• B.1.617, le variant « double mutant » qui effraie l’Inde et se propage déjà dans le monde | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/207503/b1617-variant-double-mutant-covid-19-inde

    Ce drôle de nom sorti tout droit d’un film de science-fiction, le B.1.617 le doit à une caractéristique particulière. « Ce variant contient deux mutations spécifiques, appelées E484Q et L452R », décrit dans The Wire Gautam I. Menon, professeur à l’Université Ashoka de Sonipat et à l’Institut des sciences mathématiques de Chennai. Ce sont donc deux mutations du virus qui se rejoignent en une, pour former un nouveau variant du coronavirus. Et ce n’est pas une bonne nouvelle.

    D’un côté, la mutation L452R, détectée dans le variant californien, rend le virus plus transmissible tout en étant davantage résistant aux #vaccins. De l’autre, la mutation E484Q, qui serait similaire à la mutation E484K observée dans les variants sud-africain et brésilien et qui pourrait également réduire l’efficacité des vaccins (des études sont en cours). D’après le ministère de la Santé indien, ces mutations réunies pour la première fois confèrent au variant B.1.617 « un échappement immunitaire et une infectivité accrue ». Bref, c’est du costaud.

    Autre inquiétude sur la détectabilité de ce recombinant : selon L’Obs, un grand nombre de cas ne sont plus décelés par les tests PCR et nécessitent des scans. Le saignement du nez serait un signe d’infection.

    Responsable de la seconde vague ?

    Le terme de seconde vague est presque un euphémisme : c’est un véritable tsunami qui s’abat sur l’#Inde en ce moment. Les cas de Covid-19 flambent dans presque tous les États du pays et plus de 150.000 nouveaux cas par jour en moyenne ont été recensés cette dernière semaine. À titre de comparaison, au pic de la première vague, le pays comptabilisait un peu moins de 100.000 nouveaux cas par jour. Avec un total de près de 13,9 millions d’infections au Covid-19, l’Inde compte désormais le deuxième plus grand nombre de cas au monde, devant le Brésil.

    De multiples facteurs expliquent cette résurgence du virus en Inde depuis le mois de janvier. Outre un relâchement notable des gestes barrières combiné à la réouverture de tous les magasins et lieux publics, les nouveaux variants seraient les principaux fautifs. « Que la circulation des nouveaux variants potentiellement plus infectieux soit responsable du pic de cas après janvier 2021 semble de plus en plus incontournable », estime le professeur Gautam I. Menon.

    Le « double mutant » serait en cause. Le 24 mars, le ministère de la Santé du pays rapportait que 15 à 20% des PCR réalisés dans l’État du Maharashtra concernent le variant indien, B.1.617. Ce dernier serait ainsi responsable de l’augmentation de 55% des cas dans cet État où se trouve la ville de Mumbai, qui vient tout juste de se confiner pour quinze jours.
    En plus du « double mutant », plusieurs nouvelles souches du virus se propagent sur le territoire, notamment le variant du Kent. Le « scénario catastrophe » qu’a exposé Gautam I. Menon il y a quelques jours, soit « la combinaison de réinfections étendues avec une ou plusieurs nouvelles souches se propageant plus rapidement », semble peu à peu se profiler.

    #covid-19 #B.1.617 #B1617

  • Ultra vénère de lire ce témoignage de Bruno Andreotti : #Covid19, #aerosolisation et responsabilité criminelle gouvernementale...

    Il y a un mois, je reçois un mail un dimanche après-midi de l’ANSES me demandant si je souhaite faire partie d’un comité groupe d’expertise collective en urgence (GECU) sur les risques de transmission par voie aérienne de la Covid 19, sujet sur lequel je travaille.

    Les questions posées au groupe de travail correspondent en tout point à un rapport de sécurisation sanitaire remis la veille —travaillant sur la dynamique des gouttes en aérosol dans les brumes et les nuages, me rendre utile à la société en travaillant sur la Covid était naturel.
    La lettre d’invitation me demandait une liste de noms pour compléter le comité de travail… Après avoir rempli un formulaire en ligne qui m’a pris 2h, je n’ai plus eu aucune nouvelle avant d’en demander ce soir.
    J’ai appris par retour de mail mon éviction de ce comité. Je ne crois pas que nous soyons nombreux en France à travailler sur le risque de transmission aéroportée.

    Au delà de l’incorrection, je ne comprends pas ce à quoi joue le ministère commanditaire du rapport de l’ANSES.

    J’ai passé mes jours et mes nuits à éplucher toute la littérature scientifique sur les courbes dose-réponse, les courbes de charge virale, la dynamique des aérosols qui portent les particules virales et j’aurais aimé discuté avec les virologues sur les données manquantes.
    Je suis très déçu ; travailler un mois dans un groupe multi-disciplinaire, cela m’enthousiasmait ; avoir enfin une ouverture vers l’appareil d’Etat, plutôt que les collectivités locales et les agents économiques non étatiques, cela m’enthousiasmait.
    Que le ministère ait changé le contour du groupe de travail sur le risque de contamination aéroportée en en supprimant… le risque ET la contamination aéroportée, pour le réduire aux données virologiques (dose réponse sur modèle animal et tissus cellulaires)…
    Bref.

