• « Les enjeux sanitaires ne doivent pas être instrumentalisés au service d’une politique anti-migratoire »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/11/18/les-enjeux-sanitaires-ne-doivent-pas-etre-instrumentalises-au-service-d-une-

    « Les enjeux sanitaires ne doivent pas être instrumentalisés au service d’une politique anti-migratoire »
    L’arrêt des tests Covid pour les personnes migrantes à Briançon a pour conséquence de les empêcher de poursuivre leur voyage, faute de passe sanitaire, dénoncent, dans une tribune au « Monde », la présidente de Médecins du Monde Carine Rolland et le professeur de médecine Alfred Spira.
    Tribune. A Briançon (Hautes-Alpes), tous les moyens sont utilisés pour entraver le parcours des personnes exilées, souvent des familles avec des enfants en bas âge. Comme c’est le cas pour l’ensemble des personnes, leurs déplacements sont en partie conditionnés par la réalisation de tests Covid témoignant de leur négativité ou de leur protection par la vaccination. Ces pratiques aujourd’hui élémentaires de santé publique de protection individuelle et collective sont particulièrement difficiles à réaliser pour des personnes qui sont en train de voyager dans des conditions précaires.
    La stratégie mise en place depuis plusieurs mois en France est basée sur la réalisation de tests Covid dans les lieux d’hébergement et la délivrance aux personnes négatives d’un passe sanitaire anonyme valable 72 heures, qui leur permet de poursuivre leur route jusqu’à leur stabilisation dans un lieu permettant leur vaccination. Les personnes testées positivement se voient proposer un isolement pendant sept jours.
    Indépendamment de la position politique concernant la liberté de chacun de choisir un pays de résidence, cette stratégie est exclusivement basée sur des considérations épidémiologiques et sanitaires. Il s’agit de protéger les personnes, leurs proches et toutes celles et ceux qu’elles peuvent côtoyer.
    On n’oserait imaginer que cette stratégie de santé publique devienne un moyen de contrer la libre circulation des personnes, en les privant des possibilités d’accès aux droits élémentaires de protection de la santé individuelle et collective. C’est pourtant ce qui est en train de se passer sur la frontière italienne, à Briançon.Environ 50 à 70 personnes par jour, traversent la frontière entre l’Italie et le France. Ceci en toute légalité, la réglementation les autorisant à entrer en France pour y demander l’asile. Des refuges solidaires associatifs les accueillent, alors même que leur capacité d’accueil est limitée, pour pallier l’absence d’accueil institutionnel minimal par les services de l’Etat.Le Refuge solidaire de Briançon peut accueillir au maximum 80 personnes par nuit. Depuis son ouverture en août 2021, cette capacité a été dépassée, ce qui constitue une source de risques pour la sécurité des personnes et des structures. Ne pouvant accueillir les personnes dans des conditions dignes, les associations gestionnaires des lieux ont décidé de suspendre l’accueil pour alerter les pouvoirs publics sur l’urgence de la situation.L’une des premières conséquences de cette fermeture provisoire a été l’arrêt de la réalisation des tests Covid confiée jusqu’alors par l’Etat à la Croix-Rouge française. L’effet immédiat a été l’impossibilité pour les personnes qui le souhaitaient, c’est-à-dire quasiment toutes, de poursuivre leur voyage, faute de passe sanitaire. Ou de les contraindre à voyager sans test, ce qui entraîne d’importants risques de santé pour les personnes elles-mêmes et pour l’ensemble de la population qu’elles côtoient.En procédant de la sorte, il y a risque d’instrumentalisation des mesures de santé publique à des fins de politique migratoire.

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#santepublique#politiquemigratoire#accueil#croixrouge#depistage#circulation#frontiere#migrationirreguliere

  • Covid-19 à l’école : pour Blanquer, le dépistage massif « n’a pas que des avantages »
    https://www.sudouest.fr/sante/coronavirus/covid-19-a-l-ecole-pour-blanquer-le-depistage-massif-n-a-pas-que-des-avanta

    Le dépistage systématique et répété du Covid-19 à l’école, préconisé dans un avis du Conseil scientifique, « n’a pas que des avantages », a estimé mardi 21 septembre le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer, soulignant que cela peut être « anxiogène » et « compliqué ».

    « Je prête évidemment une attention importante à l’avis du Conseil scientifique […], et notamment à la politique de dépistage qui est préconisée. Et en effet, les tests ont été un grand pilier de notre stratégie l’an dernier pour maintenir les écoles ouvertes », a indiqué le ministre lors d’une audition par la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation de l’Assemblée nationale sur la rentrée scolaire.

    « La stratégie consistant à tester de manière extrêmement répétée, extrêmement massive, les enfants n’a pas que des avantages », a-t-il cependant poursuivi. « Par exemple, la Société française de pédiatrie alerte sur le fait qu’il peut y avoir à la fois quelque chose d’anxiogène et de compliqué à faire cela de manière répétée ».

    #rha_mais_merdeuh

  • Covid-19 : dans son nouvel avis, le conseil scientifique recommande d’accroître le dépistage à l’école
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/09/18/covid-19-dans-son-nouvel-avis-le-conseil-scientifique-plaide-pour-accroitre-

    Les experts préconisent notamment, en primaire, de ne renvoyer chez eux que les enfants détectés positifs. Des recommandations qui contrastent singulièrement avec les dispositions du ministère de l’éducation nationale.
    […]
    Le principe qui prévaut actuellement à l’école est « un cas, une fermeture de classe ». Au primaire, en effet, dès qu’un cas avéré est détecté, toute la classe est fermée. Dans le secondaire, les cas contacts non vaccinés sont tenus de passer en distanciel durant sept jours. Dans leur avis commun, les membres du conseil scientifique et du COSV insistent pour leur part sur un maître mot : le dépistage.

    « Stratégie gagnant-gagnant »
    Deux situations sont à distinguer, lit-on dans le texte des experts. Au primaire, ce dépistage devrait être systématique et hebdomadaire. Seuls les enfants détectés positifs seraient alors renvoyés chez eux.
    Dans le secondaire, le contexte est différent, avec une couverture vaccinale partielle des 12-17 ans frôlant à ce jour, en moyenne, 70 % de primovaccinés. Or, selon une étude parue en preprint sur le site de la revue The Lancet cette semaine, les 12-15 ans vaccinés vont très peu s’infecter, et l’efficacité du vaccin semble ne pas s’effilocher au fil du temps.

    Dans les collèges et lycées, l’avis recommande de dépister, dès le lendemain de l’apparition d’un cas avéré, tous les élèves d’un même niveau (et pas seulement les élèves d’une même classe, compte tenu du large brassage des adolescents entre eux). Mais, ensuite, il suffirait de n’isoler que les élèves positifs – sans fermer toute la classe, donc..

  • L’OIM aide les Bangladais vulnérables à rentrer du Liban tandis que davantage de migrants se pressent pour partir | International Organization for Migration
    https://www.iom.int/fr/news/loim-aide-les-bangladais-vulnerables-rentrer-du-liban-tandis-que-davantage-de-m

    L’OIM aide les Bangladais vulnérables à rentrer du Liban tandis que davantage de migrants se pressent pour partir. Beyrouth/Dhaka - L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a déclaré aujourd’hui qu’un nombre croissant de travailleurs migrants cherchaient désespérément à fuir les difficultés économiques au Liban. Parmi eux, un groupe de Bangladais en détresse est arrivé aujourd’hui à Dhaka en provenance de Beyrouth avec l’aide de l’OIM, du Processus de Bali et du gouvernement. «  De nombreux migrants font appel à l’OIM. Ils ont perdu leur emploi, ils ont faim, ils ne peuvent pas accéder aux soins médicaux et ne se sentent pas en sécurité  », a déclaré Mathieu Luciano, chef de l’OIM au Liban. «  Beaucoup sont tellement désespérés qu’ils veulent quitter le pays, mais ils n’en ont pas les moyens.  » Une récente étude de l’OIM menée auprès de plus de 1 000 migrants au Liban a montré que près de la moitié d’entre eux souhaitaient rentrer chez eux. Compte tenu de la profonde crise économique et de l’impasse politique après la démission du gouvernement suite à l’explosion dévastatrice du port de Beyrouth il y a un an, les ambassades ont également constaté une forte augmentation du nombre de migrants demandant à retourner dans leur pays d’origine. L’étude de l’OIM a révélé que de nombreux migrants ont perdu leur emploi et leurs moyens de subsistance, et qu’une augmentation des pratiques d’exploitation telles que le non-paiement des salaires, les licenciements abusifs ou la rupture des contrats par les employeurs, exposent les migrants à de plus grandes difficultés. «  Il y a un besoin évident de renforcer rapidement les programmes d’urgence de l’OIM, y compris le retour humanitaire volontaire  », a déclaré M. Luciano. Les 18 arrivées d’aujourd’hui à Dhaka font suite à un effort coordonné du Processus de Bali, par le biais de son programme de soutien aux retours volontaires et d’aide à la réintégration, et de l’initiative de l’OIM intitulé «  Coopération en matière de migration et de partenariats pour des solutions durables (COMPASS)  », financée par le Ministère des affaires étrangères des Pays-Bas, afin de soutenir et de protéger les migrants bloqués, notamment contre la traite des êtres humains et le trafic illicite. «  La crise économique, associée à la pandémie de COVID-19, accentue les vulnérabilités des migrants bangladais au Liban  », a déclaré Giorgi Gigauri, chef de mission de l’OIM Bangladesh. «  Nous continuerons à travailler avec les gouvernements, les donateurs et les partenaires concernés dont les efforts sont très appréciés pour faciliter le retour volontaire et la réintégration des migrants en situation de vulnérabilité.  » Avant de quitter Beyrouth, les migrants ont subi des examens de santé, notamment des tests de dépistage de la COVID-19, ont été soumis à un examen des vulnérabilités en matière de protection par l’OIM et ont bénéficié d’un transport. Ils ont également bénéficié d’une aide après leur arrivée au Bangladesh et recevront un soutien à la réintégration.

