• #Remdesivir approved by #FDA to treat #COVID-19, but the evidence is mixed - Vox
    https://www.vox.com/21530401/remdesivir-approved-by-fda-covid-19-fda-gilead-veklury

    Faust said one of his concerns with the FDA’s remdesivir approval is a phenomenon known as #indication_creep, in which a treatment shown to work in only a limited set of circumstances gets prescribed to more and more people. The worry here is that remdesivir, which is approved only for Covid-19 patients over 12 years old who required hospitalization, could start being used in patients with milder Covid-19 illness, or in more severe cases past the point where it could be effective.

    “What will happen, I guarantee, is people will start to use the medication more than they need it,” Faust said. Since the course of treatment is five days, it could also extend the length of hospital stays in patients who would otherwise be discharged earlier, saddling them with unnecessary costs.

    Another concern is that the approval of remdesivir, especially with such mixed evidence for its effectiveness, could undermine further research.

    Topol noted that with remdesivir now as the only fully approved drug, it becomes much more difficult to conduct studies on other therapies because they now have to be compared against remdesivir, the new standard treatment, as well as a a placebo.

    That raises the cost and complexity of trials, delaying results. Such comparisons are worthwhile if the standard of care is effective, but it adds unnecessary complications if it’s not.

    It also makes it harder to recruit people for subsequent clinical trials of the drug to better validate its effectiveness. People may be more reluctant to sign up for a trial where they could get a placebo when they know they could get the actual drug.

    “The biggest, most serious problem is that we won’t get to the truth,” Topol said.

    It’s worth noting that remdesivir could still be a viable treatment for Covid-19, but the evidence presented so far is contradictory and more investigation is needed to clarify its effectiveness. So why did the FDA go ahead with its approval, then?

    Traduction approximative dans le lien ci-dessous

    La FDA a approuvé le remdesivir pour traiter le Covid-19. Les scientifiques remettent en question les preuves. - News 24
    https://news-24.fr/la-fda-a-approuve-le-remdesivir-pour-traiter-le-covid-19-les-scientifiques-r

    La FDA a déjà pris des décisions controversées concernant les médicaments pour traiter Covid-19. En mars, l’agence a accordé une autorisation d’utilisation d’urgence pour l’hydroxychloroquine, un médicament antipaludique, après que le président Trump l’a qualifié de « changeur de jeu ». Puis, en juin, la FDA a révoqué l’EUA, affirmant que l’hydroxychloroquine était « peu susceptible d’être efficace » et pourrait entraîner des problèmes cardiaques.

    Puis en août, l’agence a accordé une EUA pour le plasma de convalescence pour traiter Covid-19. Mais les National Institutes of Health ont déclaré que les preuves utilisées par la FDA étaient « insuffisantes ».

  • How Straight Talk Helped One State Control #COVID - Scientific American
    https://www.scientificamerican.com/article/how-straight-talk-helped-one-state-control-covid

    ... late last year I heard about a cluster of fevers in December. And the chorus of warning voices grew between Christmas and New Year’s. As soon as we all returned from the New Year’s break on January 2 or 3, my office started to prepare. By February 8, we had distributed PPE [personal protective equipment] to nursing homes, hospitals and first responders. We had our contract tracing plan all mapped out. This was weeks ahead of our first documented case of COVID-19 on March 12.

    How important are testing and contact tracing to your response?

    They’re essential. Though we’ve had relatively few cases, we have 100 people tracing, and we have plans to hire more. Since May, we’ve partnered with a Maine-based laboratory, IDEXX, that has a very deep bench in reagents. So unlike some states, we’ve had no problems getting reagents for #tests. Everyone in the state 12 months or older can get tested at no cost, no questions asked.

    Do you think part of Maine’s success comes from its being relatively rural and remote?

    Not really. Other rural states such as Idaho, the Dakotas, West Virginia have much higher rates. That suggests that geography doesn’t have much explanatory power.

    What metrics do you rely on to measure success?

    Our goal is not to eradicate the disease but to suppress the virus to put us in a favorable position for vaccination. Our test positivity rate is consistently under 1 percent, and for weeks it [remained] under 0.6 percent. That’s the lowest in the U.S., and we think that puts us in a good position.

    What went wrong with the federal government’s response to the virus?

    It’s unclear…. We do know that on February 25, when [Nancy] Messonnier, [head of the Centers for Disease Control and Prevention’s National Center for Immunization and Respiratory Diseases], warned Americans to prepare for a pandemic, she was threatened [with firing by President Donald Trump in a call to the Secretary of Health and Human Services, according to reporting by the Wall Street Journal], and the CDC started to take a back seat.

    What would be your first step in changing the federal response?

    Stop candy coating. The communication approach has been filtered through what folks in Washington, D.C., want the intended impact to be: it’s outcome driven, and that doesn’t work. They have to stop shaping the message to conform with what they think people want to believe.

    Can you a give concrete example of this distorted messaging?

    The rollout of [the antiviral] #remdesivir, as though it were “mission accomplished.” We actually knew very little at that time about whether the drug worked in the treatment of COVID-19. This happened with other therapies as well.

    You give regular press briefings on public radio, as well as daily interviews on Maine AM radio. What do you hope to accomplish with these frequent interactions with the press and public?

    All too often, government is on the defensive, and our first inclination is to say, ‘Here’s what [the government has] done; here’s what we need to do.’ But in a high-anxiety, low-trust situation like this, you have to empower people to act. Every five or six weeks, I take stock of where we are and come up with a couple of key asks of the people in Maine. For example, this week, I asked them to commit to get a flu shot. It’s a concrete call to action, something everyone can do for themselves and their family. And it builds confidence and trust.

    #Maine #etats-unis #responsable

    • j’avais remarqué l’astucieux emploi par Macron (le 14 octobre) de l’expression « derrière nous » :

      Au moment où nous nous parlons, l’Allemagne est en train de prendre aussi des mesures restrictives parce qu’elle a beaucoup de cas. Elle est 15 jours, 3 semaines derrière nous, mais dans une situation préoccupante.

      peut-être que d’ici 3 ou 4 mois la France sera tellement « en avance » sur l’Allemagne (en matière de nombre de cas de covid) qu’elle décidera aussi d’investir dans la ventilation ?

