country:qatar

  • LE DOCUMENTAIRE INTERDIT SUR LE LOBBY PRO-ISRAÉLIEN AUX ÉTATS-UNIS
    https://la-bas.org/5379

    La chaine Al Jazeera, propriété du Qatar, avait programmé le reportage d’un journaliste infiltré sur le très puissant lobby pro-israélien aux États-Unis. Mais finalement, ce documentaire n’a pas été diffusé suite à un « arrangement » entre le Qatar et le lobby pro-israélien qui a accepté d’adopter une attitude neutre dans le conflit entre l’Arabie Saoudite et le Qatar. Mais le site ORIENT XXI a pris la décision de diffuser ce reportage en libre accès. Alain GRESH, directeur d’Orient XXI, vient nous présenter ce documentaire en quatre parties.Continuer la lecture…

    #Vidéo #Israël #USA #Politique


  • « ما خفي أعظم ».. زعيم المرتزقة يكشف حصريا للجزيرة تفاصيل محاولة غزو قطر
    https://www.aljazeera.net/home/Getpage/f6451603-4dff-4ca1-9c10-122741d17432/8fce2ce9-4b62-4697-a22f-4a8642f390d0

    L’ex-commandant Paul Barril, un ex de l’opération du GIGN àà La Mecque en 1979, affirme sur la chaîne qatarie Al-Jazira qu’il a été très bien payé, en 1996, par les Emirats, l’Arabie saoudite et le Bahreïn, pour monter un coup d’Etat militaire contre le Qatar, avec l’aide de mercenaires tchadiens...

    #qatar #barril


  • L’UE pourrait intervenir dans la crise entre le Qatar et ses voisins
    https://www.lemonde.fr/international/article/2018/12/15/l-ue-pourrait-intervenir-dans-la-crise-entre-le-qatar-et-ses-voisins_5398019

    Le conflit entre le pays du Golfe et ses voisins est déjà devant la Cour internationale de justice.

    L’Union européenne envisage d’organiser une conférence internationale pour résoudre la crise diplomatique entre le Qatar et ses voisins, a annoncé le ministre roumain des affaires étrangères, Teodor-Viorel Melescanu, samedi 15 décembre au Forum de Doha. La Roumanie prendra en janvier la présidence tournante du l’UE.

    Le cheikh Mohamed ben Abdoulrahman Al Thani, chef de la diplomatie de l’émirat, a quant à lui invité le Koweït à poursuivre sa médiation. « L’émir [du Koweït] a joué un rôle de premier plan dans la résolution de la crise, ce que le Qatar apprécie beaucoup. Nous continuons de compter sur le Koweït et sur les pays de la région (...) », a-t-il déclaré.


  • Trump Inaugural Fund and Super PAC Said to Be Scrutinized for Illegal Foreign #Donations - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/12/13/us/politics/trump-inauguration-investigation.html

    Aux #Etats-Unis se faire corrompre est légalisé jusqu’à un certain point,

    The inquiry focuses on whether people from Middle Eastern nations — including Qatar, Saudi Arabia and the United Arab Emirates — used straw donors to disguise their donations to the two funds. Federal law prohibits foreign contributions to federal campaigns, political action committees and inaugural funds.

    #corrompus#modérés


  • An X reveals a Diamond : locating Israeli Patriot batteries using radar interference – Federation Of American Scientists
    https://fas.org/blogs/security/2018/11/an-x-reveals-a-diamond-locating-israeli-patriot-batteries-using-radar-interfere

    Amid a busy few weeks of nuclear-related news, an Israeli researcher made a very surprising OSINT discovery that flew somewhat under the radar. As explained in a Medium article, Israeli GIS analyst Harel Dan noticed that when he accidentally adjusted the noise levels of the imagery produced from the SENTINEL-1 satellite constellation, a bunch of colored Xs suddenly appeared all over the globe.

    SENTINEL-1’s C-band Synthetic Aperture Radar (SAR) operates at a centre frequency of 5.405 GHz, which conveniently sits within the range of the military frequency used for land, airborne, and naval radar systems (5.250-5.850 GHz)—including the AN/MPQ-53/65 phased array radars that form the backbone of a Patriot battery’s command and control system. Therefore, Harel correctly hypothesized that some of the Xs that appeared in the SENTINEL-1 images could be triggered by interference from Patriot radar systems.

    Using this logic, he was able to use the Xs to pinpoint the locations of Patriot batteries in several Middle Eastern countries, including Qatar, Bahrain, Jordan, Kuwait, and Saudi Arabia.

    This blog post partially fills that gap, while acknowledging that there are some known Patriot sites—both in Israel and elsewhere around the globe—that interestingly don’t produce an X via the SAR imagery.

    All of these sites were already known to Israel-watchers and many have appeared in news articles, making Harel’s redaction somewhat unnecessary—especially since the images reveal nothing about operational status or system capabilities.

    Avec analyse détaillée des 4 sites israéliens de batteries de missiles Patriot identifiés, dont l’un (Palmachim, cf. https://seenthis.net/messages/740257 ) figure d’ailleurs sur la liste des cibles du Hezbollah…

    The proximity of the Negev air defense battery to an Israeli nuclear facility is not unique. In fact, the 2002 SIPRI Yearbook suggests that several of the Yahalom batteries identified through SENTINEL-1 SAR imagery are either co-located with or located close to facilities related to Israel’s nuclear weapons program. The Palmachim site is near the Soreq Centre, which is responsible for nuclear weapons research and design, and the Mount Carmel site is near the Yodefat Rafael facility in Haifa—which is associated with the production of Jericho missiles and the assembly of nuclear weapons—and near the base for Israel’s Dolphin-class submarines, which are rumored to be nuclear-capable.

    Google Earth’s images of Israel have been intentionally blurred since 1997, due to a US law known as the Kyl-Bingaman Amendment which prohibits US satellite imagery companies from selling pictures that are “no more detailed or precise than satellite imagery of Israel that is available from commercial sources.” As a result, it is not easy to locate the exact position of the Yahalom batteries; for example, given the number of facilities and the quality of the imagery, the site at Palmachim is particularly challenging to spot.

    However, this law is actually being revisited this year and could soon be overturned, which would be a massive boon for Israel-watchers. Until that happens though, Israel will remain blurry and difficult to analyze, making creative OSINT techniques like Harel’s all the more useful.


  • Is Saudi Arabia repaying Trump for Khashoggi by attacking Linda Sarsour?

    A Saudi-owned website considered close to the royal family claimed that Sarsour, Ilhan Omar and Rashida Tlaib are agents of Qatar and the Muslim Brotherhood who declared a ’jihad’ on Trump

    Allison Kaplan Sommer
    Dec 10, 2018

    https://www.haaretz.com/us-news/.premium-how-saudi-arabia-is-repaying-trump-for-his-support-on-khashoggi-1.

    There is nothing earth-shattering about seeing Women’s March leader and Arab-American activist Linda Sarsour criticized as a dangerous Islamist by the conservative right and pro-Israel advocates in the United States. But the latest attack on the activist comes from a new and somewhat surprising source: Saudi Arabia.
    Al Arabiya, a Saudi-owned, pan-Arab news channel closely linked to the country’s royal family and widely viewed as reflecting Saudi foreign policy, published an article Sunday strongly suggesting that Sarsour and two incoming Muslim congresswomen are puppets planted by the Muslim Brotherhood and Qatar to undermine the Trump administration.
    The feature, which profiles Sarsour, seems to cast her as the latest proxy figure in the kingdom’s bitter dispute with Qatar, and its bid to strengthen ties and curry favor with the White House.
    It also focused on two Democratic politicians whom Sarsour actively campaigned for in the 2018 midterms: Minnesota’s Ilhan Omar and Michigan’s Rashida Tlaib, who are set to be the first-ever Muslim congresswomen when the House reconvenes in January.

    The Al Arabiya story on Linda Sarsour’s links to the Muslim Brotherhood, December 9, 2018.Screengrab
    Headlined “Details of calls to attack Trump by US ‘Muslim Sisters’ allied to Brotherhood,” the article is light on actual details but heavy on insinuation.
    Activists like Sarsour, and politicians like Tlaib and Omar, the Saudi publication wrote, are “mujahideen” (a term used to describe those involved in jihad) – fighting against “tyrants and opponents of Trump’s foreign policies.”

    The story says the policies they are fighting include “the siege of Iran, the fight against political Islam groups, and [Trump’s] choice of Saudi Arabia under the leadership of King Salman bin Abdulaziz and Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman as a strategic ally.”
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    Tlaib and Omar, Al Arabiya asserts, are agents designed to “restore” control of political Islamist movements on the U.S. government by attacking Trump. The article says this effort is being directed by Sarsour – who, it writes, is purportedly funded and controlled by the Muslim Brotherhood - a claim it fails to provide any clear basis for.
    Tamara Cofman Wittes, a senior fellow in the Center for Middle East Policy at the Brookings Institution, Washington, says it should come as little surprise to those familiar with the region that “a state-owned Arabic news outlet would publish conspiracy theories about people whose views don’t accord with those of the government that funds it.”
    Al Arabiya, based in Dubai, but Saudi-owned, was founded in 2002 as a counter to Qatar’s popular Al Jazeera TV station – which frequently runs material sharply critical of the Saudis – as well as other Arabic media outlets critical of Saudi influence and supportive of political Islam.
    The article comes as rivalry between Saudi Arabia and Qatar has heated up in recent times, with Qatar’s emir skipping this weekend’s Gulf Cooperation Council summit hosted by Saudi Arabia, which has led a diplomatic war on its neighbor for the past 18 months.
    Saudi Arabia, the United Arab Emirates, Bahrain and non-GCC member Egypt cut diplomatic and economic ties with Qatar in June 2017, charging that the country supports terrorism. Qatar denies the charges and says the Saudi boycott aims to curtail its sovereignty. Last week, the Gulf nation announced it was withdrawing from the OPEC oil cartel.
    Islamists vs Islamists
    “Democrats’ battle against the Republican control of the U.S. Congress led to an alliance with political Islamist movements in order to restore their control on government, pushing Muslim candidates and women activists of immigrant minorities onto the electoral scene,” the report states.
    The “common ground” between Omar and Tlaib, the article adds, is to battle Trump’s foreign policy “starting from the sanctions on Iran to the isolation of the Muslim Brotherhood and all movements of political Islam. Those sponsoring and supporting the two Muslim women to reach the U.S. Congress adopted a tactic to infiltrate through their immigrant and black minority communities in general, and women’s groups in particular.
    The article ties Sarsour to Qatar and the Muslim Brotherhood through multiple associations with the Arab American Association of New York, which “was created by Palestinian Ahmed Jaber, a member of the Qatar International Foundation responsible for funding the association,” and also her attendance at an annual meeting of the International Network of Muslim Brotherhood in North America and Canada in 2016.
    The article compares Sarsour’s rhetoric to that “used by Muslim Brotherhood teachings and in the views of Sayyid Qutb, a scholar and co-founder of Egypt’s Muslim Brotherhood, as well as from Abul A’la Maududi’s books ‘Islam and Ignorance’ and ‘Fundamentals of Islam.’
    “From all that is mentioned, we can touch the influence of Muslim Brotherhood in shaping the thoughts of American activist Linda Sarsour and consequently her declaring her ‘jihad’ against U.S. President Donald Trump, in addition to her call for the application of ‘Sharia,’ the rule of Islam in the United States of America,” the piece asserts.
    No one knows for sure whether Al Arabiya received direct orders from the Saudi government to attack Sarsour, Tlaib, Omar and other politically active Muslim women on the American left.
    Those familiar with Middle East media say conspiracy-minded attacks against figures in American politics aren’t particularly unusual in Arabic,
    but what is unique about this article is the fact it appeared in English on the network’s website.
    It seems to be a highly creative attempt to somehow repay the Trump White House as it deals with the fallout from the Jamal Khashoggi assassination. As Trump continues to take heat for staying close to the Saudis, they, in turn, are demonstrating their loyalty with their willingness to vilify people who were President Barack Obama’s supporters and are now Trump’s political enemies – even if they wear a hijab.

