• enaible Named a Cool Vendor by Gartner in the April 2020 Cool Vendors in Human Capital Management: Modernizing the Workplace With AI and Video | Business Wire
    https://www.businesswire.com/news/home/20200514005508/en/enaible-Named-Cool-Vendor-Gartner-April-2020

    La surveillance au travail est considérée comme “Cool” par le gartner Group. On avance, on avance...

    Company’s AI software provides business leaders with real-time visibility into the productivity of their workforce to help organizations improve profit margins for hours paid

    May 14, 2020 09:02 AM Eastern Daylight Time
    BOSTON—(BUSINESS WIRE)—enaible, a leading provider of AI-powered productivity solutions, today announced it has been named a Cool Vendor in Gartner’s Cool Vendors in Human Capital Management: Modernizing the Workplace With AI and Video1 report. According to the report, “Artificial intelligence, self-curated video and digital collaboration tools are modernizing the workplace. Application leaders transforming human capital management must promote the adoption of these tools in order to improve productivity and organizational performance.” 1

    @enaibleinc named a Cool Vendor in Gartner’s Cool Vendors in HCM: Modernizing the Workplace With #AI and Video report
    Tweet this
    As today’s workforce is increasingly remote, the need for business leaders to effectively and accurately measure employee productivity and maximize profit margins has never been greater. According to Gartner, “application leaders responsible for transforming HCM technology should: Use AI tools to analyze, identify and influence how leaders combine a number of the productivity factors to increase team performance.” The report further states, “organizations continually strive to improve productivity and employee performance at lower cost.”

    enaible’s AI Productivity Platform provides a standardized productivity score, determines optimal work patterns, and identifies which factors will most positively impact team productivity growth. It helps companies eliminate wasted time to improve productivity and margins across the organization.

    enaible’s platform offers the following features and benefits:

    enaible Productivity Score: uses an organization’s existing system data (i.e. ERP, CRM, Office 365) to quantify productivity at the company and team level through a combination of capacity utilization, consistency and quality impact.
    AI Trigger-Task-Time™: algorithm captures the complexity of individual, nuanced work activities and identifies the unique patterns across different roles, departments and tasks that help each employee use the hours worked, productively.
    Leadership Recommender™: provides ongoing support and actionable recommendations for leaders so they can drive day-to-day impact. Rather than providing broad sweeping tips, enaible makes personalized, prioritized recommendations to strengthen their business and encourage workers to thrive, no matter where they are based.
    “Poor management costs the U.S. economy nearly $400 billion in lost productivity each year. This is largely because companies don’t have visibility into how their workforce is actually working—enaible makes this visible,” said Dr. Tommy Weir, founder and CEO of enaible. “Our AI helps companies get value from their real-time data by pinpointing areas for improvement, making productivity tangible and customizing recommendations to improve margins and help their workers thrive. We believe that being recognized in the 2020 Gartner Cool Vendors in Human Capital Management: Modernizing the Workplace With AI and Video report is reflective of the changing priority and rethinking around workforce productivity beyond just tracking and monitoring.”

    To download the full Gartner Cool Vendors in HCM Report: Modernizing the Workplace With AI and Video, visit http://enaible-7081487.hs-sites.com/enaible-blog-0-0.

    To schedule a demo with enaible, please contact demo@enaible.io.

    #Travail #Droit_travail #Surveillance #Crédit_social #Productivity_score

  • This startup is using AI to give workers a “productivity score” | MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/2020/06/04/1002671/startup-ai-workers-productivity-score-bias-machine-learning-busine

    Dire qu’il y a des naïfs pour croire que le crédit social est uniquement chinois... surveiller et noter les travailleurs, c’est le nouveau modèle du capitalisme international, en Chine comme ailleurs, en télétravail comme dans les locaux de l’entreprise. Et ça va vite, vite...

    In the last few months, millions of people around the world stopped going into offices and started doing their jobs from home. These workers may be out of sight of managers, but they are not out of mind. The upheaval has been accompanied by a reported spike in the use of surveillance software that lets employers track what their employees are doing and how long they spend doing it.

    Companies have asked remote workers to install a whole range of such tools. Hubstaff is software that records users’ keyboard strokes, mouse movements, and the websites that they visit. Time Doctor goes further, taking videos of users’ screens. It can also take a picture via webcam every 10 minutes to check that employees are at their computer. And Isaak, a tool made by UK firm Status Today, monitors interactions between employees to identify who collaborates more, combining this data with information from personnel files to identify individuals who are “change-makers.”

