• #Ukraine: Escalating Pressure on Crimean Tatars

    23 Activists Arrested on ‘Terrorism’ Charges

    Russia’s arrest on March 27 and 28, 2019 of 23 Crimean Tatar activists was an unprecedented move to intensify pressure on a group largely critical of Russia’s occupation of the Crimean Peninsula, Human Rights Watch said today. Russian authorities should drop the charges, release the activists, and, until they are freed, immediately give them access to their lawyers.

    The detainees, all men, are being held on suspicion of participating in a “terrorist organization,” several of their lawyers told Human Rights Watch.

    “The sweeping arrests in Crimea aim to portray politically active Crimean Tatars as terrorists as a way to silence them,” said Rachel Denber, deputy Europe and Central Asia director at Human Rights Watch. “This has been their approach for several years, and it should stop. These men should be released at once.”

    https://www.hrw.org/news/2019/04/02/ukraine-escalating-pressure-crimean-tatars
    #Crimée #anti-terrorisme (well...) #résistance #répression
    ping @reka @simplicissimus


  • L’#Ukraine cinq ans après l’Euromaïdan (1) - Boulevard Extérieur

    https://www.boulevard-exterieur.com/L-Ukraine-cinq-ans-apres-l-Euromaidan-1.html

    ll y a cinq ans, la fuite de Viktor Yanoukovitch consacrait la victoire du mouvement #Euromaïdan en Ukraine, suivie de l’annexion de la Crimée et de la déstabilisation du Donbass. Récemment, une altercation sérieuse entre marines russe et ukrainienne en mer d’Azov est venue rappeler que la guerre entre Moscou et Kiev est toujours en cours, et que la déstabilisation de la façade orientale de l’Europe qui en résulte est durable.

    #crimée #russie


  • Russia mulls fines for country’s maps without Crimea | UNIAN

    Notre ami Nikolaï Denisov nous informe : bientôt une amende pour « mauvaise représentation » duterritoire russe (sans la Crimée) - Juste 25/30 euros pour l’instant, mais ça pourrait changer...

    https://www.unian.info/politics/10415355-russia-mulls-fines-for-country-s-maps-without-crimea.html

    “the practice of using maps without the peninsula actually violates the integrity of the state’s borders.”

    “We plan to introduce responsibility for the ’incorrect’ indication of Crimea’s territorial affiliation. Earlier we sent a similar bill to the Federation Council, but then we decided to recall and finalize it,”

    #russie #crimée #ukraine #frontière #visualisation #propagande #manipulation


  • Russia-Ukraine tensions rise after #Kerch Strait ship capture - BBC News
    https://www.bbc.com/news/world-europe-46340283

    Ukraine’s parliament is to decide whether to bring in martial law, after Sunday’s capture of three of its naval vessels and 23 crew members by Russia.

    The three ships were sailing off the coast of Crimea, which was annexed by Russia in 2014, when they were seized.

    Russia opened fire, before its special forces stormed the vessels. Between three and six Ukrainians were injured.
    Ukraine said it was a Russian “act of aggression”. Moscow said the ships had illegally entered its waters.

    On Monday, Ukrainian President Petro Poroshenko said he was proposing that parliament back a 30-day martial law - half the length of that recommended by Ukraine’s security and defence council a day earlier.

    In a televised address, Mr Poroshenko said he did not want martial law to affect presidential elections set for 31 March 2019. If backed by MPs, martial law would enter into force at 09:00 local time (07:00 GMT) on 28 November.

    Sunday’s clash between Russian and Ukrainian vessels marks a major escalation of tension between the two countries.
    This is the first time the two militaries have come into open conflict in recent years, although Ukrainian forces have been fighting Russian-backed separatists and Russia volunteers in the east of the country.

    #Crimée

    https://www.youtube.com/watch?v=PpxNuTlwwEA

    • La Russie bloque le passage en mer d’Azov en immobilisant un pétrolier sous le pont de Crimée.

      Russian jet fighters fly over a bridge connecting the Russian mainland with the Crimean Peninsula with a cargo ship beneath it after three Ukrainian navy vessels were stopped by Russia from entering the Sea of Azov via the Kerch Strait in the Black Sea - H24info
      https://www.h24info.ma/monde/la-russie-capture-trois-navires-ukrainiens-escalade-de-tensions-entre-kiev-et-moscou/attachment/russian-jet-fighters-fly-over-a-bridge-connecting-the-russian-mainland-with-

      Russian jet fighters fly over a bridge connecting the Russian mainland with the Crimean Peninsula with a cargo ship beneath it after three Ukrainian navy vessels were stopped by Russia from entering the Sea of Azov via the Kerch Strait in the Black Sea

    • Détroit/Kertch : la Russie a agi « en stricte conformité avec le droit international »
      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/11/26/97001-20181126FILWWW00122-detroitkertch-la-russie-a-agi-en-stricte-conformi

      Les gardes-frontières russes qui ont arraisonné dimanche trois navires ukrainiens dans le détroit de Kertch ont agi «  en stricte conformité avec le droit international  », a assuré aujourd’hui le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov au lendemain de cet incident sans précédent. «  La partie russe a agi en stricte conformité avec la législation, à la fois le droit international et le droit intérieur_ », a-t-il déclaré aux journalistes, précisant qu’il s’agissait d’une «  intrusion de navires de guerre étrangers dans les eaux territoriales de la Fédération de Russie  ».

    • Occasion de clarifier (à chaud !) le statut de la mer d’Azov et du détroit : s’il s’agit d’eaux internationales, la Russie n’a pas le droit de bloquer l’accès,…

      Tensions en mer d’Azov | Grip
      https://www.grip.org/fr/node/2634

      Statut juridique de la mer d’Azov

      Le statut juridique de la mer d’Azov est complexe pour deux raisons : la chute de l’URSS et l’annexion russe de la Crimée. Cet espace maritime était considéré du temps de l’URSS comme une mer intérieure et la question se pose de savoir si ce statut aurait pu être transmis à la fois à l’Ukraine et à la Russie après 1991. Selon cette hypothèse, la mer d’Azov serait donc une mer intérieure partagée entre l’Ukraine et la Russie. Dans un autre scénario, la mer d’Azov aurait perdu ce statut de mer intérieure lors de l’indépendance de l’Ukraine et le régime classique du droit de la mer s’appliquerait donc avec des zones économiques exclusives pour la Russie et l’Ukraine et un régime d’eaux internationales au centre de la mer d’Azov. L’annexion de la Crimée complexifie l’équation puisque les deux États revendiquent des zones économiques exclusives autour de la Crimée. Pour compliquer davantage le casse-tête juridique, plusieurs accords bilatéraux ont été signés entre l’Ukraine et la Russie garantissant la liberté de navigation sur cette mer. En 2003, un Accord de coopération sur l’usage de la mer d’Azov et du détroit de Kertch a été signé entre l’Ukraine et la Russie réitérant le statut de « mer interne partagée ». L’Ukraine pourrait cependant dénoncer cet accord au vu des incidents récents et revenir au régime classique de partage des eaux territoriales selon les définitions de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer. Cette question du statut de la mer d’Azov est importante car elle conditionne la possibilité pour l’Ukraine d’intenter une action devant la justice internationale.