    #Covid-19#migrant#migration#liban#bangladesh#retour#OIM#sante#economie#crise#vulnerabilite#reintegration#depistage#COMPASS

  • Rentrée scolaire 2021 : à la lumière (ou plutôt l’obscurité) des défaillances des protocoles sanitaires appliquées dans les établissements scolaires, Vittoria Colizza et Alain Barrat nous livrent les conclusions de leurs travaux.

    Covid-19 et écoles : comment tester plus efficacement pour éviter les fermetures de classes
    https://theconversation.com/covid-19-et-ecoles-comment-tester-plus-efficacement-pour-eviter-les

    TC : En attendant une éventuelle couverture vaccinale suffisamment élevée pour bloquer le virus, quelles sont les autres armes à notre disposition ?

    Alain Barrat : On sait depuis longtemps que les tests sont l’une de nos armes les plus efficaces. S’il est difficile d’envisager de faire tester l’ensemble de la population d’un pays, dans certains contextes spécifiques cela devient envisageable. C’est par exemple le cas dans les écoles.

    Dans nos derniers travaux, nous avons testé divers protocoles de dépistage (deux fois par semaine, une fois par semaine, une fois toutes les deux semaines…), dans plusieurs scénarios de vaccination (en faisant varier le pourcentage de vaccinés) et dans différentes conditions épidémiques (coefficients de reproduction R plus ou moins faibles, de 1,1 à plus de 1,5, soit la situation de la quatrième vague avec le variant Delta). Nous avons également testé des taux de participation au dépistage plus ou moins optimistes.

    Pour chacune des valeurs de ces paramètres, nous avons fait des simulations numériques afin de déterminer les combinaisons permettant de détecter le plus grand nombre d’enfants infectés (en vue de les isoler sélectivement). Les résultats obtenus ont été comparés avec ceux obtenus grâce aux mesures actuellement en place, à savoir fermer toute classe où un enfant symptomatique a été testé positif pour la Covid-19.

    TC : Qu’avez-vous appris ?

    AB : Les résultats obtenus révèlent que, dans une population scolaire partiellement immunisée, un dépistage hebdomadaire régulier (« itératif », autrement dit répété chaque semaine) réduirait le nombre de cas en moyenne de 24 % dans le primaire et de 53 % dans le secondaire par rapport au seul dépistage basé sur les symptômes, pour un coefficient de reproduction (R) de 1,3 et à condition de tester au moins 50 % des enfants.

    Un point intéressant : le fait que les enseignants soient entièrement vaccinés n’a pas d’influence sur la réduction des cas, en raison de leur nombre limité au sein des établissements.

    Nous avons aussi constaté que la variable cruciale est la participation. Si la participation est élevée, on peut réduire la fréquence de dépistage. C’est probablement là que le bât blesse : en France, l’acceptabilité est modérée dans les écoles (autour de 50 %), mais bien plus faible dans les collèges où les lycées, où l’on atteint à peine les 13 %. Fort heureusement, les 12-17 ans sont de plus en plus vaccinés. Or à partir d’un certain taux de vaccination, tester devient moins utile. Toutefois, des tests hebdomadaires font encore baisser les cas de 20 %, même lorsque 50 % des élèves sont vaccinés.

    #tests #contact_tracing #dépistage #taux_d'incidence #Covid-19 #pandémie #scolarité

  • Covid-19 : le conseil scientifique recommande de dépister davantage dans les écoles pour éviter les fermetures de classes
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/08/27/covid-19-le-conseil-scientifique-recommande-de-depister-davantage-dans-les-e

    L’instance consultative regrette « l’abandon du dépistage », qui aiderait à atteindre l’objectif « de maintenir les classes et les écoles ouvertes ».

    Les tests de dépistage du Covid-19 dans les écoles primaires devraient être généralisés et plus réguliers que ce qui est prévu par le ministère de l’éducation nationale, faute de quoi la rentrée pourrait être « très complexe », avec des fermetures de classes à répétition, préconise le conseil scientifique dans une note d’alerte rendue publique vendredi 27 août.

    « Dans cette population non vaccinée, le risque de circulation intense du virus à la rentrée est très élevé et la règle de fermeture des classes dès le premier cas pourrait rendre la réouverture du primaire très complexe, notamment en cas de fermeture » répétée d’une même classe, prévient l’organe de conseil du gouvernement dans sa note d’alerte.

    Aussi, il « regrette l’abandon du dépistage [généralisé ou plus réactif dans la classe lors d’un cas détecté] », qui aiderait à atteindre l’objectif « de maintenir les classes et les écoles ouvertes afin de préserver l’éducation et la santé mentale des enfants », selon le document remis au gouvernement le 20 août, actualisé mercredi et mis en ligne vendredi.

    « Le passe sanitaire ne dispense pas des gestes barrières »
    Jeudi, le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé « un objectif de 600 000 tests salivaires hebdomadaires » dans les écoles primaires, qui accueillent environ 4 millions d’élèves. S’appuyant sur une étude de modélisation récente, le conseil explique qu’« un dépistage bihebdomadaire » avec « une adhésion de 50 % de la population scolaire (…) permettrait de garder les classes ouvertes si les enfants trouvés infectés sont renvoyés à leur domicile ».

    « Les études réalisées montrent qu’au-dessus de 50 % il y a une valeur à dépister de manière régulière », avait souligné le président du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, mercredi sur France 2. « Chez les adolescents, le dépistage pourrait également apporter un bénéfice important pour le contrôle de l’épidémie, ce d’autant qu’il sera pratiqué dans une population partiellement vaccinée (supérieur à 50 %) et où les efforts à réaliser pour contrôler la circulation du virus seront de fait moins importants », selon la note.

    Le passe sanitaire « ne doit pas être compris ni mis en œuvre comme une protection absolue contre la contamination », avertit l’instant consultative dans le même document. Il « ne dispense en rien » de « respecter le plus possible les gestes barrières », tels que la distanciation physique, l’aération des locaux et le port du masque, « en particulier pour les personnes les plus à risque », ajoute-t-il.

  • HK border reopening hopes fade with new outbreaks - Asia Times
    https://asiatimes.com/2021/08/hk-border-reopening-hopes-fade-with-new-outbreaks

    HK border reopening hopes fade with new outbreaks
    Hong Kong is pushing to reopen its border with Macau and the mainland but new virus outbreaks could scupper the plans. Hong Kong’s retail and tourism sectors have become pessimistic about the resumption of quarantine-free travel across the territory’s borders with Macau and the mainland by October after new outbreaks were reported in the region.
    The Macau government said Tuesday it received notification from Zhuhai authorities that samples they collected from two Macau residents had tested positive. The couple’s son and daughter were then identified as infected.
    Macau’s health authorities said the four were infected with the more infectious Delta variant. They said it was likely that the daughter, who joined a dancing trip with 30 people to fly from Zhuhai to Xi’an in Shaanxi province between July 19 and 24, was the first infected person in the cluster. Her brother and parents later showed symptoms of the illness.
    It was said that the plane taken by the daughter on July 19 had arrived from Nanjing to Zhuhai earlier on the same day. Two passengers flying from Nanjing to Zhuhai on that plane previously tested positive.Due to the outbreaks, the Macau government declared a state of “immediate prevention” from 3:30pm on Tuesday and ordered Covid tests for the gaming city of 680,000 people. People must provide a negative Covid test result done within 12 hours if they want to leave the city. The latest outbreak also sparked panic buying in supermarkets as Macau has not seen a local case for more than 400 days.Macau Chief Executive Ho Iat-seng said it was not necessary to shut down casinos for the moment as it was likely that the infected daughter contracted the virus on the July 19 flight. Ho said the girl sat on the same seat where two patients from Nanjing had occupied.
    The Hong Kong government also announced that from August 4, anyone who had been in Macau over the past 14 days could not return to the city under the Return2hk scheme, which allows Hong Kong residents quarantine-free entry upon returning to the territory if they test negative for the virus.A 13-year-old Hong Kong girl and her family are being sent to a quarantine camp as she stayed in the same room with the Macau girl during the dancing trip last month.
    Separately, a 43-year-old construction worker, who lived in Sham Shui Po in Kowloon, tested positive preliminarily on Tuesday. However, his sample tested negative for the coronavirus on Wednesday but positive for the Covid-19 antibodies, showing that he might have recovered from a previous infection.Chuang Shuk-kwan, head of the Centre for Health Protection’s Communicable Disease Branch, said Wednesday the man was probably a “re-positive” case, but authorities had not been able to find out the exact time of his infection yet.“The man has been undergoing regular testing, his regular testing started from May – although he had one or two tests at the end of March – so one of the possibilities is that he had an infection quite early on, maybe before May or March,” Chuang said.If the man has been infected recently through an unknown source, his case would have broken a 56-day streak of zero new untraceable local infections in Hong Kong.
    Since the second quarter of last year, Macau and the mainland have adopted a “zero infections” strategy by implementing tough anti-epidemic measures. As the two places successfully controlled their epidemic situations, they have resumed quarantine-free travel since last September.
    Last year, the Hong Kong government tried to maintain local infections at low level and avoided launching severe measures such as citywide tests and large-scale lockdowns. However, such strategy failed to prevent the city from being hit by the fourth epidemic wave between last November and January this year.Since then, the government has locked down infected areas, tightened quarantine measures and banned flights coming from high-risk countries to stay in line with Beijing’s “zero infections” strategy.
    Yiu Si-wing, a lawmaker representing the tourism sector, said his sector had previously expected that Hong Kong could reopen its border with Macau and the mainland by October but such hope seemed to have vanished due to the recent outbreaks in the latter two places. Yiu said the previously scheduled travel bubble between Hong Kong and Singapore had burst twice and would probably be unable to resume in the coming few months.
    He said among the 1,600 travel agencies in Hong Kong, only 100 to 200 were organising “cruise-to-nowhere” trips while 400 were running local tours. He said a majority of travel agencies were having no income while some of them might go bankrupt if the border between Hong Kong and the mainland could not reopen this year.Yip Kin-ming, a member of the Chinese People’s Political Consultative Conference and a director of the China Economic and Social Council, said the chance that the Hong Kong-mainland border could reopen in short term had become slim after the Delta variant was spread from Nanjing to a dozen of Chinese provinces in late July.
    However, Yip said the two places should continue to push forward the discussion about whether vaccinated people could be allowed to travel across the border with shorter quarantine periods. Health authorities in China on Wednesday reported 71 domestic cases, the highest since January. The country is fighting against the Delta variant by launching citywide tests and locking down millions.Infectious disease expert Leung Chi-chiu said it was right for Hong Kong to quickly remove Macau from the “Return2hk” scheme, so that from now on people who return from Macau would need to undergo home quarantine. Leung said if the situation became worse, returnees from Macau should be quarantined in hotels instead.
    “The Macau case does illustrate the fragility of a bubble with the mainland,” Benjamin Cowling, an epidemiologist from the University of Hong Kong, told RTHK. “I know that’s what we are going for. If we can maintain zero Covid for a period of time, if we can get the vaccine coverage up to a higher level, then we have the opportunity to establish a bubble with the mainland with free travel in both directions.” On Tuesday, the Hong Kong government launched several new measures to help boost the city’s vaccination rate. It said Hong Kong would have 70% of its population vaccinated with their first dose by the end of September.

