• Bumble, Tinder and Match are banning accounts of Capitol rioters
    https://www.washingtonpost.com/technology/2021/01/16/siege-dating-app-bans

    Bumble, Tinder and others are freezing out rioters with help from law enforcement — and, in some cases, their own photos. Other app users have taken matters into their own hands by striking up conversations with potential rioters and relaying their information to the FBI. Tinder, Bumble and other dating apps are using images captured from inside the Capitol siege and other evidence to identify and ban rioters’ accounts, causing immediate consequences for those who participated as police move (...)

    #Match #Tinder #violence #délation #extrême-droite #SocialNetwork #FBI #biométrie #facial (...)

    ##reconnaissance

  • Texas Deploys Virtual Border Patrol
    https://www.kltv.com/story/5631404/texas-deploys-virtual-border-patrol

    Texas has started broadcasting live images of the U.S. border on the Internet in a security program that asks the public to report signs of illegal immigration or drug crimes. A test Web site went live Thursday at texasborderwatch.com with views from eight cameras and ways for viewers to e-mail reports of suspicious activity. Previously, the images had only been available to law enforcement and landowners where the cameras are located. "There is only one way to test it, and that’s open it (...)

    #CCTV #migration #vidéo-surveillance #délation #frontières #surveillance

    /pb/resources/images/fallback-promo-image.png

  • Vanessa Codaccioni : « L’État nous pousse à agir comme la police »
    https://reporterre.net/Vanessa-Codaccioni-L-Etat-nous-pousse-a-agir-comme-la-police

    Promouvoir la surveillance de tous par tous. Voilà ce que veut l’État, comme l’explique Vanessa Codaccioni dans son dernier ouvrage, « La société de vigilance ». Et en plus d’appeler les citoyens à la délation, il les surveille toujours plus en renforçant les pouvoirs de la police, comme l’illustre la loi de « sécurité globale ». Ce samedi 16 janvier, près d’une centaine de marches des libertés devraient à nouveau avoir lieu en France, contre la proposition de loi relative à la « sécurité globale ». La (...)

    #algorithme #CCTV #activisme #biométrie #écologie #féminisme #aérien #facial #législation #reconnaissance #religion #vidéo-surveillance #BlackLivesMatter #délation #Islam #surveillance (...)

    ##syndicat

  • Texas Virtual Border Watch
    https://en.wikipedia.org/wiki/Texas_Virtual_Border_Watch

    The Texas Virtual Border Watch is a pilot program created by the State of Texas that allows individuals with internet access to observe and report on the Texas–Mexico border via their computers. On June 1, 2006, Texas Governor Rick Perry announced 5 million dollars to be used with the voluntary participation of private land owners to install the cameras.[1] The trial version of the Texas Virtual Border Watch received 2,780 reports of suspicious activity before November 2008.[2] The site has (...)

    #CCTV #migration #vidéo-surveillance #délation #frontières #surveillance

  • The dark side of open source intelligence
    https://www.codastory.com/authoritarian-tech/negatives-open-source-intelligence

    Internet sleuths have used publicly available data to help track down last week’s Washington D.C. rioters. But what happens when the wrong people are identified ? In May, a video of a woman flouting a national Covid-19 mask mandate went viral on social media in Singapore. In the clip, the bare-faced woman argues with passersby outside of a grocery store, defending herself as “a sovereign” and therefore exempt from the law. Following her arrest later that day, internet detectives took matters (...)

    #FBI #algorithme #CCTV #biométrie #facial #reconnaissance #vidéo-surveillance #délation #extrême-droite #surveillance #criminalité #bug #racisme #biais #discrimination (...)

    ##criminalité ##Clearview

  • Le policier lanceur d’alerte qui a révélé les maltraitances au tribunal de Paris sanctionné par sa hiérarchie
    https://www.streetpress.com/sujet/1610471819-policier-lanceur-alerte-revele-maltraitances-tribunal-de-par

    En juillet 2020, le brigadier-chef Amar Benmohamed révélait sur StreetPress des centaines de cas de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Six mois après, c’est lui qui est sanctionné par un « avertissement » ! Tribunal de grande instance de Paris (75) – Il est minuit passé ce mardi 12 janvier. Au dépôt, le service qui gère la centaine de cellules du tribunal, une réunion de gradés se termine. Le lieutenant T., qui préside la réunion retient le brigadier-chef Amar Benmohamed (...)

    #police #procès #racisme #violence #délation #IGPN

  • Editions Textuel - Livre - La société de vigilance
    https://www.editionstextuel.com/livre/la_-societe_dvigilance

    La société de vigilance
    Auto-surveillance, délation et haines sécuritaires
    Vanessa Codaccioni

    Injonctions sécuritaires et obéissance citoyenne
    Partout dans le monde, les populations sont incitées à se mobiliser pour assurer leur propre sécurité et celle de leur pays. Partout, les appels à la vigilance et à la responsabilité individuelle se multiplient, tandis que les États s’appuient de plus en plus sur les citoyennes et les citoyens pour surveiller, réprimer et punir. Au travail, sur internet, dans la rue, à l’école, au sein de la famille.
    Prolongeant ses travaux sur la #répression, #VanessaCodaccioni retrace l’avènement de ce phénomène. Elle montre comment de nombreux dispositifs tendent à utiliser les populations à des fins sécuritaires, à impulser des comportements policiers, espions ou guerriers en leur sein et à institutionnaliser la #surveillance mutuelle et la #délation. Ces injonctions sécuritaires visent à obtenir l’ #obéissance citoyenne et à légitimer la répression.

