• German journalist who was held captive and gave birth in Syria speaks of her ordeal | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2019/mar/21/german-journalist-who-was-held-captive-and-gave-birth-in-syria-speaks-o

    C’est une bonne chose d’apprendre qu’une jeune femme et son enfant ont survécu un enlèvement en Syrie. Cette jeune allemande a voulu faire ses armes avec un reportage dans une zone de guerre.

    Ses préparatifs font preuve d’une naïveté surprenante avec un résultat conséquent. Sachant qu’il y a d’autres reporters qui ont réuissi des reportages dans la même guerre et au même moment qui ne se sont pas faits kidnapper, je me demande pourquoi elle raconte son histoire et ce faisant expose aux monde entier son incompétence.

    Peut-être les perspective professionelles d’une jeune diplomée en éthnologie et sciences des religions comparées l’obligent à se démarquer du reste de la meute.

    Alors qu’on apprécie les actes qui font preuve d’une grande ambition, quelqu’un qui risque la vie de son enfant pour un scoop dépasse les limites du raisonnable. Qui voudrait ensuite employer et donner des responsabilité à quelqu’un qui est dépourvu de scrupules sur le plan humain et peu réfléchi dans ses démarches professionelles ?

    Derrière le scoop ce cache la triste histoire de la rencontre d’une jeune femme à caractère extrême avec le monde des science qui ne permettent plus à bien des scientifiques de vivre de leur métier.

    Janina Findeisen, who went to Syria when seven months pregnant, was released with her son in September 2016

    Philip Oltermann in Berlin, Thu 21 Mar 2019 19.01 GMT

    A German woman who was abducted in Syria and held captive for nearly a year has revealed how her kidnappers were prepared to “cut off my head in front of a live camera”, but ended up pampering her with chocolate, toys and luxury nappies after she gave birth to a baby boy while in captivity.

    The journalist Janina Findeisen, who was released with her child in September 2016, has spoken for the first time about the circumstances under which she travelled to a war zone on her own when seven months pregnant, and how she managed to survive the ordeal.

    In an interview published in Süddeutsche Zeitung, Findeisen said she travelled to Syria in October 2015 in order to make a documentary about a schoolfriend who had turned to jihad and joined a faction of al-Qaida’s former affiliate in Syria, Jabhat al-Nusra.

    Her pregnancy, she said, had spurred her on rather than made her more aware of the risks. “I felt pressured – precisely because of my pregnancy. I wanted to tell this one more story before only being able to pick up work a few months after the birth. I was not aware of the fact that in that moment I was making the biggest mistake of my life.”

    Using a people smuggler in Antakya, southern Turkey, to drive her across the border into Syria, Findeisen said she had only shared her travel plans with the father of her child and not taken a mobile phone or a GPS tracker with her. While conceding that other people could have stopped her from going through with her plans, Findeisen said: “In the end it was my decision, and my mistake.”

    Even though her school friend had promised her in an email that she would not be harmed, Findeisen and her driver were ambushed as they tried to cross over back into Turkey. The then 27-year-old was blindfolded at gunpoint and taken to a house in a remote location.

    “On the first night I really believed that the security guarantee my friend had given me meant I would soon be released. But I soon realised that my hopes were in vain,” said Findeisen, whose book My Room in the House of War is being published in Germany next month. She said she does not believe that her friend was aware of the plan to kidnap her, though members of his group were.

    Asked about treatment while in captivity, Findeisen said: “There were a couple of unpleasant situations, but I fared comparatively well. But nonetheless it was clear that these weren’t nice, humane people […] They would have cut off my head in front of a live camera.”

    While she was held captive, the journalist kept a diary in tiny handwriting, using food packaging after she ran out of paper. She unsuccessfully tried to get the attention of people in neighbouring houses and secretly collected tools that could become handy to facilitate an escape.

    “Until the end I believed that I would be back in Germany for the birth of my child,” Findeisen told her interviewers. “It was unimaginable to me that I would give birth to my child in Syria. I ignored the reality of the situation. Until I could ignore it no more.”

    Her kidnappers blackmailed a doctor to deliver her child, and the birth took place without complications. “Suddenly everything was so very far away: the war, my kidnappers, it was just my son and I. He was so teeny, so fragile, but healthy.”

    After the birth, Findeisen said, her kidnappers’ treatment of her changed: “With a small child I was even more helpless than before. When my son woke at night and screamed, they asked me the next morning what was wrong.” Her abductors brought her chocolate, multivitamin juice and a teddy bear, and did not spare expenses when it came to nappies: “In Syria there are two kinds of nappies: the one kind is known as ‘Assad nappies’ and are quite flimsy. Then there are Molfix, the premium nappy brand there. They brought me those.”

    Asked if she thought that her son would one day reproach her for having him in such precarious circumstances, Findeisen said: “I have thought about that a lot. When the time comes, I will face up to it.”

    Findeisen, who studied ethnology and comparative religion before researching modern jihadism as a journalist, was eventually freed – not by German intelligence services, but another group of Islamists. After hearing shots outside her compound, the journalist found herself surrounded by a group of men in balaclavas who told her they would take her back to Germany.

    The group Jabhat Fateh al-Sham announced in an online statement that it had freed the German woman after a sharia court ruled her kidnapping un-Islamic in the light of the security guarantee given by her friend.

    Findeisen told Süddeutsche Zeitung she believed this to have been the case, and that she was not aware of the German state having paid any of the €5m (£4.3m) ransom her kidnappers had demanded.

    “I got a second chance,” Findeisen said. “Not everyone who got kidnapped [in Syria] was given one.”

    #Allemagne #Syrie #Daech #journalisme

    • The group Jabhat Fateh al-Sham announced in an online statement that it had freed the German woman after a sharia court ruled her kidnapping un-Islamic in the light of the security guarantee given by her friend.

      Vraiment ?...


  • Ex-defense minister says IS ’apologized’ to Israel for November clash | The Times of Israel
    https://www.timesofisrael.com/ex-defense-minister-says-is-apologized-to-israel-for-november-clash

    Former defense minister Moshe Ya’alon on Saturday said the Islamic State terrorist group in the Syrian Golan Heights “apologized” for attacking an Israeli unit.

    “There was one case recently where Daesh opened fire and apologized,” Ya’alon said, using the terror group’s Arabic nickname.