    #Covid-19#migrant#migration#hongkong#chine#macau#sante#circulation#depistage#frontiere#confinement#quarantaine#bullesanitaire#vaccination#variant

  • Au Népal, l’impossible mesure de l’ampleur du Covid-19 lors de la saison des ascensions
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/06/15/au-nepal-le-covid-19-a-perturbe-la-saison-des-ascensions-himalayennes_608418

    Lorsqu’il s’est envolé pour le Népal afin de tenter l’ascension du mont Everest (8 848 mètres), le Norvégien Erlend Ness n’imaginait pas qu’il marquerait la chronique himalayenne d’une manière aussi insolite. Ce ne sont, en effet, ni la terrible cascade de glace aux crevasses insondables, ni les avalanches provoquées par l’enneigement inhabituel – dû au passage de deux cyclones – qui l’ont privé de son Graal, mais le Covid-19.
    Le 14 avril, à peine arrivé à pied depuis le minuscule aéroport de Lukla (2 860 mètres) au camp de base (EBC) à 5 345 mètres au-dessus du niveau de la mer, après une petite semaine de trek à travers la vallée du Khumbu, ce propriétaire d’agence immobilière de 57 ans est devenu le premier prétendant au sommet du « Toit du monde » évacué par hélicoptère à cause du virus.« Qui aurait pu prévoir ça, alors que les autorités parlaient seulement de quelques dizaines de cas à Katmandou et nous encourageaient à venir, moyennant un test PCR négatif avant le départ et un à l’arrivée ? », interroge-t-il depuis son domicile de Trondheim, où il récupère « plutôt bien » après une hospitalisation à plusieurs milliers de dollars à Katmandou.
    Enclavé entre la Chine – qui, cette année, a interdit son versant tibétain de l’Everest aux alpinistes – et l’Inde – qui connaît depuis début mars un terrible regain de la pandémie –, le Népal semblait avoir réussi à contenir la vague de Covid-19 du 2020 en fermant ses frontières et ses montagnes.
    Mais très peu de tests y étaient pratiqués et l’énorme manque à gagner, pour ce pays très dépendant du tourisme, a poussé son gouvernement à tenter un pari des plus risqués visant à requinquer l’hôtellerie et le business des expéditions cette année.Il a assoupli son protocole sanitaire qui comprenait à l’origine une quarantaine obligatoire de sept jours. Le département « montagnes » du ministère du tourisme, qui gère l’accès aux sommets népalais de plus de 7 000 mètres, a délivré pour l’Everest le nombre record de 408 permis d’ascension à 11 000 dollars pièce (environ 9 000 euros) à des alpinistes étrangers, divisés en 43 équipes. S’y sont ajoutés environ 150 permis meilleur marché, répartis sur le Lhotse (8 516 mètres), le Nuptse (7 861 mètres) et le Pumori (7 161 mètres) voisins.
    Avec les guides et le personnel logistique, près de 2 000 personnes ont élu domicile à l’EBC de mi-mars à mi-mai. « La Colline » (surnom du camp de base) s’est muée en un cluster géant en puissance, au moment où les villes népalaises et leurs hôpitaux, surchargés et démunis, en appelaient au monde entier pour être ravitaillés en oxygène.Les médecins de l’Association himalayenne de secours (Himalayan Rescue Association, HRA) venus ausculter Erlend Ness sous sa tente n’ont, selon lui, « jamais prononcé le mot de Covid ». Ils ont ordonné son évacuation pour des « symptômes évocateurs d’un œdème pulmonaire ». Et pour cause. Le gouvernement népalais avait interdit la pratique de tests PCR rapides aux préposés de cette ONG népalaise, présente pour la saison à l’EBC : une décision visant à soigner la réputation de l’Everest, vitrine touristique nationale.Erlend Ness n’a été officiellement testé positif au Covid-19, et enregistré comme tel par le ministère de la santé népalais, qu’à son arrivée à l’hôpital à Katmandou. Meera Acharya, chef du département « montagnes » au ministère du tourisme a eu beau jeu d’affirmer, chaque fois qu’elle était interrogée sur l’EBC, qu’elle n’avait « pas connaissance » d’évacuations dues au Covid.
    « Les autorités népalaises donnent des informations sur le Covid [dans les camps de base] en partant des rapports fournis par les chefs d’expéditions au ministère », a plaidé Mme Acharya dans un courriel au Monde, se justifiant de n’avoir pas disposé de ces données durant la période d’ascension, qui a pris fin début juin.Le guide autrichien Lukas Furtenbach, lui aussi, a d’abord cru son équipe à l’abri. Le médecin d’expédition qu’il avait embauché s’était muni de 3 000 tests rapides afin de pouvoir contrôler, tout au long du trek d’approche et des rotations d’acclimation, ses clients et leur encadrement népalais. Par précaution, le patron de Furtenbach Adventures leur avait aussi interdit de frayer avec d’autres expéditions à l’EBC.Mais des cas positifs dans ses rangs et une jam session, animée dans une vaste tente par une star américain de la pop réunissant plusieurs équipes, l’ont décidé à annuler son expédition. « Les leaders des équipes qui ont organisé cette fête s’en sont largement fait l’écho sur les réseaux sociaux, raconte-t-il au Monde, par téléphone, depuis l’EBC. Or, à eux tous, ils avaient déjà évacué une bonne quarantaine de leurs membres infectés au Covid, et il y avait parmi eux des gens sans masque, arrivés du Dhaulagiri (8 167 m), et dont aucun n’avait été testé. »Dénonçant un « scandale », Lukas Furtenbach a levé le camp « en concertation avec [son] médecin d’expédition », sans comprendre pourquoi le ministère du tourisme s’entêtait « à nier une épidémie énorme, au risque de perdre toute crédibilité ».
    « J’ai appelé, sans être entendu, à des tests massifs à l’ECB car la HRA, officieusement, les opérateurs d’expéditions, les pilotes d’hélicoptère qui procèdent aux évacuations, les compagnies d’assurances et les alpinistes infectés confirment tous l’existence d’une multitude de cas, a-t-il insisté. C’est criminel d’un point de vue légal comme d’un point de vue moral d’envoyer pour l’ascension – même s’ils veulent y aller – des clients, porteurs et guides susceptibles de déclarer un virus mortel dans les camps supérieurs où toute évacuation héliportée est impossible. »Pour la Dre Dominique Jean, infectiologue, spécialiste de la médecine d’altitude – à laquelle elle forme des médecins népalais – et vice-présidente de la Société internationale de médecine de montagne (ISSM), amener des groupes étrangers au Népal, ce printemps, était « irresponsable » : « Excepté les guides, porteurs et personnels de cuisine des très grosses agences d’expéditions, nombre de gens n’ont jamais été testés et encore moins vaccinés ».Or, sans tests rapides systématiques à l’arrivée au camp de base, sauf en cas de perte du goût et de l’odorat, il est « impossible de faire la distinction entre les symptômes du Covid et ceux de maladies fréquemment développées en haute altitude (difficultés respiratoires, toux, diarrhées…) ».
    Les conséquences sanitaires de l’existence de clusters de haute altitude au Népal ne seront probablement jamais démontrées, faute d’un dépistage et d’un traçage efficaces. Mais l’Everest et les autres sommets népalais de 8 000 mètres continuent d’aimanter les alpinistes. »

    #Covid-19#migrant#migration#nepal#inde#chine#sante#cluster#economie#depistage#sport

  • Covid-19 : « Le recours temporaire à un passe sanitaire est nécessaire si nous voulons une sortie de crise durable »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/06/01/covid-19-le-recours-temporaire-a-un-passe-sanitaire-est-necessaire-si-nous-v

