• Ivan Illich et la déscolarisation de la société 1/2
    https://topophile.net/savoir/ivan-illich-et-la-descolarisation-de-la-societe-1-2

    La pensée d’Ivan Illich (1926-2002), figure inclassable et incontournable de la critique de la société industrielle, se révèle toujours aussi stimulante et pertinente. Elle a nourri et continue de nourrir nombre de mouvements écologistes ainsi que cette humble revue. Illich démontre que les institutions passées un certain seuil deviennent contre-productives, c’est-à-dire se retournent contre leur... Voir l’article

  • Le #camp de #Nea_Kavala en #Grèce

    Dans l’Union européenne, certains camps pour personnes étrangères sont dits « ouverts » : les habitants sont libres d’y rester ou non, en attendant une réponse à leur demande d’asile – dans les faits, ils n’ont pas vraiment le droit ni les moyens de s’installer ailleurs.

    Le 28 février 2016, la création de ce camp intervient dans un contexte de #fermetures_des_frontières dans les #Balkans, et du besoin de répartir les habitants du camp d’#Idomeni. 3520 personnes sont alors transférées vers des tentes disposées sur le tarmac de l’aéroport militaire « Asimakopoulou »[1], pour une capacité d’accueil estimée à 2500 personnes. Sur le bitume, les personnes sont exposées aux vents et aux températures parfois extrêmes. Elles attendront le mois de novembre pour que des containers soient mis en place.

    Quatre ans plus tard, le camp est toujours là. L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) considère Nea Kavala comme une « installation d’accueil de long terme » ; et y transfère notamment des réfugiés depuis le camp de Moria à Lesbos[2].

    Les habitants ont eu le temps de réaliser des « travaux d’agrandissement » sur certains containers (© Louis Fernier)

    La vie s’est organisée à la marge de la société grecque. Des personnes migrantes sont isolées, bloquées dans un lieu initialement prévu pour que des avions décollent et atterrissent. Sur le tarmac, les préfabriqués ont été installés « de façon à contenir les effets des rafales de vent » ; les personnes « accueillies » partagent des sanitaires extérieurs l’été comme l’hiver, et une unique source d’eau potable située à l’entrée du camp. Si elles le souhaitent, elles sont toutefois libres de marcher 5 KM le long d’une voie rapide pour atteindre la première pharmacie. Sur place, nos observations nous ont permis de réaliser la carte ci-après :

    Ce croquis illustre comment la vie prend forme dans un tel environnement. Les ressources et acteurs clés se situent presque exclusivement à l’entrée, dans le nord du camp.

    L’Etat grec a délégué la majeure partie des tâches de coordination au Danish Refugee Council. Les ministères de l’éducation et de la santé restent toutefois censés accomplir leurs missions respectives. Hélas, la majorité des enfants ne sont scolarisés que la moitié de la semaine, et le médecin du camp n’est présent que 15 heures par semaine. Deux associations non-gouvernementales, « Drop in the Ocean » et We Are Here », sont présentes au quotidien pour soutenir les personnes encampées. C’est au sein de We Are Here que nous effectuons une enquête de terrain depuis deux mois. Composée uniquement de bénévoles, cette association gère un espace social, organise des cours d’Anglais et de musique, et des activités pour les plus jeunes. Elle tient aussi un centre d’informations et un espace réservé aux femmes. Au quotidien, elle s’active dans un univers interculturel, comme le montre la diversité des nationalités présentes depuis 2016, et la nécessité de s’adapter en continue.

    Être bénévole à We Are Here, c’est aussi travailler dans un milieu en perpétuel mouvement : la population connait des fluctuations parfois très soudaines.

    Si la population n’a plus dépassé la capacité du camp depuis sa création, elle a connu certains pics – à la fin de l’été 2019 notamment. Les conditions de vie paraissaient alors peu dignes pour un « site d’accueil de long terme ». Une personne réfugiée témoignait le 02 septembre 2019 :

    “Nea Kavala Camp is one of hell’s chosen spots in Greece. And to think that this government sees it as a suitable place for vulnerable refugees shows to me how much it must hate us. Nobody should be expected to stay there.”

    Depuis le 12 mars 2020, les mesures de protection face au Covid-19 ont entraîné l’arrêt des activités de We Are Here ; cependant, nous sommes toujours en observation depuis le village voisin, en contact avec les habitants du camp. Et la crise sanitaire n’a pas freiné les travaux d’aménagement de Nea Kavala, en prévision de l’accueil de 1000 personnes transférées depuis l’île de Lesbos.

    A l’intérieur de ces tentes, les familles sont aujourd’hui réparties par petites salles. Un habitant nous rapporte que « l’on y entend les voisins, c’est très serré. Il y a une table, quatre chaises et quatre lits pour toute une famille ».

    Nea Kavala compte 372 arrivées depuis la fin du mois de février, dans le contexte actuel de pandémie mondiale. Le Danish Refugee Council estime que 700 nouvelles personnes arriveront encore d’ici l’été. Les locaux de We Are Here et de Drop in the Ocean ont été demandés pour organiser de potentielles mises en quarantaine. En attendant d’y retourner, nous espérons que le virus épargnera le camp ; et que l’ennui, l’isolement et les conditions d’accueil ainsi décrites n’entraineront pas de tensions. Nous retenons notre souffle.

    https://mi.hypotheses.org/2122
    #transferts #migrerrance #immobilité #Grèce_continentale #frontières #Thessalonique #Polykastro #Asimakopoulou #OIM #IOM #temporaire #isolement #marginalité #marges #aéroport #tarmac #préfabriqués #croquis #cartographie #visualisation #Danish_Refugee_Council #déscolarisation #accès_aux_soins #Drop_in_the_Ocean #We_are_here

  • Philippe Descola : « Face au monstrueux choc épidémique des grandes conquêtes, les peuples amérindiens ont utilisé la dispersion pour survivre »
    https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/pandemie-la-nature-reprend-ses-droits-philippe-descola-est-linvite-exc

    Alors que le lien de l’homme avec son environnement serait directement en cause dans cette crise sanitaire, faut-il repenser notre rapport à la nature ? C’est ce que propose Philippe Descola, que nous recevons aujourd’hui. En 1976, il est étudiant et part à la découverte des Achuars, un peuple Jivaro situé au cœur de l’Amazonie, entre l’Équateur et le Pérou. S’en suit une longue réflexion sur l’anthropocentrisme, qui ouvre la voie d’une nouvelle relation entre les humains et leur milieu de vie.

    #Descola #Anthropologie_de_la_nature #covid19

  • Le #remède sera-t-il finalement pire que le #coronavirus ?

    Je ne suis pas une grande admiratrice de Donald Trump. Et son tweet du 23 mars où il affirmait « Nous ne pouvons pas laisser le remède être pire que le problème lui-même », m’a consternée. On ne peut pas comparer la perte de vies humaines à celle de points de croissance. Quelques jours avant, le 19 mars, la présidente du Conseil d’Etat vaudois Nuria Gorrite disait de son côté, à l’antenne de la RTS, le #choix terrible auquel les autorités étaient confrontées : « Ou on envoie mourir les gens ou on les envoie au #chômage. »

    Marquantes, ces deux déclarations face à l’#épidémie de coronavirus m’interpellent. Je me suis documentée, j’ai cherché des voix éclairantes dans le maelström de chiffres ascendants, de courbes alarmantes, de stratégies étatiques établies à la hâte. J’en ai trouvées très peu, au début du moins. Mais, depuis cette semaine, l’état de sidération dans lequel beaucoup d’entre nous ont été plongés se dissipe, légèrement. Les cerveaux semblent à nouveau et partiellement capables d’appréhender autre chose que le danger imminent : le coronavirus, les #morts qu’il entraîne dans son sillage, l’impact sur la chaîne de #soins_hospitaliers. Des questions sur les #externalités_négatives des choix effectués à mi-mars émergent, timidement.

    Parce que oui, se focaliser sur le #danger_imminent est normal et naturel, mais cela peut conduire à la #catastrophe. En sommes-nous là ? Nous dirigeons-nous vers une catastrophe commune, nationale, incontrôlable et inquantifiable ? « Ruiner » le pays, et la population qui va avec, est-il le bon remède pour lutter contre #Covid-19 ? Quels sont les indicateurs sur lesquels s’appuie le Conseil fédéral pour décider de l’échec ou de la réussite de sa #stratégie de lutte contre le Covid-19 ?

    Poser ces questions, c’est passer pour une personne amorale. Pourtant, elles sont nécessaires, vitales même ! Pour une simple et bonne raison : il ne s’agit pas de choisir entre morts et chômeurs ou entre vies humaines et points de #croissance. Mais aussi d’évaluer l’impact de la #déscolarisation généralisée, de l’augmentation des #violences_conjugales, de l’accentuation des #précarités_sociales et de l’impact sur la #santé en général créé par la rupture de chaîne de soins pour les patients souffrant d’autres maladies comme le soulignait le président de la Société médicale de la Suisse romande, Philippe Eggimann, dans une tribune publiée sur Heidi.news le 31 mars.

