#dégagisme

  • Présidentielle en Ukraine : l’humoriste Zelensky vire en tête, devant Porochenko
    https://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/presidentielle-en-ukraine-l-humoriste-zelensky-vire-en-tete-devant-poroche


    Reuters

    Sur fond de "#dégagisme", l’humoriste Volodymyr Zelensky, favori des sondages, a remporté le premier tour de l’élection présidentielle dimanche en Ukraine, avec 30,4% des voix, devançant le président sortant, Petro Porochenko. Un second tour aura lieu le 21 avril prochain.

    Novice en politique, l’humoriste Volodymyr Zelensky est arrivé largement en tête du premier tour de la présidentielle ukrainienne avec 30,2% des voix, abordant en position de force le second tour qui doit l’opposer le 21 avril au sortant Petro Porochenko (16,7%), selon les résultats partiels publiés lundi.

    Surprise de la campagne, le comédien et entrepreneur de 41 ans, dont l’expérience du pouvoir se limite à incarner un président dans une série télévisée, semble avoir dépassé toutes les prévisions, signe de la défiance des Ukrainiens pour leur classe politique après des années de lourdes difficultés économiques et de scandales de corruption. Le "dégagisme" sur lequel il a surfé renvoie à une tendance plus large qui a conduit à l’émergence des contestataires du Mouvement 5 Etoiles en Italie ou même à l’élection de Donald Trump, autre star de la télévision reconvertie en politique.

    L’ex-Première ministre Ioulia dénonce des "manipulations"
    Malgré les doutes de ses détracteurs quant au flou de son programme et sa capacité à gouverner un pays en guerre et au cœur des tensions entre Russie et Occidentaux, il a obtenu 30,2% des voix dimanche, selon les résultats publiés par la Commission électoral. Il devance largement le président sortant Petro Porochenko, 53 ans, dont le score est estimé à environ 16,7%, selon ces résultats qui prennent en compte le dépouillement d’un peu plus de la moitié des bulletins.

    En tête des sondages en début de campagne, l’infatigable ex-Première ministre Ioulia Timochenko, 58 ans, recueille 13,1% et serait donc éliminée si ces résultats encore partiels se confirment.

    Elle avait pourtant revendiqué dimanche soir la deuxième place et dénoncé les sondages comme "malhonnêtes" et relevant de la "manipulation", laissant augurer d’âpres contestations autour des résultats dans ce pays qui a connu deux révolutions en 28 ans d’indépendance. La police a indiqué avoir été saisie de plus de 2.100 plaintes pour des fraudes présumées, la plupart sans gravité. « Le vote s’est déroulé sans violations systémiques », a assuré la présidente de la Commission électorale, Tetiana Slipatchouk.

    La Commission électorale a estimé la participation à presque 64% sur la quasi-totalité dans les circonscriptions, en hausse par rapport 2014.

  • Damien Castelain, un président tiré à quatre épingles… aux frais du contribuable Jacques Trentesaux - 15 juin 2018 - Médiacité
    https://www.mediacites.fr/lille/enquete-lille/2018/06/15/damien-castelain-un-president-tire-a-quatre-epingles-aux-frais-du-contrib

    Parfums, cartes cadeaux, soins hammam, cravates ou hôtels de luxe : le président de la Métropole de Lille utilise l’argent de la collectivité pour des dépenses personnelles. Révélations sur une sidérante confusion des genres.

    Depuis quelques semaines, la Métropole européenne de Lille (MEL) accueille des visiteurs d’un genre particulier. Les fonctionnaires de l’Agence française anticorruption épluchent patiemment la comptabilité de la collectivité et mènent de nombreux entretiens. Le lundi 11 juin, cela devait être au tour du président Damien Castelain d’être auditionné. Les contrôleurs de l’AFA, qui agissent sans doute dans le cadre d’un contrôle administratif de routine, ont-ils repéré les étranges dépenses de Damien Castelain ? Mediacités s’est livré à un travail de fourmi en se plongeant dans quelques centaines de factures. Certaines montrent clairement que le président prend quelques libertés avec l’argent du contribuable. Entre janvier 2017 et mai 2018, les dépenses litigieuses s’élèvent à plus de 11 000 euros. En voici quelques beaux exemples. 
    Parfums Terre d’Hermès, cartes cadeaux chez Séphora, Boulanger . . . . .

