• #Relations_Internationales
    Les Nations unies face au conservatisme des grandes puissances, par Bertrand Badie (Le Monde diplomatique, juin 2015)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/06/BADIE/53104

    Le vieux monde de l’ONU - La Vie des idées.
    Nils Andersson, « Le vieux monde de l’ONU », La Vie des idées , 7 septembre 2017. ISSN : 2105-3030.
    http://www.laviedesidees.fr/Le-vieux-monde-de-l-ONU.html

    Dans les coulisses de l’Assemblée générale des Nations unies, par Anne-Cécile Robert & Romuald Sciora (Le Monde diplomatique, septembre 2017)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2017/09/ROBERT/57832

    Comment réformer les casques bleus ?, par Sandra Szurek (Le Monde diplomatique, janvier 2017)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2017/01/SZUREK/56983
    #ONU #Organisations_internationales #Relations_Internationales

    À quoi sert un casque bleu ?, par Chloé Maurel (Le Monde diplomatique, mai 2017)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2017/05/MAUREL/57454

    Même la guerre a ses lois, par Olivier Bailly (Le Monde diplomatique, octobre 2015)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/10/BAILLY/53962

    #Organisations_internationales_CPI #Cour_pénale_internationale
    La Cour pénale internationale en accusation, par Francesca Maria Benvenuto (Le Monde diplomatique, novembre 2013)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/BENVENUTO/49766

    Soupçons sur la Cour pénale internationale, par Francesca Maria Benvenuto (Le Monde diplomatique, avril 2016)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2016/04/BENVENUTO/55185

    L’ordre international piétiné par ses garants, par Anne-Cécile Robert (Le Monde diplomatique, février 2018)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2018/02/ROBERT/58353

    Ventes d’armes, les affaires reprennent (Le Monde diplomatique, avril 2016) #Conflits_d'intérêts #Histoire_Relations_Internationales
    https://www.monde-diplomatique.fr/2016/04/A/55243
    Armement : deux pas en avant, un pas en arrière (Le Monde diplomatique, avril 2016)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2016/04/A/55235

    #Relations_Internationales_cyberespace
    Penser la cyberpaix, par Camille François (Le Monde diplomatique, avril 2016)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2016/04/FRANCOIS/55211

    "Les conséquences pratiques de ce débat sémantique sont fondamentales pour la démocratie : elles déterminent le cadre juridique applicable, les conséquences et les acteurs impliqués. Dans la « vraie vie » (c’est-à-dire hors ligne), on ne mobilise pas l’armée pour un carreau cassé. Dans le cyberespace, une réaction aussi exagérée est bien plus plausible. En effet, à mesure que les sociétés dépendent de plus en plus étroitement d’Internet, elles doivent adapter leurs lois et leurs mécanismes sociaux pour assurer la paix, la justice et la sécurité, et ce dans un contexte où les complexes militaro-industriels mondiaux développent et imposent des méthodes de contrôle intrusives."

    "Si cette notion de « zone grise » caractérise si souvent la cyberguerre, c’est qu’elle est inhérente à son concept même. Elle apparaît dès les premiers travaux stratégiques sur le déploiement de la puissance de l’Etat dans le cyberespace."

    "Le flou du concept de cyberguerre contribue à sa dangerosité et empêche de replacer les situations qu’il décrit au sein d’un cadre juridique clair. La notion devrait inspirer la méfiance : elle empêche de penser la paix dans le cyberespace, là où nous en aurons besoin demain."

    #Cyberattaque globale : un cas de piratage confirmé en Belgique
    https://www.rtbf.be/info/economie/detail_cyberattaque-globale-un-cas-de-piratage-confirme-en-belgique?id=9605079
    Cyberattaque mondiale par un ransomware : une ampleur "sans précédent" selon Europol
    https://www.rtbf.be/info/medias/detail_les-etats-unis-mettent-en-garde-contre-une-vague-mondiale-de-cyberattaqu

    Quatre confidences d’un ancien espion - Libération
    http://www.liberation.fr/france/2016/09/04/quatre-confidences-d-un-ancien-espion_1482774

    #Relations_Internationales_Mers #Mers
    Droits maritimes, un enjeu géopolitique, par Didier Cormorand (Le Monde diplomatique, juin 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/06/CORMORAND/55727

    #Relations_Internationales_Soft_Power
    « Diplomatie publique » de la guerre froide à l’invasion de l’Irak, par Maxime Audinet (Le Monde diplomatique, avril 2017)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2017/04/AUDINET/57380

    BHL, lu et approuvé par la CIA - Bibliobs - L’Obs
    http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20170428.OBS8716/bhl-lu-et-approuve-par-la-cia.html

    « le Congrès reposait sur l’idée que la défaite culturelle du marxisme passerait par la création d’une nouvelle gauche plutôt que par un soutien à la droite »

    nb : tout parallèle avec le #PS serait hors de propos.

    « L’OMS : dans les griffes des lobbyistes ? » : un documentaire troublant diffusé sur Arte
    https://mrmondialisation.org/loms-dans-les-griffes-des-lobbyistes
    #Conflits_d'intérêts #Documentaires #Organisations_internationales_OMS #Santé #Sciences #Multinationales

    Les réfugiés, une bonne affaire, par Nicolas Autheman (Le Monde diplomatique, mai 2017)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2017/05/AUTHEMAN/57444
    #Organisations_internationales_HCR #Multinationales #ONG

    « En 2016, Ikea n’était pas seulement fournisseur de tentes, mais aussi premier donateur privé du HCR, à hauteur de 32 millions d’euros »

    « comment réagir lorsque des parlementaires européens révèlent, comme cela s’est produit en février 2016, qu’Ikea est impliqué dans un vaste scandale d’évasion fiscale, échappant à l’impôt dans des États qui financent le HCR (La Tribune, 13 février 2016) ? L’agence de l’ONU n’en a jamais entendu parler... »

    « se pose la question du modèle économique et des forces politiques auxquels se soumet aujourd’hui l’agence chargée du sort de millions de personnes déplacées à travers le monde. »

    Les #Cryptomonnaies : une révolution pour la coopération internationale ? - Equal Times María Crespo
    https://www.equaltimes.org/les-cryptomonnaies-une-revolution?lang=en
    #Monnaie #Alternatives

    "« La chaîne de blocs est mondiale et ne connaît pas de frontières physiques ; ce qui la rend très attrayante pour la coopération et le progrès à travers le monde. Ce phénomène commence déjà à se produire, » déclare William Mougayar"

    "Ceci se révèle particulièrement intéressant dans le domaine de la coopération internationale, étant donné qu’elle génère également un enregistrement pour chaque transaction. En d’autres termes, il existe une véritable traçabilité de chaque opération"

  • Not another JPEG - M Plummer-Fernandez
    https://www.plummerfernandez.com/works/not-another-jpeg

    Many critics of NFTs often overlook the importance of finding new sources of income for minorities and people in the pandemic-hit global South, as it’s easy to dismiss NFTs as an extraneous pastime for the already crypto-rich, or for well-paid developers and designers opportunistically jumping on the trend.

    (...)

    NFTs may liberate artists not only technically, but conceptually – as the certificate becomes widely accepted as the transferable commodity, the associated artwork is free to be an idea, an essay or manifesto, a happening or performance, a keepsake or a gift to others. (...)

    Although it is easy to be excited about new creative possibilities, an inclusive community, and the income from NFTs that many artists are making, we cannot ignore the climate crisis. As my peers have pointed out, my recent involvement in climate activism, tree planting, and agroecology seems at odds with any engagement with cryptocurrencies, so I want to be clear about my stance on this issue.

    Dans le débat sur les #NFT qui fait rage avec des positions extrêmement tranchées, une position peut-être nuancée qui défend la scène alternative qui existe sur https://www.hicetnunc.xyz

    #art #finance #crypto #spéculation #tech-bro

  • Les mines de #bitcoins contredisent les objectifs zéro carbone de la Chine
    https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20210408-les-mines-de-bitcoins-contredisent-les-objectifs-z%C3%A9ro-carbone-de-l

    Le #numérique pollue, et si rien n’est fait la #monnaie digitale pourrait même faire dérailler les objectifs zéro carbone de Pékin. C’est en tous cas ce que dit une étude de l’Académie chinoise des sciences publiée par la revue Nature. La Chine abrite plus de 75% des mines de bitcoins dans le monde et ces dernières sont boulimiques en #électricité.

    Plus énergivores encore que les datas center, les mines chinoises de bitcoins qui alimentent 80% du commerce mondial de #cryptomonnaies devraient consommer 297 térawattheures d’électricité en 2024 ; c’est plus que ce qui a été utilisé par un pays comme l’Italie en 2016, selon cette étude de l’Académie des sciences de Chine, publiée en partenariat avec les universités de Surrey, Tsinghua et Cornell. Les résultats des chercheurs tombent mal, car ils vont à l’encontre de l’annonce du président chinois l’année dernière. Pékin s’est donné pour objectifs de parvenir à un pic d’émissions de dioxyde de carbone d’ici 2030 et à la #neutralité_carbone à l’horizon 2060.

    #blockchain #yuan_numérique

  • Le bitcoin, monnaie virtuelle mais gouffre environnemental réel
    https://reporterre.net/Le-bitcoin-monnaie-virtuelle-mais-gouffre-environnemental-reel

    Virtuel, le bitcoin ? La célèbre cryptomonnaie repose sur le travail de quantités extravagantes d’ordinateurs, regroupés parfois en mégafermes de « minage », adossés à des datacenters. Bref, la production de bitcoins est dépendante d’infrastructures matérielles et énergétiques bien réelles, et affreusement énergivores. Cent trente millions de tonnes de carbone : voilà ce qu’émettront annuellement en Chine les activités de « minage » de bitcoins, la plus célèbre des cryptomonnaies, dès 2024. Soit une (...)

    #cryptomonnaie #écologie

  • Is the new boom in digital art sales a genuine opportunity or a trap? | MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/2021/03/25/1021215/nft-artists-scams-profit-environment-blockchain

    Artists are jumping into a market that will pay thousands for their work. But they’re running into scams, environmental concerns, and crypto hype.

    Anna Podedworna first heard about NFTs a month or so ago, when a fellow artist sent her an Instagram message trying to convince her to get on board. She found it really off-putting, like a pitch for a pyramid scheme. He had the best of intentions, she thought: NFTs, or non-fungible tokens, are basically just a way of selling and buying anything digital, including art, that’s supported by cryptocurrency. Despite Podedworna’s initial reaction, she started researching whether they might provide some alternative income.

    She’s still on the fence, but NFTs have become an unavoidable subject for anyone earning a living as a creative person online. Some promise that NFTs are part of a digital revolution that will democratize fame and give creators control. Others point to the environmental impact of crypto and worry about unrealistic expectations set by, say, the news that digital artist Beeple had sold a JPG of his collected works for $69 million in a Christie’s auction.

    Newcomers must untangle practical, logistical, and ethical conundrums if they want to enter the fray before the current wave of interest passes. And there’s a question lingering in the background: Is the NFT craze benefiting digital artists, or are artists helping to make wealthy cryptocurrency holders even richer?

    #NFT #Art_numérique #Cryptoart #Arnaque #Cryptomonnaies #Idéologie_propriétaire

  • Metakovan, the mystery Beeple art buyer, and his NFT/DeFi scheme – Amy Castor
    https://amycastor.com/2021/03/14/metakovan-the-mystery-beeple-art-buyer-and-his-nft-defi-scheme

    ast week, a crypto whale going by the moniker “Metakovan” bought a Beeple artwork via Christie’s auction for $69 million—$60 million in ETH and $9 million in fees, also in ETH*—outbidding a surprised Justin Sun, founder of the Tron blockchain, in the last minute.

    7/12 I tried to update my bid to $70 MIL at the last 30 secs yet my offer was somehow not accepted by Christie’s system even though there was still 20 secs left.
    — Justin Sun🌞 (@justinsuntron) March 12, 2021

    After the barest amount of digging, I am going to hazard a guess that the mystery Beeple buyer is Vignesh Sundaresan, a crypto entrepreneur who has been in the crypto landscape for about seven years.

    It’s pretty obvious, really. Metakovan has given a few audio interviews. And if you compare those to previous Sundaresan interviews, like this one, it’s the same voice—and the same crypto origin story.

    Going back further, Sundaresan launched crypto exchange Coins-e in Ontario in 2013. (Coincidentally, the same year that Gerald Cotten and Michael Patryn launched their failed Canadian crypto exchange QuadrigaCX.)
    Coins-e, a defunct Canadian exchange

    Several Coins-e users have taken to social media to complain about losing money on Coins-e, calling it a scam and warning others to watch out. (See Reddit—here and here—and BitcoinTalk.)

    The posts on r/dogecoin are the most alarming. Coins-e clients report having their dogecoin disappear. Wireguysny described watching 1.3 million DOGE evaporate and the frustration of being unable to reach tech support to get to the bottom of the matter.

    Xclusive2 wrote: “I’ve had just about enough of of Coins-e millions of coins missing, no reply from support ever! the reason is because it’s a one man operation. the problem is this joker is stealing and trading everyone’s coins when and how he feels to make himself rich he knows that Doge is worth a lot of BTC in large volumes.”

    Sundaresan denies being the guy who allegedly ripped people off. According to him, Coins-e was sold to a company called Casa Crypto in Waterloo. The transfer was overseen by law firm LaBarge Weinstein, he claims.

    “Since it was sold, I have not been associated with Coins-E. Allegations of a scam are FUD,” he told me.

    I am so far unable to confirm that sale. I can’t find any announcement or press release on the sale. The Coins-e website no longer exists, and an archive of the site’s “About” page from 2016 doesn’t reveal who is behind the operation. I can’t find a company called “Casa Crypto” in Waterloo either.