    • Russia Ignores Western Calls to Free Captured Ukrainian Ships

      Ukraine introduces martial law citing threat of Russian invasion | Reuters
      https://uk.reuters.com/article/uk-ukraine-crisis-russia-idUKKCN1NV0MW


      Seized Ukrainian ships, small armoured artillery ships and a tug boat, are seen anchored in a port of Kerch, Crimea November 26, 2018.
      REUTERS/Pavel Rebrov

      The crisis erupted when border patrol boats belonging to Russia’s FSB security service seized two small Ukrainian armoured artillery vessels and a tug boat after opening fire on them and wounding three sailors on Sunday.

      The Ukrainian vessels had been trying to enter the Sea of Azov from the Black Sea via the narrow Kerch Strait that separates Crimea from the Russian mainland.

      Interfax news agency quoted Russia’s human rights commissioner, Tatyana Moskalkova, as saying on Monday that 24 Ukrainian sailors were being detained. Three of the sailors were wounded but were not in a serious condition and were recovering in hospital.

      The FSB said the Ukrainian ships had ignored warning shots, forcing Russian vessels to open fire for real, after they illegally entered Russian territorial waters.

      A Reuters witness in Kerch, a port in Crimea, said the three Ukrainian vessels were being held there on Monday.

    • Trump Says He Does Not Like Russia-Ukraine Situation
      http://themoscowtimes.com/news/trump-says-he-does-not-like-russia-ukraine-situation-63606

      U.S. President Donald Trump on Monday said he does not like what is happening between Russia and Ukraine, a day after Russian crews seized Ukrainian vessels near Crimea.

      We do not like what’s happening either way. And hopefully it will get straightened out,” Trump told reporters as he left the White House.

      Trump said European leaders were working on the situation. “They’re not thrilled. We’re all working on it together,” he said.

    • Et donc, il s’agit des canonnières Nikopol (P176, le nom est très clairement lisible sur le côté de la passerelle) lancée en novembre 2015 et Berdiansk (P175) lancée en juin 2017, de la classe Gurza-M.
      https://en.wikipedia.org/wiki/Gyurza-M-class_artillery_boat


      P175 Berdiansk
      Ministry of Défense of Ukraine, via WP

      et du remorqueur Yani Kipu, A947 (bizarre, c’est un nom turc !?)

      EDIT : non, le nom donné par liveuamap
      https://liveuamap.com/en/2018/26-november-photo-tugboat-yani-kipu-a947-and-2-armored-boats
      n’est pas le bon…

      il s’agit du Krasnoperekopsk, A947 de la classe Prometey
      http://www.shipspotting.com/gallery/photo.php?lid=1091579


      Photographer : Igor Terokhin
      shipspotting.com

      EDIT (bis) ben si, Yani Kapu et Krasnoperekopsk sont deux noms pour désigner les mêmes choses :

      • une ville du nord de la Crimée (juste à l’ouest de l’isthme de Perekop) nommée donc, Perekop la rouge
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Krasnoperekopsk

      • qui a donné son nom à un remorqueur « d’attaque » (« de raid » disent les versions en anglais) soviétique en 1974
      https://uk.wikipedia.org/wiki/Яни_Капу_(буксир)

      La ville a été rebaptisée par l’Ukraine Yani Kapu (Yañı Qapı, la nouvelle porte en tatar) le 12 mai 2016, deux ans après l’annexion de la Crimée par la Russie… Et le remorqueur a suivi.

    • Vladimir Poutine qualifie les incidents en mer Noire de « provocation »
      https://www.lemonde.fr/international/article/2018/11/28/vladimir-poutine-qualifie-les-incidents-en-mer-noire-de-mousse-politique_538

      Jusqu’ici plutôt en retrait, Vladimir Poutine a, pour la première fois, commenté en public, mercredi 28 novembre, les incidents survenus quatre jours plus tôt en mer Noire entre la marine ukrainienne et les forces de sécurité russes. Interrogé sur le sujet en marge d’un forum d’investissement organisé par la banque VTB à Moscou, le chef du Kremlin a répondu : « C’est une provocation, bien sûr ! »

      Sans jamais prononcer le nom de Petro Porochenko, le chef du Kremlin a ouvertement accusé son homologue ukrainien de calculs politiques. « C’est une provocation organisée par les autorités actuelles, je pense même par son président actuel, à l’approche de l’élection présidentielle en Ukraine au mois de mars de l’année prochaine », a souligné M. Poutine. Qui ajoute : « Les sondages, si je ne me trompe pas, placent le président au cinquième rang, il y a même des chances qu’il ne passe pas au second tour, donc, il fallait faire quelque chose pour exacerber la situation et créer des obstacles infranchissables pour ses concurrents. (…) Je suis sûr de cela. »

      A aucun moment, le président russe n’a évoqué les trois navires ukrainiens saisis par les forces de sécurité russes – sauf pour déclarer qu’elles avaient accompli « leur mission » et respecté « les ordres » – ni même le sort des 24 marins capturés à leur bord. Ces derniers comparaissent depuis mardi devant un tribunal russe pour être placés, les uns après les autres, en détention provisoire pour deux mois.

      « C’est un incident frontalier, pas plus », a-t-il minimisé, en évoquant des éléments récents « d’une autre envergure » tels que « le rattachement de la Crimée à la Russie » en 2014, ou « la guerre civile » dans le Donbass, dans l’est de l’Ukraine qui opposent les séparatistes prorusses soutenus par Moscou et les forces armées de Kiev. « Une guerre de facto, a poursuivi M. Poutine, et pourtant, aucune loi martiale n’avait été instaurée. Et là, un petit incident et on instaure la loi martiale ! C’est évident que c’est organisé à l’approche de l’élection présidentielle. »

    • Un avion espion US mène une reconnaissance près du détroit de Kertch - Sputnik France
      https://fr.sputniknews.com/russie/201811281039082977-vol-reconnaissance-boeing-detroit-kertch

      Au surlendemain de l’incident en mer Noire, où trois navires militaires ukrainiens ont violé les eaux territoriales russes, un avion de lutte anti-sous-marine Boeing P-8A Poseidon de l’US Navy a effectué un vol de reconnaissance dans la région du détroit de Kertch et de la Crimée, selon le portail de suivi des vols PlaneRadar.

      Le mardi 27 novembre un Boeing P-8A Poseidon américain a mené une mission de reconnaissance dans la région du détroit de Kertch et de la Crimée, a annoncé le site PlaneRadar via Twitter.


      Un avion de patrouille maritime, Boeing P-8A Poseidon de l’US Navy, immatriculé 168848, effectue un vol de reconnaissance le long des côtes russe de la mer Noire, a annoncé le site.

      L’appareil, appartenant à la 26e escadrille de patrouille de la marine américaine est passé à une distance de 31 km des côtes de la Crimée.

      Plus tôt le même jour, cette même région a été espionnée par un drone stratégique RQ-4A Global Hawk de l’US Air Force, qui avait également été repéré à proximité de la ligne de séparation dans le Donbass.

    • Un excellent article de synthèse antérieur à la crise (12 septembre 2018) par Igor Delanoë.

      Jeux dangeureux en mer d’Azov - Le portail des forces navales de la Fédération de Russie
      http://www.rusnavyintelligence.com/2018/09/jeux-dangeureux-en-mer-d-azov.html

      Voilà plusieurs mois que la tension monte en mer d’Azov entre Russes et Ukrainiens au sujet de la liberté de navigation. Pour l’instant, les escarmouches n’ont pas dégénéré en accrochages, mais l’Ukraine a commencé à transférer par chemin de fer des vedettes armées depuis la mer Noire vers la mer d’Azov.

