• What is ‘Energy Denial’ ?

    The fiftieth anniversary of the first Earth Day of 1970 will be in 2020. As environmentalism has gone mainstream during that half-century, it has forgotten its early focus and shifted toward green capitalism. Nowhere is this more apparent than abandonment of the slogan popular during the early Earth Days: “Reduce, Reuse, Recycle.”

    The unspoken motto of today’s Earth Day is “Recycle, Occasionally Reuse, and Never Utter the Word ‘Reduce.’” A quasi-taboo on the word “reduce” permeates twenty-first century environmentalism. Confronting the planned obsolescence of everyday products rarely, if ever, appears as an ecological goal. The concept of possessing fewer objects and smaller homes has surrendered to the worship of eco-gadgets. The idea of redesigning communities to make them compact so individual cars are not necessary has been replaced by visions of universal electric cars. The saying “Live simply so that others can simply live” now draws empty stares. Long forgotten are the modest lifestyles of Buddha, Jesus and Thoreau.

    When the word “conservation” is used, it is almost always applied to preserving plants or animals and rarely to conserving energy. The very idea of re-imagining society so that people can have good lives as they use less energy has been consumed by visions of the infinite expansion of solar/wind power and the oxymoron, “100% clean energy.”

    But… wait – aren’t solar and wind power inherently clean? No, and that is the crux of the problem. Many have become so distraught with looming climate catastrophe that they turn a blind eye to other threats to the existence of life. Shortsightedness by some who rightfully denounce “climate change denial” has led to a parallel unwillingness to recognize dangers built into other forms of energy production, a problem which can be called “clean energy danger denial.”

    Obviously, fossil fuels must be replaced by other forms of energy. But those energy sources have such negative properties that using less energy should be the beginning point, the ending point and occupy every in-between point on the path to sane energy use. What follows are “The 15 Unstated Myths of Clean, Renewable Energy.” Many are so absurd that no one would utter them, yet they are embedded within the assumption that massive production of solar and wind energy can be “clean.”

    Myth 1. ‘Clean energy’ is carbon neutral. The fallacious belief that “clean” energy does not emit greenhouse gases (GHGs) is best exemplified by nuclear power, which is often included on the list of alternative energy sources. It is, of course, true that very little GHGs are released during the operation of nukes. But it is wrong to ignore the use of fossil fuels in the construction (and ultimate decommissioning) of the power plant as well as the mining, milling, transport and eternal storage of nuclear material. To this must be added the fossil fuels used in the building of the array of machinery to make nukes possible.

    Similarly, examination of the life cycles of other “carbon neutral” energy sources reveals that they all require machinery that is heavily dependent on fossil fuels. Steel, cement and plastics are central to “renewable” energy and have heavy carbon footprints. One small example: The mass of an industrial wind turbine is 90% steel.

    Myth 2. ‘Clean energy’ is inexhaustible because the sun will always shine and the wind will always blow. This statement assumes that all that is needed for energy is sunshine and wind, which is not the case. Sunshine and wind do not equal solar power and wind power. The transformation into “renewable” energy requires minerals, including rare earth metals, that are non-renewable and difficult to access.

    Myth 3. ‘Clean energy’ does not produce toxins. Knowledge that the production of fossil fuels is associated with a high level of poisons should not lead us to ignore the level of toxins involved in the extraction and processing of lithium, cobalt, copper, silver, aluminum, cadmium, indium, gallium, selenium, tellurium, neodymium, and dysprosium. Would a comparison of toxins associated with the production of clean energy to fossil fuels be an open admission of the dirtiness of what is supposed to be “clean?”

    Another example: Processing one ton of rare earths – materials necessary for alternative energy –produces 2,000 tons of toxic waste. Similar to what happens with Myth 2, toxins may not be produced during the operation of solar and wind power but permeate other stages of their existence.

    Myth 4. ‘Clean energy’ does not deplete or contaminate drinkable water. Though water is usually thought of for agriculture and cooling in nuclear power plants, it is used in massive amounts for manufacturing and mining. The manufacture of a single auto requires 350,000 liters of water.

    In 2015, the US used 4 billion gallons of water for mining and 70% of that comes from groundwater. Water is used for separating minerals from rocks, cooling machinery and dust control. Even industry apologists admit that “Increased reliance on low ore grades means that it is becoming necessary to extract a higher volume of ore to generate the same amount of refined product, which consumes more water.” Julia Adeney Thomas, associate professor of history at the University of Notre Dame, points out that “producing one ton of rare earth ore (in terms of rare earth oxides) produces 200 cubic meters of acidic wastewater.”

    Myth 5. ‘Clean energy’ does not require very much land. In fact, “clean” energy could well have more effect on land use than fossil fuels. According to Jasper Bernes, author of The Work of Art in the Age of Deindustrialization, “To replace current US energy consumption with renewables, you’d need to devote at least 25-50% of the US landmass to solar, wind, and biofuels.”

    Something else is often omitted from contrasts between energy harvesting. Fossil fuel has a huge effect on land where it is extracted but relatively little land is used at the plants where the fuel is burned for energy. In contrast, solar/wind power requires both land where raw materials are mined plus the vast amount of land used for solar panels or wind “farms.”

    Myth 6. ‘Clean energy’ has no effect on plant and animal life. Contrary to the belief that there is no life in a desert, the Mojave is teeming with plant and animal life whose habitat will be increasingly undermined as it is covered with solar collectors. It is unfortunate that so many who express concern for the destruction of coral reefs seem blissfully unaware of the annihilation of aquatic life wrought by deep sea mining of minerals for renewable energy components.

    Wind harvesting can be a doomsday machine for forests. Ozzie Zehner, author of Green Illusions: The Dirty Secrets of Clean Energy and the Future of Environmentalism, warns: “Many of the planet’s strongest winds rip across forested ridges. In order to transport 50-ton generator modules and 160-foot blades to these sites, wind developers cut new roads. They also clear strips of land … for power lines and transformers. These provide easy access to poachers as well as loggers, legal and illegal alike.”

    As the most productive land for solar/wind extraction is used first, that requires the continuous expansion of the amount of land (or sea bed) taken as energy use increases. The estimate that 1 million species could be made extinct in upcoming decades will have to be up-counted to the extent that “clean” energy is mixed in with fossil fuels.