    Le #choix_moral qui nous est imposé par la situation actuelle est le suivant : combien de décès dus à Covid-19 pensent pouvoir éviter nos autorités avec les mesures prises et combien de décès sont-elles prêtes à accepter à cause desdites mesures ? Le véritable et fondamental enjeu est là.

    Et loin de moi l’envie de préférer certains morts à d’autres, mais le choix fait par le Conseil fédéral nous confronte tous à cette équation-là. Le Centre for Evidence-Based Medicine résumait bien ce point de bascule le 30 mars : « Le #confinement va nous mettre tous en #faillite, nous et nos descendants, et il est peu probable à ce stade de ralentir ou d’arrêter la circulation du virus. La situation actuelle se résume à ceci : l’#effondrement_économique est-il un prix à payer pour arrêter ou retarder ce qui est déjà parmi nous ? »

    Sortir du tunnel aveuglant

    Pour être capable de restaurer cette pensée globale nécessaire, il est urgent de combattre l’#effet_tunnel généré par la #panique. Les neurosciences étudient ce phénomène sur des personnes soumises à un #stress intense : pilotes d’avion, militaires, pompiers, etc. Confrontés à des dangers immédiats, leur cerveau « tunnelise » leur attention. Cette #tunnelisation de l’attention peut être résumée ainsi : à trop se focaliser sur un danger imminent, on n’est plus capable d’appréhender des #risques_périphériques plus dangereux.

    Dans un article paru le 17 juin 2015, le magazine français Sciences et Avenir expliquait comment « la concentration dont font preuve les pilotes de ligne lors de situation de stress intense peut se retourner contre eux », parce qu’ils ne sont alors pas capables de tenir compte d’informations périphériques cruciales pouvant mener au crash de leur appareil. Le professeur Frédéric Dehais, de l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (ISAE) à Toulouse, travaille depuis de nombreuses années sur ce sujet et développe des « prothèses cognitives » pour l’aviation.

    Le 31 mars, Daniel Schreiber, entrepreneur américain actif dans les fintechs et directeur de Lemonade, signait une tribune sur ce même sujet perturbant : « Les décès dus à des conséquences involontaires sont difficiles à compter, mais ils doivent quand même compter ». Son propos : « Il ne suffit pas d’examiner l’impact de nos politiques sur l’#aplatissement_de_la_courbe du coronavirus ; nous devons également essayer de prendre en compte les #conséquences_cachées et involontaires de nos politiques. The Lancet, par exemple, a calculé que la grande récession de 2008 a entraîné à elle seule 500’000 décès supplémentaires dus au cancer, avec ‘des patients exclus des traitements en raison du chômage et des réductions des #soins_de_santé’. Une autre étude publiée dans le BMJ a estimé que la récession a causé 5’000 décès par suicide rien qu’en 2009. »

    Où est l’outil de pilotage ?

    A ce stade, les autorités ne semblent pas encore capables de sortir de cet abrutissant effort contre l’ennemi invisible, le seul objectif qui compte, comme l’a confirmé Grégoire Gogniat, porte-parole de l’OFSP est : « La priorité absolue pour le Conseil fédéral est la #santé de la population ».

    Des fissures dans l’édifice monolithique se font néanmoins sentir, comme la création de la Task Force scientifique Covid-19, le 31 mars. Ce qui n’empêche pas l’OFSP de camper sur ses positions accentuant encore le phénomène de persévération : tout le monde doit rester à la maison, ne doivent porter des #masques que les malades, ne doivent être testés que les personnes à risque, etc. Alors même que le groupe de neuf experts présenté jeudi 2 avril à Berne étudie le port du masque pour tous et des #tests_massifs pour l’ensemble de la population.

    Face à ces #injonctions_contradictoires, l’observatrice que je suis se pose légitimement la question : mais où est l’outil de pilotage de la #crise ? Sur quelles bases, scientifiques ou empiriques, ont été prises ces décisions ? Les nombreux observateurs et acteurs contactés depuis une dizaine de jours arrivent à la conclusion qu’une bonne partie des décisions prises mi-mars l’ont été par un petit groupe restreint au sein de l’OFSP de manière empirique, sur la base de données scientifiques lacunaires.

    Comme pour confirmer ces craintes, l’économiste du comportement et neuroéconomiste zurichois Ernst Fehr, professeur de microéconomie et de recherche économique expérimentale, ainsi que vice-président du département d’économie de l’Université de Zurich, accusait les politiciens de prendre des décisions basées sur des données insuffisantes dans une vidéo en allemand publiée sur le site de la NZZ, le 25 mars : « La base la plus importante pour la prise de décision est le nombre de nouvelles infections chaque jour. Et c’est une base de décision très imparfaite ».

    Contacté, l’office fédéral s’explique : « Ces données seront publiées. L’OFSP cite généralement les références scientifiques sur lesquelles il fonde ses décisions dans ses publications. Et les données scientifiques utilisées sont accessibles dans les sources habituelles d’informations scientifiques (Pub Med, sites de l’OMS, du Centers for Disease Control, de l’ECDC). » Sans préciser quelles études, ni avec quels experts, internes et externes.

    Le rôle du #Parlement

    La tension existant entre réponses politiques et réponses scientifiques est palpable. Pour y voir plus clair et surtout obtenir des réponses, le Parlement a un rôle crucial à jouer. C’est l’organe de contrôle du Conseil fédéral. Mais il s’est « auto-suspendu », avant de convenir de la tenue d’une session extraordinaire début mai. Les membres des Commissions de la sécurité sociale et de la santé publique (CSSS) se réunissent le 16 avril pour évoquer la crise actuelle.

    Contactés, plusieurs conseillers nationaux membres de la CSSS sont impatients de pouvoir discuter de tout cela. A l’instar de Pierre-Yves Maillard, conseiller national vaudois (PS) :

    « Le coronavirus est à l’évidence plus dangereux que la grippe, mais quels moyens se donne-t-on pour savoir à quel point et où on en est dans la diffusion de cette maladie ? Ne faudrait-il pas créer des groupes représentatifs de la population et estimer avec eux régulièrement, au moyen de #tests_sérologiques, le nombre de ceux qui ont été atteints, parfois sans le savoir ? Cela permettrait d’estimer un peu mieux les #taux_de_mortalité et de savoir à quel stade de l’épidémie nous sommes. Pour estimer mieux la gravité de cette crise, on pourrait aussi essayer de savoir où en est-on dans l’évolution globale de la #mortalité, toutes causes confondues. Ces données paraissent indispensables à un bon pilotage du Conseil fédéral. Il sera utile d’échanger avec l’OFSP sur ces questions. »

    Pour Philippe Nantermod, conseiller national valaisan (PLR), « ils s’appuient sur les mêmes indices que nous, soit ceux que les cantons leur envoient, mais on en saura davantage après le 16 avril ».

    Pour Céline Amaudruz, conseillère nationale genevoise (UDC), « le Conseil fédéral et ses services doivent jouer la transparence quant aux données dont ils disposent, ceci notamment afin d’étayer l’action qu’ils mènent. Par contre, je ne juge pas utile de distraire des forces pour fournir des données qui ne seraient pas essentielles pour lutter contre le virus. La priorité doit être la santé, le reste peut se traiter plus tard. »

    Et, enfin, pour Léonore Porchet, conseillère nationale vaudoise (Les Verts), « il est indispensable que les décisions du Conseil fédéral, en tout temps, soient prises sur la base de données et informations à disposition du Parlement. C’est pour cela que je regrette fortement que le Parlement n’ait pas pu suivre la gestion de crise et n’arrive qu’en aval de ces décisions. »

    Ma question centrale de savoir si le remède sera pire que le mal a perturbé plusieurs de mes interlocuteurs ces derniers jours. Peut-être est-ce trop « morbide », pas encore le bon moment ou simplement que la déflagration sociale va permettre aux politiciens de jouer leurs cartes partisanes pour obtenir les avancées qu’ils estiment nécessaires.

