country:ukraine

  • The Lodz Ghetto Photographs of Henryk Ross | AGO
    http://agolodzghetto.com
    http://cdn.wtvideo.com/images/article/list/12771_2.jpg

    “Overexposed and Underexposed: The Many Faces of the Lodz Ghetto

    Doris L. Bergen and Sylwia Szymańska-Smolkin

    Overexposed and Underexposed was written for this site by Doris Bergen, the Chancellor Rose and Ray Wolfe Professor of Holocaust Studies in the Department of History at the University of Toronto and Sylwia Szymańska-Smolkin who is a PhD Candidate in the Department of History and Centre for Jewish Studies at the University of Toronto. Read their full biographies here.
    What were ghettos in the Holocaust?

    During World War II, Nazi Germans forced Jews into designated areas of cities and towns known as “ghettos.” There were more than 1,000 ghettos. All of them were sites of death, yet also of Jewish life. Ghettos are a well-known part of the Holocaust, although much about them is poorly understood.
    Characteristics of ghettos

    In ghettos, people of all ages and genders lived together, often as families. Concentration and labour camps, by contrast, separated prisoners by sex and excluded the youngest and oldest members of the population. Ghettos had an element of self-administration – Jewish Councils – that the Germans used to carry out their commands. Compared to prisons and camps, German presence in the ghettos was limited. The Germans typically used local police, who worked under German supervision, to guard the ghetto from the outside. For instance Polish police were posted around the Warsaw Ghetto, and Lithuanian police guarded the Kovno Ghetto. Internal matters were left to Jewish police, who officially worked under the supervision of the Jewish Council but were subordinate to the non-Jewish police and often subjected to direct German pressure.

    Ghettos varied enormously. The Germans set up ghettos in some territories but not others. In western Poland, they began to establish ghettos in 1939, just months after the defeat of Poland. But in parts of eastern Poland and Ukraine, they did not create ghettos; instead they shot most Jews there in the months after they invaded in 1941. Ghettos were not used in western Europe (France, the Netherlands, Belgium), nor were there ghettos in Germany itself, although starting in 1938, Jews were confined to certain buildings, the “Jew houses.”

    Some ghettos were large, in effect cities within cities. Others encompassed only one or two buildings and a handful of people. Some lasted for years, whereas others were short-lived. In Hungary, the Germans worked with local officials to set up ghettos in 1944 that existed only for a few weeks, until transports of Jews – to labour battalions, to camps and to Auschwitz-Birkenau for killing – could be arranged. Ghettos also varied in how tightly they were sealed. In some, walls, fences and guards blocked contact between Jews and the outside world. In others, Jewish workers passed in and out to workplaces outside the ghetto. The Germans only set up ghettos for Jews, although Roma were sometimes held in these same ghettos.”


    • Plus troublantes sont les informations selon lesquelles Washington parrainerait tout cela. Après avoir mis le holà dès l’élection de Trump, la CIA aurait partiellement repris ses livraisons aux coupeurs de tête modérés avant la crise chimique. Peut-être dans la foulée de la visite de Tillerson à Ankara le 30 mars. Ce même T. Rex avertit sans rire que la Russie devrait « repenser son soutien à Assad » tandis que la représentante US à l’ONU déclare qu’en cas de veto russe et chinois, les Etats-Unis pourraient agir seuls. Rappelons que tout ceci intervient quelques jours après que tout ce beau monde ait déclaré qu’Assad ne devait plus partir...

      Par quelle mouche l’administration Trump a-t-elle donc été piquée ? Le poisson pourrit par la tête, dit-on, et le Donald ne fait rien pour faire mentir cette maxime. Témoin, son discours pour le moins crétin d’hier dont il restera désormais prisonnier. Il en remet une couche aujourd’hui, confiant à des membres du Congrès qu’il considère maintenant une action militaire en Syrie ! Comment peut-il ne pas voir qu’il s’agit selon toute probabilité d’un false flag ? A-t-il été croqué par le Deep State ? Le débarquement de Bannon du Conseil de la Sécurité Nationale hier entre-t-il dans le cadre ce revirement étourdissant ? Ou bien joue-t-il un périlleux coup de poker pour se distinguer publiquement des Russes au moment où il marque des points contre la clique néo-con autour d’Obama. Pour une fois, votre serviteur est sans réponse et l’avoue humblement...

      Et à l’instant, Erdogan vient d’offrir son soutien en cas d’intervention américaine (cette « trahison » ne passera évidemment pas inaperçue du côté de Moscou). Les rebondissements affluent d’heure en heure, bouleversant la fragile construction internationale qui se mettait en place depuis trois mois. Heures exaltantes, dangereuses aussi...

