#déshumanisation

  • Donatien de Rochambeau envoyait des bouledogues « manger des nègres » en #Haïti
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Donatien-Marie-Joseph_de_Rochambeau
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d0/Donatien-Marie-Joseph_de_Rochambeau.jpg

    C’est une figure de Vendôme, le chateau de sa famille est à 3 km d’ici et une grande statue sur la place centrale rappelle son rôle dans la guerre d’indépendance des États-Unis.

    Mais bizarrement le monument ne précise pas :

    Fin 1801, il est nommé second du général Charles Leclerc pour l’expédition de Saint-Domingue chargée par Napoléon Bonaparte de reconquérir l’île, dont les #esclaves se sont rebellés pour leur liberté et ont proclamé l’abolition en 1793.

    Après la mort de Leclerc atteint par la fièvre jaune, il prend le commandement de l’armée et « met en place une politique de #terreur, qui est aussi une politique du #massacre organisé » Pour réprimer la révolte, Rochambeau et son prédécesseur Leclerc avaient fait venir de Cuba des chiens (conduits par le vicomte de Noailles).

    Ces chiens chasseurs d’esclaves, parfois appelés dogues de Cuba, utilisés dans les colonies ibériques pour retrouver les esclaves en fuite, avaient été brièvement utilisés par les Anglais lors de la révolte des esclaves de la Jamaïque (1795-1796), ce qui avait suscité une vague de réprobation. Les 3 ou 400 chiens que Rochambeau fit venir à Saint-Domingue ne lui furent d’aucun secours car ils attaquèrent indifféremment tous les blessés, Français aussi bien que rebelles et il fallut s’en débarrasser. Le commandement de Rochambeau est également marqué par la #corruption et l’#incompétence. Le 18 novembre 1803, il perd la bataille de Vertières devant le général rebelle Jean-Jacques Dessalines.

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/5e/Richard_Ansdell_-_The_Hunted_Slaves_-_Google_Art_Project.jpg/2560px-Richard_Ansdell_-_The_Hunted_Slaves_-_Google_Art_Project.jpg

    Exemple d’un ordre donné par Rochambeau au sujet de cette tactique :
    « Je vous envoie, mon cher commandant, un détachement de la garde nationale du Cap, commandé par M. Bari. Il est suivi de 28 #chiens bouledogues. Ces renforts vous mettront à même de terminer entièrement vos opérations. Je ne dois pas vous laisser ignorer qu’il ne vous sera passé en compte aucune ration, ni dépense pour la nourriture de ces chiens. Vous devez leur donner des nègres à manger. Je vous salue affectueusement, — Donatien Rochambeau. »

    #Haïti #France #histoire #colonisation #chiens

    Dogue de Cuba — Wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Dogue_de_Cuba

    Après l’abolition de la traité négrière par le Congrès de Vienne en 1815, l’élevage de ce type de chiens est moins rentable, et avec le temps la race a donc fini par s’éteindre.

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9d/The_Mode_of_exterminating_the_Black_Army%2C_as_practised_by_the_French.png

    (repéré grâce à @mad_meg https://seenthis.net/messages/609967#message609968 )


  • « Amener du Comorien » : de l’emploi déshumanisant de l’article #partitif – La #pensée du #discours
    http://penseedudiscours.hypotheses.org/15200
    https://penseedudiscours.hypotheses.org/files/2017/06/3059735749_2_3_1Lg3djuS.png

    Que se passe-t-il quand le partitif détermine un nom animé humain ? eh bien, l’humain.e est présenté.e comme une substance massive non comptable, et généralement #consommable, sort le plus souvent réservé, dans l’ordre spéciste qui est encore le nôtre, aux animaux (du veau, de la volaille, des crevettes). Dire « du Comorien », c’est présenter les habitant.e.s des Comores sous l’angle de la quantité massive et continue, sans individualisation possible, sans reconnaissance du caractère unique de chaque être humain. C’est présenter les habitant.e.s des Comores, et tout particulièrement les migrant.e.s, sous la forme d’une masse indiscernable, et ça s’inscrit dans la pire mémoire discursive de la massification ségrégationniste et parfois génocidaire de l’humain. C’est une confusion dans les ordres d’existence, une marque d’humiliation et une rupture de l’égalité entre les membres de l’espèce humaine.


  • Mon #accouchement, ce #viol. | Parole de Mamans
    https://paroledemamans.com/accouchement/maternites/mon-accouchement-ce-viol
    https://staticmayane.com/paroledemamans/uploads/articles/thumbs/660x371.55555555556_art_165591-1490464280.jpg

    J’en veux au manque de respect envers les femmes, j’en veux aux accouchements qui se doivent d’être rapides, express. J’en veux au manque de bienveillance, j’en veux aux réductions de personnel, j’en veux à la #déshumanisation, à l’abandon, à l’infantilisation. Je condamne le manque de compétences médicales et humaines. Je rappelle que je suis une femme et que je suis maître de mon corps et qu’un praticien ne peut pas savoir mieux que moi ce que je ressens. Que lorsqu’une femme dit non, c’est non !

    #violence


  • Bernard Borel | Quand le bien-pensant touche à l’inhumain et à l’absurde
    http://asile.ch/2017/03/10/bernard-borel-bien-pensant-touche-a-linhumain-a-labsurde

    Laissez-moi aujourd’hui vous conter deux histoires. La première est celle d’un couple vivant dans une zone de conflit du Moyen-Orient. Le mari, qui était menacé, fuit son pays et, après l’odyssée déjà maintes fois contée ici et ailleurs, a la chance – que tous n’ont pas – de se retrouver en Europe, puis finalement en […]


  • Violences gynecologiques et obstétricales | Comme un poisson sans bicyclette
    http://www.radiorageuses.net/spip.php?article753

    Dans cette émission, nous avons profité de la tenue du festival « Ovaire et contre tout » à Forcalquier pour parler des violences gynécologiques et obstétricales. Laëtitia Négrié et Béatrice Cascales, autrices du livre « L’accouchement est politique » nous ont présenté leur travail. Puis le témoignage d’une amie ayant vécu un accouchement et des violences à l’hopital de Manosque, il y a quelques mois, a illustré leur propos. Nous avons ensuite débattu avec toutes les magnifiques intervenantes présentes autour de la table qui étaient là pour le festival. Durée : 1h06. Source : Radio Zinzine via Radiorageuses

    http://www.zinzine.domainepublic.net/emissions/CUP/2017/CUP2017-02-17-cup16violencesGyneco.mp3


  • La #médecine a un problème avec la #diversité | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/138401/la-medecine-un-probleme-avec-la-diversite
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1090x500/public/medecine.jpg

    Et quand ce n’est pas la couleur de peau qui pose problème, c’est la langue. « Face à un patient non francophone, les soignants ont la possibilité de faire appel à un service de traduction par téléphone, explique Dorothée Prud’hommes. Mais avec la course à la rentabilité imposée par les récentes réformes hospitalière, beaucoup de professionnels font le choix de s’en passer pour gagner du temps. Certains m’ont raconté comment ils étaient devenus experts en mime, même si on voit mal comment demander à une femme à quand remontent ses dernières règles juste avec les mains ».

    Et la pratique est devenue si courante qu’elle porte un nom : « entre eux, ils appellent ça la médecine vétérinaire »

    #racisme #sexisme #homophobie #pauvrophobie #transphobie #domination #hiérarchie


  • Why the language we use to talk about refugees matters so much
    –-> cet article date de juin 2015... je le remets sur seenthis car je l’ai lu plus attentivement, et du coup, je mets en évidence certains passages (et mots-clé).

    In an interview with British news station ITV on Thursday, David Cameron told viewers that the French port of Calais was safe and secure, despite a “#swarm” of migrants trying to gain access to Britain. Rival politicians soon rushed to criticize the British prime minister’s language: Even Nigel Farage, leader of the anti-immigration UKIP party, jumped in to say he was not “seeking to use language like that” (though he has in the past).
    Cameron clearly chose his words poorly. As Lisa Doyle, head of advocacy for the Refugee Council puts it, the use of the word swarm was “dehumanizing” – migrants are not insects. It was also badly timed, coming as France deployed riot police to Calais after a Sudanese man became the ninth person in less than two months to die while trying to enter the Channel Tunnel, an underground train line that runs from France to Britain.

    The way we talk about migrants in turn influences the way we deal with them, with sometimes worrying consequences.

    When considering the 60 million or so people currently displaced from their home around the world, certain words rankle experts more than others. “It makes no more sense to call someone an ’illegal migrant’ than an ’illegal person,’” Human Rights Watch’s Bill Frelick wrote last year. The repeated use of the word “boat people” to describe people using boats to migrate over the Mediterranean or across South East Asian waters presents similar issues.
    “We don’t call middle-class Europeans who take regular holidays abroad ’#EasyJet_people,’ or the super-rich of Monaco ’#yacht_people,’” Daniel Trilling, editor of the New Humanist, told me.

    How people are labelled has important implications. Whether people should be called economic migrants or asylum seekers matters a great deal in the country they arrive in, where it could affect their legal status as they try to stay in the country. It also matters in the countries where these people originated from. Eritrea, for example, has repeatedly denied that the thousands of people leaving the country are leaving because of political pressure, instead insisting that they have headed abroad in search of higher wages. Other countries make similar arguments: In May, Bangladesh Prime Minister Sheikh Hasina said that the migrants leaving her country were “fortune-seekers” and “mentally sick.” The message behind such a message was clear: It’s their fault, not ours.