    De mon côté, je pense qu’il existe un risque (identifié par les autorités ?) de tester à large échelle parce que l’on pourrait trouver que le coronavirus est moins mortel que les données sur lesquelles les autorités se sont appuyées pour justifier le confinement.

    https://www.heidi.news/sante/le-remede-sera-t-il-finalement-pire-que-le-coronavirus
    #crise_économique #économie #éthique #démocratie #Suisse #politique #science

  • Notes anthropologiques (XLIX)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XLIX

    Traité sur l’apparence (IV)
    Idéologie et cosmovision

    Le pouvoir se conçoit comme l’exercice contraignant d’une volonté, celle d’une minorité sur le plus grand nombre, en fin de compte, sur la société ; l’État est la forme prise par cette séparation à l’intérieur d’une société entre une classe sociale (que j’ai définie comme la classe de la pensée) et la population saisie dans sa dimension sociale, réduite le plus souvent à produire des biens (une richesse) qui seront ensuite échangés par ceux qui se trouvent au centre de l’activité sociale (les marchands). L’activité marchande a envahi à un tel point notre vie qu’elle constitue la seule expérience que nous ayons de l’échange. Le commerce de marchandises (le marché) en étant l’unique expérience que nous avons de la vie sociale a profondément modifié et modelé notre vision du monde. Déjà avec Karl Polanyi, l’idée de l’échange n’avait plus qu’une seule signification, celle d’échange marchand. De nos jours, pour les historiens et les anthropologues (comme Testart), le mot échange n’a plus qu’un sens unique. Les autres formes d’échange se trouvent à tel point subordonnées à l’échange marchand qu’elles sont reléguées dans les marges de la conscience pour y disparaître comme un bateau faisant naufrage. La victoire du point de vue du marchand sur d’autres points de vue ? La victoire du marché sur la société est totale. (...)

    #anthropologie #échanges #apparence #non-être #cosmovision #idéologie #Polanyi #van_Gogh #Artaud #Descola #Castaneda #Mexique #Oaxaca #Dumézil

  • Notes anthropologiques (XLVI)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XLVI

    Traité sur l’apparence (II)
    De la culture à la nature : naissance d’une cosmovision

    Au cours de réflexions antérieures, j’avais mis en relation l’émergence de la nature, c’est-à-dire d’un univers extérieur à l’humain avec la naissance de l’esclavage comme fondement de la société. C’est avec l’esclavage que le non-humain fait son apparition dans le monde de l’humain et qu’il devient ainsi partie intégrante de notre cosmovision opposant l’humain au non-humain, la culture à la nature. Je ne fais que compléter cette réflexion en envisageant la vie sociale que nous connaissons dans son histoire. L’esclavage, la présence du non-humain comme fondement de la société, a eu pour conséquence le surgissement de l’extériorité dans l’intériorité de la pensée. Dans Le Mythe de la raison , j’écrivais : « Le contenu que nous donnons à cette pensée de l’extériorité, ou pensée positive, est celui de l’asservissement. C’est son seul contenu. On croit en général que la pensée objective est neutre et désintéressée, c’est du moins ce qu’elle prétend être ; il n’en est rien, c’est de la pure hypocrisie, elle est, au contraire, tout à fait intéressée. Ce monde qui se trouve hors de l’humanité (de notre humanité, évidemment) n’existe que pour être au service de l’humanité, que pour être asservi à l’humanité ; nous nous y employons avec la plus implacable et la plus franche brutalité… »

    Une idée est née, celle de la nature. Un concept est né, celui de l’extériorité, de ce qui se trouve hors du monde de l’humain, hors de la spiritualité (si nous estimons que le monde humain est un monde spirituel). Pourtant cette extériorité qui s’est imposée à nous avec tant de force n’est pas extérieure à notre monde comme on le croit communément, elle est dedans. (...)

    #anthropologie #apparence #non-humain #spectres #nature #culture #Descola #forêt #Mahābhārata #cosmovision #Dumézil

  • La rentrée scolaire des oubliés dans le #camion-école de l’#Aset_93

    Si la majorité des enfants ont pu faire leur rentrée scolaire le 2 septembre dernier, tous n’ont pas eu cette chance. En effet, aujourd’hui en France, on estime que près de 100 000 enfants sont encore privés de ce droit à l’éducation. Enfants des bidonvilles, de squats ou des hôtels sociaux, mineurs isolés étrangers ou enfants « du voyage ». Ce sont les oubliés de la rentrée scolaire. Pour lutter contre cette inégalité, des associations tentent de les remettre sur le chemin de l’école. Aset 93 est l’une d’entre elles. Grâce à son camion-école, qui sillonne le département de #Seine-Saint-Denis, elle propose aux enfants déscolarisés une mission temporaire d’enseignement. Lucie Bouteloup a pu assister à leur rentrée. C’était mardi dernier aux portes de Paris.


    https://www.infomigrants.net/fr/post/19769/la-rentree-scolaire-des-oublies-dans-le-camion-ecole-de-l-aset-93

    #déscolarisation #asile #migrations #réfugiés #MNA #mineurs_non_accompagnés #France #école #droit_à_l'école

  • Siamo i peggiori del mondo per abbandono scolastico. Ecco la vera emergenza in Italia.

    L’abbandono scolastico è un problema che affligge l’Italia dai tempi della legge Coppino sull’istruzione obbligatoria (1877) e ancora lontano dall’essere risolto, tanto che nel 2017 si è invertito l’andamento positivo, con il rischio che nel 2020 si registri un 15% di rinunce, quando l’obiettivo europeo per l’anno prossimo è di rimanere sotto il 10%. Se guardiamo la situazione degli ultimi 20 anni, con 3 milioni di studenti persi complessivamente siamo addirittura gli ultimi al mondo. Per lo Stato le conseguenze negative di questa situazione sono enormi sul piano economico e sociale, tanto da indebolire la stessa ripresa economica. Strutture inadeguate, materiale didattico non differenziato secondo modalità e velocità di apprendimento e personale scarso e poco preparato a cogliere i segnali d’allarme rendono il nostro Paese incapace di trattenere a scuola i ragazzi a rischio rinuncia. Il risultato nel 2017 è il tasso del 14,5% di abbandono sul totale degli studenti (in crescita rispetto al 13,8 dell’anno prima e quattro punti percentuali più della media europea). Un problema che si ripercuote sull’occupazione: i disoccupati con la licenza media sono il doppio dei diplomati e quasi il quadruplo dei laureati.

    Con una quota di iscritti ai programmi d’istruzione terziaria tra le più basse dell’intera area Ocse e i laureati che sono appena il 26% degli adulti, con dieci punti percentuali in meno rispetto al target europeo. Il nostro Paese è anche poco attraente per gli studenti degli altri Stati Ocse, che nel 2013 risultavano essere solo 16mila contando anche gli immigrati permanenti, circa un terzo e meno di un quarto rispettivamente di Francia e Germania, dove non sono calcolati gli immigrati. Per l’Ocse, si tratta di “ulteriori segni di debolezza del sistema d’istruzione terziaria in Italia”. L’abbandono scolastico – che avviene prima del diploma, considerato il “livello minimo auspicabile” per l’Unione europea, o addirittura prima del compimento dell’obbligo scolastico a 16 anni – contribuisce all’aumento della percentuale del 35% dei neet, i 20-24enni che non studiano, non lavorano e non cercano lavoro. Eppure, secondo le ricerche, un anno in più di studi può aumentare il salario futuro di un valore tra il 4 e il 10%.

    Mentre nove Paesi europei hanno da tempo raggiunto l’obiettivo di contenere l’abbandono scolastico sotto la soglia del 10%, i risultati sono diseguali all’interno dell’Unione, dove complessivamente gli early school leavers superano i quattro milioni. L’Italia paga una strutturale mancanza di investimenti nel settore, che non è considerato prioritario: un errore grave per un Paese dove quasi un quarto dei quindicenni non raggiunge i livelli minimi di competenze matematiche e di lettura e in cui la disoccupazione giovanile è tra le più alte del continente. In Europa nel 2012 il 40% di coloro che avevano lasciato la scuola non aveva un impiego (quasi il doppio del totale dei disoccupati sotto i 25 anni). Una lunga esclusione dal mercato del lavoro, inoltre, peggiora ulteriormente le prospettive di carriera, tanto più che si stima che in futuro solo un mestiere su dieci sarà alla portata di chi ha abbandonato gli studi. Trattare il calo dell’abbandono scolastico come una priorità contribuirebbe a scongiurare il rischio povertà ed emarginazione, che in Italia è concreto per oltre il 28% della popolazione, dato che un solo punto percentuale in meno garantirebbe all’Unione Europea mezzo milione di giovani lavoratori in più ogni anno.

    Anche per lo Stato le conseguenze sono pesantissime. Tra queste, oltre a quelle legate al benessere immateriale dei cittadini – come la mancanza di coesione e di partecipazione, la disgregazione del tessuto economico e sociale e l’ignoranza – ci sono i ridotti introiti provenienti dalle tasse e la crescita delle spese sociali, dai sussidi del welfare al prezzo della giustizia (ad esempio un periodo di studio più lungo fa diminuire i crimini contro la proprietà). A queste si aggiunge l’onere per il sistema sanitario, dato che le persone con un basso livello di istruzione hanno in media più problemi di salute e una minore speranza di vita alla nascita, come emerge dall’Atlante italiano delle disuguaglianze di mortalità per livello di istruzione pubblicato pochi mesi fa. Nel complesso, il costo per lo Stato di ciascuno studente che abbandona precocemente la scuola è tra uno e due milioni di euro nel corso della sua vita. Solo in Italia, azzerare l’abbandono precoce porterebbe a un aumento del Pil compreso tra l’1,4 e il 6,8%.

