• Gilets jaunes, lives et vidéos : « On assiste à l’émergence d’un contre-pouvoir médiatique important »
    André Gunthert, maître de conférence en histoire visuelle à l’Ehess, analyse pour Marianne l’influence qu’ont eu les lives et les vidéos dans le mouvement des gilets jaunes, creusant l’écart entre internautes, médias traditionnels et alternatifs.
    https://www.marianne.net/societe/gilets-jaunes-lives-et-videos-assiste-l-emergence-d-un-contre-pouvoir-medi

    Les gens qui ont confiance en leur gouvernement et leurs médias ne construisent pas de théorie du complot car celle-ci nécessite un effort, une recherche d’information, une critique. Il est beaucoup plus facile de regarder les dix minutes de synthèse des chaînes d’information, faites par des pros, consommables et prête à l’emploi. Quand les gens prennent un chemin plus difficile, c’est qu’ils ont de bonnes raisons.

    #GiletsJaunes #gilets_jaunes #decryptage #medias #theorie_du_complot #education_populaire #critique_des_medias #cultire_visuelle #contrepouvoir


  • Libération.fr – Autocritique des médias : l’examen de confiance
    https://www.liberation.fr/apps/2019/01/medias-examen-confiance

    Conspués, menacés, insultés et désormais de plus en plus souvent frappés, les journalistes vivent une sale période depuis deux mois. Les violences exercées contre eux le week-end dernier, vis-à-vis d’une équipe de la chaîne d’information LCI à Rouen notamment, ont ébahi la profession, désormais ciblée par certains extrémistes pour ce qu’elle est, et non pas pour ce qu’elle fait. De quoi faire craindre la possibilité imminente d’un drame. Le mouvement des gilets jaunes rappelle très durement aux médias la défiance dont ils font l’objet auprès d’une grande partie du public. Le mot est faible : à ce stade, mieux vaudrait parler de colère, de détestation, voire de haine.
    […]
    Ceci dit, et sans aucunement vouloir justifier la moindre agression, si l’on veut réparer cette fracture, il semble nécessaire de s’interroger : les journalistes n’ont-ils absolument aucun tort ? Ne méritent-ils pas une partie de la méfiance qu’ils inspirent ? Libération a invité à l’autocritique 25 professionnels de l’information, de tous supports et médias, aux positions hiérarchiques variées, choisis pour leur capacité à regarder en face les pratiques du métier. Contrairement à leur image d’individus imperméables à la critique, nourrie par le réflexe de défense corporatiste souvent automatique en public, les journalistes ne sont pas – d’après notre expérience – hostiles à l’autoflagellation, pourvu qu’elle se fasse à l’abri des regards extérieurs. La terrible pression économique qui plombe le secteur des médias (à bout de souffle, à cause d’une décrue générale des revenus) et contraint la bonne pratique du métier ne sert pas d’argument refuge à tous les reproches.

    #critique_des_médias #autocritique #journalisme #gilets_jaunes #entre-soi


  • Violences policières : la préfecture vous informe ! | Patrick Michel, Pauline Perrenot
    https://www.acrimed.org/Violences-policieres-la-prefecture-vous-informe

    Des ZAD aux quartiers populaires, des manifestations réprimées aux universités occupées, certains des sujets qui occupent beaucoup de temps d’antenne, d’articles et de dépêches ont à voir avec les agissements des « forces de l’ordre ». Très régulièrement, les journalistes travaillant pour des médias dominants sur ces sujets sont confrontés à une critique sévère, issue en partie des personnes ayant vécu les événements « de l’autre côté de la matraque » : en reprenant sans recul la communication de la police ou de la gendarmerie, leurs articles et reportages occultent la violence des « forces de l’ordre », ou la présentent systématiquement – quoique plus ou moins explicitement – comme légitime. Source : (...)



  • Un formidable article de Thomas Frank sur les méfaits du journalisme mainstream, faussement neutre et résolument militant.
    https://www.monde-diplomatique.fr/2016/12/FRANK/56895

    Jamais la presse américaine n’avait aussi ouvertement pris parti dans une élection. Mois après mois, elle s’est employée à discréditer tous les candidats qui lui déplaisaient, à commencer par le sénateur « socialiste » du Vermont Bernie Sanders, concurrent de Mme Hillary Clinton lors de la primaire démocrate. Or les scores réalisés par celui-ci dans les États-clés, ceux où Mme Clinton a été battue à la présidentielle, n’interdisent pas de penser qu’il aurait obtenu un meilleur résultat contre M. Donald Trump.

    À coups de tribunes, d’éditoriaux et de billets de blog, le Washington Post a servi de boussole et de métronome à la campagne de dénigrement menée contre le candidat progressiste — qui proposait une assurance- maladie universelle et publique, une forte augmentation du salaire minimum, la gratuité des universités, etc. Avec ses appels incessants à la courtoisie et sa prédisposition quasi génétique au consensus, ce quotidien est bien plus qu’un « journal de référence » : il fait office de gazette d’entreprise pour l’élite méritocratique, laquelle a transformé la capitale fédérale en arène privatisée pour ses pratiques.

    Les chroniqueurs et éditorialistes du Washington Post sont des « professionnels » au plein sens du terme. Bien éduqués, toujours connectés, arborant souvent des accréditations, ils gagnent confortablement leur vie. Quand ils croisent de hauts fonctionnaires, des professeurs d’université, des médecins, des financiers de Wall Street ou des entrepreneurs de la Silicon Valley — tous très bien payés également —, ils voient en eux des pairs. Ou d’anciens camarades d’études : cinq des huit membres actuels de la direction éditoriale du Washington Post sont passés par l’une des universités de la prestigieuse Ivy League...

    #Trump_élection

    http://lvsl.fr/entretien-avec-thomas-frank

    • Je dis aujourd’hui que les médias français, pour ne parler que d’eux, sont malades. Malades d’abord d’une illusion d’optique, produit de nouvelles lunettes posées sur notre nez par la douce hégémonie culturelle américaine et qui est la recherche fanatique de la pureté, du jugement universel, du slogan d’évangile. Mais aussi malade de son ardeur aux sermons, aux communions et aux excommunions, par les pasteurs de la nouvelle cléricature. Comme le gouvernement « centriste » français, elle est aussi malade de sa détestation des contradictions et des contradicteurs, littéralement incompréhensible pour ceux qui croient que l’ordre dominant est non seulement stable et démocratique, mais aussi révélé par des sciences politiques qui ressemblent pourtant, de plus en plus, à des pratiques de magie primitive. Enfin, elle est aussi malade de cette prétention crédule à la neutralité dans un monde sans centre, de la croyance naïve dans l’universalité des formes de la bonté et de la méchanceté humaine, de l’adoration fétichiste des vedettes, de l’excitation par la vitesse et la mise en chiffres de tout, du mépris de l’histoire, de l’obscur et du refoulé… Bref, la liste est longue.

      Mais pourtant on ne voit pas, dans mon milieu, où est le problème. On ne veut pas voir la démobilisation générale dans les rédactions, l’atmosphère de fin de règne, de long naufrage. On ne voit pas la désaffection générale des citoyens, et même la « haine » bien réelle, passion triste, des épuisés, des invisibles, des moins que rien, des vilains et des infréquentables, de ceux que depuis des années les écrans et les pages oublient ou humilient. On n’entend pas les coups de gueule définitifs des gens devant les plateaux parfumés et bavards, les injures furieuses, le ras-le-bol des téléspectateurs. On ne voit pas les dents serrés des pigistes, les impostures à la mode, les calomnies de couloirs des placardisés et des ambitieux, les crocs-en-jambe permanents des chefs de service. On ne voit pas les grossières erreurs, les tartarinades grotesques, les émois navrants, les mensonges patents, le manque de culture, les idioties paternalistes, la banale médiocrité de pas mal de nos productions. On ne voit pas cette détestation grandissante de nos prétentions et de nos aveuglements par une foule grossissante et exaspérée.

      Ce qu’on voit est seulement le plaidoyer pompeux, claquemuré, hypersensible, d’une cléricature dont le trône vacille et qui ne comprend pas pourquoi. Avec, protestant de l’autre côté de la porte fermée, disant qu’il est temps de se ressaisir, la figure bien pratique du chef de l’opposition de gauche, qui a bien vu que nous sommes tous rangés, dos au mur, dans le grand hall des nouveaux pouvoirs, faisant bloc autour d’eux et exigeant une seule tête dans les rangs. On dénonce donc le haineux dans de bien navrantes conditions.

      J’imagine que si je connaissais personnellement Jean-Luc Mélenchon, j’aurais de longues discussions avec lui sur le sujet, qui ne seraient pas nécessairement toujours paisibles. Mais enfin, je commencerais par le remercier d’avoir insisté et proposé d’organiser la colère, plutôt que lui laisser la bride sur le cou, puisque tel est son propos. Et j’éviterais de me tourner en ridicule en le couvrant d’opprobres et de placards qui n’ont rien à voir avec sa pensée. J’aurais trop peur de passer pour un imbécile.

      Par Léonard Vincent, journaliste et écrivain, membre de la rédaction du Média, ancien responsable de Reporters sans frontières

      https://lemediapresse.fr/medias-fr/sur-la-haine-de-melenchon



  • Drame conjugal, l’expression qui cache le problème par Binge Actu
    https://soundcloud.com/binge-actu/drame-conjugal-lexpression-qui-cache-le-probleme

    ’actualité : Crime passionnel, drame de la séparation, drame conjugal... Voilà comment on continue de parler des féminicides dans les médias. Même si des organes de presse ont pris des engagements et si l’AFP a mis au point une charte des bonnes pratiques.

    Les questions : Le traitement médiatique des féminicides a-t-il évolué avec la mobilisation ? Quelle réalité se cache derrière ces expressions ? Que peut-on faire ?

    Les invités : Sophie Gourion, auteur du tumblr Les Mots tuent, Titiou Lecoq, journaliste, romancière, essayiste qui recense les cas de féminicides pour Libération, et Pauline Talagrand, journaliste à l’AFP et coauteur d’un rapport sur la représentation des femmes dans les contenus produits par l’Agence.


  • A Very Fatal Murder, #podcast de #The_Onion sous forme de #satire des très prisés Serial, S-Town ou Criminal. Il y a même une intelligence artificielle pour trouver le meurtre le plus parfaitement atroce qui soit, seul digne de susciter l’intérêt d’un journaliste digne de ce nom :
    https://www.theonion.com/c/a-very-fatal-murder

    Ici pour un flux rss incluant les fichiers sons :
    http://feeds.megaphone.fm/veryfatalmurder

    Épisode 1 :
    https://traffic.megaphone.fm/PPY9140073942.mp3

    Il inclue même des #parodies de #publicités de podcasts, angéliques, enthousiastes, supposément plus proches des gens - et parfaitement intrusives (en plus d’avoir tous les autres défauts de la pub). Le New Yorker vient d’ailleurs en faire une également, sous forme de script cette fois :
    https://www.newyorker.com/humor/daily-shouts/this-podcast-was-brought-to-you-by

    #audio #création_sonore #critique_des_médias #faux-semblant

    • J’ai bien aimé, notamment les pubs très bobos.

      (Par contre je vois pas en quoi ça satirise Criminal, qui est très different de Serial et autres S-Town. Le format n’est pas du tout le même : épisodes indépendants les uns des autres, pas de whodunit.)

    • Chez Criminal, la résolution du crime est le point de départ effectivement, et non l’objectif. Mais il y a au moins trois points communs, outre le côté true crime :
      – on reste sur un format d’enquête, qui relève du coup de l’intime : par exemple, qu’est-ce qui pousse un gars à défoncer des bâtiments de sa ville avec un bulldozer ?
      – le recours, très spécifique, à un double niveau de récit : narration très personnelle de la productrice d’un côté, entretiens de l’autre. Ce n’est par exemple pas du tout utilisé dans le documentaire classique à la française, qui utilise une voix de comédien·ne qui lit un texte pour faire le pont entre les parties et qui n’échange pas avec les personnes interviewées (les questions sont coupées au montage, et elles sont le fait d’autres personnes que la voix off).
      – l’utilisation de sons « sales » (mauvais enregistrements, voix par téléphone...), qui fait pleinement partie de l’esthétique du podcast narratif à l’anglosaxonne, et que l’on retrouve dans ceux qui s’en inspirent (Calls par exemple).

    • chépa, ce qui est parodié dans « A Very Fatal Murder » c’est en particulier :

      1) le soupçon d’exploitation des personnes interviewées (S-Town en particulier a été critiqué pour ça, à tort à mon avis)

      2) Le New-Yorkais qui débarque avec ses gros sabots dans la ville paumée, avec une mission civilisatrice/ethnographique.

      Rien de tout cela chez Criminal.


  • Pour poursuivre une veille déjà bien fournie sur seenthis concernant la #synthèse_vocale et la #synthèse_vidéo (assistées par « #intelligence_artificielle ») : « Du porno aux fausses informations, l’intelligence artificielle manipule désormais la vidéo », une compilation des derniers développements en la matière :
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/02/04/du-porno-aux-fausses-informations-l-intelligence-artificielle-manipule-desor

    Des vidéos intégrant des visages de célébrités dans des films X pullulent en ligne à cause d’un programme accessible à tous et qui pose question au-delà de la pornographie.

    De fait, au-delà de l’exemple emblématique du #porno (voir à ce propos https://motherboard.vice.com/en_us/article/gydydm/gal-gadot-fake-ai-porn), c’est toute la manière de produire et de recevoir des informations qui s’en trouve modifiée. La polémique autour des #fake_news n’est que la partie émergée de l’iceberg, la remise en question du rapport aux #médias (et je ne parle pas ici des seuls organismes institués, mais des supports eux-mêmes) se montrant bien plus profonde.

    La chose se trouve d’ailleurs abordée de façon systématiquement catastrophiste (cela entre en collision frontale notamment avec le #droit_à_l'image et peut servir à alimenter le #complotisme), mais elle pourrait avoir un impact positif sur le développement de la #critique_des_médias et la façon de penser le lien entre #vie_privée et #réseaux_sociaux.

