#d

  • Why return from Europe is causing problems for The Gambia

    Roughly 38,500 Gambians left the country through ‘irregular’ means between 2013 and 2017. Today, almost every family has ties abroad. The influx of immigrants to Europe and elsewhere was caused by political oppression under the long-serving former president Yahya Jammeh. His oppressive politics also severely affected the economic prospects of The Gambia’s young population.

    As a result, a large number of citizens, mostly young men, sought asylum in Europe. But very few have been allowed to stay. Even more were turned away when Jammeh was toppled after elections in 2017 and the country returned to democracy. More recently, there has been a big push from European Union (EU) member states to return failed asylum seekers back home to The Gambia.

    The question of returns is particularly volatile in the west African nation of 2 million people, reflected in the country’s and European press.

    A slight increase in Gambian deportations began in November 2018 after the EU and the government agreed on a ‘good practice’ agreement for efficient return procedures.

    This intensified cooperation became possible due to the governmental change in 2017, with President Adama Barrow becoming President after the elections, as we found in our research on the political economy of migration governance in The Gambia.

    Despite initial cooperation with the EU on returns, in March 2019 Barrow’s government imposed a moratorium on any further deportations of its nationals from the EU. After a standoff of several months, the moratorium has now been lifted. Though only temporary, the moratorium was an important tool for the government to manage problems with its domestic legitimacy.
    Relationship challenges

    Jammeh’s ousting ended years of severe repression and corruption that had discouraged donor countries from cooperating with The Gambia. When he left, the country quickly established positive relations with the EU which has become its most important development partner. It provides €55 million in budgetary support and runs three projects to address the root causes of destabilisation, forced displacement and irregular migration. But the moratorium was a stress test for this new relationship.

    Before the moratorium was imposed in March 2019, the government had started to tentatively cooperate with the EU on return matters. For example, it sent regular missions to Europe to issue nationals with identification documents to facilitate their return.

    Relations began to sour when European governments increased returns in a way that authorities in The Gambia viewed as inconsistent with the ‘good practice’ agreement. The agreement stipulates that return numbers should not overstretch the country’s capacity to receive returnees. It also states that adequate notice must be given before asylum seekers are returned. Both of these provisions were allegedly breached.
    Problems at home

    The incoming returns quickly led to heated debates among the population and on social media. The rumblings peaked in February 2019 with one particular return flight from Germany. Authorities in Banjul claimed they had not been well informed about it and initially refused entry. Public demonstrations followed in March. The moratorium, which European partners had already been notified about, was declared shortly afterwards.

    The moratorium can be linked to diplomatic and technical inefficiencies, but it is also based on a more fundamental problem for Barrow’s government. By cooperating with the EU on returns, they risk their domestic legitimacy because by and large, most Gambians in Europe do not want to return home.

    The initial euphoria that surrounded the democratic transition is wearing off. Many reform processes such as in the security sector and in the media environment are dragging. The economic situation of many has not improved. Allowing more deportations from the EU is perceived as betrayal by many migrants and their families.

    The government is frequently suspected to play an active role in returns and is accused of witholding information about their dealings with the EU and member states like Germany. Incidentally, President Barrow is currently seeking to extend his rule beyond the three-year transition period originally agreed upon, ending in January 2020. Opposition to these plans is widespread.

    In these politically tense times, pressing a pause button on returns fulfilled a symbolic function by defending Gambians against foreign national interests. The recent lifting of the moratorium is politically very risky. It paves the way for more of the deeply unpopular chartered return operations.

    What next?

    On the whole, The Gambia has little room to manoeuvre. It is highly dependent on the EU’s goodwill and financial support for its reforms process. In line with the development focus of the EU, the position of the government is to prepare the ground for more “humane” repatriations, which will need more time and joint efforts.

    This would include better and more comprehensive reintegration opportunities for returned migrants. Reintegration is already the focus of various projects funded by the European Union Trust Fund. Programmes like the International Organisation for Migration’s ‘Post-Arrival Reintegration Assistance’ for returnees from Europe are up and running. However, they only serve a limited number of returnees and cannot meet all their needs.

    It is important to note that the role of the Gambian state in providing reintegration support has been marginal.

    With the lifting of the moratorium EU-Gambia cooperation stands at a crossroads. If EU member states maintain their hardline returnee approach The Gambia’s new government will continue to struggle with its legitimacy challenges. This could potentially jeopardise democratisation efforts.

    In the alternative, the EU could take a more cooperative stance by working on more holistic, development-oriented solutions. A starting point would be to move away from plans to return high numbers of failed asylum seekers. Sending back large numbers of migrants has never been feasible.

    The Gambian government will be more honest about its migration dealings with the EU if the agreements are fair and practical. Most importantly, if Gambians had access to fair and practical migration pathways this would lessen cases of irregular migration, which continue to remain high.