    Maschio, di status socio-economico basso, membro di gruppi sociali vulnerabili: è questo l’identikit di chi ha maggiori probabilità di lasciare precocemente la scuola, che aumentano ulteriormente in presenza di difficoltà di apprendimento e di gestione dell’ansia. L’abbandono scolastico, però, non è un fatto improvviso, ma è il risultato di un insieme di fattori personali, sociali, economici, educativi e familiari. Per questo serve un sistema di prevenzione che si basi su curricula scolastici di qualità e attraenti per i ragazzi, percorsi educativi flessibili e attenzione alla transizione tra un ciclo scolastico e l’altro, che sono i momenti più critici. Bisogna concentrarsi sullo studente in quanto individuo, puntando al suo benessere a partire da educazione e cure della prima infanzia, dalle politiche a sostegno della famiglia e dall’integrazione dei figli di migranti e rom, che sono tra le categorie più esposte: la collaborazione tra scuola e Ong per realizzare corsi di alfabetizzazione ed educazione per adulti, ad esempio, ha ricadute positive anche sui figli.

    Una prima educazione di buon livello però non basta se nei cicli di istruzione successivi le classi sono sovraffollate e l’insegnante, lasciato solo, non può prestare attenzione alle necessità individuali di ciascuno studente e affrontare le problematiche con risorse scarse. La scuola deve puntare su una struttura il più possibile aperta, con corsi di recupero più organici e regolari, e fornire laboratori pomeridiani non curricolari, come teatro, arte e lettura, che contribuiscono a migliorare l’autostima e i rapporti interpersonali. Difficoltà di apprendimento e brutti voti causano infatti scarsa fiducia in se stessi, che unita a un cattivo rapporto con gli insegnati e a problemi personali (dal rapporto difficile con i genitori ai problemi economici fino ad abusi e tossicodipendenza), sono tra i principali motivi di abbandono. Su queste criticità cercano di intervenire le “scuole popolari” dell’associazione Non Uno di Meno, che tiene corsi di recupero pomeridiani gestiti da volontari con ottimi risultati, e il progetto di Fuoriclasse sviluppato da Save the Children. Una scuola più pratica e più partecipata aiuterebbe a evitare lo straniamento e la disaffezione dei ragazzi, i cui bisogni individuali sono penalizzati dalla standardizzazione didattica. Nonostante il ministro dell’Istruzione Bussetti affermi che la lotta all’abbandono precoce è una priorità del governo, nel Def approvato ad aprile scorso, non si vedono i mezzi per dei cambiamenti strutturali che arrestino l’emorragia nelle aule scolastiche.

    Nel tentativo di risolvere il problema, non si possono solo copiare le soluzioni adottate all’estero, ma occorre conoscere a fondo le caratteristiche del sistema scolastico, sociali e culturali dei diversi Paesi. Gli esempi di chi ha saputo affrontarlo con successo mostrano possibili strade da percorrere, come la diversa organizzazione dell’intero sistema sociale, in cui agli studenti persi lungo il percorso scolastico viene offerta, come in Francia, una seconda opportunità, ad esempio con corsi che facciano da ponte per un reinserimento nel percorso scolastico tradizionale. I Paesi Bassi hanno mantenuto la lotta all’abbandono scolastico come una priorità nonostante i buoni risultati già raggiunti: lo Stato collabora con gli enti regionali e locali e con le scuole per stabilire i target e i fondi, mentre gli istituti scolastici sono liberi di scegliere la strategia migliore per raggiungere gli obiettivi. Le direttive del governo olandese sono coordinate da un organo nazionale e adattate alle necessità locali e i progressi monitorati dagli specialisti del ministero dell’Educazione – che forniscono supporto ai rappresentanti locali – assegnati alle regioni.

    Abbandono e dispersione scolastica sono problemi strutturali, che non si risolvono da un giorno all’altro e la strategia per eliminarli deve essere trasversale rispetto alle appartenenze politiche e non influenzata dai cambi di governo, come riconosce anche il Rapporto sul contrasto del fallimento formativo pubblicato dal Miur lo scorso anno. È inutile esultare per un calo della dispersione scolastica se dopo un paio di anni il dato torna a salire: il traguardo da porsi è il raggiungimento da parte di tutti i cittadini degli obiettivi scolastici e formativi a prescindere da condizione socioeconomica, origini famigliari, geografiche ed etniche, dal genere o dall’orientamento sessuale. Innalzare il livello dell’istruzione e modernizzarlo è fondamentale per essere al passo con l’Europa e con il mondo, ma prima bisogna convincersi che l’eliminazione dell’abbandono scolastico è la chiave per assicurare un futuro dignitoso alle nuove generazioni e uscire da una crisi economica e sociale che rischia di diventare una condizione endemica del nostro Paese.

    https://thevision.com/attualita/emergenza-abbandono-scolastico
    #abandon_scolaire #école #Italie #statistiques #chiffres #éducation #déscolarisation

  • Statistiques de la conférence de presse des organisations syriennes et de la défense civile aujourd’hui sur les résultats de la récente campagne sur les zones libérées, #Idlib :
    - 600 victimes
    - 5 marchés populaires ciblés
    - 22 installations médicales ont été détruites
    - La fermeture de 55 établissements médicaux
    - Utilisation de chlore à Canibiet
    - 80 enfants tués
    - 50 écoles ciblées
    - 45 000 enfants sont sortis de l’éducation
    Déplacés 307 000 plus de 50 000 familles
    - 27 mosquées détruits
    - Destruction de 9 fours de production du pain
    - Brûler des cultures avec du Phosphore

    #guerre #conflit #victimes #statistiques #chiffres #phosphore #armes_chimiques Canibiet #destruction #écoles #enfants #déscolarisation #morts #décès

    Reçu d’un ami réfugié syrien qui vit à Grenoble, via whatsapp, le 01.06.2019

    • Stop the carnage: doctors call for an end to Syria hospital airstrikes

      Dozens of prominent doctors have called for urgent action to halt the bombing campaign by Syrian and Russian planes that has targeted more than 20 hospitals in Syria’s north-west, putting many out of action and leaving millions of people without proper healthcare.

      Coordinates for many of those hit had been shared with the regime and its Russian backers by the United Nations in an effort to protect civilians. The Syrian opposition were promised war planes would avoid identified sites on bombing raids; instead they have endured more than a month of fierce attacks.

      Since late April, in defiance of a truce brokered by Moscow and Ankara last year, regular airstrikes on opposition-held territory in northern Idlib province have killed hundreds of civilians and displaced hundreds of thousands more, rights groups say.

      They have also destroyed key parts of the healthcare system, says a letter from doctors around the world published in the Observer. “We are appalled by the deliberate and systematic targeting of healthcare facilities and medical staff,” they warned. “Their [the medical staff’s] job is to save lives, they must not lose their own in the process.”

      Signatories include Denis Mukwege, a gynaecologist who won the Nobel peace prize last year, Peter Agre, a physician who won the Nobel prize in chemistry in 2003, MP and doctor Sarah Wollaston, and Terence English, former president of the Royal College of Surgeons, as well as David Nott, a surgeon who works in war zones, and Zaher Sahloul, a Syrian exile, doctor and founder of a medical charity. They urged the UN to investigate the targeting of listed hospitals and asked the international community to put pressure on Russia and Syria to stop targeting medical centres and reverse funding cuts to surviving hospitals and clinics that are now overwhelmed by refugees.

      One paediatrician, Abdulkader Razouk, described to the Observer how he and his colleagues evacuated an entire hospital including dialysis patients, mothers in labour and premature babies in incubators, as airstrikes began in their town, at least 12 miles from the frontline. “After the airstrikes, but before the direct attack, we knew the hospital would be targeted,” he said in a phone interview about the Tarmala hospital, which was eventually hit on 10 May. “Only a few medical staff stayed to provide emergency response.”
      Letters: The BBC’s wish for a finger in every pie
      Read more

      The airstrike destroyed more than half the hospital and much of its equipment from beds and generators to the operating theatres, emergency services and pharmacy. Staff went back briefly to hunt through the rubble for any supplies that survived the onslaught but the building is now abandoned. “It would be impossible to rebuild and reopen now,” Razouk said. “The airstrikes are continuing and still targeting the hospital until this moment, even though it’s empty.”

      The May bombing was not the first attack on the hospital. That came in 2015, first with the Syrian military’s wildly inaccurate barrel bombs, and later by Russian missiles, that destroyed a residential building next door but spared the clinic itself. In 2018 there was a direct hit on the clinic but then it was able to reopen after repairs.

