• Une machine à fabriquer de l’impuissance - Mon blog sur l’écologie politique
    http://blog.ecologie-politique.eu/post/Fabriquer-de-l-impuissance

    Retour sur la tournée #Égologie et les discussions intéressantes à ce sujet. cc @touti et @rastapopoulos et @sandburg même si les trucs les plus intéressants se sont passés dans des montagnes peuplées de chevelu·es.

    Dans une montagne un peu plus loin, une autre nous raconte son activité de conseillère conjugale de culture féministe. Nous sommes dans les Cévennes de l’illustre Pierre Rabhi et l’influence est palpable. Les femmes engagées dans des démarches écolo-spirituelles n’y sont pas plus qu’ailleurs, et pas plus que les autres, à l’abri de la violence masculine dans le couple. Sauf que celles-ci sont spécialement vulnérables, incapables de se dresser contre un compagnon qui les tient sous emprise ou exerce sur elles une violence économique ou matérielle. On leur a dit, répété, que chacun·e pouvait se prendre en main (1) et qu’il fallait arrêter de « toujours blâmer les autres ». Elles sont battues ? Ce n’est pas sa faute à lui, ce sont elles qui ont dû louper quelque chose. Et de stage d’une quelconque thérapie alternative en lecture d’un bouquin de Pierre Rabhi, elles sont incapables de reconnaître qu’elles ne sont pas responsables de la relation violente et incapables de s’enfuir, tout bêtement. Ça tombe bien, les autorités lorgnent sur les démarches de reconstruction du couple dans les cas de violence conjugale, ça coûte moins cher que de s’assurer qu’un foyer attend toutes les femmes battues, sans revenu ou sans tissu social solide (souvent conséquences de la maltraitance) quand elles arrivent à sortir des griffes de leur mec (2).

    Ainsi, un angle d’attaque qui promettait d’éviter l’impuissance (car nous ne savons pas encore comment éradiquer le patriarcat ni lutter contre cet envahissement par les substances toxiques que l’industrie et la recherche ne semblent pas vouloir arrêter d’inventer), finit en puissant outil d’acceptation de la saleté qui nous entoure. Les personnes en colère, les chieuses et les énervés ont offert plus de bataillons pour se battre contre l’abjection dans ce monde que les adeptes du développement personnel. Leur « négativité » est au fond plus prometteuse.

    Edit : finalement, je garde pour moi (et pour vous) cette histoire d’affiche inspirée par le bouquin.

    • Oui, ça a un peu dévié, cette histoire !

      Je ne peux pas acheter le Diplo ici et les Tumbler renvoient automatiquement vers un site « Internet positiv » (j’ai découvert ça hier en cherchant à visiter un Tumbler women and guns). Mais j’ai confiance en J-B Malet, dont j’ai lu l’excellent bouquin sur la tomate. (Peut-être que je ne suis pas d’accord avec tout mais c’est une idée, d’aller fouiner dans ce coin.)

      Pierre RABHI
      https://www.plumedecarotte.com/pierre-rabhi

      Paysan, essayiste et penseur, Pierre Rabhi est l’un des pionniers de l’agroécologie en France. Il défend un mode de société plus respectueux des hommes et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles accessibles à tous, et notamment aux plus démunis, tout en préservant les patrimoines nourriciers.

      Il est l’auteur d’une vingtaine de livres à succès, dont Vers la sobriété heureuse (Actes Sud), ou encore La puissance de la modération (Hozhoni) et La convergence des consciences (Le Passeur).

    • Sur toute la Terre, Amma usine son câlin standard avec une rigueur dans l’exécution des tâches que n’aurait pas reniée Frederick W. Taylor : ouverture des bras ; enveloppement de l’inconnu ; bercement de dix secondes ; remise à chaque être câliné d’un pétale de rose, d’une pomme ou d’un bonbon. Ces séances d’étreintes de masse se prolongent plusieurs heures durant.

      Au sein de l’immense espace de spectacle consacré au rituel, où chacun déambule pieds nus après l’étreinte, il est aisé d’observer que certains sont soudainement pris d’une forte émotion, sanglotent et parfois s’effondrent en larmes.

      Tu m’étonnes, après avoir attendu des heures au milieu de chants hypnotiques...

