hezbollah a tout intérêt à se coordonner avec eux...


  • The Gulf Crisis and Palestine | رأي اليوم
    http://www.raialyoum.com/?p=699876

    Secondly, Hayya declared that Hamas takes a position of neutrality in the current Gulf crisis. ‘We want balanced relations with everyone because we are not part of this crisis and we have been (unfairly) implicated in it,’ he explained. What this means in practice is that Hamas is not standing in Qatar’s trench, despite Doha’s consistent and longstanding backing for the movement. Hamas has learned lessons from the Syrian crisis – in which its loyalties were initially torn between a supportive regime in Damascus and fellow Islamists in the opposition — and is determined not to repeat previous mistakes.

    Third, Hayya described his movement’s relations with Iran as ‘balanced and good’, adding that ‘we seek to develop them’ and that ‘we value Iranian efforts in support of the Palestinian cause.’ This suggests that a significant rapprochement between Hamas and Tehran is imminent.

    Fourth, he said Hamas was involved in discussions with all Palestinian parties and factions with the aim of forming a so-called ‘National Salvation Front’. The implication is that this body could serve as an alternative or parallel structure to the Palestine Liberation Organization (PLO).


  • Why don’t deficit hawks care about the cost of military adventurism?
    http://www.latimes.com/opinion/op-ed/la-oe-johnson-deficit-welfare-military-20170626-story.html

    In the Democratic primary debates and in press conferences, Sen. Bernie Sanders was grilled on “how he would pay” for his free college and healthcare plans over and over again. Putatively liberal publications including the New Yorker and Vox decried Sanders’ “vague and unrealistic” price projections. But nobody asked his challenger, Secretary of State Hillary Clinton, how she would pay for the “no-fly zone” in Syria she championed that, according to the Pentagon, would require at least 70,000 servicemen and dozens of aircraft.

    Defense budgets and those that pad them operate in an alternate universe where military spending, somehow, isn’t spending.
    Similarly in the presidential debates, billionaire Pete Peterson’s pro-Social Security privatization group, the “bipartisan” Committee for a Responsible Federal Budget, was mentioned twice by the moderators (that’s twice more than climate change) in the context of deficits and the alleged impending insolvency of Social Security. Yet none of the 178 mentions of Russia, 71 mentions of Syria, or 67 mentions of Iran had anything to do with costs to the U.S. Treasury.


  • Freemuse at Roskilde Festival: Let Women Sing

    http://mailchi.mp/freemuse/n84pcycngf-1723277?e=d07c55508d

    Freemuse will focus on the very violent and direct restrictions women musicians face in countries such as Iran, Saudi Arabia and Afghanistan, as well as the censorship female musicians are affected by in countries such as Egypt, Tunisia, Nigeria, Somalia and Tanzania – especially when it comes to requirements of attire and body movements when they perform and record music videos.

    #musique #censure


  • #Une_Métamorphose_iranienne

    Le cauchemar de Mana Neyestani commence en 2006, le jour où il dessine une conversation entre un enfant et un cafard dans le supplément pour enfants d’un hebdomadaire iranien. Le problème est que le cafard dessiné par Mana utilise un mot azéri. Les azéris, un peuple d’origine turc vivant au nord de l’Iran, sont depuis longtemps opprimés par le régime central. Pour certains, le dessin de Mana est la goutte d’eau qui fait déborder le vase et un excellent prétexte pour déclencher une émeute. Le régime de Téhéran a besoin d’un bouc émissaire, ce sera Mana. Lui et l’éditeur du magazine sont emmenés dans la Prison 209, une section non-officielle de la prison d’Evin, véritable prison dans la prison sous l’administration de la VEVAK, le Ministère des Renseignements et de la Sécurité Nationale. Ce n’est pas un endroit très agréable..
. Alors que le deux hommes subissent des semaines d’isolement et d’interrogatoires, les azéris organisent de nombreuses manifestations anti-gouvernementales. Les autorités font tirer sur les manifestants, faisant de nombreuses victimes. Pour les autorités, tout est de la faute de Mana.

    Au bout de deux mois de détention, Mana obtient enfin un droit de sortie temporaire. Il décide alors de s’enfuir avec sa femme. Après un long périple qui les fera passer par les Émirats Arabes Unis, La Turquie et la Chine, ils parviendront à atteindre la Malaisie pour s’y installer avant de rejoindre Paris en 2010. Bouleversant, Une Métamorphose iranienne est une plongée en apnée dans le système totalitaire kafkaïen mis en place par le régime iranien.

    http://www.caetla.fr/local/cache-vignettes/L315xH441/arton74-48013.jpg
    http://www.caetla.fr/Une-Metamorphose-iranienne
    #Mana_Neyestani #BD #livre #journalisme #presse #dessin_de_presse #Iran #Evin #prison #emprisonnement #détention


  • Le Liban face aux développements régionaux - Scarlett HADDAD - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1058828/le-liban-face-aux-developpements-regionaux.html

    Mais le développement le plus important est venu de Téhéran avec le lancement de plusieurs missiles de moyenne portée à partir de l’Iran vers un siège de l’EI à Deir ez-Zor. En principe, les autorités iraniennes ont voulu riposter aux attaques terroristes, revendiquées par Daech, qui ont frappé leur pays il y a une dizaine de jours. Mais la réalité est que les autorités iraniennes ont profité de cette attaque pour envoyer des messages précis à plusieurs destinataires. Selon des sources proches du Hezbollah, les Iraniens auraient pu riposter par une attaque ciblée ou par une avancée des troupes alliées sur un des fronts syriens, comme ils le font généralement. Mais, cette fois, ils ont sciemment voulu utiliser ces missiles à moyenne portée d’une grande précision dans la destruction de leurs cibles pour montrer à l’administration américaine, mais aussi aux Israéliens et aux pays du Golfe, qu’il ne sera pas facile d’attaquer l’Iran ou même ses alliés.


  • La France près de vendre 64 Mirage F1... aux Etats-Unis
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/la-france-pres-de-vendre-64-mirage-f1-aux-etats-unis-741119.html
    https://static.latribune.fr/full_width/744940/mirage-f1-france-draken-atac-dassault.jpg

    La France devrait vendre 64 vieux Mirage F1 à une des deux sociétés de services américaines, Draken International ou Airborne Tactical Advantage Company (ATAC)
    […]
    Draken, qui dispose déjà d’une flotte de 80 avions de combat, et ATAC proposent à l’armée de l’air (USAF) et à la Marine (US Navy) des avions de combat pour la formation de pilotes de chasse (tactique, simulation de menaces, soutien tactique air-sol, ravitaillement air-air...)


  • Saudi Arabia’s new crown prince Mohammed bin Salman is good news for Israel and U.S.

