• L’île de Bornholm, laboratoire d’une existence déconfinée au Danemark
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/03/04/au-danemark-une-ile-est-devenue-le-laboratoire-d-une-existence-deconfinee_60

    Pendant les semaines qui viennent, l’île de 40 000 habitants va faire office de laboratoire, utilisé par Copenhague pour y tester la sortie du semi-confinement, imposé depuis Noël afin d’endiguer la recrudescence des contaminations causées alors par le variant britannique du Covid-19.
    Les tatoueurs, masseurs, esthéticiens, mais aussi les écoles de conduite ont également rouvert lundi, ainsi que l’ensemble des établissements scolaires. Condition : les élèves de plus de 12 ans et leurs enseignants vont devoir se faire tester deux fois par semaine. Le reste de la population, au moins une fois. Chez le coiffeur, il faudra présenter un certificat de test négatif datant de moins de 72 heures. Le même est exigé à l’entrée et à la sortie de l’île.
    Pour permettre ce dépistage à grande échelle, huit centres de tests ont été installés à Bornholm. Les enfants et leurs professeurs se feront, eux, dépister à l’école. Joint par téléphone, le maire social-démocrate, Thomas Thors, assure que « les habitants sont prêts à se plier à ces contraintes, si cela permet de revenir plus vite à une vie presque normale ». Les bars et les restaurants restent fermés, mais la jauge pour les rassemblements a été relevée de cinq à dix personnes. Avec un taux d’incidence de 5 cas pour 100 000 habitants, Bornholm n’a pas été choisie au hasard : « Son très bas niveau de contamination et son insularité en font un endroit idéal pour étudier comment le dépistage de masse peut être utilisé pour prévenir les transmissions, et pas seulement comme un outil de management de la pandémie », explique Jens Lundgren, spécialiste des maladies infectieuses au Rigshospitalet de Copenhague.

    #Covid-19#migrant#migration#danemark#insularite#sante#circulation#depistage#tauxincidence#transmission

  • Sur le #retour_au_pays / #expulsions de #réfugiés_syriens... une #métaliste.

    Je profite de billet de @gonzo :
    « Le Danemark devient le premier pays européen à dire aux réfugiés syriens qu’ils doivent rentrer chez eux »
    https://seenthis.net/messages/904689

    ... pour créer une métaliste des mouvements de retour ("volontaires" ou « forcés ») des réfugiés syriens vers la #Syrie.
    Car ce mouvement a commencé tôt, déjà en 2015 selon les archives seenthis...

    #asile #migrations #réfugiés

  • Le Danemark devient le premier pays européen à dire aux réfugiés syriens qu’ils doivent rentrer chez eux | FR24 News France
    https://www.fr24news.com/fr/a/2021/03/le-danemark-devient-le-premier-pays-europeen-a-dire-aux-refugies-syriens-q

    Le Danemark est devenu le premier pays européen à dire aux migrants syriens qu’ils doivent retourner dans leur pays d’origine, affirmant que c’est désormais en sécurité pour eux là-bas.

    La nation scandinave a privé 94 réfugiés syriens de leur permis de séjour après avoir déterminé que Damas et ses environs étaient sûrs.

    Les migrants seront envoyés dans des camps de déportation, mais ne seront pas forcés de partir. Mais les groupes de défense des droits disent que le gouvernement essaie de ne donner aux migrants aucune autre option que de rentrer en Syrie de leur propre chef.

    Mattias Tesfaye, ministre de l’Immigration du Danemark, a déclaré le mois dernier que le pays avait été « ouvert et honnête depuis le début » avec les réfugiés venant de Syrie.

    « Nous avons clairement indiqué aux réfugiés syriens que leur permis de séjour était temporaire. Il peut être retiré si la protection n’est plus nécessaire », a-t-il déclaré, selon le Daily Telegraph.

    #syrie #migrants #réfugiés #cynisme

    • Denmark declares parts of Syria safe, pressuring refugees to return

      Denmark has stripped 94 Syrian refugees of their residency permits after declaring that Damascus and the surrounding area were safe. The Scandinavian nation is the first EU country to say that law-abiding refugees can be sent back to Syria.

      In Denmark, 94 Syrian refugees were stripped of their temporary residence permits, various British media reported this week. The move comes after the Danish government decided to extend the area of Syria it considers safe to include the Rif Dimashq Governorate – an area that includes the capital Damascus.

      According to the news platform Arab News, the Danish government said the 94 people will be sent to Danish deportation camps, but will not be forced to leave. Human rights groups however fear that the refugees will feel pressured to leave, even though their return is voluntary.

      The Danish immigration minister, Mattias Tesfaye, insisted last month that the Scandinavian country had been “open and honest from the start” about the situation of Syrian refugees, according to the British daily The Telegraph. “We have made it clear to the Syrian refugees that their residence permit is temporary. It can be withdrawn if protection is no longer needed,” the newspaper quoted Tesfaye as saying.

      The minister highlighted that Denmark would offer protection as long as needed but that “when conditions in the home country improve, a former refugee should return home and re-establish a life there.”
      ’Wreckless violation of duty’

      Last December, Germany’s deportation ban to Syria expired – but the only people now eligible for deportation are Syrian nationals who committed criminal offences or those deemed to pose a serious risk to public security. Denmark is the first European Union member to say that law-abiding refugees can be sent back to Syria.

      Human rights groups have strongly criticized the new Danish policy.

      “That the Danish government is seeking to force people back into the hands of this brutal regime is an appalling affront to refugee law and people’s right to be safe from persecution,” Steve Valdez-Symonds, refugee and migrant rights director at Amnesty International UK, told The Independent.

      “This reckless violation of Denmark’s duty to provide asylum also risks increasing incentives for other countries to abandon their own obligations to Syrian refugees,” he said.

      The organization Doctors without Borders (Médecins Sans Frontières, MSF) told The Independent that they assume people sent back to the Rif Dimashq Governorate would face similar challenges to the ones that people in northern Syria are facing, “given the scale and duration of the Syrian conflict ​and the impact of the war on infrastructure and the health system.”

      A member from the rights group Refugees Welcome in Denmark told The Telegraph that the 94 Syrians who had their residency permits revoked are facing years of limbo. “The government hopes that they will go voluntarily, that they will just give up and go on their own,” Michala Bendixen said. She said Syrian refugees now face a “very, very tragic situation,” and will be forced from their homes, jobs and studies and into Danish deportation camps.
      Denmark’s anti-migrant stance

      About 900 Syrian refugees from the Damascus area had their temporary protection permits reassessed in Denmark last year, according the The Independent. The latest decision to declare the Rif Dimashq area as safe will mean that a further 350 Syrian nationals (of 1,250 Syrians in the country) will have to undergo reassessment which could lead to a revocation of their protection status and residency permits.

      The ruling center-left Social Democratic Party in Denmark has taken a strong anti-migration stance since coming into office in 2019. Recently, Prime Minister Mette Frederiksen said she wants to aim for “zero” asylum seekers applying to live in Denmark.