      « Beaucoup d’individus de nos sociétés modernes, profondément narcissiques, sont en quête permanente d’eux-mêmes. À l’approche d’Amma, un véritable processus d’idéalisation se met en place, observe, à quelques mètres de la gourou, la psychologue Élodie Bonetto. Amma, le “leader”, peut alors incarner l’idéal de l’individu, dont la dévotion s’explique le plus souvent par son désir d’être reconnu comme exceptionnel. Trois profils types se dégagent : l’adepte socioaffectif, en quête de réconfort et de sociabilité ; l’adepte utilitariste, en quête de réalisation de soi ; et l’adepte flexible, qui se situe entre les deux. »

      La meuf a l’air super fort !

      Selon la prolixe littérature d’ETW, Mme Amritanandamayi aurait eu la peau bleue à sa naissance, comme celle du dieu Krishna. Lors de sa mise au monde, Amma n’aurait ni pleuré ni crié, et se serait contentée d’un sourire. Capable de parler à l’âge de 6 mois, elle aurait également accompli plusieurs miracles, notamment en embrassant un cobra qui terrorisait son village natal. Face à des incrédules rationalistes, Amma aurait transformé de l’eau en lait. En léchant les plaies d’un lépreux, elle l’aurait guéri.

      guides de médecine ayurvédique proposant de soigner le cancer

      Aïe.

      Ces centaines de dévots de toutes nationalités suivent, à leurs frais, celle qu’ils nomment « la déesse » afin de pouvoir travailler bénévolement aux multiples tâches qu’implique une tournée internationale digne des plus grandes vedettes de l’industrie culturelle. Parmi eux, une surreprésentation de femmes célibataires sans emploi, prêtes à dormir à même le sol si leurs économies ou leurs minima sociaux ne leur permettent pas de s’offrir un hébergement.

      Justement, je ne savais pas quoi faire de ma vie.

      Rejoindre la tournée européenne coûte près de 1 500 euros aux volontaires qui souhaitent emprunter les autocars de l’organisation ; certains s’endettent pour pouvoir les payer. Ils sont alors vêtus intégralement de blanc, identifiés par un badge et considérés comme des membres à part entière d’ETW. Les repas végétariens et l’hébergement restent à leur charge. Les bénévoles les plus pauvres mangent avec parcimonie. « Beaucoup s’épuisent et s’appauvrissent, témoigne Mme Amah Ozou-Mathis, ancienne adepte qui a participé aux tournées européennes durant cinq ans. Les journées débutent très tôt par des mantras et la récitation des cent huit noms d’Amma. Elles continuent par un travail considérable et s’achèvent par des cérémonies rituelles où beaucoup entrent en transe, qui finissent très tard. Le plus souvent, on ne dort que trois ou quatre heures par nuit. »

      Finalement, on est bien chez soi.

      Ces éléments de langage sont ensuite relayés sans discernement par des centaines de supports d’information du monde entier, dont les reportages évoquent, depuis plus de trente ans, l’ambiance des tournées d’Amma ainsi que les « émotions » ressenties par le journaliste ayant reçu le darshan — un classique du genre.

      « Non, l’empire d’Amma n’a rien d’une ONG caritative, affirme M. Sanal Edamaruku, qui vit en exil en Finlande, où il préside l’Association des rationalistes indiens. Amma, c’est une entreprise, un “business” sale. On peut ajouter Amma à la longue liste des charlatans qui sévissent en Inde. La plus parfaite opacité règne quant à la destination exacte des fonds collectés lors de ses tournées. » Nous avons pu consulter des documents officiels émanant du ministère de l’intérieur indien, ainsi que des déclarations fiscales d’une branche américaine de l’organisation d’Amma. Le recoupement des déclarations officielles des deux entités juridiques, rassemblées sur plusieurs années, montre qu’elles ne coïncident absolument pas : les sommes que la maison mère déclare avoir reçues s’avèrent très largement inférieures aux sommes que la filiale américaine déclare lui avoir versées. Où est passée la différence ?

      Dénonçant des « malversations » et des violences, parmi lesquelles des viols, au sein de l’organisation, elle souligne les liens étroits existant entre Amma et le pouvoir politique nationaliste hindou. La multinationale du câlin est parvenue à obtenir l’interdiction pour « blasphème » de ce livre dans l’État du Kerala. Dès 1985, l’ouvrage de l’ex-policier Sreeni Pattathanam, qui évoquait des morts suspectes survenues dans l’ashram d’Amma, avait été lui aussi censuré pour « blasphème » — son auteur est aujourd’hui le secrétaire régional pour le Kerala de l’Association des rationalistes indiens.

