• Tech suffers from lack of humanities, says Mozilla head | Technology | The Guardian
    https://www.theguardian.com/technology/2018/oct/12/tech-humanities-misinformation-philosophy-psychology-graduates-mozilla-

    Mitchell Baker, head of the Mozilla Foundation, has warned that hiring employees who mainly come from Stem – science, technology, engineering and maths – will produce a new generation of technologists with the same blindspots as those who are currently in charge, a move that will “come back to bite us”.

    “Stem is a necessity, and educating more people in Stem topics clearly critical,” Baker told the Guardian. “Every student of today needs some higher level of literacy across the Stem bases.

    “But one thing that’s happened in 2018 is that we’ve looked at the platforms, and the thinking behind the platforms, and the lack of focus on impact or result. It crystallised for me that if we have Stem education without the humanities, or without ethics, or without understanding human behaviour, then we are intentionally building the next generation of technologists who have not even the framework or the education or vocabulary to think about the relationship of Stem to society or humans or life.”

    “We need to be adding not social sciences of the past, but something related to humanity and how to think about the effects of technology on humanity – which is partly sociology, partly anthropology, partly psychology, partly philosophy, partly ethics … it’s some new formulation of all of those things, as part of a Stem education,” Baker told the Guardian.

    “Otherwise we’ll have ourselves to blame, for generations of technologists who don’t even have the toolsets to add these things in.”

    Kathy Pham, the computer scientist at Mozilla who is leading the challenge, said “Students of computer science go on to be the next leaders and creators in the world, and must understand how code intersects with human behaviour, privacy, safety, vulnerability, equality, and many other factors.

    “Just like how algorithms, data structures, and networking are core computer science classes, we are excited to help empower faculty to also teach ethics and responsibility as an integrated core tenet of the curriculum.”

    #Mozilla #Développeurs #Education #Université #Humanités

  • After Years of Abusive E-mails, the Creator of Linux Steps Aside | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/science/elements/after-years-of-abusive-e-mails-the-creator-of-linux-steps-aside?mbid=nl_D

    Torvalds’s decision to step aside came after The New Yorker asked him a series of questions about his conduct for a story on complaints about his abusive behavior discouraging women from working as Linux-kernel programmers. In a response to The New Yorker, Torvalds said, “I am very proud of the Linux code that I invented and the impact it has had on the world. I am not, however, always proud of my inability to communicate well with others—this is a lifelong struggle for me. To anyone whose feelings I have hurt, I am deeply sorry.”

    Although it distributes its product for free, the Linux project has grown to resemble a blue-chip tech company. Nominally a volunteer enterprise, like Wikipedia, Linux, in fact, is primarily sustained by funds and programmers from the world’s large technology companies. Intel, Google, IBM, Samsung, and other companies assign programmers to help improve the code. Of the eighty thousand fixes and improvements to Linux made in the past year, more than ninety per cent were produced by paid programmers, the foundation reported in 2017; Intel employees alone were responsible for thirteen per cent of them. These same companies, and hundreds of others, covered the foundation’s roughly fifty-million-dollar annual budget.

    Linux’s élite developers, who are overwhelmingly male, tend to share their leader’s aggressive self-confidence. There are very few women among the most prolific contributors, though the foundation and researchers estimate that roughly ten per cent of all Linux coders are women. “Everyone in tech knows about it, but Linus gets a pass,” Megan Squire, a computer-science professor at Elon University, told me, referring to Torvalds’s abusive behavior. “He’s built up this cult of personality, this cult of importance.”

    Valerie Aurora, a former Linux-kernel contributor, told me that a decade of working in the Linux community convinced her that she could not rise in its hierarchy as a woman. Aurora said that the concept of Torvalds and other powerful tech figures being “equal-opportunity assholes” was false and sexist: when she and Sharp adopted Torvalds’ aggressive communication style, they experienced retaliation. “Basically, Linus has created a model of leadership—which is being an asshole,” Aurora told me. “Sage and I can tell you that being an asshole was not available to us. If we were an asshole, we got smacked for it, got punished, got held back. I tried it.”