    Myth 7. ‘Clean energy’ production has no effect on human health. Throughout the centuries of capitalist expansion, workers have struggled to protect their health and families have opposed the poisoning of their communities. This is not likely to change with an increase in “clean” energy. What will change is the particular toxins that compromise health.

    Ozzie Zehner points out that creating silicon wafers for solar cells “releases large amounts of sodium hydroxide and potassium hydroxide. Crystalline-silicon solar cell processing involves the use or release of chemicals such as phosphine, arsenic, arsine, trichloroethane, phosphorous oxycholoride, ethyl vinyl acetate, silicon trioxide, stannic chloride, tantalum pentoxide, lead, hexavalent chromium, and numerous other chemical compounds.” The explosive gas silane is also used and more recent thin-film technologies employ toxic substances such as cadmium.

    Wind technology is associate with its own problems. Activist Caitlin Manning has reported on windmill farms in the Trans Isthmus Corridor of Mexico, a region “which is majority Indigenous and dependent on agriculture and fishing. The concrete bases of the more than 1,600 wind turbines have severely disrupted the underground water flows … Despite promises that they could continue to farm their lands, fences and security guards protecting the turbines prevent farmers from moving freely. The turbines leak oil into the soil and sometimes ignite … many people have suffered mental problems from the incessant noise.”

    Though the number of health problems documented for fossil fuels is vastly more than those for solar/wind, the latter have been used on an industrial scale for a much shorter time, making it harder for links to show up. The Precautionary Principle states that a dangerous process should be proven safe before use rather than waiting until after damage has been done. Will those who have correctly insisted that the Precautionary Principle be employed for fracking and other fossil fuel processes demand an equivalent level of investigation for “clean” energy or give it the same wink and nod that petrochemical magnates have enjoyed?

    Myth 8. People are happy to have ‘clean energy’ harvested or its components mined where they live. Swooping windmill blades can produce constant car-alarm-level noise of about 100 decibels, and, if they ice up, they can fling it off at 200 miles per hour. It is not surprising that indigenous people of Mexico are not alone in being less than thrilled about having them next door. Since solar panels and windmills can only be built where there is lots of sun or wind, their neighbors are often high-pressured into accepting them unwillingly.

    Obviously, components can be mined only where they exist, leading to a non-ending list of opponents. Naveena Sadasivam, a staff writer at Grist, gives a few examples from the very long list of communities confronting extraction for “clean” energy components: “Indigenous communities in Alaska have been fighting to prevent the mining of copper and gold at Pebble Mine in Bristol Bay, home to the world’s largest sockeye salmon fishery and a crucial source of sustenance. The proposed mine … has been billed by proponents as necessary to meet the growing demand for copper, which is used in wind turbines, batteries, and solar panels. Similar stories are playing out in Norway, where the Sámi community is fighting a copper mine, and in Papua New Guinea, where a company is proposing mining the seabed for gold and copper.”

    Myth 9. No one is ever killed due to disputes over ‘clean energy’ extraction or harvesting. When Asad Rehman, executive director of War on Want, wrote in May 2019 that environmental conflicts are responsible for “the murder of two environmental defenders each and every week,” his data was out of date within two months. By July 2019 Global Witness (GW) had tabulated that “More than three people were murdered each week in 2018 for defending their land and our environment.” Their report found that mining was the deadliest economic sector, followed by agriculture, with water resources such as dams in third place. Commenting on the GW findings, Grist staff writer Justine Calma noted that “Although hydropower has been billed as ‘renewable energy,’ many activists have taken issue with the fact that large dams and reservoirs have displaced indigenous peoples and disrupted local wildlife.”

    GW recorded one murder sparked by wind power. Murders traceable to “clean” energy will certainly increase if it out-produces energy from fossil fuels. The largest mass murder of earth defenders that GW found in 2018 was in India “over the damaging impacts of a copper mine in the southern state of Tamil Nadu.” Copper is a key element for “clean” energy.

    Myth 10. One watt of ‘clean energy’ will replace one watt from use of fossil fuels. Perhaps the only virtue that fossil fuels have is that their energy is easier to store than solar/wind power. Solar and wind power are intermittent, which means they can be collected only when the sun is shining or the wind is blowing, and storing and retrieving the energy requires complex processes that result in substantial loss of energy. Additionally, the characteristics of solar panels means that tiny fragments such as dust or leaves can block the surface and diminish efficiency.

    Therefore, their efficiency will be much less under actual operating conditions than under ideal lab conditions. A test described by Ozzie Zehner found that solar arrays rated at 1,000 watts actually produced 200-400 watts in the field. Pat Murphy, executive director of Community Solutions, notes that while a coal plant operates at 80-90% of capacity, wind turbines do so at 20-30% of capacity. Since they perform at such low efficiencies, both solar and wind energy require considerably more land than misleading forecasts predict. This, in turn, increases all of the problems with habitat loss, toxic emissions, human health and land conflicts.

    Myth 11. ‘Clean energy’ is as efficient as fossil fuels in resource use. Processes needed for storing and retrieving energy from intermittent sources renders them extremely complex. Solar/wind energy can be stored for night use by using it to pump water uphill and, when energy is needed, letting it flow downhill to turn turbines for electricity. Or, it can be stored in expensive, large and heavy batteries. Wind turbines “can pressurize air into hermetically sealed underground caverns to be tapped later for power, but the conversion is inefficient and suitable geological sites are rare.” Daniel Tanuro, author of Green Capitalism: Why It Can’t Work, estimates that “Renewable energies are enough to satisfy human needs, but the technologies needed for their conversion are more resource-intensive than fossil technologies: it takes at least ten times more metal to make a machine capable of producing a renewable kWh than to manufacture a machine able to produce a fossil kWh.”

    Myth 12. Improved efficiency can resolve the problems of ‘clean energy’. This is perhaps the most often-stated illusion of green energy. Energy efficiency (EE) is akin to putting energy on sale, and shoppers do not buy less of something on sale – they buy more. Stan Cox of the Land Institute in Kansas, describes research showing that at the same time air conditioners became 28% more efficient, they accounted for 37% more energy use. Findings such as this are due both to users keeping their houses cooler and more people buying air conditioners. Similarly, at the same time as automobiles achieved more EE, energy use for transportation went up. This is because more drivers switched from sedans to SUVs or small trucks and there were many more drivers and cars on the road.