    Pour bien apprécier la chose :
    • le milieu de la virologie a nié, partout dans le monde, la possibilité d’une transmission par voie d’aérosol.
    • le monde politique, les comités hospitaliers et les agences sanitaires ont 8 mois de retard sur l’état de l’art scientifique.
    • le milieu de la santé est très mal formé aux questions d’aérosol et d’hydrodynamique (ainsi, la responsable Covid de mon université a soutenu pendant des mois qu’ouvrir les fenêtres allait concentrer le virus…)

    On m’a fuité la composition du groupe : on n’y trouve personne qui ait travaillé sur la transmission aéroportée de Sars-Cov-2, personne qui connaisse la physico-chimie des aérosols, et nombre de collègues venus des domaines qui ont nié pendant un an la transmission aéroportée.

    Ce n’est pas comme lanceur d’alerte pénible qu’il me semblait avoir ma place, mais parce qu’objectivement, nous sommes peu à avoir, depuis une certaine discipline, avalé les centaines d’articles dans trois disciplines différentes permettant de construire.
    Les personnes qui m’ont fait évincer depuis le ministère (probablement comme lanceur d’alerte pénible) n’ont même pas conscience que le rapport sera décortiqué dès sa parution et mis en pièce s’il n’est pas à la hauteur (scientifique) des enjeux graves du moment.

    Quel type de conséquences dans le verrouillage de la composition de groupe de travail ANSES de ce type ? Par exemple de produire un rapport sur les purificateurs d’air intérieur qui… ignore les purificateurs d’air à filtre Hépa.
    –> https://www.anses.fr/fr/system/files/AIR2012SA0236Ra.pdf

    Le rapport ne dit rien de faux, bien sûr, mais passer à côté d’un système éprouvé en usage dans tous les trains, dans tous les avions, dans tous les immeubles modernes, cela conduit le politique à faire des erreurs aux conséquences très graves.
    –> extrait du 7/9 sur France Inter le 2 novembre 2020 avec J.M. Blanquer : "On a fait une étude sur les purificateurs d’air et ça n’est absolument pas probant. Mais chaque fois qu’on peut ouvrir les fenêtres, il faut le faire" : https://twitter.com/franceinter/status/1323171923203969026

    Je tiens pour vrai que la science repose sur des faits objectivés et des méthodes explicites, mais surtout sur l’invention de cadres régulés pour la confrontation critique. Plus un groupe de travail présente de diversité, et plus il a de chance de démêler savoirs et croyances.

    S’engueuler scientifiquement n’est jamais un problème et ne laisse aucune trace (autre qu’égotique) : quand on a tort, on a tort ; on en convient et on passe.

    Le contrôle politique de « l’expertise », je trouve que c’est l’abomination.

    Source https://twitter.com/Andreotti_B/status/1383116127652491265

  • Pfizer profite de la pandémie pour augmenter le prix de son vaccin (et s’en vante) | korii.
    https://korii.slate.fr/biz/vaccin-covid-19-pfizer-profite-pandemie-augmenter-prix-vaccin-bourse-pro

    Initialement négocié à 12 euros la dose en novembre 2020, le #vaccin #Pfizer avait finalement été acheté à 15,50 euros par l’Union européenne. Selon Borissov, la dose devrait nous coûter à l’avenir 19,50 euros.

    La facture finale risque donc d’être salée. « 19,50 euros pour 900 millions (de doses) coûteront près de 18 milliards d’euros à l’UE », calcule-t-il, avertissant les gouvernements européens qu’il leur faudra réviser à la hausse leur budget vaccination.

    Et encore, il ne s’agit peut-être que d’un début, les négociations n’étant pas terminées, souligne le site Business AM. Par comparaison, AstraZeneca s’est engagé à délivrer son vaccin à prix coûtant, soit 1,78 euro la dose, comme l’avait fait fuiter en décembre dernier la secrétaire d’État au Budget belge Eva De Bleeker. Le vaccin de Pfizer va donc revenir 11 fois plus cher que celui de son concurrent anglo-suédois.

    #spéculation #covid19 #santé #big_pharma

  • Dr Zoë Hyde sur Twitter : “(1/12) The Brazilian #COVID19 #variant is up to 2 times more transmissible, more likely to cause serious illness in young people, and may evade immunity. Worryingly, it’s starting to spread rapidly in British Columbia, Canada. 🇨🇦 A thread summarising the latest evidence. 🧵” / Twitter
    https://twitter.com/DrZoeHyde/status/1379081837532749824

    (12/12) These findings also reinforce the importance of trying to suppress #transmission as much as possible, rather than trying to “learn to live” with the virus.

    Don’t think the tragedy unfolding in Brazil can’t also happen to your country.

    #variants #suppression

    • Ah mais la surface des morts se voit très bien ! C’est pas du tout abstrait, une surface, demander à un peintre. Il suffit de le dire, que c’est la surface des morts, et tout le monde voit très bien, immédiatement, que y a largement plus de morts au 2eme tour ; et surtout paske c’est plus long, même si c’est (un peu) moins haut.

      Ok, le chiffre précis n’est pas porté sur l’axe, et alors ? Y a moyen de l’indiquer sur la surface, ou de faire des petits carreaux de 1000 morts, ou des tranches de 10000 comme il suggère. La question, c’est plutôt « pourquoi on ne parle plus des morts » ; probablement pour éviter de se faire traiter d’anxiogène.

