#déchéance_de_nationalité

  • Le Monde selon #Modi, la nouvelle #puissance indienne

    « Aucune puissance au monde ne peut arrêter un pays de 1,3 milliard d’habitants. Le 21e siècle sera le siècle de l’Inde ».
    #Narendra_Modi, nationaliste de droite, à la tête de l’Inde depuis 2014, est le nouvel homme fort de la planète. 3ème personnalité la plus suivie sur Twitter, au centre de « l’Indopacifique », une nouvelle alliance contre la Chine. C’est l’histoire d’un tournant pour l’Inde et pour le monde.

    http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/62159_1

    #film #film_documentaire #documentaire
    #Inde #Savarki #culte_de_la_personnalité #nationalisme #cachemire_indien #purge #militarisation #couvre-feu #RSS #patriotisme #religion #propagande_hindoue #colonialisme #impérialisme #BJP #parti_nationaliste_hindou #pogrom #islamophobie #Amit_Shah #Vibrant_Gujarat #hologramme #réseaux_sociaux #journée_internationale_du_yoga #yoga #soft_power #fierté_nationale #Alliance_indo-pacifique #Indo-Pacifique #armée #Routes_de_la_soie #route_de_la_soie #collier_de_perles #Chine #armes #commerce_d'armes #Ladakh #frontières #zones_disputées #disputes_frontalières #différends_frontaliers #litige_frontalier #zones_frontalières #zone-tampon #Israël #revanche_nationaliste #temple_Ajodhya #hindouisme #déchéance_de_nationalité #citizenship_amendment_act #citoyenneté #primauté_des_Hindous #résistance #milices_privées

  • Nansen, un passeport pour les apatrides

    Trente ans avant la Convention de Genève, le diplomate norvégien Fridtjof Nansen crée le 5 juillet 1922 un passeport auquel il donnera son nom qui, entre 1922 et 1945, protégera environ 500 000 hommes et femmes destitués de leur nationalité et devenus apatrides du fait des grands bouleversements occasionnés par la première guerre mondiale, le génocide arménien, la révolution russe.

    http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/48212_1

    #film #film_documentaire #documentaire #déchéance_de_nationalité #histoire #apatridie #Nansen #Arméniens #réfugiés #Société_des_Nations #Russie #Croix-Rouge #Constantinople #statut_juridique #frontières #réfugiés_russes #passeport_Nansen #certificat_d'identité_Nansen #travail #Albert_Thomas #BIT #Paris #ILO #Renault #Citroën #comités_de_réfugiés_arméniens #resocialisation #génocide_arménien #Union_soviétique #Convention_de_Genève #déchéance_massive_et_collective_de_nationalité #Fridtjof_Nansen #asile

  • Je suis prof. Seize brèves réflexions contre la terreur et l’obscurantisme, en #hommage à #Samuel_Paty

    Les lignes qui suivent ont été inspirées par la nouvelle atroce de la mise à mort de mon collègue, Samuel Paty, et par la difficile semaine qui s’en est suivie. En hommage à un #enseignant qui croyait en l’#éducation, en la #raison_humaine et en la #liberté_d’expression, elles proposent une quinzaine de réflexions appelant, malgré l’émotion, à penser le présent, et en débattre, avec raison. Ces réflexions ne prétendent évidemment pas incarner la pensée de Samuel Paty, mais elles sont écrites pour lui, au sens où l’effort de pensée, de discernement, de nuances, de raison, a été fait en pensant à lui, et pour lui rendre hommage. Continuer de penser librement, d’exprimer, d’échanger les arguments, me parait le meilleur des hommages.

    1. Il y a d’abord eu, en apprenant la nouvelle, l’#horreur, la #tristesse, la #peur, devant le #crime commis, et des pensées pour les proches de Samuel Paty, ses collègues, ses élèves, toutes les communautés scolaires de France et, au-delà, toute la communauté des humains bouleversés par ce crime. Puis s’y est mêlée une #rage causée par tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, et avant même d’en savoir plus sur les tenants et aboutissants qui avaient mené au pire, se sont empressés de dégainer des kits théoriques tendant à minimiser l’#atrocité du crime ou à dissoudre toute la #responsabilité de l’assassin (ou possiblement des assassins) dans des entités excessivement extensibles (que ce soit « l’#islamisation » ou « l’#islamophobie ») – sans compter ceux qui instrumentalisent l’horreur pour des agendas qu’on connait trop bien : rétablissement de la peine de mort, chasse aux immigré.e.s, chasse aux musulman.e.s.

    2. Il y a ensuite eu une peur, ou des peurs, en voyant repartir tellement vite, et à la puissance dix, une forme de réaction gouvernementale qui a de longue date fait les preuves de son #inefficacité (contre la #violence_terroriste) et de sa #nocivité (pour l’état du vivre-ensemble et des droits humains) : au lieu d’augmenter comme il faut les moyens policiers pour enquêter plus et mieux qu’on ne le fait déjà, pour surveiller, remonter des filières bien ciblées et les démanteler, mais aussi assurer en temps réel la protection des personnes qui la demandent, au moment où elles la demandent, on fait du spectacle avec des boucs émissaires.

    Une sourde appréhension s’est donc mêlée à la peine, face au déferlement d’injures, de menaces et d’attaques islamophobes, anti-immigrés et anti-tchétchènes qui a tout de suite commencé, mais aussi face à l’éventualité d’autres attentats qui pourraient advenir dans le futur, sur la prévention desquels, c’est le moins que je puisse dire, toutes les énergies gouvernementales ne me semblent pas concentrées.

    3. Puis, au fil des lectures, une #gêne s’est installée, concernant ce que, sur les #réseaux_sociaux, je pouvais lire, « dans mon camp » cette fois-ci – c’est-à-dire principalement chez des gens dont je partage plus ou moins une certaine conception du combat antiraciste. Ce qui tout d’abord m’a gêné fut le fait d’énoncer tout de suite des analyses explicatives alors qu’au fond on ne savait à peu près rien sur le détail des faits : quel comportement avait eu précisément Samuel Paty, en montrant quels dessins, quelles interactions avaient eu lieu après-coup avec les élèves, avec les parents, qui avait protesté et en quels termes, sous quelles forme, qui avait envenimé le contentieux et comment s’était produit l’embrasement des réseaux sociaux, et enfin quel était le profil de l’assassin, quel était son vécu russe, tchétchène, français – son vécu dans toutes ses dimensions (familiale, socio-économique, scolaire, médicale), sa sociabilité et ses accointances (ou absences d’accointances) religieuses, politiques, délinquantes, terroristes ?

    J’étais gêné par exemple par le fait que soit souvent validée a priori, dès les premières heures qui suivirent le crime, l’hypothèse que Samuel Paty avait « déconné », alors qu’on n’était même pas certain par exemple que c’était le dessin dégoutant du prophète cul nu (j’y reviendrai) qui avait été montré en classe (puisqu’on lisait aussi que le professeur avait déposé plainte « pour diffamation » suite aux accusations proférées contre lui), et qu’on ne savait rien des conditions et de la manière dont il avait agencé son cours.

    4. Par ailleurs, dans l’hypothèse (qui a fini par se confirmer) que c’était bien ce dessin, effectivement problématique (j’y reviendrai), qui avait servi de déclencheur ou de prétexte pour la campagne contre Samuel Paty, autre chose me gênait. D’abord cet oubli : montrer un #dessin, aussi problématique soit-il, obscène, grossier, de mauvais goût, ou même raciste, peut très bien s’intégrer dans une #démarche_pédagogique, particulièrement en cours d’histoire – après tout, nous montrons bien des #caricatures anti-juives ignobles quand nous étudions la montée de l’antisémitisme, me confiait un collègue historien, et cela ne constitue évidemment pas en soi une pure et simple perpétuation de l’#offense_raciste. Les deux cas sont différents par bien des aspects, mais dans tous les cas tout se joue dans la manière dont les documents sont présentés et ensuite collectivement commentés, analysés, critiqués. Or, sur ladite manière, en l’occurrence, nous sommes restés longtemps sans savoir ce qui exactement s’était passé, et ce que nous avons fini par appendre est que Samuel Paty n’avait pas eu d’intention maligne : il s’agissait vraiment de discuter de la liberté d’expression, autour d’un cas particulièrement litigieux.

    5. En outre, s’il s’est avéré ensuite, dans les récits qui ont pu être reconstitués (notamment dans Libération), que Samuel Paty n’avait fait aucun usage malveillant de ces caricatures, et que les parents d’élèves qui s’étaient au départ inquiétés l’avaient assez rapidement et facilement compris après discussion, s’il s’est avéré aussi qu’au-delà de cet épisode particulier, Samuel Paty était un professeur très impliqué et apprécié, chaleureux, blagueur, il est dommageable que d’emblée, il n’ait pas été martelé ceci, aussi bien par les inconditionnels de l’ « esprit Charlie » que par les personnes légitimement choquées par certaines des caricatures : que même dans le cas contraire, même si le professeur avait « déconné », que ce soit un peu ou beaucoup, que même s’il avait manqué de précautions pédagogiques, que même s’il avait intentionnellement cherché à blesser, bref : que même s’il avait été un « mauvais prof », hautain, fumiste, ou même raciste, rien, absolument rien ne justifiait ce qui a été commis.