      Depuis le printemps derniers, des chalutiers ukrainiens et autres navires étrangers souhaitant se rendre dans les ports d’Ukraine situés en mer d’Azov sont régulièrement arraisonnés par les gardes-côtes russes. La Russie fait en outre attendre parfois pendant plusieurs jours les navires qui souhaitent transiter par le détroit de Kertch depuis la mer Noire à destination des côtes ukrainiennes de la mer d’Azov. Depuis l’annexion de la Crimée par Moscou, cette mer est de facto sous contrôle de la Russie qui en commande l’accès par le détroit de Kertch, situé entre la péninsule criméenne et la presqu’île russe de Taman. Russes et Ukrainiens ont signé en 2003 un accord selon lequel les eaux de la mer d’Azov et celles du détroit de Kertch sont considérées comme des eaux intérieures. Toutefois, depuis l’annexion de 2014, Kiev souhaite déchirer ce papier et internationaliser le régime de la mer d’Azov, en espérant ainsi que l’arrivée de nouveaux acteurs maritimes étrangers fera contrepoids à l’hyper-influence russe dans cette sous-région du bassin pontique.

      L’inauguration du pont de Kertch qui relie la Crimée à la Russie continentale en mai dernier a aiguisé les tensions. La Russie, qui n’écarte pas la possibilité que l’Ukraine tente une opération de sabotage contre l’édifice, a transféré depuis la flottille de la mer Caspienne, via le canal Volga-Don, 2 canonnières fluviales ainsi que des petits navires lance-missiles, qui ont rejoint plus tard le détachement opérationnel russe en Méditerranée. Kiev, de son côté, a transféré 2 vedettes du Projet 58155 faiblement armées depuis la mer Noire vers le port de Berdiansk par chemin de fer. La première unité est arrivée le 8 septembre et la seconde, le 11 septembre. Une troisième vedette doit prochainement être basculée en mer d’Azov. L’idée pour les Ukrainiens est de pouvoir assurer la protection des deux principaux ports de commerce que sont Marioupol et Berdiansk. A terme, Kiev souhaite établir une division de vedettes en mer d’Azov. Compte-tenu du peu de profondeur de cette mer - 6 mètres en moyenne - seules des unités de faible tonnage peuvent y être engagées. Toutefois, pour Moscou, le bassin de la mer d’Azov demeure fermé à toute activité des flottes de l’OTAN - qui ont en revanche accès à la mer Noire selon les conditions énoncées dans la Convention de Montreux (1936). Aussi, en cas de conflit dans le Donbass, ce « lac russe » constituerait une plateforme de tir potentiel pour des missiles Kalibr ainsi qu’un point de départ pour des opérations amphibies.

      Quels sont les objectifs recherchés par les uns et par les autres à travers ces escarmouches ? Pour Kiev, il s’agit de maintenir à l’ordre du jour le sujet « Crimée » qui est une affaire classée - outre la question des sanctions criméennes - par nombre de chancellerie occidentale. Par ailleurs, l’année 2019 sera une année charnière en Ukraine : l’élection présidentielle à lieu en mars, et le contrat de transit gazier qui lie Kiev à Gazprom depuis la fin des années 2000 arrive à son terme. Aussi, ces escarmouches visent potentiellement à renforcer la position de négociation de Moscou tout autant que la rhétorique patriotique à Kiev. L’Ukraine ne se satisfait pas du statu quo en mer d’Azov et souhaite mettre sur la table la question de la délimitation des frontières maritimes, sans être pour autant prête à sérieusement négocier. Rappelons par ailleurs que l’Ukraine a coupé les canaux d’alimentation d’eau fraîche vers la Crimée. Il pourrait y avoir là une monnaie d’échange potentielle.

      Contrairement à ce que pourrait laisser croire le nom de son blog, Le portail des forces navales de la Fédération de Russie, il ne s’agit pas d’un site officiel.

      A propos - Le portail des forces navales de la Fédération de Russie
      http://www.rusnavyintelligence.com/pages/A_propos-4830107.html

      A propos
      Igor Delanoë est docteur en histoire moderne et contemporaine de l’Université de Nice-Sophia Antipolis, et chercheur associé au Harvard Ukrainian Research Institute (Harvard University) ainsi qu’au Center for International and European Studies (université Kadir Has, Istanbul). Il est le directeur adjoint de l’Observatoire franco-russe, le centre d’analyse de la Chambre de commerce et d’industrie franco-russe depuis septembre 2015.

    • Pour mémoire, l’accord russo-ukrainien de décembre 2003 sur la circulation en mer d’Azov (il est parfois – pas systématiquement – cité) est officiellement toujours en vigueur malgré l’annexion de la Crimée en 2014.

      Et personne ne semble réellement se soucier de savoir si l’Ukraine avait demandé l’autorisation préalable de franchissement du détroit, étant entendu que, des deux côtés, on renforce les (faibles) moyens militaires…

      Il est difficilement concevable que la Russie ait pu arraisonner les navires ukrainiens si l’autorisation avait été demandée et, a fortiori, accordée…

      Accord russo-ukrainien sur la mer d’Azov - Libération
      (article du 27 décembre 2003)
      https://www.liberation.fr/planete/2003/12/27/accord-russo-ukrainien-sur-la-mer-d-azov_456591

      La conclusion, mercredi [24 décembre], d’un accord russo-ukrainien sur la mer d’Azov était interprétée, à Kiev, comme une nouvelle concession du président Léonid Koutchma à Vladimir Poutine. Selon le texte signé par les deux chefs d’Etat, la mer d’Azov et le détroit de Kertch (en Crimée, sud de l’Ukraine), qui la sépare de la mer Noire, seront désormais « gérés conjointement ». Les bateaux ukrainiens et russes jouiront de la liberté de navigation. En revanche, les bâtiments militaires des pays tiers ne pourront y entrer que sur autorisation des deux pays, ce qui permettra à Moscou d’empêcher l’entrée de navires de l’Otan. « Cette mesure est peu compatible avec l’intention de l’Ukraine d’adhérer à l’Alliance atlantique », relève l’hebdomadaire Zerkalo Nedeli. Un différend a récemment éclaté après que la Russie a mis en doute l’appartenance à l’Ukraine de l’île de Touzla, dans le détroit de Kertch.

    • J’aime bien le double discours – dès les éléments soulignés après le titre… _ la part du trafic qui passe par Kertch est marginale (moins de 5% et déplorable vers d’autres ports) mais le blocus (temporaire) souligne le risque sur les approvisionnement en blé ukrainien (qui sera très abondant cette saison)

      Chokepoint Blockade Exposes Supply Risk for Black Sea Grain - Bloomberg
      https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-11-26/russian-flareup-with-ukraine-brings-focus-on-shipping-chokepoint

      •  Access cut to Kerch Strait between Black Sea and Sea of Azov
      The ports handles a relatively small share of Ukrainian grain
      •  Access cut to Kerch Strait between Black Sea and Sea of Azov
      The ports handles a relatively small share of Ukrainian grain

      Russia’s brief blockade of a key shipping channel for Black Sea grain highlights the risk of disruption to an important source of global supply.

      Russia cut off access to the Kerch Strait between the Sea of Azov and the Black Sea after tensions with Ukraine flared up over the weekend, and has since reopened the passage. Still, the conflict means some traders will likely reroute cargoes to avoid passing through the strait, according to the Ukrainian Grain Association.

      We are expecting a record harvest this season, and we plan record exports,” said Mykola Horbachov, head of the Ukrainian Grain Association. “So any window that is being closed for us means heavier pressure on our infrastructure, both seaport and railway. We are stretched to the limit.

