• Nuit Debout et ses somnambules
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?991-Nuit-Debout-et-ses-somnambules

    Échange mail dans les mois qui ont suivi le mouvement social contre la « Loi Travail » et « Nuit Debout », au printemps 2016. Objet : Proposition d’un texte sur une suite possible à « Nuit Debout » De : D. À : #Lieux_Communs Date : 30 juil. 2016 Bonjour à vous, Votre réflexion m’apparaît essentielle, en ce qu’elle touche à la question : « quelle civilisation voulons-nous ? » Au lieu de vous restreindre au seul champ économique, vous pensez une alternative globale au modèle libéral-capitaliste. La gauche (...) #Correspondances

    / Lieux Communs, #Lettre, #Politique, Mouvement social 2016 & Nuit Debout, #Progressisme, #Relativisme, #Post-modernisme, #Assemblée, #Philosophie, #Démocratie_directe, (...)

    #Mouvement_social_2016_&_Nuit_Debout #Pseudo-subversion
    https://www.causeur.fr/brexit-referendum-democratie-elites-quatremer-139130

  • Nature et valeur de l’égalité
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?164-nature-et-valeur-de-l-egalite

    Conférence prononcée le 28 septembre 1981 à l’université de Genève, lors des XXVIIIes Rencontres internationales de Genève consacrées à « l’exigence d’égalité ». Publiée dans le volume contenant les actes de ces Rencontres : « L’Exigence d’égalité », Éditons de la Baconnière, Neuchâtel, 1982, repris dans « Domaines de l’homme. Les carrefours du labyrinthe II », Seuil, 1986, pp.383-405. Source : http://palimpsestes.fr/textes_philo... D’abord, je voudrais d’abord remercier M. Busino pour son introduction tellement (...)

    #Apports_théoriques_:_Imaginaire,_culture,_création

    / Castoriadis C., #Philosophie, #Politique, #Livre, #Démocratie_directe, #Éducation, #Relativisme, (...)

    #Castoriadis_C. #Anthropologie
    « http://palimpsestes.fr/textes_philo/rig/castoriadis-exigenceegalite.pdf »

  • Parution de la brochure n°24bis : « Le mouvement des gilets jaunes », seconde partie
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?976-quatrieme-de-couverture-no24bis

    Ce texte fait partie de la brochure n°24bis « Le mouvement des gilets jaunes » — seconde partie Chantiers de l’auto-organisation et clôtures idéologiques #Brochures Elle est en vente pour 3 € dans nos librairies. Les achats permettent notre auto-financement et constitue un soutien aux librairies indépendantes (vous pouvez également nous aider à la diffusion). Elle sera intégralement téléchargeable dans la rubrique brochures Sommaire : Retirer les crocs au parti-journaliste (Tract) Analyse d’un (...)

    Brochures

    / #Lieux_Communs, #Politique, Gilets jaunes (2018-2019), #Insurrectionnalisme, #Gauchisme, #Article, #Assemblée, #Autogestion, #Démocratie_directe, #Émeutes, #Mouvements_sociaux, #Institutionnalisation, (...)

    #Gilets_jaunes_2018-2019_ #Récupération

  • Les #limites de la #démocratie_directe...
    Des votations de plus en plus contestées et sujettes à #recours

    Surveillance des assurés, initiative contre les juges étrangers ou encore initiative pour les vaches à cornes : tous ces scrutins ont fini devant les juges. L’année dernière, cinq votes fédéraux sur dix ont fait l’objet d’un recours, un record.


    https://avisdexperts.ch/videos/view/9737
    #Suisse #votations #référendum #initiative

  • Putsch gauchiste à Commercy
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Putsch-gauchiste-a-Commercy,964

    Les 26 et 27 janvier 2019 s’est déroulée « l’assemblée des assemblées » à Commercy (Meuse), censée regrouper les mandatés des toutes les assemblées de gilets jaunes de France. Il s’agissait donc d’un embryon de structuration sur des principes d’auto-organisation d’un mouvement atypique né il y a plus de deux mois et demi sur les rond-points et qui réussit pratiquement à échapper à toute #Récupération #Politique et idéologique. Mais aucun observateur depuis une semaine ne semble surpris du virage opéré à (...)

    #Analyses

    / #Lieux_Communs, Politique, Gilets jaunes (2018-2019), #Gauchisme, #Paléo-marxismes, #Avant-gardisme, #Compte-rendu, #Assemblée, #Démocratie_directe, #Institutionnalisation, #Immigration, (...)

    #Gilets_jaunes_2018-2019_
    https://fr.scribd.com/document/398246816/Synthese-Des-Revendications-Des-Groupes-Locaux-AdA-GJ-Commercy-26-27-Janv
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/01/28/97001-20190128FILWWW00094-melenchon-l-assemblee-des-assemblees-l-initiative

  • Les gilets jaunes entre le bistrot et le parti
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Les-gilets-jaunes-entre-le-bistrot,962

    [Remarque sur l’image d’illustration : le slogan « Tout le pouvoir aux soviets ! » de Lénine en 1917 a été la première phrase de Novlang prononcée dans l’histoire, puisque dans la réalité le pouvoir bolchevique ôtait simultanément toute liberté à ces assemblées populaires...] Le mouvement des gilets jaunes est né sur les ronds-points, les péages, les parkings. Il perdure, élargissant considérablement sa palette d’actions directes, scandé par les grandes manifestations du samedi et tente de se structurer dans (...)

    #Analyses

    / Gilets jaunes (2018-2019), #Lieux_Communs, #Politique, #Gauchisme, #Organisation_politique, #Article, #Assemblée, #Récupération, #Institutionnalisation, Démocratie (...)