    Now, one firm wants to take things even further. It is developing machine-learning software to measure how quickly employees complete different tasks and suggest ways to speed them up. The tool also gives each person a productivity score, which managers can use to identify those employees who are most worth retaining—and those who are not.

    How you feel about this will depend on how you view the covenant between employer and employee. Is it okay to be spied on by people because they pay you? Do you owe it to your employer to be as productive as possible, above all else?

    Critics argue that workplace surveillance undermines trust and damages morale. Workers’ rights groups say that such systems should only be installed after consulting employees. “It can create a massive power imbalance between workers and the management,” says Cori Crider, a UK-based lawyer and cofounder of Foxglove, a nonprofit legal firm that works to stop governments and big companies from misusing technology. “And the workers have less ability to hold management to account.”

    Whatever your views, this kind of software is here to stay—in part because remote work is normalizing it. “I think workplace monitoring is going to become mainstream,” says Tommy Weir, CEO of Enaible, the startup based in Boston that is developing the new monitoring software. “In the next six to 12 months it will become so pervasive it disappears.”

    Weir thinks most tools on the market don’t go far enough. “Imagine you’re managing somebody and you could stand and watch them all day long, and give them recommendations on how to do their job better,” says Weir. “That’s what we’re trying to do. That’s what we’ve built.”

    Why the sudden uptick in interest? “Bosses have been seeking to wring every last drop of productivity and labor out of their workers since before computers,” says Crider. “But the granularity of the surveillance now available is like nothing we’ve ever seen.”

    It’s no surprise that this level of detail is attractive to employers, especially those looking to keep tabs on a newly remote workforce. But Enaible’s software, which it calls the AI Productivity Platform, goes beyond tracking things like email, Slack, Zoom, or web searches. None of that shows a full picture of what a worker is doing, says Weir⁠—it’s just checking if you are working or not.

    Once set up, the software runs in the background all the time, monitoring whatever data trail a company can provide for each of its employees. Using an algorithm called Trigger-Task-Time, the system learns the typical workflow for different workers: what triggers, such as an email or a phone call, lead to what tasks and how long those tasks take to complete.

    Once it has learned a typical pattern of behavior for an employee, the software gives that person a “productivity score” between 0 and 100. The AI is agnostic to tasks, says Weir. In theory, workers across a company can still be compared by their scores even if they do different jobs. A productivity score also reflects how your work increases or decreases the productivity of other people on your team. There are obvious limitations to this approach. The system works best with employees who do a lot of repetitive tasks in places like call centers or customer service departments rather than those in more complex or creative roles.

    But the idea is that managers can use these scores to see how their employees are getting on, rewarding them if they get quicker at doing their job or checking in with them if performance slips. To help them, Enaible’s software also includes an algorithm called Leadership Recommender, which identifies specific points in an employee’s workflow that could be made more efficient.

    #Travail #Surveillance #Droit_travail #Crédit_social #Productivity_score

  • Covid-19 | Codici salute e crediti sociali. Cosa ci racconta la Cina del futuro
    https://ilmanifesto.it/covid-codici-salute-e-crediti-sociali-cosa-ci-racconta-la-cina-del-nostr

    Il sistema dei crediti sociali e il Covid-19. La «fase due» di Pechino unisce il contact-tracing al sistema dei crediti sociali. L’affidabilità o meno di una persona determinerà il suo «status» civile

    [traduction avec deepL]

    Que sont les crédits sociaux

    Sans Facebook, sans Whatsapp, c’est-à-dire sans concurrents bloqués par le pouvoir politique en Chine, Tencent et Alibaba ont pu s’imposer sur le territoire national (qui reste un immense marché) et renforcer (et souvent diversifier, comme dans le cas de WeChat) leur proposition internationale. C’est aussi pour cette raison qu’en plus du contrôle omniprésent du Parti communiste, les grandes entreprises chinoises de haute technologie vivent une relation de dépendance vis-à-vis des organes de l’État.

    Le code de la santé a cependant fini par s’insérer dans un autre système en usage depuis quelque temps en Chine, celui des crédits sociaux. À cet égard, il est bon de clarifier un peu les choses : il n’existe pas encore de système national de crédit social en Chine, car il sera évalué en 2020. Il existe cependant différents types de crédits sociaux qui seront ou sont déjà modifiés en raison du coronavirus.