      Denmark last year saw the lowest number of asylum seekers since 1998, with 1,547 people applying.

      https://www.infomigrants.net/en/post/30650/denmark-declares-parts-of-syria-safe-pressuring-refugees-to-return

      #safe_zones #zones_sures #zone_sure

  • Sweden and Denmark plan digital Covid vaccine certificates for travel | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2021/feb/04/sweden-and-denmark-plan-digital-vaccine-certificates-for-travel-covid
    https://i.guim.co.uk/img/media/523d7be078431507023455a3e59425e2569a5d6e/0_117_3500_2100/master/3500.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Sweden has announced it is to start developing digital vaccine certificates, to be used for travel and potentially more, following a similar move by Denmark a day earlier.The two Nordic countries have said the coronavirus vaccine certificates would be designed to enable citizens to travel abroad, but also hinted they could potentially be used to check whether someone was vaccinated if they were attending something like a sports or cultural event.“With a digital vaccine certificate it will be quick and easy to prove a completed vaccination,” Sweden’s minister for digital development, Anders Ygeman, said in a statement.The Swedish government said it hoped to have the infrastructure to issue digital certificates in place by June

    #Covid-19#migrant#migration#sante#suede#danemark#passeportvaccinal#economie#frontiere

  • Coming Soon : The ‘Vaccine Passport’ - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/02/04/travel/coronavirus-vaccine-passports.html

    Among governments and those in the travel industry, a new term has entered the vocabulary: vaccine passport.One of President Biden’s executive orders aimed at curbing the pandemic asks government agencies to “assess the feasibility” of linking coronavirus vaccine certificates with other vaccination documents, and producing digital versions of them.Denmark’s government said on Wednesday that in the next three to four months, it will roll out a digital passport that will allow citizens to show they have been vaccinated.It isn’t just governments that are suggesting vaccine passports. In a few weeks, Etihad Airways and Emirates will start using a digital travel pass, developed by the International Air Transport Association, to help passengers manage their travel plans and provide airlines and governments documentation that they have been vaccinated or tested for Covid-19.
    The challenge right now is creating a document or app that is accepted around the world, that protects privacy and is accessible to people regardless of their wealth or access to smartphones.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#danemark#sante#passeportvaccinal##frontiere#tourisme#economie

  • Covid-19 : le Danemark va lancer un « coronapas » numérique pour voyager, aller au restaurant ou à un concert
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/02/04/covid-19-le-danemark-va-lancer-un-coronapas-numerique_6068704_3244.html

    Un sésame pour voyager, manger au restaurant, assister à un concert ou à un match de foot. Mercredi 3 février, le ministre danois des finances par intérim, Morten Bodskov – qui remplace Nicolai Wammen pendant son congé paternité – a annoncé le développement d’un « coronapas » : un permis immunitaire qui devrait permettre de lever progressivement les restrictions sanitaires dans le pays.En attendant son lancement « dans trois ou quatre mois », le Danemark va délivrer, dès la fin février, un certificat aux personnes ayant reçu les deux doses du vaccin contre le Covid-19. Il pourra être téléchargé sur le portail de santé électronique « Sundhed », où chaque Danois dispose d’un compte sécurisé, lui permettant de gérer son dossier médical, de s’inscrire pour un test et d’y recevoir ses résultats.
    Dans l’immédiat, ce document devrait permettre aux Danois d’effectuer des voyages pour le travail, en échappant aux contraintes sanitaires, telles que les tests à répétition et la quarantaine exigée en rentrant de certains pays.
    Depuis la mi-janvier, l’Islande en propose déjà un à ses ressortissants. Reykjavik autorise également les touristes européens, munis d’un certificat vaccinal, à entrer sur son territoire sans passer par l’isolement.
    Copenhague veut aller plus loin, avec une application pour téléphone portable, qui permettra aux habitants du pays de confirmer leur statut immunitaire. Les personnes vaccinées ne devraient pas être les seules à pouvoir en profiter. Le « coronapas » pourra être délivré aux porteurs d’anticorps, ainsi qu’aux personnes testées négatives.
    « Ces informations sont importantes, car il va falloir attendre avant que toute la population soit vaccinée, ce qui n’arrivera d’ailleurs peut-être jamais, si certains s’y opposent », remarque Lars Ramme Nielsen, chargé de l’économie du tourisme et des loisirs, à la Chambre danoise de commerce. Or, le temps presse : « Si la santé passe avant tout, il faut revenir à la normale aussi vite que possible, si on veut limiter la casse pour les entreprises. » (...) Selon une enquête réalisée par la Chambre de commerce, au moins sept entreprises sur dix dans le secteur des loisirs affirment qu’une telle application pourrait leur permettre de reprendre leur activité en toute sécurité. Les voyagistes, ainsi que l’hôtellerie et la restauration, applaudissent. « C’est la lumière au bout du tunnel pour de très nombreuses sociétés », estime le directeur de la chambre de commerce, Brian Mikkelsen.Son organisation, ainsi que la Confédération des industries, et le secteur de la culture sont associés au projet, qui va mobiliser plusieurs entreprises danoises, dont les noms n’ont pas encore été dévoilés. « Nous pouvons être les premiers et montrer [la voie] au reste du monde », a estimé avec emphase le ministre Morten Bodskov.
    Le Danemark dispose de plusieurs avantages. Ultraconnectés, ses habitants possèdent tous une signature électronique sécurisée depuis 2000. Ils sont habitués à consulter leur dossier médical sur Internet et à utiliser leur téléphone portable pour des gestes du quotidien. Depuis la fin novembre 2020, ils peuvent ainsi y télécharger leur permis de conduire numérique. « 20 % l’ont fait la première semaine », précise Lars Ramme Nielsen, qui y voit un bon signe pour le « coronapas ». Jusqu’à présent, le principe d’un passeport vaccinal s’était heurté aux craintes de voir émerger une division entre les vaccinés et les autres, qui n’auraient pas eu les mêmes droits. La possibilité d’obtenir un permis immunitaire en se faisant dépister régulièrement devrait rassurer les plus récalcitrants, d’autant que les Danois peuvent facilement se faire tester.

    #Covid-19#migrant#migration#danemark#islande#sante#test#passeportvaccinal#coronopass#isoldement#quarantaine#economie#tourisme

  • Danish government : Pushing migration outside Europe’s boundaries

    Denmark has appointed a new special migration envoy to “help open doors” towards a new EU migration policy which would push reception centers outside EU borders. The government on Thursday also said that Tunisia should take in the 27 migrants aboard the Danish-flagged tanker Maersk Etienne which has been stranded off Malta for weeks.

    On Thursday, Denmark’s foreign ministry announced it will be appointing Anders Tang Friborg to the post of special envoy on migration. The new ambassador is expected to “help open doors” towards a new EU migration policy, which the Danes hope will move towards opening reception centers outside EU borders in order to process asylum claims more quickly and return anyone who is refused protection by EU countries, the news agency Associated Press (AP) reports.

    Friborg has held leading positions in the Danish Foreign Ministry, the UN and was head of Denmark’s mission in the Palestinian Territories. According to the Copenhagen Post (CPH), he would be there to “promote the Danish government’s ideas on asylum and migration issues.”

    Towards a new system of migration

    Denmark hopes to help migrants in their own regions, in order to try and prevent them ever setting out on dangerous journeys towards Europe in the first place.

    Foreign Minister Jeppe Kofod told CPH that “the current international asylum system is inhumane, unfair and untenable.”

    “We want a system that tackles the problem of cynical human traffickers earning immense sums while children, women and men are abused along migration routes or drown in the Mediterranean,” Kofod told CPH.

    The goal of Denmark’s Social Democratic-led coalition is to prevent as many “spontaneous asylum-seekers as possible” coming into the country, reported AP. The way to achieve this goal was to establish “one or more reception centers outside the EU and thereby removing the migrants’ incentive to cross the Mediterranean,” said Denmark’s Acting Immigration Minister Kaare Dybvad Bek, quoted by AP.

    Bek added that the new ambassador would have a taskforce, which was established at the beginning of September, in order to carry out the work. Bek admitted to AP that his task would be “anything but easy.” The Danish government has not yet clarified in which countries they are hoping to set up the new reception centers.

    Migrants stranded on Etienne tanker off Malta

    Meanwhile on Thursday the Danish government indicated that Tunisia should accept the 27 migrants which have been stranded on board the Danish-flagged freighter Etienne for over a month.

    The Danish immigration ministry told the news agency Agence France Presse (AFP) in a statement that “the Danish government’s assessment is that Tunisia should honor its responsibility for receiving the 27 people [aboard the Maersk Etienne].” The ministry clarified that their assesment was “among other things based on the fact that the ship’s planned destination was Tunisia and that the migrants were rescued close to Tunisia.”

    The oil and chemical tanker Etienne, which belongs to the Danish shipping company Maersk, picked up the 27 migrants in August after it was called to provide assistance by the Maltese Search and Rescue Coordination. The group include one child and a pregnant woman.

    Since then, the tanker has been stranded off Malta and has been denied entry to Mediterranean ports.

    On Sunday, Maltese Prime Minister Robert Abela also abdicated responsibility for the people on board, according to AFP, saying the migrants on board were “not his country’s responsibility as the vessel sails under the Danish flag.”