  • Sommes-nous entrés dans une société de vigilance ?
    https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/sommes-nous-entres-dans-une-societe-de-vigilance

    Elle analyse la répression sous un angle autre que celui, habituel, des dispositifs punitifs : celui de l’association des populations à la traque des ennemis publics. Vanessa Codaccioni est spécialiste de la justice pénale et de la répression, maîtresse de conférences HDR au département de science politique de l’université Paris VIII et membre du laboratoire CRESPPA-CSU. Après des titres comme Punir les opposants. PCF et procès politiques1947-1962 (2013) ou Justice d’exception. L’État face aux crimes (...)

    #anti-terrorisme #délation #surveillance #enseignement

  • The facial-recognition app Clearview sees a spike in use after Capitol attack.
    https://www.nytimes.com/live/2021/01/09/us/trump-biden#facial-recognition-clearview-capitol

    After the Capitol riot, Clearview AI, a facial-recognition app used by law enforcement, has seen a spike in use, said the company’s chief executive, Hoan Ton-That.

    “There was a 26 percent increase of searches over our usual weekday search volume,” Mr. Ton-That said.

    There are ample online photos and videos of rioters, many unmasked, breaching the Capitol. The F.B.I. has posted the faces of dozens of them and has requested assistance identifying them. Local police departments around the country are answering their call.

    “We are poring over whatever images or videos are available from whatever sites we can get our hands on,” said Armando Aguilar, assistant chief at the Miami Police Department, who oversees investigations.

    Two detectives in the department’s Real Time Crime Center are using Clearview to try to identify rioters and are sending the potential matches to the F.B.I.’s Joint Terrorism Task Force office in Miami. They made one potential match within their first hour of searching.

    “This is the greatest threat we’ve faced in my lifetime,” Mr. Aguilar said. “The peaceful transition of power is foundational to our republic.”

    Traditional facial recognition tools used by law enforcement depend on databases containing government-provided photos, such as driver’s license photos and mug shots. But Clearview, which is used by over 2,400 law enforcement agencies, according to the company, relies instead on a database of more than 3 billion photos collected from social media networks and other public websites. When an officer runs a search, the app provides links to sites on the web where the person’s face has appeared.

    In part because of its effectiveness, Clearview has become controversial. After The New York Times revealed its existence and widespread use last year, lawmakers and social media companies tried to curtail its operations, fearing that its facial-recognition capabilities could pave the way for a dystopian future.

    The Wall Street Journal reported on Friday that the Oxford Police Department in Alabama is also using Clearview to identify Capitol riot suspects and is sending information to the F.B.I. Neither the Oxford Police Department nor the F.B.I. has responded to requests for comment.

    Facial recognition is not a perfect tool. Law enforcement says that it uses facial recognition only as a clue in an investigation and would not charge someone based on that alone, though that has happened in the past.

    When asked if Clearview had performed any searches itself, Mr. Ton-That demurred.

    “Some people think we should be, but that’s really not our job. We’re a technology company and provider,” he said. “We’re not vigilantes.”

    — Kashmir Hill

    #Clearview #FBI #algorithme #CCTV #biométrie #élections #facial #reconnaissance #délation (...)

    ##extrême-droite

  • Le Havre : une employée de McDonald’s licenciée après avoir dénoncé un harcèlement sexuel
    https://www.europe1.fr/faits-divers/le-havre-une-employee-de-mcdonalds-licenciee-apres-avoir-denonce-un-harcelem

    Une salariée d’un McDonald’s du Havre (Seine-Maritime), qui avait dénoncé des faits de harcèlement et d’agression sexuels, avant d’être licenciée, va saisir les prud’hommes. Une salariée d’un McDonald’s du Havre (Seine-Maritime), qui avait dénoncé des faits de harcèlement et d’agression sexuels, avant d’être licenciée, va saisir les prud’hommes, a-t-on appris vendredi auprès de l’intéressée. Mathilde, 21 ans, affirme avoir été victime de harcèlement sexuel de la part d’un salarié, aujourd’hui délégué du (...)

    #McDonald's #Facebook #Messenger #racisme #sexisme #délation #écoutes #harcèlement #LGBT #surveillance #travail (...)

    ##CGT

  • « On multiplie les techniques punitives intrusives, dont le fichage »
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/070121/multiplie-les-techniques-punitives-intrusives-dont-le-fichage

    La politiste Vanessa Codaccioni, qui publie un ouvrage sur la « société de vigilance », revient sur la décision du Conseil d’État d’autoriser le fichage des opinions politiques et syndicales.

    Le Conseil d’État vient de donner un avis favorable à trois décrets élargissant les possibilités de fichage, en autorisant policiers et gendarmes à faire mention des « opinions politiques », des « convictions philosophiques et religieuses », et de « l’appartenance syndicale » de leurs cibles, alors que les précédents textes se limitaient à recenser des « activités ».

    Identifiants, photos et commentaires postés sur les réseaux sociaux pourront aussi être listés, de même que les troubles psychologiques et psychiatriques « révélant une dangerosité particulière ». Outre les personnes physiques, les « personnes morales », telles que les associations, sont également visées.

    La plus haute juridiction administrative a ainsi rejeté le référé déposé par plusieurs centrales syndicales dont la CGT, FO ou la FSU, tout comme le Syndicat de la magistrature et le Syndicat des avocats de France en considérant que les trois décrets ne portaient pas une atteinte disproportionnée à la liberté d’opinion, de conscience et de religion ou à la liberté syndicale.