    • Qui qui parle des 11 000 000 000 € que le fait de faire perdurer la crise aussi longuement coûtent chaque mois ? En plus des 10000 morts mensuels ? Et de tous les projets qui ne peuvent pas voir le jour ? Et de toutes les années d’étude à moitié réalisées (au 7ème réalisées, pour les étudiants généreusement autorisés à participer en présentiel 1J par semaine à leurs cours, avant de faire leur stage en télétravail......). Hier, l’autre gugus s’est félicité de la façon dont la scolarité des uns et des autres en France est normale ! Impressionnant de cécité volontaire, tout à échafauder sa défense, pour le jour où on lui demandera des comptes : ah mais non monsieur le juge, souvenez-vous, le 31 mars 2021, j’ai fait un discours dans lequel j’ai mentionné les variants, je n’ai jamais nié la gravité de la situation monsieur le juge, vous le voyez bien.
      Un gang de petites frappes, pour reprendre les termes peu diplomates d’un diplomate chinois.

    • les courbes journalières sont indispensables pour le suivi quotidien,
      tout aussi indispensable l’échelle semi-log pour le modèle (implicite) exponentiel, et la perception des rapports, mais catastrophique pour la perception de la surface

      sur les courbes cumulatives, il est pratiquement impossible de suivre les pentes (dans le classement d’efficacité des différents éléments graphiques, les angles viennent très loin derrière)

      enfin, remarquons (avec Catherine Hill) que la mortalité dans les EHPAD a pratiquement disparu (en dehors du gros cluster de la semaine dernière, inexpliqué, pour le moment - rattrapage ?)

  • Bon bah ... puisque le PR Machin n’en n’a pas tenu compte ce soir, je vous rapatrie un super (encore) tweet-fil-conseils du Pr Logos, parce que nous sachons que c’était possible...
    source : https://twitter.com/Pr_Logos/status/1377141926026047496

    1/ Ca tape tellement sur le ciboulot, cette épidémie, que j’ai rêvé d’un allocution d’Epidemiolok 1er. Mais son melon avait disparu.

    Il commençait par présenter ses excuses et ses condoléances pour les 100 000 morts en ayant conscience de ses choix désastreux.

    2/ Puis il annonçait un investissement de 3 milliards €, pour partie en salaires, pour partie en matériel, pour s’engager dans une stratégie Zéro-Covid définitive. Et il égrenait, sans zozoter, une liste des choses mises en place en donnant à chaque fois un argument rationnel.

    3/ Bizarrement, il commençait par la mise à disposition d’une appli à QR code pour éviter les files statiques devant les commerçants : on arrive, on s’inscrit pour la file délocalisée et on va faire un tour au soleil. Le téléphone prévient de l’état de la file.
    Du Cédric O.

    4/ Ensuite il expliquait en termes simples ce que signifie une transmission par voie d’aérosols, le rôle primordial de la ventilation, les effets de sillage, même en extérieur, et comment monitorer le CO2 et en faire l’affiche dans les espaces publics.

    5/ Il trouvait un accent de vérité jusqu’ici inconnu et annonçait la réquisition par l’état d’une chaîne de fabrication de capteurs de CO2 NDIR par absorption infrarouge à 23€ de coût de revient, pour en produire 1000/jour. Il mobilisait des étudiants rémunérés pour les déployer

    6/ Il annonçait qu’il avait enfin compris que le risque variait quadratiquement avec le niveau de filtration des masques et que des masques chirugicaux bien mis, cela divisait par 100 le risque, et annonçait la commande à une PME bretonne de 10 millions de masques FFP2 par jour.

    7/ Il pensait que d’ici la fin de la semaine, des décontaminateurs de masque à UV-C sous vapeur de peroxyde d’hydrogène, avec des petits casiers numérotés permettant de les laisser 30’ heure et de retrouver ses masques propres seraient installés dans les écoles et lieux publics.

    8/ En effet, il trouvait insupportable la charge pour la planète de masques qu’on jette et entendait pleinement profiter qu’on puisse décontaminer 4 fois les masques, par un service public.

    9/ Il faisait appel au monde de la recherche, en présentant ses excuses d’avoir cru par des lectures diagonales, sans payer le coût d’entrée dans des disciplines auxquelles il n’entend rien, suppléer à ceux dont le métier vise à dire le vrai sur le monde, et aux ingénieurs.

    10/ Il leur demandait de travailler à la sécurisation des lieux publics, à commencer par les cantines scolaires et les restaurations collectives d’entreprise, mais aussi les terrasses de café, les cinoches, les salles de concert, etc, pour ajouter ventilation/aspirateurs à Covid.

    11/ Surtout, il annonçait que quand ça irait mieux, quand on ferait printemps (il ne se refait pas) plutôt qu’être pris dans cette pluie de cendres et de morts, il faudrait éviter des résurgences en étant capables d’endiguer très rapidement toute reprise épidémique.