      However the damage after the latest attack was so severe that it is beyond repair, and anyway most of the civilians it served have fled, Razouk said.

      “This was the worst attack, it has been very tough, there is no possibility whatsoever to continue work there,” he said. “Life can’t return to this area, especially under these brutal attacks. There are no people, not even animals, there’s nothing left in there, it’s like a doomed land. There is no hope to go back.”

      He and other staff are opening a new temporary hospital near the Turkish border, where most of the residents of Tarmala have fled and are now living in refugee camps. It will have some of the neonatal incubators and dialysis machines evacuated before the strike, but there is a desperate need for more supplies.

      Around 80 medical facilities – including clinics and hospitals – have been shut because of damage in attacks or because of fear they will be targeted, said Mohamad Katoub from the Syrian American Medical Society. The huge number of refugees displaced by attacks has left those that are still operating overwhelmed.

      “The tactic of attacking health and other civilian infrastructure in Syria is not new, displacement is not new, these are all chronic issues. But this is the biggest displacement ever, and it is much further beyond our capacity as NGOs to respond,” he said.

      Turkey, which backs Idlib’s rebel groups, is already home to 3.6 million Syrians and faces the dilemma of whether or not to absorb any of the newly displaced. A group were reportedly planning a protest march to the border at the weekend.

      The de-escalation deal brokered last autumn saved Idlib and the surrounding countryside from an impending government assault. At the time, aid agencies warned that a military campaign would put the lives of 3 million civilians at risk, and trigger the worst humanitarian crisis of an already protracted and bloody war.

      But the agreement has unravelled since January, when the hardline Islamist group Hayat Tahrir al-Sham (HTS) wrested control of the area from more moderate rebels.

      Damascus and Moscow have said the HTS takeover legitimises the current campaign against Idlib as they are targeting terrorists not covered by the ceasefire deal.

      Many civilians in Idlib now feel they have been caught between the harsh rule of HTS and the intensified regime assault, and say that life has all but ground to a halt.

      “I was studying at Idlib university but I’ve had to stop going. So has my sister,” said 22-year-old Raja al-Assaad, from Ma’arat al-Nu’maan, which has been under heavy attack.

      “Some people have left to try to go to Turkey but the truth is that there is nowhere to go. Nowhere in Idlib is safe. And in my town we already have lots of people who have been displaced from lots of other areas of Syria.”

      “All normal life has shut down and there is nothing for us to do except wait for death.”

      https://www.theguardian.com/world/2019/jun/02/doctors-global-appeal-stop-syria-bombing-hospitals-idlib

    • Russie/Syrie : Nouveau recours à des #armes interdites

      Ces attaques qui aggravent les souffrances des civils violent les normes du #droit_international.

      Les forces armées russes et syriennes ont utilisé de manière indiscriminée des armes interdites en vertu du droit international contre des zones civiles dans le nord-ouest de la Syrie au cours des dernières semaines, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Selon les Nations Unies, cette région est actuellement habitée par environ trois millions de civils, dont au moins la moitié sont des personnes déplacées ayant fui d’autres régions du pays.

      Depuis le 26 avril 2019, l’alliance militaire russo-syrienne a mené quotidiennement des centaines d’attaques contre des groupes antigouvernementaux dans les gouvernorats d’Idlib, de #Hama et d’#Alep,, tuant environ 200 civils, dont 20 enfants. L’alliance a utilisé contre des zones civiles densement peuplées des armes à sous-munitions et des armes incendiaires, pourtant interdites selon le droit international, ainsi que des barils d’explosifs (« #barrel_bombs ») largués sur ces zones, d’après des secouristes, des témoins et des informations disponibles via des sources en accès libre. Le 17 mai, le Conseil de sécurité des Nations Unies a tenu une deuxième réunion d’urgence au sujet de la situation dans le nord-ouest de la Syrie, sans pour autant élaborer une stratégie précise pour protéger les civils qui y résident.

      « L’alliance militaire russo-syrienne utilise de manière indiscriminée contre des civils piégés une panoplie d’armes pourtant interdites par le droit international », a déclaré Lama Fakih, directrice par intérim de la division Moyen-Orient à Human Rights Watch. « Entretemps, la Russie exploite sa présence au Conseil de sécurité des Nations Unies pour se protéger et pour protéger son allié à Damas, et pour poursuivre ces exactions contre des civils. »

      Les armes à sous-munitions peuvent être lancées depuis le sol par des systèmes d’artillerie, des roquettes et des projectiles, ou bien larguées depuis le ciel. Elles explosent généralement dans l’air, dispersant plusieurs petites bombes, ou sous-munitions, au-dessus d’une vaste zone. De nombreuses sous-munitions n’explosent toutefois pas lors de l’impact initial, ce qui laisse au sol de dangereux fragments explosifs qui, à l’instar des mines terrestres, peuvent mutiler et tuer, des années après.

      Les armes incendiaires, qui produisent de la chaleur et du feu par le bais de la réaction chimique d’une substance inflammable, provoquent des brûlures atroces et sont capables de détruire des maisons et d’autres structures civiles.

      La Convention de 2008 sur les armes à sous-munitions interdit l’utilisation d’armes à sous-munitions, tandis que le Protocole III de la Convention sur les armes classiques interdit certaines utilisations des armes incendiaires. La Russie et la Syrie ne font pas partie des 120 pays ayant adhéré à la Convention sur les armes à sous-munitions, mais la Russie est un État partie au Protocole sur les armes incendiaires.

      https://www.hrw.org/fr/news/2019/06/03/russie/syrie-nouveau-recours-des-armes-interdites

    • La battaglia per Idlib

      Dal 26 aprile le forze del governo siriano, sostenute dall’assistenza militare russa, hanno intensificato un’offensiva a Idlib, nella provincia nord-occidentale della Siria, l’ultima roccaforte dell’opposizione armata al presidente Assad. A Idlib vivono quasi tre milioni di persone, metà delle quali sfollate internamente. Per questo gli accordi di Astana firmati proprio dalla Russia, insieme a Turchia e Iran, indicavano Idlib come una zona di de-escalation delle violenze. Un accordo però che non sembra più aver valore. Ieri la Russia ha bloccato una dichiarazione del Consiglio di sicurezza dell’ONU, con la quale il consiglio voleva lanciare un allarme per l’intensificarsi del intorno alla provincia di Idlib, con l’intento di scongiurare un disastro umanitario.

      Anche nel conflitto libico i civili sono quelli a pagare il prezzo più alto. Attualmente in Libia ci sono oltre 1 milione di persone bisognose di assistenza umanitaria e protezione. Non solo migranti e rifugiati, ma anche sfollati libici che vivono in condizioni di estrema marginalità sociale, senza accesso a cure e servizi essenziali e martoriati dal conflitto in corso. La campagna #Oltrelefrontiere ” promossa da CIR vuole migliorare il livello di protezione di migranti, rifugiati e sfollati interni, fornendo assistenza umanitaria e promuovendo la ricerca di soluzioni durature, per contribuire alla progressiva normalizzazione delle loro condizioni di vita.

      https://www.raiplayradio.it/articoli/2019/06/Rai-Radio-3-Idlib-Siria-4e42d346-f7d0-4d71-9da3-7b293f2e7c89.html

  • souveraineté aborigène - Vacarme
    https://vacarme.org/article3073.html

    De telles alliances sont aujourd’hui indispensables pour défendre la vie sur terre, et de nombreuses stratégies sont possibles : réinventer des modes de contestation en
    inaugurant de nouveaux rituels collectifs, comme l’a fait Starhawk, ou internationaliser les luttes comme le fait par exemple le mouve-ment international pour les droits de la nature comme terre mère, initié par des changements de constitution en Bolivie et en Équateur qui ont reconnu les droits de la Terre Mère Pachamama inspirés d’une forme de culte andin. Mais ce sont les autochtones eux-mêmes qui nouent des alliances transnationales entre eux, que ce soit aux Nations unies ou dans leurs sites d’occupation comme Standing Rock.

    #aborigènes #peuples_autochtones #descola #history_from_below

  • Greeks oppose free education for refugee children

    Greek law says refugee children must be offered free education. Al Jazeera looks at what is keeping them out of class.

    Greece is trying to offer education to young refugees on the Aegean Islands.

    However, getting children into classes is proving difficult.