    En fait, il en existe plusieurs : le crédit social appliqué aux entreprises (tant gouvernementales que locales), les listes noires et les listes rouges (toutes deux établies par des organismes gouvernementaux mais également utilisées dans certains cas par des entreprises privées), les projets pilotes dans certaines villes qui testent un véritable score social des habitants et enfin le crédit social de nature spécifiquement financière (déjà utilisé aux États-Unis et dans certains pays européens), appliqué pour la plupart par des entreprises privées.

    En pratique, s’il existe un système de crédit social plus convaincant que d’autres, il pourrait être adopté au niveau national, tout comme les différentes expériences pourraient aider le parti à concevoir un système national unique, capable d’intégrer des variantes de différents systèmes déjà expérimentés (en combinant peut-être les scores de la ville et les scores financiers pour déterminer des listes noires complètes).

    L’objectif final du Parti communiste est la création d’une gigantesque base de données nationale unique dans laquelle chaque citoyen et chaque entreprise aura un score social déterminé par son propre comportement en termes de fiabilité économique (paiement d’amendes, remboursement de prêts), pénale, administrative (dépendant également de comportements de nature civique tels que le fait de klaxonner, de faire une bonne et diligente collecte séparée, etc.)

    Si une personne sera considérée comme fiable, elle aura des avantages, sinon elle aura des inconvénients (par exemple, ne pas pouvoir voyager, sanction qui pose le problème d’une disproportion entre « action non fiable » et sanction conséquente). Il existe également des mécanismes de « recouvrement » des dettes : l’aide aux personnes âgées en est un exemple, l’activité bénévole du Parti, un autre.

    En ramenant tout cela à nous, on pourrait dire qu’à travers les systèmes de notation et les mécanismes de gammisation, Pékin est en train de construire son propre système capable d’établir de nouveaux concepts de citoyenneté.

    Tout cela peut sembler assez troublant, ou inquiétant, mais même le système de crédit social a des racines anciennes dans la culture chinoise.

    J.-C., Confucius s’est fixé comme objectif de coordonner toutes les aspirations présentes dans la société, par une série de règles pour maintenir l’ordre. La morale devient un élément intégral de la nouvelle société : une qualité personnelle intime, en opposition aux symboles de prestige de la noblesse. En pratique, il est devenu l’État de décider de ce qui est moral et de ce qui ne l’est pas, s’arrogeant le droit de l’établir également pour les citoyens.

    Et le PCC peut utiliser ce système, retouché ou mis à jour avec les besoins de confinement du Covid-19, pour assurer non seulement le bien-être, mais aussi la « sécurité » de ses citoyens (c’est ainsi que le système de crédits sociaux est compris par la majorité de la population chinoise) et assurer pour lui-même le « maintien de la stabilité », ce qui est le plus important pour le PCC.

    #Chine #Crédit_social #Coronavirus

    • Lorsque Jessie Battaglia a commencé à rechercher une nouvelle nounou pour son fils âgé d’un an, elle a voulu avoir plus d’informations que celles que l’on obtient par la vérification du casier judiciaire, les avis de parents et l’entretien face-à-face.

      Elle a donc fait appel à Predictim, un service en ligne utilisant une « intelligence artificielle avancée » pour évaluer la personnalité des baby-sitters, et a fait examiner par les scanners de l’agence les milliers de publications Facebook, Twitter et Instagram d’une candidate.

      Le système a présenté une note d’évaluation automatisée pour cette femme de 24 ans, expliquant que le risque qu’elle soit toxicomane était très faible, mais lui donnant toutefois un risque légèrement plus élevé – 2 sur 5 – quant aux possibilités d’intimidation, de harcèlement, de manque de respect et de mauvaise conduite.

      Le système n’expliquait pas comment il était arrivé à cette note, mais Mme Battaglia, qui avait crû que la nounou était digne de confiance, se sentit soudain assaillie de doutes.

      « Les réseaux sociaux révèlent le caractère d’une personne », affirme Mme Battaglia, âgée de 29 ans, qui vit dans la banlieue de Los Angeles. « Alors pourquoi obtient-elle un 2 et pas un 1 ? »

      Predictim offre aux parents le même modèle que des douzaines d’autres entreprises informatiques vendent aux patrons d’entreprises à travers le monde : des systèmes d’intelligence artificielle qui analysent la façon de parler d’une personne, ses expressions faciales et son historique en ligne, avec la promesse de révéler les aspects cachés de sa vie privée.

