• Data scolaire : Des industriels et des syndicats saisissent le ministre contre la directive GAFAM (Le Café Pédagogique)
    http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2017/05/19052017Article636307783633880791.aspx

    L’Ecole a-t-elle vraiment le droit de fournir les données des élèves aux grands groupes d’Internet , le GAFAM (Google Apple Facebook Amazon Microsoft) ? La question se pose après la révélation par le Café pédagogique, le 16 mai, d’un courrier du Directeur du numérique pour l’éducation, Mathieu Jeandron, invitant les responsables académiques à fournir aux GAFAM les annuaires des établissements. Des industriels, investis dans les ENT demandent des comptes dans un courrier que le Café pédagogique s’est procuré. Le Snes Fsu et la Cgt Education saisissent le nouveau ministre de ce qu’ils considèrent comme un « revirement lourd de conséquences ».

    #éducation #données_personnelles #GAFAM


  • L’homme qui répare les femmes abandonné par l’ONU - La Croix
    http://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Lhomme-repare-femmes-abandonne-lONU-2017-05-09-1200845631
    http://img.aws.la-croix.com/2017/05/09/1200845631/Denis-Mukwege-craint-desormaissa-celle-equipe_0_1028_975.jpg

    Il ne comprend pas. Il n’a pas d’explication. Il craint pour sa vie, pour la vie de son équipe médicale et pour celle de ses patientes. Le docteur Denis Mukwege, « l’homme qui répare les femmes » dans le Sud Kivu (Est de la RD-Congo), n’est plus protégé par les Casques bleus de manière permanente. Ni lui, ni ses collègues, ni l’hôpital de Pandzi où il accueille et soigne les femmes violées du Kivu, depuis la fin des années 1990.


  • ... animosités qui remontent à la nuit des temps [...] détestation mutuelle des deux cités [...]. Ces couples antinomiques cultivent une différence enfantée par la géographie, étayée par l’histoire, confirmée par le plaisir d’avoir à sa disposition un objet familier de haine. Dans le cas de Tulle et de Brive, la géologie les prédisposait à la dissemblance. Tulle est granitique et Brive, calcaire ; cela se voit à l’œil nu. Tulle est ouvrière, rustique, retranchée derrière ses sept collines et ne voit pas souvent passer les trains. Elle a même, jadis, refusé celui qui vient de Paris. Brive [...] avoue des mœurs citadines et un penchant pour les rites bourgeois, dans l’acceptation traditionnelle du terme. À Tulle, on cache ses sous, à Brive on les étale...

    Denis Tillinac, « Tulle-Brive, même clocher ? », in L’Événement du Jeudi, du 16 au 22 janvier 1997 ; cité dans Yannick Beaubatie, « Bourgs, hameaux, lieux-dits et cités... » dans Comment peut-on être limousin ?, Fanlac, 1999, p. 49.

    #geoculturelim #citation #cpoel #denis_tillinac #tulle #brive


  • Changing minds on a changing climate - Yale Climate Connections
    http://www.yaleclimateconnections.org/2017/04/changing-minds-on-a-changing-climate

    Allow me my own bit of parting advice: be nice. None of the commenters lauded the effectiveness of flaming arguments, shaming, or condescending treatment. Letting go of a long-held belief is hard. We can support people and give them rational, relatable reasons to appreciate the science of climate change.

    #climat #rationalité #déni


  • #Appel_à_don : L’homme qui se cache au grand jour – un reportage de #Julie_Bindel

    C’est l’histoire d’un homme soupçonné de trafic de nouveau-nés, de proxénétisme, de kidnapping et d’escroquerie à grande échelle : John Davies.

    C’est aussi l’histoire d’un universitaire reconnu à travers le monde, d’un missionnaire, d’un philanthrope au cœur d’or et d’un spécialiste de la lutte contre la traite des femmes et des enfants.

    Laquelle de ces deux descriptions est la bonne ?

    Après une enquête menée sur près de 20 ans, Julie Bindel connaît la réponse. Mais la croirez-vous ? Ou préférez-vous plutôt le récit colporté par Davies et ses partisans depuis que les rumeurs ont commencé à circuler, dans les années 80 ?

    Les premiers 18 mois de cette longue et intense enquête ont été autofinancés par Julie. Elle doit maintenant lever les coûts de production pour en faire une série en dix podcasts.

    Le coût estimé par épisode est d’environ £ 1 000.

    Dés que les deux premiers épisodes seront financés, l’équipe commencera à les produire. http://tradfem.files.wordpress.com/2017/04/juliebindel-600x600_q85.jpg?w=216&h=300

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.byline.com/project/68

    #traite_des_femmes, #traite_de_bébés, #molestation_d’enfants, #fraude_caritative, #déni_de_traite, #collusion_universitaire, #exploitation_sexuelle_et_proxénétisme, #Europe_de_l’est, #Hongrie, #John_Davies



  • Fleur Furieuse - Blog féministe : Non, les violeurs ne sont pas « des victimes ». Réponse à Violaine Guérin
    http://fleurfurieuse.blogspot.fr/2017/04/non-les-violeurs-ne-sont-pas-des.html
    https://4.bp.blogspot.com/--A1IG7Zae3c/WOaaU8K49mI/AAAAAAAABfE/cLGCaXrwGl8FPbHuDgGTE7KmFJPkzxphACK4B/w1200-h630-p-k-no-nu/Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2017-04-06%2Ba%25CC%2580%2B10.10.50.png

    « La racine de la violence, c’est la #violence », répète Violaine Guérin. Les violeurs ne font que reproduire un schéma connu. Ce sont des victimes aussi, il faut les soigner. Tout le monde est #victime, que ce soit dans l’enfance ou plus tard, que l’on ait choisi de commettre des crimes ou pas, allons toutes et tous nous faire soigner et bâtir un nouveau monde sans viols en regardant ensemble vers l’horizon.

    Trêve de sarcasme. Cette vision entretient une confusion dangereuse. Dans un #viol, il y a un #criminel et il y a une victime. Et non pas « deux victimes ». Les violeurs sont des hommes responsables de leurs actes qui prennent la décision de torturer sexuellement une personne.

    Nous vivons dans une société dans laquelle les victimes de violences machistes sont haïes, méprisées et culpabilisées et dans laquelle on condamne un violeur à une peine ridicule pour « ne pas compromettre son avenir »[4].

    Dans ce contexte de complaisance terrifiante envers les violeurs, la priorité est d’émettre un discours sans équivoque.

    Les victimes de viol, extrêmement fragilisées, ont besoin de Justice. Actuellement, 99% des violeurs ne passeront pas la moindre journée en prison et sont libres de recommencer, sûrs de leur droit. Cette impunité, de même que de nombreux jugements qui sont de vraies insultes aux victimes et à toutes les femmes, sont un vrai « permis de violer ». Une cause des viols que je prends davantage au sérieux que les violences dans l’enfance, dont sont victimes de nombreuses personnes pleines d’humanité. Certains violeurs ont été victimes dans leur enfance, sans doute. Cette explication est loin d’être suffisante, et lorsqu’elle est mise en exergue avec autant de passion que le fait Violaine Guérin, elle devient nocive envers les victimes et envers la société en général.

    #patriarcat #révisionnisme


  • Genre et jeux vidéo
    http://lille1tv.univ-lille1.fr/videos/video.aspx?id=55028cfe-e270-4297-ab8f-a147ecaf020f

    http://lille1tv.univ-lille1.fr/vignettes/2/158023db-e80e-4977-93ff-19f2f70b492a.jpg

    Femmes et jeux vidéo, sexisme et jeux vidéo, genre et jeux vidéo... Toutes ces questions font, depuis quelque temps, couler beaucoup d’encre, sur le net notamment, et sont loin d’être simples. Après un rappel en images de l’évolution des représentations masculines et féminines en vidéoludie seront évoquées les pratiques des joueurs et des joueuses ainsi que quelques « affaires » qui ont récemment secoué l’actualité. Après une rapide revue de la littérature scientifique traitant de ce double sujet seront présentées la problématique et la structure de l’ouvrage collectif Genre et jeux vidéo (2015).

    Page personnelle : (...)

    • Oui, ça m’a attristé également @mad_meg. Ceci dit, ce sont des jeunes étudiant·es, elles et ils apprennent et s’ouvrent à d’autres points de vues à travers ces conférences. C’est déjà bien que quelques un·es étaient dans la salle.

      Il manque peut être une mise en perspective plus détaillée ou visuelle du sexisme en terme de volume (pour 1 femme qui harcèle*, combien se font harceler…). La conférencière a tenté d’en parler sur la fin avec l’analogie des femmes violeuses… mais le message semble avoir du mal à passer.

