• #Art, #vérité et #politique, par #Harold_Pinter
    https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2005/12/08/art-verite-et-politique-par-harold-pinter_718764_3382.html

    Discours lu par Harold Pinter à Stockholm, mercredi 7 décembre 2005, au nom du Prix Nobel de #littérature 2005

    L’invasion directe d’un état souverain n’a jamais été, de fait, la méthode privilégiée de l’Amérique. Dans l’ensemble, elle préférait ce qu’elle a qualifié de « conflit de faible intensité ». « Conflit de faible intensité », cela veut dire que des milliers de gens meurent, mais plus lentement que si vous lâchiez une bombe sur eux d’un seul coup. Cela veut dire que vous contaminez le cœur du pays, que vous y implantez une tumeur maligne et que vous observez s’étendre la gangrène. Une fois que le peuple a été soumis - ou battu à mort - ça revient au même - et que vos amis, les militaires et les grandes sociétés commerciales, sont confortablement installés au pouvoir, vous allez devant les caméras et vous déclarez que la #démocratie l’a emporté.

    #Etats-unis

    • Les États-Unis ont soutenu, et dans bien des cas engendré, toutes les #dictatures militaires droitières apparues dans le monde à l’issue de la seconde guerre mondiale. Je veux parler de l’Indonésie, de la Grèce, de l’Uruguay, du Brésil, du Paraguay, d’Haïti, de la Turquie, des Philippines, du Guatemala, du Salvador, et, bien sûr, du Chili. L’#horreur que les États-Unis ont infligée au Chili en 1973 ne pourra jamais être expiée et ne pourra jamais être oubliée.

      Des centaines de milliers de morts ont eu lieu dans tous ces pays. Ont-elles eu lieu ? Et sont-elles dans tous les cas imputables à la politique étrangère des États-Unis ? La réponse est oui, elles ont eu lieu et elles sont imputables à la politique étrangère américaine. Mais vous n’en savez rien.

      Ça ne s’est jamais passé. Rien ne s est jamais passé. Même pendant que cela se passait, ça ne se passait pas. Ça n’avait aucune importance. Ça n’avait aucun intérêt. Les #crimes commis par les États-Unis ont été systématiques, constants, violents, impitoyables, mais très peu de gens en ont réellement parlé.

      Rendons cette justice à l’Amérique : elle s’est livrée, partout dans le monde, à une #manipulation tout à fait clinique du #pouvoir tout en se faisant passer pour une force qui agissait dans l’intérêt du #bien universel. Un cas d’#hypnose génial, pour ne pas dire spirituel, et terriblement efficace.



  • « Aquarius » : le terrible silence de Brégançon - Libération
    http://www.liberation.fr/debats/2018/08/21/aquarius-le-terrible-silence-de-bregancon_1673762

    Il y a une semaine, après plusieurs jours de déshérence du navire en Méditerranée, Paris s’est finalement engagé à accueillir 60 des 141 réfugiés. La politique antimigratoire de la France et plus généralement de l’Europe compromet notre sécurité et notre humanité sans jamais régler le problème qu’elle prétend combattre.

    Il y a eu quelque chose d’ignoble dans ce face-à-face méditerranéen muet entre l’hôte du fort de Brégançon et l’#Aquarius en déshérence. Après tout, le port de Hyères est « sûr » et aurait pu accueillir ce navire. Ou, à défaut, celui de Toulon, encore plus « sûr » avec ses bateaux de guerre ! Et Emmanuel Macron aurait pu constater de visu, en se rendant sur le quai de débarquement, ce qu’être réfugié (et sauveteur) veut dire. Le geste eût conféré à son mandat une grandeur dont la portée diplomatique se serait longtemps fait sentir, et aurait mis le chef de l’État sur un même pied d’humanité que le pape François.

    Le Président a préféré se débarrasser du problème au téléphone. Il n’a pas eu un mot pour les 141 Africains, dont une moitié de mineurs, rescapés de la mer, qui cuisaient au soleil sur le pont du bateau errant. On ne saura jamais ce qu’aurait pensé de ce mutisme son maître supposé, Paul Ricœur. Point besoin, de toute manière, de grands auteurs pour savoir que les dirigeants européens s’enfoncent dans l’inhumanité la plus abjecte, et nous y font barboter avec eux. Jusqu’à ces Gibraltariens qui retirent à l’Aquarius son pavillon.

    Emmanuel #Macron a déclaré avoir pour livre de chevet l’ouvrage de Stephen Smith la Ruée vers l’Europe. La jeune Afrique en route pour le Vieux Continent (Grasset, 2018). Un président ne devrait pas lire que cela. Il pourrait consulter les publications des chercheurs qui travaillent sur le #Sahel et le #Sahara. Il en tirerait une plus juste mesure du « problème » de l’immigration, qui relève largement du fantasme statistique et de la manipulation politique. Le Président devrait surtout prendre connaissance des témoignages de #migrants ouest-africains échappés de l’enfer libyen qu’a recueillis le journaliste suisse Etienne Dubuis (1). Car - faut-il le rappeler ? - il s’agit d’abord d’enfants, de femmes, d’hommes, que les dirigeants européens ont donc décidé de renvoyer là d’où ils cherchent à fuir l’esclavage, le viol et la mort : la #Libye, avec les autorités et les milices de laquelle ils ont signé des accords, d’abord secrets, et maintenant officiels, de « réadmission » des fugitifs.