    Je me doute bien que, dans la plupart des réactions à chaud, cela allait sans dire, mais je pense que, dans le monde où l’on vit, et où se passent ces horreurs, tout désormais en la matière (je veux dire : en matière de mise à distance de l’hyper-violence) doit être dit, partout, même ce qui va sans dire.

    En d’autres termes, même si l’on juge nécessaire de rappeler, à l’occasion de ce crime et des discussions qu’il relance, qu’il est bon que tout ne soit pas permis en matière de liberté d’expression, cela n’est selon moi tenable que si l’on y adjoint un autre rappel : qu’il est bon aussi que tout ne soit pas permis dans la manière de limiter la liberté d’expression, dans la manière de réagir aux discours offensants, et plus précisément que doit être absolument proscrit le recours à la #violence_physique, a fortiori au #meurtre. Nous sommes malheureusement en un temps, je le répète, où cela ne va plus sans dire.

    6. La remarque qui précède est, me semble-t-il, le grand non-dit qui manque le plus dans tout le débat public tel qu’il se polarise depuis des années entre les « Charlie », inconditionnels de « la liberté d’expression », et les « pas Charlie », soucieux de poser des « #limites » à la « #liberté_d’offenser » : ni la liberté d’expression ni sa nécessaire #limitation ne doivent en fait être posées comme l’impératif catégorique et fondamental. Les deux sont plaidables, mais dans un #espace_de_parole soumis à une autre loi fondamentale, sur laquelle tout le monde pourrait et devrait se mettre d’accord au préalable, et qui est le refus absolu de la violence physique.

    Moyennant quoi, dès lors que cette loi fondamentale est respectée, et expressément rappelée, la liberté d’expression, à laquelle Samuel Paty était si attaché, peut et doit impliquer aussi le droit de dire qu’on juge certaines caricatures de Charlie Hebdo odieuses :

    – celles par exemple qui amalgament le prophète des musulmans (et donc – par une inévitable association d’idées – l’ensemble des fidèles qui le vénèrent) à un terroriste, en le figurant par exemple surarmé, le nez crochu, le regard exorbité, la mine patibulaire, ou coiffé d’un turban en forme de bombe ;

    – celle également qui blesse gratuitement les croyants (et les croyants lambda, tolérants, non-violents, tout autant voire davantage que des « djihadistes » avides de prétextes à faire couler le sang), en représentant leur prophète cul nul, testicules à l’air, une étoile musulmane à la place de l’anus ;

    – celle qui animalise une syndicaliste musulmane voilée en l’affublant d’un faciès de singe ;

    – celle qui annonce « une roumaine » (la joueuse Simona Halep), gagnante de Roland-Garros, et la représente en rom au physique disgracieux, brandissant la coupe et criant « ferraille ! ferraille ! » ;

    – celle qui nous demande d’imaginer « le petit Aylan », enfant de migrants kurdes retrouvé mort en méditerranée, « s’il avait survécu », et nous le montre devenu « tripoteur de fesses en Allemagne » (suite à une série de viols commis à Francfort) ;

    – celle qui représente les esclaves sexuelles de Boko Haram, voilées et enceintes, en train de gueuler après leurs « allocs » ;

    – celle qui fantasme une invasion ou une « islamisation » en forme de « grand remplacement », par exemple en nous montrant un musulman barbu dont la barbe démesurée envahit toute la page de Une, malgré un minuscule Macron luttant « contre le séparatisme », armé de ciseaux, mais ne parvenant qu’à en couper que quelques poils ;

    – celle qui alimente le même fantasme d’invasion en figurant un Macron, déclarant que le port du foulard par des femmes musulmanes « ne le regarde pas » en tant que président, tandis que le reste de la page n’est occupé que par des femmes voilées, avec une légende digne d’un tract d’extrême droite : « La République islamique en marche ».

    Sur chacun de ces dessins, publiés en Une pour la plupart, je pourrais argumenter en détail, pour expliquer en quoi je les juge odieux, et souvent racistes. Bien d’autres exemples pourraient d’ailleurs être évoqués, comme une couverture publiée à l’occasion d’un attentat meurtrier commis à Bruxelles en mars 2016 et revendiqué par Daesh (ayant entraîné la mort de 32 personnes et fait 340 blessés), et figurant de manière pour le moins choquante le chanteur Stromae, orphelin du génocide rwandais, en train de chanter « Papaoutai » tandis que voltigent autour de lui des morceaux de jambes et de bras déchiquetés ou d’oeil exorbité. La liste n’est pas exhaustive, d’autres unes pourraient être évoquées – celles notamment qui nous invitent à rigoler (on est tenté de dire ricaner) sur le sort des femmes violées, des enfants abusés, ou des peuples qui meurent de faim.

    On a le droit de détester cet #humour, on a le droit de considérer que certaines de ces caricatures incitent au #mépris ou à la #haine_raciste ou sexiste, entre autres griefs possibles, et on a le droit de le dire. On a le droit de l’écrire, on a le droit d’aller le dire en justice, et même en manifestation. Mais – cela allait sans dire, l’attentat de janvier 2015 oblige désormais à l’énoncer expressément – quel que soit tout le mal qu’on peut penser de ces dessins, de leur #brutalité, de leur #indélicatesse, de leur méchanceté gratuite envers des gens souvent démunis, de leur #racisme parfois, la #violence_symbolique qu’il exercent est sans commune mesure avec la violence physique extrême que constitue l’#homicide, et elle ne saurait donc lui apporter le moindre commencement de #justification.

    On a en somme le droit de dénoncer avec la plus grande vigueur la violence symbolique des caricatures quand on la juge illégitime et nocive, car elle peut l’être, à condition toutefois de dire désormais ce qui, je le répète, aurait dû continuer d’aller sans dire mais va beaucoup mieux, désormais, en le disant : qu’aucune violence symbolique ne justifie l’hyper-violence physique. Cela vaut pour les pires dessins de Charlie comme pour les pires répliques d’un Zemmour ou d’un Dieudonné, comme pour tout ce qui nous offense – du plutôt #douteux au parfaitement #abject.

    Que reste-t-il en effet de la liberté d’expression si l’on défend le #droit_à_la_caricature mais pas le droit à la #critique des caricatures ? Que devient le #débat_démocratique si toute critique radicale de #Charlie aujourd’hui, et qui sait de de Zemmour demain, de Macron après-demain, est d’office assimilée à une #incitation_à_la_violence, donc à de la complicité de terrorisme, donc proscrite ?

    Mais inversement, que devient cet espace démocratique si la dénonciation de l’intolérable et l’appel à le faire cesser ne sont pas précédés et tempérés par le rappel clair et explicite de l’interdit fondamental du meurtre ?

    7. Autre chose m’a gêné dans certaines analyses : l’interrogation sur les « #vrais_responsables », formulation qui laisse entendre que « derrière » un responsable « apparent » (l’assassin) il y aurait « les vrais responsables », qui seraient d’autres que lui. Or s’il me parait bien sûr nécessaire d’envisager dans toute sa force et toute sa complexité l’impact des #déterminismes_sociaux, il est problématique de dissoudre dans ces déterminismes toute la #responsabilité_individuelle de ce jeune de 18 ans – ce que la sociologie ne fait pas, contrairement à ce que prétendent certains polémistes, mais que certains discours peuvent parfois faire.

    Que chacun s’interroge toujours sur sa possible responsabilité est plutôt une bonne chose à mes yeux, si toutefois on ne pousse pas le zèle jusqu’à un « on est tous coupables » qui dissout toute #culpabilité réelle et arrange les affaires des principaux coupables. Ce qui m’a gêné est l’enchaînement de questions qui, en réponse à la question « qui a tué ? », met comme en concurrence, à égalité, d’une part celui qui a effectivement commis le crime, et d’autre part d’autres personnes ou groupes sociaux (la direction de l’école, la police, le père d’élève ayant lancé la campagne publique contre Samuel Paty sur Youtube, sa fille qui semble l’avoir induit en erreur sur le déroulement de ses cours) qui, quel que soit leur niveau de responsabilité, n’ont en aucun cas « tué » – la distinction peut paraitre simple, voire simpliste, mais me parait, pour ma part, cruciale à maintenir.