      « Attention ! Si Amma construit bel et bien en Inde des infrastructures — hôpitaux, écoles, universités — dont on retrouve des photographies dans sa propagande, il ne faut pas se leurrer, avertit M. Edamaruku. Le plus souvent, ce sont des établissements privés, destinés à générer du profit, qui permettent à son organisation de s’institutionnaliser et d’asseoir un peu plus son pouvoir. » Vantée lors des tournées comme l’initiatrice de grandes réalisations caritatives, ETW est aujourd’hui à la tête d’un réseau d’universités et d’un hôpital universitaire, regroupés sous le label « Amrita », qui comptent plus de 18 000 élèves. Le clip de présentation de ce réseau s’enorgueillit de ses 23 centres de recherche scientifique, à l’origine de 51 brevets.

      #secte #exotisme #Inde #raclure

      Et les imbéciles qui la louent : #Hulot etc.

    • 2011 dans Le Monde. #journalisme

      Amma, la multinationale du câlin
      https://www.lemonde.fr/societe/article/2011/10/26/amma-la-multinationale-du-calin_1593754_3224.html

      Ces millions d’étreintes – à raison d’un million par an – financent indirectement une ONG, véritable multinationale du caritatif. Embracing the World (« étreindre le monde ») intervient dans des domaines aussi variés que la protection de la planète, la promotion du droit des femmes ou encore l’éducation des plus jeunes, et ce sur tous les continents.

      L’essentiel est financé par les dons des participants, le reste des recettes provient de la vente de produits dérivés. Saris (en solde, à Pontoise !), étoles, livres de prière traduits dans toutes les langues, CD et DVD. Mais aussi tee-shirts, sacs à main, porte-clés, statues, peluches, cartes postales, encens, pierres, bijoux et même des montres à l’effigie d’Amma sont vendus toute la journée dans un coin de la salle par des dames – toujours vêtues de blanc.

      Dans ses livres, ses conférences données à l’ONU ou dans de prestigieuses universités, Amma tient un discours qu’il est difficile de critiquer. Qui oserait dire qu’il ne souhaite pas plus d’amour et de bonheur sur terre ? « Attention à l’ethnocentrisme, met en garde Nadine Weibel, Amma est dans la pure traditon hindoue et c’est une véritable figure en Inde. Ce qui peut nous paraître étrange ou simpliste est en fait le fruit d’une tradition millénaire. »

    • Ahaha je te suis @aude_v !
      Billetterie : Journée avec Pierre Rabhi au Centre Amma
      https://www.weezevent.com/journee-avec-pierre-rabhi-au-centre-amma

      Une journée de rencontres et d’échanges avec Pierre Rabhi dans le beau cadre du Centre Amma - Ferme du Plessis.

      raaa zut, c’est passé, on ne connaitra pas le prix, un aperçu du programme cependant

      http://www.etw-france.org/venue-de-pierre-rabhi-au-centre-amma

      PROGRAMME PREVISIONNEL DE LA JOURNEE

      9h : ouverture des portes et visites guidées possibles du lieu

      10h30-11h30 : Conférence de Pierre Rabhi : « en route vers un nouveau paradigme ».

      12h : méditation guidée par Bri. Dipamrita dans le parc du Centre Amma – Ferme du Plessis

      12h30 : déjeuner / buffet
      13h30 : possibilité de visite guidée de la Ferme du Plessis

      15h-16h30 : « il n’y a pas de changement de société sans changement humain ».
      Table ronde animée par Divyanand / Mathieu Labonne (coordinateur général de la Ferme du Plessis et directeur de Colibris) avec :
      – Pierre Rabhi
      – Bri. Dipamrita (présidente d’ETW-France et envoyée d’Amma en France)
      – Christophe Massin (médecin psychiatre, écrivain, prix psychologies-Fnac 2014)

      Le Sommet des consciences les 20-21 juillet 2015 à l’Elysée – ETW France – Amma
      http://www.etw-france.org/le-sommet-des-consciences-le-20-juillet-a-lelysee

      Rassemblement de hautes figures spirituelles, religieuses et morales, le Sommet des consciences est une initiative conjointe de #Nicolas_Hulot, envoyé spécial du Président de la République française, de l’association Alliance of religions and conservation (ARC), de Bayard (propriétaire de La Croix), du R20 (réseau associant collectivités locales et entreprises) et du Conseil Économique, Social et Environnemental.

      Plus de quarante personnalités morales et religieuses du monde entier seront réunies le 20 juillet à l’Élysée, puis le lendemain au Conseil économique et social, à Paris. Elles vont, à cette occasion, lancer un « appel des consciences » destiné aux négociateurs de l’accord de Paris sur le climat.
      Amma, invitée à l’Elysée, sera représentée par Swami Amritaswarupananda, accompagné de Br. Shubamrita et Bri. Dipamrita.