    L’approche catastrophiste n’est pas anodine : elle sert un discours de légitimation plus général (symptomatique, à cet égard, que Le Monde, par ailleurs propriétaire du tragico-comique #Decodex, consacre un tel article à la question). Si les médias s’emparent de cette nouveauté, c’est pour brandir une sacro-sainte ligne de démarcation entre les #vraies_infos (labellisées par eux-mêmes) et les fausses. En réalité, leurs « vraies infos », la façon dont ils les fabriquent et les mettent en scène, est tout aussi construite que celle de la synthèse par IA.

    L’on découvre notamment dans ce papier que le #DeepFake devient un genre en soi sur Reddit et Youtube, avec un grand jeu pour mettre #Nicolas_Cage dans plein de films :

    https://www.youtube.com/watch?v=2jp4M1cIJ5A

    Et l’on constate également qu’#Obama est devenu une sorte de mètre-étalon du #vrai-faux discours : on estime qu’il est honnête (c’est-à-dire on se fait une représentation de lui comme portant un discours clair et franc), donc il peut servir de base à un #détournement, contrairement à Trump :

    https://www.youtube.com/watch?v=dw6Zj2FDuzA

    Les deux avaient néanmoins été mis en vedette par #Lyrebird :

    https://soundcloud.com/user-535691776/dialog

    #falsification #leurre #faux-semblant

    • Un (comme d’habitude) très intéressant article d’Olivier Ertzscheid sur la question, même si je ne partage pas entièrement son analyse :
      http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2018/02/face-swap-echange-visage.html

      Il note notamment ceci :

      Au-delà du côté blague de ces détournements, quelque chose d’absolument fondamental est aujourd’hui en train de se jouer derrière l’ensemble de ces technologies de l’artefact. Quoi ? Ceci :

      – il ne peut y avoir de société sans documents ayant valeur de preuve ;
      – et il ne peut y avoir de valeur de preuve sans intégrité documentaire.

      Ce qui n’a pas empêché, cependant, que dans des cultures fondées principalement sur l’oral, le dessin ou l’écriture manuscrite, des #faux aient été construits de toutes pièces depuis des siècles. Il est d’ailleurs à peu près certain qu’une partie de notre histoire est basée sur des faux qui n’ont jamais pu être démentis.

      Ce que ces technologies d’interversion de visage (#face_swap) remettent surtout en question, c’est l’illusion, depuis la fin du XIXème et surtout le XXème siècle, que l’enregistrement vidéo et sonore, puis le numérique, offrent de telles preuves. Pourtant, un bon montage analogique permettait déjà de faire des merveilles en matière de faux discours, comme le montre le fameux Reagan speaks for himself de #Douglas_Khan en 1980 :

      https://www.youtube.com/watch?v=AvhBQoSQgUQ


      Bref, c’est une remise en question de techniques et de paradigmes juridiques récents voire très récents à l’échelle historique.

      Il précise ensuite :

      Mashable revient également sur ce phénomène qu’il baptise « DeepFakes », les qualifiant de « dernière crise morale de l’internet » (« A guide to ’Deepkakes », the internet latest moral crisis")

      Crise morale, je ne sais pas trop, mais situation de catastrophe imminente, cela me semble à peu près certain.

      La crise morale ou le sentiment de catastrophe me semblent venir de ce que la technologie a immédiatement été accaparée et diffusée par un milieu spécifique (un groupe sur Reddit) dans un objectif sexiste et diffamatoire (changer les visages dans des films pornos). Le problème de fond, en l’occurrence, c’est le #sexisme et la #misogynie, pas la technologie elle-même. Ce qui n’empêche pas que la technologie restera certainement très marquée par cette origine, et que cela influe sur ses usages.

      #audio

    • Et d’ici quelques dizaines années, nous vivrons avec des hologrammes, saluer son voisin factice, reconstituer des proches, discuter avec Marilyn, demander à Obama de ne pas oublier de ramener du pain.

    • Si les #dystopies se réalisaient de façon aussi spectaculaire que dans les oeuvres de science-fiction, elles en deviendraient comiques ! Mais elles s’insinuent ailleurs, dans les relations entre les gens, la façon de percevoir le monde, les habitudes, les comportements, le renouvellement des normes...

      De mon côté, j’attends avec impatience le premier #docu_fiction sonore qui détournera des voix de personnalités. La Guerre des mondes version XXIème siècle, histoire de continuer à nous affûter les oreilles et l’esprit.

    • Je ne partage complétement les avis, même si je suis dans l’ensemble franchement d’accord.

      Il est d’ailleurs à peu près certain qu’une partie de notre histoire est basée sur des faux qui n’ont jamais pu être démentis.

      Au delà du faux qui circule sans être démenti, il y a déjà tous les faux qu’on véhicule sans savoir qu’ils le sont. Merci les idées reçues et autres sens commun.

      Le problème de fond, en l’occurrence, c’est le #sexisme et la #misogynie, pas la technologie elle-même.

      C’est là que je digresse complétement. La technologie est elle-même un problème de fond. Ce qui ne nuance en aucun cas la force du sexisme et de la misogynie. J’oserais même avancé que la technologie est sexiste et misogyne car depuis toujours souffrant d’une reconnaissance, voir d’une acceptation, uniquement masculine. On y conjugue pouvoir et fierté et nous voilà en plein délire technologiste. Bref, le « présent ».
      Croire enfin qu’on arrivera à dévier le tir, avec toutes les ramifications et autres groundation sensées soutenir la science de son propre poids, est pure folie. J’ajouterai même que la technologie est une application capitaliste de la science : on trouve un truc qu’à l’air pas bête, on l’industrialise pour du profit, on surprend le badaud par l’artifice de l’automatisation - et on cache les coûts.

      Mais il y a de l’espoir, on peut arrêter la machination scientiste et dénoncer les abus de reconnaissance, ou abus de savoir, comme ici :
      BA or DA ? Decoding syllables to show the limits of AI
      https://www.unige.ch/communication/communiques/en/2018/cdp180131

      Sinon, pour revenir à l’atmosphère plus détendu des derniers commentaires, je rappellerai Le grand détournement.

    • Au delà du faux qui circule sans être démenti, il y a déjà tous les faux qu’on véhicule sans savoir qu’ils le sont. Merci les idées reçues et autres sens commun.

      Oui, tout à fait. Des idées reçues peuvent d’ailleurs trouver leur origine, oubliée, dans des assertions biaisées ou propagandistes entrées dans le « roman national ».

      J’oserais même avancé que la technologie est sexiste et misogyne car depuis toujours souffrant d’une reconnaissance, voir d’une acceptation, uniquement masculine.

      L’idée est intéressante, mais je pense que cela est en partie lié au fait que les femmes ont été sciemment effacées de cette histoire. En réalité, elles y ont contribué et y contribuent toujours aujourd’hui. Voir notamment cette petite série :
      https://seenthis.net/messages/662038
      ou cette longue pile de bouquins :
      https://seenthis.net/messages/654254
      Après, je n’ai pas enquêté sur comment et par qui ont été conçus ces logiciels spécifiques de synthèse audio et vidéo. Il y aurait des choses à creuser de ce côté-là, pour comprendre les logiques à l’oeuvre, la généalogie, les financements, les applications autres que ludiques (ou pseudo-ludiques)... Cela donnerait certainement quelques éclaircissements sur la raison pour laquelle ils sont à ce point liés à des usages sexistes dès leur émergence.

      J’ajouterai même que la technologie est une application capitaliste de la science : on trouve un truc qu’à l’air pas bête, on l’industrialise pour du profit, on surprend le badaud par l’artifice de l’automatisation - et on cache les coûts.

      Je suis d’accord. J’aurais dû nuancer : l’approche catastrophiste m’agaçant, j’en ai pris le contrepied. Mais il est on ne peut plus fondé de critiquer cette technologie en tant que telle, par exemple parce qu’elle est non seulement irrespectueuse de la vie privée, mais parfaitement dispensable. La passion de trouver l’emporte de fait régulièrement sur toute considération éthique ou, plus souvent encore, toute notion d’intérêt public. Je retiens l’expression d’ "abus de savoir" .

      J’avais oublié ce film ! Merci pour le rappel et la rigolade au nouveau visionnage !

      https://www.youtube.com/watch?v=l44WKAtZLjI

      Je rêve que quelqu’un·e fasse un film où se confronteraient toutes les figures de justiciers renfrognés, de héros solitaires et glorieux (Colombo, Maigret, Derrick, Poirot, Marlowe, Burma, les #grands_hommes incarnés par Eastwood ou Wayne, etc., etc.). Je crois qu’on s’amuserait beaucoup.

    • L’idée est intéressante, mais je pense que cela est en partie lié au fait que les femmes ont été sciemment effacées de cette histoire. En réalité, elles y ont contribué et y contribuent toujours aujourd’hui.

      Complétement, et c’est là la diode que je cherchais à allumer : les femmes ont été rares dans l’histoire de l’informatique. Il faudrait que je précise : dans l’histoire racontée de l’informatique, dans la représentation imaginaire qui est produite par l’écrasante majorité règnant en maître sur domaine - tous des hommes. Des femmes, les scribes effacent les noms (ou tentent de le faire) et tu fais vraiment bien de venir rattaché ces posts ! L’industrie du logiciel et autres techies tiennent haut le flambeau en matière de discrimination de genre et le défendent dur.

      Merci pour le petit remember youtube. Et bon courage dans ton projet cinéma !!!

    • Sur le sexisme dans la technologie, voir notamment cet article du... Figaro Madame, repéré par @etraces : « Poupées sexuelles, assistantes… Les femmes robots vont-elles s’émanciper un jour ? »
      http://madame.lefigaro.fr/business/femmes-robots-poupee-sexuelle-assistante-miroir-manque-egalite-mixit

      « Les milieux de la recherche technologique sont des milieux où il y a très peu de femmes. Ainsi, le rôle de robots, leur apparence, leurs comportements sont également décidés par des hommes. Il y a un risque de reproduire nos stéréotypes dans la technologie. C’est ce qui fait qu’aujourd’hui la plus plupart des robots femmes sont soit des robots sexuels, soit des assistantes ou des standardistes », explique Laurence DeVillers, professeure à l’université Paris-Sorbonne et chercheuse au Laboratoire d’informatique pour la mécanique et les sciences de l’ingénieur (Limsi) du CNRS.

      Le véritable danger de l’intelligence artificielle selon Aurélie Jean, Ph.D. scientifique numéricienne et entrepreneuse et CTO/CIO et cofondatrice de la start-up MixR à Los Angeles, sont ces biais algorithmiques. « Nous transférons nos réflexes comportementaux sur nos échantillons de recherche. Cela est amplifié à mesure que l’algorithme s’entraîne. » Ce phénomène entraîne une discrimination technologique car il exclut une partie de la population qui est mal représentée du fait que certains critères ont été omis par les concepteurs. Par exemple, en 2016, Joy Buolamwini, une chercheuse afro-américaine du laboratoire américain MIT, n’a pas été reconnue lorsqu’elle testait le premier système de reconnaissance faciale car la machine n’avait été programmée qu’à partir de personnes à la peau claires...

      Selon Laurence De Villers, il est urgent de rétablir de la mixité et de revoir nos critères de sélection. « Il existe aujourd’hui beaucoup de femmes chercheuses en intelligence artificielle, mais on ne leur donne pas assez la parole. »


  • Dites les copains, quelqu’un regarde le 20h de Le Média ?

    Perso, non, j’ai essayé, je les trouve sympathiques-tout-ça, mais c’est une forme que je peux vraiment pas regarder plus de 10 minutes. C’est pas une question de qualité : c’est surtout que je ne supporte pas de regarder un « journal » qui enquille des infos que je ne choisis pas, où il faut regarder des gens parler, quelle que soit leur bonne volonté. Ça me fait pareil avec Democracy Now : je peux regarder un segment qu’on me recommanderait en particulier, mais je n’arrive pas à regarder ça régulièrement.

    Certes ça fait péteux, mais j’aime lire les infos (y compris sur papier, même si ça fait belle lurette que je n’achète plus le journal) : non seulement je choisis ce que je lis, l’ordre dans lequel je le lis, le moment où je le lis, et surtout je peux décider du niveau d’engagement : (1) le papier que je lis pas parce que je m’en fous (2) le papier que je lis pas parce que je sais que je ne vais rien apprendre (3) le papier que je survole, en lisant en biais, histoire de voir en gros si ça vaut le coup de lire (4) le truc que je lis tranquillement. Et dans tout les cas, je lis beaucoup plus vite que quelqu’un qui me lirait le truc à haute voix. Alors rester à regarder et écouter des gens qui enquillent des « sujets » pendant 40 minutes, ça m’est insupportable.

    Avec 20 ans de Web, je vais pas rester assis à écouter des gens me dire des infos. Ou alors : vite fait, pour que j’aille sur le Web chercher les infos qui vont bien sur différents supports (du coup, écouter le flash info de la radio quand je cuisine, des fois ça me permet de pas être totalement dans ma bulle).

    Et enfin, l’idée du grand journal télévisé quotidien qui me causerait de tout, franchement je pige pas le principe. Alors on va causer de la Grèce, et puis d’une chanteuse, mais au début on te parle de la cru de la Seine… encore une fois, après 20 ans de Web, ça me totalement semble inconcevable comme forme.

    Et j’aime le rythme bordélique du Web : l’info suivie en instantané sur Twitter, ou le truc que je découvre ou que je creuses le soir ou quelques jours plus tard grâce aux signalements de Seenthis, ou encore le « retour » sur une info, complétée, mise en relation, encore avec les copains de Seenthis. Différents rythmes qui ne me semble pas coller avec ce principe du « 20h ». Si j’attends 20h pour une info, alors c’est une vieille info, et si elle m’intéresse j’ai déjà lu des choses plus poussées sur le Web que la présentation d’un journaliste télé, et demain j’aurai des articles encore plus intéressants sur le même sujet.

    Bref, je ne comprends pas le principe de refaire un « 20h », le format lui-même me semble tellement anachronique.

    • C’est à cause du journal de 20h que je n’ai plus la télé depuis... oh la la ! Par contre j’écoute toujours la « matinale » à la radio le matin. Je suis passée de France Inter à France Info et de France Info à France culture. Si ce qui se dit m’emmerde (ou si je n’aime pas l’invité·e) j’éteins. Sinon après je laisse la radio gazouiller (selon mes activités), je regarde seenthis et l’oiseau bleu. Petite pose info le midi seenthis et l’oiseau bleu. Enfin le soir je lis les infos sur différents médias sans avoir de chemin tout tracé, je picore ici et là, je rebondis, sur un truc, etc.