      Le panier de crabes tente une ultime sortie. L’état d’urgence qui perdure en France, ce n’est pas forcément un hasard.

      Tous, ils ont décidé que la Syrie, ça ne doit pas se terminer par une victoire de Poutine.

      Au risque ultime de la guerre nucléaire.

      Combien chez nous pour résister à ces évènements ?

      C’est à se demander si les élections vont avoir lieu... Imaginez qu’on décide collectivement d’un second tour Mélenchon/Le Pen... Laisseront-ils une telle chose advenir ?

      Ces prochains jours sont... terrifiants.

    • Les seuls boutons auxquels a accès la baudruche de la Maison Blanche sont ceux de son « smart-faune » (prononciation officielle chez les médiacrates), rien à craindre de ce côté-là. Qu’il continue à balancer des conneries sur Twitter pour soulager son côlon irritable. Onc’ Donald est juste un ballon captif. Il faudrait plutôt regarder à quoi est ancré le câble.

    • Les États-Unis frappent une base aérienne en Syrie
      http://www.lefigaro.fr/international/2017/04/07/01003-20170407ARTFIG00025-les-etats-unis-frappent-une-base-aerienne-en-syri

      Signe d’une intensification soudaine de l’action des États-Unis en Syrie, après l’attaque présumée chimique de mardi, 59 missiles ont été tirés sur une base aérienne du gouvernorat d’Homs. Donald Trump affirme avoir agi dans « l’intérêt de la sécurité nationale ».

      Trump est un impulsif manipulable. Tu lui montres quelques images, et il y croit. Le précédent suédois est finalement terriblement éclairant.

    • Oui, et je suis surpris par l’improvisation de cette opération. A moins qu’elle n’ait été dans les cartons depuis un moment.

      Dans l’affaire qui nous préoccupe, il semblerait y avoir (encore) un cran de sureté avant que tout nous pète à la gueule :

      Le porte-parole américain a laissé entendre que la frappe n’avait pas vocation à être répétée.

      « Il s’agissait d’une réponse proportionnée » à l’attaque de Khan Cheikhoun, destinée à « dissuader le régime d’utiliser des armes chimiques à nouveau ».

      « Ce sera le choix du régime s’il y en a d’autres (bombardements), cela se décidera sur la base de leur comportement à venir », a-t-il dit.

      (lu sur http://www.20minutes.fr/monde/syrie/2045483-20170407-attaque-chimique-syrie-sait-riposte-lancee-etats-unis)

    • cran de sûreté ?

      Ce discours me rappelle très exactement des scènes de maternelles quand je surveillais la cours pendant les festivités de fin de trimestre.
      Le petit caïd de 4 ans qui vient de filer une baffe à son fidèle acolyte de 3 ans et demi : c’est lui qui l’a cherché, il sait pourquoi.

      Mais là, on est dans la « punition méritée  » d’un coût tournant autour de 30 M$…

    • Je n’ai pas encore lu de rappel du précédent suédois, où Trump avait mésinterprété ce qu’on lui avait montré à la télé...

      Et toujours aucunes nouvelles de ce qu’il se passe à Mossoul. Finalement, que l’on ait été mis au courant de ce qu’il s’était passé à Falloujah il y a... 10 ans ?... c’était exceptionnel...

    • Je lis les commentaires sur les fils d’actualités. Les pro-ceci vs les pro-cela, dialogue de sourds, propagande contre propagande, et mépris total pour tout argument rationnel. En Ukraine, les Russes ont visiblement, dans l’esprit de beaucoup, bombardé le pays, et au US, dans l’esprit de beaucoup, les russes ont truqué les élections.
      Discuter avec les gens qui s’informent à la télé est un calvaire innommable.

      Je crois comprendre l’atmosphère de « fleur au fusil » de 1914.


  • Article de 2016 réalisé par Eliot Higgins montrant comment la Russie utilise et « modifie » des images satellites pour nier des crimes de guerre
    Lie in the Sky – DFRLab – Medium
    https://medium.com/@DFRLab/lie-in-the-sky-224186b6e98c
    https://cdn-images-1.medium.com/max/1200/1*nVReZq47PdwuERFJ-m_T6g.png

    Eliot Higgins : https://www.bellingcat.com

    Open source tools, including satellite photography, have become a vital tool in the effort to expose war crimes, human rights abuses and atrocities. It is therefore no wonder that malignant actors have tried to undermine and subvert these tools, using fakes or misleading interpretations to try and blind investigators.

    The Russian government has had a particularly bad record of using inappropriate, misleading and downright falsified imagery since its invasion of Ukraine in 2014. The Russian Ministry of Defence (MoD) has played the leading role in these efforts.