    Allison Kaplan Sommer
    Haaretz Correspondent


  • A quoi sert Kamel Daoud ? – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/12/12/a-quoi-sert-kamel-daoud

    Kamel Daoud. D. R.                                                                                                                                                                                                                                                               
    Pour mes lectures estivales, je me suis fait violence, en glissant dans mes bagages les 464 pages de chroniques (2010-2016) publiées par Kamel Daoud chez Actes Sud. Je dois avouer ne pas avoir dépensé le moindre kopeck pour accéder aux écrits de cet ancien islamiste qui, quand cela est devenu lucratif, a découvert que « Dieu est athée ». Pas question donc de donner un centime de droits d’auteur à cette nouvelle, icône heureuse de nourrir l’orientalisme des néoconservateurs « atlantistes ». Un orientalisme qui est l’une des misères de l’histoire du monde arabe, un travers si bien dénoncé par notre merveilleux Edward Saïd.J’ouvre ce livre, juste après avoir lu le dernier chef-d’œuvre de Jean Ziegler : Le Capitalisme expliqué à ma petite-fille, publié aux éditions du Seuil. Le hasard, pour une fois, a bien fait les choses : lire le manuel de la générosité et de l’altruisme juste avant le grand traité de l’égoïsme met les idées à leur vraie place. Entre les deux livres, il y a un fossé, une tranchée genre 14/18. Daoud dangereux, peu fiable et néo-prosélyte comme tous les repentis, fait la promotion du capital et du libéralisme qui est son corolaire. Ziegler, lucide et généreux, dénonce ce monde de la finance sans lois et ses mortels ravages sur l’humanité. Deux mondes différents, et même opposés. Vieux baroudeur entre les destins de l’humanité, Jean Ziegler a vu trop d’hommes mourir, de faim et de guerre, pour un même effet, savoir que le libéralisme c’est la mort des pauvres, des peuples « en trop ». De ceux qui gênent. Kamel Daoud, à l’opposé, regrette l’absence d’un « capitalisme fort, de patronats puissants et créateurs de plus-values ».Une drôle de sensation m’habite, celle d’un barreur dans la nuit qui sait qu’il va croiser un iceberg. Daoud se dit Algérien, un peu comme moi, mais je ne retrouve en lui rien de notre bien commun, cet homme est de glace, froid et transparent. Du coup, je me sens Algérien comme Jean Ziegler. Alors que Daoud, tenancier de sa petite boutique « d’algérianité », vante une camelote de qualité « made in China » pour séduire les colons jamais guéris de Saint Germain des prés. C’est l’histoire dans l’autre sens, jadis c’est le « blanc » séduisait l’indigène avec de la verroterie. Au risque de perdre ses lecteurs, qui le prennent pour ce qu’il n’est pas, Daoud doit continuer de se poser en « Algérien », c’est son filon en or. Pensez donc, un Algérien musulman et athée, Arabe, qui déteste les Arabes et qui parle de tout cela « sans langue de bois », Netanyahou et Le Pen auraient rêvé de l’inventer. Pourtant, il est bel et bien là. Alors qu’il n’est qu’un ersatz de Bernard-Henri Lévy, une tête de gondole pour vendre des livres que personne ne lit, c’est-à-dire beaucoup de bruit pour rien, le vent de la barbe à papa. Lectures faites, je persiste et comprends mieux pourquoi Jean Ziegler n’est jamais promu par les médias qui se proclament « grands ».Invité à la télévision, Kamel Daoud est traité comme un saint, le tenant de la nouvelle lumière et du savoir avancé. Aux yeux des gogos, ce réactionnaire est « moderne » et « révolutionnaire ». C’est donc sans contradicteurs qu’il déroule sa pelote de lieux communs, l’image du bon nègre Banania qu’attendent les « néocons ». Récemment, je l’ai aperçu sur une chaîne de TV algérienne, avec toujours la même posture du penseur couché, criant : « Je sais me défendre. » Cependant, on ne sait contre quoi il se défend.Questionné sur l’invitation de Daoud, le nouveau commandeur, à l’ambassade de France lors de son passage en Algérie, E. Macron a répondu qu’il « veut entendre tout le monde ». Le Président français considère-t-il que Daoud c’est tout le monde ? Ou tous ceux qui résident dans le jardin des puissants ?Pour revenir à ce qui n’est pas de la littérature, disons que, dans son livre, Daoud nous invite à découvrir, ou redécouvrir, la crème de ses près de 2 000 textes écrits entre 2010 et 2016. Que seraient, nous affirme-t-il, les positions « des journaux et des élites contestataires ». Cette position est lacunaire puisque ce Don Quichotte algérien ne nous dit jamais ce qu’il conteste. Il n’a pas besoin d’exprimer de s’attacher aux détails du vrai : il est l’élite à lui seul, et doit être cru sur parole. Mais, patatras Daoud, par le contenu de son opus, atteint un objectif imprévu. Preuve à l’appui – l’existence de son livre –, il démontre que la censure qu’il prétend combattre n’existe pas en Algérie. En effet, comment publier impunément (et c’est tant mieux) autant d’ignominies sur un peuple et un pays « qui manquaient de la liberté de dire, de lire ou de regarder » ? Sacré Daoud, ce Daoud sacré.Si sa plume se fluidifie miraculeusement contre l’« Arabe et sa langue », le « musulman », et l’« Algérie », cela ne l’empêche pas de célébrer les « Printemps » alors qu’eux aussi sont censés être arabes. Il glorifie les révoltes sans citer un seul révolté. En réalité, il tente de nous faire croire que les révolutions se font sans révolutionnaires et que les chaos sont l’annonce des aubes nouvelles. Outre du Bernard-Henri Lévy ou du Debray, Daoud ne lit visiblement rien d’autre. Sans doute par crainte d’être chahuté par les mauvaises ondes de la vérité. Par exemple, il n’a pas pris connaissance de « la stratégie du choc », brillamment décrite par Naomie Klein, et il regrette sans rire et amèrement que l’anarchie, la destruction et la guerre civile n’aient pas déjà emporté l’Algérie.Chercheur, créateur de concepts, ce grand penseur nous indique avoir découvert que l’Occident a pour malheur d’avoir voulu incarner la Morale universelle. Sans doute voulait-il parler de l’extermination des Amérindiens, de la traite négrière, des colonisations, de l’utilisation de la bombe atomique sur des populations civiles à Hiroshima et Nagasaki ou encore du nazisme et du fascisme né en Occident ? Sacré Daoud.Et même lorsqu’il tente de dénoncer le traitement infligé aux migrants en Pologne, comme par instinct, sa plume fait une arabesque et va retrouver son sujet fétiche : l’Algérie. On peut en déduire que si les migrants sont mal traités en Pologne, c’est à cause de l’Algérie. Il en est de même d’une chronique sur la Roumanie puisque Daoud est universel. Pour lui, tous les chemins du malheur mènent à l’Algérie.Aux intellectuels et universitaires qui se sont opposés à ses positions (le mot idées serait flatteur), il répond, en se réfugiant dans un vocabulaire creux comme un tambour, que « c’est au nom de l’anticolonialisme et de l’inquisition qu’on lui interdit de penser ». Après sa tribune délirante sur des viols de Cologne qui n’ont jamais existé, dans laquelle il présentait l’Arabe comme une sorte d’être génétiquement violeur, les intellectuels qui ont protesté lui auraient organisé un procès stalinien. Il annonce même à grands fracas qu’il va quitter la scène, et prendre la porte. Ce qui serait une bonne idée, s’il la laisse ouverte, sera nous faire de l’air. Mais rassurez-vous, il y a le goût d’être sur les planches et celui des droits d’auteur : il revient par la fenêtre. Recyclant les clichés les plus éculés – mais toujours orientalistes –, il déverse incessamment une haine inégalée du « musulman ». Elle a un sens, son engagement dans la guerre du « choc des civilisations » le monstre agité par les forces les plus réactionnaires, celui qui marche main dans la main avec « le grand remplacement ».Il suffit de lire au hasard, avec rage et courage, cette phrase de Daoud : « Les derniers colons de ce pays plantaient plus d’arbres que ceux qui l’ont libéré… » Oubliant en passant la nature de celui qui tenait la pioche. Il va jusqu’à regretter l’attitude consensuelle montrée par Jean-Pierre Chevènement lors de son passage à Oran en septembre 2010, et plaide, lui Daoud, la cause des Français nostalgiques de « l’Algérie française ». Aidé de son cerveau servile, ce Zemmour algérien affirme, contre toute l’Histoire, que « c’est la France qui a décolonisé la terre ». Et le peuple algérien n’est pour rien dans la lutte pour une indépendance tombée du ciel colonial, une insulte à la vérité, à la mémoire, à l’histoire, aux universitaires, aux intellectuels. Ce concept de la « décolonisation » porté aussi par Daoud Kamel est, en fait, une ultime manœuvre coloniale. Avec Kamel Daoud, nous sommes dans le colonialisme d’outre-tombe. Son projet est clair, son flot de vomi, qui a pour but de flétrir tout ce qui est algérien, doit nous donner à croire que « l’indigène ne peut se libérer, on l’a donc décolonisé ».Moment de détente, ou de saine curiosité satisfaite, moi qui croyais pouvoir accéder à des confidences sur son passé « islamiste », j’ai été déçu par ce livre. Aucun signe, aucun mot, aucune confidence sur ses engagements auprès des forces violentes, qu’il qualifie lui-même de terroristes. Cette amnésie est confirmée, comme le démontre le livre Contre-Enquête (Editions Frantz-Fanon) d’Ahmed Ben Saada : Kamel Daoud est passé à autre chose, Allah est oublié.Jacques-Marie Bourget, journaliste français, et expert de notre monde, le qualifie de « grenouille autopsiée ». Pour Jacques-Marie Bourget, Daoud est « le supplétif des pires néoconservateurs français », « l’indigène alibi ». Et le grand et vrai écrivain Rachid Boudjedra a cloué le cercueil en le mettant à nu.Pour bien revendiquer son appartenance aux camps des civilisateurs, Daoud joint donc sa voix aux tenants du choc des civilisations, depuis en fait, depuis Mahomet et même avant, le seul but du musulman est de vaincre toute la planète. Ainsi, pour lui, pas de différence entre le sacrifice du militant anticolonial Ali La Pointe et le tueur toulousain Mohamed Merah. Pour bien nourrir les phantasmes et la haine, ce néo-harki de la pensée apporte sa contribution : il stigmatise les habitants des quartiers populaires, en s’interrogeant sur « les milliers de Mohamed Merah » qui sont « partout », « dans une salle de bains, l’arme au poing », ou quelque part, « debout au bas de l’immeuble ». Peut-être Daoud n’a-t-il pas lu les confidences d’Albert Chennouf-Meyer (Abel, mon fils, ma bataille. Ed. Du Moment, 2013), père d’Abel, l’une des victimes des tueries de Toulouse ? Et, suivant la doctrine et le mode de penser de ce nouveau philosophe, il est temps de nous poser, nous aussi, une question : « Combien de Daoud sévissent dans les rédactions des journaux algériens ? »Versant dans le tribalisme le plus rétrograde, il appelle de tous ses vœux, dans chaque région, à ne parler autrement qu’en dialecte local. Pour Kamel Daoud, la langue s’écrit « avec l’âme ». Dans une reptation de serpent, il veut voler ainsi à la rescousse de groupes qui prétendent dynamiter l’Algérie. Comme ces mouvements croupions et d’extrême droite qui prétendent défendre (sans doute mieux que Kateb Yacine) la langue et la culture berbères ! Puisqu’il ne lit que Debray et Bernard-Henri Lévy, il n’a pas ouvert le magnifique bouquin de Patricia M.-E. Lorcin Les Identités coloniales… une lecture capable de laver la tête de KD Kamel Daoud. Au-dedans. Le titre que mérite cette « somme » de Daoud est simple : « Chroniques de l’horreur. »Je n’ai trouvé qu’un point sur lequel on puisse gloser sur du Daoud, c’est quand il écrit : « On a détruit les libertés et les libérations acquises après le départ des colons. » Il est effectivement exact qu’un peuple martyrisé, abandonné dans le concert des nations, trop seul après sa révolution ait commis des erreurs et connu des errances. Il est effectivement exact que l’Algérie se cherche toujours. Mais oublier une guerre civile provoquée par les anciens Frères idéologiques de Daoud, ce n’est pas omettre un détail. Mais ce « lissage » permanent de l’histoire, sa recréation sont le carburant que permet à Kamel Daoud de poursuivre ses livres et chroniques de flagellations des « Algériens », de l’« islam », de l’« Arabe », du « régime ». Sans cette interminable mise à mort, le livre n’aurait que l’épaisseur d’un album à colorier.Il est drôle, piquant, amusant de retrouver soudain notre Kamel Daoud quand il revient à sa source d’inspiration première, le wahhabisme. Tout cela sur le mode mondain, chic-français, convenable. Notre immense écrivain, notre Hugo à nous, a découvert le Qatar et ses vertus, vertes comme le dollar. Pour Daoud, le Qatar n’est pas ce qu’il est, c’est-à-dire un pays sans Constitution, sans lois, corrupteur et esclavagiste ayant naguère condamné un poète à mort au prétexte qu’il avait souhaité la venue d’un « printemps » à Doha. Mais le Qatar, versus Bernard-Henri Lévy, n’est-il pas le prototype d’un islam moderne, compatible avec la démocratie et il distribue des prix littéraire, organise de généreux colloques ? Donc, pour Kamel Daoud, la monarchie du Qatar, c’est top. Je lis : « Le Qatar a réussi à exporter l’image d’un pays où l’on peut dire des choses, où l’on assume les relations internationales, même avec Israël, sans hypocrisie, où la liberté de culte n’est pas qu’une chasse aux casse-croûte et où les droits de la femme sont les plus respectés dans cette région du monde, la révolution Al-Jazeera a fini par ‘’enfoncer’’ encore plus le reste du monde ‘’arabe’’, en en soulignant, par contraste, le calendrier moyenâgeux. » Ce propos est outrancier dans un pays, je le répète, où le droit n’existe pas, sauf la Charia que l’on impose jusque dans le lycée, pourtant baptisé… Voltaire !Quel crédit accorder à ce faussaire erratique capable de célébrer Israël, tout en qualifiant cet Etat de « raciste » et « sans frontières ». Dans sa posture de penseur couché, il ne veut pas voir le droit international et islamise la cause palestinienne. Il l’arabise, l’islamise à sa façon, et n’irait pas jusqu’à lire les rapports de Goldstone et de Richard Falk ou tout simplement les livres de Shlomo Sand, Ilan Pappé et ceux du courant israélien des « Nouveaux historiens ». Pour Daoud, le summum de l’injustice, celle faite aux Palestiniens n’existe pas puisqu’il est impossible d’être « injuste » avec des « Arabes, des musulmans ». Peut-être, afin d’adoucir son regard, et rien que pour Kamel Daoud, l’Algérie devrait organiser un ghetto type « Gaza » ?Sans aucune honte, l’effroyable auteur bas de plafond ose écrire : « Le mort palestinien sera un homme tué lorsqu’il ne sera pas un barbu mort ou un Arabe bombardé. » Un passeport pour le crime et bientôt le génocide. Et ce n’est pas parce que dans sa bande Daoud n’est pas seul que l’effet de groupe constitue une excuse. Que valent au poids des piges, des cachets et des droits d’auteur, les plumitifs que l’on découvre à marée basse, au plus bas de l’humanité, rien d’autre que de la haine. Dans ma culture berbère universaliste (et non tribale), il existe un mot pour qualifier ce nuisible : azrem, le serpent                                        
        