      Ukraine ranks among the world’s biggest corn and wheat producers, supplying food to major markets in Europe, the Middle East and Asia. Analysts said they didn’t expect much market impact because the proportion of Ukrainian grain that moves from ports on the Sea of Azov is relatively small, and the incident seems limited so far.

      Grain markets largely shrugged off the news. Benchmark prices in Chicago rose 1 percent and milling wheat futures in Paris added 0.2 percent.

      Shipments from the Ukraine ports of Mariupol and Berdyansk make up about 5 percents of the country’s grain exports, and cargoes that had previously planned to leave those areas may instead move by rail or other ports, Horbachov said. The two ports are on the Azov Sea and rely on the Kerch Strait.

      In terms of grain exports, it won’t have a big impact because I don’t think that Russia will stop their boats in the Kerch Strait, and in terms of Ukraine exports, there is not a lot of exports from the Azov Sea,” said Gautier Maupu, a Black Sea grains analyst with Agritel in Kiev. “Russian exports will not slow down, so there will not be a strong impact on markets.

      Still, the blockade highlights the threat of disruption to Black Sea supplies just as global grains markets are buffeted by the trade war between the U.S. and China. Wheat has jumped about 20 percent this year in Chicago as heat and dryness worldwide curbed output, including in the Black Sea.

    • Poutine défend sa version des affrontements avec l’Ukraine en mer Noire
      https://www.lemonde.fr/international/article/2018/12/03/poutine-avance-sa-version-des-affrontements-avec-l-ukraine-en-mer-noire_5391


      Vladimir Poutine, à Buenos Aires, le 1er décembre.
      MARCOS BRINDICCI / REUTERS

      Privé de rencontre bilatérale avec Donald Trump, en représailles après les incidents survenus le 25 novembre au large de la Crimée qui ont abouti à la capture de trois bateaux et de vingt-quatre marins ukrainiens par la Russie, M. Poutine a livré sa version des faits au président américain « debout », comme il a lui-même décrit l’échange, en marge d’un dîner.

      Face à son homologue français, Emmanuel Macron, ou avec la chancelière allemande, Angela Merkel, avec lesquels il a pu s’entretenir en aparté, il a même sorti un stylo pour dessiner sur le papier sa chronologie des événements. Aux journalistes ensuite, M. Poutine a assuré que « la guerre va continuer » dans l’est de l’Ukraine, tant que les autorités actuelles de Kiev « resteront au pouvoir ».

      Version de VVP dont la seule chose que l’on ait le droit de savoir est qu’il qualifie l’événement de provocation. Absolument rien sur le déroulement des faits, ni en gros, ni en détail.

    • Ukraine resumes grain shipments from Azov Sea | Reuters
      https://af.reuters.com/article/worldNews/idAFKBN1O30M5


      FILE PHOTO: Cranes are seen in the Azov Sea port of Mariupol, Ukraine December 2, 2018.
      REUTERS/Gleb Garanich/File Photo

      Ukraine said on Tuesday it had resumed grain shipments from the Azov Sea, blocked for around 10 days after a military standoff with Russia in the Kerch Strait off Crimea.
      […]
      Earlier, Ukraine’s infrastructure minister Volodymyr Omelyan had said the two ports - vital for eastern Ukraine’s economy - had been “partially unlocked” with the restoration of some free movement through the Kerch Strait.


  • Avakov: Ukraine’s wall along Russian border nearly half complete

    Ukraine has built almost half of its 2,300-kilometer wall on the border with Russia, Interior Minister Arsen Avakov said on Nov. 24 during his visit to the border checkpoint in Kharkiv Oblast.

    “The project has been extended until 2021,” Avakov said. “The budget plan for the 2019 allocates Hr 400 million ($14.4 million) for it. But the head of the Border Guard Service hopes to receive additional funds.”

    The Kharkiv section of the Ukrainian-Russian wall has been almost completed with only 20 kilometers left, according to Avakov. The works will continue on the border sections in Sumy and Luhansk oblasts. It includes fortifications with a barbed wire fence, two-meter deep anti-tank trenches, 17-meter-high watchtowers, 40 border checkpoints as well as equipment with motion sensors, border security closed-circuit television (CCTV) and alarm systems.

    Overall, 47 percent of the 2,300-kilometer wall has been built, the minister said.

    In addition, starting from January, Ukraine has launched the biometric control system for Russian passport holders at all border-crossing checkpoints.

    Former Prime Minister Arseniy Yatsenyuk, who is running for president in the upcoming March presidential elections, joined Avakov on the trip to the border in Kharkiv Oblast on Nov. 24.

    The ambitious project known as the European Wall was announced by then-Prime Minister Yatsenyuk in 2014 in the wake of the Russian military intervention in the Donbas. Ukraine lost control over parts of Luhansk and Donetsk oblasts and 400 kilometers that border with Russia. The wall was designed to protect Ukraine from further attacks on its territory as well as to stop illegal flow of weapons from Russia.

    In the aftermath of the EuroMaidan Revolution that drove pro-Russian President Viktor Yanukovych from power on Feb. 22, 2014, Kremlin incited mass anti-government demonstrations in eastern Ukraine and occupied Crimean peninsula. In Donetsk and Luhansk, protesters “declared independence” from Ukraine which escalated into an armed conflict between Ukrainian forces and Kremlin-backed forces. In April 2014, pro-Russian protesters took over the Kharkiv administration and “declared independence from Ukraine” but the Ukrainian government managed to retain control over the region.

    The construction of the wall, however, halted due to lack of funding and a corruption scandal.

    In 2015-2017, the Border Guard Serviced received Hr 800 mln ($28.8 million) — less than a quarter of the total cost of the project estimated at over Hr 4 billion ($147.6 million).

    In November 2017, the National Anti-Corruption Bureau arrested eight people on embezzlement charges. NABU detectives found that the officials of the Border Guard Service in cahoots with local contractors had siphoned off Hr 16.68 million ($600,800) from the Project Wall funds.


    https://www.kyivpost.com/ukraine-politics/interior-minister-ukraines-wall-along-russian-border-nearly-half-complete.

    #Ukraine #Russie #murs #frontières #barrières_frontalières


  • Un siècle après la révolution d’Octobre, la Russie à l’heure du capitalisme décadent |
    Conférence de #Lutte_Ouvrière du 15 juin 2018
    https://www.lutte-ouvriere.org/publications/brochures/un-siecle-apres-la-revolution-doctobre-la-russie-lheure-du-capitalis

    [...] Alors, on doit se demander dans quelle mesure et pourquoi une partie de la population soutient la personne et la politique de Poutine, mais aussi et surtout en quoi ce régime et celui qui l’incarne sont nécessaires aux nantis et privilégiés qui dirigent la Russie aujourd’hui. Et d’abord, qui sont-ils  ?

    On ne peut le comprendre sans avoir à l’esprit qu’une société originale s’était construite pendant soixante-dix ans en Union soviétique, dont la Russie a hérité. Dans ce pays, qui fut le premier et le seul à ce jour où les travailleurs prirent le pouvoir et commencèrent à édifier une société sur de nouvelles bases, il y a un siècle, quelles traces le passé a-t-il laissées  ? Et comment la Russie évolue-t-elle, depuis des décennies que ses dirigeants lui ont officiellement tourné le dos  ? [...]