    8. Ce qui m’a gêné, aussi, et même écoeuré lorsque l’oubli était assumé, et que « le système » néolibéral et islamophobe devenait « le principal responsable », voire « l’ennemi qu’il nous faut combattre », au singulier, ce fut une absence, dans la liste des personnes ou des groupes sociaux pouvant, au-delà de l’individu #Abdoullakh_Abouyezidovitch, se partager une part de responsabilité. Ce qui me gêna fut l’oubli ou la minoration du rôle de l’entourage plus ou moins immédiat du tueur – qu’il s’agisse d’un groupe terroriste organisé ou d’un groupe plus informel de proches ou de moins proches (via les réseaux sociaux), sans oublier, bien entendu, l’acolyte de l’irresponsable « père en colère » : un certain #Abdelhakim_Sefrioui, entrepreneur de haine pourtant bien connu, démasqué et ostracisé de longue date dans les milieux militants, à commencer par les milieux pro-palestiniens et la militance anti-islamophobie.

    Je connais les travaux sociologiques qui critiquent à juste titre l’approche mainstream, focalisée exclusivement les techniques de propagande des organisations terroristes, et qui déplacent la focale sur l’étude des conditions sociales rendant audible et « efficace » lesdites techniques de #propagande. Mais justement, on ne peut prendre en compte ces conditions sociales sans observer aussi comment elles pèsent d’une façon singulière sur les individus, dont la responsabilité n’est pas évacuée. Et l’on ne peut pas écarter, notamment, la responsabilité des individus ou des groupes d’ « engraineurs », surtout si l’on pose la question en ces termes : « qui a tué ? ».

    9. Le temps du #choc, du #deuil et de l’#amertume « contre mon propre camp » fut cela dit parasité assez vite par un vacarme médiatique assourdissant, charriant son lot d’#infamie dans des proportions autrement plus terrifiantes. #Samuel_Gontier, fidèle « au poste », en a donné un aperçu glaçant :

    – des panels politiques dans lesquels « l’équilibre » invoqué par le présentateur (Pascal Praud) consiste en un trio droite, droite extrême et extrême droite (LREM, Les Républicains, Rassemblement national), et où les différentes familles de la gauche (Verts, PS, PCF, France insoumise, sans même parler de l’extrême gauche) sont tout simplement exclues ;

    – des « débats » où sont mis sérieusement à l’agenda l’interdiction du #voile dans tout l’espace public, l’expulsion de toutes les femmes portant le #foulard, la #déchéance_de_nationalité pour celles qui seraient françaises, la réouverture des « #bagnes » « dans îles Kerguelen », le rétablissement de la #peine_de_mort, et enfin la « #criminalisation » de toutes les idéologies musulmanes conservatrices, « pas seulement le #djihadisme mais aussi l’#islamisme » (un peu comme si, à la suite des attentats des Brigades Rouges, de la Fraction Armée Rouge ou d’Action Directe, on avait voulu criminaliser, donc interdire et dissoudre toute la gauche socialiste, communiste, écologiste ou radicale, sous prétexte qu’elle partageait avec les groupes terroristes « l’opposition au capitalisme ») ;

    – des « plateaux » sur lesquels un #Manuel_Valls peut appeler en toute conscience et en toute tranquillité, sans causer de scandale, à piétiner la Convention Européenne des Droits Humains : « S’il nous faut, dans un moment exceptionnel, s’éloigner du #droit_européen, faire évoluer notre #Constitution, il faut le faire. », « Je l’ai dit en 2015, nous sommes en #guerre. Si nous sommes en guerre, donc il faut agir, frapper. ».

    10. Puis, très vite, il y a eu cette offensive du ministre de l’Intérieur #Gérald_Darmanin contre le #CCIF (#Collectif_Contre_l’Islamophobie_en_France), dénuée de tout fondement du point de vue de la #lutte_anti-terroriste – puisque l’association n’a évidemment pris aucune part dans le crime du 17 octobre 2020, ni même dans la campagne publique (sur Youtube et Twitter) qui y a conduit.

    Cette dénonciation – proprement calomnieuse, donc – s’est autorisée en fait d’une montée en généralité, en abstraction et même en « nébulosité », et d’un grossier sophisme : le meurtre de Samuel Paty est une atteinte aux « #valeurs » et aux « institutions » de « la #République », que justement le CCIF « combat » aussi – moyennant quoi le CCIF a « quelque chose à voir » avec ce crime et il doit donc être dissous, CQFD. L’accusation n’en demeure pas moins fantaisiste autant qu’infamante, puisque le « combat » de l’association, loin de viser les principes et les institutions républicaines en tant que telles, vise tout au contraire leur manque d’effectivité : toute l’activité du CCIF (c’est vérifiable, sur le site de l’association aussi bien que dans les rapports des journalistes, au fil de l’actualité, depuis des années) consiste à combattre la #discrimination en raison de l’appartenance ou de la pratique réelle ou supposée d’une religion, donc à faire appliquer une loi de la république. Le CCIF réalise ce travail par les moyens les plus républicains qui soient, en rappelant l’état du Droit, en proposant des médiations ou en portant devant la #Justice, institution républicaine s’il en est, des cas d’atteinte au principe d’#égalité, principe républicain s’il en est.

    Ce travail fait donc du CCIF une institution précieuse (en tout cas dans une république démocratique) qu’on appelle un « #contre-pouvoir » : en d’autres termes, un ennemi de l’arbitraire d’État et non de la « République ». Son travail d’#alerte contribue même à sauver ladite République, d’elle-même pourrait-on dire, ou plutôt de ses serviteurs défaillants et de ses démons que sont le racisme et la discrimination.

    Il s’est rapidement avéré, du coup, que cette offensive sans rapport réel avec la lutte anti-terroriste s’inscrivait en fait dans un tout autre agenda, dont on avait connu les prémisses dès le début de mandat d’Emmanuel Macron, dans les injures violentes et les tentatives d’interdiction de Jean-Michel #Blanquer contre le syndicat #Sud_éducation_93, ou plus récemment dans l’acharnement haineux du député #Robin_Réda, censé diriger une audition parlementaire antiraciste, contre les associations de soutien aux immigrés, et notamment le #GISTI (Groupe d’Information et de Soutien aux Immigrés). Cet agenda est ni plus ni moins que la mise hors-jeu des « corps intermédiaires » de la société civile, et en premier lieu des #contre-pouvoirs que sont les associations antiracistes et de défense des droits humains, ainsi que les #syndicats, en attendant le tour des partis politiques – confère, déjà, la brutalisation du débat politique, et notamment les attaques tout à fait inouïes, contraires pour le coup à la tradition républicaine, de #Gérald_Darmanin contre les écologistes (#Julien_Bayou, #Sandra_Regol et #Esther_Benbassa) puis contre la #France_insoumise et son supposé « #islamo-gauchisme qui a détruit la république », ces dernières semaines, avant donc le meurtre de Samuel Paty.

    Un agenda dans lequel figure aussi, on vient de l’apprendre, un combat judiciaire contre le site d’information #Mediapart.

    11. Il y a eu ensuite l’annonce de ces « actions coup de poing » contre des associations et des lieux de culte musulmans, dont le ministre de l’Intérieur lui-même a admis qu’elles n’avaient aucun lien avec l’enquête sur le meurtre de Samuel Paty, mais qu’elles servaient avant tout à « #adresser_un_message », afin que « la #sidération change de camp ». L’aveu est terrible : l’heure n’est pas à la défense d’un modèle (démocratique, libéral, fondé sur l’État de Droit et ouvert à la pluralité des opinions) contre un autre (obscurantiste, fascisant, fondé sur la terreur), mais à une #rivalité_mimétique. À la #terreur on répond par la terreur, sans même prétendre, comme le fit naguère un Charles Pasqua, qu’on va « terroriser les terroristes » : ceux que l’on va terroriser ne sont pas les terroristes, on le sait, on le dit, on s’en contrefout et on répond au meurtre par la #bêtise et la #brutalité, à l’#obscurantisme « religieux » par l’obscurantisme « civil », au #chaos de l’#hyper-violence par le chaos de l’#arbitraire d’État.

    12. On cible donc des #mosquées alors même qu’on apprend (notamment dans la remarquable enquête de Jean-Baptiste Naudet, dans L’Obs) que le tueur ne fréquentait aucune mosquée – ce qui était le cas, déjà, de bien d’autres tueurs lors des précédents attentats.

    On s’attaque au « #séparatisme » et au « #repli_communautaire » alors même qu’on apprend (dans la même enquête) que le tueur n’avait aucune attache ou sociabilité dans sa communauté – ce qui là encore a souvent été le cas dans le passé.

    On préconise des cours intensifs de #catéchisme_laïque dans les #écoles, des formations intensives sur la liberté d’expression, avec distribution de « caricatures » dans tous les lycées, alors que le tueur était déscolarisé depuis un moment et n’avait commencé à se « radicaliser » qu’en dehors de l’#école (et là encore se rejoue un schéma déjà connu : il se trouve qu’un des tueurs du Bataclan fut élève dans l’établissement où j’exerce, un élève dont tous les professeurs se souviennent comme d’un élève sans histoires, et dont la famille n’a pu observer des manifestations de « #radicalisation » qu’après son bac et son passage à l’université, une fois qu’il était entré dans la vie professionnelle).