    Par Boualem Snaoui                                                            https://www.algeriemondeinfos.com


  • Is Saudi Arabia repaying Trump for Khashoggi by attacking Linda Sarsour? - U.S. News - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/us-news/.premium-how-saudi-arabia-is-repaying-trump-for-his-support-on-khashoggi-1.

    There is nothing earth-shattering about seeing Women’s March leader and Arab-American activist Linda Sarsour criticized as a dangerous Islamist by the conservative right and pro-Israel advocates in the United States. But the latest attack on the activist comes from a new and somewhat surprising source: Saudi Arabia.

    #Al_Arabiya, a Saudi-owned, pan-Arab news channel closely linked to the country’s royal family and widely viewed as reflecting Saudi foreign policy, published an article Sunday strongly suggesting that Sarsour and two incoming Muslim congresswomen are puppets planted by the Muslim Brotherhood and Qatar to undermine the Trump administration.

    #arabie_saoudite #Israel #sans_vergogne



  • The Scourge of the #Red_Notice – Foreign Policy
    https://foreignpolicy.com/2018/12/03/the-scourge-of-the-red-notice-interpol-uae-russia-china

    notez l’appel de une de la newsletter, très explicite :
    It’s not just Russia and China that have been accused of misusing Interpol Red Notices

    How some countries use Interpol to go after dissidents and debtors.
    […]
    Red Notices issued by Interpol’s 194 member states are usually reserved for people suspected of committing serious crimes. But under the UAE’s sharia-influenced legal system, some foreigners who did business there have found themselves on Interpol’s wanted list for business disputes, bounced checks, or even credit card debt—things that in many countries do not carry criminal penalties.

    There is no public information about how many Red Notices are issued by the UAE for these relatively minor matters. But one British-based group that helps people in this predicament says it is now seeing at least two cases a month.

    Under the UAE’s credit system, customers are often asked to write a check for the value of any bank loan they take, which is then held as a security. If the loan is defaulted on, the bank can then cash the check to recover its money. But because the sum is often high, it’s not unusual for the check to bounce. The Gulf state of Qatar, which has a similar credit system, sentenced British businessman Jonathan Nash to 37 years imprisonment last year for a check that could not be covered.  

    In the UAE, all you have to do is get sick and not be able to pay your mortgage bill,” Estlund said. “What grabs people’s attention about #Interpol Red Notice cases is that it could be you, it could be me.

    #notice_rouge
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Notice_rouge


  • Le Qatar annonce son départ de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole
    https://www.lemonde.fr/international/article/2018/12/03/le-qatar-annonce-son-depart-de-l-organisation-des-pays-exportateurs-de-petro

    L’émirat du Golfe, qui devrait se retirer du cartel de l’or noir en janvier, est l’un des plus petits producteurs de l’OPEP et son influence y est limitée.

    L’annonce a surpris. « Le Qatar a décidé de se retirer comme membre de l’OPEP avec effet en janvier 2019 », a déclaré lundi 3 décembre le nouveau ministre de l’énergie de l’émirat, Saad Sherida Al-Kaabi. Le pays est membre depuis 1961 de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.

    Cette décision résulte d’une réflexion sur les moyens de renforcer le profil international du Qatar et de préparer sa stratégie de long terme, largement axée sur l’industrie gazière, a expliqué M. Al-Kaabi. Le richissime émirat, premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié, est l’un des plus petits producteurs de l’OPEP et son influence y est limitée.

    Son annonce survient juste avant une réunion cruciale du cartel et de ses partenaires à Vienne, en Autriche, les 6 et 7 décembre, qui a pour objectif de trouver un accord sur une réduction de la production de pétrole. Les prix de l’or noir ont chuté de plus d’un quart depuis le début d’octobre, lorsqu’ils avaient atteint leur plus haut niveau en quatre ans. Doha a assuré cependant qu’il continuerait de respecter ses engagements, comme les autres pays qui ne font pas partie de l’OPEP.

    Le ministre de l’énergie qatari assure que ce départ n’est pas politiquement motivé. Mais le petit Etat de 2,6 millions d’habitants est en conflit ouvert avec ses voisins, dont l’Arabie saoudite, chef de file du cartel et l’un de ses cofondateurs. Depuis le 5 juin 2017, Riyad et ses alliés – les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte – ont tous coupé leurs liens avec Doha, l’accusant de soutenir des mouvements « terroristes », de se rapprocher de l’Iran et de saper la stabilité de la région.

    La seule frontière terrestre de la petite nation péninsulaire avait alors été fermée, sa compagnie aérienne publique interdite d’emprunter l’espace aérien des pays voisins, et ses citoyens expulsés de ces mêmes pays. Depuis plusieurs mois, le régime saoudien entretient également le flou autour d’un projet de canal maritime, percé parallèlement à sa frontière avec le Qatar, qui transformerait de facto l’émirat en île.


  • Jamal Khashoggi’s private WhatsApp messages may offer new clues to killing - CNN
    https://www.cnn.com/2018/12/02/middleeast/jamal-khashoggi-whatsapp-messages-intl/index.html

    Le téléphone de #khashoggi espionné grâce à un logiciel israélien.

    Abdulaziz first spoke publicly about his contact with Khashoggi last month after researchers at the University of Toronto’s Citizen Lab reported his phone had been hacked by military-grade spyware.