    Without a greater share of legal migration, the issue of return will continue to be particularly contentious.

    https://theconversation.com/why-return-from-europe-is-causing-problems-for-the-gambia-124036
    #Gambie #retour #renvois #expulsions #réfugiés_gambiens #développement #coopération_au_développement #aide_au_développement #conditionnalité_de_l'aide #Allemagne #moratoire #réintégration #European_Union_Trust_Fund #Trust_Fund #Post-Arrival_Reintegration_Assistance #OIM #IOM
    ping @karine4 @_kg_

    J’ai ajouté « #deportees » dans la liste des #mots autour de la migration :
    https://seenthis.net/messages/414225
    Et plus précisément ici : https://seenthis.net/messages/414225#message812066
    #terminologie #vocabulaire
    ping @sinehebdo

    Ajouté à la métaliste développement-migrations, autour de la conditionnalité de l’aide :
    https://seenthis.net/messages/733358#message768701

  • La Suisse a désormais sa loi contre l’homophobie

    Le Conseil national a entériné lundi l’extension de la norme antiraciste aux #discriminations fondées sur l’#orientation_sexuelle, un projet porté par le député socialiste Mathias Reynard. Les personnes intersexes et transgenres ne seront toutefois pas mieux protégées.

    Comme la France, l’Autriche, les Pays-Bas et le Danemark, la Suisse punira désormais pénalement l’homophobie. Après le Conseil des Etats (Chambre haute) la semaine dernière, le Conseil national (Chambre basse du Parlement) a entériné lundi l’initiative parlementaire du député socialiste Mathias Reynard. Le texte prévoit de compléter l’article 261bis du Code pénal, appelé « norme antiraciste », avec les discriminations basées sur l’orientation sexuelle.

    L’homophobie pourra ainsi être combattue au même titre que le racisme. Par exemple, une personne qui affirme publiquement « Tous les homos doivent être enfermés dans des camps ! » pourra être sanctionnée pénalement, ce qui n’était pas le cas par le passé. Les agressions physiques à caractère homophobe pourront aussi être enregistrées en tant que telles. Cela permettra de répondre à l’une des revendications des organisations de défense des LGBTIQ, soit d’avoir des statistiques sur l’homophobie :
    L’auteur d’une infraction à la norme antiraciste risque une peine allant jusqu’à 3 ans de prison. Comme les infractions à la norme antiraciste sont poursuivies d’office, les autorités devront intervenir dès qu’elles ont connaissance d’actes de haine et de discriminations en raison de l’orientation sexuelle. Les associations continueront en revanche d’être privées de la qualité de partie et de voies de recours.

    L’identité de genre jugée « trop floue »

    Le Parlement a toutefois refusé d’ajouter les discriminations pénales basées sur l’identité de genre, c’est-à-dire à l’égard des personnes transgenres ou intersexes. La majorité des élus a estimé que l’identité de genre était une notion « trop floue ». Certains ont questionné la nécessité d’allonger la liste des discriminations. « Devra-t-on encore inclure les handicapés, les régions linguistiques, les nationalités, l’obédience politique ? », a demandé le sénateur du Parti libéral radical (PLR / droite) Andrea Caroni.

    Si les associations de défense des droits des LGBTIQ saluent l’extension de la norme pénale contre le racisme, elles déplorent une décision qui « exclue les personnes intersexes et transgenres et les marginalise encore davantage. » « L’article 261 bis ne sera pas complet tant qu’il ne condamne pas les discriminations basées sur l’identité de genre », estime Alecs Recher, responsable juridique de Transgender Network Switzerland (TGNS).

    « Le verre à moitié plein »

    L’auteur de l’interpellation Mathias Reynard, interviewé par le quotidien 24 heures, a toutefois estimé qu’il était « difficile d’aller plus loin avec le Parlement actuel ». Il ajoute également que « selon certains juristes, cet article pourra être utilisé en cas d’agression transphobe » et que les tribunaux pourraient en faire une interprétation large.