    There are worries that even “migrant,” perhaps the broadest and most neutral term we have, could become politicized.

    Those living in the migrant camps near #Calais, nicknamed “the #jungle,” seem to understand this well themselves. “It’s easier to leave us living like this if you say we are bad people, not human," Adil, a 24-year-old from Sudan, told the Guardian.

    https://www.washingtonpost.com/news/worldviews/wp/2015/07/30/why-the-language-we-use-to-talk-about-refugees-matters-so-much
    #langage #vocabulaire #terminologie #mots #réfugiés #asile #migrations #essaim #invasion #afflux #déshumanisation #insectes #expatriés #expats #illégal #migrant_illégal #boat_people #migrants_économiques

    cc @sinehebdo


  • Être une non-personne - ★ Zinzin Zine : le psychologique est politique ★
    http://www.zinzinzine.net/2016/09/etre-une-non-personne.html

    Être une non-personne (1) signifie que les gens parlent en face de vous comme si vous n’étiez pas là. S’ils savent que vous les comprenez, cela signifie que vous n’êtes pas assez une personne pour que cela leur importe. Cela signifie entendre les commérages du personnel, disant des choses qu’il n’oserait pas dire en face de vraies personnes. Cela signifie entendre, à votre sujet, leurs points de vue les plus brutaux, prononcés à voix haute, devant vous, sans que la personne en face d’eux ne soit reconnue comme telle. Cela signifie entendre des informations confidentielles au sujet d’autres non-personnes.


  • Faut-il tuer ces rats que Paris ne saurait voir ? (Et qui éliminent des tonnes de déchets accumulés par les humains !)

    On s’acharne contre ceux que l’on appelle des animaux « liminaires ». Ni domestiques ni sauvages, ils vivent avec nous en ville. Mais pourquoi l’espace urbain serait-il réservé aux êtres humains ?

    Nous devons à Sue Donaldson et à Will Kymlicka, connus l’une pour ses études sur les droits des animaux, l’autre pour ses travaux sur le multiculturalisme, d’avoir remis en cause la distinction binaire entre les animaux domestiques et les animaux sauvages en définissant une troisième catégorie, celle des animaux « liminaires ». Dans Zoopolis, dont la traduction française vient de paraître aux éditions Alma, les deux philosophes observent qu’il existe « une grande variété d’espèces non domestiques qui se sont adaptées aux espaces habités par les humains », soit que ces animaux trouvent quelque avantage à vivre parmi nous (nourriture, abri, protection contre les prédateurs, etc.), soit que nous ayons occupé, encerclé ou détruit leur habitat naturel.

    Prisonniers de la distinction que nous avons établie entre les animaux domestiques et les animaux sauvages, nous considérons que les animaux sauvages doivent vivre dans la nature sauvage et traitons les animaux liminaires comme des intrus. « Comme ils ne font pas partie de notre société, nous sommes persuadés de pouvoir éliminer en toute impunité ces prétendus nuisibles par des méthodes semblables à celles du nettoyage ethnique », accusent Donaldson et Kymlicka, dans des pages où le traité de philosophie politique qu’est Zoopolis se sublime en un remarquable plaidoyer.

    Les rats ne sont d’ailleurs pas les seuls animaux à subir la violence aveugle des services municipaux ; les lapins, qui avaient fait garenne sur le terre-plein central aménagé devant le Palais des congrès de Paris, ont disparu depuis plusieurs années déjà ; leurs congénères établis à quelques centaines de mètres de là, sur le rond-point de la place du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, ont connu le même sort.

    Plus récemment est venu le tour des lapins ayant élu domicile devant la façade nord de l’Hôtel des Invalides, à quelques pas du tombeau de l’empereur.
    http://www.liberation.fr/debats/2016/12/28/faut-il-tuer-ces-rats-que-paris-ne-saurait-voir_1537886

    #spécisme #animaux #animalrights

    • La Mairie de Paris fait des efforts considérables (et louables) afin d’améliorer l’accueil des migrants humains ; elle s’emploie au contraire à refouler ou à exterminer les animaux liminaires que son territoire abrite.

      En dehors du fait que je doute de la considérabilité des efforts de la Mairie de Paris, la comparaison est pour le moins gerbante.

    • En fait @tintin je sais pas si ca serais naze, ca m’arrive de m’énérvé lorsqu’une personne (en particulier un homme) est aveugle au sexisme alors je peu comprendre que les manifestation d’aveuglement de blanc·he·s puisse exaspéré.

    • Non @tintin, je ne m’adressais à aucun de vous deux.

      Je ne me leurre pas, la remarque est générale, nos biographies respectives interviennent forcément.

      Mais je dois avouer que cela ne m’a jamais paru aussi évident qu’avec les posts de @hypathie ; ce contraste dans la qualité des envois est vraiment frappant, tantôt très fins, tantôt étonnamment grossiers.
      D’où le « c’est fou » @mad_meg

    • @kassem @tintin : Je suis antiraciste et antispéciste. Je trouve que ça marche ensemble. Désolée de ma grossièreté : en qualité de femme j’ai l’habitude -ce qui ne veut pas dire que je m’habitue- d’être animalisée dans les pubs, la rue, les magazines, pas mal de production de pop culture..., et d’être traitée en mule de l’humanité, d’où sans doute ma vision globale du problème, et je suis aussi fed up du suprémacisme humain. Précision : 80 % de bénévoles travaillant pour la peau dans toutes les associations humanitaires, incluant l’humanitaire pour les animaux, sont des femmes. Notre altruisme ne fait pas de différence entre humains et animaux. Et je suis cohérente, je ne les mange pas.

    • @hypathie, je vais encore t’embêter avec les usages de Seenthis mais ce serait bien de mettre en mode « citation » ce que tu copies-colles des sites que tu linkes. En lisant ton post je me demande ce qui est de toi, ce qui est de la tribune que tu copies, c’est important de savoir « qui parle ? » et je suis obligée d’aller voir pour avoir la réponse.

      Et histoire de ne pas t’emmerder, il y a un bouton dans la page d’accueil de Seenthis (à faire glisser dans la barre de ton logiciel de navigation) qui te fait toute la syntaxe :
      –nom de la page (qui sera aussi le nom de la page Seenthis et l’objet des messages annexes dans les BAL des participant.es),
      –URL
      –citation que tu avais sélectionnée avant de cliquer sur le bouton magique, avec les guillemets spéciaux qui font apparaître le texte différemment.
      Après tu t’arranges comme tu veux mais c’est une solution de facilité.

      Pour les citations en revanche, j’insiste. C’est @monolecte qui m’avait initiée à mon arrivée et depuis je trouve ça indispensable.

    • Et sur le fond, tu mets en avant ton expérience située de meuf pour expliquer que sans être concernée tu es a priori irréprochable sur les questions de racisme et de spécisme. C’est en effet très cohérent. Ça me fait penser à La Vie de Brian quand Brian explique que c’est à celui ou celle qui n’a jamais péché de lancer la première pierre et qu’il y en a une qui fuse, lancée par sa mère. C’est la première fois que je vois une meuf se donner un #cookie avec une telle assurance.


  • #Samantha_Grey : Lettre ouverte aux hommes : la pornographie, c’est aussi votre problème.
    http://ressourcesprostitution.wordpress.com/2016/12/12/la-pornographie-investit-dans-la-deshumanisation-c

    http://ressourcesprostitution.files.wordpress.com/2016/12/pornography-comput_2479624b.jpg J’ai été suffisamment choyée pour rencontrer plusieurs hommes ‘bons’ dans ma vie : amis, famille, amants, collègues d’études, alliés pro-féministes. Pourtant, peu importe combien ‘bons’ vous êtes et quelles sont vos habitudes de consommation pornographique (pour lesquelles je vous prie de m’épargner les détails), j’espère quand même que vous lirez cette lettre.

    Vous avez probablement remarqué que je m’oppose vivement à l’industrie de la pornographie. Peut-être en avons-nous discuté ensemble, peut-être avons-nous évité le sujet complètement. Bien qu’il ne soit pas facile pour moi de parler de pornographie avec des hommes – particulièrement avec ceux que j’aime – je vais tout de même essayer.

    La plupart de mes arguments contre la pornographie sont reliés aux impacts négatifs de celle-ci dans la vie des femmes. Ces effets vont beaucoup plus loin qu’un simple malaise devant des images pornographiques. La pornographie façonne la violence que nous vivons comme femmes dans les mains des hommes. En tant que militante contre les violences faites aux femmes, je sais que la pornographie est utilisée par les hommes pour nous attaquer. Des femmes m’ont raconté des cas d’hommes se servant de la pornographie pour préparer des jeunes filles aux actes qu’ils leur imposaient, des hommes qui contraignent leur copine/épouse à performer des actes qu’ils ont vu dans des films porno, des hommes qui utilisent la pornographie pour harceler sexuellement leurs collègues de travail, ainsi que des hommes qui demandent aux prostituées des actes de scènes vues dans la pornographie. Mais je vais laisser ces arguments de côté pour le moment pour m’attarder aux effets négatifs qu’a la pornographie sur vous les hommes.

    Version originale : http://www.feministcurrent.com/2016/08/25/letter-men-porn-not-just-womens-problem

    Samantha Grey est une des incroyables auteures invitées de Feminist Current’s ! Elle est travailleuse sociale dans une association de terrain contre les violences faites aux femmes à Vancouver, B.C, Canada.
    #violences_masculine #déshumanisation #pornographie

    • Donc ?