      Quelques-unes des personnalités présentes :
      François Hollande, Président de la République ; Kofi Annan ; Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO ; Mohammad Yunus, Prix Nobel de la paix ; Pierre Rabhi ; Cheikh Khaled Bentounes ; Sœur Chan Khong, représentant la Communauté de Thich Nhat Hanh ; Sa Sainteté Bartholomée 1er ; Son Eminence Le Cardinal Turkson, Président du Conseil Pontifical pour la Justice et la Paix…

      une phrase exceptionnellement plate (mais à méditer longuement)

      « Je réfléchis souvent en profondeur à l’avenir de la terre, à la préservation de la nature et à la disparition de l’harmonie entre l’humanité et la nature… L’humanité est à la croisée des chemins. » – Amma

      moi aussi a dit Rosa Luxembourg

      En illustration de tout ceci la photo de la page d’accueil de la ferme du Plessis, un régal !
      http://fermeduplessis.com

      #spiritualité #individualisme #sectes_institutionnelles #croyances

    • Super Amma

      Face à des incrédules rationalistes, Amma aurait transformé de l’eau en lait. En léchant les plaies d’un lépreux, elle l’aurait guéri.

      Mais Jésus était encore plus fort :

      Jésus changeait l’eau en vin, et tu t’étonnes que 12 mecs le suivaient partout !

      Si vous parlez à Dieu, vous êtes croyant… S’il vous répond, vous êtes schizophrène.

      Pierre Desproges

    • https://seenthis.net/messages/714664

      La ville de San Francisco est régulièrement promue dans les médias de masse comme un modèle de gestion écologique des déchets pour son taux de recyclage de 80%. En France, le film documentaire #Demain, réalisé par #Mélanie_Laurent et #Cyril_Dion, a beaucoup participé à la diffusion de cette idée. [Il a dirigé jusqu’en 2013 le mouvement Colibris ; et il est fondateur de Kaizen, revue partenaire du mouvement.] Partout où il passe, Cyril Dion brandit le cas de San Francisco comme une preuve de ce qu’il est possible de rendre une ville écolo-durable (« L’exemple le plus impressionnant, que nous présentons dans le film, est celui de la ville de San Francisco qui recycle 80 % de ses déchets »). Si seulement...

      Si vous allez à San Francisco, vous y verrez des seringues et de la merde (par Nicolas Casaux)


  • «  Le #“Kojiki”, Chronique des choses anciennes  » : fondatrices du #Japon.
    「於是其弟,泣患居海邊之時,鹽椎神來,問曰:『何虛空津日高之泣患所由?』答言:『我與兄易鉤而,失其鉤.是乞其鉤故,雖償多鉤,不受,云:『猶欲得其本鉤』.故,泣患之』.爾鹽椎神,云:『我爲汝命,作善議』.」 - Passage dans la #langue originale

    https://www.notesdumontroyal.com/note/441#note-bas-441-8
    Vu le 03/06/2018

    Ce compte-rendu de Yoto Yotov nous présente le #livre et nous permet de faire des liens entre les #croyances originelles du Japon et les systèmes #politiques qui en ont découlé ainsi que le #shintoïsme toujours pratiqué aujourd’hui.

    On peut donc le considérer comme le livre #canonique de la #religion #shintô, en même temps que l’#épopée d’une #nation #insulaire qui a toujours aimé à se rappeler ses #origines.

    Comme nous l’avons dit le livre permet donc de comprendre l’origine des croyances japonaises shintoïstes et notamment la #vénération des #«  kamis  ». Or, la dimension #politique que prend le livre serait moins glorieuse, redécouvert « au XVIIIe siècle par les promoteurs du #nationalisme# moderne, tels que Motoori Norinaga et Hirata Atsutane. »

    "Le #fondement de l’État #japonais fut jeté d’une façon inébranlable, et une hiérarchie primordiale s’établit entre l’Empereur et ses sujets […]. Sociologiquement la nation japonaise s’est développée de la souche commune de ce qu’on appelle “la tribu céleste” - Chikao Fujisawa, «  Les Traits caractéristiques de la #philosophie de l’État japonais  » dans «  Cultural Nippon  », vol. 2

    L’article est très #engagé politiquement, l’auteur se permet d’ailleurs d’utiliser l’’écrivain Akinari Ueda pour déclarer que «  Dans tout pays, l’esprit du nationalisme est sa puanteur  »