    Sundaresan offered to show me proof of the sale via a video call. I told him I was open to that, but he hasn’t gotten back to me to set up a time. He did not comment on whether he was Metakovan.

    Meanwhile, I’ve looked up the domain registration for Coins-e.com. The site was registered in May 2013 and the only update was in May 2020—after customers complained about their coins vanishing.

    The site was originally registered to Ramesh Vinayagam—the name of a famous Indian composer, per Reddit user xclusive2. Another alias perhaps? And, according to a Paste from January 2014, the site was registered to the man himself shortly before the registration was made private and Sundaresan entered the Y Combinator program.
    The NFT connection

    NFTs are the big thing now. They took over as the latest grift when decentralized finance, or DeFi, ran out of steam last year. Fellow nocoiner David Gerard wrote a blog post explaining how NFTs work and why digital ownership of art is utter nonsense.

    #NFT #Arnaque #Cryptocurrency

  • #Finance
    "Le défaut grec éclipse le krach boursier chinois" http://geopolis.francetvinfo.fr/le-defaut-grec-eclipse-le-krach-boursier-chinois-68685

    Ce que cachent les soubresauts financiers de la #Chine, par Michel Aglietta (Le Monde diplomatique, octobre 2015)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/10/AGLIETTA/53963
    #Asie_Chine #Asie

    "Chine : le gouvernement ne parvient pas à endiguer la chute des Bourses" http://www.latribune.fr/economie/international/chine-le-gouvernement-ne-parvient-pas-a-endiguer-la-chute-des-bourses-4904

    "Bientôt des yuans dans toutes les poches ?"
    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/07/DING/53198

    "A la veille d’une nouvelle crise financière..."
    http://www.capital.fr/enquetes/economie/a-la-veille-d-une-nouvelle-crise-financiere-1051218#4kbemZKWvbd3sJR7.99

    « Vous avez aimé la crise financière de 2008, vous allez adorer la prochaine » http://www.lenouveleconomiste.fr/vous-avez-aime-la-crise-financiere-de-2008-vous-allez-adorer-la-p

    "La nouvelle crise arrive"
    http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey/2015/07/23/la-nouvelle-crise-arrive/#more-447

    "Le retour des crises bancaires ? Andorre est au bord de la catastrophe" http://www.express.be/business/fr/economy/le-retour-des-crises-bancaires-andorre-est-au-bord-de-la-catastrophe/212435.htm

    "Le Crédit Agricole veut se lancer dans la titrisation de crédits immobiliers" http://www.lesechos.fr/journal20150326/lec2_finance_et_marches/0204215307968-le-credit-agricole-veut-se-lancer-dans-la-titrisation-de-cred

    "L’automne de tous les dangers !"
    http://www.latribune.fr/opinions/editos/l-automne-de-tous-les-dangers-503565.html

    Ca vaut ce que ça vaut :
    La crise économique mondiale s’aggrave. Attention, 11 indicateurs critiques viennent d’être déclenchés ! | BusinessBourse
    http://www.businessbourse.com/2015/12/07/la-crise-economique-mondiale-saggrave-attention-11-indicateurs-criti ! ( By Michael Snyder http://theeconomiccollapseblog.com/archives/alarm-bells-go-off-as-11-critical-indicators-scream-the-glo )

    « L’activité économique ralentit partout dans le monde. Un grand nombre de signes indiquent que nous nous trouvons exactement là où nous étions juste avant le grand krach de 2008. » ;
    –"Les défauts sur les créances de sociétés ont atteint leur niveau le plus élevé depuis la dernière récession. Ceci est un énorme problème parce que l’endettement des entreprises aux États-Unis a presque doublé depuis seulement la dernière crise financière." ;
    –"En 2008, les prix des matières premières s’étaient effondrés juste avant que les marchés financiers suivent. A la fin du mois dernier, l’indice Bloomberg des matières premières avait atteint un plus bas de 16 ans." ;
    –"Si on regarde ce qui s’est passé en 2008, vous verrez que les obligations pourries(junk bonds) s’étaient effondrées. C’est important car à l’époque, les obligations pourries(à haut rendement) avaient commencé à chuter avant les marchés financiers, et actuellement, ils ont chuté à leur niveau le plus bas depuis la dernière crise financière." ;
    –" Selon John Williams, de shadowstats.com, les vrais chiffres montreraient que l’économie américaine a toujours été en récession depuis 2005."

    A l’aube d’un cataclysme monétaire et financier, par Michel Santi -
    http://www.michelsanti.fr/?p=6472

    Une chute catastrophique déclenche pour la première fois la fermeture des Bourses chinoises — RT en français
    https://francais.rt.com/economie/13154-bourses-chinoises-ferment-apres-chute
    #Chine #Crise #Finance #Crise_financière #FED #Monnaie

    Tous aux abris face à la crise qui vient ? Pourquoi le "plus jamais ça" de l’après-désastre financier de 2008 s’est transformé en mini-réformes préventives | Atlantico.fr
    http://www.atlantico.fr/decryptage/tous-aux-abris-face-crise-qui-vient-pourquoi-plus-jamais-apres-desastre-fi

    -"Si les discours qui ont suivi la crise financière mondiale de 2007-2008 étaient remplis d’alarmisme et de volonté de réformer de fond en comble le système bancaire, la réalité politique et économique a grandement édulcoré tout embryon de révolution de ce point de vue-là. A tel point qu’une nouvelle crise de grande ampleur pourrait bien voir le jour prochainement." ;
    –"En tout cas, tous les éléments d’un nouveau maelstrom financier sont réunis : des acteurs privés (aux Etats-Unis, en Europe, au Japon, en Chine) surendettés, des cours financiers complètement découplés de l’économie réelle et qui, tôt ou tard, subiront une correction. Si cette dernière est brutale, les Etats occidentaux auront beaucoup moins de marges de manoeuvre budgétaires pour sauver le secteur bancaire qu’en 2008. Et les deux grands émergents que sont la Chine et le Brésil, qui sont déjà dans une situation délicate, seront vraisemblablement emportés dans la tourmente. De sorte que l’on peut se demander d’où viendra le moteur productif susceptible d’enrayer la chute de l’économie mondiale tout entière dans la récession." ;
    –"J’ai rendu, en juin dernier, un rapport au Parlement européen sur le coût présumé du prochain krach bancaire en zone euro." ;
    –"le rapport européen Liikanen de 2012 a fait des recommandations extrêmement raisonnables en matière de séparation bancaire. Séparer les départements liés aux banques de crédit et de dépôt (la banque au coin de votre rue) et les banques d’investissement est une mesure que chaque pays peut prendre à l’échelon national, sans en référer à Bruxelles, et qui résoudrait, disons, la moitié des problèmes que nous pose la finance aujourd’hui. Cela supprimerait en effet la garantie publique implicite dont jouissent les banques « mixtes », qui cumulent ces deux types de métiers (deux métiers qui n’avaient jamais été réunis dans un même établissement avant le début des années 1990). En effet, l’Etat étant légalement contraint de se porter garant des comptes de dépôts des citoyens, est obligé de voler au secours d’une banque mixte qui menace de faire faillite. Cette garantie implicite permet aux banques concernées d’emprunter à des prix bradés sur les marchés (une rente qui n’a tout juste rien à voir avec l’efficacité présumée d’un secteur concurrentiel), et les incite à prendre des risques insensés, sachant fort bien qu’elles ont une assurance tout risque qui s’appelle le contribuable. (C’est d’ailleurs le même mécanisme qui est sous-jacent à la crise grecque : les banques françaises et allemandes ont prêté entre 2001 et 2010 des sommes absurdes à ce tout petit pays, sachant pertinemment qu’il serait incapable de rembourser, mais comptant bien sur le contribuable européen pour payer à la place des Grecs, ce qui a fini par arriver. Ces sont les Etats, la France notamment, qui ont prêté à la #Grèce pour lui permettre de rembourser sa dette aux banques. De sorte qu’à présent, c’est à nous que les Grecs doivent de l’argent.)" ;
    –"Le bilan de BNP-Paribas avoisine le PIB de la France... et c’est sans compter les positions hors-bilan de cette même banque sur les marchés d’actifs dérivés, qui représentent environ vingt fois le PIB français." ;
    –"nous ne sommes pas à l’abri d’une réédition d’un krach financier analogue à celui de 2008. L’oeil du cyclone peut se trouver en Chine mais il peut aussi provenir de la dette des étudiants nord-américains, par exemple : elle s’élève à 1500 milliards de dollars, et il est clair que ces étudiants ne pourront pas la rembourser si le marché du travail américain ne leur offre pas des postes suffisamment nombreux et bien rémunérés - ce qui suppose une forte croissance. La tempête peut aussi être provoquée par la faiblesse du prix du pétrole. Un baril à 30$ met en grande difficulté la Russie aujourd’hui mais s’il persiste à ce niveau ou, pire, diminue encore, cela ferait plonger la plupart des pays exportateurs du Sud et pourrait déstabiliser fortement le fragile équilibre macro-économique qui permet aujourd’hui aux pays émergents de tirer l’économie mondiale hors de la déflation."

    ’Un tsunami de défaillances sur dettes va s’abattre sur le monde’. Audrey Duperron - Express [FR]
    http://fr.express.live/2016/01/21/37303

    "White critique les politiques de "QE" menées par les grandes banques centrales au lendemain de la crise financière, dont il dit qu’elles ont encouragé l’endettement et créé des bulles de crédit dans le monde entier, ce qui signifie que le problème des dettes excessives a gagné les pays émergents. “Les pays émergents faisaient partie de la solution après la crise Lehman. Maintenant, ils font aussi partie du problème”, a-t-il dit.

    Les prédictions de White sont d’autant plus menaçantes qu’il fait partie d’une minorité d’experts qui ont averti l’Occident de l’imminence d’une très grave crise financière entre 2005 et 2008."

    Finance. Les Bourses prises dans une spirale baissière | Courrier international
    http://www.courrierinternational.com/une/finance-les-bourses-prises-dans-une-spirale-baissiere

    http://zinc.mondediplo.net/messages/8349#message8732

    Sommes-nous en train d’assister à un krach boursier des banques ? - Express [FR]. Audrey Duperron
    http://fr.express.live/2016/02/08/38178

    -"Jeudi, les actions de la banque Credit Suisse se sont écroulées à leur niveau le plus faible en 24 ans dans un contexte de volatilité des marchés, de faiblesse de la croissance mondiale, et d’intérêts de base négatifs, rapporte le Financial Times. Credit n’est pas la seule dans la tourmente : la Deutsche Bank et l’UBS ont toutes deux publié des résultats décevants pour le 4e trimestre 2015." ;
    –"les 90 plus grands établissements financiers américains ont perdu près de 330 milliards de dollars de valeur boursière cumulée depuis le début de cette année. Les banques Morgan Stanley, Citigroup et Bank of America ont toutes trois vu s’évaporer un cinquième de leur capitalisation."

    Deutsche Bank : demain la faillite de l’Etat allemand ? | AlterEco+ Alterecoplus #Allemagne
    http://www.alterecoplus.fr/deutsche-bank-demain-la-faillite-de-letat-allemand/00012196

    Deutsche Bank : un dilemme cruel pour Angela Merkel
    http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/deutsche-bank-un-dilemme-cruel-pour-angela-merkel-602687.html

    De quoi la Deutsche Bank est-elle le nom ?
    http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/de-quoi-la-deutsche-bank-est-elle-le-nom-550364.html

    "Pour remplir leurs engagements, les banques allemandes investissent à tout va dans ce qui rapporte le plus. Et qui, donc, est le plus risqué. Les subprimes aux Etats-Unis, bien sûr, mais aussi l’immobilier irlandais et espagnol ou la dette publique grecque. Les milliards des excédents allemands viennent alimenter des bulles qui explosent les unes après les autres entre 2007 et 2010. Parfois, on n’hésite pas à franchir certaines limites. Deutsche Bank, là encore, est en première ligne, comme les nombreux scandales, du Libor au financement illicite des pays sous embargo étasunien dans lesquels elle a été condamnée, l’a montré."

    "Lorsque la crise financière survient, le secteur financier allemand est clairement un des plus exposés. Et ce n’est pas un hasard. L’Etat fédéral doit oublier ses principes (qu’au besoin il a pourtant utilisé lorsque cela l’arrangeait dans les autres pays de la zone euro) : il vient au secours des banques. Commerzbank et Dresdner Bank fusionnent en janvier 2009 grâce au renflouement de Berlin qui prend 25 % du capital de la nouvelle entité. En juin 2009, la banque Hypo Real Estate, de taille équivalente à Lehman Brothers, est nationalisée"

    "Ce sauvetage a permis de réduire la facture de la crise pour la Deutsche Bank, qui n’a pas fait appel directement à l’Etat. D’autant que, fortement exposée aux dettes périphériques, elle a bénéficié de l’appui du gouvernement allemand et de la BCE qui ont tout fait pour éviter une restructuration de la dette irlandaise, et ont repoussé suffisamment celle de la dette grecque pour que la Deutsche Bank puisse vendre ses titres (en grande partie, du reste, à la BCE, dans le cadre du programme appelé SMP en 2010-2011)"

    "il ne fait aucun doute aux acteurs du marché que Berlin ne la laissera pas aller à la faillite. Il y aura alors sauvetage de la Deutsche Bank. Mais comment renflouer un tel colosse ? L’union bancaire interdit les renflouements directs par l’Etat, mais l’Allemagne acceptera-t-elle de faire payer les créanciers et les déposants de Deutsche Bank ? Entre sauver l’union bancaire et sauver son modèle économique, le choix devrait être rapide. On cherche cependant d’autres solutions. La dernière rumeur de marché veut que la BCE rachète des titres bancaires... Le gouvernement allemand, si opposé aux rachats de titres par la banque centrale, y trouverait soudain un certain charme. La « culture de la stabilité » serait alors bien oubliée..."

