• The Civic Hijinks of K-pop’s Super Fans - Data & Society: Points
    https://points.datasociety.net/the-civic-hijinks-of-k-pops-super-fans-ae2e66e28c6

    K-pop fandoms, normally known for their dedication to South Korean music “idols,” made headlines this past month, between their social media manipulation to “defuse racist hashtags” and amplify the circulation of “petitions and fundraisers” for victims during the Black Lives Matter (BLM) movement, and their apparent foiling of Trump’s recent political rally in Tulsa, Oklahoma. The social media manipulation strategies of K-pop fandoms have been so impactful that hashtag trends such as #BanKpopAccounts have accused them of ruining user experiences and called to ban them. But some recent coverage on the power and sway that K-pop fans have over social media information ecologies has presented (unwittingly) truncated histories, (parochially) centered American K-pop fans, and cast these fan activities as somehow novel or even surprising.

    Yet, the opposite is true.

    K-pop fans, many of whom have mastered the power of social media manipulation and (mis)information via their intensely intimate relationships with their beloved idols, have a long history of utilizing their platforms in the service of social justice. It is absolutely necessary that the recent BLM activism of K-pop fans be historicized within this broader, global narrative, and that K-pop fans be recognized as more than just “bandwagoners” jumping at a media movement to simply “promote their faves.”

    South Korean entertainment companies recognized early on the transformative potentials of the internet, from the late-1990s uses of first generation Social Networking Site Cyworld to present-day mobilizations of social media. The K-pop industry played an influential role in the development of digital fandom, deploying social media services such as Twitter, Instagram, and the live-streaming app VLive to provide fans opportunities to interact directly with idols. For instance, it is routine for idols to interact with fans in live broadcast countdowns upon the release of each new song, just as it’s common for agencies to release poster and video teasers/trailers on Twitter and Instagram in the lead up to a ‘comeback’ or new release. Such intense social media interactions in turn boosted the strong sense of intimacy between idols and their fans, as well as allowed fans to regularly commune with each other in digital spaces. As a result, K-pop fans formed “tribes” who strategically draw upon the affordances of social media to promote their favorite idols on the world stage, allowing K-pop to go global.

    For instance, K-pop fans often facilitate ‘bulk pre-orders’ to increase album sales; host mass ‘streaming parties’ on YouTube, Spotify, and Shazam to increase music chart impact in a move known as “chart jacking”; plan “coordinated hashtag campaigns” on Twitter to signal boost their favorite group; or “keyword stuff” search terms on Twitter to alter SEO results and clear or bury bad press. Fans are also concerned over the wellbeing of idols, closely monitoring their personal safety and petitioning for agencies to take action, calling for fair representation in promotional material, and demanding for choreographies to be modified for the health of idols.

    However, idol support initiatives have also culminated in elaborate schemes, such as the BLACKPINK Starbucks hoax of April 2019: A rumour claimed that streaming any song from BLACKPINK would earn listeners a free drink from Starbucks through a digital voucher claimed via Twitter direct messaging or by showing “receipts” to the barista in the form of screen grabs of the streaming. Various Starbucks social media managers had their hands full clarifying this misinformation.

    K-pop fans have always been political

    K-pop fans deploy their networks and social media clout to consistently raise awareness of charitable causes, sharing resources across the globe to make the world a better place. K-pop fan activism within the BLM movement emerges from this broader history.

    Fans have mobilized support networks in the service of social justice as acts of cybervigilantism, with many clubs hosting charity events in honor of idols that are tied to these broader support projects. The recent Australian bushfires in January 2020 saw dozens of fandoms join forces to raise relief funds, with some even adopting wildlife in the name of their favorite idol. Fans of BTS alone have reportedly engaged with over 600 charity projects around the globe addressing a variety of issues. In fact, charity work is so essential to K-pop fandom that an app exists in South Korea where fans can record the amount of donations made on behalf of an idol group to develop a “charity angel” ranking.

    Fans have mobilized support networks in the service of social justice as acts of cybervigilantism…

    Social media campaigns have also regularly been hosted by K-pop fans seeking to hold K-pop stars and the industry accountable. As an expression of their strong support for idols, fans consistently call on K-pop groups to do better when they perceive that they have slipped up. For instance, fans were vocal in calling out racially insensitive performances such as when fans pressured girl group MAMAMOO to apologize for performing in blackface during a concert in 2017. Agencies, media outlets, and fandoms have also been called out for colorism and photo-editing idols’ images to preference fairer, whiter skin.

    …the activism of K-pop fans within the BLM movement is situated within broader social media debates surrounding anti-blackness within the K-pop fandom itself.

    Likewise, Black K-pop fans regularly express frustration at the persistent appropriation of Black culture and hip-hop fashion within the K-pop industry, for instance the persistent appropriation of braids, cornrows, and dreadlocks in K-pop styling. Recently, fans voiced dissatisfaction with BTS’s J-Hope, who was criticized for appropriating dreadlocks in the music video of the song “Chicken Noodle Soup ft. Becky G.” Indeed, the activism of K-pop fans within the BLM movement is situated within broader social media debates surrounding anti-blackness within the K-pop fandom itself.

    Apart from racism, several other K-pop fan initiatives focus on combating misogyny and abuse, in light of the rise of ‘molka’ or spycam incidents that prey on women and digital sex crimes (like the April 2020 Nth Room scandal) in South Korea. Considering the fact that young women make up a significant demographic in K-pop fandom, it is unsurprising that fans’ activism has evolved to also address discrimination against women around the world.
    K-pop fandom as subversive frivolity

    K-pop consumption is not an apolitical act and its fans are not disengaged or obsessive teenagers seeking to troll the world due to their sense of millennial ennui. Rather, K-pop fans in South Korea, Asia, and beyond are critical consumers who deliberately and explicitly act to address social justice concerns by harnessing their high visibility and strong community on social media networks. As noted by The Korea Herald reporter Hyunsu Yim, “the largely female, diverse & LGBT makeup” of K-pop fandoms are primed to push back against the “male dominant/less diverse/more right-wing” online discourses through their social media activism.

    The vernacular social media manipulation expertise of these fans has been honed since K-pop’s humble beginnings on websites and forums, where their fan activity is often cast as playful and feminized activity; but it is exactly this underestimation and under-valuation of K-pop fan networks, knowledge, and labor that has allowed millions of K-pop fandoms to evade sociocultural surveillance, optimize platforms’ algorithmic radars, and spread their messages far and wide in acts of subversive frivolity.

    Whether it is to persuade you to stream a song or to protest against social injustice, you can be sure that K-pop fandoms are always ready to mobilize, fueled by ferocious fan dedication, and remain extremely social media savvy.

    Dr. Crystal Abidin is Senior Research Fellow & ARC DECRA Fellow in Internet Studies at Curtin University (Perth, Australia). Learn more at wishcrys.com.

    Dr. Thomas Baudinette is Lecturer in International Studies, Department of International Studies: Languages and Cultures, Macquarie University (Sydney, Australia). Learn more at thomasbaudinette.wordpress.com.

