• European banks and government debt - Visualoop

    http://visualoop.com/infographics/european-banks-and-government-debt

    Très intéressante forme visuelle, à explorer.

    The visualisation compares the sovereign debt exposure of sixty-one European banks to the twenty-nine nations of the old continent. The data refer to the years 2011 and 2012 and have been gathered, analysed and visualized comparing three different sources: The Guardian, Eurostat (Ue) and Business Week.

    #visualisation #dette #économie #banques #crise_bancaire #crise_financière

  • Ireland’s Recovery Has Nothing to Do With Austerity
    Voters headed to the polls this Friday should take heed: The Celtic Tiger got its groove back despite — not because of — the EU and IMF’s advice.

    By Philippe Legrain
    February 24, 2016

    Ireland’s Recovery Has Nothing to Do With Austerity
    After years of crisis, austerity, and wage cuts, Ireland’s economy grew by 7 percent last year, faster than China’s. With a general election on Feb. 26, the governing coalition has been quick to claim credit for this turnaround, as have policymakers in Berlin and Brussels who celebrate Ireland as the poster child of the harsh medicine they prescribed in the country’s financial assistance program. “See,” they say to Greeks and others, “if you do what you’re told, it works.” But while Ireland’s economic recovery is impressive, it has happened despite the European Union and International Monetary Fund’s policies that the government faithfully followed, not because of them.

    Understanding Ireland’s present requires first understanding its recent past. Twenty-five years ago, Ireland was the poorest country in northern Europe. Yet by the eve of the financial crisis, it had leapt to being among the richest. Thanks to growth rates matching Asia’s dynamic economies, it was dubbed the “Celtic Tiger.” That remarkable economic progress was based on attracting foreign investment, notably from American firms, with its attractive business climate, including its low corporate taxes and skilled workforce. That foreign investment, in turn, fueled an export boom. But the years before the crisis also saw the emergence of a huge property bubble, financed by reckless bank lending, which ended in an almighty bust after 2007.

    Given the size of the bubble, the bust was bound to be painful. But government policy made matters much worse. In late September 2008, in the turmoil following the collapse of Lehman Brothers, the previous Fianna Fail administration extended a two-year government guarantee to all the creditors of Ireland’s busted banks. In effect, this put taxpayers on the hook for the banks’ astronomical losses. By late 2010, when the government finally saw sense and sought not to extend the guarantee, it was strong-armed into bailing out banks’ creditors anyway by eurozone policymakers. In an outrageous abuse of power, the then president of the European Central Bank, Jean-Claude Trichet, threatened, in effect, to force Ireland out of the eurozone should it not comply.

    The upshot was that Irish taxpayers were lumbered with some 64 billion euros in bank debt — around 14,000 euros ($15,400) per person. They were forced to bail out the German, French, and British banks and other foreign bondholders who had financed Ireland’s bubble. And Ireland was pushed into the clutches of the EU and the IMF. Over the next three years, they imposed huge budget and wage cuts as a condition for lending the Irish government 67.5 billion euros, primarily to bail out the foreign creditors of bust Irish banks.

    The current Fine Gael-Labour Party coalition, which took office in March 2011, cannot be blamed for that. But it can be criticized for failing to fight in Ireland’s corner in Brussels, naively relying instead, to no avail, on other eurozone governments’ goodwill to deliver justice on the bank debt. Moreover, the present government cannot claim credit for the recovery. This was primarily due to a combination of Ireland’s underlying strengths and more favorable external factors, rather than the EU-prescribed policies that it has followed.

    For sure, the government needed to tighten its belt once the tax revenues from the property bubble had vanished. But the pace and scale of austerity were unduly harsh, not least because of the bank bailouts. Moreover, the government’s Germanic drive to bolster exports by driving down wages was misconceived. Lower wages made Ireland’s huge debts, both private and public, harder to bear. They depressed domestic demand further, pushing up unemployment. And slashing wages was based on a false premise. While Irish civil servants enjoyed bumper pay raises in the bubble era, wages in the export sector never got out of line with productivity. And since Ireland competes on the basis of its increasingly high-tech business clusters, not its low wages, wage cuts were not a sensible road to growth.

    Why, then, has the Celtic Tiger rebounded? In part, because the economies of Ireland’s two biggest export markets, Britain and the United States, have recovered, so export-led growth has resumed. A weaker euro has also helped. Above all, as research by Aidan Regan of University College Dublin shows, many of the export sectors in which the dynamic Irish economy increasingly specializes — notably biotech, pharmaceuticals, and business and computer services — have boomed. And they boosted output and employment while raising wages, not slashing them.