    #Gilets_jaunes_2018-2019_ #Démocratie_directe

  • Le délabrement de l’Occident
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?730-le-delabrement-de-l-occident

    Entretien avec Cornelius Castoriadis publié dans la revue Esprit en décembre 1991, puis repris dans « La montée de l’insignifiance. Les carrefours du labyrinthe IV », Seuil 1996, rééd. 2007. Propos recueillis par Olivier Mongin, Joël Roman et Ramin Jahanbegloo Esprit - L’actualité immédiate, avec la #Guerre du Golfe et la fin du communisme, nous semble poser la question de la valeur du modèle démocratique. Ne doit-on pas dire qu’il y a somme toute une forme de relativisme dans l’ordre international ? Y (...)

    #Crises_économique,_sociale,_politique

    / #Libéralisme, #Démocratie_directe, #Politique, Guerre, #Insignifiance, #Entretien, #Oligarchie, Castoriadis C., (...)

    #Castoriadis_C. #Géopolitique

  • Ni gauchistes ni fachos, les gilets jaunes sont politiques
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Ni-gauchistes-ni-fachos-les-gilets,960

    Après avoir tenté, en vain, de disqualifier le mouvement des gilets jaunes comme proto-fasciste, les médias dominants et toute la gauche tente depuis, pitoyablement, de le récupérer en le réduisant à un « mouvement social » un peu particulier. Mais ils ne peuvent le faire qu’en passant sous silence toute sa dimension politiquement incorrecte, reconduisant les impasses qui sont à l’origine même du soulèvement et les exaspérant. L’auto-organisation permet la libération de la parole sociale Il s’agit bien (...)

    #Analyses

    / #Lieux_Communs, #Politique, Gilets jaunes (2018-2019), #Extrêmes-droites, #Gauchisme, #Article, #Démocratie_directe, #Multiculturalisme, #Immigration, #Récupération, Mouvements (...)

    #Gilets_jaunes_2018-2019_ #Mouvements_sociaux

  • Le président du #CESE rejette la #démocratie_directe | Question(s) sociale(s)
    http://social.blog.lemonde.fr/2019/01/09/le-president-du-cese-rejette-la-democratie-directe

    La démocratie directe recèle des dangers et est « contraire à nos principes fondamentaux ». C’est par cette mise en garde que Patrick Bernasconi, le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), évoquant ouvertement le mouvement des « gilets jaunes », a conclu ses voeux mardi 8 janvier. Compte tenu du contexte, l’assemblée de la société civile, qui est au coeur de la réforme de la Constitution voulue par Emmanuel Macron, a choisi de donner un lustre particulier à cette cérémonie traditionnelle.

    […] Ouvert à la nécessaire mutation de la démocratie, Patrick Bernasconi a réitéré son opposition à la démocratie directe, prônée par certains « gilets jaunes », qui « peut parfois avoir pour conséquences la remise en cause de principes, d’acquis, produits d’évolutions nécessaires de nos sociétés mais pas encore totalement partagés ou contestés pour des raisons conjoncturelles ». Une occasion de réaffirmer que « le CESE, dans un rôle très complémentaire des assemblées législatives, peut et doit jouer un rôle indispensable, en participant à une nécessaire régulation ». Ni Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale, ni Gérard Larcher, le président du Sénat, n’étaient présents à cette cérémonie.

  • Ni gauchistes ni fachos, les gilets jaunes sont politiques
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Ni-gauchistes-ni-fachos-les-gilets

    Après avoir tenté, en vain, de disqualifier le mouvement des gilets jaunes comme proto-fasciste, les médias dominants et toute la gauche tente depuis, pitoyablement, de le récupérer en le réduisant à un « mouvement social » un peu particulier. Mais ils ne peuvent le faire qu’en passant sous silence toute sa dimension politiquement incorrecte, reconduisant les impasses qui sont à l’origine même du soulèvement et les exaspérant. L’auto-organisation permet la libération de la parole sociale Il s’agit bien (...)

    #Analyses

    / #Lieux_Communs, #Politique, Gilets jaunes (2018-2019), #Extrêmes-droites, #Gauchisme, #Article, #Démocratie_directe, #Multiculturalisme, #Immigration, #Récupération, Mouvements (...)

    #Gilets_jaunes_2018-2019_ #Mouvements_sociaux

  • Gilets jaunes : La révolution précipitée
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Gilets-jaunes-La-revolution

    Le mouvement des gilets jaunes s’oppose presque en tout à celui de #Mai_68 : une dynamique massive et populaire, issue des grandes périphéries urbaines, où la jeunesse est discrète, gagnant progressivement en amplitude, et qui vise moins à transformer le monde qu’à empêcher qu’il ne se défasse. Pourtant la convergence est évidente : il est toujours question de s’opposer à la di­rection prise par la société, de reprendre le contrôle de nos existences, de mettre en place une souveraineté collective, le (...)

    #Brochures

    / #Politique, Gilets jaunes (2018), Mai 68, #Gauchisme, #Article, #Démocratie_directe, #Mouvements_sociaux, (...)