  • A l’encontre » Débat. « La raison scientifique n’est pas socialement contagieuse. Les #croyances le sont, qu’elles soient religieuses ou politiques »
    http://alencontre.org/debats/debat-la-raison-scientifique-nest-pas-socialement-contagieuse-les-croyan

    Les différents #imaginaires qui sont au cœur des jeux, des arts, des religions ou des systèmes politiques instituent par rapport à la vie « ordinaire » des mondes « irréels » qui sont de deux types. Jouer à la poupée, aux cartes ou au foot, c’est créer un univers fictif et y agir selon des règles jusqu’au moment où le jeu est fini et que la vie reprend son cours. Quand les visiteurs au Louvre se pressent devant la Joconde et en admirent le sourire mystérieux, ils savent que la Joconde est la représentation d’une belle femme mais n’est pas une « vraie » femme. L’enfant qui est déguisé en Indien fait semblant de l’être mais sait aussi qu’il n’est pas un Indien. Le caractère « irréel » du jeu ou de l’œuvre d’#art est présent, mais le jeu ou l’œuvre sont aussi réels.

    Or, avec l’imaginaire impliqué dans les #religions, le caractère « irréel » des représentations et des pratiques qu’elles impliquent disparaît. Elles ne sont plus vécues comme « irréelles » mais comme « surréelles », même si elles sont contre-intuitives et que leur existence suppose un acte de foi en leur vérité. « Tu as cru parce que tu as vu, heureux seront ceux qui croiront sans voir. » Les religions affirment toutes nous faire accéder aux fondements de l’ordre de l’Univers et de la société et aux origines de cet ordre, à des vérités et à des réalités plus importantes que tout autre pour la conduite de notre vie.

    Pour illustrer ce point, il suffit de rappeler que toutes les religions sans exception, polythéistes et monothéistes, partagent un même postulat. Elles posent que la mort n’est pas la fin de la vie , qu’il existe une vie après la mort et donc un séjour des morts. Et de nombreuses religions affirment qu’après la mort, des dieux ou Dieu jugent les humains pour ce qu’ils avaient fait de leur vivant. Pour l’hindouisme, selon ses mérites et ses démérites, le mort sera alors renvoyé dans la roue des renaissances ou deviendra directement un ancêtre vivant auprès des dieux. Pour les monothéismes, le mort selon ses péchés ou ses bonnes actions ira au paradis ou sera précipité par Dieu en enfer. Les symboles alors changent de sens.


  • China seizes over 3,000 kg of pangolin scales in biggest-ever smuggling case
    https://news.mongabay.com/2016/12/china-seizes-over-3000-kg-of-pangolin-scales-in-biggest-ever-smugglin

    Pangolins use their scaly armor to protect themselves. Unfortunately, these protective scales have become the very reason for their population collapse.

    Today, eight species of pangolins survive, four each in Asia and Africa. All four Asian species are on the verge of extinction, while the African species are moving towards a similar fate, thanks to rising demand for pangolin meat and scales in China.

    Although #pangolin scales are made of keratin, just like human fingernails and rhino horns, people (incorrectly) believe that they contain medicinal properties. Traders claim that pangolin scales can promote menstruation and lactation, and treat rheumatism and arthritis. But these claims remain unproven. Consumption of pangolins has also become a status symbol as supply becomes scarce and demand increases.

    The three tonne seizure is just the tip of an iceberg, officials say.

    #extinction #braconnage #trafic #perlimpinpin #croyances


  • Le #web : une croyance partagée
    http://tcrouzet.com/2016/09/15/le-web-une-croyance-partagee

    Je ne peux alors m’empêcher de penser à ce que nous avons vécu durant les vingt premières années du Web. Nous avons été nombreux à croire qu’il changerait le monde d’une manière aussi radicale que l’agriculture. Pour certains, il s’agissait de la totalité du monde, avec un basculement des structures hiérarchiques au profit d’organisations horizontales, pour d’autres, il s’agissait du monde de la littérature, avec une mise en #réseau des auteurs et des lecteurs.

    Nous avons été innombrables à partager ces #croyances, à nous stimuler les uns les autres, à déborder d’activité et d’énergie. Nous avons rêvé, sans doute comme les artistes ont rêvé chaque fois que des mouvements esthétiques les ont emportés, à Montparnasse ou ailleurs. Ces brusques flambées, rendues possibles par une croyance commune, s’étiolent dès qu’elles se heurtent à la réalité. Il nous aura fallu une vingtaine d’années tout au plus pour que nous passions à travers le mur des illusions.