    Les trois fichiers concernés sont le PASP (prévention des atteintes à la sécurité publique) de la police ; le Gipasp (gestion de l’information et prévention des atteintes à la sécurité publique) des gendarmes et l’EASP (enquêtes administratives liées à la sécurité publique).

    Pour Mediapart, la politiste Vanessa Codaccioni revient sur cette décision inquiétante. Après avoir travaillé sur la justice d’exception et l’attitude de l’État face aux crimes terroristes et politiques, puis sur la légitime défense, la chercheuse a publié deux livres qui résonnent particulièrement avec le moment présent : Répression. L’État face aux contestations politiques (Textuel, 2019) et, jeudi 7 janvier, La Société de vigilance, également chez Textuel dans lequel elle étudie le « réagencement abouti et perfectionné des relations entre les trois types de surveillance possiblement exercés au sein d’une société : la surveillance étatique, le contrôle et la surveillance populaires du pouvoir, et la surveillance mutuelle ». Entretien.

    Comment regardez-vous la décision du Conseil d’État de valider le fichage des opinions politiques et syndicales par les forces de l’ordre ?

    Cette décision ne m’étonne pas du tout, parce que le Conseil d’État a beau, originellement, être un contre-pouvoir, censé protéger les citoyens et les citoyennes, ainsi que les libertés fondamentales, il n’a jamais véritablement joué ce rôle.

    Le Conseil d’État, qui a été souvent saisi ces derniers mois, paraît en effet être surtout une chambre d’enregistrement des décisions de l’exécutif. Cela a-t-il toujours été le cas ?

    On ne peut pas dire que le Conseil d’État n’ait jamais été un contre-pouvoir, particulièrement pendant les périodes de guerre et de crise. Pendant la guerre d’Algérie par exemple, il a validé l’ensemble des dispositifs et des législations d’exception, comme l’état d’urgence d’avril 1955, les « pouvoirs spéciaux » l’année suivante, admettant même la création de « camps d’hébergement ». Pour ce qui concerne les décisions liées à l’état d’urgence depuis 2015, ses membres ont également fait le choix de les entériner. Il s’agit donc d’une institution qui préserve l’ordre politique et répressif, qui n’est pas un rempart contre l’exception et les atteintes aux garanties fondamentales.

    Je ne repère qu’une seule grande décision allant à l’encontre de cette tendance historique : l’arrêt « Canal » de 1962, où le Conseil d’État a refusé la mise en place d’un tribunal d’exception voulu par Charles de Gaulle pour juger les membres de l’OAS. Cela a valu à cette institution la colère du Général, qu’on peut lire dans ses Mémoires. Depuis, en dépit de quelques décisions allant dans le sens des libertés publiques, il a avalisé la grande majorité des volontés parfois liberticides de l’exécutif.

    Vous disiez que vous n’étiez pas étonnée par cette décision du Conseil d’État…

    Non seulement en raison de ce que je viens de dire sur le Conseil d’État, mais surtout parce que cette volonté de fichage des opinions syndicales et politiques s’inscrit dans deux mouvements répressifs à l’œuvre ces dernières années.

    Le premier est le renforcement de l’arsenal dirigé contre la contestation politique, avec le développement d’une répression invisible contre les militants et les militantes, à base de surveillance physique, d’écoutes, de captation d’images, de sonorisation des lieux publics et privés, de géolocalisation ou encore d’exploitation du matériel informatique. Nous l’avons vu par exemple à Bure : des moyens inhérents à la surveillance antiterroriste ont été utilisés contre des opposants politiques. Cette invibilisation de la répression passe ainsi par la multiplication de techniques punitives intrusives, dont le fichage fait partie : la « fiche S » nous le rappelle puisque de nombreux militants syndicats et politiques sont fichés S alors qu’ils n’attentent pas à la sûreté de l’État.

    Le second mouvement est le renforcement de l’omniscience de l’État, qui veut tout savoir, connaître, et récolter le maximum d’informations sur les citoyennes et les citoyens qui ne doivent avoir aucun « secret » pour le pouvoir et les institutions de répression, être absolument « transparents ».

    C’est à la jonction de ces deux processus qu’il faut comprendre la décision récente du Conseil d’État de valider ces décrets sur le fichage des opinions politiques et syndicales prises par le ministère de l’Intérieur.

    Cependant, dans votre dernier livre, vous insistez sur le fait qu’il ne faut pas comprendre la surveillance étatique à travers la seule image du panoptique, développée par le philosophe Jeremy Bentham, et réutilisée par Michel Foucault, pour étudier la mise en place de sociétés disciplinaires et disciplinées ?

    Le panoptique est une tour centrale disposée au milieu d’une prison d’où les gardiens peuvent tout voir. Les surveillés ne peuvent pas savoir s’ils sont en train d’être surveillés ou non, et se comportent en fonction. L’État se comporte comme le gardien de prison imaginé par Bentham : ses agents sont chargés de multiplier les programmes et les dispositifs pour en savoir le plus possible sur la population, comme les révélations de Snowden l’ont encore montré, et la population, de son côté, est possiblement insécurisée par cette surveillance massive et intrusive.

    Mais, en sus de cette logique panoptique, on assiste au développement d’un synoptique populaire, c’est-à-dire d’un système où une majorité de la population regarde et surveille quelques individus. Tout le monde ne regarde pas tout le monde, et tout le monde n’est pas regardé de la même manière non plus. En réalité, on assiste à la conjonction d’un panoptique et d’un synoptique sécuritaires, l’un émanant de l’État, l’autre de la population, qui se conjuguent pour renforcer la surveillance de certaines cibles : populations étrangères, précarisées, racisées, mais aussi militants politiques ou syndicaux. Plus généralement, ce sont les personnes ou les groupes considérés comme « déviants » par le pouvoir qui sont l’objet de cette double surveillance.