    "Deutsche Bank n’est qu’un symptôme : celui d’un modèle économique néfaste et dangereux, mais pourtant érigé en référence dans la zone euro. Et celui d’un système financier européen qui n’a pas été aussi maîtrisé qu’on le croyait et qui continue à s’appuyer sur la garantie implicite des Etats. Si l’on en finit avec Deutsche Bank, une autre banque prendra le relais. La menace sur la stabilité n’est pas toujours où Wolfgang Schäuble et Jens Weidmann voudraient qu’elle soit. Tant que les excédents allemands ne se réduiront pas, c’est la stabilité économique de l’Europe qui sera en danger."

    Deutsche Bank, le prochain Lehman Brother ?
    http://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-economique/deutsche-bank-le-prochain-lehman-brother


    #Crise_financière #Crise_bancaire

    "Quand le Brexit a gagné, certains se sont demandés si on allait vers un moment Lehman, finalement non. Cette fois, ce sont les difficultés de la Deutsche Bank qui ravivent cette inquiétude, et il y a beaucoup plus de souci à se faire que pour le Brexit, car la banque allemande coche toutes les cases pour remplacer dignement Lehman Brother."

    " Depuis des mois, Berlin fait la leçon aux « mauvais élèves » de la zone euro sur ses banques et exige l’application du nouveau processus de résolution de l’union bancaire européenne qui rejette l’aide publique après la participation des déposants, créanciers et actionnaires. L’Italie a donc dû trouver une solution bancale et provisoire pour « sauver » Monte dei Paschi di Siena cet été devant le refus obstiné de Berlin de lui accorder une dérogation. Cet attachement au nouveau système a une fonction pour la stratégie allemande en Europe : elle permet de repousser la mise en place du « troisième pilier » de l’union bancaire, autrement dit la garantie paneuropéenne des dépôts de moins de 100.000 euros."

    "Quelques jours avant la faillite de Lehman Brothers, la Deutsche Post, propriété de l’Etat fédéral, acceptait de vendre la Postbank, la banque postale, troisième réseau de banque de détail du pays, à Deutsche Bank. Un accès direct à l’épargne des ménages allemands qui a sauvé la banque en 2008-2009. En 2010, le « sauvetage de la Grèce » était en réalité un sauvetage de Deutsche Bank, dont le bilan regorgeait de titres helléniques et qui a pu les céder à bon compte avec l’aide du programme SMP de la BCE pour échapper quasiment à la faillite de 2012 de l’Etat grec."

    BILD : "La Deutsche Bank n’est pas parvenue à trouver un accord avec les Américains" - Express [FR]
    https://fr.express.live/2016/10/10/deutsche-bank-echec-negociations-justice-americaine

    « la Deutsche Bank a été pendant longtemps engagée en permanence dans toutes sortes de scandales mafieux : elle est partie prenante dans plus de 6.000 procès à travers le monde. La plupart portent sur des suspicions de fraude sur des taux d’intérêt ou la manipulation des taux de change.

    Un stress-test récent de la BCE montre que la Deutsche Bank – comme ABN Amro et Société Générale – ont exactement 3 euros de capital pour 100 euros engagés. La plupart des experts préconisent un taux de 10 pour 100. »

    Coucou, c’est moi, la crise financière, je suis de retour… : Reflets
    https://reflets.info/coucou-cest-moi-la-crise-financiere-je-suis-de-retour

    Dix ans après la crise, où en est-on ? | ARTE Info
    http://info.arte.tv/fr/dix-ans-apres-la-crise-ou-en-est

    "Aujourd’hui, plusieurs signaux inquiètent les économistes, et leur font craindre une nouvelle crise. Aux Etats-Unis, la crise immobilière des « subprimes » a laissé place à la dette étudiante, une bulle qui ne cesse de grossir. Au niveau mondial, certaines pratiques très risquées et peu réglementées ont continué de se développer. Explications."

    CADTM - La montagne de dettes privées des entreprises sera au coeur de la prochaine crise financière. par Eric Toussaint
    http://www.cadtm.org/La-montagne-de-dettes-privees-des

    « Dans le monde réel, les entreprises capitalistes empruntent du capital sur les marchés financiers ou auprès des banques centrales pour racheter leurs actions en Bourse afin d’augmenter la richesse de leurs actionnaires et donner l’impression que la santé de l’entreprise est excellente »

    « Les entreprises empruntent pour acheter des créances. Elles achètent des produits structurés composés de crédits octroyés à d’autres entreprises ou à des particuliers. Elles achètent surtout des obligations émises par d’autres entreprises privées ainsi que des titres publics. »

    « Le marché des dettes à risque s’amplifie »

    « pour financer ces achats de dettes, Apple comme les autres entreprises ont emprunté »

    « lorsque les taux d’intérêts montent, la valeur des titres de dette des entreprises baisse »

    Et si les banques craquaient à nouveau ? - L’Express L’Expansion
    https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/et-si-les-banques-craquaient-a-nouveau_2070517.html

    « Le projet d’union bancaire, et notamment la mise en place d’un système de garantie des dépôts des particuliers en cas de faillite qui serait financé par les banques, et non par les contribuables, est toujours dans les limbes. L’Allemagne s’y oppose »

    Les clients institutionnels retirent 1 milliard de dollars par jour de la #Deutsche_Bank - Express Dominique Dewitte 17 juillet 2019
    https://fr.express.live/deutsche-bank-bank-run

    –-
    CADTM - Enterrées, les leçons de la crise ! par Finance Watch
    http://cadtm.org/Enterrees-les-lecons-de-la-crise

    « Imaginez que vous vous soyez endormi, longtemps endormi, juste après la crise de 2008 … et que l’on vous réveille le 30 septembre 2015, jour où la Commission Européenne présente son nouveau Plan d’Action pour une Union des marchés de capitaux. Vous n’en croiriez pas vos yeux, mais il s’agit bien de raviver des techniques financières telles que la titrisation, qui ont pourtant joué un rôle majeur dans la crise. Et la relance de la titrisation n’est que l’une des propositions du Plan d’Action qui nous posent des problèmes »

    "Attention danger ! Le projet d’Union des marchés de capitaux de la Commission européenne doit être stoppé !" http://www.marianne.net/les-eco-att/attention-danger-projet-union-marches-capitaux-commission-europeenne-doit-

    "Menace sur la régulation financière"
    http://www.alternatives-economiques.fr/menace-sur-la-regulation-financiere_fr_art_1389_73337.html

    "Avis de dérégulation financière en Europe" - Les Dessous de Bruxelles
    par Frédéric Lemaire
    http://www.dessousdebruxell.es/spip.php?article228

    -"Huit ans après la crise financière, le temps n’a jamais été aussi favorable à la finance et aux banques dans l’Union européenne. Les timides initiatives de régulation financière avancées après la crise sont déjà remises en cause. Et de nouvelles initiatives de dérégulation financière s’apprêtent à voir le jour, dans le cadre du projet d’Union des marchés de capitaux(...). Au risque de préparer les catastrophes financières de demain."

    –"Les lobbies financiers ne se contentent plus de bloquer, avec l’aide de gouvernements complaisants, les timides réformes menées sous l’égide de l’ancien commissaire Michel Barnier : il s’agit désormais de reprendre la marche en avant de la dérégulation financière. Pour cela, ils peuvent compter sur la nouvelle Commission : son président Jean-Claude Juncker, ancien Premier ministre du Luxembourg et paradis fiscal notoire ; et son commissaire aux services financiers Jonathan Hill, fondateur d’une entreprise de lobbying financier, Quiller Consultants. "

    –"Avec une proposition phare : la titrisation des prêts bancaires. " ; « c’est cette technique qui a largement contribué à la crise financière de 2008, en incitant les banques à adopter des comportements risqués dans l’octroi des crédits. Elle a participé au développement d’un système financier parallèle non régulé (shadow banking system), qui favorise la création de bulles financières de crédit. »

    Finance, Bruxelles rallume la mèche, par Frédéric Lemaire & Dominique Plihon (Le Monde diplomatique, janvier 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/01/LEMAIRE/54461
    Les entreprises dans l’engrenage de la finance, par Cécile Marin (Le Monde diplomatique, janvier 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/engrenagefinance

    -"M. Hill lui-même admet exagérer le bénéfice de son projet pour les petites entreprises afin d’amadouer les gogos — comprendre : les citoyens européens. « Si les PME sont mises en avant dans le débat européen, révèle-t-il devant un auditoire trié sur le volet, c’est parce qu’elles sont perçues comme un élément important de l’économie et qu’il est plus facile de convaincre le public avec des propositions qui les renforcent (6). » " ;
    –"Pour financer ces activités parfois hautement spéculatives, les banques ont besoin d’argent frais. Elles pourront désormais se tourner vers la Banque centrale européenne (BCE), qui a décidé d’accepter les crédits titrisés comme garantie en échange de liquidités. Ce soutien de la BCE à la titrisation prétend stimuler le crédit vers l’« économie réelle »" ;
    –"Protégée des regards du public par la technicité du sujet, la Commission européenne réunit tranquillement les ingrédients d’une nouvelle crise majeure. D’autant que le développement de l’union des marchés de capitaux s’inscrit dans un contexte de démantèlement des maigres avancées obtenues depuis 2008." ;
    –"l’UMC cumule les handicaps. Son fondement même repose sur un diagnostic erroné, puisque la Commission écarte d’emblée l’une des principales causes de la stagnation économique dans l’espace européen : les politiques d’austérité budgétaire et salariale. Comme le démontrent de nombreuses enquêtes, dont celle de la BCE auprès des PME (10), les entreprises n’investissent pas faute de débouchés, par suite d’une demande déprimée par les politiques restrictives."

    http://zinc.mondediplo.net/messages/3830
    http://zinc.mondediplo.net/messages/8489 http://zinc.mondediplo.net/messages/3429
    http://zinc.mondediplo.net/messages/9461#message14437
    #UE #Finance #Union_des_marchés_de_capitaux
    =====>http://zinc.mondediplo.net/messages/10359 ; http://zinc.mondediplo.net/messages/7830

    #Crise_financière2007/2008 #Crise_des_subprimes
    Crise financière mondiale débutant en 2007 — Wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_financi%C3%A8re_mondiale_d%C3%A9butant_en_2007#Sauvetage_du_sect
    Crise des subprimes — Wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_des_subprimes#Des_plans_de_sauvetage_dans_de_nombreux_pays
    Introduction - Crise financière 2007-2008 : les raisons du désordre mondial - Dossiers - La Documentation française
    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/crise-financiere-2007-2008/introduction.shtml
    Chronologie - Crise financière 2007-2008 : les raisons du désordre mondial - Dossiers - La Documentation française
    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/d000041-crise-financiere-2007-2008-les-raisons-du-desordre-mondial/chronologie

    « Nous ne sommes pas un protectorat américain », par Andrés Manuel López Obrador (Le Monde diplomatique, avril 2017)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2017/04/LOPEZ_OBRADOR/57385
    #Etats-Unis_Trump #Mexique

    « Après la crise de 2008, par exemple, Washington a orchestré le sauvetage des organismes financiers en faillite en leur versant plus de 16 000 milliards de dollars entre 2008 et 2013, au détriment de la population. Quelques années plus tard, le gouvernement américain a cherché à réduire le fardeau de la dette en amputant les services publics de 85 milliards de dollars (El País, 26 février 2013). On estime que la dette américaine atteint désormais 17 000 milliards de dollars, cependant que, entre 2005 et 2012, 14 287 687 personnes ont été expulsées de leur logement. »

    Les remèdes toxiques à la crise financière, par Cédric Durand (Le Monde diplomatique, février 2017)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2017/02/DURAND/57130
    #Economie

    "le 2 avril 2007, la New Century Financial Corporation sombrait"

    " Au cours de l’hiver 2008-2009, les pays riches ont mobilisé l’équivalent de 50,3 % de leur produit intérieur brut (PIB) — leur production de richesse annuelle — pour tenter de ranimer un système financier au bord de l’apoplexie (1). Recapitalisations ou prêts exceptionnels aux banques en difficulté, émission de liquidités supplémentaires pour relancer le crédit, rachats d’actifs toxiques qui grevaient les bilans des établissements financiers"

    "Incapables de générer une dynamique suffisamment autonome, les économies en développement n’enregistrent pas de meilleurs résultats. En 2016, la Chine connaît son plus faible taux de croissance depuis 1990, tandis que le PIB se contracte en Russie et au Brésil, confirmant le positionnement périphérique de ces deux pays dans le capitalisme mondial."

    "Depuis 2010, les pays du G7 ont amputé leurs dépenses publiques, réduisant leurs déficits d’une moyenne de 6,6 % en 2009 à 2,7 % en 2015"

    "Comme l’a montré le chercheur Mark Blyth (5), les arguments invoqués par M. Rehn ne résistent cependant pas à l’examen"

    "Le drame grec aurait pu achever de convaincre les hésitants : depuis 2010, le pays a tranché dans ses dépenses sans que sa situation économique s’améliore. Mais rien n’y fait : l’austérité demeure la principale boussole des dirigeants politiques.

    Conséquence de ce choix, les États se privent des moyens d’intervenir sur le front macroéconomique, laissant les banques centrales agir seules"

    "En décembre 2016, le taux d’intérêt exigé par les investisseurs pour acquérir de la dette française à cinq ans était négatif (autour de — 0,28 %) ; à dix ans, il s’établissait autour de 0,65 %. Dans le même temps, l’augmentation des prix à la consommation (l’inflation) s’élevait en France à 0,7 % par an (8)."