    #K-pop #Culture_participative #Médias_sociaux #Politique

  • How a ban on pro-Trump patterns unraveled the online knitting world - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/s/615325/ravelry-ban-on-pro-trump-patterns-unraveled-the-online-knitting-world-censorship-free/?truid=a497ecb44646822921c70e7e051f7f1a

    When knitting site Ravely banned all pro-Trump content it caused a schism in the community—but it also shone a spotlight on how women are using niche sites to politicize.

    But the infighting in one of the internet’s most niche communities is about more than just politics and knitting. It’s a glimpse of how otherwise ignored populations—here, predominantly older women—are using online platforms to organize and make their voices heard. And the Ravelry falling-out highlights questions other platforms, like Facebook and Twitter, have tiptoed around: What constitutes hate speech, and how should censorship work online?

    For some, the politicization of knitting groups started in earnest with the Women’s March in 2017. Thousands of women knitted “pussy hats” to protest the “grab ’em by the pussy” comment the president was revealed to have made in 2005. Nearly 5,000 knitters were active on Ravelry’s dedicated subgroup for the march. Three years later, a majority remained active, says Sandra Markus, a professor at the Fashion Institute of Technology. Together with Ioana Literat, a professor at Columbia University Teachers College, she published a paper last year that chronicles online “craftivism” and how politics has grown with it.

    But with the ban on Trump-related content, many of those voices moved elsewhere. In the eight months since the ban, a slew of right-leaning Ravelry copycats have sprung up. Deplorable Knitter launched her own site, subtitled “The Adventures of a Politically Incorrect Knitter,” where she’s gained a cult following and is currently hosting a knit-along of a hat and cowl emblazoned with “Women for Trump.” There’s the independent 18,000-strong Fiberkind, whose threaded chat layout most resembles Ravelry. And there’s Trump-supporting Freedom Knits, “where artistic freedom is respected.” It has grown to 400 members in the two months since it launched.

    The increased politicization of the online knitting world has come as part of a demographic shift. While the community still skews older and mostly female, it is fast diversifying. Millennials—who are generally more politically active and came of age in the AIM chatroom—are now signing up to Ravelry and its offshoots. “They’ve been awakened in this particular moment to capitalize on their identity,” Literat says.

    Online communities that are hyperspecific to certain hobbies also help engender dialogue across the political divide—a key point in a polarized political environment where people spend much of their time in ideological bubbles, says Literat.

    “You get a much wider spectrum of opinions in these spaces,” she says. “You see people who are already politically engaged, but also people who aren’t coming to these places, at least at first, because of politics.”

    The controversy shines a light on the future of political organizing: ultra-niche, small-but-vocal online communities built around an otherwise nonpolitical hobby or interest. For Literat, Ravelry’s ban presents a litmus test for the future of niche-site censorship and whether it’s best to forge a single, politically homogenous community or to splinter fringe users off.

    It is also giving women a new way to become politicized online. For Amy Singer, the founder of another knitting site, Knitty, that’s good news.

    “The one thing that crafts have always done is bring solace,” she says. “It gives us a way to express what’s upsetting us, hope for change, and bring comfort. Knitting’s not for grannies. We’re not scared any more.”

    #Tricot #Culture_participative #Politisation #Liberté_expression #Culture_numérique

  • Partage, remix, culture participative | La Revue - | Observatoire des Politiques Culturelles
    http://www.observatoire-culture.net/rep-revue/rub-article/ido-1131/partage_remix_culture_participative.html

    Hervé Le Crosnier

    Dès qu’elle est offerte à l’usage du public, une oeuvre culturelle devient également un fonds commun, un élément d’une culture partagée. C’est avant tout sur les usages, la façon dont ils sont ou non autorisés et les capacités de reproduction ou de diffusion ultérieures par les usagers/lecteurs que nous devons faire porter notre attention. Un regard qui prend en conscience les droits culturels des populations1 autant que les droits des créateurs et créatrices à un revenu et au respect de leur travail. Or, cette approche devient un enjeu majeur pour le partage de la culture dès lors que le réseau informatique mondial permet, pour un coût marginal tendant vers zéro, de rediffuser des oeuvres, de les utiliser dans la construction d’autres oeuvres dites de « remix » ou d’en dériver de nouvelles oeuvres par imitation ou détournement.

    #Culture_participative #Remix #Droit_auteur #Hervé_Le_Crosnier

  • Une nouvelle vie se profile pour Harry Potter sur internet
    https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/une-nouvelle-vie-se-profile-pour-harry-potter-sur-internet/94765

    Internet et Harry Potter : quel avenir ?

    Nouveaux contenus en perspective, donc, mais également nouvelles formes d’exploitation – on peut aisément imaginer un système de streaming pour la lecture par abonnement, incluant les livres, les films et tout ce qui peut exister de production audiovisuelle ou jeu vidéo en ligne. Après tout, Marvel ou DC Comics se sont lancés dans des aventures similaires : ce serait bien dans l’ADN de Pottermore d’expérimenter une telle approche globale, dans un environnement propriétaire.

    Reste l’autre volet, pas du tout évoqué dans l’annonce, et qui concerne le comportement extrêmement agressif des avocats de la Warner. Au cours des dernières années, le studio a en effet ratissé large et tenté d’interdire — souvent avec succès — d’interdire des manifestations ou production où des fans exploitaient l’univers de Potter.

    Là où JK Rowling n’avait rien redit à ces événements — il serait amusant de tenter d’interdire les différentes ligues de Quidditch partout dans le monde — Warner Bros fait régulièrement les gros yeux, lettres recommandées à l’appui. Et ce, jusqu’au Danemark s’il le faut.

    Sans procès d’intention, toute la question est de savoir si les fanfictions, par exemple, ne seront pas attaquées, maintenant que Warner va pour partie mettre la main sur la création, diffusion et monétisation de contenus en ligne…

    #Culture_participative #Fanfiction #Harry_Potter

  • De quelle éducation aux médias avons-nous besoin ? | InternetActu.net
    http://www.internetactu.net/2018/06/06/de-quelle-education-aux-medias-avons-nous-besoin/#comment-1200553
    /assets/images/logo_ia.png

    Lors du dernier SXSW consacré à l’éducation, la chercheuse américaine danah boyd (@zephoria) a, comme à son habitude, délivré une très intéressante conférence sur la question de l’éducation aux médias (vidéo) devant un parterre de spécialistes. Intéressante parce qu’elle remettait en question certaines approches faciles ou rapides de la façon dont on considère l’éducation aux médias

    L’éducation aux médias à l’heure de la post-vérité

    danah boyd avait commencé à éclairer ces questions dans un article publié l’année dernière. Elle y soulignait déjà que pour elle, les deux solutions pour combattre la désinformation, à savoir l’éducation aux médias et les initiatives de vérification de l’information, oublient de prendre en compte le contexte culturel de notre consommation d’information.