    A note of caution is due. Part of the recovery is an accounting fiction due to U.S. tech and other firms allocating profits to Ireland for tax purposes; the only benefit Ireland derives from this profit shifting is the low taxes charged on it. Nor is the economy out of the woods yet. While unemployment has fallen sharply, it is still 8.9 percent, and many talented young people have emigrated. Overall wages remain depressed. The government still ran a budget deficit of some 1.7 percent of GDP last year. And the Irish economy is acutely vulnerable to a slowdown in the United States or a bursting of what some think is a tech bubble.

    Still, it remains nonsense that the EU policies that the Fine Gael-Labour Party government faithfully followed triggered recovery. Nor is it true that economies with very different structures and an unbearable burden of government debt, such as Greece, could emulate Ireland’s success if only they followed instructions.

    Ireland now needs a clean broom. Fianna Fail and Fine Gael have alternated in governing the country since just after its independence nearly a century ago. Their differences derive from their stances in the post-independence civil war, rather than from ideology. Since neither has proved competent, alternatives are needed.

    Regrettably, the search for alternatives has often led down blind alleys in other European countries. Greece’s radical-left government has so far failed to obtain debt relief from its EU creditors and is not confronting the oligarchs and special interests that also hold the economy back. The racism and protectionism of the likes of Marine Le Pen’s National Front in France would be a disaster.

    But disenchanted Irish voters are rallying to mostly reasonable independents and new parties that reflect a variety of views from conservative to social democratic. Together, the upstarts are polling 29 percent, ahead of both Fine Gael and Fianna Fail. Irish people can confidently reject the old establishment parties that have mismanaged the country in recent years and embrace positive change.

    #irlande #crise_bancaire #crise_financière

  • Le parasitisme financier et la destruction de la démocratie
    http://www.wsws.org/fr/articles/2015/nov2015/pers-n25.shtml
    Très intéressant. Le rachat massif de leur propre actions par les entreprises avait été l’un des indicateurs les plus marquants précédant le krash financier de 1929.

    En annonçant la fusion avec Allergan, le directeur général de Pfizer Ian Read a dit que l’accord créerait « une société pharmaceutique internationale de premier plan avec le pouvoir de rechercher, de découvrir et de fournir davantage de médicaments et de thérapies à plus de gens dans le monde entier. »

    En réalité, c’est tout le contraire. Des documents financiers publiés dans le cadre de la fusion établissent clairement que la nouvelle entreprise envisage de mener une campagne massive de réductions des coûts. Elle prévoit de réaliser quelque $2 milliards de réduction des coûts, dont $660.000 dans le financement de la recherche et du développement, le reste étant susceptible de provenir de licenciements et autres consolidations.

    Le but fondamental de la vague des fusions est de trouver de nouvelles façons de fourrer de l’argent dans les poches des investisseurs financiers, qui réclament toujours plus de rendements. C’est une des expressions du parasitisme financier qui imprègne l’économie mondiale.

    Plus tôt ce mois-ci, Birinyi Associates, a signalé que les entreprises américaines avaient dépensé $516,72 milliards à racheter leurs propres actions aux trois premiers trimestres de cette année, le plus haut niveau depuis 2007. Ce chiffre équivaut au produit intérieur brut de l’Argentine, un pays de 45 millions d’habitants.

    #finance

  • L’#Islande a laissé ses #banques faire faillite, et jeté des banquiers en prison. Et voici ce qui s’est produit

    L’Islande, l’une des nations les plus touchées par la #crise_bancaire, semble avoir complètement surmonté ses problèmes, et cette année, elle devrait être le premier pays du monde frappé par la crise de 2008 à dépasser le PIB le plus élevé qu’il avait atteint avant cette crise, rapporte ZeroHedge. Le pays est parvenu à ce résultat sans sacrifier son système social et les dépenses du gouvernement. Il y a encore quelques années, l’Islande est arrivée au bord de la faillite lorsque ses banques, qui au fil des ans s’étaient montrées bien trop audacieuses, se sont trouvées en situation de quasi-effondrement.

    http://www.businessbourse.com/2015/06/23/lislande-a-laisse-ses-banques-faire-faillite-et-jete-des-banquiers-e
    #dette

  • Parasitism and the economic crisis - World Socialist Web Site
    http://www.wsws.org/en/articles/2015/06/02/pers-j02.html

    Parasitism and the economic crisis
    2 June 2015

    The US Commerce Department released figures Friday showing that the US economy contracted sharply, shrinking at an annualized rate of 0.7 percent in the first three months of this year.