      Cette technologie est en train de remodeler les méthodes de recrutement, d’embauche et d’évaluation des salariés par les entreprises, en proposant à ces dernières un regard sans pareil sur les candidats à l’embauche grâce à l’arrivée de nouveaux systèmes de surveillance et d’évaluation psychologique intrusive.

      La société de services informatiques Fama indique qu’elle utilise l’intelligence artificielle pour surveiller les « comportements indésirables » des employés sur les réseaux sociaux et en alerter leur hiérarchie. De même, la société de recrutement informatique HireVue, qui travaille avec de grands groupes comme Geico, Hilton et Unilever, propose un système qui analyse automatiquement les intonations de voix des candidats, leurs choix de mots et les mouvements de leur visage lors d’entretiens vidéo afin de prédire quelles seront leurs compétences et leur attitude une fois en poste (les candidats sont encouragés à sourire pour obtenir la meilleure notation possible).
      . . . . . .
      Les balayages numériques de Predictim analysent l’intégralité de l’historique d’une baby-sitter sur les réseaux sociaux, ce qui, pour beaucoup de jeunes nounous, peut couvrir presque toute leur vie. On informe les candidates qu’elles seront extrêmement désavantagées sur ces emplois à forte concurrence si elles refusent cet examen.
      . . . . . .
      Un scan Predictim est facturé à partir de 24,99 $, et requiert le nom de la baby-sitter, son adresse e-mail et son accord pour l’accès à ses comptes sur les réseaux sociaux. Elle peut refuser, mais le parent sera informé de son refus et elle recevra par e-mail une note, lui indiquant que le parent intéressé ne sera pas en mesure de l’embaucher tant qu’elle n’aura pas complété cette demande.
      . . . . . . .
      La notation des risques est divisée en plusieurs catégories incluant les contenus douteux et l’usage de drogue. La jeune entreprise a également vanté la capacité de son système à évaluer les baby-sitters sur d’autres aspects de leur personnalité, tels que la politesse, l’aptitude à travailler avec d’autres et leur « positivité ».

      Les responsables de l’entreprise espèrent prendre la tête du secteur multimillionnaire de la « sous-traitance parentale » et ont commencé à faire de la publicité à travers le parrainage rémunéré de blogs d’éducation des enfants et de blogs de mamans. Le marketing est fortement axé sur la capacité de la société à mettre au jour les secrets cachés et éviter « le cauchemar de tout parent », citant des affaires criminelles comme celle de cette baby-sitter du Kentucky inculpée plus tôt dans l’année, pour avoir gravement blessé une enfant de huit mois.
      . . . . . . . . .
      Ainsi, lorsque les résultats d’une requête sur une baby-sitter ont signalé la possibilité d’une attitude brutale, une maman, décontenancée, a expliqué qu’elle n’était pas en mesure de savoir si le logiciel était tombé sur une citation de vieux film, des paroles de chanson ou une autre expression, ou bien sur des propos réellement intimidants.

      . . . . . . . . .
      Jamie L. William, avocat des libertés civiles pour la Electronic Frontier Fondation, note que la plupart des algorithmes utilisés aujourd’hui pour accéder aux sens des mots et des images publiés en ligne, sont largement connus pour manquer du bon sens et de la mise en contexte qu’apporte une lecture humaine. Même des géants technologiques, comme Facebook, ont eu du mal à construire des algorithmes qui puissent faire la différence entre un commentaire inoffensif et une incitation à la haine.

      « Quant à utiliser ces systèmes sur des gamins ; soyons sérieux, ce sont des gamins ! », nous dit William. « Les gamins ont des blagues d’initiés. Ils font un usage notoire du sarcasme. Ce qui pourrait ressembler à une “mauvaise attitude” pour un algorithme, ne serait pour une personne qu’un point de vue politique ou une critique fondée. »
      . . . . . . . . .
      La baby-sitter de Madame Battaglia, Malissa Nielsen, 24 ans, a récemment donné son accord à deux familles différentes qui lui ont demandé de remettre à Predictim ses accès aux réseaux sociaux. Elle a expliqué qu’elle a toujours été prudente sur les réseaux et s’est dit que partager un peu plus ne pouvait pas faire de mal ; elle va à l’église une fois par semaine, ne jure pas et elle termine sa formation en éducation de la petite enfance, grâce à laquelle elle espère ouvrir une garderie.