    Covid-19 : « Le recours temporaire à un passe sanitaire est nécessaire si nous voulons une sortie de crise durable » La généralisation du passe serait la meilleure manière de concilier la prudence sanitaire, la reprise économique et le retour des interactions sociales, expliquent les économistes Philippe Aghion, Philippe Martin, Bary Pradelski, et le mathématicien Miquel Oliu-Barton, dans une tribune au « Monde ».
    Depuis un mois, la situation sanitaire s’améliore nettement : sommes-nous pour autant tirés d’affaire ? Le non-respect des mesures de protection et de distanciation (dû à une lassitude croissante), un ralentissement de la vaccination (dû à une hésitation vaccinale encore élevée, notamment chez les jeunes) ou la prolifération de variants très contagieux (comme le variant indien) font que le risque d’un rebond épidémique, par exemple après l’été, ne peut pas être écarté. Quelle stratégie adopter dans ce cas-là ? Faudra-t-il à nouveau tout refermer ? A plus court terme, comment gérer la réouverture des lieux à plus haut risque de transmission ? Ces questions ne peuvent pas être éludées et pour y répondre, les dimensions sanitaire, économique et psychologique (l’importance du retour des socialisations, en particulier pour les jeunes) doivent être prises en compte. Nous considérons que le passe sanitaire est un élément indispensable d’une stratégie contingente permettant d’ouvrir plus rapidement certaines activités et d’éviter le retour du « stop and go » et l’incertitude qui en résulte.
    Son utilisation temporaire est nécessaire, au-delà des événements rassemblant plus de 1 000 personnes, si nous voulons une sortie de crise durable. Il ne s’agit pas de rendre le vaccin obligatoire, puisque le passe sanitaire est accessible par deux autres voies, tout aussi importantes et reconnues : le test négatif ou le certificat de rétablissement du Covid-19. En outre, il a été conçu dans le respect de la vie privée. L’utilisation du passe se justifie d’autant plus que tous nos compatriotes ont désormais accès à la vaccination. Ceux qui ont choisi le vaccin ne doivent pas voir leur liberté limitée par ceux qui le refusent. De manière très concrète, le passe sanitaire permettrait la réouverture des bars sans restriction, et des discothèques dès le 30 juin, et de fournir l’option de remplacer partout ailleurs les accès avec jauges limitées (sans passe) par des accès pleins avec le passe. Ce serait la meilleure manière de concilier la prudence sanitaire, la reprise économique et le retour des interactions sociales.
    Outre les dommages économiques pour les exploitants de ces lieux pour lesquels aucune solution n’a été trouvée, et qui ont saisi le Conseil d’Etat [afin que soient intégrés en urgence les établissements de nuit dans le plan de déconfinement au même titre que les concerts et les mariages, demande rejetée le 21 mai], s’estimant victimes de discrimination et de mesures disproportionnées, une situation de fermeture prolongée peut amplifier le phénomène des rassemblements clandestins. A contrario, leur ouverture permettrait à la jeunesse de recouvrer sa liberté de socialisation, tout en conservant la possibilité de contrôler l’évolution de l’épidémie. A l’étranger, de plus en plus de pays mettent en place des outils similaires, que ce soit pour voyager (comme en Italie) ou pour participer à des activités sociales (au Danemark, en Autriche, en Hongrie ou en Belgique). Ce ne sont pas les personnes qui sont tracées, mais le virus. Ne l’oublions pas.
    A moyen terme, il faut prévoir une stratégie contingente à un scénario de retour de l’épidémie qui pourrait être la conséquence d’un essoufflement de la vaccination ou de l’apparition de nouveaux variants. Pour donner de la visibilité aux acteurs, en particulier économiques, il faut dès maintenant communiquer sur cette stratégie. Nous sommes favorables à une généralisation du passe sanitaire en cas de reprise de l’épidémie comme alternative aux limitations de jauges, aux fermetures (des restaurants, des lieux de culture, etc.) et à un nouveau confinement. Son utilisation pourrait s’étendre, par exemple, aux lieux fermés, où les mesures de distanciation sociale sont peu respectées, et aux activités comportant un système de billetterie ou de check-in : cafés, restaurants, salles de sport, cinémas, théâtres, musées, concerts, stades, événements, gares TGV et aéroports.
    Cette double utilisation du passe sanitaire (pour ouvrir rapidement les lieux de socialisation les plus à risque, et pour éviter de nouvelles restrictions en cas de reprise épidémique) présente un autre avantage : inciter la population à se faire vacciner. Souvent abordé dans d’autres pays, ce sujet paraît encore tabou dans le débat public en France. Dans le contexte culturel et politique français, les incitations financières seraient certainement contre-productives. Mais des incitations basées sur le retour de la vie sociale seront efficaces.

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#passesanitaire#circulation#deplacement#tracking#depistage#vaccination

  • China locks down part of Guangzhou amid outbreak of Indian Covid variant | China | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2021/jun/01/china-locks-down-part-of-guangzhou-amid-outbreak-of-indian-covid-varian
    https://i.guim.co.uk/img/media/8a050626bb7585182ee640916992aec78a39f489/0_400_6000_3600/master/6000.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    China locks down part of Guangzhou amid outbreak of Indian Covid variant. Chinese authorities in Guangdong province have cancelled flights and locked down communities in response to what is believed to be the first community outbreak of the Indian variant in China. Guangdong province had been reporting daily single figures of local cases, including asymptomatic cases, for more than a week, until the case load suddenly jumped to 23 on Monday, including three asymptomatic cases, and 11 on Tuesday. Most of Guandong’s cases are in the city of Guangzhou, with some in nearby Foshan, which has a population of 7.2 million.
    Authorities said all cases were found to be the strain commonly known as the Indian variant of the virus, now renamed by the WHO as the “Delta” variant.“In this race against the virus, we must run a bit ahead and run faster than before in order to block the spread of the virus and cut off the infection chain in time,” said Huang Guanglie, director of the Guangzhou municipal health commission.Guangzhou deputy mayor, Li Ming, said the strain had a short incubation period, a high viral load, and spread quickly. However she said that the trajectory was “under control”.
    In response hundreds of flights at the busy Guangdong Baiyun international airport have been cancelled, and authorities ordered some streets in the Liwan neighbourhood of Guangzhou city to isolate at home, with only one person per household allowed out to buy daily necessities.On Sunday all 15.3 million Guangzhou residents were barred from leaving via bus, air or train without a green code on the health management app and a negative Covid test taken in the preceding 72 hours.Restaurants have shifted to takeaway only and entertainment venues closed, while senior high school classes have been moved online, and vaccinations have been temporarily suspended. Authorities also placed reduced limits on gatherings at public venues, and visiting rights to care and medical institutions.The outbreak also prompted a temporary suspension of imports at Yantian port in Shenzhen last week, one of the world’s busiest export hubs. On Friday authorities launched compulsory Covid-testing for all Yantian residents.
    After the Covid-19 pandemic began in the Chinese city of Wuhan, prompting a long and strict lockdown which would later be emulated around the world, authorities have largely contained the virus. Sporadic outbreaks of varying sizes have prompted localised lockdowns and transport suspensions, most recently in Anhui, which also prompted a huge increase in people seeking to get vaccinated

    #Covid-19#migrant#migration#chine#sante#variant#frontiere#circulation#deplacement#confinement#depistage#restrictionsanitaire#passeportsanitaire

  • La France entend imposer un « isolement obligatoire » pour les voyageurs arrivant du Royaume-Uni
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/05/26/la-france-entend-imposer-un-isolement-obligatoire-pour-les-voyageurs-arrivan

    La France entend imposer un « isolement obligatoire » pour les voyageurs arrivant du Royaume-Uni. La date d’application de cette mesure, prise en raison de la résurgence du variant dit « indien » outre-Manche, sera « précisée dans les prochaines heures », a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Alors que la progression du variant du coronavirus B.1.617.2, dit « indien », menace le déconfinement au Royaume-Uni, la France va mettre en place un « un isolement obligatoire » pour les voyageurs qui en proviennent a annoncé, mercredi 26 mai, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Lors de sa traditionnelle conférence de presse tenue à l’issue du conseil des ministres, M. Attal a fait savoir que la date d’application de cette mesure sera « précisée dans les prochaines heures ».Cette décision fait suite à celle de l’Allemagne, le 23 mai, de soumettre les voyageurs venus d’outre-Manche à une période de quarantaine incompressible. « L’Allemagne a annoncé il y a quelques jours des mesures supplémentaires (…) pour les personnes qui proviennent du Royaume-Uni et la France va prendre des mesures semblables », a déclaré le porte-parole du gouvernement.Jusqu’alors, seize pays faisaient l’objet d’une quarantaine obligatoire en France, dont le Brésil, l’Inde, l’Argentine ou la Turquie. Pour ces territoires, les forces de l’ordre peuvent vérifier de manière inopinée la présence des voyageurs sur leur lieu de quarantaine et leur infliger une amende de 1 000 à 1 500 euros en cas d’absence.
    Les voyageurs doivent aussi présenter un test PCR négatif de moins de trente-six heures (au lieu de soixante-douze heures), ou un test PCR négatif de moins de soixante-douze heures accompagné d’un test antigénique négatif de moins de vingt-quatre heures.

    #Covid-19#migrant#migration#france#grandebretagne#allemagne#sante#variant#quarantaine#depistage#circulation#frontiere

  • Air Algérie va reprendre ses vols vers quatre pays, dont la France
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/05/25/air-algerie-va-reprendre-ses-vols-vers-quatre-pays-dont-la-france_6081365_32

    Air Algérie va reprendre ses vols vers quatre pays, dont la France. Après une suspension de plus de quinze mois en raison de la pandémie de Covid-19, trois liaisons hebdomadaires avec Paris et Marseille seront assurées à partir du 1er juin.
    Le 1er juin, Air Algérie va reprendre progressivement ses vols à destination de quatre pays après une suspension de plus de quinze mois en raison de la pandémie de Covid-19, a annoncé, lundi 24 mai, un communiqué des services du premier ministre diffusé par l’agence APS. « Trois vols hebdomadaires de et vers la France seront assurés » à partir du 1er juin par la compagnie algérienne, à raison de deux vols de/vers Paris et un vol de/vers Marseille, en plus d’un vol hebdomadaire qui sera assuré de/vers la Turquie (Istanbul), l’Espagne (Barcelone) et la Tunisie (Tunis), selon le texte.
    Plusieurs millions d’Algériens de l’étranger ont dû composer avec la fermeture des frontières et la suspension des vols commerciaux et des liaisons maritimes décidées le 17 mars 2020. Depuis, les autorités ont organisé des vols de rapatriement pour leurs ressortissants, sous conditions, mais ces derniers ont été suspendus le 1er mars en raison de l’apparition du variant anglais, fin février, en Algérie.
    Les autorités avaient indiqué le 18 mai que les frontières terrestres resteraient fermées alors que les liaisons aériennes reprendraient, elles, à partir du 1er juin. Les frais de confinement et de dépistage à l’arrivée seront à la charge des passagers, qui devront s’en acquitter avant l’embarquement. Un confinement de cinq jours sera obligatoire dans un des hôtels désignés par les autorités. En cas de test positif après ce confinement, le passager devra payer un second séjour de cinq jours à l’hôtel. Auparavant, les personnes rapatriées étaient entièrement prises en charge par l’Etat dans les hôtels. Le communiqué ne précise pas pourquoi le nombre de vols est passé à six par semaine alors que les autorités avaient annoncé la semaine dernière que la reprise des liaisons aériennes se ferait avec cinq vols quotidiens. Plus de 3 500 décès et près 127 000 cas ont été recensés en Algérie depuis le premier cas de Covid-19, détecté le 25 février 2020.