    According to Bill Marczak, a research fellow at the Citizen Lab, the software was the invention of an Israeli firm named NSO Group, and deployed at the behest of the Saudi Arabian government.
    Marczak said at least two other Saudi dissidents have been targeted with NSO tools: an activist named Yahya Assiri and a staff member who had been involved in Amnesty International’s work on Saudi Arabia.
    Danna Ingleton, an Amnesty deputy program director, said its technology experts studied the staff member’s phone and confirmed it was targeted with the spyware. Amnesty is currently exploring potential recourse against NSO Group and last week wrote a letter to the Israeli Ministry of Defense requesting it revoke NSO’s export license, Ingleton said.
    On Sunday, Abdulaziz’s lawyers filed a lawsuit in Tel Aviv, alleging NSO broke international laws by selling its software to oppressive regimes, knowing it could be used to infringe human rights. “NSO should be held accountable in order to protect the lives of political dissidents, journalists and human rights activists,” said the Jerusalem-based lawyer Alaa Mahajna, who is acting for Abdulaziz.
    The lawsuit follows another filed in Israel and Cyprus by citizens in Mexico and Qatar.

    *#mbs #israël


  • Coupe du monde 2022 au Qatar : une nouvelle plainte contre Vinci
    https://www.bastamag.net/Coupe-du-monde-2022-au-Qatar-une-nouvelle-plainte-contre-Vinci

    Quelques mois après la Coupe du monde de football en Russie, les regards se tournent à nouveau vers le Qatar. Le petit émirat s’est vu octroyer, dans des conditions contestées, l’organisation de l’édition 2022 de l’événement sportif le plus suivi au monde. Très rapidement, les dirigeants qataris ont lancé la construction de stades flambant neufs et d’autres infrastructures. Un marché mirifique sur lequel se sont rués les grands groupes mondiaux de construction, dont les français Bouygues et Vinci. Ce (...)

    En bref

    / #Syndicalisme, #Proche_et_Moyen_Orient, #Asie_et_Pacifique, #Transformer_le_travail, #Conditions_de_travail, (...)

    #Multinationales


  • AFFAIRE JAMAL KASHOGGI. POUR QUI SONNE LE GLAS ? – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/11/28/affaire-jamal-kashoggi-pour-qui-sonne-le-glas

    La mort atroce de Jamal Kashoggi ne peut être que condamnée. Cet acte abject indigne de toute conscience humaine a été de surcroît commis dans un lieu censé être un sanctuaire, une représentation diplomatique. Ce journaliste piégé et assassiné par traîtrise mérite en ce sens le statut de martyr. Mais ces circonstances tragiques n’ont semble-t-il pas encore révélé tous leurs secrets et ne peuvent nous empêcher de nous poser de légitimes questions.

    La médiatisation de ce drame par les faiseurs d’opinion occidentaux ne peut absoudre les crimes commis par leurs gouvernements respectifs et ne peuvent en tous les cas les faire oublier. La Palestine usurpée avec un peuple condamné depuis 1948 à l’errance, les crimes tus de l’entité sioniste et les guerres livrées contre des populations innocentes sont des marqueurs indélébiles. D’abord l’Afghanistan puis l’Irak et enfin la Syrie. L’ingérence en Egypte avec à la clé un président légitime jeté en prison et ses militants assassinés broyés sur la place publique où jetés en prison. Le démantèlement de la Libye puis la guerre au Mali. Ces agressions n’ont en tous les cas rarement suscité l’indignation et encore moins la condamnation chez ceux qui les ont inspirés et soutenus et qui aujourd’hui exploitent l’affaire Kashoggi pour d’obscurs desseins que nous devinons déjà.

    Ce journaliste saoudien que l’on dit proche de la famille royale s’est subitement retrouvé piégé dans un endroit où il avait vraisemblablement rendez-vous. Les Etats-Unis et la Turquie qui continuent de livrer à doses homéopathiques les informations qu’ils détiennent à propos de cette scabreuse affaire auraient-ils failli à la mission qui était aussi la leur, celle de veiller sur un homme qui ne l’oublions pas vivait aux Etats-Unis et se rendait régulièrement au Turquie où il disposait d’attaches solides.

    De quels éléments disposons-nous pour condamner et designer les commanditaires de cet acte barbare même si la gouvernance qu’ils incarnent n’est pas indemne de tout reproche ? Bien au contraire.

    Mais un prince qui prétend incarner le renouveau peut-il à moins d’être extrêmement naïf commettre un tel acte au point d’hypothéquer ses propres chances d’accéder au trône ?

    Qui aurait réussi si tel était le cas à vendre ce projet à un prince que l’on dit extrêmement rusé et prudent ? Serait-ce comme le prétendent certains un proche du Président Trump ?

    Disposons-nous de tous les éléments pour légitimement condamner ce Prince alors que l’unanimité des dirigeants occidentaux commence déjà à se fissurer ?

    Beaucoup d’éléments et aussi de services semblent se télescoper dans ce que l’on peut déjà qualifier aujourd’hui d’affaire Kashoggi.

    La façon dont les médias occidentaux se sont vite emparés de ce crime laisse perplexe et ces géniteurs de l’amalgame Islam et terrorisme ne se sont pas fait priés pour cracher encore une fois le feu.

    Car au delà de la famille royale saoudienne et des frasques qu’on veut bien leur attribuer et après avoir cautionné la mise sous séquestre et la confiscation des lieux saints de l’Islam en Palestine, il s’agit de s’attaquer désormais à ce qui constitue le sanctuaire de milliards de musulmans, la Mecque.

    Il serait donc bien naïf et surtout hasardeux d’obéir aux injonctions de ceux qui manipulent les consciences et qui du haut de leur suffisance et des crimes qu’ils ont depuis des siècles commis osent encore dire à l’opinion internationale ce qu’est le bien et ce qu’est le mal.

    L’Algérie n’a pas à rentrer dans cette danse macabre. Notre pays entretient d’excellentes relations avec l’Iran, la Turquie d’Erdogan, le Qatar et le Royaume d’Arabie saoudite ne doit pas faire exception. Nous ne sommes pas naïfs et notre pays n’ignore pas les enjeux de la géopolitique régionale. Le monde arabe auquel de ce point de vue là nous appartenons a souvent brillé par ses paradoxes et il serait fastidieux de les énumérer tous. Les vertus démocratiques n’ont jamais été les siennes et les revirements ainsi que les mauvais coups souvent sanglants ont toujours jalonné son histoire. Ceux qui aujourd’hui ont déjà condamné Mohamed Ben Salmane seront peut-être demain si la conjoncture venait à changer les premiers à le courtiser. La condamnation sans équivoque de l’assassinat de Kashoggi par l’Algérie a et bien qu’elle soit un peu tardive le mérite d’exister et balise en tous les cas le voyage de ce Prince dans notre pays. Mais la realpolitik a aussi ses vertus. Nous avons souvent été nous-mêmes bernés par notre naïveté et cette fougue congénitale à tout appréhender par l’affect et à mettre souvent en veilleuse la raison. Seuls aujourd’hui les intérêts vitaux de l’Algérie comptent. Nous recevons ce prince comme nous en avons reçu déjà beaucoup d’autres. Il s’agit de notre souveraineté. Une diplomatie sage et sereine nous est absolument nécessaire si nous voulons devenir grands. Et il faut toujours privilégier les compromis. Et condamner sans équivoque et avec force les compromissions.                                                                                      
    Salim METREF                                                                   http://lequotidienalgerie.org/2018/11/28/affaire-jamal-kashoggi-pour-qui-sonne-le-glas


  • Lobby pro-israélien aux Etats-Unis : “Au fond, Israël se fiche de l’antisémitisme” - Médias / Net - Télérama.fr

    Un entretien avec alain gresh sur @orientxxi

    https://www.telerama.fr/medias/lobby-pro-israelien-aux-etats-unis-au-fond,-israel-se-fiche-de-lantisemitis

    La série documentaire sur l’action du lobby pro-israélien aux Etats-Unis, produite par Al-Jazira mais censurée par le Qatar, est désormais visible sur la plateforme française Orient XXI. Son fondateur Alain Gresh nous explique comment il a mis la main sur ce reportage explosif.
    Malgré le gel de sa diffusion par le Qatar, l’intégralité de l’enquête d’Al-Jazira sur le lobby pro-israélien aux Etats-Unis est visible ailleurs, sur le Web. Les quatre volets de ce travail de longue haleine menée par la cellule d’investigation de la chaîne qatarie sont désormais en ligne (et sous-titrés) sur Orient XXI, site d’information français sur le monde arabe et musulman. 
    Après avoir regardé les deux premiers épisodes de ce reportage explosif, nous avions quelques questions à poser à Alain Gresh, fondateur d’Orient XXI et ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique. Il nous explique pourquoi ce document a été censuré, comment il l’a récupéré et pourquoi il a finalement décidé de le diffuser.


  • Botched Israeli operation in Gaza endangers human rights groups - Palestinians

    If it turns out that the IDF invented a fictitious aid group for the operation, from now on it can be expected that every real new organization will find it difficult to be trusted by the authorities and residents in the Gaza Strip

    Amira Hass
    Nov 25, 2018

    https://www.haaretz.com/middle-east-news/palestinians/.premium-botched-israeli-operation-in-gaza-endangers-human-rights-groups-1.

    If members of the Israeli special operations force that Hamas exposed in the Gaza Strip this month indeed impersonated aid workers, as Walla news and the Israel Television News Company reported, it will reinforce and even retroactively justify Hamas’ longtime suspicions.
    Hamas has in the past claimed that, consciously or not, international humanitarian organizations assist Israel’s Shin Bet security service and the Israeli military.
    To really understand Israel and the Palestinians - subscribe to Haaretz
    This is exactly what the employees of foreign aid organizations, as well as Palestinian ones with some foreign staff, fear. A senior employee in one of these organizations told Haaretz that if Israel has abused the network of international or local aid groups, it could undermine the critical activities of organizations large and small: The Hamas government that controls the Gaza Strip might take precautions that will interfere with their entry into the Strip and their work.
    “No one will listen to the protest of a small organization on the exploitation of humanitarian activity,” he said. “Large organizations need to make their voices heard.”

    The bodies of four of the six men killed during an Israeli raid on Khan Younis in a hospital morgue in Gaza, on Sunday, November 11, 2018AFP
    Foreigners who entered the Gaza Strip last week reported more exacting questioning than usual at Hamas’ border control position and strict identity checks of passengers at checkpoints within the Strip.

    A Westerner who visits the Strip frequently told Haaretz they sense some suspicion on the part of ordinary Gazans toward foreigners — and not for the first time.
    What is interesting is that Palestinian media outlets did not publish the suspicions about the Israel special force impersonating aid workers: In other words, Hamas did not raise this claim publicly.
    According to versions heard in the Gaza Strip, the members of the unit carried forged Palestinian ID cards, presumably of Gazans, and said they had food distribution coupons. It also seems they spent a number of days in the Strip before they were exposed.
    Working for an aid organization is a logical and convenient cover story. As part of the strict limits on movement by Israel, foreigners and Palestinians who are not residents of the Strip, who work for international aid organizations (and foreign journalists) are among the few who receive entry permits into the Gaza Strip.