    EE parallels increased energy consumption not just because of increased use of one specific commodity, but also because it allows people to buy other commodities which are also energy-intensive. It spurs corporations to produce more energy-guzzling objects to dump on the market. Those people who do not want this additional stuff are likely to put more money in the bank and the bank lends that money to multiple borrowers, many of which are businesses that use the loans to increase their production.

    Myth 13. Recycling ‘clean energy’ machine components can resolve its problems. This myth vastly overestimates the proportion of materials that can actually be recycled and understates the massive amount of “clean” energy being advocated. Kris De Decker, founder of Low-tech Magazine, points out that “a 5 MW wind turbine produces more than 50 tonnes of plastic composite waste from the blades alone.” If a solar/wind infrastructure could actually be constructed to replace all energy from fossil fuel, it would be the most enormous build-up in human history. Many components could be recycled, but it is not possible to recycle more than 100% of components and the build-up would require an industrial growth rate of 200%, 300% or maybe much more.

    Myth 14. Whatever problems there are with ‘clean energy’ will work themselves out. Exactly the opposite is true. Problems of “clean” energy will become worse as resources are used up, the best land for harvesting solar and wind power is taken, and the rate of industrial expansion increases. Obtaining power will become vastly more difficult as there are diminishing returns on new locations for mining and placing solar collectors and wind mills.

    Myth 15. There Is No Alternative. This repeats Margaret Thatcher’s right-wing perspective, which is reflected in the claim that “We have to do something because moving a little bit in the right direction is better than doing nothing at all.” The problem is that expanding energy production is a step in the wrong direction, not the right direction.

    The alternative to overgrowing “clean” energy is remembering what was outlined before. The concept of conserving energy is an age-old philosophy embodied in use of the word “reduce.” Those who only see the horrible potential of climate change have an unfortunate tendency to mimic the behavior of climate change deniers as they themselves deny the dangers of alternative energy sources.

    Kris De Decker traces the roots of toxic wind power not to wind power itself but to hubristic faith in unlimited energy growth: “For more than two thousand years, windmills were built from recyclable or reusable materials: wood, stone, brick, canvas, metal. If we would reduce energy demand, smaller and less efficient wind turbines would not be a problem.”

    Every form of energy production has difficulties. “Clean, renewable energy” is neither clean nor renewable. There can be good lives for all people if we abandon the goal of infinite energy growth. Our guiding principle needs to be that the only form of truly clean energy is less energy.

    https://www.localfutures.org/what-is-energy-denial
    #déni #énergie #énergie_propre #alternatives #alternative #mythes #croyances

  • « Le #“Kojiki”, Chronique des choses anciennes » : fondatrices du #Japon.
    「於是其弟,泣患居海邊之時,鹽椎神來,問曰:『何虛空津日高之泣患所由?』答言:『我與兄易鉤而,失其鉤.是乞其鉤故,雖償多鉤,不受,云:『猶欲得其本鉤』.故,泣患之』.爾鹽椎神,云:『我爲汝命,作善議』.」 - Passage dans la #langue originale

    https://www.notesdumontroyal.com/note/441#note-bas-441-8
    Vu le 03/06/2018

    Ce compte-rendu de Yoto Yotov nous présente le #livre et nous permet de faire des liens entre les #croyances originelles du Japon et les systèmes #politiques qui en ont découlé ainsi que le #shintoïsme toujours pratiqué aujourd’hui.

    On peut donc le considérer comme le livre #canonique de la #religion #shintô, en même temps que l’#épopée d’une #nation #insulaire qui a toujours aimé à se rappeler ses #origines.

    Comme nous l’avons dit le livre permet donc de comprendre l’origine des croyances japonaises shintoïstes et notamment la #vénération des #« kamis ». Or, la dimension #politique que prend le livre serait moins glorieuse, redécouvert « au XVIIIe siècle par les promoteurs du #nationalisme# moderne, tels que Motoori Norinaga et Hirata Atsutane. »

    "Le #fondement de l’État #japonais fut jeté d’une façon inébranlable, et une hiérarchie primordiale s’établit entre l’Empereur et ses sujets […]. Sociologiquement la nation japonaise s’est développée de la souche commune de ce qu’on appelle “la tribu céleste” - Chikao Fujisawa, « Les Traits caractéristiques de la #philosophie de l’État japonais » dans « Cultural Nippon », vol. 2

    L’article est très #engagé politiquement, l’auteur se permet d’ailleurs d’utiliser l’’écrivain Akinari Ueda pour déclarer que « Dans tout pays, l’esprit du nationalisme est sa puanteur »

  • A l’encontre » Débat. « La raison scientifique n’est pas socialement contagieuse. Les #croyances le sont, qu’elles soient religieuses ou politiques »
    http://alencontre.org/debats/debat-la-raison-scientifique-nest-pas-socialement-contagieuse-les-croyan

    Les différents #imaginaires qui sont au cœur des jeux, des arts, des religions ou des systèmes politiques instituent par rapport à la vie « ordinaire » des mondes « irréels » qui sont de deux types. Jouer à la poupée, aux cartes ou au foot, c’est créer un univers fictif et y agir selon des règles jusqu’au moment où le jeu est fini et que la vie reprend son cours. Quand les visiteurs au Louvre se pressent devant la Joconde et en admirent le sourire mystérieux, ils savent que la Joconde est la représentation d’une belle femme mais n’est pas une « vraie » femme. L’enfant qui est déguisé en Indien fait semblant de l’être mais sait aussi qu’il n’est pas un Indien. Le caractère « irréel » du jeu ou de l’œuvre d’#art est présent, mais le jeu ou l’œuvre sont aussi réels.

    Or, avec l’imaginaire impliqué dans les #religions, le caractère « irréel » des représentations et des pratiques qu’elles impliquent disparaît. Elles ne sont plus vécues comme « irréelles » mais comme « surréelles », même si elles sont contre-intuitives et que leur existence suppose un acte de foi en leur vérité. « Tu as cru parce que tu as vu, heureux seront ceux qui croiront sans voir. » Les religions affirment toutes nous faire accéder aux fondements de l’ordre de l’Univers et de la société et aux origines de cet ordre, à des vérités et à des réalités plus importantes que tout autre pour la conduite de notre vie.