    Saudi crown prince Bin Salman agrees with U.S. on Russia, Assad, Iran and ISIS and according to some reports, he’s also met with top Israeli officials

    Zvi Bar’el Jun 21, 2017
    read more: http://www.haaretz.com/middle-east-news/.premium-1.797007

    New Crown Prince Mohammed bin Salman’s appointment as Saudi Arabia’s heir apparent was only a matter of time. The “boy,” who will mark his 32nd birthday in August, has been leading the country de facto anyway. He already calls the shots on foreign policy. Many expect that in the not-too-distant future, King Salman, who is ill, will step down and hand the scepter to his son.
    Bin Salman has been undergoing training for the throne since Salman’s coronation two and a half years ago, both through foreign missions carried out on behalf of his father, and also through the war in Yemen that – as defense minister – he planned and carried out (albeit not particularly successfully).
    >>Former U.S. Ambassador to Israel Dan Shapiro: The impulsiveness of the king-in-waiting should worry Israel and the U.S.
    Before the new crown prince’s advent, his cousin, Mohammed bin Nayef, had been in charge of relationships with Washington, especially with the CIA. In short order, Nayef was pushed out and the Americans understood exactly who the strong man in town was.
    Bin Salman became the contact not only between the kingdom and Washington, but also with Russia: the new heir met with President Vladimir Putin several times to coordinate policy on Syria and Iran.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    Until now, Mohammed bin Salman has been good news for Israel and the United States, as his firm anti-Iranian positions make him an important partner – and not only in the struggle against Iran. Bin Salman agrees with America on the need to thwart Russian influence in the region; to topple President Bashar Assad’s regime in Syria; and to act firmly against ISIS and other radical organizations, from the Muslim Brotherhood to Hezbollah. During the last two years, several Arab websites have reported that bin Salman also met with top Israelis.

    File photo: US President Donald Trump and Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman in the White House on March 14, 2017.NICHOLAS KAMM/AFP
    >> Cluster bombs and yachts: 5 things you should know about Saudi Arabia’s new crown prince
    According to these reports, one such meeting took place in Eilat in 2015; another on the margins of the Arab summit in Jordan this March, and there are regular meetings between Saudi and Israeli officers in the joint war room where Jordan, Saudi Arabia and the United States coordinate. What is not yet known is to what extent Bin Salman can and might want to advance the peace process between Israel and the Palestinians, as part of U.S. President Donald Trump’s plan, and whether he can turn around relations between Israel and Saudi Arabia.
    In a series of tweets this week, the Saudi blogger known as “Mujtahidd” revealed a “plot” by Crown Prince bin Salman and the heir to the Abu Dhabi throne, Mohammed bin Zayed Al Nahyan, to stage a coup in Qatar.
    Mujtahidd – many of whose tweets have proven accurate, and who apparently relies on whispers from the Saudi Arabia monarchial court – wrote, among other things, that the two heirs intended to send Blackwater mercenaries (of Iraqi notoriety) to Qatar, together with forces from the UAE, to seize the government. After that, somebody from the ruling Al-Thani family who would be loyal to them would be appointed. Thusly, according to Mujtahidd, the two thought to reduce the crisis and bend Qatar to Saudi Arabia’s will. Based on these tweets, it was the United States that pressed, indirectly, to torpedo the notion.
    By the way, this information has not been verified, and there is no certainty that these tweets rely on any actual fact. But what is unquestionable is the depth of relations between the two young heirs, a relationship that has created an axis of youth confident of the global mission – or at least Arab mission – placed on their shoulders, and confident that none but them are suited to run the Middle East.

    Saudi Arabia’s King Salman bin Abdulaziz Al Saud (R) talks with Iraqi Prime Minister Haider al-Abadi in Jeddah, Saudi Arabia, June 19, 2017. HANDOUT/REUTERS
    This is a new generation that includes the ruler of Qatar, Tamim bin Hamad Al Thani, 37. It is a generation that came late to the Gulf states, having been predated by youthful leaders in Morocco, Jordan and Syria.
    Arab leaders like Egyptian President Abdel-Fattah al-Sissi and King Abdullah have felt the whip of Saudi foreign relations. Both have been lashed over their “behavior” – and they were punished, too. Saudi Arabia cut off the oil supply to Egypt six months ago because of Cairo’s support for the Russian proposal on Syria, and because what Saudi Arabia felt was Egypt’s retreat from the proposal to return the Sanafir and Tiran islands in the Red Sea to it. Saudi Arabia also suspended aid to Jordan until recently because Jordan refused to let Gulf forces operate from its territory against Syrian forces.

    Mohammed bin Salman, newly appointed as crown prince, left, kisses the hand of Prince Mohammed bin Nayef, June 21, 2017./AP
    But the hardest blow was suffered, of course, by Qatar, which was declared non grata by the Gulf nations, Egypt, Yemen and Jordan, which turned the terrestrial and aerial blockade of the Gulf state into an economic one.
    The new crown prince was the living spirit behind all these decisions, which required no more than a formal nod from his father.
    The appointment, which has passed without opposition so far, and with the overwhelming support of the Allegiance Council (which, under the constitution, has the power to approve the appointment of heirs) is not expected to cause any new jolts in the kingdom.
    Potential opponents have already been “summoned for a chat” in the king’s court. The new interior minister, Abdulaziz bin Saud bin Nayef, is another youngster, just 34, and is very close to Mohammed bin Salman. From now on, he will be the one responsible for managing the struggle against internal terrorism. He will also be the crown prince’s partner in oppressing subversion.
    To gratify the subjects ahead of the change, King Salman announced the extension of Id al-Fitr (to mark the end of Ramadan) by another week. He also returned all the financial emoluments that were recently taken away from government and army officials. A pay raise is a time-honored way of maintaining quiet calm in the Saudi kingdom.



  • Israël financerait discrètement des groupes de rebelles syriens dans le Golan — RT en français – 19 juin 2017, 15:52
    https://francais.rt.com/international/39975-israel-financerait-discretement-groupes-rebelles-syriens-dans-le-
    https://cdn.rt.com/french/images/2017.06/original/5947b291c36188b1678b457e.jpg

    Selon le Wall Street Journal, l’armée israélienne fournirait de manière confidentielle de l’aide humanitaire et financière à plusieurs groupes de rebelles syriens installés dans le Golan, notamment afin de permettre aux combattants de s’armer.

    Une enquête du Wall Street Journal révèle qu’Israël fournit de l’aide à plusieurs groupes de rebelles syriens, dans la région frontalière du plateau du Golan, occupé depuis 1967 par Israël. Citant des membres de ces groupes de combattants ainsi que des responsables israéliens informés des contours de cette aide très discrète, le journal affirme qu’Israël finance la lutte de ces derniers contre Bachar el-Assad.

    Selon les journalistes, Israël a ainsi mis sur pied une unité dédiée à cette mission en 2016. Son objectif serait de coordonner le transfert d’argent et de matériel humanitaire permettant à ces groupes rebelles de rémunérer leurs soldats, d’acheter des armes et des munitions, ainsi que de se soigner. Certains groupes percevraient ainsi 5 000 dollars mensuels pour régler ces dépenses de fonctionnement nécessaires à la poursuite de leurs activités.