    #Gilets_jaunes_2018_ #Revolution

  • Comment fonctionne la démocratie directe suisse

    La Suisse a pu apparaître comme un exemple pour les promoteurs du #référendum_d’initiative_citoyenne (#RIC). Mais l’usage des instruments de la démocratie directe helvétique ne prend son sens que dans un système politique global fondé sur l’équilibre entre les démocraties directe, représentative et fédérale.

    https://www.mediapart.fr/journal/international/281218/comment-fonctionne-la-democratie-directe-suisse
    #démocratie_directe (c’est même une #démocratie_semi-directe) #Suisse #modèle_suisse

    Si jamais, j’ai des trucs à dire sur le modèle de démocratie suisse... car pas tout n’est rose non plus
     :-)

  • Deuxième appel de Commercy : l’assemblée des assemblées !
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Deuxieme-appel-de-Commercy-l

    Source : https://www.youtube.com/watch++cs_INTERRO++v=GB1... https://www.facebook.com/Les-Gilets... Deuxième appel de Commercy : l’assemblée des assemblées ! Notre deuxième appel s’adresse à tous les gilets jaunes, à toutes celles et ceux qui ne portent pas encore le gilet mais qui ont quand même la rage au ventre. Cela fait désormais plus de six semaines que nous occupons les ronds points, les cabanes, les places publiques, les routes et que nous sommes présents dans tous les esprits et toutes les (...)

    Réactions à l’actualité

    / Gilets jaunes (2018), #Assemblée, #Démocratie_directe

    #Réactions_à_l'actualité #Gilets_jaunes_2018_
    « https://www.youtube.com/watch?v=GB1-Sg4jt7Y

     »
    « https://www.facebook.com/Les-Gilets-Jaunes-de-Commercy-440617629803047/?ref=br_rs »

  • Pour Dominique Rousseau : « Il faut créer une assemblée de ceux qui sont sur les ronds-points » | Public Senat
    https://www.publicsenat.fr/article/debat/pour-dominique-rousseau-il-faut-creer-une-assemblee-de-ceux-qui-sont-sur

    Paris, université de droit de la Sorbonne au pied du Panthéon… on est loin des gilets jaunes et des ronds-points qu’ils occupent et pourtant ce soir-là, on débat des nouvelles formes de démocraties. Rencontre avec Dominique Rousseau, constitutionnaliste, l’un des plus ardents défenseurs de l’#épistocratie un système politique qui entend redonner la parole et le pouvoir aux citoyens. Deuxième volet de notre série de quatre entretiens autour du thème, « refonder la démocratie ».

    Ce que nous dit le mouvement des « gilets jaunes » c’est celui d’une reconquête de la qualité de #citoyen que les gens avaient perdue. Le #système_libéral dans sa dimension économique cherche à réduire l’être humain à sa qualité d’individu #consommateur et d’usager et il évite que cet être humain accède à sa qualité de citoyen capable de décider des affaires de la cité, le système libéral veut se réserver l’#administration de la cité. Le système libéral préfère la population au peuple.

    […] L’idée d’un #référendum d’initiative citoyenne n’est pas nouvelle, elle n’est pas innovante. Le seul instrument pour améliorer la démocratie qu’ils portent c’est le référendum : un dispositif qui a favorisé les régimes autoritaires. Comme avec l’avènement en France du second Empire. […] Le vote même référendaire a toujours débouché sur une délégation de son application. Le vote par définition revient à déléguer son pouvoir. C’est « in fine » le pouvoir politique qui aura la gestion du vote. On le voit avec le Brexit. Les Britanniques votent pour la sortie de l’union européenne mais qui gère la sortie ? Le gouvernement britannique avec toutes les hésitations que l’on connaît. […] Il y a déjà un référendum d’initiative citoyenne en Suisse, par exemple. Les Suisses ont voté pour mettre en place des quotas d’étrangers à l’entrée de leur pays, c’est le gouvernement qui l’a mis en œuvre et au final ce n’est pas ce qui s’est passé. Attention le référendum peut aussi déboucher sur des décisions contraires aussi aux #droits_de_l’homme. Si demain par voie référendaire on décidait d’abroger le « mariage pour tous », ce serait une atteinte à la liberté du mariage, et une atteinte aux droits de l’homme, préceptes indispensables en #démocratie. L’idée du référendum d’initiative citoyenne est très jolie très sympathique mais ne répond pas à cette demande de plus de démocratie.

    […] À la question : Est-ce que la suppression du #Sénat permettrait de prendre des décisions plus justes ? Je ne crois pas… la France est passée d’un état unitaire, à un état décentralisé et il est probable que les années à venir vont encore accentuer l’abandon d’un modèle jacobin pour aller vers un modèle girondin avec des régions fortes, par conséquent la légitimité du Sénat progressera au fur et à mesure que la France deviendra davantage un pays décentralisé.
    La vraie question dès lors que le Sénat représente les #collectivités territoriales, c’est la pondération entre les différentes collectivités il faudrait sans nul doute qu’il représente davantage les régions, les grandes métropoles, même s’il doit continuer à représenter les territoires ruraux.

    […] Il faut introduire la #proportionnelle pour l’#élection des députés et pas seulement 15 %. Il faut #scrutin_proportionnel_intégral, celui qu’on a connu pour les élections législatives de 1986, qui permettrait à tous les courants politiques auxquels les citoyens adhèrent d’être représentés au Parlement. Cela permettrait au Parlement de retrouver du pouvoir, il n’y aurait plus de majorité automatiquement soumise au Président. Pour faire passer ses lois il devrait trouver des compromis… qui ne sont pas des compromissions. Toute démocratie repose sur le conflit, les désaccords sur les politiques à mener, pour que les démocraties ne meurent pas il faut qu’il y ait des lieux où des compromis s’élaborent.
    Aujourd’hui avec le scrutin majoritaire, le compromis est exclu puisqu’il y a une majorité écrasante. C’était vrai pour Hollande, pour Sarkozy pour Mitterrand…

    […] Connectée à cette assemblée il faut créer des assemblées primaires de citoyens. Il s’agirait de prendre comme base territoriale la circonscription et le député aurait l’obligation de réunir l’Assemblée de citoyens pour délibérer avec eux, en amont des projets et propositions de lois avant leur discussion devant l’Assemblée nationale. C’est l’esprit de l’#épistocratie qui redonne la parole et le pouvoir au peuple.