    Comme l’écrit Angry Arab qui passe l’info, difficile après cela de ne pas donner crédit aux thèses conspirationnistes : (كيف لا نركن لنظريّة المؤامرة عندما نتذكّر أن وزير حرب العدوّ الاسرائيلي اعترف بتواصل بين دولة الاحتلال وبين « داعش » وكيف أن الأخيرة اعتذرت للأولى في عام ٢٠١٧ عن اشتباك طفيف بينهما؟)

    #israel #isis #daech #syrie


  • « Ma fille sous influence »
    https://www.franceculture.fr/societe/ma-fille-sous-influence

    Une mère veut comprendre ce qu’est devenue sa fille, Emma, 15 ans, endoctrinée par les réseaux de l’Etat islamique. Une série documentaire en cinq épisodes qui montre une société démunie face à l’islamisme. Un podcast de Rémi Dybowski-Douat et Laure Marchand pour « Les Pieds sur terre ».

    « Les Revenantes de Raqqa »
    http://www.rfi.fr/emission/20180805-revenantes-raqqa-film-stalens-femmes-radicalisation-temoignages-jihad-i

    Je vous propose de redécouvrir Revenantes, le documentaire de Marion Stalens, un film d’utilité publique dont les modules pédagogiques sont ici.
    Revenantes est un film rare puisqu’il donne la parole à des femmes qui sont parties ou qui ont voulu partir en Syrie, et qui en sont revenues physiquement et psychologiquement.

    https://education.francetv.fr/matiere/actualite/premiere/video/comment-sortir-de-la-radicalisation?sectionPlaylist=&program=reve

    #podcast #daech


  • Le lexique des tricheurs : le langage du « Nouveau Monde » et des « Néoconservateurs » Robert Charvin - 19 Mai 2018

    Le Chef de l’État français a fait un choix malheureux en se présentant comme le « Jupiter » du « Nouveau Monde », formule du « Nouveau Monde » qui a été appliquée à l’Amérique que Ch. Colomb aurait mieux fait de ne pas découvrir pour le bonheur des Amérindiens !
     
    En dépit de son auto-célébration théâtrale permanente et de la courtisanerie massive (notamment médiatique (1) ) qui l’accompagne, il n’est que l’un de ces leaders occidentaux (Blair, Enzi, Trudeau, etc.) qui sous les apparences de la « #modernité » est l’incarnation du plus vieux pouvoir de l’Histoire, celui de l’#Argent, avec son inévitable cortège d’arrogance et de mépris plus ou moins subtil, pour ceux qui n’ont pas les moyens de croire que tout leur est permis.
     
    Bien entendu, le #Président – nouvelle mouture – de la V° République (archaïque Constitution présidentialiste) se présente comme un éminent défenseur (autoproclamé) d’une « #démocratie » pluraliste certes, mais « juste ce qu’il faut » pour laisser une petite place à certains syndicats prêts à toutes les compromissions et à une social-démocratie, modeste opposition de Sa #Majesté !
     
    Dans son activisme « ni de gauche, ni de gauche », il parcourt le monde ne voyant des pays visités que les dorures des palais nationaux et des gardes locaux lui rendant les honneurs sans se préoccuper particulièrement des résultats très limités qu’il obtient pour les peuples concernés.
     


    En premier lieu, il applaudit à l’#Europe (tout comme B-H. Lévy dans son dernier livre) c’est-à-dire à l’hégémonie étasunienne, juge de tous les péchés du monde, clouant au banc des accusés tous les hérétiques : hors du « modèle » occidental et du marché, point de salut !
     
    Quant à son appel à « la souveraineté européenne » encore indéfinissable, elle est un produit de substitution à ce qui n’est que l’Europe des affaires, inapte à toute harmonisation sociale et fiscale et à toute forme de solidarité vis-à-vis des migrants !
     
    La #souveraineté_nationale et l’indépendance, il ne les connaît pas davantage que les firmes transnationales qui spéculent à l’échelle mondiale et ne dressent des murs que vis-à-vis des hommes (2) !
     
    Le Président français, dans le sillage étasunien et trumpiste (ce qui est une référence !), ainsi que derrière lui la cohorte de politiciens (plus ou moins opportunistes), de #médias (sous contrôle des grands groupes financiers) et de « services » en tout genre, ont adopté un #langage manipulateur chargé d’intoxiquer l’opinion, les formules et les mots inlassablement répétés, fabriquant sinon des convictions du moins une extrême confusion !
     
    Dans l’ordre interne, et par sa voix, les contre-réformes les plus régressives deviennent des « #réformes » modernisatrices, la négociation a cédé la place à un « dialogue » qui n’est qu’un bavardage, l’ « État de droit » n’est que maintien d’une légalité discriminatoire, la répression se fait « mesures sécuritaires », l’insécurité sociale et l’austérité pour la majorité défavorisée se muent en « équilibres » budgétaires et recherche de la « compétitivité », les « droits de l’homme » (de moins en moins invoqués) se restreignent aux droits civils et politiques, jamais économiques et sociaux.
     
    Mais c’est dans les relations internationales que la « #novlangue » à la Orwell, pratiquée par la France et les autres États occidentaux, européens et américains, est la plus significative (3).
     
     
    –Il n’y a plus jamais de guerre : seulement des « opérations de police » à finalité #humanitaire, afin de protéger les « civils » ou « les non-combattants » dans des conflits internationaux, y compris à des milliers de kilomètres de chez soi ! L’Empire et ses alliés exercent une sorte de mission divine de protection de l’Humanité contre les Barbares d’une couleur ou d’une autre ! Rien de neuf : les expéditions coloniales déjà n’étaient pas la guerre. Bombarder l’Irak, la Libye, ou la Syrie n’est que l’expression d’un haut degré de civilisation humaniste et d’une philanthropie universaliste sans limite !
     
    Qui oserait ne pas dire plus de sept ans après la destruction de la Libye qu’il ne s’agissait que d’éliminer Kadhafi, malgré de nombreuses tentatives antérieures d’assassinat et le financement d’Al Qaïda contre le régime ? Sarkozy n’a fait que reproduire, quelques années après l’expédition anti-Bagdad, une opération fondée sur le mensonge !
     
    –La politique des « deux poids, deux mesures » est aussi une vieillerie historique décrétant quel pays est une « #dictature », lequel ne l’est pas !
     
    L’Égypte du Maréchal Sissi, comme l’Arabie Saoudite ou le Qatar sont des alliés en « voie de démocratisation », tout comme Bahreïn (qui a écrasé sa « révolution du printemps 2011 », mais qui abrite une base de la V° Flotte américaine). Au contraire, les « dictateurs » vénézuélien ou bolivarien, tout comme l’ex-président du Brésil, Lula, sont infréquentables. De même, la Coalition occidentale ne fait que combattre les « terroristes de #Daech », tandis que la Russie et l’Iran en Syrie affrontent des « #rebelles », simples « opposants » à Damas !
     
    – Vis-à-vis du conflit israélo-palestinien se poursuit un « processus de paix », depuis plus d’un demi-siècle sous l’égide des États-Unis, juges et parties. L’occupation israélienne ne cesse de s’étendre et les Palestiniens tués se multiplient sans « ingérence humanitaire ». Combien de #Palestiniens valent un Juif ? L’exercice du droit de veto étasunien au Conseil de Sécurité a-t-il pour objectif la paix dès lors qu’#Israël est mise en cause ?
     