    Et enfin, ultime protection : Gérald Darmanin songe à réorganiser les rayons des #supermarchés ! Il y aurait matière à rire s’il n’y avait pas péril en la demeure. On pourrait s’amuser d’une telle #absurdité, d’une telle incompétence, d’une telle disjonction entre la fin et les moyens, si l’enjeu n’était pas si grave. On pourrait sourire devant les gesticulations martiales d’un ministre qui avoue lui-même tirer « à côté » des véritables coupables et complices, lorsque par exemple il ordonne des opérations contre des #institutions_musulmanes « sans lien avec l’enquête ». On pourrait sourire s’il ne venait pas de se produire une attaque meurtrière atroce, qui advient après plusieurs autres, et s’il n’y avait pas lieu d’être sérieux, raisonnable, concentré sur quelques objectifs bien définis : mieux surveiller, repérer, voir venir, mieux prévenir, mieux intervenir dans l’urgence, mieux protéger. On pourrait se payer le luxe de se disperser et de discuter des #tenues_vestimentaires ou des #rayons_de_supermarché s’il n’y avait pas des vies humaines en jeu – certes pas la vie de nos dirigeants, surprotégés par une garde rapprochée, mais celles, notamment, des professeurs et des élèves.

    13. Cette #futilité, cette #frivolité, cette bêtise serait moins coupable s’il n’y avait pas aussi un gros soubassement de #violence_islamophobe. Cette bêtise serait innocente, elle ne porterait pas à conséquence si les mises en débat du #vêtement ou de l’#alimentation des diverses « communautés religieuses » n’étaient pas surdéterminées, depuis de longues années, par de très lourds et violents #stéréotypes racistes. On pourrait causer lingerie et régime alimentaire si les us et coutumes religieux n’étaient pas des #stigmates sur-exploités par les racistes de tout poil, si le refus du #porc ou de l’#alcool par exemple, ou bien le port d’un foulard, n’étaient pas depuis des années des motifs récurrents d’#injure, d’#agression, de discrimination dans les études ou dans l’emploi.

    Il y a donc une bêtise insondable dans cette mise en cause absolument hors-sujet des commerces ou des rayons d’ « #alimentation_communautaire » qui, dixit Darmanin, « flatteraient » les « plus bas instincts », alors que (confère toujours l’excellente enquête de Jean-Baptiste Naudet dans L’Obs) l’homme qui a tué Samuel Paty (comme l’ensemble des précédents auteurs d’attentats meurtriers) n’avait précisément pas d’ancrage dans une « communauté » – ni dans l’immigration tchétchène, ni dans une communauté religieuse localisée, puisqu’il ne fréquentait aucune mosquée.

    Et il y a dans cette bêtise une #méchanceté tout aussi insondable : un racisme sordide, à l’encontre des #musulmans bien sûr, mais pas seulement. Il y a aussi un mépris, une injure, un piétinement de la mémoire des morts #juifs – puisque parmi les victimes récentes des tueries terroristes, il y a précisément des clients d’un commerce communautaire, l’#Hyper_Cacher, choisis pour cible et tués précisément en tant que tels.

    Telle est la vérité, cruelle, qui vient d’emblée s’opposer aux élucubrations de Gérald Darmanin : en incriminant les modes de vie « communautaires », et plus précisément la fréquentation de lieux de culte ou de commerces « communautaires », le ministre stigmatise non pas les coupables de la violence terroriste (qui se caractérisent au contraire par la #solitude, l’#isolement, le surf sur #internet, l’absence d’#attaches_communautaires et de pratique religieuse assidue, l’absence en tout cas de fréquentation de #lieux_de_cultes) mais bien certaines de ses victimes (des fidèles attaqués sur leur lieu de culte, ou de courses).

    14. Puis, quelques jours à peine après l’effroyable attentat, sans aucune concertation sur le terrain, auprès de la profession concernée, est tombée par voie de presse (comme d’habitude) une stupéfiante nouvelle : l’ensemble des Conseils régionaux de France a décidé de faire distribuer un « #recueil_de_caricatures » (on ne sait pas lesquelles) dans tous les lycées. S’il faut donner son sang, allez donner le vôtre, disait la chanson. Qu’ils aillent donc, ces élus, distribuer eux-mêmes leurs petites bibles républicaines, sur les marchés. Mais non : c’est notre sang à nous, petits profs de merde, méprisés, sous-payés, insultés depuis des années, qui doit couler, a-t-il été décidé en haut lieu. Et possiblement aussi celui de nos élèves.

    Car il faut se rendre à l’évidence : si cette information est confirmée, et si nous acceptons ce rôle de héros et martyrs d’un pouvoir qui joue aux petits soldats de plomb avec des profs et des élèves de chair et d’os, nous devenons officiellement la cible privilégiée des groupes terroristes. À un ennemi qui ne fonctionne, dans ses choix de cibles et dans sa communication politique, qu’au défi, au symbole et à l’invocation de l’honneur du Prophète, nos dirigeants répondent en toute #irresponsabilité par le #défi, le #symbole, et la remise en jeu de l’image du Prophète. À quoi doit-on s’attendre ? Y sommes-nous prêts ? Moi non.

    15. Comme si tout cela ne suffisait pas, voici enfin que le leader de l’opposition de gauche, celui dont on pouvait espérer, au vu de ses engagements récents, quelques mises en garde élémentaires mais salutaires contre les #amalgames et la #stigmatisation haineuse des musulmans, n’en finit pas de nous surprendre ou plutôt de nous consterner, de nous horrifier, puisqu’il s’oppose effectivement à la chasse aux musulmans, mais pour nous inviter aussitôt à une autre chasse : la #chasse_aux_Tchétchènes :

    « Moi, je pense qu’il y a un problème avec la #communauté_tchétchène en France ».

    Il suffit donc de deux crimes, commis tous les deux par une personne d’origine tchétchène, ces dernières années (l’attentat de l’Opéra en 2018, et celui de Conflans en 2020), plus une méga-rixe à Dijon cet été impliquant quelques dizaines de #Tchétchènes, pour que notre homme de gauche infère tranquillement un « #problème_tchétchène », impliquant toute une « communauté » de plusieurs dizaines de milliers de personnes vivant en France.

    « Ils sont arrivés en France car le gouvernement français, qui était très hostile à Vladimir Poutine, les accueillait à bras ouverts », nous explique Jean-Luc #Mélenchon. « À bras ouverts », donc, comme dans un discours de Le Pen – le père ou la fille. Et l’on a bien entendu : le motif de l’#asile est une inexplicable « hostilité » de la France contre le pauvre Poutine – et certainement pas une persécution sanglante commise par ledit Poutine, se déclarant prêt à aller « buter » lesdits Tchétchènes « jusque dans les chiottes ».

    « Il y a sans doute de très bonnes personnes dans cette communauté » finit-il par concéder à son intervieweur interloqué. On a bien lu, là encore : « sans doute ». Ce n’est donc même pas sûr. Et « de très bonnes personnes », ce qui veut dire en bon français : quelques-unes, pas des masses.

    « Mais c’est notre #devoir_national de s’en assurer », s’empresse-t-il d’ajouter – donc même le « sans doute » n’aura pas fait long feu. Et pour finir en apothéose :

    « Il faut reprendre un par un tous les dossiers des Tchétchènes présents en France et tous ceux qui ont une activité sur les réseaux sociaux, comme c’était le cas de l’assassin ou d’autres qui ont des activités dans l’#islamisme_politique (...), doivent être capturés et expulsés ».

    Là encore, on a bien lu : « tous les dossiers des Tchétchènes présents en France », « un par un » ! Quant aux suspects, ils ne seront pas « interpellés », ni « arrêtés », mais « capturés » : le vocabulaire est celui de la #chasse, du #safari. Voici donc où nous emmène le chef du principal parti d’opposition de gauche.

    16. Enfin, quand on écrira l’histoire de ces temps obscurs, il faudra aussi raconter cela : comment, à l’heure où la nation était invitée à s’unir dans le deuil, dans la défense d’un modèle démocratique, dans le refus de la violence, une violente campagne de presse et de tweet fut menée pour que soient purement et simplement virés et remplacés les responsables de l’#Observatoire_de_la_laïcité, #Nicolas_Cadène et #Jean-Louis_Bianco, pourtant restés toujours fidèles à l’esprit et à la lettre des lois laïques, et que les deux hommes furent à cette fin accusés d’avoir « désarmé » la République et de s’être « mis au service » des « ennemis » de ladite #laïcité et de ladite république – en somme d’être les complices d’un tueur de prof, puisque c’est de cet ennemi-là qu’il était question.

    Il faudra raconter que des universitaires absolument irréprochables sur ces questions, comme #Mame_Fatou_Niang et #Éric_Fassin, furent mis en cause violemment par des tweeters, l’une en recevant d’abjectes vidéos de décapitation, l’autre en recevant des #menaces de subir la même chose, avec dans les deux cas l’accusation d’être responsables de la mort de Samuel Paty.