      * Sur l’exemple de la femme dans un groupe de travail « qui met une mauvaise ambiance », si harceler c’est justement dénoncer un certain sexisme, effectivement on n’est pas sorti de l’auberge, et effectivement c’est souvent mal perçu. J’interprète peut être mal sa phrase ceci dit (j’imagine que le terme était peut être pour ça, mais c’est pas certain ; on sait pas trop à ce moment là ce que cette étudiante souhaitait exprimer à travers son propre exemple, ou quel était le non-dit).

    • Ce procès d’intention au début de la vidéo, ou alors c’est juste qu’elle ne connait pas PacMan.
      Ms PacMan est apparue parce que Namco ne voulait pas vendre les droits à Midway qui avait déjà réalisé illégalement le portage sur Atari. Alors, dans le flou juridique, ce concurrent a inventé Ms PacMan. C’est devenu un jeu officiel uniquement après, quand Namco a pris conscience du succès.

      La suite de son discours est moins truffé de raccourcis.

      PS : j’ai lu son livre et j’aime bien. Je n’aime juste pas trop les raccourcis historiques au profit d’un discours. Je préfère opter pour le révisionnisme.

    • @sandburg Heu, ça change quelque chose par rapport au « design » rouge à lèvre de Ms PacMan ? (je ne connais pas du tout l’histoire donc…). Mais ils auraient pu imaginer PacWoman du coup… si c’était un problème de droits… tant qu’à faire…

    • A mon avis ces jeunes qui bossent dans le jeu vidéo sont venu à cette conférence pour poser leur « questions » à la fin et n’ont rien écouté ni compris à la conférence. Le fait qu’illes ne comprennent pas que la conférencière parle de sexisme autour du genre est quant même énorme.
      Par rapport au prétendu harcèlement que ferraient les femmes qui portent des décolletés sur les platforme video de JV pour avoir de bonus c’est aussi un grand retournement. Perso en tant que gameuses, les seuls que j’ai vu faire ce genre de choses sont des hommes avec un avatar de femme et de toute façon si des femmes faisaient ca je verrai pas le problème. J’ai rien contre les prostituées, mon problème est avec ceux qui consomment de la prostitution. Les garçons et hommes qui vont sur ces vidéos de joueuses à grand décolleté viennent y chercher ces décolletés. Voire un décolleté quant on le recherche et qu’on est prêt à faire des cadeaux pour les voire, c’est pas subir du harcelement sexuel. A ce que je sache les vidéos de joueuses en décolletés plongeant ne viennent pas de force sur les écrans de ces joueurs. Mettre ca en symétrie aux agressions que subissent les joueuses qui veulent venir jouer tranquillement et qui se font traité de tous les noms pour pas un rond c’est pas possible. Personnellement que ca soit des jeunes ca me déprime encore plus. Heureusement la conclusion est donné à la mention du sexisme crasse du forum 15-25 ans de jeux-video.truc et c’est deja bien de pas finir sur cet étalage de #male_tears #putophobie, misogynie et slut-shaming.

      Il y a un intervention qui aurais du être plus develloppé, le joueur qui explique qu’on lui reproche toujours dans les jeux de mettre la mauvaise ambiance car il relève les remarques sexistes, homophobes, racistes...
      A mon avis la mauvaise ambiance que mettent les femmes c’est qu’elles ne disent pas merci quant on les traitent des salopes. Ca correspond en tout cas à mon expérience du jeu de role et des MMORPG.

    • Par rapport au prétendu harcèlement que ferraient les femmes qui portent des décolletés sur les platforme video de JV

      Ill·es parlaient de Twitch.tv et effectivement il y avait eu quelques ban de femmes pour quelque nichon montré. Cela dit je n’ai pas souvenir d’hommes qui se serait fait ban en se montraint torse nu… cela m’étonnerait… donc là encore… Maintenant il semblerait que Twich ait interdit les tenues torse nu ou « sexy » comme on interdirait à d’autres endroits le voile… Ces hommes se font provoquer pour un rien quand même !

    • A mon avis la mauvaise ambiance que mettent les femmes c’est qu’elles ne disent pas merci quant on les traitent des salopes.

      Oui, ou qu’elles ne rigolent pas aux blagues lourdes, ou ne font pas la bise en souriant à tout le monde le matin, … tant de raisons possibles de recevoir des quolibets.

    • @marcimat
      Oui, ils auraient pu l’appeler autrement.

      D’autant que le personnage s’appelle Ms PacMan dès le début, alors que dans l’histoire, elle n’est pas encore en relation avec Mr du même nom. (à moins d’y voir un mariage en famille)
      Je dirais qu’ils ont joué la carte du clone au titre le plus approchant. Pour piéger de client, titres sur le packaging plus proches.

    • Durant les questions, la femme qui évoque des nanas qui mettent la mauvaise ambiance et/ou profitent de privilèges… ça fait penser à un passage du livre de Natacha Henry, Les Mecs lourds ou le paternalisme lubrique.
      http://lille.cybertaria.org/biblio/spip.php?article3111
      Où une extrême minorité de femmes adaptées aux codes du paternalisme sexiste en jouent à souhait. Mais Natacha Henry dit bien que c’est une minorité de femmes de pouvoirs (bourgeoises voire grandes-bourgeoises), et que c’est un jeu difficile à tenir au quotidien.

      Pour moi, c’est aussi une adaptation au système machiste (adaptation subie). Les réponses qui arrivent ensuite sont adaptées. Et on pourrait rebondir aussi sur le Slut Shaming, qui démontre d’une morale de contrôle machiste. Là, en plus, c’est une femme qui fait du Slut Shaming, sans la juger, elle me semble sous emprise, et sûrement dans un questionnement inconscient (je ne suis pas dans sa tête). Ça relève de l’intégration dans son groupe de potes. Si la communauté était féminisée, pas sûr que les quelques décolletés, tétons, lèvres qui dépassent et autres pipes en live ne soient autant slut shamés…
      Twitch est a critiquer, mais dans son rôle. Ils ont intégré le slut banning dans leur règles pour se prémunir de procès. (Ils font pareil avec les insultes, violence physiques, etc…) C’est pas vraiment la règle de Twitch, mais la règle des utilisateurs de Twitch. Ces règles sont le reflet de la société.

      Mais on sent bien dans l’assistance une vague de fans qui trouve qu’on touche un peu trop à leur chasse gardée en venant observer leurs pratiques sous l’œil du genre.


  • En direct de Mediapart. Trois appels citoyens pour une autre société
    https://www.mediapart.fr/journal/france/050417/en-direct-de-mediapart-trois-appels-citoyens-pour-une-autre-societe

    Mercredi 5 avril, à partir de 20h30 heures, notre émission hebdomadaire en accès libre « En direct de Mediapart » vous invite à retrouver le bouillonnement de la société, par-delà la campagne présidentielle. Avec les représentants de plusieurs appels citoyens : l’appel des Jours heureux avec ses 25 mesures prioritaires, l’appel des solidarités et l’appel du monde de demain. Et dès 20h00, retour sur la crise sociale en Guyane et nos chroniques « Les Détricoteuses » et « Dans la chambre d’Osons Causer ».

    #France #8_mars #démocratie #Denis_Baupin #droits_des_femmes #institutions



  • On a été longtemps absent·es, mais on ne s’arrête plus : notre Revue des Podcasts n°2 est en ligne. On y cause notamment de « Kuei, je te salue » et des balados de #Magnéto
    http://syntone.fr/kuei-je-te-salue-et-les-balados-de-magneto-la-revue-des-podcasts-2

    https://soundcloud.com/larevuedespodcasts/lrdp2-kuei-je-te-salue-et-les-balados-de-magneto

    Pour son deuxième numéro, La Revue des Podcasts s’intéresse à Kuei, je te salue, un podcast de Magnéto – un « #podcast » ? non, nous devrions dire un « #balado », car la baladodiffusion est à la langue québécoise ce que le podcasting est à notre « bon » français de France. Magnéto est un tout nouveau collectif de création radiophonique né au Québec il y a quelques mois, dont on suit les premiers pas avec attention.

    Dans cette émission, nous évoquons plusieurs balados de Magnéto, avec un détour par le podcast Transfert de Slate. Pour écouter tous les podcasts mentionnés :

    – Kuei, je te salue, de #Natasha_Kanapé Fontaine et #Deni_Ellis_Béchard. Réalisation : Marie-Laurence Rancourt & Antonin Wyss
    – D’autres balados de Magnéto : La Cavale, Polyamours, Holbox, 13 novembre rue de Charonne… et surtout le Calendrier sonore de l’Avent, Nouer & Dénouer, La Fantaisie du BRAMS qui ont davantage retenu notre attention.
    – Le podcast Transfert de Slate.fr
    – Les calendriers sonores de l’avent du collectif Sound Diaries.

