• liberation.fr
      Les Covid longs, second effet pas cool d’omicron ?
      6-7 minutes

      Près de 300 000 nouveaux cas de Covid-19 diagnostiqués par jour : la France a atteint des sommets épidémiques vertigineux. Et si le gouvernement garde un œil anxieux sur le taux d’occupation des lits de réanimation, il ferait bien de suivre aussi l’évolution des cas de Covid long, ces personnes qui, plusieurs mois après l’infection ressentent toujours des symptômes de maladie, parfois de manière handicapante au quotidien.

      « L’explosion actuelle des cas de Covid est inquiétante. Même si seulement 1 % des personnes contractant omicron font un Covid long, cela fera beaucoup de personnes », relève auprès de Libération Mayssam Nehme, cheffe de clinique en charge des consultations Covid long aux hôpitaux universitaire de Genève.

      Malheureusement, « la France est un des derniers pays à ne pas avoir recensé ses Covid longs », regrette Matthieu Lestage, lui-même touché et porte-parole de l’association de patients Après J20. Une proposition de loi pour la « création d’une plateforme de référencement et de prise en charge des malades chroniques de la Covid-19 » a bien été déposée à l’Assemblée nationale mi-octobre mais elle est engluée dans le calendrier parlementaire.

      Pourtant, les patients souffrant encore de symptômes, parfois graves, plusieurs mois après leur infection, existent, comme l’a rappelé le député LREM Raphaël Gérard sur les bancs de l’Assemblée lundi soir. « Ma liberté, c’est 30 cm de câbles et trois kilos de matériel que je porte 24 heures sur 24 jusqu’à la fin de mes jours », s’est-il emporté.

      Si Raphaël Gérard a fait une forme grave du Covid-19 nécessitant un passage en réanimation, qu’il a raconté à Libération, d’autres patients subissent des séquelles sans être passés par la case réa. « J’ai des patients qui ne peuvent pas rester debout plus de quarante minutes et qui souffrent de malaise post-effort », illustre Mayssam Nehme, dont le service a effectué 1 200 consultations sur le sujet depuis le début de la pandémie.
      Qu’est-ce que le Covid long ?

      L’Organisation mondiale de la Santé a proposé, en octobre, une première définition du Covid long comme étant des symptômes se développant pendant ou après une infection au Covid-19, qui continuent douze semaines après l’infection et qui ne peuvent s’expliquer par un autre diagnostic. Selon les scientifiques interrogés, la proportion de patients concernés serait de 15 à 20% après trois mois et tomberait à 10% après six mois, signe d’une évolution positive, mais lente, chez beaucoup d’entre eux.

      Surtout, ces proportions concernent des patients qui n’ont pas été hospitalisés. « Il y a une grande discordance dans le discours sur la pandémie entre les cas dits “peu graves” parce que ne nécessitant pas une hospitalisation pendant la phase aiguë et le vécu des patients atteints de Covid long qui, pour certains, sont très empêchés dans leur vie quotidienne », note auprès de Libé Olivier Robineau, infectiologue à l’hôpital de Tourcoing, qui traite des patients dans ce cas depuis juin 2020.

      Les recherches sur ces cas avancent, mais beaucoup d’interrogations restent de mise. Le spectre des cas est grand. Troubles olfactifs, problèmes intestinaux, respiratoires, neurologiques… « Il n’y a pas un Covid long mais des Covid longs ou plutôt des syndromes post-infectieux liés au Covid », souligne Olivier Robineau.
      Les femmes plus touchées

      Et l’existence de ces symptômes est un argument de plus pour la vaccination, quels que soient les effets secondaires. « Les myocardites post-infection sont beaucoup plus fréquentes et longues que les myocardites post-vaccinales », rappelle la professeure Clara Lehmann, depuis l’hôpital universitaire de Cologne, en Allemagne. Elle s’est intéressée au Covid long en mettant en place un programme de recherche pour suivre l’évolution de l’immunité de 1 000 patients. Très vite, il apparaît qu’environ 300 d’entre eux ont besoin d’un suivi médical. « Dans notre cohorte, on retrouve surtout des femmes entre 40 et 50 ans. On ne comprend pas pourquoi certains font tel symptôme et d’autres tel autre », explique-t-elle.

      Petit à petit, des facteurs de risques apparaissent. « Il semble qu’il y ait une corrélation entre la sévérité initiale de la maladie et le risque d’avoir des symptômes persistants. Les seuls facteurs de risque établis sont d’être une femme et d’avoir de nombreux symptômes durant la phase aiguë », témoigne Cédric Lemogne, chef du service de psychiatrie de l’Hôtel-Dieu, à Paris, et chargé de la coordination de la prise en charge du Covid long au sein de l’établissement. Mais le Covid long n’a pas encore dévoilé tous ses mystères et les chercheurs multiplient les hypothèses. S’explique-t-il par une persistance du virus dans certains organes ? Une réponse inflammatoire du corps hors de contrôle ? Des séquelles de la maladie initiale ? Un peu de tout cela mélangé ?