    "L’action des banques centrales — et notamment celle, tardive, de la Banque centrale européenne (BCE) — a tari la source de la spéculation sur les dettes souveraines, à l’origine de la mutation de la crise des subprime en crise de l’euro"

    " Qu’ont fait les entreprises de ces sommes ? Une note publiée en octobre 2016 par le groupe Edmond de Rothschild répond à la question (non sans une certaine candeur) : « Les entreprises ont fait deux choix : tout d’abord, augmenter les dividendes, et ensuite, effectuer des rachats d’actions"

    " l’abondance de crédit profite aux actionnaires, sans se traduire par le moindre frémissement de l’investissement."

    "si la hausse des taux engagée aux États-Unis s’accélérait, elle provoquerait une tout aussi rapide augmentation des défauts sur les crédits, susceptible de contaminer le système financier, puis l’économie dans son ensemble. La faiblesse de la rémunération des créances d’État a également conduit certains investisseurs à acquérir des actifs de plus en plus risqués. De fil en aiguille, de nouvelles bulles se sont formées, qui éclateraient en cas de hausse soudaine des taux. Comme le résume l’American Enterprise Institute, l’un des principaux think tanks patronaux outre-Atlantique, la situation est alarmante"

    "Comme le notait dès les années 1940 l’économiste Michał Kalecki, « la fonction sociale de la doctrine d’“assainissement des finances publiques” est de faire dépendre le niveau d’emploi de la “confiance” (13)  ». Cette doctrine donne la main aux milieux d’affaires, toute politique venant contrarier leurs desseins se voyant sanctionnée par une baisse de l’investissement et de l’emploi."

    "un gouvernement peut intervenir pour obtenir le plein- emploi, à la seule condition qu’il assure la couverture des importations par des exportations. Les « experts » liés à la finance et à l’industrie écartent cette option"

    "La crise de 2007 a accéléré le phénomène de concentration des acteurs économiques"

    "Des investisseurs institutionnels géants comme BlackRock, State Street et Capital Group contrôlent 10 à 20 % de la plupart des grandes entreprises américaines, y compris lorsqu’elles se trouvent en concurrence les unes avec les autres. Ces actionnaires imposent des stratégies uniformes visant à maximiser les retours à court terme tout en limitant les investissements."

    " Paul Sweezy, suggère que la monopolisation nourrit la financiarisation et la stagnation"

    "Le camp de l’émancipation affronte désormais deux adversaires"

    La crise de 2007, une tragédie en quatre actes | Alternatives Economiques. Par SANDRA MOATTI 
    https://www.alternatives-economiques.fr/crise-de-2007-une-tragedie-quatre-actes/00079852

    « Les finances publiques ont, elles aussi, encaissé une partie du choc. En 2011, les dettes publiques des pays avancés atteignent en moyenne 100 % du PIB, 30 points de plus que quatre ans auparavant ! Une partie de ce gonflement est imputable au sauvetage des banques. Selon les estimations du Fonds monétaire international (FMI), les soutiens au secteur financier avaient coûté rien que jusqu’en 2012 environ 5 % de leur PIB aux pays avancés, déduction faite des sommes déjà remboursées. Certains pays ont cependant payé un prix nettement plus fort pour les folies de leurs banques : l’équivalent de 40 % du PIB en Irlande ! Encore ne s’agit-il là que des sommes dépensées jusqu’à présent, sans compter les garanties apportées par les Etats sur les titres émis par les établissements financiers ni les nouvelles injections de capital public qui pourraient être nécessaires. »

    « ue faire ? Première solution : repasser le mistigri aux autres Etats membres. Mais les traités prévoient que chaque Etat est responsable de ses propres dettes et ne peut être renfloué par les autres. Deuxième solution : faire racheter la dette par la banque centrale, dont le pouvoir de création monétaire est illimité, comme l’ont largement fait les Etats-Unis et le Royaume-Uni depuis le début de la crise. Mais, là encore, les traités interdisent la monétisation des déficits publics. Reste à faire assumer les pertes par les créanciers. Mais l’intégration des marchés financiers européens est telle – les banques de chaque pays détenant de gros paquets d’obligations publiques de l’ensemble des autres Etats – qu’un défaut souverain est susceptible de précipiter un nouveau cycle infernal de pertes bancaires. »

    « Pendant près de trois ans, les Européens se sont enferrés dans cette triple impossibilité et ont laissé ce qui n’était qu’une crise localisée à de petits pays périphériques dégénérer en crise de la zone euro. »

    « Ils ont voulu croire que l’austérité drastique à laquelle se soumettent les Etats calmerait les marchés »

    Vers une nouvelle crise financière ? Philippe Lamberts- International - LeVif.be
    http://www.levif.be/actualite/international/vers-une-nouvelle-crise-financiere/article-opinion-746061.html

    "une véritable « marche arrière » réglementaire est actuellement à l’oeuvre, dont le vote intervenu ce jeudi en séance plénière du Parlement constitue certainement la manifestation la plus emblématique. Un majorité d’eurodéputés s’est en effet prononcée en faveur de la relance du marché de... la titrisation ! Oui, vous avez bien lu.

    Officiellement, le texte adopté - qui fait l’objet d’un accord conclu avec les ministres européens des Finances - vise à soutenir davantage le financement de l’économie réelle, en incitant les banques à octroyer plus de crédits aux Petites et Moyennes Entreprises (PME). Pourtant, la Banque centrale européenne (BCE) reconnaît elle-même que l’accès au financement constitue le « problème le moins important » pour les PME de la zone euro."

    « La relance de la titrisation au sein de l’Union européenne constitue un signal très alarmant. Elle démontre combien les leçons de la crise financière de 2007 n’ont pas été tirées par nos dirigeants politiques. »

    10 ans après l’éclatement de la crise les financiers se portent bien, les peuples un peu moins !
    http://www.cadtm.org/10-ans-apres-l-eclatement-de-la-crise-les-financiers-se-portent-bien-les

    « En Grèce, une récente étude universitaire a démontré les liens évidents entre mesures d’austérité et accroissement spectaculaire du taux de mortalité dans le pays, un taux dont la croissance a dépassé de cinq fois celle de la moyenne européenne durant la même période. [5] »

    « En Espagne, on estime à 800.000 les familles qui ont perdu leur logement pour cause d’insolvabilité alors qu’au même moment, le gouvernement grec s’est engagé face à ses créanciers à vendre aux enchères 135.000 logements d’ici 2021. »

    Dix ans après la crise financière, les ingrédients du choc (Le Monde diplomatique, septembre 2018)
    https://www.monde-diplomatique.fr/dossier/krach2008

    L’arène nue : Faut-il s’attendre à une crise financière majeure ? Réponses avec J.M. Naulot
    https://l-arene-nue.blogspot.com/2018/10/faut-il-sattendre-une-crise-financiere.html

    "je ne crois pas, mais je peux naturellement me tromper, à la répétition de Lehman, à savoir la faillite d’un grand établissement. Le 15 septembre 2008, la décision de laisser tomber Lehman a été désastreuse. Du jour au lendemain, tout s’est arrêté dans la finance. Les banques ne prêtaient plus, craignant de ne jamais être remboursées et surtout de ne plus pouvoir se financer. L’impact sur l’économie réelle a été immédiat. Derrière le discours très moralisateur tenu à l’époque par les autorités américaines et par un certain nombre de banquiers aux Etats-Unis et en Europe, à savoir « il faut faire un exemple », il y avait en réalité un discours qui l’était beaucoup moins : « il faut faire tomber un concurrent » ! C’était une folie. De fins observateurs ont remarqué que le secrétaire au Trésor américain, Henry Paulson, avait fait toute sa carrière chez Goldman Sachs et qu’il en avait été président pendant huit ans. Les mêmes ont également observé que le lendemain de la chute de Lehman, il décidera cette fois de sauver AIG en apportant 180 milliards de dollars. Or, Goldman Sachs avait des engagements très importants sur AIG. Grâce à cet apport, AIG fera un chèque de 12 milliards de dollars à Goldman Sachs quelques mois plus tard ce qui évitera à cette banque d’être en grande difficulté…"

    " Certains dirigeants politiques, et parfois certaines agences de notation, cherchent toutefois à faire peur en agitant la menace d’une forte augmentation de la dette en cas de sortie de l’euro. Ils laissent planer le doute sur l’application de la Lex Monetae qui dit qu’en matière monétaire ce sont les décisions nationales qui s’appliquent aux investisseurs. Tout Etat est libre de changer de monnaie et de rembourser sa dette dans sa nouvelle monnaie. Le Code monétaire et financier affirme, à son article premier, que « La monnaie de la France est l’euro ». L’euro n’est pas une devise étrangère, c’est la monnaie de chaque pays. Si l’Italie sort de l’euro, elle remboursera sa dette en lires avec un montant inchangé, quel que soit le montant de la dévaluation. Il ne faut pas faire de l’euro un enjeu politique et raconter n’importe quoi. Il faut raisonner en termes de droit international et en termes économiques. "

    "Pour que l’euro soit un succès, il fallait deux choses : que les politiques convergent, notamment dans les domaines social et fiscal, et qu’il existe une solidarité financière entre l’Allemagne, grande bénéficiaire de l’euro, et les autres pays."

    "les dysfonctionnements annoncés par les économistes qui doutaient des avancées fédérales avant la création de l’euro se produisent : mouvements des capitaux en direction des zones les plus attractives sur le plan fiscal et sur le plan des coûts de production et de la tradition industrielle, monnaie sous-évaluée pour certains pays (de 15% pour l’Allemagne selon le FMI) et surévaluée pour d’autres (de 12% pour la France), déséquilibres des paiements courants (en vingt ans l’Allemagne est passée de l’équilibre à un excédent de 8% du PIB), désindustrialisation (production industrielle : -10% en France en depuis 2000, + 35% en Allemagne), émigration des jeunes du Sud vers le Nord. Économiquement, socialement et politiquement, cette évolution est explosive."

    La prochaine crise...

    Omar Aktouf, Professeur titulaire à HEC Montréal, chroniqueur chez POUR, nous décrit les 5 bulles qui nous menacent.

    https://www.facebook.com/pour.press/videos/vb.761506467280582/350819535510172/?type=2&theater

    #Monnaie #Finance
    Le Bitcoin ne devrait pas changer le monde, mais la blockchain pourrait bien s’en charger. Par David Glance
    http://theconversation.com/le-bitcoin-ne-devrait-pas-changer-le-monde-mais-la-blockchain-pourr

    Les #Cryptomonnaies : une révolution pour la coopération internationale ? - Equal Times María Crespo
    https://www.equaltimes.org/les-cryptomonnaies-une-revolution?lang=en

  • Frédérique Vidal et sa gâchette | AOC media - Analyse Opinion Critique
    https://aoc.media/opinion/2021/02/17/frederique-vidal-et-sa-gachette/?loggedin=true

    Politique
    Frédérique Vidal et sa gâchette
    Par Lionel Ruffel
    Théoricien de la littérature
    Lorsque Jean-Pierre Elkabbach, tout à son rôle d’incendiaire, reprend le titre du Figaro « L’islamo-gauchisme gangrène l’université », la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche opine du chef, et va même plus loin, en disant que « l’islamo-gauchisme gangrène toute la société ». C’est à ce moment-là qu’elle appuie sur la gâchette. Qu’elle se décharge et qu’elle peut jouir de s’être abandonnée à des pulsions qui certainement la taraudaient. Après cela, plus rien ne compte, elle peut littéralement dire n’importe quoi, elle a franchi cette fameuse limite des personnalités liminales, où le langage et la raison se sont effondrées, peu importe.
    Je n’ai pas lu Mein Kampf d’Adolf Hitler mais je pense le faire depuis que j’ai lu hier, le 16 février 2021 Manipuler et stigmatiser, Démystifier Mein Kampf de Albrecht Koschorke qui a paru en traduction française en 2018 après une première parution en allemand en 2016. [1]