  • « Comment continuer à travailler à l’hôpital en toute sérénité quand on est diagnostiqué positif au Covid ? »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/10/24/comment-continuer-a-travailler-a-l-hopital-en-toute-serenite-quand-on-est-di

    La demande faite au personnel asymptomatique d’être présent, pour pallier le manque d’effectifs et malgré les risques de transmission, remet en cause « tout le discours éthique sur le soin », juge l’anesthésiste-réanimateur Philippe Bizouarn

    Tribune. Dans plusieurs hôpitaux de France, des soignants diagnostiqués positifs au Covid-19, pas ou peu symptomatiques, pourraient continuer de travailler en toute sécurité, parce qu’en se protégeant ils ne pourront pas contaminer les collègues ou les patients dont ils ont la charge. C’est du moins ce que certains responsables médicaux et administratifs répètent, au sein des hôpitaux et à travers les médias.

    Ces responsables se réfèrent à l’avis du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) du 23 mai, « relatif à la conduite à tenir pour les professionnels intervenant en établissements de santé et en établissements sociaux et médico-sociaux selon leur statut vis-à-vis du SARS-CoV-2 ». Selon cet avis, la découverte chez un professionnel asymptomatique positif doit conduire à une éviction de sept jours après le test PCR, sauf si ce professionnel est jugé non remplaçable : « La possibilité dégradée d’un maintien en poste avec un renforcement des mesures de précaution et d’hygiène est envisageable afin que la balance bénéfice-risque ne soit pas défavorable. » Les responsables, notamment médicaux, suggérant avec force que les personnels des services de réanimation en particulier peuvent – doivent – venir travailler s’ils se sentent bien, ne semblent pas avoir pris toutes les précautions que le HCSP avait prises en mai. Et de nombreuses voix se sont levées à cette annonce, parmi lesquelles celles des représentants syndicaux, comme au centre hospitalier universitaire de Nantes.

    Harnachés dans des tenues de héros du Covid

    « Tester-tracer-isoler », formule magique, que d’aucuns jugent inefficiente, ou mal appliquée en ce qui concerne la population générale. Les soignants appartiennent-ils à cette population ? Sont-ils des citoyens ordinaires, solidaires des autres membres de la communauté, se protégeant et protégeant ces autres parfois vulnérables en s’isolant ?

    Le maintien au travail des cas positifs peut en effet choquer notre bon sens collectif. Certes, comme l’assurent les chefs, en se harnachant dans des tenues de héros du Covid, en adoptant les gestes barrières, en s’isolant pendant les pauses – en admettant qu’une pause est encore possible en ces lieux de repos souvent si exigus qu’une distance de sécurité avec les collègues n’est jamais possible –, aucun risque n’est couru. C’est du moins ce qui est supposé, en admettant encore une fois que notre connaissance de la transmission de ce virus s’est grandement améliorée.

    Pourtant, comment puis-je, moi, soignant bien ordinaire, qui suis diagnostiqué positif mais déclaré non malade, aller au travail en toute sécurité, en toute sérénité ? Comment mes supérieurs hiérarchiques ne peuvent-ils comprendre mon état d’anxiété à l’approche d’un collègue ou d’un patient vulnérable, malgré toutes les précautions prises ? Comment ne pas admettre qu’un travail de douze heures d’affilée, dans ce service de réanimation, nécessite de prendre un peu de temps, de boire un café ou de manger quelque chose ? Seul alors. Mais l’architecture du lieu le permet-elle ? Et si, en pause, une alarme sonne, un appel à l’aide de mes collègues m’oblige à me rendre auprès du patient dont l’état s’aggrave ? Zut, j’ai oublié de remettre à temps mon masque…

    Le Haut Conseil de la santé publique avait bien insisté en mai : ce n’est qu’au cas où le professionnel de santé, diagnostiqué positif et peu symptomatique, serait jugé irremplaçable qu’il pourrait quand même aller travailler. Au cours de la première vague, des soignants submergés ont dû continuer de soigner. Il manquait sans doute des bras. Hélas, ce pourrait de nouveau être le cas cet automne. Lors des auditions au Sénat, une séance était consacrée aux problèmes éthiques posés par la première vague. Il a été formellement souligné que nous, soignants, avions travaillé en mode dégradé – pas de moyens de protection, insuffisance des effectifs – et en avions, parfois, payé le prix exorbitant de la maladie et de la mort.

    Politiques d’embauche insuffisantes

    Pourquoi alors ne pas dire que les injonctions de rester au travail – sur la base du volontariat, nous précisent les responsables – sont seulement dues au risque de manquer de personnel ? Sont seulement dues à l’impossibilité de remplacer les arrêts maladie ? Les politiques d’embauche restent en effet insuffisantes, comme continuent de le crier les collectifs de défense des hôpitaux, et comme vient de nouveau de l’admettre le Conseil économique social et environnemental. Les personnels continuent de fuir l’hôpital, et il semble que cette affaire de soignants positifs ne redonnera pas confiance à celles et ceux qui déjà veulent quitter la profession d’infirmier, comme l’enquête du Conseil de l’ordre des infirmières vient de le montrer.

    Frédéric Worms, dans une tribune publiée dans Le Monde daté du mercredi 14 octobre, s’est inquiété du caractère non éthique d’une santé publique oublieuse des méthodes de la bioéthique. Si l’éthique minimale du soin n’est pas respectée, en obligeant des soignants à risque à contaminer les autres vulnérables et ses propres collègues travailleurs du soin, alors tous les discours autour du prendre soin ne seront que lettre morte. A moins qu’en ces temps troublés le prendre soin soit mis entre parenthèses.

    Edit
    Covid+ au taff à Nice, à Bourgoin-Jallieu, au Puy-en-Velay et au CHU de Nantes, il y a plus dune semaine https://seenthis.net/messages/880516

    L’enquête #EpiCov constatait que 11% des soignants ont été covid+ lors de la première vague (des pénuries de gants et blouses sont actuellement rapportées).
    Ils majorent aussi le tarif des heures supplémentaires pour #assurer_la_continuité_des_soins

    #covid-19 #hôpital #soignants #arrêts_de_travail #santé

  • L’écosocialisme du XXIe siècle doit-il s’inspirer de Keynes ou d’Orwell ?
    Par Jacques Luzy et Aurélien Berlan
    https://blogs.mediapart.fr/jacques-luzi/blog/171020/l-ecosocialisme-du-xxie-siecle-doit-il-s-inspirer-de-keynes-ou-d-orw

    L’effondrement économique que la crise du coronavirus est en train de provoquer sera, à en croire la plupart des analystes, comparable et même pire que celui engendré par la crise boursière de 1929, qui avait plongé le monde dans la récession, puis dans la guerre mondiale. L’importance des idées de l’économiste John Maynard Keynes dans la mise en place du dispositif socioéconomique ayant permis de la surmonter et d’inaugurer la période faste des Trente Glorieuses, grâce notamment au développement inédit de l’État social, conduit une part conséquente de la gauche (et plus largement de la classe politique et des citoyens) à soutenir un retour à Keynes contre le néolibéralisme dominant depuis les années 1980. C’est l’une des justifications sous-jacentes aux plans de relance économique échafaudés aujourd’hui de par le monde, et notamment aux projets de Green New Deal ou de « pacte vert » au cœur du débat public.

