• Genève, paradis des dictateurs

    Avec l’aide d’informaticiens amateurs, nous sommes partis à la traque aux dictateurs, qui viennent dépenser des sommes hallucinantes dans les palaces genevois, tandis que leurs peuples sont écrasés de misère. Comme l’épouse du président camerounais, qui vient voir son coiffeur en jet privé. Coup de projecteur sur un scandale qui fait partie du décor.

    https://www.rts.ch/play/tv/temps-present/video/geneve-paradis-des-dictateurs?urn=urn:rts:video:9682311
    #Genève #Suisse #luxe #discrétion #impunité #corruption #spotter #avions #Mike_Gerrard #blanchissement_d'argent #dictateurs #dictatures
    #vidéo

  • Accord avec Israël : des artistes arabes boycottent les Émirats
    https://www.lecourrierdelatlas.com/accord-avec-israel-des-artistes-arabes-boycottent-les-emirats

    (...) « Considérant que si l’art n’est pas étroitement lié à des questions humanitaires et de justice, il n’a pas de valeur, j’annule ma participation à votre exposition », a écrit Mohamed Badarne à la fondation d’art de Charjah, l’un des sept émirats de la Fédération. Basé à Berlin, le photographe palestinien a rapidement pris sa décision. En tant que « peuple sous occupation, nous devons prendre position contre tout ce qui a trait à la réconciliation avec l’occupant » israélien, a-t-il ajouté à l’AFP.

    Sur les réseaux sociaux, des personnalités du monde culturel de plusieurs pays arabes comme l’Algérie, l’Irak, Oman, la Tunisie, mais aussi les Émirats, ont dénoncé la position d’Abou Dhabi. Un « jour triste et catastrophique », a estimé sur Facebook Dhabiya Khamis. L’écrivaine émiratie a ajouté « Non à la normalisation entre Israël et les Emirats, et les pays du Golfe arabe ! Israël est l’ennemi de la nation arabe tout entière », lorsque l’accord a été annoncé.
    (...)
    La romancière marocaine Zohra Ramij, qui y est en lice avec son roman « La salle d’attente », a annoncé son retrait « en solidarité avec le peuple palestinien ». Le poète marocain Mohammed Bennis s’est lui retiré du comité d’organisation du prix.

    « Ce serait pécher que d’obtenir un prix » émirati, considère l’auteur palestinien Ahmed Abou Salim. Il s’est de son côté retiré de la compétition pour le Prix international de la fiction arabe (IPAF). Soutenu par la fondation du Booker Prize à Londres, ce prix est financé par les autorités d’Abou Dhabi. Dans une lettre, d’anciens lauréats et membres du jury ont demandé aux responsables de l’IPAF de ne plus accepter les financements émiratis.
    (...)
    Le poète palestinien Ali Mawassi souligne que même quand les États décident de normaliser leurs relations, les populations ne se sentent pas forcément tenues d’en faire de même. La plupart des artistes égyptiens et jordaniens « refusent toujours de s’associer avec quoi que ce soit de lié à Israël ». Mais selon le poète, « il y a de nombreux artistes qui resteront silencieux (…) pour profiter de l’argent émirati ».

    #BDS

  • « Accord d’Abraham » : les Émirats arabes unis ciblés par une campagne de boycott
    Par MEE - Published date : Mardi 1 septembre 2020 | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/actu-et-enquetes/accord-abraham-emirats-arabes-unis-campagne-boycott

    Une vingtaine d’anciens lauréats, présélectionnés, membres du jury et ex-membres du conseil d’administration du Prix international de la fiction arabe (IPAF, appelé communément « Arabic Booker Prize ») ont appelé l’administration de ce prix, l’un des plus prestigieux du monde arabe, à refuser tout financement des Émirats arabes unis (EAU) après la conclusion de l’« accord d’Abraham » entre les EAU et Israël.

    L’appel a été lancé par le romancier palestinien Ibrahim Nasrallah, lauréat du Prix de la fiction arabe 2018 pour son livre The Second War of the Dog.

    L’IPAF est financé par le département du Tourisme et de la Culture d’Abou Dabi, depuis sa création en 2007, et est soutenu par la Booker Prize Foundation de Londres.

    Dans son texte publié sur Facebook et signé par les ex-lauréats et ex-jury de ce prix, Ibrahim Nasrallah considère « qu’à la lumière de la normalisation officielle des Émirats arabes unis avec l’entité colonialiste israélienne qui représente la pire des occupations à travers le monde […] nous appelons les secrétaires généraux du prix à assumer leur responsabilité culturelle historique pour protéger ce prix en cessant tout financement émirati ».
    Les EAU abrogent le boycott d’Israël

    Pour l’écrivain palestinien et ses cosignataires, dont l’écrivian libanais Elias Khoury, le romancier marocain Bensalem Himmich, le critique libanais Pierre Abi Saab ou l’universitaire palestinien Khaled Hroub, ancien membre du conseil d’administration du prix, l’objectif est de libérer le prix des financements étatiques afin de préserver son indépendance. (...)

    #BDS

  • موجة « تمرد » ثقافية في المغرب احتجاجا على التطبيع بين الامارات واسرائيل.. شخصيات مغربية رائدة في الثقافة والادب تعلن مقاطعتها « جائزة الشيخ زايد للكتاب » وانسحابات من هيئات ثقافية اماراتية - رأي اليوم
    https://www.raialyoum.com/index.php/1251296

    En réponse à un signalement précédent : « Vague culturelle de rébellion au Maroc en protestation contre la normalisation entre les Emirats et Israël. Des personnalités de la culture et des lettres annoncent qu’elles boycottent le prix cheikh Zayed du livre ; retraits d’organismes culturels émiriens ».

    موجة “تمرد” ثقافية في المغرب احتجاجا على التطبيع بين الامارات واسرائيل.. شخصيات مغربية رائدة في الثقافة والادب تعلن مقاطعتها “جائزة الشيخ زايد للكتاب” وانسحابات من هيئات ثقافية اماراتية

    #Emirats #maroc #boycott

  • Israël et les Emirats arabes unis annoncent une normalisation de leurs relations diplomatiques
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/08/13/israel-et-les-emirats-arabes-unis-annoncent-une-normalisation-de-leurs-relat

    Que vont faire les très nombreux artistes et intellos arabes qui bénéficiaient des aides généreuses de leurs très nombreuses institutions culturelles maintenant que les Emirats arabes unis ont « normalisé » leurs relations avec Israël ? Je crains que le #boycott fasse long feu...

    #émirats #normalisation

  • Outrage over reports EU-funding linked to forced labour in Eritrea

    Human Rights Watch (HRW) has criticised the European Union over its funding of an infrastructure project in the brutal dictatorship of Eritrea.

    The scheme, which received €20 million from Brussels, was partially built by forced labour, according to the New York Times (https://www.nytimes.com/2020/01/08/world/europe/conscription-eritrea-eu.html).

    The newspaper also claimed the EU had no way of monitoring the project.

    “For the EU to rely on the government to do its monitoring, I think it is incredibly problematic, especially when obviously some of the issues the EU will be discussing with the government are around labour force,” said Laetitia Bader from HRW.

    “And as we know the government has quite bluntly said that it will continue to rely on national service conscripts.”

    The funding of the road project in Eritrea is part of the EU Trust Fund for Africa, created to address the #root_causes of migration.

    Yet Eritrea has an elaborate system of indefinite forced “national service” that makes people try to flee, especially youngsters.

    For the EU, democratic reforms are no longer a condition for financial aid.