    The already thin resources are being stretched too far, say locals, while refugee parents are wary of Greek schools.

    https://www.aljazeera.com/news/2019/04/greeks-oppose-free-education-refugee-children-190407120930318.html
    #réfugiés #asile #migrations #enfance #enfants #éducation #droit_à_l'éducation #accès_à_l'éducation #enfants_réfugiés #déscolarisation #scolarisation #îles

  • Entretien avec Nastassja Martin
    « Le sentiment du sublime disparaît
    avec la sécurité de celui qui le regarde »

    Benoît Labre, Nastassja Martin

    https://lavoiedujaguar.net/Entretien-avec-Nastassja-Martin-Le-sentiment-du-sublime-disparait-av

    Le Comptoir : Vous êtes partie en Alaska, synonyme de nature sauvage pour nous, de wilderness nord-américaine… Qu’avez-vous trouvé là-bas ?

    L’Alaska peut difficilement être pensé comme un territoire uniforme. Pour schématiser, disons que dans la première Alaska dans laquelle j’ai vécu, américaine, j’ai trouvé exactement cela : la wilderness vierge et sauvage telle que nous la fantasmons en Europe, les grands espaces pleins d’animaux et quasi vides d’humains. Pourtant j’ai été frappée, en arrivant sur mon terrain à Gwich’aazhee (Fort Yukon), de réaliser la perte de tous les éléments qui composaient pour moi le tableau de cette Grande Nature, extérieure, a-humaine et transcendante. Dans ce village Gwich’in délabré, pas le moindre signe d’animaux sauvages. Alors que partout sur les routes alaskiennes, on croise élans et caribous régulièrement, ici au beau milieu de la taïga subarctique, ils avaient disparu de la circulation. Ne semblaient subsister ici que ruines et left-overs d’un Occident arrivé trop vite et trop fort, déjà recrachés sur les berges de la rivière Yukon avant d’avoir pu être digérés. (...)

    #anthropologie #Alaska #entretien #nature #culture #Descola #Bruno_Latour #Edward_Tylor #animisme #écologie #Occident

  • Education : needs, rights and access in displacement

    Education is one of the most important aspects of our lives – vital to our development, our understanding and our personal and professional fulfilment throughout life. In times of crisis, however, millions of displaced young people miss out on months or years of education, and this is damaging to them and their families, as well as to their societies, both in the short and long term. This issue of FMR includes 29 articles on Education, and two ‘general’ articles.


    https://www.fmreview.org/education-displacement/contents
    #éducation #asile #migrations #réfugiés #droit_à_l'éducation #accès_à_l'éducation #scolarisation #déscolarisation #Syrie #conflit #guerre #genre #abus_sexuels #viols #Jordanie #Dadaab #Kenya #Grèce #écoles_de_rue #France #bus_école #Ouganda #Ethiopie #Palestine #réfugiés_palestiniens #Rwanda #UK #Angleterre #réfugiés_syriens #Turquie #MNA #mineurs_non_accompagnés #USA #Etats-Unis #travail_forcé #enfants #enfance #Iran #réfugiés_afghans #université #Myanmar #Birmanie #réfugiés_rohingya #Rohingya

  • Instruction obligatoire à 3 ans : un cadeau pour l’école maternelle privée - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2018/12/14/instruction-obligatoire-a-3-ans-un-cadeau-pour-l-ecole-maternelle-privee_

    En décidant, sous couvert d’« égalité », la scolarisation obligatoire à 3 ans, le président de la République et son ministre de l’Education introduisent subrepticement l’obligation de financement des maternelles privées par les communes : c’est un bien mauvais coup porté à l’école maternelle publique et aux collectivités locales.

  • Notes anthropologiques (XVIII)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XVIII

    L’objet de valeur
    Première partie, l’objet

    À partir de quel moment l’objet nous est-il apparu dans sa crudité ? À partir de quel moment notre environnement a-t-il été perçu comme nature ? À partir de quel moment tout ce qui n’est pas nous, le non-soi, a-t-il été conçu comme objet, comme une chose qui n’était animée par aucune intention ou volonté propre ? La constitution de l’objet tel qu’on peut le concevoir aujourd’hui ne fut pas une donnée spontanée ou immédiate de la conscience, elle a exigé un profond bouleversement et une remise en cause de l’idée que nous nous faisions de la réalité. Cette séparation que nous marquons instinctivement entre le monde de la pensée et celui de la non-pensée peut être datée, elle est issue de l’expérience, comme toutes nos conceptions de l’être et de la réalité. Elle ne s’est pas faite du jour au lendemain, elle a été progressive, elle a demandé des siècles avant de devenir une donnée de la conscience pour certains et certaines d’entre nous. Elle est loin d’être partagée par tout le genre humain. (...)

    #philosophie #science #sujet/objet #Platon #Kant #Descola #Dieu #esprit #matière #cosmovision #individu #monnaie

  • Why South Africa’s Undocumented Teens Are Dropping Out of School

    Thousands of undocumented children in South Africa have been unable to graduate since a government directive last summer. Advocates argue they’re being punished for their parents’ actions. Mxolisi Ncube meets migrant students whose professional dreams have been dashed.


    https://www.newsdeeply.com/refugees/articles/2018/03/07/why-south-africas-undocumented-teens-are-dropping-out-of-school
    #sans-papiers #Afrique_du_sud #école #enfants #enfance #éducation #déscolarisation

  • Amwalidembo, masque ventral d’initiation - Tanzanie (culture makondé) - Début du 20ème siècle

    The mask carved with a swollen abdomen represents a pregnant woman. Amwalidembo body masks are worn by male masqueraders during initiation dances making movements dramatizing the agonies of child birth.

    Fiche wikipédia sur les Makondé·e·s https://fr.wikipedia.org/wiki/Makonde_(peuple)
    Comme d’hab wikipédia c’est n’importe quoi :

    La société makonde est matriarcale. Les rites de passage sont encore répandus, en particulier ceux qui sont liés à la circoncision, qui donnent lieu à de grandes fêtes au cours desquelles sortent les masques, liés au culte des ancêtres. Pendant les cérémonies, les danses de fécondité sont exécutées par des hommes travestis. Certaines danses acrobatiques se font à l’aide de longues échasses. Les cérémonies sont accompagnées d’instruments de musiques comme une batterie de cinq tambours cylindriques, la corne d’antilope à deux notes, le mbira, des clochettes et des calebasses agitées par les danseurs et le public. La danse la plus populaire se fait avec le masque d’ancêtre mapiko, réservé aux hommes et entouré d’une grande vénération.

    Il n’y a rien de matriarcale à ce que les hommes portent des masques ventraux, dansent et se réservent la grande vénération des grands masques des grands ancêtres mapiko.

    Autre source sur le sujet

    L’objet fait partie d’un costume porté par un jeune homme pendant les rituels d’initiations qui marquent le passage à l’âge adulte chez les Makondé, en Tanzanie. La mise en valeur du corps d’une femme enceinte symbolise la fécondité. Durant la cérémonie, les danseurs appellent les esprits d’ancêtres pour qu’ils veillent à la naissance de futurs descendants. Une façon d’assurer la fertilité des individus et la prospérité de la communauté toute entière.

    http://abrideabattue.blogspot.fr/2015/10/reouverture-du-musee-de-lhomme.html

    Ce masque ventral est la première pièce du nouveau musée du macho. Je met ce qu’en disent ces messieurs les présidents et anthropologues de la manif pour tous :

    « Qui sommes-nous ? » « D’où venons-nous ? » « Où allons-nous ? » Voilà les trois grandes questions posées par ce musée entièrement réinventé. Une institution sans équivalent, souligne Bruno David, le président du Museum national d’Histoire naturelle qui chapeaute le musée de l’Homme. « Ce musée est unique, parce que c’est un des très rares musées qui parlent de l’Homme et exclusivement de l’Homme dans sa dimension biologique et culturelle et sur cette interface entre biologique et culturel. »

    Et quelle belle entrée en matière nous offre la première vitrine dotée d’un mannequin pédagogique d’accouchement, d’une vierge en prière sur un buisson de roses, d’un Nggwal, esprit d’ancêtre masculin océanien et d’un masque ventral d’initiation de la Tanzanie : « Dès le début, on voulait ancrer le visiteur dans cette idée du à la fois biologique et culturel, explique Évelyne Heyer, professeur en anthropologie génétique et commissaire scientifique générale du musée de l’Homme. Une naissance, bien sûr, c’est un événement biologique, mais c’est aussi culturel chez l’homme. Dans toutes les sociétés, la naissance est inscrite dans la société, dans un environnement culturel. Et partout, on a des objets qui se réfèrent à cette inscription culturelle de la naissance. En gros, comme dit l’anthropologue Maurice Godelier : un enfant, c’est un papa, une maman et une société. »

    http://www.rfi.fr/france/20151016-musee-homme-ouvre-mieux-comprendre-humain

    Quant j’ai vu cette vitrine à mes yeux elle etait un concentré de patriarcat. Après la grande porte d’entrée de la zone, surmonté de lettre d’or et capitale « MUSEE DE L’HOMME » la première vitrine montre ce ventre postiche appropriation symbolique de la maternité par les hommes. Ensuite une poupée d’accouchement de Mme de Coudray, un morceau anatomique de femme en chiffon avec son enfant. Confectionné par une femme c’est la seule pièce qui rappelle un peu que les femmes ne sont pas uniquement des fantasmes masculins. C’est le seul objet qui soit vraiment utile à la vie et en relation aux femmes dans cette vitrine contrairement aux autres qui sont des objets religieux machistes (utiles à asseoir la domination des hommes sur les femmes via des symboles). Puis il y a une vierge Marie sur des roses (très laide), symbole de la haine des mères, toutes réduite à l’état de salopes par le concept d’immaculée conception catho. Et puis une statu de virilité faite pas des hommes viriles d’un peuple guerrier dont je me rappel plus le nom.