    « Lorsque les élèves sont invités à comprendre le fonctionnement des médias, on leur enseigne à être critique, tout en soulignant que certaines publications sont plus dignes de respect que d’autres. Or, tout le monde n’est pas d’accord sur ce qui fait une source fiable. Aux États-Unis (pas seulement) nous vantons la responsabilité personnelle. » Chacun est son propre maître : tant et si bien que chacun est sensé comprendre par exemple la finance pour gérer efficacement sa retraite. Cette logique culturelle libérale est très forte. Mais elle a également des conséquences pour la connaissance et l’information. « Tout ce qu’ils ont à faire est de « faire les recherches » par eux-mêmes et ils sauront mieux que quiconque ce qui est réel ». Ce qui n’est pas sans poser problème, comme le pointe une étude récente de Francesca Tripodi pour Data & Society, l’Institution de recherche que dirige danah boyd, qui a observé les pratiques de recherches d’information de conservateurs américains et qui souligne que ni Google, ni les termes que l’on recherche ne sont neutres. Les recherches visant à vérifier des faits finissent par les imposer. Tripodi parle ainsi « d’inférence scripturale » pour décrire les méthodes de recherche de ces publics, profondément influencés par leurs propres convictions et par les termes qu’utilisent les médias conservateurs auprès de leurs publics qui les invite à s’informer sur ceux-ci plutôt que sur d’autres, comme l’explique le Washington Post. Les différences de termes utilisés vous conduisent à faire des recherches différentes et à des résultats différents et orientés.

    #danah_boyd #Médias_sociaux #EMI #Education_Médias_information #Pensée_critique #Culture_participative

  • De Wattpad au petit écran, Netflix adapte The Kissing Booth
    https://www.actualitte.com/article/culture-arts-lettres/de-wattpad-au-petit-ecran-netflix-adapte-the-kissing-booth/88795?origin=newsletter

    Depuis quelque temps, les services de streaming annoncent des adaptations de textes Wattpad. Sans surprise, le roman After d’Anna Todd fera partie de cette première vague avec un film annoncé pour 2019. Au début du mois, Netflix prenait les devants et révélait le premier trailer de The Kissing Booth, une comédie romantique pour ado adapté du roman de Beth Reekles qui a démarré sur Wattpad.

    Beth Reekles est une jeune auteure originaire du sud du Pays de Galles, elle a fait ses débuts sur Wattpad en 2011. À 15 ans, lassée des récits de vampire et de loup-garou qui déferlaient sur le site suite au succès de Twilight, elle s’est lancée pour créer une romance qu’elle aurait aimé lire.

    Elle y raconte l’histoire de Rochelle Evans, adolescente de 16 ans qui craque pour le grand frère de son meilleur ami. L’amitié des deux jeunes ados repose sur une série de règles précises auxquelles ils se tiennent depuis des années dont la règle numéro 9, les grands frères sont intouchables. Alors les choses se compliquent quand l’attirance de la jeune fille se révèle réciproque et que l’idylle naissante doit rester secrète. Rochelle doit faire un choix, suivre les règles ou suivre son cœur.

    Publié sur Wattpad au format d’épisodes entre les mois de mai et juillet 2011, le succès de son texte a fini par attirer Random House qui s’est chargé de la publication du livre en 2012. Le contrat d’adaptation en film avec la société Komixx s’en est suivi en 2013. Beth Reekles a travaillé en étroite collaboration avec Vince Marcello, le scénariste pour l’écriture de film.

    #Ecriture #Culture_participative #Edition #Wattpad

  • Le Remix selon Google ou la culture web digérée par la novlangue – – S.I.Lex –
    https://scinfolex.com/2018/01/03/le-remix-selon-google-ou-la-culture-web-digeree-par-la-novlangue

    par Calimaq - Lionel Maurel

    Après le rachat récent de Shazam par Apple ou l’union entre Spotify et le chinois Tencent, cette nouvelle annonce pourrait paraître ne constituer qu’une grande manoeuvre parmi d’autres sur le front de la musique en ligne. Mais c’est le nom que Google souhaite donner à ce nouveau service qui m’a fait bondir : YouTube Remix…

    Pour ceux qui s’intéressent un tant soit peu à la culture web, le mot « remix » est chargé d’un sens très particulier. Il renvoie à ce qui a longtemps fait la spécificité des usages en ligne : la culture transformative par laquelle les internautes s’emparent des oeuvres préexistantes pour produire leurs propres créations. C’est le domaine du remix, du mashup, du fanart et des fanfictions, des détournements, des parodies ou des mèmes. Or le fait que Google choisisse de baptiser « Remix » un service de streaming musical payant est tout sauf anodin. C’est à travers les mots eux-mêmes que les batailles culturelles se livrent et Google, le grand maître du « capitalisme linguistique », ne peut l’ignorer.

    Le streaming peut donner une illusion d’abondance et d’accès immédiat à la culture, mais il constitue en réalité une régression dans la possibilité de s’approprier les oeuvres, au sens fort du terme. Il incarne un retour à cette culture du « Read/Only » (ou plutôt « Ear/Only ») qui était l’apanage de la radio et que les industries culturelles tentent depuis des années de restaurer pour enterrer les sulfureux P2P ou Torrent. Mais c’est bien la passivité et le retour à une pratique de consommation qui caractérisent l’utilisateur de streaming. Sa marge de manoeuvre se résume à constituer des playlists et à s’abonner à l’offre Premium des plateformes pour pouvoir écouter sa musique confortablement sur son smartphone…

    De manière intéressante, un autre géant numérique a aussi conclu au mois de décembre un accord avec Universal, mais dans un esprit assez différent. Il s’agit de Facebook qui annonce avoir obtenu une licence mondiale pour « couvrir » l’usage des musiques du catalogue d’Universal par les utilisateurs de Facebook, Instagram et même Oculus VR lorsqu’ils souhaitent « personnaliser » leurs publications. Les termes de l’accord ne sont pas très clairs, mais cela semble vouloir dire que les musiques pourront être utilisées pour illustrer des vidéos. Il ne s’agira donc pas d’une « légalisation » complète des usages transformatifs, mais c’est tout de même un pas effectué dans cette direction. Ce type de dispositif contractuel fait un peu penser à l’accord conclu au début de l’année entre Apple, Spotify et l’intermédiaire Dubset pour que les DJ puissent légalement diffuser et vendre leurs remixes via ces plateformes.
    Licences globales privées

    Ce type de partenariats peuvent paraître à première vue mieux pensés que le YouTube Remix de Google, mais je ne pense pas qu’il faille pour autant s’en réjouir. Ce que Facebook est en train d’accomplir constitue en réalité une sorte de « licence globale privée » qui va lui permettre de se transformer en une zone de partage et de création transformative « tolérée », sur la base d’un privilège que lui accordent les industries culturelles. Or ce type d’accord ne peut à terme que renforcer la position dominante de Facebook ou d’autres firmes comme Apple ou Google, car seuls les plus gros sont en mesure d’arriver à conclure ce type de partenariats avec les ayants droit.