    Palestinian militants of Hamas’ military wing attend the funeral of seven Palestinians, killed during an Israeli special forces operation in the Gaza, in Khan Younis, on November 12, 2018.AFP
    Hamas senior official Moussa Abu Marzouk was quoted as hinting that the entry of the unit was made possible through a checkpoint of the Palestinian Authority, at the Erez border crossing.
    His statement fed the constant suspicions against the PA’s security services of cooperation and help for the Israeli security forces. But knowing how the official entry process into the Gaza Strip from Israel works raises doubts about the feasibility of this scenario.
    In addition to navigating the bureaucracy of Israel’s Coordinator of Government Activities in the Territories to obtain an entry permit from Israel, foreigners seeking to enter the Gaza Strip must also coordinate their travel in advance with the Hamas authorities.
    To enter officially through the Erez crossing, you must submit full identification details, including details on the purpose of the visit and the organization and identity of contact persons inside the Gaza Strip.
    >> How Hamas sold out Gaza for cash from Qatar and collaboration with Israel | Opinion
    The military unit’s entry through Erez would have required Israel to use the name of a well-known aid organization, which would not raise any suspicions. Did the Israel Defense Forces use the name of an organization such as UNRWA or an Italian aid group funded by the European Union, for example?
    And if it turns out that to carry out the mission, the IDF invented a fictitious aid group a long time ago, and in doing so received the help of COGAT, from now on it can be expected that every real new organization will find it difficult to be trusted by the authorities and residents in the Gaza Strip.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    On entry to the Gaza Strip, those who receive permits go through four checkpoints: On the Israel side of the crossing, at the first registration position of the PA on the other side of the crossing, at the checkpoint of the PA police, which was once the Hamas checkpoint and was handed over to the PA about a year ago when it was attempted to establish a reconciliation government, and at the new registration position of Hamas, which has restarted operations these last few months.
    Even those bearing Palestinian identity cards — which according to reports the members of the unit carried — must pass through the posts of the PA and Hamas and answer questions. At the Hamas position, suitcases are not always checked, but a person who often enters the Gaza Strip told Haaretz that the check — even if only to search for alcohol — is always a risk to be taken into account.
    It is hard to believe that the members of the Israeli military unit would have entered Gaza without weapons, on one hand, or would have risked exposure, on the other, he said. 
    One gets the impression from media reports that Hamas and the IDF are both busy competing over who was humiliated more by the exposure of the unit’s operations. What is certain is that making humanitarian aid into a tool in the service of Israeli military intelligence contributes to the feeling of vulnerability and isolation of the Strip.


  • How Hamas sold out Gaza for cash from Qatar and collaboration with Israel

    Israel’s botched military incursion saved Hamas from the nightmare of being branded as ’sell-outs’. Now feted as resistance heroes, it won’t be long before Hamas’ betrayal of the Palestinian national movement is exposed again

    Muhammad Shehada
    Nov 22, 2018 7:04 PM

    https://www.haaretz.com/middle-east-news/.premium-how-hamas-sold-out-gaza-for-cash-from-qatar-and-collaboration-with

    Earlier this month, Hamas was confronted by one of its worst nightmares. The Palestinian mainstream began to brand Hamas with the same slurs that Hamas itself uses to delegitimize the Palestinian Authority. 
    "They sold us out!” Gazans began to whisper, after Hamas reached a limited set of understandings with Israel in early November. Its conditions required Hamas to distance Gazan protesters hundreds of meters away from the separation fence with Israel and actively prevent the weekly tire-burning and incendiary kite-flying associated with what have become weekly protests.
    In return for this calm, Israel allowed a restoration of the status quo ante – an inherently unstable and destabilizing situation that had led to the outbreak of popular rage in the first place. 

    Other “benefits” of the agreement included a meaningless expansion of the fishing zone for few months, restoring the heavily-restricted entry of relief aid and commercial merchandise to Gaza, instead of the full-on closure of previous months, and a tentative six-month supply of Qatari fuel and money to pay Hamas’ government employees. Basically, a return to square one. 
    skip - Qatari ambassador has stones thrown at him in Gaza
    Qatari ambassador has stones thrown at him in Gaza - דלג

    The disaffected whispers quickly became a popular current, which took overt form when the Qatari ambassador visited Gaza. He was met with angry cries of “collaborator,” as young Gazans threw stones at his vehicle after the ambassador was seen instructing a senior Hamas leader with the words: “We want calm today...we want calm.”
    Keep updated: Sign up to our newsletter

    Hamas leaders didn’t dare show their faces to the people for several days following, and the movement’s popular base had a very hard time arguing that the agreement with Israel - which offered no fundamental improvement of condition – and sweetened by Qatari cash wasn’t a complete sell-out by Hamas. 
    Inside Hamas, there was evident anxiety about public outrage, not least in the form of social media activism, using Arabic hashtags equivalents to #sell-outs. One typical message reads: “[Suddenly] burning tires have became ‘unhealthy’ and [approaching] the electronic fence is suicide! #sell-outs.”

    Social media is clearly less easy to police than street protests. Even so, there was a small protest by young Gazans in Khan Younis where this “sell-out” hashtag became a shouted slogan; the demonstrators accused Hamas of betrayal.
    But relief for Hamas was at hand – and it was Israel who handed the movement an easy victory on a gold plate last week. That was the botched operation by Israel thwarted by Hamas’ military wing, the al-Qassam brigade, which cost the life of a lieutenant colonel from an IDF elite unit.
    The ensuing retaliation for Israel’s incursion, led by the Islamic Jihad (prodded into action by Iran), who launched 400 improvised rockets into Israel, was intended to draw a bold red line of deterrence, signaling that the Israeli army cannot do as it pleases in Gaza. 
    For days after this last escalation, Hamas leaders rejoiced: that exhibition of muscle power proved their moral superiority over the “collaborationist” Palestinian Authority. Boasting about its heroic engagement in the last escalation, Hamas easily managed to silence its critics by showing that the “armed resistance” is still working actively to keep Gaza safe and victorious. Those are of course mostly nominal “victories.”

    But their campaign was effective in terms of changing the political atmosphere. Now that the apparatus of the Muqawama had “restored our dignity,” further criticism of Hamas’ political and administrative conduct in Gaza was delegitimized again. Criticism of Hamas became equivalent to undermining the overall Palestinian national struggle for liberation.

    Unsurprisingly that silenced the popular outrage about Hamas’ initial agreement of trading Gaza’s sacrifices over the last seven months for a meager supply of aid and money. The few who continued to accuse Hamas of selling out were promptly showered by footage of the resistance’s attacks on Israel, or reports about Israeli Defense Minister Avigdor Lieberman’s resignation, for which Hamas claimed credit, coming as it did a day after a Hamas leader demanded he resigned. 
    Mission accomplished, a piece of cake. Now it was time for Hamas to return to business, strengthened by a renewed shield of resistance-immunity that branded criticism as betrayal.
    Although Hamas leaders have admitted the reality: no more fundamental cease-fire is being negotiated, and so no fundamental improvements for Gaza can be expected - it continues to sell Gazans the delusion that their decade of endurance is finally bearing fruit and soon, more prosperity, employment and hope will trickle down to the masses.
    What has actually trickled down so far are temporary and symbolic painkillers, not an actual end to Gaza’s pain.

    Hamas agreed to give a small share of the Qatari spoils to 50,000 poor Gazan families; $100 for each household. They agreed to creating temporary employment programs for 5,000 young university graduates with the aspirational title of Tomoh (“Ambition”). They promised to keep up the fight until Gaza is no longer unlivable, and Hamas leaders pledged with their honor to continue the Gaza Great Return March until the protests’ main goal - lifting the blockade - was achieved.
    But does that really mean anything when the protests are kept at hundreds of meters’ distance from the fence, essentially providing the “Gazan silence” Netanyahu wants? When no pressure is applied anymore on the Israeli government to create a sense of urgency for action to end the disastrous situation in Gaza? And when Hamas continues to avoid any compromises about administering the Gaza Strip to the PA in order to conclude a decade of Palestinian division, and consecutive failures?
    That Hamas is desperately avoiding war is indeed both notable and worthy, as well as its keenness to prevent further causalities amongst protesters, having already suffered 200 deaths and more than 20,000 wounded by the IDF. That genuine motivation though is mixed with more cynical ones – the protests are now politically more inconvenient for Hamas, and the casualty rate is becoming too expensive to sustain.
    Yet one must think, at what price is Hamas doing this? And for what purpose? If the price of Gaza’s sacrifices is solely to maintain Hamas’ rule, and the motive of working to alleviate pressure on Gaza is to consolidate its authority, then every Gazan has been sold out, and in broad daylight.

    Only if Hamas resumes the process of Palestinian reconciliation and a democratic process in Gaza would those actions be meaningful. Otherwise, demanding that the world accepts Hamas’ rule over Gaza as a fait accompli – while what a Hamas-controlled Gaza cannot achieve, most critically lifting the blockade, is a blunt betrayal of Palestinian martyrdom.
    It means compromising Palestinian statehood in return for creating an autonomous non-sovereign enclave in which Hamas could freely exercise its autocratic rule indefinitely over an immiserated and starving population.
    Which, according to PA President Mahmoud Abbas, is what Hamas has always wanted since rising to power in 2009: an interim Palestinian state in Gaza under permanent Hamas rule, not solving the wider conflict but rather obliterating in practice the prospect of a two state solution.
    It remains to be seen if the calls of “sell-outs” will return to Gaza’s social networks and streets, not least if Hamas’ obduracy and appetite for power end up selling out any prospect of a formally recognized State of Palestine.
    Muhammad Shehada is a writer and civil society activist from the Gaza Strip and a student of Development Studies at Lund University, Sweden. He was the PR officer for the Gaza office of the Euro-Med Monitor for Human Rights. Twitter: @muhammadshehad2

    Muhammad Shehada


  • En pleine affaire Khashoggi, Donald Trump remercie l’#Arabie_saoudite - La Libre
    http://www.lalibre.be/actu/international/en-pleine-affaire-khashoggi-donald-trump-remercie-l-arabie-saoudite-5bf5621f

    « Il se pourrait très bien que le prince héritier ait eu connaissance de cet évènement tragique —peut-être, peut-être pas ! », a dit Donald Trump dans un communiqué.

    #Etats-Unis #sans_vergogne


  • A Haven for Money in the Middle East, Dubai Is Losing Its Shine - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-11-18/a-haven-for-money-in-the-middle-east-dubai-is-losing-its-shine

    There’s a deeper problem. Dubai prospered as a kind of Switzerland in the Gulf, a place to do business walled off from the often violent rivalries of the Middle East, says Jim Krane, author of the 2009 book “City of Gold: Dubai and the Dream of Capitalism.’’

    Now the state that Dubai is part of, the United Arab Emirates, has become an active player in those conflicts, fighting in civil wars from Libya to Yemen and joining the Saudi-led boycott of Qatar.

    “It’s a situation that Dubai finds itself in mostly through no fault of its own,’’ says Krane. “You can go to war with your neighbors, or you can trade with them. It’s really hard to do both.’’
    ‘Unpleasant Surprise’

    Stories of Qatari citizens being ordered to leave the U.A.E. shocked businesses that serviced the region from headquarters in Dubai. American executives were especially concerned about the prospect of being forced to pick sides, says Barbara Leaf, who was U.S. ambassador in the U.A.E. until March.