    […] Mais en quoi le tirage au sort est-il une solution fiable de la représentation de la diversité des opinions  ?
    Les juristes connaissent les tirages au sort depuis longtemps, les jurés sont tirés au sort dans les cours d’assises. C’est vrai que la première réaction des citoyens tirés au sort c’est « non non non… je ne peux pas ». On a convaincu les êtres humains, qu’ils n’étaient que des individus pas des citoyens. À chaque fois qu’on leur dit d’exercer leur #citoyenneté, ils disent « on en est incapable ».

    L’expérience montre qu’après le premier moment de recul, ils rentrent dans le jeu, dans la fonction, et ils l’exercent avec beaucoup de conscience et de sérieux. Si vous prenez les gens au sérieux, les gens finissent par se prendre au sérieux, et actuellement on ne prend pas les gens au sérieux.

    Le #tirage_au_sort n’est pas un système nouveau, paré de toutes les vertus… même si Aristote disait que le système de désignation le plus démocratique c’est le tirage au sort, parce que l’élection favorise la classe dominante : ceux qui savent le mieux parler, les plus riches…

    L’élection n’est pas nécessairement l’instrument permettant de produire une représentation démocratique. Le tirage au sort à cet avantage de prendre le citoyen dans son existence physique, réelle, concrète et à partir de là, de le mettre avec d’autres citoyens et de faire en sorte que de cette rencontre sorte une position commune. C’est pour les cours d’Assises : un arrêt et pour les affaires de la cité : une loi. C’est aussi difficile de savoir s’il faut condamner quelqu’un à la prison que de décider d’une politique publique.

    #droit_constitutionnel

  • Gilets jaunes : « Les gens expérimentent et ils ont raison de le faire » (2/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Gilets-jaunes-Les-gens-952

    Voir la première partie (.../...) Structuration du mouvement des gilets jaunes ? D : Sur la structuration du mouvement ; on a l’impression qu’elle prend vraiment des formes très différentes selon les endroits. Je sais qu’à Toulouse, ils font des assemblées générales dans une grande salle où ils essaient de rassembler le plus de personnes possible et de faire une parole tournante. Mais je crois qu’il y a une opposition très forte à élire des représentants, alors que dans d’autres villes – alors je (...)

    #Comptes-rendus_d'interventions

    / #Entretien, Gilets jaunes (2018), #Gauchisme, #Démocratie_directe, #Récupération, (...)

    #Gilets_jaunes_2018_ #Institutionnalisation

  • Gilets jaunes : « Les gens expérimentent et ils ont raison de le faire » (1/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Gilets-jaunes-Les-gens

    Retranscription de l’émission « Offensive Sonore » consacrée au mouvement des « gilets jaunes », enregistrée le soir du mercredi 19 décembre 2018 et diffusée le vendredi 21 sur Radio Libertaire (89.4). Les quelques ajouts ont été mis entre crochets. Sommaire Présentation L’évolution du mouvement des gilets jaunes Le Référendum d’Initiative Citoyenne Structuration du mouvement des gilets jaunes ? Sur la #Récupération possible du mouvement Cyrille : Vous êtes sur Radio Libertaire, c’est l’émission (...)

    #Comptes-rendus_d'interventions

    / #Lieux_Communs, #Politique, Gilets jaunes (2018), #Entretien, #Assemblée, #Démocratie_directe, #Institutionnalisation, #Mouvements_sociaux, (...)

    #Gilets_jaunes_2018_
    https://collectiflieuxcommuns.fr/IMG/mp3/o-s_lieux_communs_gilets_jaunes_2.mp3

  • Gilets jaunes et #Démocratie_directe : convergences et obstacles (2/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Gilets-jaunes-et-democratie-950

    Voir la première partie (.../...) 2 – Les obstacles, ou chantiers, présents et futurs Un mouvement autonome de ce type se trouve au fil de son développement face à l’épreuve de son #Institutionnalisation. Le mot est compliqué, je m’explique : la forme spontanée, largement informelle et improvisée n’est pas durable dans la durée, sinon dans les rêves absurdes des « spontanéistes » et des maniaques de l’émeute ou alors sous forme de dérèglement capillaire progressif, mais qui peut alors facilement dériver (...)

    #Comptes-rendus_d'interventions

    / Gilets jaunes (2018), #Lieux_Communs, #Politique, #Anthropologie, #Insurrectionnalisme, #Multiculturalisme, #Conférence, #Assemblée, Démocratie directe, #Égalité_des_revenus, #Énergie, #Empire, #Immigration, (...)

    #Gilets_jaunes_2018_

  • Assemblées de gilets jaunes ou cours magistraux ?
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Assemblees-de-gilets-jaunes-ou

    Texte reçu ce jour d’un « gilet jaune » de Gironde. Avec son accord ont été rajoutés quelques précisons entre crochets et le titre initial est passé en sous-titre. Hier, jeudi 20 décembre, la mairie de Bordeaux a permis à des gilets jaunes venant de différentes communes de Gironde et du Lot-et-Garonne de se réunir dans le grand hangar 14, sur les quais de Garonne, vers 20 heures . Deux à trois cents personnes se sont rassemblées dans un cadre qui n’était pas réellement celui d’une #Assemblée démocratique (...)