    Pour illustrer ce point, il suffit de rappeler que toutes les religions sans exception, polythéistes et monothéistes, partagent un même postulat. Elles posent que la mort n’est pas la fin de la vie , qu’il existe une vie après la mort et donc un séjour des morts. Et de nombreuses religions affirment qu’après la mort, des dieux ou Dieu jugent les humains pour ce qu’ils avaient fait de leur vivant. Pour l’hindouisme, selon ses mérites et ses démérites, le mort sera alors renvoyé dans la roue des renaissances ou deviendra directement un ancêtre vivant auprès des dieux. Pour les monothéismes, le mort selon ses péchés ou ses bonnes actions ira au paradis ou sera précipité par Dieu en enfer. Les symboles alors changent de sens.

  • China seizes over 3,000 kg of pangolin scales in biggest-ever smuggling case
    https://news.mongabay.com/2016/12/china-seizes-over-3000-kg-of-pangolin-scales-in-biggest-ever-smugglin

    Pangolins use their scaly armor to protect themselves. Unfortunately, these protective scales have become the very reason for their population collapse.

    Today, eight species of pangolins survive, four each in Asia and Africa. All four Asian species are on the verge of extinction, while the African species are moving towards a similar fate, thanks to rising demand for pangolin meat and scales in China.

    Although #pangolin scales are made of keratin, just like human fingernails and rhino horns, people (incorrectly) believe that they contain medicinal properties. Traders claim that pangolin scales can promote menstruation and lactation, and treat rheumatism and arthritis. But these claims remain unproven. Consumption of pangolins has also become a status symbol as supply becomes scarce and demand increases.

    The three tonne seizure is just the tip of an iceberg, officials say.

    #extinction #braconnage #trafic #perlimpinpin #croyances

  • Le #web : une croyance partagée
    http://tcrouzet.com/2016/09/15/le-web-une-croyance-partagee
    http://i2.wp.com/tcrouzet.com/images_tc//2016/09/Göbekli_Tepe_site.jpg?fit=400%2C300

    Je ne peux alors m’empêcher de penser à ce que nous avons vécu durant les vingt premières années du Web. Nous avons été nombreux à croire qu’il changerait le monde d’une manière aussi radicale que l’agriculture. Pour certains, il s’agissait de la totalité du monde, avec un basculement des structures hiérarchiques au profit d’organisations horizontales, pour d’autres, il s’agissait du monde de la littérature, avec une mise en #réseau des auteurs et des lecteurs.

    Nous avons été innombrables à partager ces #croyances, à nous stimuler les uns les autres, à déborder d’activité et d’énergie. Nous avons rêvé, sans doute comme les artistes ont rêvé chaque fois que des mouvements esthétiques les ont emportés, à Montparnasse ou ailleurs. Ces brusques flambées, rendues possibles par une croyance commune, s’étiolent dès qu’elles se heurtent à la réalité. Il nous aura fallu une vingtaine d’années tout au plus pour que nous passions à travers le mur des illusions.

    Aujourd’hui, quand je consulte dans mon Feedly mes abonnements RSS, je n’y trouve presque plus aucun blogueur, non pas que les ai supprimés de ma liste mais parce qu’ils ont cessé de publier ou parce qu’ils écrivent de moins en moins. Je ne vois plus que les articles sans reliefs des journalistes, je ne vois plus que ce que je voyais avant dans les journaux papier, comme si j’avais rêvé de ma révolution.

    Certains bloguent encore, mais la croyance qui était nôtre ne les anime plus. Ils courent pour eux, pour exister au regard d’entités de #légitimation, celle des médias justement, celles des entreprises, des professeurs… Ils ne s’adressent plus à leurs pairs, dans un réseau de pair à pair, mais à ceux qui pourraient leur donner du pouvoir.

    #blogs

    • Ah ça cela ne doit pas être facile d’avoir cru pendant tellement de temps, finalement, qu’on était à soi seul le web et que ben voilà en fait peut-être pas et que le jouet il est tout cassé, sans, naturellement, se poser la question que c’est sans doute la généralisation de cette erreur égocentrique de perception qui aboutit à cette prise de conscience tardive.

      @fil a mille fois raison : #vieillir #c'est_pas_beau_de_vieillir

      Et celle-là... :

      Je suis redevenu un auteur à l’ancienne et je me demande maintenant où aller, peut-être devrais-je me résigner à écrire des livres et puis c’est tout.

      ... elle est hyper drôle, parce que Crouzet il écrivait des livres avant ? Et avant internet qui avait déjà entendu parler de Crouzet

    • Et dans l’article précédent, je trouve ceci :

      Je suppose également que les jeunes blogueurs (pas en âge mais en existence sur le Net) utilisent de nouvelles stratégies de diffusion et que leur lectorat est plus éclaté. Depuis que je publie mes billets en intégralité hors de mon blog (Feedly/RSS, Medium, ma page Facebook, Tumbr, newsletter…), je constate que chaque fois des lecteurs arrivent, différents de ceux du blog.

      Monsieur Crouzet, vous passez combien de temps par jour à scruter l’arrivée de vos « lecteurs » ? Combien de temps à chercher en vain des stratégies pour en augmenter le nombre au travers des réseaux sociaux etc...

      #pathétique

  • Ordre des sages-femmes : le règne du catastrophisme, de l’ignorance et du sexisme | Marie accouche là
    http://marieaccouchela.blog.lemonde.fr/2016/06/07/ordre-des-sages-femmes-le-regne-du-catastrophisme-de-li

    Intéressant

    J’ai longtemps cru que la médecine était une discipline scientifique. Vu l’importance des sciences et des mathématiques dans les études des futurs médecins, j’ai pensé que les praticiens maitrisaient la démarche scientifique consistant à observer les faits et les éléments, émettre des hypothèses, faire appel à un raisonnement rigoureux, s’appuyer sur des résultats validés, pour conclure par un diagnostic étayé débouchant sur une proposition de traitement rationnel.