    “Stuck at sea for 35 days and counting,” said Maersk in a tweet on Wedensday. “The crew and the people they rescued, now need rescuing from this stalemate. When will relevant authorities take responsibility?”

    ’Not a safe place’

    The ship’s Captain, a Ukrainian, has repeatedly called to be allowed to disembark the rescued migrants, explaining in video messages and statements that his tanker is not set up to host guests on board. In videos he and the ship’s crew have shown how the migrants are sleeping mostly on deck, tucked in between metal struts with only buckets and hoses in which to wash and prepare food.

    According to a press release by the UN refugee agency UNHCR, the ship’s crew have been “sharing food, water and blankets with those rescued,” but are “not trained or able to provide medical assistance to those who need it.” The UNHCR added that “a commercial vessel is not a safe environment for these vulnerable people and they must be immediately brought to a safe port.”

    The statement reads: “The Maersk Etienne fulfilled its responsibilities, but now finds itself in a diplomatic game of pass the parcel.”

    ’Conditions are rapidly deteriorating’

    Four days ago, the Secretary General of the International Chamber of Shipping, Guy Platten, also spoke up on the ship’s behalf, explaining that “conditions are rapidly deteriorating onboard, and we can no longer sit by while governments ignore the plight of these people.”

    Three of the migrants already jumped overboard in desperation, only to be recovered again by the crew of the Etienne. Platten added that the “shipping industry takes its legal and humanitarian obligations to assist people in distress at sea extremely seriously, and has worked hard to ensure that ships are as prepared as they can be when presented with the prospect of large-scale reescues at sea. However, merchant vessels are not designed or equipped for this purpose, and states need to play their part.”

    https://www.infomigrants.net/en/post/27216/danish-government-pushing-migration-outside-europe-s-boundaries

    –-> Une nouvelle qui date de septembre 2020 et que je mets ici pour archivage...

    #externalisation #asile #migrations #réfugiés #externalisation #asile #migrations #réfugiés #procédure_d'asile #Danemark

    –----

    voir la métaliste sur les tentatives d’externalisation de la procédure d’asile de différents pays européens dans l’histoire :
    https://seenthis.net/messages/900122

  • Les Suédois victimes de la « coronaskam », la honte de la stratégie du pays face au Covid-19
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/31/en-suede-les-habitants-ont-la-coronaskam-la-honte-de-la-strategie-du-pays-fa

    L’année 2019 avait popularisé le mot « flygskam » : en suédois, la honte – « skam » – de prendre l’avion – « flyga » –, ce moyen de transport polluant. L’année 2020 a rapidement réglé le problème, en clouant au sol la majeure partie de la population mondiale. Pour autant, les Suédois ne se sont pas départis de leur sentiment de déshonneur. A la « flygskam » a succédé la « coronaskam » : littéralement, la « honte du corona ». En cause : la stratégie suédoise face à la pandémie due au coronavirus et la décision du gouvernement, à Stockholm, de ne pas confiner sa population. Chez ses voisins, ayant tous adopté des mesures plus restrictives, cette approche tout en douceur a d’abord suscité l’incompréhension, avant de provoquer l’effroi, et parfois, l’hostilité. Car au final, la Suède a enregistré 4,5 fois plus de morts que le Danemark, près de neuf fois plus que la Finlande et l’Islande, et onze fois plus que la Norvège.

    Or, les Nordiques veulent croire qu’ils ont plus de points communs que de différences : une histoire, une culture, des traditions, et même la langue pour certains. Bref, « une identité très forte, pas toujours facile à mesurer de l’étranger », assure Anna Hallberg, ministre suédoise des questions nordiques. Depuis 1952 – et jusqu’à l’arrivée du coronavirus – leurs ressortissants pouvaient même passer d’un pays à l’autre, sans montrer leur passeport. Mais « tout cela n’a rien à voir avec ce qui s’est passé depuis le début de la pandémie », martèle Bertel Haarder, député danois du Parti libéral et président du conseil de la liberté de circulation mis en place par les cinq pays. A partir du 1er janvier 2021, il va prendre la tête du Conseil nordique, dans un contexte complètement inédit.
    Non seulement, depuis le mois mars, les frontières ont fait leur réapparition dans la région, ce qui a causé un traumatisme dans les régions limitrophes, dont l’économie a été durement affectée. Mais de nombreux Suédois affirment être stigmatisés par leurs voisins. C’est le cas notamment d’une partie des 14 000 transfrontaliers qui vivent en Suède et travaillent en Norvège et dont certains disent être ostracisés par leurs collègues ou leurs employeurs. Chaque semaine, ils doivent se faire tester dans un centre de dépistage norvégien.
    « Pourtant, jusqu’à début décembre, les contaminations étaient plus élevées côté norvégien que suédois dans les localités frontalières », rappelle Kjell-Arne Ottosson. Député chrétien-démocrate, vivant dans la province suédoise du Värmland, « à 100 m de la Norvège », il ne décolère pas : « Sur un chantier à Oslo, des ouvriers suédois ont dû porter une veste de couleur orange et manger dans une salle séparée », affirme-t-il. Même ceux qui vivent en Norvège depuis des années font part de leur malaise. « Au printemps, on nous traitait comme des pestiférés », assure Johan Öberg. Habitant à la frontière, côté norvégien, il en a parlé à des journaux locaux. « Depuis, quand je discute avec les parents du club de hockey de ma fille, par exemple, ils me demandent d’abord si cela ne me dérange pas qu’ils me posent des questions sur la Suède. » Des interrogations devenues désormais inévitables pour les Suédois à l’étranger, qui ne savent pas toujours y répondre. (...) Pour certains, la honte finit par être intériorisée : « Quand la frontière a été brièvement ouverte cet été, je suis allé faire du kayak sur mon lac préféré, juste à côté de chez moi en Norvège, raconte Kjell-Arne Ottosson. D’habitude, je vais boire un café après, mais j’y ai renoncé. Je ne me sentais pas bien, j’avais l’impression de violer la loi, d’être un criminel. Pourtant, je ne faisais rien d’illégal. »Des Norvégiens, propriétaires de maisons secondaires en Suède, se sont eux aussi retrouvés exposés à la « coronaskam », après avoir passé la frontière. Un millier d’entre eux a d’ailleurs porté plainte contre l’Etat norvégien, qui leur impose une quarantaine de dix jours, à leur retour de Suède. La ministre suédoise Anna Hallberg va jusqu’à parler de « harcèlement » et s’inquiète d’une polarisation, dont elle craint qu’elle laisse des marques durables, qui « mettront du temps à guérir ». Bertel Haarder regrette pour sa part, « le sentiment de défiance », qui s’est installé dans les régions transfrontalières, compliquant l’intégration des cinq pays nordiques : « A l’avenir, certains pourraient hésiter à chercher du travail ou déménager dans le pays voisin », observe-t-il.

    #Covid-19#migrant#migration#suede#danemarknorvege#scandinavie#honte#stigmatisation#frontiere#economie#residence#quarantaine

  • Covid-19. Au Danemark, des millions de visons abattus à cause d’une mutation du virus - Charente Libre.fr
    https://www.charentelibre.fr/2020/11/05/covid-19-au-danemark-des-millions-de-visons-abattus-a-cause-d-une-muta

    Premier producteur mondial, le Danemark va abattre la totalité de la quinzaine de millions de visons élevés sur son territoire à cause d’une mutation du Covid-19 déjà transmise à 12 personnes, qui menace l’efficacité d’un futur vaccin pour l’homme, ont annoncé mercredi les autorités.

    « Le virus muté via les visons peut créer le risque que le futur vaccin ne fonctionne pas comme il le doit », a affirmé la Première ministre Mette Frederiksen lors d’une conférence de presse avec les responsables sanitaires danois, jugeant « nécessaire d’abattre tous les visons », soit 15 à 17 millions de bêtes à fourrures. La mutation d’un virus est normale, et une mutation ne veut pas pour autant dire qu’il se comportera différemment, selon les scientifiques.

    #covid19 #élevage #visons #danemark

    Vraie question : ils en font quoi habituellement de ces 15 millions de visons ? des vêtements ?