    La suite payante
    #Lille #haut-de-france #damien_castelain #luxe #dégagisme la main dans la #caisse

    • Damien Castelain a-t-il fait payer à la MEL des dépenses personnelles ? France 3HDF - EM - 15 Juin 2018
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-0/lille-metropole/damien-castelain-t-il-fait-payer-mel-depenses-personnel

      Le président de la MEL Damien Castelain est épinglé par une enquête du site internet Médiacités. 

      Damien Castelain a-t-il confondu sa carte bleue et celle de la MEL (Métropole Européenne de Lille), dont il est président ? A-t-il confondu ses propres frais avec ses frais de représentation ? Le site internet Médiacités publie ce vendredi une enquête qui l’épingle clairement : « Parfums, cartes cadeaux, soins hammam, cravates ou hôtels de luxe : le président de la Métropole de Lille utilise l’argent de la collectivité pour des dépenses personnelles. Révélations sur une sidérante confusion des genres. »

      Médiacités a consulté les factures du président de la MEL entre janvier 2017 et mai 2018 et y a trouvé des dépenses qui posent question : des cartes-cadeau, des dîners dans des restaurants du Bassin minier le soir en tête-à-tête, quatre nuits en tête-à-tête dans des hôtels de luxe parisiens ou encore 2537 euros en chemises, cravates, chaussures, pantalons, vestes au Printemps...

      Dépenses personnelles ou frais de réprésentation ? 

      Pourquoi ces dépenses ? Quel rapport avec la présidence de la MEL ? #Médiacités répond à cette question : « De très nombreuses dépenses constatées n’ont strictement rien à voir avec l’exercice classique des fonctions d’un élu ». 

      Damien Castelain, qui gagne 5 612,45 euros brut a-t-il cherché à arrondir ses fins de mois en imputant à la MEL des dépenses personnelles ? L’élu a refusé de répondre aux questions de Médiacités.

      Sa conseillère spéciale Constance Tembremande le défend : « S’il y en a bien un qui ne confond pas les choses, c’est lui ! Il n’a même pas voulu que sa fille travaille au centre aéré de Péronne-en-Mélantois, dont il est maire. »

      Damien Castelain a indiqué qu’il réagirait aux révélations de Médiacités ce vendredi soir à 17h, lors du Conseil communautaire.

    • Accusé de dépenses personnelles aux frais de la MEL, Damien Castelain a “la haine” France 3HDF - 15 Juin 2018
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-0/lille-metropole/accuse-depenses-personnelles-aux-frais-mel-damien-caste

      Mis en cause dans une enquête du site Médiacités, le président de la Métropole Europénne de Lille (MEL) Damien Castelain a vivement réagi ce vendredi après-midi en séance de conseil communautaire, faisant part d’un "sentiment de haine".


      "J’ai une haine face à ces nouvelles attaques incessantes de Médiacités, avec des insinuations abjectes et infondées. Tant sur le fond sur sur la forme". Le président de la Métropole Européenne de Lille (MEL) a ouvert ce vendredi après-midi le conseil de communauté avec une déclaration personnelle, en réaction à une enquête du site internet Médiacités, qui met en cause Damien Castelain dans l’exercice de ses fonctions.

      "Parfums, cartes cadeaux, soins hammam, cravates ou hôtels de luxe : le président de la Métropole de Lille utilise l’argent de la collectivité pour des dépenses personnelles. Révélations sur une sidérante confusion des genres", peut-on lire en introduction d’article, que le président de la MEL a qualifié vendredi de "nauséabond". 