    #médecine #accouchement #sexisme

    • Dans un billet précédent « le mythe de l’accouchement qui dérape en quelques secondes », j’ai longuement expliqué la différence de prise en charge entre un accouchement à l’hôpital et à domicile, et notamment la présence continue d’une sage-femme capable d’identifier à un stade précoce toute complication lorsque la naissance se passe à la maison. La seconde différence majeure entre ces deux types d’accouchement est précisément la démarche scientifique dont font preuve les sages-femmes qui accompagnent les accouchements en dehors d’un hôpital.

      En effet, réagissant à la même interview, la sage-femme blogueuse Dix Lunes dénonçait dans son billet « Consternation » l’attitude de praticiens consistant à appuyer leur point de vue sur un sempiternel « et si… » ouvrant la porte à toutes les peurs irrationnelles, alors que la démarche scientifique impose une évaluation. Cette évaluation doit non seulement s’appuyer sur une comparaison sérieuse des résultats des naissances à domicile et à l’hôpital, mais relève également d’une démarche scientifique à appliquer au cas par cas.

      Contrairement à ce que croit la Présidente de l’Ordre, les césariennes, l’asphyxie du bébé et l’hémorragie de la délivrance ne sont pas « totalement imprévisibles », mais constituent des risques bien réels, qu’il faut anticiper, et qui exigent la mise en place de procédures rationnelles pour y faire face. C’est la raison pour laquelle les sages-femmes accompagnant les accouchements à domicile font un suivi de la grossesse leur permettant une connaissance intime de la future mère, maitrisent les gestes à poser au moindre signe de complication, disposent d’un matériel de premiers secours permettant de faire face à bon nombre de situations d’urgence (bouteilles d’oxygène pour réanimer un bébé, doses d’ocytocine injectable en cas d’hémorragie,…) et ont élaboré avec la future maman et le couple un plan affiné en cas de transfert vers l’hôpital. Cette évaluation des risques et la mise en place des réponses à ceux-ci illustrent une démarche basée sur la Raison, bien plus efficace pour accompagner les parturientes que les frayeurs irrationnelles et autres superstitions véhiculées par les praticiens hospitaliers.

  • #radicalisation islamiste : comment confondre Allah avec un #Sheitan de type IV
    https://reflets.info/radicalisation-islamiste-comment-confondre-allah-avec-un-sheitan-de-type-i

    Se radicaliser, quand on à 16 ou 17 balais est une chose très facile. De la même manière, pour les ados attardés, presque trentenaires, c’est possible : certaines substances psychotropes aidant, la chose peut se faire en quelques mois, parfois quelques années. Mais, tout le fond de l’affaire, qui n’est pas du tout traité par […]

    #Tribunes #coran #croyances #dieu #Islam #lucifer #mahomet #moïse #monothéismes #musulmans #religions #satan

  • À Ouagadougou, dans le refuge pour les « mangeuses d’âme » du Burkina Faso


    Dans des villages burkinabés, les morts inexpliquées sont attribuées à des « mangeuses d’âme ». Les femmes désignées sont bannies de la société. Dans la capitale, la « Cour du 12 » les accueille et tente de les réhabiliter.
    http://lacite.website/2014/12/28/a-ouagadougou-refuge-mangeuses-dame-burkina-faso
    #Ouagadougou #BurkinaFaso #sorcière #ActionSociale

    • Entre 1980 et1984, au cours de mes voyages d’étude au Burkina, dans le village de Boassa à 2à kilomètres au sud-oust de Ouga, j’ai été témoin de l’une de ces histoires horrible, et depuis, j’y pense assez souvent en me demandant comment faire pour lutter contres ces #croyances

    • Dans sa conférence Silvia Federici signalait que ces histoires ont des racines plus économiques que "culturelles" : en effet, elles se produisent souvent là où les gens sont arrachés de leurs terres (par exemple en lien avec les #accaparements).

      Son livre (Caliban et la sorcière) démontre de manière très convaincante que c’est ce qui s’est passé dans l’histoire (en Europe et sous le régime des colonies en Amérique du Sud et en Afrique) avec le féminicide appelé « chasse aux sorcières », et sa conclusion est que c’est encore ce qui se passe aujourd’hui.

      J’y pense aussi quand je lis les reportages sur les massacres d’“enfants-sorciers” de Kinshasa… qui sont les enfants des rues et des #bidonvilles

  • #Ukraine : Un pays en état d’urgence

    « Histoire Vivante » revient sur l’histoire de l’Ukraine. Dimanche 24 mai 2015, vous pouvez découvrir sur RTS Deux : « Ukraine – Chronique d’un déchirement », un documentaire de Christof Franzen (Suisse / 2015) :

    Du nationaliste combattant au père de famille étouffé par la propagande en passant par le jeune militant pro-russe…Tous vivent au quotidien dans une incertitude paralysante, déchirés entre l’espoir et la peur. Un journaliste suisse a sillonné l’Ukraine d’est en ouest. Journal d’un pays aux fissures profondes.

    http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/6783561-l-ukraine-1-5.html
    #histoire_vivante
    cc @simplicissimus

    • Entretiens avec Eric Hoesli et Antoine Arjakowsky

      En première partie, Pierre Hazan est en compagnie de Eric Hoesli, spécialiste de la Russie et notamment de la problématique du Caucase. #Eric_Hoesli est actuellement professeur à l’EPFL et a publié « A la conquête du Caucase : Épopée géopolitique et guerres d’influence » (Éditions des Syrtes, 2006).

      En deuxième partie, au micro de Frédéric Pfyffer, nous entendons Antoine Arjakowsky, directeur de recherches au Collège des Bernardins, et auteur de « Russie-Ukraine : de la guerre à la paix ? » (Paris, Parole et Silence, 2014).

      http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/6783561-l-ukraine-1-5.html

    • Turbulences et chambardements

      Comment lʹUkraine a-t-elle connu successivement autant de turbulences et de chambardements politiques et géographiques ? Quel est son rapport avec la nouvelle URSS et à quoi ressemble la séquence, à vrai dire bien courte, de la première indépendance ? Quelles administrations vont se succéder et quels régimes vont subir les Ukrainiens ? Quel rôle va jouer lʹavant-garde culturelle ? Combien de disparus à la suite de la famine ?

      http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/6783563-l-ukraine-3-5.html

    • #Croyances, #religions et politique

      Comment la société ukrainienne est-elle répartie sur le plan des croyances et #pratiques_religieuses ? Que reste-t-il après l’éloignement du sentiment dʹ#appartenance au pays dʹorigine ? Qu’en est-il de lʹUkraine au cours des vingt dernières années, sur le plan politique intérieur et sur le plan de son rapport avec la Russie, avec lʹEurope ? Comment le rappel de cette vingtaine dʹannées peut-il nous aider à comprendre la dernière crise que traverse aujourdʹhui lʹUkraine ?

      http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/6783573-l-ukraine-4-5.html

    • Entretien avec le réalisateur #Christof_Franzen

      Frédéric Pfyffer sʹentretient avec Christof Franzen, réalisateur du documentaire « Ukraine - Chronique d’un déchirement », que vous pouvez découvrir ce dimanche 24 mai 2015 sur RTS Deux.