    Certes, dira le prétendu bon sens en reprenant la formule d’un autre mentor du Président, Michel Rocard, l’Europe « ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». Mais il s’agit en l’occurrence d’accueillir la misère que l’Europe a contribué à créer : en instaurant une sainte alliance antipopulaire avec les gouvernements africains qui ont mené leur continent dans l’impasse économique ; en imposant, à partir des années 80, des programmes d’ajustement structurel qui ont accru la pauvreté de la masse sans fournir d’opportunités économiques à la majorité des diplômés ; en intervenant militairement en Libye pour renverser Kadhafi, sans se préoccuper de l’onde de choc régionale ni des migrants africains qui y travaillaient ou y transitaient. Comme l’a rappelé Ibrahima Thioub dans son discours de réception du titre de docteur honoris causa à Sciences-Po, les Etats européens et africains sont coresponsables de la réinvention contemporaine de l’esclavage sur les rives de la Méditerranée, les uns par leur rejet d’une main-d’œuvre que leurs économies appellent pourtant, les autres par leur iniquité.

    La politique antimigratoire de l’Europe est criminelle. Elle a provoqué la mort de dizaines de milliers de personnes. De surcroît, elle compromet notre sécurité, en même temps que notre humanité. En effet, loin de répondre au problème qu’elle prétend régler, elle l’aggrave.

    Dans la droite, la très droite ligne de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande, Emmanuel Macron, notamment, confond les prétendues menaces de l’immigration et du terrorisme - aucun des deux phénomènes ne constitue une « menace », au sens militaire précis du terme - et, ce faisant, il les nourrit mutuellement. La pression sur les Etats d’Afrique du Nord et du Sahel pour qu’ils bloquent sur leur territoire les migrants les déstabilisera. La France n’a plus d’autre politique africaine que sécuritaire. Elle inféode désormais son aide publique au développement à son intervention militaire. Elle est revenue aux recettes de la guerre d’Algérie, y compris en termes d’exactions puisque l’Élysée cautionne les violations des droits de l’homme auxquelles se livrent les armées malienne et camerounaise. La France appuie les dictatures vieillissantes du Tchad et du Cameroun, trop utiles pour être critiquées, et, au Mali, la perpétuation électorale d’une classe dominante à bout de souffle. D’ores et déjà, la militarisation de la lutte contre le jihadisme a eu pour résultat d’étendre le périmètre de la violence à l’ensemble du bassin du lac Tchad et au centre du Mali.

    La triste réalité, c’est que l’Afrique sahélienne est en passe de s’installer dans un « gouvernement par la violence », selon l’expression du spécialiste de la Colombie Jacobo Grajales (Gouverner dans la violence. Le paramilitarisme en Colombie, Karthala, 2016). La responsabilité de l’Europe est accablante dans cette évolution. Sa politique ne cesse d’en favoriser les protagonistes sous prétexte de les combattre. La France n’a plus d’autre politique africaine que sécuritaire, antimigratoire, antiterroriste, antinarcotique, et inféode désormais son aide publique au développement à son intervention militaire, que doivent renforcer sur le terrain les programmes de l’Agence française de développement. Lutte contre la drogue, lutte contre l’immigration, lutte contre le #terrorisme : tous les ingrédients du cocktail qui a fait basculer l’Amérique centrale dans une situation incontrôlable sont réunis au Sahel. Vous avez aimé le Mexique ? Vous adorerez l’#Afrique de l’Ouest !
    (1) Les Naufragés. L’odyssée des migrants africains, Karthala, 2018

    Jean-François Bayart

    La comparaison avec le Mexique est super intéressante mais glaçante.

    #immigration #dictatures #néocolonialisme #violence #narcotiques #drogues


  • L’horizon impérial, Sociétés chaotiques et logique d’empire

    https://offensivesonore.blogspot.com/2018/05/lhorizon-imperial-societes-chaotiques.html

    Emission du 8 juin 2018, on reçoit Quentin du collectif ’Lieux Communs’. Nous parlerons pour la brochure : « L’horizon impérial, Sociétés chaotiques et logique d’empire » : Après avoir été des acteurs politiques pendant des siècles, les peuples se sont retirés, laissant libre cours aux oligarchies et aux mécanismes aveugles de gestion des popu­lations. Les grandes évolutions de notre temps, largement régressives, y trouvent leur origine. Leur examen sans concession montre que l’humanité entre dans une nouvelle ère, qui resterait à nommer, et qui semble se caractériser par le retour à l’œuvre de logiques impériales millénaires. Il nous faut chercher des cadres de pensée encore inusités, des réfé­rences négligées, un passé enfoui, croiser des disciplines, risquer des hy­pothèses et dévoiler de nouvelles cohérences. Nous devons nous essayer à saisir ce qui nous arrive, sans attendre l’envol éventuel de la chouette de Minerve, toujours après-coup, alors que le crépuscule est déjà bien avancé."

    #audio #radio #offensive_sonore #empire #Occident #futur #guerre #dictatures #multiculturalisme #orient
    Avec @lieuxcommuns


  • Combattre le racisme, l’antisémitisme.... et l’islamophobie (Texte collectif, Le Club de Mediapart)
    https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/280418/combattre-le-racisme-lantisemitisme-et-lislamophobie

    Alors que se développent dans toute l’Europe des propos, actes et agressions #racistes, #xénophobes et #antisémites :

    Nous dénonçons, combattons l’#antisémitisme, et tout acte criminel ou agression à ce titre, comme nous le ferions pour toutes les formes de #racisme quelles qu’elles soient.