    Yet despite the disastrous condition of the real economy, all three major US stock indexes reached record highs during the three months covered in the report. In fact, less than 48 hours before the release of the data, the Nasdaq Index closed at an all-time high of 5,107.

    #finance #crise_financière #crise_bancaire

  • The Economist explains: What happens when a country goes bust

    http://www.economist.com/blogs/economist-explains/2014/11/economist-explains-20?fsrc=scn/fb/wl/bl/ee/happenswhencountrybust

    FROM the days when monarchs over-borrowed for their mercantile adventures, to Argentina’s recent failure to pay its creditors, countries have long run into trouble paying back what they have borrowed. Spain’s 16th-century king, Philip II, reigned over four of his country’s defaults. Greece and Argentina have reneged on their commitments to bondholders seven and eight times respectively over the past 200 years. And most countries have defaulted at least once in their history. But what precisely happens when countries stop paying what they owe?

    #crises #crise_financière#crise_bancaire #économie #dette

  • L’origine de la grande récession
    http://www.laviedesidees.fr/L-origine-de-la-grande-recession.html

    Pour Atif Mian et Amir Sufi, l’origine de la Grande Récession américaine est à trouver dans un surendettement des ménages, et non dans un système bancaire sclérosé. Plutôt que de s’attacher à renflouer les #banques, l’administration Obama aurait dû directement s’attaquer au poids de la #dette.

    Livres & études

    / #crise, #subprimes, dette, #immobilier, banques, #crédit

    #Livres_&_études

  • Six years since the Wall Street crash - World Socialist Web Site
    http://www.wsws.org/en/articles/2014/09/15/pers-s15.html

    Six years since the Wall Street crash
    15 September 2014

    On this day in September 2008, the collapse of the US investment bank Lehman Brothers sparked the greatest financial crisis since the Great Depression of the 1930s. Within days of the bankruptcy, the entire American and global financial system was on the point of disintegration.

    Reporting on the Lehman disaster on September 16, 2008, the World Socialist Web Site noted that it marked “a new stage in the convulsive crisis of American capitalism.”

    #crise #crise_financière #crise_bancaire #criminalité_financière

  • Pourquoi nous aimons Denis Robert :

    Denis Robert - Je vais faire mon Raymond la Science... Disons que...
    https://www.facebook.com/denis.robert/posts/10152108563511960

    Je vais faire mon Raymond la Science... Disons que j’essaie faire oeuvre de bon sens. Je pense à cette ardoise BNP/Paribas. 10 milliards de $ ce qui fait, en gros, 7,2 milliards d’euros. C’est donc la justice new-yorkaise, en la personne d’un procureur rendu célèbre par la DSK saga, qui réclame cette amende à la banque française pour avoir utilisé des dollars et traité avec des pays blacklistés par l’administration américaine dont l’Iran et le Soudan. A lire les papiers, l’amende serait salée car BNP aurait monté ses affaires en sachant très bien que c’était interdit et en narguant l’Oncle Sam qui ne rigole pas avec sa souveraineté. D’où le retour de bâton. On a vu François Hollande monter au créneau et se faire remballer par Obama. On a vu BNP ne pas répondre et se perdre en brain storming. On a vu, on a vu... Mais on n’a rien compris. Et pour cause. Dans ce genre d’affaire, il y a l’écume, le traitement médiatique et politique et le reste. L’os. Le pognon. Dix milliards c’est une sacrée somme. Je ne crois pas, même au risque de perdre sa licence bancaire made in US, que BNP paiera cette amende.

    #clearstream #banque #crise_bancaire #bnp

    • Bon, le Crédit Suisse a dit la même chose...mais en pire. Le CS ne pensait pas qu’il paierait une amende trop salée, ben il s’est planté ! Jamais une banque suisse a payé aussi cher.
      Quant aux banques américaines, elles ont aussi passé à la caisse pour des montants vertigineux.
      À suivre, donc !
      (la justice américaine est indépendante de l’administration politique)

  • Troika Watch

    http://www.troikawatch.net/fr

    Dans cette lettre d’information vous trouverez des informations sur : La situation générale La Grèce L’Irlande Le Portugal Chypre L’Espagne L’Italie La Slovénie Qui nous sommes et pourquoi nous publions cette lettre d’information La situation générale Les derniers mois de l’année sont traditionnellement la période où les parlements nationaux votent les budgets pour l’année suivante.

    #troika #crise_financière #crise_bancaire

  • Press Release : Statement by the EC, ECB, and IMF on the Tenth Review Mission to Portugal

    http://www.imf.org/external/np/sec/pr/2013/pr13512.htm

    Le Portugal aussi, très obéissant, et tout et tout.