    “It has cast a shadow,’’ she says. “It was a very unpleasant surprise when U.A.E.-based companies found out they could no longer fly or ship goods directly to Doha.’’ The dispute rumbles on, even though the U.S. is applying renewed pressure for a settlement.

    #émirats


  • Behind a Saudi Prince’s Rise, Two Loyal Enforcers - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/11/14/world/middleeast/saudi-arabia-crown-prince-loyalists.html

    When Crown Prince Mohammed bin Salman of Saudi Arabia convened an outdoor banquet this spring for his fellow Arab rulers, seated among the kings, princes and presidents were two friends with few qualifications other than their closeness to the young prince himself: a poet who has become known for orchestrating ferocious social media campaigns, and a former security guard who runs the Saudi sports commission.

    The two men had each played pivotal roles in many of the brazen power plays that have marked Prince Mohammed’s sprint to dominance of the kingdom — the ouster of the previous crown prince, the detentions of royals and businessmen in the Riyadh Ritz-Carlton, the kidnapping of the Lebanese prime minister, and the kingdom’s diplomatic spats with Qatar and Canada. Even Saudi royals have come to fear the prince’s two friends — Saud el-Qahtani, 40, and Turki al-Sheikh, 37 — and the Arab potentates around the table could scarcely object to their presence.

    Lampistes ? #mbs #khashoggi


  • La crucifixion de Julian Assange – Ce qui arrive à Assange devrait terrifier la presse (Truth Dig) – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/11/14/la-crucifixion-de-julian-assange-ce-qui-arrive-a-assange-dev

    Le silence sur le traitement d’Assange n’est pas seulement une trahison à son égard, mais une trahison de la liberté de la presse elle-même. Nous paierons cher cette complicité.

    L’asile de Julian Assange à l’ambassade d’Equateur à Londres s’est transformé en une petite boutique des horreurs. Au cours des sept derniers mois, il a été largement coupé de toute communication avec le monde extérieur. Sa nationalité équatorienne, qui lui a été accordée en tant que demandeur d’asile, est en cours de révocation. Sa santé s’est détériorée. On lui refuse l’accès à soins médicaux appropriés [ie à l’extérieur de l’ambassade – NdT]. Ses efforts pour obtenir réparation ont été paralysés par les « règles du bâillon » [« gag rules » – Une règle de bâillon est une règle qui limite ou interdit la discussion, la considération ou la discussion d’un sujet particulier par les membres d’un organe législatif ou exécutif. – NdT], y compris les ordres équatoriens lui interdisant de rendre publiques ses conditions de vie à l’intérieur de l’ambassade dans sa lutte contre la révocation de sa citoyenneté équatorienne.

    Le Premier ministre australien Scott Morrison a refusé d’intercéder en faveur d’Assange, un citoyen australien, même si le nouveau gouvernement équatorien, dirigé par Lenín Moreno – qui appelle Assange un « problème hérité » et un obstacle à de meilleures relations avec Washington – rend la vie du fondateur de WikiLeaks dans cette ambassade insupportable. Presque tous les jours, l’ambassade impose des conditions plus dures à Assange, notamment en lui faisant payer ses frais médicaux, en lui imposant des règles obscures sur la façon dont il doit prendre soin de son chat et en lui demandant d’effectuer diverses tâches ménagères dégradantes.

    Les Équatoriens, réticents à expulser Assange après lui avoir accordé l’asile politique et la citoyenneté, ont l’intention de rendre son existence si pénible qu’il accepterait de quitter l’ambassade pour être arrêté par les Britanniques et extradé vers les États-Unis. L’ancien président de l’Equateur, Rafael Correa, dont le gouvernement a accordé l’asile politique à l’éditeur, qualifie les conditions de vie actuelles d’Assange de « torture ».

    Sa mère, Christine Assange, a déclaré dans un récent appel vidéo : [L’auteur cite de longs extraits. Voir l’appel en entier et en français : https://www.legrandsoir.info/unity4j-christine-assange-lance-un-appel-… – NdT]

    Assange était loué et courtisé par certains des plus grands médias du monde, dont le New York Times et le Guardian, pour les informations qu’il possédait. Mais une fois que ses documents sur les crimes de guerre commis par les États-Unis, en grande partie fournis par Chelsea Manning, ont été publiés par ces médias, il fut mis à l’écart et diabolisé. Un document du Pentagone qui a fait l’objet d’une fuite et préparé par la Cyber Counterintelligence Assessments Branch (Direction du contre-espionnage cybernétique) du 8 mars 2008 a révélé une campagne de propagande visant à discréditer WikiLeaks et Assange. Le document dit que la campagne de diffamation doit chercher à détruire le « sentiment de confiance » qui est le « centre de gravité » de WikiLeaks et à salir la réputation d’Assange. Cela a largement fonctionné. Assange est particulièrement vilipendé pour avoir publié 70 000 courriels piratés appartenant au Comité national démocrate (DNC) et à de hauts responsables démocrates. Les démocrates et l’ancien directeur du FBI, James Comey, affirment que les courriels ont été copiés des comptes de John Podesta, chef de campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton, par des pirates du gouvernement russe. Comey a dit que les messages ont probablement été transmis à WikiLeaks par un intermédiaire. Assange a dit que les e-mails n’avaient pas été fournis par des « acteurs étatiques ».

    Le Parti démocrate, qui cherche à imputer sa défaite électorale à l’ » ingérence » russe plutôt qu’à la grotesque inégalité des revenus, à la trahison de la classe ouvrière, à la perte des libertés civiles, à la désindustrialisation et au coup d’Etat des entreprises que le parti a aidé à orchestrer, accuse Assange d’être un traître, bien qu’il ne soit pas un citoyen américain. Ni un espion. Et à ma connaissance, aucune loi ne lui interdit de publier les secrets du gouvernement US. Il n’a commis aucun crime. Aujourd’hui, les articles parus dans les journaux qui publiaient autrefois des articles de WikiLeaks mettent l’accent sur son comportement prétendument négligeant – ce qui n’était pas évident lors de mes visites – et sur le fait qu’il est, selon les mots du Guardian, « un invité indésirable » à l’ambassade. La question vitale des droits d’un éditeur et d’une presse libre a cédé le place à la calomnie contre la personne.

    Assange a obtenu l’asile à l’ambassade en 2012 afin d’éviter l’extradition vers la Suède pour répondre à des questions sur des accusations d’infractions sexuelles qui ont finalement été abandonnées. Assange craignait qu’une fois détenu par les Suédois, il soit extradé vers les États-Unis [un accord d’extradition entre la Suède et les Etats-Unis autorise l’extradition d’une personne comme simple « témoin » – NdT]. Le gouvernement britannique a déclaré que, bien qu’il ne soit plus recherché pour interrogatoire en Suède, Assange sera arrêté et emprisonné s’il quitte l’ambassade pour avoir violé les conditions de sa libération sous caution.

    WikiLeaks et Assange ont fait plus pour dénoncer les sombres machinations et crimes de l’Empire américain que toute autre organisation de presse. Assange, en plus de dénoncer les atrocités et les crimes commis par l’armée américaine dans nos guerres sans fin et de révéler les rouages internes de la campagne Clinton, a rendu publics les outils de piratage utilisés par la CIA et la NSA, leurs programmes de surveillance et leur ingérence dans les élections étrangères, notamment les élections françaises. Il a révélé le complot contre le chef du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn par des députés travaillistes au Parlement. Et WikiLeaks s’est rapidement mobilisé pour sauver Edward Snowden, qui a exposé la surveillance totale du public américain par le gouvernement, de l’extradition vers les États-Unis en l’aidant à fuir Hong Kong pour Moscou. Les fuites de Snowden ont également révélé, de façon inquiétante, qu’Assange était sur une « liste de cibles d’une chasse à l’homme » américaine.

    Ce qui arrive à Assange devrait terrifier la presse. Et pourtant, son sort se heurte à l’indifférence et au mépris sarcastique. Une fois expulsé de l’ambassade, il sera jugé aux États-Unis pour ce qu’il a publié. Cela créera un précédent juridique nouveau et dangereux que l’administration Trump et les futures administrations utiliseront contre d’autres éditeurs, y compris ceux qui font partie de la mafia qui tentent de lyncher Assange. Le silence sur le traitement d’Assange n’est pas seulement une trahison à son égard, mais une trahison de la liberté de la presse elle-même. Nous paierons cher cette complicité.

    Même si ce sont les Russes qui ont fourni les courriels de Podesta à Assange, il a eu raison de les publier. C’est ce que j’aurais fait. Ces courriers ont révélé les pratiques de l’appareil politique Clinton qu’elle et les dirigeants démocrates cherchaient à cacher. Au cours des deux décennies où j’ai travaillé en tant que correspondant à l’étranger, des organisations et des gouvernements m’ont régulièrement divulgué des documents volés. Ma seule préoccupation était de savoir si les documents étaient authentiques ou non. S’ils étaient authentiques, je les publiais. Parmi ceux qui m’en ont transmis, il y avait les rebelles du Front de Libération Nationale Farabundo Marti (FMLN) ; l’armée salvadorienne, qui m’a un jour donné des documents du FMLN ensanglantés trouvés après une embuscade, le gouvernement sandiniste du Nicaragua ; le Mossad, le service de renseignement israélien ; le FBI ; la CIA ; le groupe rebelle du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ; l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) ; le service de renseignement français, la Direction générale de la sécurité extérieure, ou DGSE ; et le gouvernement serbe de Slobodan Milosovic, qui a ensuite été jugé comme un criminel de guerre.

    Nous avons appris par les courriels publiés par WikiLeaks que la Fondation Clinton a reçu des millions de dollars de l’Arabie saoudite et du Qatar, deux des principaux bailleurs de fonds de l’État islamique. En tant que secrétaire d’État, Hillary Clinton a remboursé ses donateurs en approuvant la vente de 80 milliards de dollars d’armes à l’Arabie saoudite, ce qui a permis au royaume de mener une guerre dévastatrice au Yémen qui a déclenché une crise humanitaire, notamment une grave pénurie alimentaire et une épidémie de choléra, et fait près de 60 000 morts. Nous avons appris que Clinton avait touché 675 000 $ pour une conférence chez Goldman Sachs, une somme si énorme qu’elle ne peut être qualifiée que comme un pot-de-vin. Nous avons appris que Mme Clinton avait dit aux élites financières, lors de ses entretiens lucratifs, qu’elle voulait » l’ouverture du commerce et des frontières » et qu’elle croyait que les dirigeants de Wall Street étaient les mieux placés pour gérer l’économie, une déclaration qui allait directement à l’encontre de ses promesses électorales. Nous avons appris que la campagne Clinton avait pour but d’influencer les primaires républicaines pour s’assurer que Donald Trump était le candidat républicain. Nous avons appris que Mme Clinton avait obtenu à l’avance les questions posées lors du débat pendant les primaires. Nous avons appris, parce que 1 700 des 33 000 courriels provenaient d’Hillary Clinton, qu’elle était l’architecte principale de la guerre en Libye. Nous avons appris qu’elle croyait que le renversement de Moammar Kadhafi lui permettrait d’améliorer ses chances en tant que candidate à la présidence. La guerre qu’elle a voulu a plongé la Libye dans le chaos, vu la montée au pouvoir des djihadistes radicaux dans ce qui est aujourd’hui un État en déliquescence, déclenché un exode massif de migrants vers l’Europe, vu les stocks d’armes libyens saisis par des milices rebelles et des radicaux islamiques dans toute la région, et fait 40 000 morts. Cette information aurait-elle dû rester cachée ? Vous pouvez dire oui, mais dans ce cas vous ne pouvez pas vous qualifier de journaliste.