    On peut néanmoins se demander si le désastre écologique en cours, dont la pandémie de la Covid-19 est l’un des innombrables effets et, du point de vue de ses conséquences sociopolitiques probables, une sorte d’« avant-goût », ne barre pas définitivement la route à la planche de salut keynésienne d’un capitalisme régulé de manière étatique et fordiste. Issu du dépassement des limites écologiques lié à la croissance illimitée qui caractérise le capitalisme, ce désastre correspond moins à une crise conjoncturelle qu’à une débâcle structurelle et largement irréversible que l’on peut seulement espérer modérer dans son ampleur, sa vitesse et ses effets sociaux et (géo)politiques délétères. Or, la stratégie keynésienne de sortie de crise suppose la relance de la croissance et a coïncidé historiquement avec la « Grande Accélération » dans la prédation industrielle de la nature – qui constitue la cause « humaine » ultime de la crise actuelle, si du moins on s’en tient à l’explication la plus courante de l’origine « animale » du coronavirus, comme de la plupart des virus qui se multiplient depuis les années 1970, à mesure que cette prédation progresse.

    #Keynes #Orwell #Ecosocialisme #Covid-19 #Effondrement

  • Improving indoor #air quality to prevent #COVID-19
    https://www.usatoday.com/in-depth/graphics/2020/10/18/improving-indoor-air-quality-prevent-covid-19/3566978001

    https://www.gannett-cdn.com/presto/2020/10/09/USAT/3c5c7948-accf-4da9-9c8e-2bee35a1d7c4-promo-art.png?crop=836,470,x1020,y815&width=1200

    Your chances of being infected depend on the size of the room and the number of people infected with COVID-19 inside.

    “When they talk, talk loudly, when they breathe, small respiratory #aerosols are released,” Miller said.

    If you’re in a classroom, office or other enclosed space, these aerosols can build up over time.

    “It’s like if you’re in a smoky bar,” Miller says. “When it opens, there’s not a lot of smoke, but the more people smoke, it becomes a cloudy room. You can think of virus being released like that.”

    Pour y remédier, importance :

    – de l’apport d’air extérieur pour diluer les aérosols, d’autant plus efficace que le nombre d’élèves par salle est réduit,

    – de la filtration (dans le cas d’air conditionné) ou/et de l’évacuation (à l’aide de ventilateurs dirigés vers les fenêtres ouvertes) de l’air intérieur chargé d’aérosols.

    #ventilation, #aération,

  • Pour absence de test Rt-Pcr négatif à la Covid-19 : Dix-neuf sénégalais en provenance de l’Europe bloqués depuis plusieurs heures à l’AIBD.
    https://www.dakaractu.com/Pour-absence-de-test-Rt-Pcr-negatif-a-la-Covid-19-Dix-neuf-senegalais-en-

    Selon les informations obtenues par Dakaractu, dix-neuf passagers d’un vol de TAP Air Portugal sont actuellement bloqués à l’aéroport International Blaise Diagne de Diass, car ne disposant pas de test à leur arrivée ce jeudi vers 01 heure du matin. Une situation qui met en rogne ces voyageurs. « Depuis 1 h du matin, nous sommes là, laissés à nous même sous prétexte que nous n’avons pas de test », confie l’un d’entre eux à Dakaractu. À l’en croire, le vol de la compagnie TAP avait à son bord plus de cent passagers, mais ils sont les seuls à ne pas pouvoir sortir de l’aéroport. Pour notre interlocuteur, c’est la faute aux autorités sénégalaises s’il a embarqué sans test. Pourtant il est bien écrit sur la circulaire du ministère du tourisme et des Transports aériens que « les compagnies aériennes et leurs agences de ventes agréées, sont tenues d’informer les passagers au moment de l’achat du billet pour les vols à destination d’un aéroport du Sénégal ». La TAP a-t-elle reçu la circulaire ou a-t-elle tout simplement fait fi des nouveaux amendements concernant les certificats de test négatif ?
    Selon un passager bloqué actuellement à l’AIBD, aucun test ne leur été demandé au départ. « Ils m’ont dit que je devais faire ça une fois au Sénégal. Mais depuis hier, on nous fait poireauter dans des conditions exécrables alors que nous avons des obligations qui nous attendent. Je suis venu aux funérailles de mon père. Et je ne suis pas le seul dans ce cas », geint-il. « Si nous avait mis dans de bonnes conditions, on ne trouverait rien à redire mais tel n’est pas le cas. Personne ne semble sensible au calvaire que nous vivons depuis hier », déplore l’une des trois femmes du groupe.

    #Covid-19#migrant#migration#senegal#sante#test#aeroprt#controlesanitaire

  • ‘It’s like they’re waiting for us to die’: why Covid-19 is battering Black Chicagoans | US news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/us-news/2020/oct/23/covid-19-battering-black-chicagoans
    https://i.guim.co.uk/img/media/8d0245b3ebc5ce72e1e87416c6b9f253144d615a/0_266_4013_2409/master/4013.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Phillip Thomas, a Black, 48-year-old Chicagoan, was a “great guy” according to his sister Angela McMiller. He was loved by his family and well-liked by his co-workers at Walmart, where he had worked for nine years.
    “I didn’t know about how many friends he had until he passed away,” said Angela. Thomas, who was diabetic, died from Covid-19 this past March.
    After being sick for two weeks and self-quarantining at the recommendation of his doctor, instead of being given an examination, Phillip was then rushed to the hospital, where he died the next day.
    Naba’a Muhammad, 59, a writer and Chicago South Shore neighborhood resident, with a lung disease, also contracted coronavirus and was hospitalized.But while he was fortunate to access the necessary care, he immediately noted health disparities facing other Black Chicagoans in his community.
    “Here you have [Donald Trump] who’s got a helicopter flying him to a special wing of a hospital for help when Black people can’t even get an Uber to the emergency room or a Covid test,” he said, referring to the president’s world-class care at the Walter Reed national military medical center on the outskirts of Washington DC, after being diagnosed with coronavirus in early October.
    Closed Chicago theater in Chicago in March. Almost 1 billion people were confined to their homes worldwide in March as the global coronavirus death toll topped 12,000 and US states rolled out stay-at-home measures already imposed across swathes of Europe.
    In Chicago, Covid-19 is battering Black communities. Despite only accounting for 30% of the city’s population, Black people make up 60% of Covid cases there and have the highest mortality rate out of any racial or ethnic group. Most Chicago Covid-19 deaths are hyper-concentrated in majority-Black neighborhoods such as Austin on the West Side and Englewood and Auburn Gresham on the South Side.
    “The racial and ethnic gaps we’re seeing of who gets the virus and who dies from it are not a surprise,” said Linda Rae Murray, a Chicago doctor, academic, social justice advocate and former president of the American Public Health Association as well as the former chief medical officer of the Cook county department of public health.“They are a reflection of structural racism that exists in our society and inequities that are baked into our country.”
    Chicago is a hyper-segregated city, blighted by yawning divides across many socio-economic conditions.The coronavirus experiences of Black Chicagoans are so starkly different from residents in whiter, wealthier communities it has observers asking: do conditions in majority African American neighborhoods make being Black, effectively, a pre-existing condition there?Muhammad thinks so: “[It] is very true,” he said, adding: “But that truth demands a response. We can’t simply accept that this is going to happen to us.”Many Black neighborhoods in Chicago, as elsewhere in America, experience higher rates of unemployment and poverty while also being less likely to receive pandemic aid, giving them even less of a safety net than usual in a disease outbreak