    Il faudra se souvenir qu’un intellectuel renommé, invité sur tous les plateaux, proféra tranquillement, là encore sans être recadré par les animateurs, le même type d’accusations à l’encontre de la journaliste et chroniqueuse #Rokhaya_Diallo : en critiquant #Charlie_Hebdo, elle aurait « poussé à armer les bras des tueurs », et « entrainé » la mort des douze de Charlie hebdo.

    Il faudra se souvenir qu’au sommet de l’État, enfin, en ces temps de deuil, de concorde nationale et de combat contre l’obscurantisme, le ministre de l’Éducation nationale lui-même attisa ce genre de mauvaise querelle et de #mauvais_procès – c’est un euphémisme – en déclarant notamment ceci :

    « Ce qu’on appelle l’#islamo-gauchisme fait des ravages, il fait des ravages à l’#université. Il fait des ravages quand l’#UNEF cède à ce type de chose, il fait des ravages quand dans les rangs de la France Insoumise, vous avez des gens qui sont de ce courant-là et s’affichent comme tels. Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire. »

    Il faudra raconter ce que ces sophismes et ces purs et simples mensonges ont construit ou tenté de construire : un « #consensus_national » fondé sur une rage aveugle plutôt que sur un deuil partagé et un « plus jamais ça » sincère et réfléchi. Un « consensus » singulièrement diviseur en vérité, excluant de manière radicale et brutale tous les contre-pouvoirs humanistes et progressistes qui pourraient tempérer la violence de l’arbitraire d’État, et apporter leur contribution à l’élaboration d’une riposte anti-terroriste pertinente et efficace : le mouvement antiraciste, l’opposition de gauche, la #sociologie_critique... Et incluant en revanche, sans le moindre état d’âme, une droite républicaine radicalisée comme jamais, ainsi que l’#extrême_droite lepéniste.

    Je ne sais comment conclure, sinon en redisant mon accablement, ma tristesse, mon désarroi, ma peur – pourquoi le cacher ? – et mon sentiment d’#impuissance face à une #brutalisation en marche. La brutalisation de la #vie_politique s’était certes enclenchée bien avant ce crime atroce – l’évolution du #maintien_de l’ordre pendant tous les derniers mouvements sociaux en témoigne, et les noms de Lallement et de Benalla en sont deux bons emblèmes. Mais cet attentat, comme les précédents, nous fait évidemment franchir un cap dans l’#horreur. Quant à la réponse à cette horreur, elle s’annonce désastreuse et, loin d’opposer efficacement la force à la force (ce qui peut se faire mais suppose le discernement), elle rajoute de la violence aveugle à de la violence aveugle – tout en nous exposant et en nous fragilisant comme jamais. Naïvement, avec sans doute un peu de cet idéalisme qui animait Samuel Paty, j’en appelle au #sursaut_collectif, et à la #raison.

    Pour reprendre un mot d’ordre apparu suite à ce crime atroce, #je_suis_prof. Je suis prof au sens où je me sens solidaire de Samuel Paty, où sa mort me bouleverse et me terrifie, mais je suis prof aussi parce que c’est tout simplement le métier que j’exerce. Je suis prof et je crois donc en la raison, en l’#éducation, en la #discussion. Depuis vingt-cinq ans, j’enseigne avec passion la philosophie et je m’efforce de transmettre le goût de la pensée, de la liberté de penser, de l’échange d’arguments, du débat contradictoire. Je suis prof et je m’efforce de transmettre ces belles valeurs complémentaires que sont la #tolérance, la #capacité_d’indignation face à l’intolérable, et la #non-violence dans l’#indignation et le combat pour ses idées.

    Je suis prof et depuis vingt-cinq ans je m’efforce de promouvoir le #respect et l’#égalité_de_traitement, contre tous les racismes, tous les sexismes, toutes les homophobies, tous les systèmes inégalitaires. Et je refuse d’aller mourir au front pour une croisade faussement « républicaine », menée par un ministre de l’Intérieur qui a commencé sa carrière politique, entre 2004 et 2008, dans le girons de l’extrême droite monarchiste (auprès de #Christian_Vanneste et de #Politique_magazine, l’organe de l’#Action_française). Je suis prof et je refuse de sacrifier tout ce en quoi je crois pour la carrière d’un ministre qui en 2012, encore, militait avec acharnement, aux côtés de « La manif pour tous », pour que les homosexuels n’aient pas les mêmes droits que les autres – sans parler de son rapport aux femmes, pour le moins problématique, et de ce que notre grand républicain appelle, en un délicat euphémisme, sa « vie de jeune homme ».

    Je suis prof et j’enseigne la laïcité, la vraie, celle qui s’est incarnée dans de belles lois en 1881, 1882, 1886 et 1905, et qui n’est rien d’autre qu’une machine à produire plus de #liberté, d’#égalité et de #fraternité. Mais ce n’est pas cette laïcité, loin s’en faut, qui se donne à voir ces jours-ci, moins que jamais, quand bien même le mot est répété à l’infini. C’est au contraire une politique liberticide, discriminatoire donc inégalitaire, suspicieuse ou haineuse plutôt que fraternelle, que je vois se mettre en place, sans même l’excuse de l’efficacité face au terrorisme.

    Je suis prof, et cette #vraie_laïcité, ce goût de la pensée et de la #parole_libre, je souhaite continuer de les promouvoir. Et je souhaite pour cela rester en vie. Et je souhaite pour cela rester libre, maître de mes #choix_pédagogiques, dans des conditions matérielles qui permettent de travailler. Et je refuse donc de devenir l’otage d’un costume de héros ou de martyr taillé pour moi par des aventuriers sans jugeote, sans cœur et sans principes – ces faux amis qui ne savent qu’encenser des profs morts et mépriser les profs vivants.

    https://lmsi.net/Je-suis-prof

    #Pierre_Tevanian

    –—

    –-> déjà signalé sur seenthis :
    https://seenthis.net/messages/882390
    https://seenthis.net/messages/882583
    ... mais je voulais mettre le texte complet.

  • #Shamima_Begum: Isis Briton faces move to revoke citizenship

    The Guardian understands the home secretary thinks section 40(2) of the British Nationality Act 1981 gives him the power to strip Begum of her UK citizenship.

    He wrote to her family informing them he had made such an order, believing the fact her parents are of Bangladeshi heritage means she can apply for citizenship of that country – though Begum says she has never visited it.

    This is crucial because, while the law bars him from making a person stateless, it allows him to remove citizenship if he can show Begum has behaved “in a manner which is seriously prejudicial to the vital interests of the UK” and he has “reasonable grounds for believing that the person is able, under the law of a country or territory outside the UK, to become a national of such a country or territory”.


    https://www.theguardian.com/world/2019/feb/19/isis-briton-shamima-begum-to-have-uk-citizenship-revoked?CMP=Share_Andr
    #citoyenneté #UK #Angleterre #apatridie #révocation #terrorisme #ISIS #EI #Etat_islamique #nationalité #déchéance_de_nationalité

    • What do we know about citizenship stripping?

      The Bureau began investigating the Government’s powers to deprive individuals of their British citizenship two years ago.

      The project has involved countless hours spent in court, deep and detailed use of the freedom of information act and the input of respected academics, lawyers and politicians.

      The Counter-Terrorism Bill was presented to Parliament two weeks ago. New powers to remove passports from terror suspects and temporarily exclude suspected jihadists from the UK have focused attention on the Government’s citizenship stripping powers, which have been part of the government’s counter-terrorism tools for nearly a decade.

      A deprivation order can be made where the home secretary believes that it is ‘not conducive’ to the public good for the individual to remain in the country, or where citizenship is believed to have been obtained fraudulently. The Bureau focuses on cases based on ‘not conducive’ grounds, which are related to national security and suspected terrorist activity.

      Until earlier this year, the Government was only able to remove the citizenship of British nationals where doing so wouldn’t leave them stateless. However, in July an amendment to the British Nationality Act (BNA) came into force and powers to deprive a person of their citizenship were expanded. Foreign-born, naturalised individuals can now be stripped of their UK citizenship on national security grounds even if it renders them stateless, a practice described by a former director of public prosecutions as being “beloved of the world’s worst regimes during the 20th century”.