    “The EU has made support for democracy a more prominent objective in its relations with African countries since the early 2000s, I would say,” said Christine Hackenesch from the German Development Institute.

    “And the EU has put more emphasis on developing its instruments to support democratic reforms. But the context now for democracy support in Africa and globally is a very different one because there is more of a competition of political models with China and other actors.”

    The EU Commission said that it was aware that conscripts were used for the road project - but that Brussels funded only material and equipment, not labour.

    https://www.euronews.com/2020/01/10/outrage-over-reports-eu-funding-linked-to-forced-labour-in-eritrea
    #asile #migrations #réfugiés #Trust_Fund #Erythrée #EU #UE #Trust_Fund_for_Africa #dictatures #travail_forcé #aide_au_développement #développement

    Ajouté à la métaliste externalisation :
    https://seenthis.net/messages/731749#message765340

    Et à la métaliste migrations/développement :
    https://seenthis.net/messages/733358#message768702

    ping @isskein @karine4

    @simplicissimus : j’ai fait un petit tour sur internet à la recherche du communiqué/rapport de HRW concernant cette histoire, mais j’ai pas trouvé... pas le temps de chercher plus... si jamais tu as un peu de temps pour voir ça serait très bienvenu... merci !

    • Sur la page officielle du Trust Fund for Africa... voici ce qui est marqué pour l’Erythrée...

      Eritrea is a major source of asylum seekers, who either remain in neighbouring countries of the region or move onwards towards Europe and elsewhere. Our main aim in the country is to create an enabling environment that improves economic opportunities available to young people, including through education, incentives for private entrepreneurship, vocational training or apprenticeship programmes.

      https://ec.europa.eu/trustfundforafrica/region/horn-africa/eritrea_en

    • Érythrée : une #plainte contre l’UE, complice de « travail forcé »

      Une plainte a été déposée ce mercredi, par un collectif d’Érythréens en exil, contre plusieurs institutions de l’Union européenne. En cause : le financement par l’UE, depuis l’année dernière, de la construction en Érythrée de routes pour lesquels sont employés, en toute connaissance de cause, des appelés du très controversé service militaire obligatoire.

      Les avocats de la Fondation droits de l’homme pour les Erythréens, basée aux Pays-Bas, avaient mis en garde l’Union européenne l’année dernière. Cette fois, face à l’indifférence des institutions de Bruxelles envers leurs arguments, ils sont passés à l’acte. Selon nos informations, une plainte d’une trentaine de pages a été déposée ce mercredi matin auprès du tribunal de grande instance d’Amsterdam. Cette plainte demande deux choses au tribunal : d’abord qu’il déclare le financement européen des chantiers de routes soutenus en Érythrée comme « illégal » ; ensuite, qu’il enjoigne l’Union européenne de le stopper.

      Dans leur plainte contre la Commission européenne et son Service d’action extérieure, les avocats Emil Jurjens et Tamilla Abdul-Alyeva s’appuient évidemment sur le droit international, qui sanctionne l’usage du travail forcé. Mais aussi sur les textes de l’UE elle-même, qui s’est engagée à refuser tout soutien à d’éventuelles « violations des droits de l’homme » dans sa coopération internationale. Et ce alors même que, dans son projet d’appui aux chantiers érythréens rendu public en 2018, elle a reconnu, noir sur blanc, que des conscrits du « service national » seraient bien employés sur les chantiers qu’elle finance, à hauteur de 20 millions d’euros en 2019 et de 60 millions d’euros en 2020.

      Pour sa défense, l’UE avait répondu par lettre, l’année dernière, à la mise en demeure des plaignants. Pour elle, d’une part l’Érythrée refuse toute « condition » préalable à sa coopération. Et d’autre part, elle fait valoir que ses financements ne sont pas destinés au gouvernement d’Asmara, mais à des sous-traitants, en l’occurrence des sociétés de construction érythréennes chargées de la mise en œuvre des travaux. Et elle assure qu’une « rémunération » est bel et bien versée aux employés.

      Les terribles conditions d’emploi des conscrits de l’armée érythréenne

      Mais pour prouver sa bonne foi, soulignent les plaignants, elle s’appuie sur la communication du gouvernement érythréen. Les avocats de la Fondation droits de l’homme pour les Erythréens ajoutent enfin que les sous-traitants érythréens sont des sociétés appartenant au parti unique érythréen, le Front populaire pour la démocratie et la justice (FPDJ) ou, tout simplement, au ministère de la Défense.

      Or, les terribles conditions d’emploi des conscrits de l’armée érythréenne ont été abondamment documentées par plusieurs enquêtes, journalistiques, universitaires ou d’institutions comme le Bureau international du travail (BIT). Mais aussi par la Rapporteure spéciale de l’ONU sur les droits de l’homme en Érythrée et, surtout, la Commission d’enquête du Conseil des droits de l’homme de l’ONU en 2015, qui les a inscrit sur une liste de « possibles crimes contre l’humanité ».

      Les appelés sur « service national » érythréens sont en effet soumis à la vie, la discipline et la hiérarchie militaire. Après avoir été enrôlés avant leur dernière année de lycée, ils sont envoyés pendant 18 mois dans l’académie militaire de Sawa, dans le désert près de la frontière soudanaise, où ils sont soumis à des mauvais traitements, surtout les jeunes filles. Les réfractaires sont enrôlés de force au cours de giffas, ces rafles organisées par l’armée dans les campagnes et dans les villes pour capturer les jeunes qui se seraient soustraits à l’appel obligatoire sous les drapeaux ou qui auraient profité d’une permission pour déserter. Officiellement, il n’existe pas de limite à ce service, maintenant tous les Érythréens entre 18 ans et la cinquantaine à la disposition de l’armée, y compris lorsqu’ils sont nommés à des emploi civils.

      Hasard du calendrier : jeudi, le Parlement européen doit également se prononcer sur le sujet. Une résolution est proposée au vote par la députée française Michèle Rivasi (Verts), appelant la Commission européenne à « reporter » tout financement de tels projets, jusqu’à ce qu’une mission d’information du Parlement puisse se rendre en Érythrée. Mission parlementaire dont le principe avait été accepté en novembre, mais qui n’a pas encore eu lieu.

      http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200513-erythr%C3%A9e-une-plainte-contre-l-ue-complice-travail-forc%C3%A9
      #justice

    • Eritrean organisation summons the EU for use of forced labour

      A case is being launched today in the court of Amsterdam, the Netherlands, that demands a halt to the European Union (EU) aid worth 80 million EUR being sent to Eritrea. The Foundation Human Rights for Eritreans has observed that the aid project financed by the EU aid relies on forced labour. The EU acknowledges this. This contradicts the most fundamental principles of international law and is unlawful towards the Foundation, which defends the fundamental rights of Eritreans in Eritrea and in the diaspora.

      The Foundation issued a summons to the European Union in April 2019 and asked the EU to end the project, which looks to rehabilitate the roads between Eritrea and Ethiopia. However, the EU refused to stop the project, even as it recognises that forced labour was (and is) used in the context of this project. At the end of 2019, the EU announced that it would provide further funding to the project. The EU funding goes to Eritrean state companies, which use it to procure materials.

      The Eritrean regime makes use of labourers in the Eritrean national service to construct the roads under the project. The circumstances under which the Eritrean population is forced to work in the national service have been described by the United Nations Human Rights Commission in detail: “Thousands of conscripts are subjected to forced labour that effectively abuses, exploits and enslaves them for years.”