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#chicago#sante#inegalite#minorite#race#santepublique#accessante#race

  • Grèce : quarantaine prolongée dans le camp de migrants de Vial, à Chios - InfoMigrants
    https://www.infomigrants.net/fr/post/28104/grece-quarantaine-prolongee-dans-le-camp-de-migrants-de-vial-a-chios

    La quarantaine a été prolongée dans le camp de migrants de Vial, sur l’île grecque de Chios, a annoncé jeudi le ministre grec des Migrations. Instaurée depuis le 14 octobre, elle durera au moins jusqu’au 4 novembre.
    Le camp de migrants de Vial, sur l’île grecque de Chios, va rester en quarantaine au moins jusqu’au 4 novembre, a annoncé jeudi 23 octobre le ministre grec des Migrations, Notis Mitarachis.
    Le camp de Vial avait été placé en quarantaine le 14 octobre après que « plusieurs » cas de coronavirus ont été détectés par les autorités de santé. Notis Mitarachis n’a pas précisé combien de personnes étaient infectées dans le camp à ce jour. Comme les autres pays européens, la Grèce a du mal à stabiliser l’épidémie de coronavirus. Les camps de migrants surpeuplés inquiètent particulièrement les autorités sanitaires car la distanciation sociale y est presque impossible à respecter.
    A Lesbos, plus de 240 cas de coronavirus ont été détectés dans le nouveau camp provisoire construit après les incendies de Moria. Les personnes infectées ont été placées à l’isolement. Fin septembre, les autorités grecques avaient annoncé la mort d’une première personne migrante du coronavirus. Il s’agit d’un homme de 61 ans d’origine afghane qui vivait avec sa famille dans le camp de Malakasa, près d’Athènes. Il a avait été hospitalisé et est mort à l’hôpital.
    Alors que la population grecque est sortie de son confinement depuis le 4 mai, les centres d’accueil et camps de migrants du pays ont dû rester à l’isolement bien plus longtemps. Durant l’été, une vingtaine d’associations, dont Amnesty International, avaient dénoncé une politique « inefficace » et « discriminatoire » envers des dizaines de milliers d’exilés agglutinés dans des camps insalubres. Début septembre, les camps de Malakassa et de Schisto (dans le nord et l’ouest d’Athènes respectivement) et d’Eleonas ont été placés en « confinement sanitaire total ».

    #Covid-19#migrant#migration#grece#camp#vial#chios#eleonas#malakassa#schisto#confinement#quarantaine#mortalite#refugie#discrimination

  • Modeling #COVID-19 scenarios for the United States | Nature Medicine
    https://www.nature.com/articles/s41591-020-1132-9

    Projections of current non-pharmaceutical intervention strategies by state—with social distancing mandates reinstated when a threshold of 8 deaths per million population is exceeded (reference scenario)—suggest that, cumulatively, 511,373 (469,578–578,347) lives could be lost to COVID-19 across the United States by 28 February 2021. We find that achieving universal mask use (95% mask use in public) could be sufficient to ameliorate the worst effects of epidemic resurgences in many states.

    Universal mask use could save an additional 129,574 (85,284–170,867) lives from September 22, 2020 through the end of February 2021, or an additional 95,814 (60,731–133,077) lives assuming a lesser adoption of mask wearing (85%), when compared to the reference scenario.

    #masques

  • HCR - QUESTIONS ET RÉPONSES : « Avant la pandémie, la santé mentale des réfugiés était un sujet négligé. Aujourd’hui, c’est à une véritable crise que l’on a affaire. »
    https://www.unhcr.org/fr/news/stories/2020/10/5f8051eba/questions-reponses-pandemie-sante-mentale-refugies-etait-sujet-neglige.html

