• The #campus is a food desert

    Comme je réside sur le campus, je mange sur le campus. Eh bien je peux vous dire que j’en ai marre et que ça me rend malade. Pour vous dire l’ampleur de la catastrophe : on y trouve pas d’eau minérale. Et même pas d’eau du tout. Par contre, il y a tout ce qu’il faut en termes de sodas et de boissons énergisantes. J’avoue que le premier matin, j’ai trouvé ça drôle de manger un southern american petit déjeuner. Mais le deuxième matin le muffin avait du mal à passer. Le jus d’orange en poudre m’a fait pouffer. Je n’ose vous parler de la confiture que l’on trouve uniquement dans une bouteille de plastique type bouteille de ketchup. D’ailleurs j’en suis au point où je me demande si je ne vais pas utiliser du ketchup plutôt que la confiture sur mes toasts de pain de mie le matin. Avec un peu de tabasco ça peut être pas mal en fait. Je suis à bout. Heureusement que je suis dans un hôtel ultra chic. Le midi, c’est encore pire. Il n’y a pas de restaurants universitaires ni de restaurants tout court d’ailleurs. Il y #Subway, #MacDo, une version low cost de #PizzaHot, … Bref, toute la #malbouffe est au rendez-vous. Je dépéris à vue d’oeil. Et le soir on remet ça. Même problème. J’en suis malade. Et dire que les étudiant-e-s n’ont pas d’autre choix toute l’année. Je pense à la quantité d’hormones qu’ils ingurgitent. J’en perds l’appétit (c’est dire chez moi). Ce midi par contre j’ai été sauvé par un collègue paysagiste qui m’a amené manger dans un resto vietnamien pas trop loin du campus. Quel plaisir de manger du riz blanc. Et ce soir, c’est une collègue de l’administration qui m’amène manger en ville. Peut-être aurais-je même un petit verre de vin ?


    https://onpartenlouisiane.wordpress.com/2018/04/06/the-campus-is-a-food-desert
    #fac #food_desert #désert_alimentaire #alimentation #junk_food #fast-food #université

  • Aux USA, des supermarchés de produits naturels ouverts par des réfugiés revitalisent un désert alimentaire · Global Voices en Français
    https://fr.globalvoices.org/2016/12/06/204303

    Une grande partie d’Erie, une ville de Pennsylvanie, est un désert alimentaire : les gens n’y ont pas d’accès commode à des produits frais ou nutritifs. Mais dans une portion d’Erie, sur Parade Street et à proximité du côté est de la ville, des magasins gérés par des réfugiés éclosent et modifient la donne.

    (…)
    Et il en est de même dans une bonne partie de la ville. Avant l’ouverture de son magasin il y a deux ans, il y avait deux supérettes avec quelques fast-foods autour. Ce qu’ils vendaient n’était pas nutritif, dit Alex Iorio, la diététicienne du département de Santé Publique d’Erie. Elle dit que cet endroit est différent.

    “Ce magasin a des tonnes de riz complet, de farines complètes, ce genre de choses”, détaille-t-elle, “des tas de haricots et pois secs, riches en protéines. Tous ces produits sont reconnus comme bons pour la santé, et nos propriétaires de magasins aiment offrir ce type de produits car ils ont une plus longue durée de conservation”.

    La portion de Parade Street où se trouve UK Supermarket n’a plus rien d’un désert alimentaire. C’est l’un sur la vingtaine de supermarchés qui ont poussé à Erie pendant la dernière décennie, gérés par d’ex-réfugiés.

    Ma belle-sœur m’a parlé de ce phénomène croissant aux USA : le #désert_alimentaire. Dans un pays #riche, l’idée est gênante, mais c’est pourtant la réalité de millions d’américains : des #fast_food partout, des #snacks à profusion jusque dans les cours d’école, mais la nécessité de faire des kilomètres pour trouver un seul #légume frais.
    #malnutrition #obésité