    #Les_mouvements_sociaux_contemporains

    / #Politique, Gilets jaunes (2018), #Compte-rendu, Assemblée, #Démocratie_directe, #Éducation, #Institutionnalisation, #Organisation_politique, #Pseudo-subversion, (...)

    #Gilets_jaunes_2018_ #Récupération

  • La démocratie athénienne : fausses et vraies questions
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?La-democratie-athenienne-fausses

    Intervention dans un colloque tenu à Beaubourg le 27 mars 1992, auquel participaient également Pierre Vidal-Naquet et Pierre Lévêque. Publié dans Esprit, février 1994 : 24-33, repris dans La montée de l’insignifiance, pp. 183-93. Source : https://esprit.presse.fr/article/co... Cette neuvième Lettre de la montagne, je la relisais pour la énième fois en lisant le texte de Pierre Vidal-Naquet et je regrettais que Pierre n’ait pas eu le temps de faire l’histoire, qui sans doute occuperait des volumes, du (...)

    #Autonomie_sociale_:_Démocratie_directe

    / Castoriadis C., #Politique, #Histoire, #Électoralisme, #Assemblée, #Démocratie_directe, #Type_anthropologique, #Article, #Éducation, #Institutionnalisation, #Revolution, (...)

    #Castoriadis_C. #Antiquité

  • Les « gilets jaunes », une spécificité française ?
    15 DÉCEMBRE 2018
    PAR LUDOVIC LAMANT ET AMÉLIE POINSSOT

    Des mouvements protestataires ont éclos en Europe depuis dix ans, en dehors des appareils politiques traditionnels. La révolte des « gilets jaunes » a-t-elle des points communs avec celle des Italiens, des Grecs ou des partisans du Brexit au Royaume-Uni ?

    La colère des « gilets jaunes » a débordé au-delà des frontières françaises. Plusieurs manifestations ont déjà eu lieu à Bruxelles, accompagnées de blocages de dépôts de carburants, tandis que des indépendantistes catalans issus des Comités de défense de la République (CDR, à gauche), vêtus de jaune, appellent au blocage de leur région le 21 décembre. Des gilets jaunes ont aussi fait leur apparition dans des manifestations en Pologne, en Serbie et au Monténégro. En Allemagne, c’est l’extrême droite qui a appelé à défiler en gilet jaune.

    Ici et là sur le continent, de nombreuses colères ont éclaté ces dernières années. Des Indignés espagnols aux Grecs frappés par l’austérité, des partisans du Brexit en 2016 aux membres du Mouvement Cinq Étoiles (M5S) en Italie, ces colères ont-elles des points communs avec la révolte populaire qui secoue la France depuis novembre ?

    Sans figer la réalité d’un mouvement français aux contours encore en évolution, et donc difficiles à cerner, deux phénomènes semblent jouer à plein : le rejet du monde politique traditionnel et des élites en place et, en même temps, une forte volonté d’être associé aux décisions politiques de son pays. Tentative de comparaison.

    2009, Italie : le M5S, un mouvement emmené par un nouveau leader
    Comme les gilets jaunes, les Cinq Étoiles se forment sur un rejet du système de représentation traditionnel. C’est même un prérequis pour rejoindre le mouvement italien quand il se crée formellement, à partir de 2009 : il faut n’avoir milité dans aucune organisation auparavant. « Les gilets jaunes et les Cinq Étoiles des débuts sont tous les deux contre la médiation politique ordinaire, explique le chercheur en sciences politiques spécialiste de l’Italie Christophe Bouillaud. Ils traduisent la faillite complète de la représentation politique et de la représentation syndicale telles qu’elles existaient. »

    À l’origine du M5S, on trouve également, comme chez les gilets jaunes, des groupes locaux ancrés dans un territoire. En Italie, ces résistances sont d’abord tournées contre des projets imposés par le pouvoir, potentiellement destructeurs pour l’environnement (ligne ferroviaire Lyon-Turin en val de Suse ; terminal gazier dans les Pouilles par exemple) ; elles trouvent leur débouché dans les Cinq Étoiles.

    Autre similitude : « Dans les deux pays, ces mouvements sont la conséquence de 30 ans de politique économique qui ne fonctionne pas, relève Christophe Bouillaud. Les classes moyennes s’en sortent de moins en moins bien. Et cette politique économique a été défendue par les médias dominants. » De fait, des deux côtés, on observe une méfiance vis-à-vis des médias traditionnels.

    « Il y a deux moteurs communs, renchérit Jérémy Dousson, auteur de l’ouvrage Un populisme à l’italienne ? Comprendre le Mouvement 5 Étoiles (éditions Les Petits Matins). L’idée qu’on n’est pas représenté et qu’il faut reprendre la main : les politiques ne font pas ce qu’ils ont promis parce qu’ils sont soit incompétents soit corrompus. Et l’idée que le travail ne paie pas. C’est pourquoi ce ne sont pas, à mon sens, des mouvements apolitiques mais des mouvements hyperpolitiques. » Les deux s’auto-organisent à travers une utilisation importante d’Internet et des réseaux sociaux. Dans le cas des gilets jaunes, cela se fait entre pairs, tandis que chez les Cinq Étoiles, cela se fait suivant la direction donnée par un leadership que tous reconnaissent.