    12/ Il n’y allait pas de main morte, le petit père Macron : il disait clairement que l’appli « Stop Covid » était inepte dans le fait même qu’elle niait les voies de transmission épidémique et que le résultat était inutilisable, et que l’investissement de l’Etat irait au bon endroit

    13/ Il annonçait 60 000 recrutements d’épidémiologistes de terrain qui feraient un travail local d’information populaire, de détection quartier par quartier des voies de propagation épidémique, d’aide à l’isolement, de prêt de purificateurs d’air, de décontamination, de tests.

    14/ Il disait qu’il avait conscience du danger que l’on puisse se servir de ces « ilotiers » à des fins répressives et que leurs droits et devoirs, et le fait qu’ils soient tenus strictement au secret médical, serait strictement encadré.

    15/ Il donnait le coût pour la société, modeste, pour déployer cette médecine préventive qui s’adapte à la manière de vivre des citoyens, qui s’appuie sur eux, plutôt que par des injonctions paternalistes venues du sommet de l’Etat.

    16/ Enfin, il passait au long terme et analysait la part de son échec due à la désindustrialisation du pays, empêchant l’Etat de produire pour répondre aux besoins, il analysait l’échec de Sanofi et celui de l’Institut Pasteur, pour le vaccins.

    17/ Il s’engageait à changer de paradigme pour l’organisation de la recherche, après 20 ans d’erreurs, et il annon…

    Brebrebrebrebre.

    « Vous écoutez France Culture, il est 7h15 et notre invité matin est Stanislas Dehaene. Alors, faut-il fermer les écoles ? »

    18/ Tic-tac-tic-tac-tic-tac-tic-tac.
    Driiiiiiiing.
    Baaaaah.

    #covid #covid19 #macron #confinement #finementcon

  • Ça fait des mois que j’en suis convaincu, et je l’ai enfin entendu ce matin évoqué à la radio : le fondement des mensonges de Blanquer, et le tabou absolu qu’est devenue l’école pour le gouvernement, c’est pour une raison et une seule : à la moindre concession de sa part désormais, c’est sa responsabilité pénale qui sera engagée.

    Donc ça va continuer à mentir et à assumer un « choix » aberrant et mortel. Non les scientifiques n’ont jamais été clairs sur le fait que les écoles avaient un rôle dans la transmission du virus, non personne ne nous a dit le contraire… non les capteurs de CO2 dans les classes ne servent à rien… non personne n’a jamais établi que l’aérosolisation était le principal mode de transmission… puis une fois que tout le monde admet que les écoles sont importantes dans la transmission, prétendre qu’on continue à les laisser ouverte uniquement pour le bien-être des enfants…

    On l’a déjà eu en décembre : il y a eu la proposition de prolonger les vacances. Non, ce serait reconnaître que l’école joue un rôle, et donc si on laisse les écoles ouvertes on devient pénalement responsable de la mort des gens. (Ils ont d’ailleurs ressenti immédiatement le risque : en « autorisant » les enfants à manquer la classe la dernière semaine, ils ont laissé apparaître qu’ils avaient conscience que les enfants pouvaient attraper le virus à l’école et provoquer la morts des grands-parents la semaine suivante – risque médiatique gérable, mais implication juridique immédiate). Puis aux vacances d’hiver : beaucoup de propositions de fusionner les 3 zones pour imposer des « vacances » de quatre semaines, sans avoir à reconnaître qu’on « ferme » les écoles. Non, ça non plus. Et hier Véran a réaffirmé que le gouvernement ne fermerait les écoles qu’en dernier recours.

    On a déjà eu ça avec les masques. Absolument tout le monde a bien conscience que le gouvernement a menti sur les masques et a prétendu qu’ils n’étaient pas utiles, pour l’unique raison qu’ils n’avaient pas renouvelé les stocks. Mais à aucun moment un responsable ne peut le dire explicitement (on va continuer à dire que la science a progressé depuis, et qu’on sait maintenant ce qu’on ignorait à l’époque…), sinon immédiatement c’est le pénal pour toute la bande.

    Et de la même façon, toute déclaration ou décision qui laisserait accroire que le gouvernement sait que les écoles sont des moteurs de l’épidémie et a sciemment décidé de faire autrement, implique que chaque responsable devient illico personnellement responsables au pénal. L’affaire du sang contaminé, avec encore plus de morts.

    Les conséquences politiques, ils s’en contrefoutent, évidemment. Mais des poursuites pénales qui te poursuivent à titre personnel pendant 20 ans, ça c’est vraiment embêtant.

  • Toulouse : des militants d’extrême droite tentent de s’introduire au sein du Conseil régional d’Occitanie
    https://www.midilibre.fr/2021/03/25/toulouse-deux-membres-daction-francaise-tentent-de-sintroduire-au-sein-du-
    intrusion en live : https://twitter.com/CaroleDelga/status/1375074880878698504
    Samedi déjà, l’extrême-droite attaquait la librairie « La Plume Noire » à Lyon
    https://rapportsdeforce.fr/classes-en-lutte/lyon-une-union-des-extremes-droites-pour-venger-la-dissolution-de-ge (+ cagnotte de soutien https://www.paypal.com/donate/?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=53ZEFL6TM45T2 )
    Aujourd’hui elle fait une action coup-de-poing au Conseil Régional d’Occitanie... Mais bien sûr le problème c’est l’#islamogauchisme, hein ! Et les politicard-e-s & mainstream à attiser les haines pendant que la pandémie #COVID19 se répand...