    Décrit comme un « engagement secret », le déploiement de cette stratégie s’inscrit dans la ligne de la politique étrangère israélienne dans la région, marquée par une défiance vis à vis de l’Iran, allié du gouvernement syrien, et un conflit ouvert contre le Hezbollah, qui combat lui aussi l’Etat islamique aux côtés des troupes de Bachar el-Assad et de ses alliés.

    « Israël nous apporte une aide héroïque », s’enthousiasme un représentant du groupe Fursan al-Joulan (également connu sous le nom de Moatasem al-Golani, (les Chevaliers du Golan) et qui compte près de 400 combattants), selon des propos rapportés par le Wall Street Journal. « Nous n’aurions jamais survécu sans Israël », estime-t-il. Selon Liwaa Ousoud al-Rahman, combattant au sein d’une autre organisation, « la plupart des gens veulent coopérer avec Israël » parmi les groupes rebelles.

    De fait, la coopération entre Israël et ces combattants opposés au gouvernement syrien aurait débuté en 2013, selon Abou Souhayb, pseudonyme d’un des représentants de ces groupes rebelles. D’abord limitée à l’aide humanitaire, l’action d’Israël se serait ensuite étendue à un soutien financier, avant de susciter l’intérêt d’autres formations, qui se sont à leur tour, tournées vers l’Etat voisin.

    En réponse à ces révélations, l’armée israélienne a réagi. Sans démentir ni confirmer, un porte parole de Tsahal a déclaré au Times of Israel qu’Israël était « engagé dans une opération de sécurisation de ses frontières », avec pour but la neutralisation d’éventuelles cellules terroristes dans cette zone. « Par ailleurs, nous fournissons de l’aide humanitaire aux Syriens qui vivent dans la région », a-t-il ajouté.

    #Israël–Syrie
    Israël aide en secret des groupes rebelles syriens (média US)
    https://www.i24news.tv/fr/actu/international/moyen-orient/148265-170619-israel-aide-en-secret-des-groupes-rebelles-syriens-medias-us

    https://seenthis.net/messages/608029


  • Report
    64 Years Later, CIA Finally Releases Details of Iranian Coup

    http://foreignpolicy.com/2017/06/20/64-years-later-cia-finally-releases-details-of-iranian-coup-iran-tehr
    New documents reveal how the CIA attempted to call off the failing coup — only to be salvaged at the last minute by an insubordinate spy.
    https://foreignpolicymag.files.wordpress.com/2017/06/gettyimages-160316677.jpg?w=960&h=460&crop=1
    “Declassified documents released last week shed light on the Central Intelligence Agency’s central role in the 1953 coup that brought down Iranian Prime Minister Muhammad Mossadegh, fueling a surge of nationalism which culminated in the 1979 Iranian Revolution and poisoning U.S.-Iran relations into the 21st century.

    The approximately 1,000 pages of documents also reveal for the first time the details of how the CIA attempted to call off the failing coup — only to be salvaged at the last minute by an insubordinate spy on the ground.

    Known as Operation Ajax, the CIA plot was ultimately about oil. Western firms had for decades controlled the region’s oil wealth, whether Arabian-American Oil Company in Saudi Arabia, or the Anglo-Iranian Oil Company in Iran. When the U.S. firm in Saudi Arabia bowed to pressure in late 1950 and agreed to share oil revenues evenly with Riyadh, the British concession in Iran came under intense pressure to follow suit. But London adamantly refused.

    So in early 1951, amid great popular acclaim, Mossadegh nationalized Iran’s oil industry. A fuming United Kingdom began conspiring with U.S. intelligence services to overthrow Mossadegh and restore the monarchy under the shah. (Though some in the U.S. State Department, the newly released cables show, blamed British intransigence for the tensions and sought to work with Mossadegh.)

    The coup attempt began on August 15 but was swiftly thwarted. Mossadegh made dozens of arrests. Gen. Fazlollah Zahedi, a top conspirator, went into hiding, and the shah fled the country.

    The CIA, believing the coup to have failed, called it off.”


  • U.S. Will Lose Syria to Iran and Abandon Kurdish Allies, Former Ambassador Says
    http://www.newsweek.com/us-military-kurds-lose-iran-syria-former-ambassador-627395

    Robert Ford, who served as envoy to Syria under former President Barack Obama from 2011 through 2014, said during an interview Monday with the London-based Arabic-language newspaper Asharq Al-Awsat that “Obama did not leave the Trump administration many options to achieve its goal” of defeating the Islamic State militant group (ISIS) and curbing Iran’s foothold in the region. While Iran and Russia back Syrian President Bashar al-Assad against various insurgents and jihadists trying to topple him, the U.S. supports an irregular coalition, the Syrian Democratic Forces, made up mostly of Kurds, but including other ethnic minorities and Arabs. Despite the group’s recent successes in storming ISIS’s de facto capital of Raqqa, Ford said “the game was finished” for U.S. plans to overthrow Assad or compete with Iran’s success in the country.

    (...) The Syrian Democratic Forces were mostly neutral in the battle between pro- and anti-Syrian government forces, but tensions have risen between the U.S. and pro-Syrian government forces that now share extensive front lines since ISIS’s collapse on multiple fronts. Recent clashes between the Syrian army and the Syrian Democratic Forces were followed by the U.S.’s unprecedented decision to shoot down a Syrian military jet it claimed was operating too close to positions held by the Syrian Democratic Forces. Siding with the U.S,, however, will turn out to be a grave mistake for the Kurds, according to Ford. He said U.S. support for Kurds would disappear, as it did in post-invasion Iraq, after ISIS was defeated in Raqqa and in other areas.

    “[The U.S.] will not defend the Kurds against Assad’s forces,” the former envoy said. “What we’re doing with the Kurds is not only politically stupid, but immoral.”

    Syrian Kurds are making their biggest mistake in trusting the Americans,” he added.

    De fait, on peut imaginer que ce seront les Kurdes qui finiront par payer la note en #syrie, même si c’est immoral comme le dit un ex-ambassadeur qui s’y connaît dans ce domaine...