      Ah ah, le troll qui taguait #culture_du_viol sur un cas de violence sexuelles unanimement condamné, montrant qu’il n’avait pas compris ce qu’était ce concept, remet le couvert.

      Donc il faut suivre les liens et lire l’article pour comprendre ce dont il est question, Allez, je fais le boulot.

      Vous avez peut-être remarqué que la pornographie a eu un impact négatif sur vous [les hommes], peut-être aussi que ceci n’a jamais traversé votre esprit.

      La pornographie enlève aux gens l’opportunité de développer leurs propres préférences et comportements sexuels. Vous n’avez pas besoin de produire vos préférences, la pornographie fait le travail pour vous.

      La version pornographique de la sexualité féminine fait la promotion de notre [nous les femmes] supposé empressement à répondre à ces demandes, même lorsqu’elles nous causent des douleurs physiques, de l’humiliation et avilissement. Toutefois, cet empressement est, plus souvent qu’autrement, obtenu par la force physique ou les pressions verbales.

      Ben voilà, la pornographie promeut a minima une sexualité androcentrée (monsieur secoue son zizi dans le rien du tout de madame alors qu’elle préférerait être caressée plus longtemps ou jouer avec son clitoris) et au pire des comportements violents dans une surenchère commerciale et elle encourage la coercition en établissant des standards préjudiciables aux femmes (humiliation, douleur physique des actes, disponibilité sans prise en compte de leur désir). C’est ça, la culture du viol, c’est pas quand une nonne qui avait perdu son chat sort après 18 h et qu’elle est violée par un homme dominé, exclu et unanimement condamné à la suite des faits.

      Mais il a de la chance, le troll, parce qu’on lui explique aussi qu’il peut s’épanouir autrement qu’en faisant comme à la télé.

      Je veux que vous exprimiez votre sexualité dans toute son étendue sans l’interférence de la pornographie. Je veux que vous rejetiez et soyez libérés de cette version de la sexualité que l’on vous a prescrite.

      Et pour une fois, parce que le texte s’adresse aux hommes, j’appelle les copains @rastapopoulos @reka @fil @sombre @biggrizzly @philippe_de_jonckheere @sandburg.

    • @aude_v Très belle lettre, rien à y redire en fait.

      Une réponse plus détaillée de ma part demanderait sans doute plus de temps que je n’en dispose aujourd’hui, mais elle s’articulerait autour de cette idée que je ne tromperais personne qu’avec la pulsion scopique d’un photographe je n’ai jamais été tenté de trouver mon content dans la pornographie, en revanche en de très très rares exceptions j’y ai trouvé mon plaisir, notamment parce que ce qui me fait habituellement craquer est imprévisible, telle façon de pincer sa cigarette entre ses dents de telle amie (elle serait contente de l’apprendre), telle façon de s’endormir d’une ancienne compagne, telle geste pour remettre son soutien gorge d’une autre, telle façon qu’a une voisine de remettre ses cheveux derrière ses oreilles (elle serait contente de l’apprendre aussi !), et pourtant il me semble que toutes les femmes qui sont coiffées comme elle ont le même geste, mais à elle ce geste lui va particulièrement bien, etc... qui ne sont naturellement jamais visibles dans la pornographie ou alors dans des recoins très reculés que l’on atteint seulement à la faveur d’une reptation au travers de couloirs visqueux et poisseux.

      En revanche, oui, ce qui est décrit dans l’article, et très bien, est infiniment problématique de ces images, du viol déguisé (tellement mal déguisé d’ailleurs que pour certaines vidéos, c’est à se demander si on n’est pas en train de regarder l’équivalent d’un snuff movie) quelle en veux tu en voilà, des caractères raciaux infiniment problématiques, de la violence de l’humiliation, et finalement l’absence quasi complète de caresses, d’hésitations, de petites hontes surmontées en rougissant de part et d’autre, de maladresses et d’accidents, de surprises finalement.

      J’ai un très vague souvenir d’une chronique de radio sur Arte radio de @mona dont la conclusion était magnifique, elle prônait, plutôt que d’être sollicitée selon des normes, d’être bousculée là où elle ne s’y attendait pas (mon dieu, Mona, elle est où cette chronique ? Et est-ce que tu vois seulemet de quelle chronique je veux parler ? Est-ce qu’elle est seulement de toi ? Rassure-moi, sinon c’est abominablement scabreux de ma part.)

      @aude_v, j’espère que tu n’es pas déçue par cette réponse de « copain » (ravi d’être considéré en tant que tel, honoré même) . En revanche je ne pense pas que tu devrais beaucoup te formaliser des interventions de @francoiscarmignola1, je serais surpris du nombre de personnes ici qui les lisent (je crois qu’on appelle une telle personne un troll ).

    • Si vous avez commencé à regarder de la pornographie à un bas âge (et plusieurs études à lire ici) démontrent qu’une accablante majorité de garçons commencent à utiliser la pornographie avant 18 ans – plusieurs alors même encore enfants), vos préférences sexuelles ont été façonnées par les images avec lesquelles vous vous êtes masturbés. Alors que votre habitude progressait, il en était de même pour vos comportements sexuels. Ceci a peut-être commencé par de la ‘porno soft’ en tant qu’adolescent. Par contre, pendant que votre esprit se désensibilisait à ces formes ‘douces’ de pornographie, vous avez graduellement recherché des formes plus frontales, plus extrêmes et plus violentes.

      J’ai été confronté à la fréquentation de la pornographie par les ados au cours d’une intervention dans un collège dont le thème était l’Internet. Effectivement, les adolescent-e-s fréquentent la pornographie de plus en plus jeune. C’est la réflexion d’une gamine de 12 ans qui m’ a fait prendre la juste dimension des dégâts (bien que j’en avais l’intuition depuis un moment). La pornographie eût été, d’après elle, une façon d’apprendre « les choses de la vie ». On appréciera déjà la pudeur de l’expression pour nommer la sexualité.
      La pornographie n’influence pas que le comportement des garçons mais aussi celui des filles à qui on enjoint de se soumettre et d’endurer les pires maux pour le bon plaisir de leur partenaire masculin.

      #coercition #prostitution

    • @Philippe De Jonckheere
      Je ne pense pas être un troll, juste un déviant par rapport à votre petit milieu.
      Par exemple je considère hautement ridicule et risible de se plaindre ainsi de la pornographie et encore plus de vouloir lui substituer vos techniques masturbatoires à vous.
      Mais bon, du moment que vous ne proposez pas d’instaurer une censure générale de toute les expressions publiques et privées au nom de votre conception du monde, ça pourra aller.

    • @francoiscarmignola1 cette « déviance » d’avec la norme des positionnements politiques à Seenthis s’appelle réaction, l’attitude qui consiste à dire « donc ? » plutôt que « je ne comprends pas ce raisonnement » est tout sauf une invitation à échanger des arguments (c’est dommage, c’est une dimension cultivée ici plus que l’entre-soi) et enfin celle qui consiste à ne pas répondre quand quelqu’un vous prend enfin au sérieux pour pinailler avec un autre parce que l’échange sera plus rigolo (ou parce que c’est un mec et qu’on est misogyne) ressort de la trollitude. Tout ça nous fait un troll pas comme les autres en effet, sincère si je puis oser cet oxymore, qui ne joue pas avec les opinions pour n’en prendre aucune au sérieux. Il aurait bien envie de rejoindre la conversation mais l’endroit est un peu trop mal fréquenté alors il se réfugie dans le sarcasme. C’est dommage, pour une fois qu’on lui adressait la parole. Dans les commentaires et dans le texte en question, qui montre que la pornographie n’est pas une représentation dépolitisée de la sexualité mais donne à voir l’état des relations femmes-hommes.


  • Au Journal officiel, un fichier biométrique de 60 millions de « gens honnêtes »
    http://www.nextinpact.com/news/101945-au-journal-officiel-fichier-biometrique-60-millions-gens-honnetes
    http://cdn2.nextinpact.com/images/bd/wide-linked-media/4943.jpg

    Hier, au Journal officiel, le gouvernement a publié un décret instituant un fichier monstre commun aux passeports et aux cartes nationales d’identité. Destiné à faciliter établissement et renouvellement de ces titres, en plus de prévenir les fraudes, il va ingurgiter des centaines de millions de données puisées dans toute la population française.


  • « Les crânes de résistants algériens » n’ont rien à faire au Musée de l’homme
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/07/09/les-cranes-de-resistants-algeriens-n-ont-rien-a-faire-au-musee-de-l-homme_49

    Le 17 juillet 1849, les troupes françaises envoyées en hâte entament un siège, qui durera quatre mois. Après un premier assaut infructueux, l’état-major prend la mesure de la résistance et envoie une colonne de renfort de plus de 5 000 hommes, commandée par le général Émile Herbillon (1794-1866), commandant de la province de Constantine, suivie d’une autre, des zouaves dirigés par le colonel François Canrobert (1809-1895). Deux officiers supérieurs, plusieurs milliers d’hommes contre une localité du grand sud algérien, deux décennies après la prise d’Alger : la résistance algérienne était d’une ampleur et d’une efficacité exceptionnelles.