    Torvalds, by contrast, long resisted the idea that the Linux programming team needed to become more diverse, just as he resisted calls to tone down his language. In 2015, Sharp advocated for a first-ever code of conduct for Linux developers. At a minimum, they hoped for a code that would ban doxxing—the releasing of personal information online to foment harassment—and threats of violence in the community. Instead, Torvalds accepted a programming fix provocatively titled “Code of Conflict,” which created a mechanism for filing complaints more generally. In the three years since then, no developers have been disciplined for abusive comments. Sharp, who was employed by Intel at the time, said they carefully avoided Linux kernel work thereafter.

    #Linux #Linus_Torvalds #Genre #Développeurs #Logiciels_libres #Machisme

  • A Dijon, un quartier autogéré et un projet d’écoquartier se disputent des terres maraîchères, Camille Bordenet
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/07/12/a-dijon-un-quartier-autogere-et-un-projet-d-ecoquartier-se-disputent-des-ter

    Les derniers vestiges de l’ancienne ceinture maraîchère font l’objet d’un conflit entre la municipalité, qui veut y construire un écoquartier, et des occupants qui les cultivent. Deux visions de la ville durable.

    Voûtés au-dessus de longs rangs de salades, de jeunes maraîchers s’activent à la récolte matinale qui approvisionnera le marché à prix libre, en fin de journée. Quelques pas plus loin, le long de chemins sinueux bordés d’une végétation sauvage, des jardiniers plus âgés cultivent leurs petites parcelles, bercés par le gazouillis des troglodytes. On oublierait presque que l’on se trouve en ville, n’était le passage régulier du train au-dessus des têtes. Et, juste de l’autre côté du mur, sur une ancienne friche industrielle, un vaste chantier dévoilant des grues qui griffent le ciel et des immeubles sortant de terre : les premières pierres d’un écoquartier en construction.
    https://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2018/03/09/dijon-au-jardin-des-maraichers-le-visage-du-nouveau-quartier-se-dessine

    Nous sommes au sud-est de Dijon, dans un triangle de terres de quelque 7 ha, en contrebas de la voie ferrée : les derniers vestiges de l’ancienne ceinture maraîchère de la ville. Des terres que se disputent depuis huit ans la municipalité et des « potagistes-squatteurs ». La première, propriétaire du site, entend y construire la deuxième portion d’un écoquartier sur 19,6 ha — qui prévoit 1 500 logements et 28 000 m² de commerces, bureaux et services
    https://www.metropole-dijon.fr/Les-grands-projets/Les-ecoquartiers/Ecocite-des-maraichers
    --, quand les seconds s’opposent à leur « bétonisation ».

    L’histoire de ce conflit d’aménagement commence en 2010, lorsque la ville officialise sa volonté d’y construire un nouvel écoquartier — elle en compte quatorze en tout. Fourches en main et slogans légumiers — « des tomates séchées, pas des écoquartiers » —, une centaine de manifestants décident de défricher et d’occuper illégalement les terres, à l’abandon depuis le départ des derniers maraîchers, partis au gré de précédents projets d’urbanisation.

    « L’idée était de libérer les dernières terres agricoles intra-muros en les remettant en culture, raconte Yannick Sencébé, 46 ans, l’une des membres du collectif à l’origine de cette occupation. Mais aussi de soulever les problématiques d’accès au foncier en zone périurbaine pour les paysans sans terre, et promouvoir un retour à une agriculture bio et de proximité. » De là est né le Pot’Col’Le, un potager collectif,
    https://lentilleres.potager.org/potager-collectif
    puis Le Jardin des maraîchères, une ferme urbaine permettant, entre autres, d’alimenter le marché.
    http://jardindesmaraichers.potager.org/?page_id=1250
    Auxquels sont venus s’ajouter des dizaines de petits jardins, cultivés seul ou entre amis. Et bientôt des habitats squattés — autoconstruits, caravanes, maisons retapées.