  • UN sees spike in meetings between Israeli army, Syrian rebels, warns of escalation -

    Israel says the meetings are held for humanitarian purposes, but the UN warns they could trigger clashes between rebels and the Syrian army

    Barak Ravid Jun 19, 2017
    read more: http://www.haaretz.com/israel-news/1.796536

    During the last seven months, the United Nations Disengagement Observer Force has noted a significant escalation in contact and interactions between Israeli armed forces and rebel organizations along Israel’s border with Syria, chiefly in the area of Mt. Hermon, says a report released in recent days by UN Secretary-General Antonio Guterres to the members of the UN Security Council.
    The report expressed Guterres’ concern, for the first time, that the interactions between the Israelis and the rebel organizations could lead to escalation, causing harm to UN observers.
    Published on June 8, the United Nations report describes the activity of the UN observers from March 2 to May 16. Every few days during that time, they observed meetings and contacts between the Israel Defense Forces and the rebels in the area of the border, including by the Hermon. Altogether they listed at least 16 such meetings in that time.
    The meetings took place in proximity to UN outposts in the Mt. Hermon area, in the area of Quneitra and in the central Golan Heights, near moshav Yonatan.
    “Relative to the previous reporting period, there has been a significant increase in interaction between Israel Defense Forces soldiers and individuals from the Bravo side, occurring on four occasions in February, three in March, eight in April and on one occasion in May,” the report stated, referring to the Syrian side of the border.

    Members of the United Nations Disengagement Observer Force (UNDOF) ride armored personnel carriers (APCs) in the Israeli-occupied Golan Heights before crossing into Syria, August 31, 2014.Reuters
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    That increase in the number of interactions between Israeli soldiers and representatives of the rebels continues a trend evident in the previous report, which had been published on March 17. That report covered the period between November 18, 2016, and March 1, 2017, and listed at least 17 interactions along the Golan border, including in the vicinity of the Hermon.

    Leonardo DiCaprio convinces Mexico to help save porpoises
    Sponsored By Connatix
    Leonardo DiCaprio is out to save the environment, one species at a time if he has to, and his efforts have now convinced the ...
    According to both reports, UN observers saw 33 interactions between Israeli and rebel representatives over the last seven months.
    In comparison, only two such meetings took place from August 30 to November 16 of last year according to UN reports, and they were only by the border, not by the Hermon.
    One topic addressed in the latest report was meetings that took place in the area of the Hermon in the last three months. It stated that all such meetings happened in the vicinity of one of the IDF outposts there and all followed the same pattern: Unidentified people apparently affiliated with the rebel organizations, some of them armed, arrived at the IDF outpost accompanied by mules, and were greeted by the soldiers.
    “In some instances, personnel and supplies were observed to have been transferred in both directions. On all occasions, the unknown individuals and mules returned to the Bravo side,” the report stated.
    The UN secretary general clarified in the report that the nature of the interactions could not be observed.
    “The Israel Defense Forces have stated that the interactions were of a humanitarian and medical nature,” the report said.
    Israel contends that all the interactions with rebel representatives on the Syrian side were for humanitarian reasons, but in recent months the UN has started to view these interactions askance and began to warn they could lead to escalation. The report especially noted concern about the meetings around the Hermon, which the UN secretary-general defined as an area of strategic importance.
    “Interaction between the Israel Defense Forces and unidentified individuals from the Bravo side, including in the area of Mount Hermon, has the potential to lead to clashes between armed elements and the Syrian Arab Armed Forces. I reiterate my call to both parties to the Disengagement of Forces Agreement regarding the requirement to maintain stability in the area. All military activities in the area of separation conducted by any actor pose a risk to the ceasefire and to the local civilian population, in addition to the United Nations personnel on the ground,” the secretary-general wrote in the report.
    The UN secretary-general’s latest report on the activities of the UN observers on the Golan Heights, as well as the three preceding reports, criticized the Syrian army for bringing heavy weapons to the area of the border, violating the disengagement agreement. The UN also criticized Israel for the same thing.
    According to the last four reports, in the last year the IDF has kept one or two batteries of the Iron Dome system in the Golan, and also holds heavy 155mm cannons and rocket launchers in the area, in violation of the disengagement agreement with Syria. UNDOF has protested the violations to both sides.
    On Sunday, The Wall Street Journal reported Israel has been secretly providing aid to Syrian rebels in the Golan Heights for years, with the goal of maintaining a buffer zone of friendly forces to keep ISIS and forces aligned with Iran at bay.


  • En quelques heures, les tensions internationales montent d’un cran en Syrie - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1057941/en-quelques-heures-les-tensions-internationales-montent-dun-cran-en-s

    L’aviation américaine abat un chasseur syrien, des affrontements ont lieu entre les troupes gouvernementales et les rebelles soutenus par les Etats-Unis, l’Iran annonce des tirs de missiles dans la région de Deir ez-Zor.

    • Россия приостановит действие меморандума с США по полетам над Сирией
      https://ria.ru/syria/20170619/1496826209.html
      https://cdn2.img.ria.ru/images/149495/64/1494956431.jpg

      Минобороны РФ с 19 июня прекращает взаимодействие с США в рамках меморандума о предотвращении инцидентов в небе над Сирией, говорится в сообщении российского оборонного ведомства.

      Авиация возглавляемой США коалиции по борьбе с ИГ сбила сирийский Су-22 в провинции Ракка после того, как тот якобы сбросил бомбы вблизи позиций SDF, сообщили ранее в коалиции. Дамаск заявил, что самолет сирийских ВВС выполнял задание против ИГ.

      «Министерство обороны Российской Федерации с 19 июня с.г. прекращает взаимодействие с американской стороной в рамках меморандума о предотвращении инцидентов и обеспечении безопасности полетов авиации в ходе операций в Сирии и требует тщательного расследования американским командованием с предоставлением его результатов и принятых мерах», — говорится в сообщении Минобороны РФ.

    • En angliche: Russian military halts Syria sky incident prevention interactions with US as of June 19
      https://www.rt.com/news/393028-syria-russia-us-plane

      “In the areas of combat missions of Russian air fleet in Syrian skies, any airborne objects, including aircraft and unmanned vehicles of the [US-led] international coalition, located to the west of the Euphrates River, will be tracked by Russian ground and air defense forces as air targets,” the Russian Ministry of Defense stated.

      Downing the military jet within Syrian airspace “cynically” violates the sovereignty of the Syrian Arab Republic, Russian military said.

      The actions of the US Air Force are in fact “military aggression” against Syria, the statement adds.

      The ministry emphasized that Russian warplanes were on a mission in Syrian airspace during the US-led coalition’s attack on the Syrian Su-22, while the coalition failed to use the communication line to prevent an incident.

      “The command of the coalition forces did not use the existing communication channel between the air commands of Al Udeid Airbase (in Qatar) and the Khmeimim Airbase to prevent incidents in Syrian airspace.”

    • Syria conflict : Russia issues warning after US coalition downs jet - BBC News
      http://www.bbc.com/news/world-middle-east-40329036

      Any aircraft, including planes and drones belonging to the international coalition operating west of the Euphrates river, will be tracked by Russian anti-aircraft forces in the sky and on the ground and treated as targets,” the Russian defence ministry said.
      It denied the US had used a communications channel before the Su-22 fighter bomber was downed.
      […]
      Russia’s ministry of defence has responded sharply. In addition to the usual rhetoric - the charge that the US is violating Syrian sovereignty and breaking international law - there is a practical step - the immediate suspension of the co-ordination channel set up to avoid clashes between US and Russian forces.