    Le 26 novembre, les assiégeants, exaspérés par la longueur du siège, voyant beaucoup de leurs camarades mourir (des combats et du choléra), informés du sort que les quelques Français prisonniers avaient subi (tortures, décapitations, émasculations…), s’élancent à l’assaut de la ville. Chaque maison devient un fortin, chaque terrasse un lieu d’embuscade contre les assaillants. Après d’âpres combats, au cours desquels les Français subissent de lourdes pertes, le drapeau tricolore flotte sur le point culminant de l’oasis.

    Deux ans plus tard, Charles Bourseul, un « ancien officier de l’armée d’Afrique » ayant participé à l’assaut, publiera son témoignage : « Les maisons, les terrasses sont partout envahies. Des feux de peloton couchent sur le sol tous les groupes d’Arabes que l’on rencontre. Tout ce qui reste debout dans ces groupes tombe immédiatement sous la baïonnette. Ce qui n’est pas atteint par le feu périt par le fer. Pas un seul des défenseurs de Zaâtcha ne cherche son salut dans la fuite, pas un seul n’implore la pitié du vainqueur, tous succombent les armes à la main, en vendant chèrement leur vie, et leurs bras ne cessent de combattre que lorsque la mort les a rendus immobiles. ». Il s’agissait là des combattants.
    Destruction méthodique

    Or, l’oasis abritait aussi des femmes, des vieillards, des enfants, des adolescents. La destruction de la ville fut totale, méthodique. Les maisons encore debout furent minées, toute la végétation arrachée. Les « indigènes » qui n’étaient pas ensevelis furent passés au fil de la baïonnette.

    Dans son livre La Guerre et le gouvernement de l’Algérie, le journaliste Louis de Baudicour racontera en 1853 avoir vu les zouaves « se précipiter avec fureur sur les malheureuses créatures qui n’avaient pu fuir », puis s’acharner : « Ici un soldat amputait, en plaisantant, le sein d’une pauvre femme qui demandait comme une grâce d’être achevée, et expirait quelques instants après dans les souffrances ; là, un autre soldat prenait par les jambes un petit enfant et lui brisait la cervelle contre une muraille ; ailleurs, c’étaient d’autres scènes qu’un être dégradé peut seul comprendre et qu’une bouche honnête ne peut raconter. Des procédés aussi barbares n’étaient pas nécessaires, et il est très fâcheux que nos officiers ne soient pas plus maîtres en expédition de leurs troupes d’élite, qu’un chasseur ne l’est d’une meute de chiens courants quand elle arrive avant lui sur sa proie. »

    D’après les estimations les plus basses, il y eut ce jour-là huit cents Algériens massacrés. Tous les habitants tués ? Non. Le général Herbillon se crut obligé de fournir cette précision : « Un aveugle et quelques femmes furent seuls épargnés ». Le pire est que la presse française d’alors reprit ce rapport cynique.

    Il y eut trois autres « épargnés »… provisoirement. Les Français voulurent capturer vivant – dans le but de faire un exemple – le chef de la résistance, le cheikh Bouziane. Au terme des combats, il fut fait prisonnier. Son fils, âgé de quinze ans, l’accompagna, ainsi que Si-Moussa, présenté comme un marabout. Que faire d’eux ? Ces « sauvages » n’eurent pas droit aux honneurs dus aux combattants.

    Le général Herbillon ordonna qu’ils soient fusillés sur place, puis décapités. Leurs têtes, au bout de piques, furent emmenées jusqu’à Biskra et exposées sur la place du marché, afin d’augmenter l’effroi de la population. Un observateur, le docteur Ferdinand Quesnoy, qui accompagnait la colonne, dessina cette macabre mise en scène qu’il publia en 1888 dans un livre, témoignage promis à un certain avenir…

    Que devinrent les têtes détachées des corps des combattants algériens ? Qui a eu l’idée de les conserver, pratique alors courante ? Où le furent-elles et dans quelles conditions ? Quand a eu lieu leur sordide transfert en « métropole » ? Cela reste à établir, même si certaines sources indiquent la date de 1874, d’autres la décennie 1880. Il semble certaines d’elles aient été d’abord exposées à la Société d’anthropologie de Paris, puis transférées au Musée de l’homme. Elles y sont encore aujourd’hui.

    Soutenir les appels de citoyens algériens à rapatrier ces dépouilles dans leur pays, pour leur donner une sépulture digne comme cela fut fait pour les rebelles maori ou les résistants kanak Ataï et ses compagnons (en 2014), ne revient aucunement pour nous à céder à un quelconque tropisme de « repentance » ou d’une supposée « guerre des mémoires », ce qui n’aurait strictement aucun sens. Il s’agit seulement de contribuer à sortir de l’oubli l’une des pages sombres de l’histoire de France, celles dont l’effacement participe aujourd’hui aux dérives xénophobes qui gangrènent la société française.

    #colonialisme #racisme #massacre #histoire #crane #trophée #restitution #déshumanisation

    • Sur les têtes maoris « toï moko » :
      La France restitue vingt têtes maoris à la Nouvelle-Zélande
      http://www.20minutes.fr/planete/865136-20120123-france-restitue-vingt-tetes-maoris-nouvelle-zelande

      500 autres têtes restent en Europe

      Les « toï moko » arriveront au musée Te Papa (« notre lieu » en maori) de Wellington le 26 janvier, où une grande cérémonie sera organisée en présence du roi Tuheitia Paki pour célébrer leur retour au pays. Grâce aux archives historiques, l’abondante tradition orale maorie et les experts en tatouages, qui ont chacun leur signification et retracent l’histoire personnelle unique de leur porteur, Te Papa tentera de retrouver la communauté d’origine des ancêtres rapatriés. Les têtes étant sacrées, aucun test ADN n’est prévu dans l’immédiat pour identifier leur famille. Selon Te Papa, quelque 200 « toï moko » ont été restituées par quatorze pays mais on estime que plus de 500 autres attendent encore leur retour dans diverses institutions européennes.

      #maoris

    • Quelques explications sur la pratique des têtes trophées
      http://www.archeo-gallay.ch/7a_Lectures9.html
      Le texte donne de nombreux exemples mais je colle seulement la partie sur les Maoris

      2.2. Polynésie (Maoris, Samoa, Mariannes, Marquises, Nouvelle Géorgie)

      Type d’engagement guerrier. Raids, sièges de courte durée, batailles rangées (Maoris).

      Partis engagés. Tribus dirigées par des chefs indépendants au sein de la même ère linguistique (Maoris).

      Idéologie. Décapiter les adversaires permettait d’empêcher les ennemis de devenir des ancêtres bienveillants et de générer des esprits malfaisants (Salomons). Le but avoué est l’acquisition d’une fertilité supérieure, pour celui qui s’est rendu maître d’une tête, et pour son clan (Mariannes, Marquises, Nouvelle Géorgie).

      Traitement. Traitement important (ennemis avec bouche close, amis avec dents apparentes) (Maoris).

      Valorisation. Valorisation importante des têtes ennemies et des têtes de ses propres guerriers morts au combat (Maoris). Les guerriers rivalisaient pour apporter le plus de têtes au roi (Samoa). Les crânes ornaient les poteaux d’accostage et recouvraient les toits des hangars à canoës (Salomons).

      Appropriation. Pas d’information.

    • Infos supplémentaires sur le Siège de Zaatcha - qu’on devrais plutot appeler « Le massacre de Zaatacha » vu que les français n’ont laisser aucun·e survivant·e.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Si%C3%A8ge_de_Zaatcha

      Les Cheikh Bouziane, Moussa et Lahcène, capturés par les zouaves du commandant Lavarande, sont exécutés sur ordre du général Herbillon et leurs têtes exposées sur la place du marché à Biskra3, afin de faire taire la rumeur de leur invulnérabilité et faire cesser la rébellion dans la région.

      Ici un article qui donne plus d’information sur les révoltes en Algérie et Bû Ziyân :
      La Révolte de Bû Ziyân en Algérie, 1849
      Julia Clancy-Smith
      https://remmm.revues.org/255

      Dès le 26 novembre, la fin était imminente ; chaque camp savait à quoi s’attendre. Les tirs d’artillerie ininterrompus ouvraient des brèches béantes dans les murs de Za’atsha et des soldats envahirent bientôt les allées étroites, jonchées de débris, et les sentiers des jardins. Bû Ziyân rassembla ses partisans dans la mosquée de la ville. Après avoir mené la prière, il ordonna aux quelques survivants de se battre jusqu’à la mort. Plus tard dans la journée, les troupes françaises cernèrent la résidence abandonnée du qa’id à la solde des Européens, où le mahdi et sa famille - deux jeunes fils, une fille, sa femme et sa mère - se trouvaient piégés. Le mahdi sortit de la maison en brandissant une carabine. « Je suis Bû Ziyân », déclara-t-il calmement aux officiers tandis qu’il s’agenouillait pour prier. Après avoir forcé le prophète rebelle à assister au massacre de sa famille, on le plaça contre un mur et on le mit en joue. « Vous avez été les plus forts ; seul Dieu est grand, puisse sa volonté s’accomplir » dit-il encore23. Des coups de feu retentirent et le héros de Za’atsha s’effondra. La tête de Bû Ziyân fut offerte comme trophée au général Herbillon, qui l’exposa à la porte du village afin que tous puissent la voir. Pendant le reste de la journée, seul pouvait être entendu le bruit des détonations tandis que les soldats faisaient sauter les caches de poudre sous les maisons encore debout (Bocher, 1851 ; Julien, 1979).