    Au musée de l’homme il n’y a pas de mention du patriarcat. Ce musée se prétend être « un des très rares musées qui parlent de l’Homme et exclusivement de l’Homme dans sa dimension biologique et culturelle et sur cette interface entre biologique et culturel. » Or cette impasse énormissime montre qu’il s’agit bien du musée de l’homme au masculin stricte et à l’exclusion des femmes.

    Je met ca de coté pour un #patriarche en projet
    #appropriation #grossesse #androgyne

    • http://detoursdesmondes.typepad.com/dtours_des_mondes/2008/09/makonde-body-mask.html

      Ce type de masque a toujours fasciné, défiant la notion même de la représentation occidentale de ce qu’est un masque, la dissociant bien souvent de la danse dont il est partie intégrante.
      Chez les Makonde, l’accès au statut d’adulte s’obtenait à l’issue d’une initiation, l’unyago, tant pour les jeunes gens que pour les jeunes filles.
      Makondenjorowe
      Une fois les différentes étapes franchies, de grandes fêtes pouvaient se dérouler.
      C’est à la fin de celles-ci que les danseurs (toujours des hommes) apparaissaient avec leur buste dissimulé sous ce masque doté de seins et d’un ventre de femme enceinte. Leur but était d’intimider les jeunes filles.
      À cette occasion, sortaient également des masques anthropomorphes incarnant l’esprit des ancêtres.

      Ce texte comporte une erreur, le rituel masculin c’est le Jando, pas le Unyago qui est le rituel Makondé féminin.

    • Unyago and Jando: The Role of Initiation Rituals in Shaping Adolescent Sexuality in Rural Southern Tanzania

      My dissertation research involves tracing the multiple developmental pathways through which children and adolescents negotiate sexuality among the Makonde tribe of the rural border region of Mtwara, Tanzania. Specifically, my research is oriented around an ongoing controversy over the relationship between initiation rituals practiced in the region and adolescent sexuality. These rituals, which involve teaching young people the cultural norms of gender roles, family life and sexuality, are currently under fire following the publication of government statistics reporting an adolescent pregnancy rate of over 30% in the region, a rate high above the national average. In my research, the controversy over these rituals serves as an orienting framework for a broader examination of the many individual, cultural, environmental and economic factors—including the rituals—shaping adolescent sexuality within the rapidly changing cultural environment of rural Mtwara.

      This research was conducted over two periods totaling 21 months in rural Mtwara, Tanzania. Through the generous support of the Lemelson/Society for Psychological Anthropology Pre-Dissertation Fund, I conducted 10 weeks of pilot research in Tanzania in the summer of 2008. During this time, I was able to hone my research question, data collection methods and language skills, develop contacts with collaborators in Tanzania, and conduct pilot interviews with adolescents in rural Mtwara. The opportunity to conduct pilot research prepared me to write additional successful proposals for funding from the National Science Foundation and the Philanthropic Education Organization, allowing me to return to Tanzania in March 2009 for an additional 18 months of field research. I returned from Tanzania in August 2010 and plan to defend my dissertation in the summer of 2011.

      http://spa.americananthro.org/funding-opportunities/lemelson-funding/lemelson-fellowship-recipients/past-lemelson-student-fellows/unyago-and-jando-the-role-of-initiation-rituals-in-shaping-adole

    • Pas mal de détail ici :
      https://books.google.fr/books?id=RJ8mnDqYZc0C&pg=PA121&lpg=PA121&dq=jando++Makonde&source=bl&ot Makonde&f=false
      (c’est la page 99)
      Les garçons ont un rituel plus solennel, plus long, en communauté plus vastes dans un bâtiment spécial et apprennent beaucoup de choses secrètes qui leur donnent du pouvoir sur les femmes et les enfants (médecine, usage de la violence, technique de chasse, secrets religieux, pouvoirs magiques...) Les filles de leur conté apprennent à bien faire l’amour et bien élevé les enfants sous le chaponnage d’une femme plus âgée choisi par le chef (toujours un homme le chef).
      C’est pas du matriarcat ca !

    • makonde | TETEA Inc
      https://www.tetea.org/tag/makonde

      Too many girls, especially in the South of Tanzania are forced to leave school, due to pregnancy. In Tanzania, the law requires pregnant girls to leave school, although there has been much debate in Parliament about changing the law so they may return after giving birth. Of course, most times the girls are not in a position to return to school, as they have the new responsibilities of childcare to deal with.

      The article focuses particularly on the impact of traditional initiation rites that, it claims, lead to more girls getting married at a young age or getting pregnant. There are a few good points made in the article.

      First, there is definitely a correlation between teen pregnancies and local drum circles, which many teens attend at night.

      Second, the practice of bride prices in Tanzania does sometimes lead parents to try to marry off their daughters too early in order to receive some income.

      Third, there is often too much focus by parents on initiation rites. While I think it is great to keep traditions alive, parents will often spend most of their cash earnings for the year on the ceremonies surrounding initiations, while forsaking the school fees and other supplies needed for their children’s education. It is not unusual to hear of a parent who has “mortgaged” their house in order to get cash for the ngoma.

      Jando and Unyago rites are an important part of tribal culture, and many parts of the country have given them up completely. They should, however, be conducted in such a way that will still allow the children to get the education they deserve.

      #grossesses_précoces #éducation #filles #déscolarisation #dote #mariage

      https://tourismobserver.blogspot.fr/2016/01/tanzania-makonde-life-people-tatoos.html

      The mapiko maks dance is an important element in these are other important Makonde ceremonies. They are worn by men who dance to display their power and to scare women and children. During the boys initiation ceremony the mapiko dancer reveals his identity to the boys; in this the dancer symbolically reveals the secretes of manhood.

    • Female-Driven Multiple Concurrent Sexual Partnership Systems in a Rural Part of a Southern Tanzanian Province
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4684207

      Abstract
      Background

      Multiple concurrent sexual relationships are one of the major challenges to HIV prevention in Tanzania. This study aims to explore sexual behaviour patterns including the practice of multiple concurrent sexual partnerships in a rural Tanzanian setting.
      Methods

      This qualitative study used focus group discussions and in-depth interviews with men and women from the community as well as ethnographic participant observations. The data was collected during 16 months of fieldwork in 2007, 2008, and 2009. The focus group discussions and in-depth interviews were transcribed verbatim and translated into English. The data was analysed through the process of latent content analysis. An open coding coding process was applied to create categories and assign themes.
      Findings

      Mafiga matatu was an expression used in this society to describe women’s multiple concurrent sexual partners, usually three partners, which was described as a way to ensure social and financial security for their families as well as to achieve sexual pleasure. Adolescent initiation ceremonies initiated and conducted by grand mothers taught young women why and how to engage successfully in multiple concurrent sexual relationships. Some men expressed support for their female partners to behave according to mafiga matatu, while other men were hesitant around this behaviour. Our findings indicate that having multiple concurrent sexual partners is common and a normative behaviour in this setting. Economical factors and sexual pleasure were identified as drivers and viewed as legitimate reason for women to have multiple concurrent sexual partnerships.
      Conclusions

      Structural changes improving women’s financial opportunities and increasing gender equality will be important to enable women to not depend on multiple concurrent sexual partnerships for financial security. Future research should explore how normative sexual behaviour changes as these structural changes take place.

      #VIH #sexualité

  • Why refugees must be given education and the tools to thrive

    Of the six million primary and secondary school-age refugees under UNHCR’s mandate, 3.7 million have no school to go to. Refugee children are five times more likely to be out of school than non-refugee children. Only 50 per cent have access to primary education, compared with a global level of more than 90 per cent. And as they get older, the gap becomes a chasm: 84 per cent of non-refugee adolescents attend lower secondary school, but only 22 per cent of refugee adolescents have that same opportunity. At the higher education level, just one per cent of refugees attend university compared to 34 per cent globally.[2]

    https://medium.com/@UNHCR/why-refugees-must-be-given-education-and-the-tools-to-thrive-98df314dd43c
    #éducation #école #université #réfugiés #asile #migrations

  • L’école c’est de la merde ! - Nébuleuses
    http://nebuleuses.info/enfances/article/l-ecole-c-est-de-la-merde

    On avait envie de vous proposer pour la rentrée un petit témoignage bien vénère. Témoignage d’un lycéen qui n’en peut plus et refuse de se lever tout les matins pour se faire formater par une institution qui le révulse. On est peut-être pas les mieux placés pour critiquer une institution qui nous a nous même formaté et dont a profité. Mais c’est un texte qui permet de réfléchir autrement et surtout un bon défouloir ! Alors on le placarde devant les écoles, les collèges et les lycées ?