      There is a threat too, namely that in areas where Russian aircraft are operating, coalition drones and aircraft west of the Euphrates river will be tracked and “treated as targets”. It should be noted that the co-ordination mechanism has generally worked well and its operation is as much in Moscow’s as Washington’s interest.

      Dans la déclaration de S. K. Choïgou (non nommé dans la dépêche) il ne s’agit pas d’une « menace » mais d’un état de fait.


  • Israel, Saudi Arabia are reportedly negotiating economic ties
    Ties between Israel and Saudi Arabia, two of Iran’s staunchest enemies, would start small, The Times reports

    Haaretz Jun 17,
    read more: http://www.haaretz.com/middle-east-news/1.796215

    Saudi Arabia and Israel are negotiating the establishment of economic ties, The Times reported on Saturday. 
    The British daily quoted Arab and American sources as saying that the first steps toward ties between two of Iran’s staunchest enemies would start small, including allowing Israeli businesses to operate in the Gulf and letting Israel’s El Al airline fly over Saudi airspace.
    >> Get all updates on Israel, Trump and the Palestinians: Download our free App, and Subscribe >>
    But it also cited sources close to Saudi Arabia as saying that improved relations between the two countries are nothing more than wishful thinking on the part of the White House in the wake of President Trump’s promise to reach the “ultimate” peace deal in the Middle East.
    The report said the prospect has caused discord in the Trump administration. Jared Kushner, Trump’s adviser and son-in-law, has grown close to Mohammed bin Salman, the Saudi deputy crown prince, and the two have reportedly discussed improved ties with Israel as a step toward Israeli-Palestinian peace. In contrast, Trump’s envoy to the Middle East, Jason Greenblatt, is favoring a more traditional approach to the peace process. 
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    According to the report, the Palestinians are opposed to the idea, fearing it would normalize ties between Arab states and Israel without ensuring the establishment of a Palestinian state.


  • Trade talks between Israel and Saudi Arabia mark a historic first
    https://www.thetimes.co.uk/article/saudi-trade-talks-with-israel-is-historic-first-mrqb25j88

    Saudi Arabia and Israel are in talks to establish economic ties, a dramatic move that would put the Jewish state on a path to normal relations with the bastion of Sunni Islam and guardian of the two sacred Muslim cities.

    Arab and American sources said that the links would start small: allowing Israeli businesses to operate in the Gulf, for example, and letting El Al, the national airline, fly over Saudi airspace.

    However, any such progress would bolster the alliance between Iran’s two most implacable enemies and change the dynamics of the many conflicts destabilising the Middle East.

    The possibility of closer ties with Israel would partly explain why Saudi Arabia and its allies have imposed a sweeping blockade on Qatar, in an effort to…


  • White House Officials Push for Widening War in Syria Over Pentagon Objections | Foreign Policy
    http://foreignpolicy.com/2017/06/16/white-house-officials-push-for-widening-war-in-syria-over-pentagon-ob

    A pair of top White House officials is pushing to broaden the war in Syria, viewing it as an opportunity to confront Iran and its proxy forces on the ground there, according to two sources familiar with the debate inside the Donald Trump administration.

    Ezra Cohen-Watnick, the senior director for intelligence on the National Security Council, and Derek Harvey, the NSC’s top Middle East advisor, want the United States to start going on the offensive in southern Syria, where, in recent weeks, the U.S. military has taken a handful of defensive actions against Iranian-backed forces fighting in support of Syrian President Bashar al-Assad.

    Their plans are making even traditional Iran hawks nervous, including Defense Secretary James Mattis, who has personally shot down their proposals more than once, the two sources said.


  • Un faux prophète | ARTE Radio
    https://www.arteradio.com/son/61658673/un_faux_prophete

    Un « radicalisateur » raconte 10 années de #prison à fabriquer des djihadistes.
    Dans les années 90, Mohamed se radicalise en prison au contact de musulmans salafistes. Devenu imam autoproclamé, il exhorte à son tour des détenus à partir faire le djihad. A 40 ans, après 20 ans à l’ombre, celui que les surveillants surnommaient « Oussama Ben Laden » a aujourd’hui décroché et est sur la voie de la réinsertion. Il raconte le processus d’embrigadement derrière les barreaux, favorisé par la #violence et le #racisme à l’œuvre dans la détention.

    Super reportage où il apparaît très clairement que le système carcéral est un système qui accélère le basculement et la communauté créée par le groupe de coreligionnaires fait fonction de groupe sûr qui sera là quoi qu’il arrive. Cette communauté fait le travail social qui incomberait à l’État s’il faisait ce qui est dans ses prérogatives.
    La phrase qui résume tout : « Comment tu veux éduquer les gens par la souffrance ? »
    Le problème est fondamentalement que leur but n’est pas d’éduquer les gens. Par contre le problème des oligarques c’est de ne pas se rendre compte que cela crée une situation de quasi guerre civile qui finira bien par les emporter.
    Comme le rappait si bien Kery James à l’époque : « L’Amour nous a rayés »
    #islam #embrigadement #radio #audio

    • Cette communauté fait le travail social qui incomberait à l’État s’il faisait ce qui est dans ses prérogatives.

      Ben non. Ce qui fait défaut c’est des formes de socialisation, de reconnaissance et d’entraide qui soient à la fois affirmatives et conflictuelles, des communautés de lutte aptes à affronter la gestion des replis identitaires dont l’État fait son miel. C’est sur le blocage (soigneusement entretenu) de l’inventivité sociale que prospèrent ces organisations fascistes.

    • Pourtant c’est très clair quand Mohamed explique qu’à la sortie de prison, pouvoir être pris en charge, savoir où tu vas dormir, que tu vas pouvoir avoir à manger et pas te retrouver à la rue si tu fais partie des « frères mus » ça fait toute la différence et là le gars sait qu’il a un groupe derrière lui. On peut comparer à son expérience de la sortie à lui, ses difficultés et le fait qu’il ait tenu parce qu’il avait entamé de lui même un très gros travail de remise en question, ce qui est une exception.
      Quand il explique aussi le rapport au système scolaire excluant.
      Je ne comprends même pas de quoi tu parles quand tu dis

      des communautés de lutte aptes à affronter la gestion des replis identitaires dont l’État fait son miel.

      Je ne vois pas pourquoi tu parles de repli identitaire. Le gars explique à quel point c’est politique, à quel point le rejet violent et la souffrance que ces jeunes se prennent en pleine tête tout comme l’histoire impérialiste et coloniale leur retournent le cerveau : ça te fait bouillir ! Il n’y a plus qu’à pousser un petit peu. Qui peut supporter ça ? Si tu n’as pas une structure familiale en béton c’est impossible et même là… Il le répète plusieurs fois : l’état leur mâche le travail par son absence de protection et surtout la guerre qu’il mène contre les jeunes des quartiers populaires principalement noirs et arabes.
      Et puis la communauté musulmane pourrait tout à fait être une communauté de luttes structurante et émancipatrice, mais elle est l’objet de tant d’enjeux de la part des pouvoirs politiques qu’elle est noyautée.
      L’islam est une religion de luttes et de combats (cf Farid Esack qui a beaucoup travaillé là dessus et qui prône un islam de libération tout comme peut exister une théologie de la libération en Amérique latine).
      Pour les ravages de la position d’aliéné je renvoie à Frantz Fanon, irremplaçable.