      Mais en apprenant que le système lui avait attribué une mauvaise note pour harcèlement et manque de respect, elle a été stupéfaite. Elle avait cru qu’il s’agissait de permettre aux parents d’examiner ses comptes sur les réseaux sociaux, et non pas de consentir à ce qu’un algorithme dissèque sa personnalité. Elle n’avait pas été informée non plus des résultats d’un test qui pourrait mettre à mal sa seule source de revenu.
      . . . . . . . . .
      Les Américains cultivent une méfiance persistante à l’égard des algorithmes dont les décisions pourraient affecter leur vie quotidienne. Dans une étude du Pew Research Center, 57 % des personnes interrogées pensent que l’examen automatisé des CV de candidats à l’embauche est « inacceptable ».

      Néanmoins, les responsables de Predictim confirment qu’ils se préparent à déployer leurs services à l’échelle nationale. Chez #Sittercity, une plateforme de recrutement de baby-sitters en ligne, visitée par des millions de parents, la direction va lancer, en début d’année prochaine, un programme pilote qui intégrera les notations de Predictim aux tests et vérifications d’antécédents actuellement en place.
      . . . . . . . . .
      Le travail d’extraction de données de #Predictim sur les réseaux sociaux et son intérêt pour l’analyse psychologique de masse n’est pas sans rappeler les ambitions de #Cambridge_Analytica , le cabinet en conseil politique qui a travaillé sur la campagne de Trump et entraîné Facebook dans un scandale mondial relatif à la protection de la vie privée. Mais les dirigeants de l’entreprise affirment qu’ils ont mis en place des gardes-fous internes et travaillent sur la protection des données personnelles des baby-sitters. « Si nous laissions fuiter les infos d’une baby-sitter, ce ne serait vraiment pas cool », a relevé Simonoff.

      Les experts craignent que les notations des systèmes d’intelligence artificielle, comme celles de Predictim, annoncent un futur dans lequel l’attribution de tout emploi, pas seulement de garde d’enfants, sera décidée par une machine. De nombreuses entreprises de recrutement à l’embauche construisent déjà ou investissent dans des systèmes qui peuvent analyser les CV de candidats à très grande échelle et obtenir une évaluation automatisée de la manière dont chacun d’eux pourraient travailler une fois en poste. Des systèmes d’intelligence artificielle de même type – comme #Jigsaw, une jeune entreprise d’informatique créée par Google – sont utilisés pour patrouiller sur Internet et débusquer dans les commentaires, le harcèlement, les menaces et la violence en ligne.
      . . . . . . . . .
      Mais il a été démontré régulièrement que les algorithmes de recrutement ne font pas apparaître le genre de préjugés subtils qui pourraient faire dérailler la carrière d’une personne. Ainsi, des sources ont confié à l’agence Reuters qu’Amazon avait arrêté le développement d’un algorithme de recrutement lorsqu’elle s’était aperçue que celui-ci avait injustement pénalisé les femmes – l’historique du recrutement de la société, dans un secteur informatique dominé par les hommes, avait appris au système que les caractéristiques masculines étaient préférables. La société a affirmé que l’outil n’avait jamais servi à évaluer les candidats (le fondateur et dirigeant d’Amazon est propriétaire du Washington Post).

      Certains experts pensent que de tels systèmes ont le pouvoir d’exacerber les préjugés liés à l’âge et aux origines raciales, y compris en signalant les mots ou les images issus de certains groupes plus que ceux issus d’autres groupes. Ils craignent également que Predictim puisse forcer de jeunes nounous à remettre des données personnelles uniquement en vue d’obtenir un boulot.
      . . . . . . . . .

      Source : The Washington Post, Drew Harwell, https://www.washingtonpost.com/gdpr-consent/?destination=%2ftechnology%2f2018%2f11%2f16%2fwanted-perfect-babysit - 23-11-2018
      Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

      Drew Harwell est reporter national sur la technologie pour le compte du Washington Post, spécialisé en intelligence artificielle. Il a couvert par le passé les questions de commerce national et les entreprises de Trump.

      algorithme #intelligence_artificielle #prédiction #surveillance #facebook #santé #bigdata #google #big_data #prédictif #profiling #innovation #baby-sitters

  • Le monde selon #Xi_Jinping

    Depuis 2012, le désormais « président à vie » Xi Jinping a concentré tous les pouvoirs sur sa personne, avec l’obsession de faire de la #Chine la superpuissance du XXIe siècle. Plongée au coeur de son « rêve chinois ».