    Le socialiste souhaite « voir le verre à moitié plein ». « L’homophobie ne sera plus considérée comme une opinion. Ce n’est pas une opinion mais un délit. C’est comme d’être raciste », a-t-il commenté à la Radio Télévision Suisse (RTS).


    https://www.swissinfo.ch/fre/extension-de-la-norme-antiraciste_la-suisse-a-d%C3%A9sormais-sa-loi-contre-l-homophobie/44591250
    #loi #Suisse #homophobie #anti-homophobie #identité_de_genre

  • Asile, #relocalisation et #retour des migrants : il est temps de renforcer la lutte contre les disparités entre les objectifs et les résultats

    Dans le cadre de l’audit objet du présent rapport, nous avons cherché à déterminer si le soutien en faveur de la Grèce et de l’Italie financé par l’UE a permis à cette dernière d’atteindre ses objectifs et si les procédures d’asile et de retour étaient efficaces et rapides. Nous avons également vérifié si les valeurs cibles et les objectifs des programmes temporaires de #relocalisation d’urgence avaient été atteints. Nous concluons qu’il existe des disparités entre les objectifs du soutien de l’UE et les résultats obtenus. Les valeurs cibles des programmes de #relocalisation_d'urgence n’ont pas été atteintes. Bien que les capacités des autorités grecques et italiennes aient augmenté, la mise en oeuvre des procédures d’asile continue à pâtir de longs délais de traitement et à présenter des goulets d’étranglement. Comme pour le reste de l’UE, les retours de migrants effectués depuis la Grèce et l’Italie sont peu nombreux pour les raisons que nous exposons dans le présent rapport.

    https://www.eca.europa.eu/fr/Pages/DocItem.aspx?did=51988
    #audit #cour_des_comptes #asile #migrations #réfugiés #EU #UE #Grèce #Italie #aide_financière #procédure_d'asile #expulsions #renvois ##cour_des_comptes_européenne #argent #budget

    Dans le rapport il y a plein de graphiques intéressants...

    Grèce :

    Italie :

    ping @isskein

    • La Cour des comptes de l’UE critique les disparités en matière de gestion des migrations en Grèce et en Italie

      Le 13 novembre 2019, la Cour des comptes de l’Union européenne (UE) publiait son rapport d’audit « Asile, relocalisation et retour des migrants : il est temps de renforcer la lutte contre les disparités entre les objectifs et les résultats ». Ce #rapport examine le soutien financier et opérationnel de l’UE en faveur de la Grèce et de l’Italie. Il évalue dans quelles mesures les objectifs ont été atteints et si les procédures d’asile et de retour étaient efficaces et rapides. Le rapport couvre la période 2015-2018. La Cour des comptes s’est intéressée à l’#accueil des requérants d’asile, à la procédure d’asile, au système #EURODAC et au fonctionnement du système #Dublin, aux #relocalisations des requérants d’asile vers d’autres pays de l’UE et enfin à l’efficacité des renvois vers les pays d’origine. Le rapport est truffé de recommandations qui vont inévitablement influencer les décisions des autorités suisses.

      Diminuer la pression sur la Grèce et l’Italie

      Selon les auditeurs, les mesures de l’UE visant à diminuer la pression migratoire sur la Grèce et l’Italie doivent être améliorées et intensifiées. Ils déplorent la lenteur excessive des procédures d’asile. En Italie, les demandes d’asile déposées en 2015 ont pris en moyenne quatre ans pour parvenir au stade du recours final, tandis que les demandeurs d’asile arrivant sur les îles grecques fin 2018 se voyaient attribuer une date limite pour les entretiens jusqu’en 2023.

      Parallèlement à l’accélération des procédures d’asile, les auditeurs recommandent d’améliorer les logements sur les #îles grecques, en particulier pour les nombreux requérants mineurs non accompagnés qui logent dans des conditions abominables. A ce sujet la Cour des comptes précisent ce qui suit :

      “À #Samos, nous avons visité la section du centre (#hotspot) réservée aux mineurs, qui consiste en sept conteneurs, abritant chacun une salle de bain et deux salles de séjour. Certains conteneurs n’avaient ni portes, ni fenêtres et n’étaient équipés ni de lits ni d’appareils de conditionnement de l’air. Chaque conteneur pouvait officiellement accueillir huit à dix mineurs, mais en hébergeait environ 16 non accompagnés, dont certains étaient même obligés de dormir par terre. Seuls des garçons séjournaient dans la section pour mineurs. Soixante-dix-huit mineurs non accompagnés étaient hébergés sous tente ou dans des maisons abandonnées situées à l’extérieur du point d’accès et devenues des annexes officieuses de celui-ci. Neuf filles non accompagnées dormaient au sol dans un conteneur de 10 m2 situé à côté du bureau de police, sans toilette ni douche.“

      Au moment de la publication du rapport, le maire de l’île de Samos Georgios Stantzos mentionnait l’audit et mettait en garde les autorités grecques contre les conséquences des conditions de vie « primitives » imposées aux réfugiés sur l’île.