    Nous en profitons pour relayer l’appel de Magnéto dont la campagne de sociofinancement se termine dans quelques jours. N’hésitez pas à les soutenir !
    https://igg.me/at/magneto/x/16256056

    Et pour écouter les pièces qu’on chronique, c’est ici

    https://soundcloud.com/magnetobalado/kuei-je-te-salue

    et là
    https://soundcloud.com/magnetobalado

    #audio #création_sonore #création_radio


  • Disappearing books: How Russia is shuttering its Ukrainian library | Reuters

    http://www.reuters.com/article/us-ukraine-crisis-russia-library-idUSKBN16M0PW

    http://s3.reutersmedia.net/resources/r/?m=02&d=20170315&t=2&i=1176602906&w=&fh=545px&fw=&ll=&pl=&sq=&r=LYNXMPED2E0FK.jpg

    By Andrew Osborn | MOSCOW

    First, armed police seized some of its books. Next, its director was put on trial accused of stirring up ethnic hatred. And now, quietly, its shelves have been emptied and its volumes packed up, ready to be merged into another library’s collection.

    A year and a half after Russia’s only state-run Ukrainian language library, Moscow’s Library of Ukrainian Literature, was dragged into a political dispute between the two countries, Reuters has learnt that authorities are quietly winding it down.

    Officially, what is happening to the library — its 52,000 books are being transferred to Russia’s main foreign language library — is “a change of address” not a closure.

    #moscou #russie #ukraine #bibliothèque #littérature #censure #déni


  • Femmes sans abri : pourquoi elles se masculinisent - Belgique - LeVif.be
    http://www.levif.be/actualite/belgique/femmes-sans-abri-pourquoi-elles-se-masculinisent/article-opinion-625219.html

    8 mars, un jour par an pour rendre compte des avancées en matière de droits des femmes, mais surtout pour pointer du doigt et dénoncer les trop nombreuses inégalités et injustices qui persistent de par le monde, en ce compris en Belgique.

    On a pour habitude, à cette occasion, de mettre à l’honneur des #femmes qui se sont distinguées dans de nombreux domaines et métiers, en particulier ceux dits « masculins ». Plus rarement, on s’attarde sur les #non-droits de celles vivant dans l’extrême précarité. Car on le sait, la #pauvreté touche plus gravement les femmes que les hommes, les chiffres sont là pour l’attester et ils ne s’améliorent guère. Ces quelques dernières années, les données genrées indiquent même une aggravation de la précarisation des femmes. Et pour celles qui ont tout perdu, jusqu’à la sécurité d’un toit, être une femme veut souvent dire renoncer à être femme.

    L’espace public est masculin, et de ce fait, à l’inverse de ce devenir homme évoqué par cet article, le chômage et le retrait de l’espace public qu’il détermine dans bien des cas (faute d’argent et de réponse au « que fais-tu dans la vie ? »), distille un « devenir femme » du chômeur, pour partie confiné à l’espace « privé ».

    @chezsoi

    #Précarisation

    • Disponibilité des chômeurs : fort recul des sanctions en 2016
      http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/3100793/2017/03/09/Disponibilite-des-chomeurs-fort-recul-des-sanctions-en-2016.dhtml

      Le nombre de sanctions infligées dans le cadre du contrôle de la disponibilité des chômeurs a nettement diminué entre 2015 et 2016, ressort-il de statistiques publiées jeudi par l’Office national de l’emploi (Onem).

      #contrôle #disponibilité

    • distille un « devenir femme » du chômeur, pour partie confiné à l’espace « privé ».

      Les hommes au chomage ne « deviennent pas femme ». Ils n’en profitent pas pour s’occupé de leurs enfants, de leur foyer ou de participé à des assos de quartier et ils ne se cantonne pas au « privé » il va au bistrot, sur le cours de pétanque, jouer au foot de quartier et profité de l’espace publique. Et même si vous connaissez des chomeurs qui s’occupent de leurs gosses, les statistiques indiquent que les hommes au chomage n’en font pas plus à leur domicile que les autres, si c’est pas pire parceque ces hommes ont besoin d’oppresser leurs compagne pour se refaire une stature de dominant.
      « Devenir femme » et « devenir homme » appliqué à ce contexte je trouve ca super violent, misogyne et essentialiste. Sans dire que c’est parfaitement insultant pour les femmes, qui sont associé à une déchance pour les hommes au chomage. Les femmes SDF se virilisent ce qui n’est aucunement devenir homme et les hommes au chomage ne se féminisent pas, ils ne font que descendre un peu sur l’échelle de la virilité.

      #sexisme #misogynie #essentialisme #déni #mensonge #renversionite #inversion_patriarcale #malealphisme

      Les hommes au chomage ne se féminisent pas du tout ( à part si on pense comme Zemmour ou Marine Lepen)

      Un homme au chômage va donc encore moins participer aux tâches ménagères car il est perdu.

      http://www.mieux-vivre-autrement.com/le-partage-des-taches-menageres-regresse-seule-lillusion-prog

      Les hommes qui gagnent moins que leur femme participent moins aux tâches ménagères…

      http://www.atlantico.fr/decryptage/hommes-qui-gagnent-moins-que-femme-participent-moins-aux-taches-menageres-

    • Être semi enfermé à la maison sans même avoir la légitimité sociale de l’utilité reconnue (et non payée) du travail domestique parait insignifiant, compris et su d’avance. Tant pis. Que parmi ces hommes au devenir femme il y ait des réflexes de réassurance masculiniste (ne pas toucher, et moins encore qu’avant au “domestique”) n’est guère surprenant. Et bien sûr, on peut se contrefoutre de ce que les mutations du travail et de l’un de ses moments, le chômage, empêchent, permettent, modifient.

      Une chanson italienne raconte que le chômeur n’a pas de travail, pas d’argent, pas de facilité à se loger, pas de ceci et de cela, et qu’il n’a même pas un premier Mai.

      Sinon, à propos d’essentialisme, la lecture des textes féministes italiens des 70’ rassemblés dans La horde d’or permet de constater que la polarité féminisme matérialiste / féminisme essentialiste n’a rien dune évidence
      http://ordadoro.info/?q=content/9-la-révolution-du-féminisme

      http://ordadoro.info/sites/default/files/images/9.%201977-11%20Villa%20Franchin%20collettivi%20Femministi%20occupano-Mestre-1.jpg

      #travail#espace_public” « #espace_privé »

    • Mais les hommes au chomage ne sont pas enfermé au foyer (ni semi !). Les hommes au chomage ne particpent pas aux taches domestique,ils le font encore moins que les hommes en situation d’emploi. Et ils ne deviennent pas femmes à part aux yeux des misogynes à la Zemmour. Alors ne peu pas faire comme si ils y participaient et faire comme si la situation des femmes SDF était symétrique à celle des hommes au chomage.

      Tu prétend que les hommes au chomage sont enfermé au foyer mais c’est faux.
      Tu prétend que les hommes au chomage participent au tâches domestiques, mais c’est faux.
      Tu prétend que la situation des hommes au chomage les féminisent. Mais qu’entend tu par « féminisation » ?
      Est-ce qu’ils subissent des violences sexuelles ? NON
      Est-ce qu’ils subissent les violences de leurs conjointes ? NON
      Est-ce qu’ils deviennent plus soigneux de leur apparence ? NON
      Est-ce qu’ils portent du rouge à lévre comme Baupin ? NON
      Est-ce qu’ils se mettent au care, vont dans des asso pour aider ? NON
      Est-ce qu’ils se mettent à pleuré devant des films romantiques ? NON
      Qu’est ce que tu veux dire concrètement derrière ce mot de féminisation des hommes chomeurs ? et pourquoi sur un article qui parle des femmes SDF et des violences sexuelles qu’elles subissent et du lien entre violence par conjoint et mise à la rue, ton commentaire se porte uniquement sur les hommes chomeurs qui soit disant se féminiseraient ?

      C’est pas le problème de la mutation de la société que je ne voudrais pas voire, le problème c’est la misogynie de ton commentaire.

      #invisibilisation_des_femmes #macho_de_gauche #mansplanning

    • Mais les hommes au chomage ne sont pas enfermé au foyer (ni semi !). Les hommes au chomage ne particpent pas aux taches domestique,ils le font encore moins que les hommes en situation d’emploi. Et ils ne deviennent pas femmes à part aux yeux des misogynes à la Zemmour.