    On comprend dès lors pourquoi Google peut avoir l’arrogance d’appeler son service de streaming « Remix », alors qu’il s’agira de l’exacte antithèse de ce que le remix signifie du point de vue des pratiques culturelles. Cela revient à utiliser la stratégie de la novlangue pour « digérer » lexicalement la spécificité de la culture web et la vider de ses potentialités émancipatrices. Heureusement, ce n’est sans doute pas la fin pour les pratiques transformatives et cela pourrait même constituer le meilleur moyen pour elles de retrouver leur sens. Le verrouillage progressif des grandes plateformes obligera en effet les internautes à revenir à des moyens décentralisés ou auto-gérés de diffusion de la culture participative. Nous arrivons au stade où seule une réappropriation de la maîtrise des infrastructures permettra à cette culture de garder un sens et ça tombe bien, car des acteurs comme Framasoft entretiennent encore l’espoir qu’une alternative est possible (voir leur projet Framatube).

    #Remix #Culture_participative #Google #Propriété_intellectuelle #Robotcopyright #Capitalisme_linguistique

  • Les fans de « Harry Potter » en colère après le soutien de J. K. Rowling à Johnny Depp
    http://abonnes.lemonde.fr/pixels/article/2017/12/08/les-fans-de-harry-potter-en-colere-apres-le-soutien-de-j-k-rowling-a

    « Nous nous sentons trahis »

    Des paroles qui ont suscité une flambée de colère, sur les réseaux sociaux et notamment sur la plate-forme Tumblr, royaume des fandoms, où J. K. Rowling était vendredi matin l’un des sujets les plus discutés. « Harry Potter m’a appris qu’il fallait faire ce qui était juste, et pas ce qui était facile, car ce sont nos choix qui nous définissent vraiment. L’équipe a fait le choix de la facilité, et c’est pourquoi nous nous sentons tellement trahis », écrit par exemple une fan. « J. K. Rowling peut bien dire ce qu’elle veut, tant que Johnny Depp sera dans ce film, je m’en fiche, et honnêtement je n’ai jamais été aussi déçue par une des idoles de ma jeunesse », regrette une autre.

    Si une grande partie de la communauté se sent ulcérée et trahie, c’est aussi parce que J. K. Rowling, très active en ligne, a multiplié les prises de position militantes, et notamment féministes. Sur Twitter, l’auteure ne mâche pas ses mots, et n’avait pas hésité à s’exprimer dans le cadre du scandale entourant Harvey Weinstein. « Une “féministe” autoproclamée soutient Johnny Depp – un agresseur – parce que ratisser de l’argent est plus important que de se dresser pour défendre ce qui est juste. J. K. Rowling, vous devriez avoir honte », tranche une internaute. « Vous pouvez toujours adorer “Harry Potter”, mais vous devez cesser de soutenir J. K. Rowling », poursuit-elle.

    D’autres internautes ont toutefois défendu l’écrivaine, dénonçant par exemple des « mensonges » à l’encontre de Johnny Depp et déplorant « que J. K. ait été harcelée sur Twitter ». Amber Heard elle-même a semblé prendre la défense de son ex-mari, en partageant à nouveau le communiqué commun qu’elle avait publié avec lui, et en insistant sur le fait qu’« extraire certains passages et les citer hors contexte n’est pas correct ». Avant d’adresser un message aux femmes : « Continuez à vous battre et restez fortes. »

    La présence de Johnny Depp dans d’autres films ne déclenche pas toujours de telles réactions – il sera par exemple la semaine prochaine à l’affiche du Crime de l’Orient-Express. Mais la différence réside certainement dans la puissance de la communauté de fans de Harry Potter, l’une des plus importantes en ligne, dont la capacité de mobilisation déborde hors du groupe. Qui plus est, une grande partie de la « culture Tumblr », où un certain nombre de fans se réunissent, repose sur la défense des droits des femmes ou de certaines minorités, comme les LGBT+ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres...).

    #Harry_Potter #Culture_participative #Culture_numérique #Fandom

  • Une conversation ouverte à propos de la participation politique de chacun-e | Entre les lignes entre les mots
    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2017/11/29/une-conversation-ouverte-a-propos-de-la-partic

    Lecture critique du livre « Culture participative » par Didier Epsztajn.

    Ce livre se présente sous la forme d’une conversation croisée, « la science a toujours été une affaire de conversation » malgré les tentatives actuelles de la privatiser et de la réduire à des droits de propriété intellectuelle.

    Une conversation, cela permet, entre autres, de « combler des trous, des hésitations, des impensés dans les propositions de chacun·e », de commenter ou d’éclairer des concepts et des idées, de souligner les chemins et de ne pas réduire la recherche à son résultat final.

    Les trois auteur-e-s considèrent la culture participative « comme un concept évolutif qu’il faut toujours interpréter selon les pratiques et les normes sociales et juridiques existantes. A chaque pas vers une culture plus participative, nous amplifions les enjeux et rehaussons les critères d’évaluation de nos pratiques réelles ».

    Dans une première partie sont abordés l’environnement médiatique, les enjeux des débats politiques autour des techniques numériques, la cyberculture, l’expansion des capacités de communication, les nouvelles formes d’expression créative, le « spectatorat de masse », la capitalisation par des entreprises des pratiques des individu-e-s (rappelant l’incorporation du travail vivant dans l’accumulation capitaliste), les plateformes de médias, « les technologies ne sont pas participatives, contrairement aux cultures » (ce qui devrait interroger sur leurs possibles utilisation ou non à d’autres fins), la participation à quelque chose et l’interaction avec quelque chose, l’inhérence de la participation à toutes les formes de pratiques sociales, les participations et les résistances, la volonté des concepteurs de « circonscrire les utilisateurs à un petit nombre d’activité acceptables », les nouvelles frontières et hiérarchies dans des espaces où potentiellement chacun-e pourrait contribuer, les privilèges « souvent ignorés dans les discours méritocratiques » (la méritocratie, selon moi, est à dénoncer comme vecteur de construction de l’inégalité), les obstacles sociaux et technologiques à une « participation pleine et entière », l’individualisme et l’égocentrisme. De nombreux éléments pour comprendre les enjeux et les possibles de la « culture participative »…

    Le second chapitre est consacré aux cultures et pratiques de la jeunesse.