      Trop de mouvements secondaires dans l’UE

      Concernant l’enregistrement des empreintes digitales dans le système EURODAC, la situation s’est beaucoup améliorée dans les centres hotspots en Italie et en Grèce. Cependant, entre 2015 et 2018, la Cour a remarqué un volume élevé de mouvements secondaires dans l’UE ce qui a rendu l’application du mécanisme de Dublin difficile. Les données EUROSTAT traduisent aussi de faibles taux de transferts Dublin qui s’expliquent selon les auditeurs, par la fuite ou la disparition des personnes concernées, des raisons humanitaires, des décisions de justice en suspens et des cas de regroupement familial (1).
      Les réinstallations très insatisfaisantes

      Les États membres de l’UE se sont juridiquement engagés à réinstaller 98 256 migrants, sur un objectif initial fixé à 160 000. Or seuls 34 705 ont été effectivement réinstallés (21 999 depuis la Grèce et 12 706 depuis l’Italie). Selon les auditeurs, la performance insuffisante de ces programmes s’explique surtout par le faible nombre de requérants potentiellement éligibles enregistrés en vue d’une relocalisation, surtout parce que les autorités grecques et italiennes ont eu de la peine à ‘identifier les candidats. Une fois les migrants enregistrés en vue d’une relocalisation, la solidarité à leur égard a mieux fonctionné. Les auditeurs ont cependant relevé un certain nombre de faiblesses opérationnelles dans le processus de relocalisation (2).

      Augmentation des renvois vers les pays d’origines

      Pour la Cour des comptes, le fossé entre le nombre de décisions négatives et le nombre de renvois exécutés depuis la Grèce, l’Italie ou le reste de l’UE, est trop important. Le taux de renvois des ressortissants de pays tiers ayant reçu l’ordre de quitter l’UE était d’environ 40 % en 2018 et de 20 % en Grèce et en Italie. En s’inspirant de certains centres de renvois destinés aux personnes qui acceptent volontairement de rentrer vers leurs pays d’origine, la Cour des comptes recommande différentes mesures qui permettront de faciliter les renvois dont l’ouverture de nouveaux centres de détention et l’offre plus systématique de programmes de réintégration dans les pays d’origine.

      Conclusion

      Le rapport de la Cour des comptes de l’UE est une mine d’information pour comprendre le fonctionnement des centres hotspots en Grèce et en Italie. Globalement, sa lecture donne le sentiment que l’UE se dirige à grands pas vers une prolifération de centre hotspots, un raccourcissement des procédures d’asile et une armada de mesures facilitant l’exécution des renvois vers les pays d’origine.

      https://blogs.letemps.ch/jasmine-caye/2019/11/19/la-cour-des-comptes-de-lue-critique-les-disparites-en-matiere-de-gesti
      #mineurs_non_accompagnés #MNA #hotspots #empreintes_digitales #mouvements_secondaires

  • Anti-eviction map

    The Anti-Eviction Mapping Project is a data-visualization, data analysis, and #storytelling collective documenting the dispossession and resistance upon gentrifying landscapes. Primarily working in the #San_Francisco_Bay Area, #Los_Angeles, and #New_York_City, we are all volunteers producing digital maps, oral history work, film, murals, and community events. Working with a number of community partners and in solidarity with numerous housing movements, we study and visualize new entanglements of global capital, real estate, technocapitalism, and political economy. Our narrative oral history and video work centers the displacement of people and complex social worlds, but also modes of resistance. Maintaining antiracist and feminist analyses as well as decolonial methodology, the project creates tools and disseminates data contributing to collective resistance and movement building.


    https://www.antievictionmap.com
    #cartographie #cartographie_critique #cartographie_radicale #évacuation #résistance #gentrification #urban_matter #USA #Etats-Unis #histoires #histoire_orale #solidarité #logement #habitat #décolonial
    ping @karine4 @cede

  • Neige en Drôme Ardèche : « Personne ne se rend compte » de l’ampleur de la #crise
    https://www.francebleu.fr/infos/meteo/neige-en-drome-ardeche-personne-ne-se-rend-compte-de-l-ampleur-du-phenome

    Et en dehors de Drôme Ardèche et des zones concernées par ces lourdes chutes de neige, personne ne saisit l’ampleur du phénomène et de ses conséquences regrette la maire de la Motte-de-Galaure : « Non seulement personne ne se rend compte, mais le peu qui se rendent compte se moquent du peu de neige qu’on a eu et se demandent pourquoi on est dans cet état là après 10 cm ou 20 cm de neige. Et ça, c’est agaçant aussi pour nous. Mais il faut le remettre dans sa globalité. On est obligé de parler de #dérèglement climatique. Pourquoi on n’a pas eu de gel et tout à coup, on a 10 cm de neige sur des arbres qui n’ont pas perdu leurs feuilles, qui ont subi une sécheresse exceptionnelle et qui ont craqué comme ça ? Il y a tout cela aussi dont on ne prend pas la dimension. »