    • Dites les copains, quelqu’un regarde le 20h de Le Média ?

      Le quoi ?

      Jamais eu de télé. Sauf à 14 ans au Venezuela, il y a bien longtemps ! Mes souvenirs :
      – les pubs toutes les 10 minutes c’est super pour te rentrer des tournures idiomatiques dans le crâne et te faire prendre l’accent
      – pendant 2 ans, je me suis gavé des séries états-uniennes qui composaient, avec les variétés, le fonds des programmes
      – pendant les 2 années suivantes, au pensionnat, alors que mes correspondants parisiens n’avaient pas non plus la télé, j’ai pu frimer le lundi matin avec mes petits camarades qui se racontaient leurs séries du week-end

      Maintenant, quelques newsletters dans mon mail (Foreign Policy, entre autres), des mensuels spécialisés, très régulièrement, ST, of course.

      Les quotidiens, uniquement quand il y en a à disposition gratuitement sur les lieux où je travaille, mais depuis longtemps plus les gratuits.

      En y pensant, une énorme frustration parce que newsmap.jp ne marche plus (depuis pas loin d’une année). C’était pas forcément régulier, mais c’était un outil fabuleux pour suivre un sujet chaud dans le monde. Si quelqu’un sait comment le faire marcher (chez moi, l’écran s’affiche noir, puis ça mouline et ça n’arrête plus de mouliner - du JavaScript obsolète, j’imagine) ou connait un site équivalent !…

      Et, vous l’aurez noté, j’imagine, un goût prononcé pour la recherche, développé très tôt par la culture familiale qui recourait au dictionnaire pour un oui pour un non et les après-midis à rebondir d’article en article dans les encyclopédies et dictionnaires. Particulièrement les 7 volumes du Dictionnaire des dictionnaires (1895) dans la maison de Bretagne. Ah, son cléricalisme affiché et, à la fin de la notice, le jugement moral…

      Dernière phrase de l’article Voltaire (de mémoire…)

      L’ensemble de son œuvre figure à l’Index.

    • @george le 20h c’est la grande messe médiatique qui, depuis un demi-siècle, a contribué à transformer l’information en un grand spectacle de cirque sur toutes les chaines de télé.

      @arno Malheureusement, la plupart des initiatives de presse/média de ces dernières années se sont crues obligées de singer pâlement ce qui se fait de pire dans la presse écrite ou parlée.

      je me retrouve assez bien dans ce que décris comme étant ton « mode d’acquisition des connaissances » (j’aurai pu écrire ton « mode de consommation de l’information » mais l’expression me fait chier). Comme toi, je n’achète plus les journaux, je les « rencontre » gratuitement dans les terminaux des aéroports ou au salon Air France quand j’ai la chance de pouvoir y accéder, et à chaque fois, ils m’affligent un peu plus.

      Le Média ne fait pas exception à la règle (j’ai regardé deux fois dix minutes, mais c’est insupportable), il singe le spectacle TF1 etc... avec des sujets sans aucun doute plus intéressants et mieux choisis, mai oui comme toi, je trouve que ça fait has been. J’aime bien l’idée de Democratie Now mais pareil, c’est trop lent, c’est trop conventionnel.

      Dans la presse Internet nouvel, pareil pour Les Jours par exemple, a prioiri sympa, sérieux et original mais boom. Ils singent Libé et le points, ils t’envoient des sacs en toile de jute avec leur logo, des autocollant, il te font du marketing digne d’un hebdo en faillite qui essaye de récupérer ses lecteurs, ils ont trop fier d’eux et ne se privent pas de te le dire dans chaque mail qu’ils t’envoient.

      Dans la presse écrite, il y a « le 1 », mais rien à en dire en particulier, ils imitent les titres dans lesquels ils ont travaillés, ils ouvrent leurs colonnes à BHL ou Finkielkraut, c’est donc sans intérêt et pas crédible (et le contenu est de toutes façons assez médiocre).

      C’est dur. D’où l’intérêt de ton post, qui nous permet de faire le pont, de réfléchir à haute voix et de revenir sur la manière dont nous nous informons aujourd’hui.

      Si je regarde les sites de TF1 ou du Monde, c’est pour des raisons purement anthropologiques (ou ethnographiques) pour constater que ça va « toujours » plus bas.

      Enfin, pour mon mode d’acquisition du savoir et de l’actualité, sans vraiment m’en rendre compte, j’ai glissé peu à peu vers ce que j’appelle le « bouquet », aidé en cela depuis quelques années par l’exceptionnelle intelligence collective réunie sur Seenthis (on ne te remerciera jamais assez d’avoir inventé cet outil aussi génial), et partiellement par Twitter (avec une très stricte sélection des comptes à suivre) et même Facebook (avec une encore plus stricte sélection des comptes à suivre). Tu pourrais être légitimement étonné que je compe Facebook dans mes consultations quotidiennes, mais voilà : il y a des comptes et des gens fabuleux qui ne postent que là parce qu’il pensent que c’est là qu’ils ont leurs « ali(e)s » et/ou leur audience : Nicolas Auzanneau, Achille Mbembe, Céline Bayou, Isabelle Saint-Saëns pour nen citer que quatre. Pour cela il faut bien nécessairement éradiquer ls LOL et les pizzas ; les shushis, les chats etc.

      Au total, ma « consommation » quotidiennes passe par la lecture ou le référencement d’article, de rapports, d’analyses puisées dans un cinquantaine de journaux quotidiens (en ligne), de revues universitaires (en ligne), de sites d’institutions publiques ou privées, d’ONG, de blogs, de plateformes genre Quartz,... C’est un univers de diffusion de savoir et d’information tellement riche, que lorsqu’on s’y est habitué, revenir à la lecture d’un journal - ou même deux ou trois :) - ne peux que générer une immense frustration.

    • Oui.

      Et je me dis aussi que, l’écriture, c’est quand même d’une incroyable modernité  ! L’air de rien. À avoir l’impression d’être littéralement une machine.

      Imaginer… Des petits dessins (des «  glyphes  ») qui représentent des lettres  ; des lettres qu’on va regrouper pour former des mots  ; des mots qui porteront des idées  ; des mots qui vont être agencés pour faire des phrases  ; des phrases qui exprimeront une pensée. Transmettre des pensées… des choses abstraites  ! Et tout cela, il sera possible de le balayer d’un regard. (Et en plus, ça prend peu de place.)

      C’est pas possible, c’est une technologie extra-terrestre  !

    • Je regarde pas la tv mais j’écoute présentement le 20h du le média et pendant que je dessine c’est plutot pas mal. Ca me permet de suivre des sujets que j’aurais pas choisi moi même et de pas faire une attaque de nerfs toutes les 2 phrases comme ca me fait avec la TV.

    • Si vous trouvez ça bof, c’est que vous n’êtes pas les cibles. La source principale d’information des non-connectés que nous sommes, c’est le 20h. Et je partage l’avis de DS dans son second message. L’autre soir, les 20 minutes d’inondations sur France2, c’était absurde...

      Télé-Insoumis : soudain, de la neige dans la soupe | Arrêt sur images
      https://beta.arretsurimages.net/chroniques/tele-insoumis-soudain-de-la-neige-dans-la-soupe

      Mais qu’est-ce qui leur prend, avec le 20 Heures ? Mais qu’est-ce qui leur prend, aux maquisards de l’info, aux créateurs d’alternatives, aux inventeurs d’avenir, de vouloir absolument dupliquer la forme la plus ringarde, la plus dépassée, de l’information par l’image ?

      20 Heures : Le Media esquisse un contre-modèle | Arrêt sur images
      https://beta.arretsurimages.net/chroniques/20-heures-le-media-esquisse-un-contre-modele

      Seuls les imbéciles ne changeant pas d’avis, j’ai bien peur de devoir revenir sur ce que je disais l’autre semaine, à propos de l’adoption par Le Media des Insoumis, de cette forme ringarde et dépassée qu’est un journal de 20 Heures.

      Soir après soir, comme dans un bain de révélateur, ce choix prend son sens. Et son sens, c’est l’émergence, dans la forme classique de la grand messe du soir, d’une véritable contre-hiérarchie de l’info.

    • Je me suis dit un peu pareil en en regardant un : c’était trop comme le 20h, à enchaîner des sujets divers, souvent moroses. Cela dit le point de vue comme les sujets traités étaient en partie différents, ce qui était déjà une bonne chose. Mais ça ne m’a pas spécialement donné envie d’en regarder d’autres, contrairement par exemple au format de « Le fil d’actu ».

    • Bonjour vous, Pareil ressentiment Arno, tu as écris ce que je n’arrive pas à exprimer, j’peux le mettre sur ma page fucktonbouc ?. Les infos c’est à 7h36, non... Je suis pour un journal que ne traite que d’un sujet pendant le temps que tous nous l’avons compris, exemple : pourquoi les banques gouvernent-elles, pourquoi le chomage, etc.... bref, un journal pour m’éduquer pas pour me bourrer le crane. Plaisir vous.

    • D’accord avec @biggrizzly (et aussi Schneidermann par la même occasion, la différence de hiérarchie des sujets montre en contrepoint la médiocrité des choix rédactionnels des autres), les gens qui traînent sur Seenthis et/ou Twitter, lisent des journaux (papier ou web) ou revues (moi la seule revue papier que j’arrive encore à lire est Books) ne sont pas la cible d’un 20h généraliste qui balaie l’actu en 30 minutes ou 1h que personnellement je n’arrive pas à regarder parce que je n’y apprend rien de fondamental (mais il peut y avoir parfois un bout qui m’intéresse et que je regarde après sur youtube). Tout le monde n’est pas hyper connecté et ne lit pas 50 quotidiens, donc au final l’initiative est plutôt bonne. Surtout que Le Média propose aussi des articles écrits et documentaires (et d’autres émissions à venir aussi je crois).

    • Je le regarde, en différé. Et pas systématiquement d’une traite, ni même toujours en entier, et pas forcément dans l’ordre.

      En fait, je le regarde exactement suivant le même découpage que mes lectures, tout comme toi @arno, et précisément parce que c’est possible avec ce JT. J’appuie sur pause quand je veux pour chercher d’autres sources, j’accélère quand je m’en fous, etc.

      Sur 2 semaines d’existence, je dirais que le temps moyen que je consacre à sa vision doit être de l’ordre de 7/8 minutes...

      Par ailleurs, il me semble avoir vu des versions « digest » par-ci par-là.

      Pour info, à l’heure de son premier Journal, Le Media aurait réuni l’argent pour se financer 6 mois et n’a pas pour unique projet d’offrir un 20h gratuit pour tous. Et effectivement, la « cible » de cette formule, c’est pas les @arno ou les @james, et par extension les réguliers de SeenThis. :-)

    • https://www.youtube.com/watch?v=Av5l4PsJwhM


      Le 20h au moins aussi vieux que Roger Gicquel.
      Comme je ne suis pas encore assez abruti, je réalise parfois que je surf sur internet (pas mal sur @seenthis) en écoutant la radio ou le la musique avec les images télévisé sur mute.
      Il me faut au moins le quart d’un bon livre pour redescendre. Ou lire une bonne analyse comme celle-ci :
      https://seenthis.net/messages/663317
      merci @etraces
      parfois c’est sans-issue car je ne lis pas que des bons livres et j’ai au moins les 3 derniers CQFD à rattraper !

    • Tout cela est bien intéressant ! Quelques autres pistes de discussion…

      – Je suis un peu vieux Web, alors tout de même : The medium is the message. Du coup, j’ai du mal à croire que, même avec la meilleure volonté du monde, refaire un « anti-20h », identique dans la forme au « 20h », avec le même rythme, avec des journalistes professionnels largement issus de la télévision, etc., ça puisse produire quelque chose de très « anti ».

      D’ailleurs tout à son enthousiasme, Schneidermann (dont honnêtement je n’attends pas qu’il tienne un discours bien révolutionnaire sur les médias) souligne que ça manque encore de moyens et de budget, de professionnalisme, de rythme. Et donc on revient bien, fondamentalement, à cette contradiction d’un « anti-médium-20h » qui ne sera crédible que lorsqu’il répondra bien au cahier des charges d’un « médium-20h »… à quel prix, pour quel message ?

      – Ça j’ai bien conscience que je ne suis pas la cible, vu que je n’ai pas regardé un 20h à la téloche depuis sans doute 30 ans. Mais alors : à qui c’est censé s’adresser ? N’est-ce pas destiné à une audience qui a déjà rompu avec le consensus des grands médias mainstream et qui cultive déjà largement d’autres supports d’information ? Pourquoi m’opposer la critique d’être « hyper-connecté » (ce que je suis, oui – mais LeMediaTV, c’est pas le 7e bouton de la vieille télévision où l’on change les chaînes depuis le fauteuil avec le manche du balais : c’est une chaîne Youtube) par rapport aux « vrais gens », alors qu’il me semble qu’on cible là des gens qui, justement, ont déjà été touchés par autre chose que les médias officiels du macronisme triomphant ?

      Et puisque ces gens ont déjà rompu avec le format « chaque soir le gouvernement vous parle dans le poste », pourquoi ramener ces gens dans le format anachronique du 20h ?

      – Surtout, je voudrais revenir à cette petite période historique qui a été la nôtre, celle du « Web indépendant ». Pour ma génération, l’internet, c’est la promesse de l’accès réel pour tous à l’expression publique ; c’est un changement de paradigme fondamental dans notre rapport aux médias et à l’information. Pour moi, ce n’est pas un échec, mais ça reste un combat à poursuivre pour échapper à la perversion de l’expression publique pour tous en personal branding et en indignation stérile et préformatée, contre la méfiance généralisée envers les expressions non mainstream, toutes choses dont on a rapidement mesuré les effets dès que les blogueurs ont commencé à cesser de ses référencer entre eux, et que les sites « alternatifs » n’ont quasiment plus eu comme possibilité de se faire connaître que le Portail des copains, ou un buzz occasionnel sur Facebook grâce à une indignation qui tombait bien dans l’air du temps.

      Et dans ce cadre, la notion de flux et d’entrées multi-sources, tel qu’on le pratique sur le Portail, sur Seenthis, mais aussi sur Twitter…, ça me semble l’alternative la plus crédible aujourd’hui pour éviter d’en être réduit à revenir à l’abonnement payant à des médias certifiés conformes par le Décodex.