      Le film est profondément lié aux personnes qui doivent traverser la rudesse de la situation ukrainienne. Le pays, éventré par un conflit qui aurait pu ne jamais voir le jour, souffre de s’enliser dans ce climat tendu. D’autant que le pays se sentait apte à se développer harmonieusement dans un contexte démocratique. Mais non. La corruption, les oligarques, l’injustice ont régné sur ce territoire et l’ont pris en otage. Mais les Ukrainiens en ont marre et se sentent désormais prêts à se mobiliser pour entrer dans la lutte contre ce pouvoir insolent.

      « Il y a un an, l’Ukraine me semblait être un pays encore plein de promesses. Aujourd’hui, beaucoup de choses ont changé. Comment les Ukrainiens survivent-ils à cette guerre qui ravage leur pays ? Cette question est au cœur de ma démarche », précise le réalisateur du #film, Christof Franzen.

      http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/6783576-l-ukraine-5-5.html
      #documentaire

  • Un étrange rite funéraire dans l’Italie de la préhistoire

    http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2015/04/01/un-etrange-rite-funeraire-dans-litalie-de-la-prehisto

    Qu’est-ce que cette grotte avait de si particulier, de si symbolique, pour qu’on vienne y déposer les os de morts provenant de villages relativement éloignés ? Les auteurs de l’étude n’ont pu s’empêcher de dresser un lien avec la grotte inférieure où des hommes préhistoriques collectaient l’eau fortement minéralisée des stalactites, ces longs os de pierre en formation. La ressemblance visuelle entre os et stalactites est, en effet, étonnante. La photo ci-dessus présente un mélange des deux et il n’est pas toujours évident, pour un œil non expérimenté, de faire la différence, surtout quand on sait que certaines petites stalactites sont souvent creuses. « Si nous supposons, conclut l’étude, que les stalactites étaient perçues comme des équivalents des os (...), alors nettoyer des ossements et les apporter dans la grotte peut avoir été conçu comme une manière de les rendre à un lieu éternel où ils avaient vu le jour, comme la conclusion d’un cycle d’incarnation temporelle. » De la même manière, l’eau coulant des stalactites, ces os de pierre, peut avoir été dotée de qualités exceptionnelles, ce qui expliquerait qu’on la recueillait. Les auteurs ont conscience que leur hypothèse est aussi peu étayée que hardie. Mais elle est si belle qu’on s’en voudrait de ne l’avoir pas évoquée...

    #Italie #préhistoire #archéologie #rites #mort #croyances


    • Mélange d’os et de stalactites issus de la grotte Scaloria.
      © Robb et al./Antiquity.

      Découvert par hasard en 1931, lors de travaux de construction d’un aqueduc, ce site archéologique datant du Néolithique et principalement occupé au VIe millénaire avant notre ère était en réalité constitué de deux grottes communicantes. La première, la grotte supérieure, présentait la particularité d’être jonchée d’un tapis d’ossements humains et animaux, mélangés à des outils en pierre et à des fragments de poteries. Quant à la seconde, la grotte inférieure, très difficile d’accès, elle était encore plus surprenante car, sous les stalactites tombant de la voûte, se trouvaient encore, parfois complètement pris dans les concrétions minérales, des récipients préhistoriques destinés à recueillir l’eau gouttant d’en haut.

      #sépulture_secondaire ?

  • Être ou ne pas être en deuil | L’odeur de la ville mouillée
    https://lodeurdelavillemouillee.wordpress.com/2015/01/13/etre-ou-ne-pas-etre-en-deuil

    J’ai vu les photos de cette #foule où l’on pouvait lire #not_afraid et j’ai pensé : vous n’avez pas peur ? Eh bien vous avez de la chance, parce que personnellement, tout ça me colle sacrément les miquettes. J’ai eu peur de ce qui allait venir après et je ne suis toujours pas rassurée. J’ai eu peur que la #réflexion soit entièrement confisquée par l’#émotion, j’ai eu peur pour ceux qui risquaient de se voir assimilés malgré eux à ce carnage, à cause de leurs #origines ou de leurs #croyances – et ça n’a pas loupé. J’ai eu peur qu’on ne puisse plus se questionner sur la #liberté_d’expression, qu’on n’ait plus le droit de se demander si l’#humour, quand il renforce des #stéréotypes #racistes ou #sexistes peut encore se considérer subversif ou s’il n’est plus qu’épate-bourgeois. J’ai eu peur qu’on ne cherche pas à comprendre ce qui s’était passé pour que ce genre de chose soit possible ; j’ai eu peur qu’on vide les #mots de leur #sens.

    via @arkhi sur Twitter

  • #ADN_synthétique, le ministère de la Justice préparerait une instruction à ce sujet pour très bientôt.
    Il s’agit d’un ADN artificiel, garanti unique pour chaque flacon. Sa présence est facile à détecter en utilisant des UV, il faut ensuite l’analyser pour compéter l’identification.

    Traité (une fois) ici par @Val_K en février 2013, http://seenthis.net/messages/111670, lors d’une première bouffée médiatique, il fait doucement son chemin avec trois types d’emplois, cf. ci-dessous gamme de produit pour particuliers et commerçants

    • marquage d’objets. Le fabricant/diffuseur annonce une réduction de 85% des cambriolages pour les matériels ainsi marqués.
    On notera que l’effet est essentiellement obtenu par la dissuasion résultant de l’affichage du marquage.