    • Il n’y a pas de communauté musulmane mais des Musulmans aux intérêts et aspirations différentes et contradictoires (le pipo de la bourgeoise Boutledja faisant du pdt Ahmadinejad un héros « indigène » ne leurre que ceux qui veulent l’être). L’État ne protège rien d’autre que lui-même et l’orde social capitaliste, et ce par tous les moyens nécessaires, quitte à organiser un délaissement et une relégation graduées (de la chômeuse sans revenu au garçon qui avec ses pairs « tient les murs »). Rien de mieux pour un État xénophobe que de se forger ou de se choisir une opposition à sa main, des « adversaires » qui puissent servir de repoussoir (le FN ou les « radicaux islamistes » ici, le Hamas pour Israël depuis que cet état a fait ce choix au Liban en 1982 pour briser l’Op, etc) pour se donner un semblant de légitimité. Rien de mieux que de ruiner et d’interdire de fait les formes d’auto-organisation pour jeter dans les bras d’organisations fascistes ceux qui risqueraient de mettre en cause pratiquement ce qui se passe ici, pour fabriquer de l’allégeance, enterrer toute perspective d’émancipation.

      Je connais pas Farid Esack, mais lorsqu’il dit :

      Donc l’épreuve de justice dans le Coran ne consiste pas à savoir si tu te soulèves pour défendre tes propres droits. Tout le monde le fait, cela vient naturellement, et c’est très bien de le faire.. Mais l’épreuve coranique de l’engagement pour la justice consiste à savoir si tu peux te soulever en tant que témoins de Dieu dans la quête de la justice même si cela peut se faire contre ton pouvoir.

      je reconnais en sa parole un discours idéologique, c’est-à-dire sans attention aux faits, car non, en réalité, tout le monde ne se soulève pas pour « défendre ses droits ». Derrière cette pseudo évidence, il y justement la situation inverse, une impossibilité entretenue et construite, et qui fait le lit de tous les replis identitaires actuels, derrière et sous des figures sacrées (la patrie, dieu,...), et selon des modalités où l’obéissance, la soumission au chef sont impérativement requises. Et dans ce cas, non seulement ça ne se soulève pas (de combien de défaites ici faudrait il prendre la relève ?) mais ça s’aplatit...

      Ces logiques identitaires supposées répondre au chaos de la mondialisation capitaliste, permettre de s’arrimer dans la tempête de la concurrence dévastatrice et le désarroi, ne travaillent d’ailleurs pas seulement l’extrême droite française, ou les « radicaux » (fondamentalistes d’invention en fait) islamiques.
      Ce que je dis c’est que le besoin d’échapper ne serait-ce qu’un tant soit peu aux eaux glacées du calcul égoïste, n’impliquant pas nécessairement ces « solutions » mortifères. Non l’alternative n’est pas entre la barbarie capitaliste et la barbarie fasciste.

      Laissons de côté ses âneries théologiques (pléonasme ?) pour revenir un instant à Farid Esack :

      Ceci dit, j’ai évidemment un problème fondamental avec les réponses problématiques à l’hégémonie et au pouvoir, qui est si profondément ancrée dans la conscience occidentale. Et ce sont souvent ces personnes engagés dans – peu importe comment on les appelle, fondamentalistes ou radicaux musulmans – leur vision du monde est exclusiviste. Ce n’est pas une vision de liberté, ce n’est pas une vision libératrice. Leur vision du monde est plus que répugnante ! Donc je comprends que c’est une réaction à l’impérialisme, à l’occupation et au colonialisme. Mais, dans le même temps, ce n’est pas une vision que je partage.

      Des petits soldats des états fascistes, théologiques ou pas, on doit déplorer le malheur. Mais certainement pas pour admettre les rackets étatiques, religieux, militaires auxquels ils sont conduits à participer.

    • Rien de mieux que de ruiner et d’interdire de fait les formes d’auto-organisation pour jeter dans les bras d’organisations fascistes ceux qui…

      Si là tu parles des organisations politiques de gauche ou tout mouvement libertaire, syndical ou autre lol lol et relol. Je ne sais pas pourquoi tu parles d’interdiction mais la répression à l’œuvre contre les quartiers populaires (je te parle des cités où il y a plein de noirs et d’arabes) est sans commune mesure avec celle subie par les groupes que tu sembles évoquer. Va tenir un discours politique construit dans une mosquée et tu verras la répression immédiate qui s’en suivra.
      L’islam est une composante essentielle et indépassable de la politisation de ces quartiers, ne t’en déplaise. Et surtout, l’entre-soi et la défiance des organisations qui aspirent à l’autogestion, vis à vis des habitants des cités et de leurs valeurs est un invariant. Dans ces organisations il n’y a que des blancs et en option un noir ou un arabe qui s’est perdu en route et qui sert le plus souvent de caution aux blancs en question pour dire qu’ici on accueille tout le monde. Généralement il s’avère que l’heureux élu a tout pour plaire puisqu’il est souvent athée, et a soit pas trop de souci à être isolé en territoire hostile ou ne tient pas bien longtemps là.
      Quant à Houria Bouteldja je ne vois pas le rapport. On parle d’islam politique. Le parti des indigènes n’est pas un parti qui relève de cette catégorie et c’est encore moins un parti qui prône le changement social.
      Quant au :

      je reconnais en sa parole un discours idéologique

      euh…je ne vois pas où est le problème d’avoir un discours idéologique, c’est plutôt incontournable quand on fait de la politique non ?
      En fait la discussion est impossible parce que tu sembles nier toute possibilité d’action progressiste dans le cadre musulman.

      Concernant la communauté musulmane, tout groupe social appartenant à une minorité opprimée, va de fait faire communauté. Cela n’est pas du tout invalidée par le fait qu’elle est traversée par des contradictions, des rapports de classe internes ou tout autre rapport de domination quel qu’il soit.

      Enfin l’adjectif fasciste utilisé à tort et à travers pour parler de l’islam salafiste franchement ça saoule, c’est tellement à côté de la plaque. Ça fait référence au terme d’islamo-fasciste je suppose, qui est débile et en plus constamment utilisé par le pouvoir. La rhétorique utilisée par ces groupes n’a rien à voir avec le fascisme, les courants qui les traversent et les filiations qui les sous-tendent n’ont rien à voir avec le fascisme, ce sont d’autres références. Tu ne comprendras jamais ce qui peut agir dans ces mouvements si tu en restes à une comparaison avec le fascisme qui est une idéologie fondamentalement européenne.