    Nous savons que se taire aujourd’hui, #banaliser ces discours et ces agressions ouvre la porte demain aux pires drames que l’histoire récente ou plus ancienne a fait connaître : qu’il s’agisse du #génocide des juifs et des Roms perpétré par le nazisme, de celui des Tutsis, du génocide arménien, de l’épuration ethnique en Bosnie ou du génocide actuel des Rohingyas.

    Par les amalgames qu’il fait, le Manifeste contre le nouvel antisémitisme attise et renforce ce qu’il prétend dénoncer.

    […]

    Les violences antisémites actuelles, aussi insupportables qu’elles soient, sont loin d’être comparables à un #pogrom et encore moins à une #épuration_ethnique !

    Assimiler la #gauche_antisioniste, qui a toujours été au premier rang du combat contre tous les racismes, à une nouvelle forme de l’antisémitisme relève d’une diversion mensongère et scandaleuse.

    Assimiler ceux qui dénoncent la #colonisation_israélienne et son gouvernement d’extrême droite à des complices de l’antisémitisme est un amalgame inacceptable.

    Au moment où les agressions contre les Français d’origine maghrébine, africaine et contre les Roms se développent, au moment où dans le débat politique générale, les propos stigmatisants contre les #migrants et les #exilés se multiplient, au moment où se libère une parole raciste, xénophobe et #islamophobe décomplexée :

    Nous refusons la notion de responsabilité collective, que cela concerne un peuple ou une communauté religieuse.

    Nous refusons l’#amalgame entre les actes criminels odieux ou à caractère délirant de certains et les projets ouvertement racistes et antisémites d’#exécutions ou de #massacres ourdis par d’autres.

    Nous rappelons que les premières victimes de Daesh et de ses sbires sont d’abord les populations des pays arabes ou africains et des musulmans.

    Nous dénonçons un texte qui assimile tout musulman à un intégriste en puissance, le désigne à la vindicte populaire et exige allégeance culturelle et repentance religieuse.

    Les exactions atroces commises au nom des #intégrismes de tout genre, des #dictatures de toutes espèces ont en commun cette capacité à rivaliser dans l’horreur, la mise en scène de la terreur et le refus radical de notre commune humanité.

    Les politiques laminant la vie de millions de personnes et la démission des forces qui devraient défendre les droits sociaux des peuples nourrissent le terreau d’une désespérance. Elles favorisent les régressions identitaires et les passions funestes du terrorisme.

    Nous affirmons qu’il faut relever ce défi mortifère et se mobiliser pour arrêter cet engrenage fatal.

    Nous affirmons notre #solidarité avec toutes les #victimes de ces exactions et notre exigence de ne pas refaire ce qui fut fait en d’autres temps : accueillons et défendons toutes celles et ceux qui les subissent.

    En réaction à :
    Manifeste « contre le nouvel antisémitisme » (Philippe Val, Le Parisien)
    http://www.leparisien.fr/societe/manifeste-contre-le-nouvel-antisemitisme-21-04-2018-7676787.php


  • Pourquoi cette nostalgie pour les dictateurs arabes ? Editorial de @raialyoum1 - Actuarabe
    http://actuarabe.com/cette-nostalgie-pour-dictateurs-arabes

    Revenons au début de l’article et essayons de comprendre ce grand intérêt pour les chefs d’Etat arabes et leur mort. Peut-être qu’il vient de la déception actuelle face à l’absence de leaders arabes « charismatiques » de leur niveau ? Ils sont restés des années au pouvoir et se sont distingués par leurs positions nationalistes opposées à la colonisation et à ses projets dans la région. C’est d’ailleurs peut-être ce qui leur a coûté la vie et la destruction de leur pays en représailles.

    Il est difficile de contester les accusations de dictature et de répression portées contre eux. Ces accusations ont été utilisées pour les renverser à travers des « révolutions », qui ont ouvert la voie à l’intervention américaine armée dans certains cas ; mais les leaders qui leur ont succédé et se trouvent actuellement à leur place ont-ils donné un meilleur exemple au niveau des libertés, de la démocratie et du respect des droits de l’homme ?


  • Ces #autocrates qui organisent leur présidence à vie
    https://www.mediapart.fr/journal/international/110318/ces-autocrates-qui-organisent-leur-presidence-vie

    Vladimir Poutine et #Xi_Jinping, deux présidents “providentiels” qui jouent la même partition © Reuters Depuis une quinzaine d’années, de l’Afrique à l’Amérique latine, en passant par l’Asie et même l’Europe, des chefs d’État autoritaires font sauter les verrous de la limitation des mandats. Le dernier en date est le Chinois Xi Jinping, qui vient d’obtenir ce dimanche 11 mars l’aval du Parlement chinois. Face à ces « coups constitutionnels », les démocraties affaiblies se taisent.