    Le 16 décembre 2013, la troïka (Commission-BCE-FMI) représentant les créanciers du Portugal a estimé que le programme de redressement financier du pays restait « sur la bonne voie ». Selon les experts, l’économie présente des signaux de reprise. Les perspectives de croissance sont en ligne avec les prévisions, et le chômage a baissé de manière plus importante que prévue. Néanmoins, ils demandent au gouvernement portugais de poursuivre ses efforts. Le 20 décembre, le Parlement portugais a approuvé une réforme de l’impôt sur les sociétés visant à ramener son taux de 25 à 23% l’an prochain. Le 19 décembre, la Cour constitutionnelle a censuré une mesure du budget 2014. Elle estime que le projet prévoyant des coupes de près de 10% dans les pensions des fonctionnaires supérieures à 600 € par mois était contraire à la Constitution, violant « le principe de la confiance ». En invalidant cette mesure de rigueur, la Cour prive le gouvernement d’économies évaluées à 388 millions €. Le gouvernement portugais s’engage à trouver « aussi vite que possible » une alternative...

    Statement by the EC, ECB, and IMF on the Tenth Review Mission to Portugal
    Press Release No. 13/512
    December 16, 2013

    Staff teams from the European Commission (EC), European Central Bank (ECB), and International Monetary Fund (IMF) visited Lisbon during December 4-16 for the tenth quarterly review of Portugal’s economic adjustment program.

    Further signs of recovery have emerged since the last review. Growth is broadly in line with projections, while unemployment has fallen by more than expected. External rebalancing has continued, although imports have picked up, reflecting stronger-than-expected domestic demand.

    #portugal #crise_bancaire #crise_financière

  • Press Release : Statement on the Final Financial Sector Monitoring Mission to Spain

    http://www.imf.org/external/np/sec/pr/2013/pr13511.htm

    L’Espagne a bien fait tout comme le FMI et la BCE le lui ont demandé.

    Le 16 décembre 2013, la Commission, la BCE et le FMI ont achevé leur visite en Espagne pour vérifier l’état d’avancement du plan de recapitalisation des banques. Selon les experts, l’Espagne a complété le programme et a mis en oeuvre toutes les mesures nécessaires ; le pays sortira du plan d’aide à partir du 23 janvier 2014. Néanmoins, les institutions européennes et le FMI ont souligné la nécessité de poursuivre les efforts. Le 19 décembre, le Congrès des députés espagnol a approuvé le budget 2014 qui prévoit une croissance du PIB national de 0,7% et la réduction du déficit en réduisant les dépenses publiques. Le même jour, le Congrès a donné son approbation à la réforme du système des retraites qui prévoit l’établissement d’un nouveau système qui va garantir une réévaluation maximale et minimale annuelle des retraites...

    Statement on the Final Financial Sector Monitoring Mission to Spain
    Press Release No.13/511
    December 16, 2013

    A staff team from the International Monetary Fund (IMF) visited Madrid December 2-16 for the fifth independent monitoring mission in the context of the European financial assistance for bank recapitalization, as agreed with the Spanish authorities and the European Commission (EC) on July 20, 2012. This was the final such mission, as the bank recapitalization arrangement expires in late January 2014. The team met with official and private-sector representatives and discussed its preliminary findings with the Spanish authorities and European partners at the end of the visit. Staff will convey a final report to the authorities and the EC by early February 2014.

    #espagne #crise_bancaire #crise_financière

  •  » [Reprise] Finance, les repentis balancent…
    http://www.les-crises.fr/finance-les-repentis-balancent

    La crise financière de 2008 n’a pas servi de leçon. Il faut plus que jamais réformer le système. Une poignée d’anciens banquiers devenus lanceurs d’alerte osent enfin dire la vérité..


    Devant sa télé, Jean-Michel Naulot finit par s’emporter. Au programme :« Jeux de pouvoirs », un documentaire d’Arte sur la régulation de la finance. « Ils n’ont rien compris ! » peste cet ancien banquier, membre du collège de l’Autorité des Marchés financiers (AMF), devenu contestataire virulent du système auquel il a consacré trente-sept ans de sa vie professionnelle. L’émission semblait pourtant faite pour lui : la plupart des témoins sollicités par ce documentaire dénoncent les excès de la finance auxquels la crise n’a rien changé. Mais voilà, dans le dernier quart d’heure, les interviews de la députée socialiste Karine Berger et du président de la République François Hollande font sortir notre homme de ses gonds : « Ils nous disent ”Dormez bien bonnes gens, tout va bien” et le film s’arrête là… C’est de la désinformation. C’est complètement faux, rien n’est réglé. Au contraire, la situation n’a jamais été aussi explosive ! » Jean-Michel Naulot en est tellement convaincu qu’il a démissionné de ses fonctions de président de la commission des marchés de l’AMF pour reprendre sa liberté de parole et publier un livre intitulé « Crise financière : pourquoi les gouvernements ne font rien ».