      Merci pour la comparaison. C’est absurde. Et puisque l’on perd plus aux procès par contumace, je rétorque : sans fric, sans statut social, oui, il y a une tendance à s’enfermer, à se couper de l’espace public. C’est d’ailleurs comme ça que fleurissent les descriptions de chômeurs accros à la vidéo bière maison. L’ignorance étant la première des libertés, on peut refuser de le savoir.

      Alors ne peu pas faire comme si ils y participaient et faire comme si la situation des femmes SDF était symétrique à celle des hommes au chômage.

      Je n’ai pas dit cela, il est évident, et c’est ce que montre sans le dire l’article cité, que pour une femme être coupée des tâches domestiques (sans foyer) en fait une moins que rien, une moins que femme, car c’est bien encore cette utilité sociale là qui rend moins méprisable la femme « sans emploi » que l’homme dans le même cas.

      Tu prétend que les hommes au chomage sont enfermé au foyer mais c’est faux.
      Tu prétend que les hommes au chomage participent au tâches domestiques, mais c’est faux.

      Je n’ai nulle part dit que les hommes au chômage effectuaient des tâches domestiques. Ta réponse est purement idéologique : une grille de lecture schématique destinée à s’appliquer en toute situation, en toute indifférence aux faits ou aux dires.

      Tu prétend que la situation des hommes au chomage les féminisent. Mais qu’entend tu par « féminisation » ?
      Est-ce qu’ils subissent des violences sexuelles ? NON
      Est-ce qu’ils subissent les violences de leurs conjointes ? NON
      Est-ce qu’ils deviennent plus soigneux de leur apparence ? NON
      Est-ce qu’ils portent du rouge à lévre comme Baupin ? NON
      Est-ce qu’ils se mettent au care, vont dans des asso pour aider ? NON
      Est-ce qu’ils se mettent à pleuré devant des films romantiques ? NON
      Qu’est ce que tu veux dire concrètement derrière ce mot de féminisation des hommes chomeurs ? et pourquoi sur un article qui parle des femmes SDF et des violences sexuelles qu’elles subissent et du lien entre violence par conjoint et mise à la rue, ton commentaire se porte uniquement sur les hommes chomeurs qui soit disant se féminiseraient ?

      Enfin des questions, certes bizarres, mais tes injures m’ont ôté toute envie d’y répondre. D’autant que, sauf erreur, je n’ai vu personne, même ici, endroit vachement féministe n’est-il point ? relever que le 8 mars aura été marqué cette année par l’arrestations de dizaines de jeunes femmes (lycée Suger, Saint-Denis) dont une majorité de mineures dont la GàV aura été prolongée au delà de 24h.

    • Moi aussi je trouve ça chelou de parler de la féminisation des chômeurs. D’autant que l’article parle d’un truc bien précis, le fait que les femmes sans abri se protègent des violences sexuelles en tentant d’apparaître comme des hommes, ou au moins pas comme des femmes, dans l’espace public.

      Cheveux rasés. Poitrine comprimée ou masquée sous de larges vêtements. Hygiène volontairement négligée. Les femmes sans abri, par phénomène « d’adaptation » à l’hostilité de la rue, par stratégie de survie, sont contraintes de se construire un bouclier pour faire face aux éventuelles menaces. Par « menaces », entendez les hommes. Ceux qui partagent avec elles le quotidien dur et hostile d’une vie en rue, mais aussi les autres, plus nantis, dont certains n’hésitent pas à profiter de leur situation d’extrême précarité pour les contraindre à des rapports sexuels. Contre une cigarette ou une dose, contre un repas, contre la promesse d’une nuit au chaud... Car si la vie dans la rue est bel et bien une jungle pour tous, elle y est avant tout un territoire obscur en terme d’agressions sexuelles pour les femmes.

      Ressembler à un homme pour fuir le regard d’autres hommes : tel est le sordide « jeu de rôle » auquel se soumettent un grand nombre de femmes sans abri. Pour éviter les viols, certaines vont jusqu’à ne plus se laver ou à se dire porteuses de maladies sexuellement transmissibles.

      Pas question de masculinisation au sens d’adoption de comportements ou de valeurs perçues comme masculines ou d’adoptions de tels traits stéréotypés masculins, de trucs dont on ne sait pas trop à quelle vision de la masculinité ils renvoient, il est question d’un truc concret tout bête. @colporteur j’ai l’impression que tu es monté en abstraction un peu à côté de la plaque : entendu, l’espace privé est marqué féminin mais pour plein de meufs, le féminisationnisme c’est le sort des femmes, donc exploitation, violence et autres, pas juste perte de socialisation et recul sur l’espace domestique. La preuve : les chômeurs ne vont peut-être pas au café mais ils ne font pas non plus le ménage que les autres gars, ils se trouvent des loisirs et une vie de meuf, c’est avant tout une vie avec moins de loisirs qu’un homme. Je comprends que @mad_meg se soit énervée ! Quant à la meilleure défense qui consiste à attaquer en reprochant aux féministes de ne pas avoir été à une manif féministe ni repéré une info sur des femmes, on me l’a déjà fait (« où étais-tu quand moi hier j’allais à ma première manifestation pour dénoncer le sort odieux réservés aux femmes loin, très loin de chez nous ? ») et j’ai pas aimé !

    • Ça commence à bien faire. je n’ai pas dit il faut être à telle ou telle manif, j’ai dit voilà qui davantage que bien des poncifs dit la situation des femmes (le lycée Suger et ses arrestations en nombre), je n’ai pas dit vous devez mais avez-vous vu ? et comment ne peut-on ne pas faire le rapport ? pourquoi faut il en rester à toutes les figures convenues et pas voir ce qui advient ?

      Lorsque la vie est mise au travail, ce n’est pas seulement le chômage qui contribue au devenir femme des chômeurs (pas parlé de féminisation, contrairement à la presse qui parle de masculinisation pour ces sans foyers), il y a bien une tendance au devenir femme y compris du travail (ce qui ne suffit pas à interdire le maintien du machisme, ni le développement des formes renouvelées du patriarcat capitaliste, ça se saurait). Lorsque des capacités affectives (qui ne sont pas par essence celles des femmes), sensibles, des aptitudes à la polyvalence sont requises par bien des activités productives, il est temps que les analyses féministes de ces situations, de ce type d’exploitation ne reste pas cantonnée à « la question des femmes ».

    • Merci @aude_v
      L’idée que les hommes se féminise ca me fait pensé à cette citation de Ukeles

      l’artiste entreprit en effet de serrer la main des huit mille cinq cent employés (éboueurs, balayeurs, personnel administratif, etc.) en les remerciant de « garder New York en vie ». Un an et demi auront été nécessaires entre 1978 et 1980 pour mener à bien Touch Sanitation, à raison d’horaires décalés, de tournées de collectes d’ordures interminables sur les cinq subdivisions de l’agglomération new-yorkaise. Faire corps avec cette profession permettait de démontrer combien le ramassage d’ordure et le nettoyage étaient des postes clef ; ces hommes détenaient un pouvoir crucial masqué par l’infamie de leur tâche. Sans ramassage d’ordures quotidien, la ville s’asphyxie et le désordre social s’avère inéluctable, des exemples contemporains en attestent. Ukeles choisit de photographier et de filmer ce travail ingrat avec la ferme conviction de célébrer les hommes les plus importants de la ville alors même que ces derniers étaient assimilés dans l’esprit du quidam au contenu de leurs camions.

      « En tant que femme, j’ai eu le sentiment, et particulièrement lorsque je suis devenue mère, que je faisais mon entrée dans la classe millénaire des femmes d’entretien. Le problème c’est qu’on ne m’a pas demandé d’y entrer. J’ai choisi consciemment ces éboueurs parce qu’ils effectuaient une tâche de genre féminin pour la ville, une tâche semblable à celle des femmes au foyer. Et ces hommes me disaient : « Vous savez pourquoi les gens nous détestent ? Parce qu’ils nous prennent pour leur mère, leur bonne ». Et moi je leur répondais : « Est-ce que vous vous rendez compte à qui vous dites cela !? » Pour moi, cela signifiait qu’en tant que femme, il est normal de me détester parce qu’on dépend de moi. » confie Ukeles.

      https://seenthis.net/messages/99780

      @colporteur Ca te coute quoi de dire que c’est pas une comparaison judicieuse et qu’on revienne au sujet de l’article ? Un sujet tout de même un peu plus important que l’ego des chômeurs non SDF et misogynes. J’hallucine toujours face aux hommes comme toi qui se croient 100% à l’abri de dire ou faire du sexisme.
      Si les hommes devenaient moins viriles pendant qu’ils sont au chômage (ou en emploi ou à la retraite ou dans n’importe quel configuration), ca serait un bienfait pour eux, pour leurs compagnes, pour leurs enfants, pour l’humanité et même pour les non-humains et la planète.