      This form of national service has been described as “enslavement” and a “crime against humanity” by the United Nations. The European Parliament has denounced it as “forced labour” and “a form of slavery”. The EU was asked by the European Parliament in January 2020 to “avoid situations where the EU could indirectly finance projects that violate human rights” with specific reference to the Eritrean road building project.

      The EU claims that it has no responsibility for the forced labourers, as it “does not pay for labor under this project”, according to the European Commission. “The project only covers the procurement of material and equipment to support the rehabilitation of roads.”

      The Foundation states that the support to a project which uses forced labour is clearly in contradiction to international law and asks the Amsterdam court that the project is stopped.

      Documents relating to this case

      Press release EN
      https://kvdl.com/uploads/PRESS-RELEASE_KennedyvdLaan_FIN_13May2020.pdf

      Case summary EN
      https://kvdl.com/uploads/Case-Summary_Eritrea-Road-building_FIN_13May2020.pdf

      Writ of summons (‘dagvaarding’) EN
      https://kvdl.com/uploads/Writ-of-Summons-Foundation-HRfE-EU.pdf

      https://kvdl.com/en/articles/eritrean-organisation-summons-the-eu-for-use-of-forced-labour

    • Érythrée | L’Europe accusée de financer le travail forcé

      La Fondation des droits de l’homme pour les Érythréens, basée aux Pays-Bas, a déposé une plainte contre l’Union européenne (UE) en mai 2020, l’incriminant de financer le travail forcé en Érythrée. En cause : les investissements du Fonds fiduciaire d’urgence de l’UE pour l’Afrique dans des chantiers majoritairement menés par des personnes enrôlées de force pour un service militaire indéfini, avec des salaires quasi inexistants. La Suisse est associée à ce fonds d’urgence pour l’Afrique, qui a comme but premier de freiner la migration africaine vers l’Europe. Or, le règlement de l’UE interdit « tout soutien à d’éventuelles violations des droits humains ». La plainte demande aux organes concernés de l’UE de reconnaître ces financements comme illégaux et de les stopper. Les justifications, que les dirigeants européens invoquent en réponse aux critiques déjà émises, semblent jusqu’ici hasardeuses.

      Depuis quelques années l’Érythrée a entamé un mouvement d’ouverture vis-à-vis des soutiens extérieurs au sein de ce pays africain en main du même régime dictatorial depuis son indépendance. Des délégations européennes se sont rendues sur place pour négocier et contempler dans des circuits très contrôlés par les autorités l’état actuel des choses. L’Union européenne soutient financièrement des projets sur place à travers l’utilisation du Fonds fiduciaire d’urgence de l’UE pour l’Afrique, doté de 4,6 milliards. Conçu en 2015 lors d’une augmentation du nombre de demandes d’asile en Europe, ce fonds a comme finalité une réduction des migrations vers l’Europe. Selon Radio France International (RFI), concernant l’Érythrée spécifiquement, les chantiers dévoilés en 2018 sont financés à hauteur de 20 millions de francs en 2019, et 60 millions en 2020.

      Une sommation en 2019, puis une plainte contre l’UE en 2020

      Or pour la Fondation des droits de l’homme pour les Érythréens, cette aide finance des chantiers où travailleraient des conscrits enrôlés de force et mal (ou non) rémunérés. Malgré les changements récents, le régime autoritaire d’Issayas Afewerki ne donne pas de signe de relâchement envers sa population. Le rapport 2019 de Human Rights Watch énumère encore de nombreuses exactions contre les droits humains et dénonce également le financement de ces chantiers par l’UE. En particulier à travers ce système de milice forcé qui enrôle hommes et femmes dès leur majorité, et parfois plus jeunes, pour des travaux nationaux sans véritable compensation financière ni limite de temps formelle. Les figures opposantes au régime sont muselées, emprisonnées ou trouvent comme seule échappatoire la fuite du territoire. Un reportage auprès de l’énorme diaspora érythréenne vivant de l’autre côté de la frontière en Éthiopie, paru dans Mondiaal Niews (01.11.2019) estime que « l’argent européen maintient simplement la dictature en place ». Autrement dit : « l’Europe n’arrête pas la migration d’Érythrée, elle [en] prépare le terrain ».

      Selon la Fondation, ce sont précisément des personnes enrôlées contre leur gré qui travaillent sur des chantiers titanesques, cofinancés par l’Union européenne dans le cadre de ce fonds fiduciaire d’urgence de l’UE pour l’Afrique. Elle s’était déjà adressée aux autorités européennes en avril 2019 pour dénoncer ces faits (RFI). L’UE s’était alors défendue de toute responsabilité. Reconnaissant « que l’Érythrée n’accepte aucune condition sur l’octroi des fonds », elle estimait que les salaires étaient versés, vu que l’argent était touché par des entreprises érythréennes directement. Or, ces arguments ont comme source directe le gouvernement érythréen. Selon les informations invoquées par la Fondation, les sous-traitants érythréens en charge des chantiers sont des sociétés appartenant au parti unique érythréen. Ce qui permet de mettre en doute leur indépendance.
      Restés lettre morte, les arguments de la Fondation ont cette fois été formulés sous forme de plainte déposée le 13 mai 2020 auprès du tribunal de grande instance d’Amsterdam. Un dossier de 30 pages demande à l’UE de reconnaître ce soutien comme illégal et de le stopper.

      La Suisse y est associée

      Un article paru dans Le Temps le 22 janvier 2020 révélait que la Suisse était associée à ce fonds. Si les autorités helvétiques disent avoir émis des critiques sur le programme érythréen, insistant sur la nécessité d’une surveillance étroite, leur contribution participe dans les faits à ces chantiers ayant potentiellement recours au travail forcé. L’article évoque celui nommé « de la route de la paix » permettant d’améliorer l’accès à la mer pour la très enclavée Érythrée. Le responsable de ce fonds pour la Suisse affirmait ne « financer que le matériel ».
      Une assurance peu fiable, si l’on en croit l’UNOPS, un bureau onusien chargé par l’UE de contrôler l’utilisation du fonds, pour qui il n’est pas possible d’effectuer la surveillance de manière indépendante. Selon l’article du Temps, des membres de la Commission européenne avaient finalement rétorqué : « Le gouvernement a indiqué qu’il était prêt à démobiliser les conscrits une fois que les conditions le permettront. Il faut que la création d’emplois soit suffisante. Cela ne peut se produire du jour au lendemain. Se retirer serait contre-productif […] »
      On le voit, les arguments avancés par les représentant-e-s de la Suisse ou de l’Union européenne ne tiennent pas la route. Et leur responsabilité reste entière. Pensaient-ils, pensaient-elles, que la crainte de l’arrivée de nouveaux ressortissant-e-s érythréen-ne-s en quête de protection suffirait à faire tolérer des alliances et financements inavouables ? C’était faire fi d’une diaspora érythréenne intimement soudée et organisée pour faire front face à un régime totalitaire qui rend exsangue tout un peuple encore à sa merci. Cette plainte vient rappeler leur présence essentielle et leur ténacité exemplaire.