      Hôtels de luxe, cartes-cadeaux, et prêt-à-porter
      Dans son article, Médiacités évoque "plus de 10 000 euros" de "dépenses litigieuses" entre janvier 2017 et Mai 2018, factures à l’appui. "Parfums Terre d’Hermès, cartes cadeaux chez Séphora, Boulanger ou Jeff de Bruges, prestations « bien être » au Spacium, le centre de spa, soins et hammam de Fâches-Thumesnil… Mis bout à bout, ces menus achats se montent à près de 1 500 euros", écrit Médiacités. Qui évoque des locations lors de week-ends dans des hôtels de luxe parisiens, ou encore 2537 euros d’achats de prêt-à-porter sur la même période.

      "Ces frais de représentations existent. Les chiffres de Médiacités sont faux", a rétorqué M. Castelain ce vendredi après-midi. "En quatre ans, c’est 19 000 euros, 4750 euros par an, 395 euros par mois de frais de représentation du président de la 4e métropole de France" a-t-il précisé, dénonçant "une chasse à l’homme, téléguidée et organisée". Sans toutefois justifier ces dépenses soulignées par le site internet, qui écrit "que le président prend quelques libertés avec l’argent du contribuable".

      "Nous ne répondrons plus à ces médias. Vous êtes ici en pleine transparence, vous avez toutes mes dépenses, toutes mes factures", a conclu le président de la MEL, avant d’être applaudi par l’assemblée.

      "C’est violent !"
      "On ne comprend pas trop pourquoi il monte si vite dans les tours, a réagi de son côté Jacques Trentesaux, rédacteur en chef de Médiacités. C’est violent, j’ai été surpris. Ça lui permet de ne pas répondre sur le fond mais il a bien franchi la ligne rouge. Certains frais de représentation sont légitimes. On a pointé que celles qui sont suspectes. Parce qu’elles ne peuvent pas rentrer dans les dépenses que peut faire un élu. Il est anormal, par exemple, que Damien Castelain, utilise l’argent public pour aller au hammam, payer des médicaments ou des chaussettes. " Et il insiste en réponse directe à Damien Castelain : "Il n’y a aucune chasse à l’homme".

      Médiacités prévoit de publier quelques éléments complémentaires ce lundi.

    • Non, monsieur Castelain, Mediacités ne se livre pas à « une chasse à l’homme » Jacques Trentesaux - 15 juin 2018 - Médiacité
      https://www.mediacites.fr/lille/complement-denquete-lille/2018/06/15/non-monsieur-castelain-mediacites-ne-se-livre-pas-a-une-chasse-a-lhomme

      La publication de notre enquête sur les dépenses personnelles du président de la Métropole a suscité la « haine » et la « révolte » de celui-ci. Qui n’a malheureusement pas répondu sur le fond de nos affirmations.


      La sortie virulente de Damien Castelain contre #Mediacités, en ouverture de la séance plénière du 15 juin 2018, nous conduit à réagir sans tarder. Le président de la Métropole européenne de Lille (MEL) a exprimé toute la « haine » que nous lui inspirons. A ses yeux, l’enquête « nauséabonde » que nous avons publiée ce matin sur ses dépenses, ne sont que « des insinuations abjectes et infondées ». Notre travail ne consisterait qu’en une « chasse à l’homme téléguidée ».