    • l’égo ça parle de qui ? des millions de chômeurs et chômeuses ou des artistes (et c’est souvent les mêmes) ? d’une condition sociale massivement vécue ? réalisez-vous, puisque c’est la norme, impossible, mais ne faites pas croire que pour le chômeurs mêmes « hommes » ce soit pas un PROBLÈME.



  • En direct de Mediapart. Réanimer notre #démocratie, changer de République ?
    https://www.mediapart.fr/journal/france/090317/en-direct-de-mediapart-reanimer-notre-democratie-changer-de-republique

    Prévue à Lyon puis rapatriée à Paris après l’oukase municipale (lire notre billet), notre émission vidéo hebdomadaire et en accès libre questionne ce jeudi soir l’évolution de nos #institutions. En première partie, de 20h00 à 20h30, retour sur l’affaire Baupin, les violences faites aux femmes et la journée du #8_mars. Et pour finir, carte blanche au vidéaste Usul.

    #France #Denis_Baupin #droits_des_femmes


  • #violences_sexuelles : le député #Denis_Baupin est sauvé par la prescription
    https://www.mediapart.fr/journal/france/060317/violences-sexuelles-le-depute-denis-baupin-est-sauve-par-la-prescription

    Le parquet de Paris a classé sans suite l’enquête ouverte au lendemain des révélations de Mediapart et #France Inter sur des faits pouvant relever de harcèlement et d’agressions sexuels. Il évoque des faits « susceptibles d’être qualifiés pénalement », mais « prescrits ». « Il y a eu un avant l’affaire Baupin et il y aura surtout un après », selon les plaignantes. De gauche à droite, Elen Debost, Isabelle Attard, Sandrine Rousseau, qui ont porté plainte contre Denis Baupin

    #agression_sexuelle #EELV #harcèlement_sexuel #Justice #témoignages


  • Quand un agresseur conjugal n’est-il pas un agresseur ? | TRADFEM
    https://tradfem.wordpress.com/2017/02/28/quand-un-agresseur-nest-il-pas-un-agresseur
    https://tradfem.files.wordpress.com/2017/02/roue-pouvoir.png?w=700

    Concrètement, voici comment ça fonctionne. Voici le genre de choses qu’un homme violent peut souvent dire à quiconque va l’écouter. Ce sont principalement d’autres hommes, mais souvent des femmes aussi. L’agresseur prendra soin de dire ces choses à la prochaine femme qu’il ciblera. Adossé au bar d’un pub quelque part, les hanches bien en avant, il charmera son auditoire légèrement éméché et complètement crédule. Il dira n’avoir vraiment rien fait de mal. Il dira qu’elle a fait de sa vie un supplice. Que ses constants reproches l’attristaient et l’ont poussé au bord de la dépression et du suicide. Qu’elle était paresseuse. Qu’elle flirtait ou couchait tout le temps avec d’autres hommes. Qu’elle n’avait jamais de rapports sexuels avec lui et que cela le dévalorisait. Qu’elle dépensait tout l’argent qu’il gagnait à la sueur de son front pour la doter d’un toit. Qu’elle était une mauvaise mère qui négligeait les enfants. Que les enfants la haïssent. Que ses amies pensent toutes qu’elle est folle et la fuient. Que sa famille même l’a abandonnée. Qu’elle était cruelle envers lui. Qu’elle l’a frappé. Qu’elle l’a insulté. Qu’elle a délibérément fait des choses pour le mettre en colère. Que c’est une menteuse.

    Les hommes du bar le croiront. Ils pourront lui payer une bière et sympathiser avec lui. Ils pourront critiquer l’épouse de concert avec lui. Ils pourront l’aider à lui envoyer des messages dégueulasses. Ce sont des imbéciles, dupes du numéro d’un agresseur. Ils entrent en collusion avec lui. L’agresseur n’a pas de difficulté à faire d’autres personnes les complices de sa violence. Les femmes qui entrent dans sa vie voudront être meilleures que cette affreuse mégère. Ils voudront le guérir après la misère et la douleur qu’elle lui a causées. Les nouvelles victimes ne peuvent pas être blâmées pour le comportement d’un homme violent. On ne doit jamais blâmer les femmes qui se retrouvent dans cette situation. Elles sont toutes victimes de l’agresseur.

    Permettez-moi de vous proposer une autre interprétation du récit de cet homme au bar. Peut-être lui demandait-elle souvent d’arrêter de cesser certaines choses qui lui faisaient mal physiquement ou affectivement. Ce n’étaient pas de «  constants reproches  ». Il a peut-être menacé de se suicider pour la convaincre de rester avec lui ou s’est servi de sa dépression comme excuse pour son comportement envers elle. Elle n’a jamais négligé le nettoyage ou la cuisine parce qu’il avait veillé à ce qu’elle sache que c’était son devoir. Les résultats ne le satisfaisaient jamais, et la traiter de paresseuse amenait l’épouse à tenter encore plus fort de répondre aux besoins de l’agresseur. Elle n’a probablement jamais couché avec d’autres hommes et craignait même de leur jeter un regard ou d’avoir des amis masculins.

    #violences #femmes #pervers_narcissique_mon_cul #domination #déni #culture_du_viol


  • Les sociétés matriarcales à travers le monde
    http://www.madmoizelle.com/societes-matriarcales-monde-286441
    https://static.mmzstatic.com/wp-content/uploads/2014/09/societes-matriarcales-monde.jpg

    Une société matriarcale, ce n’est pas vraiment ce qu’on imagine ! On ne trouve pas vraiment de trace d’un peuple amazone où l’intégralité des pouvoirs symboliques, économiques, politiques et/ou militaires auraient/seraient détenus exclusivement par des #femmes.

    Ainsi le terme « #matriarcat », construit pour s’opposer à celui plus connu de « #patriarcat », ne permet pas, pris sans nuance, de décrire une culture existante ou ayant existé.

    Mais ne perds pas espoir, exploratrice en quête d’inconnu ! Il existe bien des peuples qui, en matière de répartition des rôles genrés dans la société, ont pris des voies radicalement différentes des nôtres. Partons à leur rencontre.

    Les Na, en Chine

    Aussi appelée « #Moso », cette ethnie du sud-ouest de la Chine est surprenante à bien des niveaux. Pour la caractériser, on parle de société #matrilinéaire, #matrilocale et #avunculaire !

    Un petit point s’impose donc : dans une société matrilinéaire, la #filiation passe par la mère, qui transmet notamment à ses enfants son nom et son futur héritage. Les Moso sont aussi dit « matrilocaux » car l’époux rejoint sa femme dans sa famille lors du mariage. Enfin, on parle de société avunculaire car ce sont les oncles maternels, et non les pères, qui s’occupent des enfants.

    • C’est curieux d’expliquer que lè matriarcat n’existe pas puis de faire un inventaire de ces cultures en les appelant tout de même matriarcat. Pourquoi ne pas dire simplement sociétés non-patriarcales ? Dans ces sociétés pseudo matriarcales, les femmes ne dominent pas les hommes, elles n’opriment pas les hommes, c’est juste qu’elles leurs servent moin de paillasson que d’habitude. Et dans notre monde façonner par et pour les hommes, lorsqu’une femme n’est plus un paillasson c’est forcement une dominatrice.

    • On me signale la société #Bijaro sur l’oiseau bleu
      BIJAGO PEOPLE : GUINEA BISSAU (AFRICAN) MATRIARCHAL TRIBE
      http://www.africanamerica.org/topic/bijago-people-guinea-bissau-african-matriarchal-tribe

      On the island of Orango Grande, in the Bijagos Archipelago, off the coast of Guinea Bissau, there is a matriarchal society where women possess all the power, where they organise themselves into associations which manage the economy, social welfare and the law.