      –—

      Documents clés
      • 13.05.2020 Communiqué de presse relatif au dépôt de la plainte par Foundation Human Rights for Erythreans : « Eritrean organisation summons the EU for use of forced labour » (https://asile.ch/wp-content/uploads/2020/07/PRESS-RELEASE_KennedyvdLaan_FIN_13May2020.pdf)
      • 14.01.2020 Rapport publié par Human Rights Watch « Eritrea : Events of 2019 » (https://www.hrw.org/world-report/2020/country-chapters/eritrea)
      • 01.04.2019 Lettre de sommation envoyée à l’Union européenne « Foundation Human Rights for Eritreans / European Union » (https://asile.ch/wp-content/uploads/2020/07/Letter-of-Summons-EU-Emergency-Trust-Fund-for-Africa-1.pdf)

      https://asile.ch/2020/08/24/erythree-leurope-accusee-de-financer-le-travail-force

  • Dictators as 
Gatekeepers for Europe : 
Outsourcing EU border 
controls to Africa

    The USA is divided around the wall President Trump wants to build along the Mexican border. Europe has long answered this question at its own southern border: put up that wall but don’t make it look like one.

    Today the EU is trying to close as many deals as it can with African states, making it harder and harder for refugees to find protection and more dangerous for labour migrants to reach places where they can earn an income. But this is not the only effect: the more Europe tries to control migration from Africa, the harder it becomes for many Africans to move freely through their own continent, even within their own countries.

    Increasingly, the billions Europe pays for migration control are described as official development assistance (ODA), more widely known as development aid, supposedly for poverty relief and humanitarian assistance. The EU is spending billions buying African leaders as gatekeepers, including dictators and suspected war criminals. And the real beneficiaries are the military and technology corporations involved in the implementation.

    https://darajapress.com/publication/dictators-as-%e2%80%a8gatekeepers-for-europe-%e2%80%a8outsourcing-eu-bo
    #externalisation #asile #migrations #réfugiés #frontières #contrôles_frontaliers #dictature #dictatures #Afrique #contrôles_frontaliers #fermeture_des_frontières #aide_au_développement #coopération_au_développement #développement #livre

    Ajouté à la métaliste autour de l’externalisation des frontières :
    https://seenthis.net/messages/731749#message765340

    Et celle-ci sur le lien migrations et développement :
    https://seenthis.net/messages/733358#message768701

    ping @karine4 @isskein @pascaline

    • Op-ed: The Birth Defect of EU Migration Diplomacy

      Prevention of migration to Europe, especially from Africa, was a priority of the previous Commission and, as it looks, likely to remain as such for the new Commission.

      This makes it increasingly difficult for refugees to find protection. And it is becoming increasingly dangerous for migrant workers to reach places where they can seek income. But that is not the only consequence. The more Europe tries to control migration, the more difficult it becomes for many Africans to move freely within their own continent, even within their own country.

      The EU investment is substantial. From the beginning of the millennium until 2015, the figure was around two billion euros. By 2020, at least another 15 billion euros will have been added. The EU will pay for the costs incurred by controlling migration itself: supplying detained refugees, jeeps or ships for the border police, deportations, reception camps. But it gives even more, in a sense as a premium: an extra portion of development aid for the coalition of the willing in matters of border protection.

      Some African states, such as Tunisia, therefore make it a punishable offence to leave for Europe without papers. Some save themselves such a law and imprison migrants just like that – for example Libya. Some set up border posts where there haven’t been any so far – Sudan, for example. Some introduce biometric passports that many of their citizens cannot afford – such as the Democratic Republic of Congo, which charges 185 dollars for one of the new so-called e-passports produced by a Belgian-Arab consortium. Some take back deportees from Europe, even if they are not their own citizens – for example Morocco. Some states block migration routes with soldiers – Egypt, for example. Some allow Frontex and European Police-Officers to come and help with this – Niger, for example. And some close the borders: not only for transit migrants, but also for their own citizens if they want to enter Europe irregularly – Algeria, for example.

      More and more often, the money paid in return for controlling migration is booked as Official Development Assistance (ODA). It is a misappropriation of funds that are there to alleviate poverty and hardship. It also contradicts the sense of development aid because labour migration is a blessing for poor countries. It brings money into the coffers of small traders and farmers. This mixture of development aid and migration control will increase. “Combating the root causes” is the new paradigm of development policy.

      Günter Nooke, Chancellor Angela Merkel’s Africa Commissioner, had an idea on what Africa’s future could look like. In October 2018 he proposed that African states should give up parts of their territory against payment so that the EU could settle refugees there: “Perhaps one or the other African head of government is prepared to give up a piece of territorial sovereignty in exchange for a lease and allow free development there for 50 years. Migrants could be settled there in special economic zones, supported by the World Bank or the EU or individual states.” Such statements are hardly beneficial neither in the formal relationship between Europe and Africa nor in broader segments of the public on the African continent.

      But the cordon sanitaire that the EU is trying to weave against undesirable migration is full of holes. The blueprint agreement with Turkey is crumbling. The number of arrivals in the Aegean islands is currently higher than at any other time since the EU-Turkey deal came into force. Boats from Libya keep leaving, arrivals in Morocco increases.

      The massive political pressure that had been built up for the African states to recognise for example the EU „Laissez Passers“ – passport replacement papers that the deportation country can simply issue itself – or otherwise contribute to increasing the deportations of those obliged to leave has had only a limited effect. And last February, the African Union made it clear that it will not accept transit EU asylum camps on African soil.

      Neither the transit regions nor the regions of origin will let themselves be used in the long term as reception camps or assistant EU border guards. The consequence of this is that the EU cannot solve its migration problem outside its own territory on the long run. The old Commission had consistently refused to accept this insight. The new Commission would now have the opportunity not to repeat this mistake.

      https://www.ecre.org/op-ed-the-birth-defect-of-eu-migration-diplomacy

  • Exhumation de Franco : Madrid dénonce une « ingérence » du Vatican Le Figaro - 1 er Juillet 2019
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/exhumation-de-franco-madrid-denonce-une-ingerence-du-vatican-20190701

    Le gouvernement socialiste espagnol va officiellement protester auprès du Vatican pour « ingérence » après des propos du représentant du Saint-Siège en Espagne critiquant le projet d’exhumation du dictateur Franco, a annoncé ce lundi sa vice-présidente. « Aujourd’hui, au plus tard demain, l’Etat du Vatican va recevoir une protestation formelle de l’Etat espagnol pour une ingérence de cette nature », a déclaré Carmen Calvo à la radio Cadena Ser.

    La numéro deux du gouvernement réagissait aux propos rapportés dans la presse espagnole du nonce apostolique Mgr Renzo Fratini qui a accusé l’exécutif de Pedro Sanchez de vouloir exhumer le dictateur de son mausolée monumental pour des « motifs surtout politiques ». « Ils ont ressuscité Franco. Il aurait été mieux de le laisser en paix, la majorité des gens, des politiciens pense cela. Il est mort depuis 40 ans, il a fait ce qu’il a fait, Dieu jugera », a affirmé celui qui a le rang d’ambassadeur du Vatican en Espagne.

    Carmen Calvo l’a appelé à « ne pas rentrer dans les affaires intérieures d’un Etat, et encore moins sur des sujets aussi importants ». L’exécutif socialiste essaie depuis un an, sans succès, d’exhumer le dictateur de sa tombe située dans une immense basilique non loin de Madrid que Franco avait fait lui-même construire, pour le réinhumer dans un lieu plus discret. L’affaire a tourné au bras de fer judiciaire entre le gouvernement et les descendants du dictateur qui dirigea l’Espagne d’une main de fer de 1939 à sa mort en 1975.

    Le Vatican, qui a autorité sur la basilique, . . . . . .