    Derrière son apparente bonhomie se cache un chef redoutable, prêt à tout pour faire de la Chine la première puissance mondiale, d’ici au centenaire de la République populaire, en 2049. En mars dernier, à l’issue de vastes purges, Xi Jinping modifie la Constitution et s’intronise « président à vie ». Une concentration des pouvoirs sans précédent depuis la fin de l’ère maoïste. Né en 1953, ce fils d’un proche de Mao Zedong révoqué pour « complot antiparti » choisit à l’adolescence, en pleine tourmente de la Révolution culturelle, un exil volontaire à la campagne, comme pour racheter la déchéance paternelle. Revendiquant une fidélité aveugle au Parti, il gravira en apparatchik « plus rouge que rouge » tous les degrés du pouvoir.
    Depuis son accession au secrétariat général du Parti en 2012, puis à la présidence l’année suivante, les autocritiques d’opposants ont réapparu, par le biais de confessions télévisées. Et on met à l’essai un système de surveillance généralisée censé faire le tri entre les bons et les mauvais citoyens. Inflexible sur le plan intérieur, Xi Jinping s’est donné comme objectif de supplanter l’Occident à la tête d’un nouvel ordre mondial. Son projet des « routes de la soie » a ainsi considérablement étendu le réseau des infrastructures chinoises à l’échelle planétaire. Cet expansionnisme stratégique, jusque-là développé en silence, inquiète de plus en plus l’Europe et les États-Unis.

    Impériale revanche
    Dans ce portrait très documenté du leader chinois, Sophie Lepault et Romain Franklin donnent un aperçu inédit de sa politique et montrent que l’itinéraire de Xi Jinping a façonné ses choix. De Pékin à Djibouti – l’ancienne colonie française est depuis 2017 la première base militaire chinoise à l’étranger – en passant par la mer de Chine méridionale et l’Australie, les réalisateurs passent au crible les projets et les stratégies d’influence du nouvel homme fort de la planète. Nourrie d’images d’archives et de témoignages (de nombreux experts et de dissidents, mais aussi d’un haut gradé proche du pouvoir), leur enquête montre comment Xi Jinping a donné à la reconquête nationaliste de la grandeur impériale chinoise, projet nourri dès l’origine par la République populaire, une spectaculaire ampleur.

    https://www.arte.tv/fr/videos/078193-000-A/le-monde-selon-xi-jinping
    #biographie #démocratie #trauma #traumatisme #Mao #révolution_culturelle #Terres_Jaunes #exil #Prince_Rouge #nationalisme #rêve_chinois #renaissance_nationale #histoire_nationale #totalitarisme #stabilité #idéologie #anti-corruption #lutte_contre_la_corruption #purge #dictature #investissements_à_l'étranger #prêts #dette #KUKA #ports #droits_humains #Australie #infiltration_chinoise #Nouvelle-Zélande #David_Cameron #Jean-Pierre_Raffarin #matières_premières #capitalisme_autoritaire #Ouïghours #arrestations #répression #censure #liberté_d'expression #défilés_militaires #armée #puissance_militaire #Mer_de_Chine_méridionale #îles_de_Spratleys #liberté_de_la_presse #prisonniers_politiques #Hong_Kong

    #Djibouti #base_militaire (de Djibouti)

    #Sri_Lanka —> Au Sri Lanka, le #port de #Hambantota est sous contrôle chinois, ceci pour au moins 99 ans (accord signé avec le Sri Lanka qui n’a pas pu rembourser le prêt que la Chine lui a accorder pour construire le port...)
    #dépendance
    v. aussi :
    Comment la Chine a fait main basse sur le Sri Lanka
    https://www.courrierinternational.com/article/comment-la-chine-fait-main-basse-sur-le-sri-lanka

    Histoire semblable pour le #Port_du_Pirée à #Athènes, en #Grèce ou l’#aéroport de #Toulouse, en #France.

    #Organisation_de_coopération_de_Shangaï :


    https://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_de_coop%C3%A9ration_de_Shanghai
    #Grande_unité_mondiale #enrichissement_pour_tous

    Quelques cartes et images tirées du #film #documentaire.