    L’école, c’est de la merde !

    Pourquoi ?

    Liste de raisons (incomplète, bien sur) !

    *

    TOUT LE MONDE Y PENSE, TOUT LE MONDE L’OUBLIE

    PERSONNE SE BARRE, TOUT LE MONDE SUBIT

    *

    Parce qu’on en a ras le cul de se faire lever tout le matin par un réveil, qui nous empêche de finir notre nuit comme notre corps en aurait envie.

    Parce qu’on en a ras le cul d’être en cours sans pouvoir parler, sans pouvoir aimer, sans pouvoir rêver, sans pouvoir bouger, sans pouvoir respirer l’air de la nature, sans pouvoir rien faire, obligé de rester entre 4 murs.

    Parce qu’on en a ras le cul d’entendre le prof d’histoire parler de la France comme si c’était notre maison, notre amie et que ses victoires étaient les nôtres.

    Parce qu’on en a ras le cul que dés qu’on sèche, tout le monde nous dise qu’on devrait avoir « mauvaise conscience » alors que l’on a simplement profité d’un moment de liberté et qu’eux ils sont allés se faire chier.

    Parce qu’on en a ras le cul que tout le monde pense que si on n’a pas de diplôme, pas de travail, pas d’argent, on peut pas vivre.

    Parce qu’on en a ras le cul de voir les autres regarder le prof comme si c’était une télé.

    Parce qu’on en a ras le cul d’être formaté en consommant l’enseignement que nous donne l’éducation de masse.

    Parce qu’on en a ras le cul de pas pouvoir dire qu’on en a ras le cul, parce que si on le dit on a comme réponse : "qu’est-ce que tu proposerais, toi ?", "Si l’école n’était pas là, tu saurais même pas lire", ou encore "c’est la vie..."

    Parce qu’on en a ras le cul d’entendre des arguments que tout le monde dit sans y croire.

    Parce qu’on en a ras le cul d’essayer de se cacher que l’école c’est de la merde alors qu’on le sait très bien.

    Parce qu’on en a ras le cul que nos seuls droits soient ceux qu’on nous donne et pas ceux que l’on prend.

    Parce qu’on en a ras le cul d’être surveillé, fliqué, réprimer, puni.

    Parce qu’on en a ras le cul que même quand on est dehors il y ait des caméras qui nous filment pour nous dire que le big boss nous a à l’œil et que même si on est dehors on est pas libre.

    Parce qu’on veut profiter de notre enfance et notre vie.

    Parce qu’on veut trouver l’ivresse de la liberté et qu’on sait qu’elle ne se trouve certainement pas à l’école.

    Parce qu’on veut pouvoir sortir des normes.

    Parce qu’on veut aimer et faire tout ce qu’on a envie de faire qu’on soit dans la cour ou en cours.

    Parce qu’on veut vivre en accord avec nous-mêmes, et que si on va à l’école, on risque de devenir un sale bâtard qui a du pouvoir et de l’argent.

    Parce qu’on veut pouvoir montrer nos nombrils et même plus.

    Parce qu’on veut pas attendre d’avoir 60 ans (ou plus) pour pouvoir vivre librement (d’ailleurs à 60 ans, avec tout le conditionnement qu’on a subit, si on est allé à l’école ou qu’on a travaillé, on ne sait même plus ce qu’est la liberté)

    Parce qu’on veut pas de leur faux respect et qu’on veut se respecter vraiment.

    Parce qu’on veut pas perdre notre vie à la gagner.

    Parce qu’on veut pas rester en cours alors que dehors le système enlève des vies.

    Parce qu’on sait que l’école n’est pas vraiment "laïque", qu’en fait sa religion s’appelle le " républiquisme ".

    Parce qu’on sait que le cliché de l’élève qui se libère à l’école n’est réservé qu’à une élite qui devient soit bourges soit dirigeant.

    Parce qu’on sait que l’école est une arme du système pour que les élèves aillent dans le "bon chemin".

    Parce qu’on sait que l’école possède un immense pouvoir politique en pouvant faire des enfants de gentils (con)citoyens, qui croient en cette connerie de démocratie que l’école représente bien d’ailleurs.


    Parce qu’on sait que si parfois les profs nous interdisent de regarder par la fenêtre, c’est pour nous empêcher de rêver, c’est pour nous habitué à être enfermé et à regarder des choses sans vie (pour qu’on fasse pareil quand on est chez nous en regardant la télé), alors que dehors, la nature peut nous apporter plein d’enseignement vivant.

    Parce qu’on sait que l’école, par un système technologique de gestion des absences/retards et de notre vie écolière, nous habitue à être considéré comme des produits, des machines, des pions, des numéros, des cartes d’identités, des donnés biométriques, des séquences ADN etc.

    Parce qu’on trouve ça horrible qu’il y ait des espèces de barres aux fenêtres qui servent à empêcher les élèves de se suicider. Si elles sont là, c’est qu’il y a une raison, et cette raison c’est qu’il y a des suicides dans les écoles, et s’il y a des suicides dans les écoles c’est parce qu’elles sont, rien que par leur structure qui est carcérale, inhumaine, "robotaine" et qu’elles poussent à la dépression, à la folie, à la méchanceté, à ne pas écouter les autres (parce qu’on pense qu’au cours si on veux réussir), à l’égoïsme... et ceci en lançant, et en cultivant, des cercles vicieux que, nous, humains ne pouvons pas comprendre (surtout si nous sommes dedans).

    J’ai écrit cette brochure parce que j’en ai ras le cul de cette école et de tous les arguments à la con que me disent les autres alors qu’en fait, ils en ont ras le cul eux aussi et pensent au moins la moitié de ce qu’il y a dans cette brochure. Je l’ai écrit aussi parce que je vais quitter le système scolaire (premier pas pour quitter le système général) et que ça me rend triste de laisser tous ces humains, ces frères, pourrir dans ces écoles (dans ce système) Je pense que l’esprit de toutes les personnes qui sont à l’école est traversé par certaine de ces raisons à un moment ou un autre, mais, malheureusement, les efface avec une auto-censure du type : "oui, mais il n’y a pas le choix", "c’est quand même mieux qu’avant" etc. et s’habitue à la merde qu’est l’école. En réalité, cette merde n’est pas une fatalité : dans nos rapports avec la hiérarchie, et le système en général, nous pouvons chaque jour montrer aux autres humains, pions de cette société, l’illogisme de cette dernière et la déshumanisation qu’elle provoque. Essayer de se comporter le plus librement (humainement) possible dans son école me semble une bonne chose, cela conduit inévitablement à la porte (sauf si parmi vos supérieurs, certain préfèrent obéir à eux-mêmes qu’à la loi) ; "la meilleure façon de se rendre compte de la pourriture du système c’est d’essayer de le quitter"

    Un lycéen en rage

    Le texte est recopié ici en intégral, des fois que ... Le lien vers la source donnée par « Nébuleuse », en l’occurrence « descolarisation.org », nous apprend que « le site est fermé » (par qui ? pourquoi ?) ...

    #déscolarisation #enfermement #ennui_à_l'école #formatage #éducation

  • Mineurs réfugiés en Grèce : le défi de la scolarisation

    Près de 60 000 réfugiés sont toujours bloqués en Grèce depuis la fermeture de la route des Balkans, en mars dernier. Parmi eux, 2 200 mineurs non accompagnés, dont la moitié au moins survit dans des camps aux conditions déplorables. Les ONG et le gouvernement grec tentent de les reloger et de les scolariser.

    http://www.courrierdesbalkans.fr/le-fil-de-l-info/le-gouvernement-grec-s-attele-a-trouver-une-solution-pour-les-min

    #scolarisation #déscolarisation #enfants #enfance #Grèce #asile #migrations #réfugiés

  • Stateless Children in Dominican Republic Still Unable to Go to School

    Many children of Haitian descent in the Dominican Republic could not enroll in school this year, as they remain unable to get the documents to prove their nationality, say legal researchers B. Shaw Drake and Raimy Reyes.

    https://www.newsdeeply.com/refugees/articles/2016/10/05/stateless-children-in-dominican-republic-still-unable-to-go-to-school

    #apatridie #République_dominicaine #école #éducation #enfants #enfance #scolarisation #déscolarisation