    #vatican #dictateurs #dictatures #violence #violences #religion #catholicisme #pape #culture_du_viol #religions #église #eglise #église_catholique #histoire

  • Quand l’#Union_europeénne se met au #fact-checking... et que du coup, elle véhicule elle-même des #préjugés...
    Et les mythes sont pensés à la fois pour les personnes qui portent un discours anti-migrants ("L’UE ne protège pas ses frontières"), comme pour ceux qui portent des discours pro-migrants ("L’UE veut créer une #forteresse_Europe")...
    Le résultat ne peut être que mauvais, surtout vu les pratiques de l’UE...

    Je copie-colle ici les mythes et les réponses de l’UE à ce mythe...


    #crise_migratoire


    #frontières #protection_des_frontières


    #Libye #IOM #OIM #évacuation #détention #détention_arbitraire #centres #retours_volontaires #retour_volontaire #droits_humains


    #push-back #refoulement #Libye


    #aide_financière #Espagne #Grèce #Italie #Frontex #gardes-frontière #EASO


    #Forteresse_européenne


    #global_compact


    #frontières_intérieures #Schengen #Espace_Schengen


    #ONG #sauvetage #mer #Méditerranée


    #maladies #contamination


    #criminels #criminalité


    #économie #coût #bénéfice


    #externalisation #externalisation_des_frontières


    #Fonds_fiduciaire #dictature #dictatures #régimes_autoritaires

    https://ec.europa.eu/home-affairs/sites/homeaffairs/files/what-we-do/policies/european-agenda-migration/20190306_managing-migration-factsheet-debunking-myths-about-migration_en.p
    #préjugés #mythes #migrations #asile #réfugiés
    #hypocrisie #on_n'est_pas_sorti_de_l'auberge
    ping @reka @isskein

  • #Art, #vérité et #politique, par #Harold_Pinter
    https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2005/12/08/art-verite-et-politique-par-harold-pinter_718764_3382.html

    Discours lu par Harold Pinter à Stockholm, mercredi 7 décembre 2005, au nom du Prix Nobel de #littérature 2005

    L’invasion directe d’un état souverain n’a jamais été, de fait, la méthode privilégiée de l’Amérique. Dans l’ensemble, elle préférait ce qu’elle a qualifié de « conflit de faible intensité ». « Conflit de faible intensité », cela veut dire que des milliers de gens meurent, mais plus lentement que si vous lâchiez une bombe sur eux d’un seul coup. Cela veut dire que vous contaminez le cœur du pays, que vous y implantez une tumeur maligne et que vous observez s’étendre la gangrène. Une fois que le peuple a été soumis - ou battu à mort - ça revient au même - et que vos amis, les militaires et les grandes sociétés commerciales, sont confortablement installés au pouvoir, vous allez devant les caméras et vous déclarez que la #démocratie l’a emporté.

    #Etats-unis

    • Les États-Unis ont soutenu, et dans bien des cas engendré, toutes les #dictatures militaires droitières apparues dans le monde à l’issue de la seconde guerre mondiale. Je veux parler de l’Indonésie, de la Grèce, de l’Uruguay, du Brésil, du Paraguay, d’Haïti, de la Turquie, des Philippines, du Guatemala, du Salvador, et, bien sûr, du Chili. L’#horreur que les États-Unis ont infligée au Chili en 1973 ne pourra jamais être expiée et ne pourra jamais être oubliée.

      Des centaines de milliers de morts ont eu lieu dans tous ces pays. Ont-elles eu lieu ? Et sont-elles dans tous les cas imputables à la politique étrangère des États-Unis ? La réponse est oui, elles ont eu lieu et elles sont imputables à la politique étrangère américaine. Mais vous n’en savez rien.

      Ça ne s’est jamais passé. Rien ne s est jamais passé. Même pendant que cela se passait, ça ne se passait pas. Ça n’avait aucune importance. Ça n’avait aucun intérêt. Les #crimes commis par les États-Unis ont été systématiques, constants, violents, impitoyables, mais très peu de gens en ont réellement parlé.

      Rendons cette justice à l’Amérique : elle s’est livrée, partout dans le monde, à une #manipulation tout à fait clinique du #pouvoir tout en se faisant passer pour une force qui agissait dans l’intérêt du #bien universel. Un cas d’#hypnose génial, pour ne pas dire spirituel, et terriblement efficace.

  • « Aquarius » : le terrible silence de Brégançon - Libération
    http://www.liberation.fr/debats/2018/08/21/aquarius-le-terrible-silence-de-bregancon_1673762

    Il y a une semaine, après plusieurs jours de déshérence du navire en Méditerranée, Paris s’est finalement engagé à accueillir 60 des 141 réfugiés. La politique antimigratoire de la France et plus généralement de l’Europe compromet notre sécurité et notre humanité sans jamais régler le problème qu’elle prétend combattre.

    Il y a eu quelque chose d’ignoble dans ce face-à-face méditerranéen muet entre l’hôte du fort de Brégançon et l’#Aquarius en déshérence. Après tout, le port de Hyères est « sûr » et aurait pu accueillir ce navire. Ou, à défaut, celui de Toulon, encore plus « sûr » avec ses bateaux de guerre ! Et Emmanuel Macron aurait pu constater de visu, en se rendant sur le quai de débarquement, ce qu’être réfugié (et sauveteur) veut dire. Le geste eût conféré à son mandat une grandeur dont la portée diplomatique se serait longtemps fait sentir, et aurait mis le chef de l’État sur un même pied d’humanité que le pape François.

    Le Président a préféré se débarrasser du problème au téléphone. Il n’a pas eu un mot pour les 141 Africains, dont une moitié de mineurs, rescapés de la mer, qui cuisaient au soleil sur le pont du bateau errant. On ne saura jamais ce qu’aurait pensé de ce mutisme son maître supposé, Paul Ricœur. Point besoin, de toute manière, de grands auteurs pour savoir que les dirigeants européens s’enfoncent dans l’inhumanité la plus abjecte, et nous y font barboter avec eux. Jusqu’à ces Gibraltariens qui retirent à l’Aquarius son pavillon.

    Emmanuel #Macron a déclaré avoir pour livre de chevet l’ouvrage de Stephen Smith la Ruée vers l’Europe. La jeune Afrique en route pour le Vieux Continent (Grasset, 2018). Un président ne devrait pas lire que cela. Il pourrait consulter les publications des chercheurs qui travaillent sur le #Sahel et le #Sahara. Il en tirerait une plus juste mesure du « problème » de l’immigration, qui relève largement du fantasme statistique et de la manipulation politique. Le Président devrait surtout prendre connaissance des témoignages de #migrants ouest-africains échappés de l’enfer libyen qu’a recueillis le journaliste suisse Etienne Dubuis (1). Car - faut-il le rappeler ? - il s’agit d’abord d’enfants, de femmes, d’hommes, que les dirigeants européens ont donc décidé de renvoyer là d’où ils cherchent à fuir l’esclavage, le viol et la mort : la #Libye, avec les autorités et les milices de laquelle ils ont signé des accords, d’abord secrets, et maintenant officiels, de « réadmission » des fugitifs.

    Certes, dira le prétendu bon sens en reprenant la formule d’un autre mentor du Président, Michel Rocard, l’Europe « ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». Mais il s’agit en l’occurrence d’accueillir la misère que l’Europe a contribué à créer : en instaurant une sainte alliance antipopulaire avec les gouvernements africains qui ont mené leur continent dans l’impasse économique ; en imposant, à partir des années 80, des programmes d’ajustement structurel qui ont accru la pauvreté de la masse sans fournir d’opportunités économiques à la majorité des diplômés ; en intervenant militairement en Libye pour renverser Kadhafi, sans se préoccuper de l’onde de choc régionale ni des migrants africains qui y travaillaient ou y transitaient. Comme l’a rappelé Ibrahima Thioub dans son discours de réception du titre de docteur honoris causa à Sciences-Po, les Etats européens et africains sont coresponsables de la réinvention contemporaine de l’esclavage sur les rives de la Méditerranée, les uns par leur rejet d’une main-d’œuvre que leurs économies appellent pourtant, les autres par leur iniquité.