    Le psychiatre Pieter Ventevogel dirige l’action du HCR en matière de santé mentale depuis six ans, une période durant laquelle le nombre de personnes déracinées par les conflits et les persécutions a atteint le chiffre sans précédent de 79,5 millions, parmi lesquelles 26 millions de réfugiés. Il s’est entretenu avec notre collègue Tim Gaynor, responsable du site Internet du HCR, à Genève, pour évoquer la question de la santé mentale des réfugiés et de l’impact de la pandémie de Covid-19.
    Quel était la situation en matière de santé mentale des réfugiés avant la pandémie actuelle ?​
    Il y a des variations, mais nous pouvons utiliser les estimations de l’Organisation mondiale de la santé. Une personne sur cinq - 22,1% - de la population adulte dans les zones touchées par la guerre souffre de problèmes de santé mentale. Nous n’avons pas de données concernant les enfants, mais nous pouvons supposer que ce chiffre est encore un peu plus élevé, car les enfants sont plus vulnérables. Selon d’autres études, ce niveau de référence est environ deux à trois fois plus élevé que celui de la population en général.
    Beaucoup de gens imaginent que le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) est le trouble le plus répandu chez les réfugiés, mais ce n’est certainement pas le seul problème de santé mentale auquel ils font face, et nous y sommes confrontés moins souvent que ce à quoi on pourrait s’attendre. Beaucoup de personnes ont à faire face à des expériences difficiles dans leur pays d’origine, ou durant leur fuite, des expériences violentes, et ce même dans le pays d’asile. Mais le SSPT constitue une pathologie bien spécifique, et, lorsque nous parlons de la santé mentale des réfugiés, nous devons aller au-delà de cette seule problématique.
    Les maux les plus courants sont en réalité la dépression et l’anxiété. La dépression est souvent liée à une perte - celle d’un être cher, d’un foyer, d’un emploi, d’un statut social ou d’un cercle social. Les personnes qui en souffrent n’ont plus aucun espoir pour l’avenir. Il est possible d’atténuer ce problème dans une certaine mesure lorsque des opportunités de développement personnel sont offertes, mais, dans de nombreux cas, les réfugiés se retrouvent dans une situation incertaine, attendant simplement que quelque chose se passe. Les solutions ne sont pas faciles à trouver, et les gens peuvent perdre tout espoir de voir leur vie s’améliorer.
    Au fil du temps, nous constatons également que la proportion de personnes souffrant de graves problèmes de santé mentale, comme la schizophrénie ou les troubles maniaco-dépressifs, est en augmentation. Nous ne savons pas exactement pourquoi - on ne devient pas schizophrène suite à un déracinement - mais il existe peut-être une vulnérabilité sous-jacente, soit au niveau du développement, soit au niveau biologique, qui peut se manifester dans certaines conditions. Lorsque le mécanisme de défense de ces personnes s’effondre, elles peuvent développer des symptômes. Dans les contextes de crise humanitaire, les personnes souffrant de graves problèmes de santé mentale courent un risque élevé de maltraitance et de négligence. C’est tout simplement inacceptable.
    Comment cette situation a-t-elle évolué depuis le début de la pandémie ?​
    Avant la pandémie, la santé mentale des réfugiés était une question peu prioritaire et très négligée. Aujourd’hui, nous faisons face à une crise de grande ampleur. De nombreux réfugiés voient leurs perspectives d’avenir s’effondrer. Les problèmes qui les ont poussés à fuir leur pays ne sont pas résolus et ils ne peuvent pas rentrer chez eux. En outre, les nombreux réfugiés qui survivaient dans leur pays d’asile grâce à l’économie informelle ont aujourd’hui perdu leurs moyens d’existence. Ils sont confrontés à un manque de solutions, car les possibilités de réinstallation ont diminué avec la pandémie. Les gens sont inquiets pour leur santé, ne sachant pas quand la pandémie va se terminer et comment ils peuvent vraiment se protéger.
    Ces facteurs de stress additionnels peuvent encore être relativement gérables pour la plupart des gens. Mais si vous vivez déjà en marge, cela peut constituer un élément déclencheur de problèmes psychiques. Ce désespoir croissant se manifeste par une augmentation des appels aux lignes d’assistance téléphonique de la part de réfugiés qui ont vraiment peur ou sont en colère, ainsi que de personnes qui ne voient pas d’issue et pensent « peut-être devrais-je mettre fin à ma vie. » Nous constatons également une augmentation des tentatives de suicide en Ouganda et au Kenya, en particulier chez les jeunes. Pour moi, ce sont là des indicateurs des tensions sous-jacentes.
    Il est difficile de connaître l’ampleur de ce phénomène, car la pandémie a également un impact sur la volonté des gens de se faire soigner. Dans de nombreux endroits, les réfugiés hésitent à se rendre dans les centres de santé car ils les perçoivent comme des lieux où l’on peut tomber malade plutôt que guérir. Cette montée du désespoir et la diminution du nombre de personnes qui demandent de l’aide pour des problèmes de santé mentale sont inquiétantes. Nous sommes aujourd’hui face à une crise qui peut dégénérer.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#sanementale#refugie#crise

  • Covid-19 : des tests antigéniques dans les aéroports pour faire revenir les passagers
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/10/23/des-tests-dans-les-aeroports-pour-faire-revenir-les-passagers_6057073_3234.h

    Les tests antigéniques vont-ils favoriser la reprise du trafic aérien ? Ces dispositifs de dépistage rapide du Covid-19 (quinze à trente minutes) devraient être déployés d’ici à la fin du mois dans les aéroports français de Roissy, Orly, Marseille et Nice. Réalisés à partir de prélèvements nasopharyngés, ils seront proposés aux voyageurs « au départ vers des destinations comme les Etats-Unis ou l’Italie », expliquait le ministre délégué aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, le 16 octobre sur CNews. Seront aussi testés les passagers « à l’arrivée des pays rouges », les régions les plus frappées par le virus. Une excellente nouvelle pour les acteurs du tourisme qui, le 14 octobre, réclamaient dans un communiqué « la mise en place urgente des tests antigéniques » dans les aéroports.
    L’objectif est que « ces tests se substituent aux quarantaines », précise Thomas Juin, président de l’Union des aéroports français (UAF). « La plus grande erreur serait d’attendre que l’épidémie cesse pour que le trafic aérien reprenne. » Les acteurs du transport aérien avaient été déçus à la sortie du confinement, « ils pensaient que le trafic intraeuropéen serait le premier à reprendre. Cela n’a pas été le cas » à cause des quarantaines. Air France espère que l’installation de ces tests sera rapide. Il en va du succès de la saison d’hiver de la compagnie, qui mise beaucoup sur les vacances de Noël et le retour des touristes aux Antilles et à La Réunion.

    #Covid-19#migrant#migration#test#sante#voyageur#france#quarantaine

  • Covid-19 : l’OMS mise sur des tests rapides en Afrique
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/10/23/coronavirus-l-oms-mise-sur-des-tests-rapides-en-afrique_6057076_3212.html

    Selon l’OMS, « de nombreux pays africains ont eu du mal à effectuer des tests en nombre suffisant pour contrôler la pandémie ». « L’utilisation généralisée de tests rapides de haute qualité en Afrique peut révolutionner la réponse du continent » au virus, a déclaré le docteur Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. « Les nouveaux tests de diagnostic rapide basés sur la détection de l’antigène aideront à répondre aux énormes besoins de diagnostic en Afrique », a-t-elle ajouté.
    Dans des nombreux pays africains, le nombre de tests est réduit, limité aux grandes villes et aux voyageurs, et le délai d’attente des résultats varie entre 48 heures à plus de dix jours, selon l’OMS. « La plupart des pays africains se concentrent sur le test des voyageurs, des patients ou des contacts, et nous estimons qu’un nombre important de cas ne sont pas détectés », a dit le docteur Moeti. Les nouveaux tests rapides « sont faciles à utiliser, moins chers que les tests PCR et fournissent les résultats en 15 à 30 minutes seulement, ce qui permet aux pays de décentraliser les tests », estime l’organisation.

    #Covid-19#migrant#migration#sante##test#casimporte#voyageur#afrique#oms

  • Covid-19 : Dans les Ehpad, une remontée des cas de contamination préoccupante
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/10/23/covid-19-dans-les-ehpad-une-remontee-des-cas-de-contamination-preoccupante_6

    Loin des chiffres vertigineux de la première vague, les établissements pour personnes dépendantes enregistrent néanmoins une hausse importante des infections depuis quelques semaines.