    Le recueil et le fichage de ces données politiques et syndicales sensibles étaient déjà, de façon dérogatoire, autorisés dans le code de la sécurité intérieure. Il sera désormais possible dans le cadre d’atteinte à la sécurité publique et à la sûreté de l’État. Est-ce une rupture si importante ?

    Je pense qu’il s’agit principalement d’une légalisation d’habitudes policières en réalité anciennes, qui se pratiquaient déjà, de même qu’en 2015 la loi Renseignement est venue légaliser a posteriori des pratiques intrusives déjà utilisées sur le terrain et jusqu’alors illégales, comme la collecte massive de données sur Internet. En ce sens, ce n’est pas un grand bouleversement. Mais le fait de l’afficher, de le visibiliser, est significatif politiquement. Le pouvoir indique : « On vous surveille, on vous fiche, on sait qui vous êtes et les opinions politiques que vous défendez. » On légalise l’invisible d’un côté, on visibilise une forme de répression de l’autre.

    En fait, on est dans un moment de notre histoire où les gouvernements cherchent à restreindre le champ de ce qui serait légitime politiquement. Ils essaient d’imposer ce qui est dicible, faisable, pensable en matière politique ou de militantisme. Et dès que l’on sort de ce champ rétréci, on est considéré comme un délinquant, un criminel ou un fou. Là, des opinions vont être a minima fichées et potentiellement réprimées. Mais que vont devenir les informations récoltées sur ces fichiers ? Pourront-elles servir de base à des actes d’accusation, ou être utilisées lors de manifestations pour aider à la police à arrêter certaines personnes ? On peut être quasiment certains que ces informations ne resteront pas oubliées dans un fichier, de même que les « notes blanches » ont été mobilisées dans le cadre de l’état d’urgence contre des militantes et militants.

    Pour autant, quand des personnes sont arrêtées, on ne sait jamais si ces arrestations se basent sur des informations contenues dans tel ou tel fichier. C’est par exemple le cas en décembre dernier lorsque plusieurs militants dits de « l’ultragauche » ont été arrêtés pour « association de malfaiteurs terroriste ». Cette situation a pour objectif de maintenir les militants et les opposants dans une incertitude et une appréhension : suis-je fiché ? Pourquoi ? Qu’est-ce que je risque ? Qu’est-ce qu’ils ont sur moi et à quoi cela va-t-il servir ? On les place ainsi dans l’anticipation de leur répression.

    En 2008, le fichier Edvige (exploitation documentaire et valorisation de l’information générale), qui prévoyait notamment de recenser des personnes exerçant ou ayant exercé un mandat politique, syndical ou économique, avait suscité un tel tollé qu’il avait été retiré. Comment expliquer que, un peu plus de dix ans plus tard, il y ait moins de résistance en dépit des indignations qu’on peut entendre ?

    Gérald Darmanin a pris ces décrets sur les fichiers policiers dans un moment où tout le monde avait les yeux rivés sur la loi « Sécurité globale ». Il a ainsi profité d’un moment de contestation d’une loi répressive et sécuritaire pour faire passer des décrets eux-mêmes répressifs ! Mais comme il ne s’agit pas d’une loi, mais de décrets, il était plus difficile de s’y opposer et d’avoir le temps d’y réagir.

    Ces décrets, comme la loi Sécurité globale, s’inscrivent dans une même logique, qui a sans doute déjà des effets, en particulier de renforcement de la gouvernementalité par la peur et de renforcement de la surveillance. Comme je l’indiquais tout à l’heure, ils disent aux militantes et militants : « On vous a à l’œil. »

    Or, tandis que l’État est censé pouvoir tout voir, les citoyennes et citoyens ne sont censés regarder que certaines cibles – les mêmes que celles visées par les dispositifs policiers ou de renseignement – et ne doivent surtout pas surveiller les agents de l’État et leurs pratiques, comme les mesures sur l’interdiction de filmer les policiers l’ont encore montré.

    Les autorités veulent donc affaiblir la vigilance démocratique et populaire, celle exercée par la population pour contrôler les agissements de celles et ceux qui gouvernent ou font fonctionner l’appareil répressif d’État.

    Cette volonté de ficher les opposants politiques ne va-t-elle pas à l’encontre de la stratégie de dépolitisation menée par le pouvoir contemporain à l’encontre de ses adversaires, de plus en plus alignés sur la législation contre les criminels ou les terroristes, comme vous l’analysiez dans votre précédent livre Répression. L’État face aux contestations politiques (Textuel, 2019) ?

    Il est vrai qu’on cherche à dépolitiser des luttes en considérant de plus en plus les opposants comme des délinquants ou des terroristes. L’assimilation militantisme = terrorisme et militantisme = violence criminelle est l’une des stratégies répressives les plus puissantes aujourd’hui contre les contestations politiques et vise à les discréditer, les stigmatiser, à les réprimer ensuite.

    Mais il faut toutefois justifier la répression, ici le fichage. Comme on s’en prend, avec ces techniques intrusives de récolte de données, à des individus ou des associations qui n’ont commis aucune infraction, il faut donc les attaquer sur leurs pensées, leurs opinions politiques, les causes qu’ils défendent. Justifier et légitimer ces fichiers oblige ainsi à évoquer le caractère politique des engagements de celles et ceux que l’on cible, alors même que la stratégie du pouvoir est de dépolitiser ces mêmes engagements.