    La politique antimigratoire de l’Europe est criminelle. Elle a provoqué la mort de dizaines de milliers de personnes. De surcroît, elle compromet notre sécurité, en même temps que notre humanité. En effet, loin de répondre au problème qu’elle prétend régler, elle l’aggrave.

    Dans la droite, la très droite ligne de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande, Emmanuel Macron, notamment, confond les prétendues menaces de l’immigration et du terrorisme - aucun des deux phénomènes ne constitue une « menace », au sens militaire précis du terme - et, ce faisant, il les nourrit mutuellement. La pression sur les Etats d’Afrique du Nord et du Sahel pour qu’ils bloquent sur leur territoire les migrants les déstabilisera. La France n’a plus d’autre politique africaine que sécuritaire. Elle inféode désormais son aide publique au développement à son intervention militaire. Elle est revenue aux recettes de la guerre d’Algérie, y compris en termes d’exactions puisque l’Élysée cautionne les violations des droits de l’homme auxquelles se livrent les armées malienne et camerounaise. La France appuie les dictatures vieillissantes du Tchad et du Cameroun, trop utiles pour être critiquées, et, au Mali, la perpétuation électorale d’une classe dominante à bout de souffle. D’ores et déjà, la militarisation de la lutte contre le jihadisme a eu pour résultat d’étendre le périmètre de la violence à l’ensemble du bassin du lac Tchad et au centre du Mali.

    La triste réalité, c’est que l’Afrique sahélienne est en passe de s’installer dans un « gouvernement par la violence », selon l’expression du spécialiste de la Colombie Jacobo Grajales (Gouverner dans la violence. Le paramilitarisme en Colombie, Karthala, 2016). La responsabilité de l’Europe est accablante dans cette évolution. Sa politique ne cesse d’en favoriser les protagonistes sous prétexte de les combattre. La France n’a plus d’autre politique africaine que sécuritaire, antimigratoire, antiterroriste, antinarcotique, et inféode désormais son aide publique au développement à son intervention militaire, que doivent renforcer sur le terrain les programmes de l’Agence française de développement. Lutte contre la drogue, lutte contre l’immigration, lutte contre le #terrorisme : tous les ingrédients du cocktail qui a fait basculer l’Amérique centrale dans une situation incontrôlable sont réunis au Sahel. Vous avez aimé le Mexique ? Vous adorerez l’#Afrique de l’Ouest !
    (1) Les Naufragés. L’odyssée des migrants africains, Karthala, 2018

    Jean-François Bayart

    La comparaison avec le Mexique est super intéressante mais glaçante.

    #immigration #dictatures #néocolonialisme #violence #narcotiques #drogues

  • L’horizon impérial, Sociétés chaotiques et logique d’empire

    https://offensivesonore.blogspot.com/2018/05/lhorizon-imperial-societes-chaotiques.html

    Emission du 8 juin 2018, on reçoit Quentin du collectif ’Lieux Communs’. Nous parlerons pour la brochure : « L’horizon impérial, Sociétés chaotiques et logique d’empire » : Après avoir été des acteurs politiques pendant des siècles, les peuples se sont retirés, laissant libre cours aux oligarchies et aux mécanismes aveugles de gestion des popu­lations. Les grandes évolutions de notre temps, largement régressives, y trouvent leur origine. Leur examen sans concession montre que l’humanité entre dans une nouvelle ère, qui resterait à nommer, et qui semble se caractériser par le retour à l’œuvre de logiques impériales millénaires. Il nous faut chercher des cadres de pensée encore inusités, des réfé­rences négligées, un passé enfoui, croiser des disciplines, risquer des hy­pothèses et dévoiler de nouvelles cohérences. Nous devons nous essayer à saisir ce qui nous arrive, sans attendre l’envol éventuel de la chouette de Minerve, toujours après-coup, alors que le crépuscule est déjà bien avancé."

    #audio #radio #offensive_sonore #empire #Occident #futur #guerre #dictatures #multiculturalisme #orient
    Avec @lieuxcommuns

  • Combattre le racisme, l’antisémitisme.... et l’islamophobie (Texte collectif, Le Club de Mediapart)
    https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/280418/combattre-le-racisme-lantisemitisme-et-lislamophobie

    Alors que se développent dans toute l’Europe des propos, actes et agressions #racistes, #xénophobes et #antisémites :

    Nous dénonçons, combattons l’#antisémitisme, et tout acte criminel ou agression à ce titre, comme nous le ferions pour toutes les formes de #racisme quelles qu’elles soient.

    Nous savons que se taire aujourd’hui, #banaliser ces discours et ces agressions ouvre la porte demain aux pires drames que l’histoire récente ou plus ancienne a fait connaître : qu’il s’agisse du #génocide des juifs et des Roms perpétré par le nazisme, de celui des Tutsis, du génocide arménien, de l’épuration ethnique en Bosnie ou du génocide actuel des Rohingyas.

    Par les amalgames qu’il fait, le Manifeste contre le nouvel antisémitisme attise et renforce ce qu’il prétend dénoncer.

    […]

    Les violences antisémites actuelles, aussi insupportables qu’elles soient, sont loin d’être comparables à un #pogrom et encore moins à une #épuration_ethnique !

    Assimiler la #gauche_antisioniste, qui a toujours été au premier rang du combat contre tous les racismes, à une nouvelle forme de l’antisémitisme relève d’une diversion mensongère et scandaleuse.

    Assimiler ceux qui dénoncent la #colonisation_israélienne et son gouvernement d’extrême droite à des complices de l’antisémitisme est un amalgame inacceptable.

    Au moment où les agressions contre les Français d’origine maghrébine, africaine et contre les Roms se développent, au moment où dans le débat politique générale, les propos stigmatisants contre les #migrants et les #exilés se multiplient, au moment où se libère une parole raciste, xénophobe et #islamophobe décomplexée :

    Nous refusons la notion de responsabilité collective, que cela concerne un peuple ou une communauté religieuse.

    Nous refusons l’#amalgame entre les actes criminels odieux ou à caractère délirant de certains et les projets ouvertement racistes et antisémites d’#exécutions ou de #massacres ourdis par d’autres.

    Nous rappelons que les premières victimes de Daesh et de ses sbires sont d’abord les populations des pays arabes ou africains et des musulmans.

    Nous dénonçons un texte qui assimile tout musulman à un intégriste en puissance, le désigne à la vindicte populaire et exige allégeance culturelle et repentance religieuse.

    Les exactions atroces commises au nom des #intégrismes de tout genre, des #dictatures de toutes espèces ont en commun cette capacité à rivaliser dans l’horreur, la mise en scène de la terreur et le refus radical de notre commune humanité.

    Les politiques laminant la vie de millions de personnes et la démission des forces qui devraient défendre les droits sociaux des peuples nourrissent le terreau d’une désespérance. Elles favorisent les régressions identitaires et les passions funestes du terrorisme.

    Nous affirmons qu’il faut relever ce défi mortifère et se mobiliser pour arrêter cet engrenage fatal.