    C’était une belle journée d’étude et de recherche, comme je n’en vis presque jamais plus. J’ai lu un livre, certes court, mais en intégralité, de la première à la dernière ligne, je n’ai pas été interrompu mille fois, j’ai souligné des passages j’ai pris des notes, cherché les références mentionnées, j’ai un peu divagué, en pensant aux objets actuels de mes recherches, à un moment où rien ne les a encore cristallisés : la résurgence de la figure de Victor Klemperer, le « fascisme de la langue », les différentes significations culturelles et politiques du mot genre, le sommeil. Tout ça bien sûr, à partir de la littérature. C’était vraiment une belle journée, pas vraiment efficace, mais prometteuse. J’ai même eu le temps de lire doucement et attentivement quelques travaux d’étudiant.e.s.
    Et puis, le soir venu, le brouhaha du monde est venu me percuter et saturer mon attention en même temps que celle de mes contemporains.
    Comme tout le monde j’imagine, j’ai entendu parler de, lu des articles sur, puis finalement, le lendemain matin, vu l’interview de Frédérique Vidal lorsqu’elle expose son nouveau combat à Jean-Pierre Elkabbach.
    Je déteste regarder des images animées d’actualité le matin.
    Mais en tant qu’universitaire, professeur dans une université régulièrement mise à l’index (Paris 8), ne rechignant pas à utiliser les outils du genre, de la race et de l’intersectionnalité dans mes recherches et mon enseignement sur la littérature, je me sens bien sûr concerné lorsque ma ministre de tutelle vient me chercher dans ma tanière et dit publiquement qu’il va falloir désormais mettre en place des instances qui viennent nous traquer, nous sortir de nos tanières et peut-être, je ne sais pas, nous enfermer ou nous révoquer. Et comme c’est déjà arrivé et que ça continue d’arriver sans cesse partout dans le monde, qu’on sorte les universitaires de leur tanière pour les mettre à l’ombre, je ne suis pas senti vraiment rassuré.
    C’est peut-être aussi et surtout que, sans faire aucun amalgame, comme pas mal d’autres, je lis beaucoup Victor Klemperer depuis deux ans, ce savant que les « aryens » qualifiaient de « juif » lorsque lui ne se voyait qu’en héritier germanique des Lumières françaises : un patriote, comme il aimait à se présenter lui-même.
    Lui aussi, enfin lui vraiment, on est venu le chercher dans sa hutte de savant, pour le destituer de sa chaire fissa en 1935, puis pour le destituer d’à peu près tout ce qui fait une vie, puis pour l’enfermer dans des « maisons de juifs », puis pour le battre, l’humilier, le torturer, le terroriser, le réduire au silence. Mais heureusement pour lui, et pour nous, il a survécu en écrivant dans les conditions les plus précaires qui soient des milliers de pages de journal, ce balancier auquel il se raccrochait [2].
    Donc ces choses-là arrivent, y compris aux plus intégrés de ceux qui sont mis à l’index et rejetés hors de la communauté politique. Comme Rousseau le dit des hommes dans ses Rêveries, Klemperer aura aimé les allemands « en dépit d’eux-mêmes ».
    Ces choses-là, qu’on finisse par destituer des savants, puis les enfermer, les battre à mort, les tuer, les déporter, les exterminer, arrivent donc, et souvent plus vite qu’on ne croit.
    Il faut voir la séquence pour comprendre que le contenu est presque secondaire, tant il est brouillon et incohérent, pour comprendre que seuls les affects comptent.
    Albrecht Koschorke, dans son passionnant livre, nous dit comment c’est arrivé après 1933 en Allemagne et c’est précieux. Je ne sais pas si c’est par déformation professionnelle, ou si nous avons fondamentalement raison, mais les gens comme Koschorke, Klemperer et d’autres, dont moi, des universitaires spécialistes de langue et de littérature, nous accordons une grande importance aux évolutions linguistiques et à leur formation médiatique, le plus souvent en étudiant des livres, mais pas uniquement. Et comme l’analyse des eaux usées nous renseigne sur l’évolution d’un virus, l’attention à la pollution de la parole médiatique nous informe des politiques à venir.
    Dans l’analyse que Koschorke propose sur la poétique et la réception de Mein Kampf, il y a un concept qui me semble déterminant pour nos temps incertains. Il le nomme en anglais trigger, la gâchette ou la détente.
    C’est à cette image que j’ai pensé en regardant l’interview que Frédérique Vidal a accordé à Jean-Pierre Elkabbach le 14 février ; ce moment où un.e responsable politique appuie sur la détente, et en tire une jouissance non dissimulée. Au contraire, la jouissance vient de ce moment, elle en est même constitutive, où on accepte d’appuyer sur la gâchette, et on est comme soulagés, c’est fait, il n’y aura plus de retour en arrière, vers quelque chose comme la raison. Donald Trump nous a offerts pendant quatre ans le spectacle fascinant de cette jouissance au moment d’appuyer sur la détente, une jouissance communicative, qui donne une joie à ceux qui la reçoivent qui n’auront plus à se sentir coupables de renoncer à tout contrôle.
    Frédérique Vidal a donc appuyé sur la gâchette en direct. Et ce qui suscite l’enthousiasme et l’adhésion, ce n’est pas la fermeté de leur conviction, la profondeur de l’analyse, puisqu’elle dit littéralement n’importe quoi, mais au contraire leur abandon, leur confusion, leur décharge, et elle était tellement soulagée sur le plateau télévisé, la Ministre, ça se voyait. Les plus empathiques parmi nous pourraient presque lui pardonner tant son soulagement était évident, non joué, profondément vécu. Mais les plus lucides n’oublient pas quand même que les gâchettes, ça sert à tirer des munitions.
    Même s’il est très parlant et, si j’ose dire, très percutant, le concept de trigger chez Koschorke n’est pas si évident à saisir. Bien sûr, il désigne la personne ou l’action qui va mettre le « feu à la poudrière sociale » (p. 23). Mais comme il l’écrit lui-même « reste à savoir d’où viennent ces idées inflammables » (ibid.). Car Koschorke ne veut pas faire d’Hitler une sorte de « génie » ou de démon isolé qui par la seule force de son verbe incarné aurait allumé les bâtons de dynamite. Ou s’il les a allumés, c’est qu’on les avait portés là, et que l’amorce en avait été faite par tout un groupe de « publicistes, de littérateurs, d’artistes, de bohèmes besogneux, d’intellectuels intermittents, de drop-outs du système éducatif et autres institutions nationales » (p. 26), dont le pamphlétaire est « la figure caractéristique ». Koschorke nous rappelle que l’historien du livre Robert Darnton avait repéré cette « élite précaire » au cœur du Paris des Lumières avant la Révolution[3]. Lui renvoie à la vie des cafés de Vienne. Quant à nous, nous avons sous nos yeux tous les jours pour peu qu’on leur prête attention sur les plateaux télévisés des chaînes d’information en continue, cette élite précaire (pas économiquement, mais intellectuellement et symboliquement) d’éditocrates qui forment, attention, les concepts se corsent, « un conglomérat d’idéologèmes à la cohérence plus ou moins lâche et au potentiel hégémonique » (p. 22).
    Mais c’est vrai que la plupart du temps, ce n’est pas à eux que revient d’appuyer sur la gâchette, ils ne peuvent que l’amorcer. Pour leur rendre hommage et enfin se décharger et montrer au public sa conversion, après avoir contesté les thèses sur l’islamo-gauchisme (la conversion à l’antisémitisme d’Hitler étant un des ressorts de Mein Kampf selon Koschorke) Frédérique Vidal a choisi une version ancienne, presque historique de cette élite d’éditocrates : Jean-Pierre Elkabbach (j’ignorais pour ma part qu’il officiait encore, j’étais presque ému de le retrouver, comme si je rencontrais un fantôme).
    Et ce n’est pas anodin que leur entretien courtois menant à la déclaration du nouveau combat de la ministre commence par citer un lieu où ces éditocrates se rassemblent lorsqu’ils se sont embourgeoisés, pour paraître plus convenable : Le Figaro. Le mouvement est peu ou prou toujours le même : d’abord les lieux où les personnalités liminales (« Cette notion, que l’on doit à l’ethnologue Victor Turner, traduit l’état limite où se trouvent certains groupes ou individus traversant des phases critiques », p. 35) s’expérimentent et se renforcent, les « rézosociaux », Valeurs actuelles, CNews puis on franchit le seuil de respectabilité (Le Point en tête de pont puis les autres magazines) et enfin l’embourgeoisement, Le Figaro. Là des responsables politiques y prêtent vraiment attention, l’entendent, et comme ils ont les armes dans leurs mains, à défaut des éditocrates liminaux, ils peuvent appuyer sur la gâchette, et le faire là y compris dans des endroits peu recommandables : le jour de la Saint-Valentin, Frédérique Vidal passe sur CNews et elle n’a pas beaucoup d’amour à transmettre.
    Il faut voir la séquence pour comprendre que le contenu est presque secondaire, tant il est brouillon et incohérent, pour comprendre que seuls les affects comptent. Il faut voir le sourire de la ministre, son impatience à répondre lorsque le grand-père des éditocrates, calme comme une momie, aborde le sujet : « l’islamo-gauchisme gangrène l’université ». La preuve c’est sur cinq colonnes à la Une du Figaro.
    Ce qui frappe c’est que le mot gangrène n’est pas interrogé. Il relève pourtant d’une stratégie dont on pourrait penser, à la lecture de Koschorke qu’Adolf Hitler en fut le premier théoricien. On se souvient de la phrase désormais si souvent citée de Victor Klemperer sur le fait que « le nazisme s’insinua dans la chair et le sang du plus grand nombre à travers des expressions isolées, des tournures, des formes syntaxiques qui s’imposaient à des millions d’exemplaires et qui furent adoptées de façon mécanique et inconsciente. » (p. 40) On se souvient peut-être que la présidente du tribunal lors du procès de France Télécom rappela cette phrase encore plus célèbre du philologue allemand : « Les mots peuvent être comme de minuscules doses d’arsenic : on les avale sans y prendre garde, ils semblent ne faire aucun effet, et voilà qu’après quelque temps l’effet toxique se fait sentir. » (ibid.)
    Personnellement je ne savais pas que Klemperer répondait presque point par point à Mein Kampf qui comparait le langage des sociaux-démocrates à un gaz toxique et proposait de « combattre le gaz toxique par le gaz toxique. » Et Hitler poursuivait : « La terreur dans les lieux de travail, dans l’usine, dans le local de rassemblement et à l’occasion de manifestations de masse sera toujours couronnée de succès tant qu’une terreur d’égale intensité n’y sera pas opposée. » Face aux mots, ces doses d’arsenic qui peuvent semer la terreur, on peut choisir la stratégie de Klemperer, mettre en évidence le poison et finir par « mettre beaucoup de mots en usage chez les nazis, pour longtemps, et certains pour toujours dans la fosse commune. » On peut choisir la stratégie d’Hitler et répandre une terreur supposément d’égale intensité pour éteindre le vocabulaire de ses adversaires dont on décrète la terreur.
    Donc lorsque Jean-Pierre Elkabbach, tout à son rôle d’incendiaire, reprend la phrase « L’islamo-gauchisme gangrène l’université », la ministre opine du chef, et va même plus loin, en disant que « l’islamo-gauchisme gangrène toute la société ».
    Bien sûr, on pourrait attendre d’une responsable politique de haut niveau qu’elle choisisse Klemperer et qu’elle enfouisse dans la terre ces mots toxiques que sont islamo-gauchisme et gangrène. Puisqu’elle rappelle plus tard dans l’interview qu’elle est biologiste, on pourrait attendre d’elle qu’elle dise que la gangrène est une pathologie médicale et non sociale, et que ce type de métaphores renvoie à l’eugénisme nazi. Non, au contraire, elle maximalise avec le sourire. Elle aurait pu choisir Klemperer, elle choisit Hitler. C’est à ce moment-là qu’elle appuie sur la gâchette. Qu’elle se décharge et qu’elle peut jouir de s’être abandonnée à des pulsions qui certainement la taraudaient.
    Après cela, plus rien ne compte, elle peut littéralement dire n’importe quoi, elle a franchi cette fameuse limite des personnalités liminales, où le langage et la raison se sont effondrées, peu importe. « Ce qu’on [qui ?] observe [comment ? avec quels outils ?] dans les universités [lesquelles], c’est qu’il y a des gens [qui ?] qui peuvent utiliser leurs titres [lesquels ?] et l’aura qu’ils ont. Ils sont minoritaires et certains le font pour porter des idées radicales [lesquelles ?] ou pour porter des idées militantes [lesquelles ?] »
    Pour confondre biologie et construction sociale, objectivement il n’y a que deux solutions : soit être malhonnête, soit être limité intellectuellement, on se demande ce qu’on préfère penser de quelqu’un qui a tous les titres et diplômes que l’université peut accorder.
    Ce que je fais là, demander des précisions à ma ministre, n’a plus aucune importance lorsqu’on est entré dans la logique complotiste qui anime son discours. Rien n’est réfutable puisque rien n’est étayé.
    La momie marmonne une demande de précision, et elle répond qu’elle parle « de l’islamo-gauchisme vraiment » (je souligne) comme Hitler parlait de la juiverie qu’il convenait de démasquer et on connaît la suite. Donc « de l’islamo-gauchisme vraiment » dit-elle, et là elle ne sait plus comment définir ce « vraiment » alors elle passe à l’incantation, elle dégage le gaz toxique en s’accrochant comme elle peut à des branches dont elle ne connaît apparemment pas grand-chose tant son argumentaire flotte : « en regardant toujours tout par le prisme de leur volonté de diviser, de fracturer, de désigner l’ennemi. » Si d’aventure, il y a un sujet, individuel et collectif derrière ce « leur », il aura pris dans sa face une bonne dose de terreur d’égale intensité, mais quand même un peu plus que la sienne supposée car elle est menée avec les outils de l’État.
    La momie la relance « sans compter les indigiénistes qui disent la race, le genre, la classe sociale, tout ça ça forme un tout », et là elle est vraiment complètement d’accord, elle a un grand mouvement approbateur de tête pour dire « absolument » et d’ailleurs elle le dit en faisant traîner la dernière syllabe. Et elle se rappelle qu’elle est biologiste et qu’il n’y a qu’une espèce humaine et pas de race et donc elle est « tranquille ».
    Pour dire ça, pour confondre biologie et construction sociale, objectivement il n’y a que deux solutions : soit être malhonnête, soit être limité intellectuellement, on se demande ce qu’on préfère penser de quelqu’un qui a tous les titres et diplômes que l’université peut accorder.
    On pourrait tout décrire mais il y a un morceau de choix, tout le monde en a déjà entendu parler désormais, lorsque la momie, toute à ses propres références historiques (avant Mitterrand) dit qu’il y a « comme une alliance, si je puis dire, entre Mao Zedong l’Ayatollah Khomeini ». Eh bien, ça fait sourire la ministre qui rétorque « Mais vous avez raison. »
    Koschorke nous dit que ce qui a assuré l’efficace de Mein Kampf ce n’est pas de s’appuyer sur un quelconque savoir ou une science mais au contraire c’est son « ton antiacadémique qui méprise ouvertement l’intelligence scientifique » (p. 65) qui a emporté l’adhésion. Y compris et surtout dans les milieux académiques allemands qui ont appliqué un programme qui contredisait leurs fondements scientifiques.
    C’est en fin d’interview ce que propose la ministre en demandant au CNRS de mener « une enquête sur l’ensemble des courants de recherche sur ces sujets dans l’université. »
    Dans le monde universitaire français, une instance est en relation directe avec le ou la ministre et travaille généralement en bonne intelligence avec lui ou elle. C’est la Conférence des Présidents d’Université (CPU). On peut difficilement faire plus respectable comme instance. Deux jours après cette interview, en urgence, elle s’adresse par communiqué de presse à sa ministre en disant ceci, en conclusion et sans formule de politesse : « Le débat politique n’est par principe pas un débat scientifique : il ne doit pas pour autant conduire à raconter n’importe quoi. »
    Espérons que cette réaction marque un éveil. Nous devons considérer que nous marchons désormais avec une cible dans le dos, que nous sommes directement menacés, pas seulement par une « élite précaire » d’éditocrates mais par notre propre ministre qui, après d’autres, pour certains ses collègues au gouvernement, non seulement ne peut plus nous représenter ni nous défendre, mais nous attaque. Rappelons-nous surtout que cette attaque n’est que la partie culturelle et n’est peut-être même qu’une diversion de la guerre économique (LRU) que ce gouvernement nous mène. Mais cette diversion a des effets lorsque certains d’entre nous sont menacés et vivent sous protection fonctionnelle.
    On peut comme moi vouer une forme de culte à la figure et l’œuvre de Victor Klemperer. Il aurait quand même certainement préféré vivre une vie banale de savant et qu’on « coupe la mèche qui brûle avant que l’étincelle n’atteigne la dynamite »[4], pour citer un autre de ces brillants esprits, Walter Benjamin, qui, lui, n’a pas survécu à la terreur nazie.
    Quelles que soient ses fins, vraie conviction ou calcul politique pour faire passer une réforme dans le bruit et la fureur, il se trouve que notre ministre a officiellement allumé une mèche fasciste (« danger, vigilance, action » sera ainsi la nouvelle trinité du ministère) et que c’est dans cet univers que nous vivons désormais. Appeler un chat un chat me semble être la moindre des choses lorsqu’on se soucie du langage. En tout cas un préalable à l’action.