    « Ils sont en train de piéger mon fils pour avoir une excuse pour le livrer aux États-Unis, où il fera l’objet d’un simulacre de procès« , a averti Christine Assange. « Au cours des huit dernières années, il n’a pas eu accès à un processus juridique approprié. A chaque étape, c’est l’injustice qui a prévalu, avec un énorme déni de justice. Il n’y a aucune raison de penser qu’il en sera autrement à l’avenir. Le grand jury américain qui produit le mandat d’extradition se tient en secret, a quatre procureurs mais pas de défense ni de juge.

    Le traité d’extradition entre le Royaume-Uni et les États-Unis permet au Royaume-Uni d’extrader Julian vers les États-Unis sans qu’il y ait de preuve prima facie. Une fois aux États-Unis, la National Defense Authorization Act permet la détention illimitée sans procès. Julian risque d’être emprisonné à Guantánamo Bay et torturé, d’être condamné à 45 ans de prison de haute sécurité, ou la peine de mort.« 

    Assange est seul. Chaque jour qui passe lui est plus difficile. C’est le but recherché. C’est à nous de protester. Nous sommes son dernier espoir, et le dernier espoir, je le crains, pour une presse libre.

    Chris Hedges

    Chris Hedges, a passé près de deux décennies comme correspondant à l’étranger en Amérique centrale, au Moyen-Orient, en Afrique et dans les Balkans. Il a fait des reportages dans plus de 50 pays et a travaillé pourThe Christian Science Monitor, National Public Radio, The Dallas Morning News et The New York Times, pour lesquels il a été correspondant à étranger pendant 15 ans.

    Traduction « il y aura des comptes à rendre » par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles » »https://www.truthdig.com/articles/crucifying-julian-assange/URL de cet article 34082 
    https://www.legrandsoir.info/la-crucifixion-de-julian-assange-ce-qui-arrive-a-assange-devrait-terri


  • Israel’s defense chief resigns, slams Netanyahu for ’surrendering to Hamas terror’
    Haaretz.com - Chaim Levinson Nov 14, 2018 12:47 PM
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israel-s-political-arena-holds-breath-as-defense-chief-calls-surpr

    Defense Minister Avigdor Lieberman announced his resignation on Wednesday and called for elections to be held as soon as possible, saying he hopes a date will be set by Sunday. Lieberman said of all the members of his party, Yisrael Beiteinu, will quit the coalition.

    However, a senior source in Likud, Prime Minister Benjamin Netanyahu’s party, said that elections are not neccessarily the next step and added that Netanyahu will initially take on Lieberman’s portfolio. Lieberman, who heads Yisrael Beiteinu, will retake his Knesset seat following his resignation, as provided for by law.

    “I didn’t look for reasons to quit,” Lieberman said. “I tried to remain a loyal government member, in the cabinet, keep differences internal even at an electoral cost.” The two turning points, he said, were the millions of dollars in cash delivered from Qatar to Gaza, and the cease-fire Israel reached with Hamas on Tuesday.

    “There is no other definition, no other significance, but a capitulation to terror,” he said, adding: “What we are doing now as a country is buying short-term quiet at the cost of our long-term security.”

    “It is no secret there were differences between the prime minister and I,” he said. “I did not agree to allow entry of Qatari money [into Gaza], and I had to allow it only after the prime minister announced it.” Lieberman said similar differences revolved around the evacuation of the West Bank Bedouin village of Khan al-Ahmar.

    Yisrael Beiteinu’s departure means Netanyahu still holds a Knesset majority of 61 seats to maintain the coalition. Another key coalition partner in Netanyahu’s government, Habayit Hayehudi (headed by Education Minister Naftali Bennett) said that unless the defense portfolio goes to Bennett, the party will also quit the coalition.

    Hamas, which controls the Gaza Strip, said Lieberman’s resignation is a recognition of Israel’s defeat in this week’s military confrontation with the Islamic group.

    Following the cabinet meeting on Tuesday, Lieberman and Education Minister Naftali Bennett published statements against the truce reached with Hamas. Sources said that as soon as the latest round of fighting erupted, Lieberman demanded a “harsh, decisive” move against Hamas. Sources near Bennett say that his opposition to the cease-fire was clear as could be.

    Other sources, however, say that ultimately, the ministers unanimously supported the defense establishment’s position that action should be taken to restore the calm.

    According to associates of Lieberman, the Prime Minister’s Office’s claim on Tuesday that he had supported the cease-fire agreement that was reached to end hostilities in Gaza infuriated him.

    Senior Hamas official Husan Badran said Tuesday, the third day of hostilities, that “if Netanyahu is interested in ending this round, he must fire [Defense Minister] Lieberman, who in his foolish conduct caused the escalation.”

    In recent weeks, Lieberman and Bennett have publicly argued between them about Gaza and Israel’s actions there. Last month, Bennett charged Lieberman of a weak, left-wing defense policy, while Lieberman retorted that in cabinet meetings, Bennett says the opposite of what he says in public.

    Lieberman and the cabinet were divided about the sale of gasoline and natural gas to Gaza, and in defense forums, it was decided that the defense minister may not make decisions on the subject without the cabinet’s agreement. The ministers were surprised last month by Lieberman’s decision to cut off the fuel supply to Gaza, a decision he made on his own, in contradiction to the position of the defense establishment. Netanyahu and the cabinet members heard of the decision for the first time through the media.


  • Regardez le documentaire interdit et explosif sur le lobby pro-israélien aux Etats-Unis - Télévision - Télérama.fr

    https://www.telerama.fr/television/regardez-le-documentaire-interdit-et-explosif-sur-le-lobby-pro-israelien-au

    Attention, matière inflammable ! Le site d’information sur le Proche-Orient et le Maghreb Orient XXI met en ligne les deux premiers épisodes d’une série documentaire en quatre volets : une enquête spectaculaire sur le lobby israélien aux Etats-Unis. Prévue début 2018, la diffusion de ce reportage mené par la cellule d’investigation de la chaîne qatarie Al-Jazira a été gelée par Doha qui, en plein contentieux avec ses voisins saoudiens et émiratis, n’a pas voulu s’aliéner l’administration Trump, infaillible appui d’Israël. Orient XXI précise sur son site qu’un accord est intervenu entre le gouvernement du Qatar et une partie du lobby pro-israélien qui a, en échange, accepté d’adopter une attitude neutre dans le conflit entre l’Arabie saoudite et le petit émirat. Dans Le Monde diplomatique, Alain Gresh, le directeur d’Orient XXI, rapporte qu’en avril 2018 le site de l’Organisation sioniste américaine (ZOA) publiait un communiqué se réjouissant que « le Qatar [ait] accepté de ne pas diffuser le documentaire vicieusement antisémite d’Al-Jazira réalisé par un infiltré sur le soi-disant lobby juif américain ».
    Nous avons visionné La Guerre secrète et Orienter les élites, les deux épisodes visibles sur le site d’Orient XXI. Premier constat : il s’agit d’un travail journalistique sérieux, précis et documenté qui fait intervenir de nombreuses personnalités, politiques, universitaires, essayistes, étudiants. L’expression « lobby juif », pour le moins tendancieuse, n’est jamais prononcée et il est expliqué à plusieurs reprises que les responsables des organisations incriminées dans le reportage ont été sollicitées, en vain, par ses auteurs. L’antisémitisme y est dénoncé sans équivoque. Nulle théorie du complot en vue, les adeptes des élucubrations antisémites type Protocoles des Sages de Sion peuvent donc s’abstenir.


  • Exclusive: Khashoggi murder further complicates ’Arab NATO’ plan - U.S. sources | Reuters

    https://www.reuters.com/article/us-usa-mideast-alliance-exclusive/exclusive-khashoggi-murder-further-complicates-arab-nato-plan-u-s-sources-i

    WASHINGTON (Reuters) - President Donald Trump’s strategy to contain Iranian power in the Middle East by forging Arab allies into a U.S.-backed security alliance was in trouble even before the murder of Saudi journalist Jamal Khashoggi. Now, three U.S. sources said, the plan faces fresh complications.

    FILE PHOTO: U.S. President Donald Trump shakes hands with Saudi Arabia’s Crown Prince Mohammed bin Salman in the Oval Office at the White House in Washington, U.S. March 20, 2018. REUTERS/Jonathan Ernst/File Photo
    Khashoggi’s murder on Oct. 2 in the Saudi consulate in Istanbul has drawn international outrage against Crown Prince Mohammed bin Salman, with Turkish officials and some U.S. lawmakers accusing the kingdom’s de facto ruler of ordering the killing.

    The Middle East Strategic Alliance (MESA) aims to bind Sunni Muslim governments in Saudi Arabia, the United Arab Emirates, Kuwait, Qatar, Oman, Bahrain, Egypt and Jordan in a U.S.-led security, political and economic pact to counter Shi’ite Iran. 

    But feuds among Arab allies, especially a Saudi-led economic and political boycott of Qatar, have hampered the founding of the alliance since Riyadh proposed it last year.

    A summit meeting in the United States where Trump and the Arab leaders would sign a preliminary accord on the alliance was expected in January. But the three U.S. sources and a Gulf diplomat said the meeting now looks uncertain. It has already been postponed several times, they added. 

    Khashoggi’s murder raised “a whole bunch of problems” to be solved before the plan - informally referred to as the “Arab NATO” - can move forward, one U.S. source said. One issue is how the Americans could have the Saudi crown prince, who goes by the initials MbS, attend the summit without causing widespread outrage.

    “It’s not palatable,” the source said.


  • DOCU AUTOCENSURÉ D’AL-JAZEERA SUR LE LOBBY PRO-ISRAÉLIEN : CE QU’IL RÉVÈLE VRAIMENT

    Arrêt sur images

    Le Qatar a fait taire sa télé emblématique pour éviter une catastrophe diplomatique. Arrêt sur Images a visionné deux épisodes de "The Lobby - USA", le documentaire interdit. On vous raconte.
    Une enquête filmée en caméra cachée, qui met au jour le poids et les pratiques des groupes de pression pro-israéliens aux Etats-Unis… C’est l’angle d’attaque de "The Lobby – USA", documentaire en quatre volets produit par la chaîne qatarie Al-Jazeera, qui promettait des révélations en cascade sur la stratégie d’influence du gouvernement Nethanyaou outre-Atlantique.

    Sauf que voilà, au début de l’année, après des mois d’expectative, le bras armé télévisé du Qatar a finalement décidé de remiser son film au placard. La raison ? En plein conflit larvé avec l’Arabie Saoudite, le petit émirat aurait préféré la jouer tactique. Soucieux de ne pas s’aliéner les puissants groupes de pressions israéliens, le Qatar a préféré geler la diffusion du reportage. Selon le site spécialisé sur le monde arabe, Orient XXI, Doha aurait accepté de déprogrammer le film "suite à un accord entre le gouvernement du Qatar et une partie du lobby pro-israélien qui a, en échange, accepté d’adopter une attitude neutre dans le conflit entre l’Arabie saoudite et le petit Emirat." Quelle histoire !