    Les deux mouvements font ainsi apparaître des personnes qui n’ont jamais occupé l’espace public auparavant : des gens qui n’ont pas de vécu militant, mais aussi des femmes, dans une proportion beaucoup plus importante que dans les formes habituelles de protestation. Si le M5S aujourd’hui au pouvoir est un parti dirigé par des hommes, il a fait de cette question de la représentation des femmes un objectif politique et il s’est efforcé de présenter aux élections des listes presque paritaires, dans un pays où l’accès aux fonctions politiques est resté profondément inégalitaire. À la Chambre des députés aujourd’hui, 94 des 220 parlementaires du M5S sont des femmes. C’est le taux de représentation féminine le plus élevé de tous les groupes parlementaires italiens.

    La temporalité introduit toutefois une différence de taille entre le mouvement français et son parallèle transalpin : difficile de mettre sur un même plan d’analyse un mouvement né il y a plus de dix ans, qui s’est structuré depuis en parti politique et codirige aujourd’hui l’exécutif italien, et un mouvement qui n’a pas plus de quatre semaines d’existence. Surtout, le M5S a été, dès le départ, emmené par le comique Beppe Grillo. C’est ce qui lui a permis de se structurer, d’élaborer la transition, de résoudre les conflits. Les gilets jaunes en sont loin. « Pour l’heure, le mouvement français est complètement éclaté entre différents groupes locaux, observe Christophe Bouillaud. Sans leader, il est très peu probable qu’il parvienne à se structurer. »

    Enfin, d’un côté et de l’autre des Alpes, les mots d’ordre ne sont pas les mêmes. Au départ des Cinq Étoiles, les principales revendications portent sur la corruption du personnel politique et la préservation de l’environnement. Ce n’est que dans un deuxième temps, à partir de 2013, que le mouvement s’intéresse au pouvoir d’achat des Italiens – un positionnement qui lui ouvre la voie du succès électoral en Italie du Sud. Parallèlement, il se détourne des questions environnementales et aujourd’hui, à la tête d’un gouvernement de coalition avec l’extrême droite, le M5S a complètement abandonné ce volet.

    2011, Grèce : le mouvement des places, de la mobilisation à la solidarité
    Grèce, printemps 2011. Au pic de la crise, alors qu’un deuxième mémorandum d’austérité se prépare, la place Syntagma (place du Parlement) d’Athènes, ainsi que de nombreuses places dans différents quartiers de la métropole, est occupée. Nuit et jour, pendant plusieurs semaines, la population manifeste et se réunit en assemblées générales, à l’image des Indignés espagnols, sur un mode autogestionnaire et se revendiquant de la démocratie directe.

    Pour le professeur de philosophie politique Stathis Kouvélakis qui, à l’époque, a observé de près la mobilisation en Grèce et a pu suivre les récentes manifestations des gilets jaunes à Paris, il y a des similarités évidentes. Tout d’abord, ce sont deux mouvements sociaux qui éclatent en réaction à des politiques néolibérales destructrices : d’un côté, les mémorandums d’austérité et de l’autre, le « Blitzkrieg des réformes Macron ».

    Ils ont aussi un caractère fortement « national », avec l’omniprésence, dans les deux cas, de drapeaux nationaux. Et de la même manière, ils sont dans le rejet du système politique existant et font apparaître de nouvelles personnes dans l’espace public – des femmes, des non-syndiqués, des gens a priori peu politisés, une population d’origine sociale modeste –, jusqu’alors sous-représentées.

    Ceci dit, sociologiquement, les mouvements restent différents. « La catégorie des précaires diplômés du supérieur n’est pas trop représentée chez les gilets jaunes, relève Stathis Kouvélakis. Or elle était très présente à Syntagma. De manière générale, la participation au mouvement était beaucoup plus massive en Grèce, où la politique économique avait touché tout le monde, alors que la base sociale des gilets jaunes est plus restreinte, plus populaire, même si elle bénéficie d’un large soutien de l’opinion publique. » En Grèce, en 2011, la population faisait bloc contre les mémorandums d’austérité et l’ingérence de la Troïka, mais aussi contre une classe politique corrompue et un système clientéliste à bout de souffle.

    Autre différence : « En Grèce, l’épicentre du mouvement était dans la capitale. Il était inexistant hors des grands centres urbains, alors qu’en France, on a affaire essentiellement à un mouvement de la périphérie, Paris étant “pris” par des manifestants qui viennent d’ailleurs », note Kouvélakis.

    Le mouvement des places a-t-il eu un débouché politique en Grèce ? Sur Syntagma, le mouvement a rapidement reflué. Mais dans les quartiers, ces assemblées populaires se sont transformées en cercles locaux d’entraide, tandis que le désastre économique se poursuivait. Soupes populaires, soutien scolaire, dispensaires de soins gratuits… : de nombreux collectifs se sont montés, dont beaucoup sont toujours en activité aujourd’hui. Alors parti d’opposition de gauche radicale, Syriza a contribué au financement du réseau Solidarité pour tous, qui rassemblait nombre de ces initiatives. Mais ces assemblées de quartier ont fonctionné de manière autonome, a fortiori après l’arrivée au pouvoir de Syriza, en 2015. Cette mobilisation dans les quartiers a par ailleurs insufflé une solidarité non négligeable dans une société longtemps marquée par l’individualisme et le consumérisme.