    – Peu importe, les États-Unis, la France, la Grande Bretagne à eux seuls, constituent « la communauté internationale » ! Le reste du monde doit être tenu à distance. Lorsque le Conseil de Sécurité refuse un projet de résolution occidentale, c’est à cause du « #veto » russe, comme au temps de la guerre froide ! Lorsque c’est l’inverse qui se produit à l’encontre d’une proposition russe, c’est la communauté internationale qui s’y oppose ! Tout est dans la nuance, pour les professionnels du lexique des tricheurs !
     
    –L’usage unilatéral de la force contre un État est la violation la plus flagrante de la Charte des Nations Unies. Lorsqu’une puissance occidentale s’octroie ce que le droit international lui refuse, c’est parce qu’elle a une haute conscience de ses responsabilités, qu’elle incarne le Bien en toute « légitimité ». Le « primat de la morale » l’emporte sur un juridisme suranné ! L’Occident est toujours du « bon côté de l’Histoire » contre le Mal incarné par les … Autres !
     
    Le lexique des #tricheurs se renouvelle sans cesse pour rafraîchir la réputation des Occidentaux qui se croient encore tout permis et qui veulent partout être présents dans le monde pour en tirer profit, comme par exemple, être à la table des négociations pour la #Syrie (riche en ressources énergétiques) (ce qui explique les tirs de missiles d’avril) et ne pas laisser seule la Russie, ou continuer à exploiter le pétrole libyen malgré le chaos qui règne dans le pays, évidemment avec mise à l’écart des Russes ou des Chinois !
     
    Si l’on ajoute à ces truquages sémantiques un spectacle politico-folklorique permanent où se conjuguent fausses compassions (avec images adéquates de femmes et enfants martyrs), braquage sélectif des caméras sur les sites « rentables » pour l’Occident (par exemple, la Syrie, mais ni la Libye ni le Yémen, ni la liquidation des Kurdes par la Turquie), et mise en scène de rodomontades guerrières à prétention humanitaire, on peut conclure que toute complaisance vis-à-vis de ce type de pratique politique relève soit du cynisme soit de l’aveuglement.
     
    Certes, toutes les Puissances s’efforcent de satisfaire en priorité leurs intérêts propres, mais l’Occident a une particularité : il falsifie, par tous les moyens, avec la plus parfaite mauvaise foi, sa pratique en la présentant comme une œuvre universaliste irremplaçable.
     
    Décidément, comme disait Marx, la préhistoire n’est pas encore achevée.

     Robert Charvin

    Notes :
    1Voir le film complaisant sur Macron « La fin de l’innocence ».

    2L’intervention en Nouvelle Calédonie, en mai 2018, ouvrant en fait la campagne référendaire qui doit y avoir lieu pour ou contre l’indépendance et qui, évidemment, encourage au « Non » (nickel et « terres rares » obligent) est d’une hypocrisie remarquable.

    3Cf. D. Losurdo. Le langage de l’Empire. Lexique de l’idéologie étasunienne. Delga. 2014.

    Voir aussi, Alain Bihr. La Novlangue néolibérale. La rhétorique fétichiste du capitalisme. Syllepse.

    Source : https://www.investigaction.net/fr/le-lexique-des-tricheurs-le-langage-du-nouveau-monde-et-des-neoconse


  • Lafarge : l’ombre du 13 Novembre

    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/lafarge-l-ombre-des-attentats-de-paris_2005683.html

    C’était le 4 janvier 2018. L’avocat Georges Holleaux, représentant l’association Life for Paris, avait pris sa plus belle plume afin d’écrire aux juges chargés du dossier du financement présumé de Daech par Lafarge. Quelques lignes sans plus d’explication pour se constituer partie civile, au nom de l’association des victimes du 13 Novembre et de leurs proches, dans l’affaire qui met en cause le géant mondial du #ciment, suspecté d’avoir établi des relations financières avec le groupe terroriste (et d’autres) qui a inspiré la majorité des attentats commis à Paris.

    Il serait donc possible de faire le lien entre les événements parisiens de 2015 et les sommes versées par Lafarge en Syrie ? Les juges ont répondu oui. Et ont admis l’association le 29 janvier dernier au rang de partie civile. Selon l’ordonnance consultée par L’Express, les magistrats estiment qu’il a « été établi » que Daech percevait une taxe « en fonction de marchandises transportées que la société Lafarge répercutait sur son prix » et que « le montant global et la durée » de ces financements sont susceptibles d’avoir permis de « pérenniser » Daech en #Syrie et de lui permettre de « planifier et de réaliser des opérations violentes sur zone et à l’étranger, y compris en #France ». Le raisonnement juridique s’appuie sur la notion de « fongibilité » des sommes en question : pour être clair, l’argent de #Lafarge perçu par des personnes liées ou appartenant à l’organisation #terroriste aurait perdu toute traçabilité et se serait fondu dans la masse des ressources de #Daech.

    #Lafarge_Syrie

    • Est-ce qu’il y a un moyen de connaitre les entreprises françaises qui sont restés sur le territoire de Daesh ? Si Lafarge payait des pots de vin pour avoir le droit de rester ca me semble improbable que ca sois pas pareil avec les autres contrairement à ce que dit Frédéric Jolibois, directeur de l’usine Lafarge en Syrie.


  • Les Américains enquêtent sur les liens entre Lafarge/GBL et les groupes terroristes en Syrie. Martin Buxant - 4 Mai 2018 - L’Echo
    https://www.lecho.be/tablet/newspaper/une/les-activites-syriennes-de-gbl-interessent-les-americains/10008983.html

    Cela commence à faire tache du côté de Gerpinnes, le QG de la famille Frère, actionnaire de référence de GBL. Depuis plusieurs mois, le holding financier du baron Albert Frère est dans le collimateur des enquêteurs belges et, singulièrement, du parquet fédéral, la plus haute autorité belge en matière d’antiterrorisme. Celui-ci a ouvert un dossier en novembre dernier et désigné un juge d’instruction pour enquêter sur des faits commis par le cimentier #Lafarge en Syrie – une entreprise dont #GBL est aujourd’hui actionnaire à 9,43% (20% jusqu’en 2015, date de la fusion avec le Suisse Hocim).


    680 millions de dollars
    Deux préventions sont, à ce stade, explorées par les enquêteurs. Financement d’un groupe #terroriste et participation aux activités d’un groupe terroriste. Lafarge a en effet travaillé entre autres avec l’organisation État islamique (EI) et le Front al Nosra (lié à Al-Qaïda) en vue de préserver les intérêts de son implantation de Jalabiya, une usine située à 90 kilomètres de Raqqa, capitale de l’EI. Cette implantation a représenté un investissement de 680 millions de dollars pour Lafarge en 2010.