    « On est comme des vigies sur un bateau. On voit l’iceberg. Mais on ne sait pas à quelle vitesse il s’approche » : au CHU de Lille, « depuis une semaine » le professeur Eric Wiel voit « revenir doucement » les résidents de maisons de retraite parmi les malades du Covid-19 hospitalisés. « Il y a une augmentation des patients âgés, mais aucune modélisation mathématique ne peut dire si et quand une deuxième vague » touchera les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), affirme ce professeur de médecine, chef de pôle adjoint des urgences à l’hôpital.

    A ce stade, Santé publique France constate dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire publié jeudi 22 octobre « une augmentation particulièrement importante » des nouveaux cas de contamination dans les Ehpad. L’agence recense 6 290 cas au 11 octobre, contre 3 635 le 8 octobre. Une hausse de plus de 73 %, la plus forte depuis la fin du confinement et qui « concerne toutes les régions » . Une semaine plus tôt, Santé publique France observait déjà la détérioration de la situation à travers la forte hausse des foyers de circulation du virus dans les établissements. 304 #clusters étaient répertoriés, soit 20 % de la totalité (1 496), avec en moyenne 15 cas confirmés par foyer actif.

    « On voit monter plus fortement le taux d’incidence chez les plus de 65 ans que pour le reste de la population » , avance Hélène Junqua, directrice générale adjointe de l’agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine. Une tendance inquiétante, selon elle, « même si le dépistage systématique dans les Ehpad, dès qu’un cas apparaît, peut expliquer cette augmentation » .

    « Turn-over du personnel »

    Pour autant, parmi ces clusters, un certain nombre disparaissent sans avoir entraîné de décès. « A ce jour, nous comptons 248 résidents porteurs du virus au sein de nos 225 établissements, dont 80 % sont asymptomatiques » , indique le groupe Orpea, qui déplore 39 morts du Covid-19 depuis le 1er septembre parmi ses 225 Ehpad. Korian répertoriait quant à lui, dans ses 300 établissements, 9 nouveaux décès liés au virus en août, 23 en septembre et 48 en octobre. Loin du tribut payé par le groupe fin avril, soit 606 décès sur 23 000 résidents.
    Au total, 15 041 résidents d’Ehpad sont morts du Covid-19 depuis le 1er mars. Soit 44 % des victimes du virus (33 885). « On ne peut pas dire que la situation dérape de nouveau dans les Ehpad , estime Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Syndicat national des établissements et résidences privées pour personnes âgées. Elle est à ce stade encore sous contrôle. »

    De fait, la courbe des #décès a largement décru avant l’été, avant de reprendre doucement fin septembre. Du 24 septembre au 1er octobre, Santé publique France répertoriait 192 nouveaux décès, 142 du 5 au 11 octobre. Mais du 11 au 18 octobre, le nombre de morts a atteint 258. Soit près d’un tiers de l’ensemble des décès enregistrés la même semaine (764).

    Contrairement à la première vague, le virus frappe aujourd’hui autant les territoires ruraux que les métropoles. Fin septembre, 20 résidents sont morts du Covid-19 en l’espace d’un mois à l’#Ehpad Gloriande, à Séverac-le-Château (Aveyron). L’Ehpad de Notre-Dame-du-Bourg, à Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence), a perdu 8 de ses pensionnaires, et la Résidence du Clair-Mont, à Roanne (Loire), 9. Même si la mort est loin de frapper comme au printemps, Santé publique France indique que « l’augmentation des nombres de cas de #Covid-19 parmi les résidents des Ehpad fait craindre une augmentation des décès dans les semaines à venir » .

    Comment expliquer ce regain de l’épidémie dans des établissements qui ont pour la plupart tiré les leçons de la première vague ? Santé publique France montre une reprise des contaminations en Ehpad à la fin du mois d’août, qui coïncide avec le retour des congés d’été et la rentrée scolaire . Pour Malika Belarbi, membre de la direction fédérale de la CGT, le virus circule du fait « du turn-over du personnel. On pallie le manque de personnel par des embauches de vacataires non ou peu formés aux mesures d’hygiène » .

    « On voit arriver la deuxième vague et on la craint même plus que la première : nos agents sont plus fatigués et nous n’avons pas le même vivier de renforts car les déprogrammations à l’hôpital sont moins nombreuses qu’au printemps » , s’inquiète Séverine Laboue, membre du bureau national de la Fédération hospitalière de France. En attendant, dès le premier cas de Covid, la plupart des directions d’Ehpad suspendent les visites des familles. Au risque – malgré elles – de mettre en péril la vie de leurs résidents qui parfois ne tient qu’à un fil, celui du lien avec leurs proches.

  • #COVID-19 in a Correctional Facility Employee Following Multiple Brief Exposures to Persons with COVID-19 — Vermont, July–August 2020 | MMWR
    https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/69/wr/mm6943e1.htm

    Although the correctional officer never spent 15 consecutive minutes within 6 feet of an IDP with COVID-19, numerous brief (approximately 1-minute) encounters that cumulatively exceeded 15 minutes did occur.

    During his 8-hour shift on July 28, the correctional officer was within 6 feet of an infectious IDP an estimated 22 times while the cell door was open, for an estimated 17 total minutes of cumulative exposure. IDPs wore microfiber cloth masks during most interactions with the correctional officer that occurred outside a cell; however, during several encounters in a cell doorway or in the recreation room, IDPs did not wear masks. During all interactions, the correctional officer wore a microfiber cloth mask, gown, and eye protection (goggles). The correctional officer wore gloves during most interactions. The correctional officer’s cumulative exposure time is an informed estimate; additional interactions might have occurred that were missed during this investigation.

    #contamination

  • Thread by Panda31808732 – Thread Reader App
    https://threadreaderapp.com/thread/1319387306176991237.html

    Le bilan de l’incompétence : la situation au début de la deuxième vague (début juillet), et les premières semaines d’octobre. Dépistage ×2,5 à 3,7. #DeuxièmeVague

    Le taux d’incidence par classe d’âge.

    Les 0-9 ans sont toujours sous-dépistés par un facteur 3,6 comparé à leur poids dans la population.
    [...]

    Le R est toujours entre 1,3 et 1,4.
    [...]

    L’incidence a doublé en 13 à 14 jours.

    Le dépistage est reparti à la hausse, la taille énorme de l’épidémie va sans doute le faire sauter à nouveau.

    En rouge, le seuil d’alerte (sous lequel Macron a dit vouloir repasser).

    Le prochain excès de mortalité Insee.