  • Lettre reçue du Chili le 14 novembre 2019
    « La lutte pour la vie s’est transformée en un mode de vie »

    https://lavoiedujaguar.net/Lettre-recue-du-Chili-le-14-novembre-2019-La-lutte-pour-la-vie-s-est

    L’État-capital en est réduit à une gestion de plus en plus répressive de la violence et ses chiens de garde n’hésitent pas à nous écraser dès que nous essayons de briser le joug de la marchandise. Les forces de l’ordre entrent en tirant dans les hôpitaux et les écoles, nous terrorisent dans nos maisons, nous font disparaître, nous emprisonnent, nous mutilent dans les rues. Le théâtre politique cherche à normaliser cette situation en utilisant les outils et les mécanismes de la démocratie. Il y a quelques jours, le Conseil de sécurité nationale, qui rassemble les plus hauts représentants de la dictature bureaucratique militarisée, a été convoqué pour organiser la répression et une série de projets de loi a été annoncée pour criminaliser les manifestations.

    Depuis le début, il s’agit d’une lutte tenace contre toute la logique du monde marchand. Les étudiants qui ont allumé la première étincelle de l’insurrection en refusant de payer ont affirmé la possibilité d’un nouveau mode de vie contre la barbarie économique. C’est pour cela que ce soulèvement a rapidement trouvé ses complices dans tous les territoires. (...)

    #Chili #soulèvement #répression #dictature #démocratie #politiciens #résistance #correspondance

  • Senators Press Amazon for Answers on Ring’s Sloppy Security Practices
    https://theintercept.com/2019/11/20/amazon-ring-security-senate

    This past year has been chock full of uncomfortable revelations about Ring, the surveillance social network and home security hardware company acquired by Amazon for a reported $800 million, including reports of potentially disastrous internal security practices, an apparent disregard for user privacy, and wave after wave of detail on secret partnerships with local police. Today, in a letter addressed to Amazon CEO Jeff Bezos, five Democratic senators are asking for an explanation, citing (...)

    #Ring #Amazon #Ring_ #sonnette #journalisme #écoutes #data #surveillance

  • How Neoliberal Thinkers Spawned Monsters They Never Imagined | naked capitalism
    https://www.nakedcapitalism.com/2019/11/how-neoliberal-thinkers-spawned-monsters-they-never-imagined.html

    We need to understand why reaction to the neoliberal economic sinking of the middle and working class has taken such a profoundly anti-democratic form. Why so much rage against democracy and in favor of authoritarian statism while continuing to demand individual freedom? What is the unique blend of ethno-nationalism and libertarianism afoot today? Why the resentment of social welfare policy but not the plutocrats? Why the uproar over [American football player and political activist] Colin Kaepernick but not the Panama Papers [a massive document leak pointing to fraud and tax evasion among the wealthy]? Why don’t bankrupt workers want national healthcare or controls on the pharmaceutical industry? Why are those sickened from industrial effluent in their water and soil supporting a regime that wants to roll back environmental and health regulations?

    [...]

    Democracy is a practice, an ideal, an imaginary, a struggle, not an achieved state. It is always incomplete, or better, always aspirational. There is plenty of that aspiration afoot these days—in social movements and in statehouses big and small. This doesn’t make the future of democracy rosy. It is challenged from a dozen directions – divestment from public higher education, the trashing of truth and facticity, the unaccountability of media platforms, both corporate and social, external influence and trolling, active voter suppression and gerrymandering, and the neoliberal assault on the very value of democracy we’ve been discussing. So the winds are hardly at democracy’s back.

    #néolibéralisme #démocratie

  • #Obésité, #diabète, #hypertension : les régions ultramarines minées par les inégalités nutritionnelles
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/11/20/obesite-diabete-hypertension-les-regions-ultramarines-minees-par-les-inegali

    Dans les régions ultramarines, la prévalence de ces maladies est, encore plus qu’ailleurs, corrélée à la catégorie socio-économique. « J’ai été frappée par des écarts sociaux de #prévalence sur ces territoires où les #inégalités sont très fortes », note Caroline Méjean, épidémiologiste de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), qui a dirigé ces travaux. Pour la chercheuse, « c’est une question de #justice sociale ». Les recherches montrent que les #femmes, surreprésentées dans les catégories sociales les plus défavorisées, sont davantage concernées par les pathologies associées à l’obésité. A Mayotte, 79 % des femmes entre 30 ans et 69 ans sont en surcharge pondérale et, parmi celles-ci, 47 % sont obèses.