    La #nouvelle_route_de_la_soie et autres investissements chinois dans les infrastructures mondiales de #transport :

    La #Chinafrique :


    #Afrique
    Afrique où la Chine propose la « #solution_chinoise », programme de #développement basé sur le #développement_économique —> « #modèle_chinois de développement »

    Le programme de #surveillance_de_masse :

    Outre la surveillance, mise en place d’un programme appelé « #crédit_social » :

    Le #Système_de_crédit_social est un projet du gouvernement chinois visant à mettre en place d’ici 2020 un système national de #réputation_des_citoyens. Chacun d’entre eux se voit attribuer une note, échelonnée entre 350 et 950 points, dite « crédit social », fondée sur les données dont dispose le gouvernement à propos de leur statut économique et social. Le système repose sur un outil de surveillance de masse et utilise les technologies d’analyse du #big_data. Il est également utilisé pour noter les entreprises opérant sur le marché chinois.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_cr%C3%A9dit_social

    Voici ce que cela donne :


    #surveillance #contrôle_de_la_population #vidéosurveillance #reconnaissance_faciale #contrôle_social
    #cartographie #visualisation
    ping @etraces

    ping @reka

  • China blacklists millions of people from booking flights as ’social credit’ system introduced

    Officials say aim is to make it ‘difficult to move’ for those deemed ‘untrustworthy’.

    Millions of Chinese nationals have been blocked from booking flights or trains as Beijing seeks to implement its controversial “#social_credit” system, which allows the government to closely monitor and judge each of its 1.3 billion citizens based on their behaviour and activity.

    The system, to be rolled out by 2020, aims to make it “difficult to move” for those deemed “untrustworthy”, according to a detailed plan published by the government this week.

    It will be used to reward or punish people and organisations for “trustworthiness” across a range of measures.

    A key part of the plan not only involves blacklisting people with low social credibility scores, but also “publicly disclosing the records of enterprises and individuals’ untrustworthiness on a regular basis”.

    The plan stated: “We will improve the credit blacklist system, publicly disclose the records of enterprises and individuals’ untrustworthiness on a regular basis, and form a pattern of distrust and punishment.”

    For those deemed untrustworthy, “everywhere is limited, and it is difficult to move, so that those who violate the law and lose the trust will pay a heavy price”.

    The credit system is already being rolled out in some areas and in recent months the Chinese state has blocked millions of people from booking flights and high-speed trains.

    According to the state-run news outlet Global Times, as of May this year, the government had blocked 11.14 million people from flights and 4.25 million from taking high-speed train trips.

    The state has also begun to clamp down on luxury options: 3 million people are barred from getting business class train tickets, according to Channel News Asia.

    The aim, according to Hou Yunchun, former deputy director of the development research centre of the State Council, is to make “discredited people become bankrupt”, he said earlier this year.

    The eastern state of Hangzou, southwest of Shanghai, is one area where a social credit system is already in place.

    People are awarded credit points for activities such as undertaking volunteer work and giving blood donations while those who violate traffic laws and charge “under-the-table” fees are punished.

    Other infractions reportedly include smoking in non-smoking zones, buying too many video games and posting fake news online.

    Punishments are not clearly detailed in the government plan, but beyond making travel difficult, are also believed to include slowing internet speeds, reducing access to good schools for individuals or their children, banning people from certain jobs, preventing booking at certain hotels and losing the right to own pets.

    When plans for the social credit scheme were first announced in 2014, the government said the aim was to “broadly shape a thick atmosphere in the entire society that keeping trust is glorious and breaking trust is disgraceful”.

    As well as the introduction in Beijing, the government plans a rapid national rollout. “We will implement a unified system of credit rating codes nationwide,” the country’s latest five-year plan stated.

    The move comes as Beijing also faces international scrutiny over its treatment of a Muslim minority group, who have been told to turn themselves in to authorities if they observe practices such as abstention from alcohol.

    #Hami city government in the far-western #Xinjiang region said people “poisoned by extremism, terrorism and separatism” would be treated leniently if they surrendered within the next 30 days.

    As many as a million Muslim Uighurs are believed to have been rounded up and placed in “re-education” centres, in what China claims is a clampdown on religious extremism.

    https://www.independent.co.uk/news/world/asia/china-social-credit-system-flight-booking-blacklisted-beijing-points-
    #Chine #surveillance #contrôle #liberté_de_mouvement #liberté_de_circulation #mobilité #crédit_social #comportement #liste_noire #volontariat #points #don_de_sang #alcool #extrémisme #terrorisme #séparatisme #Ouïghours

    via @isskein