#de_rien

  • Le Honduras inscrit dans la Constitution l’interdiction totale de l’IVG et du mariage pour tous
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/01/22/le-honduras-inscrit-dans-la-constitution-l-interdiction-totale-de-l-ivg-et-d

    Le Honduras fait partie depuis 1985 des six pays de la région, avec le Salvador, le Nicaragua, la République dominicaine, Haïti et le Suriname, à interdire totalement l’IVG, même si la grossesse fait courir un danger de mort à la femme enceinte.

    Ces grands pays progressistes nous montrent la voie à suivre !

  • #Google_Maps sans les boutons d’interface

    ce #bookmarklet peut être utile pour faire des captures d’écran par exemple
    javascript:document.querySelectorAll("#vasquette,#omnibox-container,.app-viewcard-strip,.noprint,#watermark").forEach(e=>e.parentNode.removeChild(e))

    #de_rien

  • Rebecca Solnit : « Réduire les femmes au silence a toujours été la stratégie en vigueur »
    https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/idees/reduire-les-femmes-au-silence-strategie-en-vigueur

     ?

    Jugez-vous toujours le terme « mansplaining » (ou « mecsplication » en français) imparfait ? Vous regrettiez, à l’époque, qu’il essentialise un défaut masculin.

    Aujourd’hui, il me plaît. J’avais des réserves mais, il y a plusieurs années, une jeune femme m’a confié que jusqu’à l’apparition de ce mot, ces expériences vécues ne pouvaient pas être nommées, empêchant ainsi le lien avec des tendances plus vastes et des courants plus souterrains. Le terme est donc très utile et souvent utilisé en anglais. J’aimerais que la blogueuse qui l’a inventé en réponse à mon essai se l’approprie car, à l’origine, il ne vient pas de moi…

    En quoi la répartition de la parole est-elle genrée ?

    Des études ont démontré que les femmes sont plus souvent interrompues – même à la Cour suprême ! Le statut et le respect dont bénéficient traditionnellement les hommes se manifestent par la place que prennent leur parole et l’écoute suscitée. Mais cela évolue puisque les femmes accèdent à des postes à responsabilités et que de plus en plus de personnes sont prêtes à les écouter – même si, paradoxalement, les femmes sont aussi éduquées à se discréditer les unes les autres.

    Spéciale dédicace aux Seenthisien·nes (@intempestive et @simplicissimus, au moins) qui avaient contribué à la traduction du titre dans une autre version.

    [infokiosques.net] - Quand les hommes m’expliquent
    https://infokiosques.net/spip.php?article1501

    Oui, des personnes des deux sexes surgissent lors d’événements publics pour disserter sur des choses qui n’ont rien à voir ou des théories complotistes mais cette pure confiance en soi agressive de parfaits ignorants est, dans mon expérience, genrée. Les hommes m’expliquent, à moi et à d’autres femmes, qu’ils sachent ou non de quoi ils parlent. Certains hommes.

    • Ils sont nombreux mais se résument globalement à : « N’écoutez pas cette personne, ne la croyez pas, ne laissez pas ses mots avoir de conséquences. » Ce qui sous-entend que la femme serait folle, qu’elle se fait des idées, qu’elle a tout inventé (voire, selon Freud, qu’elle aurait aimé que cela arrive). Les femmes seraient donc toujours trop (ou pas assez !) émotives. Les victimes doivent même faire très attention à leur « performance » lors des procès, sinon leur témoignage pourrait être perçu comme l’expression d’une rancune pour blesser un homme, là se trouve la formule magique qui permet de détourner l’attention du délit commis par un homme – par exemple, un viol – pour se concentrer sur les conséquences dramatiques que ce crime aura pour lui. Comme si la victime, et non pas le système judiciaire (ou l’accusé), était responsable des conséquences.

      Réduire au silence et ignorer les femmes a toujours été la stratégie en vigueur, c’est d’ailleurs ainsi que Harvey Weinstein a pu s’en prendre à 109 femmes sans aucune conséquence, tout comme (ndlr : le comédien) Bill Cosby, qui aurait agressé et drogué des femmes pendant une cinquante d’années. Ces femmes ont été raillées, voire punies pour avoir élevé la voix. Aux États-Unis, 70 % des femmes qui se plaignent de harcèlement sexuel au travail subissent d’ailleurs des représailles. Cela encourage les femmes à se taire tout en permettant à la violence sexiste de perdurer.