      Et du coup, refaire un « 20h » au principe (forcément) hypercentralisateur, avec ses « journalistes » réguliers, experts tous-terrains, un format de diffusion qui ne facilite pas l’hypertexte, je reviens à MacLuhan : ça ne peut pas être le bon message (aussi sympathiques que soient ces gens et ce qu’ils disent).

      – Pour être bien clair : je ne suis pas contre le principe de ce « grand média » de gauche sous forme de chaîne Youtube, avec son financement et donc ses professionnels compétents, des rendez-vous plus ou moins réguliers… (par exemple les entretiens d’Aude Lancelin, je suis assez client). Et qu’ils arrivent à soulever l’enthousiasme et fédérer autant de bonnes volontés, je dis youpi. C’est juste cette histoire de format-20h qui me gêne et que je n’arrive pas à suivre (ou alors, comme Meg, en mode « radio » pendant que je cuisine).

      – Problématique un peu tout de même la place des « vedettes » de la gauche. Sans doutes sympathiques, mais pfff. J’ai déjà dit que quand j’étais gamin, les « références intellectuelles » de la gauche populaire, c’étaient des chanteurs de variété… ça ne nous a pas aidés tout de même. Du coup, le risque du recyclage de vieilles vedettes « de gauche », il me semble réel.

    • Pour moi ce 20h je vois ça comme un coup « marketing » pour entre autres essayer d’attirer l’attention et en faire une porte d’entrée, avec ce repère évident et simple de la grand messe au moment du repas. Le but ici est quand même de s’adresser potentiellement à des millions de personnes, pas juste au Landerneau militant, bref je me répète mais sur les 10 millions de gens plus ou moins de gauche que comptent ce pays y en a un paquet qui regardent juste les infos sur France2 ou TF1 ou au mieux le replay sur le net. Parce qu’au final si tu vas sur le site du Média ça ressemble bien à un truc assez moderne tel que tu le souhaites @arno . En revanche pour ce qui est de la possible starisation là oui je suis d’accord que ça peut être un risque si ce 20h continue d’être trop mis en avant par rapport au reste.

    • Du lundi au vendredi, à #20_heures, en direct. Conçu et présenté par les journalistes du Média, il vous propose une information mise en perspective. Journalistes engagés dans différentes luttes et ayant à cœur de donner la parole à ceux qui ne l’ont pas souvent, ils vous parleront de l’actualité politique sans vous tromper : #Le_Média affiche son opposition aux politiques d’austérité qui saccagent les services publics, au démantèlement des protections sociales qui précarise la vie des gens ou encore à l’irresponsabilité en matière écologique.

      https://www.lemediatv.fr/programmes/le-journal
      Avec le 20 h du Le Média il est 20 h à toutes heures. Je pense pas que « les gens » regardent ce 20 h à 20 h pétante sur le net sous prétexte qu’il est 20 h et que les autres 20 h (delahousse, lapix, BFMTV & co) raconte à peu près la même chose. Aucun intérêts mais le site Le Média est pas mal avec un fil info.
      Le retour aussi d’un ancien présentateur moustachu de journal TV : https://www.lemediatv.fr/equipe/noel-mamere

    • @david2 je zappe beaucoup entre 19.30 et 21 h quand je regarde la tv. Pour l’info internationale je privilégie Arte-journal (l’essentiel en 20 mn) https://info.arte.tv/fr
      parfois j’enchaîne sur 28 mn avec Elisabeth Quin mais ça dépend des invités.es.
      pour échapper à Macron et son nombril j’écoute souvent rfi http://www.rfi.fr
      http://www.rfi.fr/moyen-orient/20180130-yemen-combats-aden-palais-presidentiel-forces-separatistes

    • @david2 : tu as raison, il y a tout un langage à réinventer ou à se réapproprier, et hélas, les équipes dans ce nouveau média arrivent tous des médias traditionnels. Alors... leur demander de revoir leur façon de dire les choses, ça va sans doute prendre un petit peu de temps. Mais en devenant « socios », peut-être y-aura-t-il une chance de leur faire passer des messages ? Espoir fou.. Qui sait.

    • J’aimerais revenir sur ma première impression après en avoir visionné quelques uns récemment : je trouve qu’illes ont amélioré le journal en diminuant la part de courtes brèves ; j’ai apprécié certains sujets qui me seraient totalement passés inaperçus et même si ça reste concis, je n’ai pas la sensation de superficiel, ni même d’actualité à chaud. Du coup je trouve qu’illes s’en sortent pas mal pour ce format « journal télévisé ».

      je précise que je ne regarde pas en direct non plus

    • Gardons nos nerfs ! Au Média

      Le plus difficile dans la configuration actuelle c’est de garder ses nerfs. Pas un jour ne se passe sans que je ne ressente l’envie de renverser la table et de traiter d’abrutis tous les caniches du système qui tentent l’étouffement du Média. Pourtant il faut résister et je regrette que l’excellente Aude Lancelin s’abaisse à leur niveau.

      Toutefois je lui reconnais des circonstances atténuantes. Antoine Perraud est réellement un sinistre individu...

      Quant à Daniel Shneidermann, il fait partie de cette gauche bobo, championne de la bonne conscience occidentale, qui veut bien remettre en cause un système établi… mais pas trop quand même. Chassez le naturel et il revient au galop ! Il est du même acabit que ces fameuses « personnalités » qui ont cessé de soutenir le Média pour aller courir pleurer au Monde, soutien de toutes les saloperies imaginables mais licites tant qu’elles sont néolibérales et occidentales.

      Donc oui il faut garder ses nerfs et rester sur la ligne fixée. Un jour le balancier repartira dans l’autre sens et des gens comme Perraud et consorts n’occuperont plus dans nos mémoires que la place qu’occupe la brosse qu’on trouve derrière la lunette des toilettes

      Quand Daniel Sneidermann sur son site Arrêt sur images se perd dans la twittosphère !
      https://beta.arretsurimages.net/chroniques/perraud-lancelin-une-engueulade-soutenue-et-ce-quelle-revele

      Je suis devenue socios et je soutiens à fond Lemédia en pleine évolution ; il faut leur laisser du temps ; les émissions sont intéressantes, les entretiens et certains articles aussi. Il n’est pas destiné aux bobos de gauche (déjà « bien informés ») dont je fais un peu partie mais à de simples citoyens qui veulent un autre journal que celui du service public trop proche du pouvoir ou même celui d’Arte.
      Et on peut l’écouter en différé comme à la radio.

    • Entre nous, DS a raison : Le Média et ses membres ne devraient montrer que mépris aux réactions sur les réseaux sociaux de la part des sous-fifres des médias mainstream.
      Et quand Médiapart crée sa télé, on devrait tous dire « super », mais n’en penser pas moins. Ils (Plenel) décident de tirer dans l’dos. Tant pis. Ce sont eux qui ont décidé d’agir de la sorte, et on s’en souviendra en les lisant et en les regardant, si cela doit arriver (j’en doute personnellement... je ne me suis pas abonné, et vu le nombre de tirs dans l’dos qu’ils ont à leur actif, ça ne va pas arriver de sitôt).
      Prendre de la hauteur, c’est tous ce dont on a besoin, et c’est tout ce que moi, personnellement, j’attends du Média.


  • « Kim Wall : quand le meurtre d’une femme, journaliste, se transforme en polar médiatique »
    http://information.tv5monde.com/terriennes/kim-wall-quand-le-meurtre-d-une-femme-journaliste-se-transform

    Le meurtre de la journaliste #Kim_Wall est sordide... Mais le traitement médiatique de cette affaire l’est parfois encore plus. Des voix s’élèvent pour appeler à se souvenir de Kim Wall pour ce qu’elle était : une journaliste de talent et non la victime d’un fait divers qui fascine la Scandinavie. Son meurtrier présumé, l’inventeur danois #Peter_Medsen a été inculpé le 16 janvier 2017 pour meurtre et agression sexuelle.

    #médias #critique_des_médias #femmes


  • L’inversion de la hierarchie des news

    Comment ne jamais parler du fond ? La société médiatique dispose pour cela de quelques armes redoutables. L’écrivain Laurent Binet, auteur d’ HHhH , nous en livre ici les secrets.

    L’information est une guerre, et si l’on considère l’exploit d’avoir fait élire un banquier semi-royaliste à la présidence française dans un monde post-2008, on peut en tout état de cause constater que la poignée de milliardaires qui contrôlent la quasi-totalité des médias continue à la gagner.

    Certes, l’avènement d’Internet a un peu changé la donne. Il semble plus difficile à une info, quelle qu’elle soit, de ne pas sortir (même si par définition, l’existence d’une info demeurée inédite reste invérifiable). Mais le bouillonnement de la toile, son joyeux désordre, son pêle-mêle organique évoquent des hordes barbares se heurtant à l’extrême coordination des légions romaines. Le déclin de l’Empire est sans doute amorcé, mais ses outils de propagande restent une machine sur laquelle se fracassent encore des guerriers dépenaillés.

    Internet, combien de divisions ? La supériorité de l’adversaire, c’est toujours un peu l’argent, bien sûr, mais, face à la multiplication anarchique des sources et des canaux de diffusion, c’est surtout la méthode. Si désormais on peut difficilement contrôler le flux des infos qui sortent, on peut encore agir sur un aspect décisif : la hiérarchisation.

    Dans le traitement tendancieux de l’info par la presse mainstream (hier on disait « la presse bourgeoise » et le terme était sans doute plus juste, mais ce n’est pas la moindre des victoires de la réaction d’avoir ringardisé la vérité), on peut dégager trois grands cas de figures.

    Premièrement, un événement qui fait la une nécessite une interprétation biaisée, sans quoi le système en vigueur s’expose un peu trop sans masque. Exemple : la crise grecque. Comme il était difficile de minorer l’ampleur d’une telle crise, et un peu gênant d’avoir à justifier la violence coercitive qu’a infligé l’Union Européenne (sous l’impulsion de l’Allemagne, symbole toujours fâcheux) à l’égard d’un gouvernement grec démocratiquement élu (à qui on aura quand même fermé ses banques pour le faire plier, c’est-à-dire qu’on était prêt à faire crever tout un pays pour sauver le système), on s’est employé à tellement en embrouiller les causes que les responsables désignés se sont retrouvés être, non plus des banques que la cupidité poussait à pratiquer des taux d’usurier toujours plus délirants, mais des petits retraités dont il fallait impérativement diminuer les pensions pour que la dette (la dette, Sganarelle !) puisse être remboursée. Goldman Sachs pouvait ainsi tranquillement continuer sa route (et embaucher Barroso au passage, excusez du peu), pendant qu’on vouait les pouilleux grecs à une damnation éternelle.

    C’est la méthode dite du « Salaud de pauvre », qui a fait ses preuves, et qui peut se décliner sous de multiples variantes. (Elle peut utilement être complétée par la technique du « Cause toujours » quand on lui objecte des arguments imparables, tel celui de la dette de l’Allemagne abolie en 1953.)

    Cette méthode implique des présupposés totalement arbitraires présentés ad nauseam comme allant de soi. Ici, en l’occurrence, que le bon droit et la morale sont toujours du côté du créancier, jamais du débiteur, et que toute dette doit être remboursée, quoi qu’il en coûte, sans quoi c’est toute l’économie mondiale, et avec elle toutes les valeurs morales, qui risquent de s’effondrer. C’est la méthode dite du « Salaud de pauvre », qui a fait ses preuves, et qui peut se décliner sous de multiples variantes. (Elle peut utilement être complétée par la technique du « Cause toujours » quand on lui objecte des arguments imparables, tel celui de la dette de l’Allemagne abolie en 1953.)

    Deuxièmement, un événement qui pourrait faire la une est tout juste mentionné dans quelques brèves. Exemple : la semaine dernière, des mouvements de grève ont éclaté dans toute l’Allemagne pour réclamer, non pas les 35h (ils y sont déjà, ah tiens ?), mais les… 28h. Une telle info échappe tellement au cadre discursif mis en place par nos troupes d’éditorialistes (les Allemands travaillent alors que les Français ne foutent rien et c’est pour ça qu’ils s’en sortent et pas nous) que le mieux est de l’ignorer purement et simplement : on la pose là, on ne la commente pas, on ne la discute même pas, on attend qu’elle passe. C’est la méthode OSEF.

    Troisièmement, un non-événement fait la une. C’est le corollaire et l’exact inverse du point précédent : on nous vend quelque chose de totalement anecdotique et futile comme quelque chose d’historique. Exemple : la COP21. Des pays se mettent d’accord pour limiter le réchauffement climatique à deux degrés (ou un degré et demi, de toute façon le chiffre n’a aucune importance puisqu’il n’induit aucune mesure concrète), c’est totalement incantatoire, absolument pas contraignant, aucune entreprise polluante n’est spécifiquement visée, menacée, concernée, ils auraient pu aussi bien proclamer la paix dans le monde ou la fin du cancer avec la même candeur et la même crédibilité, mais c’est présenté comme une incroyable victoire diplomatique qui va permettre de sauver la planète. Ce type d’info peut faire des semaines. Elle a le mérite, pendant ce temps, de ne pas parler d’autre chose. Appelons-la « méthode Lady Di » pour faire court.

    Contrairement au gouvernement actuel, je ne crois pas qu’il soit possible de légiférer contre les fake news sans porter gravement atteinte à la liberté d’expression. Des milliardaires ont le droit de faire raconter n’importe quoi dans leurs médias pour préserver les intérêts du capital. Salauds de pauvres, OSEF ou Lady Di : à charge pour nous de déconstruire sans relâche leurs méthodes, et pour les médias alternatifs de proposer systématiquement l’inverse, s’ils veulent devenir ce qu’ils ont vocation à être, le contre-pouvoir du quatrième pouvoir.

    https://www.lemediatv.fr/node/460

    #guerre_de_l'info #contre-pouvoir #Laurent_Binet #Tribune #critique_des_médias


  • Après 24h d’emballement sur la toile, je me pose un peu pour vous relayer plus d’infos sur le décryptage de l’article bidon du JDD !