    • Pourtant chez moi Le lien fonctionne. Et je me suis fondé sur l’extrait que tu as mis ici.
      Dans l’article en fait je voie pas trop ce qui est matriarcale chez les Mozo. Les femmes n’y dominent pas du tout les hommes, d’ailleurs c’est elles qui sont de corvée de chiotte et comme si les tâches domestiques n’étaient pas physiques : « Chez les Moso, la division du travail respecte la distinction entre travaux physiques pour les hommes et tâches domestiques pour les femmes. » Et quand les hommes « travaillent » les femmes font des « taches »

      Je dit pas Ca vis à vis de ta lecture de l’article @odilon , c’est juste que cette idee de matriarcat j’ai beau la retourner dans tous les sens Ca me semble être une grosse arnaque. Et quant tu écoute les gens (surtout les gens masculin) ils ont tous une grand mere bretonne (ou basque ou paysanne) qui portait la culotte sauf que des que tu creuse, la grand mère se tape tout le boulot et elle a une retraite misérable si elle en a une et pendant que Pepe joue a la pétanque c’est bien lui qui est proprietaire de la maison, de la voiture, de la grosse retraite, c’est lui qui décide de ce qui est important meme si Ca se voie pas lè dimanche au repas de famille (enfin si on veux pas voire). Pour le matriarcat Ca me semble tout pareil.

    • Oui, il y a pas mal d’abus, par exemple sur les sociétés matrilinéaires où c’est l’oncle maternel qui prend les décisions à la place du père. Comme les hommes battus et les hommes violés par des femmes (ma coloc m’a parlé dimanche de ces drames méconnus auquel s’ajoute le ridicule, j’ai insisté pour que ça ne soit pas qualifié de « plus dur » que pour une femme), on a l’impression que ça sert à justifier les inégalités de genre. C’est assis sur pas mal de #déni et de méconnaissance de ce qu’est l’exploitation des femmes. En vrai.
      Ceci dit, il semble qu’au Sud de Sumatra il y ait quelques sociétés matrilinéraires moins patriarcales...
      https://matricien.org/minangkabau
      (C’est moyennement intéressant.)

    • matricien.org est une source vraiment douteuse et à mon avis très sournoisement antiféministe. Ce site est justement très présent sur tous les espaces féministes au sujet du pseudo matriarcat alors que je ne trouve rien de féministe sur ce site et même il y a des articles de pur troll masculiniste (par exemple sur le nazisme comme exemple de matriarcat).
      https://matricien.org/nsdap
      https://matricien.org/geo-hist-matriarcat/europe
      il crain ce site je trouve problématique qu’il soit utilisé par des féministes croyant y trouver des infos scientifiques alors que c’est du grand n’importe quoi essentialiste et à mon avis très proches de groupes neo-nazis.

      edit : désolé je radote :)
      https://seenthis.net/messages/506423#message516343

      edit 2 : voire aussi ici https://seenthis.net/messages/129936

      edit 3 : " j’ai insisté pour que ça ne soit pas qualifié de « plus dur » que pour une femme" arf j’y ai été confronté aussi il y a peu mais c’était à propos du viol, sois disant pire pour les hommes. Et au sujet de ce que tu dit ce matin je suis tombé (ou retombé) sur ce texte (excellent) qui devrait t’interesser : http://lmsi.net/Le-mythe-des-hommes-battus

      edit 4 : On parle rarement de #viriarcat mais je pense que ce mot peut être utile pour éviter certaines confusions liée au mot "patriarcat" en particulier dans ce contexte.

    • « dans une société matrilinéaire, la #filiation passe par la mère ». C’est pareil chez les Juifs, on est Juif par sa mère.
      Et c’est même une évidence pour toute société raisonnable : « maman sûr, papa peut-être ».
      Et là je pense à la fameuse phrase « Mon mari m’a tellement trompée, que je ne suis pas sûre d’être la mère de mes enfants » :)

    • « Mon mari m’a tellement trompée, que je ne suis pas sûre d’être la mère de mes enfants »

      Ah ah !

      Une source plus réglo sur les Minangkabau, je grasse les éléments patriarcaux.

      Minangkabau — Wikipédia
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Minangkabau

      Les Minangkabau est la plus grande société matrilinéaire au monde. Les femmes sont propriétaires de la terre, des biens immobiliers et mobiliers. et les transmettent à leurs filles. Les hommes n’ayant rien, ils sont contraints d’émigrer (merantau) s’ils veulent faire fortune. Toutefois, leur devoir est de faire profiter le village de leur réussite et ils s’occupent de la religion et des affaires politiques.

      Les enfants portent le nom de clan (suku) de leur mère. L’homme qui en a la responsabilité n’est pas le père, mais l’oncle maternel (mamak). Pour le mariage, c’est la famille de la fille qui vient demander la main du garçon. En cas de divorce, la femme garde les enfants (la loi islamique rappelle aux Minangkabau que « la mère mérite trois fois plus de respect que le père ».

      À l’âge de 7 ans, les jeunes garçons quittent traditionnellement la maison pour aller vivre dans une maison commune (surau), aussi devenue maison de prière et une sorte de centre social où l’on apprend les enseignements religieux et culturels (de l’adat). Les adolescents sont encouragés à quitter leur ville natale pour apprendre des écoles ou des expériences hors de leur communauté natale de manière à y revenir adulte enrichi d’un savoir et d’une sagesse utile pour leur famille et la société et leur « nagari » (ville natale) où ils deviendront membre du « conseil des oncles ».


  • Affaire Denis Baupin : ses accusatrices posent à visage découvert
    https://www.franceinter.fr/politique/affaire-denis-baupin-ses-accusatrices-posent-a-visage-decouvert
    https://www.franceinter.fr/s3/cruiser-production/2017/02/1d7cdd73-6562-4155-9c69-c34f0c1efba4/640_capture_decran_2017-02-19_a_18.52.41.jpg

    Presqu’un an après avoir pris la parole publiquement, elles s’affichent une nouvelle fois à visage découvert : Sandrine Rousseau, Elen Debost, Isabelle Attard et Annie lahmer ; derrière elles 10 femmes de dos : 14 au total, comme le nombre de témoignages recueillis lors de l’enquête, et cette question en bandeau « 14 voix égale 140 femmes », car, en France, seulement 10 % des femmes victimes de violences osent en parler.

    En s’affichant ainsi, ces quatre femmes veulent s’impliquer ensemble côte à côte dans le débat présidentiel et sur cette question des violences faites aux femmes, dont les candidats ont bien du mal à s’emparer.

    Elles, ont osé en parler, trois d’entre elles ont même porté plainte : l’enquête préliminaire qui a suivi à été close en fin d’année, mais pour l’instant le parquet de Paris n’a pas encore rendu sa décision, soit de classer l’affaire, soit de renvoyer Denis Baupin en correctionnelle.

    Et pour l’autre agresseur sexuel dénoncé à l’époque, M.Sapin, silence radio, celui là on y touche pas, on en parle pas.
    "« Ne vous avisez pas de ramasser un stylo devant lui, sous peine qu’il ne puisse retenir sa main en murmurant : “Ah ! mais qu’est-ce que vous me montrez là ?” Ou qu’il ne vous fasse claquer l’élastique de la culotte. »"
    http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/michel-sapin-accuse-d-avoir-claque-la-culotte-d-une-journaliste-le-ministre-nie-

    #domination_masculine #harcèlement_sexuel #travail #déni #impunité #sexisme

    • L’enquête sur Denis Baupin classée sans suite pour prescription
      http://www.lemonde.fr/affaire-baupin/article/2017/03/06/l-enquete-pour-agression-sexuelle-et-harcelement-visant-le-depute-denis-baup

      La plupart des situations décrites étaient frappées par le délai de prescription de trois ans. Dans les plaintes visant Denis Baupin, les seuls faits pouvant échapper à la prescription étaient ceux dénoncés par la députée du Calvados Isabelle Attard.

    • Baupin porte plainte contre ses accusatrices et EELV
      http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/03/07/25001-20170307ARTFIG00224-baupin-porte-plainte-contre-ses-accusatrices-et-e

      Interrogée sur ces plaintes, l’élue écologiste Elen Debost a choisi l’ironie, à la veille de la journée internationale des droits des femmes :

      « Ça doit être le cadeau pour la journée des droits des femmes, je suppose. On va l’interpréter comme ça. »

      Et Elen Debost de poursuivre :

      « Il y a un an, il posait avec du rouge à lèvres contre les violences sexuelles. C’est ce qui a provoqué finalement toute cette affaire puisque c’est cette photo qui a provoqué nos réactions aux unes et aux autres et qui nous a poussées finalement à parler. Un an après, il nous offre un autre cadeau. Alors, merci généreux Monsieur Baupin. »

      http://lelab.europe1.fr/video-une-plaignante-remercie-denis-baupin-pour-avoir-porte-plainte-co

      J’ai du mal à croire qu’il porte réellement plainte. Dan le Figaro même si le titre annonce que la plainte est déposé, le contenu de l’article est moins précis :

      Ce mardi, l’accusé se fait accusateur et explique au JDD sa détermination à porter lui-même l’affaire devant la justice pour contrer les plaignantes et son ancienne formation politique.