    #russie #fakes_news #syrie #crimes_de_guerre



  • " La perte de la vérité " par Marguerite Duras

    http://enuncombatdouteux.blogspot.fr/2017/03/la-perte-de-la-verite-par-marguerite.html

    Etre de gauche qu’est-ce c’est maintenant ? C’est un entendement à perte de vue qui a trait à la notion étrangère de soi-même à travers ces mots : société de classes, encore, oui, absolument. C’est voir. Souffrir, ne pas pouvoir éviter la souffrance.C’est avoir envie de tuer et abolir la peine de mort. 

    C’est avoir perdu et le savoir, savoir la valeur irréversible de la défaite et, dans les terrains brûlés, avancer, avancer plus avant que jamais encore — avant nous — on avait avancé. C’est ne jamais arriver à admettre la totalité de ce qui est naturel, la différence des climats, celle de la répartition des richesses, celle des couleurs de la peau. Curieusement c’est avoir moins perdu Dieu que la droite qui se réclame de la foi. Cela sans doute à cause de ce désenchantement idéologique fabuleux que nous avons avant : Dieu n’était pas loin. C’est aussi avoir perdu. La gauche a perdu tous ses peuples, tout son sens, tout son sang. Maintenant la gauche n’a plus un seul nom à citer à la face du monde — Mendès France est encore dans la clandestinité — comme Léon Blum, comme Mitterand. — Mitterand est le président clandestin de la République française. C’est aussi l’espoir dans l’anéantissement de l’espoir, la gauche. C’est édifier cet espoir anéanti. En cent quatre-vingt cinq ans, calculez vous-même, la France n’a été gouvernée par la gauche que durant douze ans. Et dans notre siècle, en quatre-vingt cinq ans, elle ne l’a été que pendant six ans. C’est pendant ces six ans que la France moderne a été faite irréversiblement.

    La gauche ne sera plus jamais la vénération personnelle. Etre de gauche c’est être sans chef. J’oublie : c’est avoir un entendement à perte de vue qui a trait aussi bien aux animaux, aux idées, au traitement à l’échelle planétaire, des baleines, des arbres, de l’air. C’est ne pas pouvoir faire autrement, jamais, dans tous les cas. C’est ne pas pouvoir imaginer le regard des honnêtes gens de la droite tranquille, ne pouvoir ni entrer dans leur tête ni dans leur conduite. Ce n’est jamais possible. C’est ce désenchantement fabuleux dont je dis plus haut qu’il nous a rapprochés de Dieu. C’est avoir traîné derrière soi une contrée de désespoir. c’est ça, c’est un savoir sur le désespoir. C’est un exil aussi. Un exil de l’homme dans l’autre homme ou soi-même. C’est aussi jouer. C’est le plaisir, très fort. C’est partir dans l’écoute de l’autre, fût-il un ennemi, ne pouvoir faire autrement. C’est savoir et ignorer dans le même temps. Et connaître cette ignorance comme étant l’essentiel de la démarche vers la connaissance. C’est dire ce que je dis là en ce moment, qui ne veut rien dire et qui veut dire et, ce faisant, qui dit. C’est avoir fait des erreurs, en faire encore et les revendiquer. C’est avoir cru, ne plus croire. C’est pouvoir tuer et abolir la peine de mort. C’est connaître les yeux fermés ce qui se passe dans le gros noyau noir, à l’intérieur de la grande croûte noire qui recouvre la terre depuis le Pacifique nord jusqu’à l’Ukraine. Car le savoir de cet événement immobile, ce n’est pas la droite qui l’a, c’est la gauche. La connaissance de cette horreur de grouillement du peuple russe, privé de pensée sous la croûte noire. c’est une connaissance de gauche. Voyez comme c’est difficile à dire, ça défie les mots, c’est le plus difficile à dire, c’est aussi un mot à venir qui dirait à lui seul l’espoir anéanti et présent.

                                  Marguerite Duras

    L’Autre Journal N° 8 ( Octobre 1985 )


  • #Ukraine : viols et #violences_sexuelles comme armes de guerre
    https://www.mediapart.fr/journal/international/280317/ukraine-viols-et-violences-sexuelles-comme-armes-de-guerre

    Une habitante d’un des quartiers de Slaviansk, ville dévastée par les combats de l’été 2014. © Laurent Geslin En trois ans, la guerre en Ukraine a fait près de dix mille morts et plus de vingt mille blessés. Mais un chiffre est occulté : celui des victimes de violences sexuelles commises par les forces pro-russes et pro-ukrainiennes. Les humiliations, les viols et mutilations génitales se sont lentement installés au cœur des centres de détention clandestins et des bases militaires de fortune. Une enquête du projet « #Zero_Impunity ».