    Donc pour retrouver tout le décryptage, c’est par là : https://twitter.com/ValKphotos/status/942791427691614208

    Ou mis en forme par ici chez @lundimatin : FakeNews sur Notre-Dame-des-Landes - Quand le JDD publie de faux scoops avec des images volées ou détournées :
    https://lundi.am/fake-JDD-ZAD

    Articles après le décryptage :

    Le « Journal du Dimanche » a-t-il inventé une cache d’armes dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ?
    http://www.liberation.fr/checknews/2017/12/19/le-journal-du-dimanche-a-t-il-invente-une-cache-d-armes-dans-la-zad-de-no

    Le « JDD » publie des photos « secrètes » de NDDL... provenant en réalité des réseaux sociaux
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/12/19/le-jdd-publie-des-photos-secretes-de-nddl-en-realite-trouvees-sur-les-reseau

    Dans le JDD, des photos faussement "secrètes" de la ZAD... et venant directement de la gendarmerie
    https://www.arretsurimages.net/articles/2017-12-19/Dans-le-JDD-des-photos-faussement-secretes-de-la-ZAD-id10398
    libéré 48h : https://www.arretsurimages.net/TMP-108594BC36-10398-55089#

    Notre-Dame-des-Landes. Le JDD s’excuse pour des photos de la ZAD
    (reprise d’une dépêche AFP plutôt bancale)
    https://www.ouest-france.fr/environnement/amenagement-du-territoire/nddl/notre-dame-des-landes-le-jdd-s-excuse-pour-des-photos-de-la-zad-5458026

    Réactions du JDD :

    L’article a changé de titre et la vidéo contenant les images anachroniques rajoutées en plus de celles fournies par la gendarmerie a été retirée :
    http://www.lejdd.fr/societe/notre-dame-des-landes-les-photos-secretes-de-la-zad-3522752
    On peut retrouver la version initiale mais sans la vidéo ni une partie des photos :
    http://web.archive.org/web/20171217030208/http://www.lejdd.fr/societe/notre-dame-des-landes-les-photos-secretes-de-la-zad-3522752
    Le directeur se fend d’un "courrier aux lecteurs" et reconnait l’absence de vérification mais c’est quand même eux qui zont raison hein :
    http://www.lejdd.fr/societe/a-nos-lecteurs-au-sujet-des-photos-de-notre-dame-des-landes-3525275

    En réalité un autre rapport que celui présenté par le JDD vient d’être remis au gouvernement, il en est rapidement question dans le Quotidien du 16 décembre :
    https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/quotidien-deuxieme-partie-19-decembre-2017.html à partir de 16’30’’, mais il faut se créer un compte
    ou en résumé succin ici : https://twitter.com/Qofficiel/status/943197701008777222

    Je continue à m’interroger sur la réelle source du JDD :
    – soit un rapport de gendarmerie étonnamment "vide" en documents alors que des milliers de photos ont dû être faites
    – soit des personnes très énervées contre la tournure que prend le dossier du projet et qui utilisent un vieux rapport

    L’analyse du changement de communication est assez intéressante à faire aussi avec depuis une semaine un nouveau type d’invités qui soutiennent encore très mollement le projet ("oui on a fait des erreurs mais...") et qui pour certains changent radicalement, tel un Christophe Barbier, chef de l’Express et proche de Macron, qui explique qu’il ne faut absolument pas de violences pour évacuer la zad ! Par deux fois j’ai vu des journalistes tellement surpris par les réponses qu’ils n’arrivent pas à le dissimuler, en mode yeux ronds, et lors de l’interview de Castaner sur France 3 il a fallu que le journaliste aille le chercher sur le terrain de la violence supposée de la zad pour qu’il explique que vu l’article du JDD (sic !) il y avait effectivement de quoi s’inquiéter et envisager aussi une expulsion militarisée... Pour la première fois j’entends une nouvelle raison introduite pour expliquer l’évacuation : les conditions sanitaires, la présence d’enfants, etc.

    Évidemment je ne me leurre pas sur ce changement : gain de temps, encore, préparation de l’opinion publique, ou pourquoi pas, test pour voir comment serait perçue l’éventualité de "récupérer" la zad dans le giron du greenwashing vu le succès international de l’allocution de Macron au Planet Summit...

    En tout cas, je me suis bien régalée à voir l’ampleur que prenait le décryptage et ça fait du bien !
    Des négociations sont en cours avec le JDD, là aussi c’est assez "savoureux" !!!


  • Violences policières « en marge » des manifestations : les mots pour (ne pas) le dire | Maxime Friot
    http://www.acrimed.org/Violences-policieres-en-marge-des-manifestations

    Les pratiques policières sont présentées de façon récurrente dans la presse locale ou nationale comme des « réponses » – des « ripostes » – efficaces, dont les objectifs et les conséquences sont évoqués dans des formules toutes faites mais qui sont loin d’être neutres, et les avalisent. Petit lexique pour temps de mobilisation, ébauché à partir d’articles de la presse locale et nationale sur la mobilisation contre la loi Travail à Rennes, sur la période mars-juin 2016. Source : Acrimed


  • Quand les dealers veulent nous désintoxiquer
    Oui, les Décodeurs du Monde nous baratinent encore.

    Le problème avec les défenseurs du capital ou plus généralement de la propriété, c’est que très souvent ils oublient ou ils masquent une des fonctions premières de la propriété : l’accumulation du pouvoir entre quelques mains. Pour masquer cela, ils raisonnent en volume au lieu de raisonner en volume par propriétaire.

    C’est ce que font les Décodeurs, dans un article qui, selon l’objectif de cette "équipe d’élite" du Monde, veut nous désintoxiquer du baratin des fascistes du Front National représentés par Marine Le Pen :

    Ici je m’attarderai sur la présentation du CICE faite par les Décodeurs le 4 mai 2017 (lendemain du débat entre Le Pen et Macron).

    Le passage sur le CICE commence comme ça :

    Selon un rapport du ministère de l’économie publié en janvier 2016, l’Etat avait versé – à cette date – 18,6 milliards d’euros de CICE aux entreprises qui en avaient fait la demande.

    On note au passage que l’article des Décodeurs se base sur un article du Monde (impartialité oblige, hahaha, indiquer ses sources primaires avec un lien c’est pour les autres) daté de janvier 2016 lui-même écrit à partir d’un communiqué officiel du ministre des Finances et des Comptes publics, Michel Sapin :
    https://www.economie.gouv.fr/deplacement-loiret-michel-sapin-dresse-bilan-cice-pour-2015 & http://proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/document/18/20375.pdf

    alors que le dernier rapport officiel sur le CICE date de septembre 2016 :
    http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/rapport_cice2016_28095016_ok.pdf

    Mais depuis 8 mois l’unité d’élite de la statistique et de la vérité du Monde n’a pas eu le temps d’actualiser ses données. C’est dommage parce que depuis on sait que le CICE a coûté, depuis son lancement jusqu’au 1er janvier 2017, 31,2 milliards d’euros et que cela va s’accélérer : 16 milliards supplémentaires en 2017 puis au moins 20 milliards par an à partir de 2018.

    Arrive l’argument massue censé invalider l’argument « Le CICE, vous l’avez donné en priorité aux grands groupes. » :

    Le dispositif bénéficiait d’abord aux « très petites entreprises » (TPE) et aux « petites et moyennes entreprises » (PME), qui représentaient 48 % des crédits enregistrés sur 2013 et 2014. Suivaient ensuite les grandes entreprises (30 %) et les entreprises de taille intermédiaire (22 %).

    C’est là qu’intervient la fameuse capacité d’accumulation de la propriété. C’est bien beau de dire que 48% du pactole est versé aux TPE-PME, 22% aux entreprises de taille intermédiaire (ETI) et 30% aux grandes entreprises (GE). Mais si on ne dit pas que les grandes entreprises (GE) qui reçoivent 30% du pactole sont environ 200 alors que les TPE-PME qui se partagent 48% du pactole sont au nombre de 515 000 on manque une information cruciale.

    Pour être clair : une grande entreprise touche en moyenne 19 millions d’euros, quand une TPE touche 4 mille euros et une PME 37 mille euros.

    Les quelques grands propriétaires de grandes entreprises vont toucher en moyenne 19 000 000 d’euros, quand le million de petits propriétaires de petites entreprises vont toucher en moyenne 4 000 euros. Et il n’est pas du tout sûr que cet argent soit réinvesti dans les entreprises ni transformé en emplois. Quand aux millions de salariés de ces entreprises, ils toucheront éventuellement ce que les propriétaires des entreprises veulent bien leur laisser.

    On note aussi que le mélange "TPE-PME" utilisé par Le Monde permet de gommer encore plus les inégalités avec les ETI et les GE. Pour la seule année 2015 :

    Les TPE sont 420 000 à se répartir 1,6 milliards d’euros
    Les PME sont 115 000 à se répartir 4,4 milliards d’euros
    Les ETI sont 4 400 à se répartir 3,2 milliards d’euros
    Les GE sont 250 à se répartir 4,6 milliards d’euros

    Sans oublier que les TPE et les PME n’ont pas grands chose à voir, voici les définitions :

    TPE : moins de 10 salariés
    PME : 10 à 249 salariés
    ETI : 250 à 4 999 salariés
    GE : plus de 5 000 salariés

    99,14 % des entreprises se partagent 44% du CICE et 0,86% des entreprises (les grosses) se partage 56% du CICE. À eux seuls les grands groupes (0,05% des entreprises) captent 33% du CICE. Oui le CICE est majoritairement au bénéfice des grandes entreprises, dont les grands groupes.

    Aussi n’oublions pas que à l’intérieur de ces 4 catégories les entreprises n’ont pas toutes la même taille. Les Grandes entreprises commencent à 5 000 salariés, mais les plus grandes d’entre elles regroupent autour de 200 000 salariés, autant de justificatifs pour recevoir de l’argent de l’État :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Classement_des_plus_grandes_entreprises_fran%C3%A7aises#Classements

    Enfin le dernier argument est aussi pertinent que le reste du "décodage" :

    De surcroît, le seul rapport du comité de suivi du CICE publié à ce jour soulignait que 78 % de la masse salariale des TPE/PME était éligible au CICE (donc concerné par la baisse des charges), contre 56 % dans les entreprises de plus de 2 000 salariés.

    Si on prend du recule, qu’on considère les chiffres que j’ai présenté ci-dessus, on voit que cet argument est très faible, voire ne vaut rien. Car ce qui permet de gagner de l’argent offert par l’État ce n’est pas le pourcentage de salariés "éligibles" mais le nombre de salariés "éligibles" dans l’entreprise (rappelons que bien que les salariés soient dit éligibles, l’argent ne leur revient pas. Elle va aux entreprises puis très certainement dans les poches de ceux qui les dirigent : les propriétaires).

    Mais quand il s’agit de reprendre la propagande du ministère on peut compter sur les Décodeurs. En effet ce dernier point est directement issu des éléments de langage diffusés par le ministère de Michel Sapin :

    Du coup, contrairement aux Décodeurs je ne pense pas que cette phrase soit exagérée ni que c’est une intox. Je dois avouer que je suis assez d’accord avec elle :
    « Le CICE, vous l’avez donné en priorité aux grands groupes. »

    Je dirais même plus « Le CICE, vous l’avez donné en priorité aux grands propriétaires . »

    Avec ce cas, on retrouve tout le problème du second tour Le Pen contre Macron : un débat entre l’empoisonneur et le poison. Un méli-mélo d’intox et de contre-intox intoxiquées.

    • Les propos exactes de Marine Le Pen sont :

      « Vous avez fait la seule chose que vous savez faire M. Macron : vous avez aidé les grands groupes. Comme d’habitude. Le CICE vous l’avez accordé en fait en priorité aux grands groupes. Les TPE-PME qui réclamaient qu’on aille leur alléger leur difficulté, leur donner de l’oxygène, vous avez fait comme si elles n’existaient pas. […] Vous n’avez pas baissé les charges pour les TPE-PME. Vous n’avez pas mis en œuvre de délai de paiement pour les TPE-PME, de guichet unique, de simplification administrative, de patriotisme économique… »

      http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/05/04/marine-le-pen-noie-le-debat-sous-une-avalanche-d-intox_1567143

      On voit que Libération, comme Le Monde, cherche à invalider ces propos en se basant sur les éléments de langages et les analyses biaisées du ministère :

      Avec une amélioration : la prise en compte du rapport de la sénatrice Marie-France Beaufils (PCF).

    • Bien sûr, ce qui est déjà scandaleux dans le CICE, c’est que l’argent des plus pauvres est récolté :

      – un simple clochard paye 20% d’impôts à travers la TVA (impôt le plus important en France)
      – l’impôt sur le revenu est essentiellement payé par la classe moyenne

      pour financer le pouvoir des plus riches (qui emploient les plus pauvres) : propriétaires de petites et (très) grandes entreprises (Bettencourt n’est imposé qu’à hauteur de 4% :http://www.leparisien.fr/faits-divers/liliane-bettencourt-ne-payerait-que-4-d-impots-20-04-2011-1415598.php).

      Mais là en plus on voit (ok on le savait déjà) l’inégalité tout aussi énorme entre ces propriétaires riches.

      La fin du bouclier fiscal et la réforme de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) ne bouleverseront pas la vie de Liliane Bettencourt. Au contraire : pendant un an ou deux, révèle le Canard enchaîné, la femme la plus riche de France verra « sa ponction fiscale divisée par quatre, passant -pour l’impôt sur le revenu et l’ISF- de 40 millions (en 2010) à 10 millions. A comparer avec des revenus tournant autour de 250 millions ». Soit « un taux d’imposition direct global d’environ 4 % de ses revenus effectifs, soit le taux appliqué à un contribuable touchant 1 300 euros net par mois », assure le journal.

      Selon le Canard, l’explication est la suivante : avec la réforme, le taux de l’ISF est divisé par 3 (0,5 % contre 1,80 % au maximum actuellement), afin de compenser la fin du bouclier fiscal. Or, ce dernier est calculé sur les revenus perçus deux années plus tôt. Pour 2011 et 2012, « les contribuables soumis à l’ISF auront donc le beurre et l’argent du beurre : le taux réduit et le remboursement du bouclier fiscal », écrit le Canard.