    #paywall
    #DROM #santé #nutrition

  • Résister plus que jamais
    https://joellepalmieri.org/2019/11/20/resister-plus-que-jamais

    On approche de la semaine internationale contre les violences faites aux femmes et force est de constater que l’Histoire des dominations continue son chemin. Entre le plan migration du gouvernement du 6 novembre 2019, la sortie du film « J’accuse » le 13, la fin des travaux du Grenelle des violences conjugales le 25,… les débats s’animent, … Lire la suite →

    #Humeurs #Domination #Economie #Fascisme #Luttes #Masculinisme #Résistance


    https://0.gravatar.com/avatar/9756ba41fe8333157071419a20733f4a?s=96&d=https%3A%2F%2F0.gravatar.com%2Fa

  • « Notre société a les moyens de faire en sorte que chacune et chacun puisse vivre dignement et non survivre »
    https://www.bastamag.net/Greve-5-decembre-la-precarite-tue-appel-syndicats-etudiants-justice-social

    L’immolation d’un jeune homme devant le Crous de Lyon le 8 novembre a jeté une lumière crue sur la dégradation des conditions de vie de nombreux étudiants, et au-delà. « Les #Inégalités et la pauvreté continuent d’augmenter et se matérialisent de façon violente dans la vie de millions de personnes », dénoncent dans cette tribune des syndicats et des organisations qui luttent pour la justice sociale. Les inégalités et la pauvreté continuent d’augmenter et se matérialisent de façon violente dans la vie de (...) #Débattre

    / #Luttes_sociales, Inégalités, #Classes_populaires, #Fractures_sociales, #Education

  • #Suisse : La NSA espionne-t-elle le monde depuis le Valais ?
    https://www.rts.ch/info/suisse/10824153-la-nsa-espionne-t-elle-le-monde-depuis-le-valais-.html

    A Loèche se côtoient 10 antennes du système d’écoute du Département fédéral de la défense (DDPS) et 25 antennes de la société Signalhorn, dont certains clients sont proches de l’agence américaine du renseignement (NSA). Comment est-ce possible et quels sont les risques ? Le 2e épisode de la web-série « La Suisse sous couverture » tente d’y répondre.

    Depuis 1974, les PTT (devenus Swisscom) et la Confédération gèrent un parc d’antennes paraboliques à Loèche, un site considéré comme le cœur du système de renseignement suisse. En l’an 2000, ils créent la surprise en cédant une grande partie des paraboles à l’entreprise américaine Verestar, qui a des liens indirects avec la NSA. Depuis, plusieurs entreprises ont défilé à Loèche, mais elles ont toujours compté parmi leurs clients des sociétés susceptibles d’entretenir des rapports avec les services de renseignements américains.

    Du côté de la Berne fédérale, on assure que tout va bien. En 2001, le Conseil fédéral exprime sa confiance à l’exploitant Verestar. En 2012, le Département fédéral de la défense (DDPS) prend le relais, et affirme, à propos du nouvel exploitant, Signalhorn, que l’indépendance est assurée. L’armée et l’entreprise ne partagent que les charges d’eau et d’électricité.

    RTSinfo diffuse cette semaine la web-série « La Suisse sous couverture », consacrée aux liens entre la Confédération et le renseignement international. Replongez dans cette affaire d’antennes valaisannes en regardant le deuxième épisode « Les grandes oreilles de la Confédération » (ci-dessus) avec son complément d’informations (ci-dessous). #Radio #vidéo
    . . . . . . . .
    A la suite de l’interpellation du conseiller national Bernhard Hess (Démocrates Suisses/BE), le Conseil fédéral indique que Verestar exploite « des réseaux de satellites d’envergure internationale, soit 170 antennes ainsi qu’une cinquantaine de satellites » mais que l’entreprise « n’a jamais compté la NSA au nombre de ses clients ». Pourtant, Verestar possède la Maritime Telecommunications Network (MTN), qui compte parmi ses clients... l’US Navy. Le Conseil fédéral l’admet : « MTN travaille pour le compte de la Defense Information System Agency et du Space and Naval Warfare System Center, tous deux rattachés au Département de la défense, et susceptibles de ce fait d’entretenir des rapports avec les services de renseignements américains ».
    . . . . . . . . .
    2013 - les révélations d’Edward Snowden
    Ex-chargé de sécurité informatique à la CIA et administrateur système pour la NSA, Edward Snowden dévoile à différents médias des documents top-secrets de la NSA. La surveillance massive des communications et d’internet par Washington et Londres apparaît au grand jour. Swisscom, détenue à 51% par la Confédération, figure en rouge dans le programme « Treasure Map », une carte en temps réel du Web global. Les noeuds rouges représentent les réseaux d’entreprise où la NSA peut observer les données qui y circulent. Les flèches bleues illustrent les principaux chemins empruntés par les communications internet et mobiles. Est-ce que Swisscom a donné son consentement à un logiciel d’espionnage ?