    Aujourd’hui, quand je consulte dans mon Feedly mes abonnements RSS, je n’y trouve presque plus aucun blogueur, non pas que les ai supprimés de ma liste mais parce qu’ils ont cessé de publier ou parce qu’ils écrivent de moins en moins. Je ne vois plus que les articles sans reliefs des journalistes, je ne vois plus que ce que je voyais avant dans les journaux papier, comme si j’avais rêvé de ma révolution.

    Certains bloguent encore, mais la croyance qui était nôtre ne les anime plus. Ils courent pour eux, pour exister au regard d’entités de #légitimation, celle des médias justement, celles des entreprises, des professeurs… Ils ne s’adressent plus à leurs pairs, dans un réseau de pair à pair, mais à ceux qui pourraient leur donner du pouvoir.

    #blogs

    • Ah ça cela ne doit pas être facile d’avoir cru pendant tellement de temps, finalement, qu’on était à soi seul le web et que ben voilà en fait peut-être pas et que le jouet il est tout cassé, sans, naturellement, se poser la question que c’est sans doute la généralisation de cette erreur égocentrique de perception qui aboutit à cette prise de conscience tardive.

      @fil a mille fois raison : #vieillir #c'est_pas_beau_de_vieillir

      Et celle-là... :

      Je suis redevenu un auteur à l’ancienne et je me demande maintenant où aller, peut-être devrais-je me résigner à écrire des livres et puis c’est tout.

      ... elle est hyper drôle, parce que Crouzet il écrivait des livres avant ? Et avant internet qui avait déjà entendu parler de Crouzet

    • Et dans l’article précédent, je trouve ceci :

      Je suppose également que les jeunes blogueurs (pas en âge mais en existence sur le Net) utilisent de nouvelles stratégies de diffusion et que leur lectorat est plus éclaté. Depuis que je publie mes billets en intégralité hors de mon blog (Feedly/RSS, Medium, ma page Facebook, Tumbr, newsletter…), je constate que chaque fois des lecteurs arrivent, différents de ceux du blog.

      Monsieur Crouzet, vous passez combien de temps par jour à scruter l’arrivée de vos « lecteurs » ? Combien de temps à chercher en vain des stratégies pour en augmenter le nombre au travers des réseaux sociaux etc...

      #pathétique


  • Ordre des sages-femmes : le règne du catastrophisme, de l’ignorance et du sexisme | Marie accouche là
    http://marieaccouchela.blog.lemonde.fr/2016/06/07/ordre-des-sages-femmes-le-regne-du-catastrophisme-de-li

    Intéressant

    J’ai longtemps cru que la médecine était une discipline scientifique. Vu l’importance des sciences et des mathématiques dans les études des futurs médecins, j’ai pensé que les praticiens maitrisaient la démarche scientifique consistant à observer les faits et les éléments, émettre des hypothèses, faire appel à un raisonnement rigoureux, s’appuyer sur des résultats validés, pour conclure par un diagnostic étayé débouchant sur une proposition de traitement rationnel.

    #médecine #accouchement #sexisme

    • Dans un billet précédent « le mythe de l’accouchement qui dérape en quelques secondes », j’ai longuement expliqué la différence de prise en charge entre un accouchement à l’hôpital et à domicile, et notamment la présence continue d’une sage-femme capable d’identifier à un stade précoce toute complication lorsque la naissance se passe à la maison. La seconde différence majeure entre ces deux types d’accouchement est précisément la démarche scientifique dont font preuve les sages-femmes qui accompagnent les accouchements en dehors d’un hôpital.

      En effet, réagissant à la même interview, la sage-femme blogueuse Dix Lunes dénonçait dans son billet « Consternation » l’attitude de praticiens consistant à appuyer leur point de vue sur un sempiternel « et si… » ouvrant la porte à toutes les peurs irrationnelles, alors que la démarche scientifique impose une évaluation. Cette évaluation doit non seulement s’appuyer sur une comparaison sérieuse des résultats des naissances à domicile et à l’hôpital, mais relève également d’une démarche scientifique à appliquer au cas par cas.