    Il dissuade efficacement les voleurs à commettre des crimes et il a été prouvé des reductions de 85% des cambriolages. L’effet principal est obtenu par les avertissements extérieurs avec des autocollants sur les fenêtres et les portes ainsi qu’une signalisation sur les objets marqués.

    Avec une variante en gel spécialement conçue pour pister des incidents d’origine « interne » (agissements d’employés). SANS affiches de signalisation, cette fois.

    • le spray se déclenchant lors d’une intrusion dans un local protégé. Là aussi l’effet principal est dissuasif. En cas de déclenchement, le système permet de confirmer l’identification d’un suspect.

    • une troisième utilisation est réservée aux forces de l’ordre et consiste à projeter le liquide sur des personnes que l’on pourra ainsi identifier ultérieurement. Intérêt évident pour les manifestations ou émeutes.
    Bientôt en France ?
    Reportage de France 2 en mai 2013
    http://www.youtube.com/watch?v=4hdPvfCMAwc

    Un exemple d’emploi antivol décrit dans la presse en mars 2013

    Trahi par de l’ADN synthétique
    http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-saint-denis-93/trahi-par-de-l-adn-synthetique-14-03-2013-2639127.php

    Début février, à Noisy-le-Grand, deux facteurs avaient été victimes d’une agression au cours de laquelle les clés qui leur servaient à ouvrir les boîtes aux lettres avaient été dérobées. Depuis, des plis ne cessaient de disparaître. La Poste a décidé de porter plainte. Pour coincer le voleur, les enquêteurs ont déposé à l’intérieur d’un colis cette substance chimique, inodore, incolore et inoffensive ainsi qu’une puce de traçage. Lundi, à 9h45, un nouveau colis était signalé manquant. Grâce au mouchard, les enquêteurs ont suivi pas à pas la trajectoire du paquet. Le voleur a été interpellé à 15h45, à Noisy-le-Grand. Lorsqu’ils ont balayé la lampe à ultraviolets sur le suspect, des traces fluorescentes sont apparues. Celles laissées par l’ADN synthétique. Le voleur a été placé en garde à vue.

    #police #surveillance

  • Immigration : les fantasmes à l’épreuve des faits

    Les Français sont de plus en plus intolérants. C’est ce qui ressort du dernier rapport annuel de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), publié le 1er avril. Un sondage réalisé par l’institut BVA, qui accompagne ce rapport, est en effet préoccupant : 16% des personnes interrogées (1) font part de leur inquiétude vis-à-vis de l’immigration, soit 6 points de plus qu’en 2002. Par ailleurs, 74% des sondés jugent qu’il y a trop d’immigrés en France, en hausse de 15 points par rapport à 2011 et de 18 points par rapport à 2010 et 76% des personnes interrogées pensent que leur nombre a augmenté au cours des dix dernières années (+7 points depuis 2011). Quant à l’intégration, ils sont 63% à juger qu’elle fonctionne mal (+7 points depuis 2012). Cette crispation à l’égard de l’immigration n’est malheureusement pas très étonnante en période de crise. Le problème, c’est que ces représentations sont très éloignées de la réalité.

    http://www.alternatives-economiques.fr/immigration---les-fantasmes-a-l-epr_fr_art_633_67721.html

  • Mort par ventilateur - Wikipédia
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Mort_par_ventilateur

    La mort par ventilateur est une croyance répandue en Corée du Sud qu’un ventilateur électrique en fonctionnement dans une chambre close peut entraîner la mort de celui qui y dort.

    Les ventilateurs électriques vendus en Corée sont équipés de minuteries et/ou d’un système de minuterie parfois perçu comme pouvant sauver la vie de l’usager quand il utilise un ventilateur dans une chambre.
    Les ventilateurs vendus en Corée sont équipés d’une minuterie, évitant ainsi aux ventilateurs de fonctionner toute la nuit.
    Le gouvernement sud-coréen recommande d’activer un tel minuteur, ou bien de laisser la porte de sa chambre ouverte.

    #mort #ventilateur #Corée_du_Sud

  • Le cerveau de ceux qui croient en Dieu ne fonctionne pas comme celui des athées | Slate.fr
    http://www.slate.fr/life/82595/athees-croyant-cerveaux
    http://www.slate.fr/sites/default/files/imagecache/blognews-picture/religions.jpg

    Croire en dieu(x) est une affaire de neurologie, affirment des chercheurs de l’université d’Auburn, Alabama en collaboration avec l’Institut national de la santé américain, explique le blog Al.com. Les résultats de l’étude ont été publiés dans le journal Brain Connectivity le 15 janvier 2014.

    Il s’agissait d’étudier les cerveaux de volontaires, classés selon qu’ils se disaient athées ou religieux grâce à l’IRM fonctionnelle (IRMf).

    Dans une précédente étude parue en 2009, la même équipe menée par Dimitrios Kapogiannis avait établi que la croyance individuelle se définit selon trois critères :

    la perception du niveau d’implication de Dieu dans la vie du sujet
    la perception des émotions de Dieu par le sujet
    la doctrine personnelle du sujet et sa connaissance de la religion
    Ces trois données activent trois zones différentes du cerveau, et ce sont les flux d’information entre ces zones qui ont été étudiés cette fois-ci, précise le résumé de l’étude.

    Comme l’explique Gopikrishna Deshpande, un des auteurs de l’étude, cité par le Science Daily, « la croyance religieuse est un attribut humain unique observé dans différentes cultures autour du monde, même dans celles qui ont évolué indépendamment, comme les Mayas d’Amérique centrale et les Aborigènes en Australie. Cela a mené les scientifiques à penser qu’il doit y avoir une base biologique à l’évolution de la religion dans les sociétés humaines ».

    L’étude montre que le fait d’être religieux ou non est lié à la façon dont l’information circule dans l’encéphale, mais pas à l’activité de ce dernier, détaille Al.com. Ainsi, les sujets qui ont une grande capacité d’imagination et de visualisation d’images sont moins susceptibles de se déclarer comme croyants. Au contraire, ceux qui sont le plus capables de nommer leurs états mentaux et de percevoir ceux des autres (ce qui correspond aux trois critères mis en lumière dans la première étude) sont plus à même de faire partie des croyants.

    Une question demeure : ces différences de fonctionnement cérébral entre religieux et athées sont-elles la conséquence de l’existence de la religion, ou est-ce que la religion est la conséquence des capacités de certains à identifier les sentiments d’autrui ?