    • Désolée le curieux, tu peux te garder tes remarques anti-féministe super bien argumentées à coups de memes. Tu ne feras pas de vieux os sur Seenthis, c’est pas le genre d’endroits où le trolling sexiste est apprécié.

      Et oui, @simplicissimus, la discussion a disparu mais son souvenir demeure ;-).

      Encore une ressource autour de ce chouette texte.
      http://blog.ecologie-politique.eu/post/Quand-les-hommes-m-expliquent

  • J’ai besoin de jouer plusieurs fichiers de son en même temps pour une app #Cordova. Le gros souci, c’est qu’en HTML5, sur iOS, les différentes pistes ne sont pas exactement synchronisées, il y a un léger délai, et ça fait comme des effets dégueulasses d’écho qui rend la musique carrément insupportable à écouter (mes premiers essais avec des rifs de AC/DC, c’est juste grotesque à quel point c’est pas synchronisé correctement).

    Même avec un « mediagroup », qui n’a l’air justement implémenté que dans Safari, les pistes ne sont pas bien synchro.

    Du coup je me tourne vers un plugin, qui a l’air de promettre une « faible latence » et la possibilité de gérer la « polyphonie » :
    https://github.com/floatinghotpot/cordova-plugin-nativeaudio

    Effectivement, c’est mieux, c’est un peu moins n’importe quoi. Mais je ne trouve pas que ce soit parfait non plus.

    (L’idée, c’est qu’on a les différents instruments d’un orchestre, à jouer ensemble, avec possibilité de couper ou de jouer chaque voix, pour donner la contrôle sur l’orchestre.)

    Est-ce que quelqu’un a déjà eu ce problème en HTML, éventuellement avec une solution native pour Cordova ?

    • Tu vas découvrir une jungle sauvage et magnifique !
      Attention, pour être précis :
      Ton problème n’est pas la latence (le temps mis par l’audio pour être lu lorsque tu active la lecture). Dans ton cas, que ça mette 100 ms ou 200 ms n’est pas critique pour l’utilisateur.
      Ton problème est la synchronisation (que toutes les pistes audio démarrent pile au même moment lorsque tu déclenche la lecture et qu’ensuite chaque piste audio soit lue à la même vitesse). D’où le recours à l’horloge webaudio.
      Un autre aspect à prendre en compte : je suppose que tu dispose de plusieurs fichiers audio comprenant respectivement la batterie, la basse, la guitare, etc. Je te suggère pour commencer d’utiliser ces fichiers en PCM (en wav quoi ...) car le codage/décodage mp3 ou autre introduit notamment des artefacts temporels (genre rajout de silence au début, modification subtile de la durée, ...) et ça risque de gravement nuire au debuggage. Une fois le système fonctionnel en PCM, et si la taille des fichiers est un problème, peaufiner le bazar avec des fichiers encodés en lossy.

      #de_rien

    • Yes ! Ça marche : j’ai 13 pistes stéréo qui se lancent parfaitement en même temps et qui restent synchronisées. Absolument aucune désynchronisation entre les pistes, tant qu’on ne modifie pas le volume de chaque piste on a simplement l’impression d’écouter une version stéréo « toute simple » du morceau.

      Et la cerise sur le gâteau (merci encore @grommeleur), c’est que c’est du Javascript standard et non plus un plugin de Cordova, alors évidemment c’est nettement plus rapide à développer, puisque je peux tester en local sur le Mac sans compiler à chaque fois sous Xcode.

  • « #Pokémon_Go » : les multiples facteurs des inégalités géographiques
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/08/03/pokemon-go-les-multiples-facteurs-des-inegalites-geographiques_4977738_44089

    Toutes les communes françaises ne sont pas égales devant Pokémon Go, le jeu en réalité augmentée à succès qui permet de chasser les petits « monstres de poche » dans la réalité grâce à son téléphone. Pour jouer, l’utilisateur de Pokémon Go doit régulièrement s’arrêter à des « pokéstops », des emplacements qui distribuent les pokéballs nécessaires pour attraper les Pokémons et divers bonus.

    Mais ces pokéstops ne sont pas distribués de manière égalitaire sur le territoire. Il y en a beaucoup plus en ville qu’à la campagne, et certaines communes en sont largement dépourvues. Les communes et quartiers pauvres en disposent souvent moins que les plus riches. A tel point que l’éditeur du jeu, Niantic, a été accusé de contribuer à la #ségrégation_sociale.