    #International #Chine #Constitution #coup_constitutionnel #coups_d'Etat #démocratie #dictatures #Paul_Kagamé #Vladimir_Poutine


  • Armes de surveillance de masse françaises : révélations sur les coulisses d’un commerce mortifère
    https://reflets.info/armes-de-surveillance-de-masse-francaises-revelations-sur-les-coulisses-du

    Dans les jours à venir, Reflets.info va dévoiler les coulisses des ventes d’armes de surveillance massive à travers le monde effectuées par une entreprise française : #Nexa_Technologies. Ces produits permettant d’intercepter les communications d’un […]

    #Bienvenue_chez_Amesys #France #Amesys #Bercy #Bull #Dictatures #Eagle #Kadhafi #ONG #Premier_ministre #Stéphane_Salies


  • Documenting U.S. Role in Democracy’s Fall and Dictator’s Rise in Chile - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/10/14/world/americas/chile-coup-cia-museum.html

    “To see on a piece of paper, for example, the president of the United States ordering the #C.I.A. to preemptively overthrow a democratically elected president in Chile is stunning,” Mr. Kornbluh said. “The importance of having these documents in the museum is for the new generations of Chileans to actually see them.”

    #Chili #dictatures #démocraties #Etats-Unis #Kissinger #Nixon #Pinochet #assassinats

    “Secretos de Estado” : Museo de la Memoria y los Derechos Humanos
    https://ww3.museodelamemoria.cl/exposiciones/secretos-de-estado-la-historia-desclasificada-de-la-dictadura-c

    En esta exposición “Secretos de Estado. La historia desclasificada de la dictadura chilena”  Peter Kornbluh —investigador que ha jugado un rol fundamental en la campaña para desclasificar 23.000 archivos de la CIA, NSC, FBI, Casa Blanca y el Departamento de Defensa del Estado— se muestran una serie de documentos desclasificados que nos permiten entender la historia secreta del golpe de Estado y la dictadura chilena junto al apoyo que entregó EEUU, tanto a la Junta Militar como a medios de comunicación. Los documentos también dan luz a la represión estatal, la Operación #Condor y los esfuerzos encubiertos de Pinochet para sostenerlo en poder cuando ganó el “NO” en el plebiscito de 1988.


  • US Provides Military Assistance to 73 Percent of World’s Dictatorships
    http://www.truth-out.org/news/item/42020-us-provides-military-assistance-to-73-percent-of-world-s-dictatorsh

    Most politically aware people know of some of the more highly publicized instances of this, such as the tens of billions of dollars’ worth of US military assistance provided to the beheading capital of the world, the misogynistic monarchy of Saudi Arabia, and the repressive military dictatorship now in power in Egypt. But apologists for our nation’s imperialistic foreign policy may try to rationalize such support, arguing that Saudi Arabia and Egypt are exceptions to the rule. They may argue that our broader national interests in the Middle East require temporarily overlooking the oppressive nature of those particular states, in order to serve a broader, pro-democratic endgame.

    Such hogwash could be critiqued on many counts, of course, beginning with its class-biased presumptions about what constitutes US “national interests.” But my survey of US support for dictatorships around the world demonstrates that our government’s support for Saudi Arabia and Egypt are not exceptions to the rule at all. They are the rule.

    #etats-unis #dictatures


  • Kyrgyzstan and Uzbekistan: Once Deadly Foes, Now BFF? · Global Voices

    https://globalvoices.org/2017/09/13/kyrgyzstan-and-uzbekistan-once-deadly-foes-now-bff

    t wasn’t just about the first ladies and their matching shoes, although that didn’t go unnoticed; Uzbek President Shavkat Mirziyoyev’s visit to Kyrgyzstan last week marked a sea change in relations between two Central Asian countries that up until recently, lived in the long shadow cast by his uncompromising predecessor.

    Islam Karimov, who ruled Uzbekistan from before independence from the Soviet Union in 1991 until his death last year, had few nice things to say about Kyrgyzstan.

    #asie_centrale #turkmenistan #ouzbekistan #dictatures


  • Et oui, les « démocrates » ont la sensibilité sélective et en oublient le dictateur capable du pire qu’il fut.

    Mort du dictateur Fidel Castro : Réactions attristées des « démocrates » | Prêchi-Prêcha
    https://www.prechi-precha.fr/mort-du-dictateur-fidel-castro-reactions-attristees-des-democrates

    Alors qu’à Miami les cubains qui ont dû fuir la dictature fêtent la mort de Castro ici les mélenchonistes et nostalgiques de la peste communiste lui rendent hommage. Les mêmes qui traitent Marine le Pen ou Fillon de Pétainistes pleurent aujourd’hui à chaudes larmes un dictateur responsable de milliers de morts et qui aura passé sa vie à enfermer les homosexuels et ses opposants

    #castro #dictatures


  • Il y a quelque chose de – vraiment – pourri dans le royaume de France

    Par Julien Salingue

    http://resisteralairdutemps.blogspot.fr/2016/05/il-y-quelque-chose-de-vraiment-pourri.html

    J’ai quitté la France il y a une semaine. Pas définitivement hein, mais pour prendre un peu de nécessaire repos en exil – ce que l’on a coutume d’appeler des « vacances ». Ça faisait longtemps.

    (...)

    A fortiori quand, en face de toi, des gens qui vivent en Amérique latine, qui viennent d’Argentine, d’Uruguay, de Porto-Rico ou d’ailleurs, qui ont connu la France ou ne l’ont pas connue, mais qui pour la plupart viennent de pays où la mémoire de la dictature est encore fraîche, te regardent avec des yeux effarés, ahuris, choqués. Bien évidemment, ils et elles savent et comprennent que la France n’est pas le Chili de Pinochet. Mais ils comprennent aussi, et ils te font comprendre, que ce que tu es en train de raconter, ce n’est pas juste une évolution énervante, révoltante. En fait, c’est très inquiétant.

    Alors tu racontes aussi que tout n’est pas catastrophique, qu’il y a des résistances et, depuis près de deux mois, une contestation large, des manifestations, Nuit debout, le succès de certains bouquins, certains films, certaines initiatives militantes… Mais en fait tu as du mal à y croire toi-même.

    Surtout quand, pendant la conversation, tu regardes distraitement ce qui se passe sur internet, et que les vidéos et photos de l’évacuation de République le 28 au soir, ou de la manifestation du 1er mai, arrivent, et que tu les montres aux gens avec qui tu parles. Tu es en Amérique latine, dans un ex-dictature, et les gens regardent les images des violences policières avec des yeux hallucinés, avec parfois même des larmes dans les yeux, ils et elles te disent « C’est en France, ça ? », « Mais ils sont malades ? », « Mais pourquoi ils font ça ? », etc. Et en fait les vidéos, tu les vois différemment d’un coup.

    (...)

    Le pire n’est jamais certain non. Mais ce qui est certain, c’est que le pire ne survient jamais du jour au lendemain.

    Il y a une voie vers le pire, et là on est malheureusement embarqués dessus, et lancés à pleine vitesse.

    Et, au vu de la destination qui nous est promise, il va vraiment falloir qu’on fasse dérailler le train. Toutes et tous ensemble. Et le plus tôt sera le mieux.


  • Les allées et venues à #Genève de #dictateurs annoncées sur Twitter

    Deux Romands ont créé un compte Twitter qui traque les avions appartenant à des régimes autocratiques. Le « #GVA_dictateur_alerte » annonce automatiquement sur le réseau social quand un appareil se pose à Genève.

    @GVA_Watcher

    http://www.rts.ch/info/sciences-tech/reperages-web/7668969-les-allees-et-venues-a-geneve-de-dictateurs-annoncees-sur-twitter.html
    #Suisse #dictatures
    cc @marty @albertocampiphoto @daphne


  • Quand la barbarie du monde nous rattrape | Le dernier #éditorial de Lutte Ouvrière. Un texte à lire.
    http://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/quand-la-barbarie-du-monde-nous-rattrape-62400.html

    #Bombardements, quartiers dévastés, #attentats, #assassinats, #tortures, populations terrorisées par des régimes sanguinaires, #réfugiés survivant dans des conditions infâmes : chaque jour la télévision et la presse amènent leur lot d’images barbares.

    Cela se passe en #Syrie, en #Turquie, en Israël, dans les territoires palestiniens occupés. C’est en #Irak, en #Libye, au #Yemen, au #Nigeria ou en #Afghanistan. C’est à des milliers de kilomètres d’ici. Mais même ceux qui veulent ne pas voir ne peuvent pas faire comme si cela n’existait pas.

    Parce que les victimes de ces guerres sont jetées sur les routes par centaines de milliers et frappent aujourd’hui à nos portes. Parce qu’avec la menace du #terrorisme, nous payons les contrecoups de ces #oppressions et de ces #guerres.

    Et ce n’est pas un hasard : notre gouvernement est coresponsable de cet enfer. Parce qu’il bombarde en #Irak et en Syrie. Parce qu’il apporte son soutien à l’État d’Israël, au gouvernement turc et aux #dictatures du Golfe. Parce qu’il manœuvre en #Afrique pour que la bourgeoisie française continue d’exploiter les richesses de ce continent. Cette barbarie ne peut pas ne pas rejaillir sur nous.

    Elle aggrave d’ores et déjà le cours réactionnaire dans lequel l’Europe est engagée depuis quelques années. De partout en Europe, la crise, le chômage de masse et les politiques anti-ouvrières menées par tous les gouvernements, de gauche ou de droite, ont affaibli les partis gouvernementaux au profit de partis souverainistes anti-immigrés.

    Ces partis d’#extrême_droite, pour différents qu’ils soient, ont en commun de s’appuyer sur des peurs et des préjugés et de les attiser. Ils sont partout profondément réactionnaires et anti-ouvriers.

    Mais si l’extrême droite est championne du repli sur soi, elle n’est pas la seule force politique à pousser dans ce sens. La volonté affichée par tous les dirigeants européens de renforcer les frontières européennes, d’expulser ceux qui ne sont pas considérés comme de « vrais réfugiés » et même de rétablir des frontières au sein de l’#espace_Schengen, en témoigne.

    Ici en #France, sans même parler du Front national qui joue sur les #préjugés les plus crasses, comment la droite et les socialistes présentent-ils les migrants ? Non pas comme des victimes, mais comme des indésirables ! Non pas comme des femmes et des hommes qui nous ressemblent, mais comme des « fardeaux » ! Qu’un élan de solidarité s’exprime, et la propagande mensongère et honteuse se met en marche pour marteler qu’il ne faut pas créer d’appel d’air.

    Tout est fait pour que nous taisions nos sentiments de #fraternité. Tout est fait pour nous convaincre que les migrants représentent une menace pour nous et nos enfants. Tout cela pour accréditer, ouvertement ou hypocritement, l’idée que le salut viendra du #protectionnisme, de la #méfiance à l’égard de l’étranger, des frontières voire des barbelés.

    La France et la Grande-Bretagne - deux pays riches pour lesquels absorber quelques dizaines de milliers de migrants n’est pas un vrai problème - en sont à s’accuser mutuellement pour ce qui se passe à #Calais. En #Allemagne et en Suède, des minorités d’extrême droite s’organisent pour incendier des foyers de réfugiés. Combien d’autres racistes, portés par le climat actuel, se sentiront autorisés à s’attaquer aux #immigrés ?

    Dans les années 1990, en #Yougoslavie, la #démagogie xénophobe a débouché sur la constitution de milices puis sur la #guerre_civile. Il y a deux ans, dans l’est de l’Ukraine, on a vu comment ces mêmes réflexes ont dégénéré en escalade guerrière.

    Si on n’y prend garde, la #barbarie du monde, la #xénophobie, les guerres nous rattraperont. Le #nationalisme, la méfiance généralisée nous ont déjà rattrapés. Il faut que les travailleurs conscients prennent le contrepied de cette évolution délétère.

    Ce n’est pas en se barricadant derrière des frontières qu’on se protégera du fléau du #chômage, de la concurrence et de la misère du monde. Ces méfaits ne viennent pas de l’extérieur, mais de l’intérieur de notre société. Ils sont propres au capitalisme, et on ne s’en débarrassera qu’en renversant ce système.

    Tout se tient : les bombes là-bas, l’exploitation et le chômage ici. Car elles ont une source commune, la course au profit et la domination d’une minorité sur toute la société.

    La seule force capable de renverser cette domination est la classe ouvrière consciente de ses intérêts et organisée à l’échelle internationale. Cela commence par comprendre que toutes les victimes du #capitalisme ont le même intérêt fondamental de mettre fin à ce système aussi injuste qu’inhumain.



  • U.S. Special Forces Expand Training to Allies With Histories of Abuse

    (The Intercept, 9 septembre 2015)

    Since 9/11, Special Ops forces have expanded in almost every conceivable way — from budget to personnel to overseas missions. Many were conducted with security forces implicated in human rights violations.

    https://theintercept.com/2015/09/09/u-s-special-forces-expand-training-allies-histories-abuse

    While the U.S. military is barred by law from providing aid to foreign security forces that violate human rights, JCETs [Joint Combined Exchange Training] have been repeatedly conducted in Colombia, Saudi Arabia, Chad and many other nations regularly cited for abuses by the Department of State. Under the so-called “Leahy Law,” a vetting process is meant to weed out foreign troops or units implicated in “gross human rights violations” — including extrajudicial killing, forced disappearances, and cruel, inhuman, or degrading treatment. But the State Department office responsible for the vetting process receives only a tiny fraction of funding compared to the projects it oversees, and a spokesperson noted that “State does not track cases in a way that is easily quantifiable.” SOCOM, for its part, was evasive about whether the military command was aware of individuals or units disqualified by Leahy vetting. “If you have questions about who has been barred, I recommend you contact the State Department,” SOCOM’s McGraw wrote in an email.

    Reports on the training of Special Operations forces, submitted to Congress and obtained through the Freedom of Information Act from the Office of the Assistant Secretary of Defense for Legislative Affairs, show that the U.S.’s most elite troops trained in 77 foreign nations alongside nearly 25,000 foreign troops under the JCET program in just 2012 and 2013. Both the number of planned missions and foreign nations involved in JCETs are forecast to rise next year, according to a separate set of documents publicly available from the Office of the Under Secretary of Defense (Comptroller).

    #US #Forces_spéciales #armée #coopération_militaire #droits_humains #dictatures #régimes_autoritaires #dip


  • Le Renforcement Des #Dictatures – Accaparement du #gaz par le #Royaume-Uni et les violations des #droits_humains en #Algérie -
    http://platformlondon.org/p-publications/le-renforcement-des-dictatures-accaparement-du-gaz-par-le-royaume-un

    #BP a signé sa première joint-venture en Algérie en 1995, trois ans seulement après le coup d’état militaire qui a annulé les premières élections législatives en Algérie depuis l’indépendance du joug colonial français. Le contrat a été signé alors qu’une guerre civile brutale faisait rage, avec la violence systématique de l’État et des islamistes fondamentalistes.

    Cette signature a définie l’engagement de BP et du gouvernement britannique avec l’Algérie au cours des 20 dernières années. Il continue à façonner le contexte actuel de torture et d’impunité, de répression et de corruption. Leur empressement à pénétrer en Algérie dans les années 90, malgré la violente répression édictée par l’État, indique les priorités de l’establishment britannique. Le Royaume-Uni a favorisé ses propres intérêts économiques et a consenti à la « sale guerre » des années 1990 du régime algérien. La même approche a été suivie depuis.

    La politique étrangère du Royaume-Uni a pour but de sécuriser le gaz naturel nord-africain dans les réseaux de distribution européens et britanniques et est fortement influencée par les intérêts de l’armement et des énergies fossiles. Par conséquent, le gouvernement conservateur a courtisé le régime algérien et a soutenu les ventes d’armement entre les entreprises britanniques et l’Algérie, en plus d’encourager un plus grand rôle pour BP. Tout cela a eu lieu malgré le dossier lamentable des droits humains du régime et l’intense répression des mouvements démocratiques ces dernières années.

    http://issuu.com/platformlondon/docs/algeria_briefing_french_web?e=4310663/7606747


  • Rencontre avec #Gérard_Ryle : le « Julian Assange des paradis fiscaux » - Atelier des médias
    http://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/rendez-vous-avec-gerard-ryle

    Si les grandes puissances voulaient fermer les #paradis_fiscaux, ce serait effectif demain matin. La raison pour laquelle ils perdurent c’est qu’ils représentent des bénéfices financiers substantiels dans les pays occidentaux, aussi étrange que cela puisse paraître. L’argent ne disparaît pas dans les Caraïbes. L’argent reste en #Suisse, en Grande Bretagne, aux États-Unis. C’est sur le papier qu’il est dans les paradis fiscaux.
    Si vous regardez toutes les grandes affaires de corruption dans les #dictatures, en Afrique, ailleurs, vous verrez qu’à chaque fois, l’argent est censé aller dans un paradis fiscal mais en réalité il atterrit aux #États-Unis, au #Royaume_Uni ou en #France. Certains parlent de #colonialisme moderne. Tous ces paradis fiscaux sont d’ailleurs des anciennes colonies britanniques ; ou d’anciennes colonies françaises ou même américaines comme #Panama. C’est un réseau qui remonte au début des années 1900. Et cela ne sort pas de ma tête, j’ai lu cela dans des ouvrages qui expliquent le système des paradis fiscaux. Mais cela fait sens. Tout le monde sait que si on le décide, on peut tout arrêter en moins de vingt quatre heures.

    http://telechargement.rfi.fr.edgesuite.net/rfi/francais/audio/magazines/r169/atelier_des_medias_2_20140215_0933.mp3

    http://seenthis.net/messages/228184

    #Fiscalité #fraude #évasion_fiscale


  • De l’interception de colis à l’espionnage du moniteur, inventaire des outils de la NSA
    http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/12/30/de-l-interception-de-colis-a-l-espionnage-du-moniteur-inventaire-des-outils-

    Interception de livraisons d’ordinateurs, mise à profit de faiblesses de matériels informatiques et même utilisation du formulaire de rapport d’erreur de Microsoft : voilà quelques-unes des méthodes à la disposition d’une unité spéciale de l’Agence de sécurité nationale (National Security Agency, NSA), nommée « opérations d’accès sur mesure » (Tailored Access Operations, TAO), afin d’accéder aux données contenues dans des ordinateurs visés par l’agence. C’est ce que révèle le Spiegel, en se fondant sur des documents transmis par Edward Snowden.

    Ça circule depuis 3 jours, mais je ne trouve toujours pas de lien vers les documents originaux : le fameux catalogue

    Donc, il faut recopier l’énumération qui circule

    Les outils FeedThrough , GourmetThrough et JetPlow permettent d’insérer des « implants » dans les serveurs de différents constructeurs, dont les américains Cisco et Dell ou le chinois Huawei. Ironie de l’histoire, ce constructeur avait été soupçonné de surveiller les internautes pour le compte des autorités chinoises. Jointes par le Spiegel, les entreprises fabriquant les équipements auxquels l’unité peut avoir accès ont déclaré ne pas avoir connaissance de ces éléments. Cisco a déclaré ne travailler avec « aucun gouvernement pour modifier ses produits ».

    DropoutJeep est un matériel espion qui permet de récupérer les informations contenues dans les iPhone d’Apple. MonkeyCalendar est, lui, un logiciel qui envoie par SMS la géolocalisation du téléphone sur lequel il est installé. RageMaster , de son côté, capte et transmet les informations transmises à l’écran de l’ordinateur grâce au câble VGA. Le catalogue auquel l’hebdomadaire allemand a eu accès date de 2008, mais les équipes expliquent qu’elles travaillent sur de nouveaux outils s’adaptant aux nouveaux appareils sur le marché.

    Une opération plus anecdotique mais révélatrice est celle qui consiste à récupérer les rapports d’erreur envoyés par le système d’exploitation Windows aux ingénieurs de Microsoft. Ces rapports donnent des détails précis sur la machine utilisée et peuvent, comme le mentionnent des membres de l’équipe, permettre « de rassembler des informations détaillées et de mieux accéder à l’ordinateur ».

    Der Spiegel raconte également que certaines livraisons d’ordinateur sont interceptées et redirigées vers des ateliers secrets de la TAO, où des agents ouvrent précautionneusement le paquet et mettent en place des espions dans la machine. Cette technique permet notamment de cibler les personnes ayant recours à des ordinateurs neufs et qu’ils ne connectent jamais à Internet pour éviter les fuites. C’est notamment la façon de travailler de Glenn Greenwald, le journaliste entré en contact avec Edward Snowden.


  • Pourras-t-on un jour croire que le tumulte et les vociférations de notre temps n’auront pas raison de notre raison ?
    Le fond de l’air est rouge (1977) de Chris Marker

    http://www.dvdclassik.com/critique/le-fond-de-l-air-est-rouge-marker

    Chris Marker retrace l’émergence de la nouvelle #gauche dans les années soixante et soixante-six à travers une série d’événements historiques. De la #guerre du #Vietnam à la mort du #Che, de Mai #68 au Printemps de #Prague, du #Watergate au coup d’Etat du #Chili, le #cinéaste dépeint les #luttes #idéologiques, les mouvements de #protestation et de #répression, les #espoirs et les #échecs d’une #génération #politique. Surtout, il critique de manière acide les #Pouvoirs et écrit la synthèse désenchantée de nombreuses années de militantisme, sans prétendre aucunement à l’exhaustivité et revendiquant à chaque minute la subjectivité de son essai.

    Ici nous est présenté la deuxième partie : Les mains coupés
    http://www.youtube.com/watch?v=RhZSqyroi_k

    Entièrement constitué d’images d’#archives, #Le_Fond de l’air est rouge est un film charnière dans l’œuvre de Chris Marker qui signe le bilan d’une décennie de militantisme. Au cours de la décade 1967-1977, le cinéaste se préoccupe de l’émergence de la nouvelle gauche et des différents mouvements de contestation qui embrasent les capitales du monde entier. Mais l’engagement politique de #Chris_Marker est en réalité bien antérieur à 1967. D’une certaine manière, ce #documentaire éclaire rétrospectivement les premiers pas de Chris Marker en tant que cinéaste. Dans les années cinquante, il entreprend de nombreux voyages dans les pays #communistes, qu’il a immortalisés sur les documentaires Un Dimanche à Pékin et Lettre de Sibérie. A l’image d’autres cinéastes français comme Agnès Varda, il part également filmer #Cuba peu de temps après l’arrivée au pouvoir de #Castro au début des années soixante (Cuba Si). Chris Marker a longtemps refusé de se justifier sur ses positions politiques d’avant 1962, parfois critiquées pour leur trop grande complaisance à l’égard des #dictatures communistes. De crainte que le public contemporain interprète mal ses premières œuvres ou ne les sorte de leur contexte, Chris Marker s’est finalement décidé à s’expliquer en 1998, année au cours de laquelle il remanie une nouvelle fois le montage du Fond de l’air est rouge :
    « Depuis longtemps, je limite le choix des programmes qu’on a la bonté de me consacrer aux travaux d’après 1962, année du Joli Mai et de La Jetée, et comme cette préhistoire inclut des titres concernant l’U.R.S.S., la #Chine et Cuba, j’ai capté ici ou là, avec l’émouvante empathie qui caractérise la vie intellectuelle contemporaine, l’idée qu’en fait c’était une manière de faire oublier des enthousiasmes de jeunesse – appelons les choses par leur nom : une autocensure rétrospective. Never explain, never complain ayant toujours été ma devise, je n’ai jamais cru utile de m’expliquer là-dessus, mais puisque l’occasion se présente, autant le dire une bonne fois : je ne retire ni ne regrette rien de ces films en leur temps et lieu. Sur ces sujets, j’ai balisé mon chemin le plus clairement que j’ai pu, et Le Fond de l’air est rouge tente d’en être une honnête synthèse » (1).

    #Marxisme #Communisme #Utopie #Révolution #Contre-révolution #Capitalisme #Vidéo #Documentaire

    • « Never explain, never complain », dit-il. Soit. Il faut pourtant reconnaître nos erreurs ?
      Et aucun regret, ajoute-il. Ca m’impressionne, moi qui en ais tant.


  • Le mythe d’une démocratie kaki - Centre Tricontinental - CETRI

    http://www.cetri.be/spip.php?article3138&lang=es

    L’Égypte et la Thaïlande ont peu de choses en commun, excepté dans un domaine. Dans ces deux pays, à différentes époques, les gens instruits qui se targuent d’être des démocrates ont fini par se féliciter des coups militaires contre leurs gouvernements élus. Ils ont résisté contre des régimes militaires oppressants durant de longues années, mais en Thaïlande en 2006, comme en Égypte le mois dernier, ils étaient heureux de voir leurs dirigeants politiques renversés par la force. Cette perversité n’est pas sans raison. Dans ces deux pays, les dirigeants élus, Thaksin Shinawatra en Thaïlande et Mohammad Morsi en Égypte, sont de bons exemples de démocrates autoritaristes : ils ont tendance à envisager leur succès électoral comme un mandat pour manipuler les normes constitutionnelles et se comportent comme des autocrates. Ils ne sont pas les seuls. En fait, ils sont probablement très représentatifs des dirigeants de pays dont l’histoire n’a pas ou peu connu de gouvernements démocratiques. Le Premier ministre de la Turquie, Recep Tayyip Erdoğan, appartient au même camp. Et si les dirigeants du Front islamique du salut (FIS) de l’Algérie avaient été autorisés à prendre le pouvoir en 1991, après leur premier succès dans une élection démocratique, ils auraient certainement été des dirigeants autocrates. (Mais ils ont été renversés par un coup militaire avant les élections suivantes, ce qui a déclenché une guerre civile brutale qui a duré huit ans, déplorant quelque 200 000 morts).

    #démocratie #dictatures #égypte #hailande



  • #Egypt #PrintempsArabe : les #gauches continuent la #révolution .

    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article1638

    La #paranoïa #islamiste devant la #contestation #populaire

    Depuis l’arrivée des islamistes en post-révolution du « Printemps Arabe, inspirée de la plus grande #prison d’ #opposants et de #journalistes qu’est la #Turquie, les éléments des gauches, des pays libérés des #dictatures , sont devenus dérangeants. Des #citoyens épris de #démocratie et de justice sociale, qui ont en face l’obscurantisme !


  • #Mali : sale temps pour les #médias et les #journalistes

    Mettre au pas l’ #information en matant les journalistes : la #criminalité des #dictatures.
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article1482

    L’ #Algérie a connu, pendant les années 90 alors ce que les #islamistes assumaient bien de leur côté, l’hécatombe visant la #corporation des journalistes. A l’instar d’autres métiers où les lumières du savoir et de l’innovation montraient la fierté du pays, il fallait « RASER LES MURS » disait une illustre plume de la presse écrite algérienne. Au Mali, pays voisin, cet #holocauste effroyable qui s’attaque aux médias en tuant les humains exposés par leur gagne-pain, pour les mettre les deux au silence, bat actuellement son plein.