    #Covid-19#migrant#migration#algerie#frontiere#reouverture#circulation#sante#confinement#rapatriement#variant#depistage

  • Débarquement en Sicile de 415 migrants secourus au large de la Libye par le Sea-Eye 4 - InfoMigrants
    https://www.infomigrants.net/fr/post/32413/debarquement-en-sicile-de-415-migrants-secourus-au-large-de-la-libye-p

    Les 415 naufragés à bord du Sea-Eye 4 sont arrivés vendredi matin à Pozzallo, en Sicile. Le Sea-Eye 4 est arrivé vendredi matin au port sicilien de Pozzallo pour y débarquer les 415 migrants secourus quelques jours plus tôt en mer Méditerranée. Plus aucun navire humanitaire ne sillonne la zone de recherche et de sauvetage, au large de la Libye.Après plusieurs jours de navigation, le Sea-Eye 4 de l’ONG allemande éponyme a accosté vendredi 21 mai au port de Pozzallo, en Sicile. Les 415 naufragés, dont 150 enfants, à bord du navire humanitaire devraient débarquer dans la journée sur le sol italien après avoir effectué des tests nasaux pour détecter d’éventuelles contaminations au Covid-19.Les premiers examens ont débuté vendredi matin. Selon Jan Ribbeck, le directeur des opérations de Sea-Eye, « un bébé de huit mois et d’autres tout-petits hurlent » à cause des écouvillons nasaux. Des « remarques racistes » auraient également été proférées à l’encontre des exilés.
    Le Sea-Eye 4 a été informé mercredi soir par l’Italie qu’il pourrait accoster à Pozzallo, sur la côte sud-est de la Sicile, alors qu’il se trouvait au large de Palerme, au nord-ouest de l’île. Si l’équipage s’est félicité de cette décision, après avoir essuyé un refus de Malte, il a déploré d’avoir à reprendre la mer en direction de Pozzallo. « Le Sea-Eye 4 s’est enfin vu attribuer un havre de paix ! Mais pourquoi Pozzallo ? Comment avez-vous eu l’idée d’envoyer un navire de sauvetage avec des centaines de personnes épuisées et 150 enfants pour un voyage en mer de deux jours, alors qu’il était déjà devant un port sûr ? », s’est interrogée l’ONG sur son compte Twitter.

    #Covid-19#migrant#migration#italie#sicile#sante#malte#depistage#humanitaire

  • HCR - Déclaration attribuable au chef du HCR Filippo Grandi sur la nécessité de mettre fin aux restrictions liées au Covid-19 concernant l’asile aux États-Unis
    https://www.unhcr.org/fr-fr/news/press/2021/5/60a752c4a/declaration-attribuable-chef-hcr-filippo-grandi-necessite-mettre-fin-restrict

    Déclaration attribuable au chef du HCR Filippo Grandi sur la nécessité de mettre fin aux restrictions liées au Covid-19 concernant l’asile aux États-Unis. "J’appelle le gouvernement des États-Unis à lever rapidement les restrictions en matière de santé publique concernant l’asile qui demeurent en vigueur aux frontières et à rétablir l’accès aux procédures d’asile pour les personnes dont la vie en dépend, conformément aux obligations énoncées par la législation internationale et les droits humains. Je me félicite des plans élaborés par le gouvernement américain en vue d’une réforme indispensable et du renforcement des capacités de gestion des procédures aux frontières, ainsi que des mesures positives qui ont été prises pour exempter de ces restrictions sévères les enfants non accompagnés et certaines familles qui endurent des situations de grande vulnérabilité. Ce système, qui autorise l’admission d’un petit nombre de demandeurs d’asile chaque jour, comporte toutefois de nombreux risques et n’est pas une réponse appropriée. Il est nécessaire d’adopter d’urgence des mesures supplémentaires pour permettre l’accès via les points d’entrée qui demeurent fermés à la plupart des demandeurs d’asile en raison de l’arrêté de santé public « Title 42 » adopté par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies, ou Centers for Disease Control and Prevention (CDC), en vigueur depuis le mois de mars 2020.L’arrêté de santé publique « Title 42 » a entraîné l’expulsion de centaines de milliers de personnes vers le Mexique ou leur pays d’origine, en leur refusant l’accès aux procédures d’asile. L’accès garanti à un territoire sûr et l’interdiction de renvoyer les demandeurs d’asile sont des préceptes fondamentaux de la Convention de 1951 sur le statut des réfugiés et du droit des réfugiés, que les gouvernements sont tenus de respecter pour protéger les droits et la vie des réfugiés. Les expulsions ont également eu de graves conséquences humanitaires au nord du Mexique.Au HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, nous faisons valoir depuis le début de la pandémie que la protection de la santé publique et celle de l’accès aux procédures d’asile, un droit fondamental, sont pleinement compatibles. Au pic de la situation d’urgence de santé publique, de nombreux pays ont mis en place des protocoles tels que le dépistage sanitaire, les tests et les mesures de quarantaine, afin de protéger simultanément la santé publique et le droit de demander l’asile.J’encourage l’administration américaine à continuer son travail pour renforcer son système d’asile et diversifier les voies d’accès sûres afin que les demandeurs d’asile ne soient pas forcés de recourir à de périlleuses traversées orchestrées par des passeurs. Le HCR se tient prêt à apporter son appui pour la mise en œuvre de telles mesures.

    #Covid-19#migration#migrant#etatsunis#UNHCR#asile#politiquemigratoire#pandelie#refugie#droit#sante#depistage#santepublique#protocolesanitaire

  • Covid-19 dans le monde : la pandémie a fait plus de 6 millions de morts, estime l’OMS
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/05/21/covid-19-dans-le-monde-le-bresil-a-detecte-des-premiers-cas-de-variant-indie

    Premiers cas de variant indien du Covid-19 au Brésil, confinement en Argentine
    Le Brésil a détecté ses premiers cas de variant indien du coronavirus, sur six membres d’équipage arrivés à bord d’un cargo battant pavillon de Hongkong dans le nord-est du pays, a-t-on appris jeudi. Des tests « ont révélé la présence du variant B.1.617.2 du Covid-19 sur des prélèvements effectués sur des membres d’équipage du Shandong-Da-Zhi », partis d’Afrique du Sud, a annoncé le secrétariat de la santé de l’Etat du Maranhao. « A ce stade, aucune transmission locale du variant indien n’a été décelée », ajoute le secrétariat. « Au total, quinze membres d’équipage ont été testés positifs au Covid-19, et neuf, négatifs. Les six échantillons avec la plus haute charge virale ont tous révélé la présence du B.1.617.2 », précise encore le secrétariat. Le minéralier de 360 mètres a été placé en quarantaine et les membres d’équipage ont dû rester confinés dans leur cabine, à l’exception de trois malades, amenés à terre pour recevoir un traitement. Tous les soignants ayant été en contact avec ces membres d’équipage ont subi des tests. « Nous allons tracer tout le monde, soit environ 100 personnes », a déclaré le secrétaire à la santé de cet Etat, Carlos Lula.

    #Covid-19#migrant#migration#bresil#sante#variant#circulation#frontiere#depistage#soignant#personnelnaviguant

  • Allégées, les mesures anti-Covid-19 demeurent drastiques à Hongkong
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/06/allegees-les-mesures-anti-covid-19-demeurent-drastiques-a-hongkong_6075660_3

    Les plus inquiets sont les familles car il arrive que les jeunes enfants, y compris les nourrissons, soient séparés de leurs parents si l’une ou l’autre partie est positive. Une mère a ainsi décrit sur un forum de jeunes parents les conditions « inhumaines » dans lesquelles elle affirme avoir retrouvé ses enfants de 1 et 5 ans, qui avaient été hospitalisés car positifs : attachés dans leur lit, sans autre forme d’activité quotidienne qu’une télévision allumée dans leur chambre, n’ayant, selon elle, que trois contacts humains par jour à l’occasion de la livraison des repas.Ces pratiques, qui ont mis en émoi une bonne partie de la petite communauté étrangère de Hongkong, n’ont pas été franchement démenties par les autorités. « Mon mari et moi n’osons plus aller à un dîner ou à une fête ensemble car si quelqu’un du groupe est identifié positif dans les jours qui suivent, tous ceux qui y étaient devront partir en quarantaine, et nous voulons être sûrs qu’au moins un de nous deux pourra rester avec les enfants », nous indique une femme d’affaires française, mère de deux enfants.
    Conséquence : à moins d’y être contraints professionnellement, les Hongkongais n’ont aucune envie de se faire tester. A Wong Chuk Hang, dans le sud de l’île, où la moitié d’un terrain de foot a été sacrifiée au profit d’un centre de tests, les tentes sont vides et les employés en grande tenue antivirus y sont désœuvrés du matin au soir.Dans sa chambre d’hôtel plutôt confortable, avec vue sur l’aéroport, un petit morceau de mer et même le coucher du soleil, Vivien Lam compte les jours. Hongkongaise résidant en Europe, elle est rentrée d’urgence fin mars pour revoir sa mère, mourante. Après dix-sept jours dans sa chambre d’hôtel dont les fenêtres sont verrouillées, il lui en reste encore quatre à « purger ». Quatre sur vingt et un : depuis le 22 décembre 2020, Hongkong impose en effet trois semaines de quarantaine obligatoire à tous ses arrivants, à l’exception de ceux de Chine continentale et de Taïwan, la plus longue quarantaine du monde.« Je ne supporte pas les espaces clos donc l’idée de ne pas respirer l’air de dehors pendant vingt et un jours était extrêmement angoissant », raconte Vivien Lam qui avait tout de même emporté avec elle son tapis de yoga, du matériel pour peindre et des graines à faire pousser en pot pour garder le moral. Par chance, un comité d’accueil et d’entraide était en place dans son hôtel par l’intermédiaire d’une page Facebook. Tous les vendredis soir à 18 heures, le Sheraton Four Points sponsorise même une « happy hour » à tous ses « quarantaineurs » qui se retrouvent alors sur Zoom pour trinquer ensemble, et réconforter ceux qui craquent.