    Pour comprendre pourquoi ces #inégalités_territoriales existent dans le jeu, il faut se pencher sur le fonctionnement d’un autre jeu vidéo, #Ingress. Egalement développé par Niantic, Ingress est le prédécesseur de Pokémon Go : les joueurs y cherchent des « portails », le plus souvent situés à un endroit « intéressant » (statue, fresque urbaine, bâtiment historique…).

    #analyse_spatiale

  • Amies Seenthisiennes, le moment est venu de rappeler qu’on peut « Seener » des choses auxquelles on adhère pas (ou alors à la manière du chewing-gum, pour salir et abimer). Je suis tombé là dessus et je me suis fait mal :-p #pas_frapper

    [Tribune] Avec la loi « biodiversité », la destruction active de l’agriculture française se poursuit - Produits agricoles
    http://www.usinenouvelle.com/article/tribune-avec-la-loi-biodiversite-la-destruction-active-de-l-agricultu

    La destruction systématique et tangible de l’agriculture française par les apôtres de la décroissance se poursuit sous nos yeux. Elle se cache derrière des mesures techniques difficilement compréhensibles par les urbains, surtout quand les abeilles sont appelées à la rescousse.

    (...)

    Le taux de mortalité actuel des essaims est élevé (de l’ordre de 30%), mais les études françaises ne montrent pas de corrélation entre la mortalité d’un essaim et les traces de pesticides dans la cire ou le miel.

    NdS (note du Seeneur) : ça produit de la cire et du miel un essaim mort ?

    « Le Parlement en s’arrogeant de fait une expertise scientifique sort de son rôle et va, comme dans le cas de l’interdiction du bisphénol A, se ridiculiser. »

    Suivi du classique argument : « comme le reste du méchant monde l’emploie encore on en a quand même »...

    Voilà, voià. #de_rien

    • L’article de Wikipedia est très bizarre. Dans la partie prises de positions, chaque paragraphe commence par une position vague et plutôt consensuelle, avant de développer un idéologie purement libérale (et qui n’a pas forcément de rapport avec le début du paragraphe ...)

      En gras, les accroches chouettes. En italique, la propagande habituelle ...

      Jean de Kervasdoué est très critique du système de santé français, dénonçant le peu d’attention accordée au malade et la trop grande intervention de l’État. Il plaide par exemple pour une plus grande autonomie des hôpitaux et dénonce les acteurs des hôpitaux, qui, selon lui, « confondent service du public et service public, voire défense du statut public ». Il dénonce la centralisation excessive du système de santé et prêche pour l’autonomie complète des établissements hospitaliers.

      Il est très critique envers les médias et le manque de professionnalisme de certains journalistes et est opposé à l’inscription, sous sa forme actuelle, du principe de précaution dans la Constitution du 4 octobre 1958, écrivant ainsi : « La faille la plus profonde de ce principe de précaution, son péché originel est un péché d’orgueil. Il laisse croire que l’on pourrait se prémunir de tout car l’on pourrait toujours déceler la cause d’une catastrophe potentielle »7.

      Il appelle de ses vœux un débat scientifique et non politique concernant les questions d’environnement, dénonçant ceux qu’il appelle les « prophètes de l’apocalypse » et qui jouent selon lui sur les peurs environnementales de la société pour imposer leurs vues sans qu’elles soient justifiées scientifiquement2.

  • Mais enfin merde, ça fait 20 ans qu’on milite et qu’on développe des outils pour que tout le monde puisse s’exprimer en ligne, et il y a encore des andouilles pour continuer à réclamer la protection de la liberté d’expression uniquement pour leur corporation.

    Avec tout le respect pour l’Observatoire des sondages, pourquoi tu voudrais ma solidarité si c’est seulement pour ta pomme ? Pourquoi je ne serais pas protégé, ni aucun des participants à Seenthis, nous qui ne sommes ni journalistes ni « scientifiques » ?

    Poursuite bâillon : l’Observatoire des sondages suspend son activité
    http://www.observatoire-des-sondages.org/poursuite-baillon-l-observatoire-des-sondages-suspend-son

    Tout en réclamant une réforme législative protégeant la liberté d’expression des scientifiques, il faut que la solidarité des scientifiques et des citoyens permette le simple exercice de la liberté et de la raison.

    • @obs_sondages : il ne me semble pas que le message d’@arno critique le fait que vous défendriez la liberté d’expression des scientifiques comme étant la seule méritant d’être défendue.

      En revanche comme « la plus importante », bah… relisons la citation :

      Tout en réclamant une réforme législative protégeant la liberté d’expression des scientifiques , il faut que la solidarité des scientifiques et des citoyens permette le simple exercice de la liberté et de la raison.