  • #COVID19 : le point sur la question des #réinfections
    https://www.vidal.fr/actualites/26810-covid-19-le-point-sur-la-question-des-reinfections.html

    Les données obtenues dans le groupe placebo de l’étude sud-africaine du vaccin NOVAVAX ont montré qu’une immunité contre un variant « historique » (Wuhan ou D614G) ne protège pas contre les formes légères à modérées d’une infection par le variant « sud-africain » B.1.351 : 5 % des personnes ayant un antécédent de COVID-19 se sont réinfectés, le même pourcentage que chez celles n’ayant jamais été infectées auparavant. Néanmoins, aucune forme sévère n’a été signalée chez les sujets réinfectés

    Ces nouvelles données indiquent clairement que le risque de réinfection est davantage lié à la dérive antigénique de #SARS-CoV-2 vers un profil immunorésistant, plutôt qu’à une immunité acquise déclinante (une diminution des anticorps obtenus après le premier épisode). Elles renforcent l’idée qu’il est indispensable, pour prévenir ces réinfections, d’actualiser la réponse immunitaire (par des #rappels de #vaccin, adaptés aux nouveaux #variants), dans une optique de protection individuelle et aussi de protection collective, en diminuant le risque d’apparition de nouveaux variants immunorésistants (favorisée par une immunité insuffisamment neutralisante).

    [...]

    Réinfections par SARS-CoV-2, de quoi parle-t-on exactement ?
    La définition d’une réinfection par SARS-CoV-2 varie selon les études, ce qui a fortement brouillé les tentatives d’y voir plus clair. Aujourd’hui, aucun consensus formel n’existe, mais les experts ont identifié une série de critères :
    [...]

    L’écueil de l’évolution naturelle de SARS-CoV-2 : réinfection versus #réactivation
    Lorsqu’une possible réinfection est suspectée et que des #séquençages ont montré des différences génétiques entre les virus isolés au cours de chacun des épisodes, il est essentiel de distinguer une réinfection par un nouveau SARS-CoV-2 d’une réactivation du virus initial entretemps transformé par son évolution naturelle.

    [...]

    [...] en termes de réinfection, il est possible de distinguer deux périodes :
    – avant l’apparition des variants portant la mutation E484K, les réinfections étaient exceptionnelles, portant probablement sur moins d’un patient sur 3000, voire beaucoup moins ;
    – depuis l’apparition des variants portant la mutation #E484K, le risque de réinfection a considérablement augmenté, atteignant environ 5 % pour le variant « sud-africain » B.1.351. Il est probable que ce risque soit également augmenté pour les variants P.1 et P.2.

    Plus haut, concernant #Manaus il est écrit :

    Concernant P.1, la réinfection par ce variant a souvent été évoquée pour expliquer la 2e flambée de COVID-19 observée à Manaus en janvier et février 2021, dans une ville où l’immunité collective avait été estimée à 78 % de la population dans une étude très médiatisée ( mais remise en cause depuis par les auteurs). [...] à ce jour, il n’existe aucune preuve convaincante que la 2e flambée à Manaus soit due à des réinfections massives par P.1. D’autres hypothèses (dont l’abandon des mesures barrières à la suite de la médiatisation d’une forte immunité collective largement surestimée) sont possibles.

  • Quand les scientifiques dérapent - Le Pharmachien
    https://lepharmachien.com/derape

    La #science pathologique, c’est un processus psychologique dans lequel un.e scientifique qui, à l’origine, respectait la méthode scientifique, commence à s’écarter progressivement de cette méthode et s’entête à interpréter ses travaux à sa façon. On dit que ce processus est « pathologique » parce que ça devient une obsession. La personne est incapable d’admettre ses erreurs, même si tout indique qu’elle a tort. — Permalien

    #covid19 #désinformation

  • Negligible impact of #SARS-CoV-2 variants on CD4+ and CD8+ T cell reactivity in COVID-19 exposed donors and vaccinees | bioRxiv
    https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2021.02.27.433180v1

    Le Doc sur Twitter : « Il n’y a pas que des mauvaise nouvelles ! #COVID19 L’’#immunité liée aux lymphocytes T (CD4/CD8) est peu affectée par les mutations du SARS-CoV-2 #B117 🇬🇧 #B1351🇿🇦 #P1🇧🇷 et #Cal20C🇺🇸 L’immunité ne se réduit pas aux anticorps, et c’est en l’occurence une chance et un espoir » / Twitter
    https://twitter.com/Le___Doc/status/1371232273845125127

    #immunité_cellulaire

  • Avec 14 % de créations supplémentaires en 2020,
    le .FR confirme l’accélération de la transformation numérique des entreprises et des commerces. Découvrez notre étude complète « Le .FR en 2020 » https://www.afnic.fr/fr/l-afnic-en-bref/actualites/actualites-generales/12563/show/le-fr-en-2020-acceleration-de-la-transformation-numerique-des-entreprises-et-d #TransitionNumérique #Covid #Afnic #PointFR

    With 14% additional create operations in 2020,
    .FR has confirmed the acceleration of the digital transformation among businesses and retailers in France. Discover our complete study « The .fr in 2020 » on https://www.afnic.fr/en/about-afnic/news/general-news/12564/show/fr-in-2020-acceleration-of-the-digital-transformation-among-businesses-and-ret #DigitalTransformation
    #France #Covid19 #Afnic