  • Un #voyage à #Vélo jusqu’au pays où le soleil ne se couche jamais
    http://carfree.fr/index.php/2020/10/05/un-voyage-a-velo-jusquau-pays-ou-le-soleil-ne-se-couche-jamais

    Marre de cette société grise et étriquée ! Mon rêve est esquissé. C’est décidé : loin de l’air pollué des cités bétonnées, je partirai. Sur mon vieux vélo, avec ma Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Livres #Vie_sans_voiture #danemark #norvège

  • Construire une fusée pour bombarder les villes de graines de mauvaises herbes
    http://carfree.fr/index.php/2020/09/25/construire-une-fusee-pour-bombarder-les-villes-de-graines-de-mauvaises-herbe

    Le collectif artistique danois N55 a développé il y a quelques années le système de fusée N55 PROTEST qui permet aux gens de communiquer leur protestation de manière concrète. Il Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Vélo #actions #art #copenhague #danemark #humour #inventions #nature #permaculture #ville

  • Le choc et la panique à la rescousse des traités pour fragiliser l’Etat
    https://www.investigaction.net/fr/le-choc-et-la-panique-a-la-rescousse-des-traites-pour-fragiliser-let

    Nos gouvernements vont-ils profiter du contexte de la crise pour passer des réformes impopulaires selon la stratégie du choc dévoilée par Naomi Klein ? C’est ce que redoute Carlos Perez. Auteur de L’Enfance sous pression et d’Au-delà du geste technique, il dénonce les atteintes à la démocratie qui pourraient ouvrir la voie à de nouvelles percées du néolibéralisme. (IGA)

     

    Comme le souligne Naomi Klein dans son essai « Stratégie du Choc : La montée d’un capitalisme du désastre », les États profitent et se servent de la crise et de la panique pour s’accorder des pouvoirs spéciaux et mettre en place des réglementations liberticides et par la même occasion affaiblir les services sociaux.

    La stratégie consiste à profiter du choc et de la désorientation pour faire passer des politiques impopulaires. En voici quelques exemples récents en pleine période de pandémie :

    1° En Belgique, le ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA), veut voir davantage de gens au travail, entre autres dans les secteurs de la construction et des titres-services où le mécanisme du chômage temporaire est, à ses yeux, parfois trop rapidement demandé, a-t-il indiqué mercredi 25 mars au parlement flamand1.
    On voit bien là un confinement de classes sociales à deux vitesses : déjà qu’ils n’ont pratiquement pas de matériel de protection pour sauver leur propre vie, les ouvriers n’ont pas les mêmes droits face à la pandémie.

    2° En France, le Sénat a voté, dans la nuit de jeudi à vendredi (19-20 mars), la loi dite d’adaptation au coronavirus (la loi « urgence coronavirus ») à 252 voix pour, 2 contre, et 90 abstentions. « Ce texte, qui acte le report des élections municipales « au plus tard en juin », constitue une attaque importante contre les droits des travailleurs, tant sur le plan social que démocratique. (…)Macron et son gouvernement instrumentalisent ainsi la crise sanitaire, pour faire les cadeaux dont ils rêvaient au patronat ».2 Entré en vigueur en mars, l’état d’urgence était fixé pour une période de deux mois. Il a ensuite été prolongé jusqu’au 10 juillet.

    3° Les États-Unis, qui n’en sont plus à une folie près, envisagent « pourquoi pas » (puisque ce pays n’a pas forcément de sécurité sociale) ni plus ni moins que de laisser mourir les anciens dans cette période de Coronavirus qui va effectivement toucher un maximum de personnes âgées. « Sacrifier les personnes âgées pour sauver l’économie » ce sont les propos chocs du vice-gouverneur Républicain du Texas, Dan Patrick.
    De plus, ce même pays va utiliser la pandémie pour réduire les libertés individuelles et serrer la vis un cran de plus en annonçant que les personnes qui propagent le virus intentionnellement pourraient entrer dans le champ d’application des lois antiterroristes et être poursuivies au pénal, autant dire presque tout le monde se promenant dans la rue3.

    4° Pour couronner le tout, au Royaume-Uni, l’ancien Premier ministre britannique, Gordon Brown, appelle à la création d’un « gouvernement mondial » pour lutter contre la menace actuelle. Un groupe de travail international « veillerait à ce que les efforts des banques centrales soient coordonnés », selon M. Brown, qui souhaite que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international reçoivent plus d’argent et de pouvoir.

    Sans une minute à perdre les banques sont d’ores et déjà à la manœuvre pour régler les problèmes, quelle ironie !4
Comme on le constate les idées et les projets pour détruire nos droits et nos services sociaux ne manquent pas, même en pleine période de chaos pas un moment de répit chez nos réformateurs libéraux pour placer leurs projets politiques.

    Les traités sont en place depuis pas mal de temps, il faut juste la bonne excuse pour les sortir du placard. Le but inavoué reste inchangé : passer toutes les lois liberticides et proposer des traités toxiques qui doivent déréguler l’État.

    Si nos gouvernements promettent de renforcer les soins de santé, ils assurent aussi qu’il faudra retrouver l’équilibre budgétaire après s’être massivement endetté, en bonne partie pour « rassurer les marchés ». Des milliards d’euros ont ainsi été déversés pour sauver une finance déjà en crise bien avant la pandémie. Le danger, bien réel, est de voir passer de nouvelles réformes et accords qui, une fois de plus, fragiliseront les plus faibles pour tenter de sauver un système qui profite aux plus riches. Nos gouvernements pourraient profiter de la crise pour passer en force des accords impopulaires, parfois négociés en catimini.

    On se souvient comment WikiLeaks avait débusqué l’Accord sur le Commerce des Services (ACS), connu sous son acronyme anglais TiSA (pour Trade in Services Agreement), concocté en douce en 2013 à l’initiative des États-Unis et de L’Australie.

    « TISA quatre lettres qui vont changer le monde ou qui font peur ? TISA serait l’accord fondateur du commerce mondial libéré des grandes contraintes des États d’une cinquantaine de pays, dont les États-Unis et l’Union européenne ».

    « C’est en 2013 que les négociations TISA ont vraiment commencé. Les négociateurs sont représentatifs de 70% du commerce mondial. Et le traité porte sur le lissage des règles communes, ouvrant ainsi les portes à un desserrement des liens qui entravent les entreprises en activités dans le secteur des services »5.

    C’est un marché mondial de 44.000 milliards de dollars, selon le département du Commerce américain. Les services représentent plus des trois quarts du produit intérieur brut (PIB) des pays développés (75% aux États-Unis et 78% dans l’Union européenne).

    Mais au plan du commerce international les exportations de services sont bien moins élevées que celles des marchandises et c’est peut-être là que le bât blesse. Il faut libéraliser cette caverne d’Ali Baba seul. Les services de l’État du ressort exclusif du régalien sont exclus de la négociation.

    Sinon tout est sur la table : services financiers, commerces de détail, transports maritimes et routiers, conseils, approvisionnements en énergie, santé, éducation, gestion de l’eau, etc. bref tous nos services sociaux sont susceptibles d’être privatisés et libéralisés. Voilà l’imposture qui peut nous tomber sur la tête si nous ne prenons pas le dessus très rapidement sur la peur du moment et repartons sur nos propres revendications chacun dans son secteur. Une doctrine de choc qui spécule sur les catastrophes et qui va encore approfondir les inégalités pourrait nous être imposée.

    Dans mon secteur d’activité, le sport, parent pauvre des services sociaux, cette stratégie de dérégulation est depuis bien longtemps en action par le truchement du partenariat public-privé (« PPP ») dans l’investissement de mégaprojets d’infrastructures. Une façon sournoise de socialiser les pertes tout en privatisant les bénéfices, ce sont des millions d’argent public qui sont détournés. 

    Si on veut penser à l’après-crise, chacun doit le faire dès maintenant dans chaque secteur et se poser les bonnes questions. Dans le domaine du sport, prendre réellement soin de la population est une urgence que tout le monde a bien comprise. À travers cette crise, qu’est-ce que cela signifie ? C’est à ce stade qu’intervient ma modeste contribution.