    Une ZAD sans l’étiquette

    Huit ans plus tard, une centaine d’occupants d’horizons divers se côtoient dans ce qui est devenu un quartier autogéré bigarré, où les dynamiques s’entremêlent. Une sorte de ZAD sans l’étiquette, baptisée le « Quartier libre des Lentillères ». A la volonté de sauvegarder des terres en ville et de recouvrer l’autonomie alimentaire se sont greffées d’autres revendications, comme de « réinventer d’autres formes de vie collective et de façon d’habiter la ville ». « Un champ d’expérimentation agricole et sociale » dont Yannick Sencébé, sociologue à l’INRA de Dijon, a fait son terrain d’études(1). « Au fil de cette expérience pour se réapproprier un quartier à l’abandon et les savoir-faire attenants, c’est aussi la possibilité d’un autre urbanisme durable intégrant la nature et l’agriculture, fonctionnant sur une économie non marchande, et d’une ville faite par ses habitants qui est opposée aux différents aménageurs », analyse-t-elle.

    Passé par d’autres territoires en lutte, comme la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, Max, artisan plombier de 35 ans, apprécie « la diversité des univers », militants ou non, qui se rencontrent ici. On y croise Armelle, maraîchère professionnelle venue du Jura pour « expérimenter une dynamique collective » ; Ahmed, Marocain de 84 ans résidant du foyer social voisin, si fier de son bout de jardin ; Murielle, 59 ans, qui a trouvé dans les « coups de grelinette » et le collectif « une thérapie » durant une période de chômage difficile ; de jeunes Touaregs qui ont fui les djihadistes au Mali et préfèrent « la famille des Lentillères » au foyer d’accueil ; Françoise, aide-soignante à la « miniretraite », qui vient s’y balader et trouver au marché à prix libre de « bons légumes frais, non traités » qu’elle aurait sinon « du mal » à se payer ; Camille, jeune salariée qui a pu « mettre les mains dans la terre » sans passer par « la file d’attente des jardins municipaux »… Si les raisons d’être là varient, la lutte contre l’écoquartier fédère.

    « Reconstruire la ville sur elle-même »

    Du côté de la métropole, Nathalie Koenders, première adjointe au maire, met en avant le souci — porté par un plan local d’urbanisme écologique — d’une maîtrise équilibrée de la consommation de l’espace, conciliant plusieurs enjeux. D’un côté, « le besoin de construire des logements » pour « maintenir [la] population » : il faut en construire « huit cents par an », affirme-t-elle, tandis que Dijon, qui mène une politique volontariste en matière d’habitat, entend passer la barre des 160 000 habitants.
    https://www.metropole-dijon.fr/Services-et-missions/Logement
    De l’autre, la volonté de limiter l’étalement urbain et de « reconstruire la ville sur elle-même » pour « ne pas prendre sur les terres agricoles ». Dijon, qui se veut « référence écologique »,
    https://www.dijon.fr/Dijon-Capitale/Reference-ecologique
    affiche sa volonté de préserver sa ceinture verte
    https://www.metropole-dijon.fr/Services-et-missions/Environnement-et-qualite-de-vie/Agriculture-periurbaine/Ceinture-verte-a-preserver
    et promeut des politiques ambitieuses en matière de développement durable, d’agriculture de proximité et d’alimentation avec, entre autres, un grand projet de système alimentaire durable,
    https://www.justdijon.com/Actualites/Laureate-TIGA-Dijon-Metropole-innove-avec-son-projet-alimentaire-durable
    le rachat de domaines,
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/cote-d-or/dijon/dijon-veut-planter-vignes-969655.html
    etc.

    La ville fait aussi valoir l’exemplarité d’un écoquartier, nommé « Ecocité Jardin des maraîchers », conçu comme « une véritable cité-jardin », avec 1 ha de jardins partagés et 1 500 m2 de vergers pédagogiques. « Vivez la campagne à la ville ! » ; « la conservation du passé maraîcher », vante la plaquette commerciale.
    http://www.splaad.com/sites/default/files/upload/ECJM/2015-09_eplaad_jdm_plaquette.pdf
    L’habitat social se veut également « une priorité », avec 35 % de logements à loyers modérés.