    #International


  • Here are 10 critics of Vladimir Putin who died violently or in suspicious ways - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/news/worldviews/wp/2017/03/23/here-are-ten-critics-of-vladimir-putin-who-died-violently-or-in-susp
    https://images.washingtonpost.com/?url=http://img.washingtonpost.com/blogs/worldviews/files/2017/03/Ukraine_Killing_68796-709ec.jpg&w=1484&op=resize&opt=1&filter=antialias

    Not everyone who has a quarrel with Russian President Vladimir Putin dies in violent or suspicious circumstances — far from it. But enough loud critics of Putin’s policies have been murdered that Thursday’s daylight shooting of a Russian who sought asylum in Ukraine has led to speculation of Kremlin involvement.

    Ukrainian President Petro Poroshenko called the shooting in Kiev of Denis Voronenkov, a former Russian Communist Party member who began sharply criticizing Putin after fleeing Russia in 2016, an “act of state terrorism by Russia.”

    #Poutine #Russie #opposants


  • L’Europe et les migrants, faits et chiffres

    Quelle part de la population de l’Union européenne est « étrangère », combien de permis de résidence y sont accordés, combien d’Européens travaillent dans d’autres pays de l’Union, quel est l’impact de la crise migratoire ? Réponses en chiffres :

    – Moins de 7% d’étrangers

    Sur près de 507 millions d’habitants dans l’UE, 34,1 millions (donc moins de 7%) sont des « ressortissants étrangers », n’ayant pas la nationalité de leur pays de résidence, selon des chiffres d’Eurostat, datant de fin 2015 et portant sur 2014.

    Parmi eux, 14,3 millions sont des ressortissants d’un autre Etat membre de l’Union et 19,8 millions viennent de pays hors-UE, selon #Eurostat.

    C’est le Luxembourg qui compte la part la plus élevée d’étrangers dans sa population (45,3%). La proportion est supérieure à 10% à Chypre (19,5%), en Lettonie (15,2%), en Estonie (14,9%), en Autriche (12,5%), en Irlande (11,8%), en Belgique (11,3%) et en Espagne (10,1%).

    Cinq pays ont des taux inférieurs à 1% : la Pologne, la Roumanie, la Croatie, la Lituanie et la Bulgarie.

    Parmi les Européens résidant dans un autre pays de l’UE, les Polonais sont dans le « top 5 » des nationalités étrangères dans 10 pays. Suivent les Allemands (dans 9 pays), Italiens et Roumains (8). Parmi les ressortissants non-UE, les Ukrainiens sont dans le top 5 dans 9 pays, les Turcs et les Russes dans 7.

    – Permis de séjour

    Quelque 2,6 millions nouveaux permis de résidence ont été délivrés dans l’UE à des citoyens de pays tiers (hors UE) en 2015, selon les derniers chiffres d’Eurostat.

    Le nombre le plus élevé (633.000) a été accordé par le Royaume-Uni. Suivent ensuite la Pologne (541.600), la France (226.600), l’Allemagne (194.800), l’Espagne (192.900) et l’Italie (178.900).

    Le pays qui a accordé le plus de titres de séjour pour des raisons d’emploi est la Pologne. Le Royaume-Uni est celui qui en a accordé le plus pour des raisons d’éducation (études). L’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la France et le Royaume-Uni sont, dans cet ordre, ceux qui ont délivré le plus de permis pour motifs familiaux en 2015.

    Les pays tiers dont les ressortissants ont obtenu le plus de nouveaux permis en 2015 sont l’Ukraine (19,2% du total, pour des raisons d’emploi très largement), devant les Etats-Unis (10%, principalement pour raisons d’éducation) et la Chine (6,4%).

    – Travailleurs détachés

    Le nombre de travailleurs détachés dans l’UE était de 2,05 millions en 2015, selon un récent rapport de la Commission, en hausse de près de 60% depuis 2010. Il s’agit d’Européens envoyés dans un autre Etat membre par leur employeur à titre temporaire (quatre mois en moyenne).

    Ils représentent moins de 1% du nombre total d’emplois en Europe. Selon des chiffres de 2014, le secteur de la construction regroupe environ 44% des détachements.

    L’Allemagne est de loin l’Etat membre qui accueille le plus de travailleurs détachés (418.908 en 2015), suivi de la France (177.674) et de la Belgique (156.556).

    Et les détachés sont principalement originaires de Pologne (251.107), d’Allemagne (218.006) et de France (130.468).