    SOMMAIRE :
    De la naissance de l’État ouvrier à sa dégénérescence
    – L’étatisation et la planification, acquis de la révolution d’Octobre

    1991 : la fin de l’#URSS, provoquée par l’irresponsabilité de la bureaucratie au pouvoir #stalinisme
    – L’éclatement de l’URSS, un recul économique, social et politique
    – Les années 1990, eldorado pour quelques-uns...
    – ... catastrophe et traumatisme pour tous les autres
    – L’élection de #Poutine, sorti du chapeau des forces de sécurité et adoubé par #Eltsine
    – La #deuxième_guerre de #Tchétchénie
    – Le rétablissement de la «  verticale du pouvoir  »
    – La mise au pas des oligarques et l’affaire Khodorkovski
    – Les grands possédants sous contrôle de l’État
    – Les héritiers de la #bureaucratie soviétique
    – Bureaucratisme et corruption du haut en bas de l’appareil d’État

    Le #capitalisme en crise incapable de développer la société russe
    – La pénétration toute relative des capitaux étrangers en #Russie
    – Une économie toujours largement «  administrée  » par l’État
    – Une intégration difficile dans le marché mondial  : de la volonté de coopérer au repli nationaliste
    – L’annexion de la #Crimée et la guerre en #Ukraine
    – L’intervention en #Syrie et les relents de guerre froide #guerre
    – Le #nationalisme de Poutine

    Une société conservatrice et réactionnaire
    – L’#opposition de sa majesté
    – Une liberté d’expression de plus en plus entravée
    – La dégradation des conditions de vie de la population laborieuse
    – La #crise_démographique
    – De l’absence de combativité au risque d’explosion sociale  ?

    Renouer avec le #trotskysme
    – Une société encore marquée par la #révolution prolétarienne et le passé soviétique
    – L’avenir appartient au #prolétariat


  • Is the ’Bulgarian Stream’ on its way?

    http://www.balkaneu.com//is-the-bulgarian-stream-on-its-way

    Turbulence is triggered by the statement of the President of Bulgaria, Rumen Radev, as recorded by Kommersant newspaper.

    According to him, both Bulgaria and Russia will only benefit from the ’resurrection’ of the rejected South Stream pipeline, which was intended to be the counterweight to the Nord Stream pipeline and to feed the Balkans and SE Europe more widely with Russian natural gas.

    If its revival is not feasible, it could very well, he argued, build a submarine pipeline under the Black Sea that will directly connect Russia with Bulgaria, irrespective of the Turkish Stream pipeline, which already links Russia with Turkey.

    #gaz #guerre_du_gaz #bulgarie #russie #gazprom #nabucco #mer_noie #crimée


  • Là où se mêlent les eaux. Des Balkans au Caucase, dans l’Europe des #confins

    Une ville sans cimetière, une langue comprenant quatre-vingt-trois
    consonnes, une marina qui n’existe pas sur les cartes, d’anciens sous-marins soviétiques à vendre, des frontières que seul un aveugle peut traverser, des vallées perdues et des fronts de mer reconquis, des jeunes radicalisés et des vieux-croyants…
    Sur les marches de l’Europe, des Balkans au Caucase, s’étendent des espaces incertains, broyés dans les rouages d’une interminable « transition », mais propices à des rencontres improbables. Comprendre où va aujourd’hui l’Europe demande d’embarquer à bord d’une histoire des confins : à la fois récit de voyage et reportage d’après guerres, où l’on croise aussi bien les spectres de Tito et d’Enver Hodja que les figures réelles de révolutionnaires non repentis ou de mafieux imaginatifs.
    Dans ce texte où l’ambition littéraire se conjugue à un savoir panoramique, afin de remonter le fil des mémoires du continent, Jean-Arnault Dérens et Laurent Geslin ont caboté sur les rives de l’#Adriatique, de la #mer_égée et de la #mer_Noire. Ce trajet est celui des #minorités oubliées, des pays qui n’existent plus ou pas encore, des #migrations sans cesse recommencées et des rendez-vous toujours ratés.
    Le rythme de la voile raconte ce cheminement de la côte Adriatique aux rivages caucasiens d’#Adjarie et d’#Abkhazie, de la #Crimée à la #Transnistrie. Jusqu’au delta du #Danube, là où le fleuve et toutes les poussières de l’Europe viennent se mêler aux eaux de la #mer.


    http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-L___o___se_m__lent_les_eaux-9782348036057.html
    #livre #frontières #migrations


  • Four years on – but we will not forget illegally-occupied Crimea
    https://euobserver.com/opinion/141353

    Ali Abunimah on Twitter: “Eight #EuroHypocrite foreign ministers crying that they won’t forget “illegally occupied Crimea” after four years. Meanwhile EUinIsrael continues to finance Israel’s 50-year criminal occupation and oppression in West Bank and Gaza. So shameless.”
    https://mobile.twitter.com/AliAbunimah/status/975657173438038018

    #sans_vergogne


  • Google Maps is Different in Other Countries
    https://www.youtube.com/watch?v=q9ZMub2UrKU

    George Orwell? Nein, Ayn Rand war hier.
    http://www.klaus-meier.de/67

    „Bestandsdaten“ (die Lage von Straßen, Gebäuden, Parks. Schienenwegen usw.) „Verkehrsdaten“ (wer bewgt sich wie von wo nach wo), Personen- und Metadaten (wie ist das alles miteinander verbunden) sind heute die Grundlage für Macht über uns alle. Wer diese Daten kontrolliert, kontrolliert potentiell unsere Bewegungen, also unsere Freiheit dorthin zu gehen, wo wir es wünschen.

    Er kann aus den Metagdaten schlußfolgern, was wir tun und sagen. Wenn ich und viele andere, die sich im Netz zu gewerkschaftlichen Themen äußern, an einem Ort zusammentreffen, so ist das eine Demo/Streik/o.ä. . Wenn das Zusammentreffen draußen stattfindet, ist das eine Kundgebung, wenn es in Innenräumen passiert, und die Teilnehmerzahl nicht größer als X ist, ein Organisationstreffen. Gleichzeitig ergibt sich daraus, wer als Rädelsführer / Influencer markiert / getagt wird.

    Über diese Daten verfügen Google, Facebook, Twitter und in geringerem Maße Apple und Microsoft. Nicht zu vergessen sind spezialisierte Ortungsanbieter wie Foursquare und viele kleine Startups und ältere Unternehmen, die unsere Daten sammeln.

    Für gefährlich halte ich zur Zeit nur die Unternehmen, die sehr groß und direkt mit staatlichen Stellen verbunden sind, was auf alle US-Firmen und auf die aus China zutrifft.

    Das Besondere an diesem Video ist, dass es aufzeigt, wie Google von einem Beobachter zu einem Akteur auf zwischen- bzw. überstaatlicher Ebene wird.

    Die schmutzigen Fantasien einer Ayn Rand werden unter Führern und Staatsfeinden wie Peter Thiel, dem Facebook Investor der ersten Stunde, Jobs, Gates und ihren vielen weniger bekannten Mitverschwörern zu unseren Albtäumen. Wir sind uns ihrer nur nicht bewußt, es sei den wir lernen im Tagtraum die kommenden Auseinandersetzungen durchzukämpfen. Auch davon hängt ab, ob der dystopische Atlas in unsere Welt einbrechen kann. Es arbeiten genug Reiche und Mächtige, die sich als die neuen Übermenschen fühlen, an diesem Projekt.

    #cartographie #politique #google

    • Google Maps is Different in Other Countries
      By “Human Interests” / Tom Blatherwick / @tomblatherwick
      https://www.youtube.com/channel/UCaPRCWnFAzeI3_tr--Qw5qg
      https://www.patreon.com/humaninterests

      Text:

      In 2010 Nicaragua invaded Costa Rica When asked why they’d seized territory they claimed it belong to them on Google Maps.