      So what do we know about how these powers are used?
      The numbers

      53 people have been stripped of their British citizenship since 2002 – this includes both people who were considered to have gained their citizenship fraudulently, as well as those who have lost it for national security reasons.
      48 of these were under the Coalition government.
      Since 2006, 27 people have lost their citizenship on national security grounds; 24 of these were under the current Coalition government.
      In 2013, home secretary Theresa May stripped 20 individuals of their British citizenship – more than in all the preceding years of the Coalition put together.
      The Bureau has identified 18 of the 53 cases, 17 of which were deprived of their citizenship on national security grounds.
      15 of the individuals identified by the Bureau who lost their citizenship on national security grounds were abroad at the time of the deprivation order.
      At least five of those who have lost their nationality were born in the UK.
      The previous Labour government used deprivation orders just five times in four years.
      Hilal Al-Jedda was the first individual whose deprivation of citizenship case made it to the Supreme Court. The home secretary lost her appeal as the Supreme Court justices unanimously ruled her deprivation order against Al-Jedda had made him illegally stateless. Instead of returning his passport, just three weeks later the home secretary issued a second deprivation order against him.
      This was one of two deprivation of citizenship cases to have made it to the Supreme Court, Britain’s uppermost court, to date.
      In November 2014 deprivation of citizenship case number two reached the Supreme Court, with the appellant, Minh Pham, also arguing that the deprivation order against him made him unlawfully stateless.
      Two of those stripped of their British citizenship by Theresa May in 2010, London-born Mohamed Sakr and his childhood friend Bilal al Berjawi, were later killed by US drone strikes in Somalia.
      One of the individuals identified by the Bureau, Mahdi Hashi, was the subject of rendition to the US, where he was held in secret for over a month and now faces terror charges.
      Only one individual, Iraqi-born Hilal al-Jedda, is currently known to have been stripped of his British citizenship twice.
      Number of Bureau Q&As on deprivation of citizenship: one.

      https://www.thebureauinvestigates.com/stories/2014-12-10/what-do-we-know-about-citizenship-stripping
      #statistiques #chiffres

    • ‘My British citizenship was everything to me. Now I am nobody’ – A former British citizen speaks out

      When a British man took a holiday to visit relatives in Pakistan in January 2012 he had every reason to look forward to returning home. He worked full time at the mobile phone shop beneath his flat in southeast London, he had a busy social life and preparations for his family’s visit to the UK were in full flow.

      Two years later, the man, who cannot be named for legal reasons, is stranded in Pakistan, and claims he is under threat from the Taliban and unable to find work to support his wife and three children.

      He is one of 27 British nationals since 2006 who have had their citizenship removed under secretive government orders on the grounds that their presence in the UK is ‘not conducive to the public good’. He is the first to speak publicly about his ordeal.

      ‘My British citizenship was everything to me. I could travel around the world freely,’ he told the Bureau. ‘That was my identity but now I am nobody.’

      Under current legislation, the Home Secretary, Theresa May, has the power to strip dual nationals of their British citizenship if she deems their presence in the UK ‘not conducive to the public good’, or if their nationality was gained on fraudulent grounds. May recently won a Commons vote paving the way to allow her to strip the citizenship of foreign-born or naturalised UK nationals even if it rendered them stateless. Amendments to the Immigration Bill – including the controversial Article 60 concerning statelessness – are being tabled this week in the House of Lords.

      A Bureau investigation in December 2013 revealed 20 British nationals were stripped of their citizenship last year – more than in all previous years under the Coalition combined. Twelve of these were later revealed to have been cases where an individual had gained citizenship by fraud; the remaining eight are on ‘conducive’ grounds.

      Since 2006 when the current laws entered force, 27 orders have been made on ‘conducive’ grounds, issued in practice against individuals suspected of involvement in extremist activities. The Home Secretary often makes her decision when the individual concerned is outside the UK, and, in at least one case, deliberately waited for a British national to go on holiday before revoking his citizenship.

      The only legal recourse to these decisions, which are taken without judicial approval, is for the individual affected to submit a formal appeal to the Special Immigration and Asylum Committee (Siac), where evidence can be heard in secret, within 28 days of the order being given. These appeals can take years to conclude, leaving individuals – the vast majority of whom have never been charged with an offence – stranded abroad.

      The process has been compared to ‘medieval exile’ by leading human rights lawyer Gareth Peirce.

      The man, who is referred to in court documents as E2, was born in Afghanistan and still holds Afghan citizenship. He claimed asylum in Britain in 1999 after fleeing the Taliban regime in Kabul, and was granted indefinite leave to remain. In 2009 he became a British citizen.

      While his immediate family remained in Pakistan, E2 came to London, where he worked and integrated in the local community. Although this interview was conducted in his native Pashto, E2 can speak some English.

      ‘I worked and I learned English,’ he says. ‘Even now I see myself as a British. If anyone asks me, I tell them that I am British.’

      But, as of March 28 2012, E2 is no longer a British citizen. After E2 boarded a flight to Kabul in January 2012 to visit relatives in Afghanistan and his wife and children in Pakistan, a letter containing May’s signature was sent to his southeast London address from the UK Border Agency, stating he had been deprived of his British nationality. In evidence that remains secret even from him, E2 was accused of involvement in ‘Islamist extremism’ and deemed a national security threat. He denies the allegation and says he has never participated in extremist activity.

      In the letter the Home Secretary wrote: ‘My decision has been taken in part reliance on information which, in my opinion should not be made public in the interest of national security and because disclosure would be contrary to the public interest.’

      E2 says he had no way of knowing his citizenship had been removed and that the first he heard of the decision was when he was met by a British embassy official at Dubai airport on May 25 2012, when he was on his way back to the UK and well after his appeal window shut.

      E2’s lawyer appealed anyway, and submitted to Siac that: ‘Save for written correspondence to the Appellant’s last known address in the UK expressly stating that he has 28 days to appeal, i.e. acknowledging that he was not in the UK, no steps were taken to contact the Appellant by email, telephone or in person until an official from the British Embassy met him at Dubai airport and took his passport from him.’

      The submission noted that ‘it is clear from this [decision] that the [Home Secretary] knew that the Appellant [E2] is out of the country as the deadline referred to is 28 days.’

      The Home Office disputed that E2 was unaware of the order against him, and a judge ruled that he was satisfied ‘on the balance of probabilities’ that E2 did know about the removal of his citizenship. ‘[W]e do not believe his statement,’ the judge added.

      His British passport was confiscated and, after spending 18 hours in an airport cell, E2 was made to board a flight back to Kabul. He has remained in Afghanistan and Pakistan ever since. It is from Pakistan that he agreed to speak to the Bureau last month.

      Daniel Carey, who is representing E2 in a fresh appeal to Siac, says: ‘The practice of waiting until a citizen leaves the UK before depriving them of citizenship, and then opposing them when they appeal out of time, is an intentional attack on citizens’ due process rights.

      ‘By bending an unfair system to its will the government is getting worryingly close to a system of citizenship by executive fiat.’

      While rules governing hearings at Siac mean some evidence against E2 cannot be disclosed on grounds of national security, the Bureau has been able to corroborate key aspects of E2’s version of events, including his best guess as to why his citizenship was stripped. His story revolves around an incident that occurred thousands of miles away from his London home and several years before he saw it for the last time.

      In November 2008, Afghan national Zia ul-Haq Ahadi was kidnapped as he left the home of his infirmed mother in Peshawar, Pakistan. The event might have gone unnoticed were he not the brother of Afghanistan’s then finance minister and former presidential hopeful Anwar ul-Haq Ahadi. Anwar intervened, and after 13 months of tortuous negotiations with the kidnappers, a ransom was paid and Zia was released. E2 claims to have been the man who drove a key negotiator to Zia’s kidnappers.

      While the Bureau has not yet been able to confirm whether E2 had played the role he claimed in the release, a source with detailed knowledge of the kidnapping told the Bureau he was ‘willing to give [E2] some benefit of the doubt because there are elements of truth [in his version of events].’

      The source confirmed a man matching E2’s description was involved in the negotiations.

      ‘We didn’t know officially who the group was, but they were the kidnappers. I didn’t know whether they were with the Pakistani or Afghan Taliban,’ E2 says. ‘After releasing the abducted person I came back to London.’

      E2 guesses – since not even his lawyers have seen specific evidence against him – that it was this activity that brought him to the attention of British intelligence services. After this point, he was repeatedly stopped as he travelled to and from London and Afghanistan and Pakistan to visit relatives four times between the end of 2009 and the beginning of 2012.

      ‘MI5 questioned me for three or four hours each time I came to London at Heathrow airport,’ he says. ‘They said people like me [Pashtun Afghans] go to Waziristan and from there you start fighting with British and US soldiers.

      ‘The very last time [I was questioned] was years after the [kidnapping]. I was asked to a Metropolitan Police station in London. They showed me pictures of Gulbuddin Hekmatyar [former Afghan prime minister and militant with links to the Pakistani Taliban (TTP)] along with other leaders and Taliban commanders. They said: ‘You know these guys.’

      He claims he was shown a photo of his wife – a highly intrusive action in conservative Pashtun culture – as well as one of someone he was told was Sirajuddin Haqqani, commander of the Haqqani Network, one of the most lethal TTP-allied groups.

      ‘They said I met him, that I was talking to him and I have connections with him. I said that’s wrong. I told [my interrogator] that you can call [Anwar al-Ahady] and he will explain that he sent me to Waziristan and that I found and released his brother,’ E2 says.