      La technique est éprouvée : l’attaque est la meilleure défense. Et la violence de la réplique évite à Damien Castelain de répondre sur le fond. La presse est manipulée, c’est bien connu. Tout notre travail est balayé d’un revers de manche car il ne s’agirait que d’un coup monté (par qui ?), que d’une volonté d’abattre un élu (dans quel but ?) qui ne ménage ni son temps ni son énergie pour la collectivité. Il avance que, désormais c’est fini, qu’il ne répondra plus aux demandes de Mediacités oubliant au passage qu’il n’a jamais donné suite à nos demandes d’entretien depuis notre lancement à Lille en décembre 2016, pas plus que son Directeur Général des Services. Il a ainsi refusé de s’expliquer en amont de la publication de notre enquête. Dommage…

      Le président de la MEL veut faire croire que les dépenses évoquées par nos soins ne sont que le reflet de frais de représentation classiques – et somme toute modestes – pour le président de la 4e collectivité de France par sa taille. Il ne revient pas sur le type de dépenses pour le moins surprenantes que nous avons découvert après un tri minutieux. Nous n’avons mentionné que 11 000 euros de factures litigieuses entre janvier 2017 et mai 2018, sur un total de frais de représentation bien supérieur. Nous avons donc écarté toutes les factures pouvant se justifier car entrant dans le cadre de ses fonctions. Mais comment prétendre que l’achat de parfums, de soins hammam ou de paires de chaussettes (entre autres dépenses) se justifie ?

      Damien Castelain argue que le système inédit de régie d’avance personnelle, mis en place par ses soins, sert à davantage de transparence. La réalité n’est malheureusement pas aussi simple. Mediacités reviendra lundi sur le fond du dossier avec des pièces complémentaires. A chaud, nous ne pouvons que réaffirmer – avec calme et sans haine – que notre journal n’est téléguidé par personne, que notre mission ne consiste pas à lyncher telle ou telle personnalité mais à mener un travail d’investigation locale sans concession ô combien nécessaire à notre démocratie.

      Nos enquêtes publiées chaque vendredi à Lille (jour traditionnel de conseil métropolitain, n’en déplaise à Damien Castelain) le prouvent. Nos lecteurs, chaque jour plus nombreux, valident le sérieux de notre démarche. En regard, la violence extrême des propos tenus nous déconcerte et nous inquiète. La haine que les politiques entretiennent vis à vis des #journalistes est tout simplement inacceptable dans une démocratie.

  • #Législatives : non, ce n’est pas un raz-de-marée en faveur de Macron - L’Obs
    http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/legislatives-2017/20170611.OBS0545/legislatives-non-ce-n-est-pas-un-raz-de-maree-en-faveur-de-macr

    Le succès actuel de La République en marche s’explique surtout par l’#effondrement des partis qui pourraient représenter une opposition. L’alliance RPR-UDF avait obtenu 42,8% au premier tour en 1981, 40,5% en 1988. Après l’élimination de Lionel Jospin en 2002, la gauche PS-PCF-EELV-PRG représentait encore 37,3% des électeurs, et 35,6% des voix en 2007. En 2012, la droite obtenait 34,6% des suffrages.

    Aujourd’hui, Les Républicains (21,5% selon les estimations), le Front national (14%), La France insoumise (11%) et le PS (10,2%), sont loin, très loin, de ces niveaux.

  • Ubu candidat ! C’est l’heure de l’mettre Radio Campus Lille - 1 Février 2017
    http://www.campuslille.com/index.php/entry/ubu-candidat

    CE MERCREDI 1ER FEVRIER 2017 à 18h30

    Cela fait si longtemps que la situation politique de ce pays ne produit plus qu’amertume et renoncement que, ne boudons pas notre plaisir, l’arrivée d’Ubu sur la scène donne enfin des raisons de sourire.

    Il semble que cela fait des siècles que la « vie politique » se résume à une Ubu candidat ! C’est l’heure de l’mettrealternance factice et fumeuse, dont le seul objet paraît être de nous faire accepter pour l’éternité la continuité du règne de l’argent, nommée « changement » à l’occasion de chaque élection.

    Nous regardions cela avec dédain, comme on suit un feuilleton interminable, où chaque épisode nous ramène au précédent, nous annonce le suivant, et nous plonge dans un ennui tellement profond qu’au moment de voter, une page de publicité doit venir nous réveiller.