    – Crise migratoire

    L’UE a connu en 2015 et 2016 un afflux exceptionnel de centaines de milliers de migrants arrivant par la Méditerranée, fuyant pour la plupart la guerre et l’insécurité dans leurs pays.

    Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus d’un million de personnes sont arrivées en 2015, dont plus de 850.000 via les côtes grecques, venant en large majorité de Syrie (56%), d’Afghanistan (24%) et d’Irak (10%).

    En 2016, toujours selon l’OIM, le total d’arrivées par la mer a chuté à plus de 363.000 (sans compter 24.000 arrivées par des routes terrestres).

    Un accord conclu en mars 2016 avec la Turquie a en effet permis de faire chuter considérablement les arrivées par la mer Egée. Mais l’afflux a atteint lui un niveau record en 2016 sur les côtes italiennes, avec plus de 180.000 arrivées.

    Contrairement aux migrants débarqués en Grèce, qui peuvent prétendre au statut de réfugié, ceux qui rejoignent l’Italie, venant d’Afrique subsaharienne le plus souvent, sont surtout des migrants économiques aux yeux de l’UE.

    – Demandes d’asile

    Plus de 1,2 million de demandes d’asile ont été recensées dans les pays de l’UE en 2016, soit un nombre proche du record de 1,26 million de 2015, selon Eurostat.

    Les Syriens (334.800), les Afghans (183.000) et les Irakiens (127.000) sont restés les trois principales nationalités des demandeurs.

    Et l’Allemagne est toujours de loin le pays où le plus de nouvelles demandes ont été enregistrées (722.300 en 2016, soit 60% du total), devant l’Italie (121.200), la France (76.000) et la Grèce (49.000).

    – Impact des réfugiés sur l’économie

    Fin 2015, la Commission européenne a estimé que "l’afflux de réfugiés, « s’il est géré correctement, aura un léger effet favorable sur la croissance dans le court et le moyen terme ».

    Selon elle, il devrait provoquer des « hausses de dépenses publiques dans plusieurs Etats membres », mais la hausse attendue de la main d’oeuvre « pourrait aussi se traduire par de l’emploi supplémentaire, une fois que les réfugiés avec suffisamment de compétences entreront sur le marché du travail ».

    http://www.courrierinternational.com/depeche/leurope-et-les-migrants-faits-et-chiffres.afp.com.20170319.do
    #démographie #étrangers #Europe #statistiques #chiffres #migrations #asile #réfugiés #demandeurs_d'asile


  • Souvenirs sur Nestor Makhno

    Ida Mett

    http://lavoiedujaguar.net/Souvenirs-sur-Nestor-Makhno

    La veille de la guerre, j’ai mis sur papier mes souvenirs personnels sur Makhno tel que je l’ai connu dans le temps à Paris. Ces souvenirs ont été perdus pendant la guerre. Maintenant, ayant lu ce qu’a écrit à son sujet Voline dans son livre sur la révolution russe, je me décide d’écrire de nouveau ces brefs souvenirs dans l’intérêt de la vérité historique.

    Évidemment il aurait fallu connaître Makhno durant l’époque de sa « grandeur » là-bas, en Ukraine, pour donner son portrait complet. Mais en réalité, comment savoir, quand il se présentait sous son jour réel — durant la période de sa gloire panukrainienne ou à Paris en tant qu’émigré pauvre dans un pays étranger. Je pense que l’histoire a besoin tout d’abord de vérité, et justement, cette vérité d’une période de sa vie, je vais tâcher de l’exposer. (...)

    #révolution_russe #anarchisme #Ukraine #Makhno #témoignage


  • Trois ans après, les habitants de Crimée sont-ils heureux d’être Russes ? | Actualités russes

    http://fr.rbth.com/ps/2017/03/16/trois-ans-apres-les-habitants-de-crimee-sont-ils-heureux-detre-russes_72120

    Reportage « relativement » pro-russe sur la Crimée :) Mais c’est RTBH, donc sans surprise.

    https://cdn.rbth.com/1960x-/all/2017/03/16/crimea/06_p1700477_b.jpg

    Trois ans après, les habitants de Crimée sont-ils heureux d’être Russes ?
    16 mars 2017 Evgueni Levkovitch
    Notre correspondant a étudié les changements survenus dans la vie de la péninsule de Crimée, rattachée à la Russie en mars 2014, après avoir fait partie de l’URSS et de l’Ukraine.