      ‘I don’t know Sirajuddin Haqqani and I didn’t meet him.’

      The Haqqani Network, which operates in Pakistan’s Federally Administered Tribal Areas and across the border in Afghanistan, was designated as a terrorist organisation by the United States in September 2012. It has claimed responsibility for a score of attacks against Afghan, Pakistani and NATO security forces in Afghanistan and Pakistan. The UN accuses Sirajuddin Haqqani of being ‘actively involved in the planning and execution of attacks targeting International Security Assistance Forces (ISAF), Afghan officials and civilians.’

      E2 says he has no idea whether Haqqani was involved in Zia’s kidnapping, but he believes the security services may have started investigating him when he met the imam of a mosque he visited in North Waziristan.

      ‘The imam had lunch with us and he was with me while I was waiting for my father-in-law. I didn’t take his number but I gave him mine. That imam often called me on my shop’s BT telephone line [in London]. These calls put me in trouble,’ he says.

      If E2’s version of events is accurate, it would mean he gained his British citizenship while he was negotiating Zia’s release. He lost it less than three years later.

      The Home Office offered a boilerplate response to the Bureau’s questions: ‘The Home Secretary will remove British citizenship from individuals where she feels it is conducive to the public good to do so.’

      When challenged specifically on allegations made by E2, the spokesman said the Home Office does not comment on individual cases.

      E2 says he now lives in fear for his safety in Pakistan. Since word has spread that he lost his UK nationality, locals assume he is guilty, which he says puts him at risk of attack from the Pakistani security forces. In addition, he says his family has received threats from the Taliban for his interaction with MI5.

      ‘People back in Afghanistan know that my British passport was revoked because I was accused of working with the Taliban. I can’t visit my relatives and I am an easy target to others,’ he said. ‘Without the British passport here, whether [by] the government or Taliban, we can be executed easily.’

      E2 is not alone in fearing for his life after being exiled from Britain. Two British nationals stripped of their citizenship in 2010 were killed a year later by a US drone strike in Somalia. A third Briton, Mahdi Hashi, disappeared from east Africa after having his citizenship revoked in June 2012 only to appear in a US court after being rendered from Djibouti.

      E2 says if the government was so certain of his involvement in extremism they should allow him to stand trial in a criminal court.

      ‘When somebody’s citizenship is revoked if he is criminal he should be put in jail, otherwise he should be free and should have his passport returned,’ he says.

      ‘My message [to Theresa May] is that my citizenship was revoked illegally. It’s wrong that only by sending a letter that your citizenship is revoked. What kind of democracy is it that?’

      https://www.thebureauinvestigates.com/stories/2014-03-17/my-british-citizenship-was-everything-to-me-now-i-am-nobody-a

  • La #déchéance_de_nationalité sous #Pétain

    En juillet 1940, le gouvernement de Vichy promulgue une loi qui annule les naturalisations accordées par son prédécesseur, sous une Troisième République libérale. Environ 15 000 personnes, parmi lesquelles de nombreux #Juifs, sont déchues de leur nationalité entre 1940 et 1944. L’étude révolutionnaire de #Claire_Zalc montre comment cette politique d’#exclusion fut mise en œuvre.


    http://www.laviedesidees.fr/La-decheance-de-nationalite-sous-Petain.html
    #France #histoire #livre

  • La déchéance de nationalité sous Pétain
    http://www.laviedesidees.fr/La-decheance-de-nationalite-sous-Petain.html

    En juillet 1940, le gouvernement de #Vichy promulgue une loi qui annule les naturalisations accordées par son prédécesseur, sous une Troisième République libérale. Environ 15 000 personnes, parmi lesquelles de nombreux Juifs, sont déchues de leur nationalité entre 1940 et 1944. L’étude révolutionnaire de Claire Zalc montre comment cette politique d’exclusion fut mise en œuvre.

    Livres & études

    / Vichy, #totalitarisme, #antisémitisme, #dénaturalisation

    #Livres_&_études

  • “We are deprived of our citizenship for exposing the atrocities"

    HDP’s Sarıyıldız, facing the threat of denaturalization, said: “They are doing this because we exposed the crime Erdoğan committed.” Former MP Üçer, under the same threat, said: “We will continue with the freedom struggle wherever we are.”


    https://anfenglish.com/news/we-are-deprived-of-our-citizenship-for-exposing-the-atrocities-20323
    #déchéance_de_nationalité #Turquie #purge
    cc @isskein

  • PS : un cas rare d’effondrement partisan
    https://www.mediapart.fr/journal/france/120617/ps-un-cas-rare-d-effondrement-partisan

    © Fondation Jean Jaurès La défaite du PS, d’une ampleur massive, signe son effondrement en tant que grand parti de gouvernement. Les rares précédents comparables dans l’histoire des démocraties occidentales ne lui laissent guère espérer la reconquête de ce statut perdu.

    #France #Charles_Mack #déchéance_de_nationalité #effondrement_partisan #Emmanuel_Macron #loi_travail #noyau_électoral #parti_socialiste #Pierre_Martin

  • Pays-Bas. Déchéance de nationalité : le Parlement néerlandais dit oui

    La chambre haute a donné son feu vert à une mesure qui permet d’enlever la citoyenneté néerlandaise aux personnes de double nationalité soupçonnées de terrorisme. Une mesure controversée, votée par une petite majorité.

    http://www.courrierinternational.com/article/pays-bas-decheance-de-nationalite-le-parlement-neerlandais-di

    #Nationalité #citoyenneté #déchéance_De_nationalité #pays_bas

  • Bürger zweiter Klasse

    Die Abschaffung der doppelten Staatsbürgerschaft würde genau das befördern, was deren Befürworter besorgt: Die Nicht-Integration von ganzen Gruppen in Deutschland heimischer Menschen.


    http://www.spiegel.de/politik/deutschland/einwanderungspolitik-gegen-die-abschaffung-des-doppelpasses-a-1114709.html
    #déchéance_de_nationalité #citoyenneté #nationalité #Allemagne #intégration

  • Ces citoyens dont la Suisse ne veut plus

    La Confédération a lancé une procédure visant à retirer son passeport à un jeune binational parti combattre sous la bannière de l’Etat islamique en Syrie. Les autorités fédérales étudient la possibilité de prononcer d’autres sanctions similaires, même si l’efficacité de la mesure est très controversée.


    http://www.swissinfo.ch/fre/partis-pour-le-djihad_ces-citoyens-dont-la-suisse-ne-veut-plus/42395888
    #déchéance_de_nationalité #Suisse #terrorisme #djihadisme

  • L’#Allemagne fait un pas vers la #déchéance_de_nationalité de jihadistes

    Le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière a ouvert jeudi le débat sur la déchéance de nationalité de jihadistes binationaux en introduisant cette proposition controversée dans un catalogue de mesures élaboré après une série d ?attaques en juillet en Allemagne.

    http://www.courrierinternational.com/depeche/lallemagne-fait-un-pas-vers-la-decheance-de-nationalite-de-ji

  • Après les attentats de Nice, l’oligarchie politicienne de tout bord se vautre dans l’abjection. Mais que Pierrick Tillet se rassure : il faudra plus que quelques sifflets et invectives pour faire rentrer ces sinistres personnages dans la niche d’où ils n’auraient jamais dû sortir.

    Le début de la fin : Valls hué à Nice pendant la cérémonie d’hommage aux victimes du 14 juillet - Chroniques du Yéti
    http://yetiblog.org/index.php?post/1916
    http://www.liberation.fr/france/2016/07/18/attentat-valls-conspue-a-nice-l-executif-contre-attaque-face-a-la-droite_ (pitoyable)

    #indignité_nationale #bouffons #abjection(s) #déchéance_de_nationalité (c’est celui qui le dit qui y est)

  • Vu d’Italie. #Déchéance_de_nationalité : un épilogue embarrassant

    La déchéance de nationalité pour les terroristes ne sera pas inscrite dans la Constitution française. Cet abandon après des mois de débat médiatique est le dernier épisode d’“une histoire confuse et embarrassante”, estime la presse italienne.


    http://www.courrierinternational.com/article/vu-ditalie-decheance-de-nationalite-un-epilogue-embarrassant#
    #France

  • #réforme_constitutionnelle : la cuisante défaite de François Hollande
    https://www.mediapart.fr/journal/france/300316/reforme-constitutionnelle-la-cuisante-defaite-de-francois-hollande

    Le président de la République a annoncé mercredi l’abandon de la réforme constitutionnelle. Après quatre mois de débats sur la déchéance de nationalité qui ont cristallisé les oppositions à gauche, le Congrès ne sera donc pas convoqué. Le pouvoir tente d’en faire porter la responsabilité à la droite. Mais c’est un échec politique majeur pour François Hollande.