    Des arguments qui font sourire aux Lentillères, où l’on dénonce « une bétonisation repeinte en vert ». Au « besoin de créer des logements », ils opposent le taux de logements vacants à Dijon — « 7,6 % ».
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/1405599?geo=COM-21231
    A la volonté affichée de préserver les terres agricoles alentour, « la construction concomitante d’un parc d’activités qui en détruit des hectares ».
    http://www.splaad.com/sites/default/files/upload/Ecoparc/plaquette_v2-_ecoparc_dijon_bourgogne.pdf
    Au végétal et à la mixité que revendique le futur écoquartier, leur projet existant.

    Logements contre espace vivrier ?

    Si certains entendent toutefois « le besoin de créer des logements accessibles » et de « requalifier les friches délaissées », ils déplorent que cela ne soit pas fait tout en préservant ces terres maraîchères offrant un espace vivrier en ville, rappelant qu’ils ne revendiquent « que quelques hectares ». D’autant plus à l’heure où Dijon prône des politiques en la matière.

    « Face à l’omniprésence des discours de soutien à l’agriculture urbaine et de relocalisation de l’alimentation, ce conflit réinterroge le rôle accordé aux espaces cultivés au sein de politiques d’aménagement, cadrées par les injonctions à la compétition interurbaine et par les arbitrages économiques et fonciers, analyse Maud Chalmandrier, qui lui a consacré un mémoire de l’EHESS(2). Il soulève aussi cette question : l’urbanisme végétal est-il un moyen de faire accepter la densification urbaine sans pour autant endiguer le problème de la destruction des terres agricoles ? »

    « Dans vingt ans, ce sera trop tard pour regretter ces bonnes terres et ce choix urbanistique », met en garde Antoine, 35 ans, ingénieur agronome de formation, pour qui les Lentillères ont aussi été un espace de formation au maraîchage. Il est d’autant mieux placé pour connaître leur rareté qu’il lui a été bien difficile d’en trouver à proximité de Dijon pour s’installer en tant que professionnel.

    Lui qui a toujours eu pour leitmotiv de faire de l’agriculture urbaine « au plus près des gens » ne cache pas non plus ses doutes quant à « des projets agricoles hors sol, sans véritable vocation nourricière ». « Etre une cité de la gastronomie, ça commence par faciliter la production de bons légumes sur place », abonde Marie, retraitée qui vient de l’autre bout de Dijon au marché tous les jeudis pour « soutenir la lutte ».

    Un dialogue qui reste difficile

    Reste que le dialogue entre le collectif et la mairie est dur à nouer. Le premier fait valoir des « demandes restées lettre morte », rappelant au passage des tentatives d’expulsion. Mme Koenders souligne, quant à elle, l’illégalité de cette occupation, « une zone de non-droit inacceptable », face à « un projet voté démocratiquement ». L’élue se dit néanmoins « ouverte au dialogue, par principe », si tant est qu’on vienne lui proposer un « projet constructif, qui rentre dans la légalité ».

    Sur ce dernier point, comme sur la stratégie à adopter face aux pouvoirs publics, les occupants sont partagés sur ce qu’ils sont prêts ou pas à accepter pour espérer pérenniser leur projet « dans toutes ses dimensions ». « Pour nous, la proposition existe déjà, en actes. Peut-être pas sur un bureau de la mairie, mais on la construit tous les jours », revendique Morgan, 35 ans, qui a grandi dans une cité HLM de Dijon et s’investit aux Lentillères depuis le début. Il n’est pas contre le fait de réfléchir aux possibilités de rentrer dans un cadre légal, « mais encore faudrait-il qu’on sente en face une réelle volonté politique de préserver ces terres ». En attendant, c’est le statu quo qui prévaut, tandis que l’horizon des travaux qui menacent le quartier demeure incertain.

    Face aux immeubles qui grandissent de l’autre côté du mur, les « lentilléristes » s’obstinent à cultiver légumes et liens. Personne ne peut imaginer que cette « subversion maraîchère et sociale » puisse un jour disparaître, les jardins être rasés, les amitiés éparpillées. « J’espère qu’on arrivera, nous comme eux, à faire en sorte de préserver cet endroit magique. Sans qu’il perde son âme », souhaite Morgan. Déjà, le chantier de plantation de poireaux l’appelle, un de « ces grands moments collectifs ». Continuer à semer des graines, vaille que vaille.