    • Sur le sujet :

      Le CICE, un scandale d’Etat ?
      http://www.latribune.fr/economie/france/le-cice-un-scandale-d-etat-587387.html

      En clair, le le Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE) est donc un cadeau sans contrepartie fait aux #entreprises, une rentrée financière supplémentaire soumise à aucun contrôle qui aura surtout permis d’atténuer l’envolée des défaillances d’entreprises. « Le nombre de bénéficiaires rend la tâche impossible pour les services fiscaux. (...) Pour les entreprises assujetties à l’impôt sur les sociétés, il est demandé de ne pas réaliser de contrôle a posteriori sur restitutions et imputations (...) », précise le rapport qui aboutit à la conclusion suivante : « le contrôle réalisé se limite donc ici à une vérification du calcul du crédit d’ #impôt ». L’utilisation du #CICE est donc laissée à la discrétion des dirigeants ? Pas tout à fait. Le rapport dévoile la communication internet du ministère de l’#Économie - et pas des #Finances qui est pourtant en charge de ce dossier ! - concernant les risques de contrôle liés au CICE. Elle indique noir sur blanc que « le suivi de son utilisation repose sur le dialogue social. L’entreprise a une obligation de transparence par rapport à l’utilisation du CICE, vis-à-vis des #partenaires_sociaux ». Pour l’instant, quatre ans après le lancement de ce dispositif, aucune information relative à cette volonté de transparence n’a été dévoilée.

    • Pour contextualiser, les infos de l’INSEE :

      Sur ces 3,75 millions d’entreprises, 274 grandes entreprises (GE) emploient 4,33 millions de salariés fin 2013, soit 29 % du total. À l’opposé 3,61 millions, soit 96 %, sont des microentreprises ; elles emploient environ 2,81 millions de salariés (19 % du total). Par-delà ce dualisme se dessine une partition assez équilibrée de la valeur ajoutée ou de l’emploi : 5 300 entreprises de taille intermédiaire (ETI) et 138 000 petites et moyennes entreprises (PME) non microentreprises emploient respectivement 24 % et 28 % des salariés.

      https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/2497076/ENTFRA16_g_FTL01-prod.pdf
      https://www.insee.fr/fr/statistiques/2497076?sommaire=2497179&q=pme

      Les définitions de petites et moyennes entreprises (PME) et Microentreprises (MIC ou TPE) :

      les petites et moyennes entreprises (PME) sont celles qui, d’une part, occupent moins de 250 personnes, d’autre part, ont un chiffre d’affaires annuel n’excédant pas 50 millions d’euros ou un total de bilan n’excédant pas 43 millions d’euros ;
      – parmi elles, les microentreprises (MIC) occupent moins de 10 personnes et ont un chiffre d’affaires annuel ou un total de bilan n’excédant pas 2 millions d’euros ;

    • Merci pour cette belle démonstration. Mais au delà du tour de passe passe volume contre volume par entreprise qui met clairement les GE devant comme tu le montres, #le_monde a juste bidonné (#fake_news) sa réponse en regroupant TPE + PME pour faire passer le volume devant les GE, car si on garde les découpages des documents que tu fournis, c’est bien les GE qui ont le plus de millards, devant les autres catégories d’entreprises. Ahurissant.

    • J’ai un peu honte j’ai aussi bénéficié du CICE à mon grand étonnement. Mon conjoint étant médecin généraliste emploie une secrétaire à mi-temps et donc nous avons eu un crédit d’impôt de 6% sur le total des salaires bruts soit 861 euros. Du coup nous avons augmenté la secrétaire.

    • Bonjour,

      Quand on reprend les chiffres sur la répartition du CICE que vous donnez et qu’on les belote avec le la répartition des salariés entre les différentes catégories d’entreprise, on peut déterminer un rapport de captation du CICE par salarié selon les appartenances aux catégories d’entreprise.
      Du coup, ce rapport est le suivant :
      – 0.084 pour les salariés des TPE,
      – 0.157 pour les salariés des PME,
      – 0.133 pour les salariés des ETI
      – 0.158 pour les salariés des GE.

      Cela semble une répartition plutôt équitable, si on considère que pour bon nombre de TPE, ces entreprises ne génère pas d’argent, non ?

    • Bonjour @knox

      Merci pour le calcul. Cependant :
      1/ les salariés ne sont que des faire-valoir, il est extrêmement peu probable qu’ils touchent le moindre centime du CICE.
      2/ Les entreprises elles-même ne sont que des faire-valoir car le CICE est distribué sans conditions, sans obligation d’utilisation.
      3/ il est donc très probable que seuls les propriétaires des entreprises touchent le CICE, sûrement pour le placer dans un paradis fiscal
      4/ Même avec ton calcul on voit que les GE touchent la plus grosse part.

      À quoi ça sert de donner des dizaines de millions d’euros à Carrefour ou Auchan, qui semblent être les plus gros employeurs et qui se portent bien ?



  • Une discussion avec Aude Lancelin sur l’état (désastreux) de la presse hexagonale - VICE
    https://www.vice.com/fr/article/interview-aude-lancelin-le-monde-libre

    On est passé du grand patron de presse à l’idéologie bien affirmée à des actionnaires voraces, en fait. Des mecs fascinés par « le progrès » et tout ce qui dissimule le néolibéralisme le plus classique.

    Absolument. Ces gens-là ont un tout autre rapport à la presse qu’un Robert Hersant ou un Serge Dassault, qui ont pourtant longtemps fait pousser des cris d’orfraie à la gauche. Il ne s’agit plus de s’offrir un titre pour soutenir tel ou tel camp, on est passé à un autre âge de la propagande, plus insaisissable, plus dangereux par conséquent. Au sens large, il s’agit en effet d’imposer une vision libérale du monde, où la casse sociale la plus sordide se voit réenchantée en modernité ubérisée, de promouvoir un monde fluide, pseudo-innovant, sans alternative. Il s’agit également d’infuser dans le milieu du journalisme de nouvelles méthodes de « management », importées d’autres univers, comme celui de la banque. Personnellement je parlerais de saccage.
    […]
    À terme, je ne pense pas que Le Monde puisse être une réussite économique, même si pour le moment, jouer la carte « quotidien de référence » s’avère bien sûr un recours efficace. À cet égard, sa dernière innovation, le #Décodex

    Ça, je comptais vous en parler.

    Personnellement, ça m’a beaucoup fait rire. Comment les journalistes d’un groupe appartenant à deux milliardaires issus du luxe et des télécoms et un banquier d’affaires peuvent-ils se penser bien placés pour décerner des points de bonne conduite intellectuelle à qui que ce soit ? Comment peut-on notamment attendre d’un tel titre qu’il promeuve des idées dérangeantes ?

    Le cas des Crises, l’un des rares sites alternatifs en ce qui concerne les affaires internationales, est particulièrement évocateur. Son approche de la crise ukrainienne, à rebours de celle du Monde qui est plus ou moins réglée sur celle d’un Bernard-Henri Lévy, lui a sans doute valu cette mise à l’index. Ne peut-on pourtant dire que ce dernier, #BHL, est l’un des principaux propagateurs de #fake_news des vingt dernières années en France ? Souvenez-vous du nombre d’erreurs factuelles relevées par la presse américaine dans Qui a tué Daniel Pearl ?, souvenez-vous des contrevérités brandies par ce personnage pour justifier une intervention guerrière en Libye.

    • Au-delà du cas Joffrin, la #critique des #médias n’est pas un sport très répandu chez mes confrères. Ça passe souvent pour un manque de « #confraternité ». On entend souvent ce terme-là, que je n’ai pour ma part jamais compris. Si vous êtes charcutier, devez-vous vous sentir solidaire d’un confrère qui mettrait de la viande avariée dans ses saucisses ? C’est très curieux comme idée. Personnellement, je ne me sens nullement solidaire de David Pujadas, de Ruth Elkrief ou d’Arnaud Leparmentier. Nous ne faisons tout simplement pas le même métier, eux et moi. En réalité, la « confraternité » est bien souvent une façon de se serrer les coudes, de défendre des positions de pouvoir. Aussi bien Guy Hocquenghem que Karl Kraus ou George Orwell, tous journalistes à leur façon, ont insisté sur la nécessité, pour les journalistes, de mener une critique impitoyable de leur propre profession.

      #journalisme

    • Pas vraiment le temps mais oui, moi aussi, j’ai des réserves sur les positions d’Aude Lancelin même si je trouve certaines de ses positions vraiment pertinentes et parfois courageuses (mais d’une certaine manière elle est aussi un produit de ce système, et elle y est intégrée). Une autre chose me gêne, mais c’est peut-être le média « Vice » qui l’a imposé, c’est ces grands portraits d’elle. D’un côté elle critique les cultes de la personnalité, le spectacle affligeant de ces « journalistes paillettes », de l’autre elle ne refuse pas d’apparaître comme ceux qu’elle critique. Ce n’est pas l’essentiel, juste un symbole ici. Le plus important c’est bien sur les idées et les constats. Je garde en réserve pour développer plus tard, j’aurai sans doute envie d’y revenir.


    • Mouarf ils vont se faire des amis :

      Les blogs du Monde Diplomatique

      Il ne s’agit pas d’articles du « Monde Diplomatique », mais de blogs hébergés par le site. Leur pertinence ne peut donc être jugée qu’au cas par cas.
      Ce site est-il fiable ?

      Attention, ce site n’est pas une source à proprement parler ou sa fiabilité est trop variable pour entrer dans nos critères. Pour en savoir plus, cherchez d’autres sources et remontez à l’origine de l’information.

      Probablement parce qu’ils n’ont pas digéré ce billet de blog :

      Politique post-vérité ou journalisme post-politique ? par Frédéric Lordon, 22 novembre 2016
      http://blog.mondediplo.net/2016-11-22-Politique-post-verite-ou-journalisme-post

      La réponse à l’époque était « drôle » : https://twitter.com/Antonyn6/status/803972350664384512

    • Oh il y a des perles dans leurs jugements, Les déconneurs sont-ils fiables ?

      Valeurs actuelles

      Un hebdomadaire d’information généraliste positionné politiquement à droite. Le magazine a été condamné pour provocation à la haine raciale envers les Roms en 2015 après sa couverture « Roms : l’overdose ». Le site Internet et le journal mentionnent leurs clairement leurs sources et publient des informations vérifiées mais certaines enquêtes ou reprises d’autres médias sont à prendre avec précaution.

      Ce site est-il fiable ?

      Ce site est en principe plutôt fiable. N’hésitez pas à confirmer l’information en cherchant d’autres sources fiables ou en remontant à son origine.

      Fakir

      Un journal indépendant de gauche, situé à Amiens, dirigé par François Ruffin, réalisateur du film « Merci patron », avec une ligne éditoriale militante et un parti pris clairement revendiqué.

      Ce site est-il fiable ?

      Ce site peut être régulièrement imprécis , ne précisant pas ses sources et reprenant des informations sans vérification. Soyez prudent et cherchez d’autres sources. Si possible, remontez à l’origine de l’information.

    • Impressionnant :

      BFMTV

      Chaîne de télévision d’information en continu, propriété du groupe NextRadio TV.

      Ce site est-il fiable ?

      Ce site est en principe plutôt fiable. N’hésitez pas à confirmer l’information en cherchant d’autres sources fiables ou en remontant à son origine.

      –----------

      La Horde

      Un site d’extrême gauche et anti extrême droite, dont les contenus proviennent souvent de militants sans être vérifiés.

      Ce site est-il fiable ?

      Ce site peut être régulièrement imprécis , ne précisant pas ses sources et reprenant des informations sans vérification. Soyez prudent et cherchez d’autres sources. Si possible, remontez à l’origine de l’information.

      –-------------

      Paris Lutte Info

      Un site militant qui se présente comme anticapitaliste, anti-autoritaire et révolutionnaire.

      Ce site est-il fiable ?

      Ce site peut être régulièrement imprécis , ne précisant pas ses sources et reprenant des informations sans vérification. Soyez prudent et cherchez d’autres sources. Si possible, remontez à l’origine de l’information.

    • Merci @fil pour la carte.

      Le fichier .csv est vraiment pratique pour visualiser rapidement les différents avis, je le remets ici : https://framadrop.org/r/uet9Fw0uf_#zuTD8ZA0qZ1v4sf5pRgf+7hQAioSYMKrAsJ/vkQsQpo=

      @intempestive : j’ai repéré 4 sites d’extrême gauche / anars (Fakir, Paris-luttes, Rebellyon et La Horde) + les blogs du Diplo.

      Je serai vraiment intéressé d’avoir une analyse sur le fond, à la fois ce que ça sous-entend comme conception de la presse, de la « fiabilité », du fait, sans parler du méli mélo « les extrêmes sont un peu pareilles ». J’attends impatiemment le retour d’Acrimed, qui n’apparaît pas dans la base de données.

      Ca me rappelle l’intention de labelliser les sites d’info que le gouvernement Sarkozy avait évoqué en 2007 :
      http://www.zdnet.fr/actualites/bientot-un-label-de-qualite-pour-les-sites-web-d-information-39367199.htm
      http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/rapports/tessier/rapport-fev2007.pdf

      L’outil très critiquable des Décodeurs a eu le mérite de lancer quelques discussions sur Twitter (je pense qu’il y en a eu beaucoup d’autres, je note déjà celles-ci) :
      https://twitter.com/melo_meli/status/827159693835505665
      https://twitter.com/okhin/status/827166190107783168

      Sinon, l’édito du Monde au sujet du Decodex est sidérant à tous points de vue :

      La défense des faits
      http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/02/02/editorial-la-defense-des-faits_5073248_4355770.html

      #journalismplaining

    • Merci @arnoferrat. Au moment où j’avais testé, Rebellyon, CQFD, La Brique, Rezo et FPP n’étaient pas encore référencés et Paris-luttes aboutissait à une page d’erreur.

      Le Décodex n’est pas un outil de vérification de la fiabilité d’un site (un Web of Trust ciblé sur les infos), mais un moyen d’#auto-légitimation et une défense de l’ordre journalistique existant. Une tentative de reprendre la main face à la défiance généralisée que subissent les médias dominants, lancée précisément au moment de la parution du « baromètre annuel des médias Kantar/La Croix », pas vraiment glorieux pour le vieux Monde et ses compagnons de linéaire
      http://www.humanite.fr/un-francais-sur-deux-ne-fait-pas-confiance-aux-medias-631554

      La radio reste le média le plus crédible pour 52% des Français, suivi des journaux, puis de la télévision. Seuls 26% font confiance à Internet.

      Les Français s’informent en premier lieu par la télévision (48%), suivi d’Internet (25%), puis de la radio (20%), et enfin par la presse papier (seulement 6%). Les chaînes d’information sont moins regardées qu’en 2016 pour « approfondir les sujets d’actualité » avec 30% d’utilisateurs, contre 44% l’année dernière.