  • Une armée de bots anti russe dans les réseaux sociaux - ARTE reportage ...
    http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/une-armee-de-bots-anti-russe-dans-71167

    Reportage ARTE du 1 novembre 2016. Une société allemande de robotique a découvert plus de 15 000 programmes-robots dont les adresses proviennent de serveurs en Grande-Bretagne qui interviennent dans les forums (Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux). Dès qu’ils détectent le mot « Ukraine » ils envoient automatiquement des messages anti-russe, de l’ordre de 60 000 par jour rien que pour Twitter. Ces robots possèdent des profils « vivant » : photos, noms, abonnés, activités...

    https://www.youtube.com/watch?v=sWstwzXdCK8

    #bots #propagande #opinion #Ukraine


  • L’Ukraine se divise sur le sort à réserver aux régions séparatistes
    https://www.mediapart.fr/journal/international/070317/lukraine-se-divise-sur-le-sort-reserver-aux-regions-separatistes

    Un soldat ukrainien dans la ville d’Avdiïvka, lors des combats de février. © Reuters Un plan de « réintégration », qui doit faciliter les contacts avec les trois millions de personnes vivant dans l’est du pays, a été adopté par le pouvoir mais il est fortement critiqué. Des mouvements organisent des blocus demandant la rupture de tout échange ou relation avec les territoires séparatistes. Et les civils subissent un troisième hiver de conflit. Reportage sur la zone frontière.

    #International #accords_de_Minsk #Donbass #est_de_l'Ukraine #europe #Stanitsa_Louhanska #Ukraine


  • L’alarmisme de l’OTAN sur la « menace russe » dans les pays baltes n’est « qu’affaire de gros sous »
    http://vilistia.org/archives/13853

    Par Estonie, Lettonie — 07 mars 2017 Crises Etats-Unis Hégémonie Ingérence Russie UE Ukraine © Ints Kalnins Source : Reuters L’establishment de la sécurité américaine essaie de justifier son existence, explique le directeur exécutif de l’Institut Ron Paul, en commentant le … Lire la suite →

    #OTAN


  • Propagande 4.0 Sur les traces des #hackers russes

    Qu’ils soient, ou non, les auteurs des intrusions dans les messageries de Hillary Clinton et de membres éminents de son parti, comme l’affirment le FBI, la CIA et la NSA, La Cité a remonté la piste des pirates informatiques prétendument à la solde du Kremlin. Elle mène en France, en Allemagne, au Canada et en Ukraine. Ces fouineurs malveillants ne seraient pas à leur coup d’essai.

    https://static1.squarespace.com/static/55b0a2c5e4b07fa072ccba33/t/58b5fe2fe4fcb5aa5a02716f/1488322118386/?format=2500w#.jpg
    https://www.lacite.info/nouveauxmondes/traces-hackers-russes
    #Russie


  • Russe interdit : en Lettonie, pas de statut officiel pour le russe
    https://www.lecourrierderussie.com/international/europe/2017/03/russe-interdit-lettonie-statut-officiel

    S’il est toujours possible de parler russe en privé à Kiev ou à Riga, il devient de plus en plus difficile, voire impossible, d’y faire des études dans cette langue ou de l’utiliser dans sa vie professionnelle. Le russe se voit peu à peu banni de l’espace public. Deux médias se sont penchés sur la situation des russophones en Ukraine et en Lettonie. Le Courrier de Russie s’est intéressé à la question.


  • Russe interdit : en Ukraine, un projet de loi contre l’usage du russe dans le domaine public
    https://www.lecourrierderussie.com/international/ukraine/2017/03/russe-interdit-loi-usage-domaine-public

    S’il est toujours possible de parler russe en privé à Kiev ou à Riga, il devient de plus en plus difficile, voire impossible, d’y faire des études dans cette langue ou de l’utiliser dans sa vie professionnelle. Le russe se voit peu à peu banni de l’espace public. Deux médias se sont penchés sur la situation des russophones en Ukraine et en Lettonie. Le Courrier de Russie s’est intéressé à la question. 


  • Persécution russe de la langue et de la culture d’Ukraine
    http://www.dedefensa.org/article/persecution-russe-de-la-langue-et-de-la-culture-dukraine

    Persécution russe de la langue et de la culture d’Ukraine

    Nous regrettons beaucoup la guerre du Donbass qui n’a pas de fin et toutes les tueries semées par la vicieuse modernité dans le monde slave. Dans la presse occidentale le côté ukrainien est souvent mal présenté, mais le point de vue russe domine dans tous les médias alternatifs ; ici nous voulons éclairer pour nos lecteurs patriotes les événements historiques sur les rapports russo-ukrainiens, surtout dans le champ linguistique et ethnoculturel.

    Au début il est nécessaire de rappeler que le rapprochement officiel entre la république des cosaques zaporogues et le royaume de Moscovie prend sa source à partir du mars 1654, quand pendant la guerre de libération nationale contre les polonais, l’hetman d’Ukraine Bohdan Khmelnytsky – représentant (...)