    (1) Quand la défense de la terre nourricière s’invite au cœur des villes. Empaysannement de luttes urbaines : l’exemple du potager collectif des Lentillères. Dans cet article publié sur Cairn Info, Yannick Sencébé, maîtresse de conférences à Agro-Sup Dijon, revient sur la genèse du Quartier libre des Lentillères et sur la dimension paysanne de cette expérience maraîchère.

    (2) « Au-delà de la contestation classique d’un projet d’aménagement, ce conflit met en concurrence deux usages alternatifs de l’espace, tous deux porteurs d’enjeux concernant la durabilité des villes. Il amène à questionner l’usage fait des espaces non bâtis, dans un contexte où l’agriculture en ville est une thématique montante de l’action publique », résume Maud Chalmandrier, qui lui a consacré un mémoire de recherche à l’EHESS (2016) intitulé « Le renouvellement urbain conflictuel d’une ancienne zone maraîchère à urbaniser (Dijon) : étude d’une controverse sur l’aménagement et le développement durables des villes ».

    Articles cités
    « Une ville n’est durable que si elle assure un minimum d’équité »
    Aux défis environnementaux s’ajoute celui de la mixité sociale, selon Stéphane Füzesséry, historien de la ville.

    La « ville durable » est-elle avant tout une ville pour les riches ? Stéphane Füzesséry, historien de la ville, architecte et urbaniste, explique que toute volonté de développement urbain durable doit se mettre au service de l’inclusion sociale.

    Qu’est-ce qu’une ville durable ?

    C’est une ville capable de satisfaire ­localement les besoins fondamentaux de ses habitants sans compromettre la capacité des générations futures à ­répondre aux leurs. Et sans faire peser les coûts de son développement sur d’autres territoires. Bâtir une ville durable renvoie ainsi aux défis environnementaux : habitat écologique et rénovation énergétique des bâtiments, mobilité décarbonée, lutte contre l’étalement urbain, valorisations des déchets, prévention des risques d’inondation ou de submersion marine… Mais la ville durable, c’est aussi une ville qui assure un ­minimum d’équité dans l’accès au logement, aux services, aux transports ainsi que dans la protection contre les risques.

    Ces objectifs ne sont-ils pas ­contradictoires ?

    Les enjeux se recoupent. Les populations les plus exposées aux risques sont souvent les plus démunies. Une carte très intéressante produite par l’urbaniste Paola Vigano montre par exemple que les quartiers de grands ensembles HLM et les zones inondables se superposent très largement au sein du Grand Paris.

    Mais dans la pratique, les objectifs environnementaux et d’équité peuvent fortement se contredire. Mettre notamment en œuvre une réhabilitation thermique du parc de logements anciens a un coût que ne peuvent assumer des populations à faibles revenus. Lorsque l’on réhabilite un parc social pour le mettre aux nouvelles normes énergétiques, tout l’enjeu est d’arriver à maintenir un loyer raisonnable pour que les populations les plus ­démunies ne soient pas chassées plus loin mais puissent rester sur place.

    Comment lever ces contradictions ?

    La principale erreur serait de plaquer des recettes toutes faites. Selon qu’il s’agisse d’une métropole en croissance, d’un territoire périurbain ou d’une ville moyenne, les défis de la ville durable et inclusive diffèrent. Au sein des grandes métropoles, par exemple, ce sont dans les quartiers paupérisés de grands ­ensembles que les enjeux sont les plus lourds. Dans ces quartiers qui concentrent les principales poches de pauvreté en France, se pose non seulement la question de la mise aux normes énergétiques du bâti, mais aussi et surtout un enjeu fort d’inclusion sociale.

    Les politiques de développement ­durable peuvent-elles freiner la paupérisation de ces territoires ?