    Il y reste beaucoup à analyser autour de la vie privée et publique des jeunes, en gardant le cap sur leurs auto-organisations possibles, « J’estime qu’il est essentiel de permettre aux jeunes d’explorer, de prendre des risques et de chercher un sens au monde qui les attend, eux et leurs camarades de classe », la construction sociale des individu-e-s et l’opportunité des apprentissages, les partages…

    Dans le troisième chapitre, les auteur-e-s discutent des « genres de participation » et des « écarts de participation ». Comment les modalités d’implication dans les médias « respectent elles aussi certains styles et conventions » ?,

    Les auteur-e-s abordent les politiques de participation « suivant la couleur de peau et la classe sociale » (qu’en est-il du sexe ?), l’illusion de la diversité

    Chapitre IV : « Apprentissage et littératie ». L’apprentissage comme effet secondaire de la production créative, les effets de la collaboration ou de la coopération, les toujours situés apprentissages, la littératie comme aptitude à interagir

    La cinquième partie traite de la « culture commerciale », le focus technologique (un vrai fétichisme), les outils qui renforcent les inégalités, les liens entre néolibéralisme et libertarien-ne-s, le web 2.0, le gaming et le mobile, la disparité des motivations, les problèmes de financement

    Ce qui pose bien évidement les questions de « démocratie, engagement civique et activisme » (chapitreVI), les groupes (les auteur-e-s parlent de communautés) d’apprentissage informel, la pensée d’alternatives, le « pouvoir en réseau », les buycotts, les propres conditions des jeunes, les espaces sécurisés, les autres formes de la politique…

    Je trouve intéressant dans la critique par Didier Epsztajn la confrontation entre l’approche aux Etats-Unis, telle qu’elle est développée par le livre et la tradition militante d’opposition que l’on connaît en France. Il y a un autre enjeu de la culture participative, qui mériterait d’être plus souvent débattu, c’est celui de la mondialité. Alors que les réseaux couvrent la planète, les débats sont toujours orientés par les conditions du débat aux endroits d’où sont émises les idées.

    Je reste dubitatif sur des notions comme « empowerment », « agentivité », (si les rapports sociaux ont des effets matériels puissants, ils ne sont pas pour autant des cages de fer closes, ils comportent toujours des contradictions, et les individu-e-s n’y sont jamais réduit-e-s simplement à les subir ; pour le dire autrement les êtres humains construisent leurs histoires sous contraintes), « subculture », « libertarien », l’enseignements des mathématiques de façon concrète…

    Je regrette que les prismes de classe, du genre et des processus de racisation dans la culture, les pratiques et les sociabilités ne soient pas systématisées. Il ne suffit pas d’indiquer que l’âge est la forme la moins reconnue « parmi les diverses dominations structurelles telles que la couleur de la peau, la classe sociale et le sexe », ni seulement traiter de la « politique de participation » suivant ces divisions sociales.

    #Culture_Participative #Didier_Epsztajn #danah_boyd #Mimi_Ito #Henry_Jenkins #C&F_éditions

  • Qu’est-ce que la culture participative ? | InaGlobal
    http://www.inaglobal.fr/numerique/note-de-lecture/henry-jenkins-mizuko-ito-danah-boyd/participatory-culture-networked-era/qu?tq=7

    Lecture critique du livre « Culture participative » par Mélanie Bourdaa

    Qu’est-ce que la culture participative à l’ère numérique ? Cette question a servi de fil rouge à une stimulante discussion entre trois des meilleurs chercheurs sur les études de fans et les pratiques numériques : Henry Jenkins (théoricien du transmédia), Mizuko Ito (anthropologue culturelle) et danah boyd (chercheuse chez Microsoft Research).

    Les trois auteurs, qui ont travaillé sur le projet « Initiative pour les médias numériques et l’apprentissage de la MacArthur Foundation », ont, des mois durant, tenu chez Mimi Ito une longue conversation, reproduite dans ce livre. Les trois auteurs y proposent de nouvelles approches et de nouveaux terrains, « une intersection entre les pratiques des jeunes publics, la culture de la participation, et les technologies digitales et connectées » (p. vii).

    Cet ouvrage, fait de conversations entre trois chercheurs, est fondamental pour comprendre la notion de la culture de la participation. Loin d’être techno-déterminée, celle-ci met l’accent sur la collaboration, le partage de valeurs et de normes et un engagement collectif dans des projets communs. Cette notion est toutefois en constante évolution : « [il s’agit] un concept évolutif qui doit toujours s’appréhender en relation avec des pratiques et des normes existantes » (p. 186) et notamment les pratiques et les activités de fans.

    #Culture_participative #Henry_Jenkins #Mimi_Ito #danah_boyd
    #C&Féditions

  • Etre fan avant Internet : dans la galaxie des premiers fans de « Star Trek »
    http://abonnes.lemonde.fr/pixels/article/2017/09/24/etre-fan-avant-internet-dans-la-galaxie-des-premiers-fans-de-star-tr

    Je ne voulais pas recopier l’article en entier... mais il est tellement bien que j’en ai gardé une large partie.

    Voici un exemple de la « culture participative » tel que Henry Jenkins, Mimi Ito et danah boyd en parlent dans leur livre : autour d’une production culturelle commerciale créer des oeuvres nouvelles et surtout des communautés.

    « Les fans, avant Internet ? Des lettres, des lettres et le téléphone ! », s’exclame en riant Devra Langsam. Fan de Star Trek depuis le début de la diffusion, en 1966, la jeune Américaine brune aux lunettes rondes de l’époque a aujourd’hui le souffle court et les cheveux gris. Elle s’est au fil du temps éloignée des autres fans, n’a pas accroché avec le Web, et la nouvelle série Star Trek Discovery, qui démarre dimanche 24 septembre sur la chaîne américaine CBS, ne l’attire pas vraiment.

    « J’ai commencé à regarder Star Trek quand j’avais 23 ans, explique-t-elle sans nostalgie. Les personnages en avaient 30, ils étaient matures. Aujourd’hui, j’ai 73 ans : je les regarde et je me dis “ce sont des bébés !”. J’ai beaucoup plus de mal à m’intéresser à ce qui leur arrive. » Ce qui ne l’empêche pas de raconter avec passion les débuts de ce qui sonne dans sa bouche comme un âge d’or pour les fans. Car ce sont eux, les fans de Star Trek, qui ont permis de définir le fandom moderne — les communautés de fans qui aujourd’hui pullulent sur Internet.

    C’est en 1967, alors que Star Trek n’a qu’un an, que commence cette histoire. Nous sommes en septembre, à la Worldcon, une convention américaine de science-fiction qui existe depuis 1939. Devra Langsam, Ruth Berman et Eleanor Arnason ont imprimé Spockanalia, le tout premier fanzine — magazine réalisé par des fans — uniquement sur la série.

    « Savez-vous ce qu’est un miméographe ?, demande Devra Langsam, presque rhétoriquement. C’est une machine à imprimer portable — énorme bien sûr si on la compare à celles d’aujourd’hui. Elle était équipée d’un écran et d’une pompe qui imprimait l’encre sur le papier. A l’époque, on en trouvait dans toutes les écoles, les églises ou les bureaux. Avec Ruth, nous avons demandé à l’école de nous imprimer Spockanalia. »

    Ce premier fanzine contient une lettre de Leonard Nimoy — l’acteur qui interprète Spock —, des fanfictions (histoires écrites par des fans), mais aussi des articles d’analyse ou de réflexion sur les personnages.