    "The Lobby - USA", une enquête sacrifiée sur l’autel des intérêts géostratégiques du Qatar… clap de fin pour un documentaire mort-né ? Non, car dès septembre, le Monde Diplomatique, sous la plume d’Alain Gresh, également directeur de publication du site Orient XXI, s’est procuré le film interdit, et en a divulgué les grandes lignes.

    Et voici que ce 2 novembre, Orient XXI, en partenariat avec le site pro-palestinien The Electronic Intifada (Etats-Unis) et le journal libanais Al-Akhbar ont rendu le documentaire public. Les deux premiers épisodes (sur quatre) ont pour l’instant été sous-titrés en français et mis en ligne par Orient XXI qui estime qu’"il y va du droit à l’information." Alors à quoi ressemble "The Lobby - USA" ? Que révèlent les premiers volets de l’enquête maintenue sous cloche par le Qatar ?

    INFILTRÉ

    "The Lobby - USA" se présente comme la suite d’un précédent documentaire de la chaîne déjà consacré aux lobbys pro-israéliens au Royaume-Uni. Diffusé début 2017, ce premier opus avait, comme nous vous le racontions à l’époque, déclenché un début de crise diplomatique entre Israël et la Grande-Bretagne. En cause : une séquence en caméra cachée dans laquelle un diplomate israélien conspirait avec un haut fonctionnaire pour faire « tomber » un ministre britannique aux positions jugées trop pro-palestiniennes. Cette fois, avec "The Lobby - USA", Al Jazeera reprend les mêmes ficelles pour mettre au jour le poids des groupes de pression pro-israéliens aux Etats-Unis.

    Pour les besoins de l’enquête, la chaîne a réussi à intégrer l’un de ses reporters dans les rangs des organisations pro-Israël aux Etat-Unis. James Anthony Leinfeld, dit "Tony", a infiltré durant cinq mois The Israël Projet (TIP) ou encore l’American Israël Public Affairs Comittee (AIPAC, le plus puissant lobby pro-israélien aux Etats-Unis). De cocktails en congrès, de conventions en stages de formation pour militants pro-israéliens, Tony a recueilli en caméra cachée les confidences de plusieurs membres et cadres de ces organisations qui poussent les intérêts israéliens sur le sol américain. "C’est une campagne psychologique impliquant espionnage et calomnies", commente la voix off dans les premières minutes du documentaire.
    undefined
    LE TEASER DU DOCUMENTAIRE

    "The Lobby – USA" - version sous-titrée - Orient XXI

    LE GOUVERNEMENT ISRAELIEN FINANCERAIT LE COMBAT ANTI-BDS AUX USA

    L’enquête d’Al-Jazeera montre l’obsession du pouvoir israélien pour le mouvement pro-palestinien BDS et ses partisans aux Etats-Unis. Lancée en 2005 par des ONG palestiniennes, la campagne BDS (pour Boycott, désinvestissement et sanctions) a gagné les facs américaines en appelant au boycott et à diverses pressions économiques à l’encontre d’Israël aussi longtemps que l’occupation des territoires palestiniens se poursuivra. Sous couverture, le reporter d’Al-Jazeera assiste à la conférence annuelle de l’Israeli American Council (IAC), dont le rôle est de mettre en relation les Juifs américains avec Israël. En caméra cachée, il a filmé l’événement : "Cette année, combattre BDS était le sujet central", explique la voix off.

    "The Lobby – USA"

    Mais comment remporter cette guerre d’influence contre un mouvement non violent ? "En utilisant notamment des outils cyber et Internet", expose lors de cet événement Sagi Balasha, membre de l’IAC, qui explique comment son organisation a mis en place "une unité civile de renseignement qui collecte, analyse, et agit contre les militants du mouvements BDS" aux Etats-Unis. L’enquête d’Al-Jazeera suggère que ce travail de surveillance des militants du BDS se fait avec le concours et le soutien opérationnel du gouvernement israélien. Filmée par Al Jazeera lors de ce congrès de lobbyiste, la ministre israélienne des affaires stratégiques invitée ce jour-là explique à la tribune de l’IAC que son ministère est partenaire de cette opération de renseignement. Elle explique : "Nous sommes un gouvernement qui travaille sur un territoire étranger et nous devons être très, très prudents." Une ministre d’un gouvernement étranger explique coordonner une campagne de surveillance sur le sol américain pour "cartographier" et "collecter du renseignement" sur les partisans du BDS. Une révélation d’importance.

    JULIA, L’ÉTUDIANTE-ESPIONNE QUI VEUT "CONTRÔLER LE RÉCIT"

    Sous couverture, Tony, le reporter d’Al-Jazeera, réussit à approcher une jeune Américaine qui lui en dit plus sur la façon dont le gouvernement israélien travaille avec ses relais diplomatiques aux Etats-Unis.
    undefined
    "IL S’AGIT PRINCIPALEMENT DE COLLECTE DE RENSEIGNEMENTS"

    Il s’agit de Julia Reifkind, alors employée à l’ambassade d’Israël à Washington, et membre de l’organisation pro-israélienne AIPAC. Filmée en caméra cachée dans un café de Washington, elle explique : "Personne ne sait ce qu’on fait. C’est essentiellement beaucoup de recherches, en surveillant les activités de BDS. Il s’agit principalement de collecte de renseignements que nous transmettons à Israël. C’est une grosse partie de mon travail. Renvoyer cela au ministère des affaires étrangères, et au ministère des affaires stratégiques."

    Al Jazeera nous explique qu’elle a dirigé un groupe pro-israélien affilié à l’AIPAC pendant qu’elle était à l’université de Davis, en Californie. Le documentaire ne dit pas si la jeune femme était déjà alors en poste à l’ambassade et si elle avait une double casquette d’agent diplomatique et de responsable étudiant. En revanche, le reportage s’attarde sur les facs américaines, et particulièrement sur celle de Davis en Californie, où des groupes de pression pro-israéliens tentent de discréditer le mouvement BDS et ses leaders étudiants.

    Face caméra, Julia Reifkind raconte comment, membre actif de l’AIPAC et leader étudiante pro-israélienne, elle a orchestré une campagne de dénigrement du BDS . Durant un débat, les étudiants pro-israéliens sont partis en signe de protestation, et ont mis en ligne des vidéos pour rendre publique leur protestation.
    reifkindvote

    Le tout orchestré par l’AIPAC et Reifkind. "Notre volonté était de contrôler le récit", explique la jeune femme. Un activisme qui se double d’une stratégie de communication bien rôdée sur les réseaux sociaux. Reifkind raconte comment son groupe de pression a publié le jour-même des dizaines de tribunes, et inondé la presse de communiqués dénonçant le BDS, comme un "mouvement enraciné dans le mensonge et la haine". Elle raconte : "Quand les gens ouvraient leur Facebook, il ne voyaient pas les étudiants célébrant leur victoire mais il partageaient notre point de vue."

    L’AVOCAT QUI RACONTE LE FINANCEMENT DES CAMPAGNES ÉLECTORALES AMÉRICAINES

    DE L’ART DE BIEN ORIENTER UNE CAMPAGNE ÉLECTORALE

    Nouveau témoin filmé et enregistré à son insu, un "important avocat pro-israélien", David Ochs, compte inviter l’infiltré à une collecte de fonds. Dans un entretien téléphonique, il lui détaille le principe de ces collectes, pour lesquelles les donateurs pro-israéliens se réunissent au sein du "plus grand groupe de politique ad hoc, certainement le plus riche de Washington" D’après lui, le groupe soutient entre autre "Mark Lirk, sénateur de l’Illinois, Ted Deutch, de Floride, Barbara Comstock, députée de Virginie, Richard Burr de Caroline du Nord Kelly Ayotte [...] du comité des armements."
    David Ochs

    "TONY" A OBTENU LES CONFIDENCES DE DAVID OCHS

    Au téléphone, Ochs explique le déroulement des rencontres à Tony, sans que ce soit toujours très clair. Sauf ceci : "La seule manière de mettre la pression sur [les membres du congrès], c’est avec de l’argent". Pour cibler les candidats qu’ils feront bénéficier de leurs largesses, les membres du groupe de donateurs, qui semble piloté par l’AIPAC, “choisissent les candidats qui sont dans une course serrée”. On comprend qu’ils seront d’autant plus sensibles au “coup de pouce” de lobbys, et donc plus sensible à leur cause. Les donateurs viennent nombreux. Un militant anti-lobbys explique pourquoi à Al-Jazeera. "La limite de la contribution d’une personne à un candidat est de 2700 dollars."

    Donc, pour pouvoir amener beaucoup d’argent à un candidat sans enfreindre la loi, les particuliers se regroupent. "Ceci permet d’acheter le législateur", poursuit le militant. L’enjeu est aussi celui de la discrétion. En donnant en tant que particulier, et non en tant que groupe, “tout ce que nous verrons, sur les rapports financiers de campagne, ce sont les noms des particuliers qui ont contribué. Mais il n’y aura aucune trace, dans ces rapports, sur le fait qu’ils ont travaillé ensemble en tant que groupe”, conclut Holman. Quels sont les sujets sur lesquels les donateurs pilotés par l’Aipac souhaitent faire pression ? David Ochs répond crûment. “A New York (...) nous ne demandions rien sur ces putain de Palestiniens. Tu sais pourquoi ? Parce que c’est un petit problème, tout simplement. L’enjeu important, c’est l’Iran, nous voulons que tout soit concentré sur l’Iran.”

    INSINUATIONS AU PROGRAMME

    Ces pratiques semblent jouer avec la loi sans l’outrepasser vraiment. Mais l’avocat David Ochs sous-entend aussi que certains gros bienfaiteurs de la cause israélienne, pour dépasser la limite des 2700 dollars, transfèrent de l’argent à de plus petits donateurs pour qu’ils fassent des dons "à leur place". Une pratique "illégale" selon Holman, mais dont le documentaire peine à établir clairement la réalité, du moins dans les deux premiers épisodes.

    En septembre dans le Monde Diplo, le directeur d’Orient XXI, Alain Gresh, expliquait avoir eu accès au film "grâce à un ami résidant dans les pays du Golfe". Il ajoutait : "Cet enfouissement d’un travail qui a duré plus d’une année a suscité des remous au sein de la chaîne. Certains ont souhaité que ces révélations ne sombrent pas dans les sables mouvants des compromis géopolitiques." Des remous au sein de la chaîne ? C’est peu dire. En mars 2018, le chef de la cellule investigation d’Al-Jazeera, Clayton Swisher, avait pris la parole pour expliquer qu’il regrettait cette déprogrammation. Quelques jours plus tard, en signe de défiance, il prenait un congé sabbatique. A-t-il fait fuiter le documentaire ? Mystère. Dans tous les cas, Orient XXI annonce que les deux derniers des quatre épisodes de l’enquête seront sous-titrés en français et mis en ligne "dans les semaines à venir".

    –-
    *