      Who did Costa Rica turned to first? Nicaragua? The United Nations? No they went straight to Google because in the eyes of the world Google Maps has become the de facto world map.

      Despite having non legal authority over international borders Google has become the world’s most powerful player.

      Borders are a uniquely human concept and in most of the world the only tangible legitimacy they have is through maps. But the cost and resources required to make a map a staggering. Until recently countries were the only ones who could afford it. Cartography was a nationalized industry, which meant no map was without bias or influence.

      Historically if you wanted to seize territory from a less powerful nation, you just really redrew the map. When questioned by locals you showed them the map., ignored their claims of already living there and held up the only piece of real evidence that exists. This is basically how colonialism worked, but with more genocide.

      Probably the most extreme example is Africa. In 1884 10 per cent of Africa was under European control. Just 30 years later this has risen to 90 per cent. Land was negotiated from thousands of miles away and countries redrawn with little consideration for local or cultural boundaries, yet the map drawn then remains largely unchanged today.

      Most would argue that today’s map of African is correct. There is some objective truth to it. But 130 years ago it was nothing of the sort. Over time the existence of a map is self legitimizing. While countries were the sole map makers it was fine if two states disagreed over a border. Each produced their own map and their citizens would rarely have a chance to see any other version. But as the internet arrived nationalized mapping decreased and companies like Google started to fill the gap.

      An international company creating an international map for all? Not quite.

      Google still relies on the approval of nation states. It’s all too easy to censor a website. Google only has to annoy one government to lose a country’s worth of users. Any errors along the China-India border could lose them 1/3 of the world’s customers.

      The region of a one-child Pradesh borders India China Bhutan and Myanmar. Administrated as a state of India they keep a hundred thousand troops in the region but China also claims ownership calling it South Tibet. Each country has laws to stop map makers drawing the border in the others favor or even acknowledging the region is disputed. So Google creates three different maps.

      This is what two thirds of the world will see on Google Maps. The dotted line indicates disputed territory, but if you view the area from a Chinese domain it shows it belongs to China and as a part of India from an Indian domain. No mapmaker previously had the ability to do this.

      Historically you had to pick sides. The average Chinese or Indian citizen would be unaware of any dispute or at least there would have been until Google accidentally switched the borders in 2007. This caused outrage in both countries. Many in China were unaware that most of the world didn’t recognize China’s legitimacy over the region and members of the Indian Parliament accused Google of purposefully derailing an upcoming summit between the two nations.

      There are similar disputes all along the India China border. All are heavily militarized with regular standoffs backed by two of the largest armies in the world both with nuclear weapons.

      So just in case nobody noticed the first time around, Google managed to make the same mistake again in 2009. But the advantage of online maps is the speed they can be changed. A mistake of that magnitude 20 years ago would have taken years to correct instead of ours Google can react to political events quicker than any other map maker.

      When Russian troops arrived in Crimea in February 2014 it was less than a month until Google showed the territory as disputed. This was despite the United Nations asking nobody to recognize any alteration of the status of Crimea. Google Maps in Russia shows Crimea as Russian territory and Ukrainian were interviewed from Ukraine the father.

      The fact that Google is willing to ignore UN resolutions is a big deal. Countries do it all the time they protect their own interests and alliances above other nations, but Google is a company who now has the power and influence of a state. They’re big enough to survive any confrontation with the UN and probably see Russia as the worst enemy to make.

      The UN moves slowly. The United Nations regional cartographic conference only meets every three or four years. Google has to make border and naming decisions daily. Those decisions may not have any legal weight, but everyone uses Google Maps, so in reality they’re the most important.

      When South Sudan became an country in 2011 the vote didn’t specify the exact placement of the border leaving some towns and villages unsure whether they would be in Sudan or South Sudan. Each country naturally claimed ownership, but no official map would be made for a while It was left to Google to organize South Sudan community mapping events. They encouraged local people to create detailed maps of an area that was lackin any accurate data, and for a semi democratic process an almost precise border was decided.

      There are still contested areas today and not without their bloodshed, but Google did more to help local territorial disputes than then UN or any state.

      This isn’t the only example of Google using local input as the basis for their Maps. They publish a program called Google Map Maker, which allows anyone to make changes and suggestions. This is useful for new roads and public footpaths, but also helps Google decide what to call things. It’s strictly moderated and Google has the final say over the public version, but llike in Wikipedia things inevitably slip through the cracks. For obvious reasons you can’t edit the border of a country. There were hundreds of disputes in the world - imagine the chaos. So Google doesn’t get involved with most of them, but here and there throughout the world map it does change slightly based on where you’re stood.

      This may not necessarily be a bad thing. Historically the larger power would just stamp out the smaller one, but with Google Maps as the unofficial official adjudicator borders could remain disputed forever, both sides constantly pointing guns at the other but rarely firing.

      Is a long cold war better than an short hot one? That’s a philosophical question best left for the Commons, but for better or worse. Google is making edits all decisions on something most people view as an objective truth.

      No political map can ever be a hundred percent accurate in the scientific sense of the word. At best they can be an diplomatic compromise and at worse they can be a propaganda tool.

      Maps and especially Google Maps are amazing, but there should be treaty. Like any other media. They are subject to the motives and influences of the humans that made them.


  • Célébrer un siècle de sécurité balte en Europe [Lettonie-Francija]

    Avec l’aimable autorisation de son Excellence Imants Lieģis, Ambassadeur de Lettonie en France, ancien ministre de la Défense, voici la traduction de son texte paru en anglais ce 30 janvier 2018 dans Europeanleadershipnetwork.org

    Célébrer un siècle de sécurité balte en Europe
    par Imants Lieģis, Ambassadeur de Lettonie en France, ancien ministre de la Défense.

    Estonie, Lettonie et Lituanie sont probablement plus sûres aujourd’hui qu’elles ne l’ont jamais été au cours des 100 dernières années. Cependant, l’engagement continu de leurs partenaires euro-atlantiques est essentiel pour relever les défis régionaux.

    Alors que l’Europe commémore le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale en 1918, la Lettonie et l’Estonie célébreront le centenaire de la naissance de nos États-nations (et la renais­sance de la Lituanie), évolution du système de Versailles d’après-guerre. [1]

    La Lettonie a officiellement déclaré son indépendance le 18 novembre 1918.

    Le conflit a duré un peu plus longtemps. La capi­tale, Rīga, fut libérée des insurgés étrangers en novembre 1919. La reconnaissance officielle (de jure) ne vint qu’en janvier 1921. Ces pre­mières années ont vu des Français, des Britan­niques et d’autres vies européennes, sacrifiés sur notre territoire pour la cause de la liberté..

    La survie au cours du dernier siècle n’a pas été une mince affaire. La liberté a été arrachée à la jeune nation dans la Seconde Guerre mondiale à travers l’accord néfaste entre Staline et Hitler pour diviser entre eux divers pays européens. La victoire des alliés sur l’Allemagne hitlérienne en mai 1945 a laissé la Lettonie et d’autres grandes parties de l’Europe entre les mains de l’Union soviétique totalitaire de Staline pendant près d’un demi-siècle.

    Le retour à l’indépendance en 1991 à travers la « révolution chantante », entièrement pacifique, a marqué le début d’une période sans précédent de paix et de sécurité. Cela a été renforcé après 2004 quand nous sommes devenus membres de l’OTAN et de l’UE. Plutôt qu’une menace pour la Russie, notre adhésion a en fait renforcé la stabilité à la frontière occidentale.