    Entre 2011 et 2015, des dizaines millions de dollars auraient été versés via différents canaux (commissions, droits de passage, revente de matériel,…) aux groupes terroristes – ceci alors que la Belgique et les forces de la coalition étaient engagées en pleine guerre contre l’EI en Syrie et en Irak.

    D’après une source judiciaire, « les billets de banque retrouvés dans la poche d’un #Abaaoud ou d’un autre provenaient peut-être de Lafarge. C’est de cela qu’il s’agit. C’est ce cercle du financement du terrorisme que l’on doit casser ».

    Le parquet fédéral a donc ouvert un dossier GBL. Dans un premier temps, les Belges se sont contentés d’épauler les autorités judiciaires françaises qui mènent le dossier Lafarge mais le volet belge a pris de l’ampleur, entre autres via des perquisitions et saisies chez GBL mais aussi via la mise sur écoute téléphonique de plusieurs responsables du holding financier.

    L’ampleur du dossier est devenue telle qu’il a aujourd’hui éveillé la curiosité des autorités américaines. Deux agences, le #FBI et le DOJ (Ministère de la Justice), ont demandé l’accès à toutes les pièces des dossiers « syriens » Lafarge/GBL.

    Interrogé, le parquet fédéral n’indique pas si les pièces ont été transmises. Étant donné le haut degré de collaboration antiterroriste entre Belges, Français et Américains, il apparaît peu probable que l’accès au dossier Lafarge/GBL soit refusé aux autorités américaines…
    Une seule question se pose désormais avec acuité aux enquêteurs dans ce dossier : est-il possible que les représentants de GBL au sein de Lafarge aient pu tout ignorer des agissements du cimentier en Syrie en vue de préserver les intérêts de leur usine ?

    Dommages collatéraux
    A ce stade, les documents saisis sont encore en cours d’analyse. « Le degré d’implication et de connaissance des dirigeants de GBL n’est pas arrêté, mais une chose est déjà certaine : on se trouve à tout le moins face à des comportements complètement #immoraux et #anti-éthiques. C’est très grave », selon une source.

    Plusieurs responsables du groupe, dont Gérald Frère, Gérard Lamarche, Thierry de Rudder, Victor Delloye et Albert Frère, ont été mis sur écoute, selon certains compte-rendus consultés par Le Monde.
    D’après plusieurs sources, l’intérêt américain pour le dossier n’est pas encore très clair mais Washington met en avant la théorie des effets, c’est-à-dire que potentiellement les activités de Lafarge en Syrie ont impacté son économie et sa sécurité nationale. Potentiellement, pour Lafarge/GBL, les dommages collatéraux peuvent être importants puisque les Etats-Unis, en vertu des législations antiterroristes, peuvent empêcher certains groupes qu’ils ont dans leur viseur judiciaire de travailler sur leur territoire.

    Autre effet potentiel, souligne un analyste, le Suisse #Holcim pourrait se retourner contre Lafarge/GBL pour ne pas avoir été mis au courant des déboires judiciaires de Lafarge.

    À ce stade, il est peu probable qu’un procès du groupe GBL se tienne en Belgique : la voie privilégiée par les autorités judiciaires belges est de fournir tous les éléments aux Français qui, eux, pilotent le dossier Lafarge.

    Les autorités belges ont fait de la lutte contre la #corruption internationale une priorité. Des trafics de faux passeports aux dossiers d’adoption bidouillés en République démocratique du Congo, jusqu’aux commissions payées en #Syrie. Une directive a été donnée aux enquêteurs de pousser leur travail le plus loin possible.

    « C’est notre enquête interne qui a permis de révéler ces faits »
    Chez GBL, on trouve la pilule judiciaire particulièrement amère et – pour tout dire – injuste. Le holding financier a engagé les services de #Linklaters, un important cabinet d’avocats bruxellois pour défendre ses intérêts. Les conseils du groupe préfèrent s’exprimer off the record mais la ligne de défense est claire : « Le groupe GBL et ses représentants n’avaient strictement aucune connaissance des activités et du mode opératoire de Lafarge en Syrie et actuellement le groupe GBL collabore pleinement et entièrement avec la justice belge. »

    Du côté de GBL, on met l’accent sur le fait que c’est un audit diligenté au sein de Lafarge à la demande expresse de GBL qui est à l’origine des révélations sur les agissements avec l’#État_islamique. Cet audit a été réalisé par le cabinet Baker & McKenzie et toutes les conclusions ont été transmises aux enquêteurs belges et français, insiste-t-on du côté de GBL. « C’est quand même à souligner : c’est nous-mêmes qui avons permis que ces faits soient mis au jour via un travail de bénédictin », dit-on.

    GBL pointe le fait que tous les documents nécessaires ont pu être saisis lors des perquisitions dans les bureaux du groupe. Et les conseils du groupe expliquent ceci : GBL est une holding financière détenant des participations dans une dizaine de sociétés. Le fonctionnement du groupe est celui-ci : GBL délègue des représentants dans les conseils et comités des structures où elle a investi, mais c’est d’abord et avant tout les aspects financiers qui sont scrutés. « Le profil des représentants le prouve, ce ne sont pas des opérationnels. Ils reçoivent des dossiers de la part du management, ils discutent des ordres du jour, mais ils sont actifs sur les points financiers. Nos représentants n’ont évidemment jamais entendu parler de #Daech ou quoi que ce soit et dès que ça a été le cas il y a eu audit interne et transmission des pièces à la justice. »

    La justice estime que certaines pièces et PV sont manquants : « Si des pièces sont manquantes, c’est chez Lafarge, nous n’avons jamais eu accès à ces pièces. » Sur le fait que les comptes rendus de certaines écoutes téléphoniques laissent entendre que des représentants de GBL auraient pu se douter des agissements de Lafarge en Syrie : l’instruction judiciaire est en cours et les avocats du groupe GBL n’ont pas encore eu accès au dossier judiciaire complet et ne peuvent donc prendre position. « Personne chez GBL n’était au courant. Ces informations ne sont pas remontées depuis Lafarge. À présent, c’est à la justice à déterminer qui savait quoi, comment et à quel moment. » Interrogé également, le CEO du groupe GBL Gérard Lamarche assure ne jamais avoir été mis au courant des agissements de Lafarge en Syrie.