    Look conventionnel, discours calme mais acéré, Jean Michel Naulot entre en résistance et rejoint le carré des banquiers repentis qui balancent pour éviter un nouveau crash de la planète finance, comme Thierry Philipponnat, ancien trader de BNP Paribas, qui pilote l’ONG Finance Watch (« Surveiller la finance »), Jérôme Cazes, ex-Coface Natixis, devenu écrivain, ou Christophe Nijdam, ex-CCF (aujourd’hui HSBC), analyste financier indépendant chez Alpha Value. Des lanceurs d’alerte, d’autant plus motivés qu’ils ont connu le système et ses dangers de l’intérieur. Qu’incriminent-ils ? « La finance mondiale demeure une énorme centrale nucléaire, bâtie en dehors de toute norme de sécurité », résume Jean Michel Naulot. A les entendre, la finance spéculative n’aurait en rien régressé après la crise de 2008. Explication : pour soutenir la croissance-ou plutôt ce qu’il en reste -, les banques centrales alimentent l’économie en liquidités, qui filent plus vite dans les « souterrains de la spéculation » que dans les crédits aux PME. Et la finance ne fait qu’enfler. Ainsi les fonds spéculatifs (hedge funds), que le G20 de Londres en avril 2009 avait promis de discipliner.

    « On pensait alors que l’ère de ces fonds était terminée », note Naulot, avant de s’étonner : « Qui aurait pu imaginer qu’en’2013 ils allaient revenir au premier plan, au point de servir de structure d’accueil aux équipes qui quittent les banques où les rémunérations ne sont plus ce qu’elles étaient ? » La loi de séparation

    des activités bancaires, promise par François Hollande dans son grand meeting du Bourget, aurait pu contribuer à freiner la croissance de ces hedge funds. « En janvier, à la demande de l’AMF, j’ai déjeuné avec Richard Yung, le rapporteur de la loi au Sénat, explique Naulot. Je lui ai dit ce que je pensais du texte : une coquille vide qui ne changera rien. Il m’a répondu : “Proposez-moi des amendements.” » Le soir même, le gendarme de la Bourse a suggéré que tous les crédits accordés aux fonds spéculatifs soient placés dans la filiale « à risque » des banques, celle qui ne peut pas puiser dans les économies des déposants pour se financer ou réclamer de l’argent aux contribuables en cas de pépin. « Finalement on n’y a mis que les prêts sans garantie, or les banques n’en font pas … Pour moi, c’est la preuve qu’on a fait semblant de réguler », s’agace Naulot. Du coup, les hedge funds prospèrent comme jamais : ils gèrent 2 000 milliards de dollars officiellement, soit plus qu’avant la crise. Et encore, ce montant ne prend pas en compte ceux qui sont situés dans les paradis fiscaux …

    #Banques
    #Lanceurs-d'alerte
    #Dictature-des-marchés
    #taxe-Tobbin
    #double-discours

  • La confirmation du cynisme des banquiers est venue d’Irlande
    http://reflets.info/la-confirmation-du-cynisme-des-banquiers-est-venue-dirlande

    Depuis des années, j’évoque l’incantation Vaudou des financiers lorsqu’ils ont plongé le monde dans une crise. Ils ont perdu ? Ils sont au bord de la faillite ? Ils se présentent devant les politiques et lâchent : « risque systémique« . Ces deux mots suffisent pour que les politiques abdiquent tout bon sens et alignent les milliards [...]

  • Ireland: Bankers joke about their €7 billion bailout scam - World Socialist Web Site

    http://www.wsws.org/en/articles/2013/06/29/bank-j29.html

    Ireland: Bankers joke about their €7 billion bailout scam
    By Steve James
    29 June 2013

    Transcripts released this week by the Irish Independent record conversations in 2008 between leading Irish bank executives, joking about how they had scammed billions of euros to bail out the now-defunct Anglo-Irish Bank.

    The conversations provide an insight into the reckless, sneering cynicism of the ruling elite as they proceeded to swindle the working people to the tune of trillions of euros.

    #irlande #crise_bancaire #spéculation #dette #cynisme