    #nsa #surveillance #snowden #prism #internet #vie_privée #espionnage #privacy #edward_snowden #écoutes #usa #contrôle #etats-unis #Angleterre #Swisscom #Verestar #MTN #us_navy #DDPS #Loèche #ATC_Teleports #Onyx #Luxembourg

  • Du Joker à Daesh - Représentations de la violence - Juan Branco face à Jean-Louis Comolli

    Conférence à la Colonie, le 29 avril 2019, avec introduction de Juan Branco, pour comprendre une question fondamentale, qui trouble notre pays, à partir d’un « film de vacances » d’Abaaoud : quid de la représentation de la violence politique, nos mythes fondateurs, et en particulier pourquoi la Shoah en est-il devenu un ? Le débat commence à 5:02

    https://www.youtube.com/watch?v=P2cMiBJ0Stk

    #cinéma #société_du_spectacle #mort #violence #mise_en_scène #propagande #daesh #nazisme #histoire #nazisme #image #camps_de_concentration #vérité #mensonge #film

  • Le texte publié par les éditions La Fabrique est initialement paru sous le format d’un article dans la revue d’histoire britannique Past and Present en 1967. Edward P. Thompson, spécialiste de l’histoire sociale du Royaume-Uni, explore la période de transition vers le capitalisme industriel d’un point de vue inédit pour l’époque. L’auteur s’attache a étudier et comprendre le nouveau cadre horaire imposé afin de rationaliser la production et discipliner la nouvelle main d’œuvre du monde industriel naissant.

    Chronique du livre d’Edward P. Thompson, Temps, discipline du travail et capitalisme industriel (La Fabrique, 2004)

    https://delivronsnous.home.blog/2019/11/19/le-temps-une-valeur-politique

    #livre #temps #travail #capitalisme #oisiveté #histoire #histoiresociale #domination #thompson

  • Silicon Valley’s Biggest Foe Is Getting Even Tougher
    https://www.nytimes.com/2019/11/19/technology/tech-regulator-europe.html

    Margrethe Vestager won praise for her oversight of the tech industry. Now, with more authority from the European Union, she envisions a more aggressive agenda. Margrethe Vestager spent the past five years developing a well-earned reputation as the world’s top tech industry watchdog. From her perch overseeing Europe’s competition rules, she fined Google more than $9 billion for breaking antitrust laws, and forced Apple to pay about $14.5 billion for dodging taxes. Now she says that work, (...)

    #Apple #Google #Amazon #Facebook #technologisme #domination #fiscalité #BigData

    ##fiscalité

  • Opioid prescription doses are increasingly being tapered, often more rapidly than recommended : Physicians advise caution, collaboration with patients on tapering plans — ScienceDaily
    https://www.sciencedaily.com/releases/2019/11/191118100836.htm

    Baisser trop vite les doses d’opioides a également des conséquences dramatiques... la crise est là pour durer. Il faut la prendre en compte, et faire participer les Sackler et les autres profiteurs et organisateurs de la vente des opioides aux coûts d’une désintoxication réussie.

    Stigma and safety fears have made daily dose tapering of opioid prescriptions more common. New research from UC Davis Health physicians, however, shows tapering can occur at rates as much as six times higher than recommended, putting patients at risk of withdrawal, uncontrolled pain or mental health crises.

    The study — “Trends and Rapidity of Dose Tapering Among Patients Prescribed Long-term Opioid Therapy, 2008-2017” — is published in JAMA Network Open. The results also will be presented at the Nov. 16-19 North American Primary Care Research Group meeting in Toronto.

    “Tapering plans should be based on the needs and histories of each patient and adjusted as needed to avoid adverse outcomes,” said study author Alicia Agnoli, assistant professor of family and community medicine. “Unfortunately, a lot of tapering occurs due to policy pressures and a rush to get doses below a specific and sometimes arbitrary threshold. That approach can be detrimental in the long run.”

    They also found that the rate of dose reduction often was well beyond the CDC’s recommendation of 10% per month. The average reduction overall was 27.6% per month. Nearly 20% of patients tapered at a rate of 40% per month, and 5% tapered at a rate faster than 60% per month.

    The 2016 policy could have been misinterpreted, leading many prescribers and health systems to insist on faster-than-recommended tapering, according to Agnoli.

    “There is definitely a lot of pressure to reduce opioid use among patients, but there also is a need for more training and guidance for prescribers on how to help them safely do so,” Agnoli said.