    #grand_homme #grand_patron #javel #terrorisme #argent #LafargeHolcim #multinationales #influence #attentats #BNB

    Suite de https://seenthis.net/messages/652093


  • #Dawla

    Dawla in arabo significa Stato ed è uno dei modi in cui gli affiliati dello Stato islamico chiamano la propria organizzazione. Gabriele Del Grande è andato a incontrarli in un avventuroso viaggio partito nel Kurdistan iracheno e terminato con il suo arresto in Turchia. Questo libro è il racconto delle loro storie intrecciate alla storia più grande dell’ascesa e della caduta dello Stato islamico.

    Un racconto che parte nel 2005 nei sotterranei del carcere di massima sicurezza di Saydnaya, in Siria, e che passa per la rivoluzione fallita del 2011, la guerra per procura contro al-Asad, il ritorno del Califfato e gli attentati che hanno sconvolto l’Europa.

    Senza mai cedere ai toni della saggistica, Del Grande mette in scena una galleria di personaggi le cui vicende si snodano in un intreccio di storytelling e geopolitica. Un manifestante siriano spinto da un’autentica sete di giustizia a prendere le armi e che, davanti alla corruzione dell’Esercito Libero, sceglie di arruolarsi nel Dawla, dove farà carriera come agente dei servizi segreti interni ed emiro della polizia morale, hisba. Un hacker giordano in fissa con l’esoterismo giunto in Siria seguendo le profezie sulla fine del mondo e finito nel braccio dei condannati a morte in una prigione segreta del Dawla. E un avventuriero iracheno ingaggiato da un ex colonnello dell’Anbar che grazie alla propria intraprendenza si addentrerà nel livello più oscuro dei servizi segreti del Dawla, quello responsabile della pianificazione degli attentati in Europa.

    Asciutto e spietato come una tragedia classica, avvincente come un action movie, questo libro straordinario ci racconta storie forti, piene di colpi di scena, avventure, sentimenti, rabbia, amore, vita, morte, punti di vista opposti sulla guerra e sul mondo.

    https://www.librimondadori.it/libri/dawla-gabriele-del-grande
    #EI #Etat_islamique #Syrie #djihad #daech #ISIS #Gabriele_del_Grande #livre


  • Entre la Turquie et Daech, des échanges de prisonniers qui interrogent

    A plusieurs reprises depuis 2014, la #Turquie aurait envoyé en Syrie des dizaines de détenus djihadistes, dont des Français, livrés contre des prisonniers de #Daech. Des informations recueillies par le JDD confirment ces tractations inavouables qui mettent en cause la coopération antiterroriste avec Ankara.

    http://www.lejdd.fr/international/enquete-entre-la-turquie-et-daech-des-echanges-de-prisonniers-qui-interrogent-
    #échange_de_prisonniers #EI #Etat_islamique



    • [...]

      Seit zwei Jahren arbeitet Adiba für internationale Journalisten, übersetzt, organisiert, vermittelt Gesprächspartner. Ohne ihre Hilfe käme Mohammed nicht weit. Sie kennt die Gegend und hat die Genehmigungen der kurdischen Autonomiebehörde besorgt, um die unzähligen Checkpoints auf dem Weg nach Sindschar zu passieren, jene Stadt, die zum Symbol für den Massenmord an den Jesiden geworden ist. Seit November 2015 ist Sindschar zwar befreit. Doch der IS kontrolliert noch immer Dörfer und Weiler im wenige Kilometer entfernten Umkreis. Adiba stammt aus dem Nachbarort Khanasor, aus dem sie im August 2014 wenige Minuten vor dem Eintreffen der Milizen des IS entkommen konnte. Sie hat sofort zugesagt, mit Khamis zu arbeiten, als sie hörte, was er für seine Freundin Tamara tun möchte.

      Am nächsten Morgen geht es los. Vorerst ist der Abstecher in das irakische Krisengebiet, zweihundert Kilometer nördlich von Erbil, nur ein ungeschriebenes Kapitel des Buches, das er nach dieser Reise veröffentlichen möchte. Was erwartet Mohammed Khamis von den kommenden Tagen? Hat er Angst, als Muslim diskriminiert zu werden? Dass ihn die Opfer des IS wegen seines Glaubens in moralische Sippenhaft nehmen? Wie wird er auf das, was im Namen seiner Religion angerichtet wurde, reagieren, auf die Zerstörungen, das Leid, die Flüchtlinge? Mohammed Khamis zuckt mit den Schultern und sagt: »Was mir sehr wichtig ist, ist zu zeigen, dass das, was hier passiert ist, nicht im Namen meiner Religion passiert ist. Ich möchte dem jesidischem Volk sagen, dass die Art meiner Auslegung meiner Religion nicht erlaubt, einen Menschen zu unterdrücken, zu töten, zwangszuverheiraten oder zu vergewaltigen.« Adiba schlägt vor, dass er sich Michael anstatt Mohammed nennen könnte, um sich eventuellen Ärger zu ersparen. »Nein. Ich verleugne mich nicht.« Schließlich sei er hier, um zu verstehen.

      »Der IS ist mit zwei Wagen in Sinjar einmarschiert«, widerspricht Adiba und streckt Mohammed zwei Finger entgegen. »Nur mit zwei Wagen!«

      Das mit dem Verstehen ist jedoch so eine Sache. Ihm ist bewusst, dass es nach den Massakern des IS nicht einfach werden könnte, die Jesiden davon zu überzeugen, dass der Islam eigentlich nur eines lehrt: Frieden. Mohammed möchte auf der Fahrt nach Sindschar von Adiba wissen, was ihr im Sommer 2014, als der IS den Nordirak überrannte, zugestoßen ist. Die junge Frau holt tief Luft und beginnt zu erzählen. »Am 3. August 2014 habe ich siebzig Familienmitglieder verloren. Wir wissen nicht, was aus ihnen geworden ist, wo sie sind. Vor dem Krieg war ich ein kleines Mädchen, ein Jahr später eine alte Frau. Ich habe viel verloren, aber ich kann nicht hassen.«

      Mohammed hört zu, nickt und sagt dann: »Das war keine religiöse Sache, was hier passiert ist. Meine Religion erlaubt das nicht. Wo auch immer du hinsiehst, Moslems sind so nicht.«

      »Ich weiß, Mohammed.«

      »Verurteilst Du uns?«, fragt er misstrauisch.

      »Ich sage nicht, dass alle Moslems verantwortlich sind. Die IS-Kämpfer kamen nicht aus Saudi-Arabien. Es waren Iraker. Es waren unsere Nachbarn«, antwortet Adiba.

      [...]

      #auf_deutsch


  • L’avion de combat russe abattu en Syrie augure d’une guerre plus large _ WSWS.Org - Peter Symonds - 6 février 2018 *
    https://www.wsws.org/fr/articles/2018/02/06/syri-f06.html

    L’avion de combat russe abattu dans le nord de la Syrie samedi menace d’intensifier dramatiquement l’affrontement entre Washington et Moscou dans la guerre par procuration soutenue par les États-Unis pour évincer le régime du président Bachar al-Assad soutenu par la Russie. Les médias russes et de hauts responsables politiques accusent déjà les États-Unis d’y être impliqués.