      En quoi votre réponse sarcastique répond-t-elle sur le fait que la phrase pourrait/devrait être :

      une réforme législative protégeant la liberté d’expression [tout court]

       ?

      En quoi une autre personne lambda, n’ayant pas pour elle l’étiquette de scientifique, n’étant pas « professionnel », mais utilisant pourtant aussi l’exercice de sa raison (ou pas d’ailleurs, ça peut être par d’autres moyens que la raison : la poésie, ou tout autre art), en quoi cette autre personne donc, ne devrait-elle pas aussi être protégée ?

      Si un « scientifique professionnel utilisant sa raison » critique un grand groupe puissant, il faut qu’il soit protégé. Ok.
      Mais si « un citoyen quelconque utilisant sa raison » aboutit publiquement à la même chose, il pourrait être moins protégé ?

      Pourquoi ? Rationnellement pourquoi ?

    • Vous réclamez « une réforme législative protégeant la liberté d’expression des scientifiques ». J’ai souligné que, depuis 20 ans que se posent les questions de liberté d’expression sur l’internet, votre position est très faible (même si, par ailleurs, le travail de l’Observatoire est admirable et doit être défendu).

      1. D’abord, demander dans la période actuelle une réforme législative touchant à la liberté d’expression, vous avez intérêt à être blindés pour qu’elle aille dans le bon sens. Vous n’ignorez pas que du côté législation et libertés, en ce moment, c’est le massacre plutôt que le progrès.

      2. Une partie de votre réponse suggère que le critère définissant « la liberté d’expression des scientifiques », c’est le discours produit lui-même (votre passage idiot sur Nietzsche et le « discours scientifique »).

      Deux gros écueils :

      – vous tenez vraiment à ce que le juge détermine si un texte, de part sa forme ou sa procédure de validation, est scientifique ou non avant de bénéficier de telle protection légale ? Si c’est le cas, vous donnez le bâton pour vous battre. (Dans le cas présent, laisser à un juge le soin de décider si un texte intitulé « La deuxième mort de l’Ifop » de Garrigou relève de l’énoncé scientifique ou non, vous avez déjà constaté que c’est impraticable.)

      – de toute façon, dans l’affaire qui vous touche, je ne crois pas que vous présupposez la bonne foi de vos adversaires (vous êtes bien gentil d’ailleurs de me comparer aux « trolls payés » de ces entreprises). Donc à quoi bon protéger « le discours scientifique », alors qu’il est évident que l’armée d’avocats d’une multinationale parvient toujours à attaquer une expression gênante sur d’autres bases que l’argument scientifique (diffamation, injure, etc.). Ce genre d’adversaire va toujours jouer en dehors du terrain sur lequel vous espérez être protégé (la liberté académique pour certains, la liberté des journalistes pour d’autres, etc.). Si on parle de procès destinés à faire taire un gêneur, il n’y a qu’une protection globale de la liberté d’expression des faibles face aux forts qui peut jouer, les protections sectorielles seront toujours inefficaces face à cela.

      3. La fin de votre message suggère à l’inverse que ce qui définirait cette liberté à protéger serait l’aspect professionnel de celui qui s’exprime (« au sens de professionnel de la science »). Les journalistes font la même erreur (réclamer une protection spécifique sur la base du métier que l’on fait, pas de ce que l’on exprime). Alors vous m’excuserez, mais ça c’est bien une logique corporatiste.

      Et j’insiste, cela fait 20 ans que les questions de liberté d’expression sur l’internet se posent, et réclamer des protections de l’expression publique en fonction du métier de celui qui parle, c’est indéfendable, puisque justement :
      – la révolution de l’internet est de permettre un accès à l’expression publique en dehors des cadres de l’époque précédente ; c’est le fondement ; les discours scientifiques, journalistiques, etc., émergent largement en dehors des structures professionnelles classiques ;
      – même pour les scientifiques de profession (comme pour les journalistes professionnels d’ailleurs), c’est certainement aussi fondamental que pour les simples particuliers, puisqu’ils peuvent diffuser (seuls ou à plusieurs) leurs travaux en dehors des circuits académiques/professionnels classiques. Le site de l’Observateur des sondages ne relève-t-il pas d’ailleurs de cette liberté totalement nouvelle qui s’offre à la publication scientifique ?