    Ces termes de « société de vigilance », qui donnent le titre à votre dernier livre, ont été prononcés par le président de la République, qui a appelé à « bâtir » une telle société, lors d’une cérémonie rendant hommage aux agents de la préfecture de Paris tués par l’un d’entre eux. Or ces fichiers de police sont censés être utilisés pour le recrutement de fonctionnaires sur des postes sensibles : cela n’en définit-il pas un usage légitime ?

    Bien évidemment, c’est une présentation légitime de l’usage de tels fichiers. Mais on peut déjà en envisager les dérives, et prévoir de tout autres usages que ceux évoqués au départ. Il y a peu de doute que cela visera des cibles de plus en plus plus étendues et que cela servira à des fins punitives.

    Quels sont les principaux dispositifs de cette « société de vigilance » que vous étudiez dans votre dernier livre ?

    Le premier grand dispositif est l’autosurveillance : la manière dont on va inciter quotidiennement les individus à se surveiller les uns les autres. Cela existe depuis longtemps, par temps de guerre ou de crise, ou dans les régimes autoritaires ou dictatoriaux. Mais cela se normalise et se retrouve aujourd’hui dans de nombreux pays du monde, et en temps de paix. Cette pratique disciplinaire insidieuse s’est renforcée depuis le 11 septembre 2001, à partir de l’idée que les services de renseignement et de police ne pouvaient pas tout voir et qu’ils avaient besoin des yeux et des oreilles des membres de la société. Cela se déploie dans toutes les sphères de la vie : rue, école, centre commercial, quartier, transport en commun, travail…

    Le second grand dispositif est la dénonciation. Là encore, ce n’est pas nouveau historiquement, mais avec désormais la spécificité de se dérouler en temps de paix et dans des régimes dits « démocratiques », et d’être présenté comme une pratique banale, inhérente à l’exercice de la citoyenneté. Beaucoup d’États encouragent la dénonciation, en proposant de l’argent, en en faisant une vertu civique et patriotique ou en ne punissant pas les dénonciations malveillantes. Pourtant, des chercheurs ont montré que la plupart des informations ainsi recueillies sont inutilisables. Untel a été vu en train de photographier un bâtiment, un autre parlait nerveusement dans son téléphone portable, etc.

    Cela montre que le but est moins de récolter des informations que d’asseoir le contrôle de l’État sur la population : en la maintenant dans un état d’insécurité permanente, en l’incitant à aider la police et donc à renforcer ses liens avec elle, en appelant continuellement à la vigilance, en insistant sur les risques permanents. Sur ce point, les exercices « alerte-attentats » aux États-Unis, mais aussi en France, où on a pu utiliser des « faux djihadistes », des armes factices ou demander à des enfants de faire les morts, sont très éclairants. Ils montrent comment, dès l’enfance, on nous prépare à un horizon fait de menaces et de catastrophes qui justifie la présence répressive et vigilante de l’État.

    La surveillance latérale et mutuelle, et la participation citoyenne aux activités de répression, contestent-elles le monopole de l’État en matière d’exercice de la force ?

    Assiste-t-on à une délégation du monopole de la force légitime ? En réalité pas du tout. À part dans des pays comme le Brésil ou la République tchèque, dans lesquels on incite les citoyens à s’armer et où on veut étendre le champ d’application de la légitime défense, la plupart des pays encadrent les comportements vigilants et distinguent les bons – appeler la police – des mauvais – se faire justice soi-même.

    Les pouvoirs publics encadrent ainsi la vigilance populaire en conservant le monopole de la contrainte. Dans les années 1970, période lors de laquelle le gouvernement utilise les chiffres du crime pour « insécuriser » la population, agite sans cesse l’augmentation de la délinquance et prône déjà la vigilance sécuritaire, une partie de la population s’arme et est tentée par l’autodéfense armée. De nombreux cambrioleurs sont abattus, quelques milices se mettent sur pied. C’est l’une des raisons pour lesquelles on a désarmé la société française dans les années 1980 et 1990. Tout l’enjeu pour les gouvernants est ainsi de gouverner par la peur, de susciter la peur, sans que les gens en viennent pour autant à se faire justice eux-mêmes, voire se mettent à contester le pouvoir établi, y compris par les armes.

    Que désignent ces termes singuliers de « répression participative » que vous employez ?

    C’est une répression qui inclut une partie de la population dans une traque punitive contre les ennemis de l’État et s’appuie sur la participation citoyenne aux activités de sécurité ou de défense nationale. Mais, en vérité, cette idée que les citoyennes et les citoyens « participent » aux activités répressives est un leurre sécuritaire, qui, comme la participation démocratique, est souvent cosmétique. Cependant, elle peut avoir de véritables effets, avec les dénonciations malveillantes ou calomnieuses et les violences, parfois physiques et armées.

    Vous avez montré comment des dispositifs d’exception antiterroristes ou liés à l’état d’urgence rentrent progressivement dans le droit commun ou la politique ordinaire. Faut-il craindre la même chose pour l’état d’urgence sanitaire alors que la situation justifie des restrictions importantes en termes de libertés individuelles ?

    C’est une grande question que je me pose mais à laquelle il me semble prématuré de répondre. Il faut être en alerte, parce qu’il y a des atteintes réelles et importantes aux libertés publiques, mais comment savoir si ces atteintes sont disproportionnées et s’il peut y avoir d’importantes dérives ?