      En attendant que la lumière soit faite sur le sujet, les patients souffrent et sont parfois en errance de diagnostic. Les moyens manquants à l’hôpital public n’arrangeant rien… « Nous n’arrivons pas à voir tous les patients qui s’adressent à nous », témoigne Cédric Lemogne.

      Dans ce contexte, la perspective d’un nouvel afflux de patients en raison du nouveau variant n’est pas une bonne nouvelle. « Omicron semble provoquer des phases aiguës moins graves que delta, mais comme il n’y a pas d’association entre le risque de Covid long et la gravité de la phase aiguë, je ne sais pas dire si cette vague va provoquer une résurgence importante de Covid longs », explique Clara Lehmann. En laissant courir l’épidémie, le gouvernement fait bien un nouveau pari. Malades et soignants pourraient bien en payer un prix, certes moins visible que le seul indicateur de la saturation des services de réanimation, mais bien réel.

    • « Il semble qu’il y ait une corrélation entre la sévérité initiale de la maladie et le risque d’avoir des symptômes persistants. Les seuls facteurs de risque établis sont d’être une femme et d’avoir de nombreux symptômes durant la phase aiguë », témoigne Cédric Lemogne, chef du service de psychiatrie de l’Hôtel-Dieu (...)

      il n’y a pas d’association entre le risque de Covid long et la gravité de la phase aiguë, je ne sais pas dire si cette vague va provoquer une résurgence importante de Covid longs », explique Clara Lehmann (hôpital universitaire de Cologne, en Allemagne, elle suivit un cohorte de 1000 personnes avec covid long)

      Ration s’est pas trop foulé/mouillé. jusqu’à maintenant tout ce que j’ai lu conclut comme Clara Lehman. de même que le covid grave est imprédictible (on sait pas à état de santé équivalent pour quelle raison cela devient grave ou pas chez telle ou tel, et les hommes sont davantage touchés), le covid long n’est actuellement ni compris ni prédictible (mais touche davantage les femmes).

      le séquençage est cassé, les tests sont cassés, les aérosols sont ni visibles ni cités( cela viendra peut-être, voir #FFP2), les invisibles qui pâtissent de covid long, ça va finir par se savoir.

      #covid_long

  • Risk factors and disease profile of post-vaccination SARS-CoV-2 infection in UK users of the COVID Symptom Study app: a prospective, community-based, nested, case-control study - The Lancet Infectious Diseases
    https://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(21)00460-6/abstract

    Les #Covid_longs sont deux fois moins fréquents chez les infectés entièrement vaccinés.

    We found that the odds of having symptoms for 28 days or more after post-vaccination infection were approximately halved by having two vaccine doses. This result suggests that the risk of #long_COVID is reduced in individuals who have received double vaccination, when additionally considering the already documented reduced risk of infection overall.

  • #France kept classrooms open ’at all costs.’ At a school where 20 pupils lost loved ones, some say the price was too high - CNN
    https://www.cnn.com/2021/05/04/europe/france-school-deaths-covid-cmd-intl/index.html

    Nothing suggests these deaths were caused by infections at the school. But CNN has spoken with students at Eugene Delacroix who say they share a common burden: The fear of bringing #Covid-19 home and infecting a loved one.

    #écoles #enfants

  • High-dimensional characterization of post-acute sequalae of COVID-19 | Nature
    https://www.nature.com/articles/s41586-021-03553-9

    #COVID-19 : De multiples #séquelles à long terme, un risque de décès accru | santé log
    https://www.santelog.com/actualites/covid-19-de-multiples-sequelles-long-terme-un-risque-de-deces-accru

    Cette nouvelle étude révèle la prévalence élevée de ces #COVID_longs, y compris chez des personnes n’ayant développé que des formes légères de la maladie.

    [...]

    Cette analyse très exhaustive révèle le fardeau énorme qui va peser sur la population mondiale dans les années à venir. Il s’agit du suivi des données de plus de 87.000 patients COVID-19 et de près de 5 millions de témoins. Cette large étude « démontre que jusqu’à 6 mois après le diagnostic, le risque de décès après même un cas bénin de COVID-19, n’est pas anodin et augmente avec la sévérité de la maladie », résume l’auteur principal, le Dr Ziyad Al-Aly, MD, professeur de médecine.

  • Le coronavirus ne sera pas vaincu d’ici la fin de l’année, selon l’OMS
    https://www.bfmtv.com/sante/le-coronavirus-ne-sera-pas-vaincu-d-ici-la-fin-de-l-annee-selon-l-oms_AD-2021

    L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a jugé lundi irréaliste de penser que l’humanité sera débarrassée du Covid-19 d’ici la fin de l’année.