    [1] Albrecht Koschorke, Manipuler et stigmatiser, Démystifier Mein Kampf, traduit de l’allemand et présenté par Christophe Lucchese, CNRS Éditions, 2018 [2016]
    [2] « Mon journal était dans ces années-là, à tout moment, le balancier sans lequel je serais cent fois tombé », Victor Klemperer, LTI, la langue du Troisième Reich. Carnets d’un philologue, traduit de l’allemand et annoté par Elisabeth Guillot, présenté par Sonia Combe et Alain Brossat, Paris, Albin-Michel, coll. Bibliothèque Idées, 1996, réédition en livre de poche, Agora Pocket n° 2002
    [3] Robert Darnton, Édition et sédition ; l’univers de la littérature clandestine au XVIIIe siècle, Gallimard, NRF essais, 1991
    [4] Walter Benjamin, « Avertisseur d’incendie », Sens unique précédé de Enfance berlinoise et suivi de Paysages urbains, traduit de l’allemand par Jean Lacoste, nouvelle édition revue, Maurice Nadeau, 1988.

    Lionel Ruffel
    Théoricien de la littérature, Professeur à l’Université Paris 8

    Voir aussi : https://seenthis.net/messages/902231

    #islamo-gauchisme #délit d’opinion #liberté_de_recherche #chasse_aux_sorcière #maccarthisme #Frédérique_Vidal #Universités #cryptofascisme #La_république_en_miettes #le_ventre_de_la_bête
    #Victor_Kemplerer ~#Albrecht_Koschorke

    Pour compléter :

    https://journals.openedition.org/rgi/1470

    Dans cette étude, on s’attache à mettre en évidence ce qui lie, dans le travail de Victor Klemperer : LTI, la langue du troisième Reich, l’expérience de la violence, l’analyse du langage et l’écriture. Il s’agit de comprendre comment la violence ici se dédouble entre la « violence faite à la langue » et la violence, autrement plus meurtrière, qu’elle sert et dont elle vise à préparer et accompagner le « consentement meurtrier ».

    https://www.cnrseditions.fr/catalogue/histoire/manipuler-et-stigmatiser

    (A propos de « Mein Kampf ») En s’immergeant dans le livre, Albrecht Koschorke fait ressortir les procédés visant à rendre irréfutables les propos avancés, attire l’attention sur la construction de l’ouvrage, les transitions des expériences personnelles aux stigmatisations globalisantes, les changements de registres d’écriture, désintrique les niveaux de lecture et éclaire les divers publics visés.

    • le jour de la Saint-Valentin, Frédérique Vidal passe sur CNews et elle n’a pas beaucoup d’amour à transmettre.

      La Saint-Valentin est la date anniversaire du massacre de 2000 juives et juifs à Strasbourg en prévention de la peste car les strasbourgeoises et strasbourgeois croyaient que la peste était propagée par les juives et les juifs. La peste n’est d’ailleurs pas passé à Strasbourg. En temps de Covid c’est tout de même vertigineux.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Pogrom_de_Strasbourg

      C’est aussi le jour ou les forces de police tirèrent sur la foule en Guadeloupe
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_la_Saint-Valentin_(Guadeloupe)

      Il y a aussi une augmentation des violences par conjoints à la Saint Valentin
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1152794/violence-domestique-conjugale-agression-14-fevrier-refuge

      Tout ceci en dit long sur l’amour.
      #amour #antisémitisme #racisme #peste #violences_conjugales #violences_policières #colonialisme #pogrom

    • elle relance avec la une du JDD de demain...

      Edit


      cette une JDD est trompeuse, Vidal est plus emberlificotée et contradictoire sur ce « fait social total » (Blanquer) qui ne serait qu’un « ressenti », concluant que la priorité c’est la situation des étudiants. un résumé
      https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/02/21/islamo-gauchisme-frederique-vidal-denonce-un-proces-d-intention-a-son-egard_

    • « Islamo-gauchisme : Frédérique Vidal souhaite qu’on relève le débat » titre le Huffpost ce matin. Ça c’est sûr, elle est partie de loin non sans un certain handicap.

      Quant à « Malheurs Actuels », ils dénoncent une certaine « mollesse » dans l’entreprise de la ministre et pourraient même être tentés de l’ affubler du qualificatif ignominieux de « judéo-bolchevique » :

      Le lundi 15 février dernier, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, annonçait le lancement d’une enquête sur l’influence de l’islamo-gauchisme à l’Université. Une enquête qu’elle a confiée… au CNRS, pourtant largement favorable aux nouvelles thèses racialistes et décoloniales.

    • Et comme l’analyse des eaux usées nous renseigne sur l’évolution d’un virus, l’attention à la pollution de la parole médiatique nous informe des politiques à venir.

    • Est-ce que vous vous rendez compte que pas un seul minable pris sur le fait d’une énormité n’a été mis hors d’état de nuire définitivement, avec pour la plupart des promotions, et pour d’autres, des mises à l’écart discrètes ? Ferrand, Bennalla... Même Griveaux a eu droit à des missions sympathiques, pour lui arrondir ses fins de mois (mission Alimentation des jeunes, en Août 2020 me dit le moteur de recherche).
      Macron, pour gouverner, met un point d’honneur à ne jamais lâcher ses subordonnés, même quand ceux-ci se comportent illégalement. Et ils le lui rendent bien.
      Cette méthode de gouvernement nous mène à une situation où ce sont des zombies qui mènent les politiques. Des individus sans épaisseurs qui manient des idées qu’ils ne comprennent pas pour aboutir à des fins dont ils n’ont pas idée.

    • J’ai lu beaucoup de tribunes sur les propos de Vidal et celle ci comporte des choses intéressantes mais j’ai été mal à l’aise avec la sexualisation présente dans celle ci.
      Ce malaise est accentué avec la lecture d’une autre tribune publié sur libé et mise en partage par @cdb_77 https://seenthis.net/messages/902062#message902948

      Qui met en avant le fait que ce gouvernement était coutumier du fait d’envoyer sur le front les femmes issue du civile faire le sale boulot pour préservé les politiciens - C’est probablement une technique de McKinsley & co comme ca à été le cas avec Buyzin, Ndiaye et même Schiappa. Je ne dit pas ca pour dérésponsabilisé ses femmes juste pour mettre en avant une technique de Macron pour préservé les plus immondes de ses hommes de main (ici Darmanin et Blanquer). Et du coup cette tribune tombe dans ce piège en croyant que Vidal est soulagée par la jouissance sexuelle, elle est probablement soulagé de faire ce que Jupiter lui à ordonné de faire. Ca ne la rachète pas, c’est juste qu’elle n’est qu’un fusible qui protège les véritables prédateurs (Macron, Blanquer, Darmanin, Lemaire). Il y a du sexisme dans cette instrumentalisation et il y a aussi du sexisme dans cette tribune.
      Vidal aura probablement aussi sa mission en récompense une fois qu’elle aura sauté comme tu le pointe @biggrizzly je voulais juste souligné le malaise que je ressent vis à vis de ce texte.

    • Aussi la mission est accomplie
      – les profs, et chercheur·euses et les médias (et nous aussi ici) ne sont plus occupé du triste sorte des étudiant·es ni de la gestion criminelle du Covid
      – les universitaires et le CNRS sont occupés à se défendre de cette sois disant complaisance avec le terrorisme islamique.
      – les propos racistes se normalisent et le programme du RN deviens réalité
      – le variant anglais fait son chemin main dans la main avec l’épidémie deja en place
      – les soignant·es sont invisible, les vaccins et manque de moyens le sont aussi.
      – Macron et ses soldats sont protégés

    • @mad_meg : oui, ce sont des faits qui se répètent très souvent en Macronie pour que ce soit fortuit, à savoir envoyer des femmes faire le sale boulot et cela valide ta lecture de l’article que j’ai linké ici. Ceci dit, il y eut des précédents sous Hollande avec Myriam El Khomri et la loi relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels (2016). Et comme un malheur arrive rarement seul, instrumentaliser des femmes amène fatalement à un regain de discrimination sexiste. La politique politicienne c’est un « métier » au masculin.

  • Géants du numérique : la fin du laisser-faire
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/030121/geants-du-numerique-la-fin-du-laisser-faire

    Pour la première fois, les géants du numérique font face à la résistance des États. Grands bénéficiaires de la pandémie, leur puissance commence à inquiéter. Chine, États-Unis, Europe veulent s’appuyer sur les lois antitrust, longtemps délaissées, pour reprendre le contrôle. Mais est-ce suffisant ?

    L’époque du laisser-faire absolu est révolue pour les géants du numérique. Après avoir été encensés pendant des années et avoir bénéficié d’une totale liberté, ils commencent à rencontrer une résistance des États bien plus forte qu’ils ne l’avaient prévu.

    Les quatre PDG des Gafa – Sundar Pichai (Google et Alphabet), Jeff Bezos (Amazon), Mark Zuckerberg (Facebook) et Tim Cook (Apple) – ont sans doute pris la mesure de ce changement lors de leur audition devant la commission d’enquête parlementaire le 29 juillet 2020, à laquelle ils participaient par vidéoconférence pour cause de Covid-19. Ils étaient jusque-là des héros auxquels on passait tout : l’évasion fiscale, l’écrasement des concurrents, la mise à sac des droits sociaux, la captation de la valeur grâce à leur position monopolistique. La capitalisation boursière de leur groupe, qui dépasse désormais le PIB de nombre de pays et assure le triomphe des indices boursiers américains, semblait les protéger de tout. Leur fortune était la rançon de leur réussite et semblait les rendre intouchables.

    Face aux questions des parlementaires, ils ont compris ce jour-là qu’ils étaient en train de devenir les nouveaux « Robber Barons », ces milliardaires qui avaient constitué des monopoles à partir des compagnies de chemin de fer à la fin du XIXe siècle, monopoles que le pouvoir américain avait cassés sans ménagement, inquiet de leur puissance.

    Puissants, trop puissants ? C’est l’analyse que semblent partager des élus américains, l’Union européenne et désormais le président chinois Xi Jinping. Tous commencent à s’inquiéter du pouvoir qu’est en train d’acquérir le capitalisme numérique transnational, symbolisé par quelques géants. Un pouvoir économique qui risque de se transformer en pouvoir politique incontrôlable, à un moment ou à un autre, si aucune mesure n’est prise, selon certains responsables politiques et économiques.

    Derrière l’image des start-ups abritées dans des garages, ces groupes ont constitué en moins de deux décennies des empires de plus en plus gigantesques à travers leurs plateformes numériques. Avec la pandémie, ils sont devenus les maîtres de l’économie. Maîtrisant de longue date l’e-commerce, le télétravail, les technologies de l’information, ils ont offert des solutions toutes trouvées dans cette crise sanitaire qui a imposé la distanciation sociale. Leur succès a été sans limites. Médecine, éducation à distance et même services bancaires… : ils se sentent en position d’avoir réponse à tout, de défier les usages et les règles existantes.

    C’est cette incursion dans le monde de la finance, de la création monétaire et des pouvoirs qu’elle confère qui, semble-t-il, a poussé le gouvernement chinois à frapper très fort le géant chinois Alibaba. Se sentant tout-puissant, le fondateur du groupe, le milliardaire Jack Ma, a osé critiquer en octobre le Parti communiste chinois. Quelques semaines plus tard, il devait être à l’abri de tout ; sa principale filiale, Ant Group, spécialisée dans les paiements en ligne, devait être introduite en bourse. Cela devait être la plus importante introduction en bourse dans le monde, 30 milliards de dollars, pronostiquait déjà la presse financière.

    Sur ordre de Xi Jinping en personne, selon le Wall Street Journal, les autorités ont interdit l’opération début novembre. Le 27 décembre, la Banque centrale de Chine a précisé ses griefs contre la société. Devenue la plateforme privilégiée des Chinois pour le paiement numérique – par le biais des smartphones –, Ant Group a poursuivi son expansion en commençant à proposer des crédits à ses clients, mais en s’exonérant de toutes les règles prudentielles : à elle les commissions et les marges. Les risques des crédits, eux, ont été transférés dans les bilans des banques traditionnelles.

    Ant Group a déjà promis de se soumettre à toutes les décisions des régulateurs chinois et de s’en tenir désormais à ses activités traditionnelles : le paiement en ligne. L’entité est appelée à passer sous strict contrôle des autorités de régulation chinoises et pourrait même échapper totalement au groupe.