    Le ministère russe de la défense a rapporté qu’un Sukhoi Su-25 avait été touché par un missile sol-air portatif, ou MANPAD, dans la province d’Idlib, dans le nord de la Syrie. Le pilote, qui n’a pas été nommé, a été éjecté de l’avion mais a été tué sur le terrain lors d’une « bagarre avec des terroristes ». Le Su-25 est un avion d’attaque au sol à basse altitude.

    Tharir al-Sham, groupe affilié à Al-Qaïda, a revendiqué la responsabilité, affirmant que l’un de ses combattants avait réussi à abattre l’avion à l’aide d’un missile antiaérien tiré à l’épaule. Le ministère russe de la défense a annoncé que des frappes de représailles contre les forces anti-Assad dans la région ont tué plus de 30 combattants.

    Le sénateur russe Frants Klintsevich, vice-président de la commission de la défense et de la sécurité du Conseil de la Fédération de Russie, a tenu les États-Unis responsables de l’acte. « Je suis absolument convaincu […] qu’aujourd’hui les militants ont des MANPAD, et qu’ils ont été fournis par les Américains par l’intermédiaire de pays tiers », a-t-il dit.

    Klintsevich a appelé à une enquête rigoureuse pour déterminer le type de MANPAD qui ont été fournis et les « circonstances de la destruction du Su – 25 ». Il a averti que « la perte d’un avion n’est rien, mais cela a une grande importance et de grande conséquences. »
    Le parlementaire russe Dmitry Sablin a blâmé un pays non identifié, voisin de la Syrie, pour avoir fourni le MANPAD utilisé pour abattre l’avion. « Les pays par lesquels transitent les armes qui sont ensuite utilisées contre les militaires russes, doivent comprendre que cela ne restera pas impuni », a-t-il déclaré.

    Le Pentagone a rapidement nié avoir fourni des MANPAD aux milices soutenues par les États-Unis et a réitéré le mensonge selon lequel ses opérations de combat se concentrent uniquement sur l’État islamique (ÉI), désormais vaincu. « Les États-Unis n’ont pas équipé leurs forces armées partenaires en Syrie d’armes sol-air et n’ont aucune intention de le faire à l’avenir », a déclaré samedi le porte-parole du Pentagone, Eric Pahon, aux médias russes.

    Ce déni ne résiste pas à un examen sérieux. Rien que le mois dernier, les États-Unis ont annoncé qu’ils armeraient et équiperaient une « force frontalière » de 30 000 hommes constituée principalement d’unités de protection du peuple kurdes (YPG) afin de se tailler de fait une enclave dans le nord de la Syrie, à partir de laquelle des attaques pourront être lancées contre le régime d’Assad.

    Les plans américains sont en pleine déroute. La Turquie, qui qualifie les YPG de terroristes alignés sur le parti séparatiste des travailleurs du Kurdistan (PKK), a lancé une offensive à grande échelle dans l’enclave kurde. En même temps, les forces gouvernementales syriennes, soutenues par la Russie, ont lancé leurs propres attaques contre des milices appuyées par les pays occidentaux qui cherchent à s’accrocher à ce qu’il reste du territoire contrôlé par l’opposition.

    Un long éditorial du New York Times mercredi dernier, intitulé « Alors que les alliés des États-Unis s’affrontent, la lutte contre l’ÉI faiblit », a passé en revue la politique incohérente et contradictoire de Washington qui a mené à des combats entre la Turquie, son allié au sein de l’OTAN, et les forces par procuration américaines en Syrie. Dans une tentative de résoudre ce problème insoluble, les États-Unis ont donné le feu vert à l’offensive turque, mais ils ont fixé une ligne à ne pas franchir à la ville syrienne de Manbij, où sont basés des centaines de soldats américains, ainsi que des milices kurdes.

    En conclusion, le New York Times a sévèrement critiqué la Russie et l’Iran pour avoir manœuvré « afin d’assurer une présence et une influence permanentes » et a accusé les États-Unis, en réalité le président Donald Trump, de « se soustraire à sa responsabilité pour l’avenir politique de la Syrie ». Cet éditorial ne peut être interprété que comme un appel à l’action pour contenir la Russie et l’Iran afin d’empêcher que les États-Unis soient encore plus marginalisés dans le bourbier syrien qu’ils ont créé. Quelques jours plus tard, la réponse apparaissait sous la forme de cet avion de combat russe abattu alors qu’il attaquait les forces alignées sur les États-Unis.

    Dans le monde trouble des intrigues de l’opposition syrienne, où les milices de droite alignées sur Al-Qaïda collaborent ouvertement avec des groupes pro-occidentaux, la CIA et les forces spéciales américaines, il est impossible de savoir précisément qui a fourni le MANPAD et qui a pris la décision de le tirer, ou même qu’elle milice l’a fait.

    Le site Debkafile, qui a des liens étroits avec les services secrets israéliens, a rapporté le mois dernier que le Pentagone « envoyait aux YPG [milices kurdes] des systèmes de défense aérienne portatifs – des MANPAD – particulièrement efficaces contre les avions et les hélicoptères volant à basse altitude ».

    Dans un article intitulé « Qui a déclenché le tir contre l’avion de chasse russe dans une zone de guerre tapissée d’armes ? », Al Arabiya a souligné qu’un certain nombre de milices de l’opposition syrienne avaient accès à des missiles antiaériens. Il a déclaré que les FIM-92 Stingers américains, un des modèles de MANPAD, ont été fabriqués sous licence en Turquie par la société Roketsan et, selon l’analyste américain Theodore Karasik, ont été livrés à « de nombreuses forces d’opposition syriennes, comme l’Armée syrienne libre [alignée sur l’occident], autour d’Idlib ».

    Indépendamment de qui a précisément appuyé sur la gâchette, ce dernier incident souligne la situation extrêmement tendue dans laquelle les forces militaires russes et américaines se font face de près, de part et d’autre des belligérants dans la désastreuse guerre civile syrienne.

    Le danger d’un conflit entre les deux puissances nucléaires a été grandement exacerbé par la publication du gouvernement Trump d’une nouvelle Stratégie de défense nationale en janvier, qui déclarait que « la compétition stratégique interétatique », et non le terrorisme, était « maintenant la préoccupation principale ». Elle a qualifié la Chine et la Russie de « puissances révisionnistes » et a déclaré que les États-Unis doivent « donner la priorité à la préparation à la guerre ».