    Il me semble nécessaire de faire attention à ne pas effectuer un parallèle trop hâtif entre l’état d’urgence sécuritaire et l’état d’urgence sanitaire. Il est d’ailleurs intéressant de constater que des personnes comme Jair Bolsonaro ou Donald Trump se sont opposées aux mesures de sécurité sanitaires, ce qui dit quand même quelque chose de la différence entre les deux types d’état d’exception.

    L’urgence sanitaire est, ô combien, liberticide, et sans doute plus encore que les mesures prises pendant « l’état d’urgence antiterroriste ». Mais il me semble trop tôt pour en saisir tous les effets, notamment parce qu’il faudrait pouvoir observer et analyser les deux grandes dérives liées aux situations d’exception : la banalisation dans le temps des dispositifs créés dans ces circonstances, hors d’une menace imminente ; et le détournement de leur fonction première, ce qu’on ne peut pas véritablement dire, aujourd’hui, au sujet de l’urgence sanitaire.

    #activisme #délation #profiling #syndicat #surveillance #CGT

  • La société de vigilance - Auto-surveillance, délation et haines sécuritaires - Vanessa Codaccioni
    https://www.editionstextuel.com/livre/la_-societe_dvigilance

    Injonctions sécuritaires et obéissance citoyenne Partout dans le monde, les populations sont incitées à se mobiliser pour assurer leur propre sécurité et celle de leur pays. Partout, les appels à la vigilance et à la responsabilité individuelle se multiplient, tandis que les États s’appuient de plus en plus sur les citoyennes et les citoyens pour surveiller, réprimer et punir. Au travail, sur internet, dans la rue, à l’école, au sein de la famille.

    Prolongeant ses travaux sur la répression, Vanessa (...)

    #famille #délation #enseignement #surveillance #travail

  • En Corée du Sud, le gouvernement encourage la délation
    https://www.courrierinternational.com/article/ambiance-en-coree-du-sud-le-gouvernement-encourage-la-delatio

    La méthode, mise en place par le gouvernement sud-coréen pour lutter contre le Covid-19, qui incite les gens à signaler des violations des règles sanitaires choque malgré son efficacité. Séoul en fait peut-être trop pour maintenir la réputation du pays en tant que modèle de la gestion de la pandémie. Alors que la Corée du Sud est frappée par une troisième vague depuis la fin de novembre, le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité incite la population à signaler toute violation des règles sanitaires (...)

    #COVID-19 #délation #santé

    ##santé

  • Apparemment, la moraline reste un excellent médicament pour soigner le Covid.

    La vente d’alcool interdite dans plusieurs départements en prévision d’une Saint-Sylvestre sous couvre-feu
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/12/31/la-vente-d-alcool-interdite-dans-plusieurs-departements-en-prevision-d-une-s

    Au moins six départements ont pris des arrêtés préfectoraux interdisant la vente d’alcool, jeudi 31 décembre, en vue du réveillon de la Saint-Sylvestre (Ille-et-Vilaine, Côtes-d’Armor, Cher, Pyrénées-Orientales, Gard et Rhône).

    Des mesures restrictives mises en place alors que les Français célébreront la nouvelle année sous couvre-feu. Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, avait demandé aux préfets de prendre des mesures pour « lutter contre les rassemblements non autorisés et les phénomènes de violences urbaines », les interdictions de la vente d’alcool faisant partie des recommandations. Les préfectures sont également appelées à mettre en place des dispositifs de contrôle « visibles » dès l’entrée en vigueur du couvre-feu.

  • Chasse aux pauvres en Ariège : flicage et délations - IAATA
    https://iaata.info/Chasse-aux-pauves-en-Ariege-flicage-et-delations-2262.html

    Annotations :

    « On a procédé à 97721 contrôles sur des bénéficiaires. La majorité de ces procédures fait suite aux incohérences relevées à travers les informations divulguées aux différents partenaires du Codaf », appuie Frédérique Anton, la responsable de la #CAF." Wahou 97721 contrôles pour au final 114 dossiers frauduleux... Ça s’appelle chasser la mouche avec un tank... on apprend que 5% des démarches sont lancées par délation, une tradition française...

    Tags : #-Ariege #contrôle_social CAF (...)

    #fraude

  • Les cas de délation en hausse : deux Ixelloises dénoncées par un voisin qui imaginait un salon de coiffure clandestin
    https://bx1.be/ixelles/les-cas-de-delation-en-hausse-deux-ixelloises-denoncees-par-un-voisin-qui-imaginait-un-salon-de-coiffure-clandestin/?theme=classic

    Une Ixelloise, en train de se faire tresser les cheveux par sa fille, a été dénoncée le 14 décembre dernier à la police par un voisin car ce dernier pensait qu’il s’agissait… d’un salon de coiffure clandestin.

    https://www.youtube.com/watch?v=pWJDmhA8iKQ

    L’histoire racontée par Didier est étonnante : cet Ixellois a été surpris par la police de Bruxelles Capitale-Ixelles le 14 décembre dernier. Une dizaine d’agents de police sont venus frapper à sa porte car un voisin affirmait qu’un salon de coiffure clandestin était installé chez lui… Le voisin avait en fait aperçu la fille de Didier en train de tresser les cheveux de sa maman aux abords de la fenêtre ouverte de la maison. Il avait pris une photo et crié à Didier et sa famille qu’il allait appeler la police, explique le père de famille.