      Bref, si vous voulez protéger le discours selon qu’il est émis par un scientifique de profession, alors non seulement vous passez à côté de la richesse nouvelle que permet l’internet, vous introduisez aussi une inégalité pour les espaces scientifiques que vous avez créés en dehors des structures académiques classiques (une telle protection va évidemment être restreinte au scientifique de profession, mais qui de plus s’exprime dans un cadre professionnel reconnu). Et comme le fait remarquer @rastapopoulos, la légitimité à ne protéger que les professionnels par rapport à certains amateurs éclairés au nom de l’intérêt public de la science ne me semble pas défendable (cela sans tomber dans le relativisme).

      Le problème des scientifiques confrontés à la répression de leur expression est au final le même aujourd’hui que pour les non-scientifiques qui, désormais, ont accès à l’expression publique avec l’internet. Si vous n’aviez publié les textes de l’observatoire que dans le cadre traditionnel des publications scientifiques d’avant l’internet, avec leur diffusion limité aux cercles scientifiques, je doute que vous aillez subi les foudres de ces entreprises. C’est bien parce que vous accédez à l’expression publique large, en profitant des effets de recommandation (largement militante d’ailleurs) du réseau, et que vous publiiez sans avoir de capitaux permettant de faire face à un procès que vous avez ce problème : ce n’est pas du tout caractéristique d’un problème d’expression scientifique. C’est le fondement des questions qui se posent à tous les citoyens qui s’expriment depuis 20 ans sur l’internet.

    • La vache, mais vous êtes en plein délire. Erdogan, les Colonels, Pétain, le génocide des juifs, Eric Zemmour ?

      On parlait d’un aspect très spécifique, votre demande d’une « réforme législative protégeant la liberté d’expression des scientifiques »… et là je ne vous dis pas qu’il n’y a pas de spécificité de la science ni d’importance spécifique du discours scientifique dans la société ; au contraire je vous dis qu’il est extrêmement dangereux de confier au législateur et au juge le soin de décider ce qui sera considéré comme tel ou non. Dangereux et inutile, puisque les nuisibles du bâillon-judiciaire vous attaqueront toujours en dehors du champ pour lequel vous bénéficiez d’une protection (vous parlez science, ils vous poursuivront sur la diffamation, le droit commercial, l’usage de leur marque, etc., et ils ont suffisamment d’argent pour tenir des années).

    • Non mais c’est qui ce blaireau @obs_sondages qui jacte au nom de la Science comme on jacte au nom de Dieu ! Outre le fait que le combat pour la liberté d’expression il est celui de tou·te·s ou il n’est pas, ce qui m’intéresse perso, si on parle de science (c’est quoi la Science franchement ???) ce sont les chercheur·e·s qui remettent humblement quotidiennement en cause leurs approches quant aux disciplines qu’ils ou elles se sont choisies et acceptent la critique, laquelle étant une condition pour faire avancer le schmilblick. Au diable ceux baignés de suffisances et de certitudes !

    • @obs_sondages en fait vous défendez sans doute une cause noble, à laquelle on adhère éventuellement, mais comme je suis sur iphone je vais la faire courte : votre ton, votre style et votre approche : c’est vaniteux prétentieux et surtout profondément méprisant. Ca vous fait ressembler en pire à ceux que vous dénoncez. Je suis surpris que vous ne vous rendiez même pas compte que vous vous excluez vous même du débat social. Vous me rappelez tragiquement une autre équipe pas tellement plus fine.

    • Consternant. Si c’est ce genre de clafoutis épistémologique qui sert de base théorique à un institut de sondage, alors... ça explique pas mal de choses en fait. La prose infecte datable au carbone 14 de 1892 (bloyisme avancé, phase maniaque), les clichés à deux balles sur Nietzsche (le premier qui crie nihilisme a gagné) et voilà M. Redingote, bloqué en 1900, proclamé défenseur de la raison scientifique éternelle et de la neutralité axiologique. Dites là-dedans, vous avez dépassé la coupure épistémologique à la hache canadienne et la page de garde des Mots et des choses ou bien faut vous fournir une bibliographie critique à l’usage des épistémologues manichéens ?
      #peigne_cul c’est bien. #ratisse_fion c’est mieux.

  • #Google viole ma vie privée et vous êtes coupable ! – la spirale digitale
    http://spiraledigitale.com/google-viole-ma-vie-privee-et-vous-etes-coupable

    Que vous vous moquiez de la notion de #vie_privée, libre a vous. Que vous disiez que tout est foutu et que ca ne sert a rien de changer, libre à vous. Par contre, que tous vos proches subissent ce problème a cause de vous, je dis que c’est quand même assez moche.

    #email #gmail #c_pa_fo #de_rien #please_leave_gmail