    Cela a été encore renforcé vendredi dernier avec la publication de la dernière Nuclear Posture Review (Étude sur la position nucléaire) des États-Unis. Elle désigne la Russie, avec la Chine, la Corée du Nord et l’Iran, comme des menaces potentielles et appelle à une expansion de l’arsenal nucléaire américain. Elle recommande le développement d’une gamme de nouvelles armes qui pourraient être utilisées dans des situations autres que la guerre nucléaire à grande échelle, ce qui nuirait aux accords visant à faire reculer les arsenaux nucléaires.

    La guerre civile syrienne n’est que l’une des poudrières au Moyen-Orient et dans le monde entier qui pourraient toutes déclencher un conflit catastrophique pendant que toutes les parties manœuvrent et intriguent pour renforcer leur présence et leur influence. La responsabilité principale pour cette situation, cependant, revient à l’impérialisme américain. Au cours du dernier quart de siècle, il a mené une guerre d’agression après l’autre, transformant la Syrie, le Yémen, l’Irak et toute la région en une poudrière instable.

    (Article paru en anglais le 5 février 2018)

    #MANPAD #Syrie #Guerre#états-unis #world_socialist_web_site #journalisme #russie #Chine #Corée_du_Nord #Iran #Pentagone #Stingers #stratégie #Israel #Agression #F16 #Daech #USA #Front Al-Nosra #tsahal
    https://seenthis.net/messages/667167


  • Thousands of ISIS Fighters Flee in Syria, Many to Fight Another Day - The New York Times

    https://www.nytimes.com/2018/02/04/world/middleeast/isis-syria-al-qaeda.html

    WASHINGTON — Thousands of Islamic State foreign fighters and family members have escaped the American-led military campaign in eastern Syria, according to new classified American and other Western military and intelligence assessments, a flow that threatens to tarnish American declarations that the militant group has been largely defeated.

    As many of the fighters flee unfettered to the south and west through Syrian Army lines, some have gone into hiding near Damascus, the Syrian capital, and in the country’s northwest, awaiting orders sent by insurgent leaders on encrypted communications channels.

    #daech #syrie


  • Arrestation de djihadistes français en Syrie : l’épineux problème des revenants
    https://reflets.info/arrestation-de-djihadistes-francais-en-syrie-lepineux-probleme-des-revenan

    Plusieurs djihadistes ont été arrêtés par les forces kurdes du Parti de l’union démocratique (PYD) en Syrie. Pas n’importe lesquels. Il s’agit de pionniers du #djihad en #France : #Thomas_Barnouin, #Thomas_Collange, #Romain_Garnier et […]

    #Monde #Société #Artigat #daech #Emilie_König #état_islamique #Nicolas_Moreau #Olivier_Corel


  • Comment l’Assemblée nationale a fermé les yeux sur les accusations
    https://www.mediapart.fr/journal/france/191217/comment-l-assemblee-nationale-ferme-les-yeux-sur-les-accusations

    Le député #Jean-Frédéric_Poisson, le 29 novembre 2016, à l’Assemblée nationale. © Benoit Tessier/Reuters Le 20 juillet 2016, l’Assemblée nationale, par l’intermédiaire d’une mission d’information présidée par le député Jean-Frédéric Poisson, blanchissait le groupe #Lafarge de toute compromission avec des organisations terroristes. Enquête sur un naufrage parlementaire.

    #France #Bruno_Lafont_Terrorisme #Daech #Etat_islamique #Kader_Arif #Syrie #terrorisme


  • Pourquoi l’ex-PDG a échappé à la détention provisoire
    https://www.mediapart.fr/journal/france/191217/pourquoi-l-ex-pdg-echappe-la-detention-provisoire

    Bruno Lafont, ancien PDG de #Lafarge, mis en examen pour « financement du #terrorisme », le 18 février 2015. © John Schults/Reuters Évoquant des « risques majeurs » de concertation frauduleuse, de pression ou d’intimidation financière sur des témoins, la juge #Charlotte_Bilger a réclamé le placement en détention provisoire de #Bruno_Lafont, mis en examen pour « financement du terrorisme ». En vain.

    #France #Daech #Syrie


  • Fuir #Daech. L’hôtel des exilés

    Il y a un an, l’État islamique s’emparait d’immenses territoires entre la Syrie et l’Irak. Suivant le chemin d’un million et demi de déplacés, Innes, Akeel et leurs enfants sont venus s’échouer au #Harem_Hotel, dans la capitale du #Kurdistan irakien.

    Depuis la guerre, l’hôtel a dû s’adapter : la quasi totalité de ses chambres sont occupées par des familles en exil, dont le futur n’est plus fait que d’incertitudes.
    https://lequatreheures.com/episodes/fuir-daech-hotel-des-exiles
    #réfugiés #asile #migrations #EI #Etat_islamique #Irak

    Un article de 2015, que je signale ici pour archivage.


  • Climate Change and Water Woes Drove ISIS Recruiting in Iraq
    https://news.nationalgeographic.com/2017/11/climate-change-drought-drove-isis-terrorist-recruiting-iraq

    With every flood or bout of extreme heat or cold, the jihadists would reappear, often supplementing their sales pitches with gifts. When a particularly vicious drought struck in 2010, the fifth in seven years, they doled out food baskets. When fierce winds eviscerated hundreds of eggplant fields near Kirkuk in the spring of 2012, they distributed cash. As farming communities limped from one debilitating crisis to another, the recruiters—all members of what soon became the Islamic State—began to see a return on their investment.

    Two agricultural laborers in Azwai, a blink-and-you’ll-miss-it farming community just south of Shirqat, ran off to join the jihadists in December 2013. Seven more from outlying villages followed a month later. By the time the Islamic State (also known as ISIS) seized this swath of Iraq—along with most of the country’s west and north—in a brutal summer-long blitzkrieg in 2014, few locals were surprised to see dozens of former fertilizer market regulars among its ranks.

    “We said just wait until the next harvest, life will get better, life will become easier,” Jabouri said. “But things just weren’t getting better. There was always another disaster.”

    #terrorisme #climat #pauvreté


  • Après les défaites de l’Etat islamique (1) : la menace d’un #djihadisme diffus
    https://www.mediapart.fr/journal/international/311017/apres-les-defaites-de-l-etat-islamique-1-la-menace-dun-djihadisme-diffus

    Alors que #Daech est poussé dans ses derniers retranchements en #Irak et en #Syrie, les combattants islamistes ont commencé à fuir dans d’autres pays, à organiser la guérilla ou à rentrer chez eux. Mais leur menace risque de continuer à se faire sentir pendant longtemps.