  • 27 février 1933 : le Reichstag brûle ! L’acte individuel de Marinus Van der Lubbe
    https://rebellyon.info/27-fevrier-1933-le-Reichstag-brule-L-acte-15451

    La nuit du 27 février 1933, l’incendie volontaire de la salle des séances du Reichstag réduisait en cendres le siège berlinois du Parlement allemand, dont sa célèbre coupole de verre et d’acier. Le 19 avril 1999, le chancelier social-démocrate Gerhard Schröder inaugurait avec faste la rénovation d’un Reichstag redevenu siège du gouvernement et des députés. La coupole est bien sûr entièrement reconstruite –en prenant soin de modifier sa forme initiale en tronche de casque à pointe qui avait éclaté sous la chaleur de 1933–, afin que sa transparence soit le symbole de « l’ouverture de la démocratie allemande » post-réunification. Tout en menant sa première offensive militaire directe à l’étranger depuis 1945 (au Kosovo), l’Etat investissait là deux milliards de francs dans un bâtiment à son image, tentant du (...)

    #Mémoire #Guerres_-_Armements

    • @rebellyon cracher sur le parti communiste allemand qui fut interdit à la suite de l’incendie, voilà un exercice peu commun alors qu’il y a bien d’autres points de vue, Goebbels, Hitler et les barons de l’industrie ont tiré profit de cet incendie, et d’autre part Marinus Van Der Lubbe n’aurait pas pu "seul" le préparer sans l’aide des nazis ou de nervis : http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fwww.gavroche.info%2Findex.php%2Farticles-en-ligne la manipulation d’un homme malade ou blessé ne date pas d’aujourd’hui mais Marinus fut sans doute un des premiers "patsy" de l’Histoire moderne..On aurait instrumentalisé ces forces (se battre contre la dictature qui arrive) et ces faiblesses (son état physique et mental quelque peu malmené) a un moment critique de l’Histoire : " Quoiqu’il en soit l’objectif est atteint : lors des élections législatives du 5 mars, les nazis obtiennent 44 % des voix et 288 sièges, soit la majorité absolue face aux 212 sièges du SPD et du Zentrum (3), les 81 députés communistes étant hors-la-loi. Dès le 23 mars, avec l’appui du Zentrum, Hitler obtient les pleins pouvoirs et début juillet, la léthargie des sociaux-démocrates aidant, l’Allemagne est sous la botte d’un régime de parti unique.""
      L’oeuvre d’un seul homme mais avec derrière le "théatre des ombres" les futurs bourreaux de l’Allemagne...A suivre..Toutefois, vous signez un fait important : " Le 19 avril 1999, le chancelier social-démocrate Gerhard Schröder inaugurait avec faste la rénovation d’un Reichstag redevenu siège du gouvernement et des députés. La coupole est bien sûr entièrement reconstruite –en prenant soin de modifier sa forme initiale en tronche de casque à pointe qui avait éclaté sous la chaleur de 1933–, afin que sa transparence soit le symbole de « l’ouverture de la démocratie allemande » post-réunification. Tout en menant sa première offensive militaire directe à l’étranger depuis 1945 (au Kosovo)" Si vous voulez dire que l’Allemagne préparait l’agression contre la Yougoslavie, en effet dès 1989 l’Otan et le BDN (services secrets allemand) se préparait avec les Usa, France, Uk, et les exilés albanais, croates, bosniaques, a faire main basse sur ce pays afin de le balkaniser. On a vu donc la guerre à l’intérieur de l’Union Européenne, après les hypocrites "plus jamais ça" que les états nous sortent chaque années au moment des commémorations des deux guerres mondiales. L’Ukraine en est la suite logique, inutile d’accuser la Russie l’Otan est bien derrière l’élargissement de l’UE vers les frontières russes.
      François Delpla explique : http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fwww.delpla.org%2Farticle.php3%3Fid_article%3D62


  • #Pays-Bas : le sort de l’accord avec l’Ukraine suspendu aux législatives
    https://www.mediapart.fr/journal/international/260217/pays-bas-le-sort-de-l-accord-avec-l-ukraine-suspendu-aux-legislatives

    Les députés néerlandais ont fini par valider le traité de #libre-échange avec l’Ukraine, qui avait été rejeté par #référendum l’an dernier. Mais il reste encore un vote au sénat, qui n’interviendra qu’après les élections du 15 mars, un scrutin incertain.