      On en parle ici aussi : Cheikh Bouziane , Cherif Boubaghla Zaatcha et les Oubliés du 5 juillet
      http://dzactiviste.info/cheikh-bouziane-cherif-boubaghla-zaatcha-les-oublies-du-5-juillet
      http://dzactiviste.info/wp-content/uploads/2012/07/zaatcha.jpg


  • DHS describes the ‘border calculus’

    The testimony from last week’s hearing on the Secure Border Initiative, which I mentioned in this recent post, is now online on the House Homeland Security Committee website. Looking through the prepared remarks, I found a very interesting chart in the testimony by DHS officials Greg Giddens and Deborah Spero that conceptualizes the DHS strategy for border security in a way that I’ve seen discussed but never illustrated (click picture to enlarge):

    http://www.hlswatch.com/sitepics/bordercalculus.jpg
    http://www.hlswatch.com/2006/11/20/dhs-describes-the-border-calculus
    #border_calculus #frontières #complexité #ligne #USA #Etats-Unis #visual_complexity (a suggéré @reka) #fragmentation #complexité

    C’est Victoria Hattam qui nous a montré cela à la conférence #BorderWalls à Montréal

    Victoria Hattam a intégré cela dans une conférence qu’elle appelle « Fragmented by design »


  • Le Courrier | Le renvoi « précipité » d’une famille afghane choque
    http://asile.ch/2016/06/01/courrier-renvoi-precipite-dune-famille-afghane-choque

    Mercredi matin de la semaine passée, la famille A., originaire d’Afghanistan, est réveillée par la police, chargée de la renvoyer en Allemagne. Habitant au foyer des Tilleuls près de l’aéroport, ces réfugiés ont été expulsés en vertu des accords Dublin dans le premier pays européen où ils ont été enregistrés.


  • Les tumultes de la chair, si violents soient-ils, ne peuvent pas l’emporter dans l’âme sur une pensée, s’ils sont seuls. Mais leur victoire est facile s’ils communiquent leur puissance persuasive à une autre pensée, si mauvaise soit-elle. C’est ce point qui est important. Aucune pensée n’est de qualité trop médiocre pour cette fonction d’alliée de la chair. Mais il faut à la chair de la pensée pour alliée.
    C’est pourquoi, alors qu’en temps ordinaire les gens, même cultivés, vivent, sans aucun malaise, avec les plus énormes contradictions intérieures, dans les moments de crise suprême, la moindre faille dans le système intérieur acquiert la même importance que si le philosophe le plus lucide se tenait quelque part, malicieusement prêt à en profiter ; et il en est ainsi chez tout homme, si ignorant soit-il.
    Dans les moments suprêmes, qui ne sont pas nécessairement ceux du plus grand danger, mais ceux où l’homme se trouve, devant le tumulte des entrailles, du sang et de la chair, seul et sans stimulants extérieurs, ceux dont la vie intérieure procède tout entière d’une même idée sont les seuls qui résistent. C’est pourquoi les systèmes totalitaires forment des hommes à toute épreuve.

    http://classiques.uqac.ca/classiques/weil_simone/enracinement/weil_Enracinement.pdf
    #totalitarisme #terrorisme #violence #déshumanisation

    • Aujourd’hui il n’y a guère que l’adhésion sans réserves à un système totalitaire brun, rouge ou autre, qui puisse donner, pour ainsi dire, une illusion solide d’unité intérieure. C’est pourquoi elle constitue une tentation si forte pour tant d’âmes en désarroi.


  • #pouvoir #oppression #normalisation

    la discipline essaie de faire en sorte que l’évènement [exemple de la disette] ne se produise pas ; le contrôle, au contraire, laisse arriver l’évènement : on ne peut pas empêcher l’évènement de se produire mais on peut faire en sorte qu’il ne veuille rien dire , qu’il ne soit pas significatif , qu’il ne soit plus un évènement. On y parvient en abordant les choses d’un point de vue statistique : car alors, loin d’ébranler l’ordinaire, l’évènement est l’ordinaire par excellence, intégralement soumis à des lois. On fait donc en sorte que, s’il y a bien évènement, cet évènement n’arrive au fond à personne, sinon à ce « on » qui n’est qu’un personnage statistique.

    LAGANDRÉ, Cédric, La société intégrale , éditions Climats, 2008 [p.72] (Un livre passionnant sur l’État de contrôle.)

    → Un évènement est normalisé lorsqu’on le voit du point de vue statistique. Un propos applicable à beaucoup de choses : disette, crise, meurtres à grande échelle (guerres, abattoirs...)

    • « Les huées populaires avaient de nouveau accompagné Marigny, sur son trajet de retour de Vincennes au Temple où, cette fois, les fers aux pieds, il s’était vu enfermer dans le même cachot qui avait servi pour Jacques de Molay. Sa chaîne avait été rivée au même anneau où l’on rivait naguère la chaîne du grand-maître, et le salpêtre portait encore les marques faites par le vieux chevalier pour compter l’écoulement des jours.
      « Sept ans ! Nous l’avons condamné à passer ici sept ans, pour ensuite l’envoyer brûler. Et moi qui ne suis emprisonné que depuis une semaine, je comprends déjà tout ce qu’il a souffert. »
      Le personnage d’État, des hauteurs où s’exerce son pouvoir, protégé par tout l’appareil des tribunaux, de la police et des armées, ne voit pas l’homme dans le condamné qu’il livre à la prison ou à la mort ; il réduit une opposition. Marigny se souvenait du malaise qu’il avait éprouvé tandis que les Templiers grillaient sur l’île aux Juifs, en comprenant qu’il ne s’agissait plus alors d’abstraites puissances hostiles, mais d’êtres de chair, de semblables. Un bref moment, cette nuit-là, et se reprochant ce mouvement d’âme comme une faiblesse, il s’était senti solidaire des suppliciés. Il se retrouvait tel, au fond de son cachot. « Vraiment, nous avons tous été maudits pour ce que nous avons fait là. »

      Maurice Druon, Les Rois Maudits, 1955 (vol. 2 “La Reine étranglée” - année 1315).
      https://archive.org/details/LesRoisMauditsMauriceDruon


      Cet extrait me semble en parfaite résonance avec ton propos, même si le moyen d’“abstraire” la souffrance de l’autre est ici le politique et non le chiffre.

    • Merci !
      Oui ça reste dans l’idée de déshumaniser un groupe de personnes, pour leur faire subir ce que l’on veut sans soucis de conscience : ce ne sont plus des individus, c’est un groupe nuisible à notre État... « une puissance hostile ».

      solidaire des suppliciés

      j’aime vraiment cette expression


  • Pétition | Pour que les autorités genevoises et suisses n’expulsent pas Amanuel G.
    http://asile.ch/2016/02/05/petition-pour-que-les-autorites-genevoises-et-suisses-nexpulsent-pas-amanuel-g

    http://asile.ch/wp/wp-content/uploads/2016/02/PetitionAmanuel.jpg

    Amanuel G. et son épouse ont été reconnus réfugiés en raison des persécutions qu’ils ont subies en Erythrée. Ils vivent ensemble avec leurs deux enfants en Suisse depuis l’été 2014. Madame est enceinte de leur troisième enfant.


  • Il fallait auparavant les loger, il faut désormais les stocker
    http://chroniques-architecture.com/il-fallait-auparavant-les-loger-il-faut-desormais-les-stock

    Les mots ont un sens. A l’heure où l’Etat au prétexte d’humanité crée de toute pièce un camp « sécuritaire » de #containers à #Calais, il serait bon peut-être de rappeler qu’un container – un conteneur en français – est un caisson métallique conçu pour le transport des marchandises. Le point alors que l’Etat a débuté le 18 janvier le défrichement de la jungle de Calais…

    @chezsoi


  • Frontières / 4. Autour de #Laetitia_Tura

    Depuis une dizaine d’années, la photographe Laetitia Tura mène un projet photographique et audiovisuel autour de la mise en scène des frontières, l’invisibilité et la mémoire des parcours migratoires.

    En présence de l’artiste et de Michel Lussault.

    Projection-débat avec #Michel_Lussault, géographe, président du Conseil supérieur des programmes, directeur de l’Institut français de l’éducation (Lyon), professeur des universités à l’École Normale Supérieure de Lyon et #Chowra_Makaremi, docteure en anthropologie, chargée de recherche au CNRS.

    Laetitia Tura présente notamment trois séries de photographies

    « Linewatch », consacré au dispositif frontalier entre le Mexique et les États-Unis (2004-2006), où elle s’interroge sur la mise en scène de la frontière.
    « Je ne suis pas mort, je suis là », travail consacré à la frontière Maroc / Melilla, où elle s’intéresse à la mise à l’écart et la disparition de migrants (2007-2012).
    « Ils me laissent l’exil », série réalisée autour de la Retirada des Républicains Espagnols en 1939, où elle pose la question de la mémoire de cet exode.

    Laetitia Tura appartient au collectif photographique « Le bar Floréal ».

    http://www.dailymotion.com/video/x2v2gnn

    #spectacle #mise_en_scène #visibilité #invisibilité #lumière #ombre #photographie #murs #barrières_frontalières #frontières #San_Diego #Tijuana #Mexique #USA #Etats-Unis #dispositif_frontalier #traces #Maroc #Melilla #Espagne #blocage #zone_de_transit #disparition #mourir_aux_frontières #mise_à_l'écart #campement #tranquilo #mort #corps #fosse_commune #Tunisie #tombe #cimetière #dueil #Mauritanie #déshumanisation #monument #migrations #asile #réfugiés
    #guerre_d'Espagne #guerre_civile_espagnole #camp_d'internement #franquisme #Retirada #mémoire #loi_de_mémoire_historique #Espagne #déni

    Quelques extraits qui me semblent particulièrement intéressants dans ce débat fort passionnant....