    Rejoindre ces deux organisations a ancré notre succès au succès de l’Europe. La Lettonie et nos voisins de la Baltique ont été fiers de contribuer à la sécurité internationale. Nos soldats sont morts en Irak et en Afghanistan, où ils ont servi côte à côte avec les Alliés pour défendre et investir dans la liberté. Malgré le sentiment de sécurité qui prévaut dans le contexte historique, il n’y a pas de place pour la complaisance.

    Après une décennie comme membres de l’OTAN et de l’UE, la sécurité dans notre région & au-delà a subi un coup avec la perturbation des normes et de l’ordre européen qui existait depuis les années 1990. En 2014 l’annexion illégale par la Russie du territoire ukrainien en Crimée et l’at­taque militaire contre l’Ukraine orientale ont amené la communauté euro-atlantique à recon­naître que les actions d’une Russie agressive & imprévisible exigeaient une réponse.

    En outre, les attaques terroristes dans un certain nombre de pays européens et l’émer­gence d’une crise des migrations / des réfugiés ont fonda­mentalement affecté la sécurité européenne au cours des deux dernières années. L’incertitude a augmenté à cause du Brexit et de l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis. Combinée aux menaces en évolution rapide que représentent les guerres hybrides (cyberat­taques, guerre de l’information, etc) et aux défis du régime actuel de contrôle des armes nu­cléaires, la population lettone et ceux qui vivent ailleurs en Europe se sentent plus vulnérables.

    Les décideurs doivent rester unis et vigilants afin d’éviter dérive, tourmente et incertitude.

    L’unité euro-atlantique doit prévaloir en particu­lier dans la politique envers la Russie. La réponse depuis 2014 a été solide et solidaire. Les sanctions ont été maintenues, tout en étant liées aux progrès réalisés dans la mise en œuvre des accords de Minsk. Le dialogue avec la Russie et la recherche de solutions devraient se poursuivre en parallèle à travers les formats Normandie, OSCE ou ONU.

    Malgré les appels à un dialogue accru à tous les niveaux, pour produire ce dialogue constructif, la Russie doit regagner la confiance de ses partenaires en respectant les accords déjà sur la table.

    .../...

    Lire la suite : https://www.lettonie-francija.fr/Imants-Liegis-celebrer-siecle-securite-balte-en-Europe-1486?lang=f

    #Estonie, #Lettonie, #Lituanie, #balte, #Otan, #Europe, #Russiçe, #Ukraine, #Crimée, #France


  • Authoritarianism in a Global Age

    We are investigating changes in the sustainability and nature of authoritarian rule induced by globalisation. Thematically, the project investigates how authoritarianism is affected by and responding to global information and communication technology and to movement of people. Spatially, it studies subnational authoritarianism, extraterritorial authoritarianism, and multilateral authoritarianism. Conceptually, it focuses on authoritarian practices, defined as sabotage of accountability. The project transcends the theoretical and empirical separation between globalisation studies, which have neglected authoritarian contexts, and authoritarianism studies, which have taken little notice of the effects of globalisation.

    http://www.authoritarianism-global.uva.nl
    #autoritarisme #université #recherche #académie #globalisation #mondialisation #projet #Amsterdam #Université_d'Amsterdam #migrations #frontières #information #technologie #autoritarisme_extra-territorial #extra-territorialité #autoritarisme_sub-national #autoritarisme_multilatéral

    Ici les publications du projet :

    Glasius, M., de Lange, M., Bartman, J., Dalmasso E., Del Sordi, A., Lv, A., Michaelsen, M., Ruijgrok, K. (2017) ’Research, Ethics and Risk in the Authoritarian Field.’ Palgrave Pivot.
    Glasius, M. ( 2017) ’Extraterritorial authoritarian practices: a framework.’ Globalizations.
    Del Sordi, A. (2017) ’Sponsoring student mobility for development and authoritarian stability: Kazakhstan’s Bolashak programm.’ Globalizations.
    Wrighton, S. ( 2017) ’Authoritarian regime stabilization through legitimation, popular co-optation, and exclusion: Russian pasportizatsiya strategies in Crimea.’ Globalizations.
    Dalmasso, E. (2017) ’Participation without representation: Moroccans abroad at a time of unstable authoritarian rule.’ Globalizations.
    Michaelsen, M. (2017). ’Far Away, So Close: Transnational Activism, Digital Surveillance and Authoritarian Control in Iran.’ Surveillance & Society.
    Dalmasso, E., Del Sordi, A., Glasius, M., Hirt, N., Michaelsen, M., Mohammad, A. S. & Moss, D. (2017). Intervention: ’Extraterritorial authoritarian power’. Political Geography.
    Del Sordi, A. ( 2017). ’Kazakhstan 2015-2016: Balancing regime stability amidst local and global challenges.’ In M. Torri & N. Mocci (Eds.) The End of the Obama Era in Asia, Asia Maior. Vol. XXVII / 2016.
    Michaelsen, M. (2016). ’Exit and Voice in a Digital Age: Iran’s Exiled Activists and the Authoritarian State.’ Globalizations.
    Ruijgrok, K. (2016). ’From the web to the streets: #internet and protests under authoritarian regimes.’ Democratization.
    Del Sordi, A. (2016). ’Legitimation and the Party of Power in Kazakhstan.’ In M. Brusis, J. Ahrens, & M. Schulze Wessel (Eds.), Politics and legitimacy in post-Soviet Eurasia.
    Michaelsen, M. (2015). ’Beyond the ‘#Twitter Revolution’: Digital Media and Political Change in #Iran.' In P. Weibel (Ed.), Global Activism. Art and Conflict in the 21st Century. MIT Press.
    Glasius, M., et.al. (2015). ’Reconceptualizing Authoritarianism’ APSA-Comparative Democratization-Newsletter.
    Clark, J. A., & Dalmasso, E. (2015). ’State actor-social movement coalitions and policy-making under authoritarianism: the Moroccan Party of Justice and development in the urban municipality of #Kenitra.' Middle East Law and Governance.
    Harbers, I. and Ingram, M.C. (2014). ‘Democratic Institutions Beyond the Nation State: Measuring Institutional Dissimilarity in Federal Countries’. Government and Opposition.
    Harbers, I. (2014). ’States and Strategy in New Federal Democracies: Competitiveness and Intra-Party Resource Allocation in Mexico’, Party Politics.

    http://www.authoritarianism-global.uva.nl/publications
    #Crimée #Kazakhstan #Maroc #Mexique #activisme #activisme_global #réseaux_sociaux

    Un #livre, qui peut être téléchargé gratuitement :

    Research, Ethics and Risk in the Authoritarian Field


    https://link.springer.com/book/10.1007%2F978-3-319-68966-1
    #recherche #éthique #risques #méthodologie #fieldwork #terrain



  • L’#Ukraine interdit la circulation d’un #billet_de_banque russe avec des images de la #Crimée

    La Banque nationale d’Ukraine (NBU) a interdit vendredi toute circulation dans le pays d’un nouveau billet du rouble, sur lequel figurent des images de la Crimée, la péninsule ukrainienne annexée par Moscou en 2014.


    https://www.courrierinternational.com/depeche/lukraine-interdit-la-circulation-dun-billet-de-banque-russe-a
    #Russie



  • Centre d’actualités de l’ONU - En #Crimée occupée, l’ONU dénonce de sérieuses violations des #droits_de_l'homme
    http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=40243

    La situation des droits de l’homme « s’est considérablement détériorée » en Crimée depuis l’occupation, puis l’annexion russe, selon un rapport du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (#HCDH) publié lundi.