    #France #13_novembre #Attentats_de_Paris #déchéance_de_nationalité #Elysée #état_d'urgence #Saint-Denis #terrorisme

  • Déchéance de nationalité : la réforme définitivement plombée
    https://www.mediapart.fr/journal/france/180316/decheance-de-nationalite-la-reforme-definitivement-plombee

    En adoptant jeudi soir une version largement remaniée de l’article 2 de la #réforme_constitutionnelle, qui revient à viser les seuls binationaux, le #Sénat rajoute un ultime clou sur le cercueil. François Hollande se donne jusqu’au 22 mars et le vote solennel des sénateurs sur le texte, pour prononcer l’oraison funèbre.

    #France #déchéance_de_nationalité #gouvernement #Manuel_Valls

  • Politiques de la délégitimation : de la remise en cause de la double nationalité au projet d’extension de la déchéance de nationalité
    http://mouvements.info/politiques-de-la-delegitimation-de-la-remise-en-cause-de-la-double-nati

    En se saisissant du débat actuel sur la déchéance de nationalité pour les binationaux, Sarah Mazouz met au jour le contenu idéologique qu’il recèle : une conception inégalitaire et naturalisante de la nationalité française. En effet cette dernière, qui était jusque-là un droit, deviendrait un octroi de faveur pour certain.e.s tandis qu’elle est naturelle pour d’autres. L’Etat signifie ainsi qu’il peut (re)prendre ce qui a été acquis de droit, ou attribué à la naissance. Au-delà, en les disqualifiant comme Français.e.s, la suspicion qui plane sur le groupe des binationaux exprime, tout en les renforçant, l’assignation raciale et la stigmatisation auxquelles ces Français.e.s sont soumis.e.s. Car si le groupe des binationaux ne se limite pas aux personnes assignées à une identité d’Arabes ou de Noir.e.s, c’est principalement elles qui sont visées par les différentes polémiques qui leur intiment de donner plus de gages ou de preuves de leur adhésion à la France.

  • « Un État de police se met en place »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/100216/un-etat-de-police-se-met-en-place

    Deux professeurs de droit, Dominique Rousseau et Marie-Laure Basilien-Gainche réagissent à l’adoption par l’Assemblée nationale du projet de loi introduisant l’état d’urgence et la déchéance de nationalité dans la #Constitution. Ils s’inquiètent d’une dérive de l’Etat de droit et dénoncent une réforme inutile.

    #France #attentats #déchéance_de_nationalité #état_d'urgence #libertés_publiques #réforme_constitutionnelle #terrorisme

  • Réforme constitutionnelle en "démocratie d’autorisation"

    « J’attends évidemment avec confiance le vote sur l’ensemble de la révision constitutionnelle demain, et avec encore plus de confiance la révision constitutionnelle. Je l’espère au Congrès à Versailles » a confié Valls
    Ne doutons pas que les élus godillots de nos deux assemblées croupions répondront à son attente et sauront être "à la hauteur des exigences des Français".

    Vivement la prochaine réforme constitutionnelle Billet politique de Benoît Bouscarel.
    Les députés ont voté, hier, l’article 2 du projet de loi de réforme constitutionnelle
    http://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-politique-de-benoit-bouscarel/vivement-la-prochaine-reforme-constitutionnelle

    Et si les députés avaient mal voté ? C’est visiblement ce qu’a pensé très fort Manuel Valls, le Premier Ministre qui hier soir, une fois l’article 2 du projet de loi de réforme constitutionnelle adopté, a voulu revenir sur le vote de... l’article 1, pourtant examiné, et adopté avant-hier soir, certes dans un hémicycle clairsemé.

    Ce que Manuel Valls a voulu modifier, notamment, au coeur de la nuit, c’est l’amendement Denaja qui proposait d’interdire la dissolution de l’Assemblée Nationale pendant la durée de l’état d’urgence. Cette interdiction, expliquait Denaja, qui depuis a curieusement changé d’avis, permettait d’éviter qu’un gouvernement à la dérive se retrouve un jour, en période de crise, sans contrôle parlementaire. Ce à quoi Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI ajoutait qu’il était quand même extrêmement difficile d’imaginer la tenue d’une campagne électorale sereine, pour élire de nouveaux députés, avec perquisitions nocturnes, assignations à résidence et interdiction de rassemblements à tout bout de champ.

    Cette précaution, qui avait le malheur de n’avoir pas les faveurs de la droite, a donc été annulée hier, par un autre amendement, voté à la demande de Manuel Valls, qui sait très bien que chaque voix LR va compter, sur ce texte.

    Tout ça pose le problème de l’équilibre des pouvoirs. C’est encore une preuve, en tout cas, du déséquilibre de nos institutions actuelles, au profit de l’exécutif, au détriment du législatif. C’est notamment ce que décrit Pierre Rosanvallon, dans son dernier ouvrage, paru l’an dernier : "Le bon gouvernement", quand il parle du pouvoir législatif “subordonné à la fonction gouvernante”.

    Notez, d’ailleurs, qu’hier soir, plusieurs députés, dont la socialiste Sandrine Mazetier, sont allés jusqu’à proposé de composer, de faire du donnant-donnant : “on interdit au gouvernement de dissoudre, et en échange, on est prêt à renoncer au vote de censure”. Ça n’a pas marché, force est restée à l’exécutif, et Manuel Valls a eu gain de cause. En jouant, exactement comme l’explique Rosanvallon, sur les notions de volonté, d’efficacité, ou de respect des décisions prises…

    Un député frondeur nous confiait hier soir que ce genre d’attitude, “so 5ème République”, “tellement typique de notre régime”, réduisait effectivement le parlement à la soumission. Et ils sont probablement nombreux ce matin, comme lui, à attendre impatiemment la prochaine réforme constitutionnelle.

    >>>> Le bon gouvernement, Pierre Rosanvallon. Extraits
    http://www.seuil.com/extraits/9782021224221.pdf

    À l’âge de la prédominance du pouvoir exécutif, la clef de la démocratie réside dans les conditions du contrôle de ce dernier par la société. C’est donc le rapport gouvernés-gouvernants qui devient l’enjeu majeur. L’objectif ne peut être celui d’un impossible autogouvernement (alors que l’idéal du peuple-législateur fait sens), tant la notion de gouvernement présuppose une distinction fonctionnelle entre gouvernés et gouvernants. Mais il est de maintenir cette relation dans son strict caractère fonctionnel, en définissant les conditions d’une action gouvernementale qui la rendent appropriable par les citoyens et n’en font pas une instance de domination, expression d’un pouvoir oligarchique coupé de la société. Le problème est que la seule réponse qui ait actuellement été apportée à cet impératif s’est limitée à l’élection de la tête de cet exécutif. Mais c’est seulement une démocratie d’autorisation qui est mise en place de la sorte, un permis de gouverner qui est accordé. Ni plus ni moins. Ce qui ne saurait suffire, tant nous voyons dans le monde de présidents élus qui
    sont bien loin de se comporter en démocrates.

    Introduction p 20 , Le rapport gouvernés-gouvernants

    >>>> Pierre Rosanvallon : “Qu’est-ce qu’un bon gouvernant ?” Les Inrocks - 2015.
    http://www.lesinrocks.com/2015/08/25/actualite/politique/pierre-rosanvallon-quest-ce-quun-bon-gouvernant-11769237

    #Benoît_bouscarel #réforme_constitutionnelle #déchéance_de_nationalité #gouvernement_hollance #5ème_République #démocratie_d'autorisation #gouvernés_gouvernants #séparation_des_pouvoirs #Pierre_Rosanvallon.

  • #Constitution : la réforme a du plomb dans l’aile
    https://www.mediapart.fr/journal/france/100216/constitution-la-reforme-du-plomb-dans-laile

    Une très courte majorité de députés a adopté mardi soir l’article 2 qui inscrit la #déchéance de nationalité dans la Constitution. Le bricolage gouvernemental, critiqué tant par une partie du PS que par une partie des Républicains, semble difficilement en mesure d’obtenir une majorité des 3/5e au Congrès. Au Sénat, les couteaux sont déjà tirés.

    #France #assemblée #déchéance_de_nationalité #gouvernement

  • Notre émission live à #Grenoble : six heures pour nos libertés
    https://www.mediapart.fr/journal/france/070216/notre-emission-live-grenoble-six-heures-pour-nos-libertes

    Dimanche 7 février, de 16 heures à 22 heures, Mediapart s’est mobilisé avec des représentants de la société civile pour faire face à l’état d’urgence et au projet d’extension de la déchéance de nationalité. Pendant six heures, les interventions de militants associatifs, d’avocats, de chercheurs et d’élus, scandées par des interventions artistiques, se sont enchaînées en direct et en public. Vidéo ci-dessus : le débat « état d’urgence, déchéance : une machine à discriminer » avec Françoise Dumont (LDH), Marwan Mohammed (sociologue), Geneviève Garrigos (Amnesty) et Florian Borg (SAF).

    #France #déchéance_de_nationalité #état_d'urgence #libertés_publiques #réforme_constitutionnelle