    Michel Lussault : « Autant la frontière se voit, autant le passage se masque. La #traque en revanche se documente, se montre. (...) Le mur est partout, le passage nulle part » (minute 31’00)

    Michel Lussault : « Le spectacle de la puissance que la frontière montre est toujours hanté par le spectre de l’impuissance. Et ce fantôme est le migrant »

    Chowra Makaremi : Il faut parler de « drames du contrôle migratoire » et non pas de « drames de la migration »

    Chowra Makaremi : « L’humanitaire est devenu une façon de regarder le monde, donc la mort est devenue une limite : la mort est devenue une limite : on ne peut pas supporter que des gens meurent, c’est publiquement insupportable. Et le sécuritaire aussi est devenu une façon de regarder le monde : on ne peut pas accepter que nos frontières s’ouvrent. On ne peut ni supporter de les voir mourir, ni supporter qu’ils circulent. Les frontières sont une ligne de #front politique, parce qu’il y a le risque de mourir, mais ’on le prend quand même’. L’enjeu est donc entre la vie et la mort, ce qui ramène à un enjeu révolutionnaire : risquer sa vie pour avoir une vie meilleure. C’est éminemment politique. C’est très rare que dans nos démocraties qu’on arrive sur des lignes de front pareil. La migration est une ligne de front de ce genre-là ».

    La question du #monument aux morts aux frontières... 1’’19’00
    Laetitia Tura fait un parallèle entre un éventuel monument aux morts aux frontières et l’Arc de Triomphe pour le #soldat_inconnu et elle dit : « On en est pas là, puisque la guerre, cette guerre qui n’est pas dite, a encore lieu. Personne, à part quelques rares individus dans des endroits donnés, par leur propre initiative, n’est en mesure de porter et de faire cet acte symbolique du monument »

    La question de la guerre d’Espagne débute à 1’’22’00 —> « Ils me laissent l’exil »

    (merci à @odilon de m’avoir signalé la vidéo)

    @albertocampiphoto @marty @daphne : je vous conseille de le voir...


  • Rupture du contrat social, déchéance de nationalité et banalisation de l’absence de lien.
    Relevé sur twitter https://twitter.com/feeskellepeut/status/681562831871995904

    Un jour j’aimerais que les gens comprennent : un groupe social, on s’en fout que les membres soient humains animaux jeunes ou vieux c’est pas le souci, ça ne marche QUE sur 1 règle de conduite : on n’abandonne PERSONNE. Ni riche ni pauvre ni malade ni mort ni vif. Il n’y a aucune autre règle. On se dit couple famille groupe troupeau ce qu’on veut la règle est la même : on n’abandonne JAMAIS personne pour aucune raison que ce soit.
    C’est cette règle unique qui garantit la #sécurité de tous, qui fait toute la valeur du concept de #COMMUN. Vous la trahissez, vous tuez tout.
    Même si c’est sans espoir. Même si la rationalité s’y oppose. Cette règle est la seule elle est tout l’enjeu c’est par elle que nous tenons. Sans elle nous n’avons plus aucune raison d’évoluer autrement que solo. Sans cette règle du non abandon nous n’avons rien à gagner.

    La #déchéance de #nationalité ’est pareil. C’est abandonner des membres du groupe social. Nous nous sommes engagés ensemble. Certains tournent mal certains agissent contre le groupe d’autres perdent leurs capacités financières ou perdent leurs jambes PEU IMPORTE. Quand on a décidé de faire groupe social on a accepté ces divers aléas si cruels soient ils. C’était au contrat.
    On s’est toujours réservé le droit de punir ceux qui nuisaient au groupe. Mais JAMAIS il n’a été question de les exclure. CONTRAT SOCIAL.
    Quand on rompt le #contrat_social il faut savoir ce qu’on fait. L’exclusion du groupe c’est quelque chose que même un gnou vit très mal. Même chez l’animal le plus basique il y a des conséquences sur tout le groupe. Sachez bien ce que vous faites et assumez le.
    Alors oui un groupe social c’est contraignant. Tout le monde dans le groupe est pas bien portant valide économiquement rentable et gentil. Un groupe social peut même, ô drame, comporter des cons. Des bien gros gratinés cons. En effet. mas hey : ÇAY LE CONTRAT.
    Tacrukoi ? Même chez les vaches il arrive qu’un veau à 3 pattes naisse et ce qui nous différencie des animaux c’est justement que nous on s’est engagés EN CONSCIENCE et tous ensemble à ne pas le laisser crever. À partir du moment où on décide de laisser de côté un membre du groupe social y’a aucun alibi qui tienne c’est le retour à l’#animalité. Faudra pas venir chialer que y’a des « barbares ». La #barbarie est la fille de l’exclusion. (et non l’inverse)

    C’est pas drôle, jusqu’ici on avait tenté de parfaire le contrat social. C’était déjà pas top mais on avait à coeur de l’améliorer maintenant c’est un peu comme dans le roi lion quand y’a les hyènes, on veut le casser, le contrat.
    Sauf que c’est partir du principe que toute hyène en restera une jusqu’à la fin de ses jours et ça c’est pas gagné, kamême. Enfin jdis ça jte souhaite pas de mal mais t’es pas à l’abri de te péter une patte, quoi. Et là le contrat social quand il te dira vtff...

    [...]

    Tiens parlons de l’influence des #séries télé sur le contrat social. Je suis pas en mode complotiste je dis pas que c’est fait exprès, MAIS : on peut te faire une série avec un personnage principal A et un secondaire B à un moment B disparaît pour x raison (en général mise en couple ou changement de taf ou déménagement) et ensuite on te chie une AUTRE SERIE où B est le personnage principal et pour la lancer on fait ce qu’on appelle un épisode crossover où les intrigues de A et B se recoupent et ils se recroisent le temps d’un épisode commun. Ils se recroissent SANS AUCUN vieux compte à régler aucune rancoeur que dalle. Et tout du long l’ironie règne en maîtresse absolue.
    Après quoi ils se reséparent, B étant lancé et A toujours sur son aura initiale. Néanmoins JAMAIS ils ne reparlent de leur relation passée jamais ils n’envisagent une quelconque poursuite de relation au delà de l’épisode crosover, rien. C’est comme si ils étaient accessoires l’un et l’autre, purement utilitaires dans l’histoire (intrigue) de l’un ou l’autre, sans aucun lien ni aucun impact. Ce ne sont plus des personnages au sens de gens, ce sont des objets purs et simples l’un pour l’autre, ces épisodes crossover sont très parlants de ce point de vue : ils se recroisent mais personne n’est rien pour personne et il n’y aura aucune suite. Dans un épisode crossover tu n’as plus que 2 utilités dans l’intrigue de l’un et l’autre, plus rien d’humain, d’affectif, que dalle. Ensuite chacun repart faire sa vie (sa série) de son côté comme si de rien, musiques de fond et rires enregistrés inclus. (sans parler des réactions émotionnelles préenregistrées. un drame, ce truc. ça te fait penser que si tu ris pas t’es pas normal. c’est pas que c’est pas drôle, cette possibilité est exclue, juste t’es pas normal. tu ris pas. c’est dramatique vu les « ressorts comiques »). c’est...immonde ?
    Le crossover c’est ce truc qui pose les rapports utilitaires bruts sans que ça dérange personne alors que c’est juste inhumain, quoi..
    Je dis pas que c’est fait exprès je dis néanmoins qu’il y a #habituation et que ce n’est PAS correct du point de vue du contrat social.
    Toute la culture #tv est imprégnée de la rupture de contrat social , de personnages secondaires féminins qui se font baiser/jeter ou de ce fameux personnage secondaire noir qu’on connaît tous qui MEURT avant la fin du film. Je dis pas qui est l’oeuf ou la poule je constate juste que ça contribue à établir la rupture de contrat social, l’#utilitarisme, comme NORME. après plus de 30 ans de cette NORME répandue partout comme la peste noire qui peut s’étonner de lire « déchéance de nationalité » ?
    Vous les avez élevés dedans vous avez cru quoi ? qu’ils allaient inventer un truc opposé qui ne va pas de soi et demande des efforts ?

    également #réciprocité #sexisme #racisme #déshumanisation #narcissisme #psychopathe


  • Rencontre avec une responsable d’une agence France Télécom, par La parole au travail (#Radio_Grenouille) : un sacré témoignage sur la #déshumanisation conséquente au #libéralisme...
    http://www.radiogrenouille.com/programmes-radio/grille/la-parole-au-travail-rencontre-avec-une-responsable-dune-agence-fra

    Nous rencontrons dans cette émission de la parole au travail la responsable d’une agence de téléphonie mobile, d’une ancienne grande entreprise publique, de #France_Télécom.

    Contrairement aux autres émissions de notre série, cette responsable n’est plus en activité. Elle a exercé sa fonction au cœur des années 2000. Au cœur de l’explosion de la téléphonie mobile. Elle a changé de métier depuis.