    Et puis voilà... à force de tourner en rond, le scénario perd le fil. Ubu s’invite. Le châtelain sévère qui venait prendre la relève du « bling bling », tombe dans le ridicule et dans la gaudriole. Le parti de la loi travail désigne un candidat qui prétend l’abroger contre lui-même. La Finance sponsorise son champion hors-sol, les fascistes, égaux à eux-mêmes, épousent toutes les formes de la décadence avant même d’accéder au pouvoir... Et tout autour bascule, dans la confusion et l’incompréhension.

    Tout change d’avis, se rétracte, s’interroge, se gratte la tête. Rien n’est fixe, déterminé, définitif. La vie. Et au moins, en attendant le déluge, on peut enfin l’admirer, la vie politique.

    On ne s’en privera pas ! C’est l’heure de l’mettre !

    _ L’heure de l’mettre _

    Le fil de l’émission
    – Le fabuleux générique
    – 2mn55s Ephéméride : Saint Benoît Hamon
    – 9mn L’actualité
    – 58mn Trump
    – 72 mn La semaine à Cuba
    – Rubrique cassette, c’était en 2000

    Ephéméride : Saint Benoît Hamon
    Aujourd’hui, mercredi 1er février 2017, c’est la Saint Benoît Hamon.
    St Benoit Hamon est le saint patron de ceux qui apportent enfin un peu de clarté dans la confusion.

    Rester au PS tout en étant frondeur,
    être contre la loi El-Khomry tout en ne votant pas la motion de censure,
    promettre d’abroger, une fois élu, cette même loi El-Khomry tout en soutenant la candidature de la ministre aux élections législatives.
    Inutile d’aller plus loin.
    En Saint Benoît Hamon, les socialopes ont trouvé le candidat idéal. Encore un petit effort, et son ennemi, ce sera la finance.

    Car Saint Benoit Hamon est le héraut de la gauche de protestation, celui de la gauche rêveuse, celui de la gauche qui a choisi la rupture avec la gauche de gouvernement.
    Gouvernement auquel Saint Benoît Hamon lui-même a appartenu. Une fois en tant que ministre chargé de l’économie sociale et solidaire et une autre fois en tant que ministre de l’Education Nationale.

    Enfin, les Primaires socialopes sont passées.
    Et Saint Benoît Hamon, vainqueur, rejoint, donc, le camp des candidats déjà désignés par leurs partis, leurs militants ou le patronat, toujours soucieux de l’expression démocratique.
    . . . . . . . . . . .

    #Audio #Radio #Ephéméride #primaires #ps #candidat #Démocratie #élections #Dégagisme #fillon #haumon #changement #Radio #Radios_Libres #Radio_Campus_Lille #Ubu #bling_bling

  • Qu’est-ce que le « dégagisme de Jean-Luc Mélenchon ?

    Mesdames, messieurs les journalistes,

    Communiqué

    Qu’est-ce que le dégagisme ?
    Par le Collectif MANIFESTEMENT
    Auteur, entre autres, du Manifeste du dégagisme et du Dégagisme du manifeste (à reparaître et paraître, respectivement, en mars 2017, éd. Maelström, Bruxelles)
     
    Dans une tribune publiée sur son compte facebook,
    https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10155027956203750&id=11450328749
    reprise et commentée par la presse, Jean-Luc Mélenchon commente la défaite de Valls en ces termes : « VALLS VALSE, ENCORE UNE VICTOIRE DU DÉGAGISME ! », dont il fait même le titre de son billet. Il n’en fallait pas davantage pour que la presse française s’intéresse enfin à notre manifeste, paru en 2012 et en cours de réédition.
     
    La page de fact-checking du Monde, Les Décodeurs, sous la plume de monsieur William Audureau,
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/01/30/qu-est-ce-que-le-degagisme-de-jean-luc-melenchon_5071725_4355770.html
    reprend un vieil article du Soir pour établir la juste paternité de la notion. Il est lui-même repris par LCI et d’autres médias. Comme on pouvait s’y attendre, tous ces articles comportent bon nombre d’erreurs… factuelles, qu’il importe de corriger.