    #Covid-19#migration#migrant#hongkong#chine#taiwan#depistage#quarantaine#cascontact

  • Covid-19 : malgré la quarantaine, des passagers d’un vol international à l’origine de multiples chaînes de contamination – Réalités Biomédicales
    https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2021/03/22/covid-19-malgre-la-quarantaine-des-passagers-dun-vol-international-a-lorigin

    L’histoire se déroule en Nouvelle-Zélande, pays qui pratique une stratégie d’isolement et de mise en quatorzaine à ses frontières dans le but d’éliminer le coronavirus SARS-CoV-2. Le 18 septembre 2020, un cas de Covid-19 est identifié. Le patient est un des passagers d’un vol international en provenance d’Inde.À sa descente d’avion, cet homme (G) avait pourtant été soumis à une période de 14 jours d’isolement dans un hôtel de Christchurch et avait été testé négatif à deux reprises à un test PCR, en l’occurrence trois et douze jours après son arrivée. À la fin de la quatorzaine, le 11 septembre, il prend un vol intérieur pour se rendre à Auckland. C’est là, après qu’il ait présenté des symptômes, que l’on découvre qu’il est infecté par le SARS-CoV-2. Ce passager (G) fait partie d’un groupe de 149 ressortissants néo-zélandais, ou résidents permanents, de retour au pays le 27 août 2020. Il a voyagé à bord d’un Boeing 747 de New Delhi (Inde) à Christchurch (Nouvelle-Zélande) avec escale à Nadi aux îles Fidji.
    Cet homme n’est pas le seul passager du vol international à destination de Christchurch à avoir été testé positif pour le SARS-CoV-2. Au total, huit personnes sont dans ce cas, dont trois passagers ayant voyagé de New Delhi à Nadi à seulement deux rangées les uns des autres. Nous les désignerons par les lettres A, B et C. Tous les passagers ont observé une distanciation physique dans cet avion dont le taux d’occupation avoisinait 35 %, les passagers étant régulièrement espacés dans la cabine. Le voyageur C a été testé positif le 8 septembre 2020, deux jours après avoir présenté des symptômes, soit une dizaine de jours après son arrivée en Nouvelle-Zélande. Cette chronologie laisse donc à penser qu’il a été contaminé lors du vol d’Inde vers la Nouvelle-Zélande par le passager A ou le passager B. Ces derniers ont eux-mêmes pu être contaminés avant ou durant le vol. Tous les passagers étaient tenus de porter un masque durant le vol, l’équipage respectant les mesures barrières.À leur arrivée à Christchurch, les passagers ont été débarqués par groupes de dix afin de respecter la distanciation physique dans le terminal de l’aéroport. Chacun d’eux a alors reçu un masque chirurgical. Tous les passagers ont ensuite été transférés par autobus dans l’hôtel Crowne Plaza servant de centre d’isolement et de mise en quarantaine. Chaque chambre avait une salle de bain et ne possédait pas de balcon. Lorsque le passager C est détecté positif pour le SARS-CoV-2, cela fait douze jours qu’il est confiné dans sa chambre d’hôtel. Il est alors placé dans une section à part de l’établissement. Avant cela, sa chambre était mitoyenne de celle qu’occupaient un adulte et un enfant, également passagers du vol en provenance d’Inde et donc eux aussi maintenus en quarantaine. Ces deux personnes, baptisées D (adulte) et E (enfant), qui ont été testées négatives pour le SARS-CoV-2 à deux reprises, n’ont pas présenté de symptômes lorsqu’elles étaient encore dans l’établissement hôtelier. Un test PCR effectué sur chacune d’elles après leur quarantaine est cependant revenu positif. L’adulte et l’enfant ont probablement été infectés durant leur séjour à l’hôtel, estiment les auteurs de cette enquête épidémiologique publiée le 18 mars 2021 dans la revue en ligne Emerging Infectious Diseases.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#contamination#voyageaerien#circulation#frontiere#epidemiologie#confinement#quarantaine#depistage

  • Covid-19 : le Royaume-Uni pourrait placer la France sur sa « liste rouge » de restriction des voyages
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/03/25/covid-19-dans-le-monde-londres-pourrait-placer-la-france-sur-sa-liste-rouge-

    Covid-19 : le Royaume-Uni pourrait placer la France sur sa « liste rouge » de restriction des voyages. Alors qu’une « troisième vague » épidémique de Covid-19 déferle dans presque tous les services hospitaliers dans le monde, certains pays ont décidé de prendre des mesures renforcées. De restrictions supplémentaires à l’imposition d’un nouveau confinement, les réponses des gouvernements diffèrent. Interrogé par des membres du Parlement sur le fait de savoir pourquoi la France ne se trouvait pas sur la « liste rouge » de restriction des voyages, le premier ministre britannique, Boris Johnson, a répondu : c’est « une chose que nous allons devoir étudier ». Les voyageurs en provenance de pays figurant sur cette liste ne peuvent accéder au territoire britannique à moins d’être ressortissants du Royaume-Uni ou Irlandais, ou d’avoir le statut de résident, auquel cas ils doivent séjourner en quarantaine dans un hôtel à leurs propres frais. « Nous ne pouvons exclure des mesures plus fortes et nous les appliquerons si nécessaire », a donc déclaré M. Johnson. Il a toutefois mis en garde contre les perturbations que provoqueraient d’éventuelles mesures, en particulier dans les échanges commerciaux entre les deux côtés de la Manche. Interrogé sur d’éventuels tests des conducteurs de poids lourds arrivant sur les ports de la Manche, le premier ministre a appelé à évaluer le risque de « très graves perturbations » du flux de marchandises telles que les produits alimentaires et les médicaments. Les routiers sont actuellement exemptés de test et de quarantaine

    #Covid-19#migrant#migration#france#grandebretagne#sante#variant#frontiere#circulation#depistage#mesuresanitaire

  • CDC Urges Americans to Avoid Travel as Airport Screenings Approach Pandemic Peak | Health News | US News
    https://www.usnews.com/news/health-news/articles/2021-03-22/cdc-urges-americans-to-avoid-travel-as-airport-screenings-approach-pandemic-
    https://www.usnews.com/dims4/USNEWS/2963e9d/2147483647/thumbnail/970x647/quality/85/?url=http%3A%2F%2Fmedia.beam.usnews.com%2F10%2F3e%2F9b4e24b34d8088472ba92059

    CDC Urges Americans to Avoid Travel as Airport Screenings Approach Pandemic Peak
    The U.S. has seen a slight uptick in its seven-day average of new cases, and the head of the Centers for Disease Control and Prevention warned of an avoidable surge. Airlines and others in the travel industry are throwing their support behind vaccine passports to boost pandemic-depressed travel, and authorities in Europe could embrace the idea quickly enough for the peak summer vacation season.
    The head of the Centers for Disease Control and Prevention on Monday urged Americans to avoid travel while warning of a possible “avoidable surge” in the coronavirus."Much of the travel, we know, is related to people who are going on spring break," CDC Director Rochelle Walensky said at a press briefing. “We’re worried not just for what happens when you are on the airplane itself but what happens when people travel. That is, they go out. They mix with people who are not vaccinated.” The Transportation Security Administration on Sunday screened over 1.5 million travelers in airports – the highest number seen in over a year. Sunday was also the 11th consecutive day that saw over 1 million screenings

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#UE#voyageaerien#vacances#depistage#vaccination#tourisme#passeortvaccinal#CDC

  • Des enfants survivants de la traite des êtres humains secourus au Ghana retournent en Côte-d’Ivoire | Organisation internationale pour les migrations
    https://www.iom.int/fr/news/des-enfants-survivants-de-la-traite-des-etres-humains-secourus-au-ghana-retourn
    https://www.iom.int/sites/default/files/styles/highlights/public/press_release/media/ghana_rescue_3_thumbnail.jpg?itok=bXNPJfBY