      Le seul fait que cet outil de « vérification » censément neutre soit administré par un journal devrait suffire à le disqualifier. Tout à sa croyance ferme en la « neutralité journalistique », Le Monde ne voit même pas où est le problème dans le fait d’être juge et partie. Ou plutôt il se fait de la #publicité par d’autres moyens, en instrumentalisant la #critique_des_médias à son bénéfice.

    • Je suis d’accord avec tes arguments mais pas tout à fait avec ta conclusion. En défense de leur truc, ça répond aux angoisses d’un certain public, liées à l’actualité (fake news). Il me semble pertinent qu’un journal s’empare de ce sujet, et le format de « l’outil de vérification » est plutôt original.

      On peut critiquer le résultat tant qu’on veut, démontrer que la « neutralité » est fallacieuse, que ça ne passera jamais à l’échelle du web, que c’est très superficiel (à peine passable au niveau 1ère année de socio), mais je ne crois pas qu’il est illégitime pour un journal d’approcher ce sujet de cette façon.

      (Qu’un journal « se fasse de la publicité » en parlant de tout et n’importe quoi, c’est comment dire, la base du métier…)

      Ce qui est plus inquiétant à mon sens, à l’analyse de la carte, c’est ce que ça montre du paysage mental de nos journalistes décodeurs, ou en tout cas de la perception qu’ils ont d’Internet : une place de marché où des médias sérieux, des médias pas sérieux, des blogs militants extrémistes, et des plateformes neutres se battent pour l’attention et le buzz.

      Ou plutôt, que le web est fait de 1) la presse sérieuse et vertueuse (Le Monde et les journaux régionaux) 2) de sites qui sont soit faux-pour-rire, soit faux-par-idéologie, soit faux-par-appât-du-gain, soit encore faux-par-incurie.

      À l’exception d’un ou deux blogs scientifiques ou site de ministère, pas la moindre trace de sites institutionnels, de bases de données, d’associations, de bibliothèques, de musées, d’artistes, d’universités, etc.

      Au final si on regarde le fichier, il s’agit d’une poignée de bookmarks, commentés de manière superficielle et appartenant à des domaines assez étriqués. Les sujets couverts sont particulièrement restreints (un peu de santé, un peu de news généraliste, beaucoup d’extrême droite et de conspi).

      Si c’est ça le web qu’ils fréquentent au quotidien, je les plains du fond du cœur.

    • En défense de leur truc, ça répond aux angoisses d’un certain public, liées à l’actualité (fake news).

      Certainement. Et de fait, lutter contre le conspirationnisme ambiant est une bonne chose. Mais tous les moyens pour ce faire ne me semblent pas aussi pertinents.

      On peut critiquer le résultat tant qu’on veut, démontrer que la « neutralité » est fallacieuse, que ça ne passera jamais à l’échelle du web, que c’est très superficiel (à peine passable au niveau 1ère année de socio), mais je ne crois pas qu’il est illégitime pour un journal d’approcher ce sujet de cette façon.

      Disons que si je suis fabricante de canapés, je peux tout à fait sortir un comparatif sur la qualité de tou·tes les fabricant·es de canapés, en m’auto-attribuant au passage le bon point de la meilleure qualité, mais ça n’est pas bien sérieux. Divers commerces ne se privent pas de le faire, ils ont leurs laboratoires de tests et leurs brochures de résultats - on sait à quoi s’en tenir. Scientifiquement, ça s’appelle un biais et ça suffit à disqualifier une étude. Déontologiquement, c’est spécieux. Mais on est bien d’accord, c’est tout à fait légitime et légal de publier des choses biaisées, et ça peut être fait avec les meilleures intentions qui soient.

      À l’exception d’un ou deux blogs scientifiques ou site de ministère, pas la moindre trace de sites institutionnels, de bases de données, d’associations, de bibliothèques, de musées, d’artistes, d’universités, etc.

      Oui, c’est une sorte de carte mentale des journalistes du Monde en fait.

    • #Le_Monde : où comment s’approprier la critique des médias ... Testé le bousin hier. Ils n’ont pas encore d’avis sur « Seenthis » mais je parie qu’on aurait droit à
      « Attention, ce site n’est pas une source à proprement parler ou sa fiabilité est trop variable pour entrer dans nos critères. Pour en savoir plus, cherchez d’autres sources et remontez à l’origine de l’information. »
      Par contre là où je commence à trouver ça flippant, c’est que le réseau « Canopé » ( réseau de création et d’accompagnement pédagogique !!!, ex centres de documentation pédagogique) en fait un outil « fiable » pour les enseignants et leurs élèves qui se confrontent à l’information. Ci-dessous le lien vers le « scoop-it » de Canopé du Loiret :
      http://www.scoop.it/t/infos-docs-crdp-45

      et l’article d’Arrêt sur Image linké par la page sus-nommée :
      https://www.arretsurimages.net/articles/2017-01-25/Comment-le-Decodex-du-Monde-va-labelliser-l-infaux-en-ligne-id9493
      L’article est sous ¨Paywall" mais on n’en a cure ; rien que le début vaut son pesant de beaujolais ...

      Ce qui me fait braire, c’est que les baronnets de l’éducnat préfèrent remplacer l’esprit critique par des algorithmes. Air du temps ...

    • La fin de l’article d’ASI :

      RT et Sputnik en orange, Egalité et réconcilation en rouge, @si en vert

      A partir de combien de "mauvaises" réponses bascule-t-on de la catégorie "fiable" à "pas fiable" ? "Il n’y avait pas de critères pointus", répond Laurent. "Ce n’était pas : « A partir de 7/10, vous n’êtes pas fiable ». C’est simplement une grille qui nous a guidé dans notre choix. On ne l’a pas utilisée de manière scientifique". Le classement du Monde risque d’en froisser quelques uns : Melty, le site qui cartonne chez les 15-30 ans, où les rédacteurs sont payés au nombre de clics, se retrouve par exemple dans la même catégorie que le blog d’extrême-droite FDeSouche ou les sites financés par le gouvernement russe, Russia Today ou Sputnik : la catégorie "Orange, soit des "sites régulièrement imprécis, ne précisant pas leurs sources et reprenant des informations sans vérification".

      Dans quelle catégorie est classée Le Monde ? "Vert". Et Arrêt sur images ? "Vert aussi" répond Laurent, qui assure que "toute la presse française est en vert". Les médias traditionnels, forcément fiables, contre le reste du monde ? Voilà qui ne manquera pas de faire grincer quelques dents, au sein de la fachosphère notamment. "On en est bien conscient", répond Laurent, qui assure que le but n’est pas de se poser en police de la presse ou en apôtre de la vérité, mais juste de rendre service aux lecteurs, pour leur permettre d’identifier les sites de fake-news, mis sur le devant de la scène depuis l’élection de Trump aux Etats-Unis. "C’est une beta, on se lance, on sait que c’est perfectible", reconnaît le fondateur des Décodeurs. "Notre idée, c’est vraiment de se concentrer sur les sites pas fiables". Rendez-vous le 1er février.

    • Le pesant de beaujolais :

      Comment le « Decodex » du Monde va labelliser l’infaux en ligne
      FDeSouche, RT et Sputnik en orange, toute la presse française en vert

      « Parodique, totalement faux, peu fiable ou fiable », choisissez votre camp. A partir du 1er février, Les Décodeurs du Monde proposeront une extension, financée par le fonds Google, censée permettre aux internautes de mieux se repérer en ligne, et séparer les bons et les mauvais sites d’info. Comment ça va marcher et quelle est la définition, au juste, d’un site « pas fiable » ? Mode d’emploi, à quelques jours du lancement du « Décodex ».

      Arretsurimage.net

    • Merci pour les arguments ! L’article de Vincent Glad est plutôt intéressant également :
      http://an-2000.blogs.liberation.fr/2017/02/03/pour-chasser-les-fake-news-le-monde-donne-une-definition-du

      On pourra également signaler que dans la construction de leur liste, les Décodeurs ont manqué à la première définition qu’ils appliquent : la vérification des informations. Aucune personne ou collectif s’occupant d’un site n’ont été contactés pour connaître leurs pratiques en terme de vérification.

    • @fil @intempestive 60 000 euros, c’est ce qu’on avait demandé pour réaliser l’idée d’un atlas géopolitique ou mondialisation ou politique, on était pas encore très sur de l’approche à adopter :)

      Mais on avait envie d’imaginer la possibilité d’images carto avec des visions un peu inédites et originales, basées en même temps sur l’analyse de grosses bases de données et d’observations qualitatives, avec une extension Internet, mais je suis sur que nos décodeurs auraient classés ça en super non fiable, infos jamais vu ailleurs etc...

      A ce rythme là, les équipes et projets de recherche un peu créatives, qui proposent des pistes de réflexions un peu nouvelles, ou en tout cas peu ou pas explorées n’ont aucune chance de passer le test Decodex ou Verificator (on pouvait pas trouver des noms plus débiles d’ailleurs)

      On sait maintenant que pour le même prix, tu peux faire un truc magique qui te dit instantanément si t’es tricard ou pas quand tu aimes bien un site qui t’apprends des trucs.

      @fil

      je ne crois pas qu’il est illégitime pour un journal d’approcher ce sujet de cette façon.

      J’ai beau essayé de retourner le sujet dans tous les sens, je n’arrive pas à ne pas voir un énorme conflit d’intérêt. Je veux bien croire qu’il soit nécessaire de répondre à l’angoisse des lecteurs sur la question des fake news, et c’est pertinent de la part d’un journal comme le Monde d’y répondre (même si ce canard est vérolé jusqu’à la moële du fait de son actionnariat), mais Décodex pour faire office de Temesta ou Tranxène, ça fait plutôt placebo. Ça va pas beaucoup aider.

      Et pour un journal appartenant à des Industriels, point de vue fake news, ils auraient pu commencer à imaginer un logiciel magique qui mouline tout ce qui se dit et s’écrit dans leurs colonnes et dans tous les autres journaux qui appartiennent à des industriels (c’est pas ce qui manque), puis de faire des croisements avec des groupes de pressions, des lobbies, des amitiés politiques, etc... Là, oui, ce serait pertinent et légitime qu’ils s’emparent de ce sujet, mais bon. Ils vont pas non plus se suicider.

      Mais Comme Juliette, je reste terriblement choqué que les mecs du Monde se soient lancé dans cette initiative, que la hiérarchie a laissé faire (remarque en même temps, ils ont du se dire qu c’était un bon coup de pub - ndt : un truc bien putassier).

      Voilà, hélas : Le Monde, toujours plus bas.

      @fil Tu pointes d’ailleurs que leur univers mental Internet est minuscule. Sachant que la biodiversité Internet c’est des centaines de milliers pour ne pas dire des millions de sites en toutes langues qui évoluent, changent, produisent, proposent, invitent, crée, nous émerveillent ou nous affligent ; tous les jours, toutes les heures, on comprend que Décodex est voué à remplir les poubelles fantômes d’Internet assez rapidement tellement leur truc n’est pas soutenable dans le temps.

      C’est vrai que pour s’y retrouver et choisir « ses » sites c’est beaucoup de travail individuel (merveilleusement mis en commun sur seenthis d’ailleurs) et il me semble que pour l’instant, avec cette méthode, ça marche assez bien (seenthis fonctionne parfois comme un lieu de « peer review » : parfois, les retours des seenthisien·nes font mal parce qu’on ne s’y attend pas, mais c’est toujours très riche et au bout du compte, on apprend toujours à être plus prudent, plus critique et à encore mieux vérifier ce qu’on lit et ce qui nous plait. En tout cas, c’est foisonnant, on s’y perd avec délice, on en a la tête qui tourne, mais avec un peu de méthode, on reprend un peu le contrôle de nous même (et de nos journées de travail) :)

      Peut-être d’ailleurs qu’une fois de plus, tout ce bruit, ce n’est qu’un gros plan marketing, ou plan com, je sais pas, ou une justification qu’ils ont bien dépensés 60 000 boules pour un truc spectaculaire auquel cas on poursuit dans le grand guignol et il n’y a rien de vraiment nouveau.

    • Un logiciel magique qui mouline tout ce qui se dit et s’écrit dans leurs colonnes (…), puis de faire des croisements avec des groupes de pressions, des lobbies, des amitiés politiques

      Exactement. Ce genre de logiciel existe, pour l’analyse ou la cartographie de #controverses. Le plus souvent c’est appliqué aux « controverses scientifiques », mais il n’y a pas de raison que ça y reste confiné.

      Il faut jeter un oeil par exemple aux programmes tout à fait surprenants #Prospero et #Marlowe :
      http://prosperologie.org/?sit=22#1
      https://tcp.hypotheses.org/1039
      http://prosperologie.org/mrlw/blog

    • Un petit bilan quantitatif (graphiques à suivre plus tard)

      Comme l’explique Le Vilain Petit Canard cité dans l’article pointé ci-dessus par @arnoferrat
      https://seenthis.net/messages/566065#message567135
      l’appli est une simple interface de consultation d’un tableau de 1289 jugements « personnels ».

      Les données sont fournies dans l’article
      http://www.levilainpetitcanard.be/articles/actu/decodex-sous-le-capot_1461042316
      ainsi que, tout en bas dans les références, un lien vers la gg:sheet contenant les données.

    • @aude_v ah si, moi j’avais trouvé ça très chelou, j’ai même écrit pourquoi (en critique constructive parce que j’aime bien Basta !) depuis Hongkong en décembre 2015. Mais depuis, je n’ai pas consulté ce portail une seul fois et je n’ai aucune idée de ce que ça devient.

    • Le FINP oblige à « chercher » des sujets « innovants »... l’innovation n’en a rien à faire des états d’âme.
      Et là, ils ont réussi à sortir un dossier qui certes n’aurait sans doute pas du être mené par Le Monde, mais bon... ça leur a permis de croûter quelques mois hein... :-) Et si ça ne vit pas, ou si c’est mis hors ligne dans 15 jours, l’argent lui, il aura bien été dépensé.