    Une des grandes spécificités de ces quartiers de grands ensembles, c’est la quantité de sols disponibles. On a au pied des tours des parkings, mais aussi nombre de pelouses, d’espaces enherbés, qui sont le plus souvent sans usage. Il y a là un gisement de ressources extraordinaires car ces sols pourraient être utilisés par les habitants pour développer des activités agricoles, alimentaires, énergétiques, productives au sens large. Mais cela suppose de changer la manière d’envisager la rénovation de ces quartiers, et de redonner l’initiative aux ­citoyens. L’urbaniste devrait un peu moins se préoccuper de faire de l’aménagement au sens strict, et davantage se poser la question des usages par les habitants des espaces disponibles. A Brest, dans l’ancien faubourg de Recouvrance, où il existe nombre de cœurs d’îlots profonds et de rez-de-chaussée vacants, une réflexion est actuellement menée pour voir comment les habitants – parfois en situation de grande précarité – pourraient y développer des micro-activités.

    Depuis 2012, le gouvernement s’est engagé dans une démarche de labellisation des écoquartiers. Sont-ils des modèles pour la ville durable ?

    Les écoquartiers participent à la dynamique du développement urbain durable, mais avec beaucoup de limites. Certes, ils se fondent sur un répertoire de bonnes pratiques : performance énergétique des bâtiments, gestion durable des eaux et des déchets, circuits courts, ­mobilités douces, place accordée à la ­nature, etc. Le problème des écoquartiers est qu’ils sont circonscrits. Et qu’ils demeurent largement inaccessibles aux populations les plus démunies, pour des raisons de prix d’accès à leur habitat. De nombreux écoquartiers incluent bien sûr du logement social, auquel peuvent accéder des ménages aux revenus limités, mais jamais les plus modestes.

    Une ville durable passe-t-elle par davantage de mixité sociale ?

    Equité et mixité sociale vont de pair. Mais pour bâtir une ville durable et ­inclusive, il ne suffit pas de raisonner en termes de mixité résidentielle, comme on le fait essentiellement aujourd’hui. Il faudrait davantage penser la mixité ­sociale en termes d’accès aux ressources urbaines pour tous les habitants, favorisés comme défavorisés. Et faire en sorte que ces gens se côtoient dans l’espace public, là où s’invente du « commun ».

    Martin Vanier : « Il faut craindre le prêt-à-penser de l’urbanisme convenable »
    https://lemonde.fr/smart-cities/article/2018/01/26/martin-vanier-il-faut-craindre-le-pret-a-penser-de-l-urbanisme-convenable_52

    Les sols agricoles insuffisamment protégés par les pouvoirs publics
    https://lemonde.fr/planete/article/2015/05/14/les-sols-agricoles-insuffisamment-proteges-par-les-pouvoirs-publics-selon-la

    La Cité internationale de la gastronomie et du vin ouvrira ses portes à Dijon en 2019
    https://lemonde.fr/argent/article/2017/02/04/la-cite-internationale-de-la-gastronomie-et-du-vin-ouvrira-ses-portes-a-dijo

    #écoquartier #Lentillères #maraichage #Dijon #usagers #développeurs #métropolisation

  • Who really contributes to open source | InfoWorld
    https://www.infoworld.com/article/3253948/open-source-tools/who-really-contributes-to-open-source.html

    Microsoft has been nipping at the top open source contributor position for years, but a new analysis by Adobe developer Fil Maj puts Microsoft into a whole other universe of contributions. Or, at least, of contributors.

    Using the GitHub REST API to pull public profile information from all 2,060,011 GitHub users who were active in 2017 (“active” meaning ten or more commits to public projects), Maj was able to pull the total number of corporate contributors to GitHub, with results that might surprise you.

    Which leaves us with Microsoft having twice the number of contributors of its next nearest competitor, Google. For those of us that were around when Microsoft castigated open source as a “cancer” and “anti-American,” this is a remarkable change of heart (or, as I’ve argued, a change of business model). Microsoft has long appreciated the value of developers, but Azure has given Microsoft license to embrace open source as a way to attract them to its platform.