    Des enfants survivants de la traite des êtres humains secourus au Ghana retournent en Côte-d’Ivoire. Accra - En collaboration avec le Ministère ghanéen du genre, de l’enfance et de la protection sociale, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Accra, au Ghana, a organisé cette semaine le retour en toute sécurité de 13 enfants ayant survécu à la traite vers leur pays d’origine, la Côte-d’Ivoire. Les jeunes, qui ont retrouvé leur famille le 15 mars, avaient été exploités par des trafiquants dans des exploitations agricoles de la région de la Volta, au Ghana, après avoir été amenés dans le pays par des trafiquants. (...) Les jeunes - tous des garçons âgés de 9 à 19 ans - avaient été amenés au Ghana depuis la Côte-d’Ivoire et le Burkina Faso sous le prétexte d’étudier le Coran. Un imam aurait exploité les enfants comme ouvriers agricoles, certains pendant des périodes allant jusqu’à dix ans, selon les autorités ghanéennes. Il est difficile de retracer les dates exactes, car des enfants âgés d’à peine trois ans font partie des victimes et ils ne savent pas quel jour, quel mois ou quelle année ils sont arrivés au Ghana.
    Grâce à un informateur, les Services de police du Ghana (GPS) ont entrepris un sauvetage. Un trafiquant présumé a été arrêté et fait l’objet de poursuites.Après la mission de sauvetage, les garçons ont été orientés vers un centre d’accueil pour enfants victimes sous les auspices du Ministère à Accra. Ils ont reçu un soutien psychologique, passé des examens médicaux et bénéficié d’une aide à la réinsertion. L’un des garçons ayant contracté la COVID-19 a été placé en quarantaine dans le centre d’accueil du gouvernement et rentrera chez lui dès que le test sera négatif. L’OIM au Ghana rapporte qu’une bonne coordination et collaboration entre l’OIM, le Consulat ivoirien, l’Ambassade burkinabé au Ghana, le Ministère des affaires étrangères et le Ministère du genre, de l’enfance et de la protection sociale du gouvernement ghanéen ont permis le retour de ces enfants en toute sécurité. Les vols de retour - notamment l’achat des billets et de vêtements, les examens médicaux et les tests COVID-19 - ont été financés par le projet Child Protection Compact (CPC) du Bureau du Département d’Etat américain chargé de contrôler et de combattre la traite des personnes (J/TIP) et par un protocole d’accord entre le gouvernement du Ghana et l’OIM. A leur arrivée à Abidjan, les enfants ont été accueillis par leurs familles, qui avaient été retrouvées par l’OIM en Côte-d’Ivoire et les autorités nationales. Les enfants et leurs familles continueront à recevoir un soutien à la réintégration dans le cadre des activités de prévention et de protection de l’OIM.La traite des enfants reste un problème au Ghana et au-delà des frontières internationales, en particulier dans les industries de la pêche, mais aussi dans le secteur agricole. Des enfants d’âges et de nationalités différents peuvent être victimes de trafiquants.

    #Covid-19#migrant#migration#ghana#cotedivoire#sante#traite#mineur#retour#OIM#reintegration#depistage#economie

  • L’île de Bornholm, laboratoire d’une existence déconfinée au Danemark
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/03/04/au-danemark-une-ile-est-devenue-le-laboratoire-d-une-existence-deconfinee_60

    Pendant les semaines qui viennent, l’île de 40 000 habitants va faire office de laboratoire, utilisé par Copenhague pour y tester la sortie du semi-confinement, imposé depuis Noël afin d’endiguer la recrudescence des contaminations causées alors par le variant britannique du Covid-19.
    Les tatoueurs, masseurs, esthéticiens, mais aussi les écoles de conduite ont également rouvert lundi, ainsi que l’ensemble des établissements scolaires. Condition : les élèves de plus de 12 ans et leurs enseignants vont devoir se faire tester deux fois par semaine. Le reste de la population, au moins une fois. Chez le coiffeur, il faudra présenter un certificat de test négatif datant de moins de 72 heures. Le même est exigé à l’entrée et à la sortie de l’île.
    Pour permettre ce dépistage à grande échelle, huit centres de tests ont été installés à Bornholm. Les enfants et leurs professeurs se feront, eux, dépister à l’école. Joint par téléphone, le maire social-démocrate, Thomas Thors, assure que « les habitants sont prêts à se plier à ces contraintes, si cela permet de revenir plus vite à une vie presque normale ». Les bars et les restaurants restent fermés, mais la jauge pour les rassemblements a été relevée de cinq à dix personnes. Avec un taux d’incidence de 5 cas pour 100 000 habitants, Bornholm n’a pas été choisie au hasard : « Son très bas niveau de contamination et son insularité en font un endroit idéal pour étudier comment le dépistage de masse peut être utilisé pour prévenir les transmissions, et pas seulement comme un outil de management de la pandémie », explique Jens Lundgren, spécialiste des maladies infectieuses au Rigshospitalet de Copenhague.

    #Covid-19#migrant#migration#danemark#insularite#sante#circulation#depistage#tauxincidence#transmission

  • Un dépistage du Covid-19 toutes les quarante-huit heures : en Moselle, les travailleurs transfrontaliers exaspérés par une nouvelle restriction sanitaire
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/03/02/un-depistage-du-covid-19-toutes-les-48-heures-en-moselle-les-travailleurs-tr

    Deux longues tonnelles blanches sont installées sur la frontière entre la France et l’Allemagne, au bord de la route entre Stiring-Wendel (Moselle) et Sarrebruck (Sarre, Allemagne). Le soleil vient à peine de se lever et une vingtaine de voitures défilent lentement devant deux agents du Technisches Hilfswerk, le service allemand de protection civile.Le département français a été classé comme « zone où circule le variant » sud-africain par l’institut de veille sanitaire allemand, et Berlin demande désormais un test PCR ou antigénique négatif de moins de quarante-huit heures à tout Mosellan souhaitant entrer dans le pays. Près de 500 travailleurs transfrontaliers ont été les premiers, mardi 2 mars, à venir dans ce centre de dépistage façon « drive », construit en quelques jours pour absorber l’augmentation de la demande de tests.
    Pour limiter les déplacements, le tram-train et le bus reliant Sarreguemines à Sarrebruck sont aussi mis à l’arrêt : tous les trains régionaux en direction de l’agglomération allemande marquent leur terminus à Forbach, où le TGV de Paris ne s’arrête plus sur sa route vers Francfort. « Nous n’avons pas le choix, il faut faire un effort pour que cela finisse par aller mieux », considère Elisa Oinfrilo au volant de sa voiture, quelques minutes avant de connaître les résultats de son test antigénique. De nationalité allemande mais habitante de Moselle, elle a déjà pris un autre rendez-vous pour mercredi matin, histoire de se couvrir pour une semaine : son poste dans une banque allemande l’oblige à se déplacer tous les jours. L’annonce de la mesure a provoqué une course aux tests dans l’est de la Moselle, malgré les vacances scolaires et l’ouverture du centre de dépistage. Anne-Laure Weber, pharmacienne de la rue Nationale de Forbach, ne proposait pas de tests antigéniques ; elle prévoit désormais d’en faire cent par jour. Deux personnes devront être embauchées pour tenir le rythme imposé. « Le “home office”, télétravail à l’allemande, n’est pas possible pour de nombreux métiers assurés par les gens d’ici », dit-elle. Ouvriers du bâtiment et de l’industrie, employés de commerce, soignants… Environ 16 000 résidents de l’est de la Moselle se rendent chaque jour dans le Land de la Sarre.
    Christophe, 52 ans, y est peintre en bâtiment pour une société de travail intérimaire. Habitué aux contrôles inopinés de l’autre côté de la frontière – une attestation de motif impérieux est déjà obligatoire depuis le printemps 2020 –, il est exaspéré par la mesure, décidée unilatéralement par l’Allemagne, mais se rend à l’évidence : « Sans dépistage, pas de travail. »

    #Covid-19#migrant#migration#allemagne#france#moselle#UE#sante#variant#tauxincidence#depistage#frontiere#travailleurmigrant#travailleurfrontalier

  • Désarroi à la frontière entre la Moselle et l’Allemagne face aux restrictions : « J’ai l’impression de revenir des décennies en arrière »
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/03/01/restrictions-a-la-frontiere-allemande-entre-la-moselle-et-la-sarre-ce-qui-se

    La menace planait depuis deux semaines, elle a fini par se concrétiser. Dimanche 28 février, l’Allemagne a annoncé qu’elle allait restreindre les passages à sa frontière en provenance du département de la Moselle, après le classement de celui-ci comme « zone de circulation des variants » du Covid-19 par l’institut de santé publique Robert-Koch. En pratique, cela signifie qu’à partir de mardi 2 mars toute personne venant de la Moselle ne pourra pénétrer sur le territoire allemand que munie d’un test négatif – PCR ou antigénique – datant de quarante-huit heures au maximum.
    Contrairement à ce qui est le cas, depuis le 14 février, aux frontières avec le Tyrol autrichien et la République tchèque, aucun contrôle systématique ne sera cependant effectué le long des quelque 200 kilomètres qui séparent l’Allemagne de la Moselle, a assuré le gouvernement d’Angela Merkel. Une différence de traitement justifiée par le fait que les Länder concernés – la Sarre et la Rhénanie-Palatinat – ne l’ont pas demandé, à la différence de la Bavière et de la Saxe il y a deux semaines.
    Malgré cet engagement, la France regrette vivement la décision prise par l’Allemagne. « C’est une mauvaise nouvelle que nous déplorons. La vie quotidienne des frontaliers va forcément devenir plus compliquée », déclare au Monde Clément Beaune, le secrétaire d’Etat aux affaires européennes. Selon lui, toutefois, « le pire a été évité », à savoir l’installation de barrières blanc et rouge le long de la frontière, comme ce fut le cas, en mars 2020, quand le gouvernement allemand prit cette mesure du jour au lendemain et de façon unilatérale. « Cette fois, il y a eu d’intenses discussions à tous les niveaux, à la fois entre Paris et Berlin et entre les élus de chaque côté de la frontière, ce qui nous permet d’arriver à une solution certes peu satisfaisante, mais tout de même plus acceptable qu’au printemps 2020 », estime Clément Beaune. Président de la région Grand-Est, Jean Rottner (Les Républicains) est moins diplomate : « Il s’agit d’une décision rude et brutale de la part de l’Allemagne. C’est d’autant plus difficile à encaisser que le taux d’incidence en Moselle a reculé de 310 à 285 cas pour 100 000 personnes en une semaine et qu’un gros effort sur la vaccination a été fait avec l’injection de 30 000 doses de plus que ce qui était initialement prévu dans ce département », s’indigne-t-il auprès du Monde. Très en colère, il estime que « la décision du gouvernement allemand est davantage guidée par des considérations politiques que par une logique sanitaire ». En comparaison, le taux d’incidence est de 73 cas pour 100 000 personnes dans la Sarre. Sur place, c’est aussi l’amertume qui domine. « Je regrette beaucoup que Berlin ait pris cette mesure de classement [de la Moselle en « zone de circulation des variants »], qui ne laisse que peu de latitude aux Länder limitrophes pour agir avec pragmatisme », a réagi, dimanche soir, le secrétaire d’Etat aux affaires européennes du Land de Sarre, Roland Theis. Bien que membre de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) d’Angela Merkel, ce dernier condamne la décision prise par le gouvernement de la chancelière, assurant que la Sarre va « plaider auprès du gouvernement fédéral pour que l’impact de cette mesure sur la population soit limité ».
    Côté mosellan, les mots sont à peu près identiques, même si personne n’a réellement été surpris par la décision allemande, trois jours après que la France a elle-même annoncé que les personnes venant d’Allemagne en Moselle, pour d’autres raisons que professionnelles, devraient désormais être pourvues d’un test négatif datant de soixante-douze heures.
    « Je suis extrêmement déçu. Même si nous avons été en partie entendus, en obtenant des Allemands qu’ils acceptent des tests antigéniques et pas seulement des tests PCR, que ceux-ci puissent dater de quarante-huit heures et non de vingt-quatre heures comme ils l’auraient souhaité, et que la police fasse des contrôles aléatoires et non pas sur la frontière elle-même, cela représente une contrainte très forte pour les dizaines de milliers de personnes qui traversent la frontière tous les jours », confie Gilbert Schuh, président de l’eurodistrict SaarMoselle et maire de Morsbach, un petit bourg voisin de Forbach et limitrophe de l’Allemagne.
    Pour saisir la portée de ces nouvelles contraintes, il suffit de se rendre dans l’une des nombreuses entreprises dont l’activité se déploie de part et d’autre de la frontière. A l’instar de Floratec, une jardinerie-pépinière dont les bureaux se trouvent à Rehlingen-Siersburg, côté allemand, et l’entrepôt à Guerstling côté français.En mars 2020, la mise en place de barrières sur la petite route de campagne qui sépare ces deux petites communes leur avait causé un « véritable choc », confie Rafael Carentz, le patron de cette société d’une quinzaine de salariés. « Pour aller du bureau à l’entrepôt, ça prend normalement moins de trois minutes. Du jour au lendemain, c’est devenu une expédition de presque quatre heures aller-retour, tout ça parce qu’on devait faire un immense détour pour trouver un des rares points de passage qui restaient ouverts entre les deux pays.