  • Servitude volontaire de la presse (et de l’État) face aux géants du numérique | Benjamin Lagues
    http://www.acrimed.org/Servitude-volontaire-de-la-presse-et-de-l-Etat

    L’information est publique mais peu connue : Amazon, le site de e-commerce, et le quotidien américain le Washington Post ont le même patron, Jeff Bezos. Le fondateur d’Amazon a en effet racheté le titre en octobre 2013. Avec une promesse : augmenter le lectorat du quotidien, alors en baisse. Ce rachat d’un journal par un oligarque du numérique illustre une tendance actuelle : depuis quelques années, des acteurs comme Google, Apple, Facebook et Amazon (dits les « GAFA ») investissent fortement, directement ou indirectement, dans la presse. Source : Acrimed


  • Émile Zola interviewé sur l’interview | Retronews
    http://www.retronews.fr/actualite/%C3%A9mile-zola-interview%C3%A9-sur-linterview

    « — C’est une chose excessivement grave qui, pour être bien faite, exige d’énormes connaissances. Il faut avoir l’usage de la vie, savoir où l’on va, connaître – au moins par ses œuvres – l’homme chez qui l’on se rend, approfondir la question qu’on doit lui soumettre, savoir écouter, prendre tout ce que l’on vous dit, mais dans le sens où on le dit, interpréter avec sagacité et ne pas se contenter de reproduire textuellement. […] Non, l’interviewer ne doit pas être un vulgaire perroquet, il lui faut tout rétablir, le milieu, les circonstances, la physionomie de son interlocuteur, enfin faire œuvre d’homme de talent, tout en respectant la pensée d’autrui. »

    #journalisme

    http://zinc.mondediplo.net/messages/48128 via BoOz


  • https://feministoclic.olf.site/rocco-medias-histoire-de-fascination

    Le film « Rocco » de Thierry Demaizière et Alban Teurlai est à l’affiche depuis mercredi. Articles, interviews, critiques de films, plateaux télé… pas un média n’a écarté le sujet et la revue de presse semble infinie.

    Oscillant entre rejet et fascination, les journalistes peinent à choisir. Bien sûr, ils évoquent les violences du porno… mais pour mieux les évincer. Une phrase, deux au maximum comme dans l’article du Monde où les réalisateurs précisent « C’est un univers très dur, et quelques images des bleus sur les corps des actrices, de leur fatigue suffisent à en montrer la violence »… avant de très vite passer à autre chose. Car ce n’est pas le sujet. Finalement, le seul objet de ce documentaire comme de tous les articles qui lui sont consacrés reste le même : se concentrer sur ce qui intéresse vraiment, sur ce qui passionne, l’homme.

    Il suffit pour s’en convaincre de voir comment Rocco Siffredi est nommé. « Força du sexe » (Le Point), « l’étalon italien » (Le Monde), « la bête de sexe » (Le Parisien)… les qualificatifs virilistes ne manquent pas. Même Thierry Demaisère parle de « monstre sacré, une sorte de Mike Tyson du porno » (20 Minutes). Pourtant, après deux ans à suivre le personnage, on pouvait espérer un peu plus de recul.

    A chaque article, les chiffres dégoulinent. La taille de son sexe, le nombre de films, de « partenaires »… Et puis le voyeurisme prend la suite : on veut savoir comment il vit ce « métier », son articulation avec sa vie de famille, ce qu’il raconte à ses enfants, sa relation à sa mère… Et qu’elles soient bonnes ou mauvaises, les critiques du film transpirent de la même déception : l’homme fascine et les journalistes auraient adoré que le documentaire leur en révèle plus. Ils sont comme hypnotisés par ce personnage qui concentre à lui seul tous les codes d’une sexualité sexiste, violente et malsaine, construite uniquement sur un rapport de domination.

    D’ailleurs, les journalistes n’arrivent pas à distinguer la violence de la sexualité ni à voir le rapport pathologique que l’homme entretient avec la pornographie. Ils nous parlent d’un homme « enchaîné à ses besoins sexuels » (Huffington Post ), « qui dut errer avec son désir trop grand » (Le Point), « d’addiction au sexe » (Télérama ) ou de sa vie « hanté par le désir » (Paris Match). Or, il ne s’agit nullement de sexe ni de désir mais bien d’un homme addict à la domination et à la violence que génère le porno. Mais de ça, vous n’entendrez rien ou si peu.

    #male_gaze #phallolatrie #domination_masculine #culture_du_viol #malealphisme

    • Et qui pour remettre en cause ses propos ? Le pire reste lors des interviews où l’on veut nous faire croire que le porno, c’est drôle. Ainsi, on se gausse avec l’acteur sur le plateau du Quotidien. Personne pour s’interroger quand il répond à une question sur le respect des femmes par une histoire de gifles. Personnes pour évoquer les coups portés pendant les tournages ou cette mauvaise blague dans le documentaire « le 24, tu tournes avec Rocco, le 25 on t’enterre ». Personne non plus pour lui rappeler qu’il a agressé Florence Foresti et Cécile de Ménibus en direct…

      Et puisqu’il est là, autant tout se permettre. Alors, quand Panayotis Pascot fait un sketch sur une application qui permet, à partir de la photo d’une femme, de retrouver des films pornographiques avec des « actrices » lui ressemblant, pourquoi faudrait-il rappeler à quel point c’est déshumanisant ? Non, il faut rire puisqu’on vous dit que c’est drôle.

      Alors que seul LCI a jugé bon de rappeler que ce documentaire est « un docu complaisant et racoleur qui dégrade l’image de la femme », il semble important de rappeler certaines réalités.

      Le porno n’est pas cool ou mainstream.
      Le porno n’est pas du sexe.
      Le porno n’est pas du cinéma.

      Le porno, c’est de la prostitution filmée, de la violence réelle subie par des femmes et organisée par une industrie destructrice.

      Des documentaires sur la violence de l’industrie pornographique existent. Mais dans une société où la parole est donnée par des hommes essentiellement à leurs pairs, ces films ne reçoivent pas le même écho. Les victimes ne fascinent pas les journalistes. Les bourreaux, oui.

      Le 25 novembre, nous demandions aux journalistes de mieux traiter des violences faites aux femmes. La médiatisation du film « Rocco » montre l’ampleur du chemin qu’il reste à parcourir : il semble que pour certains journalistes, la première étape à franchir ne soit pas de mieux parler des violences mais déjà de les identifier. Et ne plus être dans le camp des agresseurs.


  • Éléments de langage : « Alep », « des habitants » : À Alep, la détresse des habitants en direct sur Twitter :
    http://www.ledauphine.com/france-monde/2016/12/13/a-alep-la-detresse-des-habitants-en-direct-sur-twitter

    Et les seuls « des habitants » qui tweetent spontanément pour les journaux occidentaux sont : « The White Helmets », « Bana Alabed » (« une petite Syrienne de 7 ans »), « Rami Zien » (« un journaliste freelance ») et « Mr. Alhamdo » (« un enseignant d’Alep-Est »). Les mêmes « des habitants » qui sont absolument tous des vedettes de Twitter depuis des mois…

    Et pour compléter : une flopée de bonnes âmes pas du tout habitants à Alep, qui eux-mêmes retweetent les précédents. Ça donne évidemment comme un effet de répétition avec des captures d’écran de ce genre :


    Citer Bana et Mr Alhamdo, et pour confirmer ces citations, citer des messages qui ne sont que des retweets de Bana et Mr. Alhamdo.

    Au passage, Bilal Abdul Kareem, journaliste américain, un autre représentant de « la détresse des habitants » (et accessoirement porte-micro pour les patrons d’Al Qaeda).

    Sinon, évidemment, un journaliste avec un minimum de recul pourrait se demander comment, de manière tout à fait pratique, « des habitants » seraient en situation de poster sur Tweeter pendant que l’armée syrienne est en train de les massacrer.

    • @intempestive D’abord, il faut remarquer que c’est assez casse-gueule de mettre en doute le joli unanimisme de nos médias, parce qu’il est certain que, quoi qu’il arrive, beaucoup de gens meurent en ce moment dans des conditions épouvantables.

      Mais là, il est assez clair qu’on est dans l’absence totale de travail journalistique : même si ces gens sont à Alep, il est clair que ce sont des militants organisés et connus depuis des mois, voire des années, pas simplement « des habitants ».

      La « petite fille de 7 ans », Bana Alabed, n’est pas n’importe quelle « les habitants », elle est la vedette d’une belle communication de l’auteur de Harry Potter. Et depuis, même le NY Times a fini par faire part de ses « doutes » :
      https://seenthis.net/messages/549917

      Mr. Alhamdo, cité ici, est également la vedette d’une vidéo titrée « l’insoutenable “dernier appel” d’un habitant d’Alep-Est » (oui, à nouveau cet élément de langage : “un habitant”) :
      http://tempsreel.nouvelobs.com/videos/8s38sf.DGT/au-moins-nous-avons-ete-libres-l-insoutenable-dernier-appel-d-u
      Le monsieur est également une vedette présent quasiment quotidiennement dans les médias internationaux depuis des mois. Dans un tweet d’il y a quelques semaines, il se montre avec la « petite fille de 7 ans ».

      Les autres sont également des « sources » régulières présents dans nos médias depuis au moins plusieurs mois.

      C’est un peu comme si tu organisais un micro-trottoir pour parler de la situation en France, que tu titres « des habitants nous parlent… », et que tu te retrouves, par le plus grand des hasards, à n’interroger que des partisans de Macron, et que par ailleurs, tous ces « habitants » passent déjà sur CNN à peu près tous les deux jours depuis trois mois.

      Ça ne permet pas de juger de la situation sur le terrain, mais en tout cas il est clair que ce n’est pas du journalisme du tout.

    • Mr. Alhamdo, qui est “un habitant” pour l’Obs et un de les « des habitants » pour le Dauphiné, est également la principale source locale témoignant des “reports of atrocities” de l’article du Guardian :
      https://www.theguardian.com/world/2016/dec/12/syria-assad-forces-close-to-capturing-east-aleppo

      The situation was described as a kind of “doomsday” by one resident, Abdulkafi al-Hamdo, a teacher living in the besieged districts who has been documenting the destruction of the city online for months.

    • C’est une guerre dans laquelle le carburant (les armes) est envoyé sans limite d’aucune sorte. Elle ne s’arrêtera que lorsque tout le monde aura été massacré. Les pires prévisions réalisées en 2003 par les adversaires de la guerre d’Irak se sont réalisées : il n’y a pas de paix sur l’ensemble du territoire de l’Irak, de la Syrie, du Yémen, de la Libye, de la Somalie, du Soudan, de la Palestine, du Liban, du Mali... Il ne manque que l’entrée en guerre de l’Iran et de l’Arabie Saoudite pour que tout soit parfaitement en guerre.

      Je lis « les occidentaux ne font rien pour que cela ne cesse ». En effet, les occidentaux et leurs alliés font tout pour que les habitants de la Syrie ne parviennent pas à reprendre le contrôle de leurs vies (souveraineté, légalité, ...).

      C’est juste pénible de lire qu’il paraîtrait qu’on leur veut du bien.

    • Aujourd’hui, l’information a été donné par le Psdt de la chambre de commerce d’Alep, sur la base des recensements officels ( certificats de décès..etc) :
      Alep ouest depuis 2012 : 11000 morts. ..
      Onze milles
      Et depuis qu’ils savent que leurs « rebelles » sont foutus, 320 morts à Alep ouest, et toutes nos bonnes âmes se mobilisent pour « sauver Alep »

    • Sur les hôpitaux à Alep ouest : très probable qu’ils s’agissait de bases terroristes pour stocker armes , munitions, et aussi probablement, soigner leurs blessés.

    • https://www.bellingcat.com/news/mena/2016/12/14/bana-alabed-verification-using-open-source-information

      By far the most likely scenario is that @AlabedBana is an account run by Fatemah which tells the story of her daughter, a young child in East Aleppo. This story cannot be told without including the daily horrors which affect the residents of that city. This in itself does not make @AlabedBana some kind of Jihadi plot, nor a propaganda account seeking to spread a false narrative: due to the events occurring in Aleppo, any account of daily life becomes inherently political. The account has posted more obvious political messages, as well as occasional frustrated outbursts, but for the majority of its existence it has posted the simple hopes and fears of a young girl and her mother. Bombs are falling on East Aleppo and young children are suffering, and Bana represents a microcosm of that suffering.


  • "Quand la radio trompe l’oreille : petite #histoire des #faux-semblants_radiophoniques. Quatrième épisode : les reconstitutions et « L’attentat en direct » (années 1960)."
    http://syntone.fr/quand-la-radio-trompe-loreille-petite-histoire-des-faux-semblants-radiophoni

    Quand la fiction fait l’évènement en passant pour le réel : retour, sous forme de feuilleton, sur près d’un siècle de faux-semblants radiophoniques. Les trois premiers épisodes étaient pleins d’exclamations horrifiées et de rires tonitruants. Dans ce quatrième épisode, un certain calme trompeur : le faux-semblant opère une mutation. Pour en rendre compte, nous revenons sur le genre des #reconstitutions historiques, puis nous évoquons une pièce de 1969, L’attentat en direct de #Claude_Ollier.

    Pour écouter ce dernier, c’est par ici
    https://www.franceculture.fr/emissions/fictions-samedi-noir/lattentat-en-direct

    http://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/culture/sons/2014/05/s19/RF_CB981F69-A882-40AB-A742-889612CC87EF_GENE_0.MP3

    Pour lire les précédents épisodes de ce feuilleton
    http://syntone.fr/category/dossiers/faux-semblants

    Pour lire les suivants et soutenir leur écriture
    http://syntone.fr/projets/les-carnets-de-syntone

    #création_sonore #création_radio #audio #radio #critique_des_médias


  • Non, une Autrichienne n’a pas porté plainte contre ses parents pour des photos postées sur Facebook
    http://www.rtbf.be/info/dossier/quinzaine-d-education-aux-medias/detail_non-une-autrichienne-n-a-pas-porte-plainte-contre-ses-parents-pour-des-p

    Dans le cadre de la quinzaine de l’éducation aux médias, nous vous proposons de revenir sur le cas d’une fausse information qui arrive à se répandre, y compris dans des médias professionnels censés vérifier l’information. Il s’agit de l’histoire de cette jeune Autrichienne qui aurait porté plainte contre ses parents parce qu’ils auraient posté sur Facebook des centaines de photos d’elle, et cela depuis qu’elle est toute petite. Les parents auraient refusé de retirer ces clichés du réseau social alors que (...)

    #Facebook #faux