      A la même heure l’Express publie ceci :

      Contacté par L’Express, le porte-parole d’EELV, Julien Bayou affirme de son côté ne pas avoir été encore avisé de la plainte contre son parti.

    • Deux jours plus tard toujours pas de confirmation de cette plainte. Ca ressemble à la technique de Polansky aux Césars. Faire un gros scandal comme celui d’accepter la présidence d’un prix du cinéma. Ne faire aucun commentaire puis tel un généreux patriarche « au dessus de tout ce bruit », il annonce qu’il refuse cette présidence en geste d’apaisement. Quelques jours plus tard tout enrrobé de cette image de #grand_homme Polansky annonce qu’il veux en finir avec cette histoire et se permet de dicté ses conditions à la justiçe americaine.

    • Je crois que ses avocats ont dû lui recommander très fortement de ne pas porter plainte. Il me semble évident qu’il irait vers une déroute judiciaire, le communiqué du procureur accompagnant le classement sans suite ne laisse absolument aucun doute là-dessus :

      « Il apparaît que les faits dénoncés, aux termes de déclarations mesurées, constantes et corroborées par des témoignages, sont pour certains d’entre eux susceptibles d’être qualifiés pénalement. Ils sont cependant prescrits. »

      Les faits dénoncés sont établis matériellement (à ce stade de l’enquête) mais ne peuvent « techniquement » pas être poursuivis. Bon courage, s’il veut prouver la mauvaise foi (et donc le caractère délibérément erroné et malveillant des accusations qui constitue la diffamation) il faudra aussi qu’il s’en prenne au procureur…

    • Merci @simplicissimus c’est bien ce qui me semblait. Par contre je pense que Baupin n’a jamais cru qu’il allais porter pleinte. Sinon pourquoi attendre l’annonce de la prescription. Si il était calomnié et diffamé comme il dit il aurais attaqué tout de suite. Il cherche seulement à se faire passé pour une victime auprès des misogynes. Ça fonctionne très bien jusqu’ici, la presse lui a déjà offert 48h de fake news gratuite... comme ca les autres femmes victimes de harcelement sexuel restent dans la terreur d’une attaque en diffamation de leur agresseur.

      @nicolasm le figaro est reconnu comme fiable par le Decodex. Ceci devrait éveillé la plus grande méfiance.

    • Aujourd’hui toujours pas d’info sur ces prétendues plaintes déposés par Baupin. Ca semble ne pas trop interessé les médias de savoir que les victimes de harcelement croient qu’il y a vraiment des plaintes en diffamation alors qu’il y a pas l’air d’en avoir une semaine apres l’annonce. A croi que tout le monde est satisfait du message que Baupin adresse aux victimes de harcelement sexuel.

    • Je viens d’écouter la vidéo de Mediapart. Il n’y a pas (pas encore ?) eu de plaintes déposées en 2017.

      Ce qui est évoqué dans l’émission est une convocation, reçue le 8 mars 2017, dans le cadre des plaintes de l’année dernière pas une nouvelle plainte. Edwy Plenel en parle (8:30) d’abord, fort confusément, Lenaïg Bredoux précise ensuite qu’il y en a eu 4 au total pour deux articles différents les 9 et 30 mai 2016 visant à chaque fois Mediapart et France-Inter (9:56-10:20) et parle (10:25) des annonces de plainte faites dans le JDD du 7 mars : dénonciation calomnieuse pour les victimes ayant porté plainte et diffamation pour EELV.

      Deux incriminations différentes sans doute parce que la diffamation se prescrit en 3 mois, contrairement à la dénonciation calomnieuse et qu’il n’est donc pas possible d’attaquer les victimes en diffamation pour leurs déclarations de l’année dernière. Pour EELV, ce qui est visé (EDIT : devrait être visé) dans la plainte doit être le communiqué du 7 mars 2017
      http://eelv.fr/affaire-baupin-des-suites-dans-la-societe-eelv-appelle-a-la-mobilisation-du-8-m

    • Si je comprend bien les menaces de dépôt de plainte contre les victimes de la part de Baupin sont de la pure esbroufe et il y a personne dans la presse pour l’expliquer aux victimes. Et du coup Ca fait une semaine que les médias relaient un message effrayant pour les victimes sachant très bien que c’est une grosse #fake_news qui profite aux agresseurs sexuels et à tous les hommes qui bénéficient de l’œuvre des violeurs et agresseurs sexuels.

    • J’imagine que leurs avocats leurs ont expliqué et qu’ils attendent de pied ferme les plaintes annoncées.

      La presse annoncerait - probablement - le dépôt de plainte effectif, mais il ne faut pas trop compter sur elle pour annoncer le non dépôt de plainte. Relayer les déclarations d’avocats et les rodomontades du harceleur avéré mais prescrit, ça, elle sait faire.

    • C’est assez dégueu en effet de montrer des victimes qui sont menacées par leur agresseur... Et de ne pas mettre la lumière sur les faits : faits avérés mais prescrits.

      La société envoie tellement de signaux aux femmes qu’il ne faut pas qu’elles déposent plainte.

      dixit Lenaïg Bredoux.
      Ça me fait penser à une copine qui m’a raconté être allée porter plainte pour une agression sexuelle. Le flic à l’entrée lui a posé des questions en plein hall d’entrée et elle a dû raconter son histoire à un homme (qui a pris sa plainte sans commentaire).

    • @simplicissimus quant je pense aux victimes je parle des victimes de harcelement en générale pas des 4 plaignantes. C’est vrai que ma formule était ambiguë. Je trouve grave qu’on laisse les victimes de harcelement sexuel (qui sont surtout des femmes) croire qu’en cas de prescription elles sont susceptible d’être attaquées pour calomnie par leurs agresseurs. Je pense que c’est pas innocent que les decodex, les décodeurs, les chroniqueurs judiciaires, et les journalistes ne fassent pas de mise au point la dessus. Que les femmes aient peur pour rien ca semble arrangé tout le monde.

      Après avoir vu cette affaire Baupin, si je vivais du harcelement sexuel sur mon lieu de travail, je n’aurais plus aucun espoir. Bon j’avais pas d’espoir avant je me souviens très bien de l’abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel de 2012 pour arrangé la vie d’un agresseur condamné Gérard Ducray.
      http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/05/04/01016-20120504ARTFIG00664-la-loi-sur-le-harcelement-sexuel-abrogee.php

      Cette histoire me laisse vraiment amère. Au départ il n’y avais pas que Baupin, il y avais Sapin et d’autres non-nommés. Rapidement toute l’attention médiatique etait uniquement sur Baupin, réduisant le problème à un seul individu. Alors que Sapin avais reconnu avoir mis la main au cul d’une journaliste, tout en disant que pour lui c’etait pas sexiste et cette énormité est passé comme une lettre à la poste. Pour Baupin Il y a quant même eu 14 femmes qui se mobilisent, 4 plaignantes et rien... rien à part Baupin qu’on laisse dire n’importe quoi sans aucune contradiction.
      On voudrais dire aux femmes de quitter le monde du travail on s’y prendrait pas autrement.


  • Pourquoi « Palestine » n’apparaît pas sur les cartes de Google Maps

    http://mashable.france24.com/monde/20160810-google-maps-suppression-palestine

    http://scd.mashable.france24.com/sites/default/files/thumbnails/image/palestine-googlemaps-main.jpg

    Alors qu’une pétition réclamait à Google de placer à nouveau l’État palestinien sur son service de cartographie Google Maps, l’entreprise vient de s’exprimer sur la polémique.

    En tapant le mot « Palestine » dans Google Maps, l’internaute atterrit sur la zone géographique correspondant à ses territoires, sans que le nom ne soit affiché. L’État d’Israël, lui, ne manque pas à l’appel.

    #cartographie #Manipulation #propagande #israël #Palestine #déni #invisibilisation

    • La réponse est dans le texte : « L’entreprise américaine précise qu’elle se base depuis toujours sur les données des Nations unies. Or, selon l’ONU, la Palestine est un État observateur mais non-membre de l’ONU donc pas officiellement reconnu par la communauté internationale. »
      Donc il suffirait de donner l’exemple d’une autre « Etat » non membre de l’ONU qui est sur les cartes Google pour arrêter de troller sur ce sujet.