    Finalement, Didier et sa famille n’ont pas été mis à l’amende vu qu’ils étaient… dans leur foyer, et sans salon de coiffure dans leur habitation.

    Ce cas est loin d’être isolé selon la police, qui confirme que les cas de délation suite aux mesures sanitaires sont en hausse. Le plus souvent pour des rassemblements de personnes ou pour du tapage nocturne.#

    #Covid #Délation #Police #Coronavirus #Ixelles une commune bruxellois a fort taux de #migrants_fiscaux Là bas, leur #petain se nomme #léon_degrelle

    • Coronavirus, restrictions et dénonciations : "On reçoit même des courriers anonymes réalisés avec lettres découpées dans les journaux
      https://www.rtbf.be/info/societe/detail_covid-19-et-restrictions-le-belge-denonce-ses-voisins?id=10659230

      « C’est une horreur, on en reçoit des dizaines par jour » . Au bout du téléphone, David Quinaux, porte-parole de la zone de police de Charleroi confie son étonnement et son désarroi. Depuis le premier confinement et les premières mesures sanitaires liées au coronavirus, au printemps 2020, le commissariat doit gérer une quantité invraisemblable de dénonciations : « Depuis le mois de mars, cela n’arrête pas. Les gens dénoncent tout et n’importe quoi. On reçoit même des courriers anonymes réalisés avec lettres découpées dans les journaux et collées sur une feuille de papier. C’est du genre : dans le studio du troisième étage, à côté de l’appartement d’une cousine, il y a une dame qui coiffe. Si en 40, on avait dénoncé comme ça, il ne resterait plus beaucoup de coiffeurs aujourd’hui ! ».
      . . . . . .

      Comme toujours, mais peut-être un peu plus souvent ces temps-ci, la police de Bruxelles-Capitale reçoit des courriers du genre : « Vous devriez aller voir à cette adresse… ». Les dénonciations pour des métiers de contact exercés dans la clandestinité ? Ce n’est pas le fait le plus marquant. Mais ce qui est certain, c’est que ce deuxième confinement est beaucoup moins calme que le premier. « Pendant les mois de mars et avril, les gens étaient un peu tétanisés, explique Olivier Slosse. Ils avaient très peur de contracter le virus. Cette fois-ci c’est différent. Je ne sais pas si c’est par habitude ou par lassitude, mais la population est moins prête à respecter les mesures sanitaires. A la rue Neuve ou à la Grand-Place, si nos stewards n’intervenaient pas, les gens seraient les uns contre les autres ».
      . . . . . .
      A la campagne aussi, on dénonce
      Dans la zone rurale de Libramont, la police est habituée aux conflits de voisinage. Mais depuis que le virus est entré chez nous, avec ses deux confinements, il y a plus d’appels. Combien ? « C’est difficile à quantifier, nous dit un inspecteur de police qui préfère rester anonyme, ça dépend des jours. Ce week-end, nous avons quatre appels. Ce sont souvent des voisins qui nous disent qu’il y a une fête de famille avec trop de monde, ou des personnes qui habitent près d’un gîte, où là aussi il y a du monde. Avec la fin de l’année, cela ne va pas s’arrêter, je pense que nous allons avoir de plus en plus d’appels ».

      A la police de Libramont, il y a du travail, beaucoup de travail depuis le Covid. « On n’arrête pas, ajoute cet inspecteur, on a trois patrouilles en permanence par jour et elles ne chôment pas. Beaucoup de gens dénoncent parce qu’ils sont frustrés quand ils voient ce que les autres se permettent. Les relations avec les citoyens sont aussi beaucoup plus tendues. D’un côté, il y a les gens qui dénoncent, de l’autre, il y a ceux qui nous disent lors des contrôles : vous n’avez rien d’autre à faire ? ».

      #dénonciations #lettres_anonymes

  • Facebook and YouTube accused of complicity in Vietnam repression
    https://www.theguardian.com/world/2020/dec/01/facebook-youtube-google-accused-complicity-vietnam-repression

    Amnesty report accuses sites of openly signalling they will bow to authoritarian regimes Facebook and YouTube are complicit in “censorship and repression on an industrial scale” in Vietnam, according to a report by Amnesty International that accuses the platforms of openly signalling that they are willing to bow to the wishes of authoritarian regimes. Facebook’s executives have repeatedly promoted the platform as a bastion of “free expression”, but in Vietnam, where there is little tolerance (...)

    #Google #Facebook #YouTube #activisme #délation #écoutes #surveillance #Amnesty #SocialNetwork

    https://i.guim.co.uk/img/media/f1b305a0b2633183f508e1bdb98ae7f01e8991bf/0_116_3500_2100/master/3500.jpg

  • Volunteer sleuths track down Hawaii’s quarantine scofflaws
    https://apnews.com/3c3bf234730eb15b466d3f4577c50167

    Former longtime television reporter Angela Keen knows how to track people down. During the coronavirus pandemic, she’s putting her skills to use finding tourists who defy Hawaii’s mandatory two-week quarantine on arriving travelers. When members of her Facebook group spot tourists posting about their beach trips on social media, Keen zeroes in on photos for clues like license plate numbers she can run down and distinctive furnishings she can match up with vacation rental listings. Armed (...)

    #Facebook #milice #COVID-19 #délation #famille #immatriculation #santé #SocialNetwork (...)