    Les solutions sont à portée de main et ne vont pas forcément dans le sens des grandes rencontres sportives de prestige qui devraient démarrer très vite et redonner des jeux et du pain à la plèbe pour masquer la tragédie et l’irresponsabilité de nos représentants politiques. 
Ce confinement nous a bien démontré à quel point le sport-compétition est futile et inutile et que l’éducation motrice sanitaire, la culture physique était le meilleur outil à notre disposition pour favoriser et surmonter les altérations physiques et psychologiques dues au confinement, en plus de permettre une meilleure adaptation et résilience individuelle et collective et donc un véritable outil de santé publique.

    Si on parle du sport comme outil de santé publique, il faut au contraire et inéluctablement dans ce secteur clé de la prévention s’orienter vers des revendications claires. Le sport n’est pas une marchandise, mais un droit, le droit au bien-être, aux soins et à la santé pour tous et accessible à tous : 

    1° Cela commence par une planification intégrée : mettre au service de la population et prioritairement de nos anciens et de nos jeunes une vraie prévention sanitaire. Cela semble véritablement nécessaire comme on l’a constaté dans cette dure épreuve de pandémie où le taux de morbidité critique a été une cause de l’inflation de personnes en danger de mort.

    Avec l’aide de tous les professionnels de la prévention, de l’hygiène et de la santé, médecins nutritionnistes spécialistes de la motricité, tous doivent collaborer c’est-à-dire dans les petits clubs et dans les petites structures qui s’occupent de plus de 90% des affiliés dans le sport et pas au service des clubs de première division qui ont des budgets cotés en bourse et qui représentent une infime minorité de personnes. La santé de tous doit passer avant l’argent de quelques-uns. 

    2° Il faudrait mutualiser toutes les ASBL qui représentent plus de 90% des affiliés et les organiser en coopératives en y développant pourquoi pas une véritable politique de masse salariale au lieu de la comprimer , ASBL qui bien souvent pour fonctionner ont du personnel bénévole précarisé et instable et où les gens doivent faire don de leur argent et de leur travail. Ce sont des milliers d’heures non rétribuées, en gros ce sont des sous-traitants de l’État paupérisés et marginalisés.

     
3° Même si la mesure peut paraître radicale sur la forme, sur le fond elle est essentielle et empreinte de justice sociale, les multinationales ne peuvent pas avoir la clé de notre santé : réquisitionner toutes les structures de grandes marques « Low Cost » disséminées à travers le pays et les mettre à la disposition du citoyen comme service public pour soutenir les populations dans les quartiers en y incorporant une véritable masse salariale c’est-à-dire des salariés compétents et au service de tous. 

    Généraliser la question d’utilité publique au sport qui est un outil d’émancipation, d’hygiène et de progrès social, est la seule démarche logique saine et indispensable, le constat est très clair et largement partagé. Ce secteur, en dehors de la compétition, du tri, de la sélection et de la relégation, est un outil essentiel pour renforcer la colonne vertébrale sanitaire, pour sortir de périodes difficiles voir d’émulation générale. Si l’utopie est le début de la transformation, alors soyons utopiques et préparons notre avenir, l’intelligence collective viendra toujours d’en bas !

    Fils d’immigrés espagnols ayant fui le franquisme pour travailler dans les mines de Belgique, Carlos Perez est préparateur physique. Il a notamment animé un centre sportif dans un quartier populaire de Molenbeek. Il y a été confronté à des problèmes récurrents qui l’ont amené à questionner l’impact de notre modèle économique et de notre système scolaire sur la santé des jeunes et des travailleurs. Dans son dernier ouvrage qui vient de paraître chez Aden http://www.aden.be/index.php , Carlos Perez lance les bases d’une nouvelle pratique, l’écomotricité, pour un développement durable de l’être humain.

    #néolibéralisme #capitalisme #capitalisme_du_désastre #Stratégie_du_Choc #Angleterre #Belgique #France #USA #ACS #TISA #PPP #Sport #pandémie #covid-19 #coronavirus #santé_publique #low_cost

    • Près de 2 députés européens sur 3 ne déclarent pas de rencontres avec des lobbyistes
      https://www.rtbf.be/info/monde/detail_rencontres-lobbyistes-et-deputes-europeens-le-lent-chemin-vers-la-transp

      Plus de 35.000 lobbyistes gravitent autour des institutions européennes, à Bruxelles : du représentant de Google à celui des producteurs de patates, des activistes pour les droits humains à l’industrie navale, de Greenpeace à Total, ils tentent de peser sur les décisions politiques de l’Union.

      Un travail discret mais intensif : à Bruxelles, les lobbys ont un budget cumulé de 1,5 milliard d’euros par an.

      Restent-ils dans les clous, pour influencer la fabrication des lois ?

      Un code de conduite encadre les contacts de ces lobbys avec les politiques et les fonctionnaires européens. Des règles qui ont été renforcées l’an dernier dans les institutions européennes, à la Commission et au Parlement. Les institutions sont-elles pour autant devenues transparentes ?

      Un rapport de l’ONG « Transparency International » (un lobby… sur le travail de lobbying) au sujet du Parlement européen montre qu’il reste du chemin à faire.

      63% des députés européens ne déclarent pas leurs rencontres
      Depuis un an, les députés européens sont invités à inscrire dans un registre informatique les réunions qu’ils tiennent avec des lobbyistes.

      C’est obligatoire pour les parlementaires qui sont en première ligne sur un dossier : ceux qui sont Président ou Rapporteur d’une Commission parlementaire (des rôles clefs dans la fabrication d’une loi européenne), ou ceux qui mènent le travail législatif sur un dossier pour un groupe politique.

      Les autres eurodéputés ne sont pas obligés de publier leurs réunions avec les lobbys, mais ils sont invités à le faire.

      Selon le comptage de « Transparency International », en un an, 259 députés européens ont fait le pas, sur les 704 : c’est 37% de l’hémicycle.

      63% des députés européens n’ont donc publié aucune de leurs rencontres.

      De grands écarts entre Etats…
      « Transparency International » constate de grands écarts selon les Etats de ces députés européens.

      Aux extrêmes, 90% des députés de Suède ont pris le pli de communiquer leurs contacts avec des groupes d’intérêts. Tandis qu’aucun député croate ou chypriote n’a déclaré de rencontre, en un an.

      « Les pays du nord, la Suède, le Danemark, la Finlande sont assez transparents » commente Raphaël Kergueno, pour Transparency International, « mais d’un autre côté, il y a des pays à la traîne ». Et il épingle l’Italie, l’Etat qui envoie le plus d’Eurodéputés au Parlement européen après l’Allemagne et la France : 76 élus. « En Italie, moins de 7% des députés européens publient des rencontres avec des lobbyistes. »

      La Belgique, pour sa part, affiche un bilan mitigé. Ni cancre, ni exemplaire.

      52% des eurodéputés belges publient leurs rencontres : Pascal Arimont (Christlich Soziale Partei), Marc Botenga (PTB), Geert Bourgeois (N-VA), Saskia Bricmont (Ecolo), Petra de Sutter (Groen), Cindy Franssen (CD&V), Philippe Lamberts (Ecolo), Kris Peeters (CD&V), Frédérique Ries (MR), Johan Van Overtveldt (N-VA) et Marc Tarabella (PS).

      Et les autres ? Ceux que nous avons pu joindre se disent tous « favorables » à l’exercice, tout en n’ayant pas encore publié de réunion. Certains rappellent, au détour de justifications souvent administratives, que ce n’est pas obligatoire.

      Marie Arena (PS) a rejoint le mouvement dans la foulée de ce rapport. Elle évoque « un enregistrement en interne mais pas sur le site du Parlement, à cause de contraintes logistiques. Un souci à présent corrigé ».

      Olivier Chastel (MR) explique qu’il a fait le choix de ne pas recevoir de représentants des lobbys : « Etant actif dans les commissions budget et de contrôle budgétaire, mes rencontres se font principalement avec les différentes instances de l’Union comme la Commission européenne ou la Cour des comptes, et ces rencontres ne doivent pas être indiquées », explique-t-il.