    Nous affirmons notre #solidarité avec toutes les #victimes de ces exactions et notre exigence de ne pas refaire ce qui fut fait en d’autres temps : accueillons et défendons toutes celles et ceux qui les subissent.

    En réaction à :
    Manifeste « contre le nouvel antisémitisme » (Philippe Val, Le Parisien)
    http://www.leparisien.fr/societe/manifeste-contre-le-nouvel-antisemitisme-21-04-2018-7676787.php

  • Pourquoi cette nostalgie pour les dictateurs arabes ? Editorial de @raialyoum1 - Actuarabe
    http://actuarabe.com/cette-nostalgie-pour-dictateurs-arabes

    Revenons au début de l’article et essayons de comprendre ce grand intérêt pour les chefs d’Etat arabes et leur mort. Peut-être qu’il vient de la déception actuelle face à l’absence de leaders arabes « charismatiques » de leur niveau ? Ils sont restés des années au pouvoir et se sont distingués par leurs positions nationalistes opposées à la colonisation et à ses projets dans la région. C’est d’ailleurs peut-être ce qui leur a coûté la vie et la destruction de leur pays en représailles.

    Il est difficile de contester les accusations de dictature et de répression portées contre eux. Ces accusations ont été utilisées pour les renverser à travers des « révolutions », qui ont ouvert la voie à l’intervention américaine armée dans certains cas ; mais les leaders qui leur ont succédé et se trouvent actuellement à leur place ont-ils donné un meilleur exemple au niveau des libertés, de la démocratie et du respect des droits de l’homme ?

  • Ces #autocrates qui organisent leur présidence à vie
    https://www.mediapart.fr/journal/international/110318/ces-autocrates-qui-organisent-leur-presidence-vie

    Vladimir Poutine et #Xi_Jinping, deux présidents “providentiels” qui jouent la même partition © Reuters Depuis une quinzaine d’années, de l’Afrique à l’Amérique latine, en passant par l’Asie et même l’Europe, des chefs d’État autoritaires font sauter les verrous de la limitation des mandats. Le dernier en date est le Chinois Xi Jinping, qui vient d’obtenir ce dimanche 11 mars l’aval du Parlement chinois. Face à ces « coups constitutionnels », les démocraties affaiblies se taisent.

    #International #Chine #Constitution #coup_constitutionnel #coups_d'Etat #démocratie #dictatures #Paul_Kagamé #Vladimir_Poutine

  • Armes de surveillance de masse françaises : révélations sur les coulisses d’un commerce mortifère
    https://reflets.info/armes-de-surveillance-de-masse-francaises-revelations-sur-les-coulisses-du

    Dans les jours à venir, Reflets.info va dévoiler les coulisses des ventes d’armes de surveillance massive à travers le monde effectuées par une entreprise française : #Nexa_Technologies. Ces produits permettant d’intercepter les communications d’un […]

    #Bienvenue_chez_Amesys #France #Amesys #Bercy #Bull #Dictatures #Eagle #Kadhafi #ONG #Premier_ministre #Stéphane_Salies

  • Documenting U.S. Role in Democracy’s Fall and Dictator’s Rise in Chile - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/10/14/world/americas/chile-coup-cia-museum.html

    “To see on a piece of paper, for example, the president of the United States ordering the #C.I.A. to preemptively overthrow a democratically elected president in Chile is stunning,” Mr. Kornbluh said. “The importance of having these documents in the museum is for the new generations of Chileans to actually see them.”

    #Chili #dictatures #démocraties #Etats-Unis #Kissinger #Nixon #Pinochet #assassinats

    “Secretos de Estado” : Museo de la Memoria y los Derechos Humanos
    https://ww3.museodelamemoria.cl/exposiciones/secretos-de-estado-la-historia-desclasificada-de-la-dictadura-c

    En esta exposición “Secretos de Estado. La historia desclasificada de la dictadura chilena” Peter Kornbluh —investigador que ha jugado un rol fundamental en la campaña para desclasificar 23.000 archivos de la CIA, NSC, FBI, Casa Blanca y el Departamento de Defensa del Estado— se muestran una serie de documentos desclasificados que nos permiten entender la historia secreta del golpe de Estado y la dictadura chilena junto al apoyo que entregó EEUU, tanto a la Junta Militar como a medios de comunicación. Los documentos también dan luz a la represión estatal, la Operación #Condor y los esfuerzos encubiertos de Pinochet para sostenerlo en poder cuando ganó el “NO” en el plebiscito de 1988.

  • US Provides Military Assistance to 73 Percent of World’s Dictatorships
    http://www.truth-out.org/news/item/42020-us-provides-military-assistance-to-73-percent-of-world-s-dictatorsh

    Most politically aware people know of some of the more highly publicized instances of this, such as the tens of billions of dollars’ worth of US military assistance provided to the beheading capital of the world, the misogynistic monarchy of Saudi Arabia, and the repressive military dictatorship now in power in Egypt. But apologists for our nation’s imperialistic foreign policy may try to rationalize such support, arguing that Saudi Arabia and Egypt are exceptions to the rule. They may argue that our broader national interests in the Middle East require temporarily overlooking the oppressive nature of those particular states, in order to serve a broader, pro-democratic endgame.

    Such hogwash could be critiqued on many counts, of course, beginning with its class-biased presumptions about what constitutes US “national interests.” But my survey of US support for dictatorships around the world demonstrates that our government’s support for Saudi Arabia and Egypt are not exceptions to the rule at all. They are the rule.

    #etats-unis #dictatures

  • Kyrgyzstan and Uzbekistan: Once Deadly Foes, Now BFF? · Global Voices

    https://globalvoices.org/2017/09/13/kyrgyzstan-and-uzbekistan-once-deadly-foes-now-bff

    t wasn’t just about the first ladies and their matching shoes, although that didn’t go unnoticed; Uzbek President Shavkat Mirziyoyev’s visit to Kyrgyzstan last week marked a sea change in relations between two Central Asian countries that up until recently, lived in the long shadow cast by his uncompromising predecessor.

    Islam Karimov, who ruled Uzbekistan from before independence from the Soviet Union in 1991 until his death last year, had few nice things to say about Kyrgyzstan.

    #asie_centrale #turkmenistan #ouzbekistan #dictatures

  • Et oui, les « démocrates » ont la sensibilité sélective et en oublient le dictateur capable du pire qu’il fut.

    Mort du dictateur Fidel Castro : Réactions attristées des « démocrates » | Prêchi-Prêcha
    https://www.prechi-precha.fr/mort-du-dictateur-fidel-castro-reactions-attristees-des-democrates

    Alors qu’à Miami les cubains qui ont dû fuir la dictature fêtent la mort de Castro ici les mélenchonistes et nostalgiques de la peste communiste lui rendent hommage. Les mêmes qui traitent Marine le Pen ou Fillon de Pétainistes pleurent aujourd’hui à chaudes larmes un dictateur responsable de milliers de morts et qui aura passé sa vie à enfermer les homosexuels et ses opposants

    #castro #dictatures

  • Il y a quelque chose de – vraiment – pourri dans le royaume de France

    Par Julien Salingue

    http://resisteralairdutemps.blogspot.fr/2016/05/il-y-quelque-chose-de-vraiment-pourri.html

    J’ai quitté la France il y a une semaine. Pas définitivement hein, mais pour prendre un peu de nécessaire repos en exil – ce que l’on a coutume d’appeler des « vacances ». Ça faisait longtemps.

    (...)