    21% des tests positifs concernent des 60+, contre 11% au point bas fin août.

    Le nombre de tests positifs chez les 60+ a doublé en 11 jours. Les 90+ sont surexposés par la vie en Ehpad (x2 en ~8 jours).

    Les indicateurs hospitaliers.

    Les hospitalisations et les décès ont doublé en 11 jours.

    #covid-19

  • The engines of SARS-CoV-2 spread | Science
    https://science.sciencemag.org/content/370/6515/406.full

    Severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2) has spread rapidly across the globe, causing epidemics that range from quickly controlled local outbreaks (such as New Zealand) to large ongoing epidemics infecting millions (such as the United States). A tremendous volume of scientific literature has followed, as has vigorous debate about poorly understood facets of the disease, including the relative importance of various routes of transmission, the roles of asymptomatic and presymptomatic infections, and the susceptibility and transmissibility of specific age groups. This discussion may create the impression that our understanding of transmission is frequently overturned. Although our knowledge of SARS-CoV-2 transmission is constantly deepening in important ways, the fundamental engines that drive the pandemic are well established and provide a framework for interpreting this new information.

    The majority of SARS-CoV-2 infections likely occur within households and other residential settings (such as nursing homes). This is because most individuals live with other people, and household contacts include many forms of close, high-intensity, and long-duration interaction. Both early contact tracing studies and a large study of more than 59,000 case contacts in South Korea found household contacts to be greater than six times more likely to be infected with SARS-CoV-2 than other close contacts (1, 2). Household contacts accounted for 57% of identified secondary infections in the South Korean study, despite exhaustive tracking of community contacts. Globally, the proportion of cases attributable to household transmission will vary because of multiple factors, including household size. Contact studies suggest that 17 to 38% of contacts occur in households, implying that 46 to 66% of transmission is household-based (using the standard formula for attributable fraction) (3). This is consistent with household contact being a key driver of transmission for other respiratory viruses.

    Even among close contacts within households, there are considerable heterogeneities in transmission risk. Spouses of index cases are more than twice as likely to be infected as other adult household members, and symptomatic index cases may be more likely to transmit the virus (4). Moreover, older age is associated with increased susceptibility to infection, increased transmissibility, and severe disease (4). Older members may face extra risk in multigenerational households if younger members have unavoidable work or school obligations, although young children may be less susceptible to infection and transmit the virus less readily (4).

    #covid-19 #transmission #contamination #famille #travail #école

    • Sur le phénomène de surdispersion : « une minorité d’individus infectés serait responsable d’un pourcentage de transmission (étonnamment) élevé », Thibault Fiolet, épidémiologiste
      https://threadreaderapp.com/thread/1319536501923917824.html

      En Nouvelle Zélande, la plupart des cas ne se sont transmises qu’à une personne ou personne. De cette manière, la surdispersion peut ralentir la propagation du virus vers de nouveaux endroits, car la plupart des introductions ne parviennent pas à déclencher une épidémie

      Lorsque la transmission décolle, elle peut le faire de manière explosive comme en Corée. La réponse du Japon à la pandémie a été une technique basé sur les enquêtes par clusters : une personne infectés d’un cluster est + facilement détectable que lors d’une transmission 1 par 1
      [..]
      Les lieu où l’éloignement physique n’est pas possible sont des endroits potentiels de super-contamination (rare) : espaces fermés mal ventilés, camps de réfugiés, zones urbaines densément peuplées, milieux fermés - établissements de soins de longue durée, prisons, gymnases

      La plupart du temps, ce sont plutôt de petits clusters de 10-15 cas provoqués par transmission domestique ou petits rassemblements qui surviennent. Ces petits clusters sont moins bien détectés et ciblables pour des interventions

      La difficulté avec le SRAS-CoV-2 est qu’on suspecte que l’infectiosité soit surtout élevée lors de l’apparition des symptômes et un peu avant. Ces graphiques représentent la distribution du nombre de jours entre l’infection et survenue des symptômes ➡️ rôle des pré-symptômatiques
      [...]
      Le SRAS-CoV-2 est probablement principalement transmis au sein des ménages et dans des environnements de type familial. La proportion des événements de transmission décroît quand les échelles spatiales augmentent

      #superdispersion #SuperSpreader #covid-19 #enquêtes_par_clusters

  • What We Have Learned About COVID-19: Part One - Mass General Advances in Motion
    https://advances.massgeneral.org/pulmonary/article.aspx?id=1269

    Happy Hypoxia: Not Hypoxia and Not New

    Early in the outbreak, some reported that patients with #COVID-19 respiratory failure were presenting with hypoxemia that is out of proportion to the degree of dyspnea—a phenomenon termed (incorrectly) “happy hypoxia.” To the extent that this is a real phenomenon (most reports were anecdotal), the observation of hypoxemia without dyspnea should not be surprising (Tobin, Laghi and Jubran 2020) and is not unique to COVID-19. Indeed, an argument may be made that the widespread attention paid to this issue was more a function of the number of non-specialist providers seeing COVID-19 patients than it was of the virus itself. Since that time, corrective literature (Tobin, Laghi and Jubran 2020), which explains the established principles of respiratory physiology (Banzett et al. 1996; Burki and Lee 2010; Lansing, Gracely and Banzett 2009; Harold L. Manning et al. 1992) behind this phenomenon, has emerged. Dyspnea has a complex relationship to hypoxemia, and hypoxemia alone is a weak stimulus for dyspnea (H. L. Manning and Schwartzstein 1995) We cover the physiology at length in a prior two-part FLARE.

    #hypoxémie #hypoxie

  • What We Have Learned About #COVID-19 : Part One - Mass General Advances in Motion
    https://advances.massgeneral.org/pulmonary/article.aspx?id=1269

    Le pronostic vital des malades nécessitant une intubation avec ventilation assistée n’est pas aussi catastrophique que l’avait affirmé une étude antérieure (https://seenthis.net/messages/842942)

    Mechanical Ventilation: Still Saving Lives

    There exists a widespread impression in the lay press that mechanical ventilation in the setting of COVID-19 leads inevitably to death (examples here, here and here.) A major contributor to this inaccurate impression was a report from Northwell Health in New York published late April in JAMA (Richardson et al. 2020). The Northwell report received substantial media attention for its claim of mortality of 88% among ventilated patients. This claim was later corrected to indicate that mortality figures were determined by reporting only on those patients who had reached a definitive outcome (death or discharge) during the relatively short follow-up period of the study (average of ~4 days) and excluding the 53.8% of patients who remained alive and ventilated at the time of publication. Depending on the fate of the excluded patients, true mortality in the Northwell cohort could have been as low as 25% or as high as 97%—too broad to meaningfully inform clinical decisions. Fortunately, since that time, case series with more accurate 28-day mortality have become available (see Table 1) and report uncorrected mortality ranging from 15% to 50%. This is broadly similar to outcomes from pre-COVID-19 ARDS (Bellani et al. 2016) and should provide yet more reassurance that severe COVID-19 behaves largely the same as ARDS in the pre-COVID-19 era.