    Mais le gouvernement a bien l’intention d’aller plus loin et de reprendre le contrôle d’Alibaba et de ses homologues, qui jusqu’alors avaient bénéficié d’une totale liberté. Le 24 décembre, les autorités de la concurrence ont ouvert une enquête contre Alibaba pour pratiques monopolistiques. Elles reprochent à la plateforme d’e-commerce d’imposer une exclusivité pour tous les produits vendus. Jack Ma, lui, est devenu un paria du régime chinois. Alors qu’il multipliait les déclarations dans la presse internationale, depuis octobre, il se tait et se terre.

    Sans aller jusqu’aux méthodes de coercition chinoises, les États-Unis et les pays européens ne diffèrent guère dans les moyens de riposte pour contenir la puissance grandissante des géants du numérique : les uns comme les autres envisagent de réactiver les lois antitrust.

    Alors qu’une commission d’enquête de la Chambre des représentants aux États-Unis a conclu à la nécessité de casser les monopoles des Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), le Département de la justice a ouvert une enquête fin octobre contre Google, soupçonné d’abus de position dominante. Le 9 décembre, c’est au tour de Facebook, qui lui aussi a affiché son intention de s’aventurer dans le monde monétaire avec la création de la cryptomonnaie Diem (ex-Libra) à partir de janvier 2021, d’être poursuivi pour pratiques anticoncurrentielles par la Commission de la concurrence américaine (FTC) et une coalition de 48 États et territoires américains. La menace d’un démantèlement plane sur le groupe. Le 16 décembre, des poursuites ont été engagées par le Texas et neuf autres États américains contre Google, à nouveau pour pratiques anticoncurrentielles sur le marché de la publicité.

    De son côté, la Commission européenne a dévoilé le 15 décembre le projet de deux directives pour « en finir avec le Far West » dans le numérique, selon les termes de Thierry Breton, commissaire européen chargé du marché intérieur. La première, le Digital Services Act (DSA), vise à imposer une régulation des contenus sur les réseaux sociaux, avec des pouvoirs d’intervention dans chaque État membre. La seconde directive, le Digital Markets Act (DMA), elle, entend empêcher les acteurs dits « systémiques » de menacer le libre jeu de la concurrence, c’est-à-dire d’être incontournables au point d’empêcher d’autres entreprises d’émerger.

    Cette volonté affichée un peu partout dans le monde de se réapproprier les lois antitrust marque un vrai tournant. Sous l’influence de l’école de Chicago, les lois anticoncurrentielles ont pendant ces 30 dernières années été réduites à la portion congrue : le marché, par nature infaillible, était censé apporter les remèdes à ses propres déséquilibres. À moins qu’il ne soit prouvé que certaines situations nuisent aux consommateurs, il n’y avait pas matière à intervenir.

    C’est à partir de ce seul critère que les autorités de la concurrence en Europe et aux États-Unis ont décidé d’intervenir et éventuellement de sanctionner. C’est à l’abri de ce critère que les géants du numérique ont prospéré. Mis en cause devant différentes juridictions, ceux-ci ne manquent pas d’arguments pour défendre leur position, en s’appuyant sur la seule défense des consommateurs. À les entendre, ils ne portent aucun préjudice aux consommateurs, au contraire. Tous font valoir qu’ils ont développé des technologies numériques de plus en plus performantes, mises au service des consommateurs gratuitement. Au moins en apparence.

    La réhabilitation des lois antitrust

    La réalité est venue mettre à mal cette approche. Même les plus orthodoxes des économistes sont obligés de convenir que la théorie de la concurrence, telle que défendue par les néolibéraux, se révèle inadaptée face aux modèles et aux méthodes des géants du numérique, en rupture avec toutes les règles conventionnelles de l’économie. « Le problème pour les régulateurs est que les cadres usuels anti-monopolistiques ne s’appliquent pas dans un monde où les coûts pour les consommateurs (souvent sous forme de données et confidentialité) sont totalement opaques. Mais c’est une pauvre excuse pour ne pas remettre en cause des opérations manifestement anti-concurrentielles, telles que le rachat d’Instagram (avec son réseau social en croissance rapide) par Facebook, et celui de Waze, qui a développé des cartes et des systèmes de géolocalisation, par son concurrent Google », écrivait dès 2018 le très traditionnel économiste Kenneth Rogoff. Pour lui, il y a urgence à remettre en vigueur les lois antitrust car les Big Tech sont devenus un problème pour l’économie américaine.

    En effet, loin de permettre une augmentation de la productivité, comme le supposent les théories économiques classiques, les innovations technologiques de ces dernières années se traduisent au contraire par une réduction des salaires, une dégradation de l’emploi et des droits sociaux, une montée des inégalités. Dominant tout l’univers du numérique, rachetant tous les concurrents qui pourraient leur faire de l’ombre, les géants du numérique ont organisé un modèle qui leur permet de leur assurer une captation de la valeur à leur seul profit et de leur constituer une rente mondiale à des niveaux sans précédent historique, aboutissant à la création d’un techno-féodalisme, comme le désigne l’économiste Cédric Durand.

    Les grandes références de l’application des lois contre les abus de position dominante, débouchant sur le démantèlement de l’empire sidérurgique américain d’Andrew Carnegie ou la mise en pièces de la Standard Oil des Rockefeller, affleurent dans tous les textes. Mais la remise en vigueur des lois antitrust appliquées dans le passé est-elle suffisante pour contrer la puissance des Big Tech et redonner un contrôle démocratique sur le développement de l’économie numérique ?

    Ces dernières années, la Commission européenne a sanctionné à plusieurs reprises les géants du numérique, sans que ces sanctions aient semblé avoir le moindre effet sur leurs pratiques. L’évasion fiscale, le non-respect des droits sociaux, les abus de position dominante restent au centre de leur modèle (lire ici, ici ou encore là). Elle a aussi tenté un début de régulation, ce que les autorités américaines se sont jusque-là refusées à faire, en imposant un règlement général sur la protection des données (RGPD). Cette réglementation a servi de référence un peu partout dans le monde. Mais là encore, les effets en paraissent limités.

    Dans le cadre de son projet de directive, la Commission européenne envisage d’aller plus loin et d’imposer, si nécessaire, le démantèlement d’un groupe, si sa position est jugée monopolistique sur le marché européen. Cette proposition, si jamais elle voit le jour (il faudra au moins deux ans de négociations pour aboutir à un texte qui fasse consensus), est jugée au mieux comme relevant de la dissuasion nucléaire – c’est-à-dire une menace censée de devoir jamais être mise en œuvre –, au pire comme une annonce démagogique de com’, selon les observateurs. Pour les uns comme pour les autres, jamais la Commission européenne ne pourra imposer le démantèlement d’un groupe américain. Car c’est aussi une des données du problème : l’Europe, par son aveuglement idéologique interdisant tout soutien public direct ou indirect, a été incapable en 20 ans de créer le moindre champion du numérique, et a plutôt contribué à étouffer tous les potentiels existants.

    Mais l’idée d’un démantèlement de certains géants du numérique, qui semblait impossible jusqu’alors, fait aussi son chemin aux États-Unis. Dans sa plainte contre Facebook, la Commission de la concurrence américaine (FTC) y fait explicitement référence. Le groupe de réseau social, devenu objet d’hostilité à la fois des républicains et des démocrates pour la diffusion de fake news et de propos extrémistes sur ses plateformes, pourrait être contraint de se séparer d’Instagram. Des projets analogues cheminent pour contrer la puissance de Google ou d’Amazon.

    Jusqu’alors, les géants du numérique ont toujours réussi à contrer toutes les attaques en opposant un argument de poids : contraindre leur développement, voire leur imposer un démantèlement, reviendrait à laisser le champ libre aux géants technologiques chinois, qui eux ne souffrent d’aucune entrave. La mise sous contrôle d’Alibaba par le gouvernement de Pékin les prive désormais de cet argument.

    Décidés à se battre pied à pied, à mobiliser des centaines de millions de dollars pour préserver leur rente, les Gafam travaillent déjà à d’autres moyens de défense. L’idée de soumettre ces géants à une régulation comparable à celle imposée au monde bancaire et financier commence à émerger. Ses défenseurs font valoir que les moyens de sanction, se chiffrant en milliards de dollars, sont des armes suffisamment puissantes pour obliger tout le monde à rentrer dans le rang. La perspective de pouvoir puiser dans des trésors de guerre estimés à 350 milliards de dollars pour renflouer les caisses de l’État américain a de quoi convaincre nombre d’élus.

    Le précédent de la crise financière de 2008 appelle cependant quelques réserves. On sait ce qu’il est advenu de la régulation bancaire. Wall Street a capturé ses régulateurs et fait sa loi jusqu’au conseil de la FED. Comment imaginer qu’il puisse en aller autrement avec les géants du numérique ?

    Pour reprendre le contrôle de l’économie numérique, il faut aller plus loin que les simples lois antitrust existantes, partiellement inefficaces face aux géants du numérique, et s’attaquer au cœur de leur modèle : la marchandisation des données privées. Depuis l’origine, ceux-ci prospèrent grâce à la collecte – gratuite et souvent à l’insu des consommateurs – des empreintes laissées partout par des internautes et qui sont exploitées et/ou revendues par la suite par les plateformes.

    Les États ne semblent pas avoir perçu la valeur de ce capital immatériel, à commencer par le gouvernement français. Il a fallu un rappel à l’ordre de la Cnil pour contraindre l’État à remettre en cause le contrat signé avec Microsoft sur les données de santé de tous les Français. Et dernièrement, c’est à Amazon que la Banque publique d’investissement (BPI) a confié le recueil des données de tous les bénéficiaires d’un prêt garanti par l’État.

    Les économistes Glen Weyl et Eric Posner, par ailleurs très libéraux, proposent dans leur livre Radical Markets de renverser le modèle : au lieu d’en bénéficier gratuitement, les Gafam devraient payer pour pouvoir utiliser les données recueillies auprès de tous les particuliers.

    Pour certains économistes, ces mesures, aussi spectaculaires soient-elles, ne permettent pas de reprendre en main le contrôle démocratique du numérique ; ce ne sont pas tant les données mais les technologies qui permettent de les exploiter qu’il convient de se réapproprier publiquement. Car même surveillés, régulés, ces géants du numérique continuent par leurs choix technologiques, les développements qu’ils conduisent, à imposer leur vision de l’avenir. Une technologie, font-ils valoir, peut produire le pire ou le meilleur : être l’instrument d’une liberté ou celui d’une société de surveillance de plus en plus étroite des populations. Ces orientations ne peuvent être laissées à la libre décision d’une poignée de monopoles mondiaux, argumentent-ils.

    Mais ce contrôle démocratique suppose que les États ne laissent plus les géants du numérique disposer par eux-mêmes des technologies à développer et de leur mise en œuvre, qu’ils acquièrent une expertise afin de pourvoir en discuter et en surveiller les choix. Mais en ont-ils vraiment envie ?

    #Alibaba #Alphabet #Apple #Microsoft #Waze #Amazon #AntGroup #Facebook #algorithme #payement #smartphone #domination #fiscalité #BigData #COVID-19 #GAFAM #santé #télétravail #FTC #cryptomonnaie (...)

    ##fiscalité ##santé ##BHATX

  • German Divers find Enigma machine at bottom of Balitc sea

    https://www.thefirstnews.com/article/first-mistaken-for-a-typewriter-divers-discover-rare-enigma-machine-at

    In a Facebook post, the Enigma Museum in Poznań revealed: “The Enigma was deliberately THROWN into the sea on May 4th or 5th when U-boats were ordered by Karl Donitz to end the war and surrender to the English. It is clear that the crews did not want a top-secret code device to fall into the hands of the enemy, even when the war was already lost.”

    However, this version is doubted by Dr Jann Witt, a historian from the German Naval Association. He told Deutsche Presse-Agentur that he believed the machine was thrown overboard from a German warship in the final days of the war.

    He claimed that it is less likely to have come from a scuttled submarine as U-boats used the more complex four-rotor Enigma machines. This version, he says, only has three rotors.

    https://www.ibtimes.com/divers-find-nazis-enigma-code-machine-baltic-sea-3094959

    https://themilehighpost.com/2020/12/06/lost-nazi-enigma-machine-discovered-in-baltic-sea-by-diving-clean-u

    https://arstechnica.com/gadgets/2020/12/enigma-cipher-machine-used-by-the-nazis-in-wwii-found-in-the-baltic-sea

    https://www.rtbf.be/info/insolites/detail_des-plongeurs-decouvrent-une-machine-enigma-de-la-seconde-guerre-mondial

    #archeology #encryption #cryptography #Alan_Turing

  • ‘Tokenized’ : Inside Black Workers’ Struggles at Coinbase
    https://www.nytimes.com/2020/11/27/technology/coinbase-cryptocurrency-black-employees.html

    Coinbase, the most valuable U.S. cryptocurrency company, has faced many internal complaints about discriminatory treatment. SAN FRANCISCO — One by one, they left. Some quit. Others were fired. All were Black. The 15 people worked at Coinbase, the most valuable U.S. cryptocurrency start-up, where they represented roughly three-quarters of the Black employees at the 600-person company. Before leaving in late 2018 and early 2019, at least 11 of them informed the human resources department or (...)

    #cryptage #cryptomonnaie #racisme #discrimination #Coinbase

  • Comment la CIA a espionné le monde entier depuis une petite entreprise suisse
    https://korii.slate.fr/et-caetera/comment-cia-espionner-monde-entier-entreprise-suisse-crypto-ag-operation

    Les services secrets du pays le savaient mais se sont tus. Fondée en 1952, l’entreprise Crypto AG basée en Suisse vend des machines cryptographiques qui permettent de chiffrer des communications. Ayant fourni les États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, elle est devenue incontournable sur ce marché spécifique, d’abord avec des machines mécaniques puis avec des circuits électroniques et des logiciels. Parmi ses clients figurent un certain nombre de gouvernements à travers le monde. (...)