    Mais même sans s’engager dans la lourde tâche de l’édition de fanzine, être fan à cette époque comporte aussi son lot de complications… Ne serait-ce que pour regarder la série elle-même. Si aujourd’hui, un épisode peut, dès sa diffusion, être vu et revu à l’infini, analysé et décortiqué à l’extrême par les fans, ce n’est pas le cas dans les années 1960. Il n’est pas encore possible d’enregistrer, par exemple, l’enregistreur n’est inventé qu’en 1972. Manquer un épisode signifie qu’il faut attendre parfois plusieurs années pour une rediffusion.

    Pour faire connaissance entre fans, la tâche est encore plus ardue. En 1969, les fans distribuent des tracts ou des newsletters dans la rue. « La réaction des gens était très simple, raconte Devra Langsam. Le plus souvent, on avait un “désolé, je ne suis pas intéressé” et parfois un “oh mon dieu ! C’est Spock !” Là, on savait qu’on avait atteint la bonne personne. »

    Jacqueline Lichtenberg est une autre des premières fans de la série. Auteure de science-fiction et docteure en chimie, elle a participé à l’écriture de Star Trek Lives !, le premier essai sur les fans de Star Trek, paru en 1975. Aujourd’hui âgée de 75 ans, elle est toujours accro à la série et adore se servir de Facebook pour communiquer avec d’autres fans. Au début des années 1970, toutefois, c’était par la poste qu’elle établissait le lien entre les fans de la côte est et ceux la côte ouest :

    L’engouement pour la série a été tel que la première convention, organisée en 1971 par Devra Langsam, qui pensait initialement recevoir quelques centaines de participants, s’est retrouvée prise d’assaut par plus de trois mille quatre cents visiteurs, une exposition
    organisée par la NASA et des membres du casting.

    Pour Pascal Laus, administrateur du site belge USS-Saga, l’histoire de Star Trek n’est toutefois pas restée longtemps dissociée d’Internet : « La série a toujours appelé un profil type de spectateur qui était souvent très technicien. On avait des astrophysiciens, des mathématiciens, des physiciens… Très vite, les gens ont commencé à utiliser les Bulletin Board System [BBS], reliés à la ligne téléphonique, apparus à la fin des années 1970 pour échanger sur la série. » Les BBS sont les ancêtres des forums de discussion, l’un des tout premiers espaces de discussion numérique.

    « Lorsque Internet est arrivé, il n’y a pas eu de transition, confirme Jacqueline Lichtenberg du côté américain. C’était facile. Cela faisait déjà bien longtemps que nous savions toutes taper sur un clavier. » Et en France ? Corinne Le Guern répond sans hésitation : « Les fans d’avant Internet ? Ils avaient le Minitel ! »❞

    #Culture_participative #Star_Trek #Fanfiction #Fanzines

  • [c&f] Les DREAMERs aux États-Unis, Superman et la culture participative

    [lettre d’information de C&F éditions du 6 septembre 2017]

    Bonjour,

    Il est rare que je vous envoie deux messages la même semaine. Mais l’actualité vient de nouveau de percuter nos projets éditoriaux.

    Donald Trump vient de rejeter le droit des enfants de migrants nés ou arrivés très jeunes aux États-Unis à y vivre et y rester, alors que ce pays est pourtant le seul qu’ils ou elles aient connu. On parle d’eux comme étant les DREAMERs, jeu de mot entre le projet de loi les protégeant débattu dans les années 2000 (le DREAM Act : Loi pour le développement, le soutien et l’éducation des mineurs étrangers, initialement proposée en 2001) et le fait de les considérer comme "les enfants du rêve" : devenir américains.

    Or ces DREAMERs, par le style de leur mobilisation et par leurs usages de l’internet et de la culture populaire sont siouvent débattus et présentés dans le prochain livre de C&F éditions à paraître fin septembre.

    Ce livre est une conversation entre trois grand chercheurs spécialistes des médias et des usages de l’internet : Henry Jenkins, Mizuko Ito et danah boyd. Son titre : « Culture participative : Une conversation sur la jeunesse, l’éducation et l’action dans un monde connecté »

    Plus de nouvelles à venir bientôt, mais pour l’instant un extrait du livre qui parle de ces DREAMERs, de l’immigration et de la culture populaire des États-Unis.

    Attention : ce teaser ne doit pas dédouaner notre propre pays de sa politique dramatique envers les migrants en général et les mineurs en particulier. Il nous montre au contraire la fluidité mondiale des idées nocives... en espérant que la mobilisation (et les succès jusqu’à la remise en cause intervenue hier) des jeunes migrants des États-Unis donnent des idées et des perspectives aux jeunes migrants d’Europe.

    Bonne lecture,

    Hervé Le Crosnier

    –--------------------------------------
    Extraits de deux interventions d’Henry Jenkins dans le livre à paraître
    « Culture participative : Une conversation sur la jeunesse, l’éducation et l’action dans un monde connecté » C&F éditions
    –--------------------------------------

    Nous observons certaines similarités au niveau des vecteurs de motivation et de mobilisation. Les jeunes les plus politisés ont souvent un côté artistique prononcé. Ils apprennent à produire et à partager des médias. Et même les groupes qui semblent incarner des politiques identitaires relativement traditionnelles – les activistes pro-DREAM, les musulmans américains – utilisent des points de référence issus de la culture populaire pour décrire leur identité et leurs objectifs politiques. L’activisme des fans ne constitue pas forcément un nouveau modèle pour les changements sociétaux, mais l’appropriation et le remix du contenu médiatique sont devenus des tactiques largement répandues chez les différents mouvements politiques de jeunes.

    En observant ces espaces, nous voyons surgir un nouveau type de rhétorique, destiné à stimuler l’imaginaire civique des participants, qui sied parfaitement à cette génération d’activistes. La jeunesse s’est souvent sentie exclue par le langage des « conseillers politiques » ou des « décideurs technocratiques » employé dans les organisations plus traditionnelles. Ces experts s’imaginent que leurs partisans sont déjà très investis dans le processus politique et qu’ils connaissent les rouages du système. Ils fondent la politique sur des connaissances spécialisées, ce qui la coupe des réalités de la vie quotidienne.

    Les nouveaux styles de politique participative empruntent à ce que les jeunes connaissent déjà en tant que fans, consommateurs et membres des réseaux sociaux. Ils s’appuient sur ce capital culturel populaire comme point de départ de l’action politique. Nous espérons que ce nouveau modèle pourra aider les exclus de la politique à trouver leur chemin vers une participation pleine et entière. [...]

    Je suis très intéressé par le rôle que joue le mythe du super-héros chez les DREAMers.

    Durant l’été 2011, Superman a renoncé à sa citoyenneté américaine en déclarant qu’il ne se battrait plus seulement pour le « mode de vie américain », mais aussi pour la justice mondiale. Bien que cet événement se déroule dans l’univers alternatif d’une bande dessinée publiée par DC et qu’il n’affecte pas la continuité de la saga Superman, les animateurs de radio et les leaders politiques conservateurs se sont indignés et ont hurlé à l’antipatriotisme.