      Contrairement à ce que croit la Présidente de l’Ordre, les césariennes, l’asphyxie du bébé et l’hémorragie de la délivrance ne sont pas « totalement imprévisibles », mais constituent des risques bien réels, qu’il faut anticiper, et qui exigent la mise en place de procédures rationnelles pour y faire face. C’est la raison pour laquelle les sages-femmes accompagnant les accouchements à domicile font un suivi de la grossesse leur permettant une connaissance intime de la future mère, maitrisent les gestes à poser au moindre signe de complication, disposent d’un matériel de premiers secours permettant de faire face à bon nombre de situations d’urgence (bouteilles d’oxygène pour réanimer un bébé, doses d’ocytocine injectable en cas d’hémorragie,…) et ont élaboré avec la future maman et le couple un plan affiné en cas de transfert vers l’hôpital. Cette évaluation des risques et la mise en place des réponses à ceux-ci illustrent une démarche basée sur la Raison, bien plus efficace pour accompagner les parturientes que les frayeurs irrationnelles et autres superstitions véhiculées par les praticiens hospitaliers.



  • #radicalisation islamiste : comment confondre Allah avec un #Sheitan de type IV
    https://reflets.info/radicalisation-islamiste-comment-confondre-allah-avec-un-sheitan-de-type-i

    Se radicaliser, quand on à 16 ou 17 balais est une chose très facile. De la même manière, pour les ados attardés, presque trentenaires, c’est possible : certaines substances psychotropes aidant, la chose peut se faire en quelques mois, parfois quelques années. Mais, tout le fond de l’affaire, qui n’est pas du tout traité par […]

    #Tribunes #coran #croyances #dieu #Islam #lucifer #mahomet #moïse #monothéismes #musulmans #religions #satan


  • À Ouagadougou, dans le refuge pour les « mangeuses d’âme » du Burkina Faso


    Dans des villages burkinabés, les morts inexpliquées sont attribuées à des « mangeuses d’âme ». Les femmes désignées sont bannies de la société. Dans la capitale, la « Cour du 12 » les accueille et tente de les réhabiliter.
    http://lacite.website/2014/12/28/a-ouagadougou-refuge-mangeuses-dame-burkina-faso
    #Ouagadougou #BurkinaFaso #sorcière #ActionSociale

    • Entre 1980 et1984, au cours de mes voyages d’étude au Burkina, dans le village de Boassa à 2à kilomètres au sud-oust de Ouga, j’ai été témoin de l’une de ces histoires horrible, et depuis, j’y pense assez souvent en me demandant comment faire pour lutter contres ces #croyances

    • Dans sa conférence Silvia Federici signalait que ces histoires ont des racines plus économiques que "culturelles" : en effet, elles se produisent souvent là où les gens sont arrachés de leurs terres (par exemple en lien avec les #accaparements).

      Son livre (Caliban et la sorcière) démontre de manière très convaincante que c’est ce qui s’est passé dans l’histoire (en Europe et sous le régime des colonies en Amérique du Sud et en Afrique) avec le féminicide appelé « chasse aux sorcières », et sa conclusion est que c’est encore ce qui se passe aujourd’hui.

      J’y pense aussi quand je lis les reportages sur les massacres d’“enfants-sorciers” de Kinshasa… qui sont les enfants des rues et des #bidonvilles


  • #Ukraine : Un pays en état d’urgence

    « Histoire Vivante » revient sur l’histoire de l’Ukraine. Dimanche 24 mai 2015, vous pouvez découvrir sur RTS Deux : « Ukraine – Chronique d’un déchirement », un documentaire de Christof Franzen (Suisse / 2015) :

    Du nationaliste combattant au père de famille étouffé par la propagande en passant par le jeune militant pro-russe…Tous vivent au quotidien dans une incertitude paralysante, déchirés entre l’espoir et la peur. Un journaliste suisse a sillonné l’Ukraine d’est en ouest. Journal d’un pays aux fissures profondes.

    http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/6783561-l-ukraine-1-5.html
    #histoire_vivante
    cc @simplicissimus

    • Entretiens avec Eric Hoesli et Antoine Arjakowsky

      En première partie, Pierre Hazan est en compagnie de Eric Hoesli, spécialiste de la Russie et notamment de la problématique du Caucase. #Eric_Hoesli est actuellement professeur à l’EPFL et a publié « A la conquête du Caucase : Épopée géopolitique et guerres d’influence » (Éditions des Syrtes, 2006).