  • #COVID19 : mutations, #variants, lignées, N501Y, E484K… de quoi parle-t-on ?
    https://www.vidal.fr/actualites/26672-covid-19-mutations-variants-lignees-n501y-e484k-de-quoi-parle-t-on.html

    Il semble évident que l’émergence de B.1.351 et P.1 (mais pas celle de B.1.1.7, du moins quand elle ne porte pas la mutation E484K) fait peser une menace sur les campagnes de #vaccination actuellement en cours. Les données sur les #vaccins Johnson & Johnson et Novavax, et surtout celles relatives au vaccin AstraZeneca, ne semblent pas rassurantes. Néanmoins, d’autres facteurs sont à considérer pour relativiser cette menace : en particulier, il n’existe aucune évidence à ce jour indiquant une perte d’efficacité de ces vaccins en termes de protection contre les formes sévères (et les hospitalisations). Les anticorps contre la protéine S ne sont pas l’unique forme d’#immunité engendrée par la vaccination : l’#immunité_cellulaire pourrait continuer à être active contre B.1.351 et P.1 (et protéger des hospitalisations).

    Les laboratoires producteurs de vaccins (par exemple Novavax, Pfizer ou Moderna) ont annoncé être déjà en cours de production de vaccins modifiés à partir de protéines S des lignées B.1.351 et P.1. Le scénario de rappels périodiques avec des vaccins adaptés aux lignées prédominantes du moment semble prendre corps.

  • Marc Van Ranst expliquait-il en 2019 "comment vendre une épidémie" et manipuler les médias ?
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_marc-van-ranst-expliquait-il-en-2019-comment-vendre-une-epidemie-et-mani

    Une vidéo du virologue de la KULeuven Marc Van Ranst, s’exprimant sur la gestion médiatique des épidémies de grippes, a suscité énormément de réactions. Dans celle-ci, publiée il y a deux ans, il détaille les moyens mis en œuvre, alors qu’il était commissaire interministériel pour la gestion de crise pendant la pandémie de grippe porcine (H1N1) en 2009, pour occuper l’espace médiatique. Certains observateurs y voient une démonstration de la façon dont les experts se servent des médias pour manipuler l’opinion publique. Est-ce vraiment le cas ? — Permalien

    #covid19 #critiquedelinfo #média

  • Covid-19 : sommes-nous en train de nous précipiter vers une 3ème résurgence massive sans nous en rendre compte ? | Atlantico.fr
    https://atlantico.fr/article/decryptage/covid-19---sommes-nous-en-train-de-nous-precipiter-vers-une-3eme-resurgenc

    La conclusion est simple : les mesures actuellement appliquées en France n’auront aucune efficacité pour stopper ou même freiner « l’invasion » par les nouveaux variants. Bien que les outils soient plus accessibles qu’en février/mars 2020, la stratégie reste globalement la même que lors de la 1ère vague, avec un remake de février 2020 = course vaine après les clusters, réponse graduée en fonction de la dégradation des indicateurs (et donc systématiquement tardive et sous-dimensionnée). Il ne manque plus que le discours « stade 1, stade 2, stade 3, stade 3,5… » ! On sait donc comment cela finit : le virus envahit le territoire. Les nouveaux variants vont donc envahir le territoire. La bataille est d’ailleurs déjà largement perdue contre le variant britannique B.1.1.7 qui est d’ailleurs relégué au même niveau de priorité que les « anciens » variants dans les nouveaux protocoles sanitaires (protocoles scolaires, niveau de contact tracing…).

    • Ca me rappelle avoir lu en mars que les « vagues » les plus meurtrières de la grippe espagnole étaient la 5eme et 6eme. (je vais recherché le papier ca doit etre sur seenthis - pas retrouvé ) Est-ce que ce qu’on appelait vague étaient en fait de variants ?
      Wikipédia parle de 3 vagues-variants donc les 5-6eme vagues j’ai du les réver

      –---

      Face à ce virus qui nous frappe, les propos de Churchill résonnent tragiquement : « Le gouvernement avait le choix entre la guerre et le déshonneur ; il a choisi le déshonneur et il aura la guerre. »