    Meanwhile, Amazon, so often snubbed as an open source ne’er-do-well, comes in at No. 6 in the rankings, with close to 900 contributors. Amazon has perhaps not worn open source on its sleeve in quite the same was as Google and Microsoft have, but it remains a strong contributor to the projects that feed its developer community.

    Other takeaways? Chinese companies like Baidu, Tencent, and Alibaba, which have long been perceived to be net consumers of open source, actually contribute quite a bit. Ditto Oracle, a company to which I’m generally happy to hand out criticism, ranks very high amongst its legacy peers, largely due to its contributions to MySQL and Linux, though not exclusively so.

    #Logiciel_libre #Open_source #Developpeurs #Microsoft

  • Code Review Etiquette | CSS-Tricks
    https://css-tricks.com/code-review-etiquette

    Code is logical in nature. It is easy to pinpoint code that is incorrect or could be improved, just like it is easy to notice spelling misteaks. The human condition, when looking at and discussing logical things (like code), is to disregard the feelings of other people. This causes feelings to get hurt and a loss of focus on learning and collaboration.

    Improving code review etiquette, because of the human condition, is difficult! Here is a quick list of things that I’ve done, said, seen, or received, that are easy wins in the art of Code Review Etiquette.

    #programmation #développeurs #travail #relations_sociales

  • Ethereum Developer Explores the Dark Side of Bitcoin-Inspired Technology
    http://spectrum.ieee.org/computing/networks/ethereum-developer-explores-the-dark-side-of-bitcoininspired-technolo

    Vlad Zamfir is helping Ethereum make a world where any exchange can happen using blockchains. And he’s really worried about it

    [...]

    IEEE Spectrum: [...] What kinds of bad things do you think we are likely to see?

    Vlad Zamfir: Some of the things that come to mind immediately are things like hate speech, defamation, things that we deal with through censorship. There’s also a big privacy issue with blockchains. [...] With autonomous software it will be much harder for society to regulate and to stop these kinds of things.

    [...]

    I worry about that a lot. I think that censoring hate speech is actually a good thing. I think that not having libel be publishable is a good thing. I think there’s a reason that society asks people to take it down.

    A lot of this stuff at the moment is still a little bit sci-fi because we don’t have blockchain scaling yet. We don’t have privacy on the blockchain. But we’re working on this stuff very hard.

    The more I make progress on them, the more scared I get.

    [...]

    Spectrum: Do other developers in the community share your concern?

    V.Z.: Generally, people don’t feel responsible. There’s a lot of feeling that we’re just producing general-purpose tools and it’s not up to us what people do with them.

    [...]

    V.Z.: We need more than just—hey, let’s make money; hey, this is really interesting; or hey, here’s a good use case. I think if you’re going to bring autonomous software to the world you have to have a damn good justification. You have to say why, actually, if we don’t have this we’re definitely going to have a really bad outcome.

    #Blockchain #Censure #Crypto-anarchisme #Ethereum #Liberté_d'expression #Numérique #Politique #Vie_privée #Vlad_Zamfir

  • Lois de la robotique — David Larlet
    https://larlet.fr/david/stream/2015/02/28

    Que se passe-t-il lorsque l’on remplace « Un robot » par « Le code d’un développeur » ?

    Le code d’un développeur ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger.
    Le code d’un développeur doit obéir aux ordres qui lui sont donnés par un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première loi.
    Le code d’un développeur doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la Première ou la Deuxième loi.

    La première loi rend le développement de drones impossible, la deuxième le trading haute fréquence impossible, la troisième la surveillance de masse impossible

    #asimov #developpeurs

  • Vendredi c’est graphism S02E46 | Geoffrey Dorne
    http://owni.fr/2011/12/23/vendredi-graphisme-design-kim-jong-il-occupywallstree

    Ce vendredi, Geoffrey Dorne propose des #pixels, du WikiLeaks, un détour par OccupyWallstreet, un #fanzine contre les violences policières, de la visualisation de données sur iPad et un WTF sur la vie de DJ de Kim Jong-il.

    #Cultures_numériques #Graphisme #Internet #artistique #coloriage #création #datavisualisation #design #développeurs #graphisme #infographie #occupy #wallstreet #wtf