      Benoît Lutgen (cdH) dit compter aujourd’hui très peu de réunions « avec des lobbys en tant que tels », rien qui ne justifierait d’être publiés. Il assure qu’il en fera état lorsque ce sera le cas.

      Son de cloche semblable chez Assita Kanko (N-VA). Elle invoque le lent démarrage de la législature et le confinement, des débuts de mandat qui ne l’ont pas exposée aux rencontres avec des lobbyistes. Mais si de telles rencontres se présentaient à présent, « je déclarerai bien entendu tout entretien comme prévu » assure-t-elle.

      La Belgique, bientôt plus exemplaire que la Suède ?

      … et entre groupes politiques
      Des différences importantes sont perceptibles aussi entre groupes politiques du Parlement européen.

      Deux familles politiques comptent une majorité de députés actifs sur le registre de transparence, le groupe des verts (Green-EFA avec 91% des députés qui ont publié au moins une réunion) et le groupe des libéraux-centristes Renew Europe (57%).

      Dans tous les autres groupes, une minorité d’élus ont fait la démarche.

      Pourquoi ces réticences ?
      Elles peuvent être liées à plusieurs facteurs : une hésitation à investir du temps dans une démarche administrative qui n’est, la plupart du temps, pas légalement obligatoire. Une culture de la transparence encore faible dans certains Etats.

      Des eurodéputés estiment que c’est une atteinte à leur liberté d’élu, à leur droit de consulter qui ils veulent sans devoir en faire état. Ils peuvent également trouver difficile d’assumer publiquement certaines rencontres avec certains lobbys.

      Mettre cartes sur table
      Daniel Freund est un ancien de transparency International, à présent passé de l’autre côté : il est devenu parlementaire européen. Son cheval de bataille reste la transparence du travail politique européen. Il plaide pour une publication la plus large possible des rencontres avec les lobbys.

      Des rencontres qui, souligne-t-il, sont nécessaires pour un élu.

      « Rencontrer des lobbys, ça fait naturellement partie de la démocratie. Quand je prends une décision sur une certaine loi, comme député européen, il faut que j’aie parlé aux personnes concernées. Aux citoyens, aux entreprises concernées, aux organismes de protections des consommateurs, etc. Et si je fais bien mon travail, j’entends tous les arguments et puis je prends une décision en étant bien informé. »

      Mais ce processus doit être transparent, insiste-t-il, pour percevoir qui pèse sur les décisions de qui. « Je trouve qu’en dehors des périodes électorales, les citoyens ont le droit de savoir comment je vote et avec qui je parle. Et cela m’aide aussi à travailler » dit Daniel Freund. Parce que lister ses entrevues permet d’avoir à l’esprit qui on voit et qui on a tendance à ne pas écouter.

      Un chantier entamé, pas terminé
      Ceux qui regardent le verre à moitié plein souligneront que 37% des eurodéputés, c’est un bon début, d’autant que l’on partait de rien et que cette publication des contacts avec les lobbys n’est pas obligatoire pour la plupart des députés européens.

      Ceux qui regardent le verre à moitié vide relèveront que 63% des eurodéputés ne se livrent pas à un exercice pourtant peu contraignant puisqu’il ne s’agit que de mentionner le lobby, le sujet de discussion et le moment.

      Et ils épingleront d’autres améliorations à apporter.

      Au Parlement européen, « Transparency International » déplore un manque de contrôle des déclarations de députés qui sont contraints à l’exercice. Et une légèreté des sanctions pour ceux – lobbys ou élus — qui franchiraient la ligne rouge : acceptation de cadeaux, rencontres non-déclarées alors qu’elles auraient dû l’être, lobby qui aborderait des élus sans clarté sur son identité, etc. Aujourd’hui un lobby au comportement douteux risque, dans les faits, un retrait temporaire de son badge d’accès aux institutions, rien de plus.

      L’ONG demande que progresse le projet d’une autorité indépendante pour faire respecter les règles sur les rapports lobbys/UE. Une autorité dont l’action serait étendue aux trois institutions : le Parlement mais aussi la Commission européenne et le Conseil.

      #ue #union_européenne #Bruxelles #Députés #Députés_européens #Transparency_International #eurodéputés #Suéde #Croatie #Chypre #Suède, #Danemark, #Finlande #Italie #Allemagne #commission_européenne #conseil_européen #transparence #lobbying #lobby #influence #lobbies #corruption #politique #multinationales

    • L’#Allemagne rétropédale sur la #réouverture des écoles

      L’Allemagne a décidé de reporter sa décision sur la réouverture des écoles, le #Danemark ayant constaté une recrudescence des infections deux semaines après avoir fait revenir les enfants.

      S’exprimant après une réunion avec les chefs des 16 régions allemandes jeudi, Mme Merkel a déclaré que le gouvernement avait besoin de plus de temps pour déterminer les effets du relâchement des mesures les plus restrictives sur la progression de la pandémie avant de s’engager dans un nouvel assouplissement de la fermeture. C’est pourquoi il a été décidé de reporter au 6 mai la décision sur la date de redémarrage complet des écoles, des garderies et des clubs sportifs, a-t-elle déclaré.

      « Chaque assouplissement des restrictions entraîne une augmentation du nombre de personnes se déplaçant en public, se rencontrant, et un remplissage des centres-villes et des transports publics », a déclaré Mme Merkel aux journalistes. « C’est pourquoi nous devons constamment surveiller la façon dont cela affecte les éventuelles nouvelles infections ».

      Dans le même temps une étude allemande a alimenté la confusion sur le rôle des enfants dans la pandémie, en tentant de démontrer que les enfants atteints du Covid 19 pourraient être aussi infectieux que les adultes. Les niveaux de virus dans les voies respiratoires - la principale voie de transmission de l’agent pathogène - ne semblent pas différer de manière significative selon les groupes d’âge, ont constaté Christian Drosten, directeur de l’Institut de virologie de l’hôpital Charite de Berlin, et ses collègues. Ils ont conseillé la prudence dans la réouverture des écoles et des jardins d’enfants.

      L’approche prudente sur la réouverture des écoles intervient alors que les pays européens débattent des risques d’un assouplissement des restrictions pour relancer leur économie après des semaines d’immobilisation destinées à réduire la propagation de Covid 19.

      Alors que la France prévoit de rouvrir les crèches et les écoles primaires lorsque le pays commencera à assouplir ses restrictions le 11 mai, l’Italie ne les rouvrira pas avant septembre car les scientifiques ne s’accordent pas sur le rôle des enfants dans la transmission de la maladie dans la communauté.

      https://www.atlantico.fr/pepite/3589263/l-allemagne-retropedale-sur-la-reouverture-des-ecoles

    • New Studies Add to Evidence that Children May Transmit the Coronavirus

      Experts said the new data suggest that cases could soar in many U.S. communities if schools reopen soon.

      Among the most important unanswered questions about Covid-19 is this: What role do children play in keeping the pandemic going?

      Fewer children seem to get infected by the coronavirus than adults, and most of those who do have mild symptoms, if any. But do they pass the virus on to adults and continue the chain of transmission?

      The answer is key to deciding whether and when to reopen schools, a step that President Trump urged states to consider before the summer.

      Two new studies offer compelling evidence that children can transmit the virus. Neither proved it, but the evidence was strong enough to suggest that schools should be kept closed for now, many epidemiologists who were not involved in the research said.

      Many other countries, including Israel, Finland, France, Germany, the Netherlands and the United Kingdom have all either reopened schools or are considering doing so in the next few weeks.

      In some of those countries, the rate of community transmission is low enough to take the risk. But in others, including the United States, reopening schools may nudge the epidemic’s reproduction number — the number of new infections estimated to stem from a single case, commonly referred to as R0 — to dangerous levels, epidemiologists warned after reviewing the results from the new studies.

      In one study, published last week in the journal Science, a team analyzed data from two cities in China — Wuhan, where the virus first emerged, and Shanghai — and found that children were about a third as susceptible to coronavirus infection as adults were. But when schools were open, they found, children had about three times as many contacts as adults, and three times as many opportunities to become infected, essentially evening out their risk.