    #Russie #Ukraine


  • Entre #Bosnie-Herzégovine et #Croatie, nouvelle poussée de fièvre autour du #pont de #Pelješac

    Pour Zagreb, il s’agit d’assurer la #continuité_territoriale de la Croatie, en contournant l’#enclave bosnienne de #Neum. Pour Sarajevo, de défendre le seul accès du pays à la mer, que la construction du pont de Pelješac pourrait entraver. Alors que les travaux pourraient bientôt reprendre, le ton monte à nouveau entre les deux voisins.


    https://www.courrierdesbalkans.fr/Entre-Bosnie-Herzegovine-et-Croatie-nouvelle-poussee-de-fievre-au


  • Russia’s bridge link with Crimea moves nearer to completion | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2017/aug/31/russia-bridge-link-crimea-moves-nearer-completion-ukraine

    Russian engineers have completed a key phase of a bridge that will link the annexed Crimea peninsula to mainland Russia.

    A huge 6,000-tonne railway arch was hauled into place 35 metres (115ft) above the sea, in an operation involving hundreds of workers.

    The bridge, which will be 12 miles long when complete, is due to open to road traffic next year and rail traffic in 2019. It is a major part of the Kremlin’s plan to integrate Crimea, seized from Ukraine in March 2014 in a rapid military operation. The international community still regards the territory as part of Ukraine, and Crimean officials and companies have been under western sanctions since the annexation.

    #crimée #russie #ukraine


  • Restrictions du trafic maritime dans le détroit de #Kertch motivées par la construction du pont

    Россия перекрыла Керченский пролив - Korrespondent.net
    http://korrespondent.net/ukraine/3875990-rossyia-perekryla-kerchenskyi-prolyv


    Фото : Еv-utkin.livejournal.com
    Керченский пролив перекрыли

    Запрет движения будет действовать с 06.00 до 18.00 среды, 9 августа.
    […]
    Напомним, ранее сообщалось, что Россия планирует ввести запрет на движение кораблей и судов по Керченскому проливу, который будет действовать 3-6, 8-10, 14-21 и 28-31 августа, а также 1-4 сентября 2017 года.


  • Le pont de #Kertch : Derrière la prouesse technique, le geste politique - REGARD SUR L’EST

    http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=1659

    Le pont de Kertch : Derrière la prouesse technique, le geste politique
    Dossier : "À l’Est, des territoires aux statuts incertains"

    Par Céline BAYOU
    Le 20/09/2016

    Depuis février 2016, environ 3.000 hommes s’affairent pour construire un pont de 19km qui va relier la péninsule de Crimée et le kraï russe de Krasnodar, accessible aux voitures, aux camions et aux trains. La prouesse technique, assez largement médiatisée, signe le geste politique.

    « Nos grands-pères ont construit la ligne sibérienne Baïkal-Amour. Nous, nous allons construire ce pont ! » L’un des clips promotionnels dédiés à l’édification du pont de Kertch donne d’emblée le ton en inscrivant la construction de cet ouvrage dans la continuité historique et l’héritage. Sans préciser d’ailleurs que le chantier de la ligne ferroviaire à laquelle il s’agit de faire honneur, achevée en 1984, avait été entamé dans les années 1930 par des prisonniers du goulag. Généralement présenté par les médias russes comme un miracle longtemps attendu, le pont de Kertch, ardemment soutenu par le président russe Vladimir Poutine, relève bien de la politique de grands travaux dont l’Union soviétique fut coutumière et qui peut inscrire son promoteur dans l’histoire. À ceux qui dénoncent ce chantier ambitieux comme trop complexe, trop coûteux, voire d’une utilité discutable, V.Poutine rétorque que ce projet est comme celui des JO de Sotchi : trop grand pour échouer.

    #transport #crimée #ukraine #russie #corridor



  • Trois ans après, les habitants de Crimée sont-ils heureux d’être Russes ? | Actualités russes

    http://fr.rbth.com/ps/2017/03/16/trois-ans-apres-les-habitants-de-crimee-sont-ils-heureux-detre-russes_72120

    Reportage « relativement » pro-russe sur la Crimée :) Mais c’est RTBH, donc sans surprise.

    Trois ans après, les habitants de Crimée sont-ils heureux d’être Russes ?
    16 mars 2017 Evgueni Levkovitch
    Notre correspondant a étudié les changements survenus dans la vie de la péninsule de Crimée, rattachée à la Russie en mars 2014, après avoir fait partie de l’URSS et de l’Ukraine.


  • #OTAN : l’Europe sous la menace du désengagement américain
    http://fr.myeurop.info/2017/01/26/otan-l-europe-sous-la-menace-du-d-sengagement-am-ricain-15001

    Daniel Vigneron

    Donald #Trump juge « obsolète » l’organisation militaire du Traité de l’Atlantique nord et estime que les Européens ne paient pas assez. Pour l’Europe, qui n’a pas su construire sa #défense commune, les conséquences géopolitiques et sécuritaires d’un retrait américain seraient très lourdes.

    L’avènement de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis ouvre une période de grave incertitude pour l’Union européenne. lire la (...)

    #EUROFOCUS #Europe #afghanistan #armée #avions_de_combat #Bosnie #Crimée #NATO #personnel_militaire #RFI #Traité_de_l'Atlantique_Nord #Ukraine


    • More than 1.6 million people are registered as inter-
      nally displaced in Ukraine. Most have been forced to
      flee their homes over the past two years as a result
      of the political chaos sparked by anti-government
      protests in 2014, Russia’s annexation of Crimea, the
      self-proclamation of the “people’s republics” of
      Donetsk and Luhansk and intense armed conflict in
      the east of the country. 1 Those who have fled from
      Donbas and Crimea to other regions in Ukraine are
      referred to as pereselentsi, a Russian term for “relo-
      cated people” or “migrants” that is taken locally to
      mean internally displaced people ( IDP s).


  • Le #pont_de_Kertch : Derrière la prouesse technique, le geste politique - REGARD SUR L’EST
    http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=1659

    Depuis février 2016, environ 3.000 hommes s’affairent pour construire un pont de 19km qui va relier la péninsule de #Crimée et le kraï russe de Krasnodar, accessible aux voitures, aux camions et aux trains. La prouesse technique, assez largement médiatisée, signe le geste politique.

    « Nos grands-pères ont construit la ligne sibérienne Baïkal-Amour. Nous, nous allons construire ce pont ! » L’un des clips promotionnels dédiés à l’édification du pont de Kertch donne d’emblée le ton en inscrivant la construction de cet ouvrage dans la continuité historique et l’héritage. Sans préciser d’ailleurs que le chantier de la ligne ferroviaire à laquelle il s’agit de faire honneur, achevée en 1984, avait été entamé dans les années 1930 par des prisonniers du goulag. Généralement présenté par les médias russes comme un miracle longtemps attendu, le pont de Kertch, ardemment soutenu par le président russe Vladimir Poutine, relève bien de la politique de grands travaux dont l’Union soviétique fut coutumière et qui peut inscrire son promoteur dans l’histoire. À ceux qui dénoncent ce chantier ambitieux comme trop complexe, trop coûteux, voire d’une utilité discutable, V.Poutine rétorque que ce projet est comme celui des JO de Sotchi : trop grand pour échouer.

    #russie #ukraine