    • Au Mexique, dans l’État de Morelos, dénonciation de l’État par les collègues d’un médecin et d’une infirmière décédés dans l’attente d’une dose de rappel du vaccin Pfizer qui n’a jamais été livrée.
      ________________________________
      COVID-19 - Un médecin et une infirmière de l’État de Morelos au Mexique vaccinés avec Pfizer en janvier dernier meurent après avoir reçu la première dose du vaccin Pfizer... mais pas la dose de rappel.
      EL UNIVERSAL 16/02/2021 14:28 Justino Miranda / Correspondant à Morelos
      Le double décès a été rapporté par leurs collègues de l’hôpital et révélé dans les réseaux sociaux par le médecin Francisco Javier Bermudez Alarcón.
      « Deux collègues meurent, un médecin et une infirmière, par #COVID19 dans le @MorelosISSSTE qui ont été vaccinés en janvier avec le vaccin @PfizerMx. Triste et injuste, c’est déjà le 14e jour sans dose de rappel », a-t-il publié sur son compte Twitter en guise de protestation.
      Des complications géographiques retardent la livraison des vaccins.
      Morelos - Un médecin et une infirmière, vaccinés avec les premières doses de Pfizer arrivées à Morelos en janvier dernier, sont morts du Covid-19 ; le médecin travaillait aux urgences tandis que l’infirmière travaillait aux soins intensifs de l’Hospital de Alta Especialidad Centenario de la Revolución Mexicana de l’ISSSTE.
      À 14 heures, la délégation de l’ISSSTE à Morelos n’avait pas encore fait de commentaires sur le sujet, bien qu’elle ait demandé sa version en début de matinée. Le ministère de la santé de Morelos n’a pas non plus répondu à une demande d’information du spécialiste des vaccins.
      Pendant ce temps, à l’hôpital Centenario, une protestation a commencé parmi le personnel qui est en première ligne de la lutte contre le Covid-19, car ils estiment qu’ils auraient dû recevoir la dose de rappel le 3 février, selon l’avis du scientifique Alejandro Cravioto, membre du comité d’experts en vaccination.
      Le médecin décédé, identifié comme Angel Leyva Espinosa, 59 ans, a reçu le premier vaccin le 13 janvier et est décédé hier après plusieurs jours aux soins intensifs. Il a été mis à la retraite par l’IMSS, mais était toujours actif à l’hôpital de l’ISSSTE, situé dans la municipalité d’Emiliano Zapata. L’infirmière Catalina Romero avait 52 ans, travaillait aux soins intensifs et est décédée dimanche.
      « Il n’est pas possible que cela se produise. Ceux d’entre nous qui ont reçu le premier vaccin devaient recevoir la deuxième dose le 3 février, mais nous sommes déjà le 14 et rien. Selon la société Pfizer, nous devrions recevoir la deuxième dose au plus tard le 11, car cela signifie que nous n’avons que 50 % de protection », ont déclaré les médecins mécontents.
      Le dernier rapport du ministère de la santé sur le Covid-19 à Morelos a montré l’étude de 74 449 personnes, dont 24 587 ont été confirmées avec un coronavirus et 2 179 décès.
      Sur le nombre total de patients confirmés, 2 079 sont du personnel de santé : des médecins, 640, dont 586 ont guéri et 35 ont perdu la vie ; des infirmières, 955, dont 919 ont surmonté la maladie et neuf sont décédées ; d’autres agents de santé, 484, dont 454 ont guéri, mais 14 sont décédés.
      ________________________________________
      https://www.eluniversal.com.mx/estados/mueren-medico-y-enfermera-de-morelos-vacunados-con-pfizer-en-enero-p

    • L’incompétence et le cynisme de ce gouvernement (le notre) m’épatent toujours un peu plus chaque jour. C’est par pure idéologie qu’il laisse le virus (variant ou non) circuler. D’un autre côté on pourrait aussi s’attendre à avoir des mesures plus relâchées à certains endroits (par ex. le Finistère). Donc, couvre feu stupide à 18h pour tout le monde et on laisse les écoles ouvertes même là où ça circule beaucoup trop (et d’où fatalement ça finira par diffuser). Et toujours aucune règle contraignante digne de ce nom sur le télétravail. Et tout le monde fatigue de ce bordel.

    • Dans le cas des décès dans l’état de Morelos au Mexique, deux démentis, pas complètement compatibles entre eux :

      El Universal cite le directeur de l’Épidémiologie à l’équivalent du ministère de la Santé indique que la contamination a eu lieu avant le vaccin : le médecin aurait présenté les premiers signes de la covid le lendemain de la vaccination

      Médico que falleció en Morelos tuvo Covid-19 antes de ser vacunado, explica SSa
      https://www.eluniversal.com.mx/nacion/medico-que-fallecio-en-morelos-tuvo-covid-19-antes-de-ser-vacunado-e

      Autoridades del sector salud aseguraron que el fallecimiento de un médico en Morelos a causa de Covid-19 no puede ser atribuible a la vacuna de Pfizer-BioNTech que se le colocó el pasado 13 de enero, pues el doctor ya se había contagiado del virus previo a su inmunización y posteriormente desarrolló los síntomas hasta su muerte.

      En conferencia de prensa en Palacio Nacional, José Luis Alomía, director general de Epidemiología, explicó que si una persona se vacuna, pero previamente se contagió de Covid-19, desarrollará los síntomas sin importar la inmunización, como fue el caso del médico morelense identificado como Ángel Leyva Espinosa.

      En el caso de Leyva Espinosa, quien trabajaba en el área de urgencias del Hospital de Alta Especialidad Centenario de la Revolución Mexicana del ISSSTE, las autoridades explicaron que él se colocó su vacuna el 13 de enero y comenzó a desarrollar los síntomas un día después, es decir, ya había adquirido la enfermedad con anterioridad.

      «Recibió la vacuna el día 13 de enero y él inició con síntomas el 14 de enero, síntomas de Covid-19, el cual fue posteriormente confirmado con una prueba de laboratorio. Obviamente sabemos que, lamentablemente como muchas otras personas, los síntomas pueden producir la muerte, pero para nada esto es atribuible a la vacuana», detalló.