    #Covid-19#migrant#migration#allemagne#france#moselle#sante#vaccination#depistage#prévalence#politique#UE#frontiere#circulation

  • « S’ils ne passent pas la frontière, les fraises sont flinguées » : des agriculteurs inquiets si les travailleurs étrangers ne viennent plus
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/02/26/s-ils-ne-passent-pas-la-frontiere-les-fraises-sont-flinguees-dans-le-vauclus

    Julien Bernard le dit sans ambages : « “Des bras pour ton assiette”, ça n’a servi à rien. » Pendant le premier confinement, le maraîcher installé à Uchaux (Vaucluse) a reçu cinquante candidatures en réponse à l’appel des autorités à venir aider les agriculteurs. Sept ont tenu plus d’une semaine : un coiffeur, une toiletteuse pour chien et cinq étudiants. « Les autres nous ont lâché en disant “c’est trop dur !” et ne sont jamais revenus », rapporte le benjamin de la famille, cogérant de l’exploitation avec son frère Sylvain et sa belle-sœur Carole.La préparation des champs puis les premières récoltes – asperges et fraises – n’auraient pu avoir lieu sans l’aide de 17 travailleurs tunisiens arrivés en France juste avant la fermeture des frontières, le 17 mars 2020. Le schéma se répète cette année : sous les serres couvertes de panneaux photovoltaïques, Wissem et Saber, originaires de la région de Kasserine, s’attellent déjà à la préparation des sillons avant la plantation de tomates et de concombres.
    Tous deux viennent de signer un contrat à durée indéterminée après plusieurs années passées sous le statut d’« OFII ». La procédure, menée avec l’Office français de l’immigration et de l’intégration, permet d’obtenir un visa de travail de six mois sur demande de l’employeur. Vingt-quatre saisonniers tunisiens doivent être embauchés sur ce modèle avant le mois d’avril. « S’ils ne passent pas la frontière, les fraises sont flinguées, prévient Julien Bernard. C’est autour de 600 000 euros d’investissement qui ne seront pas amortis. »Depuis la mi-décembre, plus de 500 saisonniers étrangers sont arrivés dans le département par quatre vols spécialement affrétés depuis le Maroc et la Tunisie. Une dérogation préfectorale obtenue par la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) permet de faciliter le passage aux frontières des travailleurs… tant que celles-ci demeurent ouvertes : comme pour la famille Bernard, la saison de nombreux agriculteurs du Vaucluse dépend de l’évolution des restrictions liées à l’épidémie de Covid-19.
    Le protocole sanitaire pour les saisonniers étrangers, à la charge de l’employeur, est encadré par l’agence régionale de santé : un test PCR est réalisé avant le départ, un dépistage antigénique à l’arrivée avant une période d’isolement de sept jours, puis un nouveau test PCR avant de débuter le travail sur l’exploitation. Un surcoût annuel estimé à 20 000 euros pour 24 saisonniers, selon Carole Bernard, responsable administrative de la ferme d’Uchaux. « On ne demande que ça de recruter des gens du coin, mais Covid ou pas Covid, c’est très compliqué », assure Mme Bernard. La réglementation impose la publication, pendant trois semaines, d’une annonce sur le site de Pôle emploi avant toute démarche « OFII ». Mais les candidatures sont rares ou ne « correspondent pas aux demandes », estiment plusieurs agriculteurs.
    Exigeant physiquement et situés en dehors des centres-villes, les travaux de maraîchage et de culture fruitière demandent aussi une importante rigueur sur de longues plages horaires. « La crise sanitaire a mis en avant que ces “ouvriers non qualifiés” ont, en fait, des profils et compétences spécifiques très demandées par certains agriculteurs », souligne Yannick Becker, membre du bureau de la Confédération paysanne en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le syndicat réclame de meilleures conditions de travail pour les saisonniers étrangers. La FDSEA redoute aussi une répétition de l’année 2020 : une fois les frontières fermées, de nombreux saisonniers n’avaient pu se rendre en France et les agriculteurs s’étaient tournés en urgence vers des acteurs du travail intérimaire, peu respectueux des protocoles sanitaires. Les cas de Covid-19 s’étaient multipliés dans les Bouches-du-Rhône, le Gard et le Vaucluse dans des logements de travailleurs, notamment venus d’Espagne – le recrutement depuis des pays de l’espace Schengen étant soumis à une procédure moins contrôlée par les services de l’Etat.« Que le même phénomène se reproduise, c’est toute notre crainte », abonde la présidente du syndicat majoritaire, Sophie Vache. L’organisation plaide pour un renouvellement des dérogations attribuées au Maroc, fixée jusqu’au 31 mars, et à la Tunisie. La surveillance par la direction de l’emploi et par l’inspection du travail doit aussi être renforcée dans les exploitations, malgré des moyens limités.
    Sur le plan sanitaire, les gérants d’exploitations sont engagés dans une recherche d’hébergements collectifs, qui doivent permettre une mise à l’isolement rapide si une contamination au coronavirus est détectée. « Nous n’avons pas encore de solution pour la moitié des travailleurs prévus », s’inquiète, à Uchaux, Carole Bernard. Pour l’instant, deux mobil-homes sont installés sur l’exploitation et « nous louons une maison dans le village voisin », explique Fethy Gribi, « chef d’équipe » des employés tunisiens.

    #Covid-19#migrant#migration#france#UE#tunisie#sante#economie#travailleurmigrant#travailleursaisonnier#agrciluture#depistage#mesuresanitaire

  • UN agencies begin registering asylum seekers at US-Mexico border | | UN News
    https://news.un.org/en/story/2021/02/1085642

    According to the agencies involved, an initial group could be allowed to enter the US this week, pending approval by authorities there. In a joint news release, the UN agencies said that the US and Mexican governments prioritized the Matamoros camp due to the difficult humanitarian conditions there. Other individuals with active MPP cases living outside the Matamoros camp will also be processed, they added. An estimated 25,000 applicants being processed in the US, were returned to Mexico under the policy known as the Migrant Protection Protocols (MPP). After the policy was terminated, a first group with active MPP cases entered the US on 19 February at the San Ysidro port of entry between Tijuana (Mexico) and San Diego (US).
    The UN agencies involved in the exercise – the Office of the UN High Commissioner for Refugees (UNHCR), the International Organization for Migration (IOM) and the UN Children’s Fund (UNICEF) – are conducting in-person registrations, ensuring humane treatment of children and their families, and carrying out COVID-19 tests.
    In coordination with US authorities, UNHCR launched a website on 19 February for people with active MPP cases to pre-register. About 12,000 people signed up in the first three days of operation. The website is supplemented by alternative registration channels including email, social media, and telephone. Similarly, in addition to conducting COVID-19 testing, IOM is coordinating transportation to the designated ports of entry. UNICEF is offering support for the most vulnerable child protection cases, and providing information to families and children. Similarly, partner organizations the International Committee of the Red Cross (ICRC) and the Mexican Red Cross are offering free telephone calls to allow asylum-seekers to maintain contact with their families before crossing into the US.
    The UN agencies also noted that according to the new US policy, all persons with active cases under the MPP programme will be able to enter the country to continue their immigration proceedings and lodge asylum claims.
    They clarified that the dates and points of entry to the United States for persons who have already completed registration are determined by the US government. “All individuals who qualify will be processed based upon the order determined by the US and not based on the date when they pre-register with UNHCR using the website or the hotline”, they added.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#mexique#sante#asile#politiquemigratoire#depistage#famille#vulnerabilite