    Ce qu’elle nous dit de son métier ne peut sans doute l’être que parce qu’elle l’a quitté. D’abord parce qu’il est difficile, et le mot est faible, pour les salariés de grands groupes privés de partager leur activité pour la mettre en discussion. Ensuite parce que cette responsable d’agence a eu plusieurs rapports à son #travail. Elle n’en sort par comme elle y est entrée. Il fallait peut-être qu’elle termine son histoire avec ce métier pour nous la livrer.

    C’est donc son histoire qu’elle nous raconte. Celle de sa transformation. Celle de ses choix.

    Écoutons ensemble comment cet ancien service public a cherché à équiper la France entière de #téléphones mobiles, s’armant pour cela d’une force de vente à l’efficacité commissionnée. Écoutons comment certains salariés ont progressivement décidé que cette transformation ne se ferait pas avec eux.

    http://media.radiogrenouille.com/2015_11_06_la-parole-au-travail_france-telecom-web.mp3

    #Orange #audio #radio #libéralisme


  • The ‘Hezbollah stronghold’ : Dehumanising Dahiyeh
    http://www.middleeasteye.net/columns/hezbollah-stronghold-version-five-million-and-two-132502269

    Imagine, for one moment, that on 11 September 2001, you turned on your television set to find the following news headlines: “Headquarters of murderous American war machine hit by attacks”; “Epicentre of US financial exploitation rocked by blasts”; “Many deaths as planes hit belligerent global hegemon".

    #déshumanisation


  • Thirteen women came forward to accuse former police officer Daniel Holtzclaw of misconduct. Why aren’t more people outraged?
    http://www.cosmopolitan.com/politics/a49050/daniel-holtzclaw-trial-oklahoma

    His victims reportedly ranged in age from 17 to late 50s, but the unifying thread of his accusers is #race. Holtzclaw targeted African-American women.

    [...]

    Despite the horrific nature of the allegations, and increased national attention and debate about issues of racially motivated police misconduct, the investigation of and subsequent trial for Holtzclaw remains largely under- and unreported in many major news outlets. In a historical moment in which campaigns to end sexual violence and to address racism at all levels of the criminal justice system thrive, a case involving an alleged serial rapist of black women has garnered far too little national outrage. Holtzclaw, a man accused of heinous crimes of sexual violation against both an underage girl and a grandmother, is not a household name.

    #viol #Etats-Unis #déshumanisation


  • Un SDF transformé en hotspot Wi-Fi - Business - Numerama
    http://www.numerama.com/business/129008-un-sdf-transforme-en-hotspot-wi-fi.html

    http://www.numerama.com/content/uploads/2015/11/Wifi4life-capture.jpg

    À la fin de l’été dernier, une association de République Tchèque baptisée WiFi4Life avait présenté une campagne de levée de fonds sur IndieGoGo, pour un projet des plus particuliers . L’objet : venir en aide aux SDF qui acceptent de porter sur eux des routeurs Wi-Fi utiles aux habitants et aux touristes. Dit autrement, aider les pauvres qui acceptent de servir les besoins des riches, dans un mélange étrange d’accompagnement à l’ascension sociale… et d’exploitation sociale.

    « S’ils prouvent qu’ils peuvent respecter des horaires, se réveiller, rester sobres, et travailler 8 heures par jour, notre projet leur fournira la valeur d’une recommandation pour leur employeur potentiel », expliquait la vidéo de présentation du projet.

    https://www.youtube.com/watch?v=aVpHcodPcpM

    Alors que la levée de fonds visait à fournir des routeurs Wi-Fi à six SDF pendant une période initiale de 2 mois, c’est finalement un seul sans-abri que WiFi4Life a pu équiper. En échange, celui-ci reçoit de la nourriture, de la boisson (sans alcool), un toit, des vêtements, et 5 euros d’argent de poche. « Il reçoit aussi de l’argent de la part des gens qui utilisent son Wi-Fi », tient à préciser Lubos Bolececk. Même si l’accès est gratuit, les pourboires sont bienvenus.

    Pour fournir un accès Wi-Fi aux passants, le sans-abri qui se signale par un t-shirt Wifi4Life est équipé d’un routeur 3G TP-LINK, qui a une autonomie de 6 heures. L’appareil émet à environ 20 mètres de distance, et peut accepter jusqu’à 10 connexions simultanées, avec un débit de 1 Mbps. Par ailleurs, l’homme est doté d’une station de recharge USB qu’il peut utiliser pour recharger son routeur, ou pour offrir des services de recharge de téléphones mobiles aux personnes qui viennent le voir.

    #Gorafiencoreplagié #SDF #Wi-Fi


  • Travail reproductif et oppression des mères isolées (suite)
    Relevé sur twitter : https://twitter.com/feeskellepeut/status/655732240207519744 et suivants

    la notion de #travail_reproductif n’aura pas percé à temps il faudra inventer un autre concept, c’est tout.
    « travail d’humain » ce serait pas mal. ou « travail de la vie ». un truc comme ça qui définira l’ensemble de ce qui n’est pas pour le moment
    considéré comme une dépense ni de ressources ni d’#argent ni d’énergie alors que justement ce n’est que ça.
    ce qu’on appelait #sécurité_sociale c’était juste la prise en charge collective de ce monceau de travail et de coûts mais bon.
    c’était déjà pas à la hauteur en plus. on avait inventé les #allocations_familiales par exemple pour aider à assumer le coût de la #reproduction
    je sais pas si t’imagines le coût REEL d’un gamin mais les allocs c’est JUSTE 125 euros par mois à partir du deuxième, quoi.
    on n’a même pas eu le temps de dire que c’était pas assez que déjà faut entendre qu’on fait les gamins POUR cette aumône --
    on n’a pas eu le temps de dire que l’#apl était trop basse pour soutenir l’accès au #logement des plus pauvres que déjà on la perd O.O
    et qui a servi de cible à toute cette merde intellectuelle qui à terme brise le peu de #solidarité qu’on avait réussi à établir ?
    les divorcées. les #mères célibataires. ces traîtresses à l’ordre du capital et du nom du père.
    c’est pas nouveau ça fait des siècles que tout le monde cogne sur les « enfants illégitimes » et leurs génitrices « impures »
    ça a toujours été comme ça. les filles mères. les veuves, un peu moins mal vues mais tout autant dans la merde. les divorcées.
    on nous a toujours reproché la même chose : nos enfants. demande à un raciste il te dira pareil sur les étrangers. « ils font trop d’enfants »
    ça a toujours été LE point care où il y avait une lacune et où on attaquait non pas sur des solutions mais sur des culpabilisations dégueu
    je crois pas que le trip ait changé au fil des siècles. les pauvres on leur reproche essentiellement de se reproduire
    parce que c’est facile ça les maintient pauvres et justement comme on en a besoin pour faire du bon larbin...voilà.
    on parlait travail reproductif pour attirer l’attention sur ce mécanisme là qu’il aurait fallu enrayer mais bon. tant pis.
    maintenant qu’il est établi que les mères sont des merdes, que la reproduction n’est pas un travail ni un coût mais juste une faute...
    ça va pouvoir gentiment se répandre au reste du domaine de l’humain, le #handicap la #maladie la #vieillesse seront des fautes aussi
    le #chômage en est déjà une, on va pas le compter ^^ (et comme toutes les autres « fautes » ce n’en est pas une on le subit)
    à terme tous les maigres acquis vont sauter, petite consolation : les mères ne seront plus les seules fautives désignées
    au moins on aura des copains au pays des fautifs ce sera plus juste la reproduction le problème.
    tu mangeras un jour peut être un platane pleine gueule et toi aussi tu seras un méchant qu’avait qu’à pas. ou juste tu vieilliras. fallépa^^
    on fera des échanges et des comparaisons comme les taulards
    « et toi kestafé de mal pour arriver là ? »
    « un gosse »
    « un cancer »
    « 75 ans »
    c’est cool on pourra redécouvrir le concept de sécu et la re fabriquer tavu. ça fait un peu poison rouge mais bon. on assume.
    oui tiens gestion de l’enfance un truc que vous avez pas repéré c’est les nouveaux rythmes scolaires
    doucement mais sûrement privatiser le travail reproductif et réserver sa délégation à ceux qui peuvent se la payer
    de ça aussi les mères ont essayé de vous parler mais vous étiez très occupés à leur chier dessus...
    on pourra étendre ce truc à d’autres activités impondérables de gestion des improductifs. genre changer les horaires des hostos de jour
    décider que l’accueil de jour ferme à 15h et qu’après c’est culture (c’est bien la culture, non ?), et l’année suivante rendre ça payant
    les familles obligées de récupérer leur vieux/malade/handi pourront pas se plaindre, c’est passé crème pour l’enfance.
    voilà comment en tapant prioritairement sur la reproduction (l’enfance, donc) on arrive à taper sur tout le reste derrière.
    là on est bien, on tape dur sur les mères, les nouveau horaires scolaires sont super excluants pour le boulot (déjà que les anciens...)
    et on entend déjà les premières accusations de privilège-daronnes sur le travail du dimanche en prime. on va morfler bien.
    80% des patrons foutent direct le cv à la benne quand ils voient que c’est une femme avec des gosses, on n’a aucun relais ils le savent
    mais socialement on va arriver à dire que les mères sont des planquées. isolée paupérisée désignée à l’opprobre : paie ta planque.
    ça va remonter jusqu’aux autres après. au final tout ce qui a une charge vivante coûteuse nécessiteuse sera considéré comme privilégié
    c’est juste un peu le monde à l’envers à part ça tout va bien.
    mais politiquement c’est malin, en effet. culpabiliser pour des impondérables humains c’est pratique. c’est des impondérables. lol
    ça me fout bien en vrac de voir que ça passe crème pr tout le monde et qu’on peut taper sur les plus affaiblis PAR DES CHOSES IMPONDERABLES