      Based on their data, the researchers estimated that closing schools is not enough on its own to stop an outbreak, but it can reduce the surge by about 40 to 60 percent and slow the epidemic’s course.

      “My simulation shows that yes, if you reopen the schools, you’ll see a big increase in the reproduction number, which is exactly what you don’t want,” said Marco Ajelli, a mathematical epidemiologist who did the work while at the Bruno Kessler Foundation in Trento, Italy.

      The second study, by a group of German researchers, was more straightforward. The team tested children and adults and found that children who test positive harbor just as much virus as adults do — sometimes more — and so, presumably, are just as infectious.

      “Are any of these studies definitive? The answer is ‘No, of course not,’” said Jeffrey Shaman, an epidemiologist at Columbia University who was not involved in either study. But, he said, “to open schools because of some uninvestigated notion that children aren’t really involved in this, that would be a very foolish thing.”

      The German study was led by Christian Drosten, a virologist who has ascended to something like celebrity status in recent months for his candid and clear commentary on the pandemic. Dr. Drosten leads a large virology lab in Berlin that has tested about 60,000 people for the coronavirus. Consistent with other studies, he and his colleagues found many more infected adults than children.

      The team also analyzed a group of 47 infected children between ages 1 and 11. Fifteen of them had an underlying condition or were hospitalized, but the remaining were mostly free of symptoms. The children who were asymptomatic had viral loads that were just as high or higher than the symptomatic children or adults.

      “In this cloud of children, there are these few children that have a virus concentration that is sky-high,” Dr. Drosten said.

      He noted that there is a significant body of work suggesting that a person’s viral load tracks closely with their infectiousness. “So I’m a bit reluctant to happily recommend to politicians that we can now reopen day cares and schools.”

      Dr. Drosten said he posted his study on his lab’s website ahead of its peer review because of the ongoing discussion about schools in Germany.

      Many statisticians contacted him via Twitter suggesting one or another more sophisticated analysis. His team applied the suggestions, Dr. Drosten said, and even invited one of the statisticians to collaborate.

      “But the message of the paper is really unchanged by any type of more sophisticated statistical analysis,” he said. For the United States to even consider reopening schools, he said, “I think it’s way too early.”

      In the China study, the researchers created a contact matrix of 636 people in Wuhan and 557 people in Shanghai. They called each of these people and asked them to recall everyone they’d had contact with the day before the call.

      They defined a contact as either an in-person conversation involving three or more words or physical touch such as a handshake, and asked for the age of each contact as well as the relationship to the survey participant.

      Comparing the lockdown with a baseline survey from Shanghai in 2018, they found that the number of contacts during the lockdown decreased by about a factor of seven in Wuhan and eight in Shanghai.

      “There was a huge decrease in the number of contacts,” Dr. Ajelli said. “In both of those places, that explains why the epidemic came under control.”

      The researchers also had access to a rich data set from Hunan province’s Center for Disease Control and Prevention. Officials in the province traced 7,000 contacts of 137 confirmed cases, observed them over 14 days and tested them for coronavirus infection. They had information not just for people who became ill, but for those who became infected and remained asymptomatic, and for anyone who remained virus-free.

      Data from hospitals or from households tend to focus only on people who are symptomatic or severely ill, Dr. Ajelli noted. “This kind of data is better.”

      The researchers stratified the data from these contacts by age and found that children between the ages of 0 and 14 years are about a third less susceptible to coronavirus infection than those ages 15 to 64, and adults 65 or older are more susceptible by about 50 percent.

      They also estimated that closing schools can lower the reproduction number — again, the estimate of the number of infections tied to a single case — by about 0.3; an epidemic starts to grow exponentially once this metric tops 1.

      In many parts of the United States, the number is already hovering around 0.8, Dr. Ajelli said. “If you’re so close to the threshold, an addition of 0.3 can be devastating.”

      However, some other experts noted that keeping schools closed indefinitely is not just impractical, but may do lasting harm to children.

      Jennifer Nuzzo, an epidemiologist at Johns Hopkins University’s Bloomberg School of Public Health, said the decision to reopen schools cannot be made based solely on trying to prevent transmission.

      “I think we have to take a holistic view of the impact of school closures on kids and our families,” Dr. Nuzzo said. “I do worry at some point, the accumulated harms from the measures may exceed the harm to the kids from the virus.”

      E-learning approaches may temporarily provide children with a routine, “but any parent will tell you it’s not really learning,” she said. Children are known to backslide during the summer months, and adding several more months to that might permanently hurt them, and particularly those who are already struggling.

      Children also need the social aspects of school, and for some children, home may not even be a safe place, she said.

      “I’m not saying we need to absolutely rip off the Band-aid and reopen schools tomorrow,” she said, “but we have to consider these other endpoints.”

      Dr. Nuzzo also pointed to a study in the Netherlands, conducted by the Dutch government, which concluded that “patients under 20 years play a much smaller role in the spread than adults and the elderly.”

      But other experts said that study was not well designed because it looked at household transmission. Unless the scientists deliberately tested everyone, they would have noticed and tested only more severe infections — which tend to be among adults, said Bill Hanage, an epidemiologist at the Harvard T.H. Chan School of Public Health.

      “Assumptions that children are not involved in the epidemiology, because they do not have severe illness, are exactly the kind of assumption that you really, really need to question in the face of a pandemic,” Dr. Hanage said. “Because if it’s wrong, it has really pretty disastrous consequences.”

      A new study by the National Institutes of Health may help provide more information to guide decisions in the United States. The project, called Heros, will follow 6,000 people from 2,000 families and collect information on which children get infected with the virus and whether they pass it on to other family members.

      The experts all agreed on one thing: that governments should hold active discussions on what reopening schools looks like. Students could be scheduled to come to school on different days to reduce the number of people in the building at one time, for example; desks could be placed six feet apart; and schools could avoid having students gather in large groups.

      Teachers with underlying health conditions or of advanced age should be allowed to opt out and given alternative jobs outside the classroom, if possible, Dr. Nuzzo said, and children with underlying conditions should continue to learn from home.

      The leaders of the two new studies, Dr. Drosten and Dr. Ajelli, were both more circumspect, saying their role is merely to provide the data that governments can use to make policies.

      “I’m somehow the bringer of the bad news but I can’t change the news,” Dr. Drosten said. “It’s in the data.”

      https://www.nytimes.com/2020/05/05/health/coronavirus-children-transmission-school.html

      #USA #Etats-Unis

  • Schools reopening and coronavirus : Insights from a Danish primary school | Tes
    https://www.tes.com/news/what-it-denmarks-reopened-schools

    Denmark is not opening the schools just to continue educating the pupils, but also to give parents more space to work and contribute to society.

    Some parents were unhappy with this approach: they felt that the children were being used as “frontline guinea pigs” and were very concerned about having to send them into school.

    [...]Parents are not allowed in school, so can only email teachers with any questions they may have.

    Certains des changements intéressants :

    Each class is divided into two classrooms, and some are even using outside areas.

    Support and subject teachers are helping class teachers to cover the two rooms, and most of our part-time staff are now working full-time.

    All children need to be self-sufficient for the whole day bringing their packed lunch, drink and pencil case as they can’t borrow anything from anyone else.

    #continuitepedagogique #danemark #coronavirus
    => choqe qui parait impensable dans d’autres pays

  • Les Cafés Géo » Le Groenland dans la politique #arctique du Danemark
    http://cafe-geo.net/le-groenland-dans-la-politique-arctique-du-danemark

    Un "café géographique" particulièrement intéressant sur le Groenland.

    En août 2019, une nouvelle a fait la une des médias à l’échelle internationale : par un tweet, le président des Etats-Unis, Donald Trump, souhaitait négocier l’achat du Groenland au Danemark. Cette demande incongrue a donné lieu à un florilège de caricatures.

    Mette Frederiksen, Première Ministre du #Danemark a répondu vivement au Président des #Etats-Unis « Le Groenland n’appartient pas au Danemark. Le Groenland appartient aux Groenlandais ».