      D’autre part l’ISSSTE (organisme de sécurité sociale pour les travailleurs de l’état fédéral et des états du Mexique qui ont des conventions avec lui, en principe l’employeur des deux défunts, indique qu’aucun membre du personnel ayant reçu le vaccin de Pfizer n’est décédé. Et traite carrément l’information de fake news.

      ISSSTE desmiente supuesta muerte de médico y enfermera vacunados con dosis de Pfizer | Reporte Indigo
      https://www.reporteindigo.com

      El Instituto de Seguridad y Servicios Sociales de los Trabajadores del Estado (ISSSTE) desmintió este martes que personal médico de Morelos que recibió la vacuna de Pfizer en enero pasado murió tras enfermar de COVID-19.

      De acuerdo con una denuncia publicada en redes sociales por el médico Francisco Javier Bermudez Alarcón, un doctor y una enfermera que trabajaban en el Hospital de Alta Especialidad Centenario de la Revolución Mexicana del ISSSTE de Morelos fallecieron tras contraer el virus SARS-CoV-2.

      Fallecen dos colegas un médico y una enfermera por #COVID19 en el @MorelosISSSTE que fueron vacunados en enero con la vacuna @PfizerMx. Triste e injusto ya es el día 14 sin dosis de refuerzo”, publicó el médico en su cuenta de Twitter.
      […]
      Al respecto, el Instituto de Seguridad y Servicios Sociales de los Trabajadores del Estado (ISSSTE) indicó que no se ha registrado ninguna muerte del personal de salud que recibió la vacunación COVID-19 por parte de la farmacéutica Pfizer, en el Hospital Regional “Centenario de la Revolución”, ni en ninguna de las unidades médicas de Morelos.

      A través de un comunicado, el Instituto calicó la información que circula en redes sociales como ‘falsa’ y detalló que hasta el momento mil 532 trabajadores de la salud han recibido la primera dosis de la vacuna Pfizer contra el COVID-19 y están en espera de la segunda aplicación.

      El Hospital cuenta con un Comité de Farmacovigilancia que se ha encargado de monitorear al personal vacunado para detectar y controlar reacciones adversas durante la inoculación, 30 minutos posteriores a la aplicación de la dosis y en semanas posteriores, dijo director del hospital, Francisco Durán Pérez.

  • Vous pensiez qu’on ferait tout ce qui est possible pour endiguer l’épidémie #Covid19 ?

    Pas du tout : l’UE (dont France) s’oppose à l’activation de dérogations aux règles de protection intellectuelle (#brevets) au sein de l’OMC pour permettre aux pays du Sud d’accéder aux #vaccins

    @MaximCombes

    Voici la carte des pays qui s’opposent à la demande de l’Inde, Afrique du Sud, Kenya et 100 autres pays visant à lever les droits de propriété intellectuelle sur les vaccins et médicaments pour en faciliter la production et diffusion.


    https://twitter.com/MaximCombes/status/1361225468645675009?s=20

  • Si tu as envie de vomir ce matin, voici comment la Macronie se congratule du génie du Prépotent.

    « Il va finir épidémiologiste » : l’exécutif salue la décision d’Emmanuel Macron de ne pas confiner
    https://www.franceinter.fr/il-va-finir-epidemiologiste-l-executif-salue-la-decision-d-emmanuel-macr

    « Il va finir épidémiologiste », s’amuse un ministre. « Les chiffres lui donnent raison. Le confinement, ç’eut été la solution de facilité, la mesure de confort. » Un autre ministre, participant aux Conseils de défense, ajoute : « Si on avait écouté tous les ’Cassandre’, on serait en train de travailler avec nos enfants sur les genoux depuis trois semaines. »

    « Macron s’est tellement intéressé au Covid », ajoute un conseiller du pouvoir, « qu’il peut challenger les scientifiques, poser la question qu’ils les déstabilisent ». « De toute façon, si vous ne rentrez pas dans le sujet », explique un ministre, « vous êtes infoutu de prendre une décision politique. Désormais, le Conseil scientifique n’est plus premier dans l’arbitrage. »

    Dans la macronie, la semaine dernière, on observait avec anxiété les courbes du nombre de contaminations. « Maintenant, nous sommes sortis de la zone de danger, se félicite un conseiller du pouvoir. Il nous a fait gagner au moins deux semaines, et s’il fallait reconfiner à cause des variants, les Français ne lui en feraient pas le reproche. »

    L’hypothèse d’un reconfinement s’éloigne peu à peu dans les ministères, où on ne travaille cette semaine qu’à des ajustements du dispositif actuel, et où circule un sondage dans lequel deux tiers des Français (67%) saluent le pari du Président. « Il est évidemment possible qu’on ne soit jamais reconfiné », a reconnu mardi matin le ministre de la Santé, Olivier Véran.

    « On a trouvé le bon dosage », ose enfin un ministre. « Tout est à peu près stable, certaines courbes repartent même à la baisse. » "Gare à l’excès d’optimisme", tempère un stratège de la communication. « On doit rester prudent : surtout pas d’autosatisfaction. Les contraintes restent lourdes. » Comprenez : le pays déprime, impossible de tenir plusieurs mois ce couvre-feu à 18h.

    #surtout_pas_d'autosatisfaction #in_retrospect