      En deuxième partie, au micro de Frédéric Pfyffer, nous entendons Antoine Arjakowsky, directeur de recherches au Collège des Bernardins, et auteur de « Russie-Ukraine : de la guerre à la paix ? » (Paris, Parole et Silence, 2014).

      http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/6783561-l-ukraine-1-5.html

    • Turbulences et chambardements

      Comment lʹUkraine a-t-elle connu successivement autant de turbulences et de chambardements politiques et géographiques ? Quel est son rapport avec la nouvelle URSS et à quoi ressemble la séquence, à vrai dire bien courte, de la première indépendance ? Quelles administrations vont se succéder et quels régimes vont subir les Ukrainiens ? Quel rôle va jouer lʹavant-garde culturelle ? Combien de disparus à la suite de la famine ?

      http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/6783563-l-ukraine-3-5.html

    • #Croyances, #religions et politique

      Comment la société ukrainienne est-elle répartie sur le plan des croyances et #pratiques_religieuses ? Que reste-t-il après l’éloignement du sentiment dʹ#appartenance au pays dʹorigine ? Qu’en est-il de lʹUkraine au cours des vingt dernières années, sur le plan politique intérieur et sur le plan de son rapport avec la Russie, avec lʹEurope ? Comment le rappel de cette vingtaine dʹannées peut-il nous aider à comprendre la dernière crise que traverse aujourdʹhui lʹUkraine ?

      http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/6783573-l-ukraine-4-5.html

    • Entretien avec le réalisateur #Christof_Franzen

      Frédéric Pfyffer sʹentretient avec Christof Franzen, réalisateur du documentaire « Ukraine - Chronique d’un déchirement », que vous pouvez découvrir ce dimanche 24 mai 2015 sur RTS Deux.

      Le film est profondément lié aux personnes qui doivent traverser la rudesse de la situation ukrainienne. Le pays, éventré par un conflit qui aurait pu ne jamais voir le jour, souffre de s’enliser dans ce climat tendu. D’autant que le pays se sentait apte à se développer harmonieusement dans un contexte démocratique. Mais non. La corruption, les oligarques, l’injustice ont régné sur ce territoire et l’ont pris en otage. Mais les Ukrainiens en ont marre et se sentent désormais prêts à se mobiliser pour entrer dans la lutte contre ce pouvoir insolent.

      « Il y a un an, l’Ukraine me semblait être un pays encore plein de promesses. Aujourd’hui, beaucoup de choses ont changé. Comment les Ukrainiens survivent-ils à cette guerre qui ravage leur pays ? Cette question est au cœur de ma démarche », précise le réalisateur du #film, Christof Franzen.

      http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/6783576-l-ukraine-5-5.html
      #documentaire


  • Un étrange rite funéraire dans l’Italie de la préhistoire

    http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2015/04/01/un-etrange-rite-funeraire-dans-litalie-de-la-prehisto

    Qu’est-ce que cette grotte avait de si particulier, de si symbolique, pour qu’on vienne y déposer les os de morts provenant de villages relativement éloignés ? Les auteurs de l’étude n’ont pu s’empêcher de dresser un lien avec la grotte inférieure où des hommes préhistoriques collectaient l’eau fortement minéralisée des stalactites, ces longs os de pierre en formation. La ressemblance visuelle entre os et stalactites est, en effet, étonnante. La photo ci-dessus présente un mélange des deux et il n’est pas toujours évident, pour un œil non expérimenté, de faire la différence, surtout quand on sait que certaines petites stalactites sont souvent creuses. « Si nous supposons, conclut l’étude, que les stalactites étaient perçues comme des équivalents des os (...), alors nettoyer des ossements et les apporter dans la grotte peut avoir été conçu comme une manière de les rendre à un lieu éternel où ils avaient vu le jour, comme la conclusion d’un cycle d’incarnation temporelle. » De la même manière, l’eau coulant des stalactites, ces os de pierre, peut avoir été dotée de qualités exceptionnelles, ce qui expliquerait qu’on la recueillait. Les auteurs ont conscience que leur hypothèse est aussi peu étayée que hardie. Mais elle est si belle qu’on s’en voudrait de ne l’avoir pas évoquée...

    #Italie #préhistoire #archéologie #rites #mort #croyances


    • Mélange d’os et de stalactites issus de la grotte Scaloria.
      © Robb et al./Antiquity.

      Découvert par hasard en 1931, lors de travaux de construction d’un aqueduc, ce site archéologique datant du Néolithique et principalement occupé au VIe millénaire avant notre ère était en réalité constitué de deux grottes communicantes. La première, la grotte supérieure, présentait la particularité d’être jonchée d’un tapis d’ossements humains et animaux, mélangés à des outils en pierre et à des fragments de poteries. Quant à la seconde, la grotte inférieure, très difficile d’accès, elle était encore plus surprenante car, sous les stalactites tombant de la voûte, se trouvaient encore, parfois complètement pris dans les concrétions minérales, des récipients préhistoriques destinés à recueillir l’eau gouttant d’en haut.

      #sépulture_secondaire ?