    • Il n’est écrit nulle part que le statut d’État observateur interdit de mentionner le nom sur une carte, sauf erreur de ma part, c’est justement le vote d’octobre 2012 qui rend légitime la présence du nom « Palestine » au lieu de « Territoires palestiniens occupés » sur les cartes. Mais il faudeait vérifier avec un spécialiste du droit international. Par ailleurs, on a vu des trollage un peu plus pire que celui là :)

    • Mais Google dit qu’il le fait, c’est son choix, il n’est marqué nulle part qu’il doive prendre une autre référence que l’ONU.
      Donc, pour râler il faudrait montrer qu’il le fait à la tête du client. Sinon, c’est encore une fois une manière de troller.
      Même s’il y a pire, c’est un peu pénible de voir troller sur des choix, qu’il dit et qu’il assume, sans aucun argument contraire ;
      Il y a tant de vraies choses à dire sur le sujet, que ce soit le Moyen-Orient ou Google, si on en est à critiquer des choses qui ne sont pas critiquables, c’est qu’on a vraiment aucun argument ni aucune réflexion politique.
      Je rajouterai (hum hum) que pour ressortir un article d’il y a plus de 6 mois, c’est VRAIMENT qu’on n’a rien de plus argumenté et scandaleux à dire.
      Quand on voit tous les changements depuis le nouveau président des USA, il y a pourtant tant de choses à dire.
      Donc, je dis bien : troll, et remontées de faux airs scandalisés.
      Pour attiser la haine, gratuitement ? C’est une possibilité (nothing personal, juste réflexion politico-stratégique).


  • Las mujeres y niñas desaparecen en un catálogo de IKEA en Israel | Blog Mundo Global | EL PAÍS
    http://internacional.elpais.com/internacional/2017/02/16/mundo_global/1487239018_989739.html

    Las mujeres y niñas desaparecen en un catálogo de IKEA en Israel
    La empresa pide disculpas por una publicación sin presencia femenina destinada a judíos ultraortodoxos

    http://ep01.epimg.net/internacional/imagenes/2017/02/16/mundo_global/1487239018_989739_1487239587_noticia_normal_recorte1.jpg

    #gorafi

    • Israël : IKEA publie un nouveau catalogue pour les Juifs orthodoxes
      le 16 février 2017 - par Judith Douillet.
      http://www1.alliancefr.com/actualites/israel-ikea-publie-un-nouveau-catalogue-pour-les-juifs-orthodoxes-6

      IKEA, l’entreprise suédoise de meubles à monter soi-même, a commencé à distribuer un catalogue spécialement conçu pour le secteur religieux et ultra-orthodoxe. Dans le but d’adhérer à des perceptions plus traditionnelles de la pudeur, le catalogue de la société de meubles suédois ne contient pas d’images de femmes, représentant ainsi un monde fantastique où les garçons sont élevés dans une société entièrement masculine.

      http://www1.alliancefr.com/wp-content/uploads/2017/02/ikea-2.jpg

      ““““““““““““““““““
      http://fr.timesofisrael.com/ikea-publie-un-catalogue-pour-les-haredim-sans-femmes

    • Mais enfin @gonzo la version sans femme Ikea pour bitards islamiques d’Arabie saoudite existe depuis des années(2012).Et heureusement qu’elle avait fait scandal cette excision !
      http://next.liberation.fr/design/2012/10/01/ikea-censure-les-femmes-de-son-catalogue-saoudien_850121

      #deni #amnesie_opportuniste #religion #misogynie #sexisme #censure

      Tu imagine les reactions en cas de catalogue musulman extrémiste. Pour ta réaction a toi il est claire que Ca t’as pas choquer vu que la version wahabite existe depuis 2012. Mais pour une version « musulmane tout court » comme tu l’évoque je ne comprend pas tres bien. est ce que tu veux dire Que les musulmans tout court demandent aussî un catalogue sans femmes et sont aussî misogyne quel les extremistes ?

    • Ca m’énerve oui j’ai un problème avec les bitards islamiques, comme j’en ai avec tous les bitards. Ca me désole que tu n’ai pas de problème avec les bitards islamiques et que tu veuille faire exception avec ceux là.

      Quant je parle de « bitards islamiques » je reste assez polie pour ce que je désigne. Je désigne les musulmans sexistes, machistes, ou/et misogynes d’Arabie Saoudite pour lesquels Ikéa a fait ce catalogue. Et je n’ai pas dit que tous les musulmans étaient sexistes, machistes ou/et misogynes. Je le dit pas, parce que je ne le pense pas. Par contre il y a des gros bitards musulmans, et il y en a pas peu et pas qu’en Arabie Saoudite, tout comme il y en a chez les juifs, catho, evengelistes, trotskistes, anars... et il n’y en a pas peu non plus et je vais pas me privé de dire ce que j’en pense avec les mots fleuris qu’ils m’inspirent.

      Et ce qui m’enerve aussi c’est que ta réaction soit d’utiliser l’invisibilisation des femmes pour mettre en concurrence islamophobie et antisémitisme (ou plutot philosémitisme peut être). Je trouve ca assez déagréable cette invisibilisation supplémentaire que tu apporte à l’invisibilisation des femmes par Ikéa pour parler d’islamphobie là ou justement les musulmans-ultra ne font pas mieux que les juifs-ultra.

      Pour revenir a cette manie d’effacer les femmes chez Ikéa. Je me suis dit deux choses ;
      – C’est paradoxal que les femmes soient effacées d’un catalogue de mobilier d’intérieur (du foyer) pour faire plaisir à des orthodoxes alors que ceux ci enferment les femmes dans le foyer. C’est assez violent symboliquement car les femmes ne peuvent même pas se projeter dans ces catalogues et ca implique qu’elles n’ont pas leur mot à dire sur le mobilier de leur habitat-prison. Et ca veux dire que même dans les représentation de leur lieu de vie contraint elles n’ont pas le droit d’apparaître.
      – J’essaye d’imaginer un catalogue inversé. Bien sur ca marche pas. Soit Ikéa aurais effacer les hommes, pour un pays fictif d’amazones... bon y pas de pays ou les femmes ne sont pas opprimées alors personne ne ferais un tel catalogue, si ca existait a serait un pays trop pauvre pour qu’Ikéa y fasse des catalogues. Soit un catalogue de déco d’intérieur sans aucun homme serais tout aussi sexiste car ca réduirait les femmes à leur foyer comme les pages roses des catalogues de jouets dans lesquels on ne voie que des filles.

      Pour la véracité de ce catalogue, a mon avis Ikéa en est capable, Ikéa l’a deja fait. Ce qui me surprend c’est que les juifs orthodoxes soient un marché suffisent pour qu’il y ai un catalogue spécifique. Manifestement les bitards orthodoxes juifs et musulmans ont les moyens de se payer de meubles industriels https://seenthis.net/messages/532794 et des tartes à la merde
      https://seenthis.net/messages/119147

      #invisibilisation_des_femmes #femmes #islamophobie #antisémitisme #orthodoxie #misogynie #sexisme



  • Le collectif des créatrices de BD contre le sexisme rassemble des témoignages | Livres Hebdo

    http://www.livreshebdo.fr/article/le-collectif-des-creatrices-de-bd-contre-le-sexisme-rassemble-des-temoig

    http://images1.livreshebdo.fr/sites/default/files/styles/facebook_sharing_image/public/assets/images/bdegalite.jpg?itok=CNjVMKxX

    Le collectif créé en septembre 2015 a adapté son site internet pour relayer les expériences d’auteures de bande dessinée victimes de remarques sexistes, voire de harcèlement.


  • Paye ta Bulle
    http://bdegalite.org/temoignages

    Le 10/02/2017 est paru sur Konbini l’article "La place des femmes dans la BD : pour en finir avec le syndrome de la Schtroumpfette", dans lequel intervenait notamment Christophe Blain : « Il n’y a aucun machisme dans la bande dessinée, aucun ! »
    Le Collectif, quelque peu fatigué de toujours prendre la voie de la pédagogie, celle qui explique pourquoi le sexisme existe bel et bien dans la BD, chiffres des EGBD et paroles des concernées à l’appui, se contentera cette fois de renvoyer l’intéressé (et tous ceux qui pensent comme lui) à la page de BdÉgalite.org recensant les témoignages de femmes dans le milieu de la bande dessinée. Et lui demandera de ne pas nier purement et simplement leur réalité, surtout quand on est, comme lui, une personne dont la parole porte loin dans son milieu.

    Il nous semble quand même utile de rappeler à tous ceux qui souhaitent parler du machisme dans la BD, son existence ou son inexistence, de se renseigner avant de parler, d’aller lire les témoignages, les expériences et les enquêtes réalisées sur ce sujet. Parler sans savoir, sans être concerné, de sujets que l’on ne maîtrise pas, ne grandit personne, au contraire.

    #sexisme #bd #deni #domination_masculine