    L’intérêt du président des Etats-Unis pour un territoire arctique, le #Groenland, a mis en évidence l’importance géopolitique de l’Arctique à l’échelle mondiale. La réponse de Mette Frederiksen est révélatrice des relations entre le Danemark et le Groenland en rappelant la situation particulière du Groenland : si le Groenland dépend de la Couronne du Danemark, il jouit d’une autonomie renforcée.

    Benoît Raoulx se propose d’organiser son propos en trois parties : dans un premier temps, souligner les nouveaux enjeux de l’Arctique à l’échelle mondiale ; dans un deuxième temps, rappeler les relations dans le temps long entre le Groenland et le Danemark pour comprendre la place du Danemark en Arctique et dans un troisième temps, rendre compte des évolutions en particulier de la société groenlandaise par une étude à l’échelle locale de la région de Thulé.

  • Kurdish-Danish doctor works tirelessly to fight the coronavirus - Kurdistan 24
    Naila Bozo, a 28-year-old medical doctor working on the frontlines of Denmark’s coronavirus health crisis says that fear of contracting the highly-contagious disease does not affect her determination to continue her work, despite a higher proportion of women working in the health sector falling ill than their male counterparts.

    #Covid19#Danemark#Diaspora#Kurdes#migration#soignant#santé#migrant

    https://www.kurdistan24.net/en/news/d184d9a6-05df-4396-b43e-0a8654a989e0

  • Denmark Extends Business Aid to Increase Spending By $15 Billion
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-04-18/denmark-extends-business-aid-to-increase-spending-by-15-billion

    The government also said that companies which pay out dividends, buy back own shares or are registered in tax havens won’t be eligible for any of the aid programs, which now amount to a total of 400 billion kroner, when including loans and guarantees.

    #Danemark #parasites

  • Grèce : projet de centres de détention sur îles désertes ; refoulements en Mer Egée

    D’après plusieurs publications, dont l’Une du quotidien grec pro-gouvernemental ‘Dimokratia’ (https://www.dimokratianews.gr/content/104037/tesseris-nisides-sto-trapezi-gia-ti-filoxenia-metanaston), le gouvernement Mitsotakis examine toutes les possibilités pour la création de centres fermés de détention pour migrants sur des îles désertes ou très peu habitées. Le projet qui remonte à 2019, se fonde sur une étude des terrains commandée par le gouvernement qui visait à identifier les îlots qui pourraient servir de site possible pour de tels centres Les quatre petites îles susceptibles de les accueillir figurent sur la photo ci-dessous :

    Il s’agit de

    L’île #Lévitha entre Amorgos et Kinaros

    L’île #Barbalias qui fait partie d’un groupe de petites îles Aspronissia, dites Tokmakia, 5 miles nautiques au nord de Lesbos. Pour cette ‘solution,’ plaiderait le fait que sur cette île, il y a deux puits d’eau potable.

    L’île #Saria à la partie nord de laquelle se trouve une commune de 45 habitants. Cette petite île est située au nord de Karpathos.

    L’île #Kinaros, petite île du Dodécanèse, à l’ouest de Kalymnos et à l’est d’Amorgos.

    D’après le média local de Lesbos sto nissi (https://www.stonisi.gr/post/7462/epistrefei-ek-neoy-to-senario-domhs-sta-tokmakia), l’entreprise qui a été appelée par le gouvernement de déposer une offre pour un camp sur l’île Barbalias, près de Lesbos, s’est activée sur le terrain.
    Mais la condition que pose le gouvernement pour qu’un tel projet avance, est que la proposition vienne des autorités locales. Pour l’instant les autorités régionales et le président de la région de l’Egée Nord s’y opposent, mais que se passerait-t-il si ils sont appelés à choisir entre cette ‘solution’ et la création de centres fermés sur leurs îles ?

    Reçu par email de Vicky Skoumbi, le 09.03.2020.

    • Donc l’intolérance au lactose n’est pas seulement une mode destinée à montrer sa singularité ?

      Intéressant... Je n’avais aucune idée que ça pourrait varier si vite.

      "This combination of physical traits has been previously noted in other European hunter-gatherers, suggesting that this phenotype was widespread in Mesolithic Europe and that the adaptive spread of light skin pigmentation in European populations only occurred later in prehistory,” wrote Schroeder and his colleagues.

    • This single discarded piece of ancient chewing gum tells us that the ancient woman, who Schroeder and his colleagues have nicknamed Lola, was probably lactose intolerant, ate duck and hazelnuts, and may recently have had pneumonia. She also had blue eyes, dark brown hair, and dark skin

      #chewing_gum

      Article original :

      A 5700 year-old human genome and oral microbiome from chewed birch pitch
      Theis Z. T. Jensen, Jonas Niemann, Katrine Højholt Iversen, Anna K. Fotakis, Shyam Gopalakrishnan, Åshild J. Vågene, Mikkel Winther Pedersen, Mikkel-Holger S. Sinding, Martin R. Ellegaard, Morten E. Allentoft, Liam T. Lanigan, Alberto J. Taurozzi, Sofie Holtsmark Nielsen, Michael W. Dee, Martin N. Mortensen, Mads C. Christensen, Søren A. Sørensen, Matthew J. Collins, M. Thomas P. Gilbert, Martin Sikora, Simon Rasmussen & Hannes Schroeder
      Nature Communications 10:5520 (2019)
      https://www.nature.com/articles/s41467-019-13549-9

      A rajouter à la compilation #archéologie :
      https://seenthis.net/messages/633249

      #histoire #préhistoire #anthropologie #civilisation #évolution #nourriture #genome #microbiome

  • Denmark: Council of Europe Shocked over Conditions in Danish Detention Centres and Threatens Legal Action

    A report from Council of Europe’s Anti-Torture Committee (CPT) raises severe critique of conditions in the Danish detention centres for asylum seekers in #Ellebæk and #Nykøbing_Falster (https://rm.coe.int/1680996859). Denmark has three months to comply with CPT recommendations or will face possible legal actions through the European Court of Human Rights.

    Hans Wolff, who led the CPT delegation to Denmark in April expresses shock over detention conditions in the country that are among the worst in Europe. Wolff stated that: “Either Denmark must make some very fast and serious changes on all the areas we have mentioned in the report. Or they must close down Ellebæk and move the detainees to a place with better facilities”.

    The main points of critique from CPT includes “unacceptable” prison like regimes of rules, a “carceral and oppressive” material environment and “clearly inappropriate” material conditions with rooms and sanitary facilities in a “deplorable state of repair”. Further, lack of staff, inadequate legal advice and translation, overcrowding, limited health services and lack of comprehensive medical screenings including of mental or physical diseases was criticised by CPT. Also, the CPT raised critique of the use of disciplinary solitary confinement for extended periods of time and remarked alleged verbal abuse by centre personal and the risk of suicides due to the lack of suicide-proof clothing with detainees “sometimes placed entirely naked in an observation room”, a practice that according to CPT “could be considered to amount to degrading treatment”.

    The centre-left parties of the Danish Parliament, the Liberals (Radikale Venstre), the Red-Green coalition (Enhedslisten), and the Socialist People’s Party (SF) urges the Social Democratic government to follow up (https://medium.com/are-you-syrious/ays-daily-digest-07-01-2019-council-of-europe-says-danish-ellebaek-unsuitabl) on the critique from CPT. Kristian Hegaard representing the Liberal Party underlines (https://nyheder.tv2.dk/politik/2020-01-07-nick-haekkerup-afviser-kritik-ellebaek-skal-ikke-vaere-et-rar that these people have not committed any crimes and should not be treated as monsters.

    According to the CPT the centres in Ellebæk and Nykøbing Falster holds mainly rejected asylum seekers awaiting deportation and were “at the time of the visit, as the only administrative migration detention centres in Denmark the only administrative migration detention centres in Denmark”. Administrative detention can last up to 18 months under special circumstances.

    https://mailchi.mp/ecre/ecre-weekly-bulletin-16012020?e=989a4aebdd#Denmark:%20Council%20of%20Europe%
    #Danemark #asile #migrations #réfugiés #détention #régime_carcéral #traitements_dégradants #déboutés #rétention #détention_administrative