    #Opioides #Désintoxication

  • C’EST CASH ! La dette : seul modèle économique ? (RT)
    https://www.crashdebug.fr/diversifion/16760-c-est-cash-la-dette-seul-modele-economique-rt

    La confiance dans la monnaie.... On y arrive.... ; )

    Informations complémentaires :

    Crashdebug.fr : Christine Lagarde déclare : on sera plus content d’avoir un emploi plutôt que d’avoir une épargne protégée !! - L’édito de Charles SANNAT (Insolentiae)

    Crashdebug.fr : La crise permanente (Marc Chesney)

    #En_vedette #Divers

  • How Earnest Research Into Gay Genetics Went Wrong | WIRED
    https://www.wired.com/story/how-earnest-research-into-gay-genetics-went-wrong

    Un excellent article sur les danger éthiques et sociaux de l’usage sans précaution des données génétiques, notamment les données massives obtenues soit par des actes volontaires (recherche d’ancêtres, et autres) soit au fil d’actes médicaux.

    Anonymiser les données ne suffit pas à garantir qu’il n’y aura pas de conséquences fâcheuses pour l’ensemble de la société.

    Un très bon papier.

    In late spring 2017, Andrea Ganna approached his boss, Ben Neale, with a pitch: He wanted to investigate the genetics of sexuality. Neale hesitated. One of the top geneticists in the country, Neale and his colleagues at the Broad Institute, a pioneering biotech hub in Boston, had a decade earlier developed software that made it much easier for scientists to study the vast amounts of genetic data that were beginning to flood in. It was the kind of tool that helped illuminate a person’s risk of developing, say, heart disease or diabetes. And now, as Ganna was proposing, the approach could be applied to the foundations of behavior, personality, and other social traits that in the past had been difficult to study.

    Ganna wanted to pounce on a new opportunity. A giant collection of carefully cataloged genomes, called the UK Biobank, was about to become available to researchers. A scientist could apply and then gain access to data from 500,000 British citizens—the largest public repository of DNA on the planet. To Ganna, the genetic origins of being gay or straight seemed like the kind of blockbuster question that might finally get an answer from a data set of this size.

    Neale wasn’t so sure. As a gay man himself, he worried that such research could be misconstrued or wielded to advance hateful agendas. On the other hand, a better understanding of how genetics influences same-sex attraction could also help destigmatize it.

    Then Ganna mentioned that another group was already pursuing the question using the UK Biobank: a geneticist named Brendan Zietsch, at the University of Queensland, and his colleagues. In 2008, Zietsch published a study suggesting that the genes straight people shared with their gay twins made them more successful at bedding heterosexual partners. Now he was going to further test this “fecundity hypothesis” with a much more powerful data set. He’d also proposed investigating the genetic associations between sexual orientation and mental health. Thinking his lab could add expertise coupled with caution to such a project, Neale agreed they should try to team up with Zietsch.

    “Armed with the knowledge that this research was going to be done, I thought it was important that we try and do it in a way that was responsible and represented a variety of different perspectives,” he says, noting that, because there is so much genetic data to work with these days, collaborations in his field are commonplace “But it was also important to me personally, as a gay man, to get involved.”

    From the outset, Neale expected some pushback and misunderstandings. That’s why he involved LGBTQ+ groups along the way, something not technically required for the kind of research he was doing. But he wasn’t prepared for scientists within his home institution to rise up and challenge the value and ethics of his work. And he was even less prepared for a company to exploit the results of the study—just a few weeks after it was published in the journal Science—to sell an app purporting to predict how attracted someone is to the same sex.

    #Données_génétiques #Big_data #Ethique #Recherche #Hubris #Génomique #Homosexualité #Fausse_science

  • Le gouvernement mise sur une appli pour faire décoller la formation professionnelle
    https://www.latribune.fr/economie/france/le-gouvernement-mise-sur-une-appli-pour-faire-decoller-la-formation-profes

    le gouvernement parie sur une « appli » mobile, lancée jeudi, pour faire décoller la formation professionnelle, un an après l’adoption d’une réforme du secteur.
    […]
    Cet outil, une application téléchargeable sur smartphone et tablette (mon compte formation) mais aussi un site internet, a pour objectif de simplifier le recours à une formation alors qu’il est souvent difficile de s’y retrouver, de savoir ce à quoi on a droit, et comment procéder. Elle permettra à chaque salarié de trouver, de réserver et de payer la formation de son choix. Développée par la Caisse des dépôts, qui gèrera le paiement aux organismes de formation, elle sera comme « le livret A de la formation », explique la ministre.
    […]
    Chez les DRH, tout en sachant que la réforme n’a pas enlevé aux entreprises son obligation de formation, la « désintermédiation » passe moins bien. « Nous, pilotes des services de formation, ne demanderions pas mieux que de participer, mais la ministre a dit ’c’est fait pour les salariés’ », avait réagi en septembre Jean-Paul Charlez, président de l’Association nationale des DRH. Ce CPF est « entièrement à la main des salariés », a aussi déploré le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, en s’interrogeant : « Comment faire en sorte que les formations soient en lien avec les besoins présents et à venir de l’entreprise ? »