    ##santé ##surveillance

  • Why don’t more people say f**k the algorithm ?
    https://thecorrespondent.com/706/why-dont-more-people-say-f-k-the-algorithm/851046359306-112317b5?pk_campaign=collection-notifier&pk_source=em

    Protest movements around the world have become inherently digital, but why are there so few protests responding to governments’ online actions ? And find out how volunteers are tracking down tourists breaking quarantine in Hawaii. We live in a digital society. But while the internet’s relationship with protest movements has become truly intertwined over the past decade (think Belarus or the Arab Spring), it is still rare to see street protests that have been provoked by digital policy or (...)

    #Facebook #Twitter #algorithme #biométrie #facial #reconnaissance #COVID-19 #délation #discrimination #enseignement #LGBT #pauvreté #santé #SocialCreditSystem #SocialNetwork #CNIL (...)

    ##pauvreté ##santé ##GlobalVoices

  • Cannes
    https://technopolice.fr/cannes

    Vidéosurveillance Depuis 2011, la ville de Cannes multiplie le nombre de caméras de vidéosurveillance : 9 juillet 2011, la ville comptait 260 caméras (1/270 habitants) 16 octobre 2012 : 336 caméras (1/208 habitants) selon un article France 3. Dans un article du 21 février 2014, lors de la campagne de municipales, Cannes indiquait 422 caméras (1/176 habitants), dont « 299 sur la voie publique ». Le 2 juin 2015, un article Le Point indiquait que la ville comptait « 468 caméras Le 11 avril 2016, il a (...)

    #algorithme #capteur #CCTV #drone #verbalisation #anti-terrorisme #biométrie #facial #reconnaissance #vidéo-surveillance #conducteur·trice·s #COVID-19 #délation #masque #santé #surveillance #LaQuadratureduNet (...)

    ##santé ##Technopolice

  • Pédocriminalité, les citoyens passent à la traque
    https://www.liberation.fr/france/2020/08/06/pedocriminalite-les-citoyens-passent-a-la-traque_1796239

    En Normandie, la « team Eunomie », constituée d’anonymes, s’organise pour repérer et monter des dossiers contre des personnes suspectées d’être des pédophiles. Des justiciers autoproclamés pas vraiment au goût des autorités. Il faut montrer patte blanche pour rencontrer la « team Eunomie », ces anonymes qui se sont donné pour mission de lutter contre les prédateurs sexuels sévissant sur Internet. Le premier contact sur Facebook est glacial : on nous réclame une copie de notre carte de presse pour tout (...)

    #milice #délation #pédophilie

  • Les espions qui aimaient trop le business : la Chine
    https://www.franceculture.fr/emissions/conversations-secretes-le-monde-des-espions/les-espions-qui-aimaient-trop-le-business-la-chine-0

    Le renseignement est profondément ancré dans la culture chinoise, et le parti communiste l’a institutionnalisé, dans un climat de paranoïa. Originellement destiné à combattre les ennemis du parti, le renseignement est aujourd’hui massivement mobilisé sur des questions économiques. C’est l’un des paradoxe de l’espionnage chinois : alors que l’Europe et les États-Unis vivent dans la hantise des espions de Pékin, accusés de vol de secrets industriels à grande échelle, la Chine elle, brandit sans cesse la (...)

    #bénéfices #délation #surveillance

  • Pour coincer un pédophile, Facebook a développé un outil de hacking et l’a offert au FBI
    https://cyberguerre.numerama.com/5569-pour-coincer-un-pedophile-facebook-a-developpe-un-outil-d

    Facebook a enfin coincé un pédophile récidiviste qui se cachait sur sa plateforme. Mais pour y parvenir elle a dû participer au développement d’un outil de hacking pour un logiciel tiers, qu’elle a ensuite communiqué au FBI. De quoi soulever de nombreuses questions d’éthique. La fin justifie-t-elle les moyens ? Facebook répond à l’affirmative. L’entreprise a participé au développement d’un outil de hacking contre le logiciel Tails, qu’elle a ensuite communiqué au FBI, comme le rapporte Motherboard. Son (...)

    #FBI #Facebook #activisme #anonymat #journalisme #pédophilie #hacking #surveillance #enfants (...)

    ##délation
    //c2.lestechnophiles.com/cyberguerre.numerama.com/content/uploads/sites/2/2020/06/Facebook-stock.jpg

  • He Tweeted He Was the Leader of Antifa. Then the FBI Called.
    https://theintercept.com/2020/06/09/antifa-fbi-tweet

    It all began with a tweet. Chandler Wirostek, of Charlotte, North Carolina, was reading the news last Monday when he saw that the attorney general had declared that the leaderless anti-fascist movement known as antifa was engaged in domestic terrorism. The 24-year-old found the notion absurd, so he decided to say something. Addressing himself to the FBI’s main Twitter account and the bureau’s Charlotte office, Wirostek wrote : “Hi, I am the leader of Charlotte, NC Antifa. DM me for my (...)

    #FBI #Twitter #délation #écoutes

  • Quand des fans de K-pop font dérailler une app de dénonciation
    https://korii.slate.fr/tech/etats-unis-manifestations-george-floyd-app-police-i-watch-dallas-denonci

    Des activistes ont fait sauter l’application de la police de Dallas en la noyant de photos et vidéos de stars coréennes. L’Amérique s’embrase depuis la mort, le 25 mai, de George Floyd à Minneapolis (Minnesota), après qu’un policier s’est agenouillé sur son cou pendant près de neuf minutes. En réaction aux émeutes, la police de Dallas (Texas) a encouragé le public à dénoncer les manifestant·es commettant des actes illégaux en postant des vidéos des faits sur une application dédiée, iWatch Dallas. If (...)

    #algorithme #activisme #racisme #délation #hacking #lutte