      Je n’ai pas compris à quoi tu faisais référence quand tu disais « Laissons de côté ses âneries théologiques (pléonasme ?) » mais il est clair que nos positions n’ont pas un socle commun suffisant pour permettre un échange. Délégitimer la foi dans sa capacité à être un facteur ou un support de conscientisation politique révolutionnaire juste parce que ça ne correspond pas à sa propre construction politique, c’est limite.

    • Non, je parle pas de ces organisations, mais bien d’une autonomie politique des premiers concernés qui a été et reste empêchée (par ex, création de SOS Race par des ex-gauchos versés dans la com pour le compte du PS). Et ce n’est pas une simple question de répression, ça ne suffirait pas. Il est plus intéressant pour un État qui mène une guerre sociale de basse intensité de guider les conduites de ses adversaires, par exemple de privilégier un « retour au religieux ».
      Oui, la discussion est impossible dans ces conditions, je ne vais pas démentir point par point ce que tu écris lorsque tu m’attribues des positons qui ne sont pas les miennes. Ce théologien qui dit « la lutte est partout » a un discours idéologique au sens où sa position se fonde sur un déni massif de la réalité sur ce point comme sur d’autres. En l’occurrence c’est l’absence de luttes (pour « des droits » ou simplement pour l’existence), l’absence d’horizon politique qui fait le lit
      Je ne conteste pas que des croyants de quelque religion monothéiste que ce soit puissent agir dans un sens émancipateur. Lorsque l’on fait du neuf, on use de traditions, d’archaïsme (sans que ce soit nécessairement péjoratif, faut trier). Mais cela ne modifie qu’à la marge et ponctuellement (fut-ce pour plusieurs décennies, cf prêtres ouvriers ou théologie de la libération en Amérique du sud, ou chiisme dans l’Iran en révolution, mais pas après...) la fonction de maintien de l’ordre de la religion (cf les appels au calme des imams de quartier lors des émeutes de 2005, cf, la pression exercée par en bas contre tous ceux, et surtout celles, qui « devraient » être musulmans mais se comportent en koufars, etc.). La (dé)politisation sous la bannière de l’Islam est fascisante dans bien des cas : ordre moral, soumission à l’autorité comme béquille existentielle, exaltation du sacrifice, façon « viva la muerte », organisation des jeunes hommes en vue du contrôle de « la communauté » et en particulier des femmes, et de l’extermination, mise en place d’un « ordre social » terrible). Le fascisme ce n’est pas seulement un type de régime, c’est aussi des formes d’organisation - les moyens en disent long sur les fins -, c’est aussi une organisation des affects, voir par exemple
      Une introduction à la vie non fasciste
      http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=4790
      Le rapport avec Boutledja ? L’idée même que l’islam soit une communauté. On a une politique qui part d’une identité donnée ou/et supposée.
      Un exemple d’auto-organisation : http://rapdocsonores.org

    • L’islam est une composante essentielle et indépassable de la politisation de ces quartiers, ne t’en déplaise.

      Cette phrase est historiquement fausse, en tout cas là comme ça sans ajouter de contours. Car si c’est le cas, c’est uniquement là maintenant récemment, à une époque très précise.

      Il y eu d’autres temps où les quartiers populaires, y compris ayant plein de musulmans, se politisaient autrement en dehors de ça, y compris tout en étant bien sûr musulmans à côté de ça pour certains.

      Puis, pour plein d’autres raisons croisées, la gauche est partie en fumée, le libéralisme a augmenté exponentiellement partout et s’est infiltré dans tous les mouvements, de moins en moins de crédit, etc.

      Mais donc ça veut bien dire qu’il y a d’autres moyens, non religieux, pour ces quartiers, de se politiser et de s’auto-organiser. Ça a existé, ça a marché et même parfois plutôt bien. Donc ça pourra un jour exister de nouveau, sans faire appel à la religion pour ça.

      Il n’y a absolument rien d’indépassable (merci pour le TINA inverse…).

    • Ayant fort longtemps habité dans une banlieue « rouge » où le PCF avait pour principal exigence la construction d’un commissariat contre les jeunes prolos « issus de l’immigration », je plussoie. Par ailleurs, issus de famille lointainement musulmanes ou pas, on se foutaient le plus souvent ouvertement de la/les religion/s. Avant SOS race, avant le « retour au religieux », c’est alors la diffusion de l’héro (et pas seulement la répression) qui permit de détruire les communautés de lutte qui se constituaient là.
      L’exemple algérien de la fin des années 80 est là lui aussi pour montrer que l’écrasement des révoltes, la défaite peut empêcher la reprise d’un mouvement d’émancipation, quitte à donner vie à la terreur du FIS. Encore une fois, l’’État veut des ennemis à sa main.

    • Non je maintiens. Je ne parle pas de politisation dans une organisation qui se revendiquerait forcément comme musulmane mais il ne peut y avoir un projet de fond politisé dans les cités qui apparaisse en contradiction avec les notions fondamentales de l’islam et plus globalement avec une culture politique propre à ces lieux. Je ne parle pas non plus de la religion dans les rapports individuels.
      L’état n’a pas besoin de privilégier un retour au religieux. C’est aussi la conséquence de l’échec des mouvements précédents, leur répression et les conséquences très dures pour les militants des cités qui ont participé aux luttes (voir le MIB). Il y a eu des luttes, des révoltes, des mouvements extrêmement importants mais la situation aujourd’hui est catastrophique, c’est cela qui est terrible. Le rapport colonial du pouvoir à ses lieux et ses habitants y est pour beaucoup.
      Les appels au calme des imams en 2005 ce sont ceux qui ont été médiatisés à dessein par les médias. Et de toute façon je ne parle pas des imams. Pour rester imam il faut un discours qui soit accepté par le pouvoir ou alors on se fait tout petit, petit. Ceux qui ont perpétré des attentats sont presque toujours en rupture avec les organisations traditionnelles autour des mosquées, avec les prêches.
      De la même façon, il n’y a pas de dépolitisation sous la bannière de l’islam dans le cas qui nous occupe, même s’il y a effectivement des courants dans l’islam qui prônent le fait de ne pas s’occuper de politique. Le terrorisme islamique est une politisation dans une direction qui est violente, avec un rapport à la mort spécifique à ses racines et à son idéologie.

      Le parti des indigènes de la république ne représente absolument personne dans les cités et absolument personne ne s’en revendique. C’est une histoire entre les medias et cette organisation, un bluff médiatique qui sert les deux parties.

      Je ne comprends pas non plus la comparaison avec l’Algérie puisque je parle des cités en France. D’autant plus que le FIS a été empêché d’accéder au pouvoir après des élections démocratiques qu’il avait remportées.

      Sinon je ne connais pas SOS Race. C’est un mouvement des quartiers populaires ?