    #école #éducation #care
    #critique_de_la_valeur #guerre_aux_pauvres #femmes #patriarcat
    http://seenthis.net/messages/378617#message407092
    et lien avec http://seenthis.net/messages/383423 cc @chezsoi

    • le fait qu’il n’y ait aucune opposition à cette destruction méthodique de la sécu qui condamne des gens (bah oui) c’est grave
      ça veut juste dire que c’est rentré dans les têtes comme un fait acceptable d’éliminer certains.
      c’est pas vraiment comme ce qu’on avait avant, cette espèce d’acceptation bras ballants d’une espèce d’inéluctable...non.
      avant c’était genre « ho bin merde y’a des pauvres gens cépa d’bol » ou « ha merde y’a des morts là » là on passe à l’élimination active.
      là on est entré dans un truc où on est passé de « han les pauvres merde c’est dommage pour eux » à « achevez ces parasites ! »
      avec toute une idéologie derrière bien en place pour appuyer vicieusement. les délires comme quoi les chômeurs ont besoin de réapprendre à se lever le matin ou à se laver se coiffer...les délires comme quoi les familles monoparentales ont besoin d’accompagnement éducatif... tout un tas de petits coups vicelards qui se donnent des airs de prise en charge alors que ce ne sont que des exclusions de l’humanité

      #néolibéralisme #barbarie #déshumanisation

    • heureux ceux qui peuvent se permettre d’ignorer le réel et d’attendre que sorte un élu des urnes avec un gros panneau fasciste sur la gueule. au train où ça va les concernés risquent juste de ne pas tenir jusqu’à ce jour là, eux.
      ça va très vite. on a pris la réforme de l’assurance chômage sur la tronche droits rechargeables, même annulée elle a fait du dégât. là on mange la réforme apl par dessus (je rappelles que les chômeurs concernés par les droits rechargeables ne sont pas encore sauvés). entre les deux ou par dessus on a pris les nvx rythmes scolaires et le cortège d’exclusions de cantines/ activités payantes etc. on a mangé un rappel edf sur DEUX ANS (lol, oui) et 6% d’augmentation encore cet été. on a pris aussi la réforme de la cmu complémentaire t’as rien vu mais on l’a sentie passer. y’en a trop jpeux même pas tout lister c’est plus des réformes c’est la grêle sur les pauvres.
      tu perds 60% de tes ressources au chômage, tu reperds en frais de santé en augmentation de l’énergie en frais de scolarité et maintenant en prime tu perds aussi ton logement, chances que tu sois encore vivant dans deux ans à ce rythme là ?
      (et en plus des demeurés pires que les autres ferment à la glu les locaux des assos dont on dépend) (assos qui, on le rappelle, n’ont plus de subventions non plus) (tout est fait pour aider tavu)

    • on n’a plus de taf pas les moyens de consommer dehors plus d’accès à quelque loisir que ce soit nos gosses ont plus droit aux cantines. l’eau chaude c’est la nôtre pas celle de la piscine. le chauffage c’est encore notre facture pas celle du centre commercial ou du ciné. alors étonnamment les augmentations edf on les sent bien passer tu vois.
      tu vas voir qu’un jour ils vont nous faire payer PLUS CHER que les autres au motif qu’on consomme statistiquement plus d’élec. ce qui est juste un peu normal quand t’es chez toi h 24 alors que le bon productif lui est au taf et peut baisser son chauffage chez lui. excusez nous de chauffer nos logis l’eau de nos douches et notre nourriture, on le fera moins quand on sera morts, promis.
      dans le même genre la mesure de déchets ménagers au poids déjà en test dans plein d’endroits est une belle mesure de sanction des pauvres :)
      statistiquement je prends tous mes repas chez moi mes gamins aussi je vais payer 2 fois plus cher de poubelles que toi. et oui.
      t’as plus qu’à foutre un bonus malus en fonction du poids de déchets et je serai punie au carré. merci !
      et alors imagine le mec qui est pauvre ET malade et qui a besoin de matériel consommateur d’edf à domicile h24
      et bin lui quand on fera une taxe à la surconsommation d’énergie il va kiffer BIEN.
      dans le même genre tu peux prendre la tarification au poids de déchets ménager POUR UNE PERSONNE INCONTINENTE par exemple
      ou un malade avec de nombreux pansements à changer souvent. et bin fallait être en bonne santé. tais toi et paie au cube.
      dans ce monde là, seul l’’humain productif et valide survivra. les autres on a pas tenu compte de leur existence désolés. --

    • les #femmes là où elles morflent le plus et là où elles se font bien emmerder c’est par la #reproduction. c’est ça qui te rend faiblarde un temps fatiguée un autre et te fout sous dépendance financière d’un mec
      c’est par la foutue gestion des mioches qu’on te tient loin de la politique du travail des loisirs et de l’évolution de ta carrière
      c’est par là aussi qu’on te dévoue à l’associatif au taxi mioche et aux putains de gâteaux d’anniversaires
      c’est encore par les mioches qu’on te tient à ta place de bonne lamère bien digne bonne éducatrice bon exemple t’as-pensé-aux-enfants
      c’est par les mioches qu’on te coince avec un connard parce que faut les moyens de le quitter AVEC EUX
      c’est par les mioches qu’on te punit , en te les enlevant, ou parfois pour certains mecs gratinés, en les tuant, tout simplement.
      c’est par les gamins qu’on te garde sous surveillance sociale. par l’école, par les allocs, par les toubibs.
      et faut pas en parler ? et y a rien de fait ? et tu me parles de tampax ? merde. on n’a vraiment pas les mêmes soucis meuf.
      je suis désolée qu’on n’ait pas les mêmes soucis mais jmaintiens que c’est le cas, on n’est pas dans le mm bateau du tout.
      et ce qui m’emmerde c’est qu’on ne parle pas du mien, de bateau, comme si c’était la honte la tare suprême ou je sais pas quoi.
      un couple sur trois #divorce. une majorité ont des mioches. qui en majorité atterrissent chez la daronne. ça c’est mon bateau.
      80% des violences conjugales occasionnant la demande de divorce se produisent après la naissance du 1er enfant. mon bateau. bienvenue à bord.
      c’est par la #maternité qu’on s’est trouvées affaiblies c’est ça qui nous a vallu les pénalités sociales puis celles dans le #couple etc

      #violence_contre_les_femmes

    • pour le moment quand jvois passer des choses sur les mères en #féminisme c’est pour nous accuser de l’éducation des mâles
      non seulement on dit RIEN sur tout ce qu’on perd tous les renoncements tout ce à quoi être mère nous expose nos difficultés etc.
      mais EN PLUS on nous accuse de ce que font les mecs. ça va ? bien la #sororité ?
      vous avez vu où qu’une daronne peut contrer toute seule du fond de la cuisine où on la ramène en boucle toute une société sexiste ?
      bien le délire ? on a des super pouvoirs aussi ou ça se passe comment ? sérieux.
      on perd nos jobs on n’est mm pas indemnisées pour le torchage de gamins on finit par se prendre des torgnoles mais oui on est puissantes --

    • #parent_isolé #famille_monoparentale #femme
      Parce que tant que tu ne l’as pas vécu, tu ne peux même pas imaginé ce qu’est la vie de ces femmes.
      Et lorsque tu es cette femme et que tu vas te fritter seule pour défendre tes droits et ceux de ton gamin :
      – regards hautains et condescendants
      – de la directrice de l’école
      – des services sociaux
      – des services d’hygiène de l’habitat (c’est sale chez vous)
      – des flics qui t’attaquent chez toi, plus facile parce que tu es seule
      – des « on va vous envoyer la DDASS » réguliers pour que tu te taises
      – des amis qui ne comprennent pas pourquoi tu ne peux pas sortir avec eux quand ils te préviennent la veille
      – de ceux qui te disent que pour les travaux, t’as qu’à te trouver un mec
      – de la famille qui ne capte rien et n’aide jamais, ni financièrement ni en temps ni moralement, parce qu’ils ont « déjà leurs probèmes »
      – des retours terribles de solitude qui te font comprendre que le monde n’est plus pour toi, que ton implication social de militante tu peux te la foutre au cul, y’aura personne que toi pour donner le bain et aller chercher sa croute
      – du manque de solidarité entre femmes et en général de la méchanceté humaine
      Et même quand tu te sauves à la campagne, c’est encore plus difficile … et difficile aussi de ne pas tomber dans le pathos et de faire chier personne, alors tu te tais.
      Et merci à Lucette, sa mamie, d’avoir été là, arrivée de la campagne à 20 ans, trois mômes seule, pas son rêve, rentrer tard si tard, pas possible de les élever correctement, s’excuse du père de ma fille, ce fils qui a disparu. Et la dernière fois que je l’ai vu, cette complicité de femmes pour me dire à moi, à moi seule, mais en sous entendu, les viols réguliers et les violences de cet ex-mari, lui aussi déserteur, dont elle ne s’est jamais remise, la honte la taraudant.
      #survivantes #pleurs