    Les activistes pro-DREAM ont alors rétorqué : « Quand Superman est-il jamais devenu citoyen américain ? ». S’il y a eu un jour un « étranger en situation irrégulière », c’est bien Kal-El de Krypton, que ses parents envoient sur un autre monde en quête d’une vie meilleure, qui traverse la frontière au milieu de la nuit, qui atterrit près de Smallville et qui finit adopté par une famille d’Américains d’origine européenne. Il masque sa véritable identité et passe le restant de ses jours à se cacher. Il est néanmoins suffisamment généreux pour se mettre au service du peuple d’Amérique, alors qu’il n’est jamais vraiment en mesure de s’affirmer Américain.

    Ce recadrage constitue donc un moyen parfaitement efficace pour déconstruire et réécrire le mythe de Superman. Il vient bouleverser la perception de la vie de l’immigré et permet aux gens d’associer le combat pour les droits des immigrants à un récit dans lequel beaucoup d’entre nous sont déjà investis. Il relie également notre lutte actuelle en faveur des jeunes sans-papiers à une histoire plus globale de l’immigration en Amérique. L’histoire de Superman fut créée par deux étudiants d’Europe de l’Est issus de la première génération et vivant à Cleveland, dans l’Ohio. Superman était dès le départ un récit classique d’immigration, et les DREAMers rappellent cette analogie sur soixante-dix années d’histoire culturelle.

    #C&Féditions #Henry_Jenkins #Culture_participative #Superman #DREAMERs

  • If SoundCloud Disappears, What Happens to Its Music Culture? - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/08/01/magazine/if-soundcloud-disappears-what-happens-to-its-music-culture.html?_r=0

    After the layoffs, the technology blog TechCrunch published a report claiming that SoundCloud had enough money to finance itself for only 80 days. Though the company disputed the report, the possibility that SoundCloud might disappear sent a shock through the web. Data hoarders began trying to download the bulk of the service’s public archive in order to preserve it. Musicians like deadmau5, a Canadian electronic-music producer, tossed out suggestions on Twitter for how the company could save the service. Chance the Rapper tweeted: ‘‘I’m working on the SoundCloud thing.’’

    Since its start in 2008, SoundCloud has been a digital space for diverse music cultures to flourish, far beyond the influence of mainstream label trends. For lesser-known artists, it has been a place where you can attract the attention of fans and the record industry without having to work the usual channels. There is now a huge roster of successful artists who first emerged on SoundCloud, including the R.&B. singer Kehlani, the electronic musician Ta-Ha, the pop musician Dylan Brady and the rapper Lil Yachty, to name just a few.

    The death of SoundCloud, then, would mean more than the sunsetting of a service: It could mean the erasure of a decade of internet sound culture, says Jace Clayton, a musician and the author of ‘‘Uproot: Travels in 21st-Century Music and Digital Culture.’’ He reminded me of an online music service called imeem, which MySpace bought in 2009 in the hope of absorbing its 16 million users into its own platform. But the struggling service shut down, and all the music uploaded and shared to it was lost, including what Clayton recalls to be a very eclectic subset of black Chicago house music. ‘‘What does it mean if someone can delete hundreds and thousands of hours of sound culture overnight?’’ he asked.

    SoundCloud always let me get lost in a warren of music that I’d never heard — or even heard of — before. Once, it was Japanese trap songs. Another time it was Ethiopian jazz music. It somehow manages to evoke some of the most appealing features of offline music culture, like browsing through bins in a record store or catching indie acts at an underground club.

    SoundCloud took a community-first approach to building its business, prioritizing finding artists to post on its service over making deals with music labels to license their music, the approach taken by Spotify. The music industry was still in the process of adapting to a digital ecosystem when SoundCloud emerged; illegal file-sharing was rampant. But when the industry finally began squelching unauthorized distribution of artists’ tracks, SoundCloud was hit hard. D.J.s were also told to take down mixes of songs they didn’t own the rights to, and many of the remixes the site was known for were removed. SoundCloud ‘‘was very much built in the dot-com-era mentality of building an audience and then finding a way to make money,’’ Mark Mulligan, a music-industry analyst, told me. SoundCloud struggled to monetize the service. Artists who paid to be featured on the site balked at having ads run against their music, and when the company introduced its own version of a subscription service, called Go, the response was tepid. How do you persuade people who have been using your services free to start paying $5 or $10 a month?

    For the most part, streaming services feel sterile and devoid of community. Spotify, Tidal and even YouTube to a degree are vast and rich troves of music, but they primarily function as search engines organized by algorithms. You typically have to know what you’re looking for in order to find it. They have tried to remedy that drawback with customized playlists, but still they feel devoid of a human touch. Serendipity is rare.
    By contrast, the most successful online communities, like SoundCloud, have the feel of public spaces, where everyone can contribute to the culture. They feel as if they belong to the community that sustains them. But of course that’s not how it works. In ‘‘Who Owns Culture?,’’ Susan Scafidi writes: ‘‘Community-generated art forms have tremendous economic and social value — yet most source communities have little control over them.’’

    #Musique #SoundCloud #Streaming #Culture_Participative

  • Cultural Anthropologist Mimi Ito on Connected Learning, Children, and Digital Media - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=xuV7zcXigAI

    Ajoutée le 4 août 2011

    Mimi Ito is a cultural anthropologist and expert in the field of digital media and learning, focusing on children and youth’s changing relationships to media and communications. She recently completed the Digital Youth Project, a landmark study supported by the MacArthur Foundation of the ways youth use new media. In September 2010, she was appointed as the John D. and Catherine T. MacArthur Foundation Chair in Digital Media and Learning at UC Irvine.

    Ito emphasizes the need to put aside prejudices against new media in order to harness their potential as learning tools: “I think there’s a more general perception in the culture around new media [...] that it is inherently a space that is hostile to learning. And that’s a perception that I think we really need to work against.” (4:46) “We know that the learning outside of school matters tremendously for the learning in school. [...] The question is: how can we be more active about linking those two together?” she adds. (5:33)

    Mimi Ito is a Professor in Residence at the Department of Anthropology and the Department of Informatics at the University of California, Irvine, and serves as Research Director of the Digital Media and Learning Research Hub in the system-wide University of California Humanities Research Institute. To find out more about the Connected Learning focus of the Digital Media and Learning Research Hub, please visit http://connectedlearning.tv/what-is-c....