  • De nouvelles données diffusées par Santé publique France permettent de visualiser l’évolution de l’épidémie ville par ville ou quartier par quartier - Bretagne - Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/comment-la-circulation-du-virus-a-augmente-autour-des-grandes-villes-de


    Le taux d’incidence par commune dans l’Ouest breton, au 18 octobre.
    GEODES - Santé publique France

    Mercredi, l’agence nationale Santé publique France a mis en ligne une série d’indicateurs consultables à l’échelle communale et même des « Iris », un découpage officiel qui divise certaines agglomérations en quartiers.

    Les taux précis ne sont pas rendus publics, pour empêcher toute identification possible de personnes concernées. Mais chaque zone territoriale est classée selon six seuils de taux d’incidence (le nombre de nouveaux cas confirmés sur une semaine, rapportés à la population). Cette présentation en cartes permet d’observer l’évolution sur les derniers jours. Le décompte est effectué en fonction du lieu de résidence des personnes dépistées.

  • 545 enfants de migrants toujours séparés de leurs parents : le symbole des années Trump
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/10/22/545-enfants-de-migrants-toujours-separes-de-leurs-parents-le-symbole-des-ann

    Plus fondamentalement, les temps ont changé, et Joe Biden aussi. Il s’est engagé à ne pas construire « un mètre supplémentaire » de mur et a promis de réunir les familles et de respecter la « dignité des migrants ». Pour lutter contre l’immigration clandestine, il préfère les moyens électroniques à un mur coûteux – la partie « utile », c’est-à-dire hors désert et montagnes, est presque entièrement réalisée tandis que le Rio Grande est quasi infranchissable. Il entend régler le cas des quelque 800 000 Américains arrivés mineurs aux Etats-Unis (les « dreamers ») qui n’ont toujours pas de statut stable et proclamer un moratoire de cent jours sur les expulsions. Il a toujours défendu l’aide aux pays d’Amérique centrale, là où Donald Trump voulait la couper en pleine crise migratoire. M. Biden s’est engagé à recevoir 125 000 réfugiés par an, alors que M. Trump a abaissé ce chiffre pour 2020 à 18 000, note le Wall Street Journal.
    L’immigration légale s’est, elle aussi, effondrée, avec la fermeture des consulats pendant le Covid-19 et la suspension des entrées de personnes ayant obtenu la carte verte. Sans avoir passé au Congrès la moindre législation, le président Trump a réussi à faire reculer massivement l’immigration légale au cours des trois premières années de son mandat : le nombre de cartes vertes – permis de résidence et de travail permanent — octroyées a reculé d’un quart, passant de 618 000, dernière année du mandat d’Obama, à 462 000 en 2019. Les permis de travail ont reculé de 16 %, tombant de 10,4 millions à 8,7 millions.
    « Donald Trump n’a pas changé la loi, mais il a fait plus de mal que quiconque avant lui », déplore Roxanne Levine, associée du cabinet d’avocat Tarter Krinsky & Drogin, spécialiste de l’immigration. Bureaucratie tatillonne, hausse des frais, des délais, multiplication des entretiens de vérification, changement de quotas, modification du statut des membres de la famille : le harcèlement administratif a payé, au dam des universités et des entreprises high-tech, en quête d’étudiants et de main-d’œuvre. Joe Biden, lui, entend réformer le système des visas et établir un chemin pour la régularisation des 11 millions de clandestins établis aux Etats-Unis. Son programme a pour titre : « Sécuriser nos valeurs en tant que nation d’immigrants ».

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#politiquemigratoire#election#sante#immigration#economie

  • Covid-19 : « Les habits neufs de la mondialisation »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/10/22/covid-19-les-habits-neufs-de-la-mondialisation_6056951_3232.html

    Un mouvement inverse est en cours : la reconquête de la souveraineté économique dans certains secteurs, quitte à en assumer les surcoûts. Cette évolution ne mettra pas un terme à la mondialisation. Intimement liée à la technologie, l’internationalisation des échanges va se poursuivre. Mais elle sera peut-être plus régionale que globale. Peut-on parler d’une mondialisation de proximité ? Voilà dix ans déjà que Jean-Louis Guigou, le président de l’Ipemed (Institut de prospective économique du monde méditerranéen), parle de trois « zones d’influence privilégiée » appelées à former les grands espaces d’intégration économique de demain : le bloc américain ; les Asies ; enfin, un axe Europe-Afrique.
    Les deux premiers cités, observe Guigou, économiste et ancien haut fonctionnaire, sont dotés des instruments d’une telle évolution : centres de réflexion économiques communs ; banques régionales ad hoc ; organisations politiques multilatérales (qu’il s’agisse de l’Organisation des Etats américains ou de l’Association des nations d’Asie du sud-est).
    La guerre tarifaire que Donald Trump a déclarée à la Chine est un échec. Elle n’a produit aucune relocalisation aux Etats-Unis d’entreprises américaines installées en Chine. Elle n’a en rien amélioré le sort des travailleurs américains. En revanche, la renégociation par Trump du marché commun nord-américain (ex-Aléna, devenu AEUMC) entre le Canada, le Mexique et les Etats-Unis est un bon exemple des évolutions en cours de la mondialisation Elle protège cette zone : les biens y circulent libres de droits dès lors qu’ils sont largement fabriqués dans cet espace. Elle protège les travailleurs : dans l’automobile, un Mexicain ne peut gagner moins de 70 % de ce qu’il gagnerait à Detroit. L’intégration commerciale passe par l’harmonisation progressive des normes – salariales, environnementales et autres.
    Jean-Louis Guigou regarde ses cartes de géographie : « L’Afrique du Nord, ce devrait être le Mexique de l’Union européenne. » Le développement de demain, ce n’est pas l’échange d’hier (matières premières contre biens à forte plus-value), mais la coproduction. La Méditerranée, dit-il encore, « ce nest pas un obstacle, mais un trait d’union entre l’Europe et l’ensemble du continent africain ». Au « manque de vision, d’anticipation, de passion » qui caractériserait le Vieux Continent, Guigou oppose l’ambition d’une « Verticale Afrique-Méditerranée-Europe ».

    #Covid-19#migrant#migration#mondialisation#europe#afrique#mediterranee#sante#crisesanitaire#circulation#echange