    #religion
    #croyances
    #cerveau
    #neurones
    #irm
    #évolution
    #IRMf

  • Polaroid : l’histoire d’un échec malgré les compétences pour réussir | Le Cercle Les Echos
    http://lecercle.lesechos.fr/entreprises-marches/management/organisation/221188371/polaroid-histoire-echec-malgre-competences-reu

    L’histoire de Polaroid

    Après avoir connu un succès considérable dans la photographie à développement instantané, Polaroid a déposé le bilan au début des années 2000. On attribue souvent la faillite de Polaroid au fait qu’elle aurait « raté le virage du numérique ». Pourtant, ce n’est pas le cas…

    Dès 1981, Polaroid investit massivement dans ce domaine. L’entreprise se focalise sur deux projets majeurs : Printer in the Field (un appareil numérique permettant une impression instantanée des photos) et Helios (un système de radiologie numérique destiné à remplacer les rayons X). À la fin des années 1980, Polaroid a développé de vraies compétences dans le numérique.

    En 1992, l’entreprise abandonne le projet Printer in the Field. Ses ingénieurs mettent alors au point un appareil photo numérique plus performant et meilleur marché que ceux de la concurrence. Contre toute attente, la Direction générale met son veto à sa commercialisation ! Elle valide Helios… mais c’est un échec cuisant.

    Il faut attendre 1996 pour que Polaroid finisse par commercialiser un appareil photo numérique. Il y a alors plus de 40 concurrents sur le marché et le succès est très limité. À la fin des années 1990, Polaroid n’a plus aucun avantage concurrentiel dans le numérique. La décision est prise de sous-traiter la production d’appareils photo à un concurrent japonais…

    L’influence des croyances sur les décisions des dirigeants

    Que s’est-il passé ? Comment expliquer que Polaroid ait développé de fortes compétences dans le numérique… avant de finir par échouer ? Comme l’a montré Giovanni Gavetti, la réponse à cette question réside dans les deux croyances que les dirigeants de l’entreprise ont progressivement développées :

    • La croyance selon laquelle les avancées technologiques sont la clef du succès ;

    • La croyance selon laquelle on gagne de l’argent sur les consommables et non sur le matériel (le fameux modèle « lames de rasoir »…).

    La première croyance explique pourquoi Polaroid a aussi rapidement investi dans le numérique. Elle a permis à l’entreprise de distancer ses concurrents dès le début des années 1980. La seconde croyance explique pourquoi Polaroid a concentré ses efforts sur les projets Printer In the Field et Helios. Elle explique également pourquoi les dirigeants de Polaroid ont autant tardé à lancer un appareil photo numérique dépourvu d’imprimante. Alors que l’impression instantanée (et donc la vente de consommables très lucratifs…) est au cœur des projets Printer In the Field et Helios, elle est absente des appareils photo numériques qui vont finir par s’imposer…

    Les enseignements de l’histoire de Polaroid

    En bref, l’échec de Polaroid s’explique essentiellement par le fait que ses dirigeants ont refusé d’abandonner le modèle « lames de rasoir ». Alors que ce modèle avait fait le succès de l’entreprise dans la photographie à développement instantané, il n’était plus adapté à la photographie numérique. Paradoxalement, ce sont souvent les croyances qui ont contribué au succès d’une entreprise qui finissent par causer sa perte !

    L’influence des #croyances sur les #décisions des #dirigeants
    #entreprises
    #marchés
    #Polaroïd
    #compétences

  • Enfer ou paradis : aux sources de la caricature ...

    http://www.scoop.it/t/artpol/p/4010122956/enfer-ou-paradis-aux-sources-de-la-caricature?hash=e273219d-840c-425d-b5ec-8cb

    « Exposition au Musée international de la Réforme (4 rue du Cloître, Genève), du 16 octobre 2013 au 16 février 2014

    Dès le 16 octobre, le Musée international de la Réforme à Genève présente une exposition consacrée à l’image satirique, telle qu’elle a été employée par les protestants et les catholiques, du XVIe au XVIIIe siècle, à des fins de propagande religieuse.

    Cette visite aux sources de la caricature moderne montre à quel point le XXIe siècle n’a rien inventé quant à la violence et au caractère provocateur de l’image satirique, comme le relève Frédéric Elsig, professeur à la Faculté des lettres et commissaire de l’exposition. A travers une quarantaine d’objets issus de collections suisses et européennes, dont certains présentés pour la première fois au public, l’exposition met en évidence la permanence des ressorts qui fondent la satire en image et la puissance de cet outil de propagande. (...) »

    #art #politique #caricature #religion #satire #culture #parodie #croyances #humour #critique #société #propagande #représentations #Enfer #Paradis #Artpol_Scoop-it #vangauguin

  • Lazarus saisit les doutes | Julien Goetz
    http://owni.fr/2012/06/01/lazarus-saisit-les-doutes

    Lancé le 14 février dernier, le web documentaire Lazarus-Mirages n’en finit pas de séduire. Véritable éloge à la pensée sceptique, aux doutes, cet objet éditorial unique est un projet d’illusionniste(s). Objectif : déconstruire les #croyances et superstitions qui nous entourent. Plongée au coeur de ce projet unique avec Patrick Jean, producteur réalisateur à la folie toute construite. Salutaire pour l’époque.

    #Récit #Sociologie #lazarus #lazarus-mirages #patric_jean #sceptiscisme #transmedia #webdoc #zététique

  • Syrie : les observateurs de l’ONU à Houla au lendemain du massacre - Le Point
    http://www.lepoint.fr/monde/syrie-les-observateurs-de-l-onu-a-houla-au-lendemain-du-massacre-26-05-2012-

    Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), plus de 90 civils, dont 25 enfants, sont morts dans des bombardements depuis vendredi dans la région de Houla, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Homs.

    Exécuter cet assassin, bien sûre ; mais il y a les intérêts et, plus que ce cynisme des nations, ma condescendance : nous sommes face à une guerre de religions. Vous souvenez-vous de l’Edit de Nantes ?... Ils veulent imposer, infliger leurs croyances dans le monde ; mais : quelle branche de ces croyances ?...

    #Syrie #religions #croyances