    #Crypto #CIA #BND #cryptage #surveillance #écoutes

  • Report : Swiss government long in dark over CIA front company
    https://www.axios.com/report-swiss-government-dark-cia-front-company-9b9ecf75-a321-4c30-85da-29b42d

    The Swiss intelligence service has known since at least 1993 that Switzerland-based encryption device maker Crypto AG was actually a front for the CIA and its German counterpart, according to a new report released by the Swiss Parliament, but Swiss leaders were in the dark until last year. Why it matters : Switzerland’s intra-governmental information gap is unlikely to be welcome news in Europe, which already looks warily upon the U.S.’ expansive surveillance practices. Still, Crypto AG (...)

    #Crypto #cryptage #écoutes #surveillance

  •  » Crypto AG : le coup du siècle du renseignement
    https://www.les-crises.fr/crypto-ag-le-coup-du-siecle-du-renseignement

    L’histoire de la société Crypto-AG, entreprise qui a vendu pendant des 10aines d’années des machines de chiffrage avec des algorithmes conçus par la CIA pour être déchiffrable facilement.
    Les services de renseignements allemands étaient également au coruant. Grâce à ces appareils truqués, la CIA et le BND ont écouté les conversations de plus de 100 Etats étrangers pendant toute la période 1950-2000 (Argentine pendant les Malouines, Iran pendant la guerre avec l’Irak...).
    (traduction de https://www.washingtonpost.com/graphics/2020/world/national-security/cia-crypto-encryption-machines-espionage)

    Sur l’implication des autorités suisses voir aussi :
    https://www.rts.ch/info/suisse/11087644-laffaire-despionnage-planetaire-crypto-suscite-le-malaise-a-berne.html
    et
    https://www.rts.ch/info/suisse/11742639-les-autorites-suisses-coresponsables-des-activites-de-la-societe-crypto

    #crypto-AG #backdoor #chiffrage #CIA

  • European Union Moves To Outlaw Encrypted Apps | Zero Hedge
    https://www.zerohedge.com/political/european-union-moves-outlaw-encrypted-apps
    https://zh-prod-1cc738ca-7d3b-4a72-b792-20bd8d8fa069.storage.googleapis.com/s3fs-public/styles/max_650x650/public/2020-11/mont_key.5944881+%281%29.jpg?itok=uyqyGbWn

    An EU council of ministers resolution spearheaded by French Prime Minister Emmanuel Macron and Austrian Chancellor Sebastian Kurz of the conservative Austrian People’s Party would mandate that apps such as Telegram, Signal, and #WhatsApp provide European intelligence services with #backdoorAccess in order to allow them to better monitor the conversations of their citizens.

    Encryption is an important tool used by dissidents, journalists and privacy-conscious citizens around the world in an age of mass surveillance and strict social media censorship. Millions have started embracing the technology in the West as the rulers of the Anglosphere and Europe continue to lose public confidence and become more repressive.

    The excuse being given for this effort is a spate of recent terrorist attacks in France and Austria committed by Islamic extremists. Rather than contend with the complex cultural, ethnic and immigration issues that lead to such violence, Macron, Kurz and the interests they represent see an opportunity to expand their eavesdropping power over their increasingly frightened population.

    In recent years, laws passed by liberal governments under the guise of combating foreign Islamic terrorism have been utilized against citizens espousing nationalist, populist and dissident ideas, as well as adversarial political factions.

    In the United States, the Department of Homeland Security (DHS) was founded after 9/11 to combat Al Qaeda operations domestically, but its unconstitutional powers today are largely focused on going after right-wing white men. The FBI’s CIA-like power granted to them in the name of counter-terrorism lowered the bar for surveillance via the secret FISA court and was used by permanent bureaucrats to entrap and spy on members of Donald Trump’s presidential campaign in 2016.

    Figures struggling with low approval ratings like Macron have a vested interest in being able to spy on protest movements like the Yellow Vests, who have largely been shut down by Facebook and forced to migrate to Telegram.

    In pursuing these measures, Europe will be following the lead of the Five Eyes intelligence network (United Kingdom, United States, Australia, New Zealand and Canada), which last October put out a call for an international plan to end accessible encryption for ordinary citizens.

    In their statement last month, the Department of Justice claimed they were concerned with the proliferation of child pornography over these apps. This rationalization rings hollow since the FBI’s budget for combating child exploitation and pornography has remained stagnant over the years and they continue to allocate meager resources to even investigate the record number of reports they receive.

    Countries that ban encrypted apps are currently derided by neo-liberal institutions in Europe for being oppressive.

    Last January, the European Court of Human Rights (ECHR) ruled that Russia’s ban on #Telegram following the app designer’s refusal to provide a backdoor to aid in a terrorism investigation was a violation of free expression. Russia has since unbanned the app.

    But litigation against a potential ban inside of Europe itself may not be as successful, according to the court’s track record.

    The ECHR exposed itself as a fraudulent propaganda tool when it ruled in 2019 that expressing skepticism on the “Holocaust” narrative is not a human right, while simultaneously affirming that Armenian genocide denial at the hands of the Turkish government is protected free speech.

    Whatever comes of this EU effort, it’s clear that the liberal elite’s response to problems they create will be no different than what they criticize China or Russia for.

    #eu #cryptographie #privacy

  • Cryptomonnaies : « La Chine menace le cœur de l’économie mondiale : l’Internet de l’argent »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/11/02/cryptomonnaies-la-chine-menace-le-c-ur-de-l-economie-mondiale-l-internet-de-

    L’expert du numérique Vincent Lorphelin et l’économiste Christian Saint-Etienne expliquent, dans une tribune au « Monde », que la Chine convoque le combat pour la suprématie technologique sur le terrain des brevets. Tribune. La lutte pour la suprématie mondiale entre la Chine et les Etats-Unis se durcit encore. La Chine vient de déclarer la guerre des brevets des cryptomonnaies : « Le droit d’émettre et de contrôler une monnaie numérique deviendra un champ de bataille entre les Etats. » Elle ne cache (...)

    #Apple #Google #cryptomonnaie #cryptage #domination #copyright #domicile #lutte (...)

    ##brevet

  • Tous exposés après le “Grand Hack de Twitter”
    https://www.courrierinternational.com/article/numerique-tous-exposes-apres-le-grand-hack-de-twitter

    Ce n’était qu’une petite arnaque au bitcoin. Mais le piratage de comptes de célébrités, hommes d’affaires et politiciens dans la soirée du 15 juillet a révélé notre immense vulnérabilité numérique, analyse le Financial Times. Ce n’est peut-être pas le piratage du siècle mais le détournement des comptes d’Elon Musk, Bill Gates, Barack Obama, Kanye West, Joe Biden ou Jeff Bezos mercredi 15 juillet est le signe de la vulnérabilité numérique globale. Sous le titre “Le Grand Hack de Twitter dévoile la précarité (...)

    #Twitter #cryptomonnaie #bitcoin #données #élections #hacking

  • Twitter : les hackeurs ont « manipulé » des employés pour accéder aux comptes de célébrités
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/07/18/twitter-les-hackeurs-ont-manipule-des-employes-pour-acceder-aux-comptes-de-c

    Le réseau social, qui a présenté ses excuses, précise que les pirates informatiques ont réussi à pénétrer 45 comptes grâce « à l’utilisation d’outils uniquement accessibles aux équipes de soutien interne ». Les hackeurs qui ont orchestré la spectaculaire attaque sur des comptes Twitter de célébrités et de personnalités politiques ont « manipulé avec succès un petit nombre d’employés » de Twitter, affirme le réseau social, dans un blog, samedi 18 juillet. Twitter précise qu’au total, les pirates informatiques ont (...)

    #Twitter #cryptomonnaie #bitcoin #manipulation #hacking #SocialNetwork

  • Qui surveille, la CIA ou Huawei ?, par Dan Schiller
    https://www.monde-diplomatique.fr/mav/170/SCHILLER/61707

    Le premier ministre britannique Boris Johnson a décidé mardi d’interdire au géant chinois des télécommunications Huawei l’accès au réseau 5G du Royaume-Uni en raison d’un risque pour la sécurité nationale. « Je suis persuadé qu’ils ont fait ça parce que leurs experts en sécurité sont parvenus aux mêmes conclusions que les nôtres », a réagi le secrétaire d’État américain Mike Pompeo. Mais quelles conclusions, au juste ? Qui surveille, la CIA ou Huawei ? Surpris par l’arrivée sur le marché mondial du spécialiste de (...)

    #Alcatel-Lucent #Alibaba #Alphabet #Apple #Cisco #Crypto #Google #Huawei #Microsoft #Motorola #Nokia_Siemens #Samsung #Sony-Ericsson_ #Tencent #5G #technologisme #domination #bénéfices (...)

    ##lutte

  • Un employé de Twitter a aidé des hackers à pirater des comptes
    https://www.vice.com/fr/article/jgxd3d/un-employe-de-twitter-a-aide-des-hackers-a-pirater-des-comptes

    Des comptes de célébrités et de grandes entreprises ont été détournés dans le but de relayer des escroqueries liées au bitcoin. Un employé de Twitter est à l’origine d’un piratage massif de comptes très médiatisés, selon des captures d’écran que nous avons obtenues et deux sources ayant participé à l’action. Mercredi dans l’après-midi, des comptes Twitter de premier plan, dont ceux de Joe Biden, Elon Musk, Bill Gates, Barack Obama, Uber et Apple, ont tweeté des escroqueries liées aux cryptomonnaies dans un (...)

    #Twitter #manipulation #cryptomonnaie #bitcoin #hacking

  • Piratage massif au bitcoin de comptes Twitter aux Etats-Unis
    https://www.liberation.fr/planete/2020/07/16/piratage-massif-au-bitcoin-de-comptes-twitter-aux-etats-unis_1794382?xtor

    Des personnalités, parmi les plus influentes au monde, ont été visées mercredi par un piratage massif et inédit aux cryptomonnaies de leurs comptes Twitter. Piratage massif au bitcoin de comptes Twitter aux Etats-Unis Le message est apparu en fin d’après-midi, mercredi, sur le compte Twitter de l’ancien vice-président Joe Biden, candidat démocrate à l’élection présidentielle américaine de novembre. « Je rends à la communauté. Tous les Bitcoins envoyés à l’adresse ci-dessous recevront le double ! Si (...)

    #Twitter #cryptomonnaie #bitcoin #manipulation #élections #hacking

  • Gates, Musk and Other Top Tech Figures Get Twitter Accounts Hacked
    https://www.nytimes.com/2020/07/15/technology/twitter-hack-bill-gates-elon-musk.html?action=click&module=Top+Stories&pgty

    In a major show of force, hackers breached some of the site’s most prominent accounts, a Who’s Who of Americans in politics, entertainment and tech. It was about 4 in the afternoon on Wednesday on the East Coast when chaos struck online. Dozens of the biggest names in America — including Joseph R. Biden Jr., Barack Obama, Kanye West, Bill Gates and Elon Musk — posted similar messages on Twitter : Send Bitcoin and the famous people would send back double your money. It was all a scam, of (...)

    #Twitter #cryptomonnaie #bitcoin #manipulation #élections #hacking

  • Sweden’s cashless society dream isn’t all it’s cracked up to be
    https://www.wired.co.uk/article/sweden-cashless-society

    Just one per cent of Sweden’s GDP circulates as cash. As debates over the need for cash rage along lines of age, wealth and location, the country is looking to create a digital currency In Sweden’s collective memory, the 2009 Västberga helicopter robbery was a national assault ; an audacious heist better suited to the big screen than a grey industrial district in south-west Stockholm. It was just after 5am when a stolen helicopter landed on the roof of a fully-stocked cash depot belonging to (...)

    #cryptomonnaie #technologisme

  • Avec la cryptomonnaie libra, Facebook aspire à « un rôle central dans le nouveau théâtre de la transition numérique »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/07/01/avec-la-libra-facebook-entend-prendre-un-role-central-dans-le-nouveau-theatr

    L’expert du numérique Vincent Lorphelin affirme que Mark Zuckerberg, loin d’abandonner sa monnaie numérique, entend en faire l’instrument de l’économie des microéchanges. Tribune. Avec la forte accélération du commerce électronique, des réseaux sociaux, des visioconférences et du télétravail, la crise sanitaire pourrait avoir fait gagner plusieurs années à la transition numérique. Elle pourrait aussi précipiter l’arrivée de « l’économie décentralisée » dont la libra, la monnaie numérique lancée par (...)

    #MasterCard #Visa #Facebook #WeChat #cryptage #cryptomonnaie #Alipay #bitcoin #e-yuan #Libra (...)

    ##domination

  • Batailles en cours et à venir autour des données de paiement
    https://linc.cnil.fr/fr/batailles-en-cours-et-venir-autour-des-donnees-de-paiement

    Le secteur des moyens de paiement connaît d’importantes recompositions au travers desquelles la maîtrise des données de paiement est centrale. Si les services apportent des fonctionnalités aux consommateurs, ils soulèvent des enjeux en termes de protection des données personnelles. Les recompositions dans le secteur du paiement électronique sont majeures. Le développement du e-commerce a contribué à renouveler les solutions de paiement sur Internet. De nouveaux acteurs sont apparus, tels que Paypal (...)

    #Apple #Google #Samsung #Facebook #Paypal #WeChat #algorithme #cryptage #cryptomonnaie #Alipay #ApplePay #bitcoin #Libra #payement #WeChatPay #sexisme #discrimination #finance #CNIL #MasterCard #Visa #WesternUnion #carte #SociétéGénérale (...)

    ##BNP-Paribas ##géolocalisation ##BigData ##[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_[en]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_[nl]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_