    #Mimi_Ito #Education #Culture_participative

  • Henry Jenkins explique sa vision du transmedia et de l’engagement des publics. – Transmedia Lab
    http://www.transmedialab.org/autre/henry-jenkins-explique-sa-vision-du-transmedia-et-de-lengagement-des-

    Pour Henry Jenkins, cinq logiques contribuent à l’émergence du transmedia et au phénomène de participation accrue des fans :

    – La logique de divertissement, symbolisée dans les grilles de programmation américaines par la diffusion des séries télé et des émissions de télé-réalité ;
    – La logique de la connexion sociale, mise en avant par les votes et les discussions sur les réseaux sociaux ;
    – La logique de l’expert, qui prend forme dans l’intelligence collective (Levy, 1997) mise en œuvre par les fans pour créer, produire et discuter. Henry Jenkins donne les exemples des créations des sites de fans de Twin Peaks et du Wiki de Lost (Lostpedia) qui rassemblent dans les deux cas des articles rédigés par les fans permettant de mieux comprendre les deux séries ;
    – La logique de l’immersion, qui favorise quant à elle la participation. Par exemple, pour la cérémonie des Oscars, plusieurs dispositifs interactifs permettent aux fans de s’immerger dans la cérémonie et de se fédérer autour d’une communauté ;
    – La logique de l’identification, qui permet aux fans de performer une identité en fonction de ce qu’ils regardent.

    Du côté des fans, immergés dans un univers narratif complet, ils s’attachent à produire eux-mêmes leurs propres extensions transmedia, dans ce que Jenkins appelle le phénomène de performance. Par exemple, les fans de Lost ont réussi à recréer une carte de l’île invisible à l’œil nu dans la série, ce qui a permis de cartographier les lieux et les déplacements des personnages. Les fans de Glee, quant à eux, re-performent les chansons et chorégraphies des épisodes pour les poster et les partager sur des plateformes telles YouTube. Enfin, les fans de Star Wars ont réalisé Star Wars uncut, un collage de plusieurs séquences filmées par les fans et mises bout à bout pour recréer le film entier.

    Il a précisé plusieurs points, terminologiques et culturels. Tout d’abord, il parle de circulation des contenus par les fans, et non de distribution qui selon lui, est l’apanage des industries culturelles. Ensuite, il préfère le terme » propagation » (spreadable) au terme » viral » qui recouvre selon lui une idée de contagion et d’infection. Enfin, il rejette la qualification de » pirates » pour ces fans qui se réapproprient le contenu et qui le re-diffusent dans les communautés.

    #Henry_Jenkins #Culture_participative #Culture_fan

  • La participation médiatique selon Henry Jenkins (note critique) | Cairn.info
    https://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2009-1-page-213.htm

    Lecture critique de l’ouvrage d’Henry Jenkins Convergence culture .

    Si Jenkins ne parle ni d’une convergence économique (c’est-à-dire d’une tendance au rapprochement des entreprises de médias), ni d’une convergence technologique (c’est-à-dire d’un futur où tous nos terminaux médiatiques seraient rassemblés en un seul), c’est parce qu’il se concentre d’abord sur les usages des consommateurs de médias. Dans une version préliminaire de sa réflexion, il avait même défini la convergence par un certain nombre d’« opérations de base » que les spectateurs, à l’aide de leurs appareils technologiques (télévision, ordinateur, mais aussi magnétoscope, caméscope, photocopieur…), peuvent aujourd’hui réaliser à partir des produits médiatiques qu’ils reçoivent : « archiving », « annotation », « emotional investment », « appropriation and transformation », « recirculation », « participation », ou encore « virtual community » (Jenkins, 2002, pp. 348-351).

    L’autre implication analytique de la définition de la convergence réside dans le croisement des logiques « bottom-up » – les initiatives issues des consommateurs – et des logiques « top-down » – qui partent des producteurs et des diffuseurs de médias vers les publics. Toutes ces réappropriations et tous ces engagements des amateurs n’auraient en effet pas été possibles sans les industries culturelles. Si les amateurs peuvent se saisir plus facilement des contenus, c’est bien parce que ces derniers circulent davantage entre les médias, ce qui peut prendre des formes extrêmes, comme lorsque la compréhension d’un produit médiatique nécessite le croisement de plusieurs supports.

    Pour Jenkins, la convergence devient dès lors le cadre de développement d’une « culture participative » (« participatory culture »). Il défend cette idée depuis ses travaux sur les fans et la définit comme la « culture dans laquelle les fans et d’autres consommateurs sont invités à participer activement à la création et à la circulation de nouveaux contenus » (p. 290). Malgré leur migration vers Internet, ces groupes de spectateurs particuliers n’en restent pas moins des collectifs dont le fonctionnement est aussi étudié par Jenkins – qui sur ce point mène souvent un travail à proprement parler sociologique.

    #Henry_Jenkins #Culture_de_la_convergence #Culture_participative

  • TEDxNYED - Henry Jenkins - 03/06/10 - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=AFCLKa0XRlw

    Une vidéo de Henry Jenkins lors d’un TEDx à New York en 2010. Sur l’usage de la culture populaire pour se mobiliser dans des actions civiques.

    Ajoutée le 13 avr. 2010

    Henry Jenkins joins USC from the Massachusetts Institute of Technology, where he was Peter de Florez Professor in the Humanities. He directed MITs Comparative Media Studies graduate degree program from 1993-2009, setting an innovative research agenda during a time of fundamental change in communication, journalism and entertainment. As one of the first media scholars to chart the changing role of the audience in an environment of increasingly pervasive digital content, Jenkins has been at the forefront of understanding the effects of participatory media on society, politics and culture. His research gives key insights to the success of social-networking Web sites, networked computer games, online fan communities and other advocacy organizations, and emerging news media outlets.

    #Henry_Jenkins #Culture_Participative

  • Les mèmes sont devenus un objet d’étude
    http://abonnes.lemonde.fr/sciences/article/2016/06/06/les-memes-sont-devenus-un-objet-d-etude_4939206_1650684.html

    Pour mieux appréhender ce concept, une nouvelle collection universitaire de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne propose ce bref ouvrage à la construction assez hétérogène. Il mêle en effet textes et images, essais et interviews, lexiques et graphiques, bibliographie et batterie de questions. L’intérêt est de croiser sur ce sujet les ­regards académiques d’anthropologues et de sociologues comme de spécialistes de sciences plus dures.

    #mèmes #culture_participative

  • Le club de lecture Harry Potter est ouvert
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/le-club-de-lecture-harry-potter-est-ouvert/83419

    Tous à vos livres ! Le Wizarding World Book Club est à présent officiellement ouvert. Organisé par Pottemore, le club réunit déjà des milliers de lecteurs, qui pourront partager leurs idées et leurs souvenirs sur différents thèmes traités dans les livres de la série. Le site qui rassemble la communauté des fans de Harry Potter pousse ainsi un peu plus loin l’expérience de lecture.

    Une initiative qui « répond à une forte demande » de la part des fans, comme l’a expliqué Henriette Stuart-Reckling, directrice mondiale du numérique de Pottermore, dans un communiqué de presse. « Le club offre une opportunité incroyable aux fans de Harry Potter de partager leurs opinions quant à des scènes clés, des parties de l’intrigue, les motivations et les personnages de la série, au sein d’une grande communauté internationale. »

    #Culture_participative #Culture_fan #fandom