    #International #europe #Geert_Wilders #Mark_Rutte #Moscou #PVV #Russie #UE #Ukraine


  • Bruits de bottes en Europe et surtout Europe de l’Est, les Usa s’installent durablement autour de la Russie est-ce la stratégie de l’Intermarium ? https://www.wsws.org/en/articles/2016/05/31/pil1-m31.html on n’apprendrais donc rien de l’histoire ? https://www.wsws.org/en/articles/2014/04/30/semi-a30.html
    Les mêmes qui réhabilitent Bandera veulent réhabiliter Plétouria :https://www.wsws.org/en/articles/2014/05/01/semi-m01.html
    Les Usa ont toujours été pour le « fascisme » financier et donc « politique » le grand retour de ce « balancement » après la chute du mur de Berlin ? https://www.wsws.org/fr/articles/2017/fev2017/otan-f22.shtml Les Usa rejoue la partition de l’Intermarium en réssucitant Bandera le héros des collaborateurs supplétifs nazi en Ukraine. Gardé depuis la fin de la guerre par les émigrés du Canada, Usa, Uk, Australie, leur héros Bandera est revenu hanter les rues de Kiev malgré les dénégations des européens même de gauche dite radicale (NPA et autres EELV, PS, etc) « il n’y a pas de nazi en Ukraine » disent ils ..https://www.jacobinmag.com/2015/09/stepan-bandera-nationalist-euromaidan-right-sector Andreï Biletski et d’autres noms invités au Parlement Européen ne gênent pas les « chasseurs de quenelles » de Dieudonné pourtant. Les anciens « criminels » assassins de « juifs » sont bien là et se réjouissent d’avoir repris du « poil de la bête » contre les Russes, ou Polonais.


  • Face à une grave « fausse nouvelle » du NYT, la #RUSSIE émet une menace nucléaire contre les USA
    http://vilistia.org/archives/13625

    mardi 21 février 2017 Moins de 48 heures après que l’Ukraine, la Russie, l’Allemagne et la France aient conclu un accord provisoire de cessez-le-feu pour la zone de combat ukrainienne orientale lors de la Conférence de Munich sur la sécurité, … Lire la suite →


  • CRIIRAD_170214 _I131_Europe_Radioactivite.pdf
    http://www.criirad.org/balises/CRIIRAD_170214%20_I131_Europe_Radioactivite.pdf

    Dans un communiqué de presse du 13 février 2017, l’IRSN a indiqué
    1que « De l’iode 131, radionucléide d’origine artificielle, a été détecté, courant janvier 2017, à l’état de traces dans l’air au niveau du sol en
    Europe”.
    L’iode 131 a été détecté du 9 au 16 janvier en Norvège, Finlande et Pologne, du 17 au 23 janvier en Tchéquie, du 16 au 30 janvier en Allemagne, du 18 au 26 janvier en France, du 17 au 24 janvier en
    Espagne

    (je hais le .pdf)



  • 2月20日のツイート
    http://twilog.org/ChikuwaQ/date-170220

    The latest Papier! paper.li/ChikuwaQ/13277… Thanks to @MaximeAdive @Musicophileblog @GilesDuke #ycrazymind #19février posted at 09:13:30

    Top story: A Back-Channel Plan for Ukraine and Russia, Courtesy of Trump Associ… www.nytimes.com/2017/02/19/us/…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at 07:33:24

    Top story: @CNN: ’We’re in a helicopter high over the #WomensMarch in Chicago. … pic.twitter.com/eAGcBn87jS, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp

    posted at 05:39:18

    Top story: Are Liberals Helping Trump? www.nytimes.com/2017/02/18/opi…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at 03:33:33

    Top story: ‘Last Night in Sweden’? Trump’s Remark Baffles a Nation www.nytimes.com/2017/02/19/wor…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at (...)


  • Un passionné de cartes raconte les conflits du monde en direct depuis l’Ukraine

    http://mashable.france24.com/monde/20170216-liveuamap-cartes-conflits-ukraine-syrie

    Une nouvelle initiative, à explorer.

    http://scd.mashable.france24.com/sites/default/files/thumbnails/image/capture-decran-2017-02-09-a-17_0.jpg

    Passionné par l’actualité internationale et la cartographie, ce jeune ingénieur ukrainien a lancé Liveuamap depuis Dnipro, à l’est du pays. Le site permet de suivre en direct les conflits du monde sur une carte qui se met automatiquement à jour.

    Dans un café de Kiev, en Ukraine, Rodion Rozhkovsky boit patiemment un thé d’argousier. Une boisson qui lui rappelle le chaud breuvage hivernal que lui faisait sa grand-mère, professeure de géographie. C’est elle qui lui a transmis son amour des cartes. Aujourd’hui, Rodion co-dirige Liveuamap, un média d’un nouveau genre.

    #ukraine #cartographie #cartoexperiment (peut-être) #guerre #conflits