    • Je suis partagée devant vos interventions. La communauté des croyants, vu l’état du monde, elle n’est pas trop crédible (j’ai eu sous les yeux la manière dont un gouvernement qui appuie l’Islam traite les réfugié·e rohingyas, c’est pas beau). Et la communauté des personnes qui sont renvoyées, croyantes ou pas, à l’identité de Musulman·es (avec une majuscule, voir Nedjib Sidi Moussa), me semble ne pouvoir ni être affirmée hors-sol, ni purement niée pour une appartenance de classe.

      Mais ça m’évoque surtout ce truc sur le FN d’Hénin-Beaumont qui fait des actions très conviviales, qui invite tout le monde, qui accueille les gens paumés ou un peu seuls, offre à bouffer et à boire, du divertissement, et se fait ainsi des affidés de personnes qui a priori n’en avaient rien à branler.

      Vu la manière dont les orgas militantes cultivent l’entre-soi (par exemple en préposant rarement des personnes à l’accueil lors d’événements publics, ce qui fait que tu peux arriver et repartir si tu ne connais pas déjà quelqu’un·e mais je pourrais aussi citer le fait de pourrir les gens qui n’ont pas utilisé le bon vocabulaire, et rien sur les ethos un peu discrets de la classe moyenne blanche qui se reconnaît elle-même), je n’ai pas l’impression qu’on aille vraiment contre ce fait de se satisfaire de l’isolement d’un tas de monde, du manque de solidarités, de tout ça qui renvoie les gens seuls ou en galère vers des groupes qui répondent à leur détresse de manière très stratégique.

      C’est sur la circulation du pognon que se jouent pas mal de trucs, je crois. Du prix libre en pièces rouges au fait de ne pas comprendre que les orgas ne proposent pas de biens ou des services à comparer avec ce qu’offre le marché, on est mal barré et souvent on met ça sur le compte de la précarité alors que le milieu est plein de petits bourges. Comme disait un paysan qui faisait de la bouffe « trop chère », c’est les mêmes qui vont boire des coups à 3 euros. Le nombre de gens qui me disaient qu’ils n’avaient pas le temps de lire L’An 02, comme si le but était de l’acheter pour le lire, pas de l’acheter pour qu’il existe... on a même fait des abonnements suspendus, tu payes et un·e autre en profite, l’annonce est passée sur Reporterre et pas un putain d’euro... Depuis je donne 10 euros systématiquement, sur la base de n’importe quelle demande un peu sérieuse formulée par une orga vaguement proche de mes idées. Et je ne me ruine pas, je n’en vois pas beaucoup passer.

      Bref, l’absence de solidarité (au-delà des solidarités affinitaires), ça me parle. Ça nous réduit à l’impuissance collective.

    • Mais ça m’évoque surtout ce truc sur le FN d’Hénin-Beaumont qui fait des actions très conviviales, qui invite tout le monde, qui accueille les gens paumés ou un peu seuls, offre à bouffer et à boire, du divertissement, et se fait ainsi des affidés de personnes qui a priori n’en avaient rien à branler.

      Ah ouais c’est un bon exemple, c’est vrai !
      Concernant la notion de communauté je parle des musulmans en France et spécifiquement dans les cités.

    • Nedjib Sidi Moussa ("La frabrique du musulman", ) : « Ne rien céder aux illusions identitaires »
      https://www.revue-ballast.fr/nedjib-sidi-moussa

      ... récits dits « intégristes républicains » ou « islamo-gauchistes », présentés comme des exacts opposés [mais qui] ne sont, dans les faits, que les deux faces d’une même pièce menant à la confusion et la capitulation. Peut-on, par exemple, laisser dire que l’on défend la séparation des Églises et de l’État tout en soutenant l’installation des crèches de Noël dans les mairies ? Peut-on, au nom de la lutte antiraciste, s’allier avec des associations qui sont les émanations de formations intégristes ? Ce sont là des questions concrètes qui sont posées à des militants, collectifs ou organisations qui, en dépit de leur relative faiblesse numérique, possèdent une audience importante et peuvent donc influencer les débats dans un sens progressiste ou réactionnaire...

    • Je ne sais pas dans quel type d’action il est engagé mais je pense que son positionnement ne peut pas fédérer grand monde dans les cités. Je ne sais pas non plus de quel groupe il parle quand il évoque « les émanations de formations intégristes ». C’est ça qui est chiant avec les théoriciens qui parlent d’action, ils restent dans le flou dans leurs accusations et ça jette un discrédit d’ensemble. Mon propos concerne la base de la base, le local. Et je répète, dans les groupes qu’il évoque comme étant les exemples à suivre, je n’en connais pas qui aient une mixité raciale. Pourquoi ? S’interroge t’il là dessus ? Je ne l’ai jamais lu donc je ne sais pas s’il a une réponse. Pour moi ça discrédite d’emblée ces mouvements et ça participe de mon positionnement sur la question.
      Enfin, je voulais ajouter que prendre en compte l’islam dans son combat, ça ne veut pas du tout dire cracher sur les rapports de classe et le marxisme ou l’anarchisme. Je ne vois pas pourquoi il y aurait une opposition entre ces deux pôles. Le sentiment d’appartenance à une classe sociale opprimée est très présent dans les cités tout en se mêlant forcément aux rapports d’oppression raciale. L’intersectionnalité en action plutôt qu’en théorie dans les beaux colloques des universités parisiennes.

    • Le sentiment d’appartenance à une classe sociale opprimée est très présent dans les cités tout en se mêlant forcément aux rapports d’oppression raciale.

      Euh.. Comment te dire. Faut pas trop se voiler la face. Quand y a pas de politisation / conscientisation dans les quartiers y en a juste pas. Si on ne voit pas l’islamisation comme un mouvement politique d’extrême droite, et le renouveau des pratiques rigoristes comme un relais de ces courants on se mets le doigt dans l’œil.

    • Ben si, les cités sont très politisées. Qu’elles n’aient aucun relais dans les structures politiques traditionnelles ou les mouvements d’opposition que tu connais ou côtoies, c’est autre chose, mais les jeunes surtout, sont très politisés. Les émeutes par exemple sont des mouvements politiques et je pense que tu ne peux pas nier qu’elles sont fréquentes.
      L’islamisation je ne sais pas de quoi tu parles, ça ne veut rien dire en soi ou plutôt ça peut regrouper trop de choses différentes. Tout comme le "renouveau des pratiques rigoristes que tu cites, je ne sais pas de quoi tu parles exactement, quel groupe, quelles pratiques ?
      Concernant les mouvements qui sont dans un projet de terreur globale et d’attentats, je ne vois pas le rapport avec l’extrême droite du tout.
      En fait, vous appliquez une lecture classique gauche/droite facho/pas facho à des mouvements qui ne sont pas du tout dans ces grilles. Vous ne pouvez du coup pas analyser les choses comme ça, vous ne comprendrez pas.