    #International #djihadiste #Etat_islamique #terrorisme


  • [O-S] Rojava (Kurdistan Syrien), une révolution qui s’organise

    Emission du 29 septembre, deuxième émission avec le collectif parisien « Initiative Confédéralisme Démocratique », cette fois nous allons parler de Rojava un territoire autonome ou le Confédéralisme Démocratique du PKK est appliqué. On s’intéresse cette fois un peu plus sur la problématique guerrière de cette révolution en marche

    http://offensivesonore.blogspot.fr/2017/10/rojava-kurdistan-syrien-une-revolution.html

    #pkk #audio #confédéralise_démocratique #anarchisme #réfugiés #camps #irak #guerre #kurdistan #turquie #syrie #daech #utopie #démocratie_direct #autogestion #radio_libertaire #offensive_sonore #radio #rojava


  • Mapping the Battle Against ISIS in Deir Ezzor
    https://www.newsdeeply.com/syria/articles/2017/09/26/mapping-the-battle-against-isis-in-deir-ezzor

    In recent weeks, the so-called Islamic State has suffered a string of defeats in eastern Syria. It has lost swaths of territory in Deir Ezzor city to advancing pro-Syrian government forces and has been driven from villages and oil fields on the eastern banks of the Euphrates River by a U.S.-backed paramilitary group.

    The two simultaneous but separate offensives by the Syrian Democratic Forces (SDF) and Syrian government loyalists may have resulted in quick gains in their first few weeks, but fighting is ongoing in many parts of the province, much of which remains under complete militant control.

    ISIS still controls roughly 74 percent of the Deir Ezzor province and commands two main strongholds in the areas of Boukamal and Mayadin, south of the provincial capital. The group also controls a resource-rich region east of the Euphrates River that contains most of the oil and gas fields in the province.

    With a long and grueling campaign still underway to expel the militant group from its last bastion in Syria, Syria Deeply examines the battle for Deir Ezzor by looking at the main groups, their objectives and their advances in the region.


  • ARAB WORLD MAPS – La lente agonie du Califat | The Maghreb and Orient Courier

    http://lecourrierdumaghrebetdelorient.info/focus/arab-world-map-la-lente-agonie-du-califat

    Il y a 3 ans, Abu Bakr Al Baghdadi déclarait depuis Mossoul la restauration du Califat. A ce moment, une nouvelle ère semblait s’ouvrir en Syrie et en Irak : les soldats de l’armée irakienne, démoralisés et désorganisés s’étaient enfuis de Mossoul abandonnant Hummers et armes lourdes, l’EI était aux portes de Baghdad, contrôlant plus d’un tiers du territoire irakien. En Syrie, le chaos qui y régnait leur avait permis de s’installer durablement sur près de la moitié du territoire et d’établir leur capitale à Rakka, une ville de 200 000 habitants sur l’Euphrate. Plus symbolique encore, l’EI avait effacé l’ancienne frontière Sykes-Picot, issue de la période des mandats français et anglais. Le Califat semblait s’installer pour de nombreuses années.

    #daech #isis #syrie #irak #is #ei #cartographie #visualisation


  • http://offensivesonore.blogspot.fr/2017/09/marmour-kurdistan-irakien-un-camps-de.html

    Makhmour (Kurdistan Irakien), un camps de réfugiés autogéré

    Le collectif parisien « Initiative Confédéralisme Démocratique », reviens d’un voyage en Irak. Ils ont visité le camps de réfugiés autogéré de Makhmour (Kurdistan Irakien). Occasion pour nous de parler du fonctionnement de la démocratie directe lancé par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) : le Confédéralisme Démocratique.

    https://www.mixcloud.com/offensive_sonore/marmour-kurdistan-irakien-un-camps-de-r%C3%A9fugi%C3%A9s-auto-g%C3%A9r%C3%


  • Dschihadisten im Strom der Flüchtlinge | tp 2017-09-10

    https://www.heise.de/tp/features/Dschihadisten-im-Strom-der-Fluechtlinge-3821734.html

    Die Öffnung der deutschen Grenzen nutzten dutzende Terroristen, um nach Deutschland einzusickern - Ein Kommentar

    [...]

    Rund 5.000 Europäer kämpfen in den Reihen des „Islamischen Staates“. Allein aus Deutschland sind seit 2012 mehr als 930 Dschihadisten nach Syrien oder in den Irak gereist, um sich dort den Terrororganisationen „Islamischer Staat“ oder „Hayat Tahrir al-Sham“ etc. anzuschließen. Mit der sich abzeichnenden militärischen Niederlage des „Islamischen Kalifats“ werden mindestens ein Drittel dieser ausländischen Kämpfer und Unterstützer in ihre Heimatländer zurückkehren. Hinzu kommen all die syrischen und irakischen Dschihadisten, die ihr Land verlassen werden, um anderswo Anschläge zu verüben.

    Bereits seit mehreren Jahren sind entsprechende Fluchtnetze aktiv und schleusten militante Islamisten nach Europa. Dabei konnten die Terrorverdächtigen im Strom der Flüchtlinge mit schwimmen.

    [...]

    via http://02mydafsoup-01.soup.io/post/632000369/Dschihadisten-im-Strom-der-Fl-chtlinge

    #Islamismus #Jihadismus #Islamischer_Staat #Flüchtlinge


  • #Kurdistan_irakien : un référendum pour peser dans l’après-Daech
    https://www.mediapart.fr/journal/international/070917/kurdistan-irakien-un-referendum-pour-peser-dans-lapres-daech

    Une affiche avec le portrait de #Massoud_Barzani appelant à voter en faveur du référendum le 25 septembre 2017. © Reuters Le référendum d’indépendance au Kurdistan irakien qui se tiendra le 25 septembre est avant tout marqué par des considérations internes. Mais il pourrait ouvrir la voie à un changement des frontières au Moyen-Orient.

    #International #Bagdad #chiites #Daech #Etat_islamique #Irak #kurdes #Syrie


  • #Albanien - Vom #Atheismus zum #Islamismus |dlf - Sabine Adler - 2018-09-01

    http://www.deutschlandfunk.de/albanien-vom-atheismus-zum-islamismus.1773.de.html?dram:article_id=3

    http://ondemand-mp3.dradio.de/file/dradio/2017/09/01/podium_vom_atheismus_zum_islamismus_albaniens_dlf_20170901_0749_

    [...]

    Auch der Anti-Terror-Beauftragte des Premierministers, Agron Sojati, sieht hier Handlungsbedarf. Radikalisierung geschehe häufig als Versuch, der Armut und Chancenlosigkeit zu entfliehen. „Hauptsächlich sind es wirtschaftliche Gründe. 60 Kilometer von Tirana entfernt lebt in einem kleinen Ort eine Gemeinde von #Sinti und #Roma. Von dort sind allein fünf Personen nach #Syrien gegangen, weil man ihnen versprochen hat, dass jeder 1.500 Euro bekommt. Tatsächlich bekamen sie 150 Euro. Alle sind zurückgekehrt.“

    [...]

    via https://diasp.eu/posts/5988823