    « Il est trop tôt pour dire ce que peuvent donner politiquement les gilets jaunes, estime Stathis Kouvélakis. Mais il est certain qu’un mouvement profond comme cela va provoquer des déplacements électoraux. De la même manière que les Grecs mobilisés en 2011, les membres des gilets jaunes se positionnent électoralement sur un axe qui va de l’extrême gauche à l’extrême droite. À Syntagma, c’était même visible dans l’espace : le haut de la place était occupé par des gens au discours nationaliste, voire d’extrême droite, tandis que le bas de la place était dominé par un discours de gauche. »

    Différentes organisations de la gauche grecque assurent alors une présence discrète, réalisant un important travail de terrain pour empêcher l’infiltration du mouvement par la droite radicale et les néonazis d’Aube dorée. « Mais à l’époque, en Grèce, tout le monde avait conscience du fait qu’un séisme s’était produit dans le système politique bipartisan et que plus rien ne serait pareil. La gauche radicale était confiante, elle sentait déjà que le vent tournait de son côté. Rien de tel ici : le paysage politique est beaucoup plus éclaté et le poids de l’extrême droite en France bien plus important. La situation est encore très fluide. »

    2016, Royaume-Uni : le Brexit révèle la colère des « left behinds »
    À première vue, les situations sont très distinctes : le mouvement des gilets français a surgi du terrain, quand la mobilisation des opposants au Brexit répond d’abord à la stratégie de partis traditionnels. Si les gilets jaunes dévoilent la crise structurelle des partis français, les Brexiters ont d’abord consacré la victoire du UKIP, la formation lancée par Nigel Farage, et des plateformes pour le Leave emmenées par des politiques professionnels.

    « Le Brexit ne s’est pas joué dans la rue, une colère s’est exprimée, qui n’a pas débouché sur un mouvement social », relève Geoffrey Pleyers, sociologue des mouvements sociaux à l’université de Louvain, en Belgique. Mais il relève, des Brexiters et du M5S italien jusqu’aux gilets jaunes, « une même remise en cause de la division droite-gauche, par des acteurs qui décident de former des coalitions stratégiques différentes ». « Ces gens font de la politique ensemble, mais ne parlent pas entre eux de politique traditionnelle, de tel ou tel parti », poursuit-il.

    La structure d’âge est assez comparable : si l’on s’appuie sur les premiers résultats d’une enquête de chercheurs relayée par Le Monde, les gilets jaunes ont en moyenne 45 ans, au-dessus de l’âge moyen de la population française, tandis que les plus jeunes, au Royaume-Uni, avaient voté massivement, à 75 %, pour le maintien dans l’Union europénne. Les gilets jaunes paraissent former un mouvement plutôt mixte, avec des femmes issues de milieux populaires aux avant-postes. En 2016, 53 % des Brexiters de 25 à 49 ans étaient des femmes (la proportion s’inversait pour les plus de 50 ans, avec plus de 60 % d’hommes).

    « Le vote pour le Brexit a été le plus fort dans les anciennes terres industrielles du nord et de l’est de l’Angleterre. De la même façon, le Mouvement Cinq Étoiles en Italie est davantage ancré dans le Sud, qui est plus pauvre. Il y a bien une tendance de fond, liée à la politique économique menée en Europe, à un âge de croissance faible et de poussée des inégalités », avance Chris Bickerton, un politologue de Cambridge, qui fut l’un des porte-voix en 2016 d’un Brexit de gauche (un Lexit, contraction de left et de Brexit).

    Les deux soulèvements semblent dessiner une géographie comparable, avec un fossé net entre des centres-ville aisés et des espaces davantage délaissés (banlieues, périurbains, ruraux). L’Angleterre a voté pour le Leave, à l’exception de Londres ou de grandes villes comme Leeds. Le Pays de Galles s’est aussi prononcé pour le divorce, à rebrousse-poil de sa capitale, Cardiff, favorable au maintien. Quant aux gilets jaunes, c’est une mobilisation des oubliés, loin des centres urbains, avec des pôles multiples sur le territoire français.

    « Ce point commun aurait à voir avec un sentiment de ras-le-bol, de désenchantement, de la part de ceux qu’on a appelés, au Royaume-Uni, des left behinds [« laissés-pour-compte » – ndlr]. Il y a donc clairement une dimension économique partagée », poursuit-il, avant de nuancer : « Mais il me semble que la crise des gilets jaunes nous dit aussi beaucoup sur la présidence Macron et, en ce sens, reste très spécifique à la France. »

    2011, Espagne : la corruption politique, source de l’indignation Le mouvement des Indignés a surgi sur des centaines de places d’Espagne le 15 mai 2011, d’où son nom de code, le « 15-M ». Dans ses rangs, des étudiants du collectif Jeunesse sans avenir côtoyaient des militants du Droit au logement ou des activistes opposés à un équivalent espagnol de la loi Hadopi. Ce mouvement, qui refusait d’être étiqueté de droite ou de gauche, plaidait pour la fin des politiques d’austérité en Espagne, dénonçait la corruption de la vie politique et critiquait le mécanisme de représentation en politique, lui préférant la démocratie directe.

    Le 15-M a connu d’innombrables mues. Après l’occupation des places, jusqu’à septembre 2011, il s’est transformé en une série de mouvements sectoriels contre les coupes budgétaires (santé, éducation, etc.) ou les expulsions immobilières. À partir de 2014, certains ont basculé, optant pour la politique institutionnelle : c’est le lancement de Podemos, mais aussi des confluences citoyennes, qui ont remporté des mairies, dont Barcelone et Madrid. Aujourd’hui, l’esprit du 15-M se retrouve encore dans les mobilisations massives pour les droits des femmes et contre les violences sexistes (le mouvement du « 8-M »).