    En premier lieu : ni le dégagisme ni le Collectif ne sont surréalistes.

    Le Collectif MANIFESTEMENT n’est PAS surréaliste et ne le sera jamais.
    Contrairement à ce qui est mentionné dans l’article, tous les membres du Collectif ne sont pas artistes, et nous récusons, pour sa laideur et sa bêtise, le terme « artiviste ».
     
    Si le collectif a connu une petite activité « dégagiste » jusqu’en 2013, le terme est assez rapidement retombé dans la confidentialité, et le site officiel du mouvement, dégagisme.net, n’est plus accessible.
     
    Le collectif connaît des activités intenses et continues, sur plusieurs fronts. Le site degagisme.net https://degagisme.net sera rétabli dans les jours qui viennent. La réédition du Manifeste du dégagisme et la parution simultanée de sa suite implacable et logique, le Dégagisme du manifeste, atteste, s’il le fallait, du regain d’activité publique du collectif et du dégagisme (ses activités « confidentielles » n’ayant jamais cessé), ce qui n’a heureusement pas échappé à monsieur Mélenchon. Le dégagisme n’est pas du tout achevé, mais dépassé et transcendé dans le Dégagisme du manifeste.
     
    Les mêmes articles décrivent les membres du Collectif comme « proches d’Anonymous » et « communistes ». Nous ne sommes pas plus proches des communistes (lesquels ?) ou d’Anonymous que du Comité Invisible, Tiqqun, Kropotkine ou Reclaim the Streets, avec qui nous sommes toujours d’accord et en profond désaccord. Que le Collectif soit pour la globalisation des revenus, un impôt juste et progressif, une limitation des fortunes ou la suppression de l’héritage ne fait pas de lui, et a minori de ses membres, une organisation communiste ou anarchiste. Le dégagisme est post-trans-méta-révolutionnaire. Le dégagisme et les dégagistes sont protodémocrates ! On s’en référera utilement à la page du Collectif consacré à la manifestation « Tous unis contre la démocratie ! », http://www.manifestement.be/2011/index.htm en 2011 déjà, pour comprendre cette notion fondamentale, à l’origine du dégagisme.
     
    Pour finir, Mélenchon est-il dégagiste au moment même où il se revendique du dégagisme en se félicitant de la place dégagée ? Peut-être. Mélenchon est-il dégagiste pour autant ? Pas du tout, puisqu’il a eu idée très précise de celui qui devrait occuper la place maintenant qu’elle est dégagée…
     
    Le Collectif MANIFESTEMENT
     
    Infos, questions :
    Nicolas Marion
    Xavier Löwenthal
    Laurent d’Ursel

     « Le dégagisme en 15 minutes » (performance de Cherifa Billami et Laurent d’Ursel)
    https://www.youtube.com/watch?v=ZltybfdlWpE

    Copyright © 2017 Loeuvrette Factory,
    http://www.loeuvrette.be

    Le projet Douche Flux de Laurent D’Ursel
    Fondée en 2011, DoucheFLUX est une asbl qui oeuvre au bien-être des plus démunis, avec ou sans logement, avec ou sans papiers, d’ici ou d’ailleurs, en organisant avec eux des activités et des événements et en leur proposant des services.
    Au Printemps 2017, le projet DoucheFLUX franchira une étape importante avec l’ouverture de son nouveau bâtiment situé à Anderlecht, à proximité de la gare du Midi. Après près d’un an de rénovation, 20 douches, un salon-lavoir, 450 consignes, un guichet d’infos et des ordinateurs, seront mis à disposition des plus démunis dans un espace dynamisant et convivial, favorisant les échanges et le respect de chacun.
    . . . .
    http://www.doucheflux.be/qui-sommes-nous

    #Dégagisme #Démocratie #élections