    Sauf en France, où tout sera terminé au mois de mai, avec les beaux jours et la vaccination des vieux.

    • Dans une publication de France TV Info du 18/02, Un certain Didier Pittet, président de la mission indépendante nationale sur l’évaluation de la gestion de la crise Covid-19 en France prétendait qu’on devrait « vivre avec le virus » jusqu’à l’été 2022 et qu’à partir de là, « tout serait plus facile » ...

      https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/video-covid-19-probablement-qu-a-l-ete-2022-tout-sera-beaucoup-plus-fac

      Mais aussi la transcription par Le Temps d’un « clavardage » entre l’infectiologue et le public.

      https://www.letemps.ch/evenements/didier-pittet-revenir-une-vie-normale-ne-sera-probablement-cas-lete-2022

      Dans une réponse donnée, on peut lire que :

      Une fois que les personnes vulnérables seront vaccinées, il est certain que le risque que ces personnes décèdent sera nettement diminué, voire supprimé. On pourra alors se permettre d’alléger considérablement les mesures, tout en laissant circuler le virus (car il ne disparaîtra de toute façon jamais). Certaines personnes vulnérables le resteront. Ceci dit, progressivement, avec l’immunité de population qui augmentera, la circulation deviendra faible, et donc avec un risque minimal pour la population.

      Problèmes soulevés par ce propos :
      - Si on vaccine prioritairement les personnes « vulnérables », càd âge élevé et/ou avec comorbidités aggravantes en cas d’infection au SARS CoV-2, on fera certes baisser les décès dans cette catégorie de population. Par contre en laissant tous les autres sans vaccin, on les laisse exposé·es à une probable contamination surtout dans leurs lieux de travail, dans les transports en commun, ou dans les établissements scolaires. En fait dans des lieux fermés où l’air est confiné et qui accueillent un grand nombre de personnes. Donc, le virus pourra continuer à se propager, entraînant son lot de nuisance chez les non-vacciné·es.

      - Croire en une immunité de groupe ? Il est fort probable que cette dernière soit sera de courte durée, soit ne concernera qu’un nombre limité de personnes immunisées dans un instant T puisque l’infection par ce virus (comme celui de la grippe d’ailleurs) ne confère pas une immunité durable.

      - Croire que la vaccination renforcerait l’immunité de groupe ? Comme tous les virus, il a une fâcheuse tendance compulsive à muter (comme les virus de la grippe). Donc nécessité de prévoir une production de vaccins adaptés au fil des saisons. Et quand on voit les difficultés qu’ont certains pays à se fournir en doses vaccinales, ça ne va aller tout seul.

      – Apparemment, on fait l’hypothèse que la réactivation de l’épidémie pourrait prendre un caractère saisonnier (comme pour la grippe). Bien que la vaccination antigrippale se soit développée, cela n’a pas empêché certain·es de tomber gravement malade. Sauf que l’infection par SARS CoV 2 a des effets potentiellement plus destructeurs qu’un banale grippette.

      Conclusion (en ce qui me concerne) : je ne suis pas prêt à me laisser démasquer principalement dans des lieux où il y a foule.
      Après, dans mes relations avec ma famille ou mes amis, ben... j’avoue que je me conforme aux exigences de chacun·e et que, lorsqu’on m’envoie un signal de tolérance, j’ai tendance, malgré le risque, à tomber le masque. Pas simple, non ?

      Et ces questions concernent surtout celles et ceux qui comme moi ne sont pas encore concerné·es par la vaccination.

    • Il a surtout mis sous le boisseau les #covid_longs et les #séquelles. Une part conséquente (et encore à quantifier) des personnes qui ont été contaminées (indépendamment de l’âge, des facteurs de risque, de la condition physique et même de l’expression de symptômes) se retrouvent avec des liaisons pulmonaires et/ou cardiaques et/ou cérébrales qui les handicapent à long terme (sans que l’on puisse savoir s’il y a possibilité de récupération).

      Cette question des séquelles est centrale et à elle seule nécessite une politique de #suppression du virus   : aucun système de santé, aucune organisation sociale ne va pouvoir encaisser des centaines de milliers de personnes rendues invalides par la maladie.

      Et effectivement, il y a toujours le problème des #mutations.

      #covidiots

  • Reconfinement : pourquoi Emmanuel Macron ne varie pas
    https://www.lejdd.fr/Politique/reconfinement-pourquoi-emmanuel-macron-ne-varie-pas-4028138

    Quand on aura vacciné 80% des plus fragiles, on aura une réalité épidémiologique proche d’un épisode de grippe. Ce sera le cas en mai

    Finalement, c’est pas l’été qui est attendu pour le mois de mai... C’est la vaccination des vieux.

    #à_chaque_jour_sa_révélation