    L’indignation du 15-M a-t-elle à voir avec la colère des gilets jaunes ? Les deux mouvements s’inscrivent dans une logique d’occupation de l’espace public : la place en Espagne, le rond-point en France. Tous deux ont révélé au grand jour la crise des organisations politiques traditionnelles, des partis aux syndicats, qui se trouvent dépassés. Ils ont pointé du doigt les limites de la démocratie représentative (« Vous ne nous représentez pas », était l’un des slogans du 15-M à l’adresse des députés). Autre point commun : jusqu’à la création de Podemos, en janvier 2014, aucun leader charismatique n’a surgi du mouvement espagnol, qui revendiquait une organisation horizontale et une multitude de porte-parole, quitte à dérouter les médias du pays.

    Le mouvement espagnol s’est également vite trouvé critiqué par des responsables politiques traditionnels, en raison du flou de ses revendications, souvent hétéroclites, d’une place à l’autre du pays. Là encore, c’est un point commun avec les gilets français, dont la nature semble évoluer selon son implantation géographique (avec une présence plus forte, semble-t-il, de militants du Rassemblement national dans le Nord et le Sud-Est, par exemple). Enfin, des deux côtés des Pyrénées, ils ont fait l’objet d’une répression policière musclée.
    La comparaison s’arrête là. Le 15-M s’est construit autour d’un discours très marqué contre la corruption en politique, que l’on ne retrouve pas dans le cas français. Inclusif, il n’a cessé de s’élargir à d’autres pans de la société frappés par la crise, au cours des premières semaines, jusqu’à l’été, quand les gilets jaunes, à ce stade, semblent davantage porter les revendications de milieux populaires malmenés par la politique économique du gouvernement français.

    https://www.mediapart.fr/journal/international/151218/les-gilets-jaunes-une-specificite-francaise?onglet=full

    #giletsjaunes #gilets_jaunes #places #mouvement_des_places #brexit #italie #espagne
    #m5s#représentation#classes_moyennes#indignés#démocratie_directe#kouvélakis#macron#précaires#ukip#mouvements#giletsjaunes#gilets_jaunes#places#mouvement_des_places#brexit#italie#espagne

  • Gilets jaunes : une révolution sans révolutionnaires ? (1/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Gilets-jaunes-une-revolution-sans

    Retranscription de l’émission « Offensive Sonore » consacrée au mouvement des « gilets jaunes », enregistrée le soir du mercredi 5 décembre 2018 et diffusée le vendredi 7 sur Radio Libertaire (89.4). Les quelques ajouts ont été mis entre crochets. C : Nous sommes le 5 décembre et nous allons parler d’actualité, même si les choses changent très vite. C’est une émission enregistrée consacrée aux « Gilets jaunes » avec Quentin de #Lieux_Communs, que l’on invite assez souvent pour organiser des débats. Je lui (...)

    #Comptes-rendus_d'interventions

    / Lieux Communs, #Politique, Gilets jaunes (2018), #Écologisme, #Redéfinition_des_besoins, #Entretien, #Assemblée, #Égalité_des_revenus, #Démocratie_directe, (...)

    #Gilets_jaunes_2018_ #Énergie
    https://collectiflieuxcommuns.fr/IMG/mp3/o-s_lieux_communs_gilet_jaune-2.mp3

  • Gilets jaunes : tentations révolutionnaires et risque de chaos (2/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Gilets-jaunes-tentations-944

    Voir la première partie (.../...) Les causes fondamentales du mouvement des « gilets jaunes » Ce mouvement trouve sa source dans la rupture d’un modus vivendi qui s’est progressivement mis en place au fil du XXe siècle, dans l’exacte mesure du recul, puis de la fin du mouvement révolutionnaire : ux élites le pouvoir assuré de « gérer » le pays convenablement ; aux peuples la société de consommation et la tranquilité. Mais la fin des révolutions et des grands conflits sociaux – Mai 68 en étant la toute (...)

    #Analyses

    / Gilets jaunes (2018), #Politique, #Démocratie_directe, #Article

    #Gilets_jaunes_2018_

  • Gilets jaunes : Le piège des réseaux sociaux
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Gilets-jaunes-Le-piege-des-reseaux

    Le mouvement des gilets jaunes est en train de réinventer la #Démocratie_directe. Il tire sa force de son refus de toutes les organisations existantes, de son choix de l’auto-organisation et de son intelligence collective exceptionnelle. Mais les outils qui ont permis l’insurrection en cours sont ceux qui aujourd’hui entravent toute structuration interne, dont dépend la suite du mouvement, et pourraient l’handicaper très sérieusement. La facilité d’utilisation des « réseaux sociaux » électroniques, (...)

    #Analyses

    / #Lieux_Communs, #Politique, Gilets jaunes (2018), #Progressisme, #Scientisme, #Article, #Technoscience, #Internet, #Assemblée, Démocratie directe, #Énergie, (...)

    #Gilets_jaunes_2018_ #Institutionnalisation

  • Appel des gilets jaunes de Commercy à des assemblées populaires partout
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Appel-des-gilets-jaunes-de

    Source : https://manif-est.info/L-appel-des-... APPEL DES GILETS JAUNES DE COMMERCY À DES ASSEMBLÉES POPULAIRES PARTOUT REFUSONS LA RÉCUPÉRATION ! VIVE LA DÉMOCRATIE DIRECTE ! PAS BESOIN DE « REPRÉSENTANTS » RÉGIONAUX ! Depuis près de deux semaines le mouvement des gilets jaunes a mis des centaines de milliers de personnes dans les rues partout en France, souvent pour la première fois. Le prix du carburant a été la goutte de gasoil qui a mis le feu à la plaine. La souffrance, le ras-le-bol, et (...)

    #Les_mouvements_sociaux_contemporains

    / #Politique, Gilets jaunes (2018), #Assemblée, #Démocratie_directe, (...)

    #Gilets_jaunes_2018_ #Déclaration