    A fortiori quand, en face de toi, des gens qui vivent en Amérique latine, qui viennent d’Argentine, d’Uruguay, de Porto-Rico ou d’ailleurs, qui ont connu la France ou ne l’ont pas connue, mais qui pour la plupart viennent de pays où la mémoire de la dictature est encore fraîche, te regardent avec des yeux effarés, ahuris, choqués. Bien évidemment, ils et elles savent et comprennent que la France n’est pas le Chili de Pinochet. Mais ils comprennent aussi, et ils te font comprendre, que ce que tu es en train de raconter, ce n’est pas juste une évolution énervante, révoltante. En fait, c’est très inquiétant.

    Alors tu racontes aussi que tout n’est pas catastrophique, qu’il y a des résistances et, depuis près de deux mois, une contestation large, des manifestations, Nuit debout, le succès de certains bouquins, certains films, certaines initiatives militantes… Mais en fait tu as du mal à y croire toi-même.

    Surtout quand, pendant la conversation, tu regardes distraitement ce qui se passe sur internet, et que les vidéos et photos de l’évacuation de République le 28 au soir, ou de la manifestation du 1er mai, arrivent, et que tu les montres aux gens avec qui tu parles. Tu es en Amérique latine, dans un ex-dictature, et les gens regardent les images des violences policières avec des yeux hallucinés, avec parfois même des larmes dans les yeux, ils et elles te disent « C’est en France, ça ? », « Mais ils sont malades ? », « Mais pourquoi ils font ça ? », etc. Et en fait les vidéos, tu les vois différemment d’un coup.

    (...)

    Le pire n’est jamais certain non. Mais ce qui est certain, c’est que le pire ne survient jamais du jour au lendemain.

    Il y a une voie vers le pire, et là on est malheureusement embarqués dessus, et lancés à pleine vitesse.

    Et, au vu de la destination qui nous est promise, il va vraiment falloir qu’on fasse dérailler le train. Toutes et tous ensemble. Et le plus tôt sera le mieux.

  • Les allées et venues à #Genève de #dictateurs annoncées sur Twitter

    Deux Romands ont créé un compte Twitter qui traque les avions appartenant à des régimes autocratiques. Le « #GVA_dictateur_alerte » annonce automatiquement sur le réseau social quand un appareil se pose à Genève.

    @GVA_Watcher

    http://www.rts.ch/info/sciences-tech/reperages-web/7668969-les-allees-et-venues-a-geneve-de-dictateurs-annoncees-sur-twitter.html
    #Suisse #dictatures
    cc @marty @albertocampiphoto @daphne

  • Quand la barbarie du monde nous rattrape | Le dernier #éditorial de Lutte Ouvrière. Un texte à lire.
    http://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/quand-la-barbarie-du-monde-nous-rattrape-62400.html

    #Bombardements, quartiers dévastés, #attentats, #assassinats, #tortures, populations terrorisées par des régimes sanguinaires, #réfugiés survivant dans des conditions infâmes : chaque jour la télévision et la presse amènent leur lot d’images barbares.

    Cela se passe en #Syrie, en #Turquie, en Israël, dans les territoires palestiniens occupés. C’est en #Irak, en #Libye, au #Yemen, au #Nigeria ou en #Afghanistan. C’est à des milliers de kilomètres d’ici. Mais même ceux qui veulent ne pas voir ne peuvent pas faire comme si cela n’existait pas.

    Parce que les victimes de ces guerres sont jetées sur les routes par centaines de milliers et frappent aujourd’hui à nos portes. Parce qu’avec la menace du #terrorisme, nous payons les contrecoups de ces #oppressions et de ces #guerres.

    Et ce n’est pas un hasard : notre gouvernement est coresponsable de cet enfer. Parce qu’il bombarde en #Irak et en Syrie. Parce qu’il apporte son soutien à l’État d’Israël, au gouvernement turc et aux #dictatures du Golfe. Parce qu’il manœuvre en #Afrique pour que la bourgeoisie française continue d’exploiter les richesses de ce continent. Cette barbarie ne peut pas ne pas rejaillir sur nous.

    Elle aggrave d’ores et déjà le cours réactionnaire dans lequel l’Europe est engagée depuis quelques années. De partout en Europe, la crise, le chômage de masse et les politiques anti-ouvrières menées par tous les gouvernements, de gauche ou de droite, ont affaibli les partis gouvernementaux au profit de partis souverainistes anti-immigrés.

    Ces partis d’#extrême_droite, pour différents qu’ils soient, ont en commun de s’appuyer sur des peurs et des préjugés et de les attiser. Ils sont partout profondément réactionnaires et anti-ouvriers.

    Mais si l’extrême droite est championne du repli sur soi, elle n’est pas la seule force politique à pousser dans ce sens. La volonté affichée par tous les dirigeants européens de renforcer les frontières européennes, d’expulser ceux qui ne sont pas considérés comme de « vrais réfugiés » et même de rétablir des frontières au sein de l’#espace_Schengen, en témoigne.

    Ici en #France, sans même parler du Front national qui joue sur les #préjugés les plus crasses, comment la droite et les socialistes présentent-ils les migrants ? Non pas comme des victimes, mais comme des indésirables ! Non pas comme des femmes et des hommes qui nous ressemblent, mais comme des « fardeaux » ! Qu’un élan de solidarité s’exprime, et la propagande mensongère et honteuse se met en marche pour marteler qu’il ne faut pas créer d’appel d’air.

    Tout est fait pour que nous taisions nos sentiments de #fraternité. Tout est fait pour nous convaincre que les migrants représentent une menace pour nous et nos enfants. Tout cela pour accréditer, ouvertement ou hypocritement, l’idée que le salut viendra du #protectionnisme, de la #méfiance à l’égard de l’étranger, des frontières voire des barbelés.

    La France et la Grande-Bretagne - deux pays riches pour lesquels absorber quelques dizaines de milliers de migrants n’est pas un vrai problème - en sont à s’accuser mutuellement pour ce qui se passe à #Calais. En #Allemagne et en Suède, des minorités d’extrême droite s’organisent pour incendier des foyers de réfugiés. Combien d’autres racistes, portés par le climat actuel, se sentiront autorisés à s’attaquer aux #immigrés ?

    Dans les années 1990, en #Yougoslavie, la #démagogie xénophobe a débouché sur la constitution de milices puis sur la #guerre_civile. Il y a deux ans, dans l’est de l’Ukraine, on a vu comment ces mêmes réflexes ont dégénéré en escalade guerrière.

    Si on n’y prend garde, la #barbarie du monde, la #xénophobie, les guerres nous rattraperont. Le #nationalisme, la méfiance généralisée nous ont déjà rattrapés. Il faut que les travailleurs conscients prennent le contrepied de cette évolution délétère.

    Ce n’est pas en se barricadant derrière des frontières qu’on se protégera du fléau du #chômage, de la concurrence et de la misère du monde. Ces méfaits ne viennent pas de l’extérieur, mais de l’intérieur de notre société. Ils sont propres au capitalisme, et on ne s’en débarrassera qu’en renversant ce système.

    Tout se tient : les bombes là-bas, l’exploitation et le chômage ici. Car elles ont une source commune, la course au profit et la domination d’une minorité sur toute la société.

    La seule force capable de renverser cette domination est la classe ouvrière consciente de ses intérêts et organisée à l’échelle internationale. Cela commence par comprendre que toutes les victimes du #capitalisme ont le même intérêt